Version classiqueVersion mobile

Clemens Heller, imprésario des sciences de l’homme

 | 
Hinnerk Bruhns
, 
Joachim Nettelbeck
, 
Maurice Aymard

Deuxième partie. Du Salzburg Seminar à la Maison des sciences de l’homme

Ressources biographiques et configurations d’acteurs

Une perspective d’analyse sur l’institutionnalisation des études sur les aires culturelles à la VIe section de l’EPHE

Ioana Popa

Texte intégral

  • 1 Pierre Bourdieu, 1986. « L’illusion biographique », Actes de la recherche en sciences sociales, n°  (...)
  • 2 Sur ce type de précautions et au-delà de leur application à l’histoire des dispositifs institutionn (...)
  • 3 C. Heller à E. d’Arms, 25 mai 1955, RF1.2/500S/9/95.

1 Comme toute trajectoire, celle de Clemens Heller se prête à la tentation des reconstructions rétrospectives, retraçant les parcours biographiques comme des ensembles cohérents et orientés1. Dans une telle perspective, les projets institutionnels et intellectuels qu’il aura élaborés au long de sa carrière professionnelle s’articuleraient et se prolongeraient sans incidents ou discordances, dans une progression téléologique2 menant notamment de la création du Salzburg Seminar in American Civilization à l’administration de la Maison des sciences de l’homme (MSH), en passant par la coordination de la Division des aires culturelles de la VIe section de l’École pratique des hautes études (EPHE). Chacun de ces projets a cependant supposé des conditions de possibilité propres, liées à l’état précis des espaces académiques et politiques nationaux où ils ont vu le jour et aux configurations d’acteurs institutionnels et individuels à l’intérieur desquelles Clemens Heller aura agi pour les concrétiser. Ces projets ont par ailleurs été régis aussi bien par des incertitudes que par l’assurance propre à des acteurs mus par des objectifs qui seraient tout tracés d’avance. Pour s’en convaincre, il suffirait de retracer finement les transformations et les bifurcations « du vieux rêve d’une Faculté des Sciences Sociales »3, autrement dit le long cheminement de la création de la MSH, ou encore, de retrouver dans les archives de la VIe section de l’EPHE les ébauches successivement corrigées de l’organigramme de sa Division des aires culturelles.

  • 4 Cet article est issu d’une enquête fondée notamment sur la consultation des fonds Heller (102EHE) e (...)

2Éviter ce genre de biais interprétatifs ne signifie pas ignorer ou nier les articulations entre ces différents projets et configurations d’acteurs ayant contribué à leur mise en œuvre, ni la (ré) utilisation ou les recompositions de ressources et de savoir-faire accumulés par Clemens Heller dans des espaces sociaux et nationaux différents ni, enfin, l’activation variable de dispositions forgées à travers ses socialisations successives à l’intérieur de ces espaces. Autrement dit, il ne s’agit pas de considérer que (co-)initier par exemple le Salzburg Seminar conduirait nécessairement ou logiquement à la création de la Division des aires culturelles et à sa politique d’internationalisation scientifique Est-Ouest. En revanche, la démarche consiste ici à saisir en quoi le fait d’avoir entrepris le premier projet a pu jouer sur le second, ou encore, comment la mise en œuvre de cette Division s’est articulée avec la construction, plus ou moins simultanée, de la MSH. Nous n’allons donner ici qu’un bref aperçu4 de certaines de ces articulations, en ciblant le lancement proprement dit de la Division des aires culturelles et en faisant apparaître à la fois la stabilité relative de certaines configurations d’acteurs individuels et institutionnels et leur renouvellement et élargissement progressifs. Raisonner par configurations d’acteurs (sans prétention non plus, ici, de repérage et de reconstitution exhaustifs) permet d’éviter la réification des groupes et des institutions. Cela permet aussi de relativiser la linéarité qui est parfois prêtée aux processus d’institutionnalisation et de situer leur analyse à l’intersection de logiques sociales hétérogènes.

  • 5 Maurice Aymard, « In Memoriam Clemens Heller », Social Science Information, n° 42, 2003, p. 283-287
  • 6 Et ce, même s’ils concouraient parfois pour des ressources similaires auprès des mêmes financeurs p (...)

3Enfin, il ne s’agit non plus ici ni de restituer l’ensemble des facteurs ayant concouru et rendu possible la création et la consolidation de la Division des aires culturelles, ni de dresser une biographie de celui qui en a assuré la coordination. L’exercice consiste plutôt à faire apparaître les ressources biographiques accumulées par ce dernier à différentes étapes de sa trajectoire sociale, professionnelle et migratoire (de Vienne à Paris, en passant par la côte Est des États-Unis) et qui ont pu être investies dans la mise en œuvre de ce projet institutionnel et intellectuel. L’articulation de ces étapes a souvent été envisagée (y compris à défaut de sources circonstanciées) sous l’angle d’une success story du migrant cosmopolite. Celui-ci serait capable de passer spontanément d’une langue à une autre – en l’occurrence, d’alterner le français, l’anglais et un allemand que Heller aurait parlé (selon ceux qui peuvent en témoigner) avec un « accent viennois » –, tout en reliant avec aisance des mondes sociaux et nationaux parfois cloisonnés, voire qui s’ignorent. Cette cohérence, supposée parfaite, et ces compétences ne devraient pas pour autant faire oublier des désajustements inévitables et dès lors, le travail nécessaire pour limiter dissonances, décalages ou méprises ; inversement, elle ne devrait pas non plus faire mésestimer les malentendus « productifs » qui auront pu naître de ces désajustements. L’impression de (relative) ubiquité sociale que nourrit ce genre de parcours internationalisé est par ailleurs productrice de croyances sociales ayant des conséquences sur les capacités à agir (jusqu’à démultiplier ces dernières), mais aussi des effets de classement parfois simplificateurs : Clemens Heller « l’homme des Américains » ; « agent » rattaché à un bord ou à l’autre (la CIA vs. le KGB5) ; entrepreneur et démarcheur de subventions dont la persévérance – dans un milieu académique français et à une époque où le financement sur contrat n’était pas une pratique si courante – poussait certains à le qualifier de « mendiant professionnel »6; ou encore, intellectuel dont l’alliage de manières à la fois bourgeoises (redevables à sa socialisation familiale) et informelles (forgées au contact, et même dans l’admiration à l’égard du système universitaire américain, de sa flexibilité et son pragmatisme) était sans doute inclassable pour des universitaires parisiens.

Les Heller : éléments d’une trajectoire sociale et migratoire familiale d’Europe centrale

  • 7 Entretien avec Gabor Rittersporn, 17 juillet 2015, pour les éléments concernant la trajectoire fami (...)
  • 8 Voir notamment Steven Beller, 1989. Vienna and Jews, 1867-1938 : a cultural history, Cambridge, Cam (...)

4Né en 1917 à Vienne, donc un an avant la dissolution de l’Autriche-Hongrie et la fin de la Première Guerre mondiale, Clemens Heller est le petit-fils d’un juif hongrois assimilé né au milieu du xixe siècle, qui avait transféré dans la capitale de l’empire austro-hongrois des affaires qu’il menait dans le secteur de l’agroalimentaire. C’est donc à Vienne que grandit le père de Clemens, Hugo Heller7, né en 1870, et qui deviendra, quant à lui, libraire et éditeur. Si on lui transmet la langue hongroise, ce dernier est cependant élevé dans un milieu cosmopolite et, par ailleurs, laïque. Vers la fin du siècle, il se convertit cependant au protestantisme, sans que l’on connaisse les ressorts de cette conversion ni que l’on puisse estimer s’il s’agit d’une manière de contourner un stigmate antijuif8. Après avoir obtenu son baccalauréat, diplôme scolairement distinctif à cette époque, Hugo Heller suit une formation spécialisée et entre comme apprenti chez un libraire, puis poursuit ses activités en Allemagne, notamment à Stuttgart, où il s’établit temporairement. Ce séjour se traduit par une expérience non seulement professionnelle, mais également politique : Hugo Heller se rapproche à cette occasion de la social-démocratie allemande, rencontrant notamment Kautsky, qui a une importante influence politique et intellectuelle sur lui. Plus généralement, il se familiarise avec la réflexion de certains penseurs et hommes politiques sociaux-démocrates, dont il diffuse et publie par la suite des travaux, à l’instar de ceux de Victor Adler, fondateur du parti social-démocrate autrichien.

5De retour à Vienne, Hugo Heller fréquente, dès leurs débuts, les réunions de discussion hebdomadaires du cercle de Sigmund Freud et devient l’éditeur de certains de ses livres, dont Totem et Tabou. Freud lui cède d’ailleurs les droits d’auteur de ce livre, ce qui ne sera pas sans conséquences financières pour l’éditeur. La fille de Hugo Heller, Maggie, deviendra l’une des pionnières de la pédagogie psychanalytique tandis que lui-même adhère à l’Association psychanalytique viennoise. Il tient par ailleurs une sorte de salon et de salle de conférences qui attire et fédère une galaxie hétérogène d’invités notamment autrichiens et allemands, aussi bien des intellectuels et artistes d’avant-garde que des écrivains déjà reconnus, comme Thomas et Heinrich Mann, Rainer Maria Rilke, Arnold Schönberg, Stefan Zweig ou encore, Hugo von Hofmannsthal.

6Par ailleurs, Hugo Heller a deux fils d’un mariage avec une artiste peintre, illustratrice de certains livres dont il était l’éditeur, et qui meurt très jeune. Thomas et Peter sont en partie élevés par la seconde femme de Hugo, la mère de Clemens. Venant d’une famille catholique de la bourgeoisie très cultivée, cette dernière, Hedwig Neumayr, travaille elle aussi dans une librairie au moment de sa rencontre avec son futur mari pendant la Première Guerre mondiale. Munie d’une considérable éducation musicale, qu’elle transmettra d’ailleurs à son fils, Hedwig aide Hugo à consolider l’agence musicale qu’il tenait également, et par l’intermédiaire de laquelle ils organiseront des concerts, promouvant l’œuvre de tel ou tel compositeur (et notamment d’Arnold Schönberg) ou musicien (comme le pianiste Rudolf Serkin). Les trajectoires sociales et professionnelles des deux demi-frères de Clemens s’appuient sur des compétences artistiques, intellectuelles et commerciales ainsi que sur un parcours migratoire en partie semblable. Thomas s’associe en effet à l’entreprise éditoriale et artistique familiale puis aide Hedwig Heller après la mort de son mari, survenue en 1923. Après son départ aux États-Unis, il deviendra antiquaire, marchand d’art et de livres anciens. Peter fait, quant à lui, la guerre d’Espagne, s’enrôlant non pas dans les Brigades Internationales mais (bien qu’étranger) dans les troupes régulières, puis émigrera lui aussi aux États-Unis. Il deviendra notamment traducteur dans l’armée américaine, puis lors du procès de Nuremberg. C’est surtout de Thomas que Clemens reste proche, entretenant avec lui des rapports réguliers y compris après sa propre émigration aux États-Unis, en 1938.

7Le départ des trois frères pour les États-Unis se fait dans le contexte de l’Anschluss, mais n’est pas simultané. La décision d’émigrer proprement dite s’impose, compte tenu des origines juives de Clemens du côté paternel (et, pour ses deux demi-frères, du côté de leurs deux parents), de la proximité avec la psychanalyse et de l’engagement social-démocrate de Hugo Heller ainsi que des sympathies socialistes partagées par sa femme. Mais le choix de la destination n’est pas seulement contraint ; il tient aussi à l’intérêt, sinon à l’admiration que Hedwig Heller aurait témoignée à l’égard des États-Unis. Après la mort de son mari, elle y séjourne d’ailleurs au milieu des années 1920 pour son agence musicale et son entreprise éditoriale et songe même s’y établir, souhaitant ensuite que les trois fils de Hugo Heller s’y installent. Les moyens économiques dont la famille dispose, voire certains de ses contacts, contribuent par ailleurs à la concrétisation de ce projet, cette fois dans un contexte de contrainte politique.

La « Harvard connection »9 : des ressources pour agir en Europe

  • 9 Entretien avec Gabor Rittersporn, 17 juillet 2015.
  • 10 György Lityán, 2006. A Twentieth-Century Prophet : Oscar Jászy 1875-1957, Budapest, Central Europea (...)

8C’est à Oberlin College que Clemens Heller poursuit des études en histoire, qu’il avait entamées à l’université de Vienne. Un des enseignants d’histoire de l’établissement américain est Oszkár Jászi, contact incontournable pour les (jeunes) immigrés d’Europe centrale, dont il partage certaines caractéristiques : ayant des origines hongroises et juives, et bien qu’engagé politiquement à gauche (il a été membre du Parti national radical civique), Jászi a lui-même quitté son pays en 1919, après l’instauration de la République des conseils de Béla Kun, et après avoir mené une carrière à la fois de haut fonctionnaire, d’universitaire et d’homme politique. Oszkár Jászi avait connu les Heller par l’intermédiaire de sa femme, Recha Wollmann, qui venait d’une famille juive allemande et avait travaillé en tant que responsable de la section anglo-française de la maison d’édition et de l’agence de concerts de Hugo. Elle avait en outre fait le voyage lui permettant de rejoindre son mari aux États-Unis en 1926 en compagnie de Hedwig10.

9Clemens Heller poursuit ses études à l’université de Harvard, dont il devient graduate, puis y entame des études doctorales. Il mène une recherche sur l’histoire du commerce, de la banque et du crédit à l’époque moderne et dans l’espace méditerranéen, après avoir envisagé de travailler, dans une perspective davantage liée à l’histoire diplomatique et politique, sur la Sainte-Alliance. Un autre sujet qui présente un grand intérêt pour lui est l’histoire des bibliothèques : l’intérêt intellectuel pour l’objet d’étude proprement dit se double d’un intérêt pratique pour le dispositif stricto sensu. Sa sensibilité pour le rôle « stratégique » que présentent cet instrument de travail et les outils de documentation en général, ainsi que l’attention accordée à la place qu’ils devraient occuper dans l’élaboration de la politique scientifique des institutions académiques, restera constante y compris au cours de sa carrière d’administrateur de la recherche.

  • 11 Keyes D. Metcalf, 1988. My Harvard Library Years, Cambridge, Harvard University Press.
  • 12 Entretien avec Maurice Aymard, 18 février 2014 (notes manuscrites).

10Au milieu des années 1940, Heller est temporairement employé à la Widener Library, la principale bibliothèque de l’université de Harvard, travaillant dans l’entourage de celui qui en est depuis 1937 le très réputé et influent directeur, Keyes Metcalf11. Ce dernier est connu pour son expertise dans la conception des bibliothèques de recherche (dont celle du Collège d’Oberlin et d’une série de nouvelles bibliothèques qu’il crée sur le site de Harvard, notamment la Houghton Library en 1942 et la Lamont Library en 1949) ainsi que pour son intérêt à promouvoir de nouvelles technologies, comme le microfilm. Dans ce contexte, Heller se lie par ailleurs d’amitié avec Ruth Fischer, ancienne dirigeante du parti communiste allemand et cofondatrice du parti communiste autrichien, immigrée aux États-Unis depuis 1941, dont il facilite les contacts notamment avec Metcalf à propos de certaines de ses archives personnelles, fin 1944. Auteure d’un livre publié à Harvard University Press en 1948, Ruth Fischer entame également avec les bibliothèques de Harvard une collaboration en matière de repérage des fonds d’archives dont l’acquisition est potentiellement intéressante pour elles. C’est en tant que chargée de recherches par la Widener Library que Ruth Fisher s’installera en France à partir de mai 1956, tout en étant amenée à effectuer fréquemment des voyages en Allemagne, en Angleterre, ou encore en Suisse. Ruth Fischer deviendra alors également chargée de cours à la VIe section de l’EPHE, dans la nouvelle Division des aires culturelles que Heller est en train de créer. Avant de collaborer dans ce cadre – plus exactement, au milieu et à la fin des années 1940, alors qu’ils se trouvent encore tous les deux aux Etats-Unis –, Ruth Fischer contribue déjà à (re)connecter (intellectuellement et socialement) Heller à une galaxie d’intellectuels d’origine centre- et est-européenne et souvent, d’origine juive, avec lesquels elle entretient elle-même des liens amicaux et/ou politiques. Certains de ces intellectuels se retrouveront également collaborateurs, voire membres de la VIe section de l’EPHE, à l’instar notamment du sinologue Étienne Balazs et de Maximilien Rubel, spécialiste en études marxistes. À cette constellation affinitaire s’agrégeront aussi, au milieu des années 1950, notamment l’historien Georges Haupt, l’anthropologue Isac Chiva, ou encore le philosophe Lucien Goldmann (tous les trois d’origine roumaine). S’il n’est pas aisé de retracer finement le jeu des interconnaissances, des introductions et des recommandations en évitant de surinterpréter l’influence des uns et des autres et, en l’occurrence, celle de Ruth Fischer, celle-ci aura cependant joué auprès de Heller un rôle constant de « conseillère » et d’« informatrice »12 qui s’étalera de la période « américaine » jusqu’à l’étape « parisienne » de leurs trajectoires respectives.

11À l’époque où il se trouve encore sur le campus de l’université de Harvard et qu’il vient d’entamer sa thèse de doctorat, Clemens Heller co-initie à partir de la rentrée 1946, puis met en œuvre dès l’été 1947, un autre projet : créer un cadre d’échanges intellectuels permettant de faire dialoguer des étudiants européens et des professeurs américains, renouant ainsi avec des pratiques interrompues par la guerre. Ce projet témoigne de ses capacités organisationnelles, de sa solidarité à l’égard des (jeunes) intellectuels du vieux continent, ainsi que de ses liens avec l’Europe centrale, qu’il est à même de réinvestir dans ce projet (à l’instar de sa proximité avec la veuve de Max Reinhardt, qui lui permet d’obtenir le Schloss Leopoldskron, un château dans les environs de Salzbourg, comme lieu pour organiser ces rencontres). Ce projet est au départ porté par le Harvard Student Council et jouit également de l’appui (y compris matériel) du World Student Relief. Il bénéficie ensuite du soutien financier notamment de la part de la Rockefeller Foundation (RF), cet épisode étant pour Heller l’occasion d’un premier contact avec l’institution philanthropique américaine.

  • 13 Voir notamment Thomas H. Eliot et Lois J. Eliot, 1987. The Salzburg Seminar, Ipswich, Ipswich Press (...)
  • 14 Henry Nash Smith, 1949. « The Salzburg Seminar », American Quarterly, 1, p. 30-37.
  • 15 Voir, entre autres, David Szanton (dir.), 2004. The Politics of Knowledge. Area Studies and the Dis (...)
  • 16 Pour reprendre la formule de David C. Engerman, 2009. Know your Ennemy. The Rise and Fall of Americ (...)
  • 17 Voir Sigmund Skard, 1964. The American Myth and the European Mind. American Studies in Europe, 1776 (...)

12Les (re)définitions successives du projet conduisent à la mise en place d’une école d’été consacrée à l’étude de la civilisation américaine13. Par ailleurs, les échanges intellectuels que le Salzburg Seminar favorise comportent à la fois une dimension transatlantique et intra-européenne. Le séminaire réunit en effet, à ses origines, des participants aussi bien de l’Ouest que de l’Est de l’Europe, même si leur équilibre numérique est très inégal (et en défaveur des Européens de l’Est) et que cette situation sera interrompue pendant les premières années de la guerre froide. Il repose sur la participation bénévole d’un corps professoral prestigieux dont la composition est censée permettre de proposer des cours dans des disciplines différentes et sur des aspects pluriels de la « civilisation » américaine. Ainsi, ce sont des cours de littérature, d’histoire et d’histoire de l’art, de science politique, d’économie, de sociologie et d’anthropologie qui sont dispensés lors de la première année du séminaire14. Cette architecture reflète certes la disponibilité des intervenants sollicités pour participer au séminaire de Salzbourg, mais aussi une approche organisationnelle et intellectuelle en train de prendre consistance et de s’institutionnaliser aux États-Unis depuis la Seconde Guerre mondiale : les area studies15. Celle-ci consiste dans des programmes de formation et de recherche qui entendent recomposer et croiser autour d’une « aire » (géographique ou « civilisationnelle ») différents apports disciplinaires et méthodologiques afin d’offrir une compréhension globale des phénomènes sociaux, politiques, économiques, culturels, religieux se rattachant à ces espaces. Fortement soutenu par les fondations philanthropiques américaines, et notamment par la Fondation Rockefeller, ainsi que par le gouvernement américain, ce mode spécifique de production et d’organisation des savoirs connaît aux États-Unis un essor particulier à partir de la décennie 1940. Il tient y compris aux besoins d’expertise sur des espaces étrangers considérés, pour certains, comme méconnus, lointains, voire « ennemis »16, et à un besoin de savoirs appliqués, a fortiori dans un contexte d’ (issue de) guerre mondiale, puis de guerre froide. Le Salzburg Seminar constitue, en quelque sorte, une des illustrations de cette approche, appliquée cette fois à la « civilisation » américaine. Il constituera par ailleurs, un peu plus tard, un catalyseur du développement des American Studies – Robert O. Mead, le directeur adjoint du séminaire, devenant le premier secrétaire de l’European Association for American Studies, fondée à Salzburg en 195417.

13S’il n’est pas politique dans la formulation de ses intentions (et qu’il ne faut pas prêter à ses initiateurs des desseins qui ne sont pas avérés), le projet du Salzburg Seminar l’est cependant dans sa signification, voire dans ses conséquences. Conçu en réaction aux conséquences intellectuelles de la Deuxième Guerre mondiale (auxquelles il entend pallier) et non pas aux prémices de la Guerre froide (même s’il sera modelé par la suite par cette nouvelle forme de conflit international), le séminaire témoigne de l’importance qu’accorde Heller aux échanges académiques et intellectuels à la fois transatlantiques et intra-européens en tant que « solution » adéquate au contexte de sortie d’une guerre mondiale. La « spontanéité » de la croyance (infra-)politique dans le rôle bénéfique de la circulation des hommes et des idées, que rend manifeste l’initiative des étudiants de Harvard, sera cependant rapidement canalisée par la mise en œuvre de différents dispositifs de diplomatie culturelle, aussi bien publics que privés (à travers notamment l’implication des fondations philanthropiques).

14Cette expérience façonne par ailleurs la trajectoire personnelle de Clemens Heller et influe sur sa trajectoire migratoire. Dans le milieu estudiantin impliqué dans la mise en œuvre du Salzburg Seminar, Clemens Heller rencontre Matilda Mortimer, qu’il épouse peu de temps après. Venant d’une famille américaine fortunée, elle a été en partie élevée en France, dont elle parlait d’ailleurs très bien la langue. Il est vraisemblable que cette socialisation préalable de sa femme ait joué, aux côtés du projet académique de Heller de poursuivre sa thèse de doctorat, dans le choix du couple de s’installer en France en 1949. Ce choix survient aussi alors que l’expérience salzbourgeoise tourne court pour Clemens Heller : dénoncé, puis soupçonné par les autorités militaires américaines en Autriche de (philo-)communisme, il quitte l’équipe des animateurs du séminaire. Si sa correspondance témoigne ponctuellement d’un certain découragement à l’égard de la situation que traverse le continent européen et des risques d’une nouvelle guerre, le durcissement des enjeux politiques aux États-Unis, dans le contexte des débuts de la guerre froide, contribue sans doute aussi à sa décision de s’installer (du moins temporairement) en Europe, plus précisément, à Paris.

Perspectives académiques françaises et arrière-plans américains

  • 18 Clemens Heller continuera ultérieurement d’y collaborer sous différentes formes, mais sans jouer un (...)
  • 19 NSB [Norman S. Buchanan] Diary, 14 mars 1949, RF1.2/500S/23/228.
  • 20 E. d’Arms [Mémorandum], 26 mars 1949, RF1.2/500S/23/228.
  • 21 P. Mosely à M. Ruggles, 3 septembre 1959, 102EHE.

15Malgré l’incident qui interrompt brutalement la collaboration de Clemens Heller avec le Salzburg Seminar18, la concrétisation de ce projet est vraisemblablement pour ce dernier une expérience tout aussi formatrice que sa socialisation, en tant qu’immigré européen, dans une université de la Ivy Ligue aux États-Unis au milieu du xxe siècle. Cette expérience s’avère par ailleurs un marqueur important dans sa trajectoire, voire plus prégnant que le fait proprement dit d’être un alumnus de l’université de Harvard. Si ce dernier trait biographique peut être mentionné par divers acteurs pour le « situer » notamment lors des débuts du nouvel épisode européen de sa trajectoire19, c’est souvent en mettant en avant l’expérience du Salzburg Seminar que Heller sera présenté ou recommandé désormais. À court, comme à plus long terme, on parlera ainsi de lui comme de l’« originator and moving spirit in the Salzburg Seminar »20, ou encore, du « guiding spirit behind the Salzburg Seminar in its first years »21.

  • 22 E. d’Arms [Mémorandum], 26 mars 1949, RF1.2/500S/23/228.
  • 23 Rapport de J. Chapsal à M. Paine, 28 mai 1949, RF1.2/500S/23/228.
  • 24 « In characteristic fashion, as soon as Heller decided that something should be done about it, he w (...)
  • 25 J. Chapsal à N.S. Buchanan, 15 juillet 1949, RF1.2/500S/23/228.
  • 26 N.S. Buchanan à J. Torres Bodet, 5 juillet 1949, RF1.2/500S/23/228.

16C’est dès lors sur cette (double) réputation que se construit ce qui semble avoir été la toute première initiative en matière d’organisation de la recherche (au sens large) que Heller ait pris une fois installé en France. Il ne s’agit pas de l’épisode – bien plus connu – de sa participation à la création de la Division des aires culturelles, qui surviendra au milieu des années 1950, mais d’un projet qui date de 1949 : en s’inspirant fortement des pratiques et des méthodes des bibliothèques états-uniennes, cette initiative vise à inciter à la modernisation des bibliothèques universitaires françaises, voire européennes, par un système adapté de catalogage, le libre accès (au moins partiel) aux livres, ou encore par une politique plus intense d’acquisition. L’idée part de l’expérience très concrète que le doctorant Heller fait de ces infrastructures d’un côté et de l’autre de l’Atlantique et du découragement dû, entre autres, au constat qu’à Paris, les bibliothèques de recherche ferment à 5 heures de l’après-midi… Au-delà de l’anecdote, les difficultés pointées par Heller et le diagnostic qu’il porte peuvent être facilement partagés par des interlocuteurs français ou par ceux qui connaissent l’organisation du monde académique en France. Empruntant une approche qui semble désormais familière aux officers de la Fondation Rockefeller – c’est-à-dire « in his usual ebullient style22 »… –, Heller suscite en effet l’intérêt, sinon l’enthousiasme de la plupart des interlocuteurs qu’il contacte (parfois avec insistance) et qu’il entend rallier à la « cause » qu’il veut, en l’occurrence, leur faire entendre. Ces derniers représentent des institutions françaises, une fondation philanthropique américaine, des institutions chargées de la diplomatie publique états-unienne ainsi qu’une organisation internationale. Concrètement, il s’agit du responsable de la direction des bibliothèques de l’Unesco (Edward J. Carter), de la responsable de la bibliothèque de l’US Information Services (USIS) à Paris (Mary Parsons), des membres de l’ambassade des États-Unis en France, de l’administrateur général de la Bibliothèque nationale, également directeur des Bibliothèques de France (Julien Cain), des officers de la RF (Norman S. Buchanan et Edward d’Arms, représentant respectivement ses divisions Social Sciences et Humanities) et enfin des membres de la Fondation nationale de sciences politiques (FNSP), en particulier Jean Meynaud, alors secrétaire général, et Jean Meyriat, responsable des services de documentation. La bibliothèque de la FNSP bénéficie déjà d’un grant de la RF accordé en 1947 et qui touchera bientôt à sa fin23. Il s’agirait de profiter de cette amorce pour mener à travers cette bibliothèque une sorte d’expérience pilote, censée donner l’exemple à d’autres bibliothèques en France et, au-delà, en Europe24, en en faisant une sorte de « plaque tournante »25 pour la recherche en sciences sociales. Un petit comité est constitué, qui désigne Heller comme son secrétaire. Le projet monte au niveau du secrétaire général de l’Unesco, J. Torres Bodet, qui décide de formuler une demande de grant à la RF. La fondation américaine finit néanmoins par décliner celle-ci, considérant notamment que cette demande visait trop large et qu’elle aurait dû émaner non pas de l’organisation internationale mais de la FNSP elle-même26.

  • 27 NSB [Norman S. Buchanan] Diary, 14 mars 1949, RF1.2/500S/23/228.
  • 28 J. Torres Bodet, Directeur General de l’Unesco au président de la RF, 25 juillet 1949, RF1.2/500S/2 (...)
  • 29 Note interne de la RF (signée LFK), 29 juillet 1949, RF1.2/500S/23/228.
  • 30 NSB [Norman S. Buchanan] Diary, 14 mars 1949, RF1.2/500S/23/228.
  • 31 Né en 1904, E. d’Arms fait ses études à Princeton, dont il détient un doctorat en lettres classique (...)

17Le projet tourne donc court, mais permet d’avoir un bref aperçu de la manière dont Heller agit et de la rapidité avec laquelle il se crée des repères et des contacts à l’intérieur de l’univers académique parisien, ainsi que de la façon dont il capitalise tacitement des séquences antérieures de son expérience « américaine ». Des documents de la Fondation Rockefeller qui permettent de retracer cet épisode reflètent par ailleurs aussi, de la part des acteurs qui interviennent sur ce dossier, bien des approximations quant à la manière de situer les autres partenaires, y compris Heller. On considère par exemple qu’il prépare une thèse de doctorat sur les bibliothèques européennes27, voire qu’il est un « trained librarian »28. Les officers de la RF se demandent par ailleurs si, en les approchant, Heller ne chercherait pas plutôt un travail29, pour convenir in fine que « his interest is genuine and mostly unselfish30 ». Fort de la réputation qu’il s’était déjà faite avec le projet du Salzburg Seminar, il a l’occasion de renouer ainsi avec certains officers de la RF, une certaine proximité, sinon une « complicité », étant perceptible notamment dans ses échanges avec Edward d’Arms31.

  • 32 Voir Brigitte Mazon, 1988. Aux Origines de l’EHESS. Le rôle du mécénat américain, Paris, Cerf ; Giu (...)

18Ce projet amène par ailleurs Heller à se rapprocher temporairement de la FNSP et de certains de ses dirigeants. Le rapprochement était prévisible dans la mesure où les infrastructures de recherche dont disposait cette institution étaient alors parmi les plus développées en France. Il n’entraîne cependant pas – en l’absence de l’obtention du grant demandé par l’Unesco – une collaboration plus suivie. C’est sans doute selon une logique affinitaire liée aux thématiques de la recherche doctorale que Heller avait entreprise qu’il se rapproche de Fernand Braudel et de Lucien Febvre, ainsi que de la VIe section de l’EPHE que ce dernier préside. Institution récente dans l’espace académique français, elle venait d’être créée en 1947 en partie grâce à un grant de la RF32. Heller y devient chargé de cours en 1952, assurant un séminaire sur l’usure, la comptabilité, et la pensée économique au xvie siècle et collabore avec des membres du Centre de recherches historiques, dirigé alors par Fernand Braudel.

Articuler des constellations d’acteurs

  • 33 C. Heller à P. Mosely, 21 mars 1955, RF1.2/500S/9/95.
  • 34 Voir entre autres David Engerman, 2010. « Social Science in the Cold War », Isis 101 (2), p. 393-40 (...)

19Les compétences organisationnelles de Heller, son expérience directe du milieu universitaire états-unien et sa familiarité avec certaines organisations philanthropiques, voire ses aptitudes linguistiques (l’anglais étant loin d’être à cette époque une sorte de lingua franca dans les sciences humaines et sociales) sont des propriétés progressivement canalisées par l’équipe dirigeante de la VIe section au profit d’un projet spécifique : l’institutionnalisation des études sur des aires culturelles, sous la forme d’une Division qui leur soit spécifiquement consacrée. Clemens Heller en deviendra le coordinateur. Cependant, ce projet n’a pas une consistance et une solidification acquises d’avance, que l’on pourrait a fortiori lui prêter si on l’attribuait à une sorte de « mimétisme » à l’égard des area studies américaines, dont Heller se serait fait un diffuseur inconditionnel. Ce dernier soutient, au contraire, qu’il ne faudrait « pas essayer d’imiter » ces programmes mais « trouver de quelle manière le travail en France pourrait compléter le travail déjà fait en Angleterre et aux États-Unis33 ». Néanmoins, le fait de regarder vers l’espace académique états-unien afin d’œuvrer en faveur de l’institutionnalisation de ce domaine d’études tient à la prééminence, déjà mentionnée, acquise depuis la Seconde Guerre mondiale par des universités et d’autres organismes para-académiques américains en matière d’organisation et de développement des études sur les aires culturelles. Tourner en partie le regard vers les États-Unis tient aussi aux possibilités d’obtenir des ressources matérielles, dès lors que les fondations philanthropiques américaines non seulement y financent des initiatives relevant de ce domaine scientifique34, mais impulsent ou appuient également à ce propos des transferts intellectuels et financiers vers d’autres pays.

  • 35 E. d’Arms, « Note on the activities of Clemens Heller », 9 décembre 1954, 102EHE.
  • 36 Voir Ioana Popa, 2015. « Aires culturelles et recompositions (inter)disciplinaires. La 6e section d (...)

20Ce sont cependant des dynamiques scientifiques locales, nourrissant un faisceau de microprojets, qui déterminent Heller, fin 1954, à contacter la RF et plus précisément Edward d’Arms (qui, en tant que directeur adjoint de la Division of Humanities de la RF, jouera un rôle central dans les futures négociations avec la VIe section), pour solliciter assistance et conseils. Ces projets portent respectivement sur un manuel sur la dynastie Sung, pris en charge par le sinologue Étienne Balazs, et sur la traduction d’un compendium sur l’histoire des juifs en Europe, que se propose d’entreprendre Simon Schwarzfuchs. Enfin, une troisième piste évoquée par Heller « can hardly be called a project at this stage » – commente d’Arms – « since it is extremely broad and only roughly sketched »35 : il s’agirait de sensibiliser des universitaires européens et en particulier, selon Heller, des historiens afin d’entreprendre des études sur les aires islamique et orientale. Le choix, la plasticité et les agencements des aires étrangères qui sont respectivement visées pour entreprendre des études et des recherches à la VIe section de l’EPHE36 et qui seront couvertes par le grant qu’elle demandera à la RF en 1955 (ces deux périmètres ne se superposant pas entièrement) fluctuent lors du lancement du projet. Ces redéfinitions se font en interaction avec la RF mais aussi compte tenu du vivier potentiel local de spécialistes jugés « compatibles » avec le projet scientifique plus général de la VIe section.

  • 37 C. Heller à E. d’Arms, 21 février 1955, RF1.2/500S/9/95.
  • 38 Voir, entre autres, Michel Espagne, 1993. Le Paradigme de l’étranger, Paris, Cerf.
  • 39 C. Heller à E. d’Arms, 21 février 1955, RF1.2/500S/9/95.

21Lors de sa prise de contact avec la RF, Heller se montre en effet préoccupé par une double dynamique et une tension potentielle, qui vont constamment travailler la construction de la future Division ainsi que la manière de penser les recrutements et la formation des spécialistes des aires culturelles : attirer des chercheurs dont les compétences résident avant tout dans la maîtrise des langues donnant accès à ces aires, puis les orienter vers les sciences sociales et l’histoire ; inversement, cibler des spécialistes de ces domaines disciplinaires pour les former ensuite à l’étude d’une aire spécifique à travers des formations linguistiques intensives et/ou mettre à leur disposition des sources dans des langues qui leur sont accessibles. Si cette tension est structurelle pour les études sur les aires culturelles en général, elle recoupe des clivages entre des champs disciplinaires et renvoie, en l’occurrence, à un enjeu important : « rompre avec la tradition ancienne »37, en ancrant ces études dans le périmètre des sciences sociales – lequel inclut, du point de vue des animateurs de la VIe section, l’histoire –, tout en les détachant des disciplines ayant dominé jusqu’alors la production des connaissances sur des espaces étrangers, notamment des approches philologiques38 et, dans une moindre mesure, de l’histoire politique39.

  • 40 Aux côtés de trois autres grandes entités : le Centre de recherches historiques et laboratoire de c (...)
  • 41 Le Centre d’études indiennes, le Centre d’études chinoises et le Centre de documentation sur la Chi (...)
  • 42 Institut d’études slaves, Institut d’études byzantines et néo-helléniques, Institut des hautes étud (...)

22La configuration d’acteurs à l’intérieur de laquelle Heller agit en faveur de la création de la Division des aires culturelles ne se limite dès lors pas à la seule fondation philanthropique américaine, comme on a souvent tendance à le suggérer en retraçant l’histoire de ce processus dans le but d’insister sur le rôle des transferts transatlantiques. Heller se situe au contraire à la jonction de constellations hétérogènes d’interlocuteurs institutionnels et individuels, d’un poids certes très inégal – certains évanescents, d’autres amenés à collaborer de manière durable avec la (future) Division et à peser sur son institutionnalisation. Lors de l’amorce de ce processus, ceux d’entre eux qui sont inscrits dans des communautés savantes sont souvent cloisonnés, puisqu’ils gravitent pour partie autour de chacune des « aires » culturelles ou régionales que l’on envisage d’inclure dans le périmètre de la Division. Ce que l’on vise néanmoins à travers cette nouvelle structure, c’est précisément lancer un programme sinon intégré, du moins armé d’approches croisées et de transversalités entre des aires préalablement conçues comme distinctes. La création proprement dite d’une « Division » à la VIe section (mentionnée dans l’annuaire de l’institution pour l’année universitaire 1958-195940), qui va progressivement regrouper différents centres spécialisés41, institutionnalise cet assemblage inédit dans l’espace académique français, où diverses chaires (dans des institutions comme Langues O et le Collège de France, ainsi que dans des universités) et instituts d’université42 existent certes depuis des décennies.

  • 43 Le traces archivistiques de ces interactions que nous avons pu retrouver sont néanmoins ténues.

23Il faudrait donc situer le rôle de Heller à l’articulation de ces communautés savantes « aréales » plus ou moins formalisées (constituées par des « slavisants », des « sinologues », des « africanistes » etc., ou assimilables comme tels) et en interaction également avec d’autres, qui revendiquent davantage une identité d’ordre « disciplinaire » (économistes, sociologues, historiens…), ainsi qu’au contact des autorités académiques et ministérielles françaises43 (quoique l’on peut supposer qu’une division du travail avec Braudel et Febvre ait dû se mettre en place à ce propos). Par ailleurs, même si le processus de recrutement proprement dit relève de la compétence du conseil regroupant les directeurs d’études de la VIe section, et que la réussite d’une candidature suppose la construction, parmi eux, d’un consensus autour d’une réputation et des affinités scientifiques, le travail en amont mené par Heller (repérage, prise de contact, échanges, recommandations etc.), nourrit le processus de constitution d’un vivier de candidats et de collaborateurs potentiels.

  • 44 « Procès-verbal de la réunion du conseil », 6 mars 1955, carton « Assemblées des enseignants 1948-1 (...)
  • 45 E. d’Arms à C. Heller, 18 août 1955, 102EHE.
  • 46 C. Heller à E. d’Arms, 23 décembre, RF1.2/500S/9/98.

24Heller est lui-même élu sous-directeur d’études en 195544 (à l’unanimité des présents), sa candidature ayant été présentée par Fernand Braudel. La même année, il reçoit une proposition de la part de l’université Brandeis. Citoyen américain, il reste visiblement ouvert à la possibilité de (ré) intégrer le milieu académique états-unien mais, suffisamment engagé déjà dans les projets de la VIe section, il envisage alors de combiner ses activités de part et d’autre de l’Atlantique45. Ceci n’est pas sans inquiéter certains de ses interlocuteurs de la RF, qui comptent sans doute sur lui pour mener à bien les négociations qui se déroulent pendant l’année 1955 avec la VIe section, suite à la demande formulée par celle-ci d’un grant pour soutenir le lancement des programmes sur les aires culturelles. Finalement, cette question est tranchée, au regret de Heller, par l’abandon du projet de l’université Brandeis46, mais ce dénouement consolide a contrario son installation en France.

  • 47 Les frais de voyage du premier séjour aux États-Unis accompli à ce propos par Heller sont conjointe (...)
  • 48 Sur leurs trajectoires, voir Ioana Popa, « Aires culturelles et recompositions (inter)disciplinair (...)
  • 49 D’Arms à Febvre, 1 juillet 1955, 102EHE. Voir aussi Ioana Popa, « The international construction of (...)
  • 50 Braudel à d’Arms, 7 octobre 1955, RF1.2/500S/9/97 ; Interview d’E. d’Arms avec J. Train et H. Chamb (...)
  • 51 E. D’Arms à V. Elisseeff et à C. Heller, 15 août 1955, 102EHE.

251955 est dès lors une année faite d’intenses interactions entre des membres de la VIe section et la RF, aussi bien épistolaires que directes, par l’intermédiaire des représentants de la fondation américaine à Paris et de séjours aux États-Unis de Heller47, mais aussi de Braudel et de deux spécialistes de l’aire russe et soviétique, l’économiste Henri Chambre et le linguiste Jean Train48 – associés, quant à eux, au lancement du programme sur la Russie et l’URSS de la VIe section. Heller a obtenu que la RF accorde à ces trois derniers des bourses individuelles pour faire aux États-Unis un séjour censé les familiariser avec les principaux programmes américains et centres d’areas studies49 (notamment le Russian Institute de l’université de Columbia et le Russian Research Center de l’université de Harvard, mais aussi le MIT et, sur la côte Ouest, la University of Washington à Seattle, les universités de Berkeley et de Stanford ainsi que la Hoover Library)50. Ce séjour offrirait à ces scientifiques, et en particulier à Braudel, « the opportunity of observing American practices and of determining which, if any, elements of American procedures might be incorporated in their own program before considering further projects in this phase of the activities of the 6th Section »51.

  • 52 Les débats à ce propos sont très riches, ainsi que les révisions historiographiques récentes. Pour (...)
  • 53 Entre autres, Heller à Mosely, 2 mai 1955, Heller à Mosely, 21 mars 1955, RF1.2/500R/9/95, Intervie (...)
  • 54 Le futur centre, créé en 1959, s’intitulera cependant le Centre d’études et de documentation sur l’ (...)
  • 55 Voir Ioana Popa, « Aires culturelles et recompositions (inter)disciplinaires… », art. cit.

26La présence, en quelque sorte au premier plan, de deux spécialistes de l’aire russe et soviétique peut, quant à elle, paraître prévisible et en même temps, quelque peu étonner. Elle est attendue compte tenu de l’importance des enjeux géopolitiques de guerre froide qui façonnent, sans pour autant entièrement déterminer, la structuration de champs de recherche, dont les area studies, aux États-Unis en particulier52. Mais elle est aussi relativement surprenante, étant donné le diagnostic porté par Heller sur l’état des études portant sur cette aire et sur une absence de vivier qu’il ne cesse de déplorer davantage à leur propos que pour d’autres aires53. Pourtant, l’aire « russe » ou « slave » (désignée le plus souvent ainsi à cette étape, et non pas comme « soviétique »54) figure assez vite parmi les aires mises en exergue au cours des échanges avec la RF, devenant un des « moteurs » de cette dynamique, aux côtés de « l’Extrême-Orient » (parfois limité, quant à lui, à la « Chine »). Ce sera néanmoins à propos de cette dernière aire que seront faits les premiers recrutements de directeurs d’études spécialistes des aires culturelles à la VIe section55. Le grant d’une durée de deux ans, accordé in fine par la RF, est effectif à partir de janvier 1956 et couvre aussi l’aire islamique et l’Inde. (Il sera renouvelé en 1958 pour encore trois ans.) Des recrutements sont effectués et des programmes sont entamés à propos d’autres aires également, mais ne bénéficieront pas de la couverture de ce grant.

Créer une plateforme d’internationalisation scientifique

27L’intérêt pour la construction institutionnelle de la Division des aires culturelles se double de celui pour la plateforme d’échanges académiques qu’elle peut constituer et pour les opportunités d’internationalisation qu’elle peut offrir. De telles dynamiques se développeront pour chaque aire, leur géographie et leurs enjeux à la fois scientifiques et géopolitiques – pour partie spécifiques – méritant d’être retracés au cas par cas. L’attention que cristallise l’aire dite « russe » ou « slave » et le potentiel d’internationalisation qui lui est prêté, malgré l’installation des régimes non démocratiques et restrictifs en matière de circulations intellectuelles Est-Ouest, étayent cependant la demande du grant auprès de la RF, donc le lancement des programmes sur les aires culturelles en général. Cette attention se nourrit, quant à elle, d’échanges, d’informations, de conseils et de contacts convergeant vers Heller grâce à une configuration spécifique d’acteurs progressivement formée autour de lui. Sa construction procède en partie des recommandations des officers de la RF mais tient aussi à des liens plus anciens, qui remontent, une fois de plus, à l’expérience du Salzburg Seminar.

  • 56 Ibid. et « The international construction of area studies in France during the Cold War », art. cit
  • 57 Heller à Mosely, 21/3/1955, RF1.2/500R/9/95.
  • 58 M. Mead est, à cette occasion, l’auteure d’un rapport-bilan destiné au Harvard Student Council, int (...)
  • 59 Il quitte cette position en 1955 pour devenir directeur d’études au Council of Foreign Relations ju (...)
  • 60 Dont la CIA, selon Bruce Cumings, 1998. « Boundary Displacement : Area Studies and International St (...)

28Cette configuration d’acteurs56 repose par ailleurs sur un autre pivot : Philip Mosely. Celui-ci et Heller s’étaient en effet déjà rencontrés dans le contexte de l’organisation du séminaire, dont le projet avait été évalué – et favorablement recommandé – par Mosely en 1948 pour la demande de financement présentée à la RF. Ce dernier avait même brièvement assisté à quelques séances du séminaire lors de sa première édition, en 1947. Son avis, porté cette fois, au milieu des années 1950, sur le projet concernant les aires culturelles de la VIe section et en particulier, sur son programme russe, semble avoir beaucoup pesé dans la décision de la RF d’accorder un grant à l’institution française, puis de le renouveler. Leur correspondance laisse supposer que Mosely et Heller reprennent contact justement dans le contexte du lancement de ce projet, et ce par l’intermédiaire de l’anthropologue Margaret Mead57. Celle-ci avait elle-même fait partie de l’équipe d’enseignants qui s’étaient rendus à Leopoldskron en 194758, puis était restée proche de Heller. Docteure de l’université de Columbia, conservatrice du musée d’Histoire naturelle depuis 1946, élue fellow de l’Académie américaine d’arts et sciences en 1948, elle enseigne à partir de 1954 à la New School et à l’université de Columbia, où Philip Mosely est également professeur et, jusqu’au milieu des années 1950, directeur de l’Institut of Russian Studies59. Mead et Mosely avaient déjà collaboré dans le cadre d’un programme de formation de spécialistes des aires culturelles pendant la Deuxième Guerre mondiale. Ce dernier joue, quant à lui, un rôle scientifique et politique central dans le développement, aux États-Unis, de ce champ d’études et en particulier, des études russes et soviétiques pendant, et à l’issue du conflit mondial. Mosely devient alors l’une des personnalités académiques les plus importantes de ce domaine d’études et est en même temps expert auprès de différentes agences gouvernementales60, après avoir notamment occupé le poste de chef de la division d’Études politiques du département d’État pendant la guerre. Son investissement dans le développement des études russes et, plus généralement, des aires culturelles se fait aussi à travers sa collaboration, en tant que conseiller, avec la RF, mais aussi à travers ses fonctions de président du Social Science Research Council Committee on Foreign Area Research et du Joint Committee on Slavic Studies.

  • 61 P. Mosely à C. Heller, 17 mai 1955, C. Heller à Mosely, 20 mai 1955, RF1.2/500R/9/95.
  • 62 P. Mosely à C. Heller, 19 avril 1955, RF1.2/500R/9/95.
  • 63 « Conference on Marxism-Leninism, Berlin, 31/1-2/2/1957 », 102EHE.

29Mosely devient pour Heller un interlocuteur et un conseiller constant, très attentif et informé, ayant une fine connaissance à la fois de l’Europe de l’Est (où il avait séjourné pendant l’entre-deux-guerres – en URSS de 1932 à 1934, puis en Roumanie et en Yougoslavie) et de l’Europe occidentale, et en particulier de la France. Il recommande par exemple vivement le lancement très rapide d’une revue spécialisée (au point que les délais envisagés sont d’abord considérés comme intenables par l’équipe française61…), afin de faire revivre la Revue du monde slave : les Cahiers du monde russe et soviétique seront lancés en 1959, dans le cadre cependant d’un programme éditorial plus général associé à la Division des aires culturelles, constitué par des revues et des collections spécialisées sur différentes régions du monde (et publiées notamment aux éditions Mouton). Mais surtout, Mosely recommande à Heller des spécialistes du domaine aussi bien aux États-Unis qu’en Europe occidentale, voire en France (où il lui conseille, par exemple, d’entrer en contact avec le démographe Alfred Sauvy, l’économiste Jean Marczewski, ou encore avec les slavisants Jean Train, Pierre Pascal et André Mazon62). Mosely encourage, enfin, la VIe section à des collaborations intra-européennes via son programme « russe » naissant, en la mettant en contact notamment avec l’Institut international d’histoire sociale d’Amsterdam, le St. Anthony’s College d’Oxford, ou encore, l’Osteuropa-Institut de Berlin. Ces coopérations intra-européennes et transatlantiques peuvent se cristalliser autour de thématiques précises, à l’instar d’un programme international sur le marxisme soutenu par la RF63, dans lequel Mosely est impliqué et où il contribue à faire inclure également la VIe section. Celle-ci intègre, quant à elle, ce domaine de recherche dans le périmètre des études sur les aires culturelles via son programme sur l’aire russe, soviétique et est- européenne.

30Ces contacts et informations profitent directement ou indirectement à la construction progressive, au sein de la Division des aires culturelles, de l’équipe du Centre d’études sur l’URSS et les pays slaves. Ils servent également à la socialisation scientifique des membres ou des proches collaborateurs de ce centre, que cela soit en interaction avec des professeurs invités à la VIe section ou grâce à des bourses que la plupart d’entre eux obtiennent pour séjourner notamment aux États-Unis à partir du milieu des années 1950, afin d’y compléter leur documentation ou leur formation. Le travail de mise en lien et l’internationalisation scientifique stricto sensu que ces programmes de recherche favorisent se doublent d’une dynamique adjacente : elle repose sur des logiques et des configurations d’acteurs dont l’identité professionnelle est spécifique. Cette dynamique concerne en effet les échanges bibliographiques qui alimentent la construction de fonds et de bibliothèques spécialisées des centres de la Division, ainsi que l’accès à des sources documentaires rares, leur acquisition, reproduction et/ou mutualisation entre des institutions occidentales, compte tenu de l’inaccessibilité (totale, puis relative) des terrains est-européens notamment. L’investissement de Heller dans ce domaine est considérable et s’appuie sur un réseau de contacts avec des bibliothécaires, des documentalistes et des archivistes. Il passera, à partir du milieu des années 1950 et surtout du tournant des années 1960, par des collaborations constantes avec des institutions comme l’Institut international d’histoire sociale d’Amsterdam, l’Istituto Giangiacomo Feltrinelli di Studi Economici Politici e Sociali per la Storia del Socialismo (Milan), la Hoover Library (Staford University), la Library of Congress (Washington), la University of Chicago Library, les bibliothèques des universités de Harvard, Columbia et de Princeton, ou encore la Taylor Institution Library de l’université d’Oxford.

31D’autres géographies seront cependant explorées en matière de recherche et d’acquisition de sources documentaires rares, notamment à travers une série de missions d’étude effectuées pour la Division des aires culturelles au Moyen-Orient à partir de 1958 par Alexandre Bennigsen, accompagné par la suite par Chantal Lemercier-Quelquejay, afin de microfilmer des sources inédites renseignant sur l’histoire de la Russie et de ses populations musulmanes dans des bibliothèques et archives notamment d’Iran, de Turquie et d’Afghanistan. Enfin, après sa création en 1959, le Centre de documentation sur l’URSS et les pays slaves de la VIe section essayera de développer également des contacts et des échanges de publications avec des institutions d’URSS et d’autres pays d’Europe de l’Est (comme l’Albanie, la Bulgarie, ou encore, la Yougoslavie) y compris en organisant des missions d’étude sur place.

Échanges Est-Ouest inscrits dans des configurations de la Guerre froide

  • 64 Heller à Mosely, 2 mai 1955, RF1.2/500R/9/95.

32Ces évolutions supposent cependant un préalable : une reprise a minima et une certaine normalisation de la coopération culturelle et scientifique entre la France et les pays d’Europe de l’Est dont la VIe section pourrait structurellement bénéficier. Son potentiel d’internationalisation par-delà le rideau de fer constitue un des arguments avancés par ses représentants, Heller en particulier, en faveur de l’obtention du grant proprement dit demandé à la RF. Ces négociations – qui se sont déroulées, on l’a précisé, pendant l’année 1955 – surviennent en effet lors d’une période dite de « dégel » qui s’ouvre après la mort de Staline, conjoncture fluctuante et instable de desserrement des contraintes politiques qui permet l’amorce d’échanges culturels et scientifiques entre les pays de l’Europe socialiste et ceux du camp occidental. Des acteurs académiques français envisagent et mettent en œuvre très rapidement, dès 1953-1954, malgré des réticences diplomatiques et politiques, l’échange d’un nombre très restreint de boursiers entre la France et l’URSS. Ce précédent permet à Heller d’argumenter que la VIe section, et plus généralement, des institutions académiques françaises, pourraient bénéficier d’un meilleur accès aux universités soviétiques que leurs homologues américaines ou anglaises64, sans que cela suppose, estime-t-il, des contreparties – comme une sélection de boursiers français (philo) communistes.

  • 65 J’ai mené une analyse plus approfondie des dynamiques évoquées ci-dessous dans Ioana Popa, 2017. «  (...)
  • 66 Voir notamment Krysztof Pomian, 1978. « Impact of the Annales School in Eastern Europe », Review(...)

33La RF refuse néanmoins de s’associer au financement des premières bourses que la VIe section entend octroyer à des (jeunes) universitaires est européens65 et plus précisément, polonais, après l’organisation par l’Unesco, en 1956, de trois semaines de rencontres franco-polonaises dont Braudel avait assuré la présidence des sessions d’histoire. Par l’intermédiaire de ce dernier, ou encore des contacts déjà noués par Lucien Febvre et Charles Morazé, et plus généralement, par des membres des Annales et à travers le Comité international des sciences historiques66, Heller établit des liens avec des membres des communautés savantes d’Europe de l’Est et avec leurs autorités académiques, tout en œuvrant à leur institutionnalisation. Avec la Pologne, ce processus est amorcé par un protocole d’échanges culturels et scientifiques signé en 1958 au niveau intergouvernemental et qui, grâce au travail « infra-diplomatique » mené par l’équipe de la VIe section, mentionne explicitement l’institution académique française comme partie prenante de cette politique de coopération de l’État français. Cette coopération se traduit par l’octroi de bourses pour des séjours d’études à la fois en France et en Pologne, l’organisation de colloques débouchant sur des publications, le lancement d’enquêtes collectives ainsi que par la création d’un Centre d’études d’histoire et de civilisation polonaise placé sous l’autorité du président de la VIe section mais administré par un directeur d’études polonais (faisant pendant à un Centre d’études de civilisation française ouvert à l’université de Varsovie).

  • 67 Sur leurs trajectoires, voir Ioana Popa, « Diplomaties culturelles occidentales en conjoncture de d (...)

34De nombreux contacts informels et formels, aussi bien à Paris qu’à Varsovie (où Heller se rend par exemple en janvier 1958), préparent ce résultat. Il est redevable aussi à des interactions avec l’appareil de la diplomatie française, qui se nourrissent cependant aussi de liens professionnels et parfois même amicaux, entre des membres et des collaborateurs du MAE et de la VIe section de l’EPHE. Ces liens concernent notamment François de Liencourt, sous-directeur d’Europe orientale à partir de 1957, Basile Kerblay, chargé d’études dans cette même sous-direction, ou encore Jean Laloy, directeur d’Europe depuis 1956, qui tous font, à des degrés divers, des carrières universitaires et, à ce titre, croisent le programme « russe » de la VIe section, voire l’intègrent (à l’exception de ce dernier, même si Laloy est pressenti pour y assurer une charge de cours sur la politique étrangère de l’URSS)67.

  • 68 C. Heller à David Munford, 12 décembre 1956, #06000437, Archives de la Fondation Ford (ci-après : A (...)
  • 69 La MSH hébergera cependant des centres destinés à l’étude des aires culturelles, qui bénéficieront (...)
  • 70 Francis Sutton, 1998. « The Ford Foundation and Europe : Ambitions and Ambivalences », in Giuliana (...)

35Le rôle de Heller se construit et se déploie, en l’occurrence, à l’interface des communautés savantes et des diplomaties culturelles polonaise et française, mais aussi américaine. En effet, certains de ses acteurs sont une fois de plus approchés pour intervenir au bénéfice cette fois de l’institutionnalisation d’une politique d’échanges académiques Est-Ouest, en la consolidant financièrement. Le refus de la RF d’étendre l’usage du grant qu’elle venait d’accorder à la VIe section au financement de ces échanges, censés enrichir son programme est-européen, amène Heller à s’adresser en 1956 à la Fondation Ford (FF)68, avec laquelle lui-même et Braudel sont en rapport depuis 1955. Ce dernier avait en effet rencontré ses représentants à l’occasion de son séjour aux États-Unis, lorsqu’il avait été invité par la RF pour s’informer des programmes d’Area studies des universités américaines. C’est néanmoins à propos d’un autre objectif poursuivi par Braudel qu’avaient porté ses échanges avec la FF : la création d’une faculté des sciences sociales, qui deviendra in fine la Maison des sciences de l’homme (MSH) et que la fondation cofinancera. Et c’est dès lors de manière latérale que les dynamiques concernant la Division des aires culturelles profitent alors de celles qui sous-tendent la création de la future MSH69, très long processus se déroulant parallèlement. L’appui financier de la FF à la politique scientifique internationale de la VIe section de l’EPHE en direction de l’Europe de l’Est ne se concrétise cependant que trois ans plus tard. Il reste par ailleurs limité, bien que ce projet se situe pleinement à l’intersection de plusieurs logiques régissant la diplomatie culturelle de la fondation américaine70 – soutien aux études sur les aires culturelles, création récente de son programme européen, engagement dans la Guerre froide intellectuelle.

  • 71 C. Jelenski à S. Stone, 14 mars 1958, AFF, #05900087.
  • 72 Pierre Grémion, 1995. Intelligence de l’anticommunisme. Le Congrès pour la liberté de la culture à (...)
  • 73 Volker R. Berghahn, 2001. America and the Intellectual Cold Wars in Europe. Shepard Stone between P (...)

36Cette décision favorable au projet de la VIe section est prise in fine grâce également à la recommandation de ce projet auprès de la Fondation Ford et en particulier, auprès de Shepard Stone, le responsable de son International Affairs Program, par Constantin Jelenski71, directeur du programme des séminaires du Congrès pour la liberté de la culture72 (CLC). Cette organisation est un autre acteur institutionnel transnational très influent dans la Guerre froide intellectuelle. Elle mène depuis sa création en 1950 un combat « antitotalitaire » sur le terrain culturel, en appuyant la lutte anticommuniste qui façonne dans ce contexte la diplomatie publique de l’État américain et tout en bénéficiant elle-même de l’appui de cette politique (notamment par des financements secrets de la CIA). La collaboration des deux organisations, le Congrès pour la liberté de la culture et la Fondation Ford, est fortement souhaitée par Shepard Stone73 au milieu des années 1950. Issu de l’immigration juive lituanienne installée aux États-Unis dans la première moitié du xxe siècle, diplômé de Darthmouth College, ce dernier avait été affecté pendant la Seconde Guerre mondiale dans les services de renseignement militaire et d’action psychologique. Alors qu’il avait été directeur adjoint des relations culturelles et éducatives, puis directeur de l’Office of Public Affaires auprès du Haut commissaire en Allemagne à la fin des années 1940, Stone avait déjà soutenu les prémices du CLC, dont le congrès fondateur s’était tenu à Berlin en 1950. Il contribue également à ce que la Fondation Ford finance cette organisation à partir de 1956.

  • 74 Interview with Shepard Stone for the FF Oral History Project, 12 décembre 1972, AFF, #618/3 ; Igor (...)
  • 75 Pierre Grémion, op. cit., p. 475 sq. ; Nicolas Guilhot, 2006. « A Network of Influential Friendship (...)

37Cette collaboration se tisse désormais aussi autour d’un enjeu spécifique qui prend une consistance croissante, et autour duquel s’agrégera également le projet d’échanges académiques de la VIe section : la mise en œuvre de vecteurs de circulation Est-Ouest des hommes et des idées dans le contexte du dégel et de la détente. Ainsi, d’une part la FF lance en 1957, sous la supervision de Stone, un programme d’échanges avec des pays socialistes, en commençant par la Pologne74. D’autre part, Jelenski, lui-même intellectuel réfugié d’origine polonaise, co-initie un Comité des écrivains et des éditeurs pour une entraide intellectuelle75 placé sous les auspices du CLC mais conçu comme une nouvelle structure afin d’apparaître politiquement plus neutre que le Congrès lui-même : il se propose d’envoyer des livres et d’accorder des bourses à des intellectuels est européens, en étant particulièrement actif et efficace en direction de la Pologne.

  • 76 C. Jelenski à C. Heller, 12 mai 1960, C. Heller à C. Jelenski, 2 novembre 1960, 102EHE.

38C’est dans cette conjoncture, cette configuration d’acteurs institutionnels et cette architecture des circuits d’internationalisation Est-Ouest en train alors de s’esquisser que la VIe section suscite un intérêt auprès de ces deux acteurs de la Guerre froide intellectuelle. Aussi bien la FF, à travers son grant, que le CLC et le Comité des écrivains et des éditeurs, à travers des subventions ponctuelles, soutiendront financièrement, quoique avec des sommes tout compte fait modestes – et aux côtés du ministère français des Affaires étrangères – le lancement des échanges académiques Est-Ouest de la VIe section. Ces deux dernières organisations financent notamment un nombre limité de bourses accordées par la VIe section de l’EPHE dans le cadre de son propre programme d’échanges avec l’académie des Sciences de Pologne. Ce financement indirect se fait par ailleurs à l’insu des bénéficiaires eux-mêmes, parmi lesquels comptent, pour les plus connus d’entre eux, le médiéviste Aleksander Gieysztor, l’historien de l’économie Witold Kula, ou encore, le philosophe Leszek Kolakowski. Et il est arrivé aussi, par exemple, que… le gramophone offert à l’historien soviétique Mikhail Alpatov, invité à la VIe section en 1960, soit confidentiellement financé par des fonds du CLC, suite à la demande formulée auprès de Jelenski par Heller76. Le goût de ce dernier pour la musique a en effet étayé, plus d’une fois, d’autres types d’affinités intellectuelles avec ses interlocuteurs ou ses invités, de l’« Est » comme de l’« Ouest ». Un trait biographique en apparence anecdotique sert ainsi à la fois à consolider – avec l’historien soviétique – et à révéler – à propos du CLC – des liens à connotation politique.

***

  • 77 Michel Dobry, 1992 [première édition 1986]. Sociologie des crises politiques, Paris, Presses de la (...)
  • 78 Jean-Michel Chapoulie, « Un cadre d’analyse pour l’histoire des sciences sociales », art. cit., p.  (...)
  • 79 Idem. (Chapoulie s’appuyant ici sur Everett Hughes).

39Situer Clemens Heller dans des configurations d’acteurs multiples permet non seulement de se dégager de la tentation d’une « illusion héroïque »77, mais aussi de placer son action à l’intersection de logiques sociales hétérogènes ; et ce faisant, de ré-encastrer la construction des institutions de savoir et plus généralement, l’exercice des pratiques savantes, dans un « contexte d’existence »78 multidimensionnel. Les configurations d’acteurs brièvement retracées ici pourraient être étoffées et multipliées à la fois dans leur synchronie et leur diachronie. Cet exercice aurait sans doute son propre intérêt empirique et, à propos de Heller lui-même, un intérêt biographique. Mais au-delà de ces types d’intérêt, c’est le processus de leur articulation et de leur emboîtement qui est intéressant à observer ici, puisque révélateur du « système d’interaction »79 où les activités de Heller et, plus généralement, toute entreprise de sciences sociales sont prises. L’articulation de ces configurations hétérogènes d’acteurs se double par ailleurs de celle d’une pluralité d’activités – administratives, financières, documentaires etc. – qui participent à la construction du dispositif institutionnel analysé et qui entourent, encadrent et rendent possibles les pratiques savantes proprement dites. Toute linéarité de ce processus d’institutionnalisation se trouve ainsi a priori relativisée.

  • 80 Ioana Popa, « The international construction of area studies in France during the Cold War », art. (...)

40Le lancement de la Division des aires culturelles de la VIe section de l’EPHE constitue par ailleurs un cas d’étude idéal pour observer l’imbrication d’autres types de processus. Son institutionnalisation – et à travers elle, celle d’un sous-domaine spécifique de savoirs scientifiques – est en l’occurrence étayée par des logiques d’internationalisation80. Des transferts transatlantiques de ressources financières, de connaissances, de pratiques et de modes d’organisation et de gestion des activités scientifiques alimentent en effet la construction de la Division. Ces dynamiques n’épuisent pas cependant les dimensions de cette internationalisation, qui sont à leur tour plurielles. Parmi celles-ci, les circulations académiques Est-Ouest apparaissent elles aussi comme structurantes du processus d’institutionnalisation, dans le contexte historique et géopolitique donné. L’ancrage empirique et national qui est ici le nôtre et la position-pivot que l’institution académique française parvient à occuper, en canalisant des effets conjoints des dynamiques circulatoires respectivement transatlantiques et intra-européennes Est-Ouest, contribue par ailleurs à nuancer les géographies conventionnelles binaires traditionnellement mobilisées comme cadrage de la guerre froide et mettant en exergue notamment le rôle des deux superpuissances.

41Les ressources biographiques d’un individu, accumulées à des moments et dans des espaces divers, ainsi que ses dispositions, (re)façonnées au contact de ces derniers, contribuent à associer des processus et à mettre en lien des univers sociaux et nationaux différents. Pris ici ni comme « objet », ni comme simple « prétexte », cet individu est en revanche un excellent révélateur des logiques sociales, des activités et des constellations d’acteurs qui ont participé à la construction des sciences sociales en France au milieu du xxe siècle.

Notes

1 Pierre Bourdieu, 1986. « L’illusion biographique », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 62-63, p. 69-72.

2 Sur ce type de précautions et au-delà de leur application à l’histoire des dispositifs institutionnels évoqués ici, voir notamment Jean-Michel Chapoulie, 2005. « Un cadre d’analyse pour l’histoire des sciences sociales », Revue d’histoire des sciences humaines, 13/2, p. 99-126 et Christian Topalov, 2015. Histoires d’enquêtes. Londres, Paris, Chicago (1880-1930), Paris, Classiques Garnier.

3 C. Heller à E. d’Arms, 25 mai 1955, RF1.2/500S/9/95.

4 Cet article est issu d’une enquête fondée notamment sur la consultation des fonds Heller (102EHE) et Velay (101EHE) (Centre des archives de l’EHESS), Le Goff (AN-CAC920571), Braudel (Institut de France, MS8510) (fonds qui n’a cependant pas intégré la correspondance Heller-Braudel, que nous n’avons donc pas pu consulter), Francastel (INHA, 043), Sciences Po (Chapsal) (Centre d’histoire de Sciences Po, 2SP), Touchard (Mission Archives de Sciences Po), des Archives diplomatiques du ministère des Affaires étrangères (MAE), des archives des Fondations Rockefeller (ci-après RF) et Ford (ci-après FF) (Rockefeller Archives Center, New York) et d’autres fonds privés non déposés.

5 Maurice Aymard, « In Memoriam Clemens Heller », Social Science Information, n° 42, 2003, p. 283-287.

6 Et ce, même s’ils concouraient parfois pour des ressources similaires auprès des mêmes financeurs philanthropiques américains. Lettre J.-B. Duroselle à J. Touchard, 13 octobre 1959, fonds Touchard, carton 17.

7 Entretien avec Gabor Rittersporn, 17 juillet 2015, pour les éléments concernant la trajectoire familiale. Voir également Lydia Marinelli, 2002. « Heller, Hugo (et éditions) », dans Sophie de Mijolla-Mellor, Roger Perron, Bernard Golse (dir.), Dictionnaire international de la psychanalyse, Calmann-Lévy, p. 731 ; Sabine Fuchs, 2004. Hugo Heller (1870-1923) Buchhändler und Verleger in Wien. Eine Monographie, Diplomarbeit zur Erlangung des Magistergrades der Philosophie aus der Studienrichtung Germanistik an der Geistes- und Kulturwissenschaftlichen Fakultät der Universität Wien.

8 Voir notamment Steven Beller, 1989. Vienna and Jews, 1867-1938 : a cultural history, Cambridge, Cambridge University Press ; Jacques Le Rider, 2013. Les Juifs viennois à la belle époque, Paris, Albin Michel.

9 Entretien avec Gabor Rittersporn, 17 juillet 2015.

10 György Lityán, 2006. A Twentieth-Century Prophet : Oscar Jászy 1875-1957, Budapest, Central European UP, p. 237, 310.

11 Keyes D. Metcalf, 1988. My Harvard Library Years, Cambridge, Harvard University Press.

12 Entretien avec Maurice Aymard, 18 février 2014 (notes manuscrites).

13 Voir notamment Thomas H. Eliot et Lois J. Eliot, 1987. The Salzburg Seminar, Ipswich, Ipswich Press ; Oliver Schmidt, 2000. « No Innocents Abroad : the Salzburg Impetus and American Studies in Europe », in Reinhold Wagnleitner and Elaine May (eds.), Here, There and Everywhere, Hanover, University Press of New England, p. 64-79 ; et Thomas H. Eliot et Lois J. Eliot, 2003. « Networks of Patronage : American Foundations and the Origins of the Salzburg Seminar », in Giuliana Gemelli et Roy MacLeod (eds.), American Foundations in Europe. Grant-Giving Policies, Cultural Diplomacy and Trans-Atlantic Relations, 1920-1980, Bruxelles, Peter Lang, p. 145-163.

14 Henry Nash Smith, 1949. « The Salzburg Seminar », American Quarterly, 1, p. 30-37.

15 Voir, entre autres, David Szanton (dir.), 2004. The Politics of Knowledge. Area Studies and the Disciplines, Berkeley, University of California Press.

16 Pour reprendre la formule de David C. Engerman, 2009. Know your Ennemy. The Rise and Fall of America’s Soviet Experts, New York, Oxford University Press.

17 Voir Sigmund Skard, 1964. The American Myth and the European Mind. American Studies in Europe, 1776-1960, New-York, A.S. Barnes & co.

18 Clemens Heller continuera ultérieurement d’y collaborer sous différentes formes, mais sans jouer un rôle moteur ou direct.

19 NSB [Norman S. Buchanan] Diary, 14 mars 1949, RF1.2/500S/23/228.

20 E. d’Arms [Mémorandum], 26 mars 1949, RF1.2/500S/23/228.

21 P. Mosely à M. Ruggles, 3 septembre 1959, 102EHE.

22 E. d’Arms [Mémorandum], 26 mars 1949, RF1.2/500S/23/228.

23 Rapport de J. Chapsal à M. Paine, 28 mai 1949, RF1.2/500S/23/228.

24 « In characteristic fashion, as soon as Heller decided that something should be done about it, he went to see E. J. Carter of Unesco, NSB [Norman S. Buchanan], and also Julien Cain. His proposal, in effect, is that the library at the Institut des Hautes Etudes Politiques [sic] should be enlarged in its resources and should be operated on American methods by American librarians as a pilot operation to show other French libraries what can and should be done in this field. » E. d’Arms [Mémorandum], 26 ars 1949, RF1.2/500S/23/228.

25 J. Chapsal à N.S. Buchanan, 15 juillet 1949, RF1.2/500S/23/228.

26 N.S. Buchanan à J. Torres Bodet, 5 juillet 1949, RF1.2/500S/23/228.

27 NSB [Norman S. Buchanan] Diary, 14 mars 1949, RF1.2/500S/23/228.

28 J. Torres Bodet, Directeur General de l’Unesco au président de la RF, 25 juillet 1949, RF1.2/500S/23/228.

29 Note interne de la RF (signée LFK), 29 juillet 1949, RF1.2/500S/23/228.

30 NSB [Norman S. Buchanan] Diary, 14 mars 1949, RF1.2/500S/23/228.

31 Né en 1904, E. d’Arms fait ses études à Princeton, dont il détient un doctorat en lettres classiques. Pendant la Deuxième Guerre mondiale, il est engagé dans l’armée américaine, en France et en Allemagne. Il devient directeur adjoint, puis directeur associé de la Division of Humanities de la RF entre 1947 et 1957 ; il travaillera ensuite, jusqu’en 1969, à la Fondation Ford.

32 Voir Brigitte Mazon, 1988. Aux Origines de l’EHESS. Le rôle du mécénat américain, Paris, Cerf ; Giuliana Gemelli, 1995. Fernand Braudel, Paris, Odile Jacob [édition originale en italien 1990] ; Ludovic Tournès, 2011. Sciences de l’homme et politique. Les Fondations philanthropiques américaines en France au xxe siècle, Paris, Garnier, p. 339-344.

33 C. Heller à P. Mosely, 21 mars 1955, RF1.2/500S/9/95.

34 Voir entre autres David Engerman, 2010. « Social Science in the Cold War », Isis 101 (2), p. 393-400 et David Engerman, Know your Ennemy…, op. cit.

35 E. d’Arms, « Note on the activities of Clemens Heller », 9 décembre 1954, 102EHE.

36 Voir Ioana Popa, 2015. « Aires culturelles et recompositions (inter)disciplinaires. La 6e section de l’EPHE et les études sur l’espace russe, soviétique et est-européen », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 2010, p. 61-81.

37 C. Heller à E. d’Arms, 21 février 1955, RF1.2/500S/9/95.

38 Voir, entre autres, Michel Espagne, 1993. Le Paradigme de l’étranger, Paris, Cerf.

39 C. Heller à E. d’Arms, 21 février 1955, RF1.2/500S/9/95.

40 Aux côtés de trois autres grandes entités : le Centre de recherches historiques et laboratoire de cartographie, le Centre d’études économiques et le Centre de recherches d’histoire des sciences et des techniques. L’appellation « aires culturelles » avait déjà été utilisée dans l’annuaire de l’année précédente, mais en étant accolée au Centre de recherches historiques.

41 Le Centre d’études indiennes, le Centre d’études chinoises et le Centre de documentation sur la Chine, le Centre d’études arctiques, le Centre d’études africaines, le Centre d’études maghrébines, le Centre d’études sur l’URSS et les pays slaves, le Centre d’études de documentation sur l’URSS et les pays slaves, le Centre de linguistique chinoise, le Centre de recherches linguistiques sur l’Asie Orientale, le Centre de documentation et de recherches sur l’Asie du Sud-Est et le monde insulindien sont créés entre 1955 et 1962.

42 Institut d’études slaves, Institut d’études byzantines et néo-helléniques, Institut des hautes études chinoises, Institut d’études scandinaves etc. : leur création date de l’entre-deux-guerres.

43 Le traces archivistiques de ces interactions que nous avons pu retrouver sont néanmoins ténues.

44 « Procès-verbal de la réunion du conseil », 6 mars 1955, carton « Assemblées des enseignants 1948-1978 », Archives de l’EHESS.

45 E. d’Arms à C. Heller, 18 août 1955, 102EHE.

46 C. Heller à E. d’Arms, 23 décembre, RF1.2/500S/9/98.

47 Les frais de voyage du premier séjour aux États-Unis accompli à ce propos par Heller sont conjointement assumés par ce dernier ainsi que par Braudel et Febvre, ce qui est interprété par les officers de la RF comme un indice de la motivation du groupe français à entreprendre des programmes sur les aires culturelles. Interviews d’E. d’Arms avec C. Heller, juin 1955, RF1.2/500S/9/95.

48 Sur leurs trajectoires, voir Ioana Popa, « Aires culturelles et recompositions (inter)disciplinaires… », art. cit.

49 D’Arms à Febvre, 1 juillet 1955, 102EHE. Voir aussi Ioana Popa, « The international construction of area studies in France during the Cold War : Insights from the École Pratique des Hautes Etudes 6th Section », History of the Human Sciences, vol. 29 (4-5), 2016, p. 125-150.

50 Braudel à d’Arms, 7 octobre 1955, RF1.2/500S/9/97 ; Interview d’E. d’Arms avec J. Train et H. Chambre, 15 novembre 1955, RF1.2/500S/9/98.

51 E. D’Arms à V. Elisseeff et à C. Heller, 15 août 1955, 102EHE.

52 Les débats à ce propos sont très riches, ainsi que les révisions historiographiques récentes. Pour différentes orientations qui se font face, voir notamment, Immanuel Wallerstein, 1998. « The Unintended Consequences of Cold War Area Studies », in Noam Chomsky, David Montgomery and Richard C. Lewontin (eds.) The Cold War and the University : Toward an Intellectual History of the Postwar Years. New York, The New Press, p. 195-231 ; Bruce Cumings, 1998. « Boundary Displacement : Area Studies and International Studies during and after the Cold War », art. cit. ainsi que David C. Engerman, « Social Science in the Cold War », in Christopher Simpson (ed.), Universities and Empire : Money and Politics in the Social Sciences during the Cold War, New York, New Press, p. 159-188, Joel Isaac, 2011. « The Human Sciences and Cold War America », Journal of the History of the Behavioral Sciences 47 (3), p. 235-31 ; Mark Solovey et Hamilton Cravens (eds.), 2012. Cold War Social Science. New York, Palgrave Macmillan.

53 Entre autres, Heller à Mosely, 2 mai 1955, Heller à Mosely, 21 mars 1955, RF1.2/500R/9/95, Interviews d’E. D’Arms avec C. Heller, juin 1955, RF1.2/500S/9/95.

54 Le futur centre, créé en 1959, s’intitulera cependant le Centre d’études et de documentation sur l’URSS et les pays slaves. Ces aspects concernant la manière de qualifier les aires en question et leurs propres fluctuations soulèvent des enjeux importants et qui méritent de faire l’objet d’une investigation à part.

55 Voir Ioana Popa, « Aires culturelles et recompositions (inter)disciplinaires… », art. cit.

56 Ibid. et « The international construction of area studies in France during the Cold War », art. cit.

57 Heller à Mosely, 21/3/1955, RF1.2/500R/9/95.

58 M. Mead est, à cette occasion, l’auteure d’un rapport-bilan destiné au Harvard Student Council, intitulé « The Salzburg Seminar on American Civilization 1947 ».

59 Il quitte cette position en 1955 pour devenir directeur d’études au Council of Foreign Relations jusqu’en 1963. Sur ces éléments biographiques, voir notamment R. F. Byrnes, 1994. A History of Russian and East European Studies in the United States. Selected Essays, Lanham, UP of America, p. 210-212 ; David Engerman, 2009. « The Cold War’s Organization Man. How Philip Mosely Helped Soviet Studies Moderate American Policy », Humanities 30 (5), <http://www.neh.gov/humanities/2009/septemberoctober/feature/the-cold-war%E2%80%99s-organization-man >, consulté le 19 août 2013.

60 Dont la CIA, selon Bruce Cumings, 1998. « Boundary Displacement : Area Studies and International Studies during and after the Cold War », art. cit., p. 167 sq.

61 P. Mosely à C. Heller, 17 mai 1955, C. Heller à Mosely, 20 mai 1955, RF1.2/500R/9/95.

62 P. Mosely à C. Heller, 19 avril 1955, RF1.2/500R/9/95.

63 « Conference on Marxism-Leninism, Berlin, 31/1-2/2/1957 », 102EHE.

64 Heller à Mosely, 2 mai 1955, RF1.2/500R/9/95.

65 J’ai mené une analyse plus approfondie des dynamiques évoquées ci-dessous dans Ioana Popa, 2017. « Diplomaties culturelles occidentales en conjoncture de détente. Le lancement d’un programme d’échanges académiques Est-Ouest à la VIe section de l’EPHE », Relations internationales, n° 169, p. 69-85, et dans « The international construction of area studies in France during the Cold War », art. cit.

66 Voir notamment Krysztof Pomian, 1978. « Impact of the Annales School in Eastern Europe », Review n° 1 (3-4), p. 101-121 ; Maxine Berg, « East-West Dialogues : Economic Historians, the Cold War, and Détente », 2015. The Journal of Modern History, n° 87, p. 36-71 ; Maria Pasztor, 2003. Między Paryżem, Waeszawą i Moskwą. Stosunki polsko-francuskie w latach 1954-1969, Toruń, Wydawnictwo Adam Marszalek ; Patryk Pleskot, 2007. « Les Relations entre les chercheurs en sciences humaines polonais et les sciences humaines françaises dans les années 1956-1989 », thèse de doctorat, EHESS/Uniwersytet Warzszawski, Paris/Varsovie.

67 Sur leurs trajectoires, voir Ioana Popa, « Diplomaties culturelles occidentales en conjoncture de détente… », art. cit. et « Aires culturelles et recompositions (inter)disciplinaires… », art. cit.

68 C. Heller à David Munford, 12 décembre 1956, #06000437, Archives de la Fondation Ford (ci-après : AFF), Rockefeller Archives Center, New York.

69 La MSH hébergera cependant des centres destinés à l’étude des aires culturelles, qui bénéficieront ainsi du grant de la FF.

70 Francis Sutton, 1998. « The Ford Foundation and Europe : Ambitions and Ambivalences », in Giuliana Gemelli (ed.), The Ford Foundation and Europe (1950’s-1970’s). Cross-fertilization of Learning in Social Science and Management, Bruxelles, European Interuniversity Press, p. 21-69 ; et Francis Sutton 1987. « The Ford Foundation : The Early Years », Daedalus, 116 (1), p. 41-91 ; Valérie Aubourg, 2004/2005. « La diplomatie culturelle américaine en Europe pendant la Guerre froide », Communisme, n° 80/81/82, p. 77-103.

71 C. Jelenski à S. Stone, 14 mars 1958, AFF, #05900087.

72 Pierre Grémion, 1995. Intelligence de l’anticommunisme. Le Congrès pour la liberté de la culture à Paris (1950 – 1975), Paris, Fayard ; Frances Stonor Saunders, 1999. Who Paid the Piper ? The CIA and the Cultural Cold War, Londres, Granta.

73 Volker R. Berghahn, 2001. America and the Intellectual Cold Wars in Europe. Shepard Stone between Philanthropy, Academy and Diplomacy, Princeton, Princeton UP.

74 Interview with Shepard Stone for the FF Oral History Project, 12 décembre 1972, AFF, #618/3 ; Igor Czernecki, 2013. « An intellectual offensive : the Ford Foundation and the Destalinization of the Polish Social Sciences », Cold War History, n° 3, p. 289- 310 ; Ingeborg Stensrud, 2014. « “Soft Power” Deployed. Ford Foundation’s Fellowship Programs in Communist Eastern Europe in the 1950s and 1960s », Monde(s), n° 6, p. 111-128.

75 Pierre Grémion, op. cit., p. 475 sq. ; Nicolas Guilhot, 2006. « A Network of Influential Friendships : The Fondation pour une Entraide Intellectuelle Européenne and East-West Cultural Dialogue », Minerva, n° 44, p. 379-409 ; Ioana Popa, 2015. « “Discreet Intermediaries”. Transnational Activities of the Fondation pour une entraide intellectuelle européenne 1966-1991 », in Simo Mikkonen and Pia Koivunen (eds.), Beyond the Divide : Entangled Histories of the Cold War Europe, New York, Berghahn, p. 151-173.

76 C. Jelenski à C. Heller, 12 mai 1960, C. Heller à C. Jelenski, 2 novembre 1960, 102EHE.

77 Michel Dobry, 1992 [première édition 1986]. Sociologie des crises politiques, Paris, Presses de la FNSP, p. 79 sq.

78 Jean-Michel Chapoulie, « Un cadre d’analyse pour l’histoire des sciences sociales », art. cit., p. 112.

79 Idem. (Chapoulie s’appuyant ici sur Everett Hughes).

80 Ioana Popa, « The international construction of area studies in France during the Cold War », art. cit.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search