Version classiqueVersion mobile

La nature domestique

 | 
Philippe Descola

I - La sphère de la nature

Introduction

Texte intégral

1Le voyageur qui, en cette seconde moitié du xxe siècle, descend de la cordillère orientale de l’Équateur vers la province amazonienne du Pastaza emprunte une voie qui fut tracée au début du xviie siècle par les missionnaires dominicains en route pour aller fonder Canelos sur le haut Bobonaza. Depuis Baños, dernière bourgade de la Sierra avant l’Oriente (l’Amazonie équatorienne), une piste carrossable a maintenant remplacé l’ancien chemin muletier, serpentant entre deux murailles abruptes qui dominent le lit encaissé où bouillonne le Pastaza. Les cascades abondent, l’eau ruisselle sur la route défoncée et un brouillard persistant flotte à mi-pente, empêchant de distinguer les derniers bataillons de la grande forêt, qui s’accrochent sur des versants vertigineux dominés par le volcan Tungurahua. Ce monde invisible surplombant la route c’est l’étage de la ceja de montaña, situé entre 2 000 m et 3 500 m et recouvert en permanence par les nuages venus de l’Amazonie qui se trouvent ici bloqués par le barrage de la cordillère. C’est dans cette région inhabitée que l’on récoltait autrefois l’écorce de quinine, au milieu d’une forêt très dense, riche en épiphytes mais peu stratifiée (Grubb et al. 1963 : 596).

2À mesure que l’altitude décroît et avant même qu’on puisse apercevoir la jungle, celle-ci fait sentir sa présence par des signes de plus en plus insistants : une douce chaleur humide vient remplacer l’air sec des plateaux d’altitude, le coassement des grenouilles devient un fond sonore continu et une légère odeur de pourriture végétale se fait sentir. Enfoncé qu’il est dans la gorge du Pastaza, le voyageur traverse ainsi presque à son insu l’étage de la montaña, cette zone de forêt humide contiguë de la ceja et qui recouvre la quasi-totalité du piémont andin en un ruban continu. Selon la typologie des zones forestières du haut Amazone proposée par Hegen, la région de montaña est typique de la frange altitudinale située entre 2 000 m et 1 000 m ; elle forme une zone de transition entre la ceja et l’hylea, la grande forêt amazonienne proprement dite (Hegen 1966 : 18-19). La montaña correspond ainsi approximativement à ce que Grubb et Whitmore appellent « lower montane forest » dans leur classification des formations végétales de l’Oriente équatorien (Grubb et Whitmore 1966 : 303). Dans la région centrale du piémont équatorien, cette zone est caractérisée par une topographie très accidentée, avec de fortes pentes rectilignes entaillées par de petits vallons encaissés, qui font place progressivement à un immense cône de déjection. Les précipitations sont élevées et décroissent progressivement avec l’altitude, passant d’une moyenne annuelle supérieure à 5 000 mm dans le piémont proprement dit à une moyenne annuelle de 4 412 mm à Puyo (altitude 990 m). La forêt de montaña est plus stratifiée et diversifiée que celle de la ceja, mais les arbres n’y dépassent pas trente mètres de haut (Acosta-Solis 1966 : 407).

3Au détour d’un virage, le ravin encaissé du Pastaza s’interrompt brusquement et le voyageur découvre une vaste plaine verte et légèrement ondulée s’étendant à l’infini. C’est la seule occasion qui lui sera offerte de prendre une vision panoramique de l’hylea, la forêt ombrophile équatoriale qui recouvre la plus grande partie du Bassin amazonien, depuis une altitude de 1 000 m sur le piémont andin jusqu’au littoral de l’Atlantique. À cet endroit, le Pastaza est encore très rapide, charriant des troncs d’arbres au milieu d’impressionnants tourbillons ; mais, libéré des murailles qui l’enserraient, il creuse maintenant son lit en une multitude de bras, séparés par des plages de galets et des îlots couverts de bambous. À son débouché tumultueux dans la forêt amazonienne, le Pastaza est impropre à la navigation en pirogue et les dominicains s’en écartèrent donc, afin de tracer un chemin direct vers le haut Bobonaza, seule rivière coulant vers l’est dont le cours fut navigable quasiment depuis sa source.

4La route actuelle suit l’ancien chemin des missionnaires, du moins jusqu’à la ville de Puyo où elle s’interrompt définitivement. Située à presque 1 000 m d’altitude, c’est-à-dire aux confins de l’hylea et de la montaña, Puyo est la capitale de la province de Pastaza et le centre florissant d’un important commerce de traite au débouché de l’hinterland amazonien. Cette grosse bourgade où dominent encore les maisons de bois est aussi devenue, depuis une trentaine d’années, le foyer d’un important mouvement de colonisation spontanée en provenance de la Sierra de l’Équateur. Fondée sur l’élevage extensif, la frontière de colonisation prend la forme d’un front continu de défrichement qui tend à repousser progressivement vers l’est les populations quichua de la forêt (Indiens Canelos ou sacha runa) qui, au cours de la première moitié du siècle, s’étaient installées dans la région de Puyo, jusqu’alors occupée exclusivement par des Jivaro.

5S’il poursuit sa route à pied vers Canelos par l’ancien chemin des dominicains, le voyageur finit par dépasser les zones de pâturage, pour s’enfoncer progressivement dans une mer de petites collines arrondies couvertes d’une épaisse forêt. Sa progression vers l’orient l’amène maintenant dans une région typique de l’interfluve du haut bassin de l’Amazone. À cette altitude (entre 500 m et 600 m), la température n’est jamais excessive, mais le relief accidenté rend la marche pénible, d’autant que le chemin est interrompu par une multitude de petits cours d’eau qu’il faut franchir à gué. Le sentier débouche finalement sur la mission de Canelos, établie sur une large esplanade dominant le cours paisible du Bobonaza. C’est le nom même du poste missionnaire – dont la localisation exacte a varié avec les siècles – qui a fini par désigner les Indiens Quichua qui vivent alentour. Les dominicains avaient en effet baptisé leur mission du nom de Canelos en référence à un arbre extrêmement courant dans la région (Nectandra cinnamonoides, en quichua : ishpingu), dont la fleur séchée offre une saveur identique à celle de l’écorce de cannelle.

6À partir de Canelos, le Bobonaza est aisément navigable et il sert de voie de communication principale aux Indiens Quichua qui peuplent ses rives jusqu’en aval de la mission de Montalvo. En dépit de multiples méandres qui forment parfois des boucles quasi complètes et rendent ainsi sa descente interminable, la rivière est dépourvue de rapides et de tourbillons dangereux. C’est par le Bobonaza que, dès la deuxième moitié du xviie siècle, fut établi un contact très épisodique entre la région de Canelos et le cours moyen du Pastaza où les jésuites de Maynas avaient établi quelques réductions. Au-delà de ces réductions, le raccourci du Bobonaza permettait d’accéder au bassin du Marañon – alors sous juridiction de l’Audience de Quito – et donc au réseau hydrographique de l’Amazone. Jusqu’à la fin du xviiie siècle, toutefois, la navigation du Bobonaza fut réservée à une poignée de missionnaires jésuites et dominicains particulièrement audacieux, parfois accompagnés d’une escorte civile ou militaire.

7La région du Bobonaza fut relativement épargnée par le boom du caoutchouc qui, dans la deuxième moitié du xixe siècle, dévasta les populations indigènes du haut Amazone. Le foyer extractif était situé au nord et au nord-est du Bobonaza, dans la zone du Curaray et du Villano. Les Indiens Zaparo, qui occupaient alors cette région, subirent de plein fouet les horreurs du travail forcé et furent presque complètement détruits. À cette époque, et en dehors des missionnaires dominicains, le Bobonaza n’était parcouru que par quelques marchands colporteurs (regatones) qui pratiquaient le commerce de traite avec les Indiens Canelos. Durant cette période, le Bobonaza est aussi utilisé épisodiquement par des soldats équatoriens venant relever les maigres postes frontaliers du Pastaza accablés par la malaria. Mais la juridiction nominale de l’Équateur sur ces territoires lointains et si difficiles d’accès était particulièrement malaisée à maintenir. Les Péruviens, en revanche, contrôlaient le réseau fluvial du Marañon et pénétraient régulièrement par des rivières accessibles aux petits vapeurs (Santiago, Morona, Pastaza et Tigre) dans ces territoires situés au nord du Marañon, sur lesquels la souveraineté nationale de l’Équateur n’avait pas les moyens de se faire respecter.

8En 1941, ce grignotage progressif aboutit à une guerre ouverte entre les deux pays, qui permit au Pérou d’annexer une grande portion de l’Amazonie équatorienne qu’il avait déjà en partie infiltrée auparavant. Le fait accompli est entériné par le protocole de Rio de Janeiro de 1942, qui déplace la limite frontalière entre les deux pays d’environ trois cents kilomètres au nord et au nord-ouest du Marañon. Bien qu’ultérieurement déclaré non valide par l’Équateur, le protocole de Rio de Janeiro a néanmoins institué une frontière effective, matérialisée par une série de détachements militaires des deux puissances sur les fleuves principaux. La frontière vient maintenant interrompre tout passage officiel sur le Pastaza après sa jonction avec le Bobonaza ; l’ancien accès direct au Marañon par le Bobonaza et le Pastaza est donc pour l’heure fermé par un obstacle politique. Cet obstacle est apparemment sérieux et ne semble pas prêt de devoir être levé, si l’on en juge par les escarmouches qui opposent régulièrement les forces armées des deux pays sur leurs frontières amazoniennes respectives.

9Depuis la fin du xixe siècle jusqu’à la Deuxième Guerre mondiale, le cours du Bobonaza est aussi parcouru par quelques explorateurs, naturalistes et ethnographes, certains poursuivant leur route jusqu’au Marañon par le Pastaza. Il existe plusieurs descriptions imagées de ces voyages en pirogue, notamment dans les récits de l’abbé Pierre (1889 : 19-154), de Bertrand Flornoy (1953) et de Rafael Karsten (1935 : 21-47). Aucun d’entre eux ne s’aventure toutefois dans la région bordée par la rive sud du Bobonaza, qui demeure une terra incognita jusque vers la fin des années soixante. S’il était tenté par l’aventure, notre voyageur pourrait donc poursuivre sa route depuis Canelos en choisissant un autre itinéraire que celui adopté par ses prédécesseurs. Plutôt que de descendre le Bobonaza jusqu’à sa jonction avec le Pastaza, il abandonnerait sa pirogue sur la berge après deux jours de navigation et il s’enfoncerait directement dans la forêt vers le sud. II atteindrait alors un plateau couvert d’une jungle épaisse et entaillé par de nombreuses petites rivières aux eaux claires, encaissées dans des vallons étroits. Après quatre jours d’une marche rendue difficile par une succession de montées et de descentes escarpées, il déboucherait sur la plaine alluviale du Pastaza, très en amont de sa confluence avec le Bobonaza. Dévalant un rebord abrupt d’une trentaine de mètres, notre voyageur découvrirait brusquement un paysage entièrement différent de celui qu’il avait traversé auparavant.

10Les raidillons de la forêt interfluviale sont ici remplacés par les bras du fleuve, qui forment un réseau de petites avenues tapissées de galets où se promènent paisiblement des aigrettes blanches. D’impénétrables bosquets de bambous géants se déploient en muraille à la lisière des plages de sable noir. La progression est parfois ralentie par de grands marécages qu’il faut traverser en pataugeant dans une eau noire et stagnante. Ces dépressions inondées en permanence sont presque uniformément recouvertes d’une végétation tout à fait singulière : les colonies de palmiers Mauritia flexuosa, diversement appelés aguaje dans le haut Amazone et moriche au Venezuela. Par dérivation, ces marécages peuplés de palmiers sont connus en espagnol sous le nom d’aguajal ou de morichal ; ils constituent un biotope typique des régions riveraines et des deltas du bassin de l’Amazone et de l’Orénoque. Sur de petites éminences bordant les marécages et sur les terrasses du fleuve, notre voyageur apercevra çà et là de grandes maisons ovales entourées de jardins de manioc. S’il sait que les Jivaro appellent achu le palmier des marais, il comprendra pourquoi ces Indiens des aguajales se dénomment achu shuar, « les gens du palmier aguaje », ou plus couramment et par contraction, achuar.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search