Version classiqueVersion mobile

Profession : policier. Sexe : féminin

 | 
Geneviève Pruvost

3. Vers l’indifférenciation des tâches

Texte intégral

  • 1 Les stratégies d’intégration spécifiques au terrain policier ayant déjà été exposées dans un articl (...)
  • 2 Dans un ouvrage. Fabien Jobard fait un résumé des recherches anglo-saxonnes et de leurs résultats s (...)
  • 3 L’ensemble des métiers policiers offerts par chaque direction de police ne saurait être abordé tant (...)
  • 4 On rappellera ici que les observations se sont déroulées sans allusion à la dimension sexuée de cet (...)

1Alors que la carrière et les choix familiaux s’élaborent dans la durée, l’exercice pratique et quotidien du métier policier prend place dans la temporalité plus resserrée de la situation, exigeant d’autres dispositifs d’enquête que le seul récit biographique1. L’observation est d’autant plus importante que le contexte immédiat de l’action détermine une grande partie de l’orientation des comportements policiers. C’est un acquis des recherches sur la police2. Il s’agit par conséquent de restituer la diversité des relations avec « l’extérieur » (victimes, mis en cause, rue, etc.) et « l’intérieur » (collègues et hiérarchie), ainsi que la variété des tâches et des activités, qui font le quotidien des policiers de terrain3. Dans ces situations professionnelles, se créent et se reconfigurent une économie des affects et un rapport au travail singulier - singulier parce que les policiers disposent d’un pouvoir de contrainte physique sans pareil, qui les distingue des autres métiers de l’urgence et de l’autorité publique. Singulier encore, par la « matière » sociale même sur laquelle les policiers travaillent, qui suppose la maîtrise des émotions, tant d’ordre privé que public, impliquant tout un jeu d’adaptation et de désadaptation, propice à l’expression d’un répertoire gradué d’émotions allant de la colère à l’humour noir. On peut a priori imaginer que le métier policier, socialement étiqueté comme un « métier d’homme », renforce la bipolarité des rôles de sexe en imposant une immédiate ségrégation des tâches et des lieux de sociabilité professionnelle. Les femmes viennent en effet perturber une culture virile qui possède ses codes, ses façons de dire et de faire. Cette perturbation est souvent interprétée dans les discours policiers en termes positifs, créditant les femmes d’une fonction d’apaisement des mœurs viriles. Cette assertion, qui postule en filigrane que les femmes seraient par essence des pacificatrices, doit être cependant soumise à l’épreuve du travail policier. L’étude empirique d’équipes mixtes de policiers4 dément une telle division dans les situations de travail. Les hiérarchies professionnelles (grade, ancienneté) sont les premiers régulateurs du travail policier. Les femmes (et les hommes, dans une moindre mesure) collaborent activement à ces opérations de perturbation des stéréotypes de sexe en alignant pratiques et discours sur leurs collègues masculins. Les stéréotypes de sexe sont alors relégués au second plan au profit des hiérarchies professionnelles. Le maintien de certaines règles sexuées réinstaure néanmoins une hiérarchie entre les hommes et femmes, interdisant l’interchangeabilité absolue des effectifs féminins et masculins dans les brigades observées.

  • 5 La sociologue américaine postule qu’appartenir à une minorité dans une organisation a une influence (...)

2Une réserve méthodologique doit être apportée ici : aucune comparaison statistique concernant les différences de traitement des femmes selon la proportion de femmes présentes dans les brigades suivies n’a pu être menée dans la lignée des recherches sur le principe du « tokenism » de Rosabeth M. Kanter5. Pour ce faire, il aurait fallu mettre au point un dispositif de comparaison entre brigades de même type. Or c’est l’étude de l’hétérogénéité des métiers policiers qui a été privilégiée : ont été observés un commissariat de Sécurité publique et une police judiciaire, et dans toute les situations observées, les femmes étaient minoritaires dans l’équipage. Pour mesurer les effets de seuil, il aurait fallu également se doter d’une équipe de recherche conséquente (avec un financement adéquat) et mener un travail bien plus long que celui qu’il était matériellement possible d’engager. Le présupposé de ce type d’étude était en outre contraire à la voie dessinée par les entretiens et les observations : les rapports sociaux de sexe ne dépendent en effet pas tant du nombre d’hommes et de femmes en coprésence, que du rapport que les policiers des deux sexes entretiennent avec leur part de féminité et de virilité. Un nombre conséquent de témoignages féminins et masculins sur les effets de seuil ont enfin permis d’établir une tendance massive : rares sont les femmes à revendiquer une préférence pour la sociabilité féminine. La majorité des femmes plébiscitent leur position de minorité, et ce, non pas pour affirmer leur singularité sexuée et leur féminité, mais bien plutôt pour se fondre dans la masse de leurs collègues masculins en tant que professionnelles à part entière.

Le primat des distinctions professionnelles

3« En Sécurité publique, tout le monde fait pareil, c’est bousculé, donc on fait confiance à tout le monde, même aux femmes », explique Mme Adencapella (capitaine, pj, 48 ans). « On ne nous donne pas les viols. [...] Ici, du point de vue intervention, c’est tout le monde pareil », affirme Mme Gardat (gardien de la paix, sp, 34 ans). « La nuit, il fallait venir comme les autres », déclare Mme Commandori (commandant, sp, 45 ans). Loin de considérer ces propos comme relevant d’une illusion policière partagée, il convient de répertorier les situations de travail qui fondent ce sentiment d’indifférenciation, et de rendre compte ici du phénomène de recouvrement des rapports sociaux de sexe par d’autres rapports sociaux. Les stéréotypes de sexe sont alors relégués à la marge, pour laisser place à d’autres types de distinctions professionnelles telles que l’autorité du grade, le poids de l’ancienneté, l’imprévisibilité inhérente au travail dans l’urgence et l’obligation de partager « le sale boulot ». Ce primat des distinctions professionnelles est ce qui permet aux policiers d’affirmer leur polyvalence à tous les grades.

Une autorité hiérarchique incorporée

  • 6 « Le vocabulaire de la discipline et de l’autorité a quasiment disparu des discours managériaux » ( (...)
  • 7 Même si les policiers aiment à souligner que la police n’est pas l’armée, ils ne nient pas le carac (...)
  • 8 Il est même tout à fait admis qu’un homme se trouve à la tête d’une activité typiquement féminine.

4Le fonctionnement de l’autorité hiérarchique occupe une place importante dans les récits féminins. En conversation informelle et en entretien, les femmes commissaires, officiers et brigadiers mettent l’accent sur le fait qu’elles n’ont pas de problèmes d’autorité parce qu’elles sont protégées par leur grade ou par leur fonction : la hiérarchie étant respectée, les femmes ont le droit de prendre des sanctions disciplinaires et d’user d’une rhétorique autoritaire qui n’a plus cours dans la fonction publique et le privé6. En insistant sur le primat de l’autorité hiérarchique de type militaire7, les femmes anticipent les interrogations suscitées par leur position. Qu’un homme soit placé au sommet de la hiérarchie d’un métier d’homme est socialement banal, pour ne pas dire considéré comme allant de soi8, l’inverse est encore atypique. Les policiers soumis à l’autorité hiérarchique d’une femme s’abritent cependant derrière l’argument de la neutralité : « la hiérarchie, c’est la hiérarchie ». En cela, les policiers des deux sexes énoncent un lieu commun de la profession, inculqué dès la formation, à savoir le respect des grades supérieurs. Cette dimension est d’autant plus importante que l’accès aux postes de commandement peut se faire directement par le haut (par voie de concours externe), sans obligation de passer par les grades inférieurs, comme en Grande-Bretagne, par exemple.

  • 9 L’autorité hiérarchique n’a pas pu être observée au niveau national, départemental et régional, dan (...)

5La mise en place d’une relation de subordination purement formelle présente l’avantage de mettre à distance deux manques d’expérience majeurs : la jeunesse des commissaires et officiers (comment les policiers issus du concours externe peuvent-ils commander les anciens ?) et les stéréotypes de sexe (comment une femme peut-elle commander des hommes ?). Trois situations vont permettre de comprendre comment l’autorité hiérarchique peut annuler les effets du sexe9. La première, très ritualisée, est propre aux opérations de maintien de l’ordre ; la deuxième concerne la gestion, l’organisation et la discipline d’un commissariat de Sécurité publique par les femmes commissaires ; la troisième est principalement exercée par la hiérarchie intermédiaire des officiers et des brigadiers, qui se trouvent à la fois sur le terrain dans la double position de collègues et dans une position hiérarchique. Dans le premier cas, l’autorité est très formalisée, dans les deux derniers, elle relève davantage d’un ordre négocié.

  • 10 Comme la police a investi le point le plus élevé de la place qui se trouve être également le meille (...)

6En effet, « c’est en maintien de l’ordre que l’organisation du travail est la plus codifiée et la plus transparente : le principe organisateur est simple, puissant et perçu par tous [...]. Clairement comprise par la quasi-totalité des participants, la logique du système de travail est fort peu discutée » (Monjardet 1996 : 124). On l’a observé lors d’une mission de sécurisation d’une grande fête populaire commandée par une femme officier, Mme Lieutomille, déléguée par le directeur départemental de la Sécurité publique (ddsp) à cette fonction dans une grande ville de province. Elle a pour mission de coordonner le travail des compagnies départementales d’intervention (cdi) et des gardiens de la paix du roulement réquisitionnés pour cette tâche. Travaillant aux côtés du ddsp dans les bureaux et non dans un service opérationnel, Mme Lieutomille ne connaît aucune des troupes qu’elle doit diriger. Elle est en outre une jeune femme (35 ans), elle n’est ni commissaire, ni commandant, mais lieutenant. Elle est cependant la plus gradée sur les lieux. Son âge, son sexe, sa non-connaissance directe des troupes sous ses ordres (affectées d’office) auraient pu laisser imaginer une contestation de son rôle de commandement. Tel ne fut pas le cas. Elle se fonde sur une autorité purement hiérarchique. En témoignent ces relations entretenues avec ses subordonnés : quand Mme Lieutomille arrive au quartier général (qg), établi dans une tour dominant la place, les fourgons des compagnies départementales d’intervention sont déjà sur les lieux. Elle adresse son salut au brigadier qui la suit dans la tour et écoute ses indications de placement. Elle échange quelques mots avec les gardiens de la paix de la cdi, qui commentent respectueusement la météo (un beau temps avec grand vent est prévu). Mme Lieutomille monte ensuite au qg. Dans l’escalier, elle en profite pour me préciser en aparté qu’elle « bénit l’uniforme » : « Tout le monde sait que c’est moi qui dirige les opérations. » Son grade est d’emblée lisible. Si elle avait été en civil, il aurait fallu qu’elle précise son statut et on l’aurait probablement confondue avec les journalistes, également présents sur les lieux10.

7Tandis que les gardiens de la paix de la cdi surveillent le secteur en bas de la tour, Mme Lieutomille et le brigadier restent en haut, reliés par radio à l’ensemble du dispositif. Ils passent la nuit à recevoir des informations d’intervention. Aucun débordement n’est signalé aux alentours du qg. Les compagnies départementales d’intervention positionnées en bas de la tour ne quittent pas leur fourgon. Bien placés pour regarder les festivités, Mme Lieutomille, le brigadier et les cdi profitent avant tout du spectacle. En cas de débordement, Mme Lieutomille ne serait de toute manière pas allée sur les lieux. Sa position de commandement l’oblige à rester au qg.

8Cette situation d’autorité hiérarchique indépendante du sexe est corroborée par les entretiens recueillis avec les femmes commissaires, qui se trouvent périodiquement confrontées à l’obligation d’assurer un maintien de l’ordre local. « Ça fait partie de notre fonction, explique Mme Comipoi (commissaire principale, sp, 49 ans). Je vois bien que les gendarmes et les crs, ils me regardent passer comme une extraterrestre. Encore maintenant. Ce n’est pas dit, mais je le sais. Il y a le respect de la hiérarchie. Pour la grosse manif de la semaine dernière, je commandais vraiment le service d’ordre. Je suis à la tête des crs. Sur ce genre de choses, je mets une tenue mo [maintien de l’ordre] avec les insignes de commissaire. » Mme Comipoi ne relève aucune parole irrévérencieuse à son encontre, du moins devant elle. Respect de la hiérarchie oblige.

9Ce respect formel du grade, propre au maintien de l’ordre, particulièrement codifié, peut-il être étendu aux autres opérations de commandement, qualifiées, dans la profession, à l’imitation du lexique entrepreneurial, de « management » ? La direction d’un commissariat de Sécurité publique constitue le cas emblématique de cette gestion négociée. Les commissaires disposent, certes, d’un pouvoir de redistribution des effectifs, de notation et de sanction disciplinaire, mais il y a des recours syndicaux et les policiers insatisfaits de leur poste ou de leur chef de service peuvent, en cas de conflit, changer de service, se contenter d’assurer le « service minimum » ou multiplier les congés maladie, dans l’attente de son départ prochain (on l’a dit, les commissaires sont soumis à une obligation de mobilité, allant de deux à quatre ans). Les femmes commissaires sont-elles plus fréquemment contestées dans leur aptitude à imposer leur décision que leurs homologues masculins ? On partira d’un cas concret : le commandement exercé par Mlle Comissa, chef de service du commissariat Oméga, observé in situ. Cette commissaire de vingt-sept ans est une « sortie d’école », c’est-à-dire qu’elle occupe son premier poste. Issue du concours externe, elle est doublement jeune et inexpérimentée. Elle n’hésite pourtant pas à prendre des mesures radicalement différentes de celles de son prédécesseur (un commissaire divisionnaire) en changeant les habitudes d’un commissariat qu’elle estime en pleine déliquescence : ivrognerie et passe-droits y étaient tolérés. Voici comment elle raconte les mesures disciplinaires qu’elle a prises :

Quand j’ai pris le poste, je suis allée visiter le commissariat en juillet [...]. Un officier assurait l’intérim. 11 était tout seul. Il était très gentil. Il me fait visiter les locaux. On tombe sur un capitaine ivre mort à mon bureau. L’officier était ennuyé. J’étais désespérée. Je ne savais pas ce que j’aurais dû faire. J’aurais dû prendre une décision. Ça m’a traumatisée. En fait, il a été ensuite mis en retraite anticipée. Ça m’a enlevé un gros poids. On en parle encore avec l’officier. [...] Le premier jour quand je suis arrivée, je n’avais pas pu entrer dans mon bureau car on n’avait pas la clef. J’étais à moto. Tous les motards du commissariat sont venus me voir, ça a fait boule de neige. On a fait construire un abri pour les motos. C’est la première chose que j’ai faite ici. Mon collègue m’avait laissé les mauvaises notes à notifier... Merci ! La semaine d’après, un fonctionnaire de police a fait une tentative de suicide. Depuis, ça ne s’est pas arrêté. [... ] J’ai demandé à avoir la radio dans mon bureau. Quand je les entends faire les idiots sur les ondes, je me manifeste, ils savent que j’écoute. Ça me permet de savoir ce qui se passe, de m’armer pour sortir vite en cas d’urgence. Je suis prévenue. Je fais de la gestion de ressources humaines, je suis comme une maîtresse d’école. [...] J’ai fait dix-huit mois de discipline. Le commissariat était le rebut du département. Beaucoup de gens sont désarmés, exemptés de voie publique, en mutation disciplinaire. Un gardien de la paix sur six. Il y a eu un renouvellement énorme. Il a fallu demander qu’on prenne des bonnes habitudes avec les commerçants : on dit bonjour, on paye. 11 a fallu mettre cartes sur table. [...] A l’inverse de mon prédécesseur, ma porte n’est jamais fermée. Je hurle. Je dis : « Venez me voir, je veux savoir ce qui se passe dehors. » [...] J’avais des soucis avec les gens de la nuit. C’était les plus anciens. Ils ont dépassé les bornes. Ils ont fait un rapport contre un lieutenant. J’ai voulu les enlever de la nuit en guise de sanction. Tout le monde a quitté la nuit. Coup de chance : j’avais plein de jeunes qui voulaient aller à la nuit. Du coup, j’ai eu d’autres relations avec les nuiteux [fonctionnaires qui travaillent de nuit] qui ne voyaient jamais la hiérarchie. Mon prédécesseur ne les voyait jamais. Or plus de la moitié de la délinquance est la nuit. Ils doivent se débrouiller tout seuls. En guise de représailles, les nuiteux m’appelaient la nuit pour me tenir au courant de chacune de leurs affaires. Pour me venger, je les appelais le jour, je les réveillais. Il y a eu des jeunes filles qui dansaient sur les tables la nuit. Ils ont une imagination fertile. Il s’est passé des choses pas possibles [...]. Quand je suis arrivée, il n’y avait pas de chef uvp [unité de voie publique], c’était le capitaine qui avait bien bu. J’ai mis en place un chef d’uvp très rigide, un ancien CRS, il s’attirait toutes les foudres de la terre et ça ne s’est pas bien passé. Il était trop répressif. Avant, ceux qui travaillaient bien ne travaillaient plus parce que la hiérarchie ne disait rien. Les plus jeunes adoraient le lieutenant parce que c’était carré. Du coup, c’était lui le tortionnaire, pas moi, j’étais en retrait, ça me permettait de procéder à des mesures disciplinaires. J’ai un adjoint commandant adorable. Je tenais à l’avoir chez moi. Le lieutenant tortionnaire s’est épuisé et maintenant, c’est moi qui tiens le mauvais rôle. Ils vont voir le commandant. C’est une petite unité, je connais la vie de chacun et c’est important. Mais dans ce commissariat, il n’y avait jamais autant de disciplinaire. Les syndicats ne nous ont jamais embêtés, alors qu’ils posent souvent des problèmes... Maintenant, c’est un commissariat qui n’a plus rien à voir avec ce que j’ai vu quand je suis arrivée. Avec tous ces départs à la retraite, ces mutations, c’est bien tombé. Ceux qui étaient en conflit ont été mutés. Il y a eu les congés longs maladie d’un gars avec qui j’ai eu un gros clash. Les plus anciens sont à Pilotage. Ils travaillent bien mieux. Chacun a trouvé sa place [...]. Certains fonctionnaires étaient furax, mais ils ne peuvent rien dire, c’est moi qui commande (Mlle Comissa, commissaire, sp, 27 ans).

  • 11 Renaud Sainsaulieu résume ainsi cette catégorie wébérienne : « La rationalité légale situe l’autori (...)
  • 12 C’est une « relation hiérarchique très personnalisée » avec une « prise en compte des motivations i (...)

10Ainsi, Mlle Comissa a pu, sans opposition syndicale ni contestation collective, assainir un service qu’elle estimait ingérable en l’état. Comme elle le précise en fin d’entretien, elle était en droit de procéder à de tels remaniements : en qualité de commissaire, elle dispose du pouvoir suffisant pour mener de telles réformes. Elle peut se fonder sur une légitimité d’ordre rationnel11 Procédant à une observation et à une enquête par entretien dans son commissariat, on a pu vérifier son bilan. La majorité de ses subordonnés interrogés et observés interprète son action à partir des mêmes catégories formelles : le sexe n’entre pas en ligne de compte pour évaluer le changement de commandement. C’est une « commissaire qui fait bien son boulot ». Certains d’entre eux vont jusqu’à lui prêter une autorité de type charismatique12 en lui accordant une grande « humanité » et en lui prêtant une image dynamique (elle est très sportive). Le fait qu’elle laisse sa porte toujours ouverte est un élément positif, à leurs yeux, une preuve d’écoute et de disponibilité. Les seuls à critiquer son mode de « management » (sans lui désobéir ouvertement) sont les quelques fonctionnaires sanctionnés qui ont refusé de changer de service. Ils accusent alors son jeune âge. Les points de vue portés sur sa compétence et son incompétence ne sont quoi qu’il en soit pas interprétés en termes sexués.

  • 13 On retrouve la division établie par l’enquête Interface de 1982 entre le chef juste et le « petit c (...)
  • 14 65 % des gardiens de la paix contre 51 % des enquêteurs et des inspecteurs sont contre la féminisat (...)

11Ce cas observé n’est en rien une exception. Il corrobore les entretiens recueillis. Le pouvoir coercitif des commissaires est avant tout jugé en fonction du type de « management » exercé13 et des opinions politiques des policiers, plus ou moins en accord avec la stricte application des consignes ministérielles. Telle femme commissaire est ainsi taxée de « vrai petit caporal » (M. Commandef, commandant, pj, 52 ans), tel homme commissaire, de « trop gentil, un pro-îlotage » (M. Gardid, gardien de la paix, sp, 28 ans), telle autre est présentée comme « carrée », tel autre, comme « humain ». En bref, dans la profession, nulle légende autour de l’inaptitude des femmes à commander. C’est même l’idée inverse qui s’est imposée : les femmes seraient plus douées pour le commandement que pour le travail de terrain. Toute l’histoire du processus de féminisation témoigne de ce singulier renversement. L’enquête Interface de 1982, menée sept ans après l’ouverture du concours de commissaire, rend compte de ce paradoxe : les gardiens de la paix, majoritairement réticents au principe de la féminisation14, préfèrent pourtant « avoir des femmes comme supérieurs hiérarchiques que comme égales ou subordonnées : "Une femme, ça va à partir du grade de commissaire" ; "Mais avoir neuf femmes à commander, ah non !..." » (Hauser & Masingue 1982 : 52). Plus de vingt ans après cette enquête, les effets de ce paradoxe sont toujours agissants, du moins au grade de commissaire.

  • 15 Au grade d’officier, un lieutenant peut être nommé chef d’uvp d’un commissariat de Sécurité publiqu (...)
  • 16 « Les règles qui régissent les activités des divers professionnels [...] sont loin d’être exhaustiv (...)
  • 17 Pour l’étude développée d’une situation de commandement exercé par une femme au grade d’officier de (...)

12L’autorité émanant de la hiérarchie intermédiaire (officiers15, brigadiers) est moins pyramidale et contraignante que celle exercée par les commissaires et leurs adjoints, qui accomplissent un travail de commandement à plein temps. Les officiers et les brigadiers de la hiérarchie intermédiaire occupent de fait un statut ambivalent. Ils sont à la fois en position hiérarchique au sein de leur équipe (ce sont les plus gradés) et partie prenante sur le terrain. « Toute la difficulté de la fonction de brigadier » et de commandant « consiste précisément à maintenir cette ambivalence et à ne pas se laisser absorber totalement par un monde ou par un autre » (Monjardet 1996 : 68). Le commandement exercé par la hiérarchie intermédiaire relève du coup davantage de la négociation16, supposant de rester en bons termes avec la hiérarchie, sans lui être totalement assimilé. Il faut également s’adapter aux coutumes locales (différentes à Paris, en banlieue et en province), à l’organisation décidée par chaque chef de service et à la rotation élevée des effectifs. De tous ces paramètres dépend le travail de la hiérarchie intermédiaire. Pour évaluer la part de négociation et d’efficacité du grade, on s’appuiera sur l’observation d’une femme brigadier au sein du commissariat Oméga17.

  • 18 Expression policière pour dire qu’elle ne peut être nommée brigadier que si elle change d’affectati (...)
  • 19 La police de proximité impose de diviser la circonscription en secteurs.
  • 20 11 s’agit d’une habilitation permettant de devenir officier de police judiciaire (opj) que les offi (...)

13Mme Brigadam (brigadier, sp, 32 ans) est chef d’un secteur d’une unité d’îlotiers depuis un an. Elle était auparavant gardien de la paix dans une banlieue chaude en police secours (elle connaît les interventions musclées) puis elle a été nommée aux plaintes (elle est par conséquent familière avec la procédure). Elle est mutée au commissariat Oméga pour « prendre son galon »18 dans le cadre de l’installation de la police de proximité19. Elle a sous sa direction trois fonctionnaires (trois gardiens de la paix) et trois adjoints de sécurité (deux hommes et une femme). Voici comment elle décrit la division du travail qui règne dans sa brigade : « Je prends toutes les auditions compliquées, les îlotiers sont contents, ça leur fait moins de boulot, moins de paperasse. » Elle leur laisse le « tout-venant ». Elle a ainsi l’assurance de pouvoir traiter des cas les plus intéressants. « Tout le monde y trouve son compte », dit-elle. Mme Brigadam a en outre été désignée par sa hiérarchie pour mettre en place la maquette de la police de proximité pour le reste du commissariat (ce qui l’oblige à lire toute la documentation fournie par le ministère et à passer des coups de téléphone aux autres services du département pour comparer les formules). Elle en profite enfin pour perfectionner ses compétences en passant le « bloc opj »20 pour travailler à l’avenir en tant que brigadier, aux côtés des officiers. Mme Brigadam dispose par conséquent d’une triple autorité hiérarchique : elle est brigadier-titre qui lui confère à la fois une autorité statutaire et celle conférée par l’expérience ; elle est désignée par le chef de service comme un élément compétent, digne de confiance (elle est porte-parole de l’autorité locale du chef de service) et elle dispose de connaissances techniques supérieures à celles de ses subordonnés (sa formation de brigadier, sa préparation au « bloc opj » et sa mission de mise en place de la police de proximité assoient sa supériorité en qualification policière par rapport à ces derniers). Son autorité est dans le même temps très distincte de l’autorité hiérarchique du chef de service qui procède aux sanctions disciplinaires et du chef de l’unité de voie publique, qui jouent leur rôle d’arbitre des conflits entre brigadiers et gardiens de la paix. Mme Brigadam, en cela, ne se distingue pas des autres brigadiers observés dans le commissariat Oméga.

  • 21 Elle ne s’est pas comportée en « cabot chef », autoritariste et militaire. Ce modèle repoussoir est (...)

14La description de quelques heures permettra d’attester du caractère totalement asexué de cette situation professionnelle de commandement intermédiaire21.

15Mme Brigadam part l’après-midi visiter ses îlotiers au poste du secteur (une partie des îlotiers circule sur la voie publique tandis que l’autre enregistre les plaintes dans le local mis à disposition par la mairie). Sur le trajet, elle rencontre des îlotiers en train de procéder à l’arrestation de M. Y, un jeune homme à mobylette, connu des services de police, pris en infraction au code de la route. Elle leur donne rendez-vous dans vingt minutes au poste pour la passation de consignes.

16Elle arrive au poste où il y a trois box avec trois bureaux destinés aux plaintes. Un jeune gardien de la paix enregistre une déclaration de perte de carte d’identité. Un autre gardien de la paix prend la plainte d’un jeune homme qui s’est fait agresser il y a trois jours. Il connaît son agresseur. Une compagnie départementale d’intervention, composée de quatre hommes, de passage dans le secteur, arrive au poste. Ils se proposent d’aller arrêter l’agresseur sur-le-champ. Mme Brigadam s’y oppose formellement : « Non, on fait ça dans les formes. Ce n’est pas du flag’ [flagrant délit]. L’affaire s’est passée samedi. On est dans les prélims [opérations préliminaires]. Je vais d’abord bien identifier les gars, je vais ensuite les convoquer et après, il y aura une gav [garde à vue]. » Les hommes de la cdi s’exécutent. Les gardiens de la paix ne font aucun commentaire, ils continuent de recevoir les plaintes, puis quand ils ont terminé, ils vont prendre un café avec les hommes de la cdi. Entre-temps, Mme Brigadam prend une autre plainte. Son statut de brigadier ne l’exonère pas de ce type de travail.

17Comme convenu, vingt minutes après, les autres îlotiers arrivent au poste du secteur et partagent leur joie d’avoir enfin « coincé » M. Y. Mme Brigadam les félicite tout en leur demandant s’ils n’ont pas « fait de bêtise » en remplissant les TA [les timbres-amendes], ce qu’elle vérifie aussitôt. Tous les plaignants étant partis, les policiers prennent tous ensemble un café. Mme Brigadam en profite pour leur donner les consignes. Elle énonce les points d’îlots à privilégier pour le reste de l’après-midi, et elle explique quelques éléments de police de proximité. Les îlotiers repartent sur la voie publique. Mme Brigadam s’en va également. Sur le trajet du retour au commissariat, Mme Brigadam vérifie que les îlotiers se dirigent bien dans la bonne direction et se plaint du manque d’expérience et d’initiative de ses fonctionnaires : « Ils sont gentils, mais il faut tout leur dire. Il faudra que je relise ce qu’ils ont fait, parce que s’ils ont fait une connerie, ça va me retomber dessus. »

18Mme Brigadam correspond en tous points au modèle de commandement négocié mis au jour par Dominique Monjardet : cette femme brigadier est à la fois « chef d’équipe » et partie prenante du travail quotidien. Ses hommes se présentent en temps et en heure quand elle l’a demandé, ils suivent ses consignes, personne ne conteste son interdiction d’arrestation à leur domicile de mineurs reconnus pour un vol, y compris les compagnies départementales d’intervention (Cdi), de passage au moment du débat. Son point de vue juridique est inattaquable et l’autorité de grade l’emporte sur toute autre décision. Elle prend par ailleurs des plaintes, comme un gardien de la paix ordinaire, et elle se joint à leur pause. Elle se trouve à la fois dans une position de surplomb par rapport à ses subordonnés, mais en même temps en totale interdépendance avec eux (s’ils commettent une faute, c’est sa responsabilité qui est enjeu). Elle incarne le modèle du brigadier type.

  • 22 En 2005, seulement 13 % des femmes officiers sont commandants (contre 30 % parmi les hommes), seule (...)

19Les femmes sont cependant deux fois moins cooptées et volontaires que les hommes à ce niveau de la hiérarchie, que ce soit au grade de brigadier ou de commandant22. L’obligation de mobilité induite par le franchissement du grade ne constitue pas l’unique raison de cette rareté. La position de commandement intermédiaire reste fragile, notamment au grade de brigadier en Sécurité publique. C’est à ce grade que l’on a recueilli le plus de témoignages (indirects) sur les difficultés rencontrées par les femmes à s’imposer auprès de leurs subordonnés, notamment parmi les pionnières. Plus on descend dans la hiérarchie, plus la position de « man in the middle » semble périlleuse pour les femmes qui s’auto-excluent de ce type de fonction ou postulent à des postes de gestion, moins exposés (le ministère de l’Intérieur et les écoles de police accueillent de nombreux commandants et brigadiers). Il s’ensuit que celles qui continuent d’exercer un travail opérationnel par choix sont particulièrement motivées, sur sélectionnées et assez sûres de leur légitimité dans la place. Cette situation d’exceptionnalité (à tous égards) permet de limiter les effets du sexisme.

  • 23 Comme Dominique Monjardet l’a montré, cette structure duelle ne signifie pas pour autant que le gar (...)

20En règle générale, le primat du grade permet de taire passer au second plan les hiérarchies entre les sexes, mais aussi entre les âges, au profit d’une division du travail, fondamentale dans cette profession militarisée : il y a, d’une part, des policiers investis d’un pouvoir de commandement et, d’autre part, les subordonnés. Même si ces derniers disposent d’une grande marge de manœuvre et de dissimulation de leur action réelle en intervention23, ils doivent rendre des comptes à toute une chaîne hiérarchique qui peut en dernière instance s’appuyer sur un réel pouvoir disciplinaire. Les formes sont par conséquent le plus souvent respectées. Par rapport aux femmes qui sont en position subordonnée, celles qui sont au sommet de la hiérarchie se voient épargner un certain nombre de remarques, d’insultes et de contestations sexistes directes. Ce respect formel du clivage entre commandement et exécution explique la rapide intégration des femmes commissaires ou en position de commandement intermédiaire. Cette autorité hiérarchique est cependant contrebalancée, dans certaines situations, par un second type de préséance, telle que l’expérience accumulée au cours de la carrière.

L’ancienneté fait la différence

21L’ancienneté peut être prise en deux sens différents, souvent corrélés entre eux : le vieillissement et l’accumulation d’expérience professionnelle. Dans tous les cas, elle permet d’identifier les compétences de chaque policier et d’établir, en situation, un ordre des préséances entre pairs, et parfois même, entre subordonnés et supérieurs hiérarchiques.

  • 24 Tel est le terme policier pour désigner les gardiens de la paix qui n’ont pas passé les uv de briga (...)

22L’ancienneté associée à la notion de vieillissement est, on l’a vu à propos des carrières, un élément nodal dans la profession, permettant de répartir les effectifs dans les emplois de bureau, mais aussi dans une même brigade. Dans une police secours, tous les effectifs ne sont pas obligés en effet de sortir sur la voie publique à tour de rôle. Les observations et les témoignages révèlent une même tolérance à l’égard des anciens sur le déclin : s’ils le souhaitent, ces derniers sont autorisés à rester plus souvent que les jeunes gardiens de la paix dans l’enceinte du commissariat, ils occupent alors la fonction de chef de poste ou ils sont à la radio. Comme il existe suffisamment de postes et de métiers policiers statiques et inoffensifs pour que ce type de personnel puisse continuer à être employé utilement, la sous-activité de ces « vieux sous-balloches »24 n’est pas remise en question par leurs collègues plus jeunes et par la hiérarchie qui organise au mieux l’affectation de ce personnel problématique (car non polyvalent). En l’absence de cas directement observés, il est difficile de savoir si les gardiennes de la paix du même âge bénéficient de la même clémence : on n’en a pas rencontré qui accomplissaient à cet âge un travail de voie publique. Elles sont de fait en très petit nombre (les premières ayant été recrutées en 1978). On se contentera de constater qu’on n’a pas recueilli de témoignages directs et indirects d’anciennes, à qui l’on a imposé un travail de terrain en fin de carrière.

23A ce premier type d’ancienneté (associée au vieillissement), il faut opposer une seconde acception, plus active et plus respectée : l’expérience accumulée au fil des postes. La connaissance d’un grand nombre de brigades de police ou de services est hautement reconnue dans la profession. « La logique de la qualification » (validée par les diplômes et l’appartenance à la hiérarchie) est en effet largement concurrencée par la « logique de la compétence » qui valorise l’expérience et « l’apprentissage sur le tas » (Monjardet 1987 : 87). La différence d’expérience permet ainsi de répartir les rôles entre pairs. Dans la profession, il est en effet important de pouvoir répondre rapidement à la question « qui fait quoi ? », soumise à de nombreuses variations selon les contingences de l’action en urgence, selon la diversité des interventions, selon le type de « clients », mais aussi selon les coutumes locales de chaque commissariat. Plus les policiers ont accumulé d’expériences de terrain (dans la même ville, dans différents lieux, dans différentes brigades), plus ils ont de chances d’avoir déjà traité des affaires similaires, et d’être capables d’anticiper les dangers et les solutions potentielles.

  • 25 Quand c’est le cas, cette dérogation à la règle choque tant l’intéressée qu’elle qualifie cet acte (...)

24La répartition des rôles dans les patrouilles de police secours est emblématique de la priorité accordée à l’âge et au cumul d’expérience : à Paris et dans la proche banlieue, les rôles de conducteur et de passager ne sont pas distribués de manière aléatoire. Les places se déterminent en fonction de cette double ancienneté. La règle veut que la différence de sexe n’importe pas dans cette attribution des rôles25. Le chef de poste désigne le chauffeur et le chef de bord qui se place à ses côtés (les plus anciens). Celui qui se trouve à l’arrière est appelé « le sac de sable », c’est le plus jeune de la patrouille. Les jeunes femmes comme les jeunes hommes apprécient particulièrement cet encadrement rigide qui permet d’éviter tout litige. Notons que l’ancienneté s’acquiert rapidement en police secours. C’est le type de brigade qui connaît en effet le plus grand turn-over, surtout en région parisienne.

25L’expérience conférée par l’âge et l’ancienneté joue également dans des situations d’intervention moins formalisée que la patrouille, comme les auditions. Là encore, le sexe n’intervient pas comme un critère déterminant. Pour illustrer cet ordre des préséances et ses effets dans la distribution de la moindre tâche, on s’appuiera sur le déroulement d’une opération menée par le groupe de répression du banditisme de la pj Delta : il s’agit d’arrêter un receleur et ses complices.

  • 26 On les a énumérés dans leur ordre d’arrivée dans le grb 1.
  • 27 Ils travaillent en tenue de maintien de l’ordre, en cagoule, avec un casque et armés d’un bélier po (...)

26M. Icommandon (commandant, pj, une cinquantaine d’années) dirige un groupe de répression du banditisme (qu’on qualifiera de grb 1) dans la pj Delta. Sous ses ordres, il a un capitaine, une jeune femme lieutenant, un brigadier proche de la retraite et un jeune gardien de la paix26. Pour mener à bien l’arrestation du receleur (M. B) et de ses associés, braqueurs, il est obligé de faire appel aux autres groupes de répression du banditisme de la pj Delta (grb 2 et grb 3). M. Icommandon s’occupe également de la coordination avec une brigade dite « musclée »27, une brec (brigade régionale d’enquête et de coordination), chargée de la filature quotidienne et du travail concret d’arrestation. Toutes ces unités ont réservé une même date et une même heure (6 heures du matin) pour arrêter M. B et tous ses complices, mis sur écoute et pris en filature depuis des mois, pour recel. Le rendez-vous est à 5 h 30. Chaque équipe, composée de membres de la brec et des membres de la pj Delta, a en charge un individu à arrêter, avec la perquisition de son lieu d’habitation.

27M. Icommandon reste à la pj Delta avec le commissaire pour assurer la coordination de l’ensemble du dispositif. Voici comment il répartit les groupes d’intervention et d’audition : plus le suspect est dangereux et fortement impliqué dans l’affaire de M. B, plus les effectifs chargés de l’arrêter et de l’auditionner sont gradés et anciens. M. Icommandon veille cependant à ne pas réunir tous les jeunes policiers dans la même voiture et fait en sorte de les répartir dans chaque groupe. Pour les auditions, M. Icommandon compte sur les seuls effectifs de la pj Delta, répartis par binôme. Accomplissant le travail de relecture et de préparation de l’ensemble des auditions, M. Icommandon ne procédera pas lui-même à celles-ci. Il réserve l’audition décisive de M. B à un commandant du grb 2 de la pj Delta, un ancien qui a en outre les faveurs du commissaire (le grade et la pression du commissaire l’y obligent) à qui il adjoint M. Garembriguel (brigadier, 51 ans, membre de la grb 1), proche de la retraite. Voici comment Mlle Lieutec (lieutenant, 29 ans) justifie que M. Garembriguel ait été préféré à un capitaine travaillant depuis plus longtemps au grb : « Le commandant du grb 2 et M. Garembriguel sont des anciens tous les deux. Ils ont de la bouteille, explique-t-elle en riant [l’un d’entre eux est en effet alcoolique]. A eux, on ne la raconte pas. Ils savent faire. » M. Garembriguel a travaillé sur de grosses affaires dans un autre service. Il a fait la preuve de ses compétences. C’est en outre le plus ancien en âge. Il apparaît tout à fait légitime qu’il soit affecté à la tâche délicate d’interroger M. B, une nuit entière pendant laquelle M. B a tout avoué.

28La seconde audition importante de la journée est réservée au capitaine (adjoint de M. Icommandon) et à une femme lieutenant, issue du concours interne, qui a de l’expérience dans le métier et qui travaille d’ordinaire dans le grb 3. Les autres auditions mineures sont ensuite réparties parmi les autres membres du grb 1 et du grb 2. Mlle Lieutec a pour sa part été désignée comme binôme d’un collègue gardien de la paix pour l’audition d’un suspect au rôle mineur. Le gardien de la paix est à l’ordinateur, et Mlle Lieutec pose les questions. Le mis en cause continue à nier alors que Mlle Lieutec lui fournit toutes les preuves de son implication. M. Garembriguel, de passage dans le bureau, assiste quelques minutes à cette audition. Voici ce qu’il en conclut, une fois l’audition terminée : « Je n’aurais jamais pu interroger des crapauds pareils. » Il légitime ainsi la division entre le travail prestigieux (l’audition de M. B) et le travail peu valorisant (l’audition de ses complices, la « racaille »), entre travail réservé aux anciens et travail réservé aux jeunes policiers.

29Le lendemain, Mlle Lieutec a été désignée par M. Icommandon pour interroger un complice de M. B en binôme avec le capitaine du grb 1. Le capitaine est réputé pour sa faconde. Il mène de fait l’audition seul, en posant les questions et en prenant les notes sur l’ordinateur. Mlle Lieutec, qui s’est contentée au préalable de rédiger le rappel des faits en début du PV, assiste à l’audition en intervenant très peu. Quant au gardien de la paix, il fait le factotum (on lui demande d’aller chercher telle autre audition, tel papier à signer). Les auditions durent plusieurs jours, selon le même schéma que précédemment.

30Un élève commissaire, en stage à la pj Delta, était présent tout au long des opérations. Il a assisté à une audition, mais il n’a pas été intégré dans les binômes. Il n’a pas été considéré comme partie prenante de l’opération. « Je l’ai vu errer dans le couloir », explique Mlle Lieutec. M. Icommandon se demande s’il n’a pas commis un impair en ne l’ayant pas invité à partager un repas avec eux. Il se rassure aussitôt en précisant que ces derniers jours, il fut relativement invisible : « Peut-être qu’il était avec le patron. »

31Le surlendemain, il faut conduire les mis en cause au tribunal à 6 heures du matin (heure de la fin de la garde à vue) et attendre une journée entière au dépôt, puis il faut les accompagner en voiture à la prison. Quand il est question, lors du repas, de désigner les heureux élus pour cette tâche ingrate, le capitaine précise en riant que ce n’est pas son rôle : « Moi, je ne fais que le travail noble. » La négociation est de courte durée : c’est à Mlle Lieutec et au gardien de la paix que ce travail incombe. Le respect accordé à l’ancienneté et à l’expérience professionnelle prime sur la logique des grades : M. Garembriguel, moins gradé que Mlle Lieutec et à la veille de prendre sa retraite, est exempté de cette tâche, du moins au petit matin. Il viendra plus tardivement les relever dans la matinée. M. Icommandon ne se déplace que pour la présentation de M. B au juge. C’est lui qui conduira la voiture qui conduit M. B en prison, avec Mlle Lieutec et M. Garembriguel.

32La répartition des rôles tout au long du traitement de cette affaire suit la même logique : les plus anciens et les plus expérimentés (en l’occurrence des hommes, la seule « ancienne » qui aurait pu être concernée était de permanence cette semaine) accomplissent les tâches les plus nobles (la coordination, les auditions les plus importantes, l’accompagnement du principal inculpé devant le juge d’instruction), tandis que les plus jeunes, les moins expérimentés et les moins gradés, hommes ou femmes, font le « sale boulot » (les auditions secondaires, une participation mineure aux auditions majeures, la constitution des dossiers de pv, les longues heures d’attente au dépôt du tribunal). Ce primat de l’ancienneté n’est pas sans poser des problèmes d’intégration au commissaire stagiaire qui ne trouve pas sa place dans le dispositif. En d’autres termes, dans cette opération de pj, l’ancienneté (aussi bien en âge que d’expérience) a primé sur l’appartenance de grade et de sexe.

  • 28 Dans la profession, le primat accordé à l’expérience, loin d’être remis en question (par l’élévatio (...)

33L’importance accordée à l’expérience est telle dans la profession qu’elle constitue une ligne de partage majeure entre policiers, autorisant certains renversements hiérarchiques et permettant de mettre à distance la question du sexe. Si le respect de la hiérarchie est enseigné aux élèves dès l’école de police, les commissaires issus du concours externe savent que leur jeunesse leur sera reprochée, s’ils ne font pas très rapidement preuve soit de modestie, soit d’autorité. En entretien, les commissaires confirmés n’hésitent pas à faire part de leurs appréhensions rétrospectives lors de leur première prise de fonction. C’est le moment où leur légitimité n’est pas encore fondée. Ils doivent s’imposer auprès des inspecteurs divisionnaires et commandants qui ont assuré l’intérim avant leur affectation28. Dans un tel cadre, la jeunesse devient synonyme d’incompétence professionnelle. Pour les policiers, le métier relève de « l’art », au sens artisanal de « savoir-faire » acquis à force d’entraînements, d’erreurs et d’imitation des anciens.

34Cette hiérarchie entre jeunes et anciens ne recouvre cependant pas exactement la division entre profanes et professionnels : les jeunes policiers restent des initiés et la division du travail policier ne leur réserve pas systématiquement les tâches les moins nobles. Il existe des situations et des postes précis où la jeunesse est convertie en atout. Même si les anciens se plaignent communément de la dangerosité des jeunes « cow-boys », qui « sortent le pétard à tout bout de champ », qui « cherchent la castagne » et déclenchent des conflits inutiles, leur fougue est très utile à la bonne marche du service. Pour permettre aux anciens de rester au commissariat et d’occuper des postes de gestion, il est indispensable que les jeunes troupes aient l’envie d’affronter la voie publique et de faire le travail de patrouille et d’îlotage. La jeunesse, quand elle se combine à la motivation et à des qualités policières reconnues, peut être érigée au rang de qualité professionnelle. À l’inverse, les jeunes policiers qui ne veulent pas sortir sur la voie publique et qui ne cachent pas leur démotivation sont qualifiés de mauvais policiers. A ce titre, les jeunes femmes volontaires et en bonne santé constituent une ressource de choix. Selon les propres termes d’une formatrice de l’enp Alpha, « il vaut mieux une femme qui y va qu’un homme qui n’y va pas ».

35Pour résumer, une partie des tâches policières se répartit en fonction du seul critère de l’ancienneté des policiers, permettant à chacun de trouver sa place en cours d’action, sans conflit de légitimité.

  • 29 Cette réalité n’empêche pas que soient tenus des propos généraux sur l’indisponibilité des témmes. (...)

36L’idéaltype viril de disponibilité et de prise de risque vs le modèle du policier tranquille et prudent correspond à deux âges, les jeunes vs les anciens, bien plus qu’à deux sexes29.

L’urgence commande la division du travail

  • 30 « Ainsi la réponse au "qui fait quoi ?" n’est pas donnée par une division logique, technique ou dis (...)

37Le respect du grade et la prise en compte de l’ancienneté dans la répartition des tâches sont des critères importants de distinction professionnelle, qui contribuent à mettre à distance les stéréotypes de sexe au profit d’autres logiques professionnelles. Deux autres éléments perturbent les tentatives de répartition sexuée des tâches : les aléas de la rotation du personnel et les contingences de l’action en urgence. Les interventions menées par les gardiens de la paix en police secours (type de brigades où le métier est analogue à celui des urgences médicales d’un hôpital) sont particulièrement exposées à cette double gestion de l’imprévu : imprévisibilité des personnels disponibles et imprévisibilité des événements. La description d’une journée passée en police secours suffit à établir le principe de disponibilité aléatoire des policiers d’une même équipe. On se contentera de détailler quatre heures « ordinaires », c’est-à-dire sans affaires graves (de 17 h à 21 h) d’une vacation au commissariat Oméga. Durant ces quatre heures, très représentatives du quotidien d’une police secours, les logiques de distribution des tâches s’entrecroisent, tout en restant subordonnées à l’urgence de résoudre les problèmes posés par chaque intervention30.

38A 17 heures, après le contrôle méticuleux d’un véhicule, M. Gardur (gardien de la paix, 34 ans), Mlle Gardia (gardien de la paix, 26 ans) rentrent au poste. M. Gardur est passionné par le code de la route, il se met immédiatement à l’ordinateur pour rédiger son pv. Il n’attend pas que Mlle Gardia, une élève sortie d’école, peu familière avec ce type de procédure et de surcroît assez peu intéressée par ce type de travail, lui apporte de l’aide. M. Brigadem (brigadier, 42 ans) est pour sa part resté au commissariat en tant que chef de poste avec M. Gardic (sous-brigadier, 54 ans), un ancien qui ne sort plus beaucoup. L’activité n’est pas débordante : aucun appel du 17. Mme Gardet (gardien de la paix, 32 ans) était temporairement absente depuis le début de l’après-midi : elle était à un stage. Elle revient vers 17 heures. Elle ne souhaite pas sortir immédiatement en patrouille. Elle s’est entraînée tout l’après-midi, et elle entend se reposer. M. Brigadem sort avec Mlle Gardia pour aller chercher à manger au centre commercial avec la bourse commune. M. Gardur, se trouvant à l’ordinateur, prend la plainte d’une femme qui s’est fait voler sa boîte aux lettres, pendant que M. Gardic assure le rôle de chef de poste avec Mlle Gardia.

39Au retour de M. Brigadem et de Mlle Gardia, qui ont fait les courses et ont tout rangé dans le réfrigérateur de la cuisine, il faut reconstituer une patrouille. La mission d’une brigade de police secours n’est pas de rester au poste. Comme M. Gardur est immobilisé par la prise de plainte du vol de boîte à lettres et que M. Gardic, comme à son habitude, ne souhaite pas particulièrement sortir, c’est M. Brigadem, Mlle Gardia et Mme Gardet qui partent en voiture. Sans concertation, Mme Gardet se met au volant (elle apprécie la conduite rapide). M. Brigadem est « chef de bord » et Mlle Gardia, la plus jeune, est « sac de sable », c’est-à-dire qu’elle est à l’arrière. Je suis pour ma part à la place réservée aux victimes ou aux mis en cause (c’est-à-dire derrière le chef de bord). Mlle Gardia a repéré les numéros de voitures volées dans la semaine et part à leur recherche dans les cités de la ville. La voiture est rappelée par l’ads par radio : à l’accueil, un plaignant demande des informations sur une voiture enlevée. Elle ne sait pas comment procéder. C’est Mme Gardet qui avait traité l’affaire. Mme Gardet est furieuse : elle avait donné des consignes à l’ads en partant. De retour au commissariat, il s’avère que M. Gardic, appelé à la rescousse par l’ads, a pris en main l’affaire. Le retour de la patrouille au commissariat était inutile.

40Il est 18 heures - moment critique : la hiérarchie du commissariat Oméga, les officiers chargés des plaintes et l’ads en charge de l’accueil quittent les lieux. Le gardien de la paix, en charge permanente des réponses à l’appel 17, de l’ouverture et de la fermeture du portail du commissariat (certes, télécommandée, mais exigeant une visualisation sur écran des nouveaux entrants) et des vérifications sur ordinateur ou dans les registres des informations dont les membres de l’équipe en patrouille ont besoin, quitte son poste vers 19 heures. C’est donc au chef de poste de la brigade de police secours d’assumer tous ces rôles. L’heure du repas du soir approchant, il s’agit de pouvoir répondre aux urgences, sans se surcharger de travail, tout en prévoyant de dîner, en attendant la brigade de nuit qui prend la relève à 21 heures.

41La patrouille repart immédiatement sur un autre événement, mais cette fois, dans le fourgon. Un appel radio vient de signaler qu’une malle est tombée d’une voiture sur la quatre voies de la route nationale. Il faut la dégager au plus vite. C’est encore Mme Gardet qui conduit (toujours en conduite rapide). Elle s’arrête sur la bande d’arrêt d’urgence. M. Brigadem et Mlle Gardia sortent pour ramasser la malle qui se révèle vide. M. Brigadem la porte seul et la place dans le fourgon. Un appel radio de M. Gardic enjoint à la patrouille de repartir aussitôt sur une ipm (ivresse publique manifeste) à la gare. Le conducteur de train ne veut pas partir tant que « l’alcoolo » est dans « son » train. L’homme veut rentrer chez ses amis qui habitent dans une autre ville. C’est en dehors de la circonscription, la patrouille ne peut pas le ramener chez lui. Il est donc conduit à l’hôpital pour être examiné par le médecin avant d’être conduit en cellule de dégrisement. A l’hôpital, Mme Gardet essaie d’appeler les proches de l’homme en ipm pour qu’ils viennent le chercher et leur éviter de le conduire en cellule de dégrisement, mais personne ne répond. M. Brigadem accompagne l’homme lors de son examen médical. Mlle Gardia attend dans la salle d’attente.

42De retour au poste, Mlle Gardia enregistre l’IPM sur l’ordinateur, Mme Gardet enregistre sur la main courante le transport de la malle au commissariat et M. Brigadem s’occupe de faire entrer l’homme en cellule de dégrisement. Il vide ses poches, enlève ses lacets, lui fait signer une autorisation, avec l’aide de M. Gardic qui refuse de toucher l’homme, tant qu’il n’a pas de gants. Les gants sont introuvables. M. Brigadem en vient alors à aider l’homme à se dévêtir. Son pantalon en cuir est fermé par un lacet, particulièrement difficile à ôter. M. Gardur, très légaliste, en profite pour lui signaler qu’il va devoir rester en cellule de dégrisement six heures. L’homme commence à s’indigner. M. Gardic lève les yeux au ciel : « Il n’aurait pas fallu le lui dire. » Il calme l’homme par ces paroles : « S’il vous arrive le moindre accident dans la rue, on en est tenus responsables car vous êtes désormais sous notre responsabilité. » L’homme se rassure et continue à se déshabiller. Croyant bien faire, il commence à enlever son caleçon et se retrouve nu dans le commissariat. Rire général des policiers qui l’invitent à remettre son pantalon et l’enferment dans sa cellule.

43Il est 19 h 30 : le gardien de la paix à la radio est parti depuis une demi-heure. La bac de nuit commence à arriver et à se préparer dans les vestiaires. Toute la patrouille va dans la cuisine pour manger. M. Brigadem met le couvert, Mme Gardet fait cuire les steaks. Le repas est rapide. Chacun fait sa vaisselle. M. Brigadem quitte la table plus tôt que les autres. La bac patrouille depuis 20 heures, mais elle ne fait que du flagrant délit (ils ne prennent pas les appels du 17). Et plus personne n’est à l’accueil. Or on n’entend pas bien la sonnerie du téléphone de la cuisine. S’ils manquent un appel, c’est M. Brigadem qui sera tenu responsable.

44A 20 heures, tout le monde remonte, un appel signale qu’une voiture roule en sens inverse de la circulation sur la quatre voies. C’est Mlle Gardia qui réceptionne le coup de téléphone. M. Brigadem consigne l’activité de sa brigade sur l’ordinateur. Mme Gardet est allée voir les annonces de poste diffusées par télex et affichées à l’étage. Mlle Gardia, toujours au téléphone, communique les informations oralement à M. Gardic et à M. Gardur qui prennent la voiture pour se rendre au plus vite sur la quatre voies. M. Gardic conduit (conduite rapide). Mlle Gardia, toujours au téléphone, se retrouve seule au poste avec M. Brigadem et Mme Gardet, qui n’a trouvé aucune annonce de poste intéressante et regrette d’avoir manqué, à quelques minutes près, cette « chasse ». M. Gardic et M. Gardur sont arrêtés en chemin par radio par Mlle Gardia qui leur signale que la voiture est sortie de la quatre voies, qu’elle se trouve dans le bon sens et que la bac a repris l’affaire. Ils rentrent au poste, pensant se reposer jusqu’à l’arrivée de la brigade de nuit à 21 heures, mais un accident de voiture est signalé.

45Il faut rapidement reconstituer une patrouille : M. Brigadem reste au poste avec M. Gardic. M. Gardur, Mme Gardet et Mlle Gardia partent sur les lieux de l’accident. Mme Gardet est très énervée : ce type d’accident n’est pas de leur ressort. C’est aux accidentés de s’arranger tout seuls pour le constat. M. Gardur et Mlle Gardia ne font aucun commentaire. Mme Gardet sort malgré tout la première du fourgon et demande à l’auteur de l’accident de lui raconter les faits. Il a visiblement trop bu. Elle le fait monter dans le fourgon. Il est alors pris en charge par M. Gardur, qui lui explique toutes les contraventions dont il aurait pu faire l’objet (ivresse, assurance non valide), mais que dans sa « grande largesse », il ne lui mettra pas : « Votre voiture est pliée en deux. Et elle ne vous sera pas remboursée. Je réduis l’addition à un défaut de conduite. » Comme il a coutume de le faire dans ce cas, M. Gardur lui fait la leçon : « Et si c’était pas une camionnette que vous aviez percutée, mais une Twingo avec des gosses à l’arrière. Le coup du lapin, vous y avez pensé ? » L’homme se confond en excuses. Mlle Gardia prend les noms et adresse des gens du camion à la demande de M. Gardur. Ils repartent aussitôt sur une autre intervention, signalée par radio pour un acte de vandalisation d’un camion sur une aire de repos. Mme Gardet continue de conduire. Elle fait la course avec les autres voitures qui patrouillent. Le jeu est d’arriver les premiers sur les lieux, avant la bac et avant la brigade de nuit qui vient de prendre la relève. On arrive les derniers. Il n’y a pas eu d’acte de vandalisation.

46La patrouille rentre au commissariat, il est 21 h 15. La vacation a été dépassée de cinq minutes. Les policiers vont pouvoir se compter une heure de récupération. « On préfère faire un peu de rabiot, plutôt que de partir pile à l’heure », explique Mme Gardet. Mlle Gardia consigne l’accident sur la main courante, M. Gardur entre dans l’ordinateur la tentative de dégradation du camion. M. Gardur, Mlle Gardia et M. Brigadem partent se changer au vestiaire.

47Quelques éléments récurrents d’organisation du « qui fait quoi » se dessinent, indépendamment de l’ancienneté, du grade et du sexe : tout d’abord, des spécialisations se font jour. Mme Gardet apprécie particulièrement le rôle de chauffeur ; M. Gardur est féru des infractions au code de la route ; M. Gardic est un ancien qui n’aime pas sortir ; Mlle Gardia, « sortie d’école », apprend son métier et prend très peu d’initiatives. Mais ces rôles sont interchangeables : comme aux urgences hospitalières, étudiées par Jean Peneff, « celui qui est le plus proche du téléphone [...] répond sans prééminence. Celui qui n’a pas de tâche précise dans l’instant se charge du nouvel arrivé » (Peneff 1992 : 184). La spécialisation en police secours est rendue impossible par « la mobilisation du premier informé » (ibid.). Les patrouilles se recomposent au fur et à mesure de l’imprévisibilité des événements et de la disponibilité des membres de l’équipage. Autre règle, le policier qui s’impose comme interlocuteur principal dans une intervention (les timbres-amendes sont alors remplis à son nom) est celui qui prend en charge le traitement administratif de cette affaire, de retour au poste. Il est également implicite que pour éviter d’alourdir le travail administratif et s’épargner les conflits avec les contrevenants, les policiers ne sanctionnent pas toutes les infractions et n’appliquent pas toutes les consignes à la lettre (il apparaît par exemple plus simple de raccompagner l’homme ivre chez lui). Cet accord sur la sélection des tâches et la quantité de travail quotidienne permet une répartition relativement équitable de la charge de travail : si un membre de l’équipe fait de l’excès de zèle, c’est l’ensemble de ses collègues qui en pâtit. L’ordre des moments de pause est alors perturbé et le principe de diversification des tâches (tous les membres de la brigade ne sont pas intéressés par les mêmes activités) n’est pas respecté. On est très proche ici du procédé du « freinage » qui permet aux ouvriers d’une même équipe de tenir des cadences raisonnables (Linhart 1978) et aux urgentistes, qui s’arrangent pour travailler selon un rythme de travail tolérable (Peneff 1992). L’entente sur les moments de relâche est de fait indispensable : pour tous les membres de l’équipe, il est évident qu’à partir de 19 h 30, aucune patrouille ne sera assurée (sauf en cas d’urgence). C’est le moment du repas et il reste ensuite environ une heure avant l’arrivée de la brigade de nuit. Après chaque intervention, la voiture revient au poste, dans l’espoir de ne plus avoir à quitter le commissariat. Les moments d’intervention à l’extérieur et de repos à l’intérieur sont enfin assez bien distribués entre les différents membres de la brigade qui alternent tour à tour temps de repos et temps d’action sur une même vacation ou au cours de la semaine. Quand par malchance, l’enchaînement des événements monopolise particulièrement deux ou trois fonctionnaires pendant une trop longue période (ce n’était pas le cas dans l’exemple de vacation étudié), les policiers s’arrangent pour opérer un rééquilibrage des tâches sur la vacation du lendemain.

  • 31 Chaque jour et chaque nuit, un binôme d’officiers, toutes brigades confondues, est désigné pour rép (...)

48Tous ces éléments combinés créent un rythme de travail assez équilibré, qui permet à l’ensemble des policiers de cette unité de police secours de tourner relativement indifféremment les uns avec les autres, en fonction des disponibilités et indisponibilités imposées par le traitement successif des affaires. Ce principe, particulièrement visible en police secours, s’applique dans d’autres types d’unité policière. Les officiers d’un commissariat de Sécurité publique en uir (unité d’investigation et de recherche) et les officiers de police judiciaire qui sont de « permanence »31 se trouvent soumis à la même logique : au moment des événements, il n’est pas toujours possible de répartir les auditions non programmées en fonction du grade, de l’ancienneté et des compétences des effectifs.

49Il importe désormais de vérifier si cette obligation de composer avec les effectifs présents s’applique également quand le contenu des affaires traitées peut donner lieu à une division sexuelle du travail. On s’appuiera sur deux affaires sensibles, l’une concernant une mineure, l’autre une mère de famille séquestrée. Dans le premier cas, il s’agit d’une tentative de viol. Une femme gardien de la paix prend la plainte de parents accompagnés de leur petite fille, pour une intrusion nocturne dans leur appartement (un fait bénin, réservé aux gardiens de la paix). De fil en aiguille, la gardienne de la paix apprend que la petite fille a probablement été violée. L’infraction change de nature. La gardienne de la paix fait intervenir les officiers de l’unité d’investigation et de recherche (uir). Seulement deux d’entre eux sont présents au commissariat. Le plus apte en matière de viol, réputé pour sa grande douceur auprès des victimes, est de repos. Quant à l’officier le plus gradé, également présent, il est en audition sur une affaire de femme battue. La seule femme officier de l’uir est en vacances. Il reste un gardien de la paix qui fait fonction d’officier (il est opj). Ce dernier ne cache pas son désarroi à ses collègues : « Les affaires de mineurs, je n’aime pas ça, c’est trop dur, c’est trop affreux. » Seul à être disponible, c’est cependant à lui qu’incombe le traitement de cette affaire. Il n’est à aucun moment question que la femme gardien de la paix qui avait recueilli la première plainte des parents l’assiste (elle est de toute manière occupée par une autre plainte). Dans les unités généralistes, étant donné la faible proportion de femmes par équipe et le flux aléatoire des affaires, il est impossible d’imposer aux unes et aux autres une quelconque spécialisation.

  • 32 Joan Cassell a montré que c’était le cas pour les femmes chirurgiennes. Est-ce parce que leur envir (...)

50Une deuxième affaire, concernant un différend familial, permet de mettre au jour une autre dimension de l’indifférence du sexe. L’imprévisibilité des événements, de la topographie et des interactions peut toujours être réduite et convertie en une situation donnant matière à répartir les rôles selon les sexes. Il est en effet possible, une fois la solution maîtrisée, de faire pression sur sa collègue pour qu’elle s’occupe de tel ou tel « client » ou de telle « victime ». Les femmes sont alors « poussées, encouragées et forcées à adopter un comportement approprié à leur genre » (Cassel 2000 : 64)32. On a cependant constaté que les femmes opéraient un véritable travail de positionnement et de recadrage de la situation, pour déjouer ces tentatives de répartition sexuée des rôles et invalider les professions de foi du type : « dans un différend familial, les femmes s’occupent des femmes et des enfants, les hommes, du mari ».

51Mlle Gardia (gardien de la paix, sp, 26 ans) entre dans cette catégorie de femmes soucieuses de ne pas reproduire les stéréotypes de sexe et le montre à l’occasion d’une affaire de différend familial : lors d’une patrouille, Mlle Gardia, M. Brigadem (brigadier, sp, 42 ans) et M. Gardor (gardien de la paix, SP, la trentaine) sont appelés en urgence par une assistante sociale qui leur signale la séquestration par son mari d’une femme avec ses deux enfants dans un appartement. M. Brigadem qui a déjà traité une histoire de différend familial quelques heures auparavant est loin de trouver la mission passionnante : « Je n’aurais pas dû sortir aujourd’hui. C’est ma journée. » En intervention, il s’impose cependant comme l’interlocuteur principal. Il sonne à la porte, trouve une excuse pour faire sortir le mari (« des voisins nous ont signalé une violente dispute ») et demande à voir la femme et ses deux enfants, visiblement terrorisés.

52Impossible de convoyer tout le monde au commissariat dans la voiture de patrouille. M. Brigadem prend la décision de conduire d’abord le mari au poste et de venir ensuite chercher la femme, censée se préparer. De retour au poste, l’officier demande à l’équipe d’aller chercher rapidement la femme car si elle ne porte pas plainte immédiatement, ils n’ont aucune raison de retenir le mari au commissariat.

53M. Gardor et Mlle Gardia sont envoyés la chercher, pendant que M. Brigadem reste au poste avec le mari. Quand ils arrivent, la mère n’est absolument pas prête à partir. M. Gardor fait accélérer les opérations sans apporter d’aide. Mlle Gardia ne jette pas un seul regard sur les enfants. M. Gardor, pour s’occuper, finit par jouer avec eux. Au moment de prendre l’ascenseur, se pose le problème du transport des enfants. M. Gardor prend le nourrisson dans les bras. La mère porte ses valises. Reste un enfant qui pourrait marcher mais qui, depuis des mois, s’y refuse et marche sur les genoux. Mlle Gardia, très ostensiblement, ne tient pas à prendre cet enfant dans les bras et propose de faire deux trajets d’ascenseur. Je finis par prendre l’enfant pour réduire le nombre de trajets. Au commissariat, le problème du débarquement des deux enfants se pose à nouveau. Mlle Gardia fait descendre la mère et ignore imperturbablement les enfants. M. Gardor prend le plus grand dans les bras, et d’évidence je dois prendre le second. Notre arrivée au commissariat est très remarquée. Mlle Gardia a réussi à préserver sa réputation : elle n’est pas apparue au commissariat avec un enfant dans les bras. Elle s’épargne ainsi d’éventuelles plaisanteries sur son désir d’enfant (« Qui est le père ? », « Tu nous avais caché quelque chose », etc.) qui m’ont été réservées. Toute son intervention fut dictée par le souci d’échapper au stéréotype de la femme maternelle, me conduisant par jeu de dominos à occuper cette fonction. Elle a bénéficié sur ce terrain de la complicité de M. Gardor qui ne lui a pas imposé d’endosser un tel rôle (il aurait pu lui mettre d’autorité un enfant dans les bras) et n’a formulé aucune réflexion sur son absence d’intérêt pour cette mère et ces deux enfants.

54De toutes ces observations, il ressort qu’en situation d’urgence, la distribution des tâches au sein d’une même équipe de travail obéit au critère de disponibilité alternée des policiers convoqués, indépendamment du sexe, de l’ancienneté et parfois du grade. La configuration des lieux, des événements et des acteurs détermine également des cours d’action qui ne sont pas toujours maîtrisables par les policiers. A cette grande part d’imprévu, les policiers opposent néanmoins deux types de résistance : l’esprit d’équipe permet de sélectionner la nature des tâches effectuées, la manière dont elles seront traitées et le temps qu’il convient de leur consacrer. Les femmes accomplissent en outre un véritable travail de neutralisation des situations en limitant tous gestes et toutes paroles susceptibles de les faire correspondre aux stéréotypes de sexe attendus d’elles. Pour que ce type de recadrage puisse avoir lieu, elles doivent cependant bénéficier de la complicité de leurs collègues des deux sexes.

L’exercice du sale boulot

  • 33 « Il est constitutif de la condition policière de pouvoir à tout instant et sans préavis être appré (...)
  • 34 D’où leur méfiance à l’égard de la presse et de la révélation des déviances (Monjardet 1996 : 189-1 (...)
  • 35 Les brigades non spécialisées (du type police secours et unité d’investigation et de recherche) son (...)

55L’autorité liée au grade, le poids de l’ancienneté et les contraintes de l’action en urgence permettent d’ordonner les tâches en fonction de critères de distinction professionnelle reconnus comme légitimes dans la profession et peuvent conduire, de ce fait, à une distribution des tâches qui ne prend pas en compte le critère du sexe. Il reste à analyser le principe qui permet de lier toutes ces dimensions entre elles, à savoir la détention de « savoirs coupables » (Hughes 1996). L’exercice du « sale boulot » conduit en effet l’ensemble des policiers, quels que soient leur grade, leur âge et leur sexe, à partager une même « condition », c’est-à-dire « la propriété de la force publique » (Monjardet 1996 : 187). Ce monopole comporte deux risques permanents, qui favorisent le sentiment de commune appartenance : les policiers peuvent tout d’abord être tués intentionnellement (à la différence des secteurs ouvriers du bâtiment où les risques de mort sont élevés, mais accidentels)33. Les policiers sont ensuite suspectés par l’opinion publique d’abuser de leur pouvoir34. A ces deux éléments proprement policiers, il faut ajouter d’autres monopoles, comme la manipulation des morts, le contact avec la misère humaine (physique, sociale, mentale) et la déviance, qui sont partagés avec d’autres professionnels, tels les pompes funèbres, les pompiers, les services sociaux, les médecins. Même si tous les policiers ne sont pas quotidiennement exposés aux mêmes risques et aux mêmes servitudes, ils n’en sont pas moins tous habilités à intervenir en cas de conflit et ils ont tous fait l’expérience concrète du « sale boulot » au cours de leur carrière35 : usage de la force, hospitalisation d’office, règlement d’une ipm (ivresse publique manifeste), fouille à corps.

  • 36 Tous les policiers n’ont certes pas les mêmes outils à leur disposition, mais ils disposent tous d’ (...)
  • 37 Claude Dubar appelle ce type d’identité professionnelle « l’identité catégorielle de métier ».
  • 38 Comme toute profession, la police est traversée par des conflits entre sous-groupes, clans et segme (...)

56La détention théorique ou concrète de ces pouvoirs de contrainte physique par l’ensemble des fonctionnaires de police36, tous grades confondus, engendre une solidarité de type corporatiste, permettant à des policiers aussi divers que les crs, les officiers d’une brigade criminelle, les gardiens de la paix d’une police secours, les agents infiltrés des Renseignements généraux et les contrôleurs de passeports de la police aux frontières de se reconnaître dans une même profession. Pour reprendre les termes policiers, ils appartiennent à la même « maison », à la même « famille ». « Le collectif préexiste et préforme l’individualisation » (Dubar 2 0 00 : 123)37. En cela, l’organisation policière est très proche du fonctionnement des sociétés secrètes qui, bien que très hiérarchisées, créent une « égalité fraternelle » entre leurs membres. La pratique de « choses interdites dans toutes les couches de la société secrète » a de fait un « effet égalisateur » (Simmel 1991 : 107). L’obligation d’appartenance unique et totale fait « disparaître toute une série de sources de conflits » (ibid. : 100), notamment entre les sexes, au profit d’une identité professionnelle consensuelle, fondée sur l’expérience commune du « sale boulot ». Même si la cohésion policière n’est pas constante38, elle est suffisamment forte pour créer des moments d’unanimité qui donnent aux hommes et aux femmes le sentiment d’appartenir à une même communauté d’émotion. L’exemple du traitement d’une affaire d’accident mortel permettra d’illustrer la manière dont s’opère concrètement la cohésion policière.

57Dans la circonscription du commissariat Oméga, un accident de voiture mortel a eu lieu à 19 heures. Une mère et un de ses enfants sont décédés. Reste un enfant gravement blessé qu’il faut accompagner dans une unité spécialisée à Paris. La police secours en charge des événements n’est pas au complet : M. Gardur et M. Gardic sont en congé, M. Brigadem et Mme Gardet sont au poste. M. Gardor et Mlle Gardia sont sur place, assurant sous la pluie la protection de la voiture accidentée et du SAMU. Mlle Gardia fait la circulation pendant que M. Gardor prend des notes sur la déposition des témoins et des rescapés d’une autre voiture. Ils attendent la dépanneuse et la direction départementale de l’équipement (DDE) qui doit venir nettoyer la route. Au commissariat, Mme Gardet et M. Brigadem sont pris d’une frénésie que je ne leur avais jamais connue depuis le début des observations. Il faut contacter le dépanneur et les motards pour qu’ils escortent l’ambulance qui conduira l’enfant survivant à Paris, il faut trouver deux places dans une morgue, contacter la famille, tout en continuant de répondre au 17. « Je n’aime pas ça, je n’aime pas ça », dit tout haut Mme Gardet qui cherche sur le Minitel le numéro de téléphone des parents de la victime (celui du conjoint divorcé est introuvable). M. Brigadem, d’ordinaire assez calme, perd son sang-froid au téléphone : la morgue de la ville est pleine, il faut orienter les corps sur une autre commune. Les contretemps s’enchaînent : le dépanneur est occupé par un autre accident, les motards n’arriveront que dans une demi-heure et la famille de la victime n’est pas joignable. Mme Gardet a laissé un message leur enjoignant de rappeler le commissariat d’urgence. Elle espère qu’aucune autre affaire ne se présentera, car il serait matériellement impossible d’y faire face : « On est trop peu. » Par chance, personne n’appelle le 17 entre 19 heures et 20 heures.

58La bac arrive à 20 heures, la brigade de nuit, à 21 heures. Ils assurent alors le travail de police secours. M. Brigadem et Mme Gardet continuent leur travail de coordination. L’arrivée de ces nouvelles unités permet à Mme Gardet et à M. Brigadem de décharger un peu leur émotion : « Les accidents, on en fait tous les jours, mais des mortels avec des enfants morts... » Ils racontent les événements à leurs collègues. Le téléphone sonne. M. Brigadem, près du téléphone, décroche. C’est lui qui annonce la tragédie aux parents de la femme décédée. « C’est le pire, c’est annoncer un décès, c’est le pire », dit-il aux gardiens de la paix présents, après avoir raccroché, le visage décomposé. Des gardiens de la paix de la brigade de nuit confirment et se racontent de plus terribles « affaires » — les leurs, mais aussi celles qu’on leur a racontées. « On ne peut pas se blinder, on est obligé de faire notre boulot, mais on ne peut pas se blinder : la mort d’un enfant... » Les policiers pris à témoin par Mme Gardet acquiescent. Un policier essaie de détendre l’atmosphère en précisant qu’« heureusement, ça n’arrive pas tous les jours ». La brigade de nuit propose de relever M. Gardor et Mlle Gardia si la DDE tarde à arriver. Contactés par radio, ils déclinent l’invitation. Les motards sont en route, les corps sont acheminés vers la morgue, la famille est contactée. Les policiers spéculent sur l’éventuelle responsabilité d’un homme aperçu sur le bord de la route, auteur présumé de l’accident. Une fois l’activité de la journée rentrée dans l’ordinateur, Mme Gardet et M. Brigadem quittent le commissariat.

59Le traitement policier de cet accident dramatique est tout à fait révélateur : les effectifs concernés sont solidaires d’un point de vue professionnel (ils s’entraident au mieux pour permettre une distribution efficace des tâches imposées par l’événement), mais aussi du point de vue émotionnel : dans les moments d’attente, les policiers n’hésitent pas à partager leurs émotions sur le mode du récit rétrospectif. Dans l’échelle des souffrances du commissariat Oméga, l’accident mortel d’une mère et de son enfant est considéré comme un événement grave. Il en sera question dans tous les services du commissariat pendant plusieurs jours. C’est l’occasion pour les policiers de rappeler leurs limites et leur sensibilité : « on n’est pas des machines ». Les policiers communient dans la souffrance, mais aussi dans l’obligation professionnelle de faire passer de tels sentiments au second plan. C’est en ce sens que se crée une égalité solidaire, sur le mode de l’intercompréhension : les fonctionnaires s’assistent les uns les autres dans cette entreprise de retenue. Là encore, les stéréotypes de sexes en matière d’expression émotive s’estompent au profit d’un modèle unique — celui du policier vaillant, certes touché, mais obligé d’accomplir toutes les missions qu’il est seul habilité à exécuter dans ce type d’affaire.

60Un autre genre d’événement suscite l’unanimité policière : il s’agit des moments de vif danger. Si les policiers divergent sur le type de force à employer, ils s’accordent sur la nécessité d’une solidarité pour faire face à l’adversité. Coups et blessures, agressions par balle, jets de pierre, les policiers doivent pouvoir compter sur leurs coéquipiers, et plus largement sur l’ensemble des policiers du secteur. La police parisienne est de ce point de vue largement appréciée : les effectifs se déplacent en masse pour venir en aide à leurs collègues. En cas de coup dur, les policiers essaient de faire corps.

Tout le monde est sur le même pied d’égalité. Justement, c’est là que c’est important d’être solidaire. C’est pour ça qu’on a l’impression d’être de la même famille. Parce que quand on intervient, on est un peu tributaire de son voisin. Et s’il a la trouille et qu’il fait demi-tour, vous vous trouvez tout seul et ça peut représenter un danger. Et même si on a peur, surtout ne pas le montrer. Parce que la peur, c’est communicatif. Parce que dans un groupe, il y en a un qui a peur, il commence à craquer, à se sauver et après, c’est la débandade (M. Commandoro, commandant, sp, 55 ans).

61Un dernier élément permet de mettre l’ensemble des policiers au même niveau : en cas de déviance policière, il est attendu des hommes comme des femmes de faire preuve de cohésion. On a été ainsi témoin de plusieurs débats policiers sur des cas de violences policières dénoncées par la presse. La majorité des fonctionnaires, hommes et femmes, prenait spontanément la défense du collègue incriminé sur le mode du « ça pourrait nous arriver à tous »et » personne n’est à l’abri ». L’épreuve du « sale boulot » sert alors d’excuse : « Il faut voir aussi les crassoux qu’on a en face. » « Il a eu peur, il a cru qu’il était armé. Maintenant ils sont tous armés. » Habitués à faire corps, les policiers conçoivent assez facilement que l’un d’entre eux puisse faillir à sa mission. Comme leurs collègues masculins, les femmes collaborent à la couverture d’infractions plus ou moins graves, commises par leurs collègues. Il y va de leur intégration dans la profession. Cette tolérance est si puissante qu’elle affecte même les policiers hostiles aux déviances dont ils sont pourtant témoins : ils préfèrent couvrir leurs collègues plutôt que de prendre le risque d’une division ouverte. En matière de silence, les femmes sont néanmoins soumises à un plus fort autocontrôle que les hommes : étant considérées comme plus bavardes, mais également comme plus légalistes, elles sont testées sur leur capacité à taire les déviances commises par leurs collègues. Les nouvelles arrivantes sont particulièrement observées. Mme Gardet en témoigne :

J’arrive au commissariat Oméga dans une brigade où il n’y avait que des anciens et des fortes têtes. Quand tu es jeune, tu prends une claque [symbolique]. Je remplaçais une collègue féminine. [...] On allait en boîte. Ils allaient danser. Des trucs qu’on n’aurait jamais dû faire. Le chef de brigade me disait : vous avez fait quoi ? Je disais : je ne sais pas trop, je disais, mais je ne racontais rien. Ils me testaient. Ensuite ils ont réformé la brigade, je suis tombée sur des collègues sympas. Mais les anciens, je m’en rappellerai ! (Rires.)

62Pour déjouer une telle réputation, les femmes ont tout intérêt à s’aligner sur la norme virile d’une solidarité à toute épreuve.

63Ainsi, pour faire face à ces trois aspects du « sale boulot » (l’obligation de prendre en charge la souffrance d’autrui ; l’agression potentielle des policiers ; la tentation de la déviance), les femmes ne cherchent pas à affirmer leurs différences par rapport à leurs collègues masculins. Ces occasions constituent bien au contraire l’occasion, pour elles, de montrer leur sentiment d’appartenance solidaire. L’équipe se soude autour de l’obligation d’affronter l’événement et de rétablir la supériorité policière. Les policiers peuvent alors compter sur deux types de solidarité : une solidarité de type mécanique (l’esprit de corps) et une solidarité de type organique, fondée sur la division du travail et la reconnaissance des compétences individuelles, au moment de l’intervention (les arrangements contractuels entre policiers).

Les conditions de l’interchangeabilité

64L’autorité hiérarchique, le poids de l’ancienneté et la coopération impliquée par l’action en urgence et l’exercice du sale boulot se fondent sur le principe d’une interchangeabilité des effectifs de même grade et d’ancienneté comparable, ou sur le principe d’équivalence solidaire entre les membres d’une même équipe, pouvant aller jusqu’à l’unanimité policière. Tous ces principes égalisateurs permettent de mettre à distance les différences de sexe dans un certain nombre de situations qu’on a tenté de répertorier, en mettant l’accent sur les contraintes organisationnelles. Cette indifférenciation s’appuie néanmoins sur trois conditions de fonctionnement : en intervention, les policiers s’arrangent, en règle générale, pour limiter l’usage de la violence physique ; cette évolution des méthodes policières est à resituer dans un mouvement plus large de civilisation des mœurs qui promeut un professionnalisme dévirilisé ; des règles sexuées doivent néanmoins être respectées.

L’évitement de la violence

  • 39 « Le droit pénal entend par violence l’ensemble des atteintes matérielles au corps, entraînant une (...)

65Les situations de mise à distance des stéréotypes de sexe comportent toutes un point commun : la violence du public, mais aussi celle des policiers, est soit maîtrisée, soit désamorcée, soit totalement absente. Les policiers n’ont pas eu à user de méthodes de contrainte physique excessives. Il n’y a pas eu d’acte de violence39portant atteinte à l’intégrité de la personne. Ces interventions relativement pacifiées, loin d’être une exception, constituent une grande part de l’action policière. Tel est en effet le principal acquis des enquêtes de terrain sur l’activité policière : les interventions dites « musclées », pour reprendre les ternies policiers, sont assez rares. « Tous les observateurs de pratiques policières ont bien montré que le premier temps de l’intervention policière la plus banale consiste à établir, à l’égard des encounters (ceux que le policier rencontre sur la scène où il pénètre), la relation d’autorité sans laquelle l’intervention risque de dégénérer, c’est-à-dire de basculer de son objet initial à l’épreuve de force avec le public » (Monjardet 1996 : 136). Cette résolution majoritaire des conflits par la seule arme de la dissuasion joue un rôle important dans l’accès des femmes au rang de partenaire de travail. Leur infériorité physique réelle ou supposée ne constitue pas un handicap majeur, puisque l’usage de la force est limité. Les situations d’épreuve de force mettant en difficulté les femmes et, du même coup, les hommes, sont dans les faits assez réduites. Il s’agit de comprendre comment s’organise concrètement cet évitement de la violence.

66Les forces de police essaient tout d’abord, dans la mesure du possible, d’intervenir en masse. Quand la situation se complique de manière imprévue, des renforts sont aussitôt appelés par radio, pour rétablir le plus rapidement possible le rapport de force en faveur des policiers. Hommes et femmes insistent particulièrement sur cette dimension : les moments de danger correspondent bien souvent à des moments d’isolement - situation qu’ils essaient d’éviter en étant toujours au minimum deux sur le terrain, munis d’une radio en état de fonctionnement. Toute panne inopinée ou tout oubli de la radio donnent lieu à un récit qui laisse libre cours à l’expression de la peur, témoignant de l’importance concrète des renforts dans l’exercice de la bravoure policière. Les policiers tentent de limiter les démonstrations de force individuelle pour privilégier l’effet de masse. Cette mise en œuvre collective de la force avantage les femmes (mais aussi les hommes) qui ne sont pas obligées de faire la preuve constante de leur force musculaire. Le témoignage de Mlle Gardelli est sur ce point éloquent : elle a bien conscience que sa position de femme peut la protéger (elle apparaît comme moins agressive aux yeux du public) mais aussi la fragiliser (c’est elle qui peut essuyer le premier débordement de violence). Mais elle précise aussitôt qu’un policier n’intervient jamais seul : « Je n’ai jamais été agressée physiquement, on a toujours réussi à calmer les choses. Ça n’a jamais vraiment dérapé. [...] C’est rare que tu sois en tête à tête. On a toujours des renforts. Hier, ils ont fait une opération : pour un, ils étaient treize » (gardien de la paix, sp, 27 ans).

67Un autre élément permet de limiter l’usage direct de la force : la spécialisation de certaines brigades dans l’application de la force (armée et non armée), comme les compagnies républicaines de sécurité (crs), les brigades régionales d’enquête et de coordination (brec), les compagnies d’intervention (ci), les brigades de répression et d’intervention (bri). Cette concentration de force permet en outre un déploiement de techniques et d’armements sophistiqués, qui peuvent suffire à « figer » la situation, pour reprendre une expression policière, sans qu’il soit nécessaire d’en faire usage. En Rangers, casque, treillis militaire, gilet pare-balles, bâton de défense, bouclier, ces unités visent en effet à inspirer la crainte et à neutraliser la violence éventuelle causée par leur intervention. Ainsi dans l’arrestation de M. B et de ses complices par la pj Delta, les interventions musclées ont été effectuées par les gardiens de la paix de la brec, qui, jouant de l’effet de surprise (l’intrusion d’hommes cagoulés de noir à 6 heures du matin), ont réussi à arrêter en quelques secondes deux suspects qui n’ont pas eu le temps de se rebeller, encore moins de se débattre : en un tour de main, ils étaient menottés. Cette intervention coup de poing a permis aux officiers du GRB de ne pas être associés au travail concret d’application de la contrainte physique pour se consacrer pleinement au travail d’audition.

  • 40 Lors des observations, une femme n’a pas réussi à contenir un gardé à vue qui s’est échappé. Sa rép (...)

68Cette division du travail qui réserve aux brigades spécialisées l’usage spectaculaire de la force recouvre en partie une division entre grades : les gardiens de la paix des deux sexes sont les plus quotidiennement exposés à l’obligation professionnelle de l’usage de la force et de la contrainte physique. Le transfert des gardés à vue et leur menottage (moment critique car ils peuvent s’enfuir ou faire preuve de résistance40) est ainsi principalement assuré par les gardiens de la paix. Ce point a été amplement vérifié pendant les observations : quand M. Capam (capitaine, SP, 50 ans), officier de l’unité d’investigation et de recherche du commissariat Oméga, décide de procéder à l’arrestation d’un mari violent qui a battu sa femme, il fait appel aux gardiens de la paix qui sont allés le chercher. Ce sont eux qui l’ont menotte, et Mlle Gardia a été réquisitionnée pour rester pendant l’audition par mesure de sécurité. En bref, plus on monte dans la hiérarchie, plus les occasions d’usage direct de la violence diminuent. Les officiers le reconnaissent assez facilement. « Les gardiens de la paix, eux, ils ont du mérite. Ils arrivent en premier. C’est eux qui ont la situation la plus flippante. Ils sont au contact, moi, je suis un scribouillard. Le procédurier n’a pas le même rapport aux GAV [gardés à vue]. Ils haïssent le bleu [l’uniforme]. Nous, en civil, on n’a pas le même rapport. On appelle le procureur. Ils savent qu’il ne faut pas nous faire chier » (M. Embrigar, brigadier, ex-enquêteur, ps, 37 ans).

  • 41 Ces policiers restent dotés d’une arme, mais elle est placée à l’armurerie.

69L’usage de la force (armée et non armée) concerne par conséquent assez peu les officiers et les commissaires, quel que soit le sexe. La plupart d’entre eux laissent leur arme en permanence au coffre et ne la sortent qu’en cas d’interpellation programmée. C’est le cas de la majorité des policiers de la pj Delta : la seule fois où les policiers du groupe de répression du banditisme ont eu l’arme au ceinturon, c’est lors de l’interpellation de M. B le receleur. Quant à la section économique et financière, elle s’embarrasse encore moins de telles précautions. Sachant que leur travail en général concerne une population en col blanc, ne présentant pas de risque pour leur sécurité, ils procèdent fréquemment à des interpellations sans arme. A cet usage alterné de l’arme par une partie des commissaires et des officiers, il faut ajouter le désarmement41 complet d’une partie des policiers des Renseignements généraux, des policiers travaillant à la direction de la Formation (hormis les moniteurs de sport), ainsi que tous les policiers accomplissant des tâches administratives. Certains n’hésitent pas à avouer qu’ils ne savent guère plus tirer. D’une manière générale, la formation continue en matière d’application de la contrainte physique (gestes et techniques d’intervention, tir) est assez limitée pour l’ensemble des fonctionnaires de police. Même les brigades de Sécurité publique, réputées très actives, sont confrontées à l’impossibilité matérielle d’organiser des séances de tir régulières. « On a tous un nombre réduit de munitions, explique une femme officier qui dirige la brigade des bars d’une grande ville de province. Le stand de tir n’est pas sur place. Ça fait peut-être sept ans que je n’ai pas tiré et que je ne porte pas régulièrement mon arme. C’est pareil pour mes collègues. Il y a toujours quelque chose. Il faut prendre rendez-vous trois semaines à l’avance » (Mme Lieutom, lieutenant, sp, brigade des bars, 37 ans). Ce manque de formation continue n’est pas seulement dû à la difficulté matérielle d’organisation, mais aussi à la prise en compte d’un principe de réalité : les occasions d’user de la violence légale demeurent limitées. Quand c’est le cas, les policiers font appel aux brigades d’élite, surentraînées, ou interviennent en nombre. Autant d’éléments qui permettent aux femmes de ne pas se trouver en position d’infériorité physique.

70Dans un tel contexte, l’usage de l’arme est essentiellement dissuasif. Il suffit de la montrer, il est plus rare de la sortir de son étui. Nombreux sont les policiers qui disent ne jamais avoir tiré en intervention pendant toute leur carrière. « Moins on la sort, mieux on se porte. » Telle est la formule qui se répète d’entretien en entretien. C’est un lieu commun de la profession. Au cours d’une carrière, pour beaucoup de policiers l’expérience directe du coup de feu n’arrive de fait qu’une fois. Inversement, tout policier de Sécurité publique qui se vante d’avoir tiré à maintes reprises passe pour un affabulateur. Un autre élément permet de limiter l’usage de la force : c’est la collaboration même des interpellés. Ils se laissent assez facilement appréhender. Les hommes et les femmes interrogés sur les moments de conflits violents vécus au cours de leur carrière précisent qu’il est exceptionnel de rencontrer des individus récalcitrants. « Les interpellations, j’en ai fait plusieurs et rares sont celles qui se sont mal passées. J’ai toujours eu cette chance que le gars se laisse menotter. Ou il est ivre, ou on est tous dessus. [...] Sinon les interventions où la force physique est nécessaire, c’est rare, ça me fait doucement rire » (Mme Brigadam, brigadier, SP, 32 ans).

  • 42 Plus les consignes données par la chaîne hiérarchique (chef de service, directeur départemental, ce (...)

71Quand l’évitement de la violence n’est pas possible, autrement dit quand « la situation l’exige », pour reprendre les termes policiers, la force doit être employée. L’administration policière et les textes de loi ne prônent en effet pas l’usage de la violence, mais celui de la force publique, impliquant maîtrise et discernement dans l’application de la contrainte physique. L’apprentissage de gestes techniques et professionnels va dans le sens du contrôle de la violence et de sa transformation en force : les policiers incorporent des rôles et des postures physiques leur permettant, théoriquement42, de ne pas se laisser gagner par leurs propres pulsions d’agressivité, mais aussi par celles des individus qu’ils doivent neutraliser. Si le policier applique les prescriptions enseignées durant la formation, la situation devrait rapidement tourner à son avantage et limiter l’usage de la violence, de part et d’autre. Entre ce modèle d’autocontrôle et la diversité des situations de conflit, il existe bien sûr des écarts. Une certaine routine se met toutefois en place : « Quand il fallait menotter, instinctivement, les collègues masculins menottaient, on se connaissait. Ça se faisait automatiquement. Si l’autre interpelle, on se met en protection : on ne m’a pas dit, toi tu es une fille, tu restes derrière », explique Mme Gardamir (gardien de la paix, sp, 34 ans). Dans les auditions menées dans les services judiciaires, la répartition est également très claire : un policier joue le « gentil », un autre, le « méchant ». Là encore, ces rôles sont potentiellement interchangeables, mais certains se spécialisent dans l’une ou l’autre fonction.

72L’intervention en nombre, l’appel à des brigades spécialisées dans l’usage de la force, la division du travail entre grades, le manque d’entraînement physique et armé (conduisant à préférer d’autres méthodes d’approche), la rareté des interpellations d’individus dangereux et la ritualisation de certaines démonstrations de force constituent autant d’éléments favorables à l’intégration des femmes qui, au même titre que les hommes, ne sont pas quotidiennement mises en demeure de faire la preuve de leur aptitude physique.

La civilisation des mœurs policières

73L’évitement de la violence doit être resitué dans un contexte plus global de « civilisation des mœurs » (Elias 1973). Il faut cependant distinguer deux processus : d’une part, des évolutions imputées par les policiers à la seule présence féminine, qu’on qualifiera de « féminisation des mœurs » (Fischler 1993 : 9-28) ; d’autre part, des évolutions liées à la progression de l’individualisation des compétences et des comportements émotifs, tendant à détacher l’identité professionnelle de l’appartenance de sexe.

74La « violence d’Etat » a tout d’abord été contestée dans les années 1970-1980 par toute une série de mouvements politiques, juridiques et sociétaux, contemporains de la féminisation de la profession. Il est difficile de ne pas établir un lien entre les deux événements. D’un côté, l’institution policière a utilisé les stéréotypes féminins pour promouvoir une nouvelle image d’elle-même. De l’autre, les femmes ont profité du mouvement de contestation de la violence policière pour s’intégrer à une police sommée d’humaniser ses méthodes (Pruvost 2003 : 89-019). Pour une partie des policiers, il ne fait aucun doute que les femmes ont joué un rôle pacificateur. Investies par leurs collègues masculins d’une plus grande sensibilité à la violence, elles auraient contribué à faire baisser l’emploi de la méthode forte. Les hommes auraient mieux contrôlé leurs « pulsions d’agressivité » (Elias 1973). Telle est l’interprétation communément véhiculée par les anciens, mais aussi par les jeunes policiers.

Il y a eu une évolution importante en pj. Quand je suis arrivé ici, il y avait des comportements malsains. [...] Il y avait un comportement mafieux. Ça cas-tagnait. J’en parlais au chef de service, ça m’agaçait, je n’ai rien dit, je l’ai regretté. Il y avait des violences, les bureaux étaient fermés. Je le voyais quand j’entrais dans les bureaux. J’avisais les autorités, mais celui qui avait tort, c’était moi. La dernière fois que j’ai vu faire, c’était il y a dix ans, j’ai vu des détenus auditionnés à genoux. C’est malsain... Ça ne s’affiche plus maintenant. On ne s’en glorifie pas. Dans l’argot policier, on dit que quand on fait avouer quelqu’un, on le fait accoucher. Quand on le fait accoucher aux forceps, c’est que c’est avec des coups. L’arrivée importante de femmes, c’est-à-dire de deux ou trois, a fait cesser ces notions de durs (M. Encapelli, capitaine, PJ, 55 ans).

  • 43 L’écart ne varie pas si on exclut les CRS de l’échantillon.

75Une grande partie des femmes interrogées abonde dans le même sens : elles se décrivent comme moins agressives. « Il est vrai que quand l’interpellation est longue et difficile, les claques fusent sur les mis en cause et les hommes frappent plus que les femmes. Quand je voyais les collègues les frapper, je leur disais, c’est bon, on les ramène mais ils continuaient à frapper » (Mme Brigadam, brigadier, sp, 32 ans). Du même coup, les femmes déclarent être moins agressées que leurs collègues. L’enquête sociodémographique confirme ce point de vue : 20 % des hommes contre 12 % des femmes disent avoir été blessés en action de police43. Même si ces chiffres mériteraient une enquête quantitative plus poussée sur les jours d’interruption temporaire de travail des uns et des autres et sur le type de blessures effectives - enquête que seuls les médecins de la police nationale sont pour l’heure habilités à mener -, ils témoignent d’une différence de socialisation : les femmes ont appris à préférer l’arme du verbe à celle des gestes de défense ou d’attaque. L’affirmation récurrente de la faiblesse physique des femmes a sans doute une incidence sur la distribution des agressions : en cas d’affrontement, elles sont peut-être plus épargnées que les hommes et davantage protégées par leurs collègues masculins. Mais là encore, il faudrait mener une enquête précise, impossible à mener, étant donné le secret médical et policier qui pèse sur ce type d’information et la difficulté à observer sur une base régulière la violence des interactions avec la police (Jobard 2002).

76Pour illustrer le rôle civilisateur joué par les femmes, les policiers des deux sexes témoignent également de l’amélioration des manières : scatologie, discours, échange de propos vulgaires, favorisés par l’homo-sociabilité virile des commissariats, tendent à s’estomper, en présence des femmes. « Il y a eu une évolution dans le bon sens depuis que ça s’est féminisé. Quand les hommes sont entre eux, ils se laissent aller. Il y a des débordements physiques ou verbaux. Quand une collègue féminine entre, ils révisent leur attitude au niveau de l’ordre dans le bureau », explique Mme Gardit (gardien de la paix, sp, 30 ans). La féminisation de la profession oblige les policiers à s’aligner sur une civilité plus conforme à la mixité croissante des espaces sociaux.

77Certains hommes attribuent également aux femmes une plus grande perception du danger. Elles incitent leurs coéquipiers à davantage de prudence. En ce sens, leur présence permet de mettre à distance le modèle viril du « cow-boy » et d’imposer la légitimité d’un modèle de policier soucieux de sa sécurité et de celle de ses collègues. « Les femmes, dans ce genre d’interventions, en général, on voit qu’elles ont une certaine retenue et qu’elles sont plus prudentes que les hommes, elles n’ont pas peur, elles, de montrer qu’elles ont un peu la trouille. Elles disent : "Oh, non, là, faut pas y aller comme ça, on va rappeler du monde, on va rappeler des renforts", tandis qu’un type osera moins le dire qu’il a la trouille et il fera peut-être parfois plus de conneries » (M. Commandoro, commandant, sp, 55 ans).

78Des nuances doivent toutefois être apportées à ce modèle de « féminisation des mœurs » policières. Toutes les femmes n’ont pas également contribué à pacifier leurs collègues masculins : certaines d’entre elles sont précisément entrées dans la police pour se viriliser en toute légitimité. Par ailleurs, les femmes entrées dans la police pour accomplir un service social sont minoritaires. Enfin, tous les policiers hommes ne doivent pas être caricaturés en fervents adeptes du modèle viril. On s’en tiendra au bilan suivant : l’arrivée des femmes a surtout permis d’instaurer une diversification des comportements en perturbant le rapport de force initial. Mme Commandella rend compte de ce tournant à partir d’un exemple précis : elle signale qu’à son arrivée en section économique et financière, M. Icomande, qui ne participait pas pleinement à la sociabilité virile que lui imposaient ses collègues masculins, était bien plus moqué qu’elle. L’arrivée progressive des femmes a permis de changer le rapport de force. Dans les années 1990, un homme qui souhaite partir plus tôt un jour pour aller chercher ses enfants n’est plus pointé du doigt.

J’ai pas mal discuté avec un inspecteur qui a beaucoup souffert car on le traitait de mauviette parce qu’il ne buvait pas et rentrait tôt. Il restait seulement de temps en temps. On peut se faire embarquer très vite. Maintenant, on est plus indépendant. Dans le groupe, quand quelqu’un a un problème avec un enfant, quel qu’il soit, ou autre, on le laisse prendre du temps. [...] Il y a eu plus de jeunes qui s’occupaient des enfants et qui comprenaient aussi les femmes [...] Quand je suis arrivée, le collègue qui allait chercher sa fille au piano, il était plus charrié que moi. Donc, c’était plus facile pour une femme. Il y a eu une progression depuis les années 1990. Il y a plus d’hommes qui s’occupent de leurs enfants, qui les gardent, qui partagent les tâches. Avant, beaucoup d’hommes avaient des femmes qui ne travaillaient pas, ça a été tout un enchaînement (Mme Commandella. commandant, pj, 48 ans).

79Cette évolution des mœurs policières n’est pas à imputer à la seule présence féminine. L’arrivée des femmes dans les services a correspondu au recrutement massif de nouveaux policiers dans les années 1970, au départ en retraite d’un grand nombre de policiers, anciennement militaires (dont certains recrutés au moment de la guerre d’Algérie) et à un changement de perception des normes viriles. M. Commandef témoigne de ce moment où il est devenu possible de se désolidariser des pratiques les plus typiquement viriles - preuve que la police n’est pas fermée sur elle-même au point d’être imperméable au mouvement de civilisation des mœurs qui touche l’ensemble du corps social.

La police à l’époque, ce n’était pas facile. [...] Pour être un bon policier, il fallait « sortir le soir », c’est-à-dire faire une bouffe, picoler, traîner dans les bars à putes. Moi, je trouvais que sur le plan efficacité, ce n’était pas génial. C’était des conneries. Ils refaisaient le monde. Moi, je ne pouvais pas y aller tout le temps, ce n’était pas évident, je n’habitais pas trop près, j’avais une heure de transport, il fallait que je prenne le métro. Rentrer tard le soir, ce n’était pas évident. [...] On appelait ça les « dégagements ». Il y avait une pression sur une affaire, on avait bossé quarante-huit heures sur un gav [gardé à vue]. Le « dégagement », c’était la petite bouffe, le resto, ça se faisait couramment, maintenant, ça n’existe plus. Si on restait pour picoler, on était un bon policier. Mais quand on a une famille, on ne peut passer toute sa vie à la brigade. On est une profession où il y a beaucoup de couples séparés. L’arrivée des femmes, le départ en retraite de certains phénomènes, ça a joué. Ça a correspondu à un moment où il y avait de plus en plus de mecs comme moi qui préféraient rentrer plus tôt le soir. [...] Moi, mes deux dernières filles, je les ai vues grandir (M. Commandef, commandant, pj, 52 ans).

80Le procès de civilisation n’a pas seulement concerné la civilité, impliquant l’intériorisation des pulsions. Il a aussi permis que certaines émotions refoulées se libèrent : les hommes s’autorisent une plus grande expression émotive (peur, anxiété, souffrance au travail). Ainsi M. Enlieutor (lieutenant, SP, 37 ans), chargé d’enquêter sur les causes de l’accident mortel qui a secoué le commissariat Oméga, ne cache pas sa grande émotivité face à la mort et constate qu’il est désormais possible pour un homme de faire preuve de sensibilité.

Ça m’émeut vachement de voir qu’une femme hier vient de perdre la vie, elle a deux enfants. Chacun gère comme il peut toutes ces histoires dures. Je ne suis pas imperméable. Il y en a de plus ou moins sensibles. On se débrouille. Avant, on ne parlait pas entre nous. Parfois, un petit peu. Il y a eu une sacrée évolution de faite. Les anciens flics jouaient aux mecs imperméables. De plus en plus, les gens sont ouverts et arrivent à avouer qu’ils ne sont pas si forts. Aujourd’hui, les gens sont moins idiots. [...] J’ai toujours avoué mes faiblesses vis-à-vis de la mort des gens. Je n’ai jamais investi ces affaires d’orgueil. Ça me touche et je ne m’en cache pas et je n’ai pas honte. On arrive plus ou moins à se blinder. Il y en a qui n’y arrivent jamais.

81Ce type d’aveu est loin d’être exceptionnel. Les policiers n’hésitent pas à partager les événements éprouvants dont ils ont été témoins ou acteurs, en livrant leur impuissance, leur dégoût physique. La découverte d’un cadavre constitue, on l’a vu à l’occasion des stages pendant la formation, un événement qu’il est tout à fait légitime de qualifier, devant ses collègues, de traumatique, sans remontrances collectives. Ce respect du rapport propre que chacun entretient avec la mort est tel que c’est le rare événement sur lequel les femmes osent évoquer leurs larmes. Quant à la peur, « le mot » est rarement « utilisé pour raconter un événement.

82C’est à partir d’autres sentiments qu’ils rendent compte de telles expériences ». Cette « conscience plus aiguë des dangers » (Loriol 2004 : 29-31) est surtout le fait des anciens, plus prompts à évoquer ce sujet tabou, et non des femmes.

83Face à ces émotions extrêmes (empathie pour les victimes, spectacle de la mort violente, peur du danger), les policiers partagent un même sentiment d’abandon, notamment de la part de leur hiérarchie et plus largement, du ministère de l’Intérieur : il ne leur est pas permis de laisser apparaître la souffrance qu’implique l’exercice du « sale boulot ».

Je regrette qu’on ne soit pas formé pour appréhender la mort. Je faisais un cadavre toutes les semaines. On a toujours des fantômes qui reviennent. La personne, c’est un morceau de viande. Sur place, on fait de l’humour mais ça rend triste quand on est tout seul à rédiger son PV. On n’a aucune formation pour annoncer la mort à la famille. Le suicide est sans explication. On n’a aucune formation sur ça, aucun suivi psychologique. J’ai eu des collègues blessés par balle et personne n’est venu les voir. Maintenant, est-ce qu’on peut être formé sur la mort, la méchanceté, la cruauté ? On voit des choses hallucinantes. Il faut relativiser, ne retenir que les bons moments. Il y a des gens bien dans la police, mais un quart d’entre nous est mort à l’intérieur. Je me rappelle d’une vieille dame avec ses sacs de courses. Elle est morte sur le trottoir. Je me rappelle d’un gars, dans un bar. C’était après une bagarre. Il était plein de sang. Je le prends dans mes bras. C’était un bain de sang. Il était mort dans mes bras (M. Gardoffélex, élève lieutenant, ancien gardien de la paix, 33 ans, 2002).

  • 44 Les hôpitaux se dotent de suivi post-traumatique et de suivi psychologique au début des années 1990 (...)
  • 45 C’est le cas de 87 % des femmes contre 70 % parmi les hommes.

84Les policiers communient alors dans la dénonciation, en déplorant le manque de considération et l’absence de suivi psychologique. Cette entreprise de dénonciation est fondamentale en ce qu’elle rend compte de l’aspiration des policiers à une gestion professionnalisée des émotions. « Ça devrait être institutionnalisé. Il faudrait faire des debrie-fings. Au début, on se serait moqué de moi, mais maintenant, je vois beaucoup d’hommes qui en parlent » (Mme Commandella, commandant, pj, 48 ans). La cellule de soutien psychologique opérationnel (spo), créée en 1995 seulement44, compte des appels en constante augmentation, le nombre de psychologues est passé de 29 en 2000 à 43 en 2004 - indice d’un déplacement des pudeurs policières (Loriol 2004 : 151-154). Aucune statistique sexuée n’a été divulguée par le service de soutien psychologique opérationnel. Il est donc difficile de savoir si les femmes en font un plus grand usage que les hommes. En entretien, elles évoquent plus spontanément l’existence du SPO. L’enquête sociodémo-graphique révèle par ailleurs que les femmes sont plus favorables que les hommes au suivi psychologique45. Même si ce service reste très sous-employé par les policiers, qui préfèrent utiliser d’autres modes de décompression, son existence même et les plaintes récurrentes des policiers sur le peu de considération dont ils font l’objet, eu égard à la difficulté du métier, constituent les signes tangibles d’un mouvement de dévirilisation : le policier n’a pas à prétendre être un surhomme.

  • 46 Une grande partie des policiers réussit cependant au cours de l’année à se ménager des moments de r (...)
  • 47 « A l’individu conforme, appliquant les normes de son milieu, de sa culture, de sa classe sociale » (...)

85Ce sentiment d’abandon institutionnel va de pair avec un autre motif de plainte, lié à l’exercice du sale boulot : les horaires atypiques. Ces obligations créent un sentiment d’injustice qui s’exalte périodiquement au moment des fêtes. Les sacrifices familiaux consentis46 sont jugés trop lourds. Quel que soit le grade, les policiers partagent le souvenir douloureux d’une fête familiale annulée au dernier moment « dans l’intérêt du service ». Là encore, la présence de femmes, plus affirmées dans leurs priorités familiales, n’est pas étrangère à ces demandes d’un traitement plus humain. Cette nouvelle sensibilité doit cependant être resituée dans un mouvement plus vaste de valorisation de l’épanouissement individuel. Cet impératif de réalisation de soi n’est pas sans contraction avec ce que Claude Dubar appelle « les identités catégorielles de métier », fondées sur l’appartenance corporatiste de ses membres - appartenance qui vise précisément à limiter la prise en compte de chaque individualité. L’institution policière n’échappe pas à la progression de cette nouvelle injonction identitaire47.

  • 48 « Ce n’est plus ni l’école, ni l’entreprise (même coordonnées) qui produisent les compétences dont (...)
  • 49 Les femmes sont particulièrement touchées par cette obligation d’excellence : elles sont sans cesse (...)

86Autre conséquence du mouvement de conquête d’une identité propre, les stéréotypes de sexe (mais aussi les stéréotypes concernant l’ancienneté et le grade) se brouillent au profit d’un regard individualisé sur les compétences. « Je ne fais pas de différence entre les hommes et les femmes pour l’efficacité. C’est comme les mecs. C’est du cas par cas », explique M. Incoméler (élève commissaire, 43 ans), qui a dirigé un service de protection des hautes personnalités. « Il faut mettre les gens aux postes où ils sont compétents, clame Mlle Comissi (commissaire, sp, 28 ans). Je pense qu’il faut jouer sur les qualités et les compétences de chacun. C’est une question d’individualisation [...]. Il faut plus de gens compétents. Il faut surtout aujourd’hui qu’on prenne les gens comme des individus qui ont une compétence. Ça vaut pour tout, dans la marine, dans la gendarmerie. Il faut leur faire confiance en tant qu’individus. » Ces discours casuistes, plus volontiers portés par les femmes commissaires, immédiatement intéressées dans une telle conception de la répartition des effectifs, ne sont pas sans lien avec l’idéologie managériale qui prône l’exploitation des ressources propres à chaque individu et place entre leurs seules mains la responsabilité de l’acquisition de compétences nouvelles48. La motivation et la « niaque » deviennent alors des critères de distinction plus importants que les stéréotypes de sexe. L’effet positif de cette idéologie individualiste, c’est la possibilité, pour certaines femmes, d’échapper à la mise en place d’une division sexuelle du travail. S’ouvre alors la possibilité d’accéder à une certaine forme d’indifférenciation, non pas des tâches mais de ceux qui les effectuent. L’effet négatif de cette individualisation des compétences, c’est en revanche la mise à l’épreuve constante des professionnels49.

87Le modèle héroïque de dépassement de toutes ces contraintes dans un dévouement professionnel à toute épreuve est ainsi concurrencé par un rapport au métier plus distancé. Les policiers n’ont plus honte d’exhiber une forme de souffrance et de se lamenter sur leur obligation de faire bonne figure en toutes circonstances (Ehrenberg 1996). Les anciens témoignent qu’il n’est plus nécessaire, pour s’intégrer, de sur jouer la virilité. Émerge ici la demande d’un traitement individualisé, aussi bien des émotions que des compétences. La présence des femmes, parce qu’elle a permis aux cliques de se recomposer, a contribué à pérenniser un rapport au métier ni viril, ni féminin, qui existait, certes, avant leur arrivée, mais sans pouvoir être légitimement revendiqué dans la profession. Cet engagement, qu’on qualifiera d’« intermédiaire » au métier, se caractérise par les postures suivantes : les policiers admettent tout d’abord la pénibilité du métier (professionnelle, émotionnelle, familiale), sans avoir pour autant perdu la vocation du travail bien fait. Ces policiers ne sont ensuite ni particulièrement héroïques (« on ne prend pas de risque inutile, on attend les renforts »), ni excessivement légalistes (« si on suivait toutes les consignes, on ne pourrait pas faire notre travail correctement »), ni très compatissants (« il faut se blinder ») sans être ni démissionnaires (« quand il faut y aller, on y va »), ni déviants (« le policier doit être honnête et sérieux ») ni inhumains (« on fait ce qu’on peut pour aider »). La diffusion de ce rapport mesuré au métier contribue à la neutralisation des stéréotypes de sexe : ce modèle de professionnel prudent qui n’érige pas son travail ou son mode de vie policier en idéal d’accomplissement est en effet unisexe.

La préservation de règles sexuées

88L’accès des femmes au statut de professionnelle au sexe quasi indifférent ne s’effectue pas sans contrepartie. La préservation de règles sexuées en constitue la première preuve. La relative interchangeabilité des effectifs d’une même équipe de travail comporte cinq limites, dont une est inscrite dans le code de procédure pénale, et strictement appliquée.

  • 50 Pour les cadavres, aucune division sexuelle du travail n’a été recensée : les hommes et les femmes (...)
  • 51 Gendarmes et surveillants de l’administration pénitentiaire se trouvent dans la même situation.

89Dans la police, l’examen du corps des victimes et des mis en cause (vivants50) obéit en effet à une logique ségrégative : les hommes d’un côté, les femmes de l’autre. La manipulation policière est pourtant assez sommaire, comparée à celle des médecins, puisqu’elle implique seulement la surveillance de la mise à nu et aucune intrusion physique, en dehors d’une inspection visuelle de ce qui pourrait sortir du vagin ou de l’anus après un toussotement, jambes écartées. C’est le signe que la profession reste empreinte d’une forte dimension sexuée et sexuelle, puisque les policiers, dans l’exécution de ce geste professionnel, restent déterminés par leur appartenance de sexe, à la différence du corps médical. Les médecins ont en effet mis en place toute une série de « préparations soigneuses, rituelles, destinées à restreindre l’interaction au cours de situations socialement précaires, comme l’examen de patientes par des médecins hommes » (Strauss 1992 : 77), qui leur permettent d’accéder à des branches aussi féminines que la gynécologie et l’obstétrique, impliquant des gestes précis sur des parties aussi symboliquement marquées que l’appareil génital. Il en est de même des pompiers, qui ont réussi à imposer une forme de neutralité sous une caution strictement professionnelle tenant à l’impératif des premiers soins. Pourquoi parmi les professionnels de l’urgence, les policiers51constituent-ils une exception ? Cette règle s’est tout d’abord mise en place récemment. En l’absence de féminisation de leurs personnels, les policiers ont longtemps procédé eux-mêmes aux fouilles des femmes, des passantes ordinaires aux prostituées, mais sous l’effet de la moralisation des mœurs et de la montée en puissance du féminisme, le principe d’une séparation des sexes s’est imposé pour éviter toute forme d’abus, en l’occurrence masculins. La féminisation des services s’est accomplie au même moment : plus les femmes ont été nombreuses dans les services au cours des années 1970, plus s’est installée l’idée qu’il fallait des femmes pour effectuer ce type de tâches.

90L’instauration de cette règle de pudeur n’est pas à imputer à la clôture des lieux de travail policiers : l’hôpital, le cabinet du médecin sont également des lieux fermés, soumis au secret professionnel. Or le patient, en règle générale, ne craint pas cette clôture. Cette ségrégation ne vient pas non plus des dérives potentielles du pouvoir de contrainte physique et de souffrance : un médecin peut également faire mal et obliger le patient à se plier à tel ou tel geste ou à telle opération chirurgicale, parfois dans la violence, dans le cas psychiatrique (Déviance et société 2001). La sexuation de ce type de tâche rend surtout compte du faible degré de professionnalisation des policiers. Il est implicite que la relation entre les forces de l’ordre et leurs « clients » du sexe opposé est potentiellement violente, pouvant dériver vers des relations sexuelles ou un voyeurisme non consentis. La préservation de règles sexuées entérine le principe d’une difficile intériorisation des pulsions de violence des agents qui en ont le monopole - preuve d’une tolérance effective. La ségrégation constitue de facto une mesure préventive (niant, du reste, que la violence sexuelle peut se dérouler dans un cadre homosexuel). En évitant de mettre en place l’asexuation de la fouille, l’organisation policière a ainsi opté pour une approche ancienne de la sexualité par la séparation des corps, en accord avec un certain nombre d’interdits religieux, significative du régime d’exception réservé aux monopoles de la force publique, aussi bien dans le monde social que dans le champ des professions. Cette division sexuée est cependant difficilement tenable à long terme car elle déprofessionnalise les policiers et elle empêche une plus forte féminisation des effectifs. Or la Commission européenne œuvre dans un sens contraire.

91La deuxième règle de partage sexué est moins prescriptive que la première. Elle concerne le traitement des femmes violées et des femmes battues par des femmes policiers. Ce cas de figure se distingue du précédent en ce qu’il n’apparaît dans aucun texte réglementaire. La sexuation relève alors davantage d’une tolérance accordée aux victimes que d’une obligation formelle et elle n’est pas systématiquement applicable en pratique, étant donné l’organisation du travail. La disponibilité très aléatoire des effectifs féminins, rend de fait impossible toute spécialisation des femmes dans le traitement de telles affaires. En outre toutes les victimes ne formulent pas d’exigence précise sur le sexe de l’officier ou du gardien de la paix en charge de la prise de la plainte. Ce n’est que lorsque la demande est explicite que les policiers (comme les gynécologues des urgences) essaient d’y répondre favorablement. « La collègue à l’accueil voit si la personne veut plutôt parler à une collègue féminine, alors c’est moi qui prends », explique Mme Gardit (gardien de la paix, SP, 30 ans).

  • 52 Certains policiers peuvent réagir ponctuellement assez durement à rencontre des « clients » misogyn (...)

92Une troisième règle sexuée régit de façon informelle la répartition du travail : les policiers n’insistent pas lorsqu’un homme ne souhaite pas être interrogé par une femme, surtout lorsqu’il le manifeste avec une violence qui rend impossible l’audition. Il est admis, de part et d’autre, qu’il est inutile d’imposer un policier de sexe féminin à un homme qui ne lui reconnaît aucune légitimité dans la fonction. En témoigne cette scène nocturne au commissariat Oméga. Mme Gardot pose les questions d’usage à un homme qui a tenté de mettre le feu aux volets de son voisin : « Le nom de votre père. » Il lui répond : « Entre tes jambes. » Très calme, elle lui demande le nom de sa mère. Il lui répond : « Dans tes fesses. » Tous les policiers de la brigade de nuit (Mme Gardot y compris) éclatent de rire. Elle laisse sa place à un homme. Cet arbitrage ne fait pas débat. Mme Gardot précise : « J’ai l’habitude. » La règle est de ne pas envenimer la situation. Les femmes savent en effet qu’elles sont considérées par certains interpellés comme des agents plus faibles et moins prompts à la riposte que leurs collègues masculins. Elles absorbent ainsi une partie de la violence verbale des mis en cause — violence relativement ignorée par les policiers52, habitués à être quotidiennement insultés, en tant que policier, et à ne pas répondre à tout.

Tous les jours, on reçoit des insultes. Comme c’est une femme, c’est facile, ils savent qu’on va laisser passer. La plus grosse altercation, c’était avec un gav [gardé à vue] d’origine maghrébine qui n’a pas supporté que ce soit moi qui le mette en geôle. J’ai laissé le dossier à un collègue masculin. Il n’a pas pu supporter que ce soit une femme. Ceux qui nous insultent, ce sont ceux qui ont un coup dans le nez. « Viens te battre », ils disent. Quand une femme est là, ils déchargent toute leur violence, c’est pour ça que tout à l’heure, on les a menottés dans notre bureau (Mlle Lieutam, lieutenant, sp, 27 ans).

  • 53 Rappelons que les jeunes hommes se trouvent également confrontés à un problème de légitimité en aud (...)

93Certaines femmes policiers ne considèrent cependant pas un tel événement comme banal et n’hésitent pas à faire part de leur fort sentiment d’agacement. Leur indignation est à la mesure de l’indifférenciation dont elles bénéficient ordinairement. L’irruption d’une distinction de sexe vient en effet saper le principe d’interchangeabilité qu’elles s’emploient à faire respecter dans la distribution des tâches. Le sexisme de certains prévenus rappel le à ces femmes, soucieuses d’égalité, 1 ‘ ampleur du travail à accomplir : s’il est possible d’agir sur des collègues avec qui l’on est en interaction quotidienne, il est plus difficile d’intervenir sur des « clients » avec qui les contacts demeurent ponctuels. Le grade permet toutefois d’inverser cette tendance : quand la femme est commissaire, les délinquants et les criminels sont moins enclins à la misogynie. « Ils se rendent compte qu’ils oublient votre condition féminine. Ils voient un commissaire avec lequel ils vont tenter de négocier quelque chose » (Mme Comidol, commissaire divisionnaire, PJ, 49 ans). L’ancienneté dans un même quartier peut également venir à bout de cette non-reconnaissance de l’autorité féminine. Mme Commandine (commandant, dfpn, 37 ans), restée une dizaine d’années dans le même commissariat, était respectée des « minois ». » Il n’y avait que moi qu’ilsn’insultaientpas »53.

94Une quatrième règle sexuée, découlant de la troisième, s’est imposée dans l’exercice quotidien du métier. La coutume veut que les femmes ne sortent jamais sur la voie publique avec une autre femme, quels que soient le grade et l’ancienneté. Plus généralement, il est préféré que les femmes soient en minorité dans l’équipage, au maximum une femme pour deux hommes dans une patrouille, qu’ils soient ou non titulaires. Dans ce cas, le grade et le statut importent moins que le sexe. Cette règle repose sur le principe d’infériorité physique (en taille, en force, en performance sportive) d’une grande partie des femmes recrutées. Elle prend également acte des stéréotypes qui ont cours dans la société civile : indépendamment de leur corpulence et de leur niveau sportif, les femmes sont a priori considérées comme plus fragiles en situation d’affrontement : « Si un voyou voit un dispositif avec une femme, il va se mettre de ce côté-là et il faut doubler les effectifs », explique M. Incoméler (élève commissaire, ex-inspecteur, 43 ans). Cette règle s’applique assez strictement dans les opérations programmées. L’arrestation de M. B et de ses complices par la PJ Delta est de ce point de vue exemplaire. Le matin même de l’intervention prévue par le GRB de la PJ Delta, les équipes ont été reconstituées de la manière suivante : la « petite copine » d’un des complices de M. B devait être interpellée en même temps que les autres complices. Sur écoute téléphonique, les policiers apprennent la veille qu’elle prolonge ses vacances et qu’elle ne sera pas de retour le jour des opérations d’arrestation. Mlle Lieutec (lieutenant, PJ, 39 ans) et un gardien de la paix, censés initialement composer un binôme accompagnant la BREC au domicile de cette jeune femme au rôle très mineur dans les braquages, se trouvent par conséquent sans affectation précise. M. Icommandon, commandant de l’ensemble de l’opération, contraint de repenser le dispositif, ne sait pas, dans un premier temps, où placer Mlle Lieutec. Toutes les voitures comportent déjà un élément féminin (moi y compris). Il décide au dernier moment d’adjoindre Mlle Lieutec à une équipe qui ira arrêter un autre témoin mineur, composée de deux hommes et d’une femme, membres d’un autre GRB. La parité en effectifs masculin et féminin est compensée par la présence des hommes de la brec.

95Dans les interventions de police secours, le temps de réflexion est plus court. On a cependant observé le même positionnement stratégique des effectifs féminins. On prendra l’exemple du transport de deux délinquants, légèrement blessés, retenus à l’hôpital. Le plus valide doit être convoyé par deux îlotiers au commissariat Oméga pour être placé en garde à vue. A l’hôpital, les îlotiers apprennent que les deux délinquants sont rétablis et qu’ils doivent les convoyer en même temps. Comme il faut théoriquement trois policiers par voiture (deux à l’avant, un à l’arrière à côté du mis en cause menotte), les îlotiers appellent en renfort la police secours de M. Brigadem. Une fois sur place, voici comment, Mlle Gardia et Mme Gardet se répartissent très spontanément, dans les voitures. Mlle Gardia part avec les deux îlotiers masculins. Elle est à l’arrière à côté du mis en cause. Mme Gardet se met dans la voiture de M. Gardor et de M. Gardic. Elle se place à côté du délinquant. Je me retrouve du coup à l’arrière avec Mme Gardet. M. Gardic a un temps d’hésitation : faut-il nous laisser toutes deux à l’arrière ? M. Gardor tranche le débat en démarrant. La logique des quotas (deux hommes titulaires pour une femme) a été formellement respectée, même si dans les faits, il y avait parité : deux femmes (moi y compris) et deux hommes. C’est ici le principe de réalité qui l’a emporté : le délinquant transporté est menotte, il ne présente aucun caractère violent. Il n’était pas nécessaire à M. Gardic de me laisser prendre la place de chef de bord. Son hésitation n’en est pas moins révélatrice de la force du principe d’une répartition minoritaire des femmes.

96Le respect intangible de cette règle n’est pas sans poser des problèmes d’application concrète à la hiérarchie policière. Dans certains commissariats franciliens, et certains jours, il devient difficile de composer des équipages mixtes à majorité masculine. Parfois, faute d’effectifs masculins suffisants, deux femmes patrouillent ensemble. Mais cette situation demeure exceptionnelle — suffisamment rare pour faire l’objet d’un récit en entretien ou être tue à sa hiérarchie comme s’il s’agissait d’une faute professionnelle.

97Une dernière règle d’organisation sexuée du travail doit être mentionnée : les officiers et les commissaires, notamment en police judiciaire, n’hésitent pas à jouer sur l’image inoffensive des femmes dans le seul but de berner les délinquants et les criminels. Les femmes sont alors choisies pour sonner à la porte, pour certaines filatures (seules ou menées en « couple »). Elles peuvent également tenir lieu d’appât (« chèvre », en langage policier). Dans la plupart des unités d’élite, la présence d’au moins un effectif féminin est ainsi devenue une norme.

98La préservation de ces quelques règles et coutumes sexuées, en dépit du mouvement de civilisation des mœurs policières et de l’émergence d’un regard individualisé sur les compétences, révèle les limites d’un professionnalisme unisexe. La qualification de « métier d’homme » n’est pas un vain mot.

Notes

1 Les stratégies d’intégration spécifiques au terrain policier ayant déjà été exposées dans un article, elles ne seront pas expliquées davantage ici (Pruvost 2007c).

2 Dans un ouvrage. Fabien Jobard fait un résumé des recherches anglo-saxonnes et de leurs résultats sur ce point (Jobard 1999).

3 L’ensemble des métiers policiers offerts par chaque direction de police ne saurait être abordé tant l’offre est grande. La Sécurité publique et la police judiciaire seront privilégiés. L’attention portera également davantage sur le travail de terrain que sur celui de gestion.

4 On rappellera ici que les observations se sont déroulées sans allusion à la dimension sexuée de cette recherche (Pruvost 2007c).

5 La sociologue américaine postule qu’appartenir à une minorité dans une organisation a une influence sur la carrière et le comportement des minorités. Elle nomme ces minorités des « tokens » (dont la traduction littérale est « jeton », « quantité négligeable ». « minorité alibi »), soit un groupe qui fait moins de 15 % d’une organisation. Les groupes qui représentent entre 15 et 35 % sont ceux qui sont les mieux considérés. Si Rosabeth M. Kanter fonde son analyse sur l’observation de vendeuses dans une entreprise, elle ne propose pas pour autant une lecture genrée du « tokenism ». Qu’ils soient hommes ou femmes, le tokenism. pour R.M. Kanter, est une question de nombre : les dominants contrôlent la culture de l’organisation, ils ont tendance à exagérer leurs différences avec les « tokens ». Les « tokens » se trouvent ainsi piégés dans des stéréotypes qui limitent leur souplesse de comportement (Kanter 1977). D.N. Israeli montre au contraire que tous les « tokens » ne se valent pas : si on appartient à un groupe au bas de la hiérarchie des statuts, l’image négative de ce groupe sera renforcée quand il est en position de minorité. Si on appartient à un groupe en haut de la hiérarchie des statuts, ce sont bien au contraire les images positives de ce groupe qui seront retenues en cas de situation de minorité. En bref, les hommes profitent plus que les femmes de leur position de « token » (Israeli 1983 : 153-165). Une partie des enquêtes sur les femmes policiers s’appuie sur la théorie revisitée du « tokenism ». Deux articles font une synthèse bibliographique des études américaines, anglaises et canadiennes sur la féminisation de la police, qui ne sont pas citées dans le détail dans cet ouvrage car les comparaisons sont souvent malaisées, en raison même des dispositifs d’enquête et d’une organisation distincte de l’intégration des femmes (Brown 1997 ; Beauchesne 1999).

6 « Le vocabulaire de la discipline et de l’autorité a quasiment disparu des discours managériaux » (Courpasson 2003 : 29). L’administration policière n’est cependant pas restée imperméable aux évolutions qui ont traversé le management : dans la police, le modèle incarné par les « petits chefs » (de type militaire) est par exemple loin d’être valorisé (Monjardet 1996 : 73).

7 Même si les policiers aiment à souligner que la police n’est pas l’armée, ils ne nient pas le caractère militarisé de leur profession.

8 Il est même tout à fait admis qu’un homme se trouve à la tête d’une activité typiquement féminine.

9 L’autorité hiérarchique n’a pas pu être observée au niveau national, départemental et régional, dans la mesure où aucune femme n’avait atteint ce type de fonction dans les régions où l’on a mené nos enquêtes par entretien et par observation.

10 Comme la police a investi le point le plus élevé de la place qui se trouve être également le meilleur point de vue panoramique sur les festivités, des caméramans ont en effet été habilités à partager leur espace avec les policiers pendant la fête.

11 Renaud Sainsaulieu résume ainsi cette catégorie wébérienne : « La rationalité légale situe l’autorité dans le processus formel et scientifique de l’élaboration des règles » (Sainsaulieu 1988 : 252).

12 C’est une « relation hiérarchique très personnalisée » avec une « prise en compte des motivations individuelles ». « Le charisme fonde l’autorité sur un rapport de dépendance personnel » (Sainsaulieu 1988 : 250-252).

13 On retrouve la division établie par l’enquête Interface de 1982 entre le chef juste et le « petit chef » (Hauser & Masingue 1982 : 61).

14 65 % des gardiens de la paix contre 51 % des enquêteurs et des inspecteurs sont contre la féminisation de leur profession en 1982.

15 Au grade d’officier, un lieutenant peut être nommé chef d’uvp d’un commissariat de Sécurité publique. Pour être chef de groupe en police judiciaire, il faut en revanche être commandant.

16 « Les règles qui régissent les activités des divers professionnels [...] sont loin d’être exhaustives ou clairement établies ou clairement contraignantes. Ceci implique la nécessité d’une négociation continuelle » (Strauss 1996 : 92).

17 Pour l’étude développée d’une situation de commandement exercé par une femme au grade d’officier de police judiciaire, il faut se reporter à Pruvost 2005 : 635-636. Cet exemple n’est pas développé ici car il rejoint celui des brigadiers, à maints égards.

18 Expression policière pour dire qu’elle ne peut être nommée brigadier que si elle change d’affectation.

19 La police de proximité impose de diviser la circonscription en secteurs.

20 11 s’agit d’une habilitation permettant de devenir officier de police judiciaire (opj) que les officiers et les commissaires acquièrent lors de la formation. Ce n’est pas le cas des gardiens de la paix et des brigadiers, obligés, pour les plus volontaires d’entre eux, de passer un examen, une fois en poste.

21 Elle ne s’est pas comportée en « cabot chef », autoritariste et militaire. Ce modèle repoussoir est de moins en moins répandu. Il correspond à une époque de recrutement massif d’anciens militaires. Dominique Monjardet précise par ailleurs que les cabots sont en proportion plus élevée dans les grosses unités où ils font un travail de gestion, éloigné de l’obligation de participera l’action (Monjardet 1996 : 78).

22 En 2005, seulement 13 % des femmes officiers sont commandants (contre 30 % parmi les hommes), seulement 11 % des gardiennes de la paix sont brigadiers (contre 21 % parmi les hommes).

23 Comme Dominique Monjardet l’a montré, cette structure duelle ne signifie pas pour autant que le gardien de la paix est un simple exécutant des tâches exigées par ses supérieurs. La hiérarchie permet, certes, de définir un champ d’action correspondant aux habilitations juridiques et aux compétences afférentes à chaque grade policier, mais sur le terrain, les policiers ont la possibilité de procéder à la sélection de leurs tâches et de définir leurs urgences.

24 Tel est le terme policier pour désigner les gardiens de la paix qui n’ont pas passé les uv de brigadiers et qui atteignent par ancienneté le grade de « sous-brigadier ».

25 Quand c’est le cas, cette dérogation à la règle choque tant l’intéressée qu’elle qualifie cet acte d’injustement misogyne. Cf. chapitre iv.

26 On les a énumérés dans leur ordre d’arrivée dans le grb 1.

27 Ils travaillent en tenue de maintien de l’ordre, en cagoule, avec un casque et armés d’un bélier pour enfoncer la porte et d’un fusil à pompe. Les officiers de la PJ Delta sont pour leur part seulement armés de leur arme de service et sont en civil.

28 Dans la profession, le primat accordé à l’expérience, loin d’être remis en question (par l’élévation du niveau de diplômes des policiers, par la part croissante prise par l’enseignement juridique en école de police et par la possibilité, pour les gardiens de la paix volontaires, de devenir officier de police judiciaire (OPJ) en formation continue, sort renforcé de ce nivellement des qualifications et des habilitations judiciaires. Plus les différences entre les trois corps tendront à diminuer, plus l’expérience constituera un élément majeur de distinction professionnelle.

29 Cette réalité n’empêche pas que soient tenus des propos généraux sur l’indisponibilité des témmes. Cf. chapitre iv.

30 « Ainsi la réponse au "qui fait quoi ?" n’est pas donnée par une division logique, technique ou disciplinaire d’une tâche existant en elle-même, mais le résultat d’un système de relations où chaque acteur et chaque groupe d’acteurs visent, en sélectionnant les événements pertinents, à promouvoir sa propre définition de la tâche légitime » (Monjardet 1996 : 43).

31 Chaque jour et chaque nuit, un binôme d’officiers, toutes brigades confondues, est désigné pour répondre aux affaires quotidiennes urgentes (un braquage, un crime, etc.), permettant aux autres officiers de continuer à faire leur travail d’enquête de longue haleine, chacun dans leur spécialité (Sef, Grb, etc.).

32 Joan Cassell a montré que c’était le cas pour les femmes chirurgiennes. Est-ce parce que leur environnement immédiat est composé d’infirmières, majoritairement des femmes, estimant que les chirurgiennes doivent « rester avec les autres femmes et non au-dessus d’elles » (Cassel : 68) ? Les femmes policiers sont à l’inverse entourées d’hommes qui ne valorisent pas l’entre-soi des femmes.

33 « Il est constitutif de la condition policière de pouvoir à tout instant et sans préavis être appréhendé par n’importe quel autre comme un ennemi. Par là, d’ailleurs, s’infirme la comparaison souvent proposée, sur la base du danger affronté, avec les militaires » (Monjardet 1996 : 188).

34 D’où leur méfiance à l’égard de la presse et de la révélation des déviances (Monjardet 1996 : 189-190).

35 Les brigades non spécialisées (du type police secours et unité d’investigation et de recherche) sont en général les premières sur place. Or, comme on l’a plusieurs fois souligné, elles constituent le gros des troupes policières. Rares sont les policiers qui au cours de leur carrière ont échappé à ces tâches rebutantes.

36 Tous les policiers n’ont certes pas les mêmes outils à leur disposition, mais ils disposent tous d’outils leur permettant d’être en position de force par rapport au non-policier.

37 Claude Dubar appelle ce type d’identité professionnelle « l’identité catégorielle de métier ».

38 Comme toute profession, la police est traversée par des conflits entre sous-groupes, clans et segments professionnels concurrents, plus communément qualifiés de « guerre des polices ».

39 « Le droit pénal entend par violence l’ensemble des atteintes matérielles au corps, entraînant une altération vive de la sensibilité. Peu importe la modalité de l’acte : celui-ci peut être intentionnel ou non, armé ou non, voire seulement porté par l’imprudence ou la négligence. L’action, c’est elle seule qui compte ici. doit entraîner, selon les termes de la jurisprudence, une "sérieuse émotion", une souffrance ressentie par celui qui est en l’objet » (Jobard 2002 : 16).

40 Lors des observations, une femme n’a pas réussi à contenir un gardé à vue qui s’est échappé. Sa réputation en a été très durablement ternie.

41 Ces policiers restent dotés d’une arme, mais elle est placée à l’armurerie.

42 Plus les consignes données par la chaîne hiérarchique (chef de service, directeur départemental, central, ministre de l’Intérieur) sont lâches et les sanctions faibles, plus les policiers sont tentés de convertir la démonstration de force en violence.

43 L’écart ne varie pas si on exclut les CRS de l’échantillon.

44 Les hôpitaux se dotent de suivi post-traumatique et de suivi psychologique au début des années 1990 (Loriol 2004 : 151-154).

45 C’est le cas de 87 % des femmes contre 70 % parmi les hommes.

46 Une grande partie des policiers réussit cependant au cours de l’année à se ménager des moments de repos conséquents (pris sur les heures de récupération). Ce qui est mal vécu, ce n’est pas tant le surtravail que l’impossibilité de prévoir.

47 « A l’individu conforme, appliquant les normes de son milieu, de sa culture, de sa classe sociale », s’est substitué « l’individu-trajectoire à la conquête de son identité personnelle » (Dubar 2000 : 165).

48 « Ce n’est plus ni l’école, ni l’entreprise (même coordonnées) qui produisent les compétences dont les individus ont besoin pour accéder au marché du travail, obtenir un revenu et se faire reconnaître : ce sont les individus eux-mêmes. Ils sont responsables de leurs compétences dans les deux sens du terme : c’est à eux de les acquérir et c’est eux qui en pâtiront s’ils ne les ont pas » (Dubar 2000 : 112).

49 Les femmes sont particulièrement touchées par cette obligation d’excellence : elles sont sans cesse suspectées de ne pas pouvoir échapper aux contraintes de leur identité sexuée. On l’étudiera dans un sous-chapitre ultérieur.

50 Pour les cadavres, aucune division sexuelle du travail n’a été recensée : les hommes et les femmes assistent indifféremment aux autopsies de victimes du sexe opposé.

51 Gendarmes et surveillants de l’administration pénitentiaire se trouvent dans la même situation.

52 Certains policiers peuvent réagir ponctuellement assez durement à rencontre des « clients » misogynes, mais dans la quotidienneté, une telle position n’est pas tenable. 11 faudrait reprendre un trop grand nombre de mis en cause.

53 Rappelons que les jeunes hommes se trouvent également confrontés à un problème de légitimité en audition en raison de leur âge.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search