Version classiqueVersion mobile

Le pouvoir en Méditerranée

 | 
Wolf Lepenies

La guerre de 1870 : la fin du monde latin

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le déclenchement du conflit franco-prussien en 1870 éveilla un instinct guerrier chez Gustave Flaubert. Lieutenant de réserve de la Garde nationale, il ordonna des patrouilles régulières et des exercices – mais bientôt ne put empêcher les soldats ennemis de loger dans sa maison ni de déposer leurs détestables casques à pointe sur son lit. Flaubert affirma qu’il préférerait voir Paris en flammes qu’entre les mains des « compatriotes d’Hegel ». Seule la haine des Prussiens, et non le patriotisme, nourrissait la colère de Flaubert, car sa sympathie n’allait ni à l’Empire ni, plus tard, à la République, pas plus qu’à la Commune qu’il méprisait. La défaite imminente de la France signerait la fin du monde latin. Le 5 octobre 1870, Flaubert écrivit à sa nièce Caroline :

« Quoi qu’il advienne, le monde auquel j’appartenais a vécu. Les Latins sont finis ! Maintenant c’est au tour des Saxons, qui seront dévorés par les Slaves. Ainsi de suite1. »

Quelques jours plus tard, il exprima la même doul...

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search