Version classiqueVersion mobile

L’« esprit de corps »

 | 
Emmanuelle Godeau

Remerciements

Texte intégral

1Cet ouvrage est issu d’une enquête sur les pratiques des marges des études de médecine qui s’est étendue sur de longues années. Il est la version remaniée d’une thèse soutenue à l’EHESS de Toulouse en 2004, et me donne l’occasion de remercier sincèrement tous ceux qui, à un moment ou un autre de ce parcours, m’ont fait confiance, encouragée, aidée, soutenue voire supportée. À commencer par les chercheurs qui ont guidé mes premiers pas d’anthropologue, en particulier Giordana Charuty, Daniel Fabre, Jean-Pierre Albert, Marlène Albert-Lorca, Dominique Blanc et Agnès Fine. Je voudrais qu’ils trouvent dans ce travail le témoignage du bien-fondé de leur confiance.

2Il me faut aussi citer les autres membres de mon jury de thèse, qui par leurs remarques et leurs encouragements sur cette première version de mon travail ont contribué à sa transformation en livre accessible à un plus large public. Je pense notamment à Andrea Carlino pour sa lecture historique attentive des chapitres sur les dissections, ainsi qu’à Marie-Christine Pouchelle dont les travaux sur le monde hospitalier contemporain ont été si féconds pour ma propre réflexion.

3Je tiens aussi à plus spécialement remercier Claudine Vassas et Agnès Fine, dont les conseils amicaux, les critiques toujours constructives, les sages suggestions mais surtout l’enthousiasme et la chaleureuse disponibilité ont été si précieux au moment de finir autant ma thèse que cet ouvrage. Lequel n’aurait jamais vu le jour sans la tranquille ténacité et l’efficace insistance de Christine Langlois… Merci aussi à Adelina Tolamonti, dont le soutien anthropologique et amical ne s’est jamais démenti.

4Je ne voudrais pas non plus oublier de signaler que le fait d’avoir obtenu un prix de thèse « Sciences sociales de la santé », décerné par l’association AMADES (Anthropologie médicale appliquée au développement de la santé) a à son tour contribué à me donner le regain d’énergie nécessaire pour transformer le texte initial en vue d’une publication. Qu’Alice Desclaux, qui m’a encouragée à faire cette démarche, trouve ici le témoignage de mon amicale reconnaissance.

5C’est pour finir vers mes informateurs, ces étudiants, internes, médecins gradés et moins gradés, membres du personnel hospitalier, garçons d’anatomie, etc., qui ont accepté de me donner un peu de leur temps et de leur histoire singulière que je voudrais me tourner pour les en remercier chaleureusement. Sans eux, rien n’aurait été possible. Leurs prénoms et initiales ont été changés afin de préserver leur anonymat, mais je me dois de citer ici quelques informateurs de la première heure – le Dr Alain Chancholles, le Dr Luc Marty, le Dr Jacques Le Pesteur, Emmanuelle, Rosine et son père Philippe, Bertrand et Corine, Jean-Marc… – dont l’accueil et les témoignages m’ont montré l’intérêt de persister dans ce projet.

6Il me faut également signaler que le site des internes des Hôpitaux de Paris, leplaisirdesdieux.fr, m’a fourni et autorisée à reproduire un certain nombre de clichés illustratifs de mon propos. L’ouverture d’esprit et la disponibilité de ces internes doivent ici être soulignées.

7Enfin, c’est à Jean-Yves, Édith et Louise que je dédie ce livre.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search