Version classiqueVersion mobile

Des hommes de Devoir

 | 
Nicolas Adell-Gombert

Lexique

Texte intégral

Adoption : Cérémonie par laquelle le jeune stagiaire ou apprenti devient aspirant, et peut donc débuter son Tour de France. N’a été formalisée qu’au milieu du xxe siècle.

Affaire : Pièce d’identité du compagnon délivrée au moment de sa Réception. Selon les compagnonnages, le nom de ce document varie : « arriats » chez les blanchers-chamoiseurs, « trait carré » chez les charpentiers…

Affiliation : Nom donné à l’Adoption chez les compagnons menuisiers et serruriers du Devoir de Liberté.

Affilié : Nom donné à l’aspirant chez les compagnons menuisiers et serruriers du Devoir de Liberté.

Ancien : Compagnon sédentarisé depuis plusieurs années. L’Ancien a vocation à transmettre son savoir.

Apprenti : Jeune homme qui entre dans le compagnonnage sans avoir de formation technique particulière. Il est formé et préparé à l’obtention de diplômes (cap et bep) par les compagnons. L’apprenti peut être externe s’il suit les cours assurés par les compagnons mais ne vit pas chez la Mère, ou interne s’il vit au siège compagnonnique à temps complet.

Aspirant : État intermédiaire entre l’apprenti et le compagnon reçu, marqué par la cérémonie de l’Adoption. C’est aujourd’hui le premier état d’initié reconnu dans le compagnonnage.

Brûleur : Compagnon qui, sur le Tour de France, quitte une ville en laissant des dettes chez la Mère ou auprès de son employeur. On dit alors qu’il « a brûlé ».

Campagne : Maison de compagnons dépendant d’un siège plus important. Pour Toulouse, Revel est une campagne de l’Association, et Tarbes une campagne de la Fédération. L’on ne peut procéder à des Réceptions en campagne.

Canne : Insigne essentiel des compagnons. Les cannes sont différentes selon les corporations et les Devoirs. À l’Association, on délivre également une canne aux aspirants lors de l’Adoption, mais plus petite que celle attribuée aux compagnons.

Causerie : Conférence-débat organisée par un Ancien portant sur un thème particulier selon le public concerné : par exemple, « l’Adoption » pour les stagiaires, « la Tour de Babel » pour les aspirants. Il s’y transmet un savoir spécifique sur l’histoire, les rites et le symbolisme du compagnonnage.

Cayenne : Nom d’un siège d’une société compagnonnique. Le terme n’est pas usité par toutes les corporations.

Chaîne d’alliance : Ronde rituelle que font les compagnons, généralement pour clore les banquets de fête patronale. Elle est en usage depuis le milieu du xixe siècle. Chez les menuisiers et serruriers du Devoir de Liberté, on emploie l’expression « chaîne d’union ».

Chef-d’œuvre : Ouvrage que tout aspirant doit réaliser pour pouvoir prétendre au titre de compagnon. Son importance s’est accrue depuis le xixe siècle.

Coltin : Veste assortie au largeot (voir ce mot). Élément traditionnel de la tenue des charpentiers, puis des compagnons en général.

Compagnon fini : Compagnon qui, après plusieurs années passées dans le compagnonnage en tant que sédentaire, franchit la cérémonie de Finition. Celle-ci n’est pas systématique.

Compagnon reçu : Itinérant qui a passé la cérémonie de Réception. Quand on parle de compagnon sans autre précision, on sous-entend qu’il est reçu.

Conduite : Cortège rituel formé par les compagnons d’une ville accompagnant l’un des leurs aux portes de la cité pour qu’il poursuive son Tour de France. Conduite de Grenoble : rite d’exclusion infligé aux compagnons dont les fautes ne peuvent être réparées par le biais de l’amende ou de l’exclusion temporaire. L’expression semble d’origine militaire (Gabourd 1863 : I, 445), ce qu’atteste encore Albert Vidalie (1968 : 20) dans un recueil de nouvelles des années 1960. Il en fait mention au sujet d’un soldat qui avait tenté de s’enfuir avec la caisse de sa compagnie.

Coterie : Nom générique par lequel s’interpellent les aspirants et compagnons travaillant sur des échafaudages : les tailleurs de pierre, les maçons, les charpentiers, les couvreurs et les plâtriers. Les autres se qualifient de « pays ».

Couleurs : Rubans de soie ou de velours sur lesquels sont frappés les emblèmes du compagnonnage. La couleur varie selon sa position dans la hiérarchie compagnonnique, sa corporation et son Devoir. Il existe également des couleurs d’honneur et des couleurs de deuil.

Dame Économe : Femme s’occupant d’une maison de compagnons. Titre accordé uniquement à l’Association pour mesurer l’aptitude de la personne à devenir Dame Hôtesse, puis Mère, personnages ayant davantage de responsabilités.

Dame Hôtesse : Femme s’occupant de la gestion matérielle et morale d’une maison de compagnons mais qui, contrairement à la Mère, n’a pas été initiée.

Dernier en ville : Dernier compagnon arrivé dans une ville. Les blanchers-chamoiseurs lui réservaient un rôle dans certains rituels.

Devoir : Terme extrêmement polysémique. Il désigne l’ensemble des rituels, règles et spécificités des compagnonnages. Aux xviiie et xixe siècles, par souci de distinction, certains groupes ont mis en place un autre Devoir : le Devoir de Liberté. Le terme peut également s’employer pour désigner le livre des règles de la société. Faire le Devoir : exécuter un ensemble de gestes témoignant de la possession d’un savoir d’initiés.

Devoir de Liberté : voir Devoir.

Devoirant : Compagnon du Devoir. On disait aussi « dévorants ».

Dignitaire : Niveau d’initiation supérieur au compagnon fini propre à certains compagnonnages du Devoir de Liberté. Inventé probablement à la fin du xviiie siècle, il a été progressivement abandonné à la fin du siècle suivant.

Entrée (ou montée) en chambre : Rite que devait, et doit encore certainement, pratiquer tout compagnon itinérant à son arrivée dans une ville du Tour de France afin de s’identifier et de régulariser sa situation, « se mettre en règle ».

Finition : Cérémonie, effectuée de plus en plus rarement, par laquelle un compagnon reçu devient compagnon fini. C’est le niveau ultime d’initiation auquel peut prétendre un compagnon.

Gavot : Surnom des compagnons menuisiers et serruriers du Devoir de Liberté. Toujours en usage, l’origine du terme reste soumise à diverses interprétations.

Guilbrette : Gestes rituels exécutés par deux compagnons se faisant face. Elle se pratiquait jadis lors de rencontres sur le Tour de France et en cayenne pour certaines occasions. Elle n’est que très rarement usitée de nos jours.

Itinérant : Individu qui effectue le Tour de France.

Jacques, dit Maître Jacques : Un des trois fondateurs légendaires du compagnonnage. La version la plus répandue de sa légende veut que Jacques ait participé à la construction du temple de Salomon sous la direction de l’architecte Hiram qui l’aurait nommé maître des tailleurs de pierre, des maçons et des menuisiers. Le Temple achevé, il quitte la Judée en compagnie du père Soubise (voir ce nom). Une dispute les sépare : Jacques débarque à Marseille, et Soubise à Bordeaux. Il échappe durant trois ans à plusieurs embuscades menées par des disciples de Soubise, puis se retire dans l’ermitage de la Sainte-Baume où il meurt assassiné.

Jeune : Terme contemporain, employé la plupart du temps pour désigner un stagiaire ou un apprenti.

Jeune Homme : Désigne l’aspirant chez les tailleurs de pierre.

Jointoyage : Acte rituel par lequel un compagnon se fait poser les joints.

Joints : Boucles d’oreilles que le compagnon reçu peut être autorisé à porter en guise de distinction. Jusqu’au début du xxe siècle ces boucles étaient assorties de pendentifs représentant le métier du compagnon : fer à cheval pour les maréchaux, raclette pour les boulangers, équerre, compas ou bisaiguë pour les charpentiers. De nos jours, il ne s’agit plus que de simples anneaux en or qui enserrent le lobe de l’oreille. Seule une minorité, des « Devoir-fait-homme » en quelque sorte, les portent aujourd’hui.

Largeot : Pantalon de velours, moleskine ou peau de taupe porté à l’origine par diverses corporations, qui se différenciaient selon la couleur adoptée (brun pour les menuisiers, beige pour les tailleurs de pierre…). Le noir des charpentiers est aujourd’hui étendu à tous les métiers. Assorti d’une veste, le coltin, il est devenu, à compter des années 1970, l’un des signes extérieurs de l’appartenance à un compagnonnage.

Levage d’acquit : Rituel par lequel les compagnons vérifient qu’un compagnon sur le point de poursuivre son Tour de France ne laisse aucune dette auprès de son patron ou de la Mère.

Livre de passages : Registre déposé aujourd’hui au siège des compagnons du Devoir de Marseille. Il contient les noms des compagnons ayant effectué le pèlerinage de la Sainte-Baume.

Maîtresse de maison : Terme récent désignant, à l’Association ouvrière, la personne s’occupant de la gestion du siège des compagnons et qui n’est pas encore Dame Économe.

Maquette : Ouvrage réalisé par les itinérants chaque année durant le Tour de France afin de témoigner des progrès réalisés. Pour se présenter à l’Adoption, les jeunes doivent également présenter une maquette. Pour la Réception, on parle de « chef-d’œuvre ».

Marques de passage : Inscription, signature laissée par des compagnons durant leur Tour de France. Généralement, on les trouve sur des bâtiments remarquables techniquement et symboliquement (pont du Gard…).

Mère : Personne qui assure la gestion, matérielle mais aussi morale, d’une maison de compagnon. Depuis le xixe siècle, elle fait l’objet d’une initiation, la Réception de Mère. Par extension, la Mère désigne également le siège compagnonnique.

Nom compagnonnique : Nom d’initié attribué au récipiendaire formé de deux parties : le nom de la région, ou de la ville d’origine, attribué lors de l’Adoption ; et un nom formé à partir d’une qualité ou d’une caractéristique du futur compagnon, attribué lors de la Réception. Avignonnais la Vertu, La Fidélité d’Argenteuil, Beauceron la Sérénité, Gascon l’Ami du Trait sont des noms compagnonniques. Les menuisiers et serruriers du Devoir obéissent à une autre règle : Jean-Paul le Forézien, Pierre le Saintonge…

Orient : Chez les compagnons, qualité de l’homme de métier qui possède la maîtrise totale de son métier validée par une longue expérience et la capacité de débrouiller des situations complexes. Sorte de mètis compagnonnique.

Partant : Itinérant qui est sur le point de quitter une ville pour poursuivre son Tour de France.

Pays : Nom générique par lequel s’interpellent les aspirants et compagnons travaillant au sol et en particulier à l’établi (menuisiers, serruriers…). À l’Union, tous les compagnons se qualifient entre eux de « pays ».

Père : Désigne l’équivalent masculin de la Mère, son mari parfois. Autrefois, il a pu occuper une place importante au sein du groupe compagnonnique, chez les tailleurs de pierre notamment. Le terme n’est guère plus employé aujourd’hui.

Premier en ville ou premier compagnon : Responsable d’un compagnonnage dans une ville du Tour de France. La fonction était temporaire : quelques mois, voire une année, selon les corporations. L’exercer est aussi bien un honneur qu’un devoir du compagnon reçu.

Prévôt : Compagnon itinérant qui prend en charge, à l’Association ouvrière, la gestion d’une maison de compagnons durant deux à trois années. Il partage cette tâche avec la Mère.

Prévôté : Appellation d’un siège de compagnons à l’Association dirigé par un prévôt.

Province : Nom de la principale division territoriale à l’Association.

Provincial : Compagnon sédentaire qui dirige une province.

Réception : Cérémonie initiatique qui fait passer de l’état d’aspirant à celui de compagnon reçu.

Réception de Mère : Cérémonie initiatique qui fait d’une femme une Mère. Réception-de-Mère : compagnons qui ont assisté à cette cérémonie, ce qui leur donne le droit, chez les charpentiers de la Fédération, de porter la dernière couleur, la blanche.

Remarque : Détail architectural ou simple curiosité que les itinérants devaient être capables de décrire afin d’établir la preuve de leur passage dans une cité.

Remerciant : Compagnon qui se retire de la vie compagnonnique active. Auparavant, il s’agissait de l’état du compagnon qui quitte la société en étant « en règle » à son égard.

Remerciement : Rituel par lequel un compagnon quitte le compagnonnage après avoir satisfait à ses devoirs et si la société n’a rien à lui reprocher.

Renégat : Compagnon qui est exclu de la société compagnonnique. Son nom est écrit sur tous les registres de chacune des villes du Tour de France.

Rôle : Tout à la fois liste des compagnons passant dans une ville du Tour de France et règlement de la société compagnonnique de ladite ville. Ce texte fait l’objet d’un certain nombre d’interdits et prend une part active dans les rites d’initiation, notamment lors de la Réception.

Rôleur (ou Rouleur) : Compagnon itinérant chargé de l’encadrement des jeunes et des aspirants au sein du siège. Il doit veiller au bon respect du règlement. Lors des rituels et des fêtes, il joue le rôle de maître de cérémonie. Auparavant soumise à de rapides changements (on pouvait être rôleur pour une semaine), la fonction est actuellement assumée pour une année au moins, deux le plus souvent. C’est un devoir, pour tout compagnon reçu, de l’exercer.

Salomon : Un des pères fondateurs légendaires du compagnonnage, il est traditionnellement associé aux compagnons du Devoir de Liberté. Son entrée dans la mythologie compagnonnique (fin du xviiie siècle au plus tôt) doit beaucoup à l’influence exercée par la franc-maçonnerie.

Sédentaire : Compagnon qui a fini son Tour de France et s’est installé dans une ville.

Sœur (ou Petite Sœur) : Fille de la Mère pour les aspirants et les compagnons. Par extension, le terme a pu s’appliquer à toutes les jeunes femmes assistant la Mère au sein du siège compagnonnique.

Soubise dit le père Soubise : Un des trois fondateurs légendaires du compagnonnage. La version la plus répandue de sa légende le lie à Maître Jacques lors de la construction du Temple de Salomon. Il aurait été en particulier le maître des charpentiers. Représenté sous les traits d’un moine bénédictin, il est volontiers associé également au temps des cathédrales.

Stagiaire : Jeune homme qui, ayant déjà une formation technique validée par un diplôme (cap ou bep), entre dans le compagnonnage.

Surnoms : Noms d’animaux donnés aux aspirants et aux compagnons selon leur statut et leur métier. Les apprentis sont des lapins, les aspirants, des renards (chez les charpentiers). Les compagnons sont qualifiés de « chiens » qui peuvent être « blancs » (boulangers) ou « noirs » (maréchaux-ferrants). Les tailleurs de pierre du Devoir de Liberté sont des « loups », ceux du Devoir des « loups-garous ». Pour tous les compagnonnages, le patron est le « singe ».

Topage : Gestes et dialogue rituels réalisés à l’origine sur les routes lors d’une rencontre de compagnons afin de vérifier réciproquement l’appartenance compagnonnique. Encore enseigné de nos jours, il ne se pratique quasi exclusivement qu’à l’intérieur des sièges compagnonniques et de façon extraordinaire. On dit que deux compagnons « se topent ».

Tour de France : Spécificité de l’organisation compagnonnique qui oblige les jeunes hommes désireux d’apprendre un métier à changer de ville tous les ans, voire tous les six mois pour certaines corporations. La durée du Tour est extrêmement variable selon les personnes et selon les corporations.

Tourner : Faire son Tour de France.

Trait : Géométrie descriptive permettant de déterminer sur une surface plane la forme et la longueur des coupes à réaliser, notamment pour l’élaboration d’une charpente. Il est l’objet d’un enseignement continu durant les années de Tour de France chez les charpentiers, mais également chez les menuisiers et les tailleurs de pierre qui lui accordent des définitions différentes.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search