Version classiqueVersion mobile

Le pouvoir en Méditerranée

 | 
Wolf Lepenies

1989 et ses conséquences. L’échec de l’Union méditerranéenne1

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Aucun président français s’exprimant sur la politique étrangère ne pouvait se passer d’une rhétorique de la latinité : ce « large Rubicon », comme de Gaulle l’avait appelé, relevait désormais des sphères d’influence française. Malgré tout, chez de Gaulle la « latinité » représentait une option politique qu’il fallait reléguer au second plan en faveur d’une étroite coopération entre la France et l’Allemagne nécessaire d’un point de vue européen. Georges Pompidou, son successeur, exprima clairement en juin 1971, dans un discours prononcé du porte-avion Clemenceau amarré dans le port de Toulon, les raisons pour lesquelles la « présence méditerranéenne » était importante pour la France : elle servait de contrepoids à la langue anglaise, à l’industrie allemande et à l’atlantisme des Scandinaves2. Mitterrand, lui, en politicien de parti, se servit de la latinité pour renforcer la position des socialistes français au sein de l’Europe vis-à-vis des sociaux-démocrates allemands. La réunifica...

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search