Version classiqueVersion mobile

Clemens Heller, imprésario des sciences de l’homme

 | 
Hinnerk Bruhns
, 
Joachim Nettelbeck
, 
Maurice Aymard

Première partie. Portraits de l’humaniste en stratège des sciences sociales

Hommage à Clemens Heller

Dominique Moïsi

Texte intégral

1 La dernière image que je conserve de Clemens Heller est celle d’un homme qui, du balcon de son appartement dominant Lausanne, ne se lasse pas de regarder les lents mouvements d’une tortue, dans le jardin en bas de son immeuble. L’homme pressé était devenu, avec l’âge et la maladie, le philosophe contemplatif s’émerveillant de la nature et contrastant sa propre temporalité à celle beaucoup plus longue, dans son esprit au moins, de la tortue.

2Cette image de Clemens fasciné par le spectacle de la tortue est en contraste total avec une autre, bien plus ancienne celle-ci, datant des débuts de ma rencontre avec lui en 1975. Une image qui m’amène à aborder le secret de notre complicité : notre passion commune pour la musique. Lors d’un dîner soi-disant de travail, au cœur de Saint-Germain-des-Prés, il s’était rendu compte que j’ignorais les interprétations de la musique de chambre de Schubert par la famille Adolph Busch. Or, un album réunissant un certain nombre de leurs enregistrements les plus fameux venait de ressortir. Il voulait me l’offrir tout de suite, sans même attendre la fin de notre repas. À l’époque il existait encore un disquaire et pas seulement des magasins de mode dans ce quartier. Au péril de sa vie et de la mienne, il traversa le boulevard Saint-Germain sans se soucier du trafic et des feux rouges. Je ne devais pas perdre une minute, il me fallait découvrir notre musique préférée dans son interprétation préférée. Tel était Clemens Heller, passionné, généreux, délicat et sensible dans le partage de ses passions.

3C’est Raymond Aron qui nous avait introduit l’un à l’autre. Je venais d’être élu à un poste à l’université. Ma mission était de constituer autour de Raymond Aron un Groupe d’études et de recherche sur la politique internationale (le GERPI) qui allait donner naissance, trois ans plus tard, une fois fusionné avec le Centre d’études de politique étrangère (le CEPE), à l’Institut français des relations internationales (l’IFRI). Il fallait trouver un lieu qui puisse offrir l’hospitalité à cet embryon d’institution. Ce fût la Maison des sciences de l’homme. J’allais ainsi dépendre simultanément de deux hommes qui s’appréciaient, mais aux talents et aux tempéraments on ne peut plus différents. Deux hommes qui aujourd’hui demeurent encore pour moi, si je peux m’exprimer ainsi, « les deux hommes de ma vie ». J’avais Raymond Aron comme maître à penser et père spirituel, Clemens Heller comme ami, complice et modèle dans son approche des hommes et dans sa maîtrise (indirecte et paradoxale parfois) du fonctionnement des institutions. De Clemens j’appris deux choses, la confiance donnée à l’intuition et l’ouverture totale d’esprit. Clemens ne jugeait pas de la validité d’un projet de recherche à partir de sa thématique mais en fonction de l’homme ou de la femme qui le portait. Il me semblait qu’il savait intuitivement avant même de lire tel ou tel projet de recherche ce qu’il allait valoir. Il le sentait dans le regard de son interlocuteur. Il pouvait certes se tromper parfois, mais dans l’ensemble ses intuitions étaient justes. Elles l’étaient d’autant plus que Clemens était naturellement ouvert et bienveillant. Curieux aussi des autres, de la culture indienne par exemple, sachant dépasser en ce climat de guerre froide, les divisions, les préjugés, les stéréotypes. Il me semblait rassurant qu’on puisse le soupçonner alternativement ou en même temps d’être un agent de la CIA ou du KGB. Dans la gestion de mon petit GERPI il me laissa libre. Je voulais inviter Henry Kissinger, qu’à cela ne tienne, il n’y voyait pas la main de la CIA. Il voulait avant tout créer des événements qui fussent significatifs et qui puissent briser les barrières existant entre les disciplines. Il m’encouragea ainsi à organiser une rencontre entre spécialistes du monde antique et experts de relations internationales contemporaines. Le bilan fût décevant sans doute, mais Clemens n’hésitait pas à prendre des risques intellectuels.

4C’est quinze ans plus tard, au début des années 1990 à Salzbourg, que je compris la vraie nature de Clemens Heller. J’étais devenu membre du Conseil international de l’institution qu’il avait contribué à créer au lendemain de la seconde guerre mondiale pour faire des sciences sociales un outil de rapprochement et de réconciliation entre les hommes. Je me promenais longuement, moi le fils de survivant d’Auschwitz, à travers les pièces du Schloss Leopoldskron. Les photos de son ancien propriétaire, Max Reinhardt, le fondateur du Festival de Salzbourg, étaient partout présentes. La similarité entre les deux hommes me parût évidente, et ce pas seulement parce qu’ils étaient tous deux des Juifs viennois qui avaient été contraints à trouver refuge aux États-Unis. Clemens Heller m’apparut pour ce qu’il était vraiment, un impresario de génie qui fût aux sciences sociales ce que Max Reinhardt fût au théâtre et à la musique. Mettre ensemble les hommes et les idées, créer des champs nouveaux par la réunion improbable souvent de spécialistes venus d’horizons et de cultures diverses, tel reste l’apport et le message de Clemens Heller.

5Aujourd’hui le temps a passé, mais Clemens est toujours présent dans ma vie. Je ne peux écouter les derniers lieds de Richard Strauss, dans les multiples versions dont son épouse Marie-Louise m’a fait don après sa mort, sans penser à lui avec intensité.

6Souvent ses contemporains français dans le monde des sciences humaines me disaient qu’ils ne comprenaient pas ce que voulait dire Clemens. Ils étaient déroutés par ses passages fréquents dans une même phrase entre le français, l’anglais et l’allemand. C’est qu’ils s’arrêtaient aux mots. Ils ne regardaient pas l’homme et son sourire, l’homme et ses yeux d’un bleu gris profond qui avaient la limpidité et la malice d’un regard d’enfant dans le corps d’un homme qui dans sa démarche pouvait parfois évoquer le Jacques Tati des Vacances de monsieur Hulot. Comprendre Clemens Heller me paraissait simple et évident. Il suffisait de le regarder avec attention, dans le savant désordre de son bureau du boulevard Raspail. Il savait donner humanité, vie et chaleur à tout, même aux sciences sociales.

Auteur

Conseiller spécial de l’Institut Montaigne. Ancien directeur adjoint de l’Institut français de relations internationales et professeur au King’s College, London.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search