Version classiqueVersion mobile

La nature domestique

 | 
Philippe Descola

II - Faire, savoir-faire et satisfaire : du bon usage de la nature

8 - Les catégories de la pratique

Texte intégral

  • 1 Ce double statut de la notion de travail est bien exprimé dans un passa (...)

1Quel que soit le théâtre de leur accomplissement ou la forme de leurs procédés techniques, les modes d’usage de la nature sont médiatisés par le travail de l’homme. Cette évidence apparemment incontestable n’est pourtant pas dépourvue de préjugés et elle exige quelques clarifications préalables. Ainsi que Marx le notait déjà au milieu du siècle dernier, le travail comme entité autonome conceptuellement isolable du travailleur qui le supporte est une idée relativement nouvelle. La notion de « travail en général » n’a pris toute son extension qu’avec le développement du salariat dans un système productif où la force de travail devenait une valeur marchande aliénable1. Pierre angulaire de l’économie politique depuis Adam Smith, la catégorie de travail est historiquement déterminée par un certain stade de l’évolution des formes socio-économiques. Chez les Achuar, comme dans beaucoup de sociétés non marchandes, il n’existe pas de concept de « travail en général », définissable comme une forme d’activité distincte des autres manifestations de la pratique sociale. Est-il pour autant légitime d’ignorer cette composante des modes d’usage de la nature ? Si personne ne met en doute l’existence dans toutes les sociétés de modèles abstraits normant la division du travail, certains répugnent à admettre que les peuples archaïques puissent avoir une conscience claire du type et du volume d’effort qu’il est loisible d’accorder à chaque tâche. Or, n’existe-t-il pas partout un secteur du système des représentations qui définit plus ou moins explicitement l’allocation différentielle de la force de travail, l’intensité et le rythme de la dépense d’énergie selon les tâches ou la valorisation hiérarchisée qu’on leur prête ?

  • 2 C’est le cas de Clastres, notamment, lorsqu’il écrit : « Les sociétés p (...)

2Il est, par exemple, hors de doute que les Achuar ont une idée précise de la quantité d’efforts que demande chacune des techniques productives qu’ils pratiquent. Cette dépense énergétique n’est évidemment pas pensée sous la forme d’une allocation quantifiable de travail intégrant la composition des facteurs de production. Cela ne signifie pas pour autant que l’effort physique très concret par lequel les Achuar socialisent certaines portions de la nature soit représenté par eux comme une entreprise ludique ou comme le moyen d’une vague communion avec l’univers. Il nous semble donc inexact d’affirmer que le travail se constitue en réalité objective dans les seules sociétés où il est perçu comme une catégorie spécifique de la pratique. Le travail achuar est non aliéné, parce que sa finalité et ses moyens sont contrôlés par celui qui l’accomplit ; mais cela ne veut pas dire qu’il est un non-travail. Il n’est pas inopportun de le rappeler, pour rectifier l’image idéalisée de ces sociétés amérindiennes, dont on s’est parfois plu à dire qu’elles vivaient leur heureuse destinée sur le mode du refus du travail2. C’est une entreprise légitime que de critiquer la projection indiscriminée des catégories de l’économie politique sur des sociétés où n’existe aucune des institutions pour l’analyse desquelles ces catégories ont été forgées. Mais à moins de se condamner au solipsisme, cette opération salutaire ne doit pas aboutir à éliminer tous les concepts analytiques des sciences sociales sous prétexte qu’ils ne sont pas construits en tant que tels dans les représentations vernaculaires.

3L’étude des catégories de la pratique chez les Achuar pose donc un problème. Un problème de quantité d’abord, qui revient à s’interroger sur l’allocation différentielle de l’effort de travail selon les âges, selon les sexes, selon les fonctions de producteur et de non-producteur, selon les sphères de subsistance, selon les ressources de chacun des types d’habitat et selon la composition de la force de travail de chaque unité résidentielle. Mais cette étude de l’investissement en travail ne peut prendre un sens que si elle est référée au modèle indigène de la division du travail, lequel norme les modalités et les proportions de cet investissement en fonction d’impératifs culturels en grande partie indépendants des contraintes matérielles. Ce modèle indigène est congruent avec l’idée que le groupe domestique isolé se fait de lui-même comme un microcosme cultivant son indépendance sociale et économique : il est logique qu’un système de production aussi marqué par la volonté autarcique soit organisé autour de la division sexuelle des tâches. Le lecteur aura eu l’occasion de constater dans les pages qui précèdent à quel point hommes et femmes de l’unité domestique se trouvaient dans un rapport étroit et réciproque de dépendance et de complémentarité par rapport aux conditions matérielles de leur reproduction. Toute la question est alors de savoir si la division sexuelle du travail est un opérateur qui permet une dichotomie tranchée des procès de travail ou si, au contraire, la nécessaire complémentarité des tâches masculines et des tâches féminines n’induit pas un système de représentations plus complexe, dont il faudra alors débusquer la logique.

L’ordre de la quantité

4Avec une remarquable constance, observateurs et ethnographes s’accordent depuis quatre siècles à souligner le caractère industrieux des Jivaro. Sous la plume des missionnaires, cette disposition au travail est favorablement comparée à l’indolence supposée des ethnies environnantes ; elle alimente leur regret qu’un peuple aussi naturellement laborieux puisse demeurer insolemment rétif à la conquête et au travail forcé, à la différence de voisins indigènes plus nonchalants mais moins belliqueux. Il est de fait qu’une grande maison achuar, surtout à la fin de la journée, donne toujours l’impression d’une ruche bourdonnante d’activité. On ne voit pas là ces grands hamacs en enfilade dans lesquels hommes, femmes et enfants se balancent paresseusement, selon l’évocation rêveuse et stéréotypée du bon sauvage amazonien. Mais ce sont surtout les femmes qui suscitent cette impression d’affairement domestique ; dans leur maison, les hommes offrent plutôt l’image d’une grande oisiveté. Ce contraste apparent tient à la structure différenciée du travail dans l’un et l’autre cas.

5Le domaine d’intervention masculin est pour l’essentiel extérieur à la demeure ; chez lui, un homme passe le plus clair de son temps dans l’inactivité, à boire de la bière de manioc en parlant librement avec ses épouses et ses enfants. Les seuls travaux qu’il accomplisse dans la maison sont d’ordre artisanal (vannerie, fabrication de sarbacane, travail du bois…) et leur fréquence est très discontinue. À l’inverse, la presque totalité des travaux domestiques et des obligations ménagères incombent aux femmes (préparation des aliments, confection de la bière de manioc, balayage de la maison, nettoyage de la vaisselle et des vêtements, corvée d’eau, entretien des foyers, soins aux enfants et à la basse-cour), en sus de la fabrication des objets qu’elles réalisent à l’abri du toit (filage, tissage et poterie). La fréquence du travail masculin est très irrégulière, mais le rythme de chaque activité est soutenu pendant longtemps sans fléchir, tandis que le travail féminin est parcellarisé en une multitude de tâches discontinues et régulièrement répétées. Lorsqu’il va à la chasse, qu’il réalise un abattis ou qu’il confectionne une sarbacane, un homme consacre à peu près toute la journée à chacune de ces entreprises, en entrecoupant son effort par des pauses assez brèves. Après une journée ainsi employée de manière intensive, il passera généralement un ou deux jours à se reposer dans une quasi-inactivité, épisodiquement ponctuée de quelques tâches secondaires, telles qu’effiler la pointe de ses fléchettes, aller chercher des gros troncs pour le foyer ou réparer un panier. Les femmes ont, au contraire, un agenda de travail qui se répète quotidiennement de manière presque identique. Elles vont au jardin, selon une séquence moyenne de trois jours sur quatre, pour y accomplir toujours les mêmes tâches ; une fois revenues à la maison, elles reprennent la sempiternelle routine des travaux domestiques. Il n’y a donc rien d’étonnant à ce qu’un visiteur accidentel retire l’impression que les femmes achuar mènent une vie extrêmement laborieuse. Toutefois, si l’on examine les temps de travail dans le détail et sur une longue durée, force est de constater que les Achuar en général ne sont pas mal lotis sur le plan des loisirs et que les femmes en particulier ne travaillent pas beaucoup plus que les hommes.

6Afin d’étudier l’allocation différentielle de travail, nous avons constitué un échantillon de huit maisonnées (quatre dans l’habitat interfluvial et quatre dans l’habitat riverain), au sein desquelles ont été notés les temps de travail de tous les adultes âgés de plus de seize ans, pendant une durée globale d’enquête de 87 jours. L’échantillon des quatre maisonnées de l’interfluve est fondé sur l’analyse de 216 journées de travail individuelles réalisées par cinq hommes et treize femmes, contre 124 journées de travail individuelles pour l’habitat riverain, effectuées par six hommes et treize femmes. Les moyennes des temps de travail ont donc été faites sur un effectif total de 340 journées individuelles, réparties sur toutes les périodes de l’année, afin de tenir compte d’éventuelles variations saisonnières, si minimes soient-elles. On notera enfin que, dans tous les cas, mon épouse et moi-même étions les hôtes des maisonnées enquêtées ; en dépit de notre participation maladroite aux activités de subsistance, ces deux bouches supplémentaires à nourrir ont certainement entraîné un léger surcroît de travail. Ce surtravail provoqué par notre présence est probablement plus sensible dans le domaine des activités masculines, car les hommes achuar mettent un point d’honneur à ne jamais laisser leurs invités manquer de viande. Nos séjours ont donc certainement provoqué une augmentation de la fréquence des sorties de chasse. Il reste que les visites de plusieurs jours sont un événement fréquent chez les Achuar et que la situation que nous avons suscitée se répète suffisamment souvent pour n’être point considérée comme exceptionnelle.

7L’examen de la moyenne du temps journellement passé dans les différents lieux de travail par les hommes et par les femmes (doc. 40), apporte une confirmation empirique à la connotation sexuelle des différents domaines de la praxis. La maison est bien cet espace privilégié de la sociabilité domestique que nous décrivions auparavant, puisque c’est là qu’hommes et femmes passent le plus clair de leur temps, c’est-à-dire entre 80 % et 90 % d’une journée de vingt-quatre heures. Les autres lieux sont en revanche clairement marqués par une prépondérance soit de la présence masculine, soit de la présence féminine. En effet, les hommes passent cinq fois plus de temps en forêt que les femmes, tandis que celles-ci passent quatre à cinq fois plus de temps au jardin que les hommes. Encore doit-on noter que la présence masculine dans les jardins est ici amplifiée, du fait que nous avons inclus le temps passé dans un essartage, c’est-à-dire une activité se déroulant dans un lieu qui n’est pas encore tout à fait légitimement un jardin.

40. Temps moyen quotidien passé dans les lieux de travail

Lieu d’activité Habitat
Interfluvial Riverain
Hommes Femmes Hommes Femmes
h min % h min % h min % h min %
Maison 19 32 81,3 20 46 86,5 20 19 84,7 21 29 89,5
Jardin 28 2,0 2 22 9,9 41 2,8 2 8,3
Forêt 4 16,7 52 3,6 3 12,5 31 2,2
Total 24 100 24 100 24 100 24 100

8Le tableau 41 détaille la moyenne du temps consacré quotidiennement aux différents secteurs de production et permet de souligner en données comptables les indications générales fournies jusqu’ici sur la structure des activités de subsistance selon les sexes et selon les habitats. Il faut toutefois noter que le découpage catégoriel des différentes activités est nécessairement arbitraire, notamment dans le cadre des travaux domestiques où la définition de ce qui est travail et non-travail demeure hautement ambiguë. Ainsi, ce sont les femmes qui servent la bière de manioc aux hommes et, lorsque leur époux reçoit des visiteurs, elles restent debout à la limite du tankamash avec une calebasse pleine, écoutant les conversations masculines et y participant à l’occasion, dans l’attente qu’on leur demande de remplir à nouveau les bols pininkia dans lesquels boivent les hommes. Or, les visites sont fréquentes et ces libations durent parfois plusieurs heures. Est-il alors légitime de considérer ce service domestique comme un travail, ou bien doit-on l’assimiler à une forme de sociabilité féminine, puisque c’est à travers l’offrande de la bière de manioc que les femmes participent aux rencontres entre les hommes de l’unité domestique et les étrangers ? Face à cette difficulté typologique et devant l’impossibilité pratique de quantifier exactement tous les jours cette série d’opérations discontinues en quoi consiste le travail domestique des femmes, nous avons dû nous rabattre sur des estimations globales pour la rubrique des soins du ménage et des activités culinaires. En revanche, il nous a paru impossible de comptabiliser précisément le « service de la table » (offrir la bière de manioc, par exemple) ainsi que les soins aux enfants (allaitement, toilette, épouillage…) ; ces deux rubriques sont donc incluses dans la catégorie « repos et loisirs », ce qui reproduit assez fidèlement l’interprétation des femmes achuar.

41. Temps moyen quotidien consacré aux différents secteurs de production

Secteur d’activité Habitat
Interfluvial Riverain
Hommes Femmes Hommes Femmes
h min % h min % h min % h min %
Horticulture 28 2,0 2 22 9,9 41 2,8 2 8,3
Chasse 3 35 15,0 38 2,6 1 32 6,4 10 0,7
Pêche 11 0,7 1 0,06 1 20 5,5 16 1,1
Cueillette 8 0,5 13 0,9 6 0,4 5 0,3
Fabrication et réparation d’objets Soins au ménage, activités culinaires Repos, loisirs et sommeil 1 – 18 6 – 32 4,5 – 77,3 – 2 17 12 50 44 0,8 11,8 73,8 – – 20 21 – 1,5 – 83,4 – 2 18 17 50 22 1,2 11,8 76,5
  • 3 On peut difficilement souscrire à l’affirmation de Rivet, lorsque, (...)

9Sur la base de comptages effectués ponctuellement, on peut estimer que la préparation des aliments, la confection de la purée de manioc fermentée pour la bière – selon une séquence trihebdomadaire en moyenne –, le balayage, la lessive, la vaisselle et la corvée d’eau représentent un investissement par femme et par jour qui oscille entre 130 et 170 minutes, étant entendu qu’une part importante du temps employé à la préparation culinaire (peler et nettoyer les tubercules) est comptabilisée dans les temps de jardinage, puisque ces activités prolongent la récolte et se réalisent in situ. En tenant compte de cette estimation, il est alors permis d’affirmer que les femmes achuar ne travaillent pas beaucoup plus que les hommes. En effet, ces derniers consacrent en moyenne 284 minutes par jour aux tâches de production, contre 187 minutes pour les femmes. Si l’on rajoute à ces 187 minutes le temps consacré aux travaux domestiques, soit un maximum de 170 minutes, on obtient pour les femmes un temps de travail global quotidien moyen de 357 minutes, c’est-à-dire supérieur de 73 minutes seulement à celui des hommes. En définitive, les hommes achuar consacrent environ cinq heures de leur temps moyen quotidien à assurer l’existence matérielle de la maisonnée, contre à peu près six heures pour les femmes3. Le reste du temps est libre et les Achuar l’emploient aux repas, aux conversations, au sommeil, aux baignades, aux visites, aux danses, aux expéditions guerrières et aux jeux amoureux.

10Toutefois, étant donné la différence des rythmes d’activité selon les sexes, le partage du temps entre le travail et les loisirs ne se fait pas sur des bases identiques pour les hommes et pour les femmes. Les hommes sont plutôt inactifs de façon continue, c’est-à-dire toute la journée, puisque lorsqu’ils travaillent, c’est de façon soutenue pendant huit à dix heures d’affilée. À l’inverse, les loisirs des femmes sont aussi fragmentés que leur séquence de travail et ils prennent généralement la forme de pauses plus ou moins prolongées entre les diverses tâches qu’elles accomplissent. Hommes et femmes ne partagent les mêmes loisirs de manière vraiment durable que pendant les visites à longue distance et surtout lors des fêtes de boisson, durant lesquelles toute activité autre que culinaire s’interrompt complètement pendant deux, voire trois jours.

11L’examen de l’allocation différentielle de travail selon les secteurs de production et selon les types de biotope exploités (doc. 41) fait apparaître l’incidence des paramètres écologiques sur la répartition des tâches. On constate d’emblée que les proportions du temps employé à la chasse et à la pêche s’inversent dans les deux habitats : les hommes de la forêt interfluviale consacrent moins de temps à la pêche que ceux des régions riveraines (0,7 % du temps contre 5,5 %), alors que ces derniers passent moins de temps à la chasse que les premiers (6,4 % contre 15 %). Le temps de travail dédié à la chasse est toutefois légèrement surreprésenté dans l’échantillon de la zone interfluviale, car dans une des quatre maisonnées où nous avons séjourné, le chef de famille avait entrepris une grande expédition afin d’accumuler des stocks de venaison en prévision d’une fête. En dépit de ce correctif, la différence entre les parts respectives de travail assignées à la chasse et à la pêche dans les deux biotopes n’est pas inattendue, au vu du contraste dans l’accessibilité des ressources naturelles.

12Si, comme on l’a vu, la productivité par sortie de chasse dans les deux biotopes est à peu près équivalente, en revanche le temps moyen passé dans chaque sortie individuelle est plus bref dans l’habitat riverain que dans l’habitat interfluvial. En d’autres termes, et pour une production identique, les chasseurs des collines de l’amont consacrent plus de temps (en moyenne deux à trois heures supplémentaires) pour ramener du gibier que les chasseurs des plaines de l’aval. Cette disproportion systématique est probablement à mettre en rapport avec cette affirmation des Achuar selon laquelle les pécaris sont plus fortement concentrés dans l’habitat interfluvial. Cette disparité ne pouvait pas apparaître en données comptables dans notre analyse de la productivité par sortie de chasse car, quel que soit le nombre de pécaris que peut rencontrer un chasseur, celui-ci est nécessairement limité dans sa ponction par la capacité de portage qu’il peut mobiliser. Du point de vue de l’accessibilité en pécaris, l’avantage adaptatif de l’habitat riverain se traduit donc par le fait qu’un homme doit en moyenne se déplacer moins loin pour rencontrer une harde et qu’il consacre en conséquence moins de temps à la chasse que ses congénères de l’habitat interfluvial. Ce gain de temps n’entraîne pourtant aucun profit en termes d’une possible réallocation des moyens de travail ainsi économisés : à la conclusion d’une sortie de classe, un homme n’entreprend généralement aucune autre activité importante avant le lendemain, même s’il est rentré chez lui au début de l’après-midi. Quant à la disproportion des temps de pêche, elle est parfaitement explicable par la différence des techniques halieutiques employées dans l’un et l’autre biotope. On se souviendra, en effet, que la pêche à la nivrée se pratique très épisodiquement dans l’habitat interfluvial durant la saison d’étiage où seuls quelques hommes se consacrent de manière privilégiée à la pêche à la ligne en eaux vives. Dans l’habitat riverain, en revanche, et pendant la période des basses-eaux, la pêche sous toutes ces formes constitue une activité presque quotidienne de toutes les maisonnées.

13Le surcroît de travail horticole masculin que l’on peut noter dans l’habitat riverain n’est pas significatif au niveau de cet échantillon, car il résulte de la simple répercussion statistique d’une augmentation ponctuelle de travail due au commencement de réalisation d’un abattis dans une maisonnée riveraine. Dans la longue durée, il est évident que ce sont au contraire les hommes de l’habitat interfluvial qui dépensent le plus de travail dans l’horticulture, puisqu’ils défrichent plus souvent et doivent abattre des arbres plus gros que leurs congénères de l’habitat riverain. Toutefois, la quantité exacte de travail supplémentaire ainsi réalisée est particulièrement difficile à estimer, étant donné le nombre de variables qui entrent en ligne de compte. En extrapolant sur la base de la durée moyenne de défrichement à l’hectare et de la durée moyenne de vie productive d’un jardin dans l’un et l’autre habitat, on peut probablement avancer avec une certaine vraisemblance que l’exploitation d’un habitat riverain confère à un homme une économie moyenne de travail horticole de l’ordre d’une dizaine de minutes par jour. En revanche, la légère diminution du travail féminin consacré au jardinage dans l’habitat riverain par rapport à l’habitat interfluvial (22 minutes) est le reflet d’un avantage bien réel : la plus grande facilité d’arrachage des plantes adventices dans les jardins des terrasses alluviales. À surfaces égales, il est plus rapide de désherber un jardin de l’habitat riverain qu’un jardin de l’habitat interfluvial.

14Dans le domaine des activités de prédation, le rapport différentiel qui s’établit entre les deux biotopes pour les temps de travail masculin se répercute de façon identique sur les temps de travail féminin. Les femmes de l’habitat riverain passent moins de temps à la chasse que leurs consœurs de l’habitat interfluvial et plus de temps à la pêche que ces dernières. Dans tous les cas, on constate que la participation des femmes à la chasse n’implique pas un grand travail de leur part, puisque la généralisation de la polygynie ventile les sorties de chasse entre plusieurs co-épouses. Même dans le cas des unités domestiques monogames, le surcroît de travail engendré par l’obligation d’accompagner régulièrement un époux à la chasse est relativement faible.

  • 4 Ces conclusions semblent donc infirmer la fameuse « règle de Chayan (...)

15C’est ce que l’on peut constater en examinant le tableau 42, qui détaille l’allocation en travail d’une femme en fonction du nombre de co-épouses que compte l’unité domestique où elle réside. C’est effectivement dans les foyers monogames de l’habitat interfluvial que le pourcentage de temps féminin consacré aux secteurs de production non horticole est le plus élevé, un résultat congruent avec l’impossibilité de répartir les sorties de chasse et la confection régulière de bière de manioc entre plusieurs femmes. Mais le surcroît de travail ainsi enregistré est relativement faible si on le compare au temps moyen alloué à des tâches identiques dans les foyers polygynes du même habitat. Quant aux temps de travail correspondants dans l’habitat riverain, ils connaissent plutôt une progression régulière en corrélation avec l’augmentation du nombre d’épouses, tout au moins jusqu’à la série des foyers avec plus de trois co-épouses, où ils déclinent alors en dessous du niveau des foyers monogames. Quant aux quantités moyennes de travail employées à la production agricole, elles auraient plutôt tendance à augmenter avec le nombre d’épouses, quelle que soit par ailleurs la nature des biotopes exploités. Ceci est fort compréhensible, puisque chaque femme adulte constitue une petite cellule autonome de production et que son travail dans une parcelle du jardin est donc indépendant du travail des autres femmes dans les parcelles voisines. En règle générale, donc, on ne peut pas dire que l’augmentation de la force de travail féminine dans une unité domestique implique corrélativement une diminution moyenne du travail pour chacune des femmes qui la composent4.

42. Temps moyen quotidien consacré par une femme aux différents secteurs de production selon le nombre de co-épouses

Secteur
de
production
Composition de l’unité résidentielle
Foyer
monogame
Foyer avec
2 co-épouses
Foyer avec
3 co-épouses
Foyer avec plus
de 3 co-épouses
I R I R I R I R
h min h min h min h min h min h min h min h min
Horticulture 1 25 2 6 2 33 2 24 2 16 1 30 2 52 2 34
Chasse, pêche, cueillette, artisanat 1 20 32 1 15 48 51 1 7 1 10 27
Pourcentage I R I R I R I R
Pour l’horticulture 6,0 8,8 10,7 10,0 9,4 6,3 11,9 10,7
Pour les autres secteurs 5,5 2,2 5,2 3,3 3,5 4,6 4,9 1,9

I = habitat interfluvial
R = habitat riverain

16C’est une conclusion apparemment plus surprenante qui s’impose, si l’on tente de mettre en corrélation la quantité moyenne de travail féminin investi dans le jardinage avec la dimension des parcelles cultivées. Nous avons en effet déjà constaté que la taille relative des jardins individuellement travaillés par une femme ne dépendait ni de facteurs écologiques, ni du nombre de consommateurs de l’unité domestique. Les grands hommes (juunt) possèdent généralement de nombreuses épouses et chacune d’entre elles s’efforce de contribuer à la renommée de la maison en cultivant de vastes parcelles. On pourrait penser qu’une telle quête de prestige coûte cher en travail et que la culture d’un grand jardin absorbe donc beaucoup plus de temps que la culture d’un petit. Or, le tableau 43 montre qu’il n’en est rien. Ce tableau met en corrélation le temps moyen quotidien consacré au jardinage par seize femmes dans seize parcelles de dimensions différentes, regroupées pour la commodité en six séries échelonnées. Chaque série englobant plusieurs parcelles de tailles à peu près comparables est mise en rapport avec un temps de travail, obtenu en faisant la moyenne des temps de travail quotidien de chacune des femmes qui cultivent ces parcelles. On constate ainsi que le temps quotidien consacré au jardinage reste à peu près constant pour toutes les séries, indépendamment de la dimension des parcelles. En d’autres termes, alors que le rapport dans la dimension des jardins est de 1 à 13, le travail fourni reste identique : il ne faut donc pas treize fois plus de travail pour cultiver un jardin treize fois plus grand.

43. Rapport entre la dimension des parcelles et le temps moyen quotidien consacré au jardinage par une femme adulte

Dimension de la parcelle
en m2
Temps quotidien consacré
au jardinage
h min
1 000 – 2 000 2 39
2 000 – 3 000 2 10
3 000 – 4 000 2 14
4 000 – 6 000 1 45
6 000 – 8 000 2 11
8 000 – 13 000 2 30

17Ce résultat paradoxal nécessite naturellement une explication. En premier lieu, n’apparaissent pas dans ce tableau les contributions en travail des fillettes et des jeunes filles qui aident leurs mères dans les travaux du jardin. Il ne faut pourtant pas surestimer cette contribution, d’autant que, dans cet échantillon, seules deux femmes adultes disposaient en permanence de l’aide de deux fillettes chacune. L’une de ces femmes se situait dans la série des jardins de 8 000 à 13 000 m2 (avec une parcelle de 10 600 m2), tandis que l’autre se situait dans la série de 4 000 à 6 000 m2 (avec une parcelle de 5 960 m2). Sur les sept femmes cultivant des parcelles entre 4 000 et 13 000 m2, il n’y en a donc que deux qui bénéficiaient régulièrement d’une contribution additionnelle en travail. La clé de cette anomalie apparente se situe ailleurs, dans le rapport entre la superficie plantée et la superficie effectivement exploitée pour la production quotidienne de tubercules. Seule une faible part des espèces plantées dans les très grands jardins est réellement récoltée, le reste constituant un énorme surplus qui demeure en terre et n’est jamais utilisé.

18On objectera que, même s’il est partiellement exploité, un grand jardin exige malgré tout plus de travail qu’un petit pour être planté, entretenu et désherbé. En effet, les grands jardins sont minutieusement désherbés, y compris dans les portions qui ne sont pas intensivement cultivées. Si la plantation et le désherbage des grands jardins n’impliquent pas une augmentation des temps de travail, c’est que, comme nous avons eu maintes fois l’occasion de le constater, les femmes qui les exploitent travaillent plus vite que leurs consœurs qui cultivent de petits jardins. Les premières sont généralement des femmes d’âge mûr, horticultrices expérimentées et dures à la peine qui, à temps de travail égaux, abattent beaucoup plus de besogne que de jeunes épouses nonchalantes cultivant des petites surfaces. L’intensité différentielle du travail est donc un élément important à prendre en compte dans l’analyse des facteurs de production, d’autant que c’est l’intensité du travail et non sa durée qui est socialement sanctionnée. À quantités exactement égales de temps de travail horticole quotidien, une femme sera taxée de paresseuse parce qu’elle ne cultive qu’une petite superficie, tandis qu’une autre sera admirée car elle arrive à maintenir en culture un très grand jardin.

19Il reste à examiner un dernier problème, celui de l’effet produit sur le temps de travail d’un homme par le nombre de ses épouses. Pourvoyeurs de gibier et de poisson, les hommes portent seuls le poids de la production dans ce secteur particulièrement valorisé de l’alimentation quotidienne ; il semblerait donc logique que l’augmentation du nombre des bouches à nourrir dans une famille se traduise par une augmentation du temps devant être consacré à la chasse et à la pêche. Le tableau 44 détaille le temps moyen employé chaque jour par un homme à ces deux secteurs d’activités en fonction du nombre d’épouses que comporte l’unité résidentielle. Or, là encore, les variations n’apparaissent pas très significatives ; dans l’habitat interfluvial, on constate une légère augmentation des temps de travail masculin, corrélative à l’augmentation du nombre d’épouses, alors qu’on n’enregistre pratiquement aucune différence dans l’habitat riverain.

20Cette stabilité des temps de travail alloués aux pratiques de prédation est en grande partie attribuable à l’inégale aptitude des chasseurs et à sa répercussion sur le statut matrimonial. Il est de fait que les hommes hyperpolygames sont généralement les meilleurs chasseurs et qu’ils ramènent en moyenne plus de gibier par sortie que les jeunes monogames inexpérimentés. On rencontre ici un phénomène parallèle à celui du jardinage chez les femmes : à temps de travail équivalent, la productivité cynégétique et halieutique d’un grand homme dépasse considérablement celle d’un jeune homme récemment marié. Ceci renvoie encore une fois à la nécessaire distinction entre la durée du travail, à peu près pareille pour tous, et la variabilité de son efficacité productive. Le critère de hiérarchisation est moins ici l’intensité relative du travail, comme dans le jardinage, que l’inégalité des compétences techniques.

21Il est vrai pourtant que certains hommes dotés de plusieurs épouses se révèlent être de piètres chasseurs et que leurs femmes et leurs enfants mangent en moyenne moins de gibier et de poisson que dans d’autres maisonnées plus favorisées. Cette disparité est très clairement perçue par les épouses frustrées de leur ration de venaison ; sans jamais récriminer explicitement, elles ne laissent jamais passer une occasion de manifester leur mauvaise humeur au mari accablé. La situation domestique orageuse qui s’instaure alors – et qui peut aboutir à l’abandon du foyer conjugal par une ou plusieurs épouses – n’engage pourtant pas ces hommes malchanceux ou maladroits à chasser ou à pêcher plus souvent afin de maximiser leurs chances. C’est qu’on touche ici à un point crucial de la représentation achuar de l’allocation de la force de travail, que l’on pourrait exprimer sous la forme d’une règle générale : quelles que soient les capacités individuelles de chacun, il existe pour tous une même limite supérieure à la dépense moyenne de travail. En d’autres termes, l’évaluation par un individu, homme ou femme, de la quantité moyenne de travail qu’il doit fournir est indépendante de la productivité empiriquement constatable de ce travail ; cette évaluation est entièrement déterminée par la norme indigène de la répartition du temps entre le travail et les loisirs. On ne peut manquer d’être frappé, en effet, de ce que tous les hommes et toutes les femmes achuar consacrent au travail à peu près le même temps moyen quotidien, sans qu’on puisse enregistrer dans aucune maisonnée des excédents ou des déficits notables en travail. Chez les Achuar, l’intensification du travail ne se réalise donc pas sous la forme d’un allongement de sa durée mais d’une optimisation de ses conditions de réalisation.

44. Temps moyen quotidien consacré par un homme à la chasse et à la pêche selon le nombre de co-épouses

Secteur
d’activité
Composition de l’unité résidentielle
Foyer
monogame
Foyer avec
2 co-épouses
Foyer avec
3 co-épouses
Foyer avec plus
de 3 co-épouses
I R I R I R I R
h min h min h min h min h min h min h min h min
Chasse 3 20 53 3 53 3 36 4 15 1 7 4 2 2 37
Pêche 15 2 46 24 40 2 10 1 7
Pourcentage I R I R I R I R
de temps quotidien investi dans les activités de prédation 15 15,2 16,2 16,6 20,4 13,6 16,8 15,5

I = habitat interfluvial
R = habitat riverain

22L’idée que l’investissement en travail est socialement limité dans sa durée entraîne naturellement des conséquences théoriques intéressantes. D’une part, il faut bien supposer qu’en l’absence de toute procédure indigène de quantification du temps de travail et face à la diversité individuelle des rythmes et des séquences qui peuvent affecter les modalités de sa dépense, il doit bien exister un schème conceptuel relativement précis qui organise la vie quotidienne de chacun afin que l’équilibre global entre le travail et les loisirs soit toujours respecté de manière identique pour tous dans la longue durée. D’autre part, et outre le fait qu’il devient désormais absurde de parler de « refus du travail » à propos de sociétés qui ont une conscience intuitive aussi claire de la quantité de travail qu’il est légitime de fournir, on peut penser que l’institution d’une limite à l’augmentation des temps de travail constitue un facteur déterminant pour expliquer ce que l’on a coutume d’appeler l’homéostasie des forces productives dans les sociétés archaïques. Si l’intensification de la production passe historiquement par une augmentation progressive de la durée moyenne de la journée de travail, il est clair que tout obstacle socialement institué à cette augmentation aura pour conséquence soit de maintenir les forces productives au même niveau, soit d’orienter leur développement vers un progrès du système technologique. Lorsque, pour des raisons diverses, les conditions ne sont pas réunies pour que des mutations technologiques fondamentales se produisent à un niveau endogène, le système productif existant aura alors tendance à se perpétuer sans modification aucune sur de très longues périodes, pourvu qu’il continue à remplir les objectifs qui lui sont socialement assignés.

23Pour en revenir au cas achuar, on comprendra dès lors pourquoi il n’y a pas de différences majeures dans les temps de travail entre les biotopes, entre les unités domestiques et même entre les sexes, puisque la représentation d’une limite à la dépense de la force de travail est partagée par tous. Les ajustements individuels se font en termes d’intensité d’effort relative et d’aptitudes inégales, mais ils n’affectent pas la structure globale du partage du temps entre le travail et le non-travail. On comprendra également qu’il y a toujours un équilibre entre les fractions de temps allouées aux différents secteurs de production, en fonction des ressources alternatives des biotopes et des saisons, puisque la quantité totale de travail fourni doit rester identique, quelles que soient les opérations spécifiques qui le composent. L’analyse quantitative des temps de travail livre ainsi des résultats qu’une approche plus impressionniste n’aurait pas permis de dégager ; ils vont à l’encontre aussi bien d’une application naïve de la « loi du moindre effort » que de l’extension à toutes les sociétés du principe d’optimisation des moyens rares.

L’ordre de la qualité

24Pour des raisons de commodité typologique, nous avons jusqu’ici classé les secteurs de la pratique achuar à partir des catégories de notre propre pratique, en incluant dans la rubrique du travail toutes les activités ayant pour finalité un approvisionnement alimentaire. Le bien-fondé de notre démarche s’est d’ailleurs trouvé empiriquement confirmé par le fait que tous les Achuar opèrent une répartition identique de leur temps entre deux domaines, dont nous ne savons pas encore comment ils sont définis par les indigènes, mais que nous avons choisi d’appeler travail et non-travail. Il reste pourtant à voir si les Achuar se représentent les divers procès de travail comme des champs autonomes d’opérations et si le modèle indigène de la division des tâches attribue des valences distinctes aux différents secteurs d’activités, rendant ainsi l’accomplissement de certaines tâches plus ou moins désirable selon qu’elles sont perçues comme plus ou moins faciles, pénibles, agréables ou valorisantes.

25Cette dernière interrogation se pose tout particulièrement au sujet de la chasse et de l’horticulture, deux procès de travail bien contrastés, tant du point de vue matériel que symbolique, et qui pourraient de ce fait jouer le rôle d’une matrice paradigmatique de la division des tâches. La littérature ethnographique sur le haut Amazone présente en effet généralement la chasse et l’horticulture comme deux éléments clairement antinomiques insérés dans une chaîne de dichotomies distribuant, de part et d’autre de l’axe de la division des sexes, l’opposition entre le jardin et la forêt, entre le groupe domestique et les étrangers, entre l’animal et le végétal, entre la prédation exercée sur la nature et la transformation de la nature, entre l’imposition de la mort dans la guerre et dans la chasse et la production de la vie dans l’enfantement et dans l’horticulture, entre la reproduction biologique et la reproduction sociale. Dans cette série de couples opposés, la dichotomie de la chasse et de l’horticulture renvoie d’ordinaire l’horticulture et les femmes qui la pratiquent dans le monde dévalorisant et profane du travail pénible, tandis que la chasse et la guerre apparaissent comme des activités ludiques, chargées d’émotivité et de danger, dont l’accomplissement requiert la connaissance et l’usage de techniques rituelles ésotériques. À ce stéréotype commode prenant valeur de modèle, les Achuar offrent, comme nous l’avons vu, quelques correctifs inattendus qui invitent à questionner certains des présupposés de l’homothétie entre dichotomie sexuelle et division du travail.

26Il convient en premier lieu de se demander si les Achuar se représentent quelque chose qui pourrait être analogue au concept moderne de travail, tel que nous le concevons. Or, identiques en cela à la majorité des sociétés précapitalistes, les Achuar ne disposent d’aucun terme ou notion qui synthétiserait l’idée de travail en général, c’est-à-dire l’idée d’un ensemble cohérent d’opérations techniques visant à produire tous les moyens matériels nécessaires à leur existence. La langue ne comporte pas non plus de termes désignant des procès de travail au sens large, comme la chasse, l’horticulture, la pêche ou l’artisanat et nous nous trouvons d’emblée confrontés au problème de l’intelligibilité de catégories indigènes qui découpent les procès de travail d’une façon tout à fait distincte de la nôtre. Cette non-correspondance des champs sémantiques oblige donc à une rapide exploration des régions notionnelles qui se déploient, dans la langue vernaculaire, autour des pratiques productives.

27Le lexème indigène dont le champ sémantique est le plus proche d’un des usages contemporains du mot travail est takat, la forme substantive du verbe taka, qui désigne une activité physique pénible, mobilisant un savoir-faire technique et la médiation d’un outil. Dans son usage performatif, takat est presque toujours explicitement associé à des notions comme la peine, la souffrance physique et la sueur, et son champ d’application privilégié est le travail horticole, qu’il soit masculin (essartage) ou féminin (plantation, récolte et désherbage). En ce sens, takat est assez proche du grec ponos et du latin labor, car il désigne moins une catégorie définie d’activités qu’un mode d’effectuation de certaines tâches. En effet, takat signifie aussi toucher, manipuler, et porte l’idée d’une action directe sur la nature visant à la transformer ou à réorienter sa finalité. Ceci est très clair dans les connotations sexuelles du terme, puisqu’on emploie la même expression takamchau, « non travaillée », pour désigner une jeune vierge et une portion de forêt climacique qui n’a jamais été essartée. Ici, takat s’enrichit donc d’une détermination approximativement équivalente à celle du français « besogner », l’idée étant que les virtualités productives de la femme et de la forêt ne sont rien sans le travail de socialisation qui permet à l’une et à l’autre de réaliser ses potentialités. On voit qu’au contraire d’une des dénotations traditionnelles du travail, courante en Europe depuis la Grèce classique, takat ne désigne pas le travail de la parturition, mais bien au contraire celui de la fécondation.

28Le takat est donc un mode de la pratique dont le travail horticole fournit le modèle sans en épuiser les significations ; mais il est aussi une qualité personnelle, inégalement répartie entre les individus, et qui semble douée d’une certaine autonomie. On dit, en effet, « mon travail travaille » (winia takatrun takaawai) avec le sens de « je suis poussé au travail, je suis agi par ma qualité de travailleur », donnant par là à entendre que l’agent est d’une certaine façon extérieur au domaine de la volonté. Cette conception du travail comme attribut de la personne dérive naturellement d’une situation dans laquelle il existe une inséparabilité conceptuelle du travail et du travailleur, le travail ne faisant pas l’objet d’un échange marchand et ne pouvant donc être conçu comme une entité autonome. Il est d’ailleurs intéressant de noter que, dans les quelques cas exceptionnels où des Achuar avaient travaillé comme ouvriers non qualifiés pour des compagnies pétrolières, ces hommes faisaient référence à leur activité salariée en utilisant le terme espagnol trabajo (travail) plutôt que le terme takat, lequel recouvre pourtant de façon adéquate le champ sémantique des opérations techniques qu’ils effectuaient au service de ces entreprises (ouvrir des pistes à la machette pour des lignes de sondages sismiques). En dépit de cela, takat leur semblait manifestement une notion inappropriée pour désigner une tâche fondée sur un échange marchand et dont ils ne contrôlaient pas la finalité, c’est-à-dire une tâche qui faisait soudain apparaître dans toute sa crudité l’extériorité nouvellement acquise de leur force de travail. Chez les quelques Achuar qui avaient fait cette expérience, on trouvait donc une coexistence implicite de deux représentations contrastées d’un même type d’activité technique : le takat comme travail-qualité et le trabajo comme travail-marchandise, cette coexistence n’étant rendue possible que par l’usage de deux termes appartenant à des lexiques distincts et renvoyant à deux types de réalité incompatibles.

29Il n’existe pas de terme achuar qui désigne la qualité d’être un bon travailleur, mais on pourrait cerner assez précisément le contenu d’une telle représentation en le déduisant de sa figure antonyme postulée, naki, « le paresseux ». La paresse est, en effet, clairement définie comme le médiocre accomplissement de certaines obligations qui incombent à tous : un homme est paresseux s’il va rarement à la chasse et s’il fait de petits essarts, une femme est paresseuse si elle cultive mal son jardin et fait peu de bière de manioc. La paresse confère un statut social dévalorisé, probablement même le seul statut social explicitement dévalorisé au sein de cette société, par ailleurs extrêmement égalitaire. Lorsqu’on est affligé d’un conjoint, homme ou femme, publiquement reconnu comme paresseux, il est parfaitement loisible de l’abandonner, puisqu’on estime qu’il n’a pas tenu son rôle normal dans la nécessaire complémentarité des tâches productives.

30Mais la paresse est rare et si elle est dévalorisante, en revanche le fait d’être un bon travailleur ou une bonne travailleuse ne confère aucun statut en soi, puisque cela consiste simplement à effectuer normalement les tâches assignées par la division sexuelle du travail. En d’autres termes, les qualités positivement valorisées dans l’ordre de la complémentarité des sexes ne se réfèrent pas seulement à l’intensité du travail ou à la quantité qui en est fournie, mais se fondent sur l’évaluation d’aptitudes dont le travail-takat n’est qu’une composante mineure. Les qualités d’une « bonne épouse » comprennent ainsi tout aussi bien la capacité d’élever de beaux chiens de chasse ou d’être experte dans le tissage et la poterie que l’obligation de fournir en abondance à son époux une onctueuse bière de manioc. Conçue sous l’angle des qualités par lesquelles elle contribue à la reproduction domestique, une « bonne épouse » sera ainsi qualifiée par son mari de l’épithète umiu (« obéissante », au sens de « qui ne cherche pas à échapper à ses obligations »). Parmi les conjointes possibles, la femme désirable se définira tant par cette vertu d’acquiescement tacite aux obligations de sa charge que par sa conformité aux canons indigènes de la beauté physique. Symétriquement, et pour une femme, le penke aishmank (« l’homme complet ») est celui qui non seulement satisfait les besoins biologiques de son épouse (sexuels et carnés), mais aussi qui contribuera, par sa prééminence dans la guerre, à établir le prestige de sa maisonnée tout entière.

31Le takat a donc un statut ambigu : pour une part, il n’est pas particulièrement valorisé, puisqu’il est synonyme de peine et de souffrance et qu’il ne représente pas la condition exclusive d’une appréciation positive des capacités individuelles, mais d’autre part, le non-takat est fortement dévalorisé, lorsqu’il est systématique et qu’il prend la forme, socialement définie, de la paresse. Curieusement, le takat paraît ainsi très proche d’une représentation contemporaine du travail comme un mal nécessaire, mais dont personne ne saurait se dispenser sans déroger. Ce mal nécessaire n’a pas toujours existé et la mythologie nous enseigne que c’est l’excès de zèle dans le travail qui a valu aux humains la malédiction du takat pénible. Une séquence du mythe de Colibri, que nous présentons ici sous une forme résumée, est fort instructive à cet égard :

Colibri ayant abattu un grand essart, les deux sœurs Wayus et Mukunt (Sickingia sp., une rubiacée) décidèrent d’y faire des plantations et elles se rendirent donc dans l’essart avec des fagots de boutures de manioc. Les apercevant, Colibri déclare : « Inutile de planter ! laissez donc les boutures dans l’essart ! il me suffira de souffler sur les boutures pour que tout soit planté en un instant », puis il quitte l’essart. Très sceptique quant aux capacités de Colibri de réaliser sa promesse, Wayus, l’une des deux sœurs, s’empare d’un pieu à fouir pour commencer à ameublir la terre avant la plantation ; au premier coup de pieu, celui-ci est brutalement aspiré dans le sol et Wayus, qui ne l’avait pas lâché, se retrouve la tête fichée en terre et incapable de se dégager. Revenant sur ces entrefaites dans l’essart, Colibri comprend immédiatement que Wayus lui a désobéi et qu’emportée par son zèle, elle n’avait pas accordé crédit à sa promesse d’une plantation sans effort. Colibri condamne Wayus à se transformer en son homonyme végétal (une plante cultivée exclusivement par les hommes) ; très en colère, Colibri déclare : « Je voulais que ce soient les hommes qui effectuent les plantations en soufflant sur les boutures et les semis et je voulais aussi que ce soient les hommes qui désherbent en soufflant sur les mauvaises herbes, mais puisque Wayus m’a désobéi, désormais l’essartage constituera un takat pénible pour les hommes, tandis que la plantation et le désherbage constitueront un takat pénible pour les femmes. Tous les hommes qui n’abattent pas de grands essarts et toutes les femmes qui désherbent mal seront l’objet de la réprobation publique. » Pour empirer les choses, Colibri éparpille des touffes de son duvet dans les jardins où elles se transforment aussitôt en mauvaise herbe chiri-chiri.

32Ce mythe synthétise remarquablement les représentations achuar du takat, en fournissant une sorte de fondement tout à la fois à l’inauguration du takat horticole et à sa division actuelle entre les sexes, double moment dont la responsabilité est assignée au zèle intempestif d’une femme. Ce zèle a eu pour conséquence l’instauration des deux tâches les plus pénibles que les femmes aient maintenant à affronter, la plantation et le désherbage, tâches dont elles auraient pu être dispensées, puisqu’elles étaient originellement du seul ressort des hommes. On voit aussi que l’opprobre collectif qui s’attache au paresseux est corrélatif à l’émergence du travail pénible et n’aurait pas de raison d’être sans lui. Le mythe de Colibri est encore un élément de ce vaste ensemble de mythes achuar fondés sur la thématique du zèle intempestif, lequel vient instaurer une activité pénible ou dangereuse qui, sans ce zèle, n’aurait pas eu de raison d’être. C’est le cas, notamment, de la construction des maisons et de la fabrication des pirogues, deux activités qui auraient pu s’effectuer toutes seules si les hommes, en mettant la main à la pâte, n’avaient provoqué une malédiction qui les oblige maintenant à de durs efforts. C’est le cas également du danger de dévoration par les Jurijri qui plane désormais sur les hommes depuis qu’ils ont tourné le gibier en dérision.

33De même, le mythe d’origine des plantes cultivées introduit une séquence temporelle en trois moments, distingués par la présence ou l’absence de takat horticole. À l’époque préhorticole, où l’alimentation était fondée sur la cueillette, la vie était rude, non point parce qu’il fallait travailler durement, mais parce que les gens avaient constamment faim. Puis, grâce à Nunkui, les hommes purent avoir l’usage des plantes cultivées et ce fut alors une période d’abondance et de repos, car il suffisait d’appeler les plantes par leur nom pour qu’elles apparaissent. Enfin, à la suite de l’offense que les gens firent subir à Nunkui, celle-ci leur retira le privilège de l’oisiveté et les condamna à travailler pour cultiver leurs jardins.

34On voit donc que le takat horticole et la malédiction qui l’inaugure ne sont pas sans rapport avec cette conception occidentale du travail, enracinée dans le christianisme et l’Ancien Testament, qui considère celui-ci comme un mal nécessaire engendré par une transgression. Mais la transgression est ici d’un ordre différent et le thème mythique de l’excès de zèle forme, en réalité, l’antithèse du principe normatif de la modération et du contrôle de soi, dont on a vu maintes fois qu’il était au fondement de rapports harmonieux avec la nature. S’il y a donc un marquage indubitable du takat par l’horticulture, on constate néanmoins que ni le takat, ni l’horticulture ne sont entièrement du côté des femmes et que, dans la configuration indigène des valeurs, le fardeau du travail pénible n’est pas exclusivement féminin. Mythologiquement attestée, la répartition du takat horticole entre les sexes indique assez que, dans l’esprit des Achuar, l’horticulture est une activité fondamentalement composite qui repose sur la complémentarité entre travail masculin et travail féminin. Cette complémentarité s’exerce dans la diachronie plutôt que dans la synchronie, mais elle n’en est pas moins perçue comme nécessaire à la réalisation globale du procès de travail.

35Si l’on se tourne vers l’univers sémantique de la chasse, à présent, on constate qu’elle n’est certes pas représentée dans la catégorie du takat puisqu’on emploie toujours pour la désigner des expressions vagues et polysémiques comme « aller en forêt », « aller chercher » ou encore « aller se promener ». C’est dire que la chasse n’est pas identifiable dans la langue par un lexème autonome qui permettrait de lui conférer une spécificité univoque. Sa spécificité linguistique lui vient en quelque sorte par défaut, dans la mesure où, pour les raisons que nous avons vues, la chasse est la seule des activités exécutées en forêt qui n’est pas explicitement annoncée avant d’être entreprise. Les expressions mêmes que l’on utilise pour désigner métaphoriquement la chasse indiquent assez que celle-ci n’est pas conçue comme un travail pénible, même si l’observation participante pratiquée par l’ethnologue le met bien en peine de distinguer personnellement en quoi la chasse serait physiquement moins pénible que le défrichement. Forcer un pécari à travers marécages et fourrés épineux n’est certes pas une activité de tout repos et pourtant jamais un homme, au retour de la chasse, n’admettra sa fatigue, alors qu’il en fait spontanément l’aveu après quelques heures de maniement de la cognée.

36La chasse est un procès de travail où les femmes jouent un rôle auxiliaire non négligeable, d’autant que cette pratique offre traditionnellement la meilleure occasion possible d’un commerce sexuel licite. Il est donc clair que si nous nous représentons la chasse comme un procès de travail unitaire, schématiquement définissable comme l’ensemble des opérations par lesquelles on approvisionne le groupe domestique en animaux sauvages destinés à la consommation, ce procès de travail, tout comme l’horticulture, fait appel à la complémentarité des sexes. Cette complémentarité est d’autant plus marquée ici qu’elle est physiquement réaffirmée par la sexualité.

37La pêche pose également un problème de flou sémantique, car elle n’est pas non plus représentée sous une catégorie unitaire, mais se trouve atomisée dans le lexique en autant d’expressions qu’il y a de techniques différentes de capture des poissons (harpon et filet, lignes et pêche à la nivrée). De toutes ces techniques, c’est la pêche à la nivrée qui, comme on l’a vu, manifeste le mieux la complémentarité des sexes. La pêche n’est jamais conçue comme un takat pénible, mais plutôt comme une distraction agréable venant rompre la monotonie quotidienne. La pêche à la nivrée, en particulier, se déroule dans une atmosphère générale de bonne humeur et d’émulation réciproque qui tranche singulièrement sur le formalisme régissant ordinairement les rapports publics entre les sexes.

38La cueillette est également perçue sur le mode d’une distraction, à cet égard très semblable au ramassage des champignons sous nos latitudes. Aucun terme général ne définit la cueillette comme un procès unitaire et celle-ci est donc toujours spécifiée en fonction des fruits ou des insectes particuliers qu’on se propose de ramasser. En effet, l’on entreprend presque toujours une promenade de cueillette en sachant très exactement quel type de produit de saison l’on va se procurer et l’action est alors énoncée en fonction de son objectif propre et délimité (par ex. : « aller chercher des fruits de sapotier » ou bien « aller chercher des larves de palmier »).

39Nous terminerons ce survol des catégories linguistiques vernaculaires par une analyse terminologique des notions qui recouvrent ce que nous appelons d’ordinaire la production artisanale. L’idée du faire s’exprime dans la langue par deux suffixes, dont l’un sert à désigner tout ce qui se réalise sans l’aide d’une force externe, tandis que l’autre est employé pour dénoter tout ce qui se réalise à la suite d’une action exercée par un agent extérieur. Les Achuar se servent donc généralement de ce deuxième suffixe, accolé au nom d’un objet artificiel, pour exprimer la chaîne complète des opérations aboutissant à la façon de cet objet (par ex. : jea, « la maison » donne jeamjai, « je fais une maison »). On peut aussi distinguer, à l’intérieur du procès de fabrication, des moments particuliers qui sont identifiés dans la langue par des lexèmes ad hoc : ainsi « je tresse les lobes des palmes pour la toiture » (napiarjai) forme une unité discrète linguistiquement spécifiée au sein du procès général « je fais une maison ».

40Or, il existe un terme général qui subsume bon nombre de ces procès techniques de fabrication et qui éclaire l’idée que les Achuar se font de la production des objets. Ce verbe, najana, signifie opérer une transformation, c’est-à-dire changer consciemment une forme, sans modifier son contenu ou son essence. À ce titre, najana est le terme couramment employé dans la mythologie pour désigner le processus par lequel un être d’apparence humaine se voit transformé, à la suite d’une malédiction, en une plante ou un animal. L’essence de cet être, déjà présente dans son nom avant la transformation, se réalise pleinement dans un changement de forme, sans que ses caractéristiques spirituelles ne disparaissent, pour autant, dans l’opération. C’est, par exemple, le cas de Wayus dans le mythe de Colibri, laquelle, dans son nouvel avatar végétal, conserve néanmoins la même âme (wakan) que lors de son existence humaine.

41Dans le domaine de la production matérielle, najana est surtout utilisé pour désigner la fabrication de la poterie par les femmes et la vannerie par les hommes, deux activités artisanales à bien des égards paradigmatiques. En effet, s’il est communément admis qu’il existe une inégalité de compétences au sein de la sphère de fabrication assignée à chacun des sexes et qu’en conséquence certains hommes sont plus réputés que d’autres dans la fabrication des sarbacanes ou certaines femmes plus habiles dans le tissage des ceintures de coton, en revanche la poterie et la vannerie sont considérées comme des techniques élémentaires qu’il est indispensable à tous de savoir maîtriser. La fabrication artisanale n’est donc pas une production, et encore moins une création, mais la réitération périodique d’un patron immuable, réitération qui n’admet ni déviation ni enjolivures. Il est significatif, d’ailleurs, que ce soit le même terme, emesra (« gâter »), qui soit utilisé lors d’un accident de fabrication – lorsqu’une poterie se fend à la cuisson, par exemple – et dans les mythes, lorsqu’une erreur ou un excès vient bouleverser irrémédiablement l’ordre du monde.

42Si l’on tente de synthétiser les acquis de ce rapide parcours sémantique, plusieurs constatations s’imposent avec évidence. En premier lieu, il est manifeste que le lexique indigène des activités productives n’établit pas de division claire et distincte entre les tâches masculines et les tâches féminines et qu’il reste extrêmement flou en ce qui concerne le découpage des procès de travail, lesquels sont soit atomisés en une multitude d’opérations singulières, soit occultés derrière des termes d’une grande généralité. Des catégories comme takat et najana ne désignent aucunement des procès de travail spécifiques, mais des modes d’effectuation du travail, des formes différenciées de l’action humaine.

43Par ailleurs, il n’y a pas, à proprement parler, de valorisation ou de dévalorisation différenciées au sein des diverses activités de production, selon qu’elles sont effectuées par les hommes ou par les femmes. Seul le non-travail est socialement condamné, que celui-ci soit masculin ou féminin. Un bon chasseur accumule certes du prestige, mais une cultivatrice experte en accumule aussi et leurs compétences sont complémentaires et interdépendantes au sein de l’unité domestique. À ce titre, il est difficile de concevoir un bon chasseur marié à une mauvaise cultivatrice et inversement. Leur complémentarité se manifeste tout autant dans une sorte d’émulation réciproque investie dans leurs sphères d’activités propres que dans la nécessaire combinaison de leurs compétences pour certaines tâches, comme l’horticulture. Certes, les femmes comparent parfois leur sort à celui des hommes, en notant que ceux-ci ont la part belle dans l’existence, mais ce qu’elles signifient par là, ce n’est pas que le jardinage est dévalorisé par rapport à la chasse, mais qu’il est, selon elles, physiquement plus pénible.

44On se trouve donc confronté ici à un problème d’articulation logique. Si rien dans les catégories manifestes de la langue ne permet de découper un ou plusieurs procès de travail et si, par ailleurs, cette absence de réification lexicale se trouve confirmée empiriquement par l’apparente complémentarité des sexes dans certains procès de travail, qu’est-ce qui permet donc aux Achuar – et à l’ethnologue qui les observe – de penser le rapport entre la chasse et l’horticulture en termes de dichotomie sexuelle ? Qu’est-ce qui autorise, en définitive, à postuler que les Achuar opèrent une catégorisation de leurs activités productives en termes de procès de travail clairement différenciés ?

45Cette difficulté logique disparaît si l’on prend conscience que les Achuar se représentent la différenciation des procès de travail d’une façon à peu près exclusivement implicite, c’est-à-dire non comme une sériation de chaînes opératoires concrètes subsumées au sein de catégories linguistiques singulières, mais sous l’aspect des différentes préconditions spécifiques nécessaires à l’effectuation de chacune de ces chaînes d’opérations. En effet, les Achuar ne conçoivent pas le travail comme nous le faisons, c’est-à-dire sous la forme du prélèvement et de la transformation des entités naturelles qui sont nécessaires à la satisfaction des besoins matériels, mais comme un commerce permanent avec un monde dominé par des esprits qu’il faut séduire, contraindre ou apitoyer par des techniques symboliques appropriées. Le savoir-faire technique est donc indissolublement lié au savoir-faire symbolique, ces deux domaines n’étant pas analytiquement distingués dans l’esprit des Achuar. Or, ces esprits contrôlent chacun des sphères très spécifiques de la praxis humaine et ils exigent en retour un traitement personnalisé et adéquat à leur domaine d’influence. C’est-à-dire qu’un certain nombre de procès de travail qui ne sont même pas distingués comme pratique autonome dans le discours quotidien sont néanmoins définis très précisément à travers les manipulations symboliques et rituelles qui constituent leur nécessaire condition d’effectivité.

46Les chaînes d’opérations techniques n’ayant pas d’existence lexicale, elles émergent comme catégories latentes de représentation à travers le système cohérent de leurs préconditions. Toutefois, c’est seulement aux yeux de l’ethnologue que ces préconditions apparaissent comme telles – c’est-à-dire comme séparées de ce qu’elles conditionnent – car, pour les Achuar, elles forment partie intégrante de ce qu’elles rendent possible. L’unicité du champ de représentation d’un procès de travail se trouve ainsi rendue manifeste par l’unicité des représentations de ses conditions de possibilité. Comme nous avons eu l’occasion de le constater dans les pages qui précèdent, toutes les formes de production alimentaire, à l’exception de la cueillette, voient leur réalisation et leur succès dépendre étroitement d’un ensemble complexe d’exigences propitiatoires.

47Il faut maintenant essayer de thématiser les éléments constitutifs des systèmes de préconditions de la chasse et du jardinage, afin de justifier nos prétentions à les caractériser comme deux catégories clairement distinguées dans le système de représentation indigène. Les Achuar ne se font pas de la chasse une idée très différente de la nôtre, puisqu’ils la conçoivent comme une entreprise dont le but consiste à découvrir des êtres qui se dérobent et à les tuer, afin de les manger. En revanche, la culture des jardins a pour objet de maintenir présents des êtres qui pourraient disparaître soudainement, en évitant d’être tué par eux avant qu’ils ne soient consommés. On pourrait juger artificielle cette symétrie inversée entre le chasseur prenant la vie des animaux et le manioc prenant la vie des humains, puisque le chasseur excessif est tout autant menacé par le cannibalisme. Mais il faut noter que le vampirisme du manioc diffère de la menace de dévoration par les « mères du gibier », en ce que le premier est un fait quotidien incontournable (la mort des nourrissons lui est souvent attribuée), tandis que la seconde apparaît aux Achuar comme tout à fait hypothétique. Il n’y a donc pas équivalence entre les risques immédiats d’anémie (putsumar) imputés à la manipulation du manioc et la très improbable sanction qu’entraîne une tuerie excessive du gibier.

48Quoique la nature de leur aléatoire soit symétriquement inversée autour de deux pôles (présence désirée du gibier/absence redoutée des plantes ; auteur de la mise à mort/sujet du vampirisme), la chasse et le jardinage sont néanmoins conçus tous deux comme des entreprises risquées aux résultats imprévisibles. Le caractère hasardeux de la chasse et du jardinage impose donc qu’on établisse un commerce permanent et individuel avec les esprits tutélaires qui contrôlent leurs conditions respectives de réalisation. Mais les modalités de ce commerce sont fort différentes selon qu’on traite avec les esprits de la forêt ou avec l’esprit du jardin. La liaison postulée entre une femme et Nunkui étant fondamentalement un rapport d’identification, la relation qui s’établit entre cette femme et les plantes qu’elle cultive doit être conçue comme un doublet du rapport de maternité que Nunkui entretient avec ses enfants végétaux. Il en est tout autrement pour la chasse, dont l’effectivité est fondée sur l’interaction de trois éléments : l’homme, les truchements (« mères du gibier » et « amana du gibier ») et les animaux chassés. Le rapport de connivence et de séduction que le chasseur entretient avec les truchements est très similaire à celui qui prévaut dans ses relations avec les beaux-frères animaux. Par ailleurs, et à l’inverse du jardinage, la menace cannibale ne provient pas des êtres que l’on consomme, mais de leurs protecteurs, qu’il est donc impératif de ménager. Comme on l’a vu, certains de ces protecteurs ont, à l’égard de leur troupeau animal, une attitude très ambiguë, en ce que leur maternité est littéralement dévorante. Alors que le modèle de sociabilité du jardinage se constitue autour de deux rapports identiques de consanguinité à un même objet (Nunkui-plantes cultivées et femme-plantes cultivées), celui de la chasse s’articule autour de deux rapports identiques d’affinité à deux objets distincts (chasseur-truchements et chasseur-gibier) qui sont eux-mêmes dans un rapport de consanguinité l’un à l’autre. Ainsi, alors que Nunkui est un paradigme auquel on s’identifie, les truchements sont des intermédiaires avec lesquels on négocie.

49Cette opposition relativement tranchée entre les modèles du rapport aux esprits tutélaires se redouble dans la différenciation des moyens symboliques qui rendent possible ce rapport, selon qu’on s’adresse à Nunkui ou aux truchements. Le rêve de chasse est la condition immédiate d’une pratique effective, mais son contenu n’est jamais explicitement identique à la pratique qu’il annonce. En revanche, le rêve de jardinage est le signe direct d’une condition de réalisation de la pratique (localisation des charmes), car il désigne explicitement la condition de la pratique, sans être lui-même cette condition. Bien que chaque type de rêve soit assigné préférentiellement à un genre sexuel spécifique, cette assignation est réversible. Les anent de chasse et les anent de jardinage sont des conditions nécessaires de la pratique, qui ont le même type d’efficace et le même type d’origine, mais qui sont clairement différenciés tant par leur destination que par le sexe de ceux et de celles qui les utilisent. Enfin, les nantar et les namur sont des conditions utiles de la pratique, qui possèdent la même nature matérielle, mais qui n’ont ni le même type d’efficace, ni la même origine, ni la même destination. Les moyens symboliques des rapports à la surnature sont tous puisés dans le même répertoire limité. Mais si tous les charmes sont formellement identiques, si tous les anent sont bien des chansons ayant la même structure mélodique et si tous les rêves sont bien des voyages de l’âme, ils n’en sont pas moins clairement distingués par des caractéristiques propres selon les champs symboliques où ils sont employés.

50En définitive, la mise à mort des animaux sauvages et le jardinage sont bien représentés comme deux procès clairement distingués par l’ensemble des préconditions spécifiques qui les rendent respectivement possibles. L’analyse de ces préconditions permet, par ailleurs, de reconstruire le modèle cohérent de ce à quoi les préconditions renvoient implicitement, c’est-à-dire le système particulier des interactions avec la surnature sur lequel se fonde chacun de ces deux procès. Ces modèles d’interaction ne forment pas des représentations canoniques partagées par tous les sujets, et ils ne constituent des totalités qu’aux yeux de l’observateur qui les construit, pièce par pièce, à partir des indices que le système des préconditions lui livre. Il faut donc distinguer clairement entre les modalités implicites du commerce avec les esprits tutélaires, qui définissent très précisément la sphère d’interaction symbolique assignée à chacun des sexes, et les conditions contingentes et explicites de possibilité de ce commerce qui, bien que formellement spécifiées par la nature propre de leurs médias, sont souvent dépendantes de la collaboration entre les sexes.

51On se souviendra en effet que les conditions symboliques gouvernant la bonne marche d’un procès de travail échappent partiellement au contrôle de ceux ou celles qui le réalisent. Si le rapport aux esprits tutélaires qui commandent l’efficacité respective de la chasse et du jardinage est clairement individualisé et dichotomisé dans ses conditions d’exercice, certains des moyens de ce rapport sont étroitement subordonnés à la coopération entre les hommes et les femmes. C’est le cas, de manière exemplaire, pour les interdits alimentaires s’appliquant à l’intégralité de la cellule domestique, lors de la confection du curare ou lors des plantations par les hommes et par les femmes, toutes opérations dont le succès devient alors dépendant de l’autodiscipline de chacun. C’est le cas également des charmes de chasse et de pêche namur qui, de par leur nature même de bézoards, sont nécessairement procurés aux hommes par les femmes, puisque ce sont toujours les femmes qui vident les poissons et lavent les entrailles du gibier. C’est le cas aussi des songes prémonitoires, dont on a vu qu’ils se rapportaient moins au sexe du rêveur qu’aux conditions générales de réalisation d’un procès de travail. Enfin, il est possible de concevoir la malveillance qui fait échouer la chasse et qui dévaste les jardins comme la forme extrême de l’incidence incontrôlable d’autrui dans les préconditions de réalisation d’un procès de travail. Il s’agit là, en quelque sorte, du modèle de ce que la non-collaboration peut produire lorsqu’elle prend la figure de l’animosité systématique. On a donc un processus par lequel les conditions matérielles de réalisation des procès de travail sont transposées sur le plan des conditions idéelles, puisque la nécessaire complémentarité des sexes dans l’accomplissement de certaines préconditions symboliques des procès de travail n’est qu’un rappel de la complémentarité requise dans la réalisation concrète de ces procès.

52Contrairement à beaucoup d’autres sociétés, la division sexuelle du travail n’est pas ici fondée sur une théorie discriminatoire qui viendrait démontrer l’incapacité des femmes à chasser et l’indignité pour un homme de vaquer aux travaux du jardin, mais sur l’idée que chaque sexe réalise pleinement ses potentialités dans la sphère adéquate à son champ de manipulation symbolique. Bien qu’apparemment ténue, la différence est de taille, car la représentation achuar de la division du travail n’engendre ainsi aucune conception d’une disparité hiérarchisée entre les sexes. Non seulement le jardinage n’est pas dévalorisé par rapport à la chasse, mais la capacité des femmes de se reproduire symboliquement comme cultivatrices est largement indépendante du contrôle masculin. Divisés par les configurations idéelles de leurs pratiques respectives, hommes et femmes se rencontrent néanmoins dans les espaces complémentaires où ces pratiques se réalisent : en forêt, dans la conjonction immédiate d’une quête pimentée d’érotisme, et au jardin, dans la conjonction successive des étapes qui mènent à la domestication végétale.

Notes

1 Ce double statut de la notion de travail est bien exprimé dans un passage de la Contribution à la critique de l’économie politique : « Le travail semble être une catégorie toute simple. L’idée de travail dans cette universalité – comme travail en général – est elle aussi des plus anciennes. Cependant, conçu du point de vue économique sous cette forme simple, le “travail” est une catégorie tout aussi moderne que les rapports qui engendrent cette abstraction simple » (Marx 1972 : 167).

2 C’est le cas de Clastres, notamment, lorsqu’il écrit : « Les sociétés primitives sont bien, comme l’écrit J. Lizot à propos des Yanomami, des sociétés de refus du travail » (Clastres 1974 : 167).

3 On peut difficilement souscrire à l’affirmation de Rivet, lorsque, reprenant un préjugé ethnocentriste commun, il présente la vie des femmes jivaro comme un esclavage permanent au service de leurs époux oisifs (Rivet 1908 : 69). L’excellent observateur qu’était Karsten avait déjà critiqué cette vision simpliste, en notant à quel point la femme jivaro est indépendante dans le contrôle de sa sphère propre d’activité et notamment dans l’évaluation de la contribution en travail qu’elle estime nécessaire de fournir aux pratiques de subsistance. Bien que n’étant pas fondée sur des données quantifiées, sa discussion de l’assignation différentielle des tâches faisait ressortir que la division sexuelle du travail n’est pas défavorable aux femmes (Karsten 1935 : 253-256).

4 Ces conclusions semblent donc infirmer la fameuse « règle de Chayanov », dont Sahlins fait un usage central dans sa définition du mode de production domestique et qui pourrait être formulée de la manière suivante : l’intensité de travail dans un système de production domestique de valeurs d’usage varie de façon inversement proportionnelle avec la capacité de travail relative de l’unité de production (Sahlins 1972 : 91). Outre que la paysannerie russe de l’ère prérévolutionnaire qu’a étudiée Chayanov consacrait malgré tout une partie de sa force de travail à la petite production marchande (Chayanov 1966), on ne peut manquer d’être étonné que Sahlins adopte aussi aisément une interprétation marginaliste complètement contradictoire avec sa propre position théorique. Ou bien, en bonne logique marginaliste, l’unité domestique paysanne optimise ses moyens de production et économise son travail comme un bien rare, ainsi que l’affirme Chayanov (ibid. : 75-76), ou bien la composition et la dépense de la force de travail dépendent de spécifications culturelles, ainsi que Sahlins l’écrit ailleurs (1972 : 55), et il ne peut alors y avoir d’ajustement automatique de l’intensité du travail à la dimension de l’unité de production, puisque le produit du travail individuel est culturellement valorisé dans une échelle de prestige.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/25758/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 194k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search