Version classiqueVersion mobile

Serge Moscovici

 | 
Nikos Kalampalikis
, 
Denise Jodelet
, 
Michel Wieviorka
, 
et al.

Préface

Pierre Moscovici

Texte intégral

1 C’est un grand plaisir et une vive émotion pour moi que d’ouvrir ce livre issu du colloque international en hommage à Serge Moscovici, mon père. Ce livre et ce colloque, nous les avons soutenus, avec mon frère Denis, car nous estimons que c’est notre rôle d’aider à faire vivre la mémoire et l’œuvre de notre père, à prolonger la trace qu’il a laissée dans la pensée sociale, écologique, scientifique et le souvenir de sa personnalité, si puissante et si singulière.

2Mais nous sommes heureux que ce colloque comme ce livre soient portés par la Maison des sciences de l’homme et ses Éditions ; une maison à laquelle il était tellement attaché, depuis toujours. Et je veux remercier le président de la Fondation, Michel Wieviorka, de s’être personnellement impliqué, avec son cœur et son intelligence, dans l’organisation de cet hommage. Merci d’y avoir associé le nom de notre mère. Je suis aussi heureux que nous ayons pu nous retrouver à la Maison de l’Amérique latine, un lieu que je connais bien et qui symbolise un continent auquel mon père était culturellement et affectivement dévoué. La magie du cadre et la qualité des intervenants – tant de compagnons, d’amis, de connaisseurs de l’œuvre de mon père présents – donneront à cet ouvrage un rayonnement important. Et je remercie tous les participants, venus du monde entier.

3 J’ai évidemment peu à dire sur le fond des travaux scientifiques, je n’en ai pas la compétence. Mais je veux souligner trois dimensions qui leur donnent à mes yeux une valeur inestimable.

4D’abord, c’est un effort international. Mon père portait en lui cette dimension, par son histoire, celle d’un fils déraciné d’une Roumanie qu’il n’aimait pas, et qui avait choisi la France, qui avait choisi Paris, pour la langue, la culture, les valeurs du pays. Il était cosmopolite, par naissance et par essence, par curiosité pour le monde qu’il parcourait inlassablement, par goût de ces voyages qu’il a jusqu’au bout rêvé de poursuivre encore – il voulait, un an avant sa mort, retourner une dernière fois au Brésil, il me le disait –, par soif de connaître l’autre, de se nourrir de l’altérité du monde. Nous sommes fiers, avec Denis, qu’un colloque en sa mémoire ait pu réunir autant d’hommes et de femmes qui l’ont connu, aimé, apprécié, qui viennent des quatre coins de la planète, comme il était fier des 15, 16, 17, je ne sais plus, doctorats honoris causa qu’il avait reçus, du prix Balzan dont la dotation nous a permis de nous réunir, et d’autres reconnaissances internationales. Lui qui ne se sentait pas toujours prophète en son pays était heureux d’être écouté, entendu, accueilli ailleurs.

5Ensuite, c’est un ouvrage qui rend hommage à une pensée et une personnalité universelles. La curiosité de mon père était sans limites, sa culture immense, l’étendue des champs qu’il a défrichés et parcourus est impressionnante, et le sommaire même de ce livre en porte témoignage. Psychologie sociale, représentations sociales, bien sûr, mais aussi écologie politique, épistémologie et histoire des sciences, anthropologie, psychanalyse, rôle des minorités… Tout cela est au sommaire et n’épuise probablement pas tous ses champs d’intérêt. Il appartenait à une génération qui lisait tout, connaissait tout, avidement, lucidement, passionnément, dont les auteurs réunis ici sont les participants, les témoins ou les successeurs. Ce n’était pas de l’arrogance ! Il aimait aller « là où ça fait mal », il pensait qu’il était important de s’assurer de sa vulnérabilité. Il a enseigné, transmis, débattu, et je sais qu’il le faisait sans hauteur, avec fierté et modestie. Je suis certain que les travaux de ces jours permettront, au milieu de cette multitude de sujets, de déceler et démontrer une cohérence, de trouver un fil d’Ariane ; en rien de tout cela, aucune de ses œuvres n’est arrivée, j’en ai la conviction, par hasard.

6Enfin, ce livre est consacré à un homme – et je suis heureux d’ailleurs qu’il commence par là. Un homme que nous avons tous connu, différemment, un homme que nous avons aimé, filialement pour Denis et moi, amicalement, professionnellement. Un homme avec ses secrets, ses silences, ses phobies, marqué par la noirceur de son enfance et sa jeunesse, par l’expérience tragique de la guerre, de la barbarie, du racisme et de l’antisémitisme. Un homme qui pouvait aussi être intarissable, bavard – au bon sens du terme –, entraînant, fascinant, un homme plein de verve et d’humour, un homme d’une grande gentillesse, plein de tendresse. Un père hors du commun, un ami fidèle – l’amitié, pour lui, était un lien d’une incroyable force. Beaucoup des auteurs de l’ouvrage ont travaillé avec lui, d’autres ont été ses amis. Leur présence ici marque ce lien intellectuel, mais aussi personnel, et cela me touche. On comprendra que j’aie un mot un peu plus particulier pour deux d’entre eux, celui qui l’introduit et celui qui le conclut, Alain Touraine et Edgar Morin, deux hommes de sa génération, deux témoins de sa vie en France, deux collègues estimés, deux amis chers – et je sais, cher Alain, combien vous avez compté pour lui, jusqu’au dernier jour.

7On comprendra aussi que je dise pour finir un mot un peu plus politique. Ce n’est pas, croyez-le, une déformation professionnelle, ou pas seulement. C’est aussi une filiation – mon père adorait la politique, il la connaissait admirablement, il en parlait beaucoup et bien sûr, nous en parlions naturellement tout le temps. Il pensait que la politique est une des formes les plus élevées de la vie de quelqu’un, il disait que ne pas aimer la politique, c’est ne pas aimer la démocratie. Et c’est surtout parce que je l’imagine encore vivant au moment où l’Amérique donne raison aux uchronies de Philip Roth, où le populisme d’extrême droite tape aux portes du pouvoir partout en Europe, au moment où celle-ci chancelle, au moment où la France va voter, dans un climat si étrange, avec cette extrême droite si présente, si menaçante, même si je suis convaincu qu’elle n’arrivera pas au pouvoir en 2017. Il serait angoissé, inquiet, révolté, j’en suis sûr. Il aurait eu du mal à reconnaître la France qu’il aimait. Il aurait porté un message, une vision qui refuse le retour de la folie du nationalisme, de l’ignominie du racisme. C’est cette voix que j’entends toujours, qui m’inspire, moi aussi tous les jours.

8C’est cette voix qui, j’en suis sûr, inspire ce livre et va en faire une grande réussite, un livre mémorable.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search