Version classiqueVersion mobile

Le pouvoir en Méditerranée

 | 
Wolf Lepenies

Après Versailles : l’Allemagne contre l’Occident

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Les initiatives visant à unir les pays du sud de l’Europe sous la bannière de la latinité survécurent à la Première Guerre mondiale. Il s’agissait surtout de projets de coopération intellectuelle, littéraire ou artistique. Leurs effets restèrent, dans une large mesure, symboliques, et ne conduisirent pas à des alliances politiquement significatives. Ces initiatives trouvèrent leur inspiration dans la confrontation avec lesdits « pangermanistes » qui opposaient une résistance aux prétentions d’hégémonie politique et culturelle au nom de la latinité. Parmi les pangermanistes qui critiquaient la France, il y avait des auteurs comme Thomas Mann, le comte de Keyserling et Oswald Spengler. En 1904, Thomas Mann répondit de manière défensive et cavalière à une enquête que menait Otto Julius Bierbaum dans le magazine viennois Die Zeit. Interrogé sur l’importance de « l’influence française » dans son travail, Thomas Mann répondit :

« Je suis nordique, avec toute la conscience qui prévaut aujou...

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search