Version classiqueVersion mobile

Profession : policier. Sexe : féminin

 | 
Geneviève Pruvost

Conclusion

Texte intégral

Les opérations de virilisation

1Tout d’abord, rares sont les femmes, dans la jeune génération, qui entrent dans la police pour devenir secrétaire ou intégrer la brigade des mineurs. Les femmes policiers entrent davantage que les hommes dans la police par vocation et elles tendent à aligner leurs motivations sur celles de leurs homologues masculins de même grade et de même ancienneté : elles sont séduites avant tout par le caractère aventurier du métier. Contre toute attente, la dimension sociale de celui-ci (le contact, l’utilité) ne vient que dans un second temps, invalidant l’image d’« assistante sociale » qui leur est bien souvent prêtée. Les femmes sont en outre plus nombreuses que les hommes à entrer dans la profession pour exercer un métier d’ordre. Dans un tel cadre, il n’est guère étonnant de trouver assez peu de femmes, à l’exception de quelques anciennes, animées d’intentions féministes.

2Dans leur choix professionnel atypique, les femmes policiers sont soutenues par leur famille et, contrairement à une idée reçue, ce soutien n’est pas dû à la profession des parents, majoritairement non policiers. Seulement 10 % des femmes et 10 % des hommes ont en effet un père (et, plus rarement, une mère) dans la profession. L’environnement familial n’en est pas moins déterminant : l’accoutumance à une forme de sociabilité virile par le biais des frères ou du sport, les encouragements du père dans cette voie, l’acquiescement des mères constituent autant d’éléments qui naturalisent l’évidence de leur vocation. Cet environnement favorable prédispose les femmes à mettre au point une stratégie d’intégration, souvent préparée de longue date : conscientes que les jurys seront portés à considérer leur sexe comme un handicap et à les sursélectionner, les femmes, issues des mêmes milieux sociaux que leurs collègues masculins, détiennent un diplôme plus élevé et s’entraînent plus intensément aux épreuves sportives.

3La vocation affirmée des femmes ne doit cependant pas occulter un autre résultat important : un peu plus d’une femme sur trois entre dans la police par hasard ou après un choc biographique. La perspective de devenir fonctionnaire se présente à elles comme un choix réaliste, alors même qu’elles ont à leur disposition des carrières plus typiquement féminines dans le secteur public. C’est la preuve que le métier, pour les filles, fait partie des possibles et se banalise.

4Tous ces éléments convergent : les femmes recrutées sont, pour une grande partie d’entre elles, préparées à exercer un métier d’homme, même si c’est véritablement lors de la formation, puis en poste qu’elles le découvrent dans sa pleine réalité.

5L’école de police constitue une seconde étape décisive, reconfigurant les attentes et les normes. Les élèves découvrent des rapports sociaux de sexe différents de ceux qu’ils connaissaient jusqu’alors au lycée (du moins en filière générale) ou à l’université : militarisation, uniforme, internat constituent une rupture pour une grande partie des filles, mais aussi pour les garçons. Le caractère estudiantin et informel des relations scolaires et pédagogiques permet cependant d’assouplir les rigidités d’un protocole militaire uniformisant, lequel atténue, en retour, les effets discriminants d’une formation sportive, assez soutenue, fondée principalement sur l’acquisition d’une stature virile. Le caractère intermédiaire de cette formation (républicaine dans son régime d’évaluation, néanmoins très éloignée du lycée et de l’université par son caractère militaire) conduit les élèves, a fortiori quand ils sont en poste, à considérer la scolarité comme un moment où les relations sont relativement harmonieuses, émancipées (du point de vue sexuel), organisées autour de la constitution d’une camaraderie solidaire et la quête, pour les femmes, d’un compagnon.

6Dès l’école de police, s’impose en effet aux femmes la nécessité de choisir un conjoint tolérant à l’égard des vicissitudes du métier. Plus d’une femme sur deux opte pour un homme policier, jugé plus compréhensif, fût-il d’un grade inférieur. L’élément déterminant pour faire carrière, quelle que soit la profession du conjoint, reste néanmoins celui de la prise en charge des tâches : soit le conjoint est en mesure d’assumer en partie ou presque totalement le travail domestique, soit il accepte la délégation d’un tel travail à un personnel salarié. Pour contourner ces obstacles, les femmes optent également pour le célibat, ou diffèrent le moment de la maternité. En cela, elles se distinguent des hommes qui sont majoritairement exogames, vivent davantage en couple, disposent d’une femme au foyer (c’est le cas d’un policier sur six) ; ils sont pères plus tôt et d’une famille plus nombreuse. Les femmes se distinguent également du reste de la fonction publique en étant minoritaires à choisir l’option du temps partiel, tant la pression de la hiérarchie est grande. Qu’elles fassent ou non carrière, les femmes policiers, plus que les hommes, témoignent en effet de la difficulté de concilier vie de famille et activité professionnelle. Si la plupart d’entre elles ne manquent pas de signaler le caractère acrobatique de leur emploi du temps, elles tendent néanmoins à considérer les sacrifices familiaux comme inhérents à l’exercice du métier policier et indispensables à leur pleine intégration.

7L’alignement des femmes sur les normes masculines ne se lit pas seulement à l’échelle de la carrière, mais aussi dans le choix des postes. Premier renversement singulier, les femmes, pour des questions matrimoniales de rapprochement de conjoint et d’opportunité professionnelle plus large, sont concentrées en région parisienne et dans les grandes villes de province où le taux de délinquance est le plus élevé. Les hommes, pour leur part, monopolisent les postes dans les circonscriptions rurales réputées plus tranquilles. Les femmes ne sont par ailleurs pas plus nombreuses dans les directions dites « intellectuelles » comme les Renseignements généraux ou la direction de la Formation. Elles sont réparties de façon égale entre chaque direction policière (à l’exception notable des crs). Le modèle de « l’entre-femmes » (prévoyant des femmes policiers pour les femmes victimes ou délinquantes) a été rejeté par les policiers des deux sexes.

8C’est en Sécurité publique, et plus particulièrement en police secours, brigade la plus exposée à la violence la plus imprévisible, également la plus polyvalente, que les femmes sont les plus nombreuses. Dans ce type d’unité, l’organisation du travail dépend de critères non sexués : la répartition des affaires et des tâches est décidée selon un ordre hiérarchique déterminé par le grade, elle dépend également fortement de l’ancienneté. La division entre policiers néophytes et « anciens » est très souvent apparue plus discriminante que la division entre hommes et femmes. L’obligation de travailler en urgence, en fonction des effectifs immédiatement disponibles, mais aussi en fonction des configurations imposées par les interactions avec les victimes et les mis en cause, neutralise toute tentative de spécialisation des femmes. Ainsi, en dépit de discours policiers vantant les mérites de la féminisation (sur le mode de la complémentarité des sexes), la division sexuelle du travail est presque impossible à mettre en pratique dans les brigades généralistes.

9Autre point singulier, eu égard à l’interdit anthropologique qui pèse sur l’accès des femmes au commandement armé, les femmes policiers ont accès au commandement des opérations policières, y compris les plus violentes et les plus spectaculaires, notamment en maintien de l’ordre. Quelques-unes d’entre elles, triées sur le volet, accèdent aux brigades musclées, telles les bac (brigades anticriminalité), les Cl (compagnies d’intervention, effectuant, entre autres, du maintien de l’ordre en Sécurité publique) ou les brec (brigades régionales d’enquête et de coordination).

10Un autre critère d’accès aux pleins pouvoirs de police a été abordé : il s’agit de l’usage de la violence illégale. Un partage complet des attributions policières doit en effet se traduire par une totale appropriation de la force publique - y compris dans ses excès. Le phénomène est évidemment très délicat à quantifier. D’après les enquêtes et observations, on peut néanmoins proposer le bilan suivant : jusqu’à ce jour, une seule femme policier a donné la mort et deux d’entre elles ont été tuées en service. Les femmes ont donc bien versé le tribut du sang à la profession - tribut indispensable à la pleine et entière reconnaissance de leur égalité avec les hommes. Pour ce qui concerne la violence non létale, suffisamment de femmes ont témoigné, en entretien, avoir tiré, frappé et insulté avec virulence, pour que la réalité d’un usage féminin de la force soit attestée.

11Les femmes ne se virilisent pas seulement en adoptant la même échelle de prestige des métiers et des tâches que leurs collègues masculins, mais aussi en dénigrant leur éventuelle affiliation aux stéréotypes féminins. Elles font de la résistance à la misogynie une question d’honneur - l’honneur de leur groupe de sexe : toujours suspectées d’être fragiles et indisponibles, elles convertissent les mises à l’épreuve continuelles en défi. Il s’agit de montrer qu’elles sont capables de se métamorphoser en devenant des policiers d’un autre genre : des policiers plus ou moins virils de sexe féminin : certaines renoncent, par exemple, à toute forme de coquetterie, d’autres mettent l’accent sur leur stature physique, d’autres, sur leur bonne santé ou leur dévouement professionnel (y compris pendant la maternité). Une partie d’entre elles rivalise avec les hommes sur le terrain de l’humour noir, de la plaisanterie à caractère sexuel ou de la « niaque ». De toutes ces opérations de virilisation, l’une est cruciale : les femmes sont testées sur leur aptitude à tolérer les activités de relâchement qui se déroulent dans les coulisses de la profession et à y participer parfois. Elles sont alors considérées comme des professionnelles polyvalentes, « tout-terrain », dignes, pour les plus exceptionnelles d’entre elles, d’intégrer les brigades d’élite, réservées aux hommes.

12La participation des femmes, notamment au grade de gardien de la paix, au premier cercle des coulisses policières (les pauses festives dans les cuisines du commissariat et l’échange de vannes à caractère sexuel), est assez remarquable car elle contredit les normes de pudeur en vigueur et rend compte d’un élément primordial de l’intégration au métier, en service et dans les coulisses : « être dans la police, c’est être » avant tout « parmi des policiers » (Fielding 1994 : 58). « À la limite, la qualification première du policier devient "être un bon collègue" » (Monjardet 2005 : 25). En témoigne l’économie des récits policiers recueillis : les femmes (comme les hommes, du reste) s’attardent assez peu sur leurs relations avec les victimes et les mis en cause. L’adaptation des femmes à la sociabilité proprement policière constitue de fait un test aussi important que la capacité réelle à exercer l’ensemble des missions de la profession.

13Cette adhésion à la sociabilité virile ne doit pas être assimilée au processus, bien connu, de collaboration des femmes à leur propre domination. L’incorporation des discours virils est suivie ici d’un partage des pouvoirs policiers fondamentaux (port de l’arme, usage de la force, pouvoir d’arrestation, de garde à vue, de fouille, de perquisition, accès à la quasi-intégralité des métiers policiers). Il convient par conséquent de ne pas confondre deux situations historiques - celles où les femmes se voyaient interdire la profession et celles où elles y sont admises de plein droit. L’éloge du modèle viril ne prend alors pas le même sens, selon qu’il est prôné de l’extérieur (en tant que profane exclue) ou de l’intérieur (en tant que professionnelle). Dans un cas, les femmes défendent des droits dont elles sont privées, dans l’autre, elles sont dotées d’un pouvoir agissant. Même si la position de femmes policières est loin d’être stabilisée, elle n’en suit pas moins une courbe ascendante, qui consolide l’évidence de leur présence : année après année, les bastions masculins se féminisent.

14Dès lors, la féminisation de la police constitue un exemple empirique de dissociation du genre et du sexe : la virilisation partielle ou presque totale des femmes, loin d’être stigmatisée, constitue l’une des conditions de leur ascension et de leur reconnaissance professionnelle. Elle permet que les stéréotypes de sexe se brouillent au profit d’un regard plus individualisé sur les compétences, qui ne considère pas le sexe comme un obstacle a priori. Il n’est plus nécessaire d’être un homme pour être policier.

15Le concept de division sexuelle du travail doit ainsi être complété par celui de division « genrée » - division qui laisse intacte la hiérarchie entre genre féminin et genre viril. Il reste entendu, dans la profession, que le prestige reste l’apanage des métiers d’élite, fondé sur la maîtrise physique et technique de la force publique (du type brigade anticriminalité, antigang, le raid) ou la surveillance des populations particulièrement dangereuses (les brigades antiterroristes, la dst). Tout ce qui relève de la prévention, de la proximité ou de l’assistance reste dévalué. C’est en ce sens que la féminisation de la police ne transforme pas fondamentalement l’institution.

Les opérations de sexuation

16L’accès des femmes aux pleins pouvoirs de police s’accompagne de contraintes fortes, rétablissant une hiérarchie entre les sexes. Loin de faire l’objet d’une contestation organisée, ces règles font l’objet d’un consensus, du moins jusqu’à présent.

17La première concerne le recrutement. Les femmes sont soumises à des critères drastiques de taille et de niveau sportif, bien supérieurs à ceux des hommes. Cette sursélection a pour fonction de contenir l’augmentation des candidatures féminines. Ce recrutement manifestement discriminatoire n’est pas remis en question par les intéressées elles-mêmes. Une fois titularisées, elles acceptent le principe d’un recrutement féminin minoritaire, pour maintenir la rareté, condition de leur exceptionnalité qu’elles s’emploient à préserver en accumulant les signes de compétence.

18Une seconde règle professionnelle non écrite restreint l’accès des femmes au terrain - à ce point respectée qu’une justification s’impose quand les effectifs en présence ne permettent pas sa stricte application : une femme seule, ou un groupe de femmes, ne peut exercer une mission, sans la présence d’un homme. Ce n’est donc pas tant l’accès des femmes à la violence légale qui est restreint que leur autonomie dans l’usage de la violence. Cette coutume qui veut qu’une femme sorte en mission nécessairement accompagnée d’un homme n’est pas sans faire écho au statut de la femme cadette ou mineure, recensée dans le répertoire anthropologique. En conséquence, une femme n’est pas un policier à part entière. Un policier est soit un homme, soit une femme « plus » un homme, mais jamais une femme « plus » une femme, en sorte que deux femmes ne font pas un policier.

19Troisième règle coutumière, les femmes sont sursélectionnées dans les brigades spécialisées dans l’usage de la violence et elles sont totalement exclues du maintien de l’ordre en compagnies républicaines de sécurité au grade de gardien de la paix. Elles peuvent en revanche y être admises au grade de commissaire - preuve que le tabou du commandement est plus simple à lever dans la profession que celui du maniement concret des armes les plus sophistiquées.

20Une autre limite forte à l’indifférenciation sexuée du pouvoir de contrainte physique est posée par les relations, tantôt codifiées, tantôt informelles, avec les mis en cause. Quand ces derniers refusent d’être en relation avec une femme (surtout lorsqu’elle n’est pas commissaire), les femmes policiers finissent par s’exécuter, l’urgence de la résolution du conflit l’emportant sur celle de faire respecter l’identité neutre d’agent de la force publique. Ces refus d’audition et les injures sexistes des mis en cause réintroduisent une sexuation, que les femmes policiers s’étaient pourtant employées à neutraliser par la démonstration redoublée de leurs compétences proprement policières.

21Comment interpréter le maintien de ces opérations de sexuation ? S’il s’agissait de rétablir la suprématie du sexe masculin, la progression des femmes dans la police aurait atteint son terme. Tel n’est pas le cas. D’année en année, les règles énoncées vacillent. Les quotas, longtemps officiels, sont devenus officieux depuis 1992. En région parisienne, zone d’affectation principale des jeunes recrues, il devient, en outre, de plus en plus difficile d’appliquer la règle d’intervention en minorité féminine. Les femmes sont désormais admises au grade de gardien de la paix dans les compagnies républicaines de sécurité autoroutières. Il faut dès lors considérer la fermeture de quelques fiefs symboliques et le maintien d’un faible recrutement de femmes comme des mesures conservatoires, qui permettent de préserver partiellement l’honneur des hommes : les femmes, au fil des décennies, se sont insensiblement emparées des pleins pouvoirs de police, en toute légitimité, sans levée de boucliers, opérant une « révolution respectueuse » (Marry 2004). Les quotas officiels et officieux ont également eu pour vertu d’empêcher que s’instaure une division sexuelle du travail, réservant, par exemple, aux femmes, le travail de bureau et aux hommes, le travail de terrain. Disséminées à petite dose, les femmes ont, au contraire, réussi à imposer, tout au long de leur carrière, à quelques exceptions près, leur souci d’exercer pleinement leur métier.

22Cette conquête, reposant sur des arrangements locaux et sur le principe de quotas restrictifs, empêche cependant toute augmentation de la proportion de femmes. Or le taux de candidature féminin dépasse celui des hommes au grade de commissaire et d’officier. Cet impératif d’exceptionnalité comporte un autre effet pervers : il conduit à marginaliser les abus sexistes et sexuels dont les femmes peuvent être victimes. Les modes de décompression virils, certes loin d’être pratiqués par l’ensemble des hommes de la profession, conservent néanmoins une légitimité certaine : ils sont rarement sanctionnés quand ils prennent la forme de violences sexistes et sexuelles. Il est tacitement admis que ce sont les femmes qui sont coupables de ne pas avoir su déjouer les pièges de la sociabilité virile. La violence envers laquelle les femmes sont le plus désarmées n’est finalement pas celle des délinquants (qui donne lieu à une réponse policière organisée) mais celle de leurs propres collègues, indicible, tant l’intégration des femmes est présentée par les intéressées elles-mêmes et par leur hiérarchie (mais aussi par les médias et les fictions) comme une réussite magistrale. L’étude des coulisses du métier interroge plus fondamentalement la possibilité d’une mise à distance du désir sexuel dans la profession.

  • 1 Émancipées par la contraception et une plus grande libéralisation des mœurs, les femmes peuvent af (...)

23L’argument de la différence de force physique et de la moindre biodisponibilité des femmes est de fait réversible : certaines femmes sont plus fortes que certains hommes ; toutes les femmes ne sont pas enceintes et affectées à la garde des enfants malades. Reste un argument récurrent, déjà avancé au début du xxe siècle lorsque s’est amorcé le mouvement de mixité des lieux professionnels (Thuillier 1988) : comment contrôler l’irruption du désir masculin et le désir féminin1 ? Certains métiers policiers exigent une vie communautaire et les frontières entre activité professionnelle et monde privé sont poreuses au point d’exiger une solidarité de corps, au sens propre et figuré, réservée aux seuls hommes.

24La participation à une sociabilité virile monosexuée est alors érigée en condition sine qua non de la compétence. La promiscuité des corps de sexes opposés semble être l’élément le plus problématique de l’adoubement des femmes, comme si la neutralisation du désir sexuel était impossible à réaliser durablement, comme si la galanterie était un attribut essentiel de l’esprit de la profession et, plus largement, de la nation. En cela, l’étude des zones de mixité et de non-mixité de la police nationale permet d’identifier les territoires de la pudeur contemporaine. La science-fiction avait déjà pointé le caractère éminemment problématique d’une telle mixité. Le réalisateur Paul Verhoeven ne s’y est pas trompé : la scène la plus transgressive de Robocop est celle des vestiaires. Hommes et femmes s’y côtoient, dénudés, dans la plus grande indifférence.

25La neutralisation du désir (une neutralisation qui ne verse pas non plus dans l’interdit puritain et autoritaire, stigmatisant le plaisir) constitue pourtant une étape indispensable pour une pleine intégration des femmes dans la police, mais aussi dans d’autres professions, comme l’armée ou la surveillance des prisons. « L’utopie constitue l’une des étapes indispensables de la démarche scientifique, de toute démarche scientifique. Ce n’est qu’en imaginant ce qui n’existe pas que l’on peut analyser ce qui est, il faut se demander comment cela existe. Et pour se demander comment cela existe, il faut se livrer à deux opérations ; la première [...] : supposer qu’on ne connaît pas la réponse même si on croit la connaître (la fameuse suspension du jugement) ; la deuxième, c’est supposer - même si c’est contraire à l’évidence des sens - que cela pourrait ne pas exister. Pour conclure, je dirai que peut-être ne pourrons-nous vraiment penser le genre que le jour où nous pourrons imaginer le non-genre » (Delphy 2001 : 260), mais aussi, comme le pointe cette recherche, le non-sexué et le non-sexuel.

La mobilité de genre

  • 2 Cette formule est empruntée à Charles Gadéa et Catherine Marry (Gadéa & Marry 2000 : 112).

26Inscrire la féminisation dans la police dans le cadre d’une virilisation sous contrainte (avec des impératifs de sexuation) est indispensable pour mesurer l’accès des femmes aux pleins pouvoirs de police. Une fois l’étendue des transgressions et leurs limites énoncées, il est possible de se frayer un chemin dans la « forêt cachée2 » des policiers « ordinaires », qui constituent le gros des troupes. Rares sont les femmes et les hommes policiers qui correspondent au modèle héroïque de la « superwoman » et du « surhomme » dans la durée d’une carrière. L’expérience la plus fréquente reste celle du « féminin »et du» masculin banal » (Guillaumin 1984).

27Le modèle de dépassement de soi et du dévouement est ainsi contrebalancé par un rapport au métier plus mesuré, qui prend acte de la pénibilité de celui-ci et s’organise pour travailler avec prudence, sans risque ni zèle excessif, comptant davantage sur la relève des effectifs et la complémentarité des brigades (spécialisées et non spécialisées) que sur la bravoure d’un noyau dur de policiers. Cette prudence n’est en rien une démission, elle se présente davantage comme l’instauration de conditions de travail acceptables, eu égard au peu de cas accordé par l’institution aux risques encourus, du point de vue tant émotionnel que physique. Les sacrifices familiaux sont reconnus comme tels. Les postes sont alors choisis en fonction de contraintes extraprofessionnelles, ce qui ne signifie pas que la carrière soit mise entre parenthèses. Elle est juste moins linéaire. Ce modèle de prudence n’est pas l’apanage des policiers d’un certain âge, en retrait du terrain. Il est prôné par les jeunes recrues, qui se sont ravisées, une fois en poste, et qui renouent avec la « police à papa » (pour reprendre les termes employés par les policiers, qui considèrent qu’une telle « fonctionnarisation » sape les fondements d’une police efficace). A leurs détracteurs, qualifiés de « cow-boys », ce nouveau type de policiers oppose une force d’inertie assez massive, difficilement répréhensible, puisqu’il s’agit, ni plus ni moins, d’être « honnête », dans tous les sens du terme.

28La féminisation a contribué à la visibilité de cette lame de fond, non pas que les femmes soient les premières, on l’a vu, à défendre cet engagement intermédiaire au métier. Leur présence a surtout rendu possible la revendication d’une hétérogénéité, obligeant les partisans de la police virile à composer avec la revendication, de plus en plus légitime, d’une meilleure conciliation entre vie professionnelle et vie familiale. Comme le signalent les policiers, avides de rappeler leur commune humanité, « Il y a toute la société chez nous », « Il y a de la place pour tout le monde », tant les métiers policiers, à grade égal, sont variés, allant des plus actifs aux plus administratifs. Rares sont les professions à offrir une telle amplitude d’emplois. Dans une certaine mesure, le fait que les métiers d’élite soient sous les feux de la rampe, qu’il y ait des femmes et des hommes d’exception à la carrière brillante, exonère la masse des policiers ordinaires d’une coûteuse imitation. Il suffit, pour la majorité d’entre eux, d’avoir accompli un seul service trépidant. Si la plupart des pionnières ont été soumises à l’injonction d’excellence, les jeunes recrues bénéficient d’un meilleur accueil et une partie d’entre elles suit la pente inévitable d’une vocation non sacrificielle, même si une telle relativisation reste davantage sujette à la critique que pour les hommes. Elles arrivent néanmoins, dans certains services, à baisser la garde et les plus excentriques d’entre elles peuvent exhiber leur habit d’Arlequin, contrasté, disparate. Le caractère fermé et secret de l’institution permet de déployer une panoplie transgenre (et parfois trans sexualité) assez étendue.

29De la même manière que la virilisation des femmes (et des hommes) n’est en rien univoque, l’engagement mesuré et alterné au métier n’est pas assignable à un sexe et à un type de policier. Dominique Monjardet l’a montré : les policiers prônant, tout au long de leur carrière, une seule et même doctrine ne sont pas les plus nombreux. Plutôt que d’établir une typologie, il est par conséquent plus juste de décliner l’ensemble des rapports que les policiers entretiennent avec leur métier, qui s’actualisent, plus ou moins, selon les cycles de vie, les moments de la carrière et les types de missions. À l’instar de William Thomas et Florian Znaniecki, qui distinguent trois rapports au changement parmi les migrants polonais (Thomas & Znaniecki 1998), trois types d’articulation du sexe et du genre peuvent être circonscrits.

30Le premier mode consiste à rester en conformité avec les stéréotypes de sexe : pour les femmes, il s’agit d’occuper une fonction policière qui leur permet de préserver leur rôle domestique et familial, et d’échapper aux vicissitudes du « sale boulot », en exerçant des métiers typiquement féminins ou en retrait de la voie publique. A l’inverse, les hommes, en accord avec les stéréotypes de leur sexe, optent pour des carrières qui exigent une grande disponibilité et une grande mobilité géographique. Ils s’emploient à accomplir des tâches où il est nécessaire de sortir sur la voie publique et d’user de la force. Les modes de décompression pratiqués en coulisses sont typiquement virils. Sexe et genre sont en adéquation.

31Une deuxième rapport entre sexe et genre consiste à pratiquer l’inversion : les femmes se dévouent à leur métier, jouent le jeu de la mobilité, renoncent à avoir des enfants ou limitent le temps consacré à la maternité, se dotent d’un conjoint qui assure une partie du travail domestique. Elles se dirigent vers des brigades musclées, elles sont dotées d’une force de caractère ou d’une certaine stature physique, elles n’hésitent pas à employer la force et à se fondre dans la camaraderie virile hors travail. Inversement, les hommes, peu enclins à jouer les surhommes, privilégient, selon l’expression consacrée, la « qualité de vie ». Préférant le travail d’investigation, de gestion et de négociation au conflit, ils travaillent dans un bureau et accomplissent des tâches plus intellectuelles et plus relationnelles. N’étant pas adeptes des sorties entre hommes, ils limitent leur participation aux activités de coulisses. Le genre contredit les stéréotypes de sexe.

32Un troisième rapport au genre consiste à jouer du sexe et du genre, en modulant son identité en fonction du poste, de la situation professionnelle et familiale, en combinant des traits féminins et virils sous une forme contrastée (une femme à talons aiguilles qui jure comme une charretière) ou sous un jour androgyne (ni féminin, ni viril), mais aussi en cherchant à faire oublier les stéréotypes de sexe et l’idéologie virile du métier au profit d’une posture professionnelle souple et variée, à la mesure de l’étendue des missions policières. « Les hommes et les femmes ne se contentent pas de s’accommoder passivement au sexisme des hommes en se conformant aux stéréotypes dominants comme la littérature normative le suggère. Certaines femmes [et certains hommes] peuvent résister aux stéréotypes en développant des identités alternatives [...] Si ces femmes [et ces hommes] peuvent paraître dangereux, c’est parce qu’ [ils] remettent en question les catégories de base, [ils] représentent des forces d’inventivité » (Hunt 1984 : 285).

33C’est ce dernier type de mobilité et d’inventivité transgenre qui a paru le plus fréquemment mobilisé par les acteurs rencontrés. Le constat empirique d’Anselm Strauss sur l’indétermination du moi qui « progresse continuellement et pénètre dans un avenir aux contours incertains » (Strauss 1992 : 37) s’impose au regard des trajectoires policières et de la variété des situations de travail : « Quelle sorte de personne vais-je devenir ? Quel moi est en train de se faire ? » (ibid : 46). Rares sont en effet les individus qui adoptent (ou contredisent) les stéréotypes de sexe de manière convergente tout au long de leur carrière, aussi bien dans le choix de poste que dans le rapport au travail ou dans la gestion des coulisses. Les positions extrêmes (conformisme ou inversion) ne sont en effet tenables qu’à trois conditions : il faut que l’environnement relationnel où elles se déploient reste relativement stable (avec une rotation limitée des effectifs, ce qui est peu fréquent) ; le policier doit se fixer dans ce même environnement ; cet environnement doit rester imperméable aux évolutions macro-sociales qui touchent la société civile en matière de mobilité de genre. Les enquêtes et les entretiens biographiques ont montré que la majorité des policiers multipliait les pratiques hybrides.

  • 3 En cela, on suit Judith Butler, qui, si elle a mis en évidence la plasticité du genre, ne pense pa (...)

34Des tendances lourdes doivent être soulignées : ces combinaisons ne relèvent en rien du libre choix (les changements de genre ne dépendent pas de la fantaisie ou de l’humeur de chaque policier3), elles s’organisent selon l’ordre hiérarchique suivant : l’ancienneté oriente très fortement les carrières et la distribution des tâches policières ; métiers, pratiques et discours virils l’emportent à la fois symboliquement et matériellement sur leur équivalent féminin. Reste que les femmes ont plus de latitude en matière de virilisation physique, comportementale et langagière que les hommes qui se féminisent. Cela ne va pas sans paradoxe, puisque dans le cadre d’une virilisation contraignante s’ouvre un espace de jeu identitaire réservé aux femmes et dont les hommes ne jouissent pas.

Notes

1 Émancipées par la contraception et une plus grande libéralisation des mœurs, les femmes peuvent afficher leur désir, même si elles restent soumises à une plus grande retenue.

2 Cette formule est empruntée à Charles Gadéa et Catherine Marry (Gadéa & Marry 2000 : 112).

3 En cela, on suit Judith Butler, qui, si elle a mis en évidence la plasticité du genre, ne pense pas qu'il soit matériellement possible de s'abstraire du cadre social de la réitération sociale et continuelle de la binarité des sexes. Judith Butler réfute l'analogie avec le fait de choisir un vêtement dans sa garde-robe (invitant à considérer qu'on peut changer de genre comme on change de chemise). Le choix de genre demeure limité et socialement contraint. Toutefois, un espace de subversion et de mise en scène de la part d'artefact demeure (Butler 1993). La profession de policier l'illustre.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search