Version classiqueVersion mobile

Le pouvoir en Méditerranée

 | 
Wolf Lepenies

La Méditerranée à l’époque des dictatures européennes. Albert Camus : pensée de Midi contre l’idéologie allemande

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

François Valéry distinguait les « Méridionaux tristes » des « Méridionaux gais » et comptait son père Paul parmi ces derniers. Albert Camus est à certains égards aux antipodes de Valéry, non pas un Méditerranéen triste mais parce il esquissa très tôt, contrairement à Valéry et son « antipolitique lente », les contours d’une « théorie politique sur la Méditerranée ». Une théorie dont il se servit ensuite pour réagir à la menace des dictatures européennes et notamment à celle du national-socialisme. Son estime pour la Méditerranée était marquée par sa vie en Algérie, « ma patrie perdue », comme il l’appela plus tard une fois qu’elle eut acquis son indépendance1.

Avec Barcelone, Marseille et Alexandrie, Alger est l’une des villes qui façonnèrent leur image de la Méditerranée. Albert Camus naquit en 1913 à Dréan (anciennement Mondovi), près de Constantine, mais c’est Alger qu’il considéra comme sa ville natale – et l’Algérie, sa patrie : en 1957, Camus remercia le Comité du prix Nobel po...

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search