Version classiqueVersion mobile

Le pouvoir en Méditerranée

 | 
Wolf Lepenies

La latinité à l’époque des dictatures européennes

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

En 1917, l’historien et écrivain Guglielmo Ferrero, auteur d’un ouvrage en cinq volumes intitulé Grandeur et décadence de Rome, publiait un livre, Le génie latin et le monde moderne. L’avance de la civilisation des peuples méditerranéens sur les peuples germaniques et anglo-saxons ne faisait aucun doute ; l’auteur se montra donc surpris de constater que les peuples latins oscillaient entre exubérance et dépression tout en se sentant menacés de décadence. Selon lui cette crainte profitait à l’Angleterre et surtout à l’Allemagne, cette « parvenue de la civilisation » – après 1900 le monde entier semblait en effet devenu germanophile. Deux idéaux façonnaient désormais l’Europe : l’idéal de la perfection chez les Latins et l’idéal de la force chez les Allemands. L’Europe aurait pu bénéficier grandement d’une interaction entre ces deux idéaux : au lieu de cela, ils s’affrontaient l’un contre l’autre. Pendant un certain temps, on avait considéré la puissante Allemagne même comme un modèle...

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search