Version classiqueVersion mobile

Des hommes de Devoir

 | 
Nicolas Adell-Gombert

Remerciements

Texte intégral

1Cet ouvrage est extrait d’un mémoire de thèse effectué sous la direction d’Agnès Fine. Ses encouragements, son soutien et ses conseils ont permis à ce texte d’arriver à maturation. Aucun remerciement ne saurait exprimer suffisamment l’étendue de ma dette à son égard, la reconnaissance profonde qu’elle mérite pour le plaisir qu’elle transmet dans et par l’exercice de son métier. Je tiens également à remercier chacun des animateurs du Centre d’anthropologie sociale de Toulouse pour toute l’aide qu’ils ont pu m’apporter à différents niveaux par leurs relectures critiques et leurs indications précieuses. Merci à Jean-Pierre Albert, Marlène Albert-Llorca, Dominique Blanc, Josiane Bru et Annie Paradis pour tout le savoir qu’ils ont bien voulu me dispenser dans le cadre de leurs enseignements, formels ou informels. Merci également à Yves Pourcher pour la confiance qu’il a pu m’accorder durant plusieurs années, pour son amitié, pour la finesse de ses remarques lors de la soutenance de ma thèse. Et je tiens ici à remercier l’ensemble du jury pour les précieux conseils qui m’ont été délivrés, les soutiens qui m’ont été exprimés mais également les critiques constructives qui m’ont permis d’affiner encore mon texte. En plus des personnes déjà citées, merci donc à Annie Guédez, Michelle Zancarini-Fournel et Daniel Fabre.

2Il est évident que ce travail n’aurait jamais pu voir le jour si des apprentis, des stagiaires, des aspirants, des compagnons, des Dames Hôtesses, des Mères ne m’avaient laissé pénétrer leur intimité, notamment dans les sièges toulousains de la Fédération et de l’Association. Je ne voudrais pas ici faire de distinction spéciale, mais leur exprimer à tous mes sincères remerciements. Je tiens également à témoigner toute ma gratitude envers Laurent Bastard qui m’a accueilli au musée du Compagnonnage avec la plus grande sollicitude, et a bien voulu laisser quelque temps de côté ses activités pour m’y guider et me faire profiter de l’étendue presque inquiétante de ses connaissances concernant la question compagnonnique.

3Enfin, pour ta présence à mes côtés depuis de longues années et sans laquelle rien n’aurait été possible, merci Nathalie.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search