Version classiqueVersion mobile

Clemens Heller, imprésario des sciences de l’homme

 | 
Hinnerk Bruhns
, 
Joachim Nettelbeck
, 
Maurice Aymard

Deuxième partie. Du Salzburg Seminar à la Maison des sciences de l’homme

L’agilité et la créativité d’un homme dans le monde des organisations

Patrick Fridenson

Texte intégral

1 Les premiers mots de Clemens Heller dont je me souvienne manifestaient un humour direct et sans la moindre autocensure. C’était en janvier 1975, dans son bureau du 54 boulevard Raspail. Il présentait à Eric Hobsbawm, Edward Thompson, Georges Haupt, Michelle Perrot et moi le premier numéro d’Actes de la recherche en sciences sociales : « Voici le Charlie Hebdo des sciences sociales ». Dans ces quelques mots il y avait, comme parfois chez lui, plusieurs registres. Une expression de fierté : il avait apporté une fois de plus, comme administrateur adjoint de la Maison des sciences de l’homme, un soutien personnel, organisateur et financier à la création d’une revue scientifique, et il s’agissait d’une revue qui allait devenir la plus lue parmi celles de la sociologie française. Un intérêt passionné pour ce qui changeait dans la culture et la société de son temps, et cela pouvait inclure l’approbation des formes visuelles mises en œuvre dans la revue qui la distinguaient de toutes les revues précédentes. Le souci non pas seulement du renouveau des idées et des goûts mais encore de la critique sociale et intellectuelle. Une ironie salubre face à la volonté affichée par Pierre Bourdieu de faire école et de créer des connaissances et des méthodes, de la manière la plus rigoureuse qui soit, tout en allant puiser dans l’arsenal de la photo, de la culture pop et de la bande dessinée des éléments d’attraction pour les lecteurs. Et ce trait d’humour allait bien avec ce que je veux retenir ici de lui : une agilité et une créativité sans pareilles dans un monde universitaire, administratif et politique souvent caractérisé par le respect des conventions et l’encastrement dans la bureaucratie. Je voudrais d’abord évoquer les initiatives de Clemens Heller que j’ai vécues et ensuite celles qui apparaissent désormais au grand jour.

  • 1 Madeleine Rebérioux (dir.), 1980. « Georges Haupt parmi nous », Le Mouvement social, n° 111, avril- (...)

2Les tables rondes internationales d’histoire sociale moderne et contemporaine de la Maison des sciences de l’homme sont la première initiative de Clemens Heller à laquelle j’ai été associé. J’avais trente ans et avoir été coopté dans cet espace de liberté intellectuelle sans frontières a transformé toute ma vie professionnelle. Cette chance, je la dois à l’historien Georges Haupt, qui m’a téléphoné un samedi matin de 1974 pour me demander tout à trac si un tel projet pouvait m’intéresser. Haupt, à qui la répression de l’insurrection hongroise de 1956 avait rendu impossible de continuer sa vie en Roumanie et qui avait réussi à se réfugier en France en 1958, m’était devenu proche au comité de rédaction de la revue d’histoire Le Mouvement social. Il y apportait les échos de sa participation à des groupes de travail d’histoire sociale aux États-Unis, en Italie et en Suisse. Les recherches historiques en Allemagne, en Autriche, en Turquie, dans les pays de l’Est n’avaient pas non plus de secrets pour lui. Il était polyglotte. Il pratiquait aussi la théorie politique et son champ de réflexion ne se limitait pas à l’histoire. Il éditait une série de livres chez Maspero et intervenait à l’occasion dans le débat politique français. À la fois indépendant et engagé à gauche, c’était un merveilleux historien, un des piliers de la nouvelle histoire sociale1. Quand j’eus accepté, Haupt prononça un nom mystérieux et inconnu, qu’il associa à la maison de verre et d’acier du 54 boulevard Raspail : Clemens Heller.

  • 2 Eric Brian, 2011. « Léopold Haimson (1927-2010) », Le Mouvement social, n° 236, juillet-septembre, (...)
  • 3 Louise Tilly, 1975. « Round Table on Labor and Economic Change », Newsletter : European Labor and W (...)
  • 4 Comme le remarque dans un bel article, rarement cité, Ernest Labrousse, 1978. « Georges Haupt, hist (...)
  • 5 Pierre Bourdieu, 1980. « La grève et l’action ouvrière », Questions de sociologie, Paris, Éditions (...)
  • 6 Michelle Perrot, 2013. « Rencontres avec Eric Hobsbawm », Le Mouvement social, n° 242, janvier-mars (...)
  • 7 Florence Rochefort et Françoise Thébaud, 2010. « Entretien avec Michelle Perrot. Itinéraire d’une p (...)

3À l’automne 1974 s’est tenue à la MSH une réunion rassemblant deux grands Anglais (dans tous les sens de cette épithète) : Eric Hobsbawm et Edward Thompson, plusieurs Américains : le sociologue Charles Tilly et sa femme historienne Louise Tilly, l’historien de la Russie Leopold Haimson, au moins un Allemand : Jürgen Kocka, et des Français, Pierre Bourdieu et des historiens presque tous membres de l’équipe du Mouvement social. Au fond de la salle je vois encore Emmanuel Le Roy Ladurie, fort attentif mais muet, dont ce fut la seule présence et, tout aussi silencieux et suivant les débats avec un intérêt passionné, un homme aussi grand que les Anglais : Clemens Heller. Aucun d’entre nous ne savait à l’époque que Leo Haimson avait fait ses études de BA d’histoire à Harvard à partir de 1942, « partageant sa chambre – peut-être pour des raisons alphabétiques – avec un autre migrant […] : Clemens Heller »2. La formule proposée par Georges Haupt : des rencontres thématiques régulières permettant de confronter des textes inédits ou issus de publications récentes pour mener des comparaisons internationales entre les nouvelles histoires sociales qui s’affirmaient un peu partout dans le monde et créer un élan intellectuel surmontant la barrière des langues par le fait que les échanges seraient en anglais et en français réunit un large accord. Les thèmes des rencontres seraient déterminés au fur et à mesure3. Louise Tilly dans son article de l’époque dit que le champ géographique serait l’Europe. Dans la réalité ce périmètre fut dépassé. Pouvait-on faire qu’Eric Hobsbawm ne parle pas de l’Amérique latine ? Le champ d’observation de Georges Haupt ne s’étendait-il pas jusqu’à l’Iran et au Vietnam4 ? Et dès la première table ronde il y eut des Américains travaillant sur les États-Unis, au premier chef David Montgomery, recruté par E. P. Thompson. Il me semble donc que l’on doit retenir qu’il n’y avait pas de périmètre géographique strict et que plus la vision du monde serait large mieux ce serait. La Maison des sciences de l’homme s’occuperait de l’organisation, d’une grande partie du financement grâce à des ressources internationales, de la circulation des documents, et assurerait un compte rendu dans son bulletin MSH Informations. Lors de tête-à-tête Clemens Heller eut l’occasion de préciser ses attentes : des discussions menées à fond, l’exploration de thèmes forts, la création de liens entre personnes qui ne se connaissaient point, l’irruption de jeunes chercheurs. Il disait que son rôle se limitait à rapprocher les chercheurs et à les accompagner vers de nouveaux territoires. Ce qui n’était pas peu de chose ! Il y a eu ainsi huit tables rondes en trois ans, de janvier 1975 à juin 1977. Cinq à Paris, souvent dans les locaux merveilleusement désuets de Reid Hall, les trois autres à Pittsburgh, Londres et Constance. Les thèmes successifs ont été : sociabilités, conflits du travail, industrialisation et condition féminine, la formation du prolétariat de la première révolution industrielle, l’introduction du taylorisme aux USA et en Europe, la bourgeoisie et l’art, le patronat de la seconde industrialisation, les problèmes de la conscience de classe. Le premier titre fait référence aux travaux de l’historien français Maurice Agulhon, présent à la table ronde qui débat de ce thème, et indique que ces tables rondes, loin d’être des espaces d’importation des historiographies anglo-saxonnes, sont le théâtre d’échanges internationaux. Certains de ces titres fleurent bon l’époque. Il ne faut pourtant pas sous-estimer leur modernité et leur actualité pour les sciences sociales jusqu’à aujourd’hui. Par exemple, lors de la seconde table ronde, en mai 1975, Pierre Bourdieu improvise une longue et percutante intervention sur la grève qui, grâce à un enregistrement, peut être reprise dans un de ses livres les plus influents5. Il ne faudrait pas non plus ignorer les remous que certains de ces thèmes pouvaient susciter parmi les participants. Michelle Perrot se souvient ainsi en 2013 : « Moments d’intenses discussions et de confrontations parfois vives, notamment sur la conscience de classe, les rapports de sexes, les relations centre-périphérie. La pensée marxiste et, à un moindre degré, l’histoire « économique et sociale » amorçaient leur déclin, au profit d’une démarche plus culturelle et politique. Eric Hobsbawm et E. P. Thompson, tout en s’estimant beaucoup, ne partageaient pas le même point de vue »6. Elle avait témoigné auparavant que la proposition de la table ronde sur « Industrialisation et condition féminine » avait été élaborée par les trois femmes du groupe permanent : Louise Tilly, Dorothy Thompson et elle-même, avec l’apport de Joan Scott, et que les discussions n’avaient pas été simples : « Si Dorothy était notre complice, les hommes étaient plus réservés, un peu inquiets de voir le sexe déborder la classe. Ce fut l’occasion de discussions assez vives, riches de prolongements »7.

  • 8 La majorité de ces tables rondes ont fait l’objet de comptes rendus dans le bulletin MSH Informatio (...)

4 Ces huit tables rondes ont réuni plus de 100 personnes : historiens, sociologues, anthropologues de huit pays différents de l’Est (Pologne, mais aussi RDA : ce fut la venue du grand historien de Leipzig Hartmut Zwahr) et de l’Ouest (France, Grande-Bretagne, Italie, Suède, Suisse, USA). Aucune considération de rang hiérarchique n’était pratiquée dans la sélection des participants. La proportion de femmes était importante. Ce chiffre de 100 comprend à la fois les membres du groupe permanent et des personnes invitées en fonction du sujet pour une ou plusieurs tables rondes8.

  • 9 Mark Mazower, 2017. « Devenir Hobsbawm : une internationalisation de la profession historienne », L (...)
  • 10 Maurice Aymard, « Braudel et Heller », dans le présent volume.

5La question se pose aujourd’hui de savoir pourquoi, au-delà de son dynamisme personnel et de son désir constant d’élargir l’attractivité de la Maison des sciences de l’homme, Clemens Heller s’est investi dans cette initiative. Dans un article récent l’historien britannique Mark Mazower a suggéré, à partir d’un tapuscrit non daté d’Eric Hobsbawm trouvé dans le fonds Heller des archives de la FMSH, que si les tables rondes résultent de discussions entre Heller et Georges Haupt, dont la proximité avec Clemens était grande depuis son arrivée boulevard Raspail fin 1959, et qui avait été élu directeur d’études en 1971, le style de ces réunions avait été influencé par des contacts préalables avec Eric Hobsbawm9. Hobsbawm, juif viennois (bien que né à Alexandrie) comme Heller, et né la même année que lui, avait fait la connaissance de ce dernier en 1955 et avait noué avec lui « une amitié chaleureuse ». Il ne se considérait pas comme un bâtisseur d’empire mais souhaitait « coopérer en s’appuyant sur la recherche », en définissant un agenda, en attirant « des talents », en laissant « le problème et non l’idéologie déterminer la forme de la discussion ». Il est ainsi avéré que d’une part Hobsbawm servit « d’intermédiaire entre Heller et Thompson » et d’autre part « tant Heller qu’Hobsbawm travaillèrent à subordonner leurs propres préoccupations intellectuelles à une collaboration plus étendue ». On peut ici faire l’hypothèse que Clemens Heller avait de longue date un intérêt personnel pour les thématiques d’histoire sociale. Dans son article du présent volume, Maurice Aymard montre les contacts établis par Heller de 1958 à 1964 avec l’historien italien du mouvement ouvrier Giuseppe Del Bo en vue de l’« attirer à Paris » pour « regrouper autour de lui (et, par son intermédiaire, de la VIe section) les chercheurs résidant en France » et travaillant dans ce domaine. Il révèle que Heller souhaitait en 1958 la création d’une revue, les Cahiers d’histoire du marxisme, dont « la division entre institutions et personnalités poursuivant des buts différents » rend la naissance impossible. Il conclut que « le “second Heller”, celui de la MSH, n’avait rien oublié de ce que le premier, celui de la VIe section, avait appris, conçu, tenté »10. Ce point est important. Il révèle que Clemens Heller n’est pas seulement, comme on le dit souvent, un imprésario ou un entrepreneur intellectuel. Ce que l’on voit ici, c’est un homme qui s’engage pour des thématiques, un homme de fortes convictions et de non moins forte persévérance.

6Ce qui est aussi caractéristique du « modèle Heller », c’est que les tables rondes, bien qu’arrêtées en juin 1977 à la demande d’Edward Thompson, ont des suites, à l’initiative de certains de leurs participants (et malgré le choc créé en 1978 par la mort subite de Georges Haupt à Rome), et que Clemens Heller en tandem avec Maurice Aymard (recruté par Fernand Braudel comme autre administrateur adjoint de la FMSH dans le second semestre de 1975) leur apporte un soutien total.

  • 11 Voir les rapports annuels de Leo Haimson et Eric Brian à Clemens Heller, aux Archives de la FMSH.
  • 12 Leopold H. Haimson et Charles Tilly (dirs), 1989. Strikes, Wars, and Revolutions in an Internationa (...)

7La première de ces suites concerne les vagues de grèves. L’historien américain Leo Haimson, sortant du « terrain strictement russe » qui avait été jusqu’alors le sien, fait à Clemens Heller une proposition de groupe de travail international sur l’histoire comparée des grèves ouvrières qui est aussitôt acceptée. Haimson réunit donc en juin 1982 sur le même principe la première de cinq tables rondes annuelles destinées à examiner de façon comparative, tant quantitative que qualitative, les mouvements de grèves en Europe et aux États-Unis dans les décennies 1880 à 1920. Elles vont durer jusqu’en juin 1986. Outre Leo Haimson, Charles Tilly, David Montgomery et Michelle Perrot assurent la continuité avec les tables rondes précédentes. Pour ma part, je n’ai été actif qu’à la première. Charles Tilly et Giulio Sapelli (suggéré par Maurice Aymard, ce qui poursuit les liens anciens de C. Heller avec la Fondation Feltrinelli de Milan) contribuent activement à l’approfondissement de la problématique. Avec la perestroïka à partir de 1985 le ton des participants russes et allemands change, et les organisateurs attirent l’attention de Clemens Heller sur ce point. L’originalité de ces tables rondes ne porte pas seulement sur le fait d’avoir un thème précis, dont un des motifs est de désenclaver l’étude des révolutions russes de 1917, et de rassembler uniquement des spécialistes. Elle est aussi, pour le cas russe, de susciter des recherches quantitatives à partir d’archives nouvelles11. Ces tables rondes ont donc un objectif de publication dès le départ, mais, bien qu’elles soient centrées sur les mécaniciens et les métallos, l’abondance et la complexité des matériaux et des papiers ne permettent pas une parution rapide. Elles débouchent finalement sur des articles et surtout deux forts volumes collectifs très cohérents qui sortent l’un avant et l’autre après la chute de l’URSS et qui font date12.

  • 13 Geoffrey Field et Michael Hanagan, 2012. « ILWCH : Forty Years On », International Labor and Workin (...)
  • 14 Roberto Ceamanos LLorens, 2004. De la historia del movimiento obrero a la historia social : L’actua (...)

8La seconde de ces suites, ce sont des historiens américains de la revue International Labor and Working-Class History (ILWCH)13, dont certains ont participé aux tables rondes, qui en ont l’initiative en 1983. Ils sollicitent et obtiennent l’agrément de Clemens Heller et le concours de la MSH. Sous l’impulsion d’Helmut Gruber, lui aussi d’origine juive viennoise, ILWCH propose au Mouvement social de co-organiser des tables rondes d’histoire sociale internationale (avec des ramifications d’histoire culturelle ou politique) sur des sujets intellectuellement chauds. Parmi ces thèmes, il y a ainsi la culture de masse, la citoyenneté ou encore les migrations. Les participants sont pour l’essentiel français et américains, mais d’autres nationalités peuvent être présentes. C’est la plus forte présence régulière de l’histoire sociale américaine en Europe durant cette période, d’autant plus marquante qu’on est à un moment où les traductions de l’histoire et de la sociologie américaines diminuent. Quatre tables rondes se tiennent de 1985 à 1994 (trois à Paris, au début de nouveau à Reid Hall, lieu idéal pour le Franco-Américain, une à Amsterdam), et elles influencent profondément la réflexion non seulement des deux revues, mais des nombreux participants ainsi mis en contact14. Des éditoriaux et des articles parus dans les deux revues en sont directement issus.

  • 15 Hinnerk Bruhns et Hartmut Kaelble, 1993. « La démarche comparative en histoire sociale », Cahiers d (...)
  • 16 Patrick Fridenson, 2004. « L’expérience des tables rondes franco-allemandes d’histoire sociale », i (...)
  • 17 Voir les comptes rendus publiés par Hartmut Kaelble.

9Les tables rondes franco-allemandes d’histoire sociale sont la dernière retombée directe des tables rondes de 1975-1977. L’idée vient de l’historien de Berlin Hartmut Kaelble en 1986. Il réunit à la Maison des sciences de l’homme trois autres participants des tables rondes de 1975-1977 : Heinz-Gerhard Haupt, Yves Lequin et moi. L’accord de Clemens Heller et Maurice Aymard est immédiat. Hinnerk Bruhns, historien allemand recruté en 1985 pour créer le Programme franco-allemand du CNRS, s’adjoint au groupe initial. Le but est de lutter contre « l’ignorance cordiale » entre les chercheurs des deux pays, alors que tous les deux ont besoin de soutenir la diversité intellectuelle « face aux paradigmes anglais ou américains dominants ». L’accent est mis sur les jeunes chercheurs : « Il s’agira de présentations de travaux en cours ou récemment terminés. Comme d’habitude, les exposés seront réservés en principe à des historiens de la jeune génération, et la table ronde aura un caractère d’atelier. Des historiens et sociologues « confirmés », pour ne pas dire d’une génération plus ancienne, seront invités à préparer des commentaires », dit le texte préparatoire à la rencontre de 1994. Les six premières tables rondes de 1987 à 1994 ont pour thèmes successifs : « Itinéraires sociaux et professionnels dans l’entreprise », « La bourgeoisie en France et en Allemagne au xixe siècle », « Histoire des politiques sociales en France et en Allemagne », « Le monde des bureaux en France et en Allemagne aux xixe et xxe siècles », « Stratégies patronales et marché du travail et La démarche comparative en histoire sociale »15. Il y a eu régulièrement la présence d’un ou deux chercheurs d’autres nationalités. J’ai présenté un premier bilan de ces tables rondes en 200416. Elles avaient alors rassemblé 230 personnes. J’ai souligné les héritages des tables rondes initiales, parmi lesquels l’attachement au bilinguisme, permettant le contact direct entre les courants originaux de recherche des pays concernés, et le fait qu’à leur tour ces tables rondes franco-allemandes ont inspiré d’autres initiatives à certains de leurs participants. J’ai souligné les différences : alternance des lieux entre les deux pays, financement binational. La durée de ces tables rondes a été très remarquable, puisque la dernière a eu lieu en 2010. Elle ne s’explique pas seulement par le fait que les fondateurs, présents jusqu’au bout, ont pu trouver une relève. Les objectifs visés : poursuivre le renouvellement des problématiques de l’histoire sociale, irriguer en jeunes chercheurs les espaces de coopération bilatérale bâtis à partir des années 1970, ont été validés par les communautés scientifiques des deux pays et la circulation des idées, des méthodes, des textes et des personnes entre les deux pays a été accrue. La majorité des tables rondes a donné lieu à des publications soit dans des numéros spéciaux de revues soit dans des ouvrages collectifs17.

  • 18 MSH Informations, n° 60, 2e trimestre 1989, p. 31. Charles F. Sabel et Jonathan Zeitlin (dirs), 199 (...)

10On pourrait ajouter à cette lignée les tables rondes de la MSH animées par Charles F. Sabel et Jonathan Zeitlin qui de 1985 à juin 1989 ont rassemblé des historiens et sociologues en majorité européens pour discuter les « alternatives historiques à la production de masse » et ont abouti à un livre retentissant dans la série « Studies on modern capitalism » de la collection Cambridge University Press-MSH créée par Clemens Heller18.

  • 19 Voir par exemple, côté français, la contribution de Michel Verret dans son recueil Chevilles ouvriè (...)

11Enfin, dans le cadre de leur politique de développement de liens scientifiques entre la Maison et la Suède, Clemens Heller et Maurice Aymard font de moi l’interlocuteur français d’une série de petits colloques franco-suédois sur « Ouvriers suédois, ouvriers français xixe-xxe siècles » qui ont lieu alternativement boulevard Raspail et en Suède. L’interlocuteur suédois est Bo Öhngren, du Conseil suédois des sciences sociales et des humanités. Je n’ai retrouvé trace que de la réunion à Paris les 19 et 20 mai 1989. Ces tables rondes sont précieuses pour les participants français car d’une part elles éclairent les origines historiques et les métamorphoses du modèle suédois, au moment même où il est remis en cause dans le pays, et d’autre part elles font sentir la vigueur scientifique de l’anthropologie suédoise – ouvrière comme rurale – alors fort peu accessible en dehors de sa langue d’origine. Aux participants suédois elles font connaître la personne et l’œuvre du sociologue Michel Verret, qui a récemment achevé sa trilogie sur l’ouvrier français, et une fois de plus les travaux de jeunes chercheurs. Le projet de volume reprenant les plus fortes contributions retravaillées ne trouve cependant pas d’éditeur en raison des coûts de traduction et du thème jugé insuffisamment porteur par les éditeurs approchés. Seuls quelques articles témoignent de la richesse de cette expérience19.

  • 20 Eric Brian, « Léopold Haimson », art. cit., p. 127.
  • 21 Robert D. English, 2000. Russia and the Idea of the West : Gorbachev, Intellectuals, and the End of (...)

12L’ultime témoignage que je veux porter sur la vision de Clemens Heller porte sur sa capacité à réagir aux changements de l’URSS dans les années 1980. Dès 1984, avant même l’arrivée au pouvoir de Mikhail Gorbatchev, sur la proposition de Leo Haimson, la MSH négocie et signe un accord de coopération scientifique avec l’Académie des sciences de l’URSS20. Il amène notamment la venue à Paris de nombreux chercheurs russes dans différentes disciplines des sciences sociales. Puis en 1989, Clemens Heller mesure les possibilités d’implosion de l’URSS et le risque que les États-Unis tentent d’en accaparer le potentiel scientifique. Il met sur un pied un programme d’accueil de postdoctorants russes, qu’il baptise avec subtilité les bourses Diderot. Il obtient en un temps record l’aval de l’Élysée et négocie un accord de financement sans précédent entre plusieurs ministères et le CNRS. Il convainc la Banque de France d’apporter son concours au dispositif. La décision officielle est prise en juillet 1989, dans le cadre de la préparation du voyage à Paris de Gorbatchev, les premiers boursiers arrivent début janvier 1990. Le programme s’est terminé en 2010. En 1990 Heller veut ouvrir un canal scientifique durable avec les chercheurs russes en sciences sociales. Alors que, comme indiqué ci-dessus, mes liens avec la MSH sont à ce moment dans le franco-allemand et dans le franco-américain, Clemens Heller constitue une taskforce d’universitaires de plusieurs pays (dont une remarquable économiste italienne de Vérone, Silvana Malle) pour initier entre Moscou et Paris des échanges intellectuels intenses sur les sujets économiques et sociaux qui sont les enjeux centraux de l’avenir de la Russie : le travail, le devenir des entreprises publiques, les joint ventures avec les firmes occidentales. Il nous envoie à Moscou en mars 1990. Notre point d’ancrage est l’IMEMO, l’Institut de l’économie mondiale et des relations internationales de l’Académie des sciences21. Créé en 1956, il concentre les capacités de connaissance sur l’économie mondiale réelle, l’économie de marché et les systèmes politiques des pays, conseille le gouvernement en matière politique et économique, ainsi que les entreprises publiques. Une partie de ses membres passe régulièrement dans les élites dirigeantes du pays. Nous touchons du doigt les réalités de l’époque. L’un de nos interlocuteurs nous montre les œuvres de Marx, Engels et Lénine qui ornent la bibliothèque de son bureau et nous affirme qu’il pourra bientôt s’en débarrasser. Nos repas de midi sont pris grâce à l’intervention de la mafia géorgienne. Nous apprenons les trucages des matchs de foot pour des raisons politiques. Nous rendons visite au Centre d’étude de l’opinion publique, créé en 1987 par le sociologue Iouri Levada, et observons que le recours à la technique des sondages permet au pouvoir d’avoir une perception sans fard des réactions de la population. La méthode de mise en relation demandée par Clemens Heller est évidemment l’organisation d’une table ronde, dont les bases sont posées durant la semaine passée à Moscou et qui se tient ensuite en septembre boulevard Raspail. Avec l’arrivée au pouvoir de Boris Eltsine, notre principal interlocuteur devient vice-ministre d’un des ministères économiques. Mais l’essentiel est en place : des liens proprement européens ont été établis avec les chercheurs de la nouvelle Russie et c’est grâce à la Maison des sciences de l’homme de Clemens Heller que ces liens bénéficieront aux Russes eux-mêmes et que des réseaux se mettront en place ou s’élargiront dans plusieurs pays.

13Clemens ayant dû quitter ses fonctions pour raisons de santé en 1992, mon témoignage s’arrête là. Pourtant les années qui ont suivi m’amènent à ajouter deux points antérieurs à ce que j’ai vécu et qui, eux, relèvent de mes lectures récentes.

  • 22 Philippe Bezes, 2002. « Aux origines des politiques de réforme administrative sous la Ve République (...)
  • 23 Florence Descamps, 2014. « Le ministère des Finances, la réforme administrative et la modernisation (...)
  • 24 Jacques Lautman, 1975. « Alain Darbel 1932-1975 », Revue française de sociologie, juillet-septembre (...)

14Le premier concerne les sociologues, auxquels je faisais référence au début de cet article en soulignant le soutien apporté par Clemens Heller à Pierre Bourdieu et à la naissance d’Actes de la recherche en 1975. L’intérêt précoce de C. Heller pour l’élargissement de la sociologie au sein de la VIe section de l’EPHE est bien connu, grâce notamment à l’émouvant hommage que lui a rendu Dominique Schnapper en 2002, ce qui permet de le dater du printemps 1956. En revanche, on connaît beaucoup moins le rôle qu’il a joué dans la demande de connaissance de l’État qu’une grande direction du ministère de l’Économie et des finances a adressée à Fernand Braudel en 1965. Il avait été signalé par le politiste Philippe Bezes dans ses travaux sur la réforme de l’État puis par l’historien François Chaubet dans sa biographie du sociologue Michel Crozier22. Mais c’est le mémoire inédit d’habilitation de Florence Descamps, dont j’ai été le garant, qui a donné à cette affaire toutes ses dimensions23. Le directeur du Budget, Raymond Martinet, est depuis sa création en 1963 membre du conseil d’administration de la Fondation Maison des sciences de l’homme. En outre, depuis 1963 le sociologue et statisticien Alain Darbel travaille auprès de lui. « En partie grâce à lui », Martinet devient « un commanditaire éclairé de recherche sociologique »24. Il décide en novembre 1965 de financer un grand programme de recherche sociologique sur les administrations centrales (Intérieur, Équipement, Industrie, Aménagement du territoire, etc.) via la Maison des sciences de l’homme. Braudel ne se limite pas aux enseignants-chercheurs de la VIe section et aux chercheurs CNRS hébergés par elle : ceux du Centre de sociologie européenne (créé et dirigé par Raymond Aron) : Pierre Bourdieu, Alain Darbel, Michel Crozier, Jacques Lautman, Jean Cuisenier, et ceux du laboratoire de Sociologie industrielle dirigé par Alain Touraine. Il met également dans la boucle la Fondation nationale des sciences politiques : Georges Lavau, ainsi que François Bourricaud (université de Bordeaux). Braudel délègue assez vite le suivi des enquêtes lancées à Clemens Heller. Ce suivi n’est pas seulement financier. Raymond Martinet exprime périodiquement des exigences intellectuelles envers les sociologues que Braudel a choisis. Heller, qui a une connaissance personnelle de ce qu’est l’État en France, s’efforce d’obtenir des réponses. Il faut retenir ici bien sûr l’ampleur des sommes engagées par le directeur du Budget, à la mesure de ses inquiétudes sur le fonctionnement de l’État, mais aussi l’élan que ce programme donne aux différents courants de la sociologie française : il suffit de penser aux deux livres d’Alain Darbel et Dominique Schnapper sur la haute fonction publique – Les agents du système administratif et Le système administratif (1971 et 1973) –, à celui de Jean-Claude Thoenig sur le ministère de l’Équipement – L’ère des technocrates (1973) – et au long article de Pierre Bourdieu et Monique de Saint Martin, « Le patronat » (1978), qui sera repris dans La noblesse d’État (1989).

  • 25 Jean-Claude Thoenig, 2004. « EGOS : manager la différence », Le Journal de l’École de Paris du mana (...)
  • 26 Gwenaële Rot et Denis Segrestin (dirs), 2016. « 50 ans de sociologie des organisations », Entrepris (...)

15De Michel Crozier dérive également l’un des deux premiers réseaux de recherche internationaux accueillis par Clemens Heller à la MSH : EGOS (European Group for Organizational Studies). Comme en a témoigné Jean-Claude Thoenig, c’est un sociologue américain, Michael Aiken (université du Wisconsin), surpris de la faiblesse des liens européens en la matière, qui « a été le détonateur : durant plusieurs mois, il a fait un tour en Europe, a consulté, rencontré, en Belgique, en Allemagne, en France. À Paris, il a rencontré Michel Crozier et moi-même. Ensemble, nous sommes allés voir la Maison des sciences de l’homme, qui cherchait à monter une conférence. Nous y avons rencontré l’administrateur [adjoint], Clemens Heller, qui a été toute sa vie un extraordinaire entrepreneur d’initiatives scientifiques. Il s’est montré intéressé et disposé à nous accorder son soutien. Dans le même temps, dans des circonstances autres, EDF a proposé de nous prêter son château à Bréau-sans-Nappe, si nous souhaitions faire une réunion de deux jours à la campagne. C’est là que tout a démarré ». Ainsi naît en 1971 un réseau qui prend sa forme définitive en 1973 et qui pendant vingt-trois ans n’aura « ni statut, ni argent, ni responsables élus. Nous étions dans le provisoire et dans l’improvisation permanente. Tous les deux ans ou tous les ans et demi, une personne se proposait pour organiser un colloque, et c’est comme cela que se faisaient nos colloques ». C. Heller apporte aussi son concours sous la forme d’un supplément à MSH Informations : « une lettre, qui diffusait de l’information mais de façon totalement irrégulière, et qui était réalisée grâce au système D, par la mise à disposition gracieuse de personnes, sur leur temps de travail supplémentaire, d’abord par la Maison des sciences de l’homme »25 avec Elina Almassy, puis par le CSO (Centre de sociologie des organisations)26. EGOS crée bientôt une revue scientifique : Organization Studies. Le réseau est devenu en 1998 une association institutionnalisée et indépendante, de droit belge, lancée avec l’appui d’une fondation finlandaise, et ses congrès annuels. En 2017, selon son site, elle compte 2 500 membres appartenant à 60 pays.

  • 27 Pablo Kreimer, 1992. « Les études sociales de S & T en France », mémoire de DEA de STS, Conservatoi (...)

16Ce réseau est chronologiquement le second. Un an auparavant, en 1970, après la mise à la disposition de la VIe section d’un poste par le British Council sous les auspices de l’OCDE, son bénéficiaire l’historien Roy Mac Leod a proposé la fondation d’un réseau d’histoire et de sociologie des sciences, PAREX (Paris-Sussex). La réponse de C. Heller a été positive. Franco-britannique à l’origine, le réseau devient européen. Gérard Lemaine, Bernard-Pierre Lécuyer, Roy Mac Leod, Michael Mulkay, Elisabeth Crawford et Peter Weingart entreprennent une collaboration suivie sous forme de tables rondes et de recherches compa–ratives. PAREX met l’accent sur la production des connaissances scientifiques et en particulier « les conditions d’émergence des spécialités scientifiques ». La MSH en diffuse les travaux par une lettre d’information irrégulière en supplément à MSH Informations. Le nombre de participants passe de 10 au début à 71 à la fin de 1973. Une administration publique, la DGRST (Délégation générale à la Recherche scientifique et technique), décide de participer au financement du programme27. Le développement de la sociologie historique des sciences en Europe doit beaucoup à PAREX. Il s’accompagne en 1981 de la création de l’European Association for the Study of Science and Technology (EAST).

  • 28 Témoignage de Maurice Aymard, que je remercie très vivement pour ses conseils.
  • 29 Philippe Bezes et Michel Chauvière, 2005. « Entretien avec Lucien Brams », in Philippe Bezes, Miche (...)

17Il est important de signaler ici un autre aspect de la place de Clemens Heller dans l’appui aux recherches des sociologues. À partir des années 1970 il voit souvent Lucien Brams, grand financeur public par contrats incitatifs de la recherche en sciences sociales28. Brams, proche d’Alain Touraine au départ (il a fait partie de l’équipe de recherche au Chili dirigée par Touraine et Jean-Daniel Reynaud), est alors membre du Comité consultatif de la recherche scientifique et technique, puis responsable du secteur Sciences de l’homme à la DGRST avant de créer la mission recherche des ministères sociaux, la MIRE, en 198229.

  • 30 Raymond Boudon, 2013. « Ma traversée dans le monde scientifique (II) », Commentaire, n° 143, automn (...)

18En revanche, l’arrivée à la MSH en 1971 de Raymond Boudon, alors professeur de sociologie à l’université Paris V, et des membres de son équipe n’est pas une idée de Clemens Heller. C’est une initiative du directeur des sciences humaines du CNRS de 1967 à 1974, l’économiste Pierre Bauchet, qui les exfiltre à leur demande du Centre d’études sociologiques du CNRS et négocie directement avec Braudel la création du Groupe d’étude des méthodes de l’analyse sociologique (GEMAS), lequel va bénéficier du soutien du CNRS et de la MSH. « Le groupe a ensuite progressé de manière importante », et, défenseur d’« une autre sociologie » que celles de la VIe section puis de l’EHESS, a été actif dans l’histoire des sciences sociales, les traductions de grands auteurs étrangers, les enquêtes quantitatives et aussi l’épistémologie des sciences sociales30.

  • 31 Jacques Le Goff, 2010. Une vie pour l’histoire. Entretiens avec Marc Heurgon, 2e éd., Paris, La Déc (...)
  • 32 Ioana Popa, 2015. « Aires culturelles et recompositions (inter)disciplinaires. La VIe section de l’ (...)

19Après l’implication de Clemens Heller dans plusieurs initiatives des sociologues (et on se souvient que j’ai commencé cet article en parlant de Pierre Bourdieu), le second point que mes lectures me conduisent à évoquer concerne le portrait que Jacques Le Goff dresse de Clemens Heller dans ses entretiens autobiographiques, parus pour la première fois en 1996. J’ai été amené à lire ce livre en raison de mon engagement depuis dix ans dans l’histoire de l’enseignement supérieur français après 1945. Le Goff parle à plusieurs reprises de Heller dans le chapitre 6 consacré à son action comme président de la VIe section, une fois qu’il a succédé à Fernand Braudel en octobre 197231. Je n’ai aucune qualité pour évoquer la dramatique décision prise par Jacques Le Goff en 1973- 1974 de mettre fin aux fonctions de Clemens Heller de directeur de la division des aires culturelles de la VIe section et de participant aux réunions hebdomadaires du Bureau, et la crise qui s’en est suivie entre Le Goff et Braudel. Le Goff dit cependant sans ambiguïté son admiration pour l’œuvre menée par Heller en matière d’aires culturelles, dont le dernier coup d’archet est la création du Centre Japon en 1973. De récentes recherches confirment cette appréciation dans un espace intellectuel international et national particulièrement complexe32. À partir de là Clemens Heller s’est concentré sur la Maison des sciences de l’homme, comme administrateur adjoint puis comme administrateur. C’est dans cette seule fonction que je l’ai connu, et que j’ai pu apprécier l’extraordinaire gamme de ses capacités. Le Goff souligne que, malgré cette rupture, et malgré la tension sur la répartition des étages du 54 boulevard Raspail en 1975, Heller a maintenu une politique de bonne entente et d’« étroit accord » entre l’École et la Fondation. Il brosse plusieurs portraits de Clemens Heller qui sonnent vrai : « personnage fascinant qui avait donné naissance à une sorte de mythe, prodigieusement cultivé et ouvert » (p. 167), « j’admirais son intelligence, son imagination, son réseau de relations » (p. 178) ou encore : « Son intelligence prodigieusement fertile anime la vaste culture d’un lecteur insatiable et la sensibilité d’un mélomane passionné » (p. 189).

20Comme bien d’autres j’ai connu la grandeur de Clemens Heller. Il me semble aujourd’hui qu’elle a eu deux traits caractéristiques principaux.

  • 33 Brigitte Mazon, 1988. Aux origines de l’École des hautes études en sciences sociales. Le rôle du mé (...)

21Le premier est l’agilité. Agilité intellectuelle, administrative, financière, culturelle, internationale. Cet aspect de son caractère et de son action a d’autant plus de force qu’il s’est exercé face à des enjeux de plus en plus difficiles et de plus en plus internationaux, mais aussi face à toutes les bureaucraties du monde : les ministères, les organismes publics de recherche, les ambassades, les associations, les juridictions administratives, les organisations internationales et même parfois les grandes fondations essentielles à son action33. Le soutien de celles-ci lui valant parfois une réputation d’agent de la CIA, reprise à la fin des années 2000 sur l’Intranet de l’École des hautes études par un démographe fort connu, légende noire dont j’ai fait litière sur le même canal en répliquant que je ne connaissais pas de personne ou d’organisation qui aurait pu manipuler Clemens Heller… Son intérêt de jeunesse pour Max Weber l’aidait-il à tracer le chemin de l’innovation dans les labyrinthes des technocrates ou des bureaucrates ? En tout cas il me paraît certain que les rationalisations ou les démocratisations successives de l’enseignement supérieur et de la recherche ne diminuent en rien le besoin de personnalités de cette trempe.

  • 34 Nina Grunenberg, 1986. « Clemens Heller. Ein Händchen für Genies. Ein Wiener aus Amerika macht in P (...)
  • 35 Ibid.

22Le deuxième trait caractéristique est l’étendue de son rôle. Auquel Braudel a permis de donner toute sa mesure. Comme je l’ai suggéré plus haut, les caractérisations fréquentes de C. Heller en termes d’entrepreneur scientifique, de « sorte de manager de la science comme il n’en existait pas alors en France » (Jacques Le Goff, p. 167), d’imprésario intellectuel (Mark Mazower) ou de « petite main pour génies »34 ne lui rendent pas pleinement justice. On a certes raison de mettre en valeur sa curiosité inlassable, sa capacité à prendre des risques, sa générosité qui toutes sont patentes35. Mais il faut aller plus loin. Il me semble que Clemens Heller était un homme qui croyait dans le pouvoir des individus de transformer le monde et qui avait foi dans la dynamique des sciences sociales pour forger l’avenir. C’était d’abord un novateur. Et même un créateur.

Notes

1 Madeleine Rebérioux (dir.), 1980. « Georges Haupt parmi nous », Le Mouvement social, n° 111, avril-juin. Maria Grazia Meriggi (dir.), 2012. « Georges Haupt, l’Internationale pour méthode », Cahiers Jaurès, n° 203, janvier-mars.

2 Eric Brian, 2011. « Léopold Haimson (1927-2010) », Le Mouvement social, n° 236, juillet-septembre, p. 125.

3 Louise Tilly, 1975. « Round Table on Labor and Economic Change », Newsletter : European Labor and Working Class History, vol. 8, novembre, p. 10-12.

4 Comme le remarque dans un bel article, rarement cité, Ernest Labrousse, 1978. « Georges Haupt, historien français du socialisme international », Cahiers du monde russe et soviétique, juillet-septembre, p. 217-220, ici p. 220.

5 Pierre Bourdieu, 1980. « La grève et l’action ouvrière », Questions de sociologie, Paris, Éditions de Minuit, p. 251-263.

6 Michelle Perrot, 2013. « Rencontres avec Eric Hobsbawm », Le Mouvement social, n° 242, janvier-mars, p. 149-150.

7 Florence Rochefort et Françoise Thébaud, 2010. « Entretien avec Michelle Perrot. Itinéraire d’une pionnière », Clio, n° 32, p. 219.

8 La majorité de ces tables rondes ont fait l’objet de comptes rendus dans le bulletin MSH Informations (aujourd’hui disponible en ligne, http://nabu.fmsh.fr/document/FR075FMSH_000000038#tt1-1). Les lettres échangées avant les séances, notamment par Hobsbawm, Thompson et Haupt, sont conservées aux archives de la FMSH.

9 Mark Mazower, 2017. « Devenir Hobsbawm : une internationalisation de la profession historienne », Le Mouvement social, n° 259, avril-juin, p. 22 et 24-25.

10 Maurice Aymard, « Braudel et Heller », dans le présent volume.

11 Voir les rapports annuels de Leo Haimson et Eric Brian à Clemens Heller, aux Archives de la FMSH.

12 Leopold H. Haimson et Charles Tilly (dirs), 1989. Strikes, Wars, and Revolutions in an International Perspective : Strike Waves in the Late Nineteenth and Early Twentieth Centuries, Cambridge, Cambridge University Press. Leopold H. Haimson et Giulio Sapelli (dirs), 1992. Strikes, Social Conflicts, and the First World War, Milan, Feltrinelli.

13 Geoffrey Field et Michael Hanagan, 2012. « ILWCH : Forty Years On », International Labor and Working-Class History, n° 82, p. 5-14.

14 Roberto Ceamanos LLorens, 2004. De la historia del movimiento obrero a la historia social : L’actualité de l’histoire (1951-1960) y Le Mouvement social (1960-2000), Saragosse, Prensas Universitarias de Zaragoza, p. 208.

15 Hinnerk Bruhns et Hartmut Kaelble, 1993. « La démarche comparative en histoire sociale », Cahiers du Centre de recherches historiques, n° 11.

16 Patrick Fridenson, 2004. « L’expérience des tables rondes franco-allemandes d’histoire sociale », in Fritz Nies (dir.), Europa denkt mehrsprachig. L’Europe pense en plusieurs langues, Tübingen, Gunter Narr Verlag, p. 187-194. Cf. aussi le bilan intermédiaire : Hinnerk Bruhns, 1992. « La coopération scientifique entre historiens français et allemands », Vingtième siècle, n° 34, avril-juin, p. 201-209.

17 Voir les comptes rendus publiés par Hartmut Kaelble.

18 MSH Informations, n° 60, 2e trimestre 1989, p. 31. Charles F. Sabel et Jonathan Zeitlin (dirs), 1997. World of Possibilities : Flexibility and Mass Production in Western Industrialization, Cambridge, Cambridge University Press, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme. Les participants français sont Alain Cottereau et Alain Dewerpe.

19 Voir par exemple, côté français, la contribution de Michel Verret dans son recueil Chevilles ouvrières, Paris, Éditions de l’Atelier, 1995, et Yves Cohen, 1996. « Mouvement social et politiques d’organisation : Peugeot et le pays de Montbéliard de 1919 à 1922 », Le Mouvement social, n° 175, avril-juin, p. 113-147.

20 Eric Brian, « Léopold Haimson », art. cit., p. 127.

21 Robert D. English, 2000. Russia and the Idea of the West : Gorbachev, Intellectuals, and the End of the End of the Cold War, New York, Columbia University Press.

22 Philippe Bezes, 2002. « Aux origines des politiques de réforme administrative sous la Ve République : la construction du « souci de soi » de l’État », Revue française d’administration publique, avril-juin, p. 324. François Chaubet, 2014. Michel Crozier. Réformer la société française, Paris, Les Belles Lettres, p. 119-120.

23 Florence Descamps, 2014. « Le ministère des Finances, la réforme administrative et la modernisation de l’État 1914-1974 », mémoire inédit pour l’habilitation à diriger des recherches en histoire, EHESS, chapitre XVIII, p. 714-787. Et son article « Les sciences sociales à l’épreuve du ministère de l’Économie et des finances », Revue française de science politique, à paraître.

24 Jacques Lautman, 1975. « Alain Darbel 1932-1975 », Revue française de sociologie, juillet-septembre, p. 419.

25 Jean-Claude Thoenig, 2004. « EGOS : manager la différence », Le Journal de l’École de Paris du management, n° 46, mars-avril, p. 23-28. François Chaubet, Michel Crozier, op. cit., p. 306 note 64 indiquent que l’aide matérielle et morale de C. Heller a été complétée par celle de la Fondation Ford.

26 Gwenaële Rot et Denis Segrestin (dirs), 2016. « 50 ans de sociologie des organisations », Entreprises et Histoire, n° 84, septembre.

27 Pablo Kreimer, 1992. « Les études sociales de S & T en France », mémoire de DEA de STS, Conservatoire national des arts et métiers, p. 15-17. Jérôme Lamy et Arnaud Saint-Martin, 2015. « La sociologie historique des sciences et techniques : essai de généalogie conceptuelle et d’histoire configurationnelle », Revue d’ histoire des sciences, janvier-juin, p. 189-190.

28 Témoignage de Maurice Aymard, que je remercie très vivement pour ses conseils.

29 Philippe Bezes et Michel Chauvière, 2005. « Entretien avec Lucien Brams », in Philippe Bezes, Michel Chauvière, Jacques Chevallier, Nicole de Montricher et Frédéric Ocqueteau (dirs), L’État à l’épreuve des sciences sociales. La fonction recherche dans les administrations sous la Ve République, Paris, La Découverte, p. 216-226.

30 Raymond Boudon, 2013. « Ma traversée dans le monde scientifique (II) », Commentaire, n° 143, automne, p. 603-611.

31 Jacques Le Goff, 2010. Une vie pour l’histoire. Entretiens avec Marc Heurgon, 2e éd., Paris, La Découverte, p. 166-167, 177-180, 186-187, 188-189.

32 Ioana Popa, 2015. « Aires culturelles et recompositions (inter)disciplinaires. La VIe section de l’EPHE et les études sur l’espace russe, soviétique et est-européen », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 210, décembre, p. 60-81.

33 Brigitte Mazon, 1988. Aux origines de l’École des hautes études en sciences sociales. Le rôle du mécénat américain, 1920-1960, Paris, Le Cerf ; Giuliana Gemelli, 1995. Fernand Braudel, Paris, Odile Jacob. Ludovic Tournès, 2011. Sciences de l’homme et politique. Les fondations philanthropiques américaines en France au xxe siècle, Paris, Classiques Garnier, p. 232-245.

34 Nina Grunenberg, 1986. « Clemens Heller. Ein Händchen für Genies. Ein Wiener aus Amerika macht in Paris Wissenschaftpolitik », Die Zeit, n° 23.

35 Ibid.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search