Version classiqueVersion mobile

La nature domestique

 | 
Philippe Descola

II - Faire, savoir-faire et satisfaire : du bon usage de la nature

9 - Les critères du bien-vivre

Texte intégral

1L’efficacité d’un système économique n’est pas tant fonction de la quantité de richesses qu’il engendre que de sa capacité à satisfaire les objectifs qu’on lui assigne. Dans les sociétés où la production est orientée principalement vers les valeurs d’usage, ces objectifs sont culturellement limités et sans alternative. Ainsi, pour les Achuar, la finalité principale d’un bon usage de la nature n’est pas l’accumulation infinie d’objets de consommation, mais l’obtention d’un état d’équilibre qu’ils définissent comme le « bien-vivre » (shiir waras). Découpé nettement dans le cadre immuable de la maisonnée, le paysage du bien-vivre s’est déjà dessiné en filigrane dans les pages qui précèdent. Çà et là sont apparus les linéaments de quelques convictions rustiques à quoi l’on pourrait réduire une philosophie achuar de l’existence quotidienne. La pierre angulaire d’une vie harmonieuse est sans aucun doute la paix domestique, ce petit rien qui donne à telle ou telle maison une atmosphère aimable dont l’ethnologue se déprend toujours à regret. Contrairement à un cliché répandu, le degré de concorde conjugale n’est pas inversement proportionnel au nombre des épouses. Épouser des sœurs est même le meilleur moyen d’avoir la paix au foyer ; une affection réelle lie alors les co-épouses et les empêche d’entrer en compétition pour obtenir les bonnes grâces de leur mari. Cette paix domestique est confinée dans un microcosme, mais les Achuar y attachent d’autant plus de prix que ce monde clos est leur seul refuge, face à un environnement extérieur constamment traversé par de très graves tensions sociales. On comprendra aisément que dans une société où le rapport à autrui est principalement médiatisé par la guerre, il soit vital pour l’équilibre psychologique de convertir sa demeure en un havre de paix.

2La définition du bien-vivre ne se laisse donc pas enfermer dans les seules catégories de l’économie ou de l’hédonisme, puisque la paix domestique est l’une des conditions de la satisfaction des besoins en même temps que son résultat partiel. L’harmonie conjugale se donne librement à voir lorsque l’abondance de venaison assure la bonne humeur des épouses et que des libations répétées de bière de manioc viennent étancher la soif immense des époux. Dans cette situation, il faut un caractère singulièrement grincheux ou l’ombre d’un adultère pour que la discorde vienne s’installer dans la maison. Mais l’entente entre les conjoints est aussi un élément de la productivité d’une maisonnée, car elle est la condition d’une collaboration efficace des sexes dans les activités de subsistance. Ces belles intentions ne convertissent pas pour autant les Achuar en une société idyllique où régnerait l’harmonie généralisée entre époux. Il est de fait que la domination masculine s’y exerce parfois sur les femmes de manière excessivement brutale, notamment lorsque les hommes sont pris de boisson. Dans certaines maisonnées, les épouses sont régulièrement battues par leur mari, parfois jusqu’à ce que mort s’ensuive. Le suicide féminin n’est pas exceptionnel et constitue l’arme la plus dramatique pour protester contre les mauvais traitements répétés. Dans les foyers où sévit la guerre des sexes – force brutale contre oisiveté récriminante – il règne une atmosphère morose complètement antithétique au bien-vivre. Ces maisonnées faisaient fonction d’ilotes, lorsque des informateurs médisants les citaient à l’ethnologue comme une illustration des méfaits de la mésentente conjugale.

3La paix domestique n’est donc pas universelle et elle n’est pas non plus une condition absolue de l’efficacité de l’approvisionnement alimentaire, car les caractéristiques du système productif sont telles que même la plus grande discorde ne suffira pas à désorganiser la vie économique d’une maisonnée. Dans sa composante sociale, le bien-vivre est une sorte d’horizon normatif de la vie domestique, un objectif optimal qui n’est ni voulu ni atteint par tous les Achuar. L’observateur ne peut l’appréhender que de manière très subjective, par le plaisir ou le déplaisir qu’il éprouve à vivre avec ses hôtes. Dans sa composante strictement économique, le bien-vivre se laisse en revanche définir par des critères aisément objectivables : la productivité du travail, le taux d’exploitation des ressources ou la composition quantitative ou qualitative de l’alimentation. C’est donc à ce domaine sans embûches que nous cantonnerons notre analyse, laissant aux Achuar le soin de décider eux-mêmes s’ils connaissent ou non la félicité domestique.

La sous-exploitation des ressources

4L’une des façons les plus commodes d’analyser l’efficacité d’un système économique orienté vers la production de valeurs d’usage est d’examiner le taux d’exploitation réel de sa capacité productive, c’est-à-dire la marge de sécurité qu’il se donne pour réaliser ses objectifs. Deux facteurs intrinsèquement liés sont ici à considérer : la productivité potentielle du système des ressources et son degré d’actualisation en fonction de la productivité potentielle du système des moyens. Il est déjà clairement apparu dans le chapitre précédent que les Achuar utilisent une fraction minime de la quantité totale de travail qu’ils pourraient mobiliser. Si l’on s’en tient aux seules activités ayant pour but l’approvisionnement alimentaire (hors les opérations de transformation), la durée moyenne de travail individuel qui leur est consacrée se monte à trois heures et demie (206 minutes) par jour ; ainsi, en prenant pour base une journée de travail de dix heures, les Achuar accordent seulement 35 % de leur temps quotidien à la production de subsistance. Il est donc indéniable qu’il reste en théorie de larges possibilités d’intensification du travail, possibilités qui ne sont pas exploitées en raison des limites socialement instituées à la dépense de la force de travail. Si le travail n’est pas une ressource rare au niveau individuel, il ne l’est pas non plus sur le plan collectif, puisqu’un segment entier de la population potentiellement productive reste systématiquement inactif. Jusqu’à l’âge du mariage, les adolescents passent en effet presque toutes leurs journées dans une complète oisiveté ; alors que les fillettes sont employées très tôt dans les travaux du jardin, personne ne songerait à exiger d’un garçon qu’il participe à l’effort de subsistance de la maisonnée. Tant les modalités de la dépense de travail, que la composition spécifique de la force de travail, sont ici déterminées par des schémas culturels et non par des contraintes physiques, puisque de robustes jeunes gens se voient dispensés des tâches de production.

  • 1 Ce tableau, comme toutes les données quantifiées présentées dans ce (...)

5La sous-exploitation des capacités productives n’est pas perceptible uniquement dans le domaine du travail humain, elle apparaît également de façon éclatante dans la sous-utilisation de certains types de ressources. C’est dans l’horticulture que l’estimation du taux de sous-utilisation est la plus facile à réaliser, en raison du caractère mesurable de la productivité agricole. Toutefois, étant donné l’extrême diversité des cultigènes plantés par les Achuar, il est à peu près impossible d’opérer une analyse quantifiée de la productivité des jardins pour tous les produits horticoles effectivement exploités. Nous limiterons donc nos démonstrations au manioc, puisqu’on se souviendra que c’est là le cultigène dominant dans les jardins achuar en termes de nombre de plants (64 % des plants en moyenne). Cette prépondérance du manioc dans les plantations correspond bien évidemment au rôle fondamental qu’il joue dans l’alimentation quotidienne. Ainsi, lorsqu’on classe les principaux cultigènes achuar selon la masse brute moyenne récoltée quotidiennement (doc. 45), il apparaît immédiatement que le manioc vient très largement en tête, puisqu’il constitue à lui seul 58,5 % de la production horticole totale1. Les autres plantes cultivées – notamment les musacées et les patates douces – viennent très loin derrière en ordre d’importance. De plus, la majeure partie de la récolte quotidienne de patates douces est employée à la confection de la nourriture des chiens et doit donc être soustraite du volume assigné à la consommation humaine. On notera incidemment que le tableau 45 fait apparaître des différences significatives entre les biotopes pour ce qui est de la composition de la production des jardins. Dans l’habitat interfluvial, les produits horticoles sont moins diversifiés que dans l’habitat riverain (absence de maïs et d’arachide) et le manioc y occupe en conséquence une place beaucoup plus importante. Ces résultats ne sont pas inattendus, au vu des contraintes pédologiques distinctes qui influent sur les techniques de culture dans l’un et l’autre biotope.

45. Ordre d’importance des principaux cultigènes dans l’alimentation selon le volume brut récolté quotidiennement

Cultigène Habitat
Interfluvial Riverain
kilos % kilos %
Manioc 19,5 69,7 22,3 51,2
Musacées 3 10,7 6,8 15,6
Patates douces 2,4 8,6 6,4 14,8
Tubercules divers 3,1 11 7 16,1
Maïs 0 0 0,9 2
Arachides 0 0 0,04 0,01
Total 28 100 43,44 100

6Quoi qu’il en soit de ces différences proportionnelles, il reste que, dans toutes les maisonnées achuar, le manioc assure au moins 50 % du volume de l’alimentation d’origine végétale et que sa culture revêt ainsi une importance stratégique dans l’équilibre du système productif. Il est donc légitime de s’interroger sur le taux de couverture des besoins en manioc, c’est-à-dire sur le rapport entre la capacité productive des jardins et la consommation effective. Nous avons constaté à plusieurs reprises jusqu’ici les disparités considérables existant entre les maisonnées pour ce qui est des superficies effectivement mises en culture et régulièrement désherbées. La différence des surfaces exploitées par diverses unités de production s’échelonnait dans un rapport de 1 à 13, sans qu’on puisse l’expliquer par des ajustements à la dimension de l’unité de consommation. Il fallait bien admettre alors une sous-utilisation par certaines maisonnées de leur capacité productive horticole et postuler que les écarts importants entre les superficies mises en culture étaient attribuables en dernier ressort à une quête de prestige. Le tableau 46 montre à quel point cette sous-utilisation est considérable et permet de souligner que, même dans les plus petits jardins, il reste encore une marge d’intensification potentielle de la production. Ainsi, la maisonnée qui adapte le plus étroitement ses capacités productives à ses capacités d’autoconsommation, n’exploite pourtant que 79,9 % de son potentiel productif en manioc. Quant à la maisonnée dont le taux de couverture des besoins est assuré à 581 %, elle n’utilise effectivement que 17,2 % de sa capacité productive.

46. Taux d’exploitation du potentiel productif dans la culture du manioc

Habitat riverain Habitat
interfluvial
1 2 3 4 5 6
Superficie du jardin (en m2) 2 437 9 655 15 409 22 642 9 729 31 820
Productivité du jardin (en kg)* 4 570 18 102 28 892 42 452 14 594 47 730
Consommation annuelle (en kg)** 3 650 8 760 10 585 8 935 6 497 8 212
Taux de couverture des besoins (en %) 125 206,6 273 475 224 581
Taux d’exploitation du potentiel productif (en %) 79,9 48,4 36,6 21 44,5 17,2

* Productivité brute (racines non pelées) estimée sur la base de 0,75 plant de manioc au m2 (moyenne de 3 carrés de densité) et d’une masse moyenne de racines par plant de 2,5 kg dans l’habitat riverain, contre 2 kg dans l’habitat interfluvial (les racines des cultivars de l’habitat riverain sont plus volumineuses en moyenne que celles de l’habitat interfluvial).
** Consommation estimée sur la base de l’approvisionnement moyen quotidien de chacune des maisonnées en racines de manioc non pelées.

7Les données que livre le tableau 46 permettent de préciser un certain nombre de traits distinctifs de l’horticulture achuar. En premier lieu, les quantités de manioc plantées dans chaque essart sont telles qu’il en résulte toujours nécessairement un énorme surplus potentiel, formant selon les cas entre 20 % et 80 % de la capacité productive des jardins. Il est vrai que, contrairement au manioc amer, le manioc doux n’est stockable qu’en pied : une partie des jardins peut donc jouer un rôle de « magasin de réserves », où il est toujours possible de venir puiser en cas d’accident imprévisible. Mais on peut s’interroger sur la nécessité de constituer des surplus d’une telle ampleur, dans la mesure où aucune catastrophe envisageable n’est à même d’amputer gravement la production d’un jardin ! L’absence de maladies graves du manioc dans la région achuar et l’extrême stabilité climatique sont des garanties évidentes contre la perte des récoltes ; aucun précédent fâcheux n’engage donc à prévoir une aussi grande marge de sécurité. Le seul accident grave qui pourrait mettre en péril toute la production d’un jardin serait l’invasion d’une très importante harde de pécaris venant manger racines et tubercules. Or, un tel événement est inconcevable lorsque le jardin est à proximité de la maison ; il ne peut se produire que dans les essarts pionniers très éloignés de la résidence et laissés sans surveillance après la phase de la plantation.

8Dans ce dernier cas, absolument exceptionnel d’ailleurs, la dimension du jardin ne constitue en aucun cas une garantie, puisque les pécaris se nourriront dans le jardin aussi longtemps qu’ils ne seront pas dérangés. La surcapacité productive des jardins n’a donc pas pour finalité explicite la constitution d’un surplus de sécurité, lequel n’est au demeurant jamais exploité. C’est encore une fois le principe de prestige qui doit être ici invoqué pour rendre compte des disparités entre les surfaces mises en culture par chaque maisonnée. Il ne s’agit pas chez les Achuar d’un prestige fondé sur l’intensification de la production horticole et sur sa redistribution à un réseau d’obligés, comme c’est le cas pour les big men mélanésiens, puisque les plus grands jardins sont au contraire exploités au minimum de leur capacité. Comme nous le notions déjà dans le chapitre consacré à l’horticulture, la simple étendue des jardins entourant une maison permet à l’œil averti d’un visiteur de mesurer l’idée qu’une maisonnée se fait de sa propre importance sociale.

9D’autre part, les différences de biotope ne jouent aucun rôle dans la production du manioc, car quelles que soient par ailleurs les contraintes locales de l’écosystème, la surface plantée est toujours considérablement supérieure à la surface effectivement exploitée. Certes, les jardins de l’habitat riverain sont qualitativement plus riches en espèces, et la productivité par plant y est généralement plus élevée que dans l’habitat interfluvial. Mais, si l’on considère que la sous-exploitation du manioc est généralisée, il n’y a aucun avantage quantitatif particulier à cultiver les terres les plus fertiles des plaines alluviales. Que ce soit dans le domaine du travail ou dans celui de la gestion des ressources, ce sont des spécifications sociales et culturelles, et non pas des contraintes écologiques, qui déterminent la sous-exploitation des capacités productives. Le bénéfice symbolique engendré par le surdimensionnement des jardins ne coûte qu’une légère intensification de l’effort de travail, sans allongement de sa durée, puisque c’est le résultat ostentatoire qui est valorisant et non le moyen de l’atteindre.

10Il est un dernier domaine où la sous-exploitation des capacités productives paraît hautement probable, mais reste impossible à démontrer en données comptables, c’est celui des ressources naturelles. Faute de critères scientifiques permettant l’évaluation précise de la capacité de charge cynégétique et halieutique, on ne peut que supposer, sur la base d’estimations impressionnistes, que les Achuar pourraient capturer plus de gibier et de poisson, s’il leur prenait l’envie de le faire. En dépit de la productivité élevée de la chasse et de la pêche (789 g en masse brute de gibier et de poisson par jour et par consommateur dans l’habitat riverain, contre 469 g dans l’habitat interfluvial), il ne semble pas que les Achuar opèrent une ponction excessive sur leurs ressources naturelles. Tous les informateurs concordent sur le fait que, de mémoire d’homme, ils n’ont jamais vu s’amenuiser le gibier ou diminuer les prises de pêche dans les régions où ne s’exerce pas une concurrence des ethnies voisines. En définitive, l’un des critères du bien-vivre c’est de réussir à assurer l’équilibre de la reproduction domestique en n’exploitant qu’une faible fraction des facteurs de production disponibles. Pour ce qui est de l’économie institutionnalisée des moyens, les Achuar témoignent manifestement d’une grande réussite ; reste à savoir si le degré de satisfaction de leurs objectifs est à la mesure de cette élégante économie des ressources.

La productivité du système

11Dans le cas présent, l’efficacité productive s’évalue par l’analyse de la structure de la consommation alimentaire, puisque les valeurs d’usage stratégiques sont ici celles qui fournissent l’énergie nécessaire au bon fonctionnement de la machine physiologique. Nous avons déjà eu l’occasion de constater que l’alimentation achuar offrait une grande variété de saveurs et qu’en dépit de la prééminence du manioc, elle était loin de présenter un tableau gastronomique monotone. Au vu des données quantitatives partielles déjà présentées, le lecteur soupçonnera également que les Achuar ne sont pas des familiers de la disette. Encore faut-il le confirmer grâce à un bilan nutritionnel, qui permettra de s’assurer que l’abondance est équitablement répartie et qu’aucune déficience protéique ne vient produire des carences alimentaires. C’est un tel bilan qui est présenté dans le tableau 47, où sont détaillées les contributions quotidiennes per capita, en kilocalories et en grammes de protéines, fournies par la chasse, la pêche et l’horticulture.

47. Contribution quotidienne per capita à l’alimentation selon les différents secteurs de production

Habitat Secteur d’activité
Chasse Pêche Horticulture Total
kcal P (g) kcal P (g) kcal P (g) kcal P (g)
Riverain 1 047 666 0 988 102,0 65,0 0,0 96,0 106 98 196 227 19,0 17,5 35,0 40,0 3 404 2 958 2 111 3 016 30,0 26,0 19,0 26,0 4 557 3 722 2 307 4 231 151,0 108,5 54,0 162,0
Interfluvial 498 429 49,0 42,0 71 43 12,0 8,0 2 024 2 567 18,0 23,0 2 593 3 039 79,0 73,0
Moyenne
générale
604,5 59 123,5 22 2 860 23,5 3 408 104,5

kcal = kilocalories
P = protéines (en grammes)

12Ce tableau est réalisé à partir d’un échantillon de six maisonnées (quatre dans l’habitat interfluvial et deux dans l’habitat riverain), au sein desquelles ont été pesés tous les produits alimentaires qui rentraient quotidiennement pendant une durée totale d’enquête de soixante-six jours. L’effectif des consommateurs par maisonnée a été calculé en comptant tous les adultes des deux sexes comme consommateurs à part entière (y compris, dans chaque cas, mon épouse et moi-même) et comme demi-consommateurs tous les enfants de moins de dix ans et de plus d’un an. L’effectif global pour les six maisonnées est de 56,5 consommateurs, avec une moyenne de 9,5 consommateurs par maisonnée. Seuls les aliments destinés à la consommation humaine ont été pris en considération, la part réservée aux animaux domestiques (maïs pour les poules et patates douces pour les chiens) étant quotidiennement soustraite du volume de la production. Pour opérer la conversion de la masse brute à la masse comestible, c’est-à-dire pour calculer la proportion moyenne des déchets de chaque type de produit, nous avons constitué un tableau de coefficients standards de réduction. Pour les produits cultivés, ces coefficients ont été obtenus à partir d’expériences empiriques, tandis que pour le gibier et le poisson nous nous sommes servis du travail de White (1953). La conversion de la masse comestible de chaque espèce d’aliment en valeur énergétique et protéique est fondée sur la table de composition nutritive de l’Institute of Nutrition of Central America and Panama (Wu-Leung et Flores 1961).

13La méthode employée pour établir ce bilan nutritionnel présente un inconvénient, en ce que le tableau détaille la composition de ce qui est quotidiennement consommable dans une maisonnée donnée et non pas de ce qui est effectivement absorbé par chaque individu en fonction de son âge, de son sexe et de son poids. Pour réaliser une analyse vraiment scientifique de la nutrition, il aurait fallu peser à chaque repas, ou à chaque prise de nourriture, tous les aliments que les membres de l’unité domestique s’apprêtaient à avaler, une tâche bien évidemment impossible, tant pour des raisons techniques que d’évidente bienséance. Or, au vu des résultats obtenus, notamment dans le domaine de la consommation des protéines d’origine animale, on se prend à douter que les Achuar puissent absorber quotidiennement de tels excédents par rapport aux normes usuellement prescrites. Il faut donc préciser que tout ce qui est consommable n’est pas réellement consommé, surtout pour ce qui est du gibier et du poisson. Après une pêche ou une chasse particulièrement fructueuse, les quartiers de viande et les filets de poisson sont boucanés et gardés en réserve dans un panier exposé à la fumée du foyer. En dépit de ces précautions et malgré les quantités incroyables de venaison que les Achuar sont capables d’engloutir en une journée, les réserves finissent par se gâter et il faut alors se débarrasser de la chair avariée. Cette fraction de la production ainsi soustraite à la consommation n’implique pas pour autant une déficience temporaire de l’apport protéique, puisque le chasseur se remet en quête dès que les provisions de viande ne sont plus consommables. En vouant une partie de leurs aliments au rebut, les Achuar se donnent le même luxe que les sociétés hyperindustrialisées, offrant ainsi un démenti éclatant à l’image traditionnelle de la société primitive tout entière mobilisée dans sa lutte contre la faim.

14Cette apparente prodigalité se manifeste de façon convaincante lorsqu’on examine le taux de couverture des besoins en calories et en protéines. Faute d’une enquête anthropométrique détaillée, il ne nous a pas été possible d’établir précisément les besoins calorico-protéiques de la population achuar par sexe et par tranche d’âge. Par ailleurs, les normes générales moyennes proposées par les diététiciens sont assez variables et ne tiennent pas suffisamment compte du coût énergétique des activités. Nous avons donc choisi de retenir comme norme minimale de l’apport quotidien indispensable en calories et en protéines pour un individu moyen, la valeur la plus forte établie par Lizot pour les Yanomami, soit une population relativement proche des Achuar par sa constitution physique et par son mode de vie. Dans une analyse détaillée, Lizot (1978 : 94-95) calcule que le maximum des besoins énergétiques per capita se monte à 2 600 kcal (pour un adolescent de dix à douze ans), tandis que le maximum des besoins protéiques est de 27,4 g par jour (pour un homme adulte). On peut donc supposer que si la consommation moyenne d’un Achuar approche de cette norme maximale yanomami, les besoins seront adéquatement couverts. À la lecture du tableau 47, on constatera que dans toutes les maisonnées de notre échantillon la consommation moyenne dépasse largement ces deux valeurs. En d’autres termes, un Achuar moyen consomme beaucoup plus de calories et de protéines que ce qui est nécessaire chez les Yanomami dans les groupes d’âges dont les besoins sont les plus importants. Avec 3 408 kcal par jour sur la moyenne de notre échantillon, les besoins énergétiques sont couverts à 131 % ; la moyenne de l’apport protéique est de 104,5 g, ce qui signifie un taux de couverture de 381 %. Dans ces conditions, on comprendra que nous n’ayons même pas jugé nécessaire d’inclure les produits de cueillette dans le bilan nutritionnel, en dépit de l’apport non négligeable qu’ils représentent durant certaines périodes de l’année.

15Pour remarquables qu’ils paraissent, ces résultats n’en sont pas pour autant extraordinaires et ils soutiennent la comparaison avec des données identiques recueillies dans d’autres populations amérindiennes, jivaro et non jivaro (tableau 48).

48. Moyenne de la consommation de calories et de protéines dans cinq populations amazoniennes jivaro et non jivaro

Population Consommation
moyenne
Source
kcal Protéines
(g)
Jivaro achuar de l’Équateur 3 408 104,5 Descola, ce volume
Jivaro achuar du Pérou 3 257 107,7 Ross 1976 : 149
Jivaro aguaruna 3 356 Berlin et Markell 1977 : 12
Siona – Secoya 2 215 80,9 Vickers 1976 : 135
Yanomami centraux 1 772 67,55 Lizot 1978 : 96

16On remarquera d’abord à quel point la composition moyenne de l’alimentation est proche dans les trois groupes jivaro étudiés, tant pour la valeur énergétique que pour l’apport protéique. Cette similitude des résultats corrobore nos données et témoigne amplement du fait que l’abondance et la qualité de l’alimentation dans les maisonnées de notre échantillon n’étaient pas attribuables à des circonstances exceptionnellement favorables. La configuration de l’alimentation dans ces cinq groupes de population contribue également à jeter la suspicion sur les interprétations hyperdéterministes de certains théoriciens du matérialisme écologique, qui voient dans l’accessibilité en protéines le facteur limitant absolu de la densité démographique aborigène en Amazonie. Dans l’exposition la mieux argumentée de cette hypothèse, D. Gross se livre à d’acrobatiques calculs pour montrer, sur la base d’un échantillon de dix sociétés amérindiennes, que l’apport protéique dans l’alimentation indigène se situe toujours en dessous ou à la limite d’un seuil minimal qu’il fixe à 63 g par jour et par personne (Gross 1975 : 531-532). Lizot a déjà critiqué de façon convaincante le caractère arbitraire de la définition d’un taux aussi élevé (Lizot 1977 : 134-135) ; mais quand bien même on accepterait 63 g comme un seuil minimal, il reste qu’au moins cinq échantillons de sociétés amérindiennes, pour lesquelles on dispose de données sûres, dépassent chroniquement ce taux d’apport protéique. En revanche, si l’on examine en détail la procédure employée par Gross pour fixer la contribution protéique dans chacune des dix sociétés de son échantillon, force est de constater qu’il raisonne principalement sur des extrapolations hasardeuses et non pas sur des mesures précises et extensives. Sans mettre en doute le fait que certaines sociétés amazoniennes puissent connaître des carences protéiques dans leur alimentation – tout particulièrement dans des situations de contact ou d’acculturation poussée –, on ne peut que s’interroger sur la validité des généralisations que Gross tire d’un échantillon aussi peu fiable.

17À ce sujet, nous partageons les vues de Beckerman qui, dans un commentaire critique de l’article de Gross, avançait au contraire l’idée que, selon toute probabilité, les sources de protéines sont sous-exploitées par les populations aborigènes de l’hylea amazonienne (Beckerman 1979 : 533). Nos études sur les Achuar, comme celles de Lizot sur les Yanomami, montrent bien que les sociétés amérindiennes dont les conditions d’existence n’ont pas été trop perturbées exploitent seulement une faible fraction de leurs ressources naturelles ; elles ne peuvent donc pas être « limitées » par l’accessibilité des protéines. À vrai dire, s’il existe quelque part une carence, c’est sans doute plus dans les données sur lesquelles se fondent les interprétations écologiques hyperdéterministes que dans l’alimentation des populations amazoniennes.

18Que les facteurs écologiques jouent un rôle beaucoup moins déterminant que ce qu’on a bien voulu prétendre apparaît de manière exemplaire dans la faible différence observable entre les quantités moyennes de protéines consommées par les Achuar selon la nature des biotopes qu’ils exploitent. Au début de ce travail, nous évoquions la thèse dominante chez de nombreux ethnologues et archéologues nord-américains, qui voient dans la plus grande accessibilité en protéines de l’habitat riverain amazonien un avantage adaptatif décisif, susceptible de fournir une base matérielle au développement de sociétés complexes et hiérarchisées. Or, chez les Achuar tout au moins, la disparité entre les biotopes ne semble pas tellement significative : la moyenne de l’apport protéique quotidien est de 76 g par personne dans les maisonnées de l’interfluve, contre 119 g dans les maisonnées riveraines. Il est vrai qu’une différence de 43 g pourrait paraître énorme, mais seulement à la condition que ce déficit puisse faire descendre les Achuar de l’interfluve au-dessous du seuil fatidique de 27,4 g, ce qui n’est pas le cas ici. Ainsi, et en dépit du fait que les maisonnées de l’interfluve absorbent moins de protéines que celles des plaines alluviales, la consommation quotidienne qu’elles en font est encore près de trois fois supérieure à la norme établie. Les collines de l’interfluve ne sont en rien un « désert protéique » et si l’on devait établir un contraste entre les biotopes de ce point de vue, il se situerait plutôt entre l’abondance et la surabondance qu’entre la carence et l’adéquation aux besoins.

19Dans la mesure où ils contredisent des théories en vogue, ces résultats pourraient paraître suspects ou insuffisamment étayés. Or, ils sont parfaitement confirmés par le seul chercheur qui, à notre connaissance, ait pris la peine comme nous de mesurer précisément les différences de productivité entre un biotope interfluvial et un biotope riverain, exploités de manière identique par une même population amazonienne. Dans son essai sur le travail et l’alimentation chez les Yanomami, Lizot remarque en effet que « […] la distinction des habitats ne mérite pas d’être conservée dans la présentation des résultats pour ce qui est des Yanomami centraux, il se peut qu’elle soit utile pour d’autres régions » (Lizot 1978 : 96). Il se peut, sans doute, et nous devrons attendre des informations supplémentaires sur d’autres groupes ethniques amazoniens – s’il est encore temps de les recueillir – avant de pouvoir former une opinion plus tranchée. Il reste que cette convergence objective entre deux sociétés amazoniennes, si proches par bien des traits structuraux, incline à recevoir avec la plus grande prudence la théorie d’une différenciation des formes sociales engendrée par une inégale accessibilité des protéines.

20En conclusion de notre examen des différents taux de la densité démographique achuar selon les biotopes (chapitre 2), nous nous interrogions sur un fait troublant : pourquoi, étant donné la très faible densité de population dans l’habitat riverain (0,44 hab./km2), tous les Achuar de l’interfluve ne s’étaient-ils pas concentrés dans cette zone des plaines alluviales, où ils auraient pu trouver des ressources potentiellement supérieures à celles dont ils disposaient dans l’habitat interfluvial ? La réponse à cette énigme apparaît maintenant avec évidence. Outre le fait que l’avantage adaptatif de l’habitat riverain en matière de ressources naturelles n’est pratiquement pas exploité pour des raisons culturelles (tabous sur les gros mammifères ripicoles), la productivité du système économique dans l’habitat interfluvial est telle que, pourvu que la densité démographique s’y maintienne au taux présent, il n’existe pas de raisons majeures pour migrer dans l’habitat riverain, où règne par ailleurs une malaria endémique. Il est de fait que l’actuelle densité démographique dans l’interfluve peut sembler exceptionnellement basse (0,08 hab./km2) ; elle est pourtant à peine inférieure à l’estimation de 0,1 hab./km2 que Denevan propose comme le taux le plus probable pour ce type de biotope avant la conquête espagnole (Denevan 1976 : 228).

21La surproduction généralisée des maisonnées achuar invite également à questionner l’universalité des inférences tirées par Sahlins de son analyse des constantes structurelles dans ce qu’il nomme le mode de production domestique (Sahlins 1972 : 41-99). Sahlins développe de façon pertinente et argumentée l’idée que les sociétés primitives ne fonctionnent qu’au minimum de leurs capacités productives et il en conclut donc que la sous-production est dans la nature des économies organisées exclusivement sur la base du groupe domestique et des rapports de parenté entre les groupes domestiques. Une conséquence inéluctable de cette sous-utilisation systématique des ressources serait, selon lui, l’impossibilité temporaire éprouvée par certaines unités domestiques d’opérer leur auto-approvisionnement de manière totalement indépendante, impossibilité qui engendrerait l’obligation pour celles-ci de recourir à l’entraide d’unités domestiques plus favorisées (ibid. : 69-74). Cet échec régulier d’au moins quelques unités de production serait donc une contrainte structurale du mode de production domestique tel que le définit Sahlins. Les trois exemples ethnographiques proposés comme illustration de cette tendance (les Iban, les Mazulu et les Yakö) sont sans doute insuffisants pour qu’on puisse fonder sur eux une loi universelle, d’autant que l’un d’entre eux est peu probant, puisque chez les Iban une part apparemment assez importante de la force de travail domestique est employée à la production de valeurs d’échange au détriment de la production de valeurs d’usage (ibid. : 71-72).

22Il est bien évident qu’aucune unité domestique achuar n’est à l’abri d’un accident imprévu qui viendrait largement amputer sa force de travail. Les récits que faisaient certains informateurs des conséquences dramatiques d’une épidémie de rougeole dans les années 1950 suggèrent assez que des maladies incapacitantes frappant la majeure partie des producteurs d’une maisonnée peuvent avoir un effet catastrophique sur le niveau de l’approvisionnement alimentaire. Par ailleurs, la généralisation du lévirat et de la polygynie – mécanismes par lesquels s’opère constamment le réajustement de la force de travail en cas de désorganisation de la capacité productive domestique par un décès – n’est pas suffisante en soi pour empêcher que certaines maisonnées ne puissent connaître temporairement des moments difficiles. En ce sens, il est exact que la menace d’une baisse provisoire d’approvisionnement causée par la maladie ou la mort d’un membre stratégique de l’unité domestique plane toujours sur les Achuar. Mais c’est là une menace universelle, puisque dans toutes les sociétés historiques l’unité de consommation domestique est toujours dépendante pour sa subsistance matérielle du travail que fournissent ses membres. En cas d’interruption accidentelle du travail, il faudra alors compter sur la solidarité des parents dans une société primitive ou sur un système étatique de prestations sociales dans une société industrielle avancée. Ce type d’échec économique temporaire n’est donc pas propre au système productif du mode de production domestique, tel que le définit Sahlins. En revanche, si Sahlins veut dire que l’impossibilité pour certaines unités domestiques d’assurer normalement leur autosubsistance provient de leur incapacité structurelle à prévoir leurs besoins réels de consommation en raison d’une sous-utilisation trop systématique des ressources productives, il n’est pas certain que cette proposition puisse être généralisée. Elle ne s’applique pas en tout cas aux Achuar, dont on a vu à quel point ils savaient ménager une large marge de sécurité dans leur sous-exploitation du potentiel productif.

23Il est donc permis de dire que les composantes techniques de certains systèmes productifs – tels que ceux pratiqués par de nombreuses sociétés indigènes du Bassin amazonien – rendent à peu près impossible un échec chronique d’une fraction des unités domestiques, lorsque cet échec est attribuable exclusivement à l’imprévoyance. Dans le cas achuar, la garantie presque automatique de succès est assurée, non seulement par la sécurité qu’apporte la culture extensive du manioc dans un milieu dépourvu de variations climatiques notables, mais aussi par la productivité élevée du travail dans tous les secteurs de subsistance. Il suffit, en effet, de 1 heure 22 minutes de travail individuel quotidien dans l’horticulture pour produire 2 509 kcal et 23,5 g de protéines, ou bien de 1 heure 28 minutes consacrées à la chasse pour obtenir 602,5 kcal et 59 g de protéines. En d’autres termes, avec un investissement moyen individuel dans la chasse et l’horticulture inférieur à trois heures par jour, on obtient en retour 3 111,5 kcal et 82,5 g de protéines. Des résultats aussi remarquables font paraître bien modeste en retour la productivité brute de la France agricole dans un xviie siècle traversé par les grandes famines.

  • 2 Il faut noter que l’apport quotidien de la cueillette végétale est (...)

24Lorsqu’on ordonne la productivité du travail dans chacune des activités de subsistance en fonction de leur contribution énergétique et protéique à l’alimentation (doc. 49), on voit bien apparaître la dimension symbolique de la valorisation attachée à chacun des procès de travail. Ainsi qu’il était prévisible, l’horticulture est la technique d’approvisionnement alimentaire la plus productive en calories par unité de temps investi (78,3 % des kcal pour 40 % du travail quotidien), alors que, plus paradoxalement, c’est la pêche qui est la plus productive en protéines par unité de temps dépensé (21 % des protéines pour 13 % du travail quotidien). Ce dernier point s’explique notamment par le fait que le mouillage de lignes fixes depuis la berge ne demande que quelques minutes par jour, tout en assurant un approvisionnement faible mais régulier en poissons. Bien qu’elle représente presque la moitié de la dépense moyenne quotidienne en travail (43 %), la chasse fournit à peine plus de la moitié de la contribution quotidienne en protéines (56,4 %). Si l’on songe que la pêche et l’horticulture apportent à elles deux 45,5 g de protéines par jour, on pourrait donc dire que la productivité de la chasse n’est pas très élevée ; en bonne logique marginaliste les Achuar pourraient s’arrêter presque complètement de chasser. Il leur suffirait de cultiver un peu plus de maïs et de haricot, de pêcher un peu plus de poissons ou de manger plus souvent les œufs de leur basse-cour, pour maintenir un taux d’apport protéique plus que suffisant. Ce serait pourtant oublier que la chasse n’est pas seulement un moyen de se procurer des protéines, mais qu’elle est aussi et surtout une source de plaisir, tant pour les hommes qui la pratiquent, que pour les femmes qui se délectent du gibier. La logique de l’économie des moyens par le calcul rationnel n’a pas sa place dans une société où tant les besoins que les moyens propres à les satisfaire ne procèdent pas d’un choix délibératif. C’est ce dont on peut se convaincre parfaitement en voyant la faible productivité de la cueillette végétale, qui fournit seulement 0,5 % des calories et 0,2 % des protéines pour 4 % du travail quotidien2. Or, la cueillette est conçue par les Achuar comme une promenade de distraction et non pas comme un labeur exigeant ; il n’y a donc pas plus de sens à taxer d’improductive cette technique d’approvisionnement alimentaire qu’il y en aurait à condamner notre ramassage dominical des cèpes et des girolles comme une perte de temps.

49. Productivité du travail dans chacune des activités de subsistance en fonction de sa contribution à l’alimentation

49. Productivité du travail dans chacune des activités de                         subsistance en fonction de sa contribution à l’alimentation

Laboratoire de graphique – EHESS.

25Dans un article devenu célèbre, Sahlins développait l’idée que les chasseurs-cueilleurs du néolithique, loin d’être tous au bord de la famine comme le voulait un préjugé courant, pouvaient être légitimement considérés comme la « première société d’abondance » (Sahlins 1968). Le tableau se serait considérablement assombri au fur et à mesure de l’évolution sociale et techno-économique de l’humanité, avec une augmentation progressive du temps de travail individuel et une baisse corrélative de sa productivité. L’exemple des Achuar, comme celui d’autres sociétés de chasseurs-essarteurs amazoniens, montre pourtant que la domestication des plantes n’est pas nécessairement le premier pas dans un engrenage productiviste menant inéluctablement à l’aliénation économique. Les Achuar ne travaillent pas plus que la majorité des sociétés de chasseurs-cueilleurs recensées par Sahlins et le niveau de leur alimentation est sensiblement meilleur en qualité et en quantité. Depuis au moins trois millénaires que des populations amazoniennes ont fait le choix de la culture du manioc, cette mutation n’a apparemment engendré ni la disette, ni la diminution des loisirs, ni l’exploitation de l’homme par l’homme. Que ce choix ait été le meilleur possible trouve sans doute une illustration dans la quasi-unanimité avec laquelle les sociétés de la forêt équatoriale sud-américaine ont adopté la culture des tubercules. On sait maintenant en effet que presque toutes les sociétés de chasseurs-cueilleurs historiquement attestées dans l’hylea amazonienne étaient auparavant des horticulteurs et que les systèmes de subsistance fondés exclusivement sur la prédation doivent être considérés comme des formes régressives ou des faux archaïsmes.

  • 3 Tout comme les évolutionnistes du xixe siècle, Sahlins tend à voir dans (...)

26L’opiniâtre volonté heuristique que manifeste Sahlins est certainement digne de louange et nous ne pouvons que souscrire à un programme de recherche qui se fixe pour objectif l’intelligibilité des mécanismes de l’évolution sociale et économique de l’humanité. Il faut toutefois se garder des dangers d’une interprétation trop unilinéaire qui ferait de l’agriculture le deus ex machina de la croissance exponentielle et de la stratification sociale3. L’espèce d’anarchie politique dans laquelle vivent les Achuar porte amplement témoignage de ce qu’une économie agricole efficiente n’a aucunement besoin de la chefferie ou d’une aliénation du libre-arbitre de chacun pour fonctionner adéquatement.

Notes

1 Ce tableau, comme toutes les données quantifiées présentées dans ce chapitre, est fondé sur l’analyse d’un échantillon de six maisonnées en habitat dispersé (quatre dans l’habitat riverain et deux dans l’habitat interfluvial) étudiées pendant une période globale de 66 jours. La durée minimale de séjour dans une maisonnée a été de 8 jours et la durée maximale de 18 jours. Cet échantillon a été sélectionné pour sa représentativité, au sein d’une série plus large d’enquêtes portant sur quatorze maisonnées durant une période globale d’étude de 163 jours. Dans toutes ces maisonnées ont été mesurées quotidiennement la production alimentaire et la durée du travail. Les six maisonnées retenues pour constituer l’échantillon définitif ont été choisies parce que les périodes d’enquête étaient équitablement réparties au long du cycle saisonnier et que les résultats moyens y étaient les plus proches des moyennes générales.

2 Il faut noter que l’apport quotidien de la cueillette végétale est largement sous-estimé dans cet échantillon, en raison de la brièveté des périodes d’enquête et de leur répartition tout au long de l’année. Sur la base des enquêtes plus extensives que nous avons menées, on peut considérer que, durant la saison neretin (c’est-à-dire pendant au moins cinq mois de l’année), les fruits sauvages représentent entre 200 g et 300 g dans l’alimentation quotidienne per capita, soit approximativement 2 % des calories. Ce n’est toutefois pas en termes de contribution énergétique brute que l’on doit évaluer l’importance des fruits de cueillette, mais pour leur apport de certaines vitamines (notamment la vitamine A, la thiamine et la riboflavine) dont l’importance est critique dans l’équilibre nutritif. Ces vitamines existent en quantités notoirement insuffisantes dans les principaux cultigènes et tout particulièrement dans le manioc.

3 Tout comme les évolutionnistes du xixe siècle, Sahlins tend à voir dans la révolution agricole l’origine de la stabilité des formes politiques, la condition de la hiérarchisation sociale et l’instrument initial de l’accumulation infinie des richesses. Ainsi : « L’agriculture […] a permis aux communautés néolithiques de maintenir un niveau élevé d’ordre social dans lequel les exigences de l’existence humaine avaient été soustraites à l’ordre naturel. On pouvait engranger suffisamment d’aliments durant certaines saisons pour pouvoir nourrir les gens lorsque rien ne poussait ; la stabilité subséquente de la vie sociale était devenue un facteur critique de son accroissement matériel. De là, la culture est allée de triomphe en triomphe, dans une sorte de contravention progressive de la loi biologique du minimum… » (Sahlins 1972 : 37, ma traduction).

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/25763/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre 49. Productivité du travail dans chacune des activités de subsistance en fonction de sa contribution à l’alimentation
Crédits Laboratoire de graphique – EHESS.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/25763/img-2.png
Fichier image/png, 80k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search