Version classiqueVersion mobile

Clemens Heller, imprésario des sciences de l’homme

 | 
Hinnerk Bruhns
, 
Joachim Nettelbeck
, 
Maurice Aymard

Deuxième partie. Du Salzburg Seminar à la Maison des sciences de l’homme

Le Salzburg Seminar et Clemens Heller. Une histoire du début de la Guerre froide1

Joachim Nettelbeck

Texte intégral

  • 1 Traduit de l’allemand par Hinnerk Bruhns. La version allemande est publiée sous le titre « Mission (...)
  • 2 http://www.salzburgglobal.org/who-we-are/history/foundation-of-the-salzburgseminar.html (30. 6. 20 (...)

1 « Marshall Plan for the mind » – « as a critical element of recovery, looking beyond Europe’s immediate needs for physical reconstruction and economic development », c’est dans ces termes grandiloquents qu’aujourd’hui encore, soixante-dix ans après ses débuts, le Salzburg Seminar décrit l’intention de ses fondateurs2. Mais les archives semblent tenir un langage différent. Celles de l’université Harvard surtout donnent plutôt l’image d’un processus ordinaire de fondation d’une institution, avec toutes les difficultés, conflits et hasards heureux qui ont fini par lui donner une structure durable. La formule pompeuse d’un « Plan Marshall pour l’esprit » est une invention tardive qui tend à faire oublier qu’il y a eu des conflits autour de ce projet. À l’automne 1946, quand les fondateurs du Salzburg Seminar se lançaient dans les préparatifs, ils ne pouvaient se douter que le ministre des Affaires étrangères George C. Marshall annoncerait en juin 1947 son plan qui allait devenir une référence mondiale. Le Student Council (Conseil des étudiants) de l’université Harvard envoyait des colis CARE à des étudiants européens quand Clemens Heller lui proposa d’organiser également une école d’été en Europe. Heller fut chargé par le Council d’un séminaire sur la civilisation américaine.

  • 3 F. O. Matthiessen, 1948. From the heart of Europe, Oxford University Press, p. 10 : « The idea for (...)

2Si aujourd’hui Clemens Heller est considéré comme le fondateur visionnaire du Salzburg Global Seminar,3 à l’époque on le formulait de façon plus réservée, et l’on ne mettait pas sa personne en avant :

  • 4 Ce chiffre indique l’année de la sortie du College, donc 4 ans après l’entrée à Harvard College.
  • 5 Harvard University Archives, HUD 3, 3808. 238, Rapports du Harvard Student Council, Report 1948.

The Salzburg Seminar was conceived by a group of Harvard students in the winter and spring of 1946-1947 under the leadership of Clemens Heller, an Austrian born graduate student, working with Richard D. Campbell, J.-R. ‘484and Scott B. Elledge, an Instructor in English5.

  • 6 Harvard University Archives, HUD 3808. 510 (Student Council) Minutes 1947-57 : Protocole du 2 octob (...)
  • 7 F. O. Matthiessen (note 2).

3Dans les rapports du Harvard Student Council, les trois organisateurs sont toujours cités ensemble. Dans le rapport d’activité de 1947 on ne trouve qu’une brève mention : « … the (international activities) committee has effected the realization of a seminar in American Civilization at Salzburg, Austria, this summer, under the sponsorship of the Student Council ». De temps à autre, il est question de difficultés. On évita, semble-t-il, de parler ouvertement de certaines de ces difficultés dans le rapport.6 Auparavant déjà, Clemens Heller s’était vu opposer une fin de non-recevoir par le président de Harvard : « Of course he got a quick brush-off in trying to secure the sponsorship of official Harvard ».7

  • 8 Ebenda, Report 1947 et Harvard University Report 1946-47, p. 160  (pds.lib.harvard.edu/pds/view/258 (...)

4Il y avait sûrement des raisons pour que l’on adopte cette formulation retenue. Elle contredit cependant étrangement l’évaluation du projet par le président du Student Councils, Richard G. Axt ’46 qui est reprise dans le rapport de l’université : « This project is probably the most important single event in European education this year »8.

  • 9 Archives de la Fondation Rockefeller (RF) 1.2 Series 200 box 111 folder 974 (Salzburg Seminar) : He (...)
  • 10 C’est ainsi que, selon mes souvenirs, Clemens Heller m’a raconté sa rencontre avec Helene Thimig.

5Si sur son site internet, la présentation historique du Salzburg Seminar (devenu depuis le Salzbourg Global Seminar) débute par celle du château Leopoldskron, cela donne une impression inappropriée, car ce lieu fait partie des hasards heureux qui ont permis au Salzburg Seminar de trouver sa forme spécifique. Cependant, le lieu idéal que représente le château Leopoldskron n’a été trouvé que dans un second temps. Au mois de janvier 1947, Heller était encore en discussion avec le gouvernement autrichien au sujet d’un château du côté de la montagne de Traunstein9, quand il a rencontré, dans le métro de New York, comme le veut la légende, Helene Thimig, la veuve de Max Reinhardt. Celle-ci lui aurait fait part de son désarroi : que faire du château Leopoldskron après le décès de son mari ? Heller fut de bon conseil : pourquoi ne le mettrait-elle pas à disposition comme lieu de rencontre entre intellectuels américains et européens ?10

  • 11 http://www.salzburgglobal.org/who-we-are/history/foundation-of-the-salzburgseminar.html
  • 12 Dans une thèse de doctorat de 2010 par George Holt Blaustein Jr., on lit encore à propos du Salzbur (...)

6La photo de l’onglet « History » du site pourrait expliquer pourquoi à l’époque Heller n’avait pas été mis en avant. Cette photo, tirée du rapport 194711, montre à gauche Heller en jeune homme pensif, avec cravate comme il se devait à l’époque, à côté de ses deux coorganisateurs. Son regard et son attitude semblent exprimer une certaine distance. Le message de cette photo est-il que les deux Américains, Richard D. Campbell en chaise roulante (était-il invalide de guerre ?) et son accompagnateur Scott B. Elledge, employé de l’université, devaient occuper le centre et que le citoyen américain d’origine autrichienne devait être relégué au second plan ?12

7 C’était le début de la confrontation Est-Ouest et de la chasse aux sorcières visant les fellow travellers, les sympathisants supposés d’une idéologie « socialiste ». Des intellectuels engagés pouvaient facilement être la cible de telles attaques. De plus, les organisateurs avaient invité à ce premier séminaire des étudiants venant d’Allemagne, de Hongrie et de la Tchécoslovaquie. Une université comme Harvard ne devait-elle pas protéger ses membres, même s’ils défendaient des idées européennes, contre un tel risque et prendre soin, en même temps, de ne pas perdre son prestige auprès des représentants des milieux politiques et économiques et de la société civile ? Sa renommée était pour Harvard une chose bien plus importante qu’un geste poli par lequel elle aurait reconnu le rôle de Clemens Heller. Un tel geste n’avait aucune importance au regard de sa réputation d’institution de l’élite américaine libérale qui se donnait pour mission d’aider l’Europe à retrouver la paix et la démocratie et à forger des alliances transatlantiques.

8Au sortir de la deuxième guerre mondiale et au début de la guerre froide la politique était omniprésente à Harvard. La bombe atomique et l’engagement des scientifiques pour sa réalisation avaient montré que la politique concernait le monde de la recherche, y compris les chercheurs en sciences de la nature. Le président de Harvard, le chimiste James Conant, avait été impliqué en tant que conseiller du gouvernement dans la décision de lancer la bombe atomique sur Hiroshima. Par rapport à cette situation, l’étiquette « Marshall Plan for the mind » brouille les pistes et cache les conflits qui abondaient pourtant autour du Salzburg Seminar. Ce sont ces conflits qui nous renseignent sur l’attitude adoptée par une université d’élite américaine quand en son sein des traditions européennes entraient en conflit avec le McCarthysme naissant.

Clemens Heller

9Clemens Heller aurait certainement aimé que la présentation du Salzburg Seminar sur le site internet soit moins ronflante, lui qui préférait agir depuis l’arrière de la scène et évitait les feux de la rampe – n’oublions pas qu’il voulait devenir metteur en scène et non acteur, rêve définitivement brisé en 1938 au moment de l’Anschluss, le coup de force d’Hitler sur l’Autriche. Au milieu des années 1930, Heller avait participé au Max Reinhardt-Seminar au théâtre du château de Schönbrunn. Agir depuis l’arrière-plan restera dans ses habitudes plus tard lorsqu’il participera à la fondation puis à l’administration de la Maison des sciences de l’homme.

  • 13 http://www.nytimes.com/2002/09/06/world/clemens-heller-85-founder-of-postwarsalzburg-seminar.html.
  • 14 Sabine Fuchs, 2004. « Hugo Heller (1870-1923), Buchhändler und Verleger in Wien », http://www.wienb (...)

10Clemens Heller est né le 6 juillet 1917 à Vienne13. Son père, Hugo Heller (1870-1923)14 était un libraire et éditeur intéressé par la psychanalyse et l’éducation ouvrière. Sa mère, Hedwig, née Neumayr (1881- 1947), issue d’une famille de la grande bourgeoisie cultivée, dirigeait une agence de concerts. La librairie organisait aussi des concerts et des expositions, elle était un point de rencontre littéraire et musical pour l’avant-garde viennoise. Clemens Heller a donc grandi dans un milieu culturel et scientifique très riche. A-t-il pris exemple sur ses parents dont le rôle était de faire valoir les artistes tout en restant eux-mêmes à l’arrière-plan ?

11En 1938, après le rattachement de l’Autriche à l’Allemagne nazi, Clemens Heller émigre aux États-Unis, et s’inscrit d’abord comme étudiant au Oberlin College ; en 1946 il est étudiant en thèse à Harvard. Son sujet concerne l’histoire du commerce et du crédit dans l’espace méditerranéen, au début des temps modernes. Il gagne sa vie comme tutor, c’est à dire qu’il dirige les travaux d’étudiants plus jeunes, au Winthrop House, une des résidences réservées aux étudiants de Harvard. Heller déborde d’idées, comme en témoigne F. O. Matthiessen, professeur d’histoire de la littérature à cette université :

  • 15 F. O. Matthiessen : From the heart of Europe, Oxford University Press, 1948, p. 10.

… vivid, exciting, valuable, impossible, and fantastic… I just had heard Clemens ardently concerned with bringing Europe and America back in touch, arranging… a series of talks on the United Nations to be given in Cambridge (MA) by various foreign ministers and delegates. Jan Masaryk was to be one of the first speakers…15

12La façon dont Heller a convaincu Matthiessen à participer au Salzburg Seminar est caractéristique : Ils se rencontrent un jour sur le Campus entre Winthrop House et Eliot House, et Matthiessen raconte à Heller qu’il est en train de préparer un voyage à Prague, et qu’il est curieux de connaître la situation du pays après la fin de la guerre. Heller lui répond : « Puisque vous allez à Prague, pourquoi vous n’en profiteriez pas pour vous rendre également en Autriche et pour y participer à un séminaire qui réunira des Européens de l’Est et de l’Ouest pour des discussions littéraires et politiques avec des professeurs américains ? » Matthiessen promet d’y réfléchir – et deviendra l’un des alliés les plus fidèles du Salzburg Seminar.

  • 16 The 1946 Harvard Album, p. 42.

13À Harvard, F. O. Matthiessen occupait une position d’outsider prestigieux. C’était un enseignant apprécié, une autorité en ce qui concernait Henry James and T.S. Eliot, mais également « a militant crusader for “democratic socialism” »16, ce qui, de la part de son université, était un compliment teinté d’ambiguïté en ce début de la guerre froide. Dans la brochure « RED-ucation » c’est à son nom qu’était associée la plus longue liste d’organisations de gauche, dont on affirmait qu’il les soutenait. Un industriel avait écrit au doyen de Harvard College :

Have you seen this ? RED-ucaters at Harvard University, published by National Council for American Education, New York, (press date March 1, 1949) as “part of its campaign to rid the schools and colleges of socialistic, un-American teachings and teachers.

  • 17 Archives de University Harvard (UA) III 5.33, Dean Bender, box 153 (Correspondance 1947-49), letter (...)

1476 professeurs de Harvard étaient nommés dans cette brochure, parmi eux Jerome Bruner, James Conant, John Kenneth Galbraith, Walter Gropius, Roscoe Pound, Arthur Schlesinger et Pitirim Sorokin, « involving affiliations with 124 communist fronts… designated as a communist front by one or more government agencies and investigating committees ».17

Salzburg Seminar

15L’origine de l’idée reste incertaine. Quoi qu’il en soit, le premier Salzburg Seminar a lieu du 15 juillet au 31 août 1947 au château Leopoldskron près de Salzbourg. Environ 100 étudiants y participent. Heller avait réussi à réunir un ensemble peu conventionnel de professeurs prestigieux – prêts à enseigner pendant six semaines à Salzburg dans des conditions spartiates : Il y avait par exemple la grande anthropologue Margret Mead, l’économiste Wassily Leontieff, qui obtiendra en 1973 le prix Nobel, ou encore le politologue Benjamin Wright. L’économiste Carl Kaysen, futur directeur de l’Institute for Advanced Study Princeton, assumait le rôle d’assistant. Margaret Mead a rédigé un rapport détaillé sur ce premier séminaire.

That the Seminar ever took place must be attributed to the way in which the organizing committee were able to take the continuous risk of failure, even in the face of their own uncertainty over the untried plan, as they built up one necessary condition after another for the Seminar’s ultimate success… (contrary to) the current European atmosphere of state sponsored propaganda, … the Salzburg Seminar committee had course aims of importance to world peace… as to increase understanding – by both the Europeans and the Americans – of those aspects of American life which would be most useful in increasing effective communication between America and Europe, and among Europeans.

  • 18 Margret Mead, « The Salzburg Seminar on American Civilization 1947 ». www.salzburgglobal.org/uploa (...)
  • 19 UA I 5.168 : Harvard University, president‘s office, James Conant 1933-1955, box 330 (Salzburg Semi (...)

16Ce rapport servira d’argumentaire pour la poursuite de l’entreprise.18 Samuel H. Williams, responsable des affaires culturelles du gouvernement militaire américain en Autriche, dont le siège se trouvait à Salzbourg, adressa de son côté, apparemment de façon spontanée, un courrier au président de Harvard pour soutenir la poursuite du projet.19

  • 20 UA I 5.168 : Harvard University, president’s office, James Conant 1933-1955, box 330 (Salzburg Semi (...)

17Devant le succès du premier séminaire, le Harvard Student Council décide d’organiser à l’été 1948 un nouveau Salzburg Seminar. Pour la préparation, Heller met en place un système ultra-compliqué de comités. Tout le monde est consulté : les étudiants, les professeurs ayant participé au premier séminaire et les mécènes d’un comité de parrainage prestigieux ; mais en réalité, le secrétaire exécutif Clemens Heller garde la main sur tout. James Conant signe une lettre de recommandation, comme le lui avait demandé le Student Council – en fait probablement Heller lui-même –, mais ajoute un paragraphe soulignant que Harvard n’assumera aucune responsabilité. Il écrit en fait à titre personnel.20 Avec cette recommandation, Conant s’est appuyé sur l’avis de deux membres prestigieux de la faculté qui avaient participé au séminaire de 1947 : l’économiste Wassily Leontieff et le politologue Benjamin Wright.

  • 21 UA I 5.168 : Harvard University, president’s office, James Conant 1933-1955, box 330 (Salzburg Semi (...)
  • 22 RF 1.2 Series 200 box 111 folder 974 (Salzburg Seminar) February 17, 1947 télégramme de F. O. Matth (...)
  • 23 David C. Engermann : « The Cold War Organization Man. How Philipp Mosely helped Soviet Studies Mode (...)
  • 24 RFA 1.2 Series 200 box 111 folder 974 (Salzburg Seminar) : Philipp Mosely, Diary, August 3, 1947

18Heller commence à préparer le séminaire de 1948, et réussit de nouveau à mobiliser des participants de renom comme Talcott Parsons. Pour la participation à son propre séminaire, Talcott Parsons ne pose d’ailleurs qu’un seul préalable : « A close acquaintance with the works of Emile Durkheim and Max Weber is expected. »21 Heller se rend en Europe, réalise des entretiens et recrute des étudiants. De ces bonnes conditions de 1948 profitent également les discussions d’Heller avec la Fondation Rockefeller. En 1947, F. O. Matthiessen avait introduit Heller auprès de John Marshall, le directeur des Humanities de la Fondation Rockefeller, mais sans succès.22 Le refus immédiat de Marshall avait été poli mais ferme. En 1948 par contre, la fondation examine le projet qui bénéficie d’une recommandation de Philipp Mosely23: « Overall impression was excellent ; this is not a dilettante or “hands-across-thesea” mission. » Mosely avait assisté pendant deux jours au séminaire de 1947 et il avait recommandé à la fondation d’accorder une petite contribution : « I believe the effects of this seminar extend beyond its modest costs… Face-to-face education… sadly lacking in the ex cathedra methods applied in continental institutions. »24

19Tout à coup, en avril 1948 des obstacles commencent à se dresser. Le gouvernement militaire à Salzbourg émet des réserves à l’encontre de Clemens Heller et de Carl Kaysen. L’économiste Friedrich Hayek, qui enseignait à l’époque à la London School of Economics, aurait mis en garde le gouvernement militaire contre l’infiltration du Salzburg Seminar par des communistes. Heller se voit refuser le visa pour l’Autriche. Le président du Harvard Student Council demande au président de l’université, James Conant, d’intervenir aux State Departement auprès du gouvernementd’État ainsi que du gouvernement militaire et au War Department à Washington.

  • 25 UA I 5.168 president’s office, box 331 (Student Council 1947-48) : William D. Weeks, President of H (...)

The military command in Austria, misconceiving the essential nature of the Seminar as an academic enterprise, seems to believe that some of the ideas presented at Salzburg last year were not in what the Army considers to be the best interests of the United States. Further there is concern because some of the Seminar personnel have expressed views which the Army does not or would not hold… . (The Army suggests) that student selection would be best accomplished through the Army in Germany… with no personal contact by any member of the Seminar staff. The situation is further complicated by the refusal of headquarters in Austria to grant permission of entry to Clemens Heller, Executive Secretary of the Seminar. This refusal is apparently the result of a charge of political unreliability against both Clemens Heller and Carl Kaysen, an assistant at Salzburg in 1947… The Army’s concern over what it may consider heterodox views aired at Salzburg, and the determination of the Seminar to preserve itself free from outside intervention… threaten the successful continuation of this project. I bring this issue to you because it is essentially concerned with academic relations and cultural exchange between this country and Europe, and with the principle of free academic inquiry under American auspices… you are a leader and public figure in the field of education in this country… The Council believes that a statement addressed by you to Secretary of State Marshall and Secretary of the Army Royall, outlining your view of the Seminar, it’s relation to this country’s foreign policy, and it’s nature as an academic enterprise, would have considerable influence…25.

  • 26 RF 1.2 Series 200 box 111, Folder 1948-49, note rédigé par d’Arms, datée du 23 septembre 1948

20Dans les archives, il n’y a nulle trace d’une réponse du président Conant à la requête du Student Council, ni d’aucune autre de ses interventions dans cette affaire. Mais six semaines plus tard, le Salzbourg Seminar se déroule comme prévu, avec les enseignants choisis par Heller et les étudiants sélectionnés par lui26, une contribution financière de la Fondation Rockefeller, un budget augmenté de $ 25,000 à $ 30,000, et visiblement le feu vert du gouvernement militaire. Il est évident que James Conant a dû intervenir d’une façon ou d’une autre, car le deuxième Salzburg Seminar a pu avoir lieu, mais avec un absent de taille : Clemens Heller, à qui le visa est définitivement refusé et qui ne peut donc participer à ce séminaire qu’il a lui-même organisé. Il démissionne de sa fonction de secrétaire exécutif du Salzburg Seminar et quitte les États-Unis pour Paris.

  • 27 Stephen E. Redrose, « Review of James B. Conant : Harvard to Hiroshima, the Making of the Nuclear A (...)
  • 28 Tim B. Müller, Krieger und Gelehrte. Herbert Marcuse und die Denksysteme im Kalten Krieg, Hamburg, (...)

21La renommée de James Conant auprès du gouvernement lui permettait de s’adresser directement aux ministres.27 Il appartenait à ce que Tim B. Müller désigne comme le complexe politico-philantropique au sein duquel les intérêts de la sécurité nationale et de la liberté de la science pouvaient trouver un équilibre.28 Conant ne pouvait faire abstraction des tensions entre ces deux exigences. À cette époque, au mois de mai 1948, Harvard était déjà depuis un certain temps traversé par les controverses avec des communistes et Fellow Travellers.

22Le président Conant se trouvait alors dans une situation difficile. La Harvard Corporation et le Board of Overseers, c’est-à-dire les grands contributeurs financiers, les alumni, les parents des étudiants et le monde politique attendaient de lui qu’il préserve et renforce la réputation de l’université dans l’espace public et surtout auprès de l’establishment du pouvoir en place. Parmi ceux sur le soutien desquels il était obligé de compter dans la Corporation, il y’en avait beaucoup qui plaidaient pour des mesures plus radicales. D’un autre côté, il devait prendre en compte les positions des membres de l’Université Harvard. Les différentes composantes de l’Université, en particulier le College, responsable de la formation des Undergraduates, des étudiants de premier cycle, et ses professeurs jouissaient d’une grande autonomie. Toute déclaration publique du président devait être formulée de sorte à ce qu’elle puisse être acceptée et soutenue par eux.

  • 29 UAI 15.898, Box 13 (Conant, James Bryant, 1893-1978, Papers of, Folder Free Inquiry und Harvard Alu (...)

23Les présidents des universités américaines les plus prestigieuses se concertaient sur l’attitude à adopter face au contrôle politique lors de la Guerre froide. C’est sur la base de ces discussions que Conant publiera finalement29 une prise de position publique dans le Harvard Alumni Bulletin. Par cette voie il atteignait tous ceux qui contribuaient de façon régulière au financement de l’Universitél’université :

  • 30 bid. p. 785 sq.

Today we are in a period of passing excitement in this country as a consequence of the reactions which always follow a war and the tensions created by a divided world… In this period of Cold War, I do not believe the usual rules apply to the Communist Party… Conspiracy and calculated deceit have been and are characteristic pattern of behavior of regular Communists all over the world… as far as I am concerned, card-holding members of the Communist Party are out of bounds as members of the teaching profession… But with this single exception which is the unique product of our century, I maintain that a professor’s political views, social philosophy, or religion are of no concern to the University ; nor are his activities within the laws as a private citizen… When it comes to the possible presence of secret members of the Party on the teaching staff of an institution : ‘the harm done by the effort to discover even a single clandestine Party Member would outweigh any possible benefit’ (Conant cite ici une phrase du Président Lowell prononcée dans les années 1920 - JN). As long as I am President of the University, I can assure you there will be no policy of inquiry into the political views of the members of the staff and no watching over their activities as private citizens […] utterly repugnant to my concept of a university30.

24Cette citation permet de comprendre l’attitude de James Conant dans la controverse au sujet de free inquiry, de la liberté de recherche, dans la Guerre froide. Elle explique la façon dont il a réagi quand il lui a été demandé de s’opposer à l’intervention du gouvernement militaire à Salzbourg. Pourtant, ses actions concrètes restent dans l’ombre ; tout a dû se passer au cours de conversations téléphoniques ou lors de rencontres concernant d’autres sujets. On peut supposer que le silence à garder faisait part du compromis qui a été négocié. Dans l’administration, le succès de tels compromis dépend souvent du secret qui entoure les moyens qui ont permis de trouver un compromis.

25Pour le public, c’était comme si rien ne s’était passé, et le Salzburg Seminar s’est déroulé comme prévu. Il n’y a eu aucune déclaration ou explication publique au sujet de l’absence de Heller du Salzburg Seminar, ni dans le rapport général du Student Council de 1948, ni dans le rapport administratif du Salzburg Seminar en 1948. Dans les rapports et les déclarations publiques de l’université, l’essentiel était de ne pas perdre la face.

  • 31 UA III 5.33 Havard College, Office of the Dean, Box 311, folder Salzburg Seminar, Penelope Griswold (...)

26« Mr. Clemens Heller resigned as Executive Secretary August 31, 1948 ; he is now living in Paris, and we hope that he will continue to take an active part in the Seminar as European Secretary. »31 Le rapport de 1948 annonce que la sélection des étudiants a été « confiée à d’autres mains », celles de « Mr. John Finch of Dartmouth who is the executive director for 1949. » De toute évidence, le gouvernement n’a plus d’objections à faire : « The Seminar maintained cordial relations with representatives of the United States Forces in Austria, the State Department, and the Austrian government… visitors including Major General Paul W. Kendall, U.S. Military Commander, Salzburg, Austria ». Le 27 septembre 1948, Henry Nash Smith, maintenant président du comité exécutif du Salzburg Seminar, rédige le rapport pour la Fondation Rockefeller. C’est en ces termes qu’il commente la participation de six à huit communistes :

  • 32 HUD 3, 3808, 679 Salzburg Seminar. Report 1948 : « There wasn‘t even a shade of propaganda at Salzb (...)
  • 33 RF 1.2 Series 200 box 111, Folder 1948-49.

… not only communists, but many other Europeans commented favorably on the absence of propaganda at Leopoldskron.32 This does not mean that the Seminar was in any way hostile to the United States but simply that it followed well recognized canons of academic freedom such as prevail in every American university of high standing. If the Seminar were an official organ of the American Government it could never gain the confidence of the Europeans in this fashion.33

27En fin de compte, James Conant a réussi à défendre le Salzburg Seminar contre l’attaque menée par le gouvernement militaire, et la liberté académique fut préservée. L’exclusion de Clemens Heller était apparemment le prix à payer par Conant. Si l’on savait de quelle façon il a obtenu cet accord, on pourrait mieux comprendre la nature des relations entre université et gouvernement dans le contexte de ce début de la Guerre froide. Mais sur ce point, les dossiers d’archives sont muets.

28Le Salzburg Seminar est devenu une institution solide et a rempli sa mission de rapprocher les Européens de la civilisation américaine. Se voir laisser tomber de cette façon par l’establishement le pouvoir libéral de la côte Est, par contre, a dû être une expérience amère pour Clemens Heller, mais il ne s’est pas laissé décourager. Toujours débordant d’idées il fera, deux décennies plus tard, de la Maison des sciences de l’homme à Paris une institution ouverte sur le monde entier, telle qu’il l’avait projetée pour le Salzburg Seminar.

Notes

1 Traduit de l’allemand par Hinnerk Bruhns. La version allemande est publiée sous le titre « Mission Possible. Clemens Heller und das Salzburg Seminar » dans la Zeitschrift für Ideengeschichte 4/XI, 2017.

2 http://www.salzburgglobal.org/who-we-are/history/foundation-of-the-salzburgseminar.html (30. 6. 2017).

3 F. O. Matthiessen, 1948. From the heart of Europe, Oxford University Press, p. 10 : « The idea for the whole project… sprang from Clemens Heller. I witnessed the bursting forth of this idea. » Une bonne partie de ce livre est consacrée a la description détaillée du Salzburg Seminar 1947 et ses participants.

4 Ce chiffre indique l’année de la sortie du College, donc 4 ans après l’entrée à Harvard College.

5 Harvard University Archives, HUD 3, 3808. 238, Rapports du Harvard Student Council, Report 1948.

6 Harvard University Archives, HUD 3808. 510 (Student Council) Minutes 1947-57 : Protocole du 2 octobre 1947 : « Salzburg Seminar discussed by Campbell. No notes taken. Report approved ». Le protocole omet de mentionner le fait que Heller a participé également à la discussion.

7 F. O. Matthiessen (note 2).

8 Ebenda, Report 1947 et Harvard University Report 1946-47, p. 160  (pds.lib.harvard.edu/pds/view/2582379?n=6623).

9 Archives de la Fondation Rockefeller (RF) 1.2 Series 200 box 111 folder 974 (Salzburg Seminar) : Heller’s letter to Malcom Adiseshiah, World Student Relief, Geneva, of January 31, 1947.

10 C’est ainsi que, selon mes souvenirs, Clemens Heller m’a raconté sa rencontre avec Helene Thimig.

11 http://www.salzburgglobal.org/who-we-are/history/foundation-of-the-salzburgseminar.html

12 Dans une thèse de doctorat de 2010 par George Holt Blaustein Jr., on lit encore à propos du Salzburg Seminar « established in 1947 by a left-wing Austrian émigré named Clemens Heller » (p. 15).

13 http://www.nytimes.com/2002/09/06/world/clemens-heller-85-founder-of-postwarsalzburg-seminar.html.

14 Sabine Fuchs, 2004. « Hugo Heller (1870-1923), Buchhändler und Verleger in Wien », http://www.wienbibliothek.at/dokumente/fuchs-sabine.pdf (10.7.2015).

15 F. O. Matthiessen : From the heart of Europe, Oxford University Press, 1948, p. 10.

16 The 1946 Harvard Album, p. 42.

17 Archives de University Harvard (UA) III 5.33, Dean Bender, box 153 (Correspondance 1947-49), letter from Robert L. Hatch from the Detroit Trust Company.

18 Margret Mead, « The Salzburg Seminar on American Civilization 1947 ». www.salzburgglobal.org/uploads/media/1947_MeadArticle.pdf.

19 UA I 5.168 : Harvard University, president‘s office, James Conant 1933-1955, box 330 (Salzburg Seminar) : Letter of September 3, 1947 from Samuel H. Williams, chief of the education division of the Headquarters United States Forces in Austria.

20 UA I 5.168 : Harvard University, president’s office, James Conant 1933-1955, box 330 (Salzburg Seminar), lettre de James B. Conant to Mr. Ronald W. Peirce, Chairman, Administrative Committee, Harvard Student Council, from December 22, 1947.

21 UA I 5.168 : Harvard University, president’s office, James Conant 1933-1955, box 330 (Salzburg Seminar).

22 RF 1.2 Series 200 box 111 folder 974 (Salzburg Seminar) February 17, 1947 télégramme de F. O. Matthiessen à John Marshall (JM), RF.

23 David C. Engermann : « The Cold War Organization Man. How Philipp Mosely helped Soviet Studies Moderate American Policy », Humanities, the Magazin of the National Endowment for the Humanities, septembre/octobre 2009 le considère comme « the most influential Sovietologist of the Cold War, … sitting at the intersection of scholarship, intelligence, and philanthropy… »

24 RFA 1.2 Series 200 box 111 folder 974 (Salzburg Seminar) : Philipp Mosely, Diary, August 3, 1947

25 UA I 5.168 president’s office, box 331 (Student Council 1947-48) : William D. Weeks, President of Harvard Student Council, to James B. Conant April 30, 1948

26 RF 1.2 Series 200 box 111, Folder 1948-49, note rédigé par d’Arms, datée du 23 septembre 1948

27 Stephen E. Redrose, « Review of James B. Conant : Harvard to Hiroshima, the Making of the Nuclear Age by James Hershberg » in Capsule Review March/April 1994.

28 Tim B. Müller, Krieger und Gelehrte. Herbert Marcuse und die Denksysteme im Kalten Krieg, Hamburg, Hamburger Edition 2010.

29 UAI 15.898, Box 13 (Conant, James Bryant, 1893-1978, Papers of, Folder Free Inquiry und Harvard Alumni Bulletin, vol. 51, 1948-49, June 25, 1949, S. 719 ff.

30 bid. p. 785 sq.

31 UA III 5.33 Havard College, Office of the Dean, Box 311, folder Salzburg Seminar, Penelope Griswold, administrative Secretary, Salzburg Seminar in American Studies, Lettre du 5 janvier 1949 au Dean du Harvard College, Wilbur J. Bender.

32 HUD 3, 3808, 679 Salzburg Seminar. Report 1948 : « There wasn‘t even a shade of propaganda at Salzburg. » Or : The selection of members is done « with no regard to political, religious, or racial background ».

33 RF 1.2 Series 200 box 111, Folder 1948-49.

Auteur

Sekretär du Wissenschaftskolleg zu Berlin (1981-2012), boursier du Center for European Studies, Harvard University, et des Archives de la Rockefeller Foundation (automne 2015).

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search