Version classiqueVersion mobile

Serge Moscovici

 | 
Nikos Kalampalikis
, 
Denise Jodelet
, 
Michel Wieviorka
, 
et al.

– II – Écologie politique

L’implication de Serge Moscovici dans les mouvements écologistes

Laurent Samuel

Texte intégral

1 C’est au cours de l’été 1972 que Serge Moscovici (qui a publié quatre ans auparavant son Essai sur l’histoire humaine de la nature) s’engage pour la première fois dans une forme de militantisme écologique en participant à la réalisation et à la présentation dans les campagnes françaises d’une exposition photographique itinérante. Sur le thème « écocide = ethnocide », cette exposition crée un parallèle visuel entre la destruction de l’environnement et des modes de vie des Indiens d’Amérique du Sud et des paysans français. Également connue sous le titre « Occitanie, Amazonie, même combat », cette exposition réunit, aux côtés de Serge Moscovici et du documentariste Yves Billon, deux personnages hors du commun : l’ethnologue Robert Jaulin, qui fut l’un des premiers à utiliser le terme d’ethnocide dans le sens d’« acte de destruction d’une civilisation » ou « acte de décivilisation », et le mathématicien Alexandre Grothendieck, fondateur en 1970 du mouvement écologiste Survivre (devenu ensuite Survivre et Vivre), avec deux autres mathématiciens, Claude Chevalley et mon père Pierre Samuel. Par un étonnant coup du destin, Grothendieck est décédé le 13 novembre 2014, soit trois jours avant « Mosco ». « Je me suis engagé avec Robert Jaulin, qui venait de publier un ouvrage sur l’ethnocide, dans la création d’UV pirates et on a constaté que beaucoup de gens étaient sensibles à ces questions. Puis, la création de l’UER d’ethnologie a fait venir beaucoup de monde », raconte Serge Moscovici (2000) dans un entretien avec Stéphane Lavignotte, militant écologiste et pasteur, publié en 2000 dans le n° 1 de la revue EcoRev’.

2Entre 1973 et 1977, Serge Moscovici compte parmi les rares intellectuels qui fréquentent les Amis de la Terre. Cette association internationale, dont la branche française a été créée en juillet 1970, presque en même temps que le mouvement Survivre, constitue alors dans notre pays une force majeure de réflexion et d’action du mouvement écologiste naissant. On retrouve Serge Moscovici dans des réunions informelles et tardives chez Brice Lalonde, rue de l’Université, qui héberge l’association à partir de 1974. Des réunions où se croisent aussi des personnalités comme Bernard Kouchner, Jean-François Bizot (fondateur du magazine Actuel) ou encore Edgar Morin.

3En 1973, un an après la première manifestation à vélo dans les rues de Paris, dont Brice Lalonde est l’un des organisateurs, Serge Moscovici publie une tribune à la gloire de la bicyclette dans le n° 3 du Sauvage, mensuel écologiste édité par le Nouvel Observateur et dirigé par le journaliste Alain Hervé, qui est aussi le fondateur des Amis de la Terre en France. Il y tient ces propos prémonitoires : « Imaginez cinq cents, mille vélos dans Paris : toutes les habitudes, tous les contacts sociaux quotidiens, tout le rythme de la vie, toute la carte de la ville, tout l’air que nous respirons en seraient transformés. »

4En 1976, Serge Moscovici signe un texte plein d’humour dans la Gueule ouverte, autre magazine écologiste fondé en 1972 par Pierre Fournier, précurseur de l’écologisme en France, pour répondre à un article du Journal du dimanche dénonçant une prétendue « conspiration verte ». En voici un extrait :

La conspiration rôde autour de nous, colle à notre peau, pollue l’air politique et encrasse les cerveaux. Certains journaux que j’ai rarement entre les mains parce qu’ils me tombent des mains, par exemple le Journal du dimanche, fournissent les détails d’une conspiration universelle : les mouvements écologiques participent d’une vaste conspiration et en inspirent le plan. Je cite : « Actuellement, on a recensé en France 17 500 associations consacrées à la lutte contre les nuisances. Deux cent cinquante seulement sont politisées. Mais on peut penser que ce n’est qu’un début. Car, là encore, les gauchistes se battent autour de thèmes mobilisateurs comme les centrales nucléaires […]. » Lorsque des mouvements sont inclus dans une « conspiration » se profile la sinistre figure de la répression. Si je prends à la lettre l’article que je viens de citer, cela veut dire que les associations en question sont fichées, classées, et leur degré de politisation mesuré. Puisque le fantasme de la conspiration se profile dans la nuit, alors réalisons la conspiration, mais en plein jour. À commencer par une franche rigolade et des fêtes de la conspiration verte (avec les thèmes que l’on devine, « je suis vert de conspiration », « les conspirateurs au vert », « nous sommes tous des conspirateurs verts », etc.) en appliquant la contre-formule : le ridicule tue. Heureusement nous sommes nombreux à penser que la question de la nature se situe au cœur de notre civilisation, que les mouvements qui se sont créés autour d’elle sont un facteur de renouvellement et de contestation sociaux et intellectuels.

5En mars 1977, Serge Moscovici franchit un nouveau pas dans l’engagement militant en figurant sur une liste « Paris Écologie » aux élections municipales dans le 13e arrondissement de Paris, en compagnie de pionniers comme Laurence Bardin (chercheuse en psychologie), Jean-Paul Ribes (figure du magazine Actuel), Dominique Simonnet (alors journaliste à la Gueule ouverte et au Sauvage) ou Pierre-Alain Brossault (ancien pilier de la campagne de René Dumont à l’élection présidentielle de 1974). Les élections municipales de 1977 constituent un temps fort de la percée politique des écologistes, qui obtiennent plus de 10 % des voix à Paris et dans de nombreuses grandes villes, sans avoir beaucoup d’élus en raison du mode de scrutin de l’époque.

6Pour analyser ce succès, le Sauvage organise une table ronde sur le thème « Qu’est-ce que l’écologie politique ? », qui réunit Serge Moscovici, Alain Touraine, André Gorz (alias Michel Bosquet), Brice Lalonde et l’anthropologue Michel Izard. Le titre général de ce numéro, daté du 1er juillet 1977, est : « Tout ce que vous voulez savoir sur l’écologie sans jamais oser le demander ». À l’opposé d’Alain Touraine, pour qui les écologistes doivent se situer dans le cadre politique de la gauche, Serge Moscovici affirme : « Le mouvement écologiste conteste le système de production à sa base, lorsqu’il s’attaque au nucléaire. Comment, dans ces conditions, s’entendre avec la gauche ? J’admets avec Touraine que l’avenir de l’écologie est dans l’espace de la gauche, mais je dirais sur la gauche de la gauche. »

7En 1978, à la veille d’élections législatives qui marqueront un recul des écologistes, Serge Moscovici est l’un des auteurs, avec Brice Lalonde et René Dumont, du livre Pourquoi les écologistes font-ils de la politique ? (Ribes et al., 1978). Dans l’introduction de cet ouvrage qu’il a coordonné, le journaliste Jean-Paul Ribes livre ce témoignage sur ses rencontres avec Mosco :

J’avais rencontré Serge à Actuel ; il venait parfois s’affaler, avec son habituelle nonchalance, sur nos canapés défraîchis. Il ne me serait pas venu à l’esprit de lui parler d’écologie. Pourquoi ? Nous ne savions pas très bien où le situer, ce psychosociologue de renommée internationale, avec sa voix calme et son amour du paradoxe. Il parlait avec recherche de la nouvelle culture, des communautés californiennes ou d’Indiens massacrés. Pour un universitaire, nous le trouvions bien branché et plutôt militant ; pour un militant, il nous paraissait très universitaire. Et puis nous nous sommes retrouvés sous un préau du 13e arrondissement un soir de mars 1977, tous deux candidats de Paris Écologie aux élections municipales. Écologiste donc il est, dans l’action et la réflexion.

8Dans les années suivantes, Serge Moscovici fait régulièrement partie des comités de soutien des candidats écologistes, notamment celui de Brice Lalonde à l’élection présidentielle de 1981. Il accepte parfois de figurer dans des places non éligibles sur des listes « vertes ». Ainsi, lors des élections régionales de 1992 en Île-de-France, figure-t-il symboliquement en dernière position sur la liste de Génération Écologie, parti fondé en 1991 par Brice Lalonde, dont il est l’un des membres fondateurs.

9Depuis les années 1970, Serge Moscovici est adhérent des Amis de la Terre, sans jamais exercer de responsabilités au sein de l’association. La plupart des militants, qui sont peu nombreux à avoir lu ses livres, ne le connaissent que de réputation. Soucieux de préserver le patrimoine culturel de l’écologie, ce qui le pousse à publier en 2002 un recueil de ses textes sur le sujet (Moscovici, 2002), il rejoint le comité de parrainage du Réseau Mémoire de l’environnement (RME), créé en 2003 pour recenser, coordonner et valoriser les documents écrits et audiovisuels sur le sujet.

10En revanche, Serge Moscovici a toujours refusé de faire partie du Parti vert, créé en 1984, et devenu en 2010 Europe Écologie les Verts (EELV). Cela peut étonner dans la mesure où il était partisan d’une convergence d’idées entre écologistes et socialistes, défendue par les Verts depuis l’abandon en 1994 de la ligne « ni droite ni gauche », incarnée par Antoine Waechter, et leur participation aux gouvernements Jospin entre 1997 et 2002. À l’évidence, Serge Moscovici, esprit libre et exigeant dont on ne soulignera jamais assez l’extrême gentillesse, préférait les mouvements sociaux aux manœuvres d’appareils, dont les Verts ont toujours été friands.

11On notera que si EELV a salué dans un communiqué la mémoire de Serge Moscovici, « l’un des tout premiers penseurs de l’écologie politique, philosophe de renom, apôtre de la question naturelle comme réponse à notre mode de société », aucun responsable important de ce parti n’était présent à son enterrement. À l’inverse, nombre de ministres et d’anciens ministres socialistes, dont Lionel Jospin, Manuel Valls ou Marisol Touraine (aux côtés de son père Alain Touraine), avaient fait le déplacement au cimetière de Montparnasse, sans hélas que leur « logiciel » politique se soit notablement imprégné de la pensée de Serge Moscovici.

12J’emprunterai ma conclusion à Brice Lalonde, dans un texte écrit pour ce colloque auquel il n’a pas pu participer : « [Serge Moscovici] trouvait dans l’écologisme naissant, non seulement une de ces minorités actives qui sont les vrais acteurs du changement, mais tout particulièrement la résurgence d’une rébellion cheminant à travers l’histoire qui cherche à vivifier les sociétés humaines en se fondant sur la compréhension de la nature. C’est une grande chance pour les écologistes de l’avoir côtoyé, d’avoir bénéficié de son engagement et de ses conseils. Et toute la question aujourd’hui est d’être fidèle à la force de son message : rester rebelle. Car, plus que jamais, le monde a besoin d’écologie. »

Auteur

(Réseau Mémoire de l’environnement, France)

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search