Version classiqueVersion mobile

La nature domestique

 | 
Philippe Descola

II - Faire, savoir-faire et satisfaire : du bon usage de la nature

Introduction

Texte intégral

1Les Achuar tendent constamment vers l’atomisme éclaté et fractionnel qu’engendre une vie sociale tout entière construite autour de l’idée d’autonomie ; dans l’ordre spatial, cette profonde tendance à la dissociation se traduit tout naturellement par un éparpillement extrême des maisons. Seule unité immédiatement perceptible de la société achuar, la maison et son territoire offrent une image exemplaire du microcosme clos dans lequel Aristote voyait s’illustrer les vertus honorables de l’oikonomia. Dans ce petit monde de l’autarcie, la reproduction sociale et matérielle de chaque maisonnée isolée n’est vécue comme réellement harmonieuse – « naturelle », disait Aristote – qu’à la condition d’exclure l’accumulation et de minimiser les contraintes nécessairement engendrées par le commerce avec les autres.

2Certes, l’autarcie absolue est un mythe et elle n’existe pas plus dans la forêt que dans la polis ; mais elle marque si fortement de son empreinte la représentation achuar du bien-vivre (shiir waras), qu’on l’acceptera comme une hypothèse de travail provisoire permettant de découper notre domaine d’objet.

3Pour prévenir tout malentendu, soulignons toutefois que la prééminence thématique accordée dans ce travail à l’étude de l’économie domestique ne préjuge en aucune façon d’une orientation théorique. Si l’ordre de l’oikonomia – ou, si l’on veut, de la reproduction simple – gouverne effectivement le fonctionnement apparent du système économique achuar, il n’en reste pas moins que le paradigme ici adopté de l’autosuffisance de chaque maisonnée est une sorte de fiction méthodologique. En effet, l’« économie domestique » est pour nous une simple notion descriptive et non un concept théorique, c’est-à-dire que nous ne l’entendons pas comme le critère d’un éventuel stade historique du développement économique (mode de production domestique, économie naturelle ou économie de l’oikos), mais comme un terme commode pour désigner la configuration des facteurs de production et leur mode d’adéquation aux pratiques de consommation, dans le cadre d’unités domestiques présentées comme autonomes par hypothèse.

4Si tant est que, dès maintenant, une étiquette soit requise pour qualifier cette économie domestique de la maisonnée, nous pourrions renvoyer à ces anciens Germains, isolés eux aussi dans leur grande sylve et dont Marx écrivait, dans les Formes qui précèdent la production capitaliste, que « la totalité économique est au fond contenue dans chaque maison individuelle qui forme pour elle-même un centre autonome de production » (CERM 1970 : 192). Dire que cette deuxième partie a pour objet « l’économie domestique » achuar, c’est donc une façon de signifier à nouveau que, dans les limites imparties à ce travail, nous excluons délibérément la sphère des rapports de reproduction, c’est-à-dire à la fois les formes de renouvellement des forces vives du travail et les rapports – intentionnels et inintentionnels – qui s’établissent entre les unités domestiques dans l’appropriation de la nature.

5En limitant cette section à l’étude de ce que nous appelons « le bon usage de la nature », nous n’entendons pourtant pas nous assigner la description de ce que l’on appelle communément la sphère de la subsistance. Nous voulons plutôt tenter l’analyse de la combinaison spécifique opérée par les unités domestiques achuar entre un système de ressources et un système de moyens. Faisant donc abstraction provisoirement des rapports qui lient les hommes entre eux dans leur mode d’occupation d’un territoire et feignant, par méthode, de croire que l’inceste gouverne la reproduction de la force de travail, nous visons dans cette section à décrire les procès de travail et leur armature technologique matérielle et idéelle – le faire et le savoir-faire – et à mesurer la productivité du travail à l’aune des besoins fixés par la hiérarchie achuar des valeurs – le satisfaire. Ces deux entreprises sont, d’ailleurs, indissociables, puisque production et consommation ne sont que deux faces d’un même procès. On aura ainsi aisément reconnu que l’étude du « bon usage de la nature », c’est essentiellement la description de ce que, dans le langage de Marx, on appelle « nature des forces productives », c’est-à-dire cet élément constitutif de tout mode de production dont la connaissance détaillée est indispensable si l’on veut entreprendre une anthropologie économique qui soit autre chose qu’une morphologie abstraite des rapports de production.

6L’économie domestique se déploie à partir de la maison et c’est à cette tautologique évidence qu’il faut se rendre lorsqu’on décide d’un ordre d’exposition. Notre description des modes d’usage de la nature se conformera donc au modèle ethnographique classique des zones concentriques – maison, jardin, forêt –, modèle qui est ici homologue à la représentation achuar de la segmentation de l’espace. Outre sa conformité à une logique de découpage de l’univers physique en secteurs de socialisation décroissante, cet ordre d’exposition possède le mérite de respecter l’adéquation entre la démarche de connaissance et la restitution des résultats de cette démarche. En effet, c’est à la matérialité minutieuse de l’étiquette domestique que l’observateur novice est d’emblée confronté. C’est aux techniques de transformation de la nature qu’il se familiarise lorsque la communication verbale est encore pleine d’embûches ; c’est à leur mesure quantitative qu’il trompe son impatience durant ces nombreux mois où il désespère de jamais recueillir un mythe. Lorsque le jardin semble avoir dévoilé tous ses mystères, il est temps alors de franchir la menaçante lisière de la forêt et de tenter d’y chasser pour son propre compte. L’évolution de l’enquête sur le terrain prend ainsi la forme d’un détachement progressif des mirages de la sécurité domestique et il n’est peut-être pas rhétorique d’y faire droit en tentant de reproduire dans l’analyse le mouvement de connaissance qui l’accompagne.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/25733/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 119k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search