Version classiqueVersion mobile

Clemens Heller, imprésario des sciences de l’homme

 | 
Hinnerk Bruhns
, 
Joachim Nettelbeck
, 
Maurice Aymard

Deuxième partie. Du Salzburg Seminar à la Maison des sciences de l’homme

« Planification souple » – Clemens Heller et le management de projets à la VIe section

Anne Kwaschik

Texte intégral

  • 1 [Excerpt from] John Maier’s diary, 10.11.1958. Rockefeller Archive Center, Rockefeller Foundation, (...)

1 Lorsqu’en novembre 1958 Clemens Heller invite à déjeuner un chercheur associé américain à Paris, ce dernier lui raconte une piece of gossip (rumeur) : il y aurait en ville un gangster qui veillerait sur place à défendre les intérêts des fondations américaines – Rockefeller et Ford. Il interroge alors Heller sur les dessous de cette affaire. Nous ignorons qui était le chercheur et ce que Heller lui a répondu, mais ce que nous savons, c’est que la situation ne manquait pas de piquant, puisque le supposé gangster n’était autre que Heller lui-même, qui rapporta d’ailleurs l’anecdote à ses interlocuteurs de la Fondation Rockefeller afin d’attirer l’attention de New York sur le climat antiaméricain qui régnait alors dans le milieu intellectuel parisien1.

2Cette histoire est instructive si l’on veut comprendre la situation parisienne, mais aussi le rôle de Heller. Elle dénote d’une part la position monopolisante de la VIe section dans le champ des sciences sociales. Cet image est renforcée par l’antiaméricanisme des années 1950 dans le monde académique qui associe, on le sait, la place essentielle et croissante (dite « impérialiste ») de la VIe section dans le Paris de l’après-guerre à l’hégémonie des États-Unis en Europe de l’Ouest. L’anecdote reflète d’autre part le rôle central de Heller et de ses contacts avec les fondations philanthropiques outre-Atlantique. Son travail est décisif dans l’essor de la VIe section et de son Centre de recherches historiques, simple laboratoire de recherche qui se mue en grande institution scientifique à partir de la fin des années 1940.

  • 2 Lutz Raphael, 1994. Die Erben von Bloch und Febvre. Annales-Geschichtsschreibung und nouvelle histo (...)

3L’anecdote nous indique enfin que la véritable fonction de Heller reste énigmatique, car son nom n’est jamais publiquement cité lorsqu’on évoque la personne qui tire les ficelles, pas plus que sa signature n’apparaît sur les dossiers de subvention. La dynamique intellectuelle et le rayonnement mondial de la VIe section ont fait l’objet de maintes analyses. Mais le fait que cette évolution repose aussi sur le travail du manager de projets Heller reste la plupart du temps dans le flou des notes de bas de page. On y souligne alors souvent que sa contribution, en sa qualité de « bras droit » de Braudel, ne doit « pas être sous-estimée »2.

  • 3 Pierre Bourdieu, 2004. Esquisse pour une auto-analyse, Paris, Raison d’agir, p. 47.

4L’anecdote fait aussi allusion à sa capacité de nouer des contacts, d’inciter les chercheurs à rencontrer des collègues étrangers venant d’autres disciplines et à sa facilité à trouver des financements. Or, l’importance de Heller excède largement celle d’un rédacteur de dossiers de subvention et de coordinateur. Pour reprendre les mots de Bourdieu, il est un « incomparable animateur-agitateur scientifique »3 qui, aux côtés de Braudel, marque le paysage scientifique français – et plus largement européen –, et sa réorganisation après 1945 sous les auspices de l’interdisciplinarité et de l’internationalité.

  • 4 Krzysztof Pomian, 1988. « Clemens Heller », Le Débat, n° 50, p. 246.
  • 5 Anne Kwaschik, 2016. « Transatlantic Exchanges. Fernand Braudel, the Rockefeller Foundation and the (...)

5Heller a une position influente. Ses méthodes, bien que peu orthodoxes, sont fructueuses. Le chercheur américain vient le voir parce qu’ un rendez-vous avec Heller est inscrit dans le programme de visite des chercheurs invités en sciences sociales. Cependant, il ignore qu’il se trouve en face du gangster, dont la position ne reste pas moins chatoyante et mythique. Le portrait que Krzysztof Pomian dresse de Heller en 1988 pour le « Dictionnaire d’une époque » dans Le Débat se situe dans la rubrique : « illustres inconnus ou inconnus illustres4 », ce qui montre bien à quel point le travail de Heller, tout à la fois « animateur » et « agitateur », est difficile à appréhender. On ne peut comprendre pleinement son rôle qu’en étudiant l’histoire de la VIe section sous l’angle de la sociologie des sciences et en réinterrogeant la communication entre Paris et New York, mais aussi celle entre les disciplines5.

L’animateur-agitateur scientifique

  • 6 Philippe J. Bernard, 1964. « La planification française », Annales. Histoire, Sciences Sociales, n° (...)

6En reprenant la comparaison avec la planification économique et la modernisation de la société française consécutive au plan Marshall, on pourrait, dans une perspective historique, qualifier le travail de Heller de « planification souple », qui se distingue par trois missions fondamentales : coordonner des initiatives et des activités économiques en fonction d’objectifs précis ; impulser et stimuler de sorte à prévoir les évolutions et à les anticiper et, corrélativement, animer ces évolutions grâce à une planification proactive6.

  • 7 Helga Nowotny, citée par Helmut Spudlich, 1990. « Makler der Wissenschaft. Österreich ehrt mit Cle (...)
  • 8 https://www.welt.de/kultur/article164415138/Das-muessen-Sie-lesen.html. [5.10.2017]
  • 9 John Marshall à Clemens Heller, 17.7.1959. Archives EHESS, fonds Clemens Heller, carton Fondations (...)

7Dans ce contexte, Heller est passé maître du rassemblement des initiatives et des hommes, allant de déjeuners communs à de grands projets de coopération. Il rapproche les gens dans la grande tradition viennoise des salons et consacre une grande partie de son travail à fédérer chercheurs et projets, « qui ignorent qu’ils sont faits les uns pour les autres7 ». C’est ainsi que Wolf Lepenies participe le jour même de son arrivée à la Maison des sciences de l’homme à une journée d’étude sur la ville au xve siècle et que Heller lui présente un mathématicien hongrois8. La Fondation Rockefeller réagit parfois avec un étonnement identique à celui des chercheurs quant à ces associations. Ainsi, à l’été 1959, la Fondation rejette aussi poliment que fermement la tentative de Heller d’intégrer les travaux de Lévi-Strauss dans les programmes d’aires culturelles. En dépit de l’estime qu’elle porte à l’importance théorique de ses travaux sur les mythes, il lui semble abusif d’assigner le label à ce projet, juge-t-elle9.

  • 10 Margaret Mead, The Salzburg Seminar in American Civilization 1947. RAC, RF, RG 1.2. Ser. 200, Box 1 (...)
  • 11 Clemens Heller à Edward D’Arms, 13.1.1948. RAC, RF, RG 1.2., Ser. 200, Box 111, Folder 975.
  • 12 Interview Edward D’Arms Heller, 27.1.1950. RAC, RF, RG 1.2. Ser. 200, Box 111, Folder 976.

8Les liens de Heller avec la Fondation Rockefeller remontent à une première initiative visionnaire et collaborative de 1947, date à laquelle il fonde le séminaire de Salzbourg avec deux collègues. Cet atelier international pour étudiants autour de la question de la civilisation américaine est organisé au château de Leopoldskron10. Heller en est l’executive secretary, Dick Campbell l’european secretary et Scott Elledge le secretary of faculty11. Un séminaire créé ex nihilo grâce à un management enthousiaste et si fructueux qu’on discute de son institutionnalisation déjà au bout de deux ans. La Fondation se dit « impressed by the tremendous restless energy and the selfless devotion of H.12 ».

  • 13 Norman S. Buchanan, Diaries, Paris 15./16.2. ; 14.3.1949. RAC, RF, RG 12, Officer’s Diaries, FA 391

9Les nombreuses discussions de Heller et des officers à propos du montage de projets forgent les conditions des institutionnalisations ultérieures, même si toutes les demandes ne sont pas concrétisées ou le sont sous une autre forme. Il est parfois difficile de prévoir la direction que prendront les idées initiales. Pour ses réunions régulières avec les responsables de la Fondation, Heller prépare toujours un grand nombre de demandes de financement, généralement déjà constituées en dossier. Certaines de ces demandes suivent parfois des voies sinueuses, à l’instar du projet, en 1949, de fonder une bibliothèque avec l’UNESCO. Outre l’importance des bibliothèques dans les programmes de subvention des fondations philanthropiques, cette idée répond aussi à une motivation personnelle de Heller : en 1940-1941 il a étudié la bibliothéconomie pendant un semestre à la Western Reserve University de Cleveland et, en 1943, il a travaillé à la bibliothèque de l’université de Pennsylvanie pendant qu’il préparait sa thèse de doctorat sur l’histoire des idées politiques de la jeunesse allemande aux xixe et xxe siècles. De nombreuses années plus tard, le projet de l’après-guerre se réalisera avec la bibliothèque de la MSH13.

  • 14 [Statement on Heller], 9.12.1954, Archives EHESS, fonds Clemens Heller, boîte Fondations américaine (...)

10Un de ses principaux projets à compter du milieu des années 1950 est de créer et de développer une structure pour les area studies. Heller poursuit un but concret : donner une orientation sociologique à la recherche française sur les différentes aires culturelles, les ancrer plus fortement dans le présent et les intégrer à la VIe section. « H. would like to see historical treatment of e.g. Islamic and Oriental areas undertaken in comprehensible form and with an agreed terminology and definition of problems14 », note l’officer de la Fondation Rockefeller fin 1954. Le programme d’aires culturelles de la VIe section de l’École pratique des hautes études (à partir de 1955) le conduira, via les réseaux multilatéraux à mi-chemin entre science et politique, à planifier et fonder la Maison des sciences de l’homme au début des années 1960.

  • 15 Interview John Maier/ Robert W. July/ Charles B. Fahs, Clemens Heller, 4.9.1957, RAC, RF, RG 1.2., (...)

11Cet esprit créatif constitue le socle des évolutions ultérieures, tout en provoquant régulièrement des problèmes de communication. Car la multitude d’idées émanant de Clemens Heller amène les officer à s’interroger sur le bien-fondé de son action, qui leur laisse parfois une impression de management dit « opportuniste ». À chaque nouveau projet qui surgit, Heller et Braudel veulent créer un nouveau centre ou un nouvel axe thématique, critique la Rockefeller. Sommé de s’expliquer, Heller renvoie avec assurance à la fonction de flambeau de la VIe section : « I am afraid that you have the impression that we are producing projects in the running band. However, this is not the case : we have simply become a center through which most of the social science projects pass15 ».

12officers

13?

  • 16 Interview John Maier/ Robert W. July/ Charles B. Fahs, Clemens Heller, 4.9.1957, RAC, RF, RG 1.2., (...)
  • 17 Interview Edward D’Arms, Heller, 27.1.1950. RAC, RF, RG 1.2. Ser. 200, Box 111, Folder 976.

14Aux yeux de Heller, son rôle et celui de la VIe section ne résident pas tant dans la coordination que dans l’initiative et l’organisation de nouvelles évolutions. La section possède une double fonction : « a coordinating function among a number of other institutions and also a stimulating one16. » La Fondation Rockefeller de son côté dénote bien la faculté de Heller « to start something and to keep it going until tangible results are achieved17 ».

L’interdisciplinarité vécue

  • 18 Bourdieu, 2004. Esquisse pour une auto-analyse, Paris, Raison d’agir, p. 47.

15La spécificité de la planification parisienne à la VIe section se trouve, on le sait, dans le tandem Heller-Braudel. Heller, pour sa part, cherche toujours à encourager de nouveaux axes de recherche. Il est en cela un « incomparable animateur-agitateur scientifique » qui secondait Braudel en tout (et parfois le précédait)18. Pour Braudel, cette coopération se lit dans le regroupement des disciplines et des chercheurs, c’est-à-dire dans l’organisation de l’interdisciplinarité. Au vu de la crise des disciplines, Braudel, à la manière qui est la sienne, fait de l’interdisciplinarité une priorité. Les area studies américaines y jouent un rôle de pionnières :

  • 19 Fernand Braudel, 1958. « Histoire et sciences sociales : la longue durée » in Annales. Économies, S (...)

Mais se rapprocher tout d’abord, l’opération est urgente. Aux États-Unis, cette réunion a pris la forme de recherches collectives sur les aires culturelles du monde actuel : les Area Studies étant, avant tout, l’étude par une équipe de social scientists, de ces monstres politiques du temps présent : Chine, Inde, Russie, Amérique latine, États-Unis. Les connaître, question de vie ! Encore faut-il, lors de cette mise en commun de techniques et de connaissances, que chacun des participants ne reste pas enfoncé dans son travail particulier, aveugle ou sourd, comme la veille, à ce que disent, écrivent, ou pensent les autres19 !

  • 20 Grant in aid to the Sixth Section of Paris of the EPHE to enable Prof. Fernand Braudel to visit the (...)

16Braudel peut s’appuyer ici sur la tradition des enquêtes de l’entre-deux-guerres, placées sous le signe du travail collectif et de l’interdisciplinarité. La VIe section se bâtit alors une réputation d’innovatrice, qui lui vient tout particulièrement de sa pratique de recherche et sera déterminante dans l’intérêt que lui porte la Fondation Rockefeller : « The Sixth Section will become the vigorous proponent of a style of scholarship new to the French scene, which is characterized by an interdisciplinary approach and group cooperation20 » est-il écrit dans le dossier de motivation relatif à la subvention des voyages aux États-Unis de Braudel, du père Henri Chambre et de Jean Train en 1955.

  • 21 Edward D’Arms, Interview Professor Fernand Braudel, 21.10.1950. RAC, RF, RG 1.2., Ser. 500 S, Box 1 (...)

17Toutefois, leur enthousiasme n’empêche ni Braudel ni Heller de prendre en considération l’importance de l’habitus des professeurs pour les structures du centre. Dès ses premiers contacts avec la Rockefeller, Braudel prévient que les chercheurs français sont « incapables » de travailler en équipe : « However by bringing together Italians, Germans, Americans, British or others, some of the jobs could be done and perhaps the French could be shown the advantage of team research21. » Le travail de persuasion et la mise en œuvre du projet incombent les années suivantes au seul Heller, ainsi que le reconnaît Braudel, dont l’impatience dans les innombrables conflits internes est peu propice à l’avancée du projet. En 1957, un officer de la Rockefeller note après une réunion avec l’historien :

  • 22 [Excerpt from] Edward D’Arms’s diary of trip to Europe, 4.3.1957. RAC, RF, RG 1.2., Ser. 500 R, Box (...)

Actually, cooperative work is very difficult to maintain at a high level. Braudel attributes at least 50 % of the success of the Area Studies programs to Clemens Heller’s patience and willingness to spend endless time with groups and individuals, whereas B. confesses that he sometimes becomes short-tempered and has to withdraw from meetings for fear of provoking a crisis22.

  • 23 Fernand Braudel, 1986. « Réponse », in Discours de réception de Fernand Braudel à l’Académie frança (...)
  • 24 Francis X. Sutton, 2001. « The Ford Foundation’s Transatlantic Role and Purposes, 1951-81 », in Rev (...)

18Vers la fin de sa carrière, Braudel admet que Heller assume l’essentiel du travail : « Figurez-vous », reconnaît-il lors de sa réception à l’Académie, « qu’il travaille à mes côtés, faisant l’essentiel de ma tâche depuis quarante ans. Il le fait avec une sorte d’élan, d’enthousiasme, d’intelligence, d’intelligence supérieure assez rare23. » Cette description est corroborée par d’autres connaisseurs de la situation parisienne, tels que Frank Sutton, officer de la Fondation Ford, qui souligne le travail de Heller et son « unique obsessiveness in the pursuit of academic enterprises24 ».

  • 25 Roberta Frank, 1988. « Interdisciplinary. The First Half Century », Items 42 (3), p. 73-78.

19L’interdisciplinarité n’a cependant pas vertu d’imiter un discours américain afin de servir une demande de subvention25. Elle incarne une réforme intellectuelle des cultures scientifiques après 1945. À la VIe section, elle marque la délimitation entre centres traditionnels et nouveaux centres, qui forment également le cœur du département des aires culturelles. Au moment du conflit avec le géographe Jean Gottmann à propos de la création d’un centre sur l’Amérique du Nord, Heller explique en détail le caractère novateur des centres, aux découpages inédits :

  • 26 Clemens Heller à Jean Gottmann, 4.5.1959. Archives EHESS, fonds Clemens Heller, carton Fondations a (...)

… as the expression of the temperament and the ideas of one scholar. The Area Centers of the École Pratique des Hautes Études bring together scholars of very different points of view and temperaments, among whom the only link is very often only the area in which they are interested. This does not mean that they have to make compromises in their method and position, or are asked to arrive at a common denominator in their work but it is hoped that they will collaborate in the creation of large institutional units which can command sufficient resources to be beneficial to them all, and which will create at least an opportunity and an inducement for collaboration between different disciplines and methods26.

  • 27 André Piatier à Fernand Braudel, 14.11.1961. Archives EHESS, fonds Louis Velay, Article 1.

20Pour les centres, cette pratique de l’interdisciplinarité devient la stratégie de l’institution parisienne. Il est au demeurant difficile de déterminer à quel point la transformation planifiée de la communication intellectuelle s’est à long terme muée en interdisciplinarité. À peine quelques années après le lancement des programmes surgit le premier débat sur la nécessité d’une réforme, fondé sur une évaluation du statisticien André Piatier, qui, dans un échange avec Braudel, constate que les programmes n’ont pas apporté l’interdisciplinarité visée, mais qu’ils fonctionnent en réalité selon les vieux modèles décrits par Heller : chaque centre est dominé par un chercheur et sa discipline et non par la production de savoirs intégrés dans les divers programmes des aires culturelles27.

  • 28 Roland Barthes, Compte rendu des Rencontres de Royaumont, 19 et 20 mai 1973. Archives EHESS, fonds (...)

21Toutefois, cette question reste inscrite dans l’ADN de l’École pratique, de sa VIe section ou des évolutions institutionnelles et intellectuelles ultérieures. Elle est au cœur du débat sur la restructuration de l’institution en 1973, qui se déroule à Royaumont sous la devise de « l’interdisciplinarité », et est animé par Jacques Le Goff, successeur de Braudel à la direction de la VIe section, et tout particulièrement par Roland Barthes28.

Formaliser la contingence : le projet

  • 29 Christina Besio, 2009. Forschungsprojekte. Zum Organisationswandel in der Wissenschaft, Bielefeld, (...)

22À lire les documents de négociation entre Paris et New York concernant le caractère innovant d’un volet spécifique ou du projet dans son entier, on comprend à quel point la recherche sur projet induit des modalités de travail scientifique inédites. Elle signe l’avènement de « conditions de travail et de formes d’organisation de la pensée scientifique », qui suivent une logique différente29.

23Cette formalisation se traduit par des problèmes de communication entre Heller et la Fondation, car la mise en place des aires culturelles prend forme dans un cadre de planification formelle, garantissant la faisabilité, l’innovation et la flexibilité. Les échanges à propos des area studies à Paris commencent par la formulation d’objectifs de subvention à long terme à Paris et se poursuivent par une négociation avec la Fondation à New York, mais aussi à Paris avec, et entre, les chercheurs.

  • 30 John Maier à Gerard R. Pomerat, 21.3.1958. RAC, RF, RG 1.2., Ser. 500 R, Box 10, Folder 104.
  • 31 Clemens Heller à John Marshall, 5.11.1959. Archives EHESS, fonds Clemens Heller, cartons Fondations (...)

24La formulation des projets est elle-même un processus d’apprentissage dans les années 1950. Côté français, cette forme de recherche est non seulement inconnue, mais les chercheurs ignorent encore que leurs demandes de financement doivent respecter certains critères formels, décisifs pour l’octroi des subventions. On se tourne vers la Fondation en général lorsque surgit un besoin budgétaire urgent, par exemple lorsque le CNRS ne peut pas financer ses bourses de séjour à l’étranger, parce que le gouvernement ne lui alloue pas de devises étrangères au printemps 195830, ou lorsqu’il faut rapatrier en France une copie complète des Human Area Files31. Par conséquent, les officers se voient à maintes reprises dans l’obligation de rappeler que tout soutien financier requiert un dossier de demande motivé, composé d’éléments précisément définis :

  • 32 Edward D’Arms à Vadim Elisseeff, 13.9.1955. RAC, RF, RG 1.2., Ser. 500 R, Box 10, Folder 96.

In all cases of this sort we have to be able to make a very clear statement of the character of the project, its justification, the scholars participating, and the reasons for believing that the research done will be of high scholarly quality and as nearly objective as is possible. We simply do not yet know enough about the project at the Sixième section to make such a statement32.

  • 33 Holger Braun-Thürmann, 2010. « Wandel der Wissensproduktion », in Dagmar Simon, Andreas Knie et Ste (...)

25Force est de constater que cette communication ne porte pas uniquement sur le projet de recherche concret, mais sur la manière dont la nouvelle forme d’organisation transforme la science en projet33. Le dialogue avec les responsables de la Fondation porte en premier lieu sur la formulation du projet.

  • 34 Edward D’Arms, Area Studies in France : Interview Prof. and Mrs. Braudel, Prof. Train ; Père Henri (...)

26Le projet comme forme d’organisation donne le coup d’envoi aux évolutions qui, idéalement, devraient déboucher sur une institutionnalisation. Concrètement, cette forme se révèle la plupart du temps difficile ou laborieuse et agit comme un effet de levier sur les évolutions. S’il est certain que les aires culturelles auraient vu le jour même sans subventions, comme le reconnaît dès 1955 la Fondation Rockefeller dans un rapport interne, « Area programs at the Sixième Section will continue, whether RF support is given or not. They will, however, go forward more strongly with RF help at this time34 », le financement initial de la Rockefeller a toutefois une fonction catalysatrice déterminante :

  • 35 Fernand Braudel au Président de la Fondation Rockefeller, 27.4.1957 (1ère version). Archives EHESS, (...)

Once it had provided the possibility to demonstrate the usefulness and the efficacy of the area approach, considerable support from French sources has been forthcoming since the start of the program 14 new chairs specially assigned to the area programs, carrying each an annual salary of about 6 000 dollars have been established in the 6th section and the Rockefeller funds have been more than matched in outright research grants from the Ministry of Education and from the Recherche Scientifique. There is every reason to believe that the French commitments will continue to increase over the years to come35.

27Le démarrage efficace et subventionné des programmes d’aires culturelles marque le point de départ de l’institutionnalisation des sciences sociales sous un seul toit à la Maison des sciences de l’homme.

The utopian dreamer

28Pour conclure, nous pouvons constater que les programmes d’aires culturelles, tout en s’intégrant très distinctement dans la planification institutionnelle et intellectuelle de la VIe section, permettent d’en dégager les caractéristiques. Elles sont perçues comme la première pierre d’une faculté des sciences sociales, d’une maison des sciences sociales à Paris. À cet effet, le « projet » est utilisé comme un outil de développement, et la gestion de Heller en est la forme structurelle qui donne lieu à un décloisonnement des diverses disciplines. Grâce au recours à des techniques de planification et d’organisation, à la structuration préalable par phases et à l’introduction d’objectifs de recherche et de critères de quantification, la VIe section participe du potentiel innovant du projet. Au demeurant, les acteurs parisiens s’emparent de la présentation de ce mode de pensée et de la négociation de concepts tels qu’« innovation » et « excellence » pour consolider leur propre position et concrétiser le projet de l’entre-deux-guerres de réunir les sciences sociales dans un institut ; désormais sous l’égide de l’histoire.

  • 36 Emmanuel Le Roy Ladurie, 1982. Paris-Montpellier, P. C.-P.S.U. 1945-1963, Paris, p. 223.

29Partant de cette impression, les contemporains de Heller, ainsi que l’indique l’anecdote sur le gangster mentionnée en introduction, mais aussi les historiens, jugent son administration à l’aune de ses compétences sur l’Amérique, qui distinguent assurément le réémigrant et « homme à trois cultures » de Braudel. Il est impossible de nier que les réseaux transatlantiques que Heller établit à partir des années 1940 sont fondamentaux dans son travail parisien, pas plus que l’on ne peut ignorer qu’il est empreint de culture scientifique anglo-saxonne. À cela s’ajoute que l’internationalité qu’il incarne dans le Paris des années 1950 se trouve à l’exact opposé de l’hexagonalisme, comme ses contemporains l’ont déjà souligné. Dans ses mémoires, Emmanuel Le Roy Ladurie se remémore cette époque et compte Heller parmi les rares à avoir reconnu l’importance de la recherche internationale au lendemain de la guerre. « Celui-ci apporta à l’École le cosmopolitisme qui avait manqué jusqu’alors aux bureaucraties universitaires, enserrées par les six faces de l’Hexagone. Pétri de culture anglo-saxonne, formé dans les universités américaines, Heller […] avait compris que le monde extérieur existait36 ».

  • 37 National Archives and Records Administration, Record Group : 60 Department of Justice, Class 146 –  (...)

30Si elle est décisive, la situation spécifique de l’après-guerre avec sa mythification de l’Amérique en général et des sciences sociales américaines en particulier ne suffit pourtant pas à expliquer le « phénomène Heller ». Toujours est-il que le manager scientifique qu’est Heller n’est pas devenu un adepte du système américain, ce dont témoignent les rapports du FBI des années quarante. Même en tenant compte du fait que le rapport vise essentiellement les opinions politiques et la position de Heller à l’égard des États-Unis pendant la guerre, et qu’il force le trait, la description n’en reste pas moins éloquente. Toutes les personnes interrogées dressent le portrait de l’érudit classique de culture européenne. Ainsi, Heller fait partie des étudiants les plus méditatifs. Il semble incarner le penseur rêveur et romantique, « a very scholarly person », qui ne se débarrasse ni de son accent allemand ni de ses « very old world manner », et qui finit toujours par juger que les contributions intellectuelles des Européens sont supérieures à celles des Américains. On lui attribue des intérêts scientifiques à 99 % : « his sole interests were centered in history books37 ».

31Pour l’analyse de la « planification souple » à la VIe section, cette image nous amène à préciser le rôle de Heller dans l’Europe d’après-guerre. Force est de constater que la clé de son succès ne doit pas être cherchée dans des connexions telles que les suggère l’anecdote évoquée au début de cette réflexion mais dans le simple fait que l’« animateur-agitateur scientifique » Clemens Heller n’a jamais cessé d’être un very scholarly dreamer.

Notes

1 [Excerpt from] John Maier’s diary, 10.11.1958. Rockefeller Archive Center, Rockefeller Foundation, Record Group 1.2., Series 500 R, Box 10, Folder 104.

2 Lutz Raphael, 1994. Die Erben von Bloch und Febvre. Annales-Geschichtsschreibung und nouvelle histoire in Frankreich 1945 – 1980, Stuttgart, Klett-Cotta, p. 181 ; Brigitte Mazon, 1988. Aux origines de l’École des hautes études en sciences sociales. Le rôle du mécénat américain (1920 – 1960), Paris, Cerf ; Ludovic Tournès, 2011. Sciences de l’homme et politique. Les fondations philanthropiques américaines en France au xxe siècle. Paris, Garnier, p. 341 sqq.

3 Pierre Bourdieu, 2004. Esquisse pour une auto-analyse, Paris, Raison d’agir, p. 47.

4 Krzysztof Pomian, 1988. « Clemens Heller », Le Débat, n° 50, p. 246.

5 Anne Kwaschik, 2016. « Transatlantic Exchanges. Fernand Braudel, the Rockefeller Foundation and the Cold War Origins of the Center for Area Studies in Paris », in Corine Defrance et Anne Kwaschik (dirs), La guerre froide et l’internationalisation des sciences. Acteurs, institutions, réseaux, Paris, CNRS Éditions, p. 73-91.

6 Philippe J. Bernard, 1964. « La planification française », Annales. Histoire, Sciences Sociales, n° 19 (3), p. 558 – 568.

7 Helga Nowotny, citée par Helmut Spudlich, 1990. « Makler der Wissenschaft. Österreich ehrt mit Clemens Heller einen vertriebenen Sohn », in Der Standard, 17.10.1990.

8 https://www.welt.de/kultur/article164415138/Das-muessen-Sie-lesen.html. [5.10.2017]

9 John Marshall à Clemens Heller, 17.7.1959. Archives EHESS, fonds Clemens Heller, carton Fondations américaines, chemise Correspondance.

10 Margaret Mead, The Salzburg Seminar in American Civilization 1947. RAC, RF, RG 1.2. Ser. 200, Box 111, Folder 974.

11 Clemens Heller à Edward D’Arms, 13.1.1948. RAC, RF, RG 1.2., Ser. 200, Box 111, Folder 975.

12 Interview Edward D’Arms Heller, 27.1.1950. RAC, RF, RG 1.2. Ser. 200, Box 111, Folder 976.

13 Norman S. Buchanan, Diaries, Paris 15./16.2. ; 14.3.1949. RAC, RF, RG 12, Officer’s Diaries, FA 391.

14 [Statement on Heller], 9.12.1954, Archives EHESS, fonds Clemens Heller, boîte Fondations américaines, chemise Fondation Rockefeller, dossier on Paris Office.

15 Interview John Maier/ Robert W. July/ Charles B. Fahs, Clemens Heller, 4.9.1957, RAC, RF, RG 1.2., Ser. 500 R, Box 10, Folder 102.

16 Interview John Maier/ Robert W. July/ Charles B. Fahs, Clemens Heller, 4.9.1957, RAC, RF, RG 1.2., Ser. 500 R, Box 10, Folder 102.

17 Interview Edward D’Arms, Heller, 27.1.1950. RAC, RF, RG 1.2. Ser. 200, Box 111, Folder 976.

18 Bourdieu, 2004. Esquisse pour une auto-analyse, Paris, Raison d’agir, p. 47.

19 Fernand Braudel, 1958. « Histoire et sciences sociales : la longue durée » in Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, 13 (4), p. 725-753, ici : p. 726.

20 Grant in aid to the Sixth Section of Paris of the EPHE to enable Prof. Fernand Braudel to visit the United States to obtain a direct acquaintance with the organization of area studies programs and related subjects, 30.6.1955. RAC, RF, RG 1.2., Ser. 500 R, Folder 94, Box 9.

21 Edward D’Arms, Interview Professor Fernand Braudel, 21.10.1950. RAC, RF, RG 1.2., Ser. 500 S, Box 16, Folder 147.

22 [Excerpt from] Edward D’Arms’s diary of trip to Europe, 4.3.1957. RAC, RF, RG 1.2., Ser. 500 R, Box 10, Folder 101.

23 Fernand Braudel, 1986. « Réponse », in Discours de réception de Fernand Braudel à l’Académie française et réponse de M. Maurice Druon, Paris, Arthaud, p. 106 sq.

24 Francis X. Sutton, 2001. « The Ford Foundation’s Transatlantic Role and Purposes, 1951-81 », in Review (Fernand Braudel Center) 24 (1), p. 77-104, ici : p. 92 : « I had been charmed by Fernand Braudel, and impressed by Mme Braudel too, when I was their luncheon guest. Braudel kept insisting with unrepentant realism that the Ford Foundation only needed to supply a stimulant so that the government would do what only it could and ought to do. I found Braudel, extraordinarily intelligent and urbane, but had misgivings about his patience and balance and opined that he needed somebody like Heller beside him. »

25 Roberta Frank, 1988. « Interdisciplinary. The First Half Century », Items 42 (3), p. 73-78.

26 Clemens Heller à Jean Gottmann, 4.5.1959. Archives EHESS, fonds Clemens Heller, carton Fondations américaines, chemise Amérique du Nord A–Z.

27 André Piatier à Fernand Braudel, 14.11.1961. Archives EHESS, fonds Louis Velay, Article 1.

28 Roland Barthes, Compte rendu des Rencontres de Royaumont, 19 et 20 mai 1973. Archives EHESS, fonds Louis Velay, boîte 82/60.

29 Christina Besio, 2009. Forschungsprojekte. Zum Organisationswandel in der Wissenschaft, Bielefeld, Transcript Verlag, p. 143.

30 John Maier à Gerard R. Pomerat, 21.3.1958. RAC, RF, RG 1.2., Ser. 500 R, Box 10, Folder 104.

31 Clemens Heller à John Marshall, 5.11.1959. Archives EHESS, fonds Clemens Heller, cartons Fondations américaines, chemise Correspondance.

32 Edward D’Arms à Vadim Elisseeff, 13.9.1955. RAC, RF, RG 1.2., Ser. 500 R, Box 10, Folder 96.

33 Holger Braun-Thürmann, 2010. « Wandel der Wissensproduktion », in Dagmar Simon, Andreas Knie et Stefan Hornbostel (dir.), Handbuch Wissenschaftspolitik, Wiesbaden, Springer, p. 71-88.

34 Edward D’Arms, Area Studies in France : Interview Prof. and Mrs. Braudel, Prof. Train ; Père Henri Chambre, 3.10. – 19.10.1955, RAC, RF, RG 1.2., Ser. 500 R, Box 10, Folder 98.

35 Fernand Braudel au Président de la Fondation Rockefeller, 27.4.1957 (1ère version). Archives EHESS, fonds Clemens Heller, carton Fondations américaines, chemise Application 1957 Rockefeller.

36 Emmanuel Le Roy Ladurie, 1982. Paris-Montpellier, P. C.-P.S.U. 1945-1963, Paris, p. 223.

37 National Archives and Records Administration, Record Group : 60 Department of Justice, Class 146 – 13 (Alien Enemy) Litigation Case file.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search