Version classiqueVersion mobile

Le pouvoir en Méditerranée

 | 
Wolf Lepenies

Napoléon III : une politique sous le signe de la latinité

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

La plupart des saint-simoniens accueillirent favorablement le coup d’État du 2 décembre 1851 qui offrait, selon le futur Napoléon III, ce « beau despotisme » réclamé par les Français. Ils espéraient en effet réaliser leurs idéaux sociaux-utopiques sous le régime autoritaire de ce prince-président devenu empereur. Neveu de Napoléon Ier, Louis-Napoléon incarnait l’aventurier parmi les politiciens du xixe siècle. En 1836, il tenta de s’emparer du pouvoir par un coup d’État qui échoua et l’obligea à s’exiler aux États-Unis. Rompant sa promesse de ne jamais revenir en Europe, il tenta à nouveau en 1840 de renverser le roi Louis-Philippe depuis l’Angleterre, en vain. Condamné à l’emprisonnement à perpétuité dans une forteresse, le prince profita de son séjour à « l’université de Ham », comme il surnommait sa prison de Picardie, pour se plonger dans les écrits des saint-simoniens et rédiger des brochures et pamphlets dans lesquels il appelait entre autres à l’éradication du « paupérisme » ...

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search