Version classiqueVersion mobile

Clemens Heller, imprésario des sciences de l’homme

 | 
Hinnerk Bruhns
, 
Joachim Nettelbeck
, 
Maurice Aymard

Deuxième partie. Du Salzburg Seminar à la Maison des sciences de l’homme

Postface. Clemens Heller, « un personnage inexplicable » ?

Hinnerk Bruhns

Texte intégral

  • 1 http://www.archivesaudiovisuelles.fr/115/ : « Hommage à Clemens Heller (1917- 2002) », Administrate (...)
  • 2 Maurice Aymard, 2003. « In memoriam Clemens Heller (1917-2002) », Social Science Information 42 (3) (...)
  • 3 Jean-Claude Gardin, « Hommage à Clemens Heller » (cf. note 1).

1 En 2002, après le décès de Clemens Heller, un certain nombre de témoignages de ses amis et collègues ont été réunis et publiés sur le site des Archives audiovisuelles de la Recherche (AAR) de la Fondation Maison des sciences de l’homme. Ils y sont toujours accessibles, et l’on peut également trouver sur le Net quelques articles de journaux consacrés de son vivant à Clemens Heller1. On retiendra aussi l’hommage que Maurice Aymard lui a rendu après son décès dans Social Sciences Information2. À lire et relire aujourd’hui ces témoignages, un quart de siècle après son retrait en 1992 de la direction de la Maison des sciences de l’homme, les contours de ce personnage hors norme s’éclaircissent tout en gardant un reste de mystère. « Un personnage inexplicable », écrit Jean-Claude Gardin, tout en s’empressant d’ajouter que c’était ce qu’il aimait dans leur relation3. Gardin ne s’expliquait pas non plus pour quelles raisons Heller soutenait les « projets assez éparpillés » qu’il lui soumettait. Il dit avoir compris plus tard « que si le Clemens toujours pressé que j’avais connu allait si vite en affaire, c’était au contraire parce qu’il avait une idée ou des sentiments plus clairs que les miens quant à la destination lointaine des entreprises hétéroclites dont je lui parlais ».

  • 4 Yves Duroux, « Hommage à Clemens Heller » (cf. note 1).
  • 5 Maurice Godelier, « Hommage à Clemens Heller » (cf. note 1).
  • 6 Dominique Schnapper, « Hommage à Clemens Heller » (cf. note 1).
  • 7 Maurice Garden, « Hommage à Clemens Heller » (cf. note 1).
  • 8 Voir aussi le commentaire de Nina Grunenberg en mai 1986 dans Die Zeit : „ Ohne den abgrundtiefen P (...)

2Pour tenter d’expliquer la personnalité de Heller, Yves Duroux a choisi trois mots : « générosité, impatience et liberté – cette retraite de liberté qu’est la Fondation MSH »4. Le mot de générosité revient dans presque tous les témoignages : une « générosité extrême, mais toujours accompagnée de pudeur et de discrétion » précise Maurice Godelier5. La générosité de Heller – dans de petites comme dans de grandes choses – allait de pair avec la confiance qu’il accordait à d’autres personnes et à leur jugement. « Merveilleuse façon de gérer la création et l’innovation par des liens de confiance » résume encore Godelier. « Clemens était un visionnaire, dit Dominique Schnapper. Il croyait à sa mission – le mot n’est pas choisi au hasard – développer les sciences sociales en France »6. Maurice Garden insiste sur les constants efforts de Heller pour favoriser l’émergence de jeunes chercheurs et pour « abaisser les frontières qui empêchaient les hommes de se comprendre ou même simplement de communiquer ». Parmi ces frontières à abaisser il y avait celles qui existaient entre les disciplines. « Il plaidait sans relâche pour le dialogue des disciplines et des sciences, et l’émergence de nouvelles disciplines ou de nouvelles approches interdisciplinaires, avec toujours la même foi dans une construction d’un monde plus uni, construction dans laquelle les sciences de l’Homme avaient un rôle majeur »7. Pour sa « foi inébranlable en la supériorité du dialogue sur le rejet des autres », Youri Roubinski voyait en lui un « vrai humaniste ». Si Clemens Heller était un optimiste, il était cependant « un optimiste noircisseur »8, comme le dira Isac Chiva qui l’appela aussi « un déraciné déracineur, un tentateur, un transgresseur, mon contradicteur préféré, un mélangeur d’hommes, de confiances et de défiances ! » Cependant, Heller était aussi un homme inquiet, un homme qui doutait. Le vendredi après-midi, quand il se rendait à Lausanne, il avait à peine quitté la « Maison », était tout juste arrivé à la Gare de Lyon, que son premier souci était de trouver une cabine téléphonique (les portables n’avaient pas encore été inventés) pour appeler, inquiet, son secrétariat et s’enquérir que tout allait bien.

  • 9 René Marzocchi, « Hommage à Clemens Heller » (cf. note 1).
  • 10 Eric Hobsbawm, 2002. Interesting Times. A Twentieth-Century Life. New York, p. 327 et la légende de (...)

3La musique classique et le retour hebdomadaire à Lausanne constituaient de toute évidence un contrepoint indispensable pour cet administrateur volontariste et « en perpétuelle ébullition, boulimique d’action, à l’affût des petits comme des grands projets, des programmes novateurs [pour lesquels] il n’avait de cesse de proposer une solution pour le résoudre. »9 De la musique, Roger Chartier et Dominique Moïsi font le thème central du portrait qu’ils dressent de Clemens Heller dans ce volume, cet homme passionné et pressé tant qu’il est à Paris. Ce « large shambling, distracted-looking man who disliked phone conversations of more than fifty seconds, apt to lapse into a macaronic mixture of languages », Eric Hobsbawm le caractérise par ces deux attributs : « music-lover and impresario of minds »10.

  • 11 Maurice Garden, « Hommage à Clemens Heller » (cf. note 1).

4D’autres portraits de Clemens Heller s’arrêtent moins sur sa personnalité que sur ce qu’il a construit, d’abord au sein de la VIe section de l’EPHE, devenue l’EHESS en 1975, ensuite avec la création de la Maison des sciences de l’homme, et les « innovations, qui jalonnent l’élargissement de ses missions ». Maurice Garden rappelle ainsi la création du Centre institutionnel de diffusion des publications universitaires – le CID – les publications en langue anglaise, la politique de traduction de grandes œuvres étrangères, et surtout la construction de la Maison Suger, « qui fut comme le couronnement d’une œuvre entièrement tournée vers l’internationalisation de la recherche française. »11 Alain Touraine, en témoin et observateur plus distancié, résume ainsi, en 2002, l’œuvre de Heller : « La présence et l’influence d’un homme comme Clemens Heller dans le paysage universitaire français a été et serait encore demain très improbable. […]. Ce qui fut le plus grand des mérites de Clemens Heller : il a ouvert les portes de l’École [des hautes études en sciences sociales] au monde entier. Ces portes n’avaient jamais été fermées aux Italiens ou aux Polonais en particulier, mais il les ouvrit toutes grandes aux Allemands, aux Russes, aux Indiens, pour ne citer que trois régions où son succès fut spectaculaire. C’est grâce à son action qu’aujourd’hui, dans tant de pays, les sciences sociales françaises sont identifiées à l’École des hautes études en sciences sociales et à son institution sœur, la MSH ».

5Alain Touraine conclut son portrait par une réflexion sur le secret de la réussite de Clemens Heller qui fut, dit-il, « sa capacité de se placer au plus loin des grands accords internationaux et au plus près des chercheurs et des groupes dont il connaissait le travail et en qui il avait confiance ».

6 Se placer au plus près des chercheurs : voilà une clé majeure pour comprendre Clemens Heller. Comment faut-il entendre cela ? On peut l’illustrer par des anecdotes comme le fait de façon si vivante Wolf Lepenies quand il relate la façon dont, lors de sa première visite à la MSH, Heller catapulte son visiteur, sitôt entré dans son bureau, dans une réunion d’urbanistes, deux étages plus haut, réunion où il ne serait jamais allé de son propre chef :

  • 12 WolfLepenies, 1995. « Happy, chez Heller », April 21, https://www.timeshighereducation. com/news/ha (...)

While simultaneously on the phone to Chicago and trying to find a book on his desk, the man who was a total stranger to me asked : “Are you interested in the history of European cities from the 14th through the 16th centuries ?” “No, there is nothing right now that could be more remote from my own interests and preoccupations” I replied.
“Then you must come and attend the conference that has just begun !” And the man, perhaps the most agitated individual I had ever met, grabbed my arm, made me run two flights upstairs, and ever so gently pushed me into a small conference room packed with people who, it seemed, loved to talk about European cities.
There he left me. It turned out to be a fascinating conference indeed but when, after several hours, I re-entered the man’s office I felt quite exhausted.
“Did you enjoy the conference ?” “Actually I did, though…”
“I knew how much you were interested in historical studies on urban development ! By the way, wouldn’t you like to have dinner with a Hungarian mathematician who just came by ?” “No, I feel tired, I don’t speak Hungarian and I always hated arithmetic.”
“Then you must dine with Gabor…”
He had forgotten the last name of the Hungarian mathematician whose first name was in fact not Gabor after all, but he took the two of us to a pleasant restaurant around the corner where a friendship was struck that was to last for a long time12.

7Pas un chercheur étranger n’arrivait à la MSH sans que Clemens Heller ne le prenne par le bras pour l’entraîner dans tel ou tel bureau, pour qu’il échange avec tel autre chercheur invité ou avec un des membres des si nombreux groupes de recherche rattachés à la « Maison » ou à « l’École ». Utz Jeggle raconte comment il fut expédié dans des circonstances analogues à celles dont se souvient Lepenies dans le bureau de Philippe Ariès qu’il n’aurait jamais osé approcher seul. L’accueil que Heller réservait à ses visiteurs et invités avait toujours l’apparence de l’improvisation. Les anecdotes sont légion à cet égard. Youri Roubinsky se souvient de la façon dont Heller accueillit un tout premier groupe de « stagiaires » de l’Académie des sciences de l’URSS : « Notre hôte nous regarda d’un air absent et dit : “Ah ! Je me souviens. Vous êtes soviétiques ? Tant pis, installez-vous”. Trois téléphones qui sonnaient à la fois accaparant son attention, il nous confia à ses secrétaires et se tourna vers le bureau qui croulait sous un Mont Blanc de dossiers amoncelés dans un désordre indescriptible ».

  • 13 Cf. supra la contribution de Hinnerk Bruhns : « Hellers Maison : ein Handwerksbetrieb im Zeitalter (...)
  • 14 René Marzocchi : « Son volontarisme pouvait aller, dans certains cas, jusqu’à un autoritarisme, un (...)

8Les histoires et anecdotes racontées par les chercheurs invités à la MSH laissent dans l’ombre une dimension importante de ce qui fut la réalité du couple formé par Heller et sa Maison. La belle formule de Wolf Lepenies – une personnalité, c’est une institution à elle seule – doit être entendu également dans le sens du Seigneur Microcosme évoqué par Werner Sombart quand il décrit le fonctionnement de l’atelier de l’artisan avant l’ère industrielle.13 La formule de Wolf Lepenies fonctionne dans les deux sens : si la personnalité est une institution à elle seule, l’institution prend le caractère d’une personnalité. Plus précisément : les caractères des personnalités qui la dirigent – à l’époque : Fernand Braudel, Clemens Heller, Maurice Aymard – et qui animent l’équipe qui la fait vivre. L’atelier – au sens sombartien – de Heller était le secrétariat scientifique : lieu à la fois de « fabrication, production et d’administration ». Cet atelier formait une sorte de groupement familial, non dépourvu de caractère patriarcal, où se jouaient comme sur une scène de théâtre – la première vocation de Clemens Heller – tensions, conflits et émotions, crises et réussites collectives.14

9Pour les chercheurs qui ont fréquenté la « Maison des sciences de l’homme de Clemens Heller », ces histoires et anecdotes sont aussi un signe de reconnaissance envers l’institution extraordinaire qu’Heller et ses collaborateurs ont animé au service de la recherche. Wolf Lepenies l’a bien souligné en passant, dans son succulent article Happy, chez Heller, de l’anecdote à l’analyse :

  • 15 Lepenies, « Happy, chez Heller » (supra note 12).

The belief in the advantage of weak institutionalisation was another key element of Heller’s attitude and of his policy for the Maison des sciences de l’homme. Whereas administrations as a rule tend to think that good ideas need strong institutions in order to survive, Heller almost thought the opposite. If someone struck a really brilliant idea, some institutional support should be given to it, but not too much so that flexibility and a drive for further innovation were maintained.15

  • 16 Aymard, « In memoriam Clemens Heller », (supra note 2).

10Ce faisant, conclut Maurice Aymard, « Clemens Heller a inventé et fixé une figure sans précédent en France, celle d’un administrateur scientifique, informé de tout et de tous, curieux de toutes les nouveautés et de tous les nouveau talents, résolument international tout en restant fidèle à sa culture viennoise d’origine, dont témoignait sa passion, cultivée jusqu’au bout, pour la musique. »16

  • 17 « The Maison des Sciences de l’Homme has lived up to the expectations raised by its name. It was an (...)

11 Se placer au plus près des chercheurs : combien sont ou ont été les grands administrateurs de la recherche qui ont eu à leur disposition ou qui ont su créer les conditions institutionnelles et matérielles leur permettant de construire ce que Clemens Heller a su faire ? Bâtir – et l’animer lui-même comme administrateur – une véritable Maison17 pour chercheurs et équipes de recherche de pratiquement toutes les disciplines des sciences sociales et humaines, avec des salles de travail, de séminaires et de réunion, des équipement techniques, des espaces pour des chercheurs étrangers invités et – enfin et surtout, la passion de Heller – une vraie bibliothèque de recherche au centre de cette Maison qui était l’œuvre de sa vie. Les livres étaient sa passion comme la musique. Le rêve originel d’une maison de recherche construite entièrement autour d’une bibliothèque qui occuperait tous les étages du bâtiment élevé sur l’emplacement de l’ancienne prison du Cherche-Midi, ce projet n’a pu être réalisé que très partiellement et est devenu peau de chagrin aujourd’hui.

  • 18 Alain Touraine, « Hommage à Clemens Heller » (cf. note 1).

12Mais écoutons une fois encore Alain Touraine : « Ce que Clemens Heller a construit, au prix d’efforts surhumains, au prix parfois de chocs et de crises, est une des plus grandes réussites de la France dans le domaine de l’orientation et de l’organisation de la recherche. Même dans le domaine, beaucoup plus vaste, des sciences de la nature, on ne trouve pas beaucoup de figures de créateurs d’institutions et d’entrepreneurs de sa taille. »18

Notes

1 http://www.archivesaudiovisuelles.fr/115/ : « Hommage à Clemens Heller (1917- 2002) », Administrateur de la Maison des sciences de l’homme, 1985-1992.

2 Maurice Aymard, 2003. « In memoriam Clemens Heller (1917-2002) », Social Science Information 42 (3), p. 283-292. Cet hommage y est publié à la fois en français et en anglais.

3 Jean-Claude Gardin, « Hommage à Clemens Heller » (cf. note 1).

4 Yves Duroux, « Hommage à Clemens Heller » (cf. note 1).

5 Maurice Godelier, « Hommage à Clemens Heller » (cf. note 1).

6 Dominique Schnapper, « Hommage à Clemens Heller » (cf. note 1).

7 Maurice Garden, « Hommage à Clemens Heller » (cf. note 1).

8 Voir aussi le commentaire de Nina Grunenberg en mai 1986 dans Die Zeit : „ Ohne den abgrundtiefen Pessimismus des geborenen Wieners ganz aufzugeben – „ Pompeji wird schon kommen, wir werden schon noch früh genug im Aschenregen stehen“, nuschelt er zwischendurch, als wäre er Hans Moser – machte er den amerikanischen Glauben an die Verantwortung des einzelnen zu seinem Credo. Daß ihn dabei alle haben gewähren lassen, erst die Amerikaner, und später die Franzosen, war für ihn eine Überraschung, über die er sich noch heute wundert. » http://www.zeit.de/1986/23/ein-haendchen-fuer-genies/komplettansicht?print.

9 René Marzocchi, « Hommage à Clemens Heller » (cf. note 1).

10 Eric Hobsbawm, 2002. Interesting Times. A Twentieth-Century Life. New York, p. 327 et la légende de la photo de Clemens Heller après la page 288, illustration n° 24. (Traduction française : Franc-tireur. Autobiographie. Traduit de l’anglais par Yves Coleman et Dominique Peters. Paris, Ramsay, 2005). Hugo Heller, le père de Clemens, était libraire et Konzertdirektor : il dirigeait une agence de concerts qui était la deuxième de Vienne. Entre 1914 et 1926 elle organisa plus de 800 concerts dans le Wiener Konzerthaus, inauguré en 1913. Le Konzertdirektor était appelé également Impresario. Cf. Erwin Barta & Gungula Fäßler Die großen Konzertdirektionen im Wiener Konzerthaus 1913 – 1945, herausgegeben von der Internationalen Musikforschungsgesellschaft, Frankfurt 2001, p. 18. Les pages 74 à 87 de ce livre sont consacrées à la Konzertdirektion Hugo Heller ; les informations reposent partiellement sur un entretien datant de 1998 avec Clemens Heller (p. 105-110) (renseignements fournis par Joachim Nettelbeck).

11 Maurice Garden, « Hommage à Clemens Heller » (cf. note 1).

12 WolfLepenies, 1995. « Happy, chez Heller », April 21, https://www.timeshighereducation. com/news/happy-chez-heller/97374.article.

13 Cf. supra la contribution de Hinnerk Bruhns : « Hellers Maison : ein Handwerksbetrieb im Zeitalter der Großforschung ».

14 René Marzocchi : « Son volontarisme pouvait aller, dans certains cas, jusqu’à un autoritarisme, un affrontement de volontés dans lequel il voulait avoir le dernier mot. En perpétuelle ébullition, boulimique d’action, à l’affût des petits comme des grands projets, des programmes novateurs, il faisait sien chaque problème qu’on lui soumettait. Il n’avait de cesse de proposer une solution pour le résoudre. »« Hommage à Clemens Heller » (cf. note 1).

15 Lepenies, « Happy, chez Heller » (supra note 12).

16 Aymard, « In memoriam Clemens Heller », (supra note 2).

17 « The Maison des Sciences de l’Homme has lived up to the expectations raised by its name. It was and has remained a marvellous house for the social sciences. It is the house that Heller built. » Lepenies, « Happy, chez Heller », (supra note 12).

18 Alain Touraine, « Hommage à Clemens Heller » (cf. note 1).

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search