Desktop versionMobile Version

Profession : policier. Sexe : féminin

 | 
Geneviève Pruvost

2. La négociation de la carrière

Volltext

  • 1 « Au sens strict [...], la carrière désigne la progression d’une personne à l’intérieur d’une burea (...)

1La carrière sera entendue dans le sens large de cycle de vie, d’étapes ritualisées et de contrainte d’âge1, articulant logiques d’ascension professionnelle et logiques familiales : sera notamment reprise la catégorie longitudinale de « trajectoire sociale sexuée » proposée par Martine Chaudron, qui « rend possible la construction de l’articulation entre vie professionnelle et vie familiale », « telle qu’elle se déploie au gré des changements individuels qui surgissent dans l’itinéraire professionnel comme dans l’itinéraire familial tout au long du cycle de vie ou du parcours biographique, lui aussi sexué » (Chaudron 1997 : 113). La comparaison des trajectoires masculines et féminines met cependant en évidence une division interne qui traverse les deux groupes de sexe entre, d’une part, les policiers hommes et femmes qui disposent de conditions familiales favorables à leur mobilité professionnelle et d’autre part, celles et ceux qui en sont dépourvus.

  • 2 Équivalent régional d’une brigade « antigang ».

2Pour comparer les carrières féminines et masculines, il convient cependant de déterminer les critères policiers d’une carrière réussie. Certains fonctionnaires se fondent sur le succès de leur passage de grade en grade (devenir capitaine et commandant quand on est lieutenant par exemple) ou sur leur aptitude à évoluer dans la hiérarchie des corps (en devenant par exemple commissaire par promotion interne). D’autres mettent de côté cette dimension purement statutaire et financière en prétendant que le grade importe moins que la direction dans laquelle on travaille : les Renseignements généraux et la Direction de la formation sont ainsi assimilés par une partie des policiers comme des directions en retrait du terrain, à l’inverse de la Sécurité publique et de la police judiciaire (reine des polices), estimées comme les seules à accomplir un véritable travail de police. Cette hiérarchie s’assortit d’un troisième mode de classement, plus ou moins indépendant de la direction à laquelle on est affecté : il s’agit du poste. On peut être commandant en Sécurité publique, mais dans un service de gestion du matériel et c’est, aux yeux de certains policiers, moins prestigieux que d’être simple gardien de la paix dans une brec (brigade régionale d’enquête et de coordination)2. De la même manière, on peut être lieutenant dans les Renseignements généraux, mais travailler dans une unité antiterroriste, plus prestigieuse qu’une brigade financière de police judiciaire. Pour résumer, le prestige tient au degré d’exposition des policiers au danger et à la violence. Si on ajoute à ces paramètres proprement professionnels les projets de vie familiaux et personnels, l’appréciation des carrières plus ou moins réussies devient encore plus difficile : ce n’est pas l’emploi policier lui-même (dépendant du grade, du corps, de la direction et du poste) qui est évalué en tant que tel, mais la qualité de vie globale que cet emploi permet.

3Le croisement de tous ces critères complique singulièrement la tâche de classement et de hiérarchie des types de carrières réussies. Faut-il prendre en compte la place du policier dans les échelons hiérarchiques, le prestige du service où il est en poste ou la conciliation qu’il opère entre sa vie professionnelle et sa vie privée ? L’enquête révèle que tous ces critères sont indissociables.

Les règles d’accès aux métiers exposés et prestigieux

4Le cursus honorum policier repose sur le croisement de deux dimensions : la montée en grade (cf. tableau 5) et le choix d’un poste situé en haut de l’échelle de prestige des métiers policiers. Dans les deux cas, l’élément problématique qui freine les carrières des femmes reste celui de l’usage de la violence la plus spectaculaire. Cette dimension sexuée, si elle déterminante pour comprendre l’attribution de certains postes, ne s’applique cependant pas à la masse des métiers policiers qui obéissent à d’autres principes d’attribution, conduisant à renverser des éléments de division sexuelle du travail qui ont cours dans la plupart des professions.

Tableau 5. Corps et grades de police depuis 1995.

Tableau 5. Corps et grades de police depuis 1995.

NB. Le passage entre corps se fait par concours interne et externe ; le franchissement de grade, par ancienneté ou au mérite, sauf pour être brigadier où c’est par examen interne ; le grade de CP est supprimé en 2006.

La voie royale de la promotion par le grade3

  • 3 Dans le langage courant, les policiers préfèrent dire qu’ils changent de « grade », plutôt qu’ils c (...)

5Un premier constat atypique s’impose : la distribution des femmes dans la hiérarchie prend la forme d’une pyramide inversée. Avec 18 % de femmes dans le corps des commissaires en 2007, 17 % dans le corps des officiers et 14 % dans le corps des gradés et gardiens de la paix, il y a proportionnellement plus de femmes au sommet qu’au bas de l’échelle policière. Or il est peu fréquent que le processus de féminisation d’une profession se fasse par le haut, et se solde par une plus importante représentation des femmes dans l’encadrement qu’aux postes d’exécutants. Sabine Fortino montre en effet que le taux de féminisation des entreprises publiques et des ministères de la fonction publique est certes « en avance sur le secteur privé de notre économie au niveau de la structuration interne des emplois féminins », les femmes étant « largement dominantes parmi les effectifs civils de la catégorie intermédiaire (B) » (Fortino 2000 : 61 ; 78), mais qu’un plafond de verre empêche les femmes d’accéder aux grades de catégorie A (si l’on exclut l’Éducation nationale). Il s’ensuit que la proportion de femmes est plus élevée aux grades inférieurs que dans les grades d’encadrement. L’inversion de ce modèle dans la police nationale constitue la preuve qu’il est plus acceptable de féminiser le commandement, plus éloigné des réalités du terrain, que le travail sur la voie publique, directement exposé à la violence du public et à l’usage de la force. L’évolution du métier de commissaire vers le management contribue à cette singulière féminisation par le haut.

  • 4 Cela permet aux candidats issus du concours interne d’officier et de commissaire de ne pas être mis (...)
  • 5 Ces proportions ont été calculées à partir de la moyenne des taux de réussite entre les présents à (...)
  • 6 1,3 fois plus de chances au grade de commissaire, 1.5 au grade d’officier.
  • 7 1,8 fois plus de chances au grade de commissaire et 1,7 au grade d’officier.

6Cet accès privilégié des femmes aux grades les plus hauts se vérifie-t-il quand il s’agit de promotion interne ? L’enquête statistique menée sur les résultats de concours révèle que ce mode d’ascension qui concerne au total un policier sur cinq (tous sexes et grades confondus) est plus favorable aux femmes que les concours externes, même si le concours interne favorise encore les hommes. Disposant d’un nombre de places réservées à l’avance dans la promotion4, hommes et femmes ont un taux de réussite plus élevé. Entre 1987 et 2003, une femme sur 8 et un homme sur 6 sont admis au concours interne de commissaire contre une femme sur 45 et un homme sur 25 au concours externe. Il en est de même au grade d’officier où une femme sur 6 et un homme sur 4 sont admis au concours interne contre une femme sur 40 et un homme sur 23 au concours externe5. Même si les hommes du concours interne continuent, certes, à avoir plus de chances d’être admis que les femmes6, leur percée est moindre que lors du passage du concours externe7. Il est préférable pour les hommes et a fortiori pour les femmes de passer le concours interne, moins discriminant à leur égard.

  • 8 Chaque année, entre 1987 et 2003, leur nombre oscille entre 100 et 200 pour les hommes, 15 et 40 po (...)
  • 9 Il faut prendre en compte dans cette augmentation des effectifs l’intégration des femmes enquêteurs (...)

7Le nombre de candidats masculins et féminins reste quoi qu’il en soit très faible8. Entre 1987 et 2003, on trouve en moyenne 38 fois moins de candidates au concours interne de commissaire qu’au concours externe (contre seulement 5 fois moins pour les hommes). L’écart est comparable au grade d’officier : en moyenne 33 fois moins de femmes à se présenter au concours interne qu’au concours externe (contre seulement 9 fois moins pour les hommes). Les femmes sont donc bien moins nombreuses que les hommes à se lancer dans l’aventure du concours interne. Il en est de même au grade de brigadier. Même si les effectifs ont quadruplé depuis 1996 avec un doublement de la proportion de femmes brigadiers entre 1996 et 2005. En passant de 6 % du corps de maîtrise et d’application à 11 %, cette part demeure, proportionnellement, deux fois moins importante que celle des hommes (autour de 20 % tout au long de la décennie)9.

  • 10 Après la titularisation. 11 faut donc ajouter la première année d’affectation pendant laquelle on e (...)
  • 11 Ne disposant pas des statistiques sur l’accès au grade de brigadier (taux de candidatures, taux de (...)

8Ces disproportions s’expliquent par les conditions mêmes imposées par ce type de promotion. Une fois reçus, les officiers partent à l’ensop en Seine-et-Marne et les commissaires à l’ensp à Lyon. Il faut par conséquent pouvoir déménager à proximité de ces écoles, faire les trajets quotidiens ou laisser sa famille pendant la semaine pour ne la rejoindre que le week-end et pendant les stages. Cette contrainte constitue un premier obstacle à l’engagement des femmes, généralement plus impliquées que les hommes, lorsqu’elles vivent en couple, dans la gestion de la vie domestique. Au grade de brigadier, la sélection passe par un autre biais : le grade de brigadier ne s’obtient pas par voie de concours. Il s’agit d’un examen professionnel, réservé au seul corps des gardiens de la paix, qu’il est possible de passer après quatre ans en poste10. Il faut obtenir des unités de valeur (uv) pendant une formation discontinue de deux ans préparée individuellement par les gardiens de la paix. Une fois ces uv obtenues, il faut être inscrit sur une liste d’avancement pour une éventuelle promotion à ce grade, mais assortie de l’obligation de mobilité dans un autre service. Ces opérations successives exigent une grande persévérance de la part des candidats et sur ce point, les hommes s’avèrent plus opiniâtres11. Plus dotées scolairement que leurs homologues masculins, on aurait pu s’attendre à ce que les femmes soient plus nombreuses à utiliser cette possibilité pour franchir un grade par examen interne. Il n’en est rien. Contrairement aux concours internes de commissaire et d’officier, la part de femmes reste assez faible. Cet écart ne peut être imputé au caractère récent de la féminisation, puisque les femmes sont intégrées au corps de gardiens de la paix depuis 1978. Elles ont eu le temps d’accumuler les quatre ans d’ancienneté requis. On ne peut que rapporter cette faible féminisation du grade de brigadier à la faible attractivité de ce grade intermédiaire. Est-ce parce qu’il est difficile, pour une femme, de commander des gardiens de la paix issus du même corps ? Les femmes témoignent en effet de l’inconfort de cette position, notamment à l’égard des anciens. Il semble qu’elles préfèrent passer des concours leur assurant une plus forte autorité (officier et commissaire). Cette différence de proportion, si légère soit-elle, confirme les points de vue recueillis dans les enquêtes qualitatives. Quitte à reprendre une formation pour s’élever dans la hiérarchie, les femmes, surdiplômées, préfèrent passer un concours interne élevé dans la hiérarchie.

9La forte probabilité d’être affecté en région parisienne à l’issue de la formation au grade d’officier et de commissaire, et de devoir changer de service et de département au grade de brigadier constitue un second frein à l’augmentation du taux de candidatures masculines et féminines : les policiers promus par l’intermédiaire du concours interne ne retrouvent pas leur région et leur direction d’origine (à l’exception de ceux qui sont issus de la dst). Là encore, les femmes plus que les hommes se heurtent à la difficulté d’imposer à l’ensemble de leur famille un éventuel déménagement ou de longs trajets, impliquant une moindre présence domestique. Cette obligation de mobilité géographique réduit les ardeurs féminines.

10Même si la voie interne constitue une voie royale pour les femmes, elles restent ainsi peu nombreuses à l’emprunter. Leur nombre restreint autorise à supposer qu’elles constituent un groupe aux caractéristiques sociodémographiques propres. Les femmes promues sont-elles des déclassées qui tentent de rattraper leur position initiale par la voie des concours internes ou s’agit-il véritablement d’une stratégie d’ascension sociale ? Faute de données sur les femmes officiers promues commissaires, on se contentera de comparer les femmes officiers issues du concours interne et les femmes brigadiers.

  • 12 On recense en effet davantage de pères ouvriers parmi les femmes brigadiers (34 %) et les femmes ga (...)
  • 13 Si on regarde la profession de la mère, on trouve les mêmes résultats.
  • 14 Les femmes (5 %) ont des parents policiers en semblable proportion que la moyenne des femmes offici (...)

11Les femmes officiers entrées par concours interne sont d’un niveau social plus élevé que leurs anciennes collègues gardiennes de la paix12, mais elles sont d’un niveau social légèrement inférieur aux femmes officiers du concours externe13. Les femmes officiers promues se trouvent par conséquent dans une position intermédiaire entre les gardiennes de la paix et leurs collègues, entrées par voie externe. Par rapport à leurs homologues masculins, les femmes officiers du concours interne sont en revanche issues de classes sociales analogues. On ne peut donc pas prêter à ce groupe de femme une ambition sociale différente de celle de leurs homologues masculins. Une différence doit être néanmoins soulignée : les hommes promus sont davantage issus de famille policière (16 %) que la moyenne des hommes officiers (10 %) et des femmes officiers (7 %)14. En bref, pour une partie des hommes, la décision de passer un concours interne peut trouver sa source dans la volonté d’égaler leur père ou de le dépasser du point de vue professionnel, alors que cette motivation concerne deux fois moins les femmes.

  • 15 30 % d’entre elles ont obtenu une maîtrise contre 1 % des hommes officiers issus du concours intern (...)
  • 16 Ces dernières comptent 83 % de bachelières.

12Les femmes officiers promues se distinguent surtout du reste de leurs homologues masculins et des gardiens de la paix des deux sexes par leur niveau d’études15. Elles demeurent cependant nettement moins diplômées que les femmes officiers du concours externe16. A tous égards, leur réussite au concours interne d’officier vient ainsi réparer une orientation initiale doublement inadéquate (aussi bien socialement que scolaire -ment). Les entretiens sont explicites sur ce point : pour Mlle Adcomisse (commissaire, 33 ans), bachelière, d’abord administrative puis commissaire, il s’agit à la fois de rattraper une position sociale antérieure (son père est chercheur) et d’imposer sa vocation en prenant une voie de traverse : le rêve policier s’actualise dans un premier temps de façon modeste et classique (un statut d’administrative dans un commissariat) pour être ensuite pleinement réalisé au grade de commissaire. Il en est de même pour Mme Adencapella, initialement enquêtrice, qui a passé le concours d’inspecteur avant la réforme de 1995 : « Pour moi, il fallait le faire. Inspecteur et inspecteur principal, c’était un autre monde, mythique » (capitaine, pj, 48 ans). En bref, les femmes, dans leur majorité, grimpent les échelons hiérarchiques à la suite d’une vocation contrariée : le grade initial pour lequel elles avaient opté ne correspond pas à leur rêve premier.

13Les hommes issus du concours interne, quel que soit le grade, tiennent un tout autre discours : leur projet d’ascension sociale (un meilleur salaire, des postes plus intéressants) est clairement défini : « Je l’ai fait financièrement pour le déroulement de carrière. Être brigadier à trente-trois ans, major après et puis la retraite. Et si ma fille fait des études ? » (M. Gardoffélex, élève lieutenant, ancien gardien de la paix, 33 ans, 2002). Le prestige compte également. Les hommes évoquent plus clairement que les femmes leur gêne sociale d’être gardien de la paix. M. Garcapello, bachelier dont la femme est institutrice, l’exprime en ces termes. On retrouve la même division sexuée des perceptions que pour les policiers entrés par concours externe. L’argument de la vocation est plus récurrent parmi les femmes que parmi les hommes.

  • 17 Respectivement 34 %, 15 % et 45 % pour les femmes, 26 %, 11,2 % et 35,6 % pour les hommes.

14Par rapport à ce modèle d’ascension professionnelle, les femmes brigadiers constituent un cas à part. Elles partagent avec les hommes une position d’ascension sociale purement méritocratique, indépendante des effets sociaux de la profession des parents et du niveau d’études sur la volonté d’ascension sociale. Les femmes brigadiers sont, comme les hommes brigadiers, d’un niveau social et scolaire inférieur au groupe des femmes et des hommes gardiens de la paix. On trouve plus de pères et de mères ouvriers et plus de mères au foyer parmi les femmes brigadiers que parmi les gardiennes de la paix17. Les femmes brigadiers sont par ailleurs moins diplômées que leurs collègues féminines, simples gardiennes de la paix (bachelières à hauteur de 81 %). Il en est de même pour les hommes brigadiers, moins nombreux à être bacheliers (37 %) que les hommes gardiens de la paix (60 %). Ainsi les brigadiers, quel que soit le sexe, sont d’un grade supérieur à leurs subordonnés, mais contrairement aux officiers issus du concours interne, ils ne sont ni socialement ni scolairement surdotés par rapport à leurs collègues gardiens de la paix. Le concours de brigadier ne draine donc pas une population déclassée (cette population se dirige vers le concours d’officier). Cette singulière disjonction entre un grade supérieur et un niveau de diplôme inférieur s’explique par l’âge des brigadiers : plus âgés que les gardiens de la paix, hommes et femmes brigadiers ont été recrutés à une période où un haut niveau de diplôme n’était pas requis des candidats.

15Le profil sociodémographique des gardiennes de la paix devenues officiers et de celles qui sont devenues brigadiers étant très distinct, il est difficile d’établir un parcours ascensionnel type. On se contentera de signaler que d’une manière générale, les femmes qui aspirent à une promotion interne, alors même qu’elles ont plus de chances d’être admises au concours interne qu’au concours externe, sont peu nombreuses à opter pour ce type de promotion. Il n’est pas anodin que parmi toutes les voies de progression interne, la fonction de brigadier soit la moins convoitée. Les femmes préfèrent, d’une part, la voie anonyme des concours à celle, plus hybride, de l’évaluation continue, et elles briguent d’autre part un statut supérieur correspondant à leur plus haut niveau de diplôme. Pour comprendre pourquoi le grade de brigadier est le moins féminisé, une autre raison, plus anthropologique, peut être invoquée : les brigadiers (majoritairement nommés en Sécurité publique) sont les gradés les plus proches du terrain, au plus près des vicissitudes qui font le quotidien des gardiens de la paix. Tout fonctionne comme si l’organisation policière et les femmes elles-mêmes s’arrangeaient pour peu féminiser le grade qui exige la plus grande proximité avec ses « hommes ». Pour monter dans la hiérarchie des métiers policiers, les femmes se rabattent-elles alors sur un autre type de mobilité, de type horizontal ? La carrière ne se mesure en effet pas seulement à la progression verticale de grade en grade. Il importe de déterminer dans quelles directions les femmes se répartissent et quel type de poste elles occupent.

La dissémination des femmes

  • 18 La Sécurité publique, la police judiciaire, la police aux frontières, la Surveillance du territoire (...)
  • 19 0,3 % des effectifs des crs.
  • 20 Au 31 décembre 2004, le service de santé des armées compte 47 % de femmes, l’armée de l’air, 18 % t (...)
  • 21 Il demeure toujours quelques postes réservés à des policiers privilégiés par leur réseau familial o (...)
  • 22 A la différence des années 1980, il est en effet peu fréquent que les crs soient proposées dans la (...)

16Quand on observe de prime abord la répartition des femmes, tous grades confondus, dans les directions de police18, se vérifie de manière exemplaire le principe anthropologique mis au jour par Paola Tabet sur l’appropriation masculine des outils et des armes : les hommes disposent en effet d’un quasi-monopole de taille, la direction la plus équipée en matière d’application de violence légale, à savoir les compagnies républicaines de sécurité : en 2005, cette direction ne compte que 41 agents féminins19, répartis d’une manière très significative. Une seule femme (au grade de lieutenant) est admise dans les crs spécialisées dans le maintien de l’ordre, les autres sont réparties dans les états-majors où elles effectuent un travail de bureau ou dans les compagnies autoroutières, chargées des contrôles routiers. Ce premier constat de quasi-fermeture de la direction des crs aux femmes ne doit toutefois pas empêcher de noter un autre résultat, plus inattendu : les femmes ne sont pas plus nombreuses dans les directions dites « intellectuelles » comme les Renseignements généraux ou la direction de la Formation. A l’exception remarquable des crs, elles sont très également réparties entre chaque direction policière : 13 % en police judiciaire, 14 % à la Surveillance du territoire et à la direction de la Formation de la police nationale, 15 % en Sécurité publique et à la police aux frontières et aux Renseignements généraux. Par rapport à l’ensemble des effectifs, elles sont surreprésentées en pj car la pj n’occupe que 5 % des effectifs totaux. Les écarts entre chaque direction sont très faibles. On ne retrouve pas, comme à l’armée, de direction féminisée à quasi-parité ou très faiblement20. Si quelques bastions réservés aux hommes sont préservés, aucune zone exclusivement féminine n’a été mise en place, notamment pour s’occuper des femmes victimes ou délinquantes. C’est en soi un premier résultat, directement issu de l’histoire de la féminisation de cette profession, des motivations mêmes des femmes recrutées, mais aussi du principe de 1’« amphi-garnison » : les postes sont choisis en fonction du rang de classement. La première affectation échappe ainsi au jeu de la cooptation, pour obéir à la règle du « premier classé, premier servi »21. Quel que soit le grade à la sortie de l’école, les policiers défilent les uns après les autres, en fonction de leur rang, devant la liste des postes offerts et choisissent un service, autrement dit un site géographique, assorti d’une direction de police. L’avantage de ce procédé méritocratique, pour la féminisation, c’est qu’il permet d’ouvrir, au fil des années, certains bastions masculins – au motif qu’en sortie d’école, c’est le rang qui prime. C’est de la sorte que la première femme commissaire et la première femme lieutenant nommée dans une compagnie de crs, spécialisée dans le maintien de l’ordre, ont pu contourner cet interdit coutumier. Mais rares sont celles qui bravent cet interdit et tout aussi rares sont les occasions de postuler dans une compagnie de crs en première affectation22.

  • 23 Telle est l’expression policière pour désigner les policiers en première affectation.
  • 24 Au grade de commissaire, entre 1995 et 2002, il a même été décidé que tous les commissaires iraient (...)
  • 25 Ces proportions ne sont qu’indicatives : on s’est fondé sur la répartition des commissaires au grad (...)

17En dehors du tabou des crs, hommes et femmes sont logés à la même enseigne : au grade d’officier et de commissaire, on ne trouve pas, d’un côté, les hommes « sortis d’école »23 en police judiciaire et de l’autre, les femmes en Sécurité publique à Paris. Les différences entre les sexes ne sont pas signifiantes : la moitié des hommes commissaires et officiers est envoyée en sp24, environ 7 % aux rg, 3 % en paf, 4 % en st. Au grade de gardien de la paix, le choix est plus réduit, puisque la liste des postes proposés en première affectation n’offre que des postes en Sécurité publique (à quelques exceptions près). Cette distribution relativement égale25 des nouvelles recrues féminines dans les directions prestigieuses et difficiles à intégrer comme la police judiciaire et la Surveillance du territoire permet de compenser les effets de la cooptation qui jouent ensuite dans la carrière (Fortino 1996).

18Pour déceler des disparités entre hommes et femmes, il faut dès lors réduire la focale sur le poste lui-même. Une fois l’affectation choisie, il reste en effet au fonctionnaire de police à négocier le métier précis qui lui sera assigné. Le choix d’un site et d’une direction n’implique aucunement une fonction. C’est au moment où les stagiaires se présentent à leur hiérarchie que les effets de la variable du sexe sont intéressants à observer.

19Au grade de commissaire, des règles de préséance hiérarchique supposent l’existence de postes réservés aux commissaires principaux et divisionnaires. Les commissaires hommes ou femmes en sortie d’école se retrouvent ainsi la plupart du temps en position d’adjoint dans les grands services. Le critère de l’ancienneté prime alors sur celui du sexe. Au grade d’officier, la majorité du contingent masculin et féminin part en Sécurité publique où deux types de poste sont accessibles en sortie d’école : le « petit judiciaire » (la prise de plainte et la rédaction de procédure) et le commandement des unités de gardiens de paix (fonction autrefois réservée aux officiers de paix). La logique des besoins en effectifs court-circuite les tentatives de distribution de ces deux types de postes par sexe. S’il manque en effet un poste d’encadrement de gardiens de la paix, l’administration ne peut pas s’opposer à un recrutement féminin, faute de remplacement. Le temps où les pionnières (inspecteurs et enquêteurs) étaient systématiquement envoyées en brigade des mineurs est révolu. Les chefs de service affectent les « sorties d’école » en fonction des nécessités du service. Des différences de sexe ne peuvent être établies que lorsque plusieurs officiers sont nommés dans le même service.

20Au grade de gardien de la paix, la quasi-totalité des effectifs est versée en Sécurité publique où la diversité des postes est la plus grande. Dans le même commissariat, on peut se retrouver en police de proximité, en police secours, en brigade vtt, en compagnie départementale d’intervention (cdi), à la circulation (notamment à Paris), en sic (service d’information et de communication, c’est-à-dire à la radio) ou encore à l’accueil, sachant que chaque commissariat, chaque grande ville dispose d’une organisation propre. D’après les témoignages recueillis, les nouveaux arrivants dans un commissariat se retrouvent généralement en ps (police secours) – la police la plus généraliste et la plus dotée en effectifs. Le poids du chef de service et du directeur de la Sécurité publique est néanmoins déterminant : ainsi, à Lyon, il y eut une période où toutes les stagiaires féminines étaient affectées à la circulation et les hommes en compagnies départementales d’intervention, chargées du maintien de l’ordre et du renfort des polices secours. Paris ne fut pas non plus exempte de tentative de répartition sexuée : avant 1999, date de création de la direction de l’Ordre public et de la Circulation (dopc), les femmes, plus que les hommes, étaient envoyées dans les arrondissements les plus chics, synonymes de tranquillité et de gardes statiques d’ambassade.

21En dehors de ces deux exceptions, d’une manière générale, la sexuation des postes à la sortie d’école est assez difficile à organiser. La police comme de nombreux autres secteurs de la fonction publique gère la pénurie et elle ne peut se permettre de choisir le sexe de ses stagiaires qui sont répartis dans les brigades au fur et à mesure de leur arrivée.

22Cette relative situation d’égalité comporte toutefois deux limites structurelles : la distribution des effectifs se fonde sur le principe de dissémination des femmes. Le chef de service s’arrange en effet pour répartir les femmes en proportion égale dans chaque brigade. Il s’agit d’éviter que deux femmes travaillent en binôme et se retrouvent en position de faiblesse physique en cas d’adversité. Cette règle informelle est dans la mesure du possible respectée et pèse très lourdement sur la répartition des effectifs.

23Les cas de Mlle Lieutec et de Mlle Ilieute, nommée dans une police judiciaire, constituent des exemples éclairants de ce principe de répartition sexuée. Mlle Lieutec (lieutenant, pj, 29 ans) a dû un jour choisir entre un grb (groupe de répression du banditisme) et une sef (section économique et financière). Elle a opté pour le grb, qui répondait à ses aspirations d’enquête et d’aventure ; Mlle Ilieute (lieutenant, pj, 27 ans), arrivée un an après Mlle Lieutec, souhaite de la même manière aller en grb. Elle n’obtient pas le poste : chaque groupe de grb comprend déjà une femme sur cinq officiers, et le chef de service comme les chefs de groupe (des commandants) ne veulent pas prendre le risque de constituer un groupe avec deux femmes – dont une stagiaire. Mlle Ilieute s’est donc retrouvée en section économique et financière (sef).

24La seconde limite tient aux interdits coutumiers. Certaines brigades sont localement fermées aux femmes. Il est impossible d’en dresser la liste exhaustive car, d’un lieu à l’autre, les coutumes sont extrêmement variables selon les chefs de service et les chefs de groupe. Le cas de la première affectation de Mlle Ilieute est à nouveau exemplaire : si cette dernière s’est retrouvée en section économique et financière, ce n’est pas seulement parce qu’il fallait répartir les femmes à parts égales dans chaque brigade. C’est aussi parce qu’elle disposait d’un choix restreint. Mlle Ilieute aurait en effet bien troqué une place au grb contre une place en brigade criminelle, mais le chef de groupe, installé depuis longtemps dans la place, ne veut pas de femmes et cette tradition locale est tout à fait respectée par le chef de service. Alors que le grb est potentiellement plus violent que la brigade criminelle, c’est en brigade criminelle que les femmes du service de Mlle Ilieute n’ont pas droit de cité – indice que la sexuation des postes ne dépend pas nécessairement de leur degré d’implication dans l’usage de la force. Dans un tel contexte, il ne restait donc à Mlle Ilieute que deux options : la SEF (dont la féminisation excessive n’est pas considérée comme problématique), mais aussi la brigade des stupéfiants, bastion masculin, que le chef de groupe souhaitait bien au contraire féminiser. Mlle Ilieute, peu tentée par les horaires déstructurés de la brigade des stupéfiants, a finalement choisi la SEF. Pour résumer, si Mlle Ilieute avait été un homme, elle aurait disposé de quatre choix (la totalité des brigades de cette unité de police judiciaire). Mais comme elle est une femme, ces choix sont restreints à deux.

  • 26 86 % des hommes et 86 % des femmes policiers.
  • 27 Dans ce cadre général, il faut mettre à part le cas des commissaires, soumis à l’obligation de mobi (...)

25Le premier poste, toutefois, n’est qu’un tremplin. Il est ensuite possible, dans même service ou dans un autre service du même département, de trouver une place plus adéquate. C’est l’un des traits organisationnels les plus singuliers de cette profession : les policiers sont des adeptes de la mobilité interne. Avant d’étudier cette singularité, il importe d’examiner le cas particulier des mutations. La plupart des policiers, issus majoritairement de la province26, sont en effet massivement envoyés en région parisienne lors de leur première affectation et aspirent à retourner dans leur région d’origine. Cette première raison d’ordre personnel se redouble d’une seconde, d’ordre strictement organisationnel : pour monter en grade et changer de corps (par le biais de la promotion interne), les policiers sont obligés de changer de service, parfois même de région27. Les femmes sont-elles concentrées dans les circonscriptions les plus « tranquilles » ou se trouvent-elles dans les villes où le taux de délinquance est le plus élevé ?

  • 28 25 % de femmes et 28 % d’hommes officiers, 38 % de femmes et 37 % d’hommes gardiens de la paix.

26Les femmes sont tout d’abord légèrement moins mobiles que les hommes : quand on demande aux policiers de recenser le nombre de postes occupés sur des sites différents ou dans le même service, les femmes présentent un taux légèrement inférieur aux hommes, notamment les femmes officiers. Mais cette différence tient probablement au fait que les femmes officiers de l’échantillon sont plus jeunes que les hommes. 11 faut également souligner qu’on trouve la même proportion d’hommes et de femmes policiers à avoir fait toute leur carrière dans deux régions28. L’écart le plus grand concerne la grande mobilité géographique : seulement 4 % des femmes officiers et 7 % des femmes gardiens de la paix ont travaillé au cours de leur carrière dans trois régions et plus, contre 17 % de leurs homologues masculins.

  • 29 54 % et 56 % des hommes officiers et gardiens de la paix contre 69 % et 54 % parmi leurs homologues (...)
  • 30 Respectivement entre 37 et 39 %, entre 58 et 59 %.
  • 31 C’est le cas de 65 % des femmes officiers et 56 % des femmes gardiens de la paix contre 51 % des of (...)
  • 32 Seulement 32 % des gardiennes de la paix contre 41 % des hommes travaillent en effet actuellement d (...)

27Que les femmes soient plus nombreuses à effectuer leur carrière dans la même agglomération, le même département ou la même région29 n’était pas a priori prévisible. On trouve en effet au départ la même proportion d’hommes et de femmes issus de la campagne et de la province30. La moindre mobilité géographique des femmes s’explique par le fait que les femmes travaillent davantage en région parisienne que leurs collègues masculins31. Elles ne suivent donc pas la tendance des hommes consistant à muter dans la région de leur enfance32.

28Cette concentration des femmes en région parisienne s’explique pour des raisons matrimoniales : la majorité des femmes, étant homogames, sont confrontées à l’impératif de mutation conjointe, difficile à obtenir. Il est fréquent que parmi les couples de policiers qui retournent en province, le policier le plus ancien des deux obtienne sa mutation un an avant l’autre. Un principe de réalité s’impose : les couples privilégient la région parisienne où il est possible, étant donné la concentration des effectifs, de travailler dans le même département ou la même ville. Certains vont jusqu’à opter pour la préfecture de Police. Les règles d’attribution des postes à Paris par rapport au reste de la police nationale sont en effet très favorables aux couples. Alors que dans les autres directions, il est nécessaire, pour passer à un grade supérieur, de faire preuve de mobilité géographique, Paris a obtenu la fidélisation de ses effectifs. 11 est possible pour un commissaire, par exemple, d’échapper à la clause de mobilité. La concentration des femmes en région parisienne tient à une autre raison : les femmes ne sont pas tentées par les petites villes qui offrent, certes, des conditions de travail plus paisibles, mais une diversité des postes plus réduite que les grands centres. En cas de conflit, les femmes disposent d’une marge de manœuvre réduite pour changer de postes, étant donné leur nombre limité.

29Reste à savoir si les femmes mettent autant de temps que les hommes à obtenir leur mutation en province. Sur ce point, on ne dispose d’aucune donnée statistique. Les mutations (du moins au grade de gardien de la paix et d’officier) s’obtiennent dans la plupart des cas à l’ancienneté et les hommes ayant accompli leur service militaire sont avantagés d’au moins un an. Les femmes, comme les hommes, préparent ainsi à l’avance leur retour en province en faisant en sorte de ne pas progresser dans leur carrière. 11 est en effet plus simple d’être muté en province quand on est lieutenant ou gardien de la paix que lorsqu’on est capitaine ou brigadier, en raison de la rareté de ces postes en province.

30Les femmes sont ainsi moins mobiles géographiquement que les hommes. A la fois pour des raisons familiales et pour des questions d’intégration professionnelle, elles préfèrent rester en région parisienne ou dans les grandes villes. Or c’est dans les grandes agglomérations que le taux de délinquance est le plus élevé et que l’offre de métiers prestigieux et de postes spécialisés dans l’usage de la violence est la plus forte.

L’accès à la diversité des postes : rotation et chape de plomb

31Si l’on s’en tient au jeu des premières affectations, des mutations géographiques et des promotions internes par concours, on manque un élément fondamental de la mobilité policière : la rotation des postes. Contrairement à des administrations très rigides sur le principe des mutations, la police a en effet mis au point un système de mobilité interne, extrêmement souple, permettant à des policiers de même grade de passer très facilement d’un poste à un autre dans le même département. Ce type de progression, largement pratiqué, repose sur la cooptation et exige de négocier avec la hiérarchie. Les femmes ne sont pas exclues de ce jeu d’attribution des postes, du moins en termes quantitatifs. On trouve ainsi la même proportion d’hommes et de femmes gardiens de la paix à avoir occupé trois postes (57 %). Les femmes officiers sont plus statiques : 56 % des hommes ont tourné sur quatre postes et plus tout au long de leur carrière, contre 45 % de femmes. Un tiers des policiers hommes et femmes, quel que soit le grade, occupe donc au moins quatre postes dans sa carrière. En ce qui concerne l’accès aux brigades prestigieuses, à grade égal, la discrimination est en revanche ouvertement pratiquée. Ces deux niveaux de rotation des postes, l’un non spécialisé, l’autre spécialisé, associé à un recrutement d’élite, doivent être distingués.

32Dans le premier cas, est mis en œuvre un système très proche du jeu des chaises musicales : un policier titulaire peut postuler sur un autre poste dès qu’une place, plus adéquate à ses yeux, se libère, en sorte qu’un nouvel arrivant puisse le remplacer. Ce jeu de permutation fonctionne d’autant mieux que le service est grand et que le turn-over est rapide. En témoigne l’évolution de Mlle Gardot dans le service où elle a été nommée en première affectation. Elle travaille tout d’abord en police secours (premier poste) dans une première brigade. Ne s’entendant pas avec son brigadier, elle demande à changer de brigade à la faveur d’un départ et de l’arrivée d’une stagiaire (deuxième poste), puis elle demande à travailler la nuit pour avoir une activité plus intéressante — ce qu’elle obtient (troisième poste). Au bout d’un an, elle demande un autre arrondissement avec moins de servitudes et plus animé. Affectée dans ce nouveau commissariat, elle est nommée quelques mois dans une unité de jour en police secours (quatrième poste). Puis elle fait une demande d’affectation en brigade de nuit (cinquième poste) – demande satisfaite. Profitant de la création d’une nouvelle unité, elle demande à intégrer au bout de quatre ans le GSI (groupe de soutien et d’intervention), spécialisé dans l’anticriminalité. Cooptée dans ce nouveau groupe (sixième poste), elle y reste deux ans, puis elle demande sa mutation dans un commissariat de lointaine banlieue. Toujours à sa demande, elle est directement intégrée en brigade de nuit (septième poste) mais elle doit attendre son tour pour pouvoir entrer en bac (brigade anticriminalité). Son expérience au GSI lui est reconnue, mais d’autres fonctionnaires ont fait une demande avant elle. A chaque changement de commissariat, les compteurs sont de fait remis à zéro et il faut à nouveau négocier sa mobilité interne dans le service. Ainsi, tous les policiers sont obligés d’accepter un « mauvais poste » ou un poste généraliste du type police secours à leur arrivée dans un nouveau lieu, et doivent patienter avant d’obtenir un poste plus conforme à leurs aspirations.

  • 33 Pour les chercheurs, cette grande mobilité rend assez difficile le maintien de relations suivies et (...)
  • 34 Le credo de la mobilité interne va de pair avec une forte croyance des policiers en la polyvalence  (...)

33Mlle Gardot est particulièrement mobile. Elle n’en illustre pas moins une tendance forte des policiers au nomadisme professionnel33 : les policiers vont de poste en poste et cette « bougeotte », loin d’être discréditée, est tout à fait encouragée par la hiérarchie. La mobilité interne est de fait un véritable credo dans la police nationale34. D’une part, les chefs de service, même s’ils se plaignent d’avoir du mal à fidéliser leur personnel, en retirent un grand bénéfice : ils peuvent créer de nouvelles unités (une brigade vtt, la mise en place de la police de proximité par exemple) sans déclencher d’hostilité de la part des fonctionnaires, habitués depuis le début de leur carrière à des réorganisations successives. Dès qu’un chef de service arrive, il procède en effet à des remaniements : « Ils veulent tous imprimer leur marque. Pour montrer qu’ils sont compétents. Ils redéfont tout ce qui a été fait avant. Nous, on finit par être habitués » (M. Gardac, gardien de la paix, sp, 52 ans). D’autre part, les policiers sont tout à fait consentants : ces redistributions permettent un redéploiement des effectifs et augmentent l’éventail des postes. Quand les policiers sont lassés du contenu de leur mission ou de leurs collègues, ils peuvent profiter du réaménagement des services pour changer de poste.

34Hiérarchie et policiers de base trouvent un autre avantage à cette mobilité interne. Ils en font une vertu salutaire pour la sécurité de tous. Elle permet d’échapper à l’habitude, redoutée parce que source d’imprudences : « Je suis parti avant aux réseaux ferrés. Par souci de changer. Je m’ennuyais. Quand on commence à s’ennuyer, quand on laisse les habitudes venir, c’est dangereux, trois ans de service, c’est bien » (M. Enquoffeler, élève lieutenant, ancien enquêteur, 32 ans). Cet argument en dissimule un autre : quel que soit le sexe, les policiers aiment leur profession pour la diversité de situations et de métiers qu’elle offre. 44 % des policiers aiment leur métier parce qu’ils se trouvent « dans des situations variées », première qualité que les policiers retiennent de leur profession. Cette mobilité interne explique le taux extrêmement faible de policiers estimant leur métier monotone (1,5 % d’entre eux).

35La perspective assez facile et rapide de changer de poste comporte un autre avantage : elle permet à chaque policier de ne pas se sentir prisonnier de son affectation. En cas de litiges avec un collègue ou un supérieur hiérarchique, mais aussi en cas de difficulté ou de dégoût pour telle mission policière, il est possible de changer de métier ou de collègues immédiats. L’attente reste relativement courte, et ce jeu de permutation constitue un élément nodal de pacification des relations professionnelles. Rares sont les policiers qui n’ont pas bénéficié de ce mouvement d’échange des postes. La mobilité permet aux policiers d’éviter que les conflits ne se cristallisent dans la durée. Les policiers prennent leur mal en patience, dans l’attente d’être affectés à un autre poste ou de voir partir leur collègue ou supérieur hiérarchique.

36Le système de rotation des postes permet enfin de répartir les places en fonction de la forme physique des fonctionnaires de police, tout au long de la carrière, que ce soit en raison du vieillissement ou, pour les femmes, de la grossesse. Dans la police, la santé et les aptitudes sportives constituent des données fondamentales de la mobilité interne : selon les postes, il faut être capable de supporter les horaires décalés, le travail de nuit, les positions statiques ou au contraire le corps à corps avec des forcenés. En cela les policiers ne se distinguent pas des sportifs, des acteurs, des hôtesses de l’air, des infirmières. « Les changements survenant dans l’organisme humain au cours des cycles de la vie constituent [...] une dimension de la carrière » (Hughes 1996 : 177). Les policiers se trouvent ainsi en général sur des postes très actifs sur la voie publique en début de carrière et ils sont plus enclins à accepter des postes dans des bureaux en fin de carrière.

37À ces limites d’ordre physique s’ajoute l’évolution des tâches impliquées par l’accumulation d’expériences et la montée en grade, également fortement corrélées à l’âge. Plus on est ancien dans le métier, plus on progresse dans la carrière et plus on abandonne le terrain pour des activités de commandement ou de gestion (ibid : 180). De la même manière qu’une partie des infirmières devient cadre, un gardien de la paix devient sous-brigadier ou brigadier ; un officier, commandant ; un commissaire, commissaire divisionnaire, avec des postes à responsabilité. Or ce travail de supervision s’accomplit surtout à l’intérieur des commissariats, dans un bureau. Sont alors réservés aux néophytes les métiers les plus généralistes et les plus actifs sur la voie publique.

  • 35 Hommes et femmes policiers n’hésitent pas à changer de direction. C’est le cas de 40 % des commissa (...)

38Tous les sites n’offrent toutefois pas les mêmes possibilités de rotation interne. Toutes les directions de police n’offrent pas les mêmes possibilités de mobilité : plus la direction est importante, plus les postes sont nombreux. C’est donc en Sécurité publique que la mobilité est la plus grande35. Tout dépend ensuite du nombre de services concentrés dans un même département (plus élevé en zone fortement urbanisée) et de la taille du service. Tous les grades ne sont enfin pas soumis à la même obligation de mobilité : les commissaires sont incités à changer de poste tous les deux ou trois ans (en dehors de l’impératif de mobilité pour passer d’un grade à un autre). Ce n’est pas le cas des gardiens de la paix. Or, comme on l’a vu, les femmes préfèrent être mutées dans les grands centres urbains plutôt que dans les petites villes où le nombre de postes est moins élevé.

  • 36 On est très proche ici de 1’« identité de réseau », définie par Claude Dubar en ces termes : « C’es (...)

39Pour résumer, la police constitue une organisation qui cumule assez singulièrement les avantages de la flexibilité et ceux de la sécurité de l’emploi : à la différence de l’Éducation nationale qui oblige les fonctionnaires à passer par un système de mutation centralisé, l’institution policière autorise une permutation des postes à grade égal (si fréquente que des pages entières de revues policières sont consacrées à ce type de demandes). Les employés se trouvent en situation de force par rapport à leurs employeurs en prenant l’initiative de la mobilité36.

40Si la rotation est encouragée à tous les échelons de l’administration et aisée à obtenir, il faut malgré tout respecter un minimum de règles informelles. Ces règles valent-elles pour les deux sexes ? Dans tous les cas, il faut tout d’abord rester vigilant sur l’affichage des télex qui annoncent que tel poste s’ouvre à tel endroit. Leur affichage par l’administration est obligatoire. Il faut ensuite rester en bons termes avec sa hiérarchie. Ce point est indispensable. Le commissaire peut mettre le candidat en relation avec le commissaire qui dirige le service brigué. Certains postes sont particulièrement stratégiques : les policiers qui occupent la fonction très dévaluée de garde statique (« plante verte » dans le jargon policier) disposent d’un atout. Ils sont en contact quotidien avec des gradés susceptibles de les aider.

Si je suis restée au dernier étage à ouvrir la porte aux galons [terme qui désigne la hiérarchie policière], c’est qu’il y avait au dernier étage le service de sport. 11 y avait quinze demandes pour le service des plages, mais comme je leur ouvrais la porte... Je ne faisais pas un travail intéressant, mais je travaillais tout près du bon Dieu. La première année, j’ai été détachée aux plages [poste convoité dans la hiérarchie des métiers policiers] (Mme Brigadoin, brigadier, DFPN, 39 ans).

  • 37 Sabine Fortino a mis en évidence le désavantage des femmes quand l’évolution de carrière passe par (...)
  • 38 C’est le cas de 37 % d’entre elles contre 25 % des hommes.

41Il faut également entretenir ses réseaux de camaraderie, en allant par exemple aux pots de départ des collègues et des supérieurs hiérarchiques, en restant en contact téléphonique, en continuant, une fois parti, à donner des nouvelles. On aurait pu imaginer que l’intense mobilité des policiers conduise à une forme d’anonymat. Tel n’est pas le cas : la venue et la mutation d’un agent continuent de faire événement. Les rituels d’arrivée et de départ demeurent extrêmement répandus. En bref, le maître mot de la rotation interne est L’interconnaissance (camarade de promotion, ancien collègue, relation de confiance avec sa hiérarchie). Là encore, contrairement à ce que d’autres études ont pu montrer37, les femmes ne sont pas exclues de ces réseaux informels. Étant plus souvent célibataires que les hommes, elles sortent au contraire bien plus fréquemment que leurs collègues masculins avec des amis policiers en dehors du service38. Cette pratique ne peut qu’enrichir leur tissu relationnel, indispensable pour être bénéficiaire de la cooptation.

42Pour pouvoir entrer et rester dans le jeu de la mobilité, les femmes sont cependant soumises à quatre restrictions spécifiques. On a vu l’importance du principe de dissémination des femmes (une femme peut remplacer un homme à partir du moment où il n’y a pas d’autres femmes dans l’unité). Une seconde règle découle de ce premier principe, le remplacement se fait plus facilement en lignée féminine : une femme en remplace une autre. « Pour entrer dans les rg, j’ai été cooptée. C’est une copine à moi qui y était déjà. Elle partait, j’ai pris son poste » (Mme Gardag, gardien de la paix, rg, 41 ans). Le plus périlleux est d’arriver à ouvrir la voie. Une troisième règle veut enfin que la proportion de femmes n’augmente pas, sinon la règle de dissémination des femmes devient impossible à appliquer, puisqu’on ne pourrait pas faire autrement que de les envoyer ensemble en mission. Or il est de coutume qu’une femme soit toujours accompagnée d’un homme. L’exemple de la répartition des postes dans la pj Delta est encore une fois tout à fait éloquent : loin de critiquer la règle d’une femme par brigade, Mlle Ilieute s’est très ouvertement élevée contre l’augmentation progressive des effectifs féminins. S’il y avait eu moins de femmes dans ce service, elle aurait eu un poste en grb. Elle suit en cela le chemin de la plupart de ses collègues féminines : une fois en poste, les femmes, quel que soit le grade, comprennent très rapidement qu’elles sont acceptées à condition de demeurer minoritaires. Si leur proportion augmente, elles ne peuvent plus bénéficier du système de cooptation généralisée qui les autorise à candidater sur la quasi-totalité des métiers policiers au titre d’élément féminin unique.

43L’étonnante participation des femmes au système de la cooptation constitue par conséquent un moment d’adaptation provisoire des agents de l’administration policière à une présence féminine minoritaire (moins de 20 %). Pour que l’entrée des femmes ne perturbe pas le mouvement de rotation des postes, il faut en effet que leur nombre ne dépasse pas un certain seuil dans l’ensemble des directions policières. Si trop de femmes sont recrutées, le principe de dissémination ne fonctionne plus. Les policiers des deux sexes, tout à fait conscients de la précarité des équilibres en place, ne cessent de répéter à leur hiérarchie que le point de saturation va être atteint et s’inquiètent de la progressive augmentation des effectifs féminins. Cette mise en garde doit-elle cependant être prise au mot ou faut-il interpréter cette manifestation d’inquiétude comme inhérente à l’augmentation continue des effectifs féminins ? Il y a dix ans, la part maximale de femmes s’élevait à 10 %. Désormais, la plupart des policiers conviennent que 20 % constitue une proportion idéale. Depuis les années 1970, l’organisation policière s’est en effet chaque fois adaptée à l’arrivée progressive du contingent féminin en ouvrant tout d’abord aux femmes les métiers les plus généralistes et en augmentant peu à peu les quotas minimaux d’intégration.

44Une quatrième règle préside à la rotation des postes pour les femmes. Ces dernières doivent s’adapter aux interdits locaux et nationaux. Tout dépend, certes, des coutumes imposées par le chef de service du moment, mais des éléments de convergence se dessinent. Ce sont les services d’élite qui sont le plus fermés à la féminisation. Plus le poste est haut placé dans la hiérarchie des métiers de prestige, moins les femmes ont de chances de l’obtenir, comparativement aux hommes, certes sursélectionnés, mais néanmoins privilégiés. Il importe de comprendre comment les quelques femmes présentes dans les services d’élite ont conquis cette place. Ces brigades fermées aux femmes ne constituent pas la majorité des effectifs (elles représentent environ 20 % de l’effectif total). Elles ont en commun d’être spécialisées dans l’usage d’une force physique spécialisée.

  • 39 La situation évoluant chaque mois, il se peut qu’il y ait actuellement plus de femmes dans ces unit (...)

45On n’entre de fait pas par simple interconnaissance dans une bac (brigade anticriminalité), dans une compagnie de motards, dans la garde d’une ambassade à l’étranger, dans les brec (brigade régionale d’enquête et de coordination), dans les crs (compagnies républicaines de sécurité), au raid, dans les brigades cynophiles, à la brb de la préfecture de Police (brigade de répression du banditisme), à la bri parisienne (brigade de répression et d’intervention, nommée plus couramment 1’« Antigang »). Pour ces brigades, il ne suffit pas d’être coopté, il faut passer au préalable des habilitations spéciales. Les femmes sont soit refusées, soit prises comme élément féminin unique au sein de leur brigade : à la fin de notre enquête, on a pu ainsi recenser deux femmes officiers dans deux crs autoroutières distinctes, une femme lieutenant en crs, affectée en maintien de l’ordre, une femme à la brec de Versailles, une femme à la garde des ambassades et au raid, aucune femme à la bri parisienne39.

46Pour exclure les femmes des brigades d’élite, des modes de sélection drastiques sont pratiqués. Il suffit d’organiser une présélection officielle – une sorte de concours d’entrée, avec des barèmes et un classement. C’est le cas en bac, en brec et au raid. Il est alors possible de faire échouer les femmes aux tests de présélection sportive – ou de ne pas les convoquer pour les tests. Le cas de Mlle Gardance est très significatif : sportive de haut niveau, elle souhaite devenir garde d’ambassade au sctip (service de coopération technique et internationale de police). Voici toutes les étapes qu’elle a dû franchir avant d’être sélectionnée :

Il n’y avait pas de femmes garde d’ambassade avant moi [...] Je vois le télégramme pour garde d’ambassade. Il y avait marqué : « Le fonctionnaire devrait mesurer 1,75 m. » Un collègue m’a dit : « Tu t’en fous, postule. » Je postule, j’envoie mes fiches de notation. Je suis convoquée pour la visite médicale. Le médecin me dit : « 1,75 m ». La taille était à 1,75 m. Mais c’était la taille homme ou la taille femme ? 11 appelle un collègue car j’étais une extraterreste. Il me donne un certificat sous réserve de la taille. Je passe les tests. J’ai fait un sans faute. Pour le Cooper, j’ai fait dans la moyenne des hommes, j’étais la première des femmes. Pareil pour le monter de corde. Il y a eu les convocations pour l’oral. Les tests psys arrivent et je ne me vois pas sur la liste. On m’a fait appeler je ne sais combien de bureaux. Les dossiers étaient au sctip. Le capitaine me dit : « Vos résultats ne sont pas terribles. » « Vous plaisantez ! » J’ai compris que c’était le pot de fer contre le pot de terre. Je ne me démoralise pas. Je monte à Paris au sctip. « Bonjour, je voudrais être garde d’ambassade. » Ils m’ont dit : « Pour l’instant, il n’y a pas de femmes, mais d’ici un an ou deux, ça se fera. » Je repostule, je ne suis pas convoquée pour les tests. Je retéléphone. [...]. Je n’avais pas assez d’ancienneté, il faut être cinq ans titulaire, soit huit ans : un an d’école, un an de stagiaire, mais ça, ils ne l’avaient pas dit la première fois (Mlle Gardance. gardien de la paix, dfpn, la trentaine).

47Mlle Gardance s’est présentée trois fois et elle a fini par obtenir un poste de garde d’ambassade. Elle est la première femme à entrer dans cette unité d’élite.

48Pour limiter l’accès des femmes, un numerus clausus est ensuite mis en place, bien supérieur à celui qui est pratiqué dans le reste des services où une femme pour quatre hommes est considéré comme une norme acceptable. Mme Gardit (gardien de la paix, sp, 30 ans), par exemple, n’a pas réussi à intégrer une compagnie départementale d’intervention (proche des crs dans son fonctionnement, mais dépendant de la Sécurité publique), extrêmement aisée à obtenir quand on est un homme. Elle a pourtant fait ses preuves dans une autre brigade musclée (elle a eu un poste à la brigade du métro, réputée très active) mais la cdi la plus proche de chez elle, qui compte une trentaine d’hommes, comprend déjà deux femmes et le quota maximal est jugé atteint par son dirigeant.

49Il existe encore un autre moyen pour éviter que les femmes ne fassent concurrence aux hommes dans ces unités d’élite. Quand elles réussissent les tests de présélection, elles ne sont pas nommées sur le poste correspondant à leur habilitation. Cette technique est extrêmement fréquente en brigade anticriminalité. De nombreux hommes sont ainsi passés en bac, sans avoir passé l’habilitation. Ce n’est qu’une fois en poste qu’ils font un stage de conduite rapide ou un stage « tonfa » (bâton de défense). Inversement, on a rencontré des femmes qui avaient passé l’habilitation bac, mais sans y être affectées.

50Toutes ces ruses permettent de différer l’entrée des femmes dans ces unités sélectives, sans les fermer totalement, puisque quelques femmes finissent par y accéder. Les règles policières cèdent une à une : à la différence de l’armée et de la gendarmerie qui ont pour caractéristique d’interdire les brigades spécialisées aux femmes par arrêté officiel (preuve de l’importance que la « grande muette » accorde au respect de la division sexuelle du travail, puisqu’elle est formalisée dans des textes), la police joue sur des interdits coutumiers, soumis à de constantes révisions, et ne s’est jamais dotée d’un appareil contraignant d’arrêtés stipulant la liste des interdits. Le procédé est au demeurant anticonstitutionnel et la saisine de la Cour européenne constitue une arme de dernier recours pour les femmes, qui ne sont pas collectivement soutenues dans cette entreprise de féminisation totale par les syndicats, soucieux de ménager leur électorat masculin. En général, la police négocie avec la principale intéressée avant que cette étape soit franchie, soit en consentant à féminiser telle brigade, soit en pratiquant l’intimidation. C’est ainsi qu’une élève gardien de la paix, classée première de sa promotion, a demandé, comme le veut la tradition, qu’un poste soit créé pour elle. Elle a demandé à intégrer une compagnie de CRS. Le poste lui a été refusé. On lui a fait comprendre qu’il valait mieux, pour sa carrière, qu’elle ne médiatise pas l’affaire.

51Comment les pionnières se sont-elles malgré tout frayé un chemin dans ce parcours semé d’embûches ? L’acharnement à présenter des candidatures répétées pour le même poste ne constitue pas une condition suffisante. Les femmes s’appuient sur deux types de cooptation le plus souvent combinés. Dans le premier cas, la cooptation se fait par le haut. Le chef de service, tout-puissant en matière de nomination, appelle à un poste précis la femme policier qu’il a repérée. Précisons ici que c’est le moyen le plus rapide de monter dans la hiérarchie des métiers policiers, quel que soit le sexe. Tout policier sous la houlette d’un supérieur hiérarchique puissant et remarqué par lui (ou par elle) a plus de chances d’obtenir les postes de son choix qu’un policier sans protecteur, surtout s’il s’accorde politiquement avec le ministre de l’Intérieur en exercice. Dans la police nationale, le parrainage est de règle. Au grade de commissaire, le phénomène est assez fréquent. Il est cependant interprété différemment quand c’est une femme qui fait carrière. Les médias et les policiers ne s’intéressent pas uniquement aux compétences initiales de la femme promue, ils s’attardent également sur le fait que l’heureuse élue est une femme, aussitôt qualifiée de « femme alibi ». Cette nomination atypique est considérée avant tout comme un acte politique visant à changer l’image de la police. Martine Monteil, successivement appelée à diriger la Brigade de répression du proxénétisme (1989), le brb (1994) et le 36 quai des Orfèvres (1996), a dû composer avec cette image qui lui a, certes, permis d’accéder à une grande visibilité médiatique et policière, mais qui, du même coup, l’a contrainte à se battre pour prouver qu’elle méritait de diriger ces brigades prestigieuses, au même titre qu’un homme.

  • 40 C’est l’expression consacrée dans la profession.

52En plus de l’accusation de « femme alibi », ces femmes, cooptées par le haut, doivent faire face à celle de « promotion canapé »40. Le cas de la femme officier nommée garde du corps de Jean-Pierre Chevènement est caractéristique. En témoigne son « parrain », celui qui a contribué à sa nomination.

Quand Chevènement est devenu ministre de l’Intérieur, ils ont fait appel à moi et j’ai un discours simple [...]. « Je prends ce groupe à deux conditions : vous ne m’imposez personne. » J’avais un groupe de dix-sept personnes. Je veux une fille et je veux que ce soit l’officier particulier du ministre. On a deux équipes une semaine sur deux et au sein de cette équipe, il y en a un qui s’installe dans la voiture. C’est le plus intime. On m’a dit qu’il ne fallait pas une fille. J’ai dit : « Vous m’emmerdez, je veux un gars et une fille. » Après, on a dit qu’elle avait couché avec moi. Ce n’est pas vrai. Elle avait des qualités qui parlaient pour elle. On m’a dit : « Vous êtes sûr ? » J’ai dit : « Je le veux, sinon je n’y vais pas. » Partout où il [Chevènement] allait, il la présentait. Après, les commissaires ont dit : « On a eu une bonne idée. » Comme d’habitude. Je connaissais cette fille dans le service. On avait été au tir, à la baston. Elle avait une gueule, un caractère. Elle n’avait jamais fait ça. Je voulais des gens neufs. Les chevaux sur le retour, ça fait deux secondes. Elle n’en croyait pas ses oreilles. Tu te rends compte ? Politiquement, ils ne pouvaient rien dire. Chevènement était ravi. Personne n’avait tenté cette situation. Ce qui m’avait inspiré, c’était le sens de l’histoire. Ça fait du bien à tous les mecs qui ont des poils sur les bras. Elle était chef d’équipe. Sept garçons avec du caractère. Ils lui ont mené la vie dure et elle est toujours avec Chevènement. Elle est restée avec lui. Elle a été promue (M. Incomelex, élève commissaire, 42 ans).

53Pour parer à toute contestation interne, la hiérarchie prépare le terrain en nommant des femmes qui ont accumulé les titres de gloire et qui imposent le respect. Elles sont mises en garde et passent un contrat tacite avec leur protecteur. Elles se doivent d’être à la hauteur, d’être fidèles à leur réputation, car de leur réussite dépend l’avenir de la féminisation ultérieure du poste. « Au début, on m’a dit clairement qu’ils prenaient le parti de me faire confiance, sachant qu’ils prenaient un risque. C’était clairement exprimé. Je devais faire tout pour réussir. Je n’avais pas besoin qu’on me mette la pression », explique Mme Comidil (commissaire divisionnaire, pj, 45 ans), à qui on donne pour la première fois la direction d’une antenne de police judiciaire. De leur côté, les femmes promues s’emploient à baliser le terrain en accumulant les certificats de bonne conduite et de compétence, pour faire reconnaître leur savoir-faire et lever les soupçons. Ces promotions, loin d’être improvisées, sont préparées de longue date.

54On partira d’un contre-exemple emblématique : Mme Garlieutu, affectée en unité judiciaire en Sécurité publique, a postulé dans une brigade criminelle prestigieuse, en brb et au raid, mais elle n’a été retenue nulle part. Voici, à ses yeux, les raisons de son éviction.

Mon objectif, c’était d’intégrer une brigade criminelle. J’ai fait un stage de quinze jours, mais on m’a dit : « Vous êtes très bien, compétente, mais vous êtes femme et féminine et il vaut mieux être masculine pour entrer en pj. Si on commence à avoir des cheveux longs... » A la brb, on pouvait postuler en interne, mais quand ils voyaient une femme demander, ils écartaient le dossier. Une fois, trouvant ça injuste, j’ai téléphoné, j’ai été reçue. Ils avaient sorti ma demande de mutation. « Vous auriez dû envoyer vos photos avec vos mensurations, vous auriez fait un stage. » C’est resté sans réponse. Ils m’ont ri au nez. « Vous êtes féminine. Les hommes vont être perturbés. Vous n’êtes pas ménopausée donc vous aurez des enfants » (Mme Garlieutu, lieutenant, sp, 34 ans).

55Mme Garlieutu n’a cependant pas seulement été refusée parce qu’elle était une femme trop féminine (potentiellement perturbatrice) et trop jeune (potentiellement mère) – arguments classiques des hommes pour faire obstacle à l’entrée des femmes dans la police, mais aussi parce qu’elle n’a pas respecté les modes de sélection traditionnels de ces services d’élite. Elle a fait toute sa carrière en Sécurité publique et n’a jamais mis le pied en police judiciaire, fût-ce à un poste mineur, contrairement à sa concurrente, également officier, qui sera admise au raid.

J’avais postulé pour le raid [...] Une femme a été prise, elle est capitaine de police, c’est la seule femme dans cette brigade d’élite. Elle était déjà avant dans une brigade criminelle... Elle a un diplôme en criminologie, ils avaient fait un appel d’offres. Ils ne voulaient pas une femme de plus. C’est un service typiquement masculin, ils ont une autre vision. Cette femme capitaine a été recrutée en fonction de ses compétences, mais son mari y est. Ça a pu faciliter les choses (Mme Garlieutu, lieutenant, sp, 34 ans).

56Comme le suggère Mme Garlieutu, sa concurrente n’a pas seulement été choisie parce qu’elle est la femme d’un membre du groupe, en vertu de la fameuse « promotion canapé ». Contrairement à ce qu’affirme Mlle Garlieutu, la stratégie matrimoniale fonctionne assez rarement dans ces brigades prestigieuses : les chefs de service n’apprécient pas d’avoir des conjoints dans la même unité à cause des séparations possibles ou des congés pris en commun. L’unique femme sélectionnée au raid présente surtout des garanties de compétence : elle est surdiplômée dans les spécialités policières auxquelles elle a postulé (elle a un diplôme de criminologie) et elle a déjà travaillé en police judiciaire dans une brigade prestigieuse, une brigade criminelle, dans une police judiciaire réputée. En bref, elle a déjà subi toute une série de sélections et c’est de proche en proche qu’elle a fini par accéder au service d’élite du raid.

57La police parisienne, qui entend maintenir une forme d’autonomie par rapport au reste de la police nationale, propose un cursus honorum encore plus balisé, réservé aux policiers qui ont fait toute leur carrière à la préfecture de Police, excluant les policiers parachutés d’autres départements. Martine Monteil a fait de ce point de vue une carrière exemplaire : ayant choisi Paris avec son conjoint rencontré en école de police, elle n’a jamais quitté la capitale. Cette commissaire à la carrière médiatique brillante est tout d’abord passée par des postes de police judiciaire sans prestige (commissaire dans une brigade territoriale, puis dans deux commissariats) pour accéder progressivement à des responsabilités de plus en plus importantes (la direction d’une section aux Stupéfiants, la direction de la Mondaine) avant d’accéder à l’un des postes les plus prestigieux (le 36 quai des Orfèvres). Il faut par conséquent avoir excellé dans les premiers postes pour accéder aux postes intermédiaires qui conduisent échelon par échelon aux postes les plus cotés dans la profession.

58L’exemple de Mlle Gardance met en lumière un autre mode d’accès aux postes sélectifs : elle n’a pas été admise dans le cercle fermé des gardes d’ambassade pour ses seules qualité d’acharnement et de réussite sportive aux présélections. Avant d’entrer dans la police, elle était championne de tennis de table. Dans un autre registre, Mme Comipon (commissaire divisionnaire, RG, 59 ans) a été repérée par la direction des Renseignements généraux et promue à la direction centrale, parce qu’elle était une ancienne élève de l’École normale supérieure. Pour coopter des femmes, leurs compétences extrapolicières, intellectuelles ou sportives, sont nécessaires.

59Pour résumer, l’entrée des femmes dans les services prestigieux résulte de la rencontre, d’une part, de femmes très déterminées (disposant d’une expérience policière reconnue, d’un sens stratégique du placement, parfois de compétences singulières) et, d’autre part, d’un membre influent dans la hiérarchie, prêt à les coopter. C’est la rencontre entre ces deux postures volontaristes qui permet aux femmes de se frayer un chemin jusqu’aux postes les plus convoités de la police nationale.

60Le récit de Mme Commandil rend compte de la stratégie du cumul : elle n’a pas seulement fait preuve de ruse en postulant à un poste dévalué aux archives du service de coopération technique internationale de police (sctip) avant d’accéder progressivement aux postes les plus intéressants, elle n’est pas seulement dotée d’une compétence incontestable lui permettant de surpasser ses concurrents masculins (Mme Commandil est bilingue en arabe). Cette femme officier est soutenue par les commissaires qui la dirigent.

J’ai postulé pour le sctip. Je me suis dit : tu vas respecter les règles du jeu. J’ai postulé sur un poste merdique aux archives du sctip à Paris, en me disant : je ne resterai pas trois ans. Là, j’ai beaucoup appris, j’ai été cooptée et j’ai été chargée d’organiser la formation continue des fonctionnaires du sctip et des fonctionnaires à l’étranger. J’ai dû rester un an et demi. Ensuite, j’ai rejoint le cabinet qui s’est transformé en état-major. On a mis en place une unité de liaison opérationnelle, c’était passionnant. Il y a beaucoup de femmes au sctip. Pendant cette période, on m’a positionnée comme assistante technique du directeur de la police tunisienne. Une fois de plus, il y a eu l’opposition des collègues : une femme dans un pays pareil. Ce qu’ils ne savaient pas, c’est que je parle la langue couramment. J’y suis née, je connais la culture et les mœurs du pays. Il a fallu me battre, c’est éreintant. Je suis partie grâce à ma hiérarchie (Mme Commandil, commandant, 50 ans, dfpn).

61Du point de vue narratif, ce récit est très représentatif de la plupart des entretiens avec des femmes qui ont fait carrière. Ils abondent en détails stratégiques. Inversement, les hommes mettent plutôt l’accent sur la chance, estimant que c’est le destin qui les a propulsés du bas de l’échelle au sommet des missions policières.

Je suis entré par hasard au sctip. Action directe a bousillé un inspecteur général et du jour au lendemain, il fallait protéger cent fonctionnaires. Je suis rentré par la petite porte. Je ne savais pas que ça existait. On a reçu un télégramme. Je me suis dit : toi qui es jeune, sportif, pourquoi pas ? Le lendemain, j’y étais. C’est parti vite. Une horreur ! Du jour au lendemain ! Ils ont vu que j’avais une bonne gueule. On va le prendre. Les grandes destinées se font sur des petites choses (M. Incomelex, élève commissaire, 42 ans).

62Les femmes ont un regard moins enchanté sur leur carrière. Elles savent très bien qu’elles ont dû surmonter toute une série d’obstacles pour s’imposer dans ces postes très spécialisés. Elles savent qu’elles sont passées entre les mailles du filet – ou plus exactement, qu’elles ont traversé une chape de plomb. Il ne s’agit pas en effet d’un « plafond de verre », qui donne l’illusion aux candidats d’une certaine égalité d’accès (Laufer & Fouquet 2001 : 249-267 ; Marry 2004 : 225-230), mais d’un barrage, extrêmement visible. Personne ne s’y méprend. La discrimination est pratiquée au vu et au su de tous.

63Une fois la chape de plomb franchie, ces quelques femmes d’exception sont-elles plus enclines que leurs collègues masculins à coopter d’autres femmes ? On a rencontré deux cas de figure opposés. Certaines d’entre elles s’estiment uniques en leur genre, sans obligation de promotion de leur sexe – au nom de la reconnaissance des seules compétences policières, en l’occurrence des compétences viriles. D’autres, plus clairement féministes, ont essayé de coopter des collègues féminines. Quel que soit leur degré d’implication dans la promotion de leurs collègues féminines, les femmes disposent d’une assez faible marge de manœuvre, y compris dans les services non sélectifs (puisque la règle de dissémination des femmes reste de mise). Pour continuer à faire carrière, les femmes cooptées doivent assurer leur carrière. Une solidarité féminine trop affichée serait extrêmement mal vue et ruinerait leur progression. L’intégration de femmes dans les brigades d’élite ne signifie donc pas qu’une voie a été durablement ouverte. Ces postes ont été féminisés pour des femmes d’exception, triées sur le volet. La brèche peut se refermer si une autre femme n’a pas l’excellence de la précédente et/ou si la nouvelle hiérarchie est hostile au principe de la féminisation de ce poste.

64Reste à comprendre pourquoi les policiers dans leur ensemble verrouillent l’accès de ces bastions masculins. Quels sont les arguments qui justifient à leurs yeux cette différence de traitement ? Ces services d’élite ont, pour la plupart, en commun d’être des brigades « à risque », qui traquent les individus ou des groupes d’individus extrêmement dangereux pour l’ordre public ou le corps politique. Les brigades spécialisées dans l’application de la violence et/ou dans le traitement d’individus violents ont en commun d’user de moyens de contrainte physique sophistiqués. L’argument de l’incompétence féminine n’est cependant pas tenable sur le long terme : la force physique et la résistance psychologique, dans ces services d’élite, font l’objet d’un entraînement approprié et les défaillances individuelles se trouvent largement compensées par un armement et un travail d’équipe adéquats. Les femmes sont dès lors confrontées à un double paradoxe : leur sont précisément fermés les lieux où la force est dénaturalisée et fait l’objet d’une très haute professionnalisation, en vertu du perfectionnement et du conditionnement des corps (tous les hommes ne peuvent en effet prétendre à ces brigades d’élite). Les femmes sont précisément exclues des brigades qui mettent à distance le principe de force individuelle au profit d’un usage collectif de la force. Quant à l’argument de la disponibilité, il est éminemment réversible : les femmes enceintes, au même titre qu’un homme affaibli physiquement, peuvent être remplacées.

  • 41 Les similitudes avec la gendarmerie sont patentes : les brigades spécialisées dans l’usage de la vi (...)

65Des règles proprement policières qui président à la progression de carrière, que ce soit par le grade ou par l’accès aux métiers d’élite, se dessine une même tendance. Il est tout à fait significatif que la proportion de femmes dans les corps de commandement soit supérieure à ceux d’exécution et que les premières femmes à intégrer les crs soient commissaires et officiers, et non les gardiennes de la paix, encore exclues du maintien de l’ordre dans ce type d’unité. Cette distribution permet de mettre au jour le noyau dur de la profession – le point précis sur lequel l’égalité des sexes achoppe : le monopole du commandement est plus facile à lever que celui de l’usage de la force. Les policiers préfèrent que les femmes ordonnent l’usage de la force plutôt qu’elles l’appliquent elles-mêmes, les obligeant à se trouver dans la position assez inédite de commander des hommes dont elles n’ont pas le droit d’exercer l’emploi41. En jouant le jeu des hommes, ces dernières ont cependant gagné du terrain. La fermeture de la base des compagnies de crs spécialisées dans le maintien de l’ordre ne signifie pas que les femmes soient totalement exclues de ce type de mission. Des opérations de maintien de l’ordre sont également menées en Sécurité publique par les compagnies départementales d’intervention et par des unités de la Police aux frontières dans les aéroports. Ces services, assez peu connus du public, n’ont pas imposé leur caractère monosexué et admettent des femmes. On peut dès lors se demander si la fermeture de quelques fiefs, éminemment médiatiques, comme les crs, n’est pas précisément ce qui a permis aux femmes de s’emparer de facto du pouvoir des armes, en toute légitimité, sans levée de boucliers. L’honneur viril des hommes a été partiellement préservé. Dans le même ordre d’idées, on peut même se demander a posteriori si l’application assez stricte du principe de dissémination des femmes dans les services (impliquant qu’elles restent minoritaires) n’a pas eu pour vertu d’empêcher la mise en place d’une division sexuelle du travail. Les femmes, intégrées en masse, auraient pu en effet se trouver cantonnées à des métiers et à des tâches typiquement féminins. Cooptées à dose homéopathique, les femmes gagnent du terrain. L’égalité, en terme d’ascension verticale et de mobilité horizontale, n’est certes pas atteinte, mais une voie assez originale s’est imposée : les 17 200 femmes policiers actuellement en poste ne sont ni des secrétaires, ni des assistantes sociales en uniforme, elles sont dans la police active et elles occupent des postes à responsabilité. Elles essaient de tirer le meilleur parti des possibilités de mutations. Dès lors, dans leurs stratégies de mobilité et d’ascension, la famille est-elle une charge ou un atout ?

Faire carrière : une entreprise familiale

  • 42 Celles et ceux qui choisissent de rester en région parisienne peuvent ne pas déménager, mais au pri (...)

66« Vous avez deux choix : ou vous faites carrière ou vous faites construire. J’ai fait construire », explique M. Caper (capitaine, sp, 38 ans). Cette alternative, loin d’être exclusive et représentative (on peut en effet faire construire et faire carrière), a le mérite d’articuler la stricte dimension professionnelle à un projet de vie plus large. Plus encore que dans d’autres secteurs de la fonction publique qui proposent un éventail plus restreint de métiers et d’emploi du temps, la profession de policier exige une assez grande disponibilité familiale. Faire carrière implique d’accepter les contraintes de la mobilité géographique42 et de s’adapter aux horaires spécifiques, propres à chaque poste. Il faut une organisation familiale capable de s’adapter à ces changements de rythme de vie. La mobilité, qu’elle s’accomplisse sur le mode ascensionnel de la montée en grade ou de l’accès à des brigades cotées, constitue la clef de la carrière réussie. Les femmes qui se lancent dans ce cursus honorum s’appuient sur les mêmes pratiques que leurs collègues masculins en usant de l’inversion des rôles, en se dotant d’un conjoint moins carriériste qu’elles ou plus disponible, en mettant à contribution l’ensemble de leur famille et en assurant une assez faible présence auprès de leurs enfants. Les femmes mettent cependant aussi en œuvre des stratégies familiales spécifiques, comme l’homogamie, le célibat et un faible taux de fécondité. Ces différents cas de figure permettant de saisir une grande variété d’agencement entre les contraintes de carrière et les contraintes familiales.

Des conjoints investis

  • 43 Tous les chiffres cités ci-dessous ne prennent en compte que les femmes qui ont un conjoint.
  • 44 Soit la moitié des femmes commissaires, 57 % des femmes gardiens de la paix et 58 % des femmes offi (...)
  • 45 Si l’homogamie touche particulièrement les femmes policiers, en dehors des questions de stratégie m (...)
  • 46 L’hypogamie est « illustrée par le cas de femmes de sang royal contraintes d’épouser un conjoint de (...)
  • 47 Dans notre échantillon d’entretiens, seulement 10 femmes sur 60 vivant en couple ont un conjoint d’ (...)

67Deux types de conjoints investis doivent être distingués : les policiers et les non-policiers. Les premiers constituent la majorité des cas : plus de la moitié des femmes policiers vivant avec un conjoint43 est en couple avec un fonctionnaire de police44 contre un dixième parmi leurs homologues masculins45. Second élément distinctif, la proportion de femmes ayant un conjoint policier de rang égal ou inférieur est majoritaire à celles qui vivent maritalement avec un policier plus gradé qu’elles – signe que les femmes ne s’inscrivent pas dans le modèle classique d’un travail féminin moins bien rétribué et moins bien classé que celui du conjoint. L’union avec un conjoint au statut professionnel plus élevé (l’hypergamie) est ainsi moins fréquente que la stricte homogamie ou l’union avec un conjoint de rang inférieur (l’hypogamie)46. Si on étend l’hypogamie à la notion de prestige (et non au seul grade policier), la proportion est encore plus forte, notamment chez les femmes commissaires47. Cette surreprésentation des femmes du côté de l’homogamie ou de l’hypogamie ne relève pas du hasard. Les femmes policiers sont à maints égards atypiques. Elles n’ont pas seulement transgressé l’ordre des genres en embrassant un métier d’homme, elles ont également innové en matière d’économie du couple en choisissant un conjoint qui soit n’entravera pas leur ambition professionnelle, soit les invitera à se dépasser en se mettant lui-même en retrait. Ces hommes rompent ainsi avec la hiérarchie traditionnelle des statuts professionnels et financiers au sein du couple, puisqu’ils doivent également renoncer à l’idéal social d’une épouse salariée ou au foyer qui met sa carrière entre parenthèses. Cette posture conjugale traduit une évolution des rapports sociaux de sexe.

68En témoignent les carrières de Mme Comidol (commissaire divisionnaire, pj, 49 ans) et de son mari (commissaire divisionnaire, sp, 51 ans) : du point de vue professionnel, le mari n’a pas mis d’obstacle à l’ambition de sa compagne. Mme Comidol l’a rencontré en école de police. Pour être assurés de faire carrière dans le même département, ils optent pour la région parisienne. Mme Comidol, passionnée par l’enquête, choisit la Police judiciaire, son conjoint, la Sécurité publique. A partir de là, les postes s’enchaînent. « On est proche du sacerdoce (rires), on ne se plaint pas, ce n’est pas la question. Moi, en tout cas, c’est ma conception du métier », explique Mme Comidol. Elle a obtenu dix postes différents, son conjoint, sept. Elle a été promue commissaire principale à la même date que son mari, puis commissaire divisionnaire un an avant lui. Mais il est devenu commissaire divisionnaire à l’échelon fonctionnel un an avant elle. Dans son récit, son mari est cité une seule fois. Quand elle a dirigé une brigade particulièrement musclée, sa vie familiale fut chaotique, mais elle n’a pas pour autant changé de poste. C’était la condition de sa promotion :

J’ai frôlé le divorce, c’est clair. Je suis restée sept ans dans ce service très très actif. En général, on a des rotations de trois ou quatre ans, mais sept ans, c’était le contrat, parce qu’on m’avait dit à l’époque : vous venez, mais vous en prenez pour cinq ans, parce que comme c’est un service spécialisé, on considérait que pour que ce soit rentable, il fallait rester cinq ans [...] J’ai eu des difficultés dans mon couple, mais je n’aurais pas lâché, c’est très clair. Et pourtant, j’aime beaucoup mon mari, mais non, je n’aurais pas supporté qu’on mette mon métier en terme de chantage [elle tape du poing sur la table], il n’en était pas question. Et pourtant, je ne suis pas carriériste, vous voyez, ce n’est pas dans l’esprit de carrière, c’est que j’ai une mission et je l’accomplis comme j’ai envie de la remplir pleinement, dans mon choix. C’est à respecter. Et il l’a très bien compris. 11 y a eu une période difficile, il y a vingt ans. Il faut dire que les stups, c’est les extrêmes. J’ai eu parfois cinq week-ends hors de la maison, cinq week-ends, c’est long. C’était parfois deux nuits de suite. Vous rentrez, vous vous douchez, vous vous arrangez pour dîner [...]. C’est l’évolution de la société qui fait que maintenant il y a des responsabilités à deux, des charges à deux. Madame devient un petit peu plus exigeante aussi. Ce n’est pas si désagréable sous cet aspect-là, c’est pratique aussi, ça, c’est l’évolution de la société, et là, on ne peut pas trop critiquer.

69Le coup poing sur la table de Mme Comidol est éloquent : en matière de carrière, le conjoint n’a pas eu voix au chapitre. Mme Comidol incarne le principe d’une passion professionnelle non négociable. La carrière est centrale. Quant à la vie domestique elle-même, elle est à peine évoquée. « Il faut déléguer », dit-elle, pour profiter pleinement de son métier.

70Dans le corps des officiers, on retrouve le même type de femmes investies. Mme Commandori, épouse d’un commandant en Sécurité publique dans le même département, tient le même discours de disponibilité absolue que Mme Comidol, même si elle estime avoir fait quelques concessions professionnelles. Sa vie de couple passe au second plan. Elle se lance avec passion dans le travail d’enquête en Sécurité publique, puis dans une section opérationnelle des RG qui lui demande beaucoup plus de disponibilité encore qu’en commissariat.

Ça a été difficile au début, parce que mon mari travaillait. Lorsque j’étais en Sécurité publique, j’assurais les mêmes permanences que lui, donc parfois, on restait huit ou dix jours sans se voir, parce qu’on était dans le même commissariat. Lorsque je me suis trouvée aux RG, parfois j’assurais des gardes statiques dans un hôtel, parce qu’il y avait des Basques de l’eta, donc là, il faut prendre des tours de garde. Vous ne pouvez pas dire : je suis mère de famille et je repars. A partir du moment où vous rentrez dans la police, il faut assurer comme les autres [...] Je crois que pour une femme, il faut que la situation professionnelle soit bien établie avant la situation familiale. Après c’est plus difficile d’évoluer, à moins de délaisser sa vie de famille. Je n’ai pas eu une vie de famille très facile, on se croisait et ça a duré longtemps. On n’a pas d’heures. Quand on fait un renseignement, on n’a pas de tranches horaires. Un agriculteur, un correspondant, il faut le joindre à deux heures du matin, dix heures du soir, vous ne pouvez pas prévoir. Il faut être disponible. C’est ça la grande qualité du policier, il faut être disponible. Celui qui regarde sa montre devient un boulet dans une équipe (Mme Commandori, commandant, sp, 46 ans).

71Mme Commandori a certes connu des tensions conjugales, mais elle a réussi néanmoins à imposer ses choix. Elle ne s’érige pas en exemple : elle pense qu’il aurait été plus simple d’avoir mené à bien sa carrière avant de se marier. Il est vrai qu’elle a dû abandonner sa vocation initiale de commissaire, par crainte de laisser son conjoint seul à la maison. Elle n’en a pas pour autant perdu son souci de faire carrière. Son mari qui a fait toute sa carrière en Sécurité publique est passé inspecteur divisionnaire avant elle. Elle quitte les Renseignements généraux où l’avancement est plus lent pour retourner en Sécurité publique et obtenir le grade convoité de commandant. Au vu du seul critère de mobilité, Mme Commandori a de loin surpassé son conjoint. Elle a converti son souhait de promotion verticale en promotion horizontale (en variant le profil des postes qu’elle a occupés). Mme Commandori livre ici la clef de l’organisation du couple carriériste : la police offre toute une série d’emplois variés. Libre à chacun de faire son miel dans cette ruche. C’est en fait son mari qui a mené la carrière la plus routinière. « Mon mari a très peu changé de poste. Il s’est porté volontaire pour la tenue. Mais il a peu changé. C’est une question de choix personnel [...]. C’est vrai que quand je suis partie [des rg], on m’a demandé pourquoi. La routine ne me convenait pas », explique Mme Commandori. Mme Comidol propose le même type de lecture sur la carrière moins trépidante de son conjoint : « Il a fait toute sa carrière en Sécurité publique, il aime le commissariat, le quotidien, le contact avec le public. Je n’aurais pas pu. » En bref, les choix de carrière sont présentés comme assez radicalement indépendants de la vie conjugale et familiale. A la différence de Mme Comidol, elle tient néanmoins à se présenter comme une véritable femme d’intérieur. Mme Commandori revendique son goût pour la cuisine et le rangement. Garçon manqué, elle insiste sur le fait qu’elle se vit comme une femme dans la vie de tous les jours : « On me l’a reproché d’être trop masculine. C’est vrai, alors que dans la vie familiale, je vis comme toutes les femmes, je fais la cuisine, j’aime bien faire la cuisine, je suis assez maniaque, j’aime bien que tout soit rangé, les petits rideaux, j’aime bien les nappes rondes, la dentelle ancienne. Je ne me sens pas masculine dans la vie de tous les jours. » L’insistance de Mme Commandori sur ses qualités de femme traditionnelle semble être un contrepoint aux transgressions accomplies. L’ascension professionnelle réalisée ne s’accompagne pas d’une totale négation des rôles dévolus à son sexe.

72Le couple que forment Mme Garlieutic, gardienne de la paix devenue lieutenant par promotion interne, et son mari, également lieutenant par promotion interne, est fondé sur une économie légèrement différente : l’entraide et le partage des tâches ménagères. Mme Garlieutic est en effet devenue gardienne de la paix sur les conseils de son mari crs. Ne trouvant pas de travail après avoir passé un bts d’art graphique, elle passe le concours en 1982. Elle connaît plusieurs postes en police secours en commissariat, tandis que son mari travaille dans une compagnie de crs autoroutière. Au bout d’une dizaine d’années d’exercice, tous deux, chacun dans leur domaine, commencent à ne plus pouvoir supporter « la misère du monde » : « les femmes battues qui ne déposaient pas plainte, les suicides, je ne parle pas des ivrognes, des bagarres dans les bars, des accidents de la circulation ». Son mari est témoin quotidien d’infractions au code de la route, d’accidents mortels, d’ivresse au volant. « Je voulais quitter la police, explique-t-elle, et reprendre des études, mais finalement, ce n’est pas possible. J’ai passé le concours d’inspecteur et mon mari aussi. Il m’a dit : tu devrais le passer. Ce n’est pas si difficile » (Mme Garlieutic, lieutenant, pj, 45 ans).

73Ils révisent ensemble. Même si son mari a un travail plus reposant que le sien qui lui permet de réviser (il a demandé un travail de bureau en crs, alors qu’elle est restée en police secours), ils réussissent néanmoins tous deux le concours la même année. Son conjoint demande les Renseignements généraux – sa nouvelle vocation policière (il ne veut plus retourner en commissariat). Mieux classée que lui, elle opte pour la police judiciaire et une brb (brigade de répression du banditisme). Au regard de l’échelle hiérarchique entre postes policiers, Mme Garlieutic a ainsi mieux réussi que son conjoint. Mais tel n’est pas l’axe principal de leur stratégie : ils ont voulu mener ensemble une carrière conjointe tout en changeant plusieurs fois de métiers policiers – aspiration qui prime sur toute autre considération. On retrouve dans le discours de Mme Garlieutic le même type d’exigence que dans celui de Mme Commandori et Mme Commandol – cette même volonté de changement et ce même respect des goûts policiers du conjoint. Mme Garlieutic comprend tout à fait que son mari, féru de politique, ait brigué un poste « tranquille » aux Renseignements généraux, et il a tout à fait accepté qu’elle prenne la fonction d’inspecteur à la brigade de répression du banditisme et il ne contestera pas son investissement dans ce métier, haut placé dans l’échelle de prestige des professions.

74Ces études de cas montrent que l’ascension des couples de policiers homogames peut être fondée sur un respect mutuel des vocations de chaque conjoint. A ce titre, les femmes ne sont pas empêchées par leur mari ou compagnon de briguer des services d’élite, si telle est leur passion. Dans ce mouvement de reconnaissance réciproque, les femmes commissaires et celles qui disposent d’un conjoint aidant possèdent cependant un avantage certain sur les autres femmes : elles ont la possibilité matérielle de faire oublier à leur conjoint qu’elles n’ont pas la fibre domestique ou il n’est pas nécessaire qu’elles accomplissent la fameuse double journée.

75Dans certains couples, la passion policière est telle que le grade du conjoint, fût-il inférieur, importe peu, pourvu qu’il soit policier. L’homogamie est alors stricto sensu hypogame. Ce phénomène n’est pas présenté comme une anomalie – du moins du point de vue des femmes interrogées qui précisent que leur conjoint leur a posé comme unique condition de ne pas travailler dans le même commissariat qu’elles. Le conjoint se trouve en général dans une spécialisation différente et n’affiche pas la même ambition : le plaisir au travail importe plus que l’acquisition d’un statut social supérieur.

76Le conjoint de Mlle Comissa (commissaire, sp, 27 ans) est ainsi officier. Cette différence de grade est prévue de longue date : elle voulait absolument devenir commissaire (elle a passé le concours trois fois) pour commander. Il voulait devenir officier pour faire des enquêtes et du terrain. Devenu lieutenant avant elle, il n’a pas hésité à financer les années d’études de sa conjointe. L’inversion du modèle matrimonial traditionnel (l’homme pourvoyeur principal d’argent et détenteur du prestige) n’est cependant pas simple pour les conjoints hypergames. Le futur mari de Mlle Comissa a dû essuyer quelques réflexions.

– Mon ami travaillait en CDI [compagnie départementale d’intervention]. Donc on ne se voyait pas. Mais on va se marier.
– Ça n’a pas été un problème d’avoir sa copine commissaire ?
– Ça lui en pose plus à lui qu’à moi. Ça a suscité des rumeurs de son côté, mais ça ne me dérange absolument pas.

77Le conjoint de Mlle Comissa assume toutefois sa position d’« homme moderne ». Il revendique de faire le ménage et de faire les courses, à la place de sa compagne.

Mon ami travaille deux nuits et deux après-midi. On se voit après 21 heures. J’essaie de rentrer entre midi et deux. Je n’ai pas la soupe à la grimace parce que je rentre tard. Il faut avoir une sacrée gestion des surgelés. Ma moitié ne veut pas qu’on ait quelqu’un chez nous. 11 a dit : « Moi, je les fais, les courses. » Je ne fais jamais les courses. Il a ses après-midi. Sinon, c’est infaisable. Il fait tout. 11 ne veut pas de femme de ménage. On a un week-end de permanence toutes les six semaines, il y a les cérémonies le samedi. Si le reste du week-end vous devez faire le ménage et s’occuper de la maison... Je ne suis pas faite pour ça.

78L’hypogamie est particulièrement répandue chez les jeunes femmes commissaires. Ces dernières, si elles souhaitent rester homogames, disposent de fait d’un effectif d’hommes commissaires assez limité par rapport à leurs collègues officiers qui peuvent puiser dans un vivier dix fois plus large. Les jeunes femmes commissaires, si elles recherchent un homme de la même profession qu’elles, se tournent alors vers le corps des officiers. Il est en revanche plus rare que les femmes commissaires vivent maritalement avec des gardiens de la paix. C’est néanmoins le cas d’une élève commissaire qui a rencontré son conjoint en vacances.

Mon ami est gardien de la paix crs. [...] Tout le monde est au courant que mon copain est gardien de la paix. Tout le monde le sait. Ça ne me gêne pas. Et lui, ça ne lui pose aucun problème d’avoir une femme plus gradée que lui tant qu’il est bien dans ses baskets. Ça pose un problème pour ceux qui ont une vision machiste de la société. Papa n’a pas à être surpuissant. Quand je rentre à la maison, je n’ai pas mes bandes de commandement sur ma petite culotte (Mlle Officomelec, élève commissaire, 26 ans).

79Tous les cas d’hypogamie policière recensés dans notre échantillon concernent par ailleurs des jeunes femmes. Est-ce parce que le féminisme des années 1970 a donné naissance à une nouvelle génération disposée à un certain partage des tâches, tout au moins à une renégociation au cas par cas des équilibres professionnels du couple ? Les pionnières, sommées de tenir leur rang par la hiérarchie policière, étaient à l’inverse fortement dépendantes d’un modèle de couple encore très classique. Il semble que la pression sociale soit actuellement moins forte : Mlle Comissa ne se rend pas avec son conjoint aux mondanités de la ville où elle est chef de service. Elle évite, du reste, en règle générale, d’y participer. Autre point commun entre toutes les femmes hypogames interrogées : elles sont en début de carrière et elles n’ont pas d’enfant. La question de la durée d’une telle union se pose.

80Faute d’avoir pu mener une enquête longitudinale, on se contentera de noter que dans la plupart des couples policiers hypogames observés s’est réinstaurée une forme de hiérarchie professionnelle : le conjoint de Mme Comissa travaille en cdi (compagnies départementales d’intervention, accomplissant un travail de maintien de l’ordre) et celui de Mlle Officomelec est en compagnie de crs. Précisons que le conjoint de Mme Garlieutic qui a conseillé à sa femme surdiplômée de le rejoindre dans la profession était également crs. On est tenté d’interpréter la fréquence de ces spécialisations masculines viriles comme une contrepartie symbolique : ces hommes hypergames limitent les suspicions de soumission de la part de leurs collègues et de leur famille, du type « c’est madame qui porte la culotte », en travaillant, pour leur part, dans des unités spécialisées dans la démonstration de force. Cet équilibre est néanmoins très provisoire et ne peut fonder à lui seul la pérennité du couple. Les chasses-croisés sont tout à fait possibles. Les trajectoires de Mme Garlieutic et de son mari sont à cet égard exemplaires : durant la première partie de leur vie professionnelle, elle était en police secours, il était dans une compagnie de crs. Quand ils deviennent tous deux officiers, M. Garlieutic choisit les rg et Mme Garlieutic finit par obtenir un poste en brb, considéré comme plus viril dans l’échelle des métiers policiers que le poste de son mari.

  • 48 Mme Brigadou (brigadier, 40 ans, dfpn), qui a eu pour concubin un commissaire, a dû longtemps le ca (...)

81Le point important à retenir sur l’hypogamie, c’est l’absence de stigmatisation dont ces dernières sont victimes. Même si les conjoints semblent plus exposés aux sarcasmes, la moquerie reste informelle et moins violente que celle qui touche l’hypergamie des femmes (toujours soupçonnées de « coucher » avec leur supérieur hiérarchique pour avoir une promotion ou d’espionner leurs collègues au profit de la hiérarchie)48. L’autre élément singulier de ces unions policières tient au resserrement clanique qu’elles induisent. Les femmes préfèrent un compagnon, au sens propre, un complice – un policier qui partage avec elles les vicissitudes et les joies du métier, bien plus qu’un homme non policier de même rang professionnel qui serait étranger à leur monde. Ces unions atypiques appellent deux interprétations : l’hypogamie est l’indice d’une certaine difficulté pour les femmes policiers, surtout commissaires, à trouver un conjoint de même rang qu’elles. L’hypogamie rend également compte d’une clôture de la profession sur elle-même. Il importe davantage d’appartenir à la même famille professionnelle que de prendre le risque de se marier avec un non-policier, en l’occurrence un avocat ou un magistrat – professions honnies par les policiers, alors même que les femmes, plus diplômées que les hommes et donc davantage spécialisées en droit que leurs homologues masculins, ont l’occasion, par leurs amitiés estudiantines, de rencontrer ce type de conjoint.

82Dans un tel cadre, plus transgressifs encore sont les couples avec un conjoint non policier et dont la carrière passe après celle de la femme. C’est le cas de Mme Brigadam (brigadier, SP, 32 ans), mariée à un employé de mairie. Quand Mme Brigadam et son futur mari commencent à vivre en concubinage, cette dernière passe trois jours dans une brigade de jour (ses horaires ne lui permettent pas de rentrer chez elle), puis elle obtient un poste plus proche de chez elle dans le même type d’unité. Par curiosité professionnelle, elle postule pour le service du quart dans le même centre. Comme les horaires sont très déstructurants pour sa vie personnelle, elle postule alors dans un service de plainte au même endroit. Elle s’y ennuie. Cette gardienne de la paix, bachelière, passe alors les uv de brigadiers, avec le soutien de son mari.

Je suis une exception au niveau des gardiens de la paix. Il y a beaucoup moins de femmes qui tentent le grade de brigadier. Les uv, ça ne les intéresse pas. Les femmes privilégient leur vie de famille. A l’origine, je préparais le concours d’inspecteur, j’étais admissible, mais avec la nouvelle réforme, mon option histoire-géo n’était plus reconnue. Ça m’a demandé beaucoup de travail, un investissement assez lourd, j’ai préparé mes fiches. A ce moment-là, j’avais demandé à être plus souvent de surveillance de gardés à vue et j’ai un mari exceptionnel qui me permettait de travailler à la maison (Mme Brigadam, brigadier, SP, 32 ans).

83Quand elle obtient son poste de brigadier, elle est obligée d’aller dans un autre département, à une heure de route de son domicile. Loin d’incriminer ce trajet supplémentaire imposé, elle dit aimer cette heure de décompression. Mme Brigadam qui souhaite encore s’élever dans la hiérarchie passe ensuite le « bloc opj » pour faire de l’investigation au côté des officiers. Le conjoint est clairement un adjuvant de l’ascension de son épouse qui, à la manière de Mme Comidol, évoque ses changements de postes sans évoquer la moindre tractation conjugale : sa passion professionnelle n’est pas négociable. C’est le contrat de couple fixé au départ.

  • 49 « Non seulement le mari doit accepter l’activité de son épouse, mais il doit croire en elle », indé (...)

84Tous les exemples de carrières féminines cités ont en commun de bénéficier du soutien du conjoint, soit parce que ce dernier fait lui-même carrière et qu’il n’empêche pas sa femme de s’investir de la même manière dans son métier, soit parce qu’il est suffisamment passionné par sa propre activité professionnelle (en dépit d’un grade inférieur) pour ne pas reprocher à sa conjointe de vouloir gravir les échelons de la hiérarchie policière, soit encore parce qu’il n’entend pas imposer à son épouse son absence de carriérisme. Dans tous les cas de figure, le conjoint reconnaît à sa femme le droit de mener une activité professionnelle intense. C’est ce soutien, plutôt que le degré de participation des hommes au travail domestique, qu’il importe de souligner. La « coopération ménagère »49 du conjoint est de fait très variée (de la femme maîtresse de maison à l’homme gardien du foyer). Elle dépend de l’autonomie du conjoint en la matière, mais aussi du salaire du couple et de l’image que les femmes entendent donner à autrui et à elles-mêmes. Pour ces « battantes », il est bien plus important de trouver un conjoint qui ne leur reproche pas leur surinvestissement professionnel que de trouver un homme réceptif au partage des tâches domestiques. Le conjoint idéal, pour les femmes, n’est pas nécessairement un homme de maison, c’est surtout un homme qui les autorise à s’investir dans leur métier. Reste à savoir si ce double contrat professionnel et conjugal résiste à l’épreuve de la maternité.

Peu d’enfants et beaucoup d’absences

85Quels que soient le grade et le degré d’engagement professionnel, les policiers, en entretien, se plaignent de s’être dévoués à leur travail et de ne pas avoir vu grandir leurs enfants. Sur ce sujet, ils sont intarissables. Tous témoignent d’une absence à Noël, à un anniversaire, à un baptême pour cause d’obligation de service. Pour la plupart des hommes, ces absences sont généralement compensées par la présence de leur conjointe. Les hommes peuvent donc continuer à progresser dans l’échelle des métiers. Cette ascension n’est pas perturbée, du moins du point de vue professionnel, par l’obligation d’assurer une paternité assidue. En témoignent ces quelques exemples de trajectoires : M. Comipal, alors même que sa première fille venait de naître, a accepté de suivre le commissaire qui l’a parrainé à l’autre bout de la France sur un poste de police judiciaire très intéressant. Il a vécu séparé de sa fille pendant ses six premiers mois. M. Garcapello a eu ses deux premiers enfants alors qu’il travaillait jour et nuit aux Stups. M. Gardic (gardien de la paix, sp, 54 ans) a préféré faire des chantiers de peinture en plus de son travail pour que ses enfants aient tout le confort, plutôt que de s’occuper d’eux sur son temps libre. Ce schéma de renforcement de l’activité professionnelle des hommes est assez classique : il s’agit de travailler plus durement encore pour évoluer dans sa carrière et gagner plus d’argent ou pour tout simplement se soustraire à ses nouvelles obligations familiales.

  • 50 C’est le cas de 25 % des femmes officiers et de 31 % des femmes gardiens de la paix contre 56 % et (...)
  • 51 C’est le cas de 18 % d’entre eux contre 8 % parmi les femmes.

86Pour les femmes, la question se pose en général autrement dans la mesure où la maternité constitue en soi un événement perturbateur. Au bout de trois mois, les femmes ont en effet le droit de quitter la tenue et de ne plus travailler sur la voie publique. Elles intègrent alors un poste dit « aménagé ». Ce changement de poste est périlleux car il peut déterminer pour une partie d’entre elles un abandon assez durable des postes opérationnels et une réorientation vers des postes à horaires de bureau. La majorité des femmes avec enfant interrogées reconquièrent néanmoins la place perdue après leur grossesse et continuent à gravir les échelons du cursus honorum. Cette volonté de poursuivre la carrière a cependant un coût : les femmes policiers sont plus rares que les hommes à avoir plus de deux enfants50. Les hommes sont en revanche deux fois plus nombreux à en avoir trois51. Bénéficiant de la présence d’une conjointe au foyer ou exerçant un métier avec des horaires de bureau, les hommes ont plus de chances de trouver une conjointe disponible, à la différence des femmes policiers qui vivent majoritairement avec un conjoint de même profession qu’elles, et dont les chances de vivre avec un conjoint au foyer sont quasi nulles (de l’ordre de 1 % contre 16 % pour leurs collègues masculins). Contrairement aux hommes, qui peuvent développer cet autre aspect de la virilité qu’est le pouvoir de fécondité, en multipliant le nombre de leurs enfants à élever (Gadéa & Marry 2000), les femmes ne tirent pas de bénéfices de leurs maternités multiples, du moins en terme de courage. Elles ont adapté leur taux de fécondité à leurs conditions professionnelles, familiales et matérielles objectives.

  • 52 S’il a en effet été montré dans les études sur l’emploi des femmes que les femmes n’arrêtaient plus (...)

87Quant aux soins prodigués aux enfants, susceptibles de freiner les carrières féminines52, ils s’inscrivent dans la continuité des équilibres familiaux précédemment établis. Le mot d’ordre reste de s’organiser pour rester disponible pour son travail, et non pour ses enfants. Les pionnières sont particulièrement sévères sur cet ordre des priorités. Dans les années 1970, sommées par leurs supérieurs hiérarchiques de réussir cette épreuve décisive pour l’avenir de la féminisation, elles sont particulièrement dures à l’égard de celles qui privilégient leurs enfants à leur travail. Mme Commandori insiste sur le fait qu’elle n’a jamais manqué à ses obligations professionnelles. Sa fille unique est née alors qu’elle était en poste aux Renseignements généraux dans une unité opérationnelle, avec des horaires élastiques. Elle a toujours réussi à s’organiser pour que sa fille, souvent malade, ne fasse pas obstacle à la bonne marche de son service : « Théoriquement, on a droit à dix jours par an quand on a un gosse malade, mais ce n’était pas dans ma conception. Quand il y a des absences répétées, ça handicape le service. La vie de famille n’était pas évidente » (Mme Commandori, commandant, SP, 46 ans). Mme Comidol tient un discours du même type. Elle n’a pas d’état d’âme. Elle revendique la délégation du soin des enfants (elle n’a eu qu’un enfant) et elle condamne les jeunes femmes qui préfèrent renoncer aux plus belles années de leur carrière pour profiter de leurs enfants en bas âge.

A partir du moment, où il y a maternité, c’est fini. Là, c’est pareil, je considère qu’il y a des choix. Tant que vous êtes jeune, vous devez vous sacrifier un petit peu. Bon, oui, ça coûte cher. Mais ça vaut le coup. Vous avez la passion de votre métier et vous n’avez pas vous-même les services que vous voulez, vous travaillez la nuit. [...] Ça a été très dur. Moi, j’ai quelqu’un à domicile. C’était la seule solution d’élever un enfant correctement et d’avoir l’esprit tranquille. C’est sûr, vous ratez beaucoup de choses, parce qu’en général, les années de terrain, vous les faites quand vous êtes jeune, vous montez en grade et vous êtes vissée à des grands standards où on vous appelle chez le directeur, chez le préfet, ceci cela. C’est sûr qu’il faut déléguer. J’estime que justement, ce qui est passionnant, ce sont toutes ces années de belle jeunesse où on fait la vraie chasse (Mme Comidol, commissaire divisionnaire, pj, 49 ans).

88Les femmes tiennent ainsi le même discours que leurs collègues masculins qui veulent faire carrière : le travail constitue une priorité non seulement sur la vie de couple, mais aussi sur le soin quotidien des enfants. Comment les femmes procèdent-elles pour se dégager de cette tâche qui leur est traditionnellement dévolue ? Quel que soit le grade, étant majoritairement issues de la province et affectées en premier poste en région parisienne, les jeunes femmes (comme les jeunes hommes, du reste) sont tout d’abord obligées de compter sur un personnel salarié ou sur leur conjoint plutôt que sur leur famille. Les plus aisées (les commissaires, en l’occurrence) ont du personnel à domicile. C’est le cas de la plupart des commissaires interrogées. Les femmes officiers et gardiens de la paix, moins aisées que leurs supérieures hiérarchiques, ont une situation matérielle plus complexe. Difficile pour elles de concilier maternité et ascension professionnelle. Elles doivent compter sur l’aide active de leur conjoint. C’est à ce niveau de métier qu’on trouve les organisations familiales les plus novatrices, avec une inversion des rôles parentaux.

89C’est le cas de Mme Gardot, mariée à un gardien de la paix. Elle est entrée à dix-huit ans dans la police par vocation. Elle ne veut pas renoncer au travail de voie publique ni aux brigades les plus actives. Elle voit dès lors très peu son fils, élevé par son père.

Quand j’ai eu mon fils, j’ai repris le boulot plus tôt que prévu. Mon ami m’a dit : « Fais attention, tu es mère de famille », mais moi, je voulais retourner sur la vp [voie publique]. Plus il me disait : « Fais gaffe », moins je faisais gaffe. [...] Moi, je suis passée au jour pour mon gamin [elle travaillait la nuit]. Mon copain, il est resté six mois à la bac, je commençais à 6 h 30 et lui, il rentrait à 7 heures, il fallait que je parte à 5 h 30. Du coup, mon gamin, il restait tout seul de 5 h 30 à 7 heures. On n’avait pas le choix. Je rentrais à minuit et mon copain partait à 21 h 20. Je m’étais arrangée avec les voisins qui allaient le voir. Le soir, je me speedais, je ne faisais pas de rabiot, je prenais le train, ça a duré six mois, je n’avais pas de famille sur place. Ma mère travaille, c’est dur pour le petit, j’en ai perdu des kilos, tu ne conduis pas un gamin de quatre mois à la nourrice, j’avais du mal à le mettre chez la nourrice. Mon copain rentrait à 7 h 30, il l’emmenait à la nourrice et allait le chercher à 18 heures. Ensuite, je suis repassée en brigade de nuit. C’était une bêtise d’aller en gsi, je partais trop tôt, je ne voyais pas mon fils. Quand j’allais le déposer à l’école, je le revoyais à 17 heures, puis je partais à 18 heures. Mon copain s’est mis à travailler de jour, on avait dix minutes pour se voir par jour avec mon copain, mon fils pleurait, s’attachait à moi [...]. C’est mon copain qui s’occupait du gamin. Son premier mot, ce n’est pas avec moi. Ses premiers pas, ce n’était pas avec moi. Au gsi [groupe de soutien et d’intervention], il n’y avait que des jeunes et des célibataires (Mme Gardot, gardien de la paix, sp, 28 ans).

90De même, Mme Brigadam a décidé de sacrifier sa vie de famille à sa vie professionnelle. L’organisation matérielle de la garde de sa fille est plus simple. Son mari n’est pas policier, il a des horaires de bureau. C’est lui qui s’occupe de sa fille, lui permettant de choisir les brigades les plus intéressantes (une bac de jour notamment), alors même que les horaires sont selon ses propres termes « déstructurants ».

J’ai eu ma fille sur mon premier poste en banlieue, c’était difficile à vivre. Ma fille est née en 1993 et j’étais nommée à Melun en 1994. Pendant neuf mois, ma fille est restée avec son père, elle le connaissait mieux que moi. Je rentrais tous les trois jours. Je ne pouvais pas revenir. J’étais logée chez une amie, puis on a pris un appart à plusieurs en colocation. On ne se croisait jamais. J’ai eu de la chance de rester en roulement. On faisait chacun notre tour la radio. Donc du quatrième au septième mois, j’étais le fonctionnaire de radio, mais j’ai gardé le roulement [mon poste en police secours], car je ne voulais pas perdre ma place. [...] Mon mari avait des horaires normaux, il récupérait ma fille le soir, s’en occupait bien. Ça a été une période douloureuse. Ma fille ne me regardait pas car c’était son père qu’elle voyait le plus souvent. Ce n’est pas moi qu’elle regardait. Ma mère n’a jamais pu faire ce qu’elle voulait sur le plan professionnel donc, elle ne me critiquait pas. Elle ne s’est pas dit que je n’étais pas heureuse dans ma famille. Moi, je me sentais diminuée, ma fille a dit « papa » en premier, elle n’a pas dit « maman » en premier. J’ai une autre relation avec elle. Mon mari voit mes enfants plus longtemps que moi. Moi, je les vois de 7 heures à 8 h 15 et le soir, je rentre à 19 h 30 et je les vois une demi-heure avant de les coucher. Mon mari s’occupe du bain, des repas, des devoirs. Pour l’instant, je préfère les voir moins longtemps et qu’ils fassent des nuits plus longues [...]. Ensuite, j’ai fait la brigade de jour, je voulais absolument le roulement, mais il n’y avait pas de place [...]. Ensuite, on a créé dans la brigade de jour, un groupe de cinq qui travaillait de 15 heures à 23 heures, c’était comme une bac de jour. C’était sympa, mais destructurant pour la vie de famille, je la conduisais à l’école et je la voyais le lendemain parce que le soir, tout le monde était couché. J’étais la seule à avoir un enfant, les autres étaient en couple ou célibataires. Ça a duré sept ou huit mois. Après je suis allée en service de quart, c’était 8 h-17 h, ce sont les seuls horaires où j’ai profité de ma famille [...]. Ensuite je suis arrivée brigadier au commissariat Oméga, c’est à une heure de chez moi. C’est loin mais c’est intéressant comme premier poste de brigadier [...]. Ils sont conscients que j’ai une profession qui prend beaucoup de temps. Mon mari est vraiment passé aux 35 heures. Je m’investis peut-être un peu trop, à leur détriment (Mme Brigadam, brigadier, sp, 32 ans).

91Mme Brigadam a un conjoint coopératif qui soutient pleinement son projet de réalisation professionnelle – au point d’assumer en partie seul la charge de leurs enfants. Le contrat conjugal initial (visant à ne pas limiter la carrière de l’un et de l’autre) reste agissant à la naissance du premier enfant. De tels conjoints, très respectueux de la vocation de leur conjointe, sont dans le même temps des « nouveaux pères ». Ils reprochent donc assez modérément à leur conjointe de négliger leur vie familiale (du moins d’après ce qui est dit dans les entretiens). Très singulièrement, ce sont Mme Brigadam et Mme Gardot qui se font à elles-mêmes le reproche de leur surinvestissement professionnel en découvrant avec douleur que leur enfant est plus proche de leur père que d’elles-mêmes.

92Un autre point important doit être souligné : les mères des jeunes mères carriéristes sont solidaires du choix de leur fille (que ce soit matériellement ou mentalement). Mme Brigadam précise ainsi que sa mère, vivant en province, à défaut de pouvoir l’aider quotidiennement, lui apporte un soutien moral indispensable, en ne la culpabilisant pas. Elle « n’a jamais pu faire ce qu’elle voulait sur le plan professionnel ». « Donc, précise-t-elle, elle ne me critiquait pas. » Quant à Mme Gardot, si elle n’évoque pas le rôle joué par sa mère dans son surinvestissement professionnel (cette dernière habite également la province) au moment du récit, elle n’en suit pas moins le modèle maternel : élevée par sa mère infirmière, divorcée, qui n’avait pas d’autre choix que de la laisser seule des nuits entières, elle reproduit clairement ce même schéma de dévouement professionnel (sa mère, en dépit des insomnies de sa fille, n’a pas changé de poste), en travaillant également de nuit.

93Plus rares sont celles qui peuvent compter sans limite sur le soutien de leur mère ou de leur belle-mère. C’est le cas de Mme Gardag qui a divorcé de son mari alors qu’elle avait deux filles et qui a réussi à s’investir professionnellement malgré tout – jusqu’à briguer un poste aux Renseignements généraux à une époque où l’intégration des gardiens de la paix était encore rare. Sa mère et sa belle-mère l’ont encouragée à vivre sa vocation.

Ma fille est née, puis j’ai fait l’école de police en 1986, j’allais divorcer, mon ex-mari s’en occupait pendant la scolarité, je ne pouvais pas rentrer tous les soirs, j’ai eu ma deuxième fille en 1987, j’ai eu des problèmes avec les nounous, j’avais trouvé une nounou au noir qui faisait les week-ends et qui me gardait mes deux filles. Après j’ai rencontré à Orly mon mari actuel qui est policier à Orly. On travaillait dans la même brigade. Entre-temps, j’avais déjà divorcé. C’est très dur. J’avais mon ex-belle mère (on est très liées d’amitié), et ma mère. Ce qui m’a aidée, c’est ma mère et ma belle-mère. Elles ont été exceptionnelles. Elles ont dit : « Fais ta passion. On s’occupe de ta fille. » Tout au long de ma carrière, je me suis éclatée (gardienne de la paix, rg, 41 ans).

94Pour résumer, la carrière policière de ces mères de famille repose sur des configurations familiales tout à fait analogues à celle des hommes : il faut soit une famille complice (conjoint, mère, etc.), soit une situation financière qui permette de salarier le soin des enfants. La nouvelle génération semblerait cependant moins prête à jouer le jeu du sacrifice familial. Les jeunes femmes n’hésitent pas à dire qu’au premier enfant, elles changeront de poste. Leurs aînées leur ayant ouvert la voie, elles estiment que les relations se sont normalisées. « Les premières femmes commissaires ont tout fait pour coller au modèle masculin, c’est seulement maintenant que ça va changer », explique Mme Comidi (commissaire divisionnaire, dfpn, 46 ans). Les jeunes femmes ont de fait trouvé une nouvelle parade : elles prolongent le temps du célibat et diffèrent la naissance de leur premier enfant.

Ni mariées ni mères : un atout

  • 53 60 % des femmes officiers et 47 % des femmes gardiens de la paix n’ont pas d’enfants contre 23 % de (...)

95Stratégie affirmée dès l’école, les femmes retardent la naissance du premier enfant et plus largement, à âge égal, elles ont moins d’enfants que les hommes53. Les femmes commissaires sont particulièrement concernées. Elles savent que les deux premières années sont décisives pour obtenir un second poste plus élevé. Mlle Comissi s’est vu confier un poste exposé, susceptible de la mettre en contact avec la mafia. Elle sait qu’elle n’a pas droit à l’erreur, son temps est compté, elle entend se dévouer sans relâche avant d’être happée par une maternité future. « La vie familiale, dans cet emploi du temps, elle passe à la trappe. Je ne suis pas mariée, je suis célibataire. Je vis avec quelqu’un depuis un an. Ça m’a permis d’être opérationnelle jour et nuit. Si demain, j’ai des enfants, je ne pourrai pas le faire, j’ai bénéficié de cet égoïsme, je me lance à fond », explique Mlle Comissi (commissaire, sp, 28 ans).

96Dans cette priorité accordée à la carrière, certaines femmes incriminent le sexisme de leurs collègues et de leur hiérarchie. Elles se rendent bien compte que pour obtenir les postes trépidants et intéressants, il leur est difficile d’être enceinte et de prendre le risque de perdre leur légitimité dans l’équipe ou de ne pas obtenir le poste convoité. Mme Lieutom, mariée à un lieutenant, approchant la quarantaine, regrette d’avoir reporté d’année en année son désir de maternité : « Ça n’a jamais été le moment. Je me trouve à trente-huit ans et je n’ai pas d’enfants et il faut que j’oublie la police. Je m’aperçois qu’il faut que je fasse des enfants. Et je comprends pourquoi je n’en ai jamais eu car j’ai pris cette brigade des bars et ce n’est pas possible. Avant, aux Stups, non plus. Je le paye maintenant. Il faut dire qu’ils sont tellement misogynes avec la maternité » (lieutenant, sp, 38 ans).

  • 54 Alors que la proportion d’hommes officiers et gardiens de la paix vivant seuls varie assez peu avec (...)

97Il existe un dernier moyen d’éviter les désordres professionnels impliqués par la maternité et l’éducation des enfants : il suffit de prolonger le temps du célibat. Les femmes vivent de fait davantage seules (38 %) que les hommes (28 %), quel que soit le grade. Plus les femmes avancent en âge, plus le décalage entre hommes et femmes s’accentue54.

98Pour interpréter ce taux de célibat plus élevé, deux interprétations sont avancées par les principales intéressées : pour une petite partie d’entre elles, cette situation matrimoniale serait une conséquence de leur position de femmes atypique. C’est le point de vue de Mme Garlieutu, célibataire, sans enfant, qui défend l’idée que les femmes policiers inspirent la crainte. Selon elles, les femmes se trouveraient alors prises en étau entre la menace du célibat et celle du divorce. Dans un tel contexte, l’homogamie constitue une véritable stratégie d’intégration matrimoniale.

Beaucoup de femme policiers vivent avec des hommes policiers. Toutes les femmes que j’ai rencontrées étaient avec des hommes policiers, alors que l’inverse n’est pas vrai, ils vont voir ailleurs. C’est surtout un rejet des messieurs : une femme policier, ça fait peur. Les hommes peuvent bien draguer les femmes policiers, mais ça ne va plus loin. Ca fait toujours peur. C’est quand même... Ça repousse beaucoup. C’est difficile de trouver un homme. Il faut marier des horaires de travail, ce n’est pas évident. En pj, c’est infernal. Il y a un taux très important de divorce. C’est déjà ressorti dans une enquête sur le suicide. Moi, j’en ai côtoyé beaucoup des femmes divorcées. C’est peut-être plus en pj, hommes comme femmes car c’est tellement plus élastique, les horaires. [...] A Cannes-Écluse, on a failli monter un bureau d’avocat pour régler les divorces (Mme Garlieutu. lieutenant, sp, 34 ans).

99Ces témoignage sur le célibat forcé des femmes policiers sont néanmoins assez rares. Les femmes ne sont pas plus divorcées que les hommes (entre 6 et 8 %) et elles ne sont pas particulièrement plus touchées par la multiplication des séparations et des conjoints (qui concerne, pour les deux sexes, un policier sur cinq). Dans leur majorité, les femmes divorcées ou célibataires tiennent un discours très détaché sur leur célibat ou leur divorce en expliquant (à notre demande) que la cause est à chercher ailleurs que dans leur engagement professionnel. A l’inverse, les hommes insistent abondamment sur les raisons purement professionnelles des ruptures conjugales. Les horaires, le « sale boulot », les fêtes entre collègues pouvant conduire à des débordements extraconjugaux, l’incommunicabilité du contenu de son travail aux profanes ne sont pas, d’après eux, propices à la vie de famille. « Si je suis encore marié, c’est grâce à elle, pas grâce à moi. Les deux collègues ont divorcé. Il y a beaucoup de divorces chez nous, dus au travail, c’est clair. Je lui ai fait endurer des choses, à ma femme. C’est presque une sainte » (M. Garembrigel, brigadier, sp, 51 ans).

  • 55 La tragédie prend le mariage comme « une faillite originelle [...] en germe dans la rencontre [...] (...)
  • 56 « Je veux avoir des enfants si la vie me donne l’occasion d’en avoir. J’ai beaucoup privilégié ma v (...)
  • 57 « Je n’ai toujours pas d’enfant et je suis toujours célibataire. C’est un choix qui s’est imposé à (...)

100Cette différence dans les arguments des hommes et des femmes illustre ce qu’Irène Théry avait mis au jour dans Le démariage : les hommes divorcés, dans leur récit, tendent à raconter leur rupture sous la forme d’un drame (la faute est à chercher ailleurs que dans le couple55) et les femmes, sous la forme d’une tragédie (le couple était en soi défaillant). En n’imputant pas à leur parcours professionnel la cause du divorce, les femmes échappent au discours de victimisation du type « je dois payer les conséquences intimes de ce choix professionnel atypique ». Sur le plan sentimental, la majorité des femmes revendique davantage une position de maîtrise (en objectivant l’avantage de l’homogamie, du célibat, du fait de ne pas avoir d’enfant56) ou une position d’indépendance (il n’y a pas de lien entre dérive conjugale et situation professionnelle)57. Mme Gardance qui vient d’être recrutée comme garde d’ambassade, poste jusque-là interdit aux femmes, n’hésite pas à affirmer qu’elle préfère avoir des enfants tardivement ou ne pas en avoir plutôt que de renoncer à ce projet.

On a des projets intéressants au bout d’une certaine ancienneté, j’ai trente ans et pour beaucoup de poste, il faut avoir moins de trente-cinq ans comme le sphp [service de protection des hautes personnalités] ou même les crs où il n’y a pas de femmes. Le moment qu’on postule, ça met deux ans, on a trente-deux ans, il y a un choix à faire. Moi, je ne me pose pas de questions. Ma sœur a ses deux gamins... Des fois, je me dis que je passe à côté de quelque chose. Et puis, elle a divorcé. Donc, finalement, il faut être bien dans ses chaussures. J’ai une amie qui a eu ses gamins à trente-huit ans. Est-ce qu’avoir un gamin, c’est un but ? Le problème, c’est qu’on a un compte à rebours pour en avoir. C’est un problème, ce chronomètre. Il faut faire un gamin à vingt ans, comme ça, c’est réglé. Je ne sais pas. Est-ce que c’est une finalité ? Mes petits neveux, je ne les supporterais pas toute la journée. Je me sens hors norme, en décalage. C’est plus les autres qui me le font remarquer, parce que personnellement, ça va. Et puis, on me le dit de moins en moins par rapport à l’évolution de la société. Il y a beaucoup de célibataires, de familles monoparentales, ce n’est pas comme il y a vingt ans. Soit les femmes se marient et ont des gamins et elles privilégient le côté maman, soit c’est l’inverse. Les autres femmes policiers d’autres pays que j’ai vues à l’étranger, elles étaient comme moi : il y avait des vieilles de cinquante ans et des plus jeunes comme moi, pas mariées, pas d’enfants et aucune ne m’a posé la question : « Est-ce que vous vous posez des questions ? » m’a-t-on dit. J’ai dit : « Je suis bien dans mes pompes » (Mme Gardance, gardien de la paix, dfpn, la trentaine).

101Quelles que soient les raisons complexes qui incitent certaines femmes (mais aussi des hommes) à ne pas suivre un schéma matrimonial et reproductif classique, il est certain que du point de vue de la carrière, l’absence d’engagement familial (même si la suspicion de voir la femme changer d’état reste grande) constitue un atout pour intégrer les brigades les plus convoitées de la police. Les femmes apparaissent d’emblée plus disponibles. « Une jeune femme est arrivée, une sortie d’école, elle s’est bien intégrée, elle participait au travail de filature, c’était la seule. On avait demandé des effectifs et on nous avait donné une femme. Elle avait un bon état d’esprit, elle était célibataire et motivée » (M. Comipal, commissaire principal, 40 ans, en poste à l’ocrb, Office central de répression du banditisme).

  • 58 Cette citation est extraite d’une interview par Jean-Luc Delarue dans l’émission « Ça se discute », (...)

102Les célibataires interrogées ont par ailleurs presque toutes fait une belle carrière (en terme de grade, de promotion interne) et sont passées par des brigades prestigieuses. S’illustre ici le principe énoncé par François de Singly sur la « fortune et l’infortune de la femme mariée » (de Singly 1994) : alors que pour les hommes, le mariage est un atout, pour les femmes, le célibat constitue une ressource. Ce célibat n’a rien de monacal et d’impératif, comme dans le cas des premières maîtresses d’école. Certaines femmes policiers multiplient les relations amoureuses. Ces femmes se présentent comme épanouies, volontairement solitaires. Elles se sont trouvé un métier qui leur permet de transformer en atout leur choix de vie atypique, du point de vue matrimonial aussi bien que professionnel. « Je suis célibataire endurcie. C’est mon tempérament. C’est un choix, je ne suis pas malheureuse du tout. J’ai beaucoup de relations amoureuses. Tout va bien. Merci. J’ai une vie d’homme dans un corps de femme » (Sylvie, officier, pj, une quarantaine d’années58).

103L’institution a ainsi conservé comme référent le modèle masculin, corvéable à merci, sans charge domestique et familiale, sans contraintes horaires. L’entrée des femmes dans la police n’a pas modifié cet idéaltype viril. Elle l’a en revanche complexifié : certaines femmes ont prouvé qu’elles pouvaient désormais incarner ce modèle de dévouement professionnel. Comme les hommes, elles disposent de configurations familiales qui leur permettent de placer leur vie professionnelle au centre de leur vie. Quand elles vivent en couple, leur assurance de pouvoir compter sur l’aide matérielle presque totale de leur conjoint est, certes, bien moins élevée que celle de leurs homologues masculins, mais elles bénéficient d’un autre élément, à leurs yeux, déterminant : leur conjoint (mais aussi, pour certaines, leur mère) leur apporte un soutien moral leur permettant d’être dévouées à leur carrière et non à leur foyer. Un autre mode de vie s’est également imposé : les femmes n’hésitent pas à prôner le célibat et à renoncer provisoirement ou définitivement à l’enfantement pour faire carrière. Il faut cependant préciser que la majorité des policiers, quel que soit leur sexe, opte pour des carrières plus mesurées, autorisant un plus grand équilibre entre vie familiale et vie professionnelle, réservant aux hommes et aux femmes d’exception le soin d’endosser jour et nuit le rôle du policier héroïque.

La conquête de la stabilité

104Pour faire carrière, il faut à la fois être mû par une grande passion pour la diversité des services policiers et bénéficier d’une configuration familiale suffisamment souple pour pouvoir se permettre un surinvestissement professionnel. Tous les policiers n’ont cependant pas la vocation chevillée au corps. Sans pour autant forcément se désintéresser de leur métier, certains l’accomplissent sur le mode de la routine, en se spécialisant dans un type de service et en participant faiblement au mouvement de rotation des postes. Selon les termes mêmes des policiers, ceux qui s’engagent dans ces carrières dites « tranquilles » « se fonctionnarisent », privilégiant la « qualité de vie » sur la carrière. Trois types de trajectoires peuvent être distingués : certains policiers ont totalement renoncé à faire carrière ; d’autres tentent de concilier vie familiale et carrière – une carrière, certes, ralentie, mais néanmoins présente à l’esprit ; d’autres, enfin, mènent une carrière trépidante pendant la première partie de leur vie, et se rangent dans un second temps. Les femmes optent plus fréquemment pour les deux premiers itinéraires.

Priorité à la vie familiale

  • 59 Par vie familiale, on entend aussi bien vie domestique que soin des enfants et vie de couple.

105Le groupe le moins passionné par le métier est composé de policiers qui font clairement passer le métier au second plan au profit de la vie familiale59. La profession devient alors avant tout un emploi. Hors travail, hommes et femmes policiers s’investissent-ils néanmoins dans le même type d’activité ? Afin de comparer les trajectoires masculines et féminines, on analysera des cas typiques dans chaque catégorie de sexe.

  • 60 Telle est la formule policière pour désigner le travail de nuit. On dit « travailler à la nuit ».

106Les hommes relativement peu investis dans leur carrière sont en général des hommes entrés dans la profession par utilitarisme, mariés à une femme au foyer ou bénéficiant d’un très faible revenu. C’est le cas de M. Gardic (gardien de la paix, sp, 54 ans), marié à une ouvrière dans la confection. Il est entré dans la police, alors même qu’il était maçon, pour satisfaire sa femme, amoureuse des uniformes, mais aussi pour avoir un emploi stable. Pour compenser le manque à gagner (il gagnait plus quand il était maçon), il prend un poste « à la nuit »60 pour augmenter ses revenus en travaillant l’après-midi au noir. « J’ai travaillé la nuit, pas par choix, mais par besoin, ça me permettait de faire autre chose l’après-midi. Je travaillais dans l’emballage. Ça me permettait de mettre les enfants à l’école privée. C’était important. C’était par protection. On a préféré comme ça. Ça faisait des journées pas possibles [...]. Ensuite, j’ai fait des travaux de peinture. » M. Gardic tient cependant à ce salaire d’appoint : il entend protéger ses enfants en les mettant à l’école privée, en dépit du coût, pour éviter qu’ils ne pâtissent du fait d’être « enfants de flic ». Rétrospectivement, il s’interroge sur le bien-fondé de cette suractivité. Il a divorcé et il voit très rarement ses enfants. « Je regrette d’avoir trop travaillé quand ils étaient petits. J’ai voulu leur apporter un confort au détriment du reste, un confort matériel. Je ne travaillais pas le mercredi pour les voir, mais c’est tout. » Une fois ses enfants élevés, il n’a pas cherché à devenir brigadier ou à progresser. Il a fait toute sa carrière en police secours.

107M. Garder (gardien de la paix, sp, 27 ans), plus jeune, connaît une autre situation qui n’est pas rare parmi les gardiens de la paix. Il est, selon la formule policière, « séparé géographique » : marié à une femme sans qualification dont il a un enfant, il abandonne ses études et entre dans la police pour faire face à ses nouvelles charges familiales. Il est nommé en région parisienne, mais sa femme et ses enfants habitent en province où le coût de la vie est moins élevé et le voisinage moins dangereux : sa femme l’avait initialement rejoint, mais, identifiée comme « femme de flic », elle s’est fait plusieurs fois agresser. Comme beaucoup d’autres jeunes policiers, M. Garder attend patiemment d’être muté en province. Il revient chez lui à la faveur de ses jours de congés et de récupération. Le temps libre dégagé par un investissement minimal dans le métier est pris par ses trajets et le plaisir de retrouver sa famille. M. Garder se vit surtout comme pourvoyeur principal d’argent. Le métier n’est pas une vocation, mais un emploi rémunérateur et stable. Père de deux enfants avec une femme en dépression nerveuse, il espère une mutation à caractère social. En attendant, il reste en police secours pour les horaires.

108Ces deux exemples de carrière (l’une achevée, l’autre en cours) mettent en scène des histoires de vie douloureuses : ces hommes n’ambitionnent pas d’autres postes que la police secours pour avoir du temps et n’aspirent pas à devenir brigadiers, alors qu’ils étaient contraints par la nécessité de subvenir aux besoins de leur foyer. Leur sous-investissement professionnel ne leur a cependant pas permis de vivre avec leur famille. Ils ont par conséquent perdu sur les deux tableaux. Dans une société moderne qui privilégie le modèle de l’épanouissement au travail, mais aussi dans le couple et dans la relation avec les enfants, ces hommes incarnent un modèle transitoire. Ils se trouvent pris en étau entre la figure traditionnelle de l’homme chef de famille et la conscience malheureuse d’une impossible conciliation.

109Dès lors, les témoignages heureux dont on dispose émanent de policiers qui se sont consacrés à leurs enfants. Ils n’ont pas fait carrière, mais ils ont la satisfaction de les avoir vus grandir. C’est le cas de M. Embrigar (brigadier, ex-enquêteur, sp, 37 ans) : ancien militaire, il décide de devenir enquêteur de police pour avoir un métier stable et épargner à sa conjointe de trop nombreux déménagements. Il choisit ses postes en fonction du temps disponible pour se consacrer à la vie familiale. Travaillant la nuit, c’est lui qui élève ses enfants. Ce cas est loin d’être isolé : 15 % des hommes gardiens de la paix avec enfants, soit autant que les femmes, ont travaillé de nuit pour assurer la garde des enfants le jour. « Je faisais quatre nuits de travail et j’avais huit jours de repos. Le môme, il allait en nourrice le matin et je le récupérais l’après-midi et je l’avais huit jours en permanence. Ça pendant cinq ans. [...] C’est moi qui ai élevé mes gosses, c’est moi, le père poule. » Une fois ses enfants scolarisés, il décide de retourner faire du « petit judiciaire » dans le commissariat de sa première affectation ; il n’est pas reparti en école de police pour devenir lieutenant après la suppression du corps des enquêteurs.

110Les femmes qui décident de ne pas faire carrière sont dans une posture différente. Tout d’abord, dans l’échantillon, aucune d’entre elles n’assure l’entretien d’un conjoint sans profession ou au chômage. Quand elles sont les pourvoyeuses principales de leur foyer, c’est qu’elles sont divorcées et qu’elles ont la garde des enfants. Mme Gardamor (gardien de la paix, sp, 45 ans), divorcée de deux conjoints différents et mère de trois enfants, est entrée dans la police sans vocation, à la suite de sa première maternité qui l’a obligée à interrompre ses études. Elle a ainsi fait une partie de sa carrière en police secours. Les horaires lui permettaient en effet de s’organiser avec son premier et son second conjoints gardiens de la paix. Quand elle a un troisième enfant et qu’elle divorce de son second mari, elle opte pour une unité de police préventive où elle peut bénéficier d’horaires de bureau. Elle envisage de finir sa carrière à ce poste qui lui permet d’élever ses trois enfants et de suivre une formation paramédicale dans laquelle elle veut se spécialiser à la retraite.

111Le cas de figure le plus répandu dans la catégorie des femmes non carriéristes reste celui de la femme qui peut, certes, bénéficier de l’aide financière et matérielle de son conjoint, mais qui sacrifie sa carrière au profit de celle de ce dernier et de l’éducation de ses enfants. C’est le cas de Mme Adengardif (gardien de la paix, pj, 42 ans), pour qui il s’agit clairement d’un sacrifice. Fille de policier, elle devient enquêteur et travaille durement dans un service d’enquête. Elle n’a pas d’horaires. Son mari le lui reproche. Elle intègre le secrétariat d’une brigade des mineurs où elle bénéficie d’horaires de bureau qui lui permettent de s’occuper de ses filles. Du fait qu’elle n’accomplissait pas un travail de terrain, son avancement d’enquêteur fut très lent. Elle n’a pas pu prétendre à sa réversion au grade de brigadier, quand le corps des enquêteurs a été dissous. Elle pense finir sa carrière en tant que sous-brigadier au même poste. Elle est amère.

Chez nous [en police judiciaire], il y en a très peu qui ont des enfants en bas âge et qui sont en groupe [dans un groupe opérationnel], elles changent de service bien avant. Elle sont parties dans des services en cabinet de délégation judiciaire, à l’état-major [...]. Mes filles, elles disent : j’ai une maman policier mais elle est dans les bureaux. [...] Chez nous, ce que je reproche, c’est qu’on ne peut pas faire les deux, ce n’est pas gérable, comme souvent, il n’y a pas d’horaires fixes, on a envie d’élever ses enfants. Les femmes dans la police, ce n’est pas évident. Rien n’est fait, il faut se débrouiller. 11 faut amener les gamins de banlieue à la crèche de la pp [préfecture de Police], ce n’est pas possible.

112Dans la police nationale, les postes de secrétariat ne sont en effet pas valorisés. L’intégration des femmes s’est faite selon la logique égalitariste de la polyvalence et sur une forte mise à distance de l’image de secrétaire et d’assistante sociale. Les femmes se sont battues pour accéder à des postes actifs typiquement masculins. Au regard de ses collègues, une femme policier qui exerce un travail de secrétariat n’est plus un véritable policier.

113La situation est plus simple pour les femmes qui sacrifient leur carrière en restant sur un poste dit « actif ». Mme Gardat, qui ne veut ni devenir brigadier, ni briguer d’autres postes, a ainsi décidé de faire toute sa carrière en police secours où elle réalise sa vocation initiale. Elle a toujours considéré que la police était un métier social et c’est en police secours qu’elle est le mieux à même de secourir les citoyens. Épanouie d’un point de vue professionnel, elle l’est également d’un point de vue conjugal et familial : son conjoint a l’impression qu’elle travaille à mi-temps, puisqu’elle a des horaires atypiques et qu’elle réussit à s’organiser pour s’occuper des enfants.

J’ai eu des enfants. J’ai choisi les horaires de brigade pour les enfants et parce que ça me donne du temps pour moi. [...] Mon mari, que je sois femme dans la police, il n’avait pas le choix. Il fait avec, il râle quand il a prévu quelque chose et qu’il doit garder les enfants, mais ça ne lui pose pas trop de problèmes. Il dit qu’il a l’impression que je travaille à mi-temps parce que je fais toujours ce que j’ai à faire. Quand je suis claquée le soir, il me dit : « Mais tu n’as rien fait ! » Quand je lui dis que mes collègues vont au lit l’après-midi et que moi, mon garçon de seize mois ne veut pas dormir l’après-midi. C’est magique, les horaires, pour les mômes, je peux aller à l’école, je peux aider et tout. Je le prends sur mon sommeil. Mais en m’organisant, je suis très disponible. Ils nous mettent la pression à l’école. [...] On a acheté notre maison dans le coin [assez loin de son commissariat]. J’ai habité ici [dans la ville où elle travaille], c’est impossible. Tu entends : cotcotte. Coincoin. Derrière vous, ils vous le font. Ma fille, j’allais la chercher dans la cité chez la nourrice, j’avais des gamins sur ma voiture qui disaient : « On te casse pas ta voiture parce que tu as été polie en gav [garde à vue]. » Deux voitures qu’on nous a volées. Donc stop : campagne. On a acheté une maison (Mme Gardat, gardien de la paix, sp, 34 ans).

114Mme Gardat réussit la prouesse de faire oublier à son conjoint et à ses enfants qu’elle travaille dans la police. Sa fierté est de réaliser des doubles journées sans que ni son travail, ni son foyer n’en pâtissent. Elle habite à la campagne, pour échapper aux agressions de ceux qu’elle a arrêtés et paye sa tranquillité de trajets conséquents, qui s’ajoutent à sa charge de travail professionnel et domestique. Alors même qu’elle exerce le métier policier le plus visible (police secours, en uniforme, en permanence sur la voie publique), elle a mis au point tout un dispositif familial qui lui permet d’être une épouse et une mère traditionnelle.

115Mme Gardit, mariée à un policier ambitieux et jeune mère, présente un autre cas de figure. Elle ne renonce pas seulement à faire carrière pour s’occuper de sa fille, mais aussi pour permettre à son conjoint de devenir officier. Mme Gardit a reporté sur son conjoint toute son ambition d’ascension sociale. Ils ont toujours travaillé à deux, sur les mêmes lieux de travail. Elle est entrée dans le service du métro – une brigade assez musclée où elle a pu réaliser sa vocation de femme forte. La maternité a constitué toutefois un tournant dans sa vie. Étant donné leurs faibles moyens matériels (personne de proche pour garder leurs enfants en bas âge ; des salaires de gardiens de la paix débutants) et estimant qu’il est difficile de mener de front une double carrière et une vie de famille, Mme Gardit donne un coup d’arrêt à sa carrière. Alors qu’elle rêvait d’aventure, elle choisit un poste aux plaintes qui lui permet d’élever ses enfants. Le mari continuera seul sur la route des métiers prestigieux. Il passe le concours d’officier et le réussit.

Quand mon mari était pa [policier auxiliaire], il voulait passer le concours d’officier et avant que sa fille naisse, ça lui est revenu. Pendant quelque temps, ça a été dur. J’ai mis ma vie entre parenthèses, on n’est plus sortis, je me suis beaucoup occupée de mes enfants pour que lui puisse travailler. Pendant un an, on était entre parenthèses, il a réussi, c’est le principal, quoique je le motive aussi pour passer le concours de commissaire. Moi, je considère mon mari comme un excellent fonctionnaire, très motivé. Je le freine. Mon mari a fait des services comme la bac et la cdi, il est toujours en chasse, toujours à apporter le maximum. En interpellation, il fallait que je le freine sinon il repartait en pleine nuit. Quand on était au métro, on bravait le danger tous les deux, mais on ne se rendait pas trop compte. Quand on a des enfants, comme mon mari est toujours aussi motivé, ça me fait plus peur. À l’époque, je ne me rendais pas compte. Il veut choisir une brigade où on est dehors [...]. Pendant Cannes-Écluse [l’école d’officiers], il rentrait le mercredi et un jour sur deux, sauf en période d’examen. Mais on est convenus qu’il fallait qu’il travaille plus, il ne rentre que le mercredi et le week-end. Un moment, les enfants ont ressenti le manque. Il faut un conjoint qui puisse suivre. Souvent les couples ensemble dans la même profession tiennent mieux que les couples issus d’autres horizons professionnels. Je n’aurais pas compris qu’il travaille comme ça. Moi, j’ai très bien compris, ça a été dur, je l’ai motivé, il en a les capacités, j’ai beaucoup plus d’ambition pour lui que pour moi. Je lui ai dit : on le passe ensemble, mais c’était impossible, entre la petite, la nourrice. Après, moi, je passe mon examen de brigadier. Il faut accepter de se mettre en recul, ce qui n’était pas mon tempérament avant, mais je l’ai motivé, mais c’est lui qui a réussi. Quand on se retrouve toute seule dans une maison sans médecin ni pharmacien.... Lui aussi avait peur pour moi. Je lui tire mon chapeau. Quand l’un est en baisse de motivation, l’autre est en hausse. Quand j’ai baissé les bras, il me remontait le moral. On est un couple qui aime faire les mêmes choses, on est très différents des autres couples. La séparation est très dure. Faire le stage dans le même commissariat, ça permettait de beaucoup se voir, on peut concilier le week-end et la vie personnelle et familiale. Lui, il veut une BAC de terrain, mais il ne peut pas échapper à la pol’ prox’ [police de proximité] et au travail administration, mais il veut être sur le terrain. [...] L’administration est très au pied de la lettre pour les mutations. Il faut être très organisé. Si on veut être tranquille, il faut anticiper. Après, je compte redescendre dans le Sud, pour la tranquillité. Maintenant, ma vie professionnelle se fait en fonction de ma vie privée, je ne fais plus passer mon travail avant tout depuis la naissance de mes enfants (Mme Gardit, gardien de la paix, sp, 30 ans).

116À la différence de Mme Adengardif, Mme Gardit ne vit pas son absence d’ambition professionnelle comme un sacrifice. Vivant une relation professionnelle fusionnelle avec son conjoint, elle continue de vivre sa passion policière par procuration. Son mari prévoit de rejoindre sur des brigades très actives. Mme Gardit estime donc avoir réussi « leur » carrière.

117L’homogamie peut donner lieu à un autre type de partage : ce n’est pas seulement la femme qui met sa carrière entre parenthèses, mais les deux membres du couple. M. Gardib (gardien de la paix, sp, 29 ans) et sa conjointe, tous deux issus du nord de la France, sont retournés assez rapidement dans leur région d’origine (c’est le Sud et l’Ouest qui sont très demandés). Ils ont renoncé à toute forme d’ascension, que ce soit par le biais de la rotation des postes ou par la promotion interne. La vie de famille l’emporte sur toute autre considération. Ils se sont arrangés pour travailler dans le même commissariat en police secours et ils ont fait construire une maison. M. Gardib voulait être crs : il a dû renoncer à ce projet avec regret.

Quand je me suis mis avec ma femme, c’était foutu, j’avais demandé à être crs, mais pour la vie de famille, c’est difficile et elle ne voulait pas aller dans le Nord. Quant à la nuit, pas question. La nuit, j’aimais bien, c’est plus intéressant, il y a moins de circulation, on prend le train ; le jour, on fait les manifs, les points d’école. La nuit, il y a moins de contrôle, c’est du vrai travail de police, pas d’administration. Mon rêve de crs, c’est fini. Je regrette un peu. J’étais bien à Paris, mais je ne voulais pas rester à Paris. Ma femme a été mutée ici, moi aussi. On voulait construire, le terrain était abordable.

118Depuis la naissance de leurs trois enfants, leur rapport au métier a radicalement changé. Ils ne travaillent plus dans la même brigade (au cas où il leur arriverait un accident à tous deux en même temps et pour être sûrs d’avoir les mêmes congés), ils mettent le gilet pare-balles. Ils ne veulent pas prendre de risque. Travaillant en horaires décalés, ils peuvent alterner pour la garde de leurs enfants. Sans famille sur place, ils font exceptionnellement appel à une nourrice qui accepte leur emploi du temps atypique.

Ici, on n’a personne. Au début, on a trouvé l’unique nourrice qui garde les enfants la nuit. On finissait à 23 h 30. Pour le deuxième, on déposait les deux enfants à 4 h 30 chez cette fameuse nourrice, elle ne faisait pas payer plus. Elle ne dormait pas beaucoup. Il n’y aurait pas eu elle, il aurait fallu que je trouve une place de bureau. Les couples ne travaillent jamais ensemble. Si on bosse tous les deux le dimanche, ça coince. [...] J’ai trois enfants et je ne veux pas partir, je ne bouge plus. Ici, le roulement [police secours], ça me va.

119La seule forme de « mobilité » que ces deux policiers, entrés par vocation, ont préservée, c’est le travail de voie publique. Ils ont réussi à conserver un poste de police opérationnelle (la police secours) et à échapper au travail de bureau. M. Gardib et son épouse ne veulent pas passer les uv de brigadier (ils seraient soumis à une obligation de mobilité). L’idée est de ne plus « bouger » – la formule revient comme un leitmotiv tout au long de l’entretien.

  • 61 Ce chiffre s’élève à 18 % si l’on ne prend que la population de policiers femmes avec enfants. Le t (...)
  • 62 Enquête emploi insee 2002. Ce type d’aménagement du temps de travail est pourtant assez fréquent da (...)

120Au terme de cette comparaison entre trajectoires féminines et masculines, on pourrait se demander pourquoi l’option du temps partiel est si peu choisie. Puisqu’il est si difficile de concilier horaires atypiques et vie de famille (les récits policiers abondent en précisions sur leur emploi du temps serré et leurs frais de garde), certaines femmes pourraient trouver avantageux de prendre un temps partiel, notamment quand le conjoint est lui-même policier. Or ce mode d’emploi typiquement féminin ne constitue pas une solution répandue dans la police nationale. La proportion de femmes à temps partiel est très réduite. Seulement 11 % des femmes gardiens de la paix et 9 % des femmes officiers61 travaillent à temps partiel au cours de leur carrière, soit trois fois moins que dans la population active française qui compte 29 % de femmes à temps partiel62.

  • 63 11 % des gardiennes de la paix avec enfant contre 3 % des hommes, 13 % des femmes officiers avec en (...)

121Si les femmes policiers, en comparaison avec les autres ministères, utilisent assez peu ce type d’aménagement du travail, c’est parce qu’il est peu prisé par l’institution : la police nationale n’est pas dotée d’un contingent de policiers remplaçants, comme il en existe dans l’Éducation nationale ou dans les hôpitaux. Certaines préfèrent dès lors prendre un congé parental63. Cette formule est retenue par les femmes commissaires qui ne peuvent pas exercer leur métier de chef de service à temps partiel, et qui disposent d’un conjoint suffisamment payé pour leur permettre de compenser le manque à gagner. Dans tous les cas, ce choix du temps partiel ou du congé parental n’autorise pas un avancement rapide. Mme Incomisse (commissaire, dapn, 49 ans) et Mme Comipa (commissaire principale, pj, 40 ans) qui ont pris un congé parental pour élever leur enfant et pour suivre leur conjoint, également commissaire, ont pris du retard dans le franchissement des grades. La proportion de femmes policiers ayant recours au congé parental reste ainsi très inférieure à la moyenne nationale (qui est de 37 % parmi les mères). Le modèle dominant reste celui des carrières masculines continues. Plutôt que de prendre un temps partiel ou un congé parental, il est plus simple, pour les femmes concernées, de changer de poste pour bénéficier d’horaires compatibles avec la vie familiale. La variété des métiers offerts et des horaires proposés permet ce type d’arrangement.

  • 64 L’absence de différence au grade d’officier s’explique par le fait que les officiers ont dans leur (...)

122Il convient dès lors de battre en brèche une idée reçue, répandue parmi les policiers qui prétendent que les femmes monopolisent les emplois de bureau dans la profession : la part de femmes se trouvant sur des postes avec des horaires de bureau est, certes, plus élevée que celle des hommes, mais la différence n’est pas significative au grade d’officier64. C’est au grade de gardien de la paix que le résultat est le plus intéressant : à en croire les hommes, les femmes se trouveraient davantage « planquées » dans les bureaux. Bénéficiant d’un poste aménagé à l’occasion de leur grossesse, elles ne le quitteraient plus par la suite. Or 10 % des hommes gardiens de la paix affirment avant tout accomplir des tâches de gestion et de rédaction de notes et de rapports et 33 % d’entre eux travaillent avec des horaires de bureau. On trouve 11 % de femmes à accomplir ces mêmes missions et 40 % d’entre elles à bénéficier de tels horaires. Or la part globale de gardiennes de la paix avec enfant s’élevant à 53 %, il n’existe clairement pas assez de postes avec horaires de bureau pour toutes les gardiennes de la paix mères de famille – ce qui signifie qu’une grande partie d’entre elles tourne sur d’autres postes, plus actifs.

123Hommes et femmes policiers qui décident de ne pas faire carrière révisent en général à la baisse leurs projets quand leur souhait de retourner en province prend le pas sur l’obligation de mobilité géographique et/ou au moment de la naissance du premier enfant (ces deux critères pouvant être cumulés). Ils choisissent alors principalement leur poste en fonction des horaires et de la disponibilité qu’il offre. Ce groupe est principalement composé de gardiens de la paix. Sa particularité est de n’être pas majoritairement composé de femmes employées à temps partiel, travaillant dans les bureaux.

Les tentatives de conciliation

124Parmi les non-carriéristes, il faut distinguer un second groupe, essentiellement composé d’officiers et de commissaires. Ces policiers font carrière, mais leur avancement est lent parce qu’ils ont tenté de lier vie de famille et ascension professionnelle, tout en ne réalisant complètement aucun de ces deux choix de vie. Selon la formule consacrée du « verre à moitié plein » et du « verre à moitié vide », hommes et femmes ne font pas le même bilan.

125Les hommes qui ralentissent leur investissement professionnel disent le faire provisoirement. M. Brigadom (brigadier, sp, 38 ans) a ainsi réussi à obtenir un poste en bac. Il passe les uv de brigadier, qu’il réussit. Il est donc obligé de changer de poste. Il opte pour une brigade de nuit dans le but de garder sa petite fille l’après-midi et de limiter les frais de garde. Il compte néanmoins retourner en bac dès que possible, pour remplacer un gardien de la paix qui a obtenu sa mutation. Il est convenu avec sa conjointe que la nourrice garderait sa fille plus longtemps.

126Le cas de M. Incomeleg (élève commissaire, anciennement inspecteur) est encore différent, plus complexe : marié à une femme enquêteur, il a tout d’abord épaulé sa conjointe pour qu’elle puisse devenir officier et suivre la formation à Cannes-Écluse. Il a gardé leur enfant en prenant un poste de nuit. Quand sa femme est devenue-officier, c’est elle qui a travaillé à la nuit et il a intégré une brigade sélective (un groupe criminel). S’investissant pleinement dans ce nouveau métier, sa femme a pris un temps partiel à 80 % pour élever leurs enfants. Il en a profité pour passer le concours de commissaire en interne. Son retrait du cursus honorum fut par conséquent provisoire et s’est soldé par une promotion interne.

Ma femme était enquêtrice, elle a réussi le concours d’inspecteur. Elle part à Cannes-Écluse. J’ai travaillé la nuit. C’était bien. Je voulais prendre un congé parental. Ils voulaient me donner un poste avec horaires de bureau. Avec un enfant de deux mois, ce n’était pas possible. J’ai demandé un poste de nuit. Je faisais toutes les saisines. Je travaillais de 19 heures au matin. Quand je ne travaillais pas, je gardais mon gamin. Quand je ne pouvais pas, je le confiais à la nourrice. Il n’y a que le week-end que je pouvais rentrer entre les deux nuits. Le dimanche matin, ça roule très bien. Ma femme a été mutée, j’ai demandé un groupe criminel : homicides, viols, tentatives d’incendie criminel. [...] C’est un système contraignant, une semaine par mois, il faut être joignable sept jours sur sept. Quand on a des enfants, ce n’est pas pratique. Ma femme a pris un 80 % pour assurer la jonction avec les horaires de crèche. Je ne pouvais pas dire : je m’occupe de mon fils. [... ] Au début, ma femme était officier de quart. Elle faisait 5 h-13 h ou 13 h-22 h. Chaque fois que j’étais d’astreinte, il fallait que mon beau-père vienne pendant quatre jours ou on emmenait notre fils chez lui. C’était ingérable. C’était impossible. Quand j’ai révisé le concours de commissaire, elle a pris un corps d’officier urbain – un poste d’encadrement, à 80 %. Personne ne voulait ce poste. Elle a fait ça jusqu’à ce que j’aie mon concours. Elle a pris une disponibilité pour venir me rejoindre pour rapprochement familial. On va nous dire : c’est compliqué. Mais on s’est chacun sacrifié [...]. Sur une affaire je ne regardais jamais l’heure et ça, ma femme le savait (M. Incomeleg, élève commissaire du concours interne, 34 ans).

127Toutes ces trajectoires masculines montrent bien que les hommes, certes, s’organisent pour avoir du temps libre au moment de la naissance de leur enfant, mais qu’ils ne l’emploient pas de la même manière que leur conjointe. Par rapport au groupe précédent, le sacrifice de la carrière et la tentative de conciliation sont provisoires.

128Il en va tout autrement pour les femmes. Les femmes officiers présentent tout d’abord leur tentative de conciliation sur un mode plus douloureux. Le cas de Mme Capuf est exemplaire. Elle a rencontré son conjoint en école de police. Issus tous deux de la même région, ils ont choisi d’être affectés en région parisienne pour être sûrs de faire carrière dans le même département. M. Capuf s’est dirigé vers des postes opérationnels de Sécurité publique. Mme Capuf a choisi une brigade typiquement féminine, la brigade des mineurs. Pendant les cinq premières années, elle s’occupe davantage de ses enfants que son conjoint – ou plus exactement de la charge mentale de leur garde. Même si sa chef de groupe est très conciliante, elle reste soumise à des contraintes horaires qui la font rentrer trop tard, c’est une baby-sitter qui s’occupe d’eux. Mme Capuf, entrée au départ sans vocation dans la police nationale, aurait pu changer de poste et travailler dans un bureau ou prendre une spécialité moins éprouvante, plus routinière. Mais elle s’est prise de passion pour son métier. Elle s’est dévouée à la cause des mineurs victimes. A présent, elle déplore ce surinvestissement qui s’est fait au détriment de ses propres enfants.

Quand on a un mari policier, il comprend mes astreintes, il comprendra mieux quand j’ai bossé toute la nuit, j’ai découché. Il a compris, on fait passer notre affaire avant notre vie de couple. Mon mari me fait parfois le reproche de trop m’investir, et pourtant, il est dans la boîte. C’est vrai, c’est un métier dur et on s’investit beaucoup. Lui, il préfère poser une après-midi et faire un truc. Je dis : je peux pas, j’ai une affaire. Il ne comprend pas. C’est devenu une vocation. Mais je ne sais pas si je le referais, car je suis passée à côté de mes gosses. Je ne les ai pas vus grandir. Si j’avais été infirmière, je ne les aurais pas vus non plus. C’est pareil pour les femmes cadres dans une entreprise. J’ai toujours culpabilisé par rapport à mes enfants. On ne peut pas avoir d’horaires aménagés ou on va au secrétariat. Là, ils ont compris. Nous, on a trouvé un rythme. Depuis tout petits, ils savent que leur mère rentre tard, maintenant, c’est le père qui va les chercher à l’école, c’est le monde à l’envers (Mme Capuf, capitaine, pj, 38 ans).

129Mme Capuf, en restant dix ans en brigade des mineurs, sans changer de poste, a fait le sacrifice de sa carrière (elle ne passera pas commandant). Son mari, en sécurité publique, a eu un avancement plus rapide. Il a néanmoins refusé de passer commandant pour obtenir plus facilement une mutation dans leur province d’origine. Ils ont décidé que ce serait Mme Capuf qui partirait la première. Cette dernière, au moment de l’entretien, vient d’obtenir un poste dans sa ville d’origine, elle part seule avec ses enfants. Son mari la rejoindra un an plus tard quand il obtiendra un poste par le biais du rapprochement d’époux. Mme Capuf est tiraillée : elle retourne dans sa ville natale, ses parents pourront l’aider à s’occuper de ses enfants, mais elle quitte un emploi pour lequel elle avait la vocation, tout en ayant le sentiment de ne pas avoir vu grandir ses enfants.

130La trajectoire de Mme Commandella est également typique de l’écartèlement entre deux impératifs. Son histoire familiale est cependant plus heurtée et sa carrière, plus brillante. À l’inverse de Mme Capuf qui se considère comme une exilée en région parisienne, Mme Commandella est francilienne. Elle a fait toute sa carrière dans la même ville de banlieue. Mariée à un cadre supérieur, elle n’est pas dans la nécessité de travailler, et elle entre dans la profession par intérêt pour la cause des mineurs. Elle est affectée dans une unité de « petit judiciaire » en sécurité publique dans la pj Delta au moment où elle est enceinte de son premier enfant. Elle postule par la suite à la brigade des mineurs du même commissariat pour disposer de ses week-ends. Elle attend un deuxième enfant. Ce service étant plus féminisé que les autres, une plus grande tolérance est accordée envers les absences des mères de famille. Comme Mme Capuf, Mme Commandella témoigne de la bienveillance de ses supérieures hiérarchiques. Il n’en demeure pas moins que ses horaires ne lui permettent pas d’aller chercher ses enfants à la crèche ; son conjoint est préposé à cette tâche. Elle finit par quitter la brigade des mineurs : le traitement des enfants violés et battus est trop éprouvant. Une place se libérant en police judiciaire en sef (section économique et financière), Mme Commandella postule. Alors que cette brigade est réputée « féminine » et « intellectuelle », son nouveau poste ne lui laisse malheureusement pas non plus le temps de s’occuper de ses enfants comme elle le souhaiterait, d’autant qu’elle divorce de son conjoint (pour des raisons étrangères à son métier). Elle peut certes planifier son travail, mais ses collègues sexistes lui mènent la vie dure et ce travail de police judiciaire se révèle très exigeant.

Ici, je n’avais pas non plus le temps de m’occuper de mes enfants, car il fallait que j’en fasse trois fois plus que les hommes pour être considérée. C’était une mentalité particulière. A la sef [section économique et financière], avant, c’était des gens qui n’avaient pas réussi au grb [groupe de répression du banditisme], c’était souvent les punis, les casseroles dont on ne voulait pas, qu’on mettait en sef car ils ne faisaient pas bien leur travail ailleurs. Moi, ce qui m’intéressait dans ce service, c’est qu’on m’avait dit qu’on pouvait planifier son travail. Je pensais que je pourrais voir mes enfants, avoir des horaires plus réguliers. Ce qui n’a pas été le cas. La mentalité était machiste, et je n’osais pas dire : là, je ne serai pas là parce que mes enfants... Je me débrouillais, je n’arrivais pas à prendre mes heures de récupération pour mes enfants [...]. J’avais deux enfants à charge, j’étais divorcée, j’étais chanceuse d’avoir une famille qui me les gardait, j’ai dépensé un tiers de mon salaire en frais de garde, j’avais une faible pension car je gardais la maison (Mme Commandella, commandant, pj. 48 ans).

  • 65 Tel est le terme employé par les policiers pour désigner le contenu de leur métier.

131Mme Commandella reste néanmoins en section économique et financière. L’entrée en police judiciaire est une promotion et parmi toutes les brigades de police judiciaire, la sef reste la plus tranquille. Les délinquants sont des cols blancs, l’usage de la force n’est pas nécessaire, chaque membre de l’équipe gère ses propres dossiers, la « matière65 » est prévisible, le travail d’équipe, plus réduit. Mme Commandella se remarie et elle a un troisième enfant avec un autre conjoint exerçant une profession libérale. Sa carrière avance très lentement. En police judiciaire, l’avancement est en effet moins rapide qu’en Sécurité publique et en sef, il est encore plus lent qu’en brigade criminelle. La spécialisation financière est mal placée dans la hiérarchie des métiers policiers.

Pour être principale, j’ai mis du temps – mais pour commandant, non, car le commissaire me disait qu’il était très fier car j’étais la première femme commandant du service. Il était très fier. Pour être principale, je suis passée derrière les autres beaucoup de fois, c’est difficile de faire la part de ce qui relève de la femme et de la sef. On donne plus une promo au grb et à la brigade criminelle [...]. Moi, j’aurais préféré faire autre chose, j’ai composé avec la sef parce que je pouvais planifier. Au niveau du travail, j’aurais préféré la brigade criminelle, mais ça demande beaucoup de disponibilité et d’irrégularités. Au niveau des enfants, ce n’est pas possible.

132Même si sa carrière fut plus lente, Mme Commandella est néanmoins la première femme promue commandant de son commissariat. Pendant l’été, elle sera le seul commandant durant l’absence du chef de service. C’est elle qui fera fonction de commissaire. Elle ne retire cependant aucune gloire du pouvoir que son grade lui confère. De sa carrière, elle retient surtout la difficile conciliation entre vie familiale et vie professionnelle.

Je vais bientôt avoir cinquante ans [...]. Je suis fatiguée, j’ai beaucoup essuyé de plâtres. J’aime de plus en plus les gens avec qui je travaille, mais je suis fatiguée, j’ai couru entre ma famille, le travail, j’ai dû toujours partager, j’en ai marre, je partirai contente de voir qu’il y a une vie à peu près normale pour les femmes policiers, par rapport à ce qu’il y avait avant. Quand je vois les jeunes, elles sont naturelles, elles ont peut-être des problèmes, mais ce n’est pas les mêmes problèmes. Je ne veux pas les minimiser, mais elles peuvent être plus elles-mêmes [...]. En résumé, j’ai beaucoup ramé mais pas de manière exceptionnelle [...]. A la retraite, je veux donner mon temps à une association pour les enfants ou pour aider les femmes en activité qui ont des problèmes de temps. Je ne veux pas retrouver des contraintes horaires. Je veux prendre mon temps.

133Pour elle, cette situation est due à sa position de pionnière. Les jeunes femmes lui semblent plus épargnées. Par rapport à la génération des baby-boomers, elles ont surtout des enfants plus tardivement.

134Comme il est encore trop tôt pour se prononcer sur les carrières à venir des trentenaires recrutées actuellement, on se contentera de souligner les points communs entre les trajectoires de Mme Commandella et de Mme Capuf : toutes deux ont fait le choix d’intégrer des brigades considérées comme fortement « féminines » (les sections économiques et financières, les brigades des mineurs), censées laisser plus de temps que d’autres brigades spécialisées. Leur bilan est contrasté : la conciliation se révèle en fait très difficile, le travail, obsédant, les enfants, délaissés. Une double frustration s’installe – très comparable à celle des hommes qui ont renoncé à faire carrière sans passer plus de temps avec leurs enfants.

135La conciliation des tâches apparaît plus harmonieuse au grade de commissaire. Étant leur propre patron, les femmes décident en partie de leurs horaires. Disposant d’un salaire plus conséquent, elles peuvent déléguer plus facilement une partie des charges domestiques. Cette fonction offre à tous égards plus de liberté. On s’appuiera sur l’exemple typique de Mme Comipe, commissaire, mariée à un commissaire, à la fois satisfaite de sa carrière et de son organisation familiale. Mme Comipe a tout d’abord fait le même choix raisonnable que Mme Capuf et Mme Commandella en optant pour des brigades réputées féminines, la section économique et financière, les Renseignements généraux et la Formation, services à horaires réguliers. Son mari, lui, a fait des choix typiquement masculins : il est allé en brigade criminelle et aux Stups, qui exigent une grande disponibilité. Comme Mme Capuf et Mme Commandella, Mme Comipe n’a cependant pas le temps de s’occuper de ses enfants. La différence avec ses collègues, c’est qu’elle a les moyens de financer un personnel salarié à temps plein à la maison.

– On a toujours dit qu’on voulait bouger à deux, j’ai quand même beaucoup suivi mon mari, mais là, pour ce poste [en formation], c’est lui qui m’a suivie. [...] Pour la vie de famille, c’est facile quand on s’organise. J’ai toujours eu quelqu’un à la maison à temps plein de 11 h 30 au soir pour que les enfants mangent à la maison, pour qu’ils ne mangent pas à la cantine. J’étais choquée par mon métier par un télex : un bébé gardé chez une nourrice a été violé. Donc je voulais mettre mes enfants en crèche. Eux, ils n’ont pas souffert. Quand je rentrais, ils étaient baignés, en pyjama, ils avaient mangé. Le temps que j’avais avec eux, c’était chouette.
– Et votre mari, il les voyait ?
– Mon mari les voyait peu. En financière, on a ses week-ends, mais mon mari, c’était plus irrégulier. C’est sûr que le week-end, on s’occupe beaucoup d’eux. On trouve évidemment que ça passe trop vite. Mais je n’ai pas l’impression d’être passée à côté de mes enfants. On ne nous contrôle pas, vous savez, j’ai pas mal de disponibilité. J’allais voir mes enfants le midi, je mangeais avec eux. C’est possible. Si je veux manger avec mes enfants, je peux (Mme Comipe, commissaire principale, dfpn, 40 ans).

136Mme Comipe n’a pas pour autant renoncé à faire carrière. En suivant son mari, elle a également joué le jeu de la mobilité en parcourant la France entière. Pour son dernier poste, elle a renversé les rôles, et imposé à son mari de la suivre, mais ce dernier n’en a pas pour autant assumé les contraintes domestiques. Mme Comipe a admis que pour son conjoint, le statut d’époux et de père est un avantage dans sa carrière et que son statut d’épouse et de mère constitue un handicap (Devreux & Ferrand, 1986) dans la reconnaissance de son statut de policier à part entière. En accord avec le maintien de ce partage traditionnel des tâches, elle n’est donc pas perturbée par le regard que ses enfants portent sur leur carrière respective. « Pour mes enfants, je ne suis pas vraiment policier. Mon mari, c’est un vrai policier. Papa, il arrête les méchants, maman elle travaille au bureau et ce n’est pas faux. Cette image, elle est vivace. Je ne rentre jamais aussi tard que lui. Je ne rentre pas aussi tard, je ne rentre pas avec mon arme. »

137Ainsi les femmes qui tentent de concilier famille et carrière, à moins d’être au sommet de la hiérarchie et d’alterner les priorité de carrière avec un mari, décrivent-elles leur trajectoire comme tiraillée, lente et finalement assez décevante, puisque la conciliation a échoué. A l’inverse, les hommes qui tentent de lier travail et famille présentent des discours plus héroïques, dans la mesure où, in fine, leur investissement professionnel l’a emporté. Le sacrifice de leur carrière à la vie familiale fut temporaire. Comparativement aux femmes, les récits sont surtout dégagés de toute culpabilité à l’égard des enfants.

Une stabilisation tardive

138Certains policiers décident de se stabiliser tardivement. Il ne s’agit pas ici du cas banal et presque généralisé du policier qui, à mesure de l’âge, postule progressivement pour des postes de moins en moins actifs. Dans ce cas, l’abandon du terrain est progressif, la carrière demeure cohérente. Les trajectoires dont il est ici question sont au contraire marquées par la rupture. Les policiers distinguent très nettement, dans leur récit, le passage d’une vie professionnelle à une autre. En règle générale, ce changement de carrière s’accompagne d’un changement matrimonial (un divorce, un remariage), et sur ce point, aucune différence entre hommes et femmes n’est à noter. Les policiers des deux sexes profitent de ce que leur profession valorise la mobilité et autorise des réorientations aussi brutales. Comme on l’a vu, les changements de poste sont très aisés, surtout quand ils vont dans un sens contraire au mouvement ascensionnel : après un début de carrière trépidant et de grandes absences familiales, la primauté est donnée à l’équilibre entre travail et foyer. Hommes et femmes n’accordent toutefois pas le même sens à ces trajectoires scindées.

139Ainsi M. Commandor (commandant, dfpn, 48 ans) a-t-il fait toute la première partie de sa carrière dans les Renseignements généraux dans une unité antiterroriste particulièrement active. Il décrit son épouse de l’époque comme une femme dévouée. Ils finissent par divorcer. Il a un nouvel enfant d’une nouvelle femme. Il s’est « rangé ». Il travaille à la Formation. Bien que très fier des premiers temps de sa carrière, il ne peut s’empêcher d’ironiser sur sa nouvelle position de « fonctionnaire » et le fait qu’il n’a plus rien à raconter, depuis qu’il travaille dans un bureau. À l’évidence, ce renoncement ne s’est pas fait sans peine.

140À l’inverse, Mme Capel (capitaine, dfpn, 44 ans), qui présente presque exactement le même type de parcours professionnel, présente ses deux « vies » sur un mode héroïque et satisfait : à la fin des années 1970, elle est tout d’abord nommée dans une section antiterroriste aux Renseignements généraux où elle accomplit un travail opérationnel, sans horaires, totalement soumis au rythme de ses filatures. Entrée dans la police par vocation, pour être semblable aux héros policiers des séries télévisées, elle tient à ce poste opérationnel. Son mari policier dans une unité plus calme s’occupe de leur enfant. « Ça m’a coûté un mariage, dit-elle. Ce sont des postes où on peut difficilement concilier la vie de famille. Ou alors le couple se sépare et chacun fait ce qu’il veut. » Elle part alors en province dans une section plus classique des rg (le service de presse) avec des horaires plus adaptés à son nouveau statut de mère divorcée élevant seule un enfant. Elle se remarie à un cadre dont elle a un second enfant. Elle change alors radicalement de vie. Elle suit son époux en région parisienne, et accepte un poste en Sécurité publique, proche de chez elle, puis elle demande un poste à la Formation. Elle s’emploie à tout concilier, à être une mère modèle, tout en continuant à exercer son travail. Après avoir tenté une inversion des rôles familiaux lors de son premier mariage, Mme Capel se fait une fierté d’être une bonne mère et une bonne épouse. Elle tient absolument à faire oublier sa profession à sa famille.

– J’arrive à allier la mère telle qu’il l’imaginait, l’épouse au foyer. Et en plus je fais ça [la police], c’est merveilleux [...]. C’est dur d’allier tout ça, c’est vachement dur. J’ai des journées d’enfer. Parce que j’y tiens absolument, je ne suis pas policier femme, je suis maman, je suis femme et je suis policier et tout ça, c’est vingt-quatre heures. Et la nuit, je dors comme tout le monde. Je me lève à 6 heures. Je n’arrête pas. Heureusement, ma fille ne vit plus chez nous. Donc, je n’ai plus à m’en occuper. Mais je tiens à regarder les devoirs de mon fils, à parler avec lui. Parce que à onze ans, ils sont toujours amoureux, ils ont toujours des soucis. On prend le thé, quand je rentre, on prend le jus d’orange, je prépare à manger, j’ai une femme de ménage quand même. Et puis après, il faut que je sois disponible quand mon mari arrive. Et lui, il a besoin de parler de ses soucis, je suis là, j’écoute.
– Et vous lui parlez aussi de vos soucis ?
– Oui, mais moins, parce qu’on n’a pas le temps. Et puis j’en ai moins ici. J’en parlais beaucoup quand j’étais en commissariat. Parce qu’il faut qu’on évacue, évacue. Parce que tout ce qu’on se prend sur la gueule, c’est pas croyable. Quand vous restez toute la journée avec une fille qui s’est fait violer, ou avec un type qui a fait un inceste, parce que sinon le soir... Il faut qu’on évacue, c’est nécessaire. C’est surtout lui qui a beaucoup de soucis. Par chance, mon mari rentre tard, il rentre à 21 h 30. Donc j’ai quand même le temps, de 6 heures à 21 h 30, j’ai quand même le temps de m’occuper de mon fils, de lui faire faire les devoirs, de préparer à manger. Donc quand il arrive à 21 h 30, tous les problèmes qu’il y a eu sont réglés, j’ai une vie pas possible. C’est d’enfer.

141Loin d’exprimer une plainte, la reprise de la formule « d’enfer » traduit une grande joie. Mme Capel ne regrette pas l’heureux temps de ses héroïques équipées nocturnes à la poursuite de terroristes. Elle fait de sa nouvelle vie de femme active, mère et épouse dévouée un nouveau défi – tout concilier.

142La différence entre hommes et femmes qui optent pour une stabilisation tardive (à la fois familiale et professionnelle) est d’ordre qualitatif : les hommes témoignent d’une forme de déchéance, alors que les récits féminins se présentent au contraire sous un jour heureux. De tous les récits de conciliation, ce sont de loin les plus enthousiastes, comme si la seconde partie de leur vie, plus conventionnelle, venait en partie annuler les effets destructeurs de la première. Après une carrière « masculine », les femmes partent à la conquête d’une carrière « féminine », illustrant le principe d’une impossible conciliation harmonieuse, sinon sur le mode de l’alternance dans le temps.

143Dans la police, la carrière est tributaire de la connaissance parfaite de la diversité des postes et des hiérarchies institutionnalisées. Grades, corps, directions, choix de poste forment un dispositif vertical et horizontal avec lequel les stratégies professionnelles doivent compter. Que l’on soit homme ou femme, une carrière réussie se fabrique par l’agencement intelligent du concours et des affectations. Si la cooptation par les pairs et les supérieurs hiérarchiques est décisive, le soutien du conjoint ne l’est pas moins. Toutefois, la belle carrière linéaire reste principalement l’apanage des hommes. Les femmes carriéristes, qui possèdent tous les atouts pour gravir les échelons de la hiérarchie, sont en effet en butte à des discriminations coutumières qui ne leur facilitent pas la tâche et les obligent à un surcroît d’excellence. En conséquence, la rareté des femmes dans les corps d’élite les prédispose à reprendre à leur compte les règles masculines du métier et à ne pas faciliter l’ascension des nouvelles entrantes. Les femmes d’élite, médiatisées à l’envi, ne doivent cependant pas masquer le métier le plus partagé des femmes (comme par les hommes) : celui de la police secours en Sécurité publique, et non le travail dans les bureaux, comme on a coutume de le dire.

144Toutefois, quel que soit le grade ou le poste, les femmes policiers ont ceci en commun de devoir mener de front une vie de famille et une vie professionnelle. Or la police offre un exemple singulier de tentatives douloureuses et rarement abouties de conciliation : à l’exception des femmes qui ont les moyens matériels et conjugaux de progresser dans le métier, que ce soit dans la première partie de leur vie ou tout au long de leur carrière, les femmes doivent revoir à la baisse des ambitions professionnelles, accepter le déclassement, externaliser le soin des enfants. Ce tribut qui pèse sur la possibilité de faire famille est trop lourd pour certaines qui optent tantôt pour la carrière, tantôt pour la famille. Plus souvent célibataires et plus souvent sans enfants que leurs homologues masculins, les femmes policiers ont tendance à choisir la carrière, notamment dans un moment de consolidation de la féminisation du métier et d’accès des femmes à des fortes responsabilités d’encadrement. Savoir tenir la famille à distance est un atout pour une carrière réussie.

145Deux éléments atypiques doivent enfin être notés : à la différence de ce qui a été observé chez les femmes médecins, avocates et architectes (Lapeyre 2006), certaines femmes gardiens de la paix et commissaires peuvent bénéficier d’une inversion des rôles domestiques et familiaux, le conjoint (policier ou non policier) s’adaptant alors aux horaires et au métier singulier de sa conjointe. Le cas des femmes commissaires et officiers homogames vivant en couple avec un conjoint d’un grade inférieur participe de la même logique. L’adoption de ces configurations familiales et matrimoniales non conventionnelles doit être interprétée comme le prolongement de la transgression accomplie sur le plan professionnel : l’exercice d’un « métier d’homme », pour certaines d’entre elles, va de pair avec le rejet du modèle typiquement féminin de la « double journée ».

Anmerkungen

1 « Au sens strict [...], la carrière désigne la progression d’une personne à l’intérieur d’une bureaucratie. A chaque étape, cette personne reçoit une quantité d’argent, d’autorité et de prestige dont elle connaît par avance le montant exact. » Mais « la simple description de la progression d’une personne d’un échelon à l’autre n’épuise pas l’histoire d’une vie, même dans la fonction publique [...]. Dans ces carrières bien réglées, il existe de nombreux aléas et de nombreuses irrégularités imprévues. » Il faut également prendre en compte un niveau macro-social : « Pour chacun d’entre nous, tout moment de notre âge coïncide également avec un événement dans le cours de l’histoire, avec une étape dans la carrière des institutions et des systèmes sociaux dans lesquels nous travaillons, dans la technologie et le marché du travail, ainsi qu’avec une étape dans la carrière des groupes sociaux (reposant sur la race, la nation, l’ethnie, la religion, la classe sociale ou le sexe) » (Hughes 1996 : 175-177). Il faut enfin rendre compte des cycles de vie et des contraintes de l’âge en s’intéressant aux rites de passage comme la naissance, le mariage, la maternité, la retraite, etc. (ibid. : 165).

2 Équivalent régional d’une brigade « antigang ».

3 Dans le langage courant, les policiers préfèrent dire qu’ils changent de « grade », plutôt qu’ils changent de « corps ».

4 Cela permet aux candidats issus du concours interne d’officier et de commissaire de ne pas être mis en concurrence avec ceux du concours externe.

5 Ces proportions ont été calculées à partir de la moyenne des taux de réussite entre les présents à la première épreuve et les admis entre 1987 et 2003 (sachant que l’on ne dispose pas de chiffres pour l’année 1989).

6 1,3 fois plus de chances au grade de commissaire, 1.5 au grade d’officier.

7 1,8 fois plus de chances au grade de commissaire et 1,7 au grade d’officier.

8 Chaque année, entre 1987 et 2003, leur nombre oscille entre 100 et 200 pour les hommes, 15 et 40 pour les femmes au grade de commissaire. Au grade d’officier, on compte entre 150 et 600 hommes, 30 et 150 pour les femmes.

9 Il faut prendre en compte dans cette augmentation des effectifs l’intégration des femmes enquêteurs, recrutées depuis 1972. Le décret n° 95-654 du 9 mai 1995 qui fixait les dispositions communes applicables aux fonctionnaires actifs de la police nationale prévoyait la fusion entre le corps des enquêteurs et celui des gradés et gardiens de la paix à compter du 1er septembre 1995. Concrètement, et à cette date, les enquêteurs de 2e classe ont été reclassés gardiens de la paix, les enquêteurs de 1re classe ont été reclassés brigadiers et les chefs enquêteurs ont été reclassés brigadiers majors.

10 Après la titularisation. 11 faut donc ajouter la première année d’affectation pendant laquelle on est stagiaire.

11 Ne disposant pas des statistiques sur l’accès au grade de brigadier (taux de candidatures, taux de réussite, taux de promotion réelle), on ne sait pas s’il y a une faible proportion de candidatures féminines, si les femmes abandonnent plus facilement, une fois inscrites, si elles arrivent à être effectivement promues une fois les uv obtenues. On ne peut pas non plus déterminer quelle part d’anciens enquêteurs est comprise dans l’effectif des brigadiers. Après la réforme de 1995, les enquêteurs qui n’ont pas passé le concours aménagé d’officier ont en effet été reclassés au grade de brigadier.

12 On recense en effet davantage de pères ouvriers parmi les femmes brigadiers (34 %) et les femmes gardiens de la paix (26 %) que parmi les gardiennes de la paix qui deviennent officiers dont les pères sont cadres supérieurs pour 15 % d’entre elles (contre 9 % parmi les gardiennes de la paix et 8 % parmi les femmes brigadiers).

13 Si on regarde la profession de la mère, on trouve les mêmes résultats.

14 Les femmes (5 %) ont des parents policiers en semblable proportion que la moyenne des femmes officiers (7 %).

15 30 % d’entre elles ont obtenu une maîtrise contre 1 % des hommes officiers issus du concours interne et I % des femmes gradées et gardiens de la paix. Davantage bachelières (55 %) que ces trois catégories, elles sont très proches du niveau d’études des officiers du concours externe (qui comptent 59 % de bacheliers).

16 Ces dernières comptent 83 % de bachelières.

17 Respectivement 34 %, 15 % et 45 % pour les femmes, 26 %, 11,2 % et 35,6 % pour les hommes.

18 La Sécurité publique, la police judiciaire, la police aux frontières, la Surveillance du territoire, la Formation, les Renseignements généraux, les crs, la direction Administration de la police nationale, la direction générale de la police nationale, et la préfecture de Police parisienne (comptée comme une direction à part entière).

19 0,3 % des effectifs des crs.

20 Au 31 décembre 2004, le service de santé des armées compte 47 % de femmes, l’armée de l’air, 18 % tandis que la Marine en compte seulement 11 % et l’armée de terre, 10 %.

21 Il demeure toujours quelques postes réservés à des policiers privilégiés par leur réseau familial ou politique dans la police.

22 A la différence des années 1980, il est en effet peu fréquent que les crs soient proposées dans la liste des postes offerts en sortie d’école.

23 Telle est l’expression policière pour désigner les policiers en première affectation.

24 Au grade de commissaire, entre 1995 et 2002, il a même été décidé que tous les commissaires iraient en Sécurité publique.

25 Ces proportions ne sont qu’indicatives : on s’est fondé sur la répartition des commissaires au grade de commissaire et de lieutenant – grade des « sortis d’école ». Certains policiers restent cependant longtemps au simple grade de commissaire et de lieutenant, notamment dans certaines directions et dans certaines régions. Et on ne peut pas vérifier s’il s’agit plus souvent de femmes.

26 86 % des hommes et 86 % des femmes policiers.

27 Dans ce cadre général, il faut mettre à part le cas des commissaires, soumis à l’obligation de mobilité, et le cas des policiers de tout grade de la préfecture de Police qui peuvent faire toute leur carrière à Paris.

28 25 % de femmes et 28 % d’hommes officiers, 38 % de femmes et 37 % d’hommes gardiens de la paix.

29 54 % et 56 % des hommes officiers et gardiens de la paix contre 69 % et 54 % parmi leurs homologues féminins.

30 Respectivement entre 37 et 39 %, entre 58 et 59 %.

31 C’est le cas de 65 % des femmes officiers et 56 % des femmes gardiens de la paix contre 51 % des officiers et 42 % des gardiens de la paix hommes.

32 Seulement 32 % des gardiennes de la paix contre 41 % des hommes travaillent en effet actuellement dans leur région d’origine.

33 Pour les chercheurs, cette grande mobilité rend assez difficile le maintien de relations suivies et la constitution d’un carnet d’adresses. Si on revient un an après sur les lieux de son enquête, une partie des policiers avec qui on était en contact a été mutée en province, une autre partie est allée sur un autre site, quelques-uns sont montés d’un étage, d’autres ont changé d’unité, d’autres, enfin, sont fraîchement débarqués.

34 Le credo de la mobilité interne va de pair avec une forte croyance des policiers en la polyvalence : seulement un peu moins de la moitié d’entre eux (47 %) prône la spécialisation contre 52 %, qui se font les chantres de la polyvalence. La quasi-parité entre ces deux points de vue assure le succès du jeu des chaises musicales : pour qu’il y ait permutation, il faut que les policiers les plus mobiles trouvent des collègues pour prendre leur place (aspirant à plus de spécialisation) et d’autres, prêts à jouer le jeu de la polyvalence pour briguer un autre poste et laisser leur poste vacant.

35 Hommes et femmes policiers n’hésitent pas à changer de direction. C’est le cas de 40 % des commissaires, de 39 % des officiers et de 25 % des gardiens de la paix des deux sexes. Là encore, aucune différence de sexe significative n’est à signaler.

36 On est très proche ici de 1’« identité de réseau », définie par Claude Dubar en ces termes : « C’est le seul cas où la notion de “précarité” utilisée jusqu’ici de façon presque uniquement négative pouvait acquérir une connotation positive : une sorte de précarité “identifiante”, c’est-à-dire une conduite d’exploration incessante d’un milieu professionnel, à travers des expériences courtes mais chaque fois enrichissantes » (Dubar 2000 : 126).

37 Sabine Fortino a mis en évidence le désavantage des femmes quand l’évolution de carrière passe par des modes de promotion informels (Fortino 2000 ; Collet 2005).

38 C’est le cas de 37 % d’entre elles contre 25 % des hommes.

39 La situation évoluant chaque mois, il se peut qu’il y ait actuellement plus de femmes dans ces unités qu’à l’automne 2005.

40 C’est l’expression consacrée dans la profession.

41 Les similitudes avec la gendarmerie sont patentes : les brigades spécialisées dans l’usage de la violence sont également fermées aux femmes. Entre 1999 et 2002, la liste des emplois interdits aux femmes s’est néanmoins réduite : depuis 1999, les sous-officiers féminins ont accès à la très symbolique Garde républicaine et au Groupe de surveillance et d’intervention de la gendarmerie nationale (gsign), c’est-à-dire au prestigieux gign (Groupe d’intervention de la gendarmerie nationale), à l’epign (l’Escadron parachutiste d’intervention de la gendarmerie nationale), au gor (Groupe d’observation recherche, spécialisé dans la lutte contre le grand banditisme) et au Groupe de sécurité de la présidence de la République (gspr). Depuis août 2000, les femmes peuvent intégrer les unités navigantes de la gendarmerie maritime, et depuis décembre 2002, la musique de la gendarmerie mobile. A ce jour, seuls la Garde républicaine, le Groupe de sécurité de la présidence de la République et le Groupe d’observation recherche sont féminisés dans les faits. Dans les textes, reste interdit aux femmes l’emploi de sous-officier de la gendarmerie mobile (spécialisée dans le maintien de l’ordre). Cette cartographie des métiers masculins protégés par les lois, puis par la coutume est très significative : les brigades qui disposent de la force la plus sophistiquée et la plus spectaculaire, à l’exception du GOR, sont interdites aux femmes. Ont été féminisées en priorité les unités hautement symboliques, qui ne font pas usage de la violence, comme la Garde républicaine et la musique des gendarmes mobiles. Autre élément caractéristique : dans la gendarmerie mobile, équivalent des crs, les interdits ont d’abord été levés au grade d’officier et demeurent au grade de sous-officier, autrement dit le grade le plus opérationnel, de la même manière que dans les compagnies de crs, le grade de gardien de la paix est celui qui résiste à la féminisation. Comme dans la police, la féminisation du commandement est moins taboue que celle du partage effectif du maintien de l’ordre.

42 Celles et ceux qui choisissent de rester en région parisienne peuvent ne pas déménager, mais au prix de trajets assez importants.

43 Tous les chiffres cités ci-dessous ne prennent en compte que les femmes qui ont un conjoint.

44 Soit la moitié des femmes commissaires, 57 % des femmes gardiens de la paix et 58 % des femmes officiers.

45 Si l’homogamie touche particulièrement les femmes policiers, en dehors des questions de stratégie matrimoniale présentes dès l’école de police, c’est aussi parce qu’il n’y a pas assez de femmes policiers pour satisfaire les désirs homogames des hommes.

46 L’hypogamie est « illustrée par le cas de femmes de sang royal contraintes d’épouser un conjoint de statut inférieur ». L’hypergamie correspond au « choix par une femme » ou par un homme « d’un conjoint de statut et de condition économique supérieurs au siens (favorisant la mobilité ascendante des enfants) » (Rivière 1999 : 260).

47 Dans notre échantillon d’entretiens, seulement 10 femmes sur 60 vivant en couple ont un conjoint d’un rang supérieur ; 38 femmes ont un conjoint du même corps qu’elles et 11 d’entre elles ont un conjoint d’un rang inférieur. Dans l’enquête sociodémographique, 32 % de femmes officiers vivent avec un autre officier et 54 % des gardiennes de la paix, avec un homme gardien de la paix ou brigadier ; 25 % des femmes officiers (ayant un conjoint) ont un conjoint gardien de la paix ; sur les onze femmes commissaires recensées dans l’enquête sociodémographique, deux ont un conjoint officier, deux, un conjoint gardien ou brigadier et seulement une, un conjoint commissaire. L’enquête qualitative confirme ces résultats à tous les grades.

48 Mme Brigadou (brigadier, 40 ans, dfpn), qui a eu pour concubin un commissaire, a dû longtemps le cacher pour éviter d’attirer les foudres de ses collègues.

49 « Non seulement le mari doit accepter l’activité de son épouse, mais il doit croire en elle », indépendamment de son engagement domestique (de Singly 1996 : 111).

50 C’est le cas de 25 % des femmes officiers et de 31 % des femmes gardiens de la paix contre 56 % et 45 % de leurs homologues masculins.

51 C’est le cas de 18 % d’entre eux contre 8 % parmi les femmes.

52 S’il a en effet été montré dans les études sur l’emploi des femmes que les femmes n’arrêtaient plus de travailler au premier et au deuxième enfant, leur investissement professionnel est cependant, dans la majorité des cas, plus ralenti que celui de leur conjoint.

53 60 % des femmes officiers et 47 % des femmes gardiens de la paix n’ont pas d’enfants contre 23 % des officiers et 34 % des hommes de leur grade. Pour les plus de 46 ans, la différence entre les sexes se creuse : 46 % des femmes officiers et 15 % des femmes gardiens de la paix contre 18 % et 7 % d’hommes de la même classe d’âge n’ont pas d’enfants. Pour les femmes de cet âge, le renoncement à la maternité est alors quasi définitif.

54 Alors que la proportion d’hommes officiers et gardiens de la paix vivant seuls varie assez peu avec l’âge (22 % pour les moins de 35 ans, 13 % pour les 36-45 ans et 15 % pour les 46 ans et plus), les femmes sont deux fois plus célibataires que les hommes entre 35 ans et 45 ans (32 % des femmes officiers et 29,1 % des femmes gardiens de la paix contre 12 % et 14 % chez les hommes), et quatre fois plus que leurs homologues masculins, au-delà de 45 ans (54 % des femmes officiers et 47 % des femmes gardiens de la paix contre 16 % et 15 % chez les hommes). La part de femmes vivant seules et ayant un entant (67 %) est en outre plus élevée que celle des hommes (48 %). L’enquête sociodémographique ne permet pas de savoir si ce sont les mères ou les pères qui ont la garde. Mais dans notre corpus d’entretien, on a rencontré un seul père qui avait la garde de ses enfants.

55 La tragédie prend le mariage comme « une faillite originelle [...] en germe dans la rencontre [...] Le divorce était leur destin [...]. Le drame, par définition, n’est jamais attribué au couple. Il est rapporté soit à l’autre (c’est parce qu’il a fait ceci alors j’ai fait cela) soit aux circonstances (c’est parce que tel événement est arrivé [...]. Près de sept tragédies sur dix sont racontées par des femmes [...] Entre six ou sept drames sur dix sont racontés par des hommes » (Théry 1999 : 290-293).

56 « Je veux avoir des enfants si la vie me donne l’occasion d’en avoir. J’ai beaucoup privilégié ma vie professionnelle au détriment de ma vie personnelle. Mais maintenant, je veux des enfants » (Mme Garlieutof, PJ, lieutenant, 37 ans) ; « J’étais célibataire, à ce moment-là. La police meuble le célibat. On pouvait démarrer tôt le matin, finir tard. Pas de problème (Mlle Commandif, commandant, PJ, 50 ans) ; « Je suis célibataire, donc pour la dispo, ça allait » (Mme Brigadoin, brigadier, DFPN, 39 ans).

57 « Je n’ai toujours pas d’enfant et je suis toujours célibataire. C’est un choix qui s’est imposé à moi de ne pas avoir d’enfant. L’explication, ça vient de mon histoire familiale » (Mme Commandif, commandant, pj, 50 ans).

58 Cette citation est extraite d’une interview par Jean-Luc Delarue dans l’émission « Ça se discute », « Police : quelle vie pour les femmes des forces de l’ordre ? », sur France 2, le 26 novembre 2003.

59 Par vie familiale, on entend aussi bien vie domestique que soin des enfants et vie de couple.

60 Telle est la formule policière pour désigner le travail de nuit. On dit « travailler à la nuit ».

61 Ce chiffre s’élève à 18 % si l’on ne prend que la population de policiers femmes avec enfants. Le temps partiel ne concerne que 0,6 % des hommes.

62 Enquête emploi insee 2002. Ce type d’aménagement du temps de travail est pourtant assez fréquent dans la fonction publique : 10 % des femmes de catégorie A, 18 % des femmes de catégorie B et 24 % dans la catégorie C sont à temps partiel en 2001.

63 11 % des gardiennes de la paix avec enfant contre 3 % des hommes, 13 % des femmes officiers avec enfant contre 2 % des hommes.

64 L’absence de différence au grade d’officier s’explique par le fait que les officiers ont dans leur ensemble des horaires et un travail de bureau.

65 Tel est le terme employé par les policiers pour désigner le contenu de leur métier.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2007

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540

Diese digitale Publikation wurde durch automatische optische Zeichenerkennung erstellt.
Suche in OpenEdition Search

Sie werden weitergeleitet zur OpenEdition Search