Version classiqueVersion mobile

Profession : policier. Sexe : féminin

 | 
Geneviève Pruvost

4. La virilité à l’honneur

Texte intégral

1L’émergence d’un modèle professionnel de type unisexe a permis de diversifier les rapports au métier, mais il n’a pas érodé la légitimité du modèle viril, considéré comme inhérent au « sale boulot ». Ce modèle est, certes, plus ou moins agissant selon les brigades et selon le taux de féminisation des brigades (très élevé à Paris où des groupes de « filles » se créent, assez bas dans les petites villes de province où les femmes sont disséminées). Il n’en reste pas moins assez stable dans son contenu. Un policier professionnel doit pouvoir répondre à la violence par la force et/ ou une patiente endurance qui met un terme au cycle de la violence, à l’avantage des représentants de la loi. En conséquence, les stéréotypes de fragilité, d’émotion et d’indisponibilité doivent faire l’objet d’une mise à distance. 11 s’agit de lutter « contre les effets pathogènes de la peur dans les situations de travail » (Dejours 1997 : 157) par une stratégie collective de défense, qui permet de rendre tolérable l’exercice du « sale boulot ». Sont dès lors convoqués deux éléments typiques de la virilité : « force, courage, la capacité à se battre » (Molinier & Welzer-Lang 2000 : 71) et disqualification du féminin. L’exercice de la virilité, sous ses deux aspects, est élevé au rang de compétence. Les femmes policiers, loin de rejeter ce modèle de virilité défensive, l’ont pour la plupart incorporé. Comme les hommes, les femmes stigmatisent les policiers des deux sexes qui ne font pas la démonstration de l’un ou l’autre de ces traits typiquement virils. Rien d’uniforme, cependant, dans ces opérations de virilisation. Rares sont les femmes (et les hommes) qui totalisent l’ensemble de ces attributs et qui les mobilisent tout au long de leur carrière. Le processus de virilisation des femmes sera étudié à partir de deux moments distincts : la situation de travail proprement dite et les situations hors travail ou en marge (les coulisses de la profession). Dans les deux cas, l’absence d’expression virile est considérée comme une faute professionnelle. L’excès de virilité est à l’inverse considéré avec plus de clémence.

Le travail de virilisation

2Certaines qualités viriles sont jugées indispensables pour être un « vrai policier ». Il importe de les répertorier en partant des plus légitimes aux plus illégitimes afin de dresser la carte du tolérable et de l’intolérable en matière de virilisation professionnelle, et de mettre en évidence un aspect définitoire de la compétence policière, à savoir l’aptitude à infliger à autrui et à endurer soi-même différentes formes de violence.

La mise à l’épreuve

3L’obligation de faire corps en intervention conduit les policiers à assigner à la notion de confiance une place décisive dans la répartition du travail — une confiance nécessairement plus élevée que celle que s’accordent les enseignants d’un même établissement (un enseignant non respecté par ses élèves n’empêche pas les autres enseignants d’être maîtres de leur classe). Cette grande interdépendance des policiers entre eux s’accompagne d’une méfiance envers les nouveaux venus : sauront-ils faire face à l’action en urgence, au sale boulot, aux contraintes de la hiérarchie, aux servitudes ? Les femmes, même lorsqu’elles sont entrées par cooptation, sont sujettes à caution. Elles ne bénéficient pas du même préjugé positif de compétence que leurs homologues masculins. En attendant d’être confrontés à la personne réelle, les fonctionnaires se livrent à une anticipation négative de l’« identité virtuelle » (Goffman 1975) de la nouvelle arrivante sur le mode de la défiance.

4Ces mises à l’épreuve ne sont pas des bizutages ritualisés et concertés. Elles demeurent informelles et très variables selon les équipes et selon les services. D’après les témoignages, quelques constantes se dégagent : les unités où la rotation du personnel est assez faible (les petites villes de province, certaines unités d’élite) proposent des tests plus longs et plus vigoureux. Les brigades qui ne disposent d’aucune expérience préalable de la mixité tentent en outre d’imposer une forme de ségrégation des tâches ou d’imposer aux pionnières la domination des hommes sur l’organisation du travail, surtout lorsqu’elles sont faiblement gradées. C’est le cas de Mme Brigadou, arrivant dans une petite ville de province, où avant elle, une seule femme avait été affectée. Alors gardien de la paix, elle est testée pendant trois mois par son supérieur hiérarchique et ses collègues.

Le commissaire principal était content de recevoir une femme enquêteur. Quand il m’a vue, il s’est énervé. Il ne voulait pas un gardien de la paix. « Qu’est-ce que je vais faire de vous ? » J’ai loupé le coche. En brigade, j’ai dit. À l’accueil, il voulait me mettre, je n’ai pas voulu. Il m’a dit : « Je vais vous mettre à la radio. » Je n’ai pas voulu. Ce qu’il fait, c’est qu’il a cassé toutes les brigades et il a formé pour moi une brigade sérieuse. Les collègues avaient été changés de brigade, j’étais la deuxième femme qui arrivait. Les policiers m’ont mal reçue, plutôt mal. Je prends mon boulot, je sors avec eux [...] Mon brigadier me dit : « Tu n’as pas le droit de sortir sur ordre du commissaire principal. » Je me suis assise dans la voiture, j’ai dit : « Dégage-moi si tu ne veux pas que je sorte. » « Je suis allée voir le commissaire principal : « J’ai la même paye que les autres gardiens. » Du coup, le brigadier devait sortir systématiquement avec moi. Ça a jasé. Sa femme a été avisée par un coup de fil anonyme. Je suis sortie un soir avec une autre patrouille. J’ai mis trois mois à travailler normalement. Je devais sortir, mais pas conduire. Puis on m’a reproché de ne pas faire assez de procédures. Les collègues m’ont testée. Ils m’ont laissée changer la roue. Un camionneur s’est arrêté. Il m’a dit : je peux vous aider. J’ai dit : non. Mes collègues me testent (Mme Brigadou, brigadier, dfpn, 40 ans).

5Dans ce cas, la meilleure manière de s’intégrer est de jouer le jeu en prenant patience. C’est ce que fit Mme Brigadou. Les femmes réussissent également à s’imposer quand elles font la démonstration de leur aptitude à faire face à une intervention jugée violente ou dangereuse. Ces actes de bravoure font directement passer les femmes du statut d’apprentie fragile à celui de policier reconnu pour son professionnalisme.

J’étais la seule fille du groupe, c’est pour ça. Il y avait d’autres femmes gardiens de la paix dans d’autres groupes. Il n’y avait pas de solidarité féminine, pas du tout. J’ai dû faire mes preuves. On est tombés dans la rue sur un gars bourré, vulgaire, je n’osais rien dire et on était deux filles en police secours à l’arrière. Le mec était soûl. Il avait des propos vulgaires, concernant mon chef de bord. La collègue titulaire, elle a commencé à s’emmêler et le gars, il l’a regardée bizarrement, on avait dû le conduire à l’hôpital, il a craché un mollard à ma collègue, je ne craquais pas. Je ne sais pas ce qui m’a pris. Je l’ai claqué contre le mur. [...] Et après, ils ne m’en ont plus voulu, j’avais fait mes preuves (Mme Gardamar, gardien de la paix, sp, 34 ans).

6Les femmes sont également attendues sur leur qualités diplomatiques : elles doivent veiller à ne pas rompre d’un coup les stéréotypes de sexe pour s’imposer progressivement. Lors de sa première affectation, Mme Gardag accepte ainsi d’accomplir également davantage de travail administratif que ses coéquipiers, du moins au début (à la différence d’une collègue qui sera rejetée). Elle veille dans le même temps à ne pas rester confinée à l’intérieur du commissariat, et à sortir sur la voie publique pour toutes les opérations réputées difficiles (cadavre, mauvais temps). En bref, elle s’emploie à effectuer quelques tâches typiquement féminines et à prouver dans le même temps qu’elle est aussi polyvalente qu’un homme. Cette stratégie de cumul fut payante : elle réussit à être intégrée au point de ne plus considérer rétro-spectivement qu’elle a été testée en tant que femme, mais en tant que néophyte.

Je suis arrivée un week-end, j’ai été reçue par mon chef de brigade. J’ai été mise à l’épreuve, je me suis retrouvée dans une brigade de huit, j’étais la seule femme. C’était une mise à l’épreuve, c’était le terme. Au début, c’était convivial [ironie]. On arrivait, il y avait un accident, il faisait froid, il fallait laisser l’aspect féminin et épouser le métier de flic, que vous ayez vos règles ou pas. C’était à toi de sortir en patrouille. Moi, j’avais vite compris. Vous allez sur un macchabée, il ne fallait pas faire la nunuche. Il ne fallait pas faire voir qu’on ne voulait pas y aller. Vous ne pouvez pas vous permettre de dire qu’on est fatiguée, ça a duré trois ans comme ça. Une fois que les hommes vous acceptent, ils vous acceptent vraiment. C’est pour ça que j’aime bien travailler avec les hommes. J’ai mis deux ans à gagner leur confiance. Il y a une collègue féminine qui n’a pas du tout été acceptée par les collègues masculins. Elle a été obligée de muter. Ils lui avaient fait la vie infernale. Elle faisait trop le genre : le jour où j’ai mes règles... Il fait trop froid. Elle voulait rester au poste. C’était une collègue très gentille, mais au niveau boulot... Quand il y avait un rapport à taper, moi, instinctivement, je me mettais à la machine, elle voulait que ce soit chacun son tour. Vous arrivez, vous ne jouez pas à ce jeu. Il faut entrer tout doucement, sans faire de bruit et après, si vous voulez faire valoir votre façon de travailler, c’est comme ça dans n’importe quel service, qu’on soit homme ou femme, il faut s’adapter. J’y suis restée longtemps (Mme Gardag, gardien de la paix, rg, 41 ans, alors en sp).

  • 1 J’ai personnellement expérimenté cette différence de traitement avec les membres extérieurs à la p (...)

7Comme le signalent la plupart des récits, une fois la mise à l’épreuve réussie, la confiance installée, les femmes ne sont plus piégées par leurs collègues, du moins dans leur équipe1. Elles peuvent travailler à leur façon, baisser la garde et inverser les rôles. Les femmes jugées aptes se trouvent alors dans la position de tester les nouveaux membres, et plus particulièrement les nouvelles arrivantes. Ayant réussi à s’imposer comme « professionnelles » à part entière, elles attendent de leurs congénères une résistance comparable à la leur. La solidarité féminine est par conséquent assez réduite. En prenant la défense des autres femmes, elles prendraient le risque d’être associées à une catégorie qu’elles s’emploient précisément à faire oublier. Les récits cités portent du reste la trace de cette occultation : les femmes qui ont réussi leur initiation ne qualifient pas les collègues qui leur ont mené la vie dure de « misogynes ». Elles finissent même par ignorer leur appartenance de sexe pour ne s’intéresser qu’à leur statut d’apprenti et à leurs compétences. Seuls les hommes qui n’ont pas révisé leur jugement méritent un tel qualificatif. Rétrospectivement, les épreuves qui leur ont été infligées sont considérées avec humour et parfois même avec tendresse. La conversion de certains hommes est en effet si spectaculaire que les femmes ne manquent pas de signaler l’amitié qu’elles ont nouée avec ces collègues qui leur étaient au départ hostiles.

8Une fois cette période de tests passée, les femmes continuent d’être surveillées de près. On s’attend à ce qu’elles soient davantage malades, plus souvent absentes, notamment lorsqu’elles ont des enfants. Pour parer à cet autre stéréotype de sexe, certaines femmes policiers font la démonstration de leur sérieux par un surcroît de présence. Cette forte obligation de présence est à resituer plus largement dans le cadre d’une obligation d’excellence. Les femmes commandants et commissaires interrogées sont particulièrement vigilantes sur ce point : un policier sérieux ne doit pas « compter ses heures », disent-elles. De leur point de vue, il est inadmissible qu’un fonctionnaire puisse faire passer ses intérêts familiaux avant l’intérêt du service. Elles sont d’autant plus dures avec les femmes qu’elles ont l’obligation d’être irréprochables.

Une fois, une femme m’avait demandé des aménagements horaires pour aller chercher son fils plus tôt. On ne peut pas en tant que chef de service rentrer dans ce jeu. On n’en sort plus. Une femme me l’a reproché. Elle m’a dit que j’étais dure pour une femme. J’ai dit : « Je ne veux pas de favoritisme. » On ne peut pas justifier ça. Si on accorde des facilités à certaines, c’est difficile de le refuser à d’autres [...] Les femmes doivent faire d’autant plus attention. On ne leur pardonne rien (Mme Comidul, commissaire divisionnaire, PJ, 51 ans).

9En cas de faux pas, les stéréotypes de sexe qu’elles avaient réussi à reléguer au second plan sont en effet immédiatement pris comme des arguments à charge. Même si, avec l’ancienneté, la mise à l’épreuve s’atténue et ne se présente plus sous un jour aussi visible, les femmes témoignent de l’implicite obligation d’en faire toujours plus que les hommes pour être reconnues comme des policiers à part entière. Inversement, les mises à l’épreuve, récurrentes dans les récits féminins, sont très rares dans les récits masculins - preuve que ces tests visent principalement les femmes, et non seulement leur statut de néophyte ou de nouvelle dans le service. Toutes les femmes n’usent cependant pas des mêmes qualificatifs pour désigner cette expérience commune : une partie d’entre elles objective la misogynie et la dénonce comme telle (elles sont minoritaires), une autre partie (la majorité) considère ces épisodes de tests comme des épisodes anecdotiques. La méthode du récit rétrospectif est pour partie cause de cette tendance à l’héroïsation, mais pas seulement : au moment même où elles sont testées, les femmes se doivent d’adopter une posture combative. Pour éviter de considérer ces mises à l’épreuve comme un harcèlement proprement sexiste, elles sont obligées de reléguer ces événements au rang de péripéties ou de les convertir en défi légitime (il s’agit d’un métier d’homme). Certains récits portent la trace de cette invisibilisation du sexisme proprement dit et de l’ampleur du travail d’incorporation réalisé : certaines femmes disent ne pas avoir été testées en tant que femmes, mais en tant que nouvelles recrues, et ne s ‘ étendent pas plus avant sur la récurrence de ce phénomène - qu’elles constatent pourtant à chaque nouvelle prise de poste.

De fortes femmes2

  • 2 Ce chapitre a donné lieu à un article qui reprend partiellement certains points, en développe d’au (...)

10Ces mises à l’épreuve continuelles visent à vérifier que ces femmes recrutées, toujours suspectées d’être conformes aux stéréotypes de leur sexe, sont capables de « muter » en devenant des policiers d’un autre genre : des policiers virils de sexe féminin. Il est ainsi attendu qu’elles accomplissent un double travail de transformation : elles doivent se relâcher par rapport aux normes en vigueur de la féminité bourgeoise en n’hésitant pas à faire preuve de violence et de vulgarité, par exemple. Dans le même temps, elles doivent se contraindre en évitant les débordements sexuels et en mettant à distance le modèle de la féminité compassionnelle. Toutes les femmes ne vivent pas ces opérations de « décontrôle contrôlé » (Elias 1994) comme une conquête ou comme un travail perpétuel sur soi. Au moment de l’observation ou du récit, les normes viriles ont en général déjà été partiellement incorporées : elles ont été socialisées soit par leur famille ou par leurs activités sportives et professionnelles antérieures, soit par la formation. Les femmes savent qu’elles doivent composer avec les hommes (et les femmes) qui superposent le métier policier avec un genre unique (la virilité). Pour apparaître comme une bonne professionnelle, certaines qualités sont néanmoins jugées plus indispensables que d’autres. On les classera selon l’ordre d’importance suivant : des plus impératives (exigées de toutes les femmes) aux moins attendues (réservées aux femmes d’exception).

11À toutes les femmes, il est tout d’abord demandé de ne pas susciter le désir masculin (l’inverse n’est pas vrai). Les aventures sexuelles ou amoureuses sont en effet jugées tout à fait néfastes à la bonne marche du service. Comme une grande partie de l’activité du policier de terrain échappe au contrôle direct de la hiérarchie, il importe de limiter les tentations d’abandon de poste et de relâchement de l’activité. La virilisation des femmes est dès lors considérée par l’encadrement policier comme un avantage certain. Les femmes garçons manques (du moins au grade de gardien de paix et dans les unités opérationnelles) sont supposées moins attirantes. La préservation d’une homosociabilité, avec le recrutement de femmes masculines ou de type androgyne, constitue par conséquent une garantie de sérieux. Inversement, les femmes trop féminines et qui aspirent à aller sur le terrain peuvent être mal considérées : « J’ai fait un stage de quinze jours dans une brigade criminelle, mais la commissaire m’a dit : "Vous êtes très bien, compétente, mais vous êtes femme et féminine et il vaut mieux être masculine pour entrer en pj. Si on commence à avoir des cheveux longs..." » (Mme Garlieutu, lieutenant, SP, 34 ans).

12La féminité physique ne pose pas seulement un problème de gestion du désir masculin. Elle est considérée comme un obstacle pratique à l’accomplissement du travail de terrain : cheveux longs et boucles d’oreilles constituent autant de prises susceptibles d’être arrachées au cours d’interventions violentes. Les femmes sont ainsi particulièrement observées quant à leur tenue. C’est au grade de gardien de la paix (et plus généralement dans les postes où l’uniforme est obligatoire) que la métamorphose, déjà amorcée en école de police, s’accélère : les cheveux se raccourcissent, les signes distinctifs de la féminité disparaissent. Les femmes apprennent très vite que pour apparaître professionnelle, il vaut mieux éviter d’être qualifiée de « Barbie » ou de « secrétaire ». Tels sont les surnoms disqualifiants donnés à l’une des gardiennes de la paix du commissariat Oméga, qui n’hésite pas à exhiber sa féminité (fond de teint, rouge à lèvres discret, ongles faits, cheveux longs). Les ongles vernis (souvent longs) sont tout particulièrement érigés en symbole d’une coquetterie déplacée : une « bonne » gardienne de la paix ne doit pas veiller à la beauté de ses mains. Elle doit pouvoir courir, sauter, monter sur un obstacle. Les femmes ont théoriquement le droit de porter une jupe culotte, mais elles optent très majoritairement pour le pantalon, jugé plus pratique, mais aussi plus proche de l’uniforme masculin.

13L’absence de signes de féminité est encore plus appréciée quand elle s’accompagne d’une stature physique proche des standards de taille et de poids masculins. Les « mastodontes », pour reprendre l’expression de M. Garduc (gardien de la paix, SP, 43 ans), bénéficient d’un préjugé de compétence. Une partie du travail des gardiens de la paix consiste en effet à impressionner le public. L’uniforme, la possession d’une arme, d’une matraque et de menottes permettent, certes, de dresser une première barrière entre les policiers et les non-policiers, mais il est très officiellement reconnu que la stature et la corpulence sont des atouts de poids. En témoignent les limites drastiques de corpulence dans les arrêtés de concours. Il est préférable d’être plus grand et plus fort que la moyenne prescrite, y compris pour les hommes. M. Gardor ne cache pas les difficultés que lui pose son petit gabarit dans certaines interventions. Quand il patrouille avec une fille encore plus petite que lui, il ne s’estime pas en sécurité : « Parfois, quand tu es avec une fille en patrouille, c’est limite au niveau physique. Moi, je ne suis pas musclé. On n’impressionne pas. Donc, on laisse tomber. Ils sont trop nombreux. Même des fois, on est deux gars, on laisse tomber à cause du nombre. Si c’est une fille, ils ne sont pas impressionnés. C’est le problème. S’ils font venir la force, il faut faire le poids. Il y a des mecs qui ne se laissent pas interpeller » (M. Gardor, gardien de la paix, sp, 30 ans).

14En bref, les policiers massifs à la musculature visible disposent de qualités physiques recherchées pour les missions de voie publique. Leur seule présence crée un effet dissuasif en cas de conflit, qui peut suffire à différer ou rendre inutile l’usage de la force. Les femmes grandes et massives sont certes auréolées d’un moindre prestige que leurs homologues masculins, mais elles imposent le respect de leurs collègues. Ces fortes femmes (à partir du moment où elles n’entrent pas dans la catégorie des « grosses ») échappent en partie au préjugé d’infériorité physique inhérent à leur sexe. Leur corps constitue un capital professionnel, valorisé en tant que tel, susceptible de détrôner la suprématie supposée de la force masculine, tout au moins de lui faire concurrence.

Il y a des hommes qui n’ont pas de force physique, attention, c’est un problème de taille, de goût, et de force physique. Il y a une fille, si vous voulez, on pourra vous la présenter, elle fait 1,85 m, 90 kg, elle fait tous les arts martiaux, c’est sûr qu’elle est mieux là qu’un garçon tout maigre, tout fluet. Ce n’est pas une question de sexe, mais de morphologie. Je pense que notre tennisman française, dans la police, elle serait très bien (Mme Commandora. commandante, sp, 49 ans).

  • 3 En 1986, une enquête révélait que les femmes commissaires étaient en moyenne absentes sept jours p (...)

15Sans atteindre des proportions spectaculaires, un bon niveau sportif et une bonne forme physique constituent autant d’atouts valorisés dans cette profession physique, et les femmes, plus attentives à leur santé, peuvent apparaître à cet égard comme un effectif précieux. Elles remplacent avantageusement les hommes défaillants, à la mobilité réduite par la consommation d’alcool ou le surpoids. « On est plus gagnant d’avoir une femme qui prend quatre mois de congé de maternité que celui qui prend des tickets maladie » (Mme Comipoi, commissaire principale, SP, 49 ans). L’enquête sociodémographique corrobore ce point de vue : 61 % des femmes n’ont eu aucun problème de santé durant leur carrière contre seulement 53 % des hommes. Quelques femmes vont jusqu’à battre en brèche le préjugé d’absentéisme qui les touche, en soulignant que les congés pris par les hommes cardiaques, alcooliques et dépressifs sont équivalents ou supérieurs à leur congé de maternité3.

16Le souci d’arborer une excellente santé peut aller jusqu’au déni de la grossesse, alors présentée comme un non-événement. Cette entreprise d’occultation des conséquences physiques de la maternité concerne principalement les commissaires et les femmes officiers : travaillant en civil et n’étant pas soumises au travail de voie publique, elles peuvent donner l’impression à leurs collègues et à leurs subordonnés que la maternité ne pèse d’aucun poids dans l’exercice de leur travail. Elles prennent alors au mot la formule maintes fois répétée à tous les échelons de la hiérarchie - et qu’elles n’ont pas manqué de répéter aux gardiennes de la paix enceintes sous leurs ordres : « Ce n’est pas une maladie. » Une partie des femmes officiers et commissaires mettent ainsi un point d’honneur à faire leurs permanences de nuit jusqu’au bout, sans réclamer de régime de faveur et en prenant le minimum de congé de maternité. Cette sous-estimation volontaire des effets de la grossesse n’est pas sans difficulté. Les femmes se trouvent parfois prises au piège de leur propre discrétion. C’est le cas de Mme Adencapella, qui se trouve en quelque sorte victime d’une réputation de résistance qu’elle a elle-même contribué à entretenir.

Quand je suis tombée enceinte, j’avais tant l’impression d’être en faute que je n’en ai pas parlé au patron qui m’a envoyé un Post-it sur mon papier administratif. Je me suis excusée. J’avais attendu que ça se voie vraiment pour le rendre officiel. J’ai fait des permanences jusqu’à six mois de grossesse, alors que j’avais déjà perdu un bébé. Je me suis trouvée trois fois de permanence en semaine, j’ai fait 350 km, j’ai quémandé une permutation. Le patron aurait pu comprendre. Le jour de Noël, j’étais de permanence, j’ai été appelée, j’arrive avec ma valise. Je dis : c’est la permanence PJ. Personne ne m’a dit : ne la prends pas, ta permanence. Personne ne me l’a dit. Je ne voulais pas non plus qu’on pense que je travaillais moins parce que j’étais enceinte. J’avais eu une grossesse formidable (Mme Adencapella, capitaine, pj. 48 ans, 3e grossesse).

17Ces maternités magnifiquement discrètes révèlent un fantasme de négation de la différence des sexes. Ces « battantes » entendent prouver que la maternité ne change ni le corps ni l’esprit.

18Dans le prolongement de la maternité endurante, il faut inscrire la force de caractère, autre qualité virile reconnue dans la profession. Le sens de la répartie, la ténacité auprès des mis en cause, la résistance (travailler par exemple douze heures d’affilée sans signes de fatigue), la prise de risque constituent autant de qualités appréciées, qui mettent les femmes au même niveau que les hommes.

C’est à nous de nous imposer. J’ai dit : je suis capable de tout faire. Je n’aime pas me faire marcher sur les pieds. Il ne faut pas être timide. Il faut avoir une grande gueule. Il faut s’imposer, comme un mec. J’ai toujours eu une grande gueule. Ça m’a renforcée. Il faut parler comme les mecs. Il faut plus que les femmes s’adaptent aux hommes que l’inverse. Moi, je suis comme ça, je n’ai jamais eu de problème de relations. Je le dis directement en face. Je ne me plains jamais. Je ne suis pas embêtée. Au contraire, ils viennent t’aider. Il faut s’imposer dès le départ. On se fait vite marcher dessus quand on est timide (Mlle Gardel, gardien de la paix, SP, 32 ans, 1993).

19Le maniement du parler vrai ou du parler indigène policier peut aider dans cette entreprise d’affirmation de soi. Celles qui ne craignent pas de tenir et d’entendre des propos vulgaires présentent un avantage certain, en termes d’intégration professionnelle : les policiers hommes, adeptes du relâchement verbal et physiologique, n’ont pas à contrôler leur niveau de langue en intervention ou pendant les pauses. « Au niveau attitude, par rapport aux garçons, on a deux fois plus de travail. Un garçon arrive dans un service, on attend un fonctionnaire. Une fille arrive, on attend une femme, on veut savoir si elle est mignonne, si c’est quelqu’un avec qui on peut discuter, qui ne s’offusque pas des blagues salaces, ou quand quelqu’un pète dans la voiture, et qui blague aussi » (Mme Brigadou, brigadier, dfpn, 40 ans).

  • 4 L’enquête sociodémographique confirme les observations. En voici les principaux résultats : les fe (...)

20Autre preuve d’affiliation au modèle viril, certaines femmes rejettent la dimension sociale du métier. En cela, elles suivent la tendance prônée par les policiers adeptes de la méthode forte : pour une partie des policiers, la « vraie » police, c’est la police du « coup de poing » et non celle du secours, plus couramment qualifiée, dans la profession, de « sociale ». Cette formule fréquemment invoquée par les policiers est éloquente : « Ici, il y a marqué police, pas assistante sociale. » Certaines femmes, prenant à revers les stéréotypes d’empathie qui leur sont assignés, revendiquent leur absence d’inclination pour les missions de prévention et de secours. Mlle Gardel n’hésite pas à admettre son incompétence en matière de différend familial et laisse à son collègue le soin de négocier : « Ici, j’ai un collègue plus à même de faire du social que moi. Moi, discuter, ce n’est pas mon truc. Moi, je crie plus un bon coup pour séparer tout le monde, lui, il est à discuter. C’est une question de caractère » (Mlle Gardel, gardien de la paix, SP, 32 ans). Ce rejet du « social » peut s’accompagner d’une certaine dureté idéologique à l’égard des causes de l’insécurité. Au commissariat Oméga, on n’a pas observé de différences d’appréciation entre les hommes et les femmes sur la présence de Jean-Marie Le Pen au second tour de l’élection présidentielle de 2002. Les femmes comme les hommes, exceptionnellement sortis de leur réserve habituelle, se sont livrés au même type de commentaires désenchantés et fatalistes sur la montée de l’insécurité, les effets néfastes de l’immigration et la nécessité d’augmenter le caractère répressif de l’appareil policier et judiciaire. De telles prises de position n’ont rien de surprenant : si les femmes, en plus d’être minoritaires, tiennent des propos politiquement trop marqués en faveur d’une police préventive, elles mettent en péril leur intégration à la profession et prennent le risque d’être affublées du titre honni d’« assistante sociale »4.

21La virilité traditionnelle se définit enfin par la démonstration de vertus guerrières. Certaines femmes savent en effet s’imposer auprès de leurs collègues et du public par leur force de frappe. La démonstration de force constitue un « turning point » (Hughes 1996) dans les carrières des jeunes femmes, fraîchement débarquées de l’école, permettant d’accélérer leur intégration et d’asseoir leur réputation dans le service. Le bon accueil que les policiers réservent aux femmes qui font preuve de courage physique sur la voie publique révèle que l’usage de force par les femmes n’est pas un tabou, y compris quand elles agissent à mains nues. « Des femmes qui frappaient des mis en cause, j’en ai vu quelques-unes, c’était des femmes officiers. Elles étaient très robustes physiquement. Je ne sais pas s’il faut en tirer une leçon. Ça ne choquait pas leurs collègues. Moi, ça ne me choquait pas » (M. Lieutef, lieutenant, pj, 29 ans). La violence, quand elle est employée à bon escient et contrôlée (autrement dit convertie en force publique), constitue une qualité professionnelle très reconnue dans la police - dans la mesure où les femmes n’outrepassent pas les limites autorisées par le groupe (ces limites variant d’un groupe policier à l’autre). C’est le cas de Mme Commandil qui raconte qu’elle n’a pas hésité à gifler un proxénète qui refusait de lui donner son nom.

J’ai eu l’occasion de sortir mon arme comme j’ai eu l’occasion de mettre ma main sur la figure de certaines personnes. Je n’ai aucune honte. Il y a certains individus qui ne comprennent que ce type de relations. Il faut parler aussi du sexisme des délinquants. J’ai un julot casse-croûte [petit proxénète] que j’interroge. Il est en face de moi, il ne me répond pas. Je lui demande trois fois son nom. Je ne vous précise pas l’origine du monsieur. Je lui en ai viré une, comme j’avais une bague, il a saigné. Il a dit qu’il déposerait plainte. Je lui ai dit : « Vous prenez vos responsabilités, moi, les miennes. » Mes collègues n’ont rien dit. Ils auraient fait pareil (commandant, dfpn, 50 ans).

22L’aptitude des femmes à faire preuve de violence physique est particulièrement importante dans certaines brigades, notamment aux Stupéfiants. La virulence et la force des toxicomanes peuvent être décuplées par la drogue et il faut pouvoir les neutraliser.

23Cette démonstration de force s’accompagne de la capacité symétrique à endurer les coups. Les femmes (comme les hommes) sont sommées de ne pas réclamer des ITT (interruptions temporaires de travail) à la moindre égratignure. Dans les récits, cet impératif professionnel se traduit par une nette tendance à euphémiser les actes de violence dont ils/elles ont été victimes.

Je me suis pris des coups à trois reprises dans ma carrière. A Melun, on intervenait chez une femme connue pour des problèmes de stups. On intervenait, elle veut bloquer la porte, j’ai repoussé la porte, elle m’a mis un pain dans la figure parce que j’ai voulu lui prendre l’enfant. Une autre fois à Sarcelles, suite à un vol à l’arraché, j’ai eu des coups de pied, mais ce n’était pas la fin du monde (Mme Brigadam, brigadier, sp, 32 ans).

24Cette sous-estimation rhétorique de la gravité des actes provient tout d’abord de leur caractère relatif : pour un citoyen ordinaire, recevoir un coup d’un étranger ou d’une étrangère est une agression, mais pour un policier, c’est du domaine du prévisible. Si l’agression n’est pas trop forte, elle entre dans la catégorie des événements certes peu fréquents, mais banals, donc n’exigeant pas de soins particuliers (la blessure par balles a en revanche un autre statut). En considérant la violence subie comme quantité négligeable, les femmes font preuve de leur professionnalisme : elle mettent à distance le stéréotype de la femme douillette, disqualifié dans la profession, et se rallient au modèle viril de la résistance physique.

25A l’aptitude des femmes à infliger des coups et à en recevoir sans états d’âme, il faut ajouter celle de manier les armes. Même si les policiers ont globalement incorporé le principe d’une utilisation minimale de ce type d’équipement, la sortie de l’arme en cours d’intervention n’en constitue pas moins un événement fort de la carrière du policier. Les femmes sont particulièrement loquaces sur ce point. Elles sont plus conscientes que les hommes du caractère atypique de leur position : rares sont en effet les femmes qui, dans le cadre de leur profession, ont l’autorisation de porter une arme et d’en user. En entretien, elles sont par conséquent moins pudiques que les hommes (plus soucieux de ne pas être assimilés à des « fous de la gâchette »). Voici comment Mlle Lieutec raconte la seule fois où elle a sorti son arme en trois ans.

J’ai sorti mon arme, j’ai eu peur. J’étais avec la brec, c’était excitant, j’avais des crampes à l’estomac, après, j’étais toute folle, toute fière. J’ai appelé mes parents. C’était quand on a fait un flag’ de braqueurs. On les a interpellés en voiture. Ça fait peur. Mais au quotidien... aucun danger. On fait des interpellations à domicile et je n’ai jamais eu peur. Tu prends plus de risques quand tu es gardien de la paix, nous [les officiers], on limite les risques (lieutenant, pj, 29 ans).

26Mme Brigadam a pour sa part tiré dans le cadre de la légitime défense, en réponse à des tirs de gens du voyage. Elle ne cache pas sa fierté d’avoir été mêlée à un dispositif pris en charge par la brigade régionale d’enquête et de coordination (la brec) — brigade que les gardiens de la paix de police secours ont assez peu l’occasion de rencontrer. Elle ne dissimule pas son contentement d’avoir pu affronter les gens du voyage et d’avoir doublé les hommes de la brec sur leur terrain.

27Voici comment elle raconte l’aventure de cette fusillade — la seule qu’elle ait vécue en onze ans de carrière.

  • 5 Tel est le tenne policier le plus fréquemment employé pour désigner les gens du voyage.

Il y a un autre événement marquant, la seule fois où j’ai sorti mon arme et où j’ai tiré. Il y avait beaucoup de manouches5, ils cambriolaient avec des véhicules béliers. Ils étaient armés avec des fusils à pompe. On avait mis en place un dispositif. On savait qu’ils avaient des scanners radio, on changeait le nom des rues à la radio, c’était très complexe. La brec avait été mise sur l’affaire. C’est juste en dessous du raid. Ils avaient des véhicules puissants, il y a un collègue de la brec qui est venu vers moi et m’a dit : « Ça va, tu n’as pas trop peur, jeunette ? » Il y a un collègue à côté qui a dit : « Elle est fonctionnaire de police autant que toi et elle saura aussi bien traiter l’affaire. » On a été appelés par un riverain. Il y avait des manouches armés avec un fusil à pompe. Ils déchargeaient un coffre fort. Quand le manouche a vu le riverain, il a tiré sur lui. On y est allés. Quand on arrivait, les manouches partaient, on les a croisés. Ils nous ont tiré dessus. A ce moment-là, on ne se reconnaît pas. Mon collègue était devant, j’étais derrière. On était vitres ouvertes avec nos armes à tirer par la fenêtre sur le fourgon, à la limite de l’hystérie. Après, je me suis dit qu’on était fous. On n’a pas fait le poids. On s’est rendu compte au commissariat qu’il y avait des impacts de balles sur nos voitures. On ne s’est pas rendu compte qu’on avait pris des risques. Au lieu de toucher la carrosserie, ils auraient pu nous toucher. Ce sont les gendarmes qui les ont pris, pas la brec, on était contents (Mme Brigadam, Brigadier, 31 ans).

  • 6 Gardien de la paix, sp, 30 ans, travaillant à l’unité d’investigation et de recherche.

28D’une manière générale, les femmes, comme les hommes, tiennent à leur droit de posséder des armes létales. Les femmes ne prônent pas spécialement le désarmement des policiers. Faute de pouvoir tabler sur la même force physique que les hommes, elles y sont même particulièrement attachées : la possession d’une arme peut jouer une fonction de réassurance. En témoigne cet échange entre Mme Gardet, M. Brigadam et M. Gardif6 sur l’usage du fusil lance-grenade (flg). Mme Gardet vient de faire un stage pour apprendre à l’utiliser. Elle est tout d’abord scandalisée d’avoir été habilitée après seulement deux heures d’entraînement. Elle défend cependant le principe de son usage.

  • Mme Gardet : Dans la circonscription d’à côté7, ils utilisent le flg ? Pourquoi on n’en aurait pas, nous ?
  • M. Gardif : le ddsp [directeur départemental de la sécurité publique] vient de changer. C’est un nouveau et il n’aime pas les lacrymos [bombes lacrymogènes]. Donc le flg, ça m’étonnerait qu’il cautionne.
  • M. Brigadem : Le flg, ce serait une bêtise. Ça ne passerait pas du tout avec la population qu’on a.
  • Mme Gardet : Ce serait quand même plus simple pour disperser les jeunes.
  • 8 Les statistiques ne sont sexuées qu’à partir de 2000 et ne prennent en compte que la sanction pron (...)
  • 9 Sur cinq années : 1988 ; 1996-1999.
  • 10 Seule année où Cédric Moreau de Bellaing a procédé à un dépouillement des dossiers de cessation d’ (...)
  • 11 Une étude précise sur les affaires passant en conseil de discipline doit cependant être menée. Car (...)

29Conséquence logique de la pleine appropriation du droit de contrainte physique, les femmes ne sont pas exemptes de déviance. A partir du moment où elles font usage de la force, elles sont dans le même temps sujettes à l’accomplissement d’actes de violence illégaux. D’après les quelques statistiques existant sur la déviance policière8, elles sont cependant encore rares à être condamnées. Les femmes policiers déviantes occupent finalement la même position marginale que les femmes délinquantes et criminelles dans les statistiques judiciaires. D’après les dossiers de l’Inspection générale des services (igs) de la préfecture de Police (Moreau de Bellaing 2006)9, la proportion de femmes révoquées de la police nationale ou mises en retraite anticipée oscille chaque année entre 5 et 10 % des dossiers. Le détail des dossiers disciplinaires de l’année 199610 est éloquent : les femmes sont condamnées pour des actes de déviance commis habituellement par des femmes (vol, escroquerie, faux et usage de faux, corruption, usage de stupéfiants)11 Pour être plus tabous et plus invisibles encore que la violence des hommes, les abus féminins ne doivent cependant pas être soustraits à l’analyse. A partir des rares témoignages et observations dont on dispose, on peut se risquer à définir pour un même motif (celui d’infliger une punition à un mis en cause avant le passage en justice) deux modes d’application distincts de la violence illégale : dans le premier cas, les femmes sont valorisées, dans l’autre cas, elles correspondent à des stéréotype féminins disqualifiés dans la profession.

30Pour faire usage de violence illégale et ne pas être stigmatisées par leurs collègues, les femmes doivent prendre pour cible les mêmes catégories de population que leurs collègues masculins, à savoir des « clients » jugés particulièrement nuisibles par les policiers. Le seul témoignage de violence féminine abusive dont on nous a fait part entre dans ce cadre. Il s’agit de coups portés en pleine nuit sur la personne d’un « manouche » par une gardienne de la paix membre d’une brigade anticriminalité. « Une fois, une femme de la bac de nuit avait flanqué une raclée à un manouche et elle s’en était vantée. » (M. Encapelli, capitaine, pj, 54 ans). Or les manouches sont considérés par les policiers comme des individus particulièrement dangereux : ils ne craignent pas de tirer sur les forces de police. Qu’un policier, a fortiori une femme, ait porté la main sur un « manouche » est par conséquent considéré comme particulièrement brave par une partie des policiers, du moins ceux qui sont adeptes des méthodes fortes et expéditives. Pour certains fonctionnaires, les policiers doivent se substituera l’autorité judiciaire défaillante en corrigeant eux-mêmes les mis en cause qui, de toute manière, selon leur formule, « ne comprennent que ça ». Les femmes qui accomplissent ces gestes punitifs et qui racontent leurs méfaits sur un mode héroïque s’inscrivent ainsi dans le droit fil de l’idéologie virile la plus extrême.

31Toutes les femmes qui pratiquent des actes de violence illégaux n’inspirent cependant pas le même respect solidaire : certaines d’entre elles passent pour des hystériques. Elles sont alors dénigrées. Leur virulence excessive, loin d’être convertie en preuve de courage, est considérée comme inefficace, dangereuse et incontrôlable. Mme Igarde (gardien de la paix, sp, 28 ans) entre dans cette catégorie. Elle est désignée par son chef de service comme « une excitée de première » qui a pris de mauvaises habitudes dans les brigades parisiennes où elle a antérieurement travaillé. Le brigadier qui l’a sous ses ordres confirme ce diagnostic : elle a des tendances agressives et en intervention, elle envenime la situation et fait courir des risques inutiles au reste de la brigade. « Mme Igarde a un caractère impulsif, explique son chef de brigade. Sur certaines interventions, elle est trop virulente ; on en a discuté avec elle, elle l’a reconnu, mais elle va avoir du mal à se calmer. Ça va s’améliorer, elle a reçu un coup de pied, ce n’est pas évident à gérer. Elle reçoit des coups et le collègue à côté aussi. Il faut faire avec. C’est au chef de brigade de gérer, ça ne monte pas au niveau hiérarchique, ces petits problèmes, ça reste entre nous » (M. Brigadom, brigadier, sp, 38 ans). Mme Igarde, en entretien, ne cache pas sa nervosité. Cette jeune mère, entrée par vocation dans la police, a travaillé antérieurement dans des brigades musclées. Elle a du mal à s’habituer au rythme plus lent des brigades du commissariat Oméga. Depuis la naissance de son enfant, elle n’arrive plus à contrôler sa violence.

Ça fait dix ans que je suis dans la boîte, au bout de deux ans, je n’avais plus aucune sensibilité... jusqu’à ce que mon gamin naisse [...] J’ai déjà été blessée il y a deux jours, c’était de ma faute. J’ai reçu un coup de pied, on s’est chauffé, dès qu’il a pu, il m’en a mis une. Je prends des médicaments pour être plus zen, je me soigne. J’étais nerveuse et agressive. Ça a mis un coup dans ma fierté. Il y a des périodes comme ça... Je ne suis pas du genre calme, il m’a énervé. « Réponds ? » je lui ai dit. Il m’a dit non. « Je n’ai pas entendu », je lui ai dit. Il m’a donné un coup de pied à la figure.

32Un autre type de violence entre dans les catégorie des violences typiquement féminines, par conséquent peu valorisées : il s’agit des femmes qui abusent de leur pouvoir sur les auteurs de violences faites aux femmes. Là encore, il est impossible de fournir une quelconque statistique sur la fréquence de ce type d’actions. En entretien, les femmes n’abordent pas particulièrement ce point, privilégiant les éléments d’indifférenciation aux éléments qui pourraient les affilier à la défense de la cause féministe. Les observations sont en revanche éloquentes. Lors de sa vacation, Mme Gardet passe à l’accueil pour demander un renseignement, elle aperçoit dans la salle d’attente M. D, connu des services pour les violences et menaces qu’il inflige à sa femme. Mme Gardet a plusieurs fois reçu la plainte de sa conjointe. Elle profite de l’occasion pour lui donner une leçon publique (la salle d’attente est pleine) et s’adresse en ces termes à M. D : « Je suis contente de vous voir. Vous avez l’air intelligent, je pense que vous pouvez comprendre qu’il ne faut pas embêter votre copine. » Elle se retire aussitôt et ferme la porte à clef pour se réfugier dans l’espace réservé aux gardiens de la paix. M. D, furieux, cogne à la porte, lui demande de tout lui redire en face. Mme Gardet reste derrière la porte, sans mot dire. M. Brigadem et M. Gardor, loin de la complimenter sur cet acte de provocation, sont très réservés sur l’efficacité d’une telle bravade. « C’est bête, ça ne sert à rien, il recommencera », commente M. Brigadem. Elle n’est pas soutenue par les autres membres de son équipe, assez peu sensibles à ce type de cause. Dans la hiérarchie policière des infractions, battre sa femme n’est pas considéré comme un acte digne d’engendrer des représailles policières, étant donné le nombre de femmes qui se rétractent et le surcroît de procédures inutiles (de leur point de vue) que ces plaintes retirées engendrent.

33Ainsi, tous les abus de pouvoir exercés par les femmes ne constituent pas une preuve d’affiliation au modèle viril. Il faut que ces opérations punitives concernent des types de méfaits reconnus comme graves dans l’échelle des valeurs viriles de la profession : frapper un manouche est valorisé. Insulter un homme qui bat sa femme est superflu.

  • 12 Ce n’est pas toujours le cas sur le plan personnel.
  • 13 Pour ne prendre qu’un exemple. « dans le monde à bipolarité sexuelle des chirurgiens, il vaut mieu (...)

34Pour résumer, les femmes qui renoncent à la coquetterie, qui possèdent une certaine stature physique, une bonne santé, qui ne s’effarouchent pas de la vulgarité de leurs collègues, qui font preuve de caractère et d’endurance, y compris pendant leur maternité, qui sont en outre capables, en intervention, de faire un usage agressif de la force sont considérées comme des professionnelles polyvalentes, dignes de confiance et méritant de s’intégrer, pour les plus exceptionnelles d’entre elles, dans des brigades réservées aux hommes. La féminisation de la police offre un cas exemplaire de reconnaissance de la virilisation des femmes. Elles ont trouvé un lieu où du point de vue strictement professionnel12, il ne peut pas leur être reproché d’être des « caricatures d’homme » (Caraglio 1997 : 59). Une telle légitimité est peu fréquente dans le monde social à l’âge adulte13. Comme le montre Judith Halberstam, la tolérance sociale à l’égard des filles « tomboys » (garçons manques) concerne principalement l’enfance et l’adolescence (Halberstam 1998 : 6), pour s’interrompre au moment du mariage. Ce modèle n’est pas suivi dans la police.

Une mobilité de genre conditionnelle

35Des nuances doivent cependant être apportées à ce modèle d’intégration virile : tous les services et tous les grades ne considèrent pas les garçons manques et les fortes femmes avec la même bienveillance. Il est très clair que dans certaines unités des Renseignements généraux, par exemple, le fait d’être féminine constitue un atout pour obtenir des renseignements. Plus globalement, dans les brigades policières où l’usage de la force n’est pas requis, les femmes policiers n’ont pas tendance à se viriliser, elles se conforment à une féminité plus traditionnelle (du moins pour ce qui concerne le niveau de langage). À cette différence entre brigades, il faut ajouter une nette division entre grades. Dans les grades supérieurs, le type de la femme féminine est davantage recherché que celui du garçon manqué. Ce phénomène n’a rien d’étonnant : plus on monte dans la hiérarchie, plus les obligations mondaines sont élevées. Les femmes doivent alors répondre aux critères de la féminité traditionnelle, conforme aux attentes des magistrats et des notables. Aux grades supérieurs, le travail de voie publique est en outre assez réduit. Les femmes commissaires se mettent ainsi plus volontiers en jupe. Elles ont néanmoins en réserve dans leur armoire un pantalon et des chaussures tout-terrain en cas d’intervention difficile (constatation sur un toit, dans un chemin boueux, etc.). Cette différence de virilisation physique s’explique également par la classe sociale d’origine des femmes commissaires, plus élevée que celle des gardiennes de la paix. Ces dernières, plus largement issues des classes populaires que leurs supérieures hiérarchiques, ont été accoutumées dans leur enfance à côtoyer une gestuelle et des discours plus ouvertement virils. Est-ce à dire que les femmes commissaires, pour être soumises à plus de distinction, sont moins viriles ? Elles trouvent d’autres modes d’expression, en insistant davantage sur leur force de caractère, leur disponibilité, leur dévouement professionnel. Elles s’étendent moins volontiers que les gardiennes de la paix sur leur dextérité dans l’usage du bâton de défense et leur bonne connaissance de l’argot.

36L’exigence de retenue, pour les femmes commissaires (et dans une moindre mesure, les femmes officiers), est si prégnante que les femmes des grades supérieurs qui ne jouent pas le jeu de la virilité distinguée sont stigmatisées. C’est le cas de Mme Z, commissaire principale, disqualifiée de la manière suivante par un commissaire divisionnaire, lors d’une conversation informelle : « Elle n’a aucune classe. Elle a, disons, son franc-parler, même dans les réunions. Dans les cités, elle ne dépare pas du tout, ça lui convient très bien, on ne pourrait pas la mettre ailleurs. Et encore, je ne sais pas si c’est bien pour la fonction d’avoir une commissaire qui reçoit les jeunes, cigarette au bec, en vous parlant comme un homme. » Ce qui est reproché à Mme Z, ce n’est du reste pas tant son absence de féminité que son manque d’adaptation aux circonstances. Le commissaire divisionnaire cite Mme B, une commissaire divisionnaire médiatique, comme un exemple abouti d’ajustement : c’est une belle femme qui a mené une carrière brillante. Même si elle est réputée, dans la profession, pour jurer comme une charretière avec ses « hommes », elle sait tenir son rang en public. C’est la mobilité de genre qui est ici prônée : il faut savoir faire varier la féminité et la virilité selon les situations. De ce point de vue, l’inversion totale du genre est une transgression difficilement tolérable. Les femmes préfèrent, dans leur majorité, pratiquer ce que l’on pourrait appeler une « virilité alternée », selon les circonstances, mais aussi selon les étapes de la carrière et les postes occupés.

37En voici quelques exemples typiques : Mme Gardamur (gardien de la paix, sp, 34 ans) opère des changements de genre purement cosmétiques, qui n’impliquent pas de différence de conception du métier. La manière dont elle décrit ses changements d’apparence physique rend compte de cette dissociation. Elle entre tout d’abord dans la police avec des cheveux très longs qu’elle coupe en brosse en école de police. Elle y rencontre son futur mari, qui deviendra crs. Elle conserve cette coupe courte en police secours où elle joue le jeu de l’immersion totale : elle ne veut pas travailler avec des femmes. Pour pouvoir disposer d’horaires de bureau lui permettant d’élever ses enfants, elle finit cependant par changer de poste et travaille désormais en civil aux plaintes. Elle en a profité pour se laisser pousser les cheveux au carré. Ce regain de féminité, plus en conformité avec sa nouvelle fonction, n’implique pas pour autant un changement de comportement à l’égard des victimes. Elle conserve la même dureté que celle qu’elle arborait en police secours.

J’ai demandé à être placée dans une équipe de ps [police secours] où il n’y avait que des hommes. Un des fonctionnaires n’en voulait pas. 11 avait fait partir la dernière femme. Je suis têtue et pire que certaines. Je me suis imposée. Ça n’a pas été très dur, parce que j’ai au fond un caractère d’homme. 11 a pleuré quand je suis partie. J’étais un peu garçon manqué et quand j’ai quitté la tenue pour aller aux plaintes, j’étais plus féminine qu’auparavant. Je ne sais pas pourquoi, ça fait plaisir de s’habiller quand on est en civil. Je ne me suis jamais trop maquillée. J’en profite un peu parce que je suis dans un civil où on ne fait pas de voie publique. Mais il faut être raisonnable, il y a des boucles d’oreilles qui risquent. Maintenant, je suis au carré, mais j’avais les cheveux très courts, j’ai porté longtemps la brosse. Quand je suis rentrée en école de police, par contre, j’avais les cheveux très longs, mais je les ai coupés, je ne voulais pas me sécher les cheveux après, j’avoue que c’est pratique avec le chapeau. Il faut se laver les cheveux tous les jours, sinon. Je n’avais pas la patience de faire le brushing et la tresse [...] Les collègues disent que je ne suis pas tendre. Mais on n’est pas là pour pleurer avec les victimes. Elles disent que je suis dure, mais après, si on pleure, on les relâche et il y en a qu’il ne faut pas plaindre. Et puis quand vous rentrez à la maison, il faut penser à d’autres soucis. Si en plus, vous prenez ceux des victimes, on ne s’en sort pas. Ça ne veut pas dire que je suis insensible.

38Mme Lieuforme, formatrice rencontrée à l’ensop, illustre un autre type de mobilité de genre : d’abord féminine, elle s’est endurcie à l’école de police, puis en poste, au contact de ses collègues gardiens de la paix. En passant le concours d’officier et en changeant de poste (elle est formateur), elle s’est assagie et a retrouvé son identité féminine.

Au début, j’étais plutôt féminine. A l’école, je me suis prise au jeu : j’ai voulu faire comme les mecs, j’étais beaucoup dans la confrontation : « si tu peux le faire, je peux le faire aussi ». J’étais toujours volontaire, la première à vouloir sortir, toujours en tête, je me suis mise à faire de la muscu’, j’ai commencé à mal parler. Et puis on me l’a beaucoup reproché. J’ai passé le concours d’officier, je me suis calmée, j’ai pris de la distance, je me sens plus intégrée, j’ai moins besoin d’être dans l’affirmation (Mme Lieuforme, formatrice, dfpn, environ 35 ans, conversation informelle).

39L’alternance peut dans certains cas s’accompagner d’un changement d’orientation sexuelle, lui-même source de changement de genre.

40C’est le cas de Mlle Legarde (gardien de la paix, pj, 28 ans) : sportive et amatrice d’armes, la jeune femme devient lesbienne en école de police. Elle revendique une position à la fois féminine et virile. Sur le plan professionnel, elle ne tolère en effet pas la violence abusive, mais elle entend bien rivaliser avec les hommes dans le rapport au travail : elle fait preuve d’une grande disponibilité sur le terrain, d’un goût prononcé pour l’action (interpellation, enquête) et elle manie très bien la langue verte. Pacsée à une femme très féminine (non policier), elle affirme se féminiser de plus en plus et passe pour une hétérosexuelle auprès de ses collègues. Son goût pour les armes a disparu, elle se maquille. Son homosexualité l’a féminisée. Elle n’en abandonne pas pour autant son ambition d’entrer dans l’une des brigades les plus viriles de la profession : la brec. Elle revendique d’être à la fois une forte femme et une femme de plus en plus coquette.

  • 14 Considérant que l’interactionnisme symbolique ne s’intéresse qu’aux symboles de surface qui organi (...)

41On ne multipliera pas les exemples de ces bricolages identitaires. Ces trajectoires illustrent les conclusions de Claude Dubar sur la complexification des identités sexuées : « Être un homme ou une femme est en train de devenir une question d’histoire, de projet, de parcours biographique, de "construction identitaire tout au long de la vie" » (Dubar 2000 : 93). Les genres, loin d’être figés, constituent des catégories flexibles et dynamiques. Ces conclusions rejoignent celles de Jennifer Hunt sur la féminisation de la police américaine. Elle montre, en s’appuyant sur l’interactionnisme symbolique14, que les hommes et les femmes sont des sujets actifs en mesure de transformer les définitions de la féminité et de la masculinité. Elle montre que certaines femmes résistent aux stéréotypes en développant des identités alternatives qui ne correspondent ni à la femme traditionnelle, ni à la femme garçon manqué (Hunt 1990 : 3-63). Dans ce processus de virilisation des femmes, on peut distinguer deux mouvements - le premier qui tend à l’inversion du genre (les femmes s’approprient un grand nombre de traits virils au point d’être physiquement ou mentalement considérées comme des hommes), toléré surtout au grade de gardien de la paix ; le second, fondé sur une déféminisation partielle (les traits les plus typiquement féminins et les plus typiquement virils se combinent soit de manière très contrastée, soit sur un mode indistinct de type androgyne), plus fréquent dans les grades supérieurs.

  • 15 Il est impossible encore d’être ouvertement efféminé pour les policiers hommes, en dehors des débo (...)

42Maintenant que les conditions de la virilisation professionnelle des femmes et la diversité des formes qu’elle emprunte ont été établies, il importe de comprendre plus avant en quoi l’institution policière favorise la mobilité de genre des femmes15. Les jeunes policiers des deux sexes sont tout d’abord majoritairement issus de la province et sont prioritairement nommés en région parisienne. Les jeunes femmes se trouvent alors coupées de leur réseau familial (du moins au quotidien). Moins soumises au regard des proches, elles peuvent se transformer à tous égards sans avoir à craindre la désapprobation quotidienne d’un père, d’une mère ou d’un frère. L’affiliation à un genre est en effet affaire de réitération quotidienne. La mise à distance des cadres familiaux permet à certaines femmes de cesser de jouer le jeu de la féminité et parfois même de l’hétérosexualité. Les possibilités de changer fréquemment de poste favorisent par ailleurs ces reconversions identitaires : soumises à une clause de mobilité géographique, les femmes (comme les hommes) changent d’équipe de travail, de lieu de vie. Un autre élément structurel peut favoriser la mobilité de genre : la sécurité de l’emploi autorise, dans une certaine mesure, les expériences innovantes ; le statut de fonctionnaire permet de jouer plus ouvertement sur les stéréotypes de sexe, puisque la crainte du chômage est inexistante. Des déplacements non contractuels de brigade sont, certes, possibles, mais la radiation est très improbable (ce qui n’est pas le cas dans l’armée où une ancienne militaire, devenue policier, a témoigné avoir vu son contrat rompu en raison de son orientation sexuelle).

43Cette profession offre enfin la possibilité de vivre en marge des rythmes de vie ordinaires (travail de nuit, horaires atypiques) et de connaître des expériences interdites aux profanes, susceptibles de renforcer l’esprit de corps et d’accentuer la scission avec le monde extérieur. Ce repli comporte un double avantage : il permet aux femmes de n’être pas constamment confrontées au modèle prévalent de la féminité et de développer des modèles alternatifs, avec l’alibi du professionnalisme, puisqu’une partie des codes de la profession se fonde sur la démonstration de la virilité. De leur côté, les policiers hommes peuvent se livrer à des actes de camaraderie et à des relations professionnelles indifférenciées avec ces femmes au genre trouble en toute quiétude puisqu’ils travaillent en vase clos, hors de la vue de leurs proches et parfois du public. En d’autres termes, certains policiers tolèrent dans les faits une mobilité de genre qu’ils sont loin de prôner dans leurs discours sur la féminisation de la profession et d’avoir adoptée dans leur économie domestique.

44Chez certains policiers, cette contradiction peut donner naissance à un discours ambivalent, fondé sur le principe de l’exception qui confirme la règle : « Je suis plutôt contre les femmes dans la police, sauf ma collègue avec qui je m’entends très bien » (gardien de la paix, la cinquantaine, commissariat Oméga, conversation informelle). Une autre formule est récurrente : « Les femmes dans la police, ça apporte un plus, mais je ne voudrais pas que ma femme ou ma fille passent le concours » (M. Gardur, gardien de la paix, sp, 37 ans). Certains vont jusqu’à introduire une hiérarchie entre les femmes garçons manques par nature et celles qui le deviennent dans le dessein de s’intégrer. A leurs yeux, les premières valent mieux que les secondes. « Il y avait des femmes qui n’étaient pas naturellement violentes, mais elles avaient la volonté de paraître policier et elles singeaient ce penchant typiquement masculin », explique M. Lieutef (lieutenant, pj, 29 ans) à propos de son expérience de commandement de brigades de nuit. M. Commandef établit la même distinction : « Les femmes qui sont naturellement garçon manqué, ok. Mais les autres qui font semblant, je ne supporte pas [...] Je n’en aurais jamais fait une amie plus proche. La vulgarité chez une femme, je ne le supporte pas. » M. Commandef précise néanmoins que, authentiques ou non, les femmes garçons manqués sont des professionnelles efficaces : « Comme collègue, je les aimais bien, elles ne crachaient pas sur le travail » (M. Commandef, commandant, pj, 52 ans). Ces raisonnements sont très éclairants sur l’effroi que suscite la mobilité de genre et les justifications qui permettent de la rendre tolérable. M. Commandef et M. Lieutef, en introduisant une différence de valeur entre les « vrais » et les « faux » garçons manques, admettent ainsi l’existence de trois sexes : les femmes de genre féminin ; les femmes garçons manques, antérieurement féminines, qui sont des transfuges de sexe, condamnables parce qu’elles s’emploient à devenir ce qu’elles ne sont pas, c’est-à-dire des hommes ; les femmes « naturellement » garçons manques, arbitrairement dotées d’un sexe féminin, excusables, parce qu’elles n’ont pas choisi d’avoir un sexe contraire à leur « nature » d’homme. Leur intégration dans la police permet finalement de rétablir l’imposture physiologique dont elles sont victimes. Il n’en demeure pas moins que du point de vue strictement professionnel, la virilisation des « vrais » et des « faux » garçons manqués est reconnue comme un atout.

45Les hommes, mais aussi les femmes, usent d’une autre parade discursive pour atténuer la transgression que constitue la virilisation des femmes, en maniant la contradiction : interrogés sur l’utilité des femmes dans la police, les policiers des deux sexes défendent très souvent, dans un premier temps, une position différentialiste qu’on pourrait résumer en ces termes : « les femmes, c’est bien pour les différends familiaux, les mineurs, les femmes battues, les viols, les relations avec les partenaires extérieurs, les filatures, l’accueil, le dialogue ». Cette vulgate sur la complémentarité des sexes est dans un deuxième temps assortie de réserves : « c’est vrai qu’il y a des hommes plus psychologues que les femmes » ; « les femmes violées ne veulent pas toujours parler à une collègue féminine ». Ce double mouvement discursif porte la marque d’un vacillement. Le discours de Mlle Comissi en est l’illustration : elle défend tout d’abord la thèse classique de la complémentarité des sexes (aux hommes, la force, aux femmes, la psychologie), pour se rallier ensuite à une position individualiste qui nie le point de vue différentialiste précédent.

Quand on dit que les hommes et les femmes sont les mêmes, chacun a ses qualités. C’est une question de complémentarité. 11 y a de toute manière une infériorité physique, mais une supériorité psychologique. Il faut mettre les gens aux postes où ils sont compétents. Je pense qu’il faut jouer sur les qualités et les compétences de chacun. C’est une question d’individualisation. C’est une question au cas par cas. C’est sûr que ce n’est pas moi qui interpelle les gars qui font 2 m et 80 kg. Je sers à plein d’autres choses, au niveau des sensations psychologique, de la discussion. J’en ai plus. Je joue mon rôle dans mon domaine à moi [...]. Est-ce qu’il faut plus de femmes dans la police ? Je ne vais pas dire non. Je ne pense pas que ce soit un leitmotiv vital. Il faut plus de gens compétents. Il faut surtout aujourd’hui qu’on prenne les gens comme des individus qui ont une compétence. Ça vaut pour tout, dans la marine, dans la gendarmerie. Il faut leur faire confiance en tant qu’individu (Mlle Comissi, commissaire, sp, 28 ans).

  • 16 On retrouve ici un élément important, identifié par les études anglo-saxonnes sur a police : « En (...)

46En bref, que ce soit par l’affirmation rhétorique d’une préférence pour la binarité (avec une claire scission entre un sexe masculin de genre viril et un sexe féminin de genre féminin), par l’adjonction d’un troisième sexe (le sexe féminin accidentel) ou par la défense contradictoire d’une division sexuelle du travail et du respect des compétences individuelles, indépendantes du sexe, les discours policiers se rallient au principe de fidélité à la « nature » de son sexe, alors même qu’en pratique, l’utilité professionnelle de la virilisation des femmes est reconnue comme nécessaire16. Faut-il en déduire que la tolérance locale à l’égard des femmes au « genre trouble » (Butler 2005) échoue à faire évoluer les cadres sociaux de pensée ? L’ambivalence qui traverse ces raisonnements essentialistes témoigne d’une difficulté : comment appréhender une réalité sociale en mouvement ? Le stéréotype est une ressource immédiatement disponible qui permet de sauver les apparences tandis que, souterrainement, les rapports sociaux de sexe se recomposent. Le recours à des formules toutes faites permet de donner l’illusion de l’intemporalité d’un ordre des choses, alors même que la matérialité du stéréotype s’effrite. C’est ce qui permet de réunir sous une même référence stable des expériences disparates, de ramener l’inconnu au connu, de donner un sens convenable et conforme à ce qui est encore hybride, de faire du sens avec le multiple, de retrouver une unité derrière l’archipel, d’effacer les intervalles et de rétablir l’unité perdue, celle du sexe et du genre. C’est en ce sens que l’usage de stéréotypes ne fait pas nécessairement écran aux recompositions normatives. Combiné à la profération de contre-discours, il prend la valeur d’une ruse, d’une oscillation rassurante, qui peut permettre, à terme, de passer insensiblement d’un cadre d’interprétation à un autre.

La dévaluation du sexe faible

47Si les femmes qui adoptent partiellement ou assez durablement les codes de la virilité sont valorisées en tant que professionnelles, elles n’en restent pas moins des femmes. Un certain nombre de policiers pratiquent ouvertement des discriminations à l’encontre de l’ensemble de ce groupe de sexe. Cette misogynie ne s’exerce cependant pas uniformément sur toutes les femmes et à tous les moments de la carrière. La participation des femmes à cette entreprise de dévaluation de leur propre sexe constitue en outre une tactique d’intégration.

La misogynie en partage

48Trois cibles distinctes sont visées, suivant l’ordre de gradation suivant : sont tout d’abord dévaluées les femmes qui exercent un métier proprement féminin ou qui tentent d’imposer des valeurs taxées de féminines dans des brigades viriles. Vient ensuite le cas des femmes enceintes et des mères d’enfants en bas âge (durant le moment de la maternité, mais pas seulement) qui subissent une stigmatisation assez soutenue. Sont enfin disqualifiées les femmes en général, y compris celles qui jouent le jeu de la virilisation, en vertu de leur seule appartenance de sexe. Ces trois types de misogynie sont pratiqués par les hommes, mais aussi par les femmes elles-mêmes. « L’individu stigmatisé tend à avoir les mêmes idées [...] sur l’identité » que ceux qui le stigmatisent au point d’admettre « qu’il n’est pas à la hauteur de ce qu’il devrait être » (Goffman 1975 : 17). Dans tous les cas, un lien est établi entre incompétence policière et appartenance au sexe féminin. « Je n’aimerais pas être une femme dans la police, explique M. Lieutef. Ce n’est pas facile. Elles doivent plus prouver que les hommes. Un homme qui fait une boulette, on ne dira jamais qu’il l’a faite à cause de son sexe, alors qu’une femme, on dira : c’est une femme » (lieutenant, pj, 29 ans).

  • 17 Le personnel administratif est cependant parfois sévère à leur encontre. Ces femmes prennent leur (...)

49Une partie des attaques misogynes sont ainsi liées au type de métier policier exercé, selon le principe qu’il y les « vrais » policiers et les « autres ». Parmi ces « autres », les femmes qui accomplissent à plein temps des tâches typiquement féminines (secrétariat, brigade des mineurs) sont particulièrement visées. Des différences de traitement doivent cependant être notées : les femmes policiers qui accomplissent un travail de secrétariat et de gestion semblent les mieux loties. Comme elles se situent à des postes clefs (bureau d’ordre et d’emploi, état-major par exemple) et qu’elles ne sont pas les collègues directes des policiers travaillant sur le terrain, elles ne suscitent pas, en règle générale, une franche hostilité17. Les hommes se montrent parfois même au contraire assez galants à leur égard. Mme Gardem (gardien de la paix, SP, 38 ans), en talons et tailleur, nous a ainsi été présentée (sans ironie) comme « une perle » par son supérieur hiérarchique. Elle est tellement assimilée au personnel administratif qu’il paraît impensable à ses collègues masculins et féminins de la reverser sur la voie publique. « Mme Gardem, c’est une secrétaire, pas un policier », explique en riant l’un de ses collègues. La division du travail policier permet aux femmes qui exercent un métier typiquement féminin dans la police d’échapper à une stigmatisation quotidienne. Ce point doit être souligné. Même si leur carrière est ralentie, ces femmes qui quittent le terrain policier pour des postes de bureau sont loin d’être mises au ban de la communauté policière. Elles appartiennent, certes, à un rang très inférieur dans la hiérarchie des métiers policiers, mais elles ne se disent pas harcelées en tant que femmes. Elles ont précisément trouvé un emploi ou une équipe qui leur permet de mettre à profit des compétences féminines qu’elles revendiquent. La condition impérative pour ces femmes est cependant de trouver un emploi typiquement féminin et de ne pas s’en plaindre. Plus elles sont gradées et plus elles excellent dans leur domaine propre, meilleure est leur carrière.

50Il est en revanche plus périlleux de faire valoir les valeurs féminines au sein même des brigades actives en service général (du type police secours), a fortiori lorsque cette dimension compassionnelle s’accompagne d’autres éléments d’affiliation à la gent féminine (préférence pour les discussions « chiffons », faible entraînement physique). Car si la féminité est tolérée dans les métiers dits « féminins » de la police nationale, elle n’est pas de mise dans les autres unités. Mme Gardul (gardien de la paix, SP, 34 ans), qui travaille en police secours, cumule tous ces discrédits : elle est entrée dans la police pour être, selon ses propres termes, une assistante sociale en uniforme ; elle ne cache pas sa préférence pour la sociabilité féminine ; elle est par ailleurs en surpoids. Autant d’éléments qui lui valent d’être une gardienne de la paix assez peu estimée par sa hiérarchie et ses collègues des deux sexes. Même si, en sa présence, je n’ai été témoin d’aucun commentaire désobligeant à son encontre, ceux-ci sont allés bon train en son absence. Voici comment le commissaire la présente : « Elle a eu du mal à s’intégrer au départ. C’est un milieu d’hommes, il faut s’affirmer, elle était trop douce, mollassonne. Mais ça va mieux, elle m’a dit qu’elle faisait du sport. » L’un de ses collègues est plus sévère. Il n’hésite pas à être vulgaire : « C’est un gros tas qui ne veut pas bouger son cul. Quoiqu’elle a maigri. Je lui ai dit : "C’est bien, tu as maigri." Et puis les assistantes sociales, je ne supporte pas. » Une collègue féminine prend sa défense en rappelant un principe fort de la polyvalence policière : « Elle est gentille, il en faut aussi... » Dans chaque équipe, il faut de fait un équilibre entre prévention et répression. Mme Gardat a donc sa place. Voilà pourquoi en entretien cette dernière s’estime tout à fait intégrée, même si elle ne retrouve pas la même complicité que dans le commissariat parisien où elle était précédemment et où le sureffectif féminin lui avait permis de constituer un groupe de filles.

  • 18 Le préjugé de compétence qui protège les policiers de sexe masculin est cependant en train de s’es (...)

51Le discrédit le plus violent et le plus ouvert concerne surtout les femmes qui cumulent tous les handicaps en n’accomplissent pas correctement leur mission administrative. Elles sont alors doublement fautives : en plus de ne pas honorer leur titre de policier, elles se révèlent incapables d’exercer un « métier de femme ». La stigmatisation de Mme Asgarpe au sein du commissariat Oméga est de ce point de vue exemplaire : cette gardienne de la paix a tout d’abord été désarmée (elle avait peur de son arme). Or un policier désarmé n’est plus considéré comme un « vrai policier ». A ce premier stigmate s’ajoute celui de l’incompétence proprement physique : cardiaque, « elle tient à peine sur ses deux jambes », explique une ads en la mimant avec des gestes suggestifs. Pour finir, elle n’accomplit pas correctement son rôle d’accueil. « Elle ne pose pas assez de questions, elle dirige mal les gens. Les trucs de base », explique un îlotier. « Elle ne sait rien faire, en conclut M. Brigadem. On va se la farcir longtemps. Elle est encore loin de la retraite. » Mme Asgarpe, à maints égards, ne se distingue pourtant pas des policiers hommes, déclarés incompétents et relégués, comme elle, à des tâches où ils sont censés être le moins nuisibles. C’est néanmoins elle qui fait l’objet de la plus grande disqualification. Les hommes « placardisés » du commissariat sont plutôt vus comme des planqués, des hommes fatigués, malades qui ont malgré tout acquis une certaine sagesse. « Moi, je ne sais pas ce que je ferai à leur âge, si je serai toujours en police secours », n’hésite pas à dire Mlle Gardia à leur propos. Ils ne sont en tout cas pas érigés en figures susceptibles d’entacher la réputation de l’ensemble du groupe des hommes18. A l’inverse, Mme Asgarpe est considérée comme l’incarnation d’une erreur d’orientation professionnelle, nuisible à la corporation, en tant que policier inapte et femme de surcroît.

52Si les attaques sexistes ne devaient concerner que les femmes défendant des valeurs ou exerçant des métiers réputés féminins, elles seraient finalement assez limitées, étant donné la relative protection qu’offre la division sexuelle du travail policier et le faible nombre de femmes osant revendiquer une position maternante. Le sexisme franchit un cap supérieur, en terme de fréquence, quand il vise deux moments de vie, certes circonscrits, mais expérimentés par un grand nombre de femmes : la maternité et la garde des enfants malades.

53Même si, théoriquement, l’organisation policière prescrit des règles qui permettent aux services de ne pas avoir à pâtir du changement de constitution physique des femmes enceintes (postes aménagés, interdiction de voie publique), cet événement est, dans les faits, très souvent considéré comme une atteinte au principe de polyvalence. En l’absence d’un corps de policiers remplaçants, comme dans l’Éducation nationale ou dans les hôpitaux, c’est aux fonctionnaires restants d’assurer la charge de travail de la femme manquante. Cette absence provisoire du terrain est considérée par certains comme la preuve de l’inutilité fondamentale d’un recrutement féminin. « Femme enceinte, c’était pire que d’être femme », proclame Mme Gardamor (gardien de la paix, sp, 45 ans), mère de trois enfants. L’appartenance de sexe est perçue comme une preuve d’incompétence professionnelle, instituant du même coup la légitimité d’une superposition entre sexe masculin, métier policier et « biodisponibilité » (Dejours 2000). Pour celles qui n’ont pas été exposées à des actes de misogynie ouverts, la réception de la maternité par leurs collègues est souvent une occasion de révéler la place incertaine qu’elles occupent dans la profession, en tant que femmes. Les chefs de service peuvent ainsi tarder à prendre les mesures prévues par le règlement, parfois même ralentir l’évolution de leur carrière : contrôle renforcé, non-inscription au tableau d’avancement pour le grade de brigadier par exemple.

Dans mon service, on m’a fait contrôler parce qu’ils ont confondu congé maladie et congé de maternité. En 1992, je suis tombée enceinte, jusqu’au troisième mois, je faisais toutes les nuits, puis le quatrième mois, j’ai eu des horaires administratifs, j’ai demandé un congé parental. Comme j’étais la seule femme active à le demander, ils n’ont pas voulu. Ils ne connaissaient pas la procédure (Mme Gardag, gardien de la paix, rg, 41 ans, 1er poste en paf).

54A ces mesures administratives s’ajoute l’arme du commentaire. Certains hommes, à cette occasion, ne cessent de faire des réflexions désobligeantes sur les femmes enceintes.

J’ai eu des réflexions quand j’étais enceinte. Je leur ai dit : « Ta femme travaille et ça ne te gêne pas quand elle est en congé. » On a beau leur expliquer que ça ne leur prend pas une place supplémentaire, ça gêne, la plupart du temps. Je me souviens d’un homme marié. Il disait que les femmes ont toujours un bobo quelque part et sa femme a été arrêtée toute la grossesse. Je n’ai pas manqué de lui rappeler. On s’entraide entre femmes. J’ai côtoyé des filles à fort caractère. Ce n’est jamais acerbe, on prend ça avec humour. C’est toujours des petites réflexions. Je leur disais : « Et ta femme, elle ne servait à rien ? » Ce n’est pas méchant, mais c’est répétitif, c’est gênant, ça veut dire que ça les travaille. Ça n’a jamais été dit méchamment [...] Les trois premiers mois, on n’est pas aménagé, on essayait de faire de l’administratif. Les trois premiers mois, ce sont les mois les plus critiques. Beaucoup de collègues féminines avaient perdu leurs enfants pendant cette période. Moi, j’ai fait de la vp [voie publique], mais je demandais à rester au poste, je n’avais pas de problème (Mme Gardamir, gardien de la paix, 34 ans).

55Même si les femmes se défendent en envoyant des piques, elles ne réussissent pas à imposer le respect général de la maternité. L’un des résultats de ce harcèlement, c’est la prématurité, la fréquence des fausses couches, c’est aussi le classement quasi systématique des femmes en grossesse pathologique. Cette tolérance administrative permet certes aux femmes de bénéficier de congés de maternité prolongés et d’éviter les accidents, mais elle attise, dans le même temps, les rancœurs, puisqu’elles sont absentes plus longtemps. Les femmes sont pourtant en petit nombre (comparativement aux infirmières) et elles ne sont pas toutes enceintes au même moment. La hiérarchie et les femmes policiers s’arrangent en général pour réorganiser au mieux la distribution des postes et des tâches, de sorte que la sécurité des policiers et l’exercice du métier demeurent assurés dans des limites acceptables. Comment expliquer alors le déferlement de commentaires critiques, cités par la majeure partie des femmes ?

56La discrimination policière à l’égard de la maternité, très fréquente dans le monde du travail, ne revêt pas le même sens que dans d’autres professions. Il faut lire dans ce refus policier de la maternité une profonde incompatibilité symbolique entre l’image de la femme donneuse de vie et celle de la femme témoin, annonciatrice et parfois donneuse de mort. L’exercice du sale boulot implique en effet l’identification des cadavres, la prise en charge des tentatives de suicide, le côtoiement d’individus violents, l’usage de la force et, en cas de légitime défense, d’une arme létale. Les femmes policiers enceintes heurtent un tabou. Certaines d’entre elles, comme on l’a vu, prennent à revers le préjugé de faiblesse qui entoure leur état en refusant tout traitement de faveur durant cette période. D’autres profitent au contraire de cette occasion pour réviser leur position égalitariste. C’est ainsi que Mme Comidol (commissaire divisionnaire, pj, 49 ans), particulièrement soucieuse de prouver tout au long de sa carrière qu’elle peut aussi bien faire qu’un homme, a accepté sans peine la prévenance de ses subordonnés : lors de sa grossesse, elle n’a pas touché un seul cadavre. Le problème collectif que pose la maternité aux femmes ne concerne pas tant les aménagements contractuels qui s’élaborent selon la condition physique de chacun (et cette condition physique n’est jamais optimale tout au long de la carrière) que la valeur d’interdit que revêt cet événement. La grossesse des femmes réinscrit périodiquement la profession dans la catégorie des « sales boulots », physiquement éprouvants, réservés aux policiers de sexe masculin.

57Un autre événement, corollaire de la maternité, peut faire l’objet d’un traitement discriminatoire, de nature à rappeler l’incompatibilité entre la fonction de policier (censée être exercée vingt-quatre heures sur vingt-quatre) et le fait d’être une femme : il s’agit des absences dues à des enfants malades (de courte durée ou institutionnalisées sous la forme d’un temps partiel). Les femmes savent qu’elles sont attendues sur ce point précis et celles qui en ont les moyens familiaux et matériels veillent à s’organiser pour ne pas être absentes. La solidarité des femmes en position de commandement, y compris lorsqu’elles ont déjà élevé leurs enfants, est de fait assez aléatoire. Les jeunes et futures mères sont considérées comme a priori indisponibles. Ce préjugé a des conséquences directes sur la carrière.

J’ai l’exemple d’une femme avec trois enfants qui a demandé à travailler à 80 %, elle se l’est fait reprocher et ses notes ont baissé. Elle est officier, elle n’est pas montée en grade, c’était marqué sur son dossier : « manque de disponibilité pendant un an ». Alors que dans le même temps, un de ses collègues en dispo a retrouvé son poste et est monté en grade, c’est injuste. La collègue féminine était très remontée de se faire doubler par lui (Mme Comipon, commissaire principale retraitée, 59 ans).

58L’indignation de Mme Comipon est assez rare : une seule autre commissaire interrogée s’est insurgée contre ce type de discrimination. Les femmes policiers qui n’ont pas d’enfants (ou des enfants qui ont grandi) et qui ont réussi le cursus honorum, ainsi que celles qui sont arrivées à s’imposer comme des « hommes » à part entière en s’arrangeant pour que leurs charges familiales ne pèsent pas sur leur carrière, contribuent à valider la misogynie de leurs collègues masculins en se ralliant à leurs positions, ou en initiant elles-mêmes des actes de discrimination. Cette collaboration des femmes n’explique cependant pas, à elle seule, l’impunité avec laquelle ces actes de misogynie sont perpétués. Ils sont favorisés par les structures de l’institution qui organisent l’indisponibilité de son personnel, en ne mettant pas à sa disposition des moyens de garde adéquats et en n’offrant pas de système de remplacement des absences. Les conséquences de cette négligence sont reprochées aux femmes comme un fait de nature dont elles seraient seules responsables, scellant leur incompatibilité avec le métier, alors que c’est une question organisationnelle.

59Une nouvelle borne est franchie quand c’est l’appartenance de sexe en tant que telle, indépendamment des compétences, des motivations, de l’âge ou de la maternité, qui est stigmatisée. Dans la profession, il existe un contingent d’hommes ouvertement hostiles à tout policier de sexe féminin, pour qui les femmes, quelles qu’elles soient, « n’ont rien à faire dans la police », selon l’expression consacrée. Cette hostilité peut se traduire aussi bien par des actes d’humiliation professionnelle (empêcher la femme de sortir en patrouille) que par un tir nourri de réflexions et de blagues sexistes (au second degré difficilement perceptible), visant à exclure les femmes et jouer la fonction de « réassurance virile » « pour et devant les autres membres du groupe masculin » (Pfefferkorn 2006 : 220-221), virant au harcèlement. Toutes les femmes interrogées ont au moins rencontré un spécimen de ce type (un « miso », un « macho » ou un « anti-femmes dans la police ») au cours de leur carrière et s’en souviennent durablement. Elles ont échoué à le convaincre qu’il avait tort et elles obtiennent rarement gain de cause en cas de plainte.

Ça m’est arrivé une fois. Au moment où j’ai changé de brigade. C’était un misogyne pas possible. Pour lui, la femme devait rester à la maison. Il avait des allusions sur le fait que s’il était avec une femme, ça pourrait mal se passer. Une fois, il m’a retirée carrément de la voiture, sans me remplacer parce que j’étais une femme. Ma hiérarchie n’a pas voulu s’occuper de ma plainte. Je suis allée voir le syndicat. Je savais que ça allait être perpétuel. Il a été muté où il voulait comme il était le chef, c’était lui qui décidait (Mme Gardamir, gardien de la paix, 34 ans).

  • 19 Dans une entreprise où les femmes sont soumises à la difficulté de retrouver un emploi, dans l’Édu (...)

60Les femmes bénéficient en effet d’une faible solidarité de la part de leurs collègues ou de leurs supérieurs. Ces hommes misogynes, bien que minoritaires, constituent un groupe suffisamment puissant pour ne pas être blâmés par leur hiérarchie pour discrimination sexiste et échapper aux conseils de discipline. Les syndicats sont parfois convoqués pour tenter une conciliation, mais ils se rallient à la coutume : c’est aux plaignants (en l’occurrence, les femmes) de quitter la place en changeant de brigade ou de service, sans obtenir de condamnation officielle de la violence sexiste exercée. Pour l’heure, le principe de rotation de poste est considéré par l’administration comme une protection suffisante. La souplesse de ces réaffectations, si elle permet de limiter le temps d’exposition des femmes à des actes de misogynie systématique19, n’est pas sans effets pervers : elle perpétue l’idée qu’il existe une inadéquation fondamentale entre ce métier d’homme et le recrutement de fonctionnaire de sexe féminin. Si les femmes harcelées sont rarement défendues par la hiérarchie, c’est parce qu’elles méritent, en tant que femmes, un tel traitement. Cette exposition à la misogynie fait en quelque sorte partie des risques du métier. Une femme brave et vaillante doit être en mesure d’endurer de tels assauts — ce qui revient à ôter tout caractère discriminatoire à la misogynie, convertie en épreuve initiatique.

61Dans ces cas de misogynie systématique, il faut accorder une place particulière à la misogynie des femmes hétérosexuelles à l’égard des lesbiennes.

Les femmes, c’est les pires. Pour les hommes, la lesbienne, ça reste un fantasme. Mais les femmes, surtout dans la hiérarchie, on leur fait peur. Elles ont peur d’être confondues avec nous. Le pire, ce sont les garçons manques. Je me souviens d’une officier. Elle me harcelait. Elle me faisait réflexion sur réflexion sur mon boulot pour un rien. Je croyais qu’elle en était [lesbienne]. Pas du tout. Elle était mariée, avec des enfants (quoique ça ne veut rien dire, il y a des refoulées). Elle me harcelait parce qu’elle avait peur qu’on croie qu’elle était lesbienne. C’est très fréquent. Il y a tellement de garçons manqués chez nous (Mme Legardur, gardienne de la paix. SP, 40 ans).

  • 20 On avait déjà constaté ce même phénomène lors de la formation à propos de Mlle Gardeleb.

62Cette homophobie rend compte des limites assignées au processus de virilisation. Les bricolages identitaires avec le genre viril sont acceptés à partir du moment où les apparences de l’hétérosexualité sont respectées. Les femmes hétérosexuelles veillent particulièrement à ce que l’hétéro-normativité soit respectée20.

63Le groupe des femmes est ainsi loin d’être homogène. Si la majorité adopte un ou plusieurs attributs virils, un certain nombre d’entre elles n’ont pas les moyens matériels ou physiques de se conformer aux attentes de ce métier d’homme et sont considérées comme inaptes lorsqu’elles n’ont pas trouvé une fonction en correspondance avec leur genre féminin. Le groupe des hommes n’est, certes, pas plus uniforme, mais quelles que soient la fonction qu’ils occupent et leur aptitude physique, ils disposent du préjugé de compétence réservé aux hommes. La virilisation des femmes laisse intacte la hiérarchie entre les sexes : un homme exerçant un métier viril sera supérieur à une femme exerçant le même métier, laquelle sera, certes, supérieure à un homme exerçant un métier féminin, mais ce dernier restera supérieur à une femme exerçant un métier féminin (Mathieu 2002). Cette hiérarchie explique pourquoi le sexisme est si peu condamné. Car tel est le point central : les misogynes ne sont pas officiellement sanctionnés par leur hiérarchie, ou très rarement. En cela, l’institution suit un modèle adopté pour tout type de conflit : quand les différends et les discriminations ne sont pas réglés localement, les personnels problématiques, en l’occurrence les femmes, sont déplacés par la hiérarchie. Elles sont priées de changer de poste. Cette coutume du déplacement (accentuée par la forte mobilité des policiers), si elle empêche tout règlement structurel, explique en partie pourquoi les femmes tolèrent une telle misogynie et aiment à la définir comme ponctuelle : soit elles ont été exposées à ce type de harcèlement de manière temporaire (elles ont été mutées ou l’auteur des faits a été muté) ; soit elles ont converti l’expérience en défi.

Parades et tactiques traversières

64Pour contrarier ces opérations de naturalisation du sexe féminin dans l’évaluation des compétences professionnelles, les femmes ont mis au point des parades qui relèvent de la tactique, selon les termes de Michel de Certeau, en ce qu’elles constituent un processus d’adaptation aux coutumes existantes et qu’elles n’apportent pas de transformation structurelle (de Certeau 1990). Ces parades permettent d’atténuer les effets de la misogynie invasive. S’agit-il d’une incorporation sans distance du credo viril ? Dans certains cas, il est tentant d’interpréter la somme de ces parades comme l’indice d’un trouble, traduisant une adaptation temporaire des femmes à leur environnement, avant la constitution de nouvelles normes partagées par les deux sexes.

65Une première tactique consiste à redorer le blason des métiers typiquement féminins en les virilisant. Les brigades des mineurs sont principalement concernées par cette opération de conversion : comme il s’agit d’une brigade qui accomplit un travail de terrain et qu’elle traite d’une criminalité reconnue par les médias, les policiers sont à même de défendre une position virile. Ainsi les femmes insistent-elles sur la dureté d’une telle brigade, en mettant en avant la nécessité de faire preuve de résistance nerveuse et psychologique, la pénibilité des affaires, la violence du travail (lors des retraits d’enfant, notamment) et la responsabilité centrale de cette brigade à l’égard de la société. « 11 faut une santé mentale à toute épreuve », explique Mme Commandol (commandant, pj, 46 ans), à la tête d’une brigade des mineurs. « Il y a beaucoup de travail de fait et beaucoup de contraintes et tous les jours, on prend de graves décisions pour des jeunes, quand on doit faire un retrait d’enfant, on essaie de convaincre la mère. C’est très lourd. On a des affaires criminelles avec de longues investigations. C’est un vrai travail de police » (Mme Comidul, commissaire divisionnaire, pj, 51 ans).

66La masculinisation des effectifs de la brigade des mineurs constitue un autre procédé de revalorisation de cette « matière » policière. Mme Comidul ne plaide pas pour une surféminisation (c’est-à-dire au-delà de 50 %) dans l’intérêt du service - au motif que les mineurs victimes ont besoin de référent masculin.

Aux Mineurs, il faut un équilibre. Je tiens à un nombre égal d’hommes et de femmes, on ne peut pas aller dans une féminisation à outrance. 11 y a des missions où on a besoin de la présence des hommes. C’est une réalité, on a chacun nos qualités [...] Ici, la nuit, je ne mets pas trois femmes seules. Je suis obligée de panacher. C’est nécessaire, ne serait-ce que pour fouiller un GAV masculin. Vu la matière qu’on traite, il ne faut pas que des femmes, il y a des fois où l’absence de réfèrent masculin est flagrante. Ce sont des familles monoparentales avec une mère, une grand-mère, ensuite, ils voient une psychologue, une éducatrice, une maîtresse à l’école, une juge d’instruction et une femme policier... C’est bien qu’un enfant puisse discuter avec un homme car il n’a pas cette image du père. C’est flagrant dans certaines situations. Je ne suis pas la seule à le penser. 11 faut que les hommes réinvestissent cette voie. Ces petits garçons qui ne voient que des femmes, ce n’est pas bon (Mme Comidul, commissaire divisionnaire, pj, 51 ans).

  • 21 Cette tradition est propre à la préfecture de Police qui dispose de la plus grande brigade des min (...)
  • 22 Tel est le surnom donné aux brigades des mineurs.

67Ces éléments de réhabilitation de la brigade des mineurs commencent à porter leurs fruits auprès des jeunes officiers qui prônent une modernisation des méthodes (tels le suivi des pédophiles qui sortent de prison, les recherches sur internet, le contrôle des sex-shops) et s’opposent à la tradition d’« enquête sociale », héritée du temps des assistantes de police21. L’accès de la « brigade biberon »22 au statut de brigade virile - ou tout au moins, indifférenciée - est cependant loin d’être atteint. Il faudrait que dans le même temps se masculinisent et soient valorisées les autres professions spécialisées dans le traitement de l’enfance et de l’adolescence. Or les magistrats et les assistantes sociales avec qui les policiers de la brigade des mineurs sont en contact sont majoritairement des femmes.

68Une deuxième tactique consiste à revendiquer une position de minorité numérique. Plus la brigade est réputée virile, plus les femmes sont soucieuses de leur exclusivité. Cette logique ne répond pas seulement aux préférences des femmes, mais aussi à une anticipation des craintes masculines d’une invasion féminine. Les femmes ont intériorisé le fait que « féminisation » rime avec « dévalorisation ». Les résultats de l’enquête sociodémographique sur la question de la féminisation de la profession sont éloquents : la majorité des femmes gardiens de la paix et officiers sont satisfaites de la proportion de femmes dans leur service (64 % et 70 %). Mais contre toute attente, ce sont les hommes qui sont les plus nombreux à défendre l’augmentation des effectifs féminins : seulement 3 % et 11 % des femmes officiers et gardiens de la paix estiment que l’effectif féminin est insuffisant contre 16 % et 12 % parmi leurs homologues masculins. Il est cependant clair, pour les policiers des deux sexes, que la féminisation ne peut pas dépasser la parité. Très réceptifs aux discours sur la montée de l’insécurité et le machisme de la « racaille », les policiers considèrent qu’il faut un personnel adapté à ce type de délinquance, autrement dit, une majorité d’hommes et une minorité de femmes. C’est donc sans hésitation que les femmes adoptent le discours dominant sur la nécessité de limiter l’augmentation du nombre de femmes dans la profession.

69L’argument de la limitation de la féminisation n’est pas sans ambivalence : certaines femmes, en même temps qu’elles déclarent vouloir préserver le principe d’une supériorité numérique des hommes, révèlent la fragilité de leurs collègues masculins, qui doivent sans cesse être rassurés sur leur capacité de résistance. Ce type de discours, élégant et rusé dans sa formulation, permet ainsi d’affirmer la suprématie numérique des hommes, sans disqualifier les femmes.

Il ne faut pas non plus trop de femmes à la brigade des mineurs, je suis très attentive à l’équilibre dans le nombre, mais aussi parce que ça dévalorise les hommes. Les hommes sont plus fragiles qu’on ne le pense. Les femmes vont aller nager, manger, faire une course, elles ont le ménage en plus, elles vont vivre à 100 à l’heure. Le midi, elles vont manger à la maison. Les hommes ont une vie beaucoup plus pépère. Donc il ne faudrait pas qu’on les mange, il ne faudrait pas les étouffer (Mme Commandol, commandant, SP, 52 ans).

70Une troisième parade consiste à éviter une solidarité féminine trop ostensible. Les fortes femmes sont assez soucieuses de ne pas être assimilées aux femmes typiquement féminines, aux femmes fragiles qui alimentent la critique générale sur les femmes dans la police. « Elles nous font du tort. S’il y en a une qui traîne la patte, qui ne veut jamais sortir, on a tout de suite droit à des commentaires sur les femmes dans la police. Pour une de pas terrible, c’est toutes les autres qui prennent » (Mlle Gardel, gardien de la paix, SP, 32 ans). Il importe aussi de ne pas trop ouvertement prendre la défense des femmes qui sont la cible ponctuelle ou systématique de collègues misogynes. Les femmes victimes de discriminations sexistes en témoignent : les collègues femmes, soucieuses de leur réputation, n’ont apporté qu’un réconfort aléatoire. La solidarité féminine se négocie au cas par cas, elle n’est pas instituée comme dans les pays anglo-saxons où les associations de femmes policiers ont pignon sur rue. Quand cette sororité est revendiquée et étiquetée comme typiquement féminine (« le groupe des bonnes femmes »), elle fait l’objet d’une disqualification, y compris lorsqu’il s’agit d’un groupe de fortes femmes. « On était craintes, on se méfiait de nous, les trois collègues féminines qui étions dans les services judiciaires, on était des nanas qui avions du cran et des personnalités affirmées. Et les mecs se sentaient écrasés », explique Mme Commandil (commandant, dpfn, 50 ans). Il est plus prudent, pour les femmes, de ne pas être regardées comme un clan d’Amazones, déclarant la guerre des sexes. Il est plus rentable au contraire de qualifier les femmes de « jalouses », « mesquines », « garces » et d’affirmer préférer travailler avec leurs homologues masculins, plus « francs du collier ».

Je ne supporte pas les filles dans la boîte, je n’ai pas d’amies collègues féminines. Au collège, j’avais des amies filles, mais dans la boîte, non, parler chiffons et les cancans, non, elles n’étaient pas intéressantes. J’étais mieux avec les garçons, pas les jeunes, les anciens. Je préférais leur mentalité. Je les préférais. Pourtant, j’étais la plusjeune, ils m’ont jamais dit : pousse-toi, reste dans la voiture, je n’ai jamais eu de problèmes. Ils ne m’ont jamais demandé de reculer, comme je suis curieuse en plus. J’ai demandé la brigade de nuit, il y avait beaucoup de femmes, sur 90, on était 30 filles. On avait des points fixes à tenir puis les véhicules, on te mettait au poste à la radio, à la cafétéria, au téléphone, on faisait moins de police secours. Pour certains, les filles sont juste bonnes à faire la cuisine et à répondre au téléphone. Il y a des filles, ce sont de vraies secrétaires, elles sont bien maquillées, elles ont les ongles faits. Elles ne faisaient pas de rabiot, elles ne voulaient pas se blesser. J’ai dû faire ce poste deux ou trois fois, au début, tu ne dis rien, tu attends d’être titulaire et après, c’est fini, j’ai dit que je ne voulais plus être à la radio. Je préférais être avec les anciens (Mme Gardot, gardien de la paix, SP, 28 ans).

71Ainsi, en dépit d’expériences communes très fortes et très semblables d’un entretien à l’autre (comme la misogynie ponctuelle ou répétée), les femmes policiers ne mettent pas au point de stratégie collective de règlement des conflits. Les femmes rabattent les désagréments ou les souffrances qu’elles vivent sur des considérations d’ordre individuel et local (Molinier 2003 : 25-26). En entretien, elles ne proposent pas de remise en question collective de l’organisation des congés de maternité, par exemple, ou de la hiérarchie des sanctions disciplinaires. Elles n’envisagent aucun projet d’amélioration sinon la limitation du nombre de femmes dans la police. S’illustre ici le principe de consentement des dominés à leur domination - un consentement sous contrainte (Mathieu 1991 : 131-225) : les femmes policiers sont soumises à une mise à l’épreuve et à un contrôle de leurs faits et gestes, bien supérieurs aux hommes. Elles dépensent une charge psychique et physique extrêmement élevée pour ne pas être taxées d’incompétence, et être à la hauteur de l’idéal viril de la profession, ce qui ne les prédispose pas à prendre une position de surplomb et de renversement des pratiques policières en cours — d’autant qu’une partie des femmes réussit, avec le temps, à s’imposer comme de « vrais » policiers. Contraintes d’être sur leurs gardes, les femmes pensent avant tout à assurer leur bien-être propre. Cet individualisme est renforcé par le principe de l’exceptionnalité qui prévaut dans le processus de féminisation de l’institution policière : femmes d’honneur et femmes déshonorantes sont sommées de demeurer des cas uniques en leur genre.

L’accès partiel aux activités de coulisses

  • 23 Ce terme ne recouvre pas exactement la notion de « Police (canteen) culture » (Fielding 1994 ; Wad (...)

72L’adhésion d’une grande partie des femmes à la virilité policière ne touche pas seulement les activités de travail proprement dites. Le brouillage des stéréotypes de sexe concerne également les pauses, les fêtes et les conversations informelles, autrement dit les « à-côtés » du travail, indispensables à la mise en place d’un esprit d’équipe et, plus largement, d’un esprit de corps. Ce type de sociabilité, répandu dans un grand nombre de métiers (la salle de repos des hôpitaux, les vestiaires d’une usine, la salle des professeurs d’un établissement scolaire), occupe une position assez centrale dans l’organisation du travail policier. L’attente dans le fourgon, le changement d’uniforme dans les vestiaires, le repas pris en pleine nuit dans la cuisine offrent autant d’occasions de retrait à l’écart du public et de la hiérarchie. Le contrôle discontinu des policiers de terrain, le caractère secret d’une partie de l’activité policière (Simmel 1991 : 87-88) et le caractère éprouvant du « sale boulot » augmentent les tentations d’accomplir pendant les temps morts des activités interdites par le règlement et le code de déontologie. Les coulisses23 constituent en effet un « lieu où l’on a toute latitude de contredire sciemment l’impression produite par la représentation [...] C’est là que l’acteur peut se détendre, qu’il peut abandonner sa façade, cesser de réciter un rôle » en ayant « l’assurance qu’aucun membre du public ne fera intrusion » (Goffman 1973 : 111). Cette position de retrait autorise les comportements les plus régressifs, caractéristiques de l’homosociabilité virile.

73Le langage des coulisses consiste à s’appeler les uns les autres par le prénom, à proférer des jurons, à faire ouvertement des remarques d’ordre sexuel, à émettre des grognements, à fumer à s’habiller de façon négligée, à se tenir assis ou debout dans une attitude « avachie », à utiliser un dialecte ou une langue argotique, à marmonner et à crier, à taquiner et à faire des blagues aux gens, à manquer d’égards pour les autres dans des actes apparemment mineurs mais qui peuvent être dotés d’une signification symbolique, à se laisser aller physiquement à des incorrections mineures telles que fredonner, siffloter, mâchonner, grignoter, éructer et émettre des flatuosités [...]. Le comportement des coulisses présente ce que les psychologues pourraient appeler un caractère de « régression » (ibid. : 124-125).

74S’ajoute une dimension sexuelle : « Compétitions de zizis, marathons de branlettes (masturbation), jouer à qui pisse (urine) le plus loin, excitation sexuelles collectives à partir de pornographie feuilletée en groupe » (Welzer-Lang 2000 : 115). Reste à savoir dans quelles limites les femmes se livrent à l’ensemble des activités de décompression policière. Les femmes sont en effet testées sur leur aptitude à participer à ces activités de relâchement ou à les tolérer, sans dénonciation publique.

Des femmes dans la maison des hommes

75En devenant policiers, les femmes n’ont pas seulement transgressé l’interdit du partage des armes (Tabet 1979), elles ont déplacé les frontières de l’intime. En pénétrant dans l’enceinte du commissariat, elles ont eu l’occasion d’assister ou de participer à des opérations de relâchement jusqu’alors soustraites au regard des femmes, à commencer par les épouses, et plus largement du public. Pour reprendre la formule de Maurice Godelier, les femmes sont entrées dans la très fermée « maison des hommes » (Godelier 1996). La transgression réalisée est bien plus forte que celle accomplie sur le terrain de l’acquisition de compétences viriles. À l’exception notable de la taverne et du café où les femmes occupent depuis longtemps une place très légitime en tant qu’hôtesses, chanteuses, danseuses, prostituées, la participation des femmes à l’homosociabilité virile est assez rare. Goffman ne manque pas de le souligner : la distinction de sexe constitue la limitation « la plus importante » de « l’activité de coulisse ». « Il semble en effet qu’il n’existe pas de sociétés où les membres des deux sexes, aussi étroitement liés qu’ils soient, ne maintiennent pas certaines apparences les uns devant les autres » (Goffman 1973 : 126). Norbert Elias attribue ces bienséances au refoulement progressif de la sexualité « reléguée, par le processus de civilisation, à l’arrière-plan de la vie sociale ; elle appartient dorénavant à une "enclave" déterminée, la "famille restreinte" ; dans la conscience des hommes, les relations entre les sexes s’en trouvent également refoulées, isolées, transportées dans une enceinte fermée. Une atmosphère de gêne, expression de la peur sociale, baigne cette sphère de la vie humaine » (Elias 1973 : 264). Les observations menées en commissariat présentent une tout autre économie des rapports sociaux de sexe, témoignant d’une levée partielle des règles de pudeur. Le relâchement n’est cependant pas total. Les coulisses policières se divisent en un premier cercle où les femmes sont admises et un second cercle, d’où elles sont exclues, du moins en tant que participantes consentantes.

76Avant de détailler les activités de coulisses auxquelles les femmes ont le droit de participer, il importe de comprendre les raisons de cette mixité. L’entrée des femmes dans la « maison des hommes » a d’abord été imposée par la volonté affichée de les mettre à l’épreuve. La ségrégation des espaces (en dehors de la brigade des mineurs parisienne des années 1930 aux années 1980) ne s’est tout d’abord que très partiellement accomplie. La plupart des chefs de service ont tardé à installer des vestiaires et toilettes séparés, obligeant les femmes à se changer dans leur bureau, dans les vestiaires des hommes ou dans des lieux aussi improbables qu’une chaufferie (c’est le cas au commissariat Oméga). Les femmes, par souci d’intégration, ne se sont pas plaintes du caractère précaire de ces infrastructures. Ces lenteurs administratives délivrent un message clair : il n’est pas question d’édifier une quelconque « maison des femmes ». Si les femmes veulent bénéficier d’un lieu de repos, elles devront s’accommoder des lieux existants, comme la cuisine et le bar. L’intégration des femmes passe par l’initiation à l’homosociabilité virile.

77L’intégration des femmes aux coulisses des commissariats a également été facilitée par l’expérience du sale boulot : à partir du moment où les femmes sont confrontées aux mêmes expériences de travail que leurs coéquipiers, elles ne sont pas épargnées par les situations de stress, d’anxiété, de peur, de souffrance et d’« usure mentale » (Dejours 1993). « On a un métier assez dur. On voit tous les dessous de la vie. Il faut aller ramasser les cadavres. Les blessés, les chiens, les différends familiaux, ce n’est pas un métier », conclut Mme Gardamar (gardien de la paix, SP, 34 ans). Au même titre que les hommes, les femmes sont dans la nécessité de mettre au point des stratégies de résistance aux vicissitudes du métier. Elles peuvent soit utiliser des systèmes de défense typiquement féminins, comme le sourire indéfectible, le refuge dans la vie de famille, le travail de compassion (Pinto 1990 : 32-48 ; Molinier 2003), soit adopter les ressources immédiatement disponibles dans la profession, autrement dit, des modes de décompression virils, comme la force, le courage, l’endurance à la douleur, le mépris de la souffrance, les conduites à risque, l’humour salace, la lubricité (Dejours 1997). En l’absence de solidarité féminine marquée, il importe de ne pas se priver de défenses collectives. Il est en outre plus valorisé d’imiter les hommes que de jouer sur la différence des sexes. Toute opposition manifeste de la part des femmes signerait une mise à l’écart immédiate des réseaux de sociabilité, mais aussi des réseaux de travail. La majorité d’entre elles a ainsi opté pour une position de complicité à l’égard des modes de décompression virils existants. En cela, les femmes policiers ne se différencient pas des femmes d’autres métiers : à l’hôpital, les infirmières acceptent les blagues de carabin des médecins.

  • 24 L’enquête sociodémographique a établi que les femmes gardiens de la paix sont issues exactement de (...)

78Une différence majeure distingue cependant la police d’autres professions mixtes : la collaboration des femmes aux activités de coulisses peut être très active. Les femmes ne sont pas contraintes à la même obligation de pudeur que dans la vie civile. Moins elles sont gradées, plus il est toléré qu’elles se livrent au même type de décompression que les hommes virils — très proches des jeux pratiqués par les classes populaires dont elles sont également issues24. Inversement, plus les femmes sont bourgeoises, plus elles sont spectatrices. Mais si elles passent outre les bienséances, elles ne sont pas mises au ban de la communauté policière. Elles sont bien au contraire saluées pour leur sens de l’intégration. Ainsi, même si tous les hommes ne sont pas de fervents adeptes de la vulgarité féminine, un principe est acquis : les femmes sont autorisées à participer activement aux activités de coulisses qui ont cours dans la « maison des hommes ». Actrices ou spectatrices, elles participent.

  • 25 Mme Gardet témoigne en effet de l’affectation prioritaire d’une collègue ex-aspn à la cuisine, mai (...)

79La première activité, facilement accessible aux deux sexes, est celle du repas. Quand les femmes sont arrivées, ce type de convivialité (qui dans la sphère domestique incombe aux femmes) était déjà institutionnalisé par la présence d’un bar et d’une cuisine et ces espaces étaient régentés par les hommes : un gardien de la paix ou plusieurs étaient en effet affectés de manière permanente à la préparation de repas collectifs et assez copieux. Les policiers s’arrangent pour obtenir des accords avantageux avec les bouchers et les commerçants environnants. D’après les témoignages recueillis, les femmes (en dehors d’un cas)25 n’ont pas été réquisitionnées pour préparer les repas. Cette tâche était prioritairement réservée aux anciens, aux « désarmés » et aux alcooliques.

Quand je suis arrivée, à l’époque, il y avait plus d’anciens, le matin on buvait le café et à 10 heures, on allait à la boucherie, on achetait du pâté, on cassait la croûte, la nuit, on faisait un vrai repas. On s’use, la nuit, on faisait un vrai repas. On s’installait vraiment. On mettait la nappe. On avait nos couverts. Les repas duraient vraiment longtemps. Il y avait un ancien gentil qui buvait, il descendait souvent boire un coup (Mme Gardet, gardien de la paix, sp, 32 ans).

80La création des brigades de nuit (auparavant, toutes les polices secours faisaient une vacation de nuit) et la fermeture des bars clandestins au cours des années 1990 ont cependant conduit à la suppression corrélative du poste de cuisinier et à la diminution des repas collectifs. La nostalgie de cette convivialité reste encore vivace dans les esprits.

La fin des bars clandestins, chez nous, ça s’est passé en 1992-1993 pour lutter contre l’alcoolisme. Cela permettait à tout le monde de se retrouver le matin, le soir ou dans la journée. Un policier était affecté à cette mission, préparait les sandwichs, c’était convivial. Les soirs de match ou de film - on savait qu’il n’y aurait personne dans les rues - on faisait des barbecues. Ça cimentait le commissariat. Ça faisait un sas entre le boulot et chez soi. Ça permettait de s’échanger des consignes. On arrivait une demi-heure avant au travail. On décompressait. On parlait d’autre chose que du boulot. On se connaissait mieux. Quand le bar a disparu, les alcooliques ont continué de boire et les relations dans le commissariat sont devenues plus anonymes (gardien de la paix, la trentaine, conversation informelle).

81Les repas se sont individualisés, mais les cuisines sont restées en place. Les grandes tablées n’ont pas disparu et les femmes y sont conviées au même titre que les hommes. L’organisation régulière des repas dépend désormais du degré de cohésion de chaque brigade et du degré d’équipement de chaque lieu (certains disposent d’une cafétéria). Les policiers restent en outre adeptes des mêmes « bonnes combines » que les salariés d’une entreprise : achat de foie gras en gros, contact avec un producteur viticole, prix sur du matériel de construction fourni par un cousin, etc. Les tablées policières permettent aussi que d’autres activités s’y déploient : jeux de cartes, jeux de dés, jeux de boules et apéritifs. Mme Gardet raconte que pour sa part, elle n’appréciait pas cette « ambiance tripot » et qu’elle préférait patrouiller, mais qu’une « mamie » (une gardienne de la paix proche de la retraite) jouait volontiers avec eux.

  • 26 Jean Peneff montre qu’aux urgences, les infirmières revendiquent bien au contraire cette qualité l (...)

82La tradition de ripaille, si elle est moins régulière qu’auparavant, se maintient également sous forme de banquets et de pots, pour fêter une mutation ou la clôture d’une belle affaire. Étant donné la rotation des postes, ces pratiques sont assez répandues. Là encore, c’est l’esprit d’équipe qui domine et les femmes policiers de terrain sont conviées à ce type d’événement, au même titre que les hommes. On a remarqué que les femmes, tout au moins les plus jeunes d’entre elles, se gardaient bien, à cette occasion, d’apparaître comme des cordons-bleus, abonnées à la préparation de gâteaux et de quiches26. Des restaurants, prévoyant des prix spéciaux pour la clientèle policière, sont réservés à cet effet. Tantôt les conjoints sont invités, tantôt les repas sont réservés aux policiers d’une même brigade. Les femmes y sont admises et elles assistent aux concours de flatulence et aux traditionnelles déculottées des hommes éméchés. Par prudence, une partie des femmes se contente de participer à la première partie de la soirée ou aux repas diurnes.

83L’humour constitue un second moyen de décompression traditionnel dans la profession (fréquent dans les métiers de l’urgence et les « sales boulots »). Soumis à l’obligation de garder bonne figure devant le public, quel que soit l’événement (du plus tragique au plus risible), les policiers se lâchent quand ils se retrouvent entre eux.

Si ce n’est pas convivial, le boulot est triste. Ce n’est pas facile comme boulot, on rame, il faut faire des farces. Si vous faites des enquêtes d’essai [enquête sur les morts], vous êtres confronté à la mort. Tous les jours, vous avez des gens qui se plaignent. Il faut une soupape. C’est les blagues. On parle pas mal cul. C’est une façon d’expurger tous nos problèmes, ce n’est pas facile, la misère, la violence. Il faut un noyau familial stable car chez nous, c’est la deuxième profession où il y a le plus de suicides. C’est dur. Il faut déconner. Il y a beaucoup de femmes, on est badin, on est taquin, il faut savoir s’arrêter, mais il faut une certaine convivialité, sinon c’est triste. Le métier à la base n’est pas terrible, alors j’essaie de distiller un peu de joie (M. Caper, capitaine, sp, 38 ans).

84L’arrivée des femmes a fait baisser le niveau de vulgarité, mais la part de plaisanteries salaces reste particulièrement élevée. C’est l’un des points soulevés le plus fréquemment par les femmes et les plus immédiatement perceptibles sur le terrain. « Il faudrait que tu reviennes plus souvent, m’explique le chef de la bac du commissariat Oméga : c’est le seul soir où mes hommes n’ont pas lâché une caisse. » Mme Gardot renchérit aussitôt, en expliquant qu’on ne lui réserve pas les mêmes égards : « Toutes les nuits, moi, j’ai droit à un festival de pets et de rots », dit-elle en riant devant ses collègues. Mais là encore, il faut noter des limites à la participation féminine : sur le plan de la scatologie, les femmes restent d’une manière générale assez réservées, elles se contentent d’être, au mieux, des spectatrices amusées.

85Pour ce qui est des blagues et des commentaires sexistes et sexuels, les femmes sont en revanche plus prolixes. Étant directement concernées par ce type d’humour, il est important qu’elles sachent faire preuve de répartie. La beauté, immédiatement visible, fait partie des critères d’évaluation des nouvelles arrivantes (à défaut d’être compétente, sera-t-elle au moins « mignonne » ?). Les femmes doivent par conséquent apprendre assez vite à se défendre sur ce terrain, en commençant tout d’abord par ne pas prendre la mouche quand leurs collègues sont grivois, puis en répondant, le cas échéant, sur le même registre. Certaines vont jusqu’à prendre l’initiative de ce type de commentaire. C’est ainsi qu’une gardienne de la paix du commissariat Oméga, en voyant passer par la fenêtre une femme en minijupe, n’hésite pas à faire défiler tous ses collègues à la fenêtre pour leur faire admirer cet objet de convoitise sexuel : « Putain, ces jambons. Venez voir », s’exclame-t-elle. A une autre occasion, une autre gardienne de la paix travaillant aux plaintes n’a pas hésité à répondre vertement à un collègue, qui ne cesse de faire des allusions sexuelles : « Pourquoi tu causes toujours de sexe ? Tu dois en avoir une toute petite. » Cette répartie lui attire les rires complices des autres gardiens de la paix présents. Ces scènes témoignent d’une appropriation par les femmes d’un mode de défense élaboré par les hommes et de sa grande efficacité fonctionnelle : que ce soit finalement un homme ou une femme qui fasse preuve d’obscénité a assez peu d’importance. Ce qui importe, dans les cas cités, c’est l’unité collective que suscitent ces marques langagières de commune appartenance au genre viril.

  • 27 D’après notre enquête dans la pj Delta auprès de policiers très divers (et par ailleurs prompts à (...)

86Les femmes officiers, issues d’un milieu social légèrement plus élevé que leur consœurs gardiennes de la paix, font preuve de la même capacité d’adaptation. Les officiers ne sont pas moins graveleux que leurs subordonnés. Les femmes officiers sont donc obligées d’apprendre assez vite à ne pas rougir des gauloiseries de leurs collègues. Certaines d’entre elles rivalisent avec les hommes en terme de vulgarité. C’est le cas de Mlle Lieutac (lieutenant, pj, 36 ans), qui a antérieurement travaillé dans les quartiers les plus chauds du département, et qui est rompue à l’art de la vanne. Elle n’hésite pas à provoquer ses collègues sur le terrain de la virilité : lors d’une réunion informelle de travail sur le silence de tel et tel mis en cause, elle n’hésite pas à préciser que « avec deux doigts dans la prise », ils seraient peut-être plus « causants » Étant donné le très faible usage de la violence dans cette pj27 et le ton sur lequel cette remarque a été proférée, il s’agissait ici d’humour noir. A une autre occasion, Mlle Lieutac fait la démonstration de son sens de la répartie, en explorant un autre terrain, celui de la sexualité. Mlle Lieutec (lieutenant, pj, 29 ans) était en train de demander à un collègue gardien de la paix comment s’était passé le week-end avec sa conjointe (qui habite en province). Ce dernier explique calmement qu’ils ne sont pas sortis. Mlle Lieutac, qui passait dans le couloir, ne résiste pas au plaisir subversif de faire un bon mot, accompagné d’un geste suggestif : « C’est sûr qu’il n’est pas sorti, il n’a fait que rentrer. » Son chef de groupe, qui l’accompagnait, part d’un éclat de rire, laissant Mlle Lieutec et le gardien de la paix stupéfaits d’avoir été interrompus de la sorte. En tant qu’observatrice femme, j’ai dû moi-même me familiariser avec ce type d’humour. Je n’avais pas été aussitôt présentée à un officier de la PJ Delta qu’il a déclaré, l’œil pétillant, qu’il pouvait tous les jours me consacrer une demi-heure entre midi et deux dans son bureau. Ce commentaire a provoqué l’hilarité générale.

  • 28 En plus d’occuper le terrain de la parole, les hommes occupent également l’espace en ornant les mu (...)
  • 29 Cette adoption par les femmes de la langue verte indigène se fait également dans l’armée (Sorin 20 (...)

87On ne multipliera pas les exemples : les journées sont balisées par ce type de commentaires au point qu’ils constituent une norme relationnelle et un environnement familier28. Les hommes, plus coutumiers que les femmes de ce type de sociabilité potache, sont les auteurs principaux de ce type d’humour, mais tous les hommes ne partagent pas cette tendance et certaines femmes « n’ont pas la langue dans leur poche », explique M. Brigadey (brigadier, sp, 42 ans), en insistant bien sur le double sens de la formule. Quel que soit leur degré d’implication dans le registre de la plaisanterie, hommes et femmes ont admis un principe : l’environnement policier est fortement sexualisé et il est de règle de ne pas lutter contre cet état. L’élément le plus singulier reste la participation d’un certain nombre de femmes à ces échanges crus, témoignant de leur intégration au cours normal des conversations « entre hommes » qui continuent d’aller bon train en leur présence29.

88Dans ce cadre fortement sexualisé, les lesbiennes (du moins celles qui ne sont pas stigmatisées en tant que telles, soit parce qu’elles sont acceptées, soit parce que leur orientation sexuelle est ignorée) occupent une position privilégiée : en participant aux échanges galants à forte connotation sexuelle et au rituel d’évaluation des canons de beauté féminins, elles ont l’occasion de formuler des commentaires qu’elles ont l’habitude de taire sur la place publique. Leur attirance sexuelle pour les femmes peut être énoncée à haute voix, sous le couvert de l’humour.

Avec mon collègue, on se marre bien. On n’arrête pas de mater les nanas ensemble. Je ne suis pas sûre qu’il comprend bien que je suis dans le troisième degré. 11 sait bien que je ne suis pas hétéro, mais je crois qu’il oublie que je suis lesbienne quand je dis des trucs bien gores sur les femmes. En tout cas, ça ne le dérange pas. Et moi, ça me fait bien rire. Les magazines de cul, je les regarde avec les mecs (Mlle Legarde, gardien de la paix, pj, 28 ans).

  • 30 Les plages, n’étant pas des coulisses, n’autorisent cependant pas le même type d’activités.

89En matière de sexualisation, un dernier point doit être abordé : la participation des femmes à cette activité de coulisse typiquement virile peut très paradoxalement conduire à la mise à distance même de l’attirance sexuelle. La lubricité, banalisée, se désexualise. Le caractère rituel et institutionnalisé de ce type d’humour permet que s’instaure une forme de désinhibition contrôlée, assez comparable à celle que l’on trouve sur la plage (Kaufmann 2002)30. On en prendra pour preuve la relative indifférence qui entoure deux personnages hauts en couleur travaillant à la PJ Delta. M. Ilieutar, réputé pour sa verdeur, est un officier particulièrement apprécié de ces dames. Il les a pourtant toutes affublées d’un surnom (Mlle Ileute est appelée « bibiche », Mlle Lieutec est qualifiée de « femelle presque inutile », Mme Garlieutic, plus âgée, est tout simplement surnommée « la vieille ») et il ne manque jamais une occasion d’être salace, mais ce fidèle père de famille passe avant tout pour un comique au cœur tendre. De fait, il revendique une posture inoffensive : il se vante d’avoir réussi à ne jamais assister à une autopsie, il n’aime ni le football, ni le rugby, il clame haut et fort qu’il préfère la compagnie des femmes - qui le lui rendent bien (elles vont faire du sport avec lui et mangent avec lui tous les midis). Un modus vivendi s’est établi : il raconte des blagues misogynes à longueur de journée, mais il n’est pas sexiste dans l’exercice du travail. Il n’est dès lors pas considéré comme un « macho » lourd et déplaisant.

  • 31 Ces deux figures ne font certes pas l’unanimité dans leur service, mais les rancœurs de leurs enne (...)

90De la même manière, sur un autre registre, Mlle Lieutec a réussi à imposer son personnage de jolie femme sexy, exhibitionniste, extravertie et bonne buveuse, sans avoir à craindre de continuelles avances : elle vient en effet régulièrement au travail en robe très courte, elle ne se prive pas d’arborer les motifs les plus connotés (peau de panthère, tissu tigré), sans le payer d’une moquerie soutenue, du moins ouvertement31. Une partie des hommes interrogés à son sujet la présente comme quelqu’un avec qui on peut « rigoler » et « être naturel ». Très amoureuse de son conjoint (non-policier), elle l’a présenté à tous les membres de l’équipe et relate quotidiennement les menus événements de sa vie de couple épanouie. Ses collègues restent à distance respectueuse. L’exubérance et la frivolité physique de Mlle Lieutec ne sont pas interprétées comme des offres sexuelles.

  • 32 Le film Robocop n’explore cependant pas jusqu’à son terme cet effacement du sexe en externalisant (...)

91Ces jeux qui mettent en scène le désir des hommes et des femmes explorent les limites de l’intériorisation du contrôle des pulsions, en dehors du cadre officiel de la relation amoureuse. Les exemples cités montrent qu’il est possible pour les deux sexes de circuler dans cette zone liminale sans basculer dans le registre amoureux, d’une part, ou la violence sexiste et sexuelle, d’autre part. On s’approche du modèle utopique dessiné par le film de science-fiction Robocop, cité par une femme policier anglaise : « Avez-vous vu Robocop ? Robocop se passe au xxie siècle et c’est très high tech. Le film montre des hommes et des femmes qui se douchent et se changent- ils sont tous policiers, - il les montre dans les mêmes vestiaires. Ça ne veut pas dire que c’est ce que je veux voir, mais cela montre qu’il arrive un moment où les policiers vont travailler ensemble et qu’il n’y aura plus de frontière entre... » (Heidensohn 1992 : 198). Les points de suspension qui terminent cet extrait d’entretien sont très révélateurs : une brèche s’est ouverte. Quand le genre et le professionnalisme effacent le sexe et le sexuel, est-il encore nécessaire de se référer aux catégories d’« hommes » et de « femmes »32 ? En l’état actuel des rapports sociaux de sexe, des distinctions demeurent : si les femmes contribuent au maintien d’une forte sexualisation de l’espace et des discours policiers en exerçant une très faible censure ou en imitant leurs collègues masculins, les hommes restent les principaux promoteurs de ce type d’environnement.

92Un troisième mode de décompression viril fait l’objet d’un consensus. Il s’agit de la communion dépressive, entraînant un arrêt de travail collectif et, le cas échéant, la consommation d’alcool, à la suite d’un événement particulièrement difficile, comme une agression de policier, un suicide, la mort d’un collègue, une affaire spécialement éprouvante. Les policiers dans leur ensemble résistent à la tentation de faire appel aux aides psychologiques proposées par la police nationale. Ils plaident pour un renforcement de ce type d’aide, sans procéder à des démarches concrètes.

J’ai assisté à un procès d’infanticide, je me suis effondrée dans le box, elle avait accouché seule et avait mis son nouveau-né dans la machine à laver. J’ai vu ma fille à ce moment-là, j’ai vu les photos avec les marques du tambour, j’ai mis une semaine à m’en remettre. Nerveusement, c’est dur. Si on prend à cœur son travail, pour réussir à digérer tout ça... Ce n’est pas évident du tout. Parfois, on voit un télex qui dit qu’il y a une aide psychologique. On ne fait pas les démarches, on va en parler entre nous (Mme Brigadam, brigadier, SP, 32 ans).

93C’est toute l’ambivalence de la transformation du modèle viril : les souffrances policières ne sont pas tues, elles sont identifiées, mais les solutions collectives alternatives sont encore défaillantes. Dans l’attente d’un traitement systématique conséquent (avec la nomination, par exemple, d’un service psychologique attitré dans chaque commissariat), les policiers usent de stratégies de défense coutumières : le resserrement clanique autour d’un verre, d’un café, la conversation, l’entraide, le silence.

Une fois, j’ai eu un contrecoup, j’ai failli me faire renverser par une bagnole. Le gars ne voulait pas me culbuter, ils voulaient se barrer, mais quand j’ai vu qu’ils n’allaient pas s’arrêter, je me suis accroché au crépi. Ensuite, on remonte dans la voiture et on fait la chasse. Une demi-heure après, on regarde les traces de freinage. A un mètre près, j’étais une mouche sur le pare-brise. Dans ce cas-là, on boit un cognac, on en cause avec les collègues dix, quinze, vingt fois, on se redit l’histoire (M. Gardiv, gardien de la paix, sp, 27 ans).

94A moins d’un événement très grave, les policiers de terrain n’attendent en général pas de soutien particulier de leur hiérarchie. Ils s’arrangent entre pairs, en organisant une sortie après le service, en s’accordant une vacation tranquille ou en gardant le silence pour protéger la réputation de leurs collègues. Une grande partie des coups durs vécus par les policiers de terrain n’est en effet pas communiquée à la hiérarchie.

  • 33 « Plus on s’élève dans la pyramide des statuts, plus le nombre de personnes avec lesquelles on peu (...)

95Dans le premier cercle de la « maison des hommes », la limitation la plus forte ne concerne en effet pas le sexe, mais le grade33. Les commissaires et les commandants qui les secondent sont généralement exclus de cette sociabilité régressive collective, à moins d’appartenir à des brigades d’élite où la hiérarchie fait partie intégrante des dispositifs opérationnels. Ainsi M. Commandir (commandant, sp, la cinquantaine) regrette-t-il l’isolement dans lequel sa fonction le place : il est exclu de la communauté des gardiens de la paix qu’il commande, mais aussi du cercle des officiers en civil.

Quand on ne participe pas au pot, quand on n’est pas invité pour prendre le café et qu’on a un bureau à soi avec une armoire à soi, on ne va pas aux vestiaires des gardiens. On rentre chez soi directement après le boulot, on n’est au courant de pas grand-chose. On ne me dit que la face immergée de l’iceberg. Mais je ne cherche pas à m’intégrer plus. Si je copine trop, je ne peux plus les engueuler.

96Cette distinction de grade (qui recouvre souvent une distinction de classe) est néanmoins plus affirmée chez les femmes que chez les hommes commissaires ou commandants. Ces derniers, s’ils ne participent pas aux activités de coulisses qui ont lieu pendant les pauses de leurs subordonnées, peuvent faire preuve d’une certaine vulgarité, sans être particulièrement blâmés. Ce n’est pas le cas des femmes des hauts grades dont la collaboration active à ce type de sociabilité est plus souvent jugée déplacée. La participation des femmes gardiens de la paix au premier cercle des coulisses reste néanmoins un phénomène singulier qui rend compte d’une levée certaine des règles de pudeur entre les sexes au travail.

L’asymétrie des excès

97La mixité des coulisses ne doit pas laisser croire qu’il ne subsiste plus aucune activité virile proprement masculine. Les coulisses policières sont à double fond : il existe un premier plan où les femmes sont admises et un second où règne une stricte homosociabilité. Dans la première « antichambre », les modes de décompression restent dans des limites suffisamment raisonnables pour être banalisés par les policiers et relativement accessibles à un observateur extérieurs. Les femmes qui se joignent à ce premier cercle ne sont pas stigmatisées. Dans la seconde « antichambre », les policiers ont recours aux mêmes types de stratégies collectives de défense que dans la première mais ils s’y abandonnent avec excès. Les rares femmes conviées à ce type de débordement sont soit non consentantes soit ouvertement critiquées.

98L’alcoolisme et l’extraconjugalité font partie des excès les plus fréquemment cités comme proprement masculins. Deux types d’évolutions sont à noter : sous l’effet d’une jeune génération plus sérieuse, plus centrée sur le bien-être familial et l’entretien du corps, les beuveries collectives entre hommes tendraient à diminuer, du moins sous une forme régulière et impérative : dans les années 1970-1980, un homme véritable était contraint déjouer le jeu de la virilité festive.

Nous, on est d’une génération... c’est un peut idiot, mais à cette époque, le vrai flic savait travailler et il travaillait beaucoup. Il savait boire et il buvail beaucoup. Il savait baiser et il baisait beaucoup. Il savait fumer et il fumait beaucoup. Le soir, plutôt que de rentrer à la maison, on restait ensemble à arroser ceci ou cela. On se vidait des bouteilles de pastis, on s’allumait au rouge ; on se raccompagnait, nos femmes faisaient les gros yeux. On était malades. Le lendemain, on était au boulot quand même. C’était la vie de fête. On ne l’aurait pas laissée pour rien au monde. [...] Les jeunes boivent moins, quoiqu’il paraît que ça reprend. C’est bien mieux. On a donné. Le sketch de Coluche, nous, on boit pour éponger les excédents, c’était ça. Il y avait un phénomène de groupe, un côté meute (M. Encommandic, commandant, RG, 52 ans).

99« Le côté biturin de la police » (M. Commandir, commandant, SP, la cinquantaine) semble s’être estompé. Mais l’enquête reste à faire poulies bastions masculins comme les compagnies départementales d’intervention, les BREC ou les CRS. Signe de cette évolution des mœurs, les bars clandestins ont été interdits en 1988. Une autre réforme a permis de diminuer la fréquence de ces agapes au grade d’officier et de commissaire : les frais nécessaires à la bonne marche de l’enquête ne sont plus payés en pièces sonnantes et trébuchantes. Autant de mesures qui limitent la consommation d’alcool instituée jusqu’alors. « On était payés de nos frais en liquide et les femmes des collègues ne le savaient pas. Ils avaient leur petite cagnotte. Après, ce n’était plus en liquide, ils ont dû justifier leurs dépenses à leur femme. Ça a changé quelques habitudes » (Mme Adencapella, capitaine, PJ, 48 ans). Désormais, il semble que les alcooliques se cachent davantage pour boire. Ils ne bénéficient pas de la même aura auprès de la jeune génération et plus particulièrement des femmes, promptes à incriminer leur manque de professionnalisme et leurs absences.

  • 34 Ma position d’observatrice a en outre augmenté le silence des uns et des autres.

100Cette scène en témoigne : deux anciens du groupe de répression du banditisme (dont un notoirement alcoolique, qui a passé plusieurs années en cure de désintoxication) sont chargés d’interroger M. B, mis en cause dans une affaire de recel. L’audition ayant duré toute la nuit, les policiers se sont compté douze heures en heures supplémentaires. Le lendemain, quand Mlle Lieutec et un jeune gardien de la paix apprennent qu’ils ont obtenu des aveux complets, ils sont dubitatifs sur le mode opératoire employé : « Tu peux parier que l’audition a duré deux heures et qu’ils se sont soûlés toute la nuit. M. B a dû en profiter aussi. » M. Icommandon en charge des opérations ne relève pas le commentaire de Mlle Lieutec. Il signale aussitôt que l’important, ce sont les aveux et que le commissaire les a personnellement félicités. De leur côté, les anciens, arrivés à midi, restent très discrets sur leur emploi du temps nocturne. Ils se contentent d’allusions : « Ça s’est fait entre hommes » ; « M. B a de la classe. Un gars comme ça, il faut se le mettre dans la poche. » Cet épisode est très révélateur : pour l’ensemble du groupe de répression du banditisme, il est évident que cette nuit d’aveux fut arrosée, mais personne ne s’en est glorifié. L’élément nouveau, par rapport à l’époque des années 1970-1980, ce n’est pas tant la baisse de l’alcoolisme que sa plus faible notoriété : les excès sont toujours possibles et tolérés, mais ils sont pratiqués dans un cercle plus fermé34.

101L’extraconjugalité n’est pas traitée avec la même discrétion. Elle constitue bien au contraire un sujet de conversation majeur entre policiers (« est-ce que tu crois qu’une telle couche avec un tel ? »). Les anciens notent toutefois des évolutions en la matière : les jeunes gens cloisonnent moins leur vie professionnelle et leur vie familiale que la génération précédente. Ils présentent par exemple leur conjoint à leurs col lègues. Ces opérations n’empêchent cependant pas que se développe l’adultère, tout au moins du point de vue fantasmatique. D’après les récits masculins, l’arrivée des femmes aurait en effet augmenté les tentations masculines et provoqué de nombreux divorces. Les femmes, pour leur part, se défendent d’avoir transformé les commissariats en lupanars. Soucieuses de s’intégrer et d’échapper à une réputation de légèreté, la majorité d’entre elles a préféré un mode d’insertion plus officiel : le mariage homogame. Les pionnières ont cependant dû rendre des comptes aux épouses de policiers de l’époque. Ces dernières ont en effet immédiatement perçu le danger de l’introduction de la mixité - non pas pour des raisons d’ordre professionnel, mais pour des questions de gestion des « coulisses ».

Il y a eu des coalitions contre moi. Cinq épouses sont venues voir le patron les unes après les autres en disant que j’étais la maîtresse de leur mari. Le patron les a réunies pour leur dire que cinq, c’était beaucoup. « Depuis qu’elle est là, mon mari part plus tôt le matin et rentre plus tard le soir. » J’ai dit : donc, on par-touze tous les quatre. Les collègues avaient des maîtresses, mais ce n’était pas moi. Elles voulaient que je quitte le commissariat (Mme Brigadou, gardien de la paix, SP, 40 ans).

  • 35 « Dans la mesure où l’on ne peut pas donner à voir ni observer les actes sexuels, à moins de les t (...)

102Les vérifications sur la réalité de ces soupçons sont très difficiles à mener35. On s’appuiera sur un fait narratif massif : les femmes policiers ne revendiquent pas ce mode de décompression, alors que les hommes ne se privent pas d’énoncer à mots couverts ou très ouvertement leur pratique de l’extraconjugalité. Quand les femmes abordent le sujet, c’est principalement pour raconter leur collaboration passive : elles jouent le rôle de confidente ou de couverture. Elles n’ont pas cherché à perturber le système d’entraide aux époux infidèles mis au point avant la féminisation de la profession : la coutume veut qu’on dise aux épouses inquiètes des absences de leur mari que ce dernier est en enquête ou en commission rogatoire.

Il y avait déjà beaucoup de divorces de notre côté, parce qu’on ne rentrait pas régulièrement, on avait des horaires élastiques, alors qui dit horaires élastiques, dit tentation. Ça facilite les liaisons extraconjugales, parce qu’il suffit de dire à sa femme : je pars en mission. Je me souviens d’un collègue qui était marié. Pour passer huit jours avec sa collègue, sa maîtresse en l’occurrence, il disait à sa femme : « Je m’en vais en mission. » Et puis il alertait ses collègues pour leur dire : « Surtout, tu ne téléphones pas chez moi, je suis en commission rogatoire. » Si vous avez des horaires fixes, si vous êtes à la Sécurité sociale et que vous avez une femme jalouse, elle va s’inquiéter si vous n’êtes pas là à six heures. Si vous êtes de la police, elle va appeler et on va dire : « L’inspecteur, on sait pas où il est, il est en enquête. » C’est quelque chose de classique. D’ailleurs, même encore maintenant, que ce soit une femme de collègue ou quoi, si le fonctionnaire n’est pas là, il est en enquête. Ça facilite les choses. La chair est faible (M. Commandoro, commandant, sp, 55 ans).

  • 36 Tous les métiers d’hommes sont-ils cependant fondés sur une semblable mise en scène du pouvoir de (...)

103Les horaires aléatoires, le côtoiement d’une population interlope, l’absence de contrôle des policiers qui se rendent sur le terrain autorisent de tels écarts. On ne peut toutefois imputer l’extraconjugalité masculine à la seule organisation matérielle du travail policier et à la tradition virile de la performance. La démonstration de ces prouesses sexuelles fait partie intégrante du système de décompression policière. Les policiers ne se contentent en effet pas de participer à des jeux pornographiques, fréquents dans les métiers d’hommes36. Jouant de l’aura que leur confèrent les fictions cinématographiques et télévisées, ils n’hésitent pas à se présenter comme des partenaires de premier rang sur le marché de la sexualité. C’est un mode d’identification à part entière : « Mon collège est un queutard », « celui-là est un vrai obsédé », « lui, il ne pense qu’à ça ». L’extraconjugalité constitue la forme aboutie du relâchement pulsionnel amorcé par la profération rituelle de gauloiseries. On peut établir un lien avec le monopole de la violence légitime et la toute-puissance qu’elle procure. De la même manière que les policiers disposent de moyens coercitifs extra-ordinaires par rapport au reste des citoyens, permettant à certains d’assouvir leurs pulsions d’autorité et d’agressivité en toute légitimité, il est tentant d’étendre, en prolongeant les théories d’Elias, cette impunité à l’expression des pulsions sexuelles.

Les structures affectives de l’homme forment un tout. Il nous est loisible de donner des noms différents aux différentes manifestations pulsionnelles et à leurs fonctions, de parler de la faim, du besoin de cracher, de l’instinct sexuel et de l’agressivité : dans la vie, ces manifestions pulsionnelles ne sauraient pas plus être dissociées que le cœur de l’estomac, ou le sang du cerveau des organes génitaux. Elles se complètent et se substituent parfois l’une à l’autre, elles se transforment dans certaines limites et s’équilibrent ; un dégagement dans tel domaine a des répercussions dans tel autre, bref, elles forment une sorte de circuit fermé dans l’homme, une entité partielle dans le tout de l’organisme dont les structures ne sont pas encore percées à jour, dont la forme, l’empreinte sociale déterminent le caractère de la société comme aussi de l’individu (Elias 1973 :279).

104A cette première interprétation du phénomène, il faut en ajouter une seconde, en lien avec le « sale boulot ». L’assouvissement réel ou fantasmatique des pulsions libidinales permet d’introduire la dimension du plaisir dans un métier en proie à la souffrance sociale, à l’enlaidissement des corps et à la mort, mais aussi de lutter contre un aspect majeur du métier : l’ennui. Rares sont en effet les occasions, pour les policiers, d’exercer concrètement leur force et de vivre quotidiennement des événements trépidants. L’extraconjugalité permet ainsi d’ajouter une forme de risque, de prouesse, et de rompre avec la routine du métier. Elle est aux sens propre et figuré une aventure. La part du discours est en effet tout aussi importante que l’acte lui-même. On a pu le constater à maintes reprises : au commissariat Oméga, M. Garduc (gardien de la paix, sp, 43 ans), marié et père de famille, ne cache pas ses penchants séducteurs. Quand il patrouille, il propose une visite urbaine d’un type particulier. A chaque lieu traversé correspond une conquête féminine. « Dans cette boutique, j’ai rencontré une nana... Elle avait une paire de seins... » « Qu’est-ce que j’ai pu m’amuser avec la fille de la station-service... » C’est devenu un rituel : M. Garduc divertit ses collègues masculins avec ses histoires. Les nuits, égayées par ces récits, passent plus vite. Il en profite également pour faire partager ses innombrables conversations téléphoniques à ces collègues. A défaut de pouvoir s’extraire du travail de patrouille nocturne (la bac était tenue d’une main de fer, au moment de l’observation), il passe en effet une bonne partie de ses temps morts à téléphoner sur son portable à tout son réseau de « petites copines ». Ces coups de téléphone donnent également lieu à toute une série de commentaires grivois. À tous égards, M. Garduc est un beau parleur, avec ses collègues, mais aussi avec ses maîtresses dont il entretient téléphoniquement la flamme.

105Un autre élément distingue les hommes des femmes : celles qui sont suspectées de se livrer à une sexualité débridée sont stigmatisées. S’il est admis que les policiers hommes bénéficient d’une certaine liberté en la matière, l’inverse n’est pas vrai. Les femmes sont soumises à un plus fort contrôle. Investies d’une mission civilisatrice par les hommes, on attend d’elles qu’elles sachent faire preuve de retenue, y compris lorsqu’elles font l’objet d’avances appuyées. Elles sont rendues directement responsables des relations sexuelles qu’elles entretiennent avec les hommes du service, au motif qu’elles doivent être plus raisonnables et ne pas séduire leurs partenaires de travail. Ce renversement assez classique de l’initiative est très fréquent dans la criminologie du viol. « Il y a des histoires de coucheries internes, plus nombreuses que dans d’autres administrations. Du coup, certains disent que les femmes n’ont rien à faire chez nous. Un commandant de ligs [Inspection générale des services] m’a dit ça, c’est prendre le problème à l’envers » (M. Encapelli, capitaine, pj, 52 ans). La rhétorique employée pour discréditer la surconsommation sexuelle féminine ne renvoie pas tant à un ordre moral qu’à un ordre professionnel. Les « femmes à hommes » (mais aussi plus globalement, toutes les femmes qui réussissent) sont accusées de faire usage de leur sexualité pour compenser leur défaut de compétences ou accélérer leur plan de carrière. Elles sont désignées comme les instigatrices de la « promotion canapé ».

J’avais postulé pour être [inspecteur] principal, on avait la même note avec une collègue, mais j’avais plus d’ancienneté qu’elle et c’est elle qui est passée. Mon chef de brigade m’a dit qu’il ne fallait pas se laisser faire. Je l’ai dit à mon chef de service : « Ma collègue est de la même promo que moi et elle est principale avant moi. » Mon chef de service m’a dit : « Vous n’avez qu’à faire comme elle : couchez avec mon adjoint... » (Mme Commandella, commandant, pj, 48 ans).

106Les femmes sont particulièrement sévères avec les consœurs qui ont des relations sexuelles avec des supérieurs hiérarchiques non stabilisées par un mariage ou un concubinage. « S’il y en a une qui va à droite, à gauche, c’est l’ensemble des filles de la police nationale qui est mal considéré » (Mlle Gardelli, gardien de la paix, pj, 27 ans). On retrouve ici le même mécanisme de disqualification que celui qui a cours dans les interactions professionnelles : quand une femme commet un écart par rapport à la norme, elle entraîne dans son sillon l’ensemble de son groupe de sexe. Quand l’écart est commis par un homme, l’argument du sexe a au contraire vocation à atténuer sa part de responsabilité : dans le système viril, l’homme est excusé de ne pas être maître de toutes ses pulsions.

107N’ayant rencontré aucune femme bénéficiaire de telles faveurs, en tout cas prête à faire ce type de confidence en entretien ou en conversation informelle, on ne saurait attester de la fréquence du phénomène. On ne se risquera pas non plus à en contester la validité, au motif qu’il s’agirait d’un simple fantasme. Les femmes n’ayant pas été mises à l’écart du mouvement de libération sexuelle, on doute fortement qu’elles soient exemptes de toute tentation. Faute d’une étude plus précise, on se contentera de s’interroger sur la récurrence des accusations de « promotion canapé ». Les policiers n’envisagent pas que les opérations de séduction féminine puissent échouer. Il apparaît tout à fait logique que les femmes puissent réussir en tablant sur d’autres qualités que leurs compétences policières. Elles trouveront toujours des hommes sensibles à ce type d’argument extraprofessionnel. Il est très révélateur que les policiers des deux sexes, loin de s’en prendre aux hommes qui rendent possible l’ascension des femmes par le système de la « promotion canapé », ne stigmatisent qu’un seul des protagonistes de cette interaction : les femmes.

  • 37 L’impunité sexuelle des hommes déviants ne touche pas seulement les femmes policiers, mais aussi l (...)
  • 38 L’impunité sexuelle des hommes déviants ne touche pas seulement les femmes policiers, mais aussi l (...)

108L’idée que c’est aux femmes de neutraliser la sexualité masculine en ne suscitant pas le désir, en faisant preuve de fermeté, en trouvant les mots et les gestes dissuasifs, et non aux hommes de se contrôler (en intériorisant un principe de modération et d’écoute du désir féminin) est à ce point répandue dans la profession (mais aussi dans le reste de la société civile) que le harcèlement sexuel peine à être reconnu comme tel37. C’est pourtant un phénomène qui n’a rien de résiduel : l’enquête sociodémo-graphique montre qu’un peu moins d’une femme policier sur dix a vécu une situation de conflit ouvert avec un policier pour, selon les termes du questionnaire, des « paroles et des gestes déplacés (sexisme) »38. Il s’agit de comprendre pourquoi cette activité de coulisses est traitée comme un événement « hors cadre », « comme si ces scènes se passaient dans un sous-marin équipé d’un système de sécurité qui permettrait d’évacuer quelque chose sans laisser l’eau inonder le navire » (Goffman 38. 7 % des femmes officiers et 9 % des gardiennes de la paix a vécu une situation de conflit ouvert avec un policier pour des « paroles et des gestes déplacés (sexisme) ». Étant donné que l’enquête sociodémographique ne prenait explicitement en compte que des cas de conflits extrêmes et que les femmes, dans les récits, privilégient les situations les plus spectaculaires (les plus marquantes, également), cette proportion d’une femme sur dix doit être relevée : nombreuses sont en effet les femmes qui ont vécu des situations de gêne insidieuse et silencieuse. Et dans ce cas, elles n’identifient pas ces comportements comme relevant du harcèlement sexuel dans les enquêtes (Alemany 2000 : 85).

  • 39 La dénégation consiste en effet à se défendre d’une représentation, d’un désir, tout en reconnaiss (...)

1091991 : 204). Alors que les agapes entre hommes, la surconsommation sexuelle et la « promotion canapé » bénéficient d’une certaine publicité, le harcèlement sexuel fait l’objet de dénégation39. Deux cas de figure doivent être distingués : le harcèlement sexuel peut être d’abord reconnu comme tel mais mis en sourdine et traité à la marge. L’avantage d’une telle démarche, c’est qu’en cas de recadrage, ceux-là mêmes qui n’ignoraient pas les faits peuvent revendiquer qu’ils l’avaient toujours su et transformer leur silence en stratégie de mise à l’épreuve, rendant impossible le traitement disciplinaire. Le cas de Mme Gardamer (gardien de la paix, sp, 25 ans) est représentatif de cette opération de conversion : cette jeune gardienne de la paix, sportive de haut niveau, assez peu féminine d’apparence et entrée dans la police par vocation, est victime de harcèlement sexuel dès sa première affectation. Elle ne s’en est jamais officiellement ou officieusement plainte.

Ils m’ont mise en brigade de roulement [police secours], j’ai vite déchanté. Je suis tombée dans une brigade d’anciens. Je restais au poste ou je restais garder la voiture. Je suis tombée avec des hommes qui n’aimaient pas les femmes. Je faisais sac de sable. Ils profitaient de mon jeune âge. J’étais stagiaire en îlotage, j’avais aussi quelqu’un qui essayait d’abuser de moi dans le poste de police. Je n’ai pas déposé plainte. C’était ma parole contre la sienne. Pour être titularisée, je me suis tue. Beaucoup de collègues féminines ne parlent pas quand elles sont stagiaires. Je passais ma vacation, il me plaquait contre les murs et me faisait mal. Je me réfugiais chez le coiffeur en face, je n’en parlais pas à mes parents, j’avais dix-neuf ans, j’aurais pu parler à mon patron, mats quand on est stagiaire, on n’ose pas. On n’est pas informé. On n’a pas de service qui peut nous aider vraiment, sans arrière-pensée machiste. Ce n’était pas facile. Il n’a pas été muté, ce gars. Le collègue ne tentait rien d’autre quand il y avait l’autre collègue. Psychologiquement, j’y allais à reculons. Après je suis tombée avec un brigadier qui m’a appris à faire un pv, qui m’a épaulée, qui se moquait de si j’étais une femme. Si j’étais indisposée, il me laissait au poste. J’étais titularisée, je les envoyais au diable. Je me suis rebellée, je suis remontée dans l’estime des collègues. Lors de ma notation, le commissaire m’a dit : « Je vous félicite, je ne pensais pas que vous tiendriez. » Il pensait que j’allais craquer. Même encore maintenant, je n’admets pas qu’on me parle mal. J’aurais pu parler à la maison, mais la police, mes parents ne comprennent pas ce inonde. Mon père travaille avec des femmes, mais c’est un homme. Les syndicats, quand tu arrives dans un commissariat, tu es seule. Tu ne sais pas comment ça marche. J’ai appris des trucs sur les outrages, on apprend qu’on a droit à un avocat par l’administration. C’est au fur et à mesure qu’on apprend. On manque d’information (Mlle Gardamer, gardien de la paix, sp, 25 ans).

110Une fois titularisée, Mlle Gardamer réussit à mettre à distance son harceleur, en se mettant sous le patronage d’un brigadier bienveillant. Elle reçoit alors les compliments de son chef de service : une femme qui sait se dégager de l’emprise d’un harceleur sexuel notoire sans se plaindre ni démissionner est digne d’être intronisée dans la profession. A ce titre, le harcèlement sexuel ne saurait faire l’objet d’un traitement disciplinaire, puisque c’est une épreuve quasi initiatique qui permet de distinguer les femmes fortes des femmes faibles. En entretien, cette dimension revient très fréquemment, sur un mode généralement héroïque, fataliste ou accusateur (« ce n’était pas grand-chose », « c’est du passé », « j’ai changé de poste », « les hommes sont ce qu’ils sont »), sans aucun projet de prise en charge collective, ni solidarité féminine informelle. Sur ce point, les femmes policiers ont, pour la plupart d’entre elles, intériorisé le regard dominant qui dénigre et banalise ce type d’événement. Dans un tel cadre, il est normal que ce soit aux femmes d’assumer seules tous les risques induits par leur position de minorité sexuée.

111Second cas de figure, le harcèlement sexuel peut être totalement nié et ignoré, parce que les faits n’ont pas été commis en public (le doute subsiste sur la réalité du harcèlement), ou parce que les faits sont requalifiés en des termes purement sentimentaux ou purement professionnels. Le traitement de l’affaire du viol de Mlle G, une adjointe de sécurité (travaillant au secrétariat), par un policier du même service constitue, à cet égard, un cas d’école. Voici le récit des faits de la part du collègue qui l’a défendue.

L’agitation sexuelle. On en parle peu, mais ça pourrait profiter à beaucoup de gens. Ce sont des comportements de fuite, je ne parle pas des couples qui se font et se défont. [...] Chez nous, les barrières correspondant à notre société ont été reniées. Les gens n’ont plus de repères au point que des faits graves ne le sont plus. Une femme abusée par exemple. Mais la personne n’a pas la force de porter plainte. Il y a des beuveries régulières dans le service, des chansons paillardes. Mlle G est restée la nuit avec un homme du service à l’occasion d’une permanence et elle a été violée. Elle est en province maintenant, elle en a parlé au chef de service, ça s’est su, elle a dû partir. Il y a eu un déni : une partie du service a dit qu’elle l’avait cherché, l’autre partie pensait que je lui montais la tête. C’est une défense, le déni, donc, j’ai écrit un rapport. J’ai dû évacuer. Le chef de service est en cause : il a permis au service de picoler. Donc il a pris des mesures punitives contre moi. Nous nous sommes donc retrouvés deux à la défendre, elle était dans un état suicidaire. Elle n’a pas été aidée à partir. Le coupable a dit qu’il ne s’était rien passé, elle a reçu des coups et elle a perdu la mémoire. D’ailleurs, elle n’existe plus, on ne prononce plus son nom. Elle n’existe plus dans le service, nominalement. Son prénom n’existe plus. L’autre collègue qui l’a défendue est partie. Une personne gravement blessée qui ne demande pas de réparation pénale est mise de côté. Après ça, plus personne n’est venu lui parler, elle pleurait tous les jours, elle était au bord du suicide, on a du coup dit qu’elle était folle. Ici, dans cette administration, on ne peut plus avoir de réflexion. On dit juste : c’est une beuverie qui a mal tourné. Ça aurait dû être débattu avec confrontations, excuses. Non, d’entrée, on dit qu’il ne s’est rien passé. J’ai même vu le directeur régional qui m’a dit : « C’est une affaire privée, ça a eu lieu la nuit, on shoote. » C’est difficile d’avoir des relations humaines vraies. Les gens ne peuvent pas supporter la difficulté de l’autre. Il y a donc un côté d’inhumanité, pas par méchanceté, à part cinq ou six déviants. Ils ne peuvent pas s’investir, ni aider. Certaines femmes ont même tenu des propos de rejet comme si cette personne faisait peur. Les seuls qui l’ont défendue étaient des hommes, sauf une collègue. Pourquoi ce mutisme féminin ? (M. Brigapelli, gardien de la paix, sp, 55 ans).

  • 40 11 faut préciser ici que M. Polix n’a pas spontanément évoqué cet événement lors de son entretien (...)

112Après avoir pris connaissance de cette affaire, j’ai obtenue d’autres versions des faits et par recoupement, j’ai fini par apprendre l’identité de l’auteur du viol et par l’interroger (il s’agit de M. Polix). Il ressort que personne, parmi les policiers interrogés, hommes et femmes, présents ou absents au moment de cette soirée, n’a vu ce qui s’était passé dans le bureau de M. Polix. Une partie d’entre eux désapprouve la qualification de l’acte sexuel qui s’est produit entre M. Polix et Mlle Gen» viol ». Il s’agit d’une soirée qui a mal tourné, la victime savait à quoi elle s’exposait. C’est M. Brigapelli qui a dressé sa collègue contre M. Polix par excès de paternalisme.C’est du reste la version deM. Polix :» Ça a été un souci, mais ça s’est bien terminé. Ce sont des choses qui arrivent. Elle était très émotive, influençable. C’est un collègue qui a tout monté en épingle40. » D’autres, plus minoritaires, peuvent admettre qu’il y a eu abus d’une personne notoirement dépressive dans le service (elle venait de rompre avec son compagnon), mais qu’il n’est pas utile de rainer la carrière d’un père de famille. Quant au chef de service, son point de vue est clair : il peut difficilement avaliser la version du viol car il faudrait reconnaître en amont qu’il y a eu une soirée arrosée dans son propre service, alors même que la consommation d’alcool est prohibée dans les commissariats. Pour ces diverses raisons, cette affaire a été considérée comme un non-événement.

113Ces trois versions (il n’y a pas eu viol puisque la victime est complice ; il y a peut-être eu viol, mais cette jeune femme a la vie devant elle ; il n’y a pas eu de débordement festif) rendent compte de la logique institutionnelle d’ensemble : la femme est d’un rang hiérarchique inférieur à son agresseur dans l’ordre des sexes (elle est une femme, il est homme), dans l’ordre des grades policiers (elle est adjointe de sécurité, il est titulaire), dans l’ordre des statuts familiaux (elle est une femme célibataire, il est père de famille), dans l’ordre des générations (elle est jeune, il a plus d’expérience). Tous ces éléments jouent en la faveur de l’éviction de la victime au profit de son agresseur présumé. Mais l’élément décisif, dans cette affaire, ce n’est pas tant l’infériorité de la victime que sa qualité même de victime. La reconnaissance de ce statut entraînerait la chute de l’agresseur et, dans son sillon, celle de l’ensemble de ses collègues : pourquoi la hiérarchie couvre-t-elle les beuveries du service ? Pourquoi les policiers y ont-ils participé ? Pourquoi cette femme n’a-t-elle par la suite bénéficié d’aucun soutien ? On se trouve face à une chaîne de responsabilités qu’il est préférable de court-circuiter dans l’intérêt du groupe en niant la gravité de l’événement. Il n’y a pas eu de victime, donc il n’y a pas eu d’agresseur, sinon c’est l’ensemble de la corporation qui déchoit. Comment s’est résolue l’affaire ? Mlle G a fini par être mutée en province dans le service de son choix. M. Brigapelli qui avait pris sa défense a été mis au ban du service et considéré comme psychologiquement défaillant. Pour ses collègues, il a été manifestement trop ému par l’histoire de sa collègue et il a perdu le sens des réalités. C’est donc très légitimement qu’il a été démis de son poste de chef de brigade et placé dans un bureau à la suite de cette affaire. M. Polix n’a pour sa part pas été inquiété. La seule trace de cette affaire, c’est la baisse du nombre de fêtes dans le service et le fait que les femmes ne participent plus aux festoiements nocturnes.

114Le traitement interne de l’affaire de Mlle Gardamer et de celle de Mlle G (l’une reconnue, l’autre déniée) permet de mettre en évidence les éléments structurels suivants, propres à l’idéologie virile : les femmes doivent faire preuve d’endurance en évitant de se plaindre ; aucune solidarité féminine ne doit être attendue ; il importe de ne pas officiellement dénoncer ce type de déviance (notamment par voie écrite) et de tout régler à l’amiable ; plus on monte dans la hiérarchie, moins les femmes sont concernées par le phénomène. Plus la femme est jeune et inexpérimentée (élève, adjointe de sécurité, « sortie d’école » ), plus elle est harcelée ; le rôle du chef de service est décisif en matière disciplinaire. Étant donné l’absence de formation des commissaires sur un tel sujet, la banalisation des comportements virils dans la profession et la piètre estime dans laquelle sont tenues les victimes (dans la logique virile, « elles l’ont bien cherché » ), la prise en compte institutionnelle des agressions sexuelles n’est pas proportionnelle à la fréquence des cas. Les femmes sont soumises au bon vouloir de la hiérarchie. Si le chef de service est sensible à cette cause, les harceleurs sont mutés ou sanctionnés. Dans le cas contraire, c’est la victime qui est pénalisée par une mise au ban du commissariat, et une condamnation au silence (comme Mlle Gardamer). Au mieux, elle obtient une mutation sur le poste de son choix (comme Mlle G). Dans la plupart des témoignages recueillis, c’est la femme qui est déplacée et non l’inverse. Dans une certaine mesure, le traitement à la marge des agressions et du harcèlement sexuel n’a rien de spécifiquement policier. Le droit français, les règlements intérieurs des entreprises et des institutions, les codes de déontologie professionnelle sont d’une manière générale très en retard sur ce point par rapport à ce que l’on observe dans les pays anglo-saxons.

115La dénégation du harcèlement sexuel par les policiers constitue cependant un levier de compréhension important des rapports sociaux de sexe dans la police nationale. L’intégration des femmes est réelle en termes de carrière, de partage des tâches et des activités de coulisses, mais elle demeure précaire, en ce qu’elle reste soumise à l’acceptation du groupe des hommes : les femmes peuvent se viriliser physiquement, mentalement, circuler dans une zone incertaine où les pulsions sexuelles affleurent sans être suivies des actes, mais il est, dans le même temps, tout à fait admis que cet état de trouble soit brutalement rompu : les hommes (et les femmes) qui entendent réinstaurer localement un ordre des sexes (en interdisant aux femmes certaines tâches, certains métiers), mais aussi un ordre des sexualités (en soumettant les femmes au désir impératif des hommes), ne font pas l’objet d’une dénonciation collective. Ils ne sont pas condamnés, ou du moins très rarement, par la hiérarchie et par leurs pairs. En bref, la transgression de l’ordre sexué et sexuel n’est possible qu’à condition qu’elle ne se heurte pas à l’hostilité des hommes et des femmes que cette évolution dérange - preuve que la légitimité de ces rapports sociaux de sexe d’un genre nouveau est encore incertaine, puisqu’une minorité de policiers réussit à imposer le rapport de force en sa faveur.

116Conclure cette recherche par le point aveugle du processus de féminisation, autrement dit par les abus dont les femmes sont victimes en coulisses, n’est pas sans risque. Cette opération tend à invalider le chemin parcouru : il a été montré qu’il était possible, pour les femmes, de mettre à distance leur appartenance de sexe, en mobilisant d’autres critères de distinction professionnelle et en se virilisant. Or il est, dans le même temps, avéré que ces opérations de brouillage, si raffinées et encouragées soient-elles dans la profession, peuvent être ébranlées par le soutien dont bénéficient les actes de discrimination et les violences sexistes (en ce qu’ils stigmatisent la femme en toute femme). Comment les femmes s’accommodent-elles du renversement, toujours possible, de leur légitimité ?

  • 41 En témoigne cette autre affaire de harcèlement sexuel, traitée par une commissaire, qui, à l’inver (...)

117Les effets de l’affaire de Mlle G sur la sociabilité du service où elle a eu lieu sont très éclairants. C’est très paradoxalement un non-événement qui a fait date : il y a un « avant » et un « après » cette affaire. Les hommes et les femmes du service ont clairement révisé leur comportement. Mlle G n’est certes pas identifiée comme victime (officiellement, il n’y a pas d’agression, pas de secret), mais le groupe a pris acte du danger des débordements festifs. M. Brigapelli, s’il a échoué à faire condamner M. Polix, a réussi à faire cesser les beuveries rituelles. Les anciens déplorent la disparition des banquets, mais ils ne sont pas parvenus à imposer une reprise du rythme antérieur à l’affaire. Les femmes ainsi que les jeunes policiers du service se sont retirés du jeu. Pour être plus prudents, ils ne sont pas mis au ban des brigades. Il leur est même possible d’organiser une clique concurrente, avec ses propres codes (reconnaissance des conjoints, présentation des enfants, repas et activités sportives). D’autres normes se mettent en place. Par conséquent, ne voir en cette affaire que la preuve de l’extraordinaire cohésion de la corporation policière ne permet pas d’appréhender les changements qu’elle a impliqués. D’autres pratiques se sont mises en place, permettant aux femmes de concevoir des alliances qui rendent le métier vivable et n’en ternissent pas l’éclat. Ces arrangements, réélaborés sans cesse, cumulés les uns aux autres, menés en interaction avec les hommes qui ne sont pas partisans d’une virilité sans frein, finissent par former un socle suffisamment solide pour qu’une partie des femmes infirment le préjugé de sexisme qui entoure le métier. Seule une reconnaissance officielle de ces abus permettra toutefois d’inscrire ces recompositions dans la durée41, et de réduire les effets pervers d’un tel équilibre : une femme policier peut en effet difficilement être reconnue par ses pairs comme une victime, tant il est clair qu’elle se doit d’être une battante et tant elles sont nombreuses à illustrer cette injonction identitaire.

Notes

1 J’ai personnellement expérimenté cette différence de traitement avec les membres extérieurs à la police secours avec laquelle je tournais. La deuxième semaine, me trouvant de plus en plus à mon aise avec les gardiens de la paix, je me suis un jour permis de m’asseoir entre deux interventions dans la salle de réception du public, réservée aux gardiens de la paix. Un officier de I’uir (unité d’investigation et de recherche) passait à ce moment-là dans la salle. Il m’a mouchée. « Alors on flanche ? » Il part aussitôt, sans attendre ma réponse. Les gardiens de la paix présents trouvent sa remarque tout à fait déplacée et l’insultent à mi-voix, tandis qu’il monte l’escalier. Je ne me suis plus jamais assise entre deux interventions (sauf dans la cuisine dévolue au repos). J’ai compris qu’en tant que « nouvelle », il était important de ne pas paraître fatiguée. J’ai également compris pourquoi Mlle Gardia s’obstinait à refuser de s’asseoir entre deux interventions, alors que Mme Gardct, plus ancienne, et les autres gardiens de la paix n’hésitaient pas à s’asseoir sur les bureaux, à se balancer sur les chaises et à mettre parfois les pieds sur les bureaux.

2 Ce chapitre a donné lieu à un article qui reprend partiellement certains points, en développe d’autres dans Les Cahiers de la sécurité intérieure (Pruvost 2006 : 69-92).

3 En 1986, une enquête révélait que les femmes commissaires étaient en moyenne absentes sept jours par an (congé de maternité inclus) contre six jours pour les hommes (Bresse 1986).

4 L’enquête sociodémographique confirme les observations. En voici les principaux résultats : les femmes sont deux fois moins nombreuses que les hommes à estimer que la délinquance dépend d’arguments économiques et sociaux. 25 % et 21 % des hommes officiers et gardiens de la paix pensent en effet que l’augmentation de la délinquance est due à la pauvreté et au chômage contre 14 % et 9 % de leurs homologues féminins respectifs. Dans le même ordre d’idées, les hommes sont plus nombreux à penser que la délinquance est due à l’économie parallèle. Pour les femmes, les deux causes principales de la délinquance sont le manque d’encadrement des parents (pour 78 % d’entre elles contre 69 % des hommes) et le manque de sanction de la justice (pour 75 % d’entre elles contre 69 % des hommes). Les femmes privilégient ainsi la responsabilité individuelle (la famille) et étatique (le laxisme de la justice) sur la responsabilité de la société libérale dans son ensemble. Toujours dans la même logique, le taux de femmes pensant qu’il faut surveiller plus étroitement les jeunes est plus élevé que celui des hommes, plus nombreux à considérer qu’il faut surtout s’intéresser aux truands. Si l’on coordonne toute une série de questions entre elles, on en arrive au bilan idéologique suivant : les femmes de moins de 40 ans ont un score d’adhésion à la police sociale inférieur aux hommes de la même tranche d’âge, mais elles ne sont en revanche ni plus ni moins autoritaristes que ces derniers. Les femmes de plus de 40 ans ont en revanche les mêmes positions idéologiques que leurs homologues masculins, plus enclins à prôner une police sociale que les jeunes policiers des deux sexes (Pruvost, Coulangeon & Roharik 2004 : 101-117).

5 Tel est le tenne policier le plus fréquemment employé pour désigner les gens du voyage.

6 Gardien de la paix, sp, 30 ans, travaillant à l’unité d’investigation et de recherche.

7 Le nom de la ville a été anonyme. Il s’agit d’une ville bien plus criminogene que celle dont dépend le commissariat Oméga.

8 Les statistiques ne sont sexuées qu’à partir de 2000 et ne prennent en compte que la sanction prononcée et non le motif de comparution en conseil de discipline. 114 femmes contre 2 046 hommes en 2000 ont fait l’objet d’une sanction.

9 Sur cinq années : 1988 ; 1996-1999.

10 Seule année où Cédric Moreau de Bellaing a procédé à un dépouillement des dossiers de cessation d’activité des policiers déviants.

11 Une étude précise sur les affaires passant en conseil de discipline doit cependant être menée. Car il se peut que les violences féminines soient minorées au cours du jugement, comparativement à celle des coéquipiers quand elles sont commises en groupe.

12 Ce n’est pas toujours le cas sur le plan personnel.

13 Pour ne prendre qu’un exemple. « dans le monde à bipolarité sexuelle des chirurgiens, il vaut mieux être perçue comme une vraie femme plutôt que comme "quelque chose" violant le postulat que les humains sont divisés en deux sexes par nature » (Cassel 2000 : 74).

14 Considérant que l’interactionnisme symbolique ne s’intéresse qu’aux symboles de surface qui organisent le sens apparent. Jennifer Hunt étudie également les codes implicites qui structurent l’imaginaire inconscient.

15 Il est impossible encore d’être ouvertement efféminé pour les policiers hommes, en dehors des débordements carnavalesques et festifs. Pour les hommes, il semble que la seule issue soit le changement de sexe (la transsexualité). Le médecin chef de la police nationale et le président de l’association Flag ! des policiers gays et lesbiens ont confirmé qu’il y avait des transsexuels dans la police nationale.

16 On retrouve ici un élément important, identifié par les études anglo-saxonnes sur a police : « En somme. [...] il y a peu de relation entre les points de vue exprimés en privé par les policiers et leur comportement effectif dans la rue. » Il y a un « divorce entre la parole et l’action » (Waddington 2005 : 366).

17 Le personnel administratif est cependant parfois sévère à leur encontre. Ces femmes prennent leur place : « Elles ont tous les avantages, elles ne travaillent pas sur la voie publique et elles touchent la prime de risque, ce n’est pas normal » (une administrative de la préfecture de Police, conversation informelle).

18 Le préjugé de compétence qui protège les policiers de sexe masculin est cependant en train de s’estomper (on l’a vu, les femmes et certains hommes ne manquent pas de signaler les ravages de l’alcoolisme, le manque de force de certains éléments, leur absence de courage, etc.).

19 Dans une entreprise où les femmes sont soumises à la difficulté de retrouver un emploi, dans l’Éducation nationale où le principe de rotation des postes dépend d’un système de mutation très rigide, les chances d’échapper rapidement à de tels harcèlements sont beaucoup plus faibles.

20 On avait déjà constaté ce même phénomène lors de la formation à propos de Mlle Gardeleb.

21 Cette tradition est propre à la préfecture de Police qui dispose de la plus grande brigade des mineurs de France. C’est elle qui a accueilli les premières femmes policiers, les « assistantes de police », originellement infirmières et assistantes sociales dans les années 1930-1960.

22 Tel est le surnom donné aux brigades des mineurs.

23 Ce terme ne recouvre pas exactement la notion de « Police (canteen) culture » (Fielding 1994 ; Waddington 2005) qui renvoie à des pratiques et croyances générales des policiers (comme le goût de l’action jusqu’à l’excès, la solidarité corporatiste, l’autoritarisme, le cynisme à l’égard des lois, l’érection d’une frontière entre « eux » et « nous », entre les policiers et les autres citoyens, mais aussi au sein de leurs propres troupes, entre hommes et femmes, les Blancs et les autres, conduisant au machisme et au racisme). Ici le concept de « coulisses » est plus restreint en ce qu’il n’examine pas l’ensemble de ces traits répertoriés de la culture policière, mais des moments et des lieux où prennent place des activités de relâchement, accomplies en marge du travail de police, avec des conséquences certaines sur les rapports sociaux de sexe entre policiers.

24 L’enquête sociodémographique a établi que les femmes gardiens de la paix sont issues exactement des mêmes milieux sociaux que les hommes.

25 Mme Gardet témoigne en effet de l’affectation prioritaire d’une collègue ex-aspn à la cuisine, mais elle n’accomplissait cependant pas cette tâche pour l’ensemble du commissariat, mais pour ses coéquipiers. C’est le seul cas de ce type qui nous a été rapporté.

26 Jean Peneff montre qu’aux urgences, les infirmières revendiquent bien au contraire cette qualité lors de rituels goûters (Peneff 1992).

27 D’après notre enquête dans la pj Delta auprès de policiers très divers (et par ailleurs prompts à se critiquer les uns les autres sur divers sujets, non moins problématiques), l’usage de la force semble très exceptionnel depuis que certains anciens sont partis à la retraite.

28 En plus d’occuper le terrain de la parole, les hommes occupent également l’espace en ornant les murs des vestiaires, parfois des bureaux (comme c’est le cas dans la pj Delta) d’affiches et de fonds d’écran d’ordinateur à caractère érotique et pornographique.

29 Cette adoption par les femmes de la langue verte indigène se fait également dans l’armée (Sorin 2003 : 474-476). Roland Pfefferkorn note en revanche que les femmes sapeurs-pompiers sont davantage victimes qu’auteurs de ce type de blagues et qu’il est au contraire important pour elles de les faire cesser pour inspirer le respect (Pfefferkorn 2006 : 220-221 ).

30 Les plages, n’étant pas des coulisses, n’autorisent cependant pas le même type d’activités.

31 Ces deux figures ne font certes pas l’unanimité dans leur service, mais les rancœurs de leurs ennemis ne sont pas suffisamment fortes pour les faire changer de comportement ou susciter un malaise persistant.

32 Le film Robocop n’explore cependant pas jusqu’à son terme cet effacement du sexe en externalisant la maternité ultime différence de sexe.

33 « Plus on s’élève dans la pyramide des statuts, plus le nombre de personnes avec lesquelles on peut être familier diminue, moins on passe de temps dans les coulisses, et plus on a de chances d’être contraint à la politesse comme à la bienséance » (Goffman 1973 : 129).

34 Ma position d’observatrice a en outre augmenté le silence des uns et des autres.

35 « Dans la mesure où l’on ne peut pas donner à voir ni observer les actes sexuels, à moins de les transformer en spectacle, on ne peut "connaître" les pratiques physiques de la sexualité qu’à travers les déclarations et le langage » (Bozon 1999, 128 : 5).

36 Tous les métiers d’hommes sont-ils cependant fondés sur une semblable mise en scène du pouvoir de séduction masculin ? Les dockers, les cheminots, les ouvriers du bâtiment évoquent-ils aussi spontanément leur puissance sexuelle aux observateurs extérieurs ?

37 L’impunité sexuelle des hommes déviants ne touche pas seulement les femmes policiers, mais aussi les femmes mises en garde à vue. On ne traitera ici que du premier cas.

38 L’impunité sexuelle des hommes déviants ne touche pas seulement les femmes policiers, mais aussi les femmes mises en garde à vue. On ne traitera ici que du premier cas.

39 La dénégation consiste en effet à se défendre d’une représentation, d’un désir, tout en reconnaissant l’existence de ce désir, à la différence du déni qui part d’un refoulement total, sans conscience de la représentation niée. Les policiers se disent ainsi neutres dans leur travail au nom de l’objectivité des compétences professionnelles, tout en admettant qu’il existe bien çà et là une discrimination envers les femmes. C’est ce qu’on pourrait aussi appeler communément le double discours. Le déni (« mode de défense consistant en un refus par le sujet de reconnaître la réalité d’une perception traumatisante ») consisterait à clamer qu’il n’y a aucune discrimination, aucun sexisme dans la police. Les policiers dans leur fonctionnement nous paraissent plus proches de la dénégation que du déni (Laplanche et al. 1967 : 112-117).

40 11 faut préciser ici que M. Polix n’a pas spontanément évoqué cet événement lors de son entretien biographique. J’ai dû finir par faire une allusion explicite à l’affaire de Mlle G. La réponse fut évasive : « Ah ! cette histoire... »

41 En témoigne cette autre affaire de harcèlement sexuel, traitée par une commissaire, qui, à l’inverse de l’affaire de Mlle G, a été résolue en faveur de la femme harcelée : le policier harceleur a fait l’objet d’une mesure disciplinaire, il a été muté d’office. La victime a réussi à garder son poste. La commissaire n’a pas eu à affronter une cabale de la part de ses subordonnés, elle a reçu l’entier soutien de sa hiérarchie intermédiaire et, point crucial, elle n’a pas été désavouée par sa hiérarchie départementale, qui a validé les sanctions prises. L’ensemble des échelons hiérarchiques a été solidaire - condition indispensable pour que l’affaire prenne un chemin disciplinaire sans se retourner contre la victime.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search