Desktop versionMobile Version

Profession : policier. Sexe : féminin

 | 
Geneviève Pruvost

1. La conversion au métier

Volltext

1Il n’est pas anodin que les policiers, quand ils se lancent dans un récit de carrière, commencent, assez spontanément, par raconter leur formation en école de police, alors présentée comme le lieu inaugural de leur conversion – comme si les liens familiaux n’avaient pas d’incidence majeure dans leur choix professionnel. De fait, l’un des apports de cette enquête est de montrer que la grande majorité des femmes (90 % d’entre elles) n’est pas « fille de » (fille de policier), et ce, dans une proportion rigoureusement semblable aux hommes. S’invalide ici une idée reçue, tenace : quel que soit le sexe, le métier de policier n’est pas un métier qui se transmet en ligne directe, comme l’enseignement par exemple. Même si rares sont les héritières et les héritiers, au sens strict, le rôle joué par la famille n’en est pas pour autant négligeable : pour que ce métier si peu ordinaire, a fortiori pour les femmes, se présente comme une évidence au point de prendre la peine de remplir un formulaire de concours, il faut un certain nombre de médiations familiales et d’idéalisations du métier. Afin d’accéder aux motivations initiales des policiers, dans toute leur diversité, les entretiens ont été rapidement réorientés sur l’influence des parents dans la décision. L’orientation professionnelle pouvait alors être resituée dans une temporalité plus longue, en continuité ou en rupture avec la socialisation familiale et amicale, préexistant à leur entrée dans le métier.

2Cette double opération de conversion, consistant, dans un premier temps, à se trouver dans les conditions de réussir un concours de police, et, dans un second temps, à ne pas démissionner au début de la formation, est nodale pour comprendre l’augmentation du taux de candidature féminin et le regard assez enchanté que la majorité des femmes portent sur l’école de police.

Le choix du métier

  • 1 Pour ce segment précis de la carrière policière, l’analyse sera ainsi à la fois qualitative et qua (...)

3Les professions de foi policières en matière de motivation ne sont pas neutres, puisque le choix du métier, au moment du récit, est devenu irréversible : les policiers interrogés, à une exception près, n’ont pas démissionné. Deux veines narratives distinctes se dessinent, dressant une ligne de partage entre deux types d’engagement professionnel : une partie des récits met l’accent sur les prédispositions à l’égard du métier policier et s’emploie de manière héroïque à expliquer la genèse de la vocation, une autre partie insiste au contraire sur le réalisme du choix (faute de mieux) et tente de dissoudre toute responsabilité. Cette division est corroborée par les résultats de l’enquête sociodémographique, menée après avoir recueilli les entretiens1 (cf. tableau 1).

  • 2 Les vocationnels sont représentés à hauteur de 60 % et les réalistes, à hauteur de 40 %.
  • 3 70 % d’entre elles contre 59 % parmi les hommes.

4Les résultats convergent : d’une part, les « vocationnels » sont plus nombreux que les réalistes, qui constituent néanmoins un groupe conséquent2. D’autre part, parmi les « vocationnels », la proportion de femmes est supérieure à celle des hommes3. Pour faire preuve d’un plus grand engouement pour le métier policier, les femmes usent-elles en effet exactement des mêmes justifications que leurs homologues masculins ? Il importe de procéder à une comparaison des argumentaires masculins et féminins.

L’attrait pour le fonctionnariat

  • 4 A partir de maintenant, toutes les statistiques qui seront citées sans source sont des statistique (...)
  • 5 L’origine sociale des femmes et des hommes entrés pour le salaire et la sécurité de l’emploi est l (...)

5Ne faisant pas partie des métiers traditionnellement féminins, le métier de policier a assez peu de chances de s’imposer comme une évidence aux femmes sans vocation particulière. Et pourtant, une proportion non négligeable de femmes policiers, soit 29 % d’entre elles (Pruvost, Coulangeon & Roharik 20034), entre dans la police dans le seul but de devenir fonctionnaire. Pourquoi choisir un métier typiquement masculin alors que le reste de la fonction publique est féminisé à quasi-parité ? C’est en soi un élément singulier, qu’il importe d’expliquer, d’autant que l’enquête sociodémographique ne révèle pas des différences de sexe majeures entre hommes et femmes réalistes, en terme d’origine sociale et de grade (il s’agit principalement de gardiens de la paix), sinon le niveau de diplôme, toujours plus élevé chez les femmes5. Quel bénéfice les femmes retirent-elles de cette ligne argumentaire pour le moins inattendue ? Le détail des récits est éclairant : les arguments économiques se subdivisent en deux types. Hommes et femmes policiers usent soit d’arguments directs : « je suis entrée dans la police pour la sécurité de l’emploi ou le salaire », soit d’arguments détournés, en affirmant se retrouver policier par hasard (du type « je ne savais pas quoi faire donc je suis devenu policier ») ou au terme d’une trajectoire plus heurtée, après un choc biographique (du type « j’ai divorcé donc je suis entré dans la police »). Dans ces deux derniers cas, les narrateurs tentent de limiter leur responsabilité individuelle en imputant à la police ou à des événements extérieurs le pouvoir ultime de décision. Les arguments économiques, certes déterminants, ne sont pourtant exposés que dans un second temps du récit. C’est ce détour qu’il convient d’interpréter d’une manière sexuée. En entretien, rares sont en effet les femmes qui avancent des arguments purement économiques comparativement aux hommes. Les femmes sont en revanche proportionnellement plus nombreuses à invoquer l’argument du hasard ou de l’alibi biographique. Loin de réduire ces arguments à de simples effets rhétoriques, il importe d’en mesurer la portée.

Tableau 1. Motivations initiales des policiers, par grade et par sexe.

Tableau 1. Motivations initiales des policiers, par grade et par sexe.

Source : Geneviève Pruvost, Philippe Coulangeon, Ionela Roharik, 1982-2003. enquête sociodémographique sur les conditions de vie et d’emploi de 5 221 policiers, ihesi-inhes, 2004.

  • 6 On ne citera que des exemples de femmes, mais ces arguments sont également repris par les hommes. (...)

6Le hasard est loin d’être présenté sous un jour univoque. Quatre formes typiques de hasard ont été recensées6. Dans le premier cas, maintes fois évoqués en entretien, il s’agit d’un adjuvant sans visage : la loterie des concours. Ainsi Mme Incomisse (commissaire, dapn, 49 ans), pionnière, recrutée dans les années 1970, affirme qu’elle a choisi la police parce que les résultats étaient les premiers à être affichés :

J’ai passé tous les concours administratifs qui se présentaient, à partir de l’automne et le concours d’inspecteur était le premier en date. Et je m’étais dit que le premier concours où j’étais reçue, j’irais voir. Le premier en date, j’étais donc admissible, puis admise. Il y a eu d’autres concours où j’étais admissible, mais c’était plus tard. Puisque j’étais admise au concours d’inspecteur, je me suis tenue à ce que j’avais dit.
– Vos parents n’étaient pas surpris parce qu’il y avait vraiment peu de femmes dans la police ?
– Non, mon idée, c’était de passer des concours, je n’avais aucun projet professionnel et je m’étais dit que le premier que j’avais, j’irais voir.

7Le hasard permet de qualifier une autre situation, également récurrente. Il s’agit des enfants, des parents ou des amis de policiers qui affirment être devenus policiers par défaut, sans goût particulier pour le métier, sous l’influence d’un policier particulièrement prosélyte. On peut résumer l’argumentaire en ces termes : « Je suis devenu policier parce qu’il se trouve que j’ai des policiers dans mon entourage. » Le récit de Mme Brigadoin est sur ce point exemplaire :

C’est par hasard, je donnais des cours de natation, j’étais maître nageur et je donnais des cours à des fils de policiers, j’étais vacataire. Ils m’ont dit : « Vous végétez, maintenant, y a des femmes dans la police, vous devriez essayer, on n’a jamais vu de femme maître nageur dans la police. » Le policier, il est revenu avec un dossier d’inscription, c’était en 1981 (Mme Brigadoin, brigadier, dfpn, 39 ans).

8Un troisième type de choix est placé sous l’égide du hasard. Le raisonnement est le suivant : « Tel et tel membre de ma famille sont déjà dans telle et telle administration. Pour changer, j’ai pris la police. » Le principe de diversification familiale des métiers de la fonction publique joue alors un rôle déterminant. Mme Comipa (commissaire principale, sp, 40 ans) entre dans ce cas de figure : elle explique avoir tout simplement choisi de rester dans la police pour ne pas faire comme ses frères et sœurs, énarques et magistrat.

Quand j’ai passé le bac à dix-huit ans, j’ai d’abord fait la fac sans savoir quelle fac faire. Une de mes sœurs m’a guidée sur le droit et Science-Po. J’ai donc passé une maîtrise de droit. Ce que je voulais faire, je n’en sais rien, c’était passer des concours administratifs. C’était un domaine qui m’intéressait, j’étais intéressée par l’enquête et la justice. [...] En quatrième année de droit, je ne savais pas quel concours il y avait, j’étais très étudiante. Quand je vois les stagiaires, maintenant, qui font des études de droit pour avoir un métier précis... Moi, je faisais des études pour faire des études. Avant, j’ai passé l’écrit d’inspecteur des PTT, j’ai passé l’écrit de commissaire. Ce n’était pas de la provocation, mais par rapport à ma famille, c’était nouveau » (Mme Comipa, commissaire principale, SP, 40 ans).

9Pour être réceptif aux suggestions d’autrui ou à un avis de réussite au concours de police, il faut cependant réunir certaines conditions. Toutes les femmes citées précédemment ont en commun d’être sans idée préconçue de métier, ni vocation professionnelle acharnée. Il n’est pas surprenant qu’elles optent alors pour une profession elle-même polymorphe, composée d’une multitude de métiers. L’indétermination du choix professionnel répond à l’indétermination même des missions policières. Du point de vue des jurys de concours policiers, ce profil perméable, relativement ouvert à tout type de missions, constitue un atout. En un sens, elles ont effectivement été choisies par l’institution policière, plutôt que l’inverse.

  • 7 Dans l’échantillon, on a un seul cas de vocation placée sous le sceau du hasard. Il s’agit très si (...)
  • 8 Ce constat empirique est confirmé par l’enquête statistique : les policiers entrés par réalisme pa (...)

10L’élément fondateur que partagent les tenants du hasard, c’est la priorité accordée au statut de fonctionnaire7. Mme Incomisse insiste sur le fait qu’elle ne pouvait plus être à la charge de ses parents. Sans être nécessairement acculées à la nécessité de trouver un emploi, ces personnes n’ont tout simplement pas mené leurs études jusqu’au bout et se trouvent : contraintes de chercher un emploi en dehors de leur formation originelle, sans, du reste, que cet abandon soit vécu sur un mode douloureux Comment comprendre alors que la part du hasard soit particulièrement mise en avant ? L’accent aurait pu être mis sur la nécessité économique, sans que la notion de hasard soit même citée. On y voit un effet du « sale boulot » : par crainte de passer pour des adeptes de la répression, il a été plus simple, pour certains, de sous-estimer leur part de décision et d’imputer à autrui la responsabilité de l’orientation professionnelle. Dans l’échantillon, les chantres du hasard sont surtout des « anciens », recrutés dans les années 1970 et 19808. Or cette génération partage d’avoir été étudiant ou lycéen avant 1968 ou peu après. A l’époque, il n’était pas de bon ton de clamer haut et fort sa qualité de policier, surtout dans le cadre d’un entretien sociologique. Mme Incomisse, recrutée parmi les premières femmes inspecteurs, insiste bien sur le fait que sa posture désintéressée est salutaire pour la profession : « C’est quand même un métier de répression... Vous imaginez, vous, une police avec que des gens qui ont la vocation ? Il faut être policier par hasard, c’est mieux pour la République » (Mme Incomisse, commissaire, dapn, 49 ans).

  • 9 Les résultats statistiques viennent corroborer cette hypothèse. L’enquête menée par Dominique Monj (...)

11À cet argument générationnel s’ajoutent les effets de l’âge, córreles à une forme de lassitude à l’égard du métier. L’enthousiasme initial a pu en effet s’étioler au fil du temps pour faire place à un regard plus désabusé, plus prudent : c’est moins les missions policières, considérées comme routinières, que l’emploi (salaire, sécurité de l’emploi) qui suscite désormais l’intérêt. Dans son éloge du hasard, Mme Incomisse disqualifie en creux les jeunes policiers fougueux, aux idées trop arrêtées sur le métier9.

12Un autre élément doit être interprété : ces femmes, au même titre que leurs collègues masculins, sont entrées sans aucune vocation dans cette profession typiquement masculine, de la même façon qu’elles seraient devenues fonctionnaires territoriales, inspecteurs des impôts ou contrôleurs des ptt, et ce, dès l’ouverture des concours de police, dans les années 1970. Ce résultat est important : c’est le signe tangible d’un changement dans les rapports sociaux de sexe. L’entreprise de diversification des métiers pour les filles, défendue par le mouvement féministe, conduit à ce type de banalisation au sein des familles. Le choix du métier policier est cependant loin d’être anodin. On peut émettre l’hypothèse du gain certain que les femmes retirent d’une telle présentation de soi. Il importe en effet d’inscrire le micro-récit de l’entrée dans la police dans un dispositif plus large d’autojustification. Le sociologue n’est ni le premier ni le dernier à entendre cette histoire constitutive de la présentation de soi du policier. Dire et redire qu’on est entré dans la police par hasard est une entreprise de sape du stéréotype attendu : la femme policier passe en général pour une candidate extrêmement motivée et qui s’est longuement préparée. Celles qui n’affirment aucune vocation initiale s’opposent à ce modèle méritocratique pour faire émerger, en filigrane, une figure plus aristocratique, plus détachée, celle de la femme désintéressée. Plus le concours est difficile à passer, plus l’argument du hasard est socialement rentable (impliquant intelligence, connaissance et « savoir être » hors du commun). Toutes les femmes ne peuvent effectivement pas se permettre de réussir par hasard le concours de commissaire. On ne s’étonnera donc pas que, dans notre échantillon, les chantres féminins du hasard soient majoritairement des femmes commissaires et officiers. L’argument du hasard n’a pas la même valeur pour les deux sexes et selon les grades. Les femmes en haut de la hiérarchie peuvent en retirer plus de gloire.

  • 10 Précisons que ce type de revirement concerne surtout les candidats au concours de gardien de la pa (...)

13À l’argument du hasard qui tend à banaliser le choix du métier policier, il faut opposer l’argument du choc biographique. A la différence du cas précédent, il n’est pas question d’indétermination, mais d’un ou plusieurs événements abrupts qui obligent à réorienter sa trajectoire. Le choc biographique est décrit comme une « catastrophe » au sens étymologique de « renversement » et de « retournement » qui accélère le dénouement. Ce choc ne déclenche pas de vocation soudaine, mais une reconversion par défaut, obéissant à l’urgence de devenir fonctionnaire au plus vite10. Cette réorientation subite concerne davantage les hommes que les femmes, mais la proportion de femmes reste non négligeable – signe que l’argument détourné reste préférable aux purs arguments économiques. Hommes et femmes ne font en outre pas référence aux mêmes types de choc biographique.

14Les échecs scolaires inattendus, obligeant à reconsidérer sa vocation initiale, sont ainsi distincts selon le sexe : pour les hommes, il s’agit de carrière militaire ou sportive contrariée. Pour les femmes, l’exemple le plus fréquent de réorientation scolaire imprévue concerne les carrières médico-sociales. C’est le cas de Mlle Gardia, qui aurait voulu être infirmière, mais après plusieurs tentatives, elle n’est pas parvenue à obtenir ce concours. « Moi, je voulais être infirmière, j’étais sur la liste complémentaire, un jour, je le ferai peut-être. J’en ai plus le caractère, l’écoute, s’occuper des personnes. Ce n’est pas comme la police où c’est plus strict. Ce n’est pas dans ma mentalité. Je suis timide, réservée. Je prends sur moi, pour être plus ferme. Ce n’est pas vraiment mon caractère [...] Quand je vois que maintenant, on manque d’infirmières... » (Mlle Gardia, gardien de la paix, sp, 26 ans).

15De la même manière, hommes et femmes qui connaissent des chocs biographiques d’ordre familial ne font pas référence au même type d’événement pour justifier leur soudaine réorientation professionnelle. En témoignent les trajectoires comparées de M. Garder (gardien de la paix, sp, 27 ans), qui se destinait à faire de longues études de droit avec l’encouragement de ses parents instituteurs, et de M. Garembrigel (brigadier, pj, 51 ans), formé pour être boucher, devenus du jour au lendemain policiers, parce que leur conjointe attend un enfant : c’est le grade de la fonction publique le mieux payé pour un non bachelier. Mme Brigadou (brigadier, dfpn, 40 ans) et Mme Gardamor (gardien de la paix, sp, 45 ans), quant à elles, cumulent deux types de chocs biographiques : l’abandon de leurs études pour cause de maternité, suivi d’un divorce, avec enfants à charge, les obligeant à trouver rapidement un emploi rémunérateur. Mme Brigadou avait réussi le concours d’assistante sociale, mais elle n’a pas suivi la formation car son mari voulait qu’elle élève leur enfant. Quand elle a divorcé, elle a perdu le bénéfice du concours et s’est rabattue sur le concours de gardien de la paix, qui n’exige aucun diplôme. De la même manière, Mme Gardamor a dû abandonner la première année de médecine en raison de la naissance de son premier enfant et s’est présentée, surdiplômée, au concours de gardien de la paix, dans la lignée de son père. On voit bien là se dessiner deux types de choix par défaut, selon un ordre sexué socialement répertorié. Les hommes entrent dans la police pour subvenir aux besoins de leur nouvelle famille : la perspective d’une naissance ou d’un mariage précipite leur choix professionnel. Les femmes suivent la trajectoire inverse : c’est précisément au moment où leur famille se décompose – à l’occasion d’un divorce ou d’une séparation – qu’elles se trouvent dans l’obligation d’être soutien de famille. Elles bénéficient, à ce titre, de la possibilité de passer tous les concours de la fonction publique sans limite d’âge.

16Les chocs biographiques d’ordre professionnel sont également distincts pour les deux sexes. Les hommes entrent dans le schéma classique du chômage, suivi de la présentation de toute une série de concours de la fonction publique, les deux seules femmes qui sont dans ce cas ajoutent un élément : leur situation de chômage résulte de leur éviction brutale d’autres administrations. Même s’il est difficile de procéder à une quelconque généralisation à partir d’un tel échantillon, on peut néanmoins s’interroger sur cette troublante coïncidence : ces deux femmes gardiennes de la paix ont été renvoyées de leur administration d’origine, l’une, de la gendarmerie, l’autre, de l’administration pénitentiaire. La reconversion policière procède alors d’un choix contraint. Le contrat de gendarme de Mme Gardéleb (gardien de la paix, sp, 32 ans) n’a ainsi pas été reconduit, officiellement pour cause de mauvais service, officieusement pour incompatibilité d’humeur avec son supérieur hiérarchique qui lui reprochait son orientation sexuelle, alors qu’elle était gendarme depuis une dizaine d’années. Se trouvant au chômage, elle a fini par se présenter au concours de gardien de la paix. Mme Gardélef (gardien de la paix, sp, 43 ans), divorcée et mère de deux enfants, en proie à de graves problèmes familiaux et multipliant les congés maladie, se trouve du jour au lendemain licenciée de l’administration pénitentiaire, sans bénéficier d’aucun recours. Après une longue période d’emplois précaires, elle finit par passer le concours de gardien de la paix sans être tenue par la limite d’âge, puisqu’elle est divorcée.

17Aucun des hommes interrogés n’entre dans ce cas de figure. Tous ont quitté leur administration d’origine de leur plein gré, aucun ne dit avoir été accusé de faute professionnelle. Leur reconversion policière est présentée comme un choix positif. Ce n’est pas le cas de Mme Gardéleb et de Mme Gardélef qui avaient choisi leur précédent métier par vocation, la première, par amour de la campagne et de l’ordre militaire, la seconde en mémoire de son père. Elles auraient préféré ne jamais changer d’administration. La police vient, certes, les sauver d’une situation financièrement périlleuse et leur permet de mettre à profit leur compétence en matière de sécurité, mais il s’agit bien d’un choix par défaut qui ne s’explique qu’en vertu de leur mise au ban professionnelle. On ne dispose pas de cas d’hommes qui aient érigé leur reconversion professionnelle en choc biographique.

18Le choc biographique (entendu comme mauvais sort) joue dans tous les cas la même fonction que l’argument du hasard : toute responsabilité individuelle est dissoute. Ces policiers ne se présentent pas comme des candidats volontaires, ils sont devenus policiers par la force des choses. Les femmes préfèrent utiliser l’argument détourné du hasard ou du choc biographique plutôt que d’avouer directement qu’elles sont motivées par la nécessité économique. L’absence de vocation pour le métier policier est plus facile à revendiquer pour les hommes que pour les femmes, davantage soumises que leurs homologues masculins à la pression sociale qui les pousse à justifier leur présence dans ce métier atypique par l’affirmation d’une vocation inébranlable. Le fait même qu’on puisse trouver des femmes policiers sans vocation initiale (pour un peu moins du tiers d’entre elles) constitue cependant la preuve d’une intégration en voie de banalisation.

La vocation : le poids des médiations familiales

  • 11 C’est le cas de 83 % des pères et 76 % des mères, pour les hommes, de 77 % des pères et de 80 % de (...)

19Les récits des hommes et des femmes ont en commun de rechercher dans leur passé toutes les prédispositions possibles qui ont pu les conduire à embrasser une telle profession. L’inscription dans une généalogie est donc fondamentale. Elle confère à leur récit une dimension épique : s’il y a héritage familial du métier, la transmission prend une forme passionnelle ; s’il y a hasard ou choc biographique, l’événement est fondateur d’un destin ; s’il y a hostilité des proches, l’adversité alimente la volonté d’affirmer une singularité. En bref, pour la majorité des policiers entrés par vocation, la famille joue le rôle d’adjuvant majeur – même lorsqu’il y a conflit. La famille est impliquée dans l’engagement du futur policier. Les logiques familiales sont cependant loin d’être univoques. Elles peuvent prendre deux formes, la première étant celle du soutien, la seconde celle de l’hostilité alors transformée en défi à relever. Si la grande majorité des parents, qu’il s’agisse d’un choix par vocation ou par défaut, sont favorables à l’engagement professionnel de leur enfant11, on compte néanmoins un cinquième des parents à s’y être opposés. Dans quelle catégorie d’affiliation parentale les femmes s’inscrivent-elles ? Que la famille soit érigée en modèle ou en contre-modèle, les filles qui idéalisent le métier policier sont-elles soumises aux mêmes injonctions que les fils ?

  • 12 Il est de fait difficile de soutenir qu’on est prédestiné pour le métier et qu’on y est entré par (...)

20L’ordre même des argumentaires masculins et féminins apporte un premier élément de réponse : les récits vocationnels, s’ils sont plus directs que les récits réalistes12, n’en sont pas pour autant en ligne droite. Prenons le cas de Mlle Offéléa (élève officier, 26 ans) : elle voulait être policier, mais également avocate et militaire dans l’armée de l’air, elle hésite ensuite à devenir juge pour enfants, et se détermine finalement pour le concours d’officier. Ce type de trajectoire est à distinguer de celle de M. Offéleg (élève officier, 25 ans), moniteur de tennis, qui a toujours voulu être policier et n’a pas hésité. Les femmes mettent davantage en avant leurs hésitations entre la police et tel autre métier connexe à la police, comme l’armée, la carrière sportive ou les carrières juridiques, tandis que les hommes ont une plus forte propension à produire des récits linéaires. Les femmes témoignent tout simplement d’une vocation qui, pour être menée à terme, est vouée à s’élargir.

  • 13 Au grade d’officier. 55 % des femmes ont passé d’autres concours en plus de celui de la police, co (...)

21Étant tout à fait conscientes des obstacles familiaux et sociaux qu’elles ont à surmonter, ainsi que des discriminations dont elles sont victimes dans l’ensemble des métiers réputés masculins, les jeunes femmes assurent leurs arrières en révisant leur niveau d’exigence. Il s’agit tantôt de satisfaire leurs parents (qui souhaiteraient que leur fille soit plutôt avocate, par exemple), tantôt de s’assurer le plus de chances possible d’exercer un métier dans des branches très sélectives pour les femmes, en passant tous les concours administratifs affiliés à la police (gendarmerie, armée) ou en lien avec leurs études de droit13. Même si les femmes entrent plus jeunes dans la profession que les hommes, du moins au grade de gardien de la paix, cette précocité ne signifie pas nécessairement qu’elles n’ont pas rencontré d’obstacles, ou qu’elles n’ont pas dû différer leur projet professionnel initial, en dépit de leur impatience. Oppositions parentales et conjugales discrètes ou conflictuelles, cercles amicaux assez peu favorables à la police, éviction à l’oral des concours de police pour cause de quotas officiels ou officieux, difficulté à ne pas se laisser contaminer par la prudence universitaire qui consiste à passer toute une série de concours administratifs : autant d’éléments qui pèsent sur les engagements féminins. La profession étant féminisée depuis peu, les filles doivent surmonter des craintes familiales ancestrales que les garçons n’ont pas à affronter. Les hommes, légitimes dans la profession, ne sont pas exposés à la même pression.

  • 14 Même si la fille choisit un métier typiquement féminin dans la police nationale, le choix de cette (...)
  • 15 Les cas de mères au métier masculin sont très rares dans notre échantillon d’entretiens.

22Cette prudence qui touche davantage les filles ne doit cependant pas masquer un fait majeur : les femmes sont dans leur grande majorité très largement plébiscitées par leur famille – des familles d’un type particulier puisque, pour considérer un tel métier accessible à leur fille, elles ont dû faire preuve d’ouverture au mouvement d’émancipation féminine, tout au moins au principe de féminisation des professions masculines. Le retour des femmes dans la vie active, après une baisse du taux d’activité féminin après guerre, leur accès aux études supérieures, la diffusion de l’image de superwoman, vêtue d’un pantalon, polyvalente et suractive, à partir des années 1970, ne sont pas restés sans effets : certaines familles se sont senties autorisées à se positionner clairement en faveur de la vocation policière de leur fille. Le père a pu accorder à sa fille – et non seulement à son fils ou à son gendre – la possibilité de s’inscrire du côté des hommes de la famille14. La mère a également soutenu le projet de sa fille, très souvent en contradiction avec sa position de mère au foyer ou de femme exerçant un métier typiquement féminin15. Au sein de ces familles, qu’on qualifiera d’« adjuvantes », deux configurations différentes doivent être distinguées : les parents (au sens large) qui inspirent directement la vocation policière, en étant eux-mêmes policiers, gendarmes, gardiens de prison, militaires, et ceux qui ne sont pas dans le métier des armes, mais qui n’en soutiennent pas moins leur fille dans cette voie.

  • 16 12 %.
  • 17 Cette proportion augmente si on élargit le spectre de l’enquête familiale : 41 % des femmes et 37  (...)

23Les héritières directes sont-elles plus rares ou, au contraire, proportionnellement plus nombreuses que leurs homologues masculins ? On trouve très singulièrement la même proportion parmi les deux sexes à avoir un père dans la profession (soit 10 % d’hommes et 10 % de femmes) et ce taux ne varie pas, selon le type de motivation initiale (vocation ou réalisme) et selon le grade. Quant à la proportion de pères militaires, si elle est plus élevée pour les commissaires16, elle oscille entre 5 % et 8 % pour les officiers et les gardiens de la paix, et ne varie pas non plus selon le sexe et les motivations initiales du policier. En bref, un homme et une femme policier sur six a un père dans le métier des armes17. Ces résultats attestent la vitalité de la transmission du métier policier. Pour les familles de policiers ou exerçant des métiers proches, la féminisation de la police constitue de fait une véritable aubaine : le passage du flambeau paternel ou grand-paternel n’est plus soumis à la condition restrictive d’avoir un fils, de surcroît apte au métier. Ces familles, soucieuses de transmettre leur profession en héritage, s’en trouvent libérées et soulagées. En terme de reproduction dynastique, policiers et militaires étaient en effet à cet égard très désavantagés par rapport à de nombreuses autres professions : dans les années 1960, une fille d’ouvrier pouvait être ouvrière, une fille d’enseignant pouvait être enseignante, une fille de médecin pouvait être infirmière, une fille de patron pouvait hériter de la fortune de son père, une fille de policier ou de militaire pouvait à peine prétendre à être secrétaire administrative dans la police ou l’armée, étant donné le faible nombre de postes. Une fois le monopole masculin de la police levé, la transmission du métier des armes en ressort renforcée. Elle offre de nouvelles potentialités aux hommes de la famille (père, grands-pères, frères, oncles). Le fait qu’on trouve exactement la même proportion de filles de policiers que de fils bat cependant en brèche une idée reçue, véhiculée par les médias : celle de l’ancrage familial des vocations féminines. Les statistiques montrent bien que la filiation dynastique n’est pas un mode d’accès proprement féminin : les femmes policiers sont aussi peu fréquemment filles de policiers ou de militaires que leurs homologues masculins. La transmission du métier des armes est-elle cependant investie des mêmes conditions de réussite pour les hommes et pour les femmes ?

24Fils et filles de policiers ne sont tout d’abord pas également soutenus par leur père : les fils de policiers (à hauteur de 90 % d’entre eux) recueillent très majoritairement l’acquiescement de leur père, comparativement aux filles de policiers (74 % d’entre elles). Les filles de policiers ne bénéficient donc pas d’un traitement de faveur de la part de leur père. Et elles ne sont pas nécessairement plus avantagées que les filles de non-policiers, puisqu’on trouve à peu près le même taux de soutien. Quand les pères policiers soutiennent sans réserve la candidature de leur fils comme celle leur fille, cet encouragement s’assortit en outre d’une injonction de réussite. Mme Gardat, qui déroge à ce principe s’attire les foudres paternelles parce qu’elle souhaite rester simple gardien de la paix comme son père, et refuse de passer le concours d’inspecteur, alors qu’elle a une licence.

Papa, tonton, papi sont policiers. J’aurais pu choisir une carrière dans le milieu social, j’aimais bien le côté social. Ma mère est couturière et mon frère aussi. Je suis l’aînée. J’ai dix ans de police et je ne me vois pas faire autre chose, même si c’était parfois galère. Mon père voulait que je sois instit, mon grand-père était content parce que à l’époque, il n’y avait pas de femme. Mon père m’a dit qu’il n’y avait pas de femme et qu’il n’y en aurait pas. Il avait connu les femmes inspecteurs et c’est tout. Depuis que je peux le marquer sur ma fiche à l’école, je mets « policier » [...] Je ne suis pas vraiment déçue, c’est vraiment une vocation. Je ne me suis pas posé la question. J’ai fait une licence en droit, parce que mes parents ne voulaient pas que je passe gardien de la paix à dix-huit ans. Mon père m’a emmenée au concours d’inspecteur, j’ai rendu copie blanche, au concours d’officier de paix aussi, mon père était fou. Je voulais être gardien de la paix. Mon père est à la retraite maintenant, et il est supercontent. [...] Il m’a quand même emmenée aux épreuves de gardien de la paix. Il voulait que je sois enquêteur, mais moi, je m’étais mis gardien de la paix dans la tête. Je voyais revenir mon père entre deux interventions en uniforme, je voyais l’entente entre eux, je les voyais se cacher dans le car PS et boire un coup, et repartir. Quand mon père travaillait de nuit, je somnolais jusqu’à ce qu’il rentre. C’est pour aller voir ce qu’ils faisaient dehors que je suis rentrée dans la police. [...] Ma mère, elle se désespère. On ne lui dit pas tout. Pour elle, ce n’est pas un métier féminin (Mme Gardat, gardien de la paix, 34 ans, SP).

25Autre caractéristique, l’ascension sociale des filles est davantage encouragée que celle des frères, quand ces derniers sont déjà policiers ou projettent de l’être. L’exemple qu’offre la fratrie de Mme Garlieutu est très typique : « Depuis que j’ai trois-quatre ans, je dis : « Je veux faire comme papa. » Mon père est brigadier chef. Mon frère est gardien de la paix et mon ami est dans la police. [...] Mes parents n’ont jamais douté de ma vocation », explique Mme Garlieutu, (lieutenant, sp, 34 ans). Les filles, beaucoup plus studieuses et appliquées que leurs frères, cristallisent davantage les ambitions familiales. Ce processus de report sur la fille des aspirations du père n’est pas propre à la police, il semble concerner plus généralement la féminisation des métiers masculins. Ce mécanisme a en effet été initialement mis au jour chez les jeunes filles inscrites en BTS et DUT industriels inscrites dans des formations masculines (Daune-Richard & Marry 1990 : 35-50).

26Si la transmission de la vocation policière par héritage direct est bien réelle, elle demeure néanmoins minoritaire, à raison d’un policier sur dix, et ne rend pas compte de l’ensemble des interrelations familiales adjuvantes qui suscitent les vocations féminines. Le cas le plus fréquent est celui d’un parent non policier, tout à fait influent dans le choix du métier de sa fille. En entretien, le père occupe une place prépondérante, au point d’occulter le rôle joué par la mère dans les trois quarts des entretiens féminins. Au mieux, la mère assure le rôle d’agent recruteur occasionnel. C’est par exemple elle qui signale la parution d’une petite annonce concernant l’ouverture de concours aux femmes. Mais en dehors de ce soutien logistique ponctuel, qui vient le plus souvent conforter le soutien paternel, les mères adjuvantes sont très rarement désignées comme des modèles à part entière, du moins en entretien. Même lorsque la mère va assurer l’éducation de sa fille pour cause d’absence paternelle (veuvage ou séparation), les femmes entrées par vocation dans la police n’imputent pas à leur mère une responsabilité déterminante dans leur choix professionnel.

  • 18 Au grade de gardien de la paix, il n’existe aucune différence entre les sexes concernant le niveau (...)
  • 19 36 % des femmes officiers ont une mère au foyer contre 43 % de leurs homologues masculins.
  • 20 C’est le cas pour 28 % des femmes officiers contre 20 % pour les hommes.

27On a cependant tout lieu de penser que ces mères chefs de famille incarnent malgré tout, bien que les entretiens n’en fassent pas part, un certain modèle d’indépendance féminine, même s’il n’est pas revendiqué en tant que tel (Vallet 2001 ; Marry, Fournier-Mearelly & Kieffer 1995 : 67-79). Cette hypothèse d’une identification maternelle implicite est confirmée au grade d’officier18. Les mères des femmes officiers sont de fait moins souvent femmes au foyer que les mères de leurs homologues masculins19, et elles appartiennent plus fréquemment à des professions intermédiaires et supérieures20. Ces mères actives et qualifiées ont très certainement incarné un modèle de réussite féminine, reproduit par ces femmes qui n’ont pas choisi au hasard de passer un concours situé dans la hiérarchie policière. Le fait que l’engagement de leur fille porte par la suite sur un métier typiquement masculin ne trouve en revanche pas d’explication dans la reproduction du modèle maternel (aucune de ces mères n’exerce un métier typiquement masculin).

  • 21 Y compris quand il est absent (décédé ou divorcé). Parmi les cinquante-sept femmes qui ont la voca (...)
  • 22 Parmi ces vingt, il faut en retirer deux dont les parents ont été des opposants à leur vocation po (...)

28Si l’on en croit le discours des enquêtées, c’est l’influence paternelle qui est décisive21. Le père, qu’il soit policier ou non policier, est présenté comme l’adjuvant le plus impliqué. Mme Brigadam (brigadier, sp, 31 ans) insiste bien sur le fait que c’est son père, employé aux ptt, qui s’est renseigné pour elle sur les modalités de passage du concours et que c’est lui qui l’a conduite au concours, qui l’a même « coachée » pour les épreuves sportives. Les pères ne jouent pas seulement un rôle actif au moment de la préparation du concours, une bonne partie d’entre eux forment leur fille dès l’enfance aux jeux de garçons, en les encourageant notamment à faire du sport ou en laissant une sociabilité typiquement masculine s’installer dans la famille ou dans la fratrie. Mlle Gardamer (gardien de la paix, sp, la trentaine) se trouve ainsi inscrite par son père dans un club de judo, où elle est la seule fille. Mlle Gardonce (gardien de la paix, sp, 35 ans) se voit offrir, enfant, par son père un déguisement de motard, elle optera pour la filière sports-études et pratiquera du sport à haut niveau. Mlle Garlieutu (lieutenant, sp, 34 ans) joue, comme son père et son frère, au football. Ces cas sont loin d’être isolés, puisque parmi les cinquante-sept récits de femmes qui ont la vocation, vingt22 (contre trois seulement parmi celles entrées par réalisme) déclarent en effet avoir été élevées comme des garçons manques, dans un environnement masculin, par leur père ou leur frère. Il y a donc bien une corrélation entre une éducation non traditionnellement féminine et la naissance d’une vocation policière.

29Les mères collaborent également à la virilisation de leur propre fille, mais leur part active n’est pas mentionnée dans les entretiens, pour laisser place au terme neutre de « parents ». L’entretien de Mme Ader-capella est à cet égard exemplaire : la mère exerce un métier typiquement féminin (assistante maternelle), elle ne met aucun frein à la passion que sa fille développe pour la moto, mais son rôle n’est cependant pas distingué de celui du père et des frères.

– Quand avez-vous pensé entrer dans la police ?
– C’était très tôt, ça a inquiété mes parents, j’avais sept ou huit ans. C’est une idée qui a perduré vers 13-14 ans, mes parents se sont inquiétés, puis ils se sont renseignés d’abord pour la gendarmerie, je voulais être motard. J’avais une passion pour la moto. Mais à cette époque-là, les femmes, c’était exceptionnel dans la gendarmerie. Je suis allée jusqu’au bac pour être inspecteur. J’ai passé inspecteur et gardien de la paix [...]. J’avais le mythe du pompier pour le garçon. J’étais un garçon manqué.
– Vous êtes l’aînée ?
– J’étais au milieu, j’avais une sœur plus sage et un petit frère. Je suis la seule de la famille à avoir fait ça.
– Et vos parents sont dans la profession ?
– Ma mère est assistante maternelle, mon père travaille aux ptt. Ça me semblait évident que je puisse être dans la police. Je voulais allier une profession qui me plaisait et la moto. Il y a beaucoup de motards dans la famille (Mme Adencapella, 48 ans, pj, capitaine).

30Ces femmes, avec la complicité discrète de leur mère, sont donc bien les filles de leur père et/ou sœurs de leur frère.

31On peut faire l’hypothèse que cette socialisation masculine est redoublée quand les femmes sont filles uniques (dans leur fratrie ou le seul enfant). L’enquête quantitative ne révèle cependant rien de significatif pour les femmes gardiens de la paix. Les femmes officiers sont en revanche plus souvent issues de fratries et elles sont plus souvent enfants uniques ou aînées que les femmes gardiens de la paix et leurs homologues masculins. Cette configuration fraternelle singulière pré-juge-t-elle pour autant d’une socialisation masculine renforcée ? Ces effets ne sont pas quantifiés dans le questionnaire. Tout ce que l’on peut affirmer, c’est que les femmes gardiens de la paix (qui exercent, du fait de leur grade, des métiers plus physiques que ceux de la hiérarchie policière) n’appartiennent pas plus à des fratries masculines que leurs homologues masculins et ne sont pas davantage aînées ou filles uniques. Ce simple constat permet d’invalider tout discours essentialiste qui accorderait à la composition des fratries et au rang de naissance un rôle déterminant dans le choix d’un « métier d’homme ». Si l’on tient en effet un tel raisonnement, les femmes au grade de gardien de la paix, réputé le plus viril, auraient dû être plus fréquemment des filles uniques ou issues de fratries masculines.

32Un autre point mérite une précision : un peu moins de la moitié des femmes entrées par vocation dans la police prétendent ne pas avoir été un garçon manqué et revendiquent clairement leur féminité. C’est le cas de Mlle Offéléa, très coquette, sportive de haut niveau : « J’ai toujours été dans un milieu d’hommes. Dans la famille, je suis la seule fille. J’ai les mêmes copains que mon frère. En athlétisme, il n’y a plus de garçons que de filles. J’ai plus d’amis garçons que filles, sans être pour autant garçon manqué » (élève lieutenant, 26 ans). Le sens attribué à l’expression « garçon manqué » est à l’évidence très différent d’une enquêtée à l’autre : pour les uns, ce terme renvoie au simple fait de préférer les jeux des garçons (sans nécessaire virilisation du corps). Pour d’autres, le terme implique nécessairement, à leurs yeux, une perte de féminité qui les conduit à réfuter pour elle-même une telle étiquette.

  • 23 On a considéré que les filles uniques, les filles au frère défaillant et les filles au père manqua (...)
  • 24 C’est également le cas dans les sports masculins et à l’armée (Mennesson 2005 ; Sorin 2003).

33La polysémie de la catégorie « garçon manqué » invite à déplacer l’interrogation sur la place occupée dans la famille : les femmes policiers sont-elles des « garçons manquants » ? Cette formule, diffusée par Anne-Marie Daune-Richard et Catherine Marry, désigne les filles qui « occupent à des degrés divers une place de “garçon” dans leur famille d’origine ». « Cette défaillance des fils peut provenir de leur absence physique de la fratrie (filles uniques, fratries exclusivement féminines ou frères décédés) : la fille occupe alors la place du “garçon manquant” [...] Cette situation renvoie aussi [...] à des situations flagrantes d’échec scolaire de la part des frères » (Daune-Richard & Marry 1990 : 45). Le cas des femmes policiers permet d’apporter une nuance à ce modèle : en règle générale, les frères et les pères sont tout à fait présents dans leur rôle d’« homme » de la famille. La fille, loin de se substituer à l’un ou à l’autre, s’inscrit au contraire dans leur continuité. Elle est alors investie des mêmes aspirations qu’un garçon, sans être obligée, du reste, d’adopter une hexis corporelle spécifiquement virile. En ce sens, elle est « un garçon en plus » plutôt que la remplaçante du « garçon manquant » de la famille. Parmi les femmes entrées par vocation, on compte ainsi trente-six « garçons manquants », « garçons en plus » et/ou « garçon manqués » sur les cinquante-sept femmes interrogées qui ont la vocation23 (contre seulement huit parmi les femmes entrées par réalisme) -indice que tous ces cas de socialisation primaire inversée pèsent d’un grand poids dans le choix d’un métier masculin24.

34Prédisposées par leur famille, ces femmes, transfuges de sexe, ne vivent ainsi pas leur choix professionnel comme une transgression sociale, mais comme une vocation tout à fait « naturelle », d’autant plus évidente qu’elle est légitimée par l’assentiment parental. Elles présentent leur goût précoce pour la sociabilité masculine et leur désintérêt pour les jeux de filles comme allant de soi, et elles ne mentionnent aucune discrimination familiale ou amicale à leur égard au cours de leur enfance. Leur parcours est considéré comme une réussite, suscitant la fierté de leurs proches.

  • 25 À l’entrée en école de police, les alliances se recomposent en faveur d’un renforcement de l’homog (...)
  • 26 Par « division sexuelle du travail », on n’entend pas ici partage des tâches ménagères, mais distr (...)

35Les conjoints s’inscrivent dans la continuité de ce soutien familial. On aurait pu de prime abord s’attendre à ce que ces femmes rencontrent davantage d’obstacles conjugaux. Les entretiens démentent cette hypothèse. Les femmes qui veulent devenir policier se choisissent des conjoints (au sens large de petit ami, concubin et mari) généralement tolérants – du moins lors du passage du concours25. Deux cas doivent néanmoins être distingués : certains conjoints jouent un rôle actif en étant initiateurs du projet policier, d’autres sont tout simplement complices (en ne décourageant pas un tel projet professionnel). Le premier cas de figure concerne surtout les hommes et les femmes devenus policiers par réalisme, qui se trouvent entraînés par leur conjoint sur la pente policière, pour répondre à l’urgence de trouver un emploi. Il en est tout autrement pour celles qui ont la vocation : elles n’ont pas attendu d’avoir un conjoint pour découvrir leur passion professionnelle. C’est même plutôt l’inverse : elles choisissent un conjoint qui permet précisément d’accomplir, parfois même d’accélérer la réalisation de leur projet initial. Le plus singulier dans cette situation (commune aux deux sexes), c’est finalement que les futures femmes policiers aient réussi à trouver des conjoints relativement indifférents à leur intégration dans un métier d’homme – signe d’une évolution des mœurs en matière de division sexuelle du travail au sein du couple26. Cette tendance à la neutralité semble aller en s’accentuant : alors que les anciennes sont pour la plupart célibataires au moment de leur entrée en école de police, les jeunes femmes policiers font état d’une situation matrimoniale plus engagée (du fait même de la libéralisation des unions libres). Elles témoignent du soutien favorable de leur conjoint, qui, en quelque sorte, prend la suite des parents. Sa bienveillance contribue à naturaliser l’évidence d’une telle orientation professionnelle.

36Père, mère, frère, grand-père, conjoint constituent des adjuvants déterminants pour la majorité des femmes qui ont la vocation. Invoquées tantôt comme des modèles à part entière, tantôt comme des complices encourageants, ces figures confortent le principe d’une prédisposition des futures femmes policiers à leur métier. La collaboration de l’ensemble de la famille à cette transgression de l’ordre des sexes (qu’elle passe par l’homosociabilité enfantine, par la virilisation du corps ou par une conception asexuée du métier policier) témoigne d’une évolution des mœurs familiales : certaines filles sont à ce point éduquées en dehors du principe de ségrégation des sexes que le métier policier s’est imposé à elles comme allant de soi. Quand on a tenté de signaler à ces femmes qu’elles étaient des « transfuges de sexe », la formule n’a pu rencontrer que des échos défavorables. La plupart des femmes policiers n’avaient pas vécu leur conversion comme une révolution familiale – du moins au moment de passer le concours. Elles n’ignoraient évidemment pas avoir choisi une filière atypique, elles se sentaient juste suffisamment singulières pour pouvoir s’imposer comme l’exception qui confirme la règle. C’est en cela que ces femmes peuvent être qualifiées d’« héroïques ». Elles s’estiment dotées d’une étoffe, d’une audace, de compétences, d’un caractère, d’une force nécessaires à l’exercice d’un métier policier très idéalisé, et que la moyenne des femmes ne saurait partager. Médias et familles alimentent cette mythologie de la femme policier superwoman qui ne représente qu’elle-même, et ne s’érige pas en modèle social à généraliser (Pruvost 2005). Si la généalogie familiale (et non le contexte général des avancées féministes) a tant d’importance dans les récits de ces femmes, c’est parce que leur trajectoire leur apparaît comme radicalement individuelle et relativement inimitable.

  • 27 16 % des pères de policiers sont défavorables/plutôt défavorables au choix policier de leur fils e (...)

37Cet éloge de l’individualité est porté à un très haut niveau quand la vocation n’a pas recueilli l’assentiment des proches : cristallisant l’aversion de certaines catégories sociales, le métier de policier peut en effet susciter l’engouement de jeunes gens en rupture avec leur famille ou animés par un certain esprit de contradiction envers l’idéologie dominante de leur milieu d’origine. Contre toute attente, les femmes ne sont pas davantage représentées dans cette catégorie. On trouve dans l’enquête statistique la même proportion d’hommes et de femmes (environ un cinquième27) à revendiquer une vocation oppositionnelle. Les témoignages féminins d’opposition familiale et directe sur le principe même d’exercer un métier d’homme sont de fait très rares. Les objets de conflits sont en outre très proches et on constate une même exacerbation du conflit quand les parents sont très engagés à gauche. On aurait pourtant pu imaginer que les femmes payent doublement cette rupture. Tel n’est pas le cas dans la majorité des récits féminins. Comme on le verra ultérieurement, rares sont celles qui présentent leur candidature comme une émancipation féministe. Même si cet aspect pèse d’un certain poids dans leur décision, il est loin d’être central. Pour la très grande majorité d’entre elles, cette dimension ne fait tout simplement pas partie de leur paysage politique personnel. Elles tendent à individualiser leur trajectoire propre. On retrouve le principe d’héroïsation développé par les médias, qui tend à ériger la personnalité comme l’origine même de cette vocation atypique. L’argument du caractère, totalement dépolitisé, est plébiscité par l’institution policière elle-même et par le corps social dans son ensemble.

38C’est sur ce point (et non sur l’intensité même de l’opposition rencontrée auprès de leurs proches) que les femmes se démarquent véritablement de leurs collègues masculins. Parce que la candidature des hommes, pour un tel métier, est tout à fait légitime, il ne leur est pas nécessaire de faire la preuve, en entretien, de dispositions mentales ou physiques « innées », en accord avec le métier policier. Les femmes mettent au contraire l’accent sur leur « niaque ». Cette détermination est bien évidemment d’autant plus forte lorsque la famille s’érige en obstacle. Les opposants deviennent alors, à leur insu, des adjuvants qui renforcent la volonté d’un positionnement contradictoire. D’une manière générale, l’argument du « savoir être » est avancé par la plupart des femmes policiers. Hommes et femmes policiers ne se distinguent donc pas tant sur la nature et l’intensité des oppositions rencontrées que sur les leçons qu’ils en tirent : les femmes y voient l’occasion de faire la preuve de la fermeté de leur engagement professionnel. Elles sont d’autant plus enclines à opérer une telle conversion que la socialisation policière les invite à considérer la force de caractère comme un atout, permettant d’atténuer la différence des sexes.

L’idéalisation du métier

  • 28 « On peut considérer que l’imagination a sa place dans le contexte de l’interaction au même titre (...)
  • 29 C’est le cas d’un quart des policiers de notre échantillon.
  • 30 Si on réduit les images idéalisées aux seules fictions, l’enquête sociodémographique montre que la (...)

39Réalisme économique, soutien des proches, socialisation inversée, oppositions familiales ne suffisent pas à expliquer pourquoi des femmes ont pris le parti de choisir un métier typiquement masculin. Entre la décision rationnelle d’embrasser un métier et la fixation de cet impératif social sur la police nationale s’intercale un « je ne sais quoi »28 que l’analyse des médiations familiales et socioéconomiques ne suffit pas à résorber. Les policiers ne s’en cachent pas : la vocation est pétrie d’images idéalisées. Ces références sont récurrentes, d’un entretien à l’autre29. Elles touchent aussi bien les enfants de non-policiers que les enfants de policiers (qu’on aurait pu imaginer moins réceptifs à l’idéalisation, en raison de modèles familiaux immédiats)30 – preuve que cette pente imaginaire n’est pas moins suivie par ceux qui connaissent déjà le métier.

40Si les policiers se réfèrent constamment à des « images idéalisées » pour expliquer leur choix professionnel, c’est tout d’abord parce qu’elles sont indispensables, selon Paul Ricœur, pour accéder à la connaissance de soi : « Ces récits représentent un thesaurus inépuisable auquel nous empruntons d’innombrables modèles pour nous comprendre nous-mêmes. » La fiction « peut être ainsi considérée comme un laboratoire d’expériences de pensée que [...] nous pouvons appliquer à nous-mêmes » (Ricœur 1993 : 21). On ne peut cependant mettre sur le même plan toutes les représentations environnantes. Dans le cas de la police, elles sont pléthoriques, pour ne pas dire envahissantes. Nulle autre profession ne fait l’objet d’une mise en série télévisuelle, cinématographique et romanesque aussi conséquente et, dans cette production, les héroïnes occupent une place de choix.

  • 31 Quand ce n’était pas le cas, une question sur l’influence des fictions policières était posée, mai (...)
  • 32 A l’instar de l’étude de Sabine Chalvon-Demersay sur l’aura de la série Urgences auprès des médeci (...)
  • 33 Dans l’enquête Interface, il n’y a que cinq modalités (Hauser & Masingue 1982), dans l’enquête Coh (...)
  • 34 En guise de rappel, il y a ainsi 41 % d’hommes et 30 % de femmes réalistes, 31 % des hommes et 35  (...)

41Leur influence précise sur la vocation étant très difficile à mesurer, on est parti du recensement spontané31 dressé par les policiers eux-mêmes dans leur récit32. On a ensuite procédé à la recension des images idéalisées les plus fréquentes, qu’on a synthétisées en huit formules et intégrées au questionnaire. Ce large panel de modalités sur les motivations initiales33 a permis de diviser le groupe des vocationnels en trois sous-groupes : ceux qui ont choisi le métier « parce que c’est un métier où on bouge » et/ou « parce que c’est un métier hors du commun » ; ceux qui sont entrés dans la profession pour « faire un métier de contact », pour « faire un métier utile » ; ceux qui ont choisi la police pour « le commandement », « parce qu’on est respecté », pour « faire respecter l’ordre et la loi »34. La possibilité offerte de faire deux choix dans l’ordre de préférence parmi toutes les motivations proposées permet d’augmenter les proportions des modalités les plus rarement choisies, et de révéler la force ou la faiblesse des écarts entre les sexes (cf. tableau 2).

42Ainsi les femmes sont-elles davantage portées que les hommes par l’aventure que suppose l’exercice d’un tel métier. Le fait que la police soit un métier d’ordre est un argument auquel les femmes sont également plus sensibles que les hommes. L’écart entre les sexes, contre toute attente, est en revanche assez peu significatif pour ce qui concerne l’engagement missionnaire dans le métier. Reste un dernier argument, proprement féminin, qui n’est pas recensé par l’enquête par questionnaire (sinon par la formule sibylline : « faire un métier hors du commun ») : il s’agit des femmes entrées dans la police pour exercer un « métier d’homme ». Comme il s’agit d’une forme d’aventure, ce dernier groupe a été amalgamé, d’un point de vue statistique, au premier groupe. Il importe toutefois de lui accorder une place distincte dans l’analyse qualitative.

43La perspective d’exercer un « métier d’homme » est de fait un fantasme proprement féminin que les hommes, légitimes dans la profession, ne sauraient partager. On aurait pu s’attendre à ce que les femmes se réfèrent davantage à l’aspiration anticonformiste d’entrer dans un bastion masculin, mais seule une minorité de femmes avance ce type d’argument en entretien. Il importe d’expliquer cette rareté, d’autant que les quelques femmes concernées prêtent des connotations assez diverses à la formule consacrée de « métier d’homme ».

44Les anciennes, recrutées dans les années 1970 et au début des années 1980, sont tout d’abord plus enclines à avouer avoir été motivées par le projet d’être des pionnières historiques dans un « métier d’homme ». C’est le cas de Mme Commandol, sensible au battage médiatique autour de l’année de la femme, en 1975.

Tableau 2. Motivations préférentielles des policiers (cumul du premier et du second choix) par grade et par sexe.

Tableau 2. Motivations préférentielles des policiers (cumul du premier et du second choix) par grade et par sexe.
  • * Supérieur à 100 car il s’agit du récapitulatif des choix 1 et/ou 2, converties en question oui/non

Note **
Source : Geneviève Pruvost, Philippe Coulangeon, Ionela Roharik, 1982-2003 : enquête sociodémographique sur les conditions de vie et d’emploi de 5 221 policiers, ihesi-inhes, 2004.

J’avais vingt-deux ans, c’était en 1975, j’ai vu à la télé début novembre un reportage sur Danielle Thiéry, inspecteur de police. Le lendemain, je me suis inscrite et j’ai passé le concours. Ce qui m’avait plu dans le reportage, c’est que cette jeune femme avait beaucoup de personnalité. Ils montraient une femme active qui bougeait beaucoup. Elle n’était pas statique derrière un bureau. A l’époque, on était casé derrière son bureau. Ce qui me plaisait, c’était le côté novateur. [...] L’image qui était offerte à cette époque aux jeunes femmes ne correspondait pas trop à mon caractère J’ai eu le bac et j’étais en fac de droit quand j’ai décidé de passer le concours. Mon père [militaire] était ravi, c’est le côté « ça sortait de l’ordinaire », à l’époque. Il était très fier (commandant, sp, 46 ans).

45Il y a ensuite celles qui entendent être pionnières en terrain familial. C’est le cas de Mme Comipoi, qui n’est pas soutenue par sa mère.

J’avais une vague idée de ce que je voulais, mais pas vraiment. Et le concours de commissaire s’est ouvert aux femmes. Ce qui me plaisait, c’est que ça sortait de l’ordinaire [...] Je n’avais aucune connaissance du milieu policier, si ce n’est livresque et télévisuelle, mais c’est loin de la réalité. J’avais la connaissance de M. Tout-le-monde. Je voyais un métier vivant, du contact, opérationnel, ça correspondant à ma nature un peu speed. Ce n’était pas « planplan ». Je me voyais aimer ce genre de travail [...]. A l’époque où j’ai passé le concours, j’étais en froid avec ma mère, je voyais moins mon père. J’ai passé ce concours sans le dire à ma mère, en me disant : tu ne vas pas être étudiante toute ta vie. Il faut te bouger. Il y avait une part de défi. Tu vas voir ce que tu vas voir. Donc mes parents ont découvert ça quand les RG sont venus frapper à leur porte pour se renseigner (commissaire principale, 49 ans, dfpn).

46Si Mme Comipoi passe outre les interdits familiaux, c’est parce qu’elle est convaincue, comme Mme Commandol du reste, que le métier correspond à sa « nature ». Mme Comipoi appartient à une génération où se dessine une autre conception de l’engagement professionnel : pourquoi le métier serait-il nécessairement imposé par l’héritage familial, par la division sexuelle du travail, par sa classe sociale ? Un autre idéal se fait jour dans les années 1970. Il faut exercer une activité qui soit en accord avec son individualité, son « caractère ». Si l’on se sent « active », si l’on aime le commandement, pourquoi ne pas embrasser un métier d’action ou de responsabilité réservé aux hommes ? L’influence féministe, mais aussi l’idéologie individualiste du libre choix, est ici patente. Certaines femmes policiers revendiquent clairement l’emprise de ces influences. Elles sont cependant très rares à entrer dans la profession par militantisme féministe (3 sur 86 dans notre échantillon).

47Un second type d’argument spécifiquement féminin – beaucoup moins engagé et marqué, d’un point de vue générationnel – est avancé : il s’agit d’échapper à 1’« entre femmes » qui règne dans les métiers féminins. Le syntagme « métier d’homme » prend alors une autre connotation : la police apparaît, entre autres, comme un métier attractif, parce que les femmes y sont en minorité. Ce n’est pas un hasard si ce sont surtout les jeunes générations qui affichent leur préférence pour la compagnie des hommes. Les jeunes femmes ont connu la mixité à l’école et le développement des amitiés masculines électives, sans engagement sexuel. A la différence des générations précédentes, il est en effet possible de rechercher sans danger le contact du sexe opposé, sans être nécessairement suspectée d’intentions séductrices.

48L’expression « métier d’homme » peut renvoyer à une interprétation encore légèrement différente : il ne s’agit pas tant d’exercer son métier aux côtés d’une majorité d’hommes, que d’accomplir une tâche traditionnellement masculine, comme le commandement (assez aisément revendiqué par les femmes commissaires). Le souhait d’exercer un métier atypique ou de travailler dans un environnement majoritairement masculin ne signifie en effet pas nécessairement qu’on accomplisse le même travail que les hommes. Pour certaines femmes affectées à des tâches de secrétariat, il suffit de savoir qu’elles sont affiliées à une institution masculine pour qu’elles soient auréolées du prestige de l’exceptionnalité, alors qu’en pratique, la division sexuelle du travail est tout à fait respectée. C’est pourquoi certaines d’entre elles n’ont pas hésité à bien préciser qu’elles ont choisi la police pour être sur le terrain, pour commander. « L’armée m’aurait intéressée, mais j’avais regardé, les femmes étaient cantonnées dans des métiers administratifs et la police, c’est un métier que je ne connaissais pas. Ce qui m’intéressait vraiment, c’était le commandement », explique Mme Comidil, fille de militaire (commissaire divisionnaire, pj, 45 ans).

49S’il est tout à fait légitime de préciser qu’on préfère les métiers à sociabilité majoritairement masculine, il est en revanche beaucoup plus risqué d’affirmer qu’on est entré dans la police pour la « castagne », l’affrontement, le maniement des armes ou le danger physique. Telle est en effet la quatrième nuance que l’on peut prêter au souhait d’exercer un « métier d’homme », mais aucun témoignage de femmes n’en fait état. Pour expliquer leur entrée dans le métier, les femmes citent d’autres attributs virils, plus inoffensifs, comme le port de l’uniforme, la moto et le sport. Les hommes ne sont du reste pas plus enclins que les femmes à afficher leur goût pour le maintien de l’ordre ou la démonstration de force. Ils ont largement intériorisé le discours de pacification des mœurs. Il va sans dire que le titre original de cette recherche, « l’accès des femmes à la violence légale », est apparu comme un non-sens aux femmes qui n’établissent pas de lien entre leur motivation initiale et le pouvoir radicalement nouveau que leur confère la fonction de policier dans l’espace public. Ce point n’est pas objectivé par les femmes, qui, lorsqu’elles affirment vouloir rompre avec le stéréotype féminin de la femme traditionnelle, ne formulent pas le fantasme d’une totale appropriation des attributs masculins.

50Ces limites sont si fortes que la majorité des femmes interrogées ne considèrent pas que la police, pour être un métier d’homme, ait pu les fasciner en tant que tel. Nos relances en la matière ont été soit rejetées, soit rendues caduques par l’économie même des récits, organisés autour d’un argumentaire qui ne laisse pas place à cette dimension sexuée. S’agit-il d’un déni ? La faible proportion de femmes dans la police (16 %) et l’aura médiatique dont elles bénéficient encore dans les années 2000 montre pourtant bien que la féminisation continue de faire événement, aussi bien du point de vue sociétal que strictement policier. On se retrouve donc face au paradoxe suivant : les femmes ne peuvent pas ignorer que leur choix d’intégrer ce « métier d’homme » n’est pas banal. Or en entretien, elles nient, pour une grande partie d’entre elles, avoir été motivées par ce statut singulier. Comment expliquer un tel décalage ?

51Il faut tout d’abord prendre en compte le caractère rétrospectif des entretiens. La remémoration des motivations initiales a subi un premier filtrage à l’école de police, puis un second, opéré par les conversations informelles entre policiers et les discours officiels. Dans tous ces lieux, la neutralité est de mise : « Chez nous, il n’y a pas d’hommes, pas de femmes, on est tous des flics. » Dans un tel cadre, les femmes ne sont guère autorisées à affirmer des motivations initiales différentes de celles des hommes, à moins d’être une ancienne, protégée par son statut hiérarchique et son expérience. Il faut aussi prendre en compte l’existence de tout un contingent de femmes, jeunes et moins jeunes, qui n’ont pas été éduquées dans le respect des frontières qui séparent les métiers masculins des métiers féminins, soit parce que leurs proches les ont encouragés dans cette voie, soit parce qu’elles ont évolué dans une sociabilité masculine qui les a conduites à considérer leur choix comme totalement adéquat à leur « personnalité », soit encore parce qu’elles ont été particulièrement réceptives au modèle républicain d’égalité des sexes. C’est le cas de Mlle Coméleb, élève commissaire, qui prétend ne pas s’être posé la question « d’être une femme ».

J’ai toujours su que mon grand-père était brigadier, mais on n’a jamais parlé police. J’ai toujours su que je voulais travailler dans le judiciaire, l’ordre public, mettre les gens en prison. Je savais déjà que je voulais être dans la police. Je ne me suis pas posé la question du fait d’être une femme. On fait partie d’une génération où le problème ne se pose pas. Quand j’ai eu le concours de commissaire, mon père m’a dit : oui, il y a des machos, je lui ai répondu : on est à un stade où ça va évoluer. Je ne me sens pas coupable d’être une femme. Je ne l’ai jamais ressenti. Si on a cette confiance-là, on part bien. C’est encore une remarque que m’ont faite les copains : « Tu ne vas commander que des bonshommes. » Moi, je voulais être commissaire pour la fonction, pas en tant que femme (élève commissaire, 26 ans).

52Pour contourner les effets de la division sexuelle du travail, les jeunes générations ont tout intérêt à revendiquer la neutralité de leur vocation : elles mettent ainsi à distance l’image disqualifiée de 1’« assistante sociale » et celle de la féministe intraitable, en chasse contre toute forme de discrimination. L’indifférenciation des tâches étant pour la plupart d’entre elles un idéal, les femmes ne manquent pas de rappeler qu’elles ont vécu un moment d’innocence, assez enthousiaste, celui du projet professionnel, où leur sexe était relativement indifférent.

53Ces quelques témoignages, si minoritaires soient-ils, invitent à considérer l’appartenance de sexe comme une construction qui se forge avec les années et non comme une détermination contraignante dès le plus jeune âge. Comment expliquer en effet qu’une partie des femmes ait réussi les concours de police, sans s’être demandé, préalablement, si le fait d’être une femme serait un obstacle à la réalisation de leur vocation ? A trop considérer le principe d’égalité professionnelle comme une simple illusion entretenue par les « dominants » (avec la complicité des « dominés »), on relègue le cas des femmes policiers à la marge. Le parti pris adopté ici est inverse. Il s’agit d’accorder du crédit à cette expérience de neutralité, en restituant les conditions sociales et familiales qui ont permis à cette aspiration de s’actualiser dans un métier. Il est bien évident que cet idéal de neutralité s’étiole, s’aménage et se recompose en école de police et en poste. Cette croyance n’en est pas moins dotée d’une force efficace : les femmes passent les concours de police avec le même type de motivations que leurs homologues masculins, à commencer par l’aventure.

  • 35 On recense dans cette catégorie 35 % de femmes et 31 % d’hommes.

54L’aventure est de fait la raison la plus fréquemment invoquée, aussi bien en entretien que dans l’enquête sociodémographique. Un tiers des policiers hommes et femmes35 résument leur vocation initiale au désir d’exercer un métier d’action : les formules « arrêter les bandits », « jouer au gendarme et aux voleurs », ainsi que les références au film Quai des Orfèvres, à la série Starsky et Hutch sont récurrentes. Les romans policiers sont également convoqués jusqu’à la littérature de jeunesse (les romans d’Agatha Christie, Alice, Le Club des Cinq ou Les Six Compagnons), principalement citée par les femmes, qui sont de plus jeunes et de plus grandes lectrices que leurs homologues masculins. Dans tous les cas, l’intention est la même : le caractère trépidant du métier est à ce point central qu’il constitue une motivation à part entière qui suffit en soi à expliquer la vocation. Ces résultats permettent de mettre à mal le stéréotype de la femme civilisatrice : le projet de rendre un service à la société est éludé au profit de l’action (au sens d’Action Movie).

  • 36 La comparaison est toutefois à prendre avec précaution dans la mesure où les modalités des deux qu (...)
  • 37 24 % des hommes missionnaires n’ont ainsi inscrit qu’une modalité unique (relevant d’un choix miss (...)

55Dans l’enquête par questionnaire, on compte de fait, dans l’effectif total, seulement 19 % d’hommes et 22 % de femmes qui choisissent le métier pour les contacts qu’il offre et l’utilité sociale qu’il représente (cf. tableau 1). Cette proportion était deux fois plus élevée en 1982 où la perspective d’être utile recueillait 45 % des suffrages, avec des taux plus élevés parmi les gardiens de la paix que parmi les inspecteurs36. En 2002, ce sont inversement les officiers, plus que les gardiens de la paix, qui avancent des arguments missionnaires. Ces données appellent divers commentaires : la dimension sociale de la police attire désormais assez modérément les candidats, du moins ceux qui ont réussi, notamment aux grades inférieurs qui sont pourtant les plus concernés par cet aspect du métier, et, contrairement à un lieu commun qui circule dans la profession, les femmes n’affichent pas d’intentions sensiblement plus altruistes. La deuxième motivation principale des femmes animées d’intentions missionnaires est de fait le goût de l’aventure, suivi de très près par le goût de l’ordre. Ce n’est pas le cas des hommes qui ont la vocation missionnaire la plus affirmée : ils sont plus nombreux que les femmes à être des « missionnaires purs et durs », autrement dit à opter radicalement pour cette conception du métier (cf. tableau 2)37. Du point de vue argumentaire, quelques spécificités féminines se dessinent néanmoins : elles sont les seules à mettre en avant leur attirance pour la cause des mineurs et à inscrire leur choix professionnel dans la continuité d’une autre carrière sociale, précédemment expérimentée. Ce n’est pas le cas des hommes, qui se réfèrent à un univers de croyance plus viril, plus héroïque du point de vue moral et politique : il s’agit d’être « justicier », de « sauver la veuve et l’orphelin », de promouvoir une police plus humaniste, moins raciste. Les jeunes femmes, par rapport aux anciennes, se rapprochent néanmoins de plus en plus de cette rhétorique.

  • 38 C’est aussi parmi eux qu’on trouve le moins de rigoristes purs et durs : 30 % des hommes et 22 % d (...)
  • 39 C’est le cas de 37 % d’entre elles. Pour les hommes, le second choix le plus fréquent est l’aventu (...)
  • 40 Cette plus grande présence féminine est corroborée par les résultats de l’enquête Cohorte (Monjard (...)

56En témoigne la proportion de femmes à formuler le projet de faire régner l’ordre social et hiérarchique. Cette motivation initiale occupe certes le dernier rang pour les deux sexes à tous les grades (après l’aventure, le réalisme économique et l’engagement missionnaire)38. Elle n’en est pas moins remarquable par sa dimension sexuée. Les femmes ont des motivations initiales plus rigoristes que les hommes : dans l’effectif total, 14 % de femmes contre 9 % d’hommes ont choisi le métier pour faire respecter l’ordre et la loi, pour le commandement et pour se faire respecter. Le goût pour l’ordre et la loi se combine, certes, plus fréquemment, en second choix, avec une aspiration missionnaire pour les femmes39. Mais si l’on combine les réponses choisies en premier et en second choix, la proportion de femmes « rigoristes pures et dures » est supérieure à celle des hommes (26 % d’hommes contre 31 % de femmes). Ces différences de sexe sont suffisamment constantes, depuis une décennie40, pour être mentionnées.

57Précisons d’emblée qu’en terme de contenu, les policiers des deux sexes se réfèrent très rarement au statut que leur confère leur fonction – autrement dit au fait d’être socialement respecté. Ce qui motive avant tout les impétrants, c’est la perspective de « faire respecter l’ordre et la loi ». « J’ai toujours su que je voulais travailler dans le judiciaire, l’ordre public, mettre les gens en prison », explique Mlle Coméleb (élève commissaire, 26 ans). Plus ordinairement, les policiers hommes et femmes se contentent de signaler, en entretien, qu’ils ont toujours été respectueux des lois et de l’ordre social ou qu’on leur a « inculqué le sens du service de l’État, de la nation, de l’ordre » (Mme Commandil, commandant, dfpn, 50 ans). Autant dire que rares sont les policiers en quête de reconnaissance sociale ou avides de commandement et d’autoritarisme. Plus nombreux sont ceux qui sont soucieux d’ordre. Et sur ce plan, que ce soit en premier ou en second choix, les femmes sont plus attentives à cette dimension que les hommes (cf. tableau 2). Ces résultats invitent à rompre avec le stéréotype de la femme policier entrée dans la police pour être une « assistante sociale reconvertie ».

58Reste à savoir si la proximité des argumentaires féminins et masculins s’accompagne de caractéristiques sociodémographiques communes (cf. tableau 3).

  • 41 La distribution par âge des réponses à la question des motivations est éloquente : plus les polici (...)
  • 42 51 % des « aventuriers » (contre 37 % des réalistes et 44 % dans la population totale) ont moins d (...)

59L’âge constitue une variable déterminante pour les deux sexes en général, et les femmes en particulier : les partisans de l’ordre forment ainsi la population la plus jeune de tous, toutes catégories confondues. Viennent ensuite ceux qui avancent des arguments d’aventure (plus jeunes que ceux qui avancent des arguments socioéconomiques ou de type missionnaire). Le jeune âge, dans le cas des aventuriers, s’explique assez logiquement par la distribution des emplois policiers : les moins expérimentés occupent en général les postes les plus actifs, tandis que les plus anciens se trouvent davantage à des postes plus « tranquilles ». Le fait que les anciens n’accordent pas à l’action, dans leur souvenir, la même importance que les jeunes peut donc naître tout simplement de leur activité présente et d’un rapport au travail plus routinier. Les plus anciens sont aussi ceux qui ont bien compris que le métier policier n’exigeait pas d’être sur le « qui-vive » en permanence. Le jeune âge des rigoristes s’explique d’une autre manière. On fait l’hypothèse qu’ils constituent la part d’élèves policiers la plus perméable aux discours véhiculés en école de police. La formule « faire respecter l’ordre et la loi » est en effet un leitmotiv pédagogique. Ceux pour qui cette expérience scolaire (autrement dit, les plus jeunes) est encore fraîche optent plus fréquemment que les autres pour cette modalité du questionnaire41. Les femmes, converties par le rigorisme du métier, sont néanmoins encore plus jeunes que leurs homologues masculins, avec 70 % d’entre elles en dessous de 35 ans, et elles ont la vocation la plus précoce : 63 % (dont une majorité d’entre elles, dès l’enfance) ont eu l’idée de devenir policier avant le bac. Il en est de même dans le groupe de ceux qui associent police et aventure42. Cela s’explique en partie par la moindre proportion de femmes parmi les anciennes, étant donné le caractère assez récent de la féminisation du métier, mais aussi par la précocité de la vocation de ces femmes.

Tableau 3. Grade, âge et diplôme par motivation initiale et par sexe.

Tableau 3. Grade, âge et diplôme par motivation initiale et par sexe.

Source : Geneviève Pruvost, Philippe Coulangeon, lonela Roharik, 1982-2003 : enquête sociodémographique sur les conditions de vie et d’emploi de 5 221 policiers, ihesi-inhes, 2004.

  • 43 Un peu moins d’un officier sur deux est aventurier, soit 47 % des hommes et 48 % des femmes offici (...)
  • 44 Même si aujourd’hui, la réforme de 1995 a perturbé cette distinction, l’image de « l’inspecteur » (...)
  • 45 18 % contre 10 % parmi les réalistes et 14 % dans la population totale. 73 % d’entre eux sont bach (...)
  • 46 24 % d’entre elles ont un père ouvrier (contre 19 % pour les hommes) et 31 % ont un père employé ( (...)

60Le grade, fortement corrélé au niveau d’études et à la classe sociale, est également discriminant : quel que soit le sexe, un peu moins d’un officier sur deux, contre moins d’un sur trois parmi les gardiens de la paix, fait un choix aventurier43. La différence de prestige social assigné à chaque grade explique une telle distribution : le futur gardien de la paix se fait moins d’illusions sur l’exceptionnalité ou le caractère aventureux de son métier que les officiers, qui peuvent puiser des modèles héroïques dans la littérature et le cinéma qui privilégient les corps en civil et négligent totalement les corps en uniforme44. Il n’est donc pas étonnant que le groupe des aventuriers possède les mêmes caractéristiques sociales que celui des officiers et des commissaires : ils sont plus diplômés et plus fréquemment issus de familles de cadres et de professions intellectuelles supérieures45. C’est parmi eux qu’on trouve le plus d’anciens étudiants qui n’ont jamais eu un emploi (41 %). Tous ces éléments sont liés : le fantasme de l’aventure peut naître précisément du confort matériel et mental que procurent une famille relativement aisée, un certain niveau de diplôme et la possibilité de différer l’entrée dans la vie active. Ce portrait général est accentué pour les femmes officiers. Celles-ci sont issues de familles légèrement plus modestes46. Elles ont par ailleurs moins fréquemment que leurs homologues masculins un père exerçant une profession intermédiaire ou intellectuelle supérieure. Pour les femmes officiers en quête d’un métier actif et singulier, la profession de policier constitue donc une ascension sociale bien plus affirmée, essentiellement réalisée par les études. C’est la population féminine qui est la plus diplômée avec 87 % de femmes bachelières. Les femmes, misant sur le caractère aventureux du métier, se trouvent dès lors la catégorie la plus éloignée des réalités de la vie active : plus d’une sur deux (55 %) est étudiante avant d’entrer dans la police. Il s’agit là du plus fort taux, comparativement aux femmes et aux hommes des autres catégories – qui ont pour leur part majoritairement exercé un emploi avant d’entrer dans la police. Les « aventurières » semblent ainsi d’autant plus fascinées par ce métier qu’elles sont jeunes et étudiantes, autrement dit en quête d’action.

  • 47 33 % d’entre elles contre 21 % parmi leurs homologues masculins, 21 % parmi les femmes et 18 % par (...)
  • 48 42 % d’entre elles contre 38 % dans la population totale.

61Parmi les policiers pour qui l’utilité sociale et le contact du métier constituent un pôle attractif, c’est le grade et la profession des parents, plus que le niveau d’études, qui ont une incidence : il y a davantage d’officiers altruistes que de gardiens de la paix. Et parmi les officiers, ce sont les femmes qui sont les plus représentées (une femme officier sur trois)47. Les femmes missionnaires sont, toutes catégories et tous sexes confondus, celles qui sont le plus fréquemment issues de familles de fonctionnaire48, ce qui signifie que l’héritage altruiste transmis par une famille de fonctionnaire (qu’on peut présumer plus orienté vers la défense du service public que d’autres familles) conduit plus de femmes que d’hommes à embrasser la profession de la police.

62Dans le groupe composé de policiers qui mettent principalement en avant leur volonté de faire respecter l’ordre et la loi, la classe sociale et le niveau de diplômes sont plus fortement dépendants. On compte principalement dans leur rang des gardiens de la paix, aussi bien chez les hommes que les femmes, qui sont issues des mêmes milieux sociaux que leurs homologues masculins. Elles sont certes plus diplômées que ces derniers (comme dans le reste de la population totale), mais elles le sont moins que la moyenne des femmes. Les femmes affichant une vocation rigoriste sont en outre plus fréquemment d’anciennes engagées volontaires dans l’armée ou la gendarmerie et d’anciennes employées de la sécurité privée, de la police municipale et de l’administration pénitentiaire (pour 7 % d’entre elles) que les femmes des autres catégories (autour de 2 %). Le goût du respect de l’ordre et de la loi a donc conduit une partie d’entre elles à privilégier des métiers connexes à la police. Ce n’est pas le cas des hommes de cette catégorie qui ne compte pas davantage d’anciens militaires ou d’anciens employés dans les métiers de la sécurité que les autres (entre 10 et 12 %). Tous ces éléments convergent : les femmes sont d’autant plus réceptives à la perspective d’intégrer un métier d’ordre qu’elles sont jeunes, peu diplômées et déjà familières avec un autre métier d’homme.

63Ainsi les hommes sont-ils globalement plus nombreux à entrer dans la police pour des motifs économiques, tandis que les femmes invoquent plus largement l’argument de la vocation. De cette distribution, relativement attendue (une femme qui s’engage dans un métier atypique doit en effet faire preuve d’une vocation à toute épreuve pour s’affranchir des stéréotypes de sexe), un fait singulier doit être retenu : une gardienne de la paix sur trois entre dans la profession sans passion, pour la seule sécurité de l’emploi et l’assurance d’un bon salaire. Ce résultat est déjà en soi la preuve que le processus de féminisation de la profession est en voie de banalisation. La banalisation n’implique cependant pas un choix en ligne droite. Les femmes préfèrent s’abriter sous le sceau du hasard ou du choc biographique pour justifier d’avoir choisi l’une des administrations les moins féminisées de la fonction publique. Le procédé de l’argument indirect est à ce point nodal qu’il est également présent dans une grande partie des récits vocationnels : il prend alors la forme de l’oscillation. Les résultats au questionnaire sont sur ce point très éclairants : les femmes sont plus nombreuses que les hommes à opter pour deux modalités relevant de deux catégories hétérogènes. Les « purs et durs » sont surtout des hommes (cf. tableau 4).

64De la même manière, le récit des femmes est plus enchevêtré : plus que les hommes, les femmes rendent compte du cheminement qui a précédé leur décision. Pour la clarté de l’exposé, la scission entre vocation et réalisme socioéconomique a dû être radicalisée, mais il est bien évident que ces frontières sont poreuses.

65La sinuosité des récits féminins ne doit pas occulter une autre constante : la majeure partie des femmes s’engagent dans la profession avec la bénédiction des hommes de la famille (père, frère, grand-père ou conjoint). Ces médiations familiales sont fondamentales dans leur orientation atypique : garçon manqué ou garçon manquant, ces jeunes femmes interprètent leur parcours dans le droit fil de leur socialisation primaire. Il n’est dès lors pas surprenant que les femmes assignent à leur vocation un contenu assez comparable à celui des hommes : quel que soit leur âge, elles sont de la même manière animées par des rêves d’aventure, des idéaux missionnaires et le souhait d’un retour à l’ordre. Les policiers aiment à répéter que « les femmes sont utiles – pour les mineurs et les femmes battues ». Les impétrantes, au moment de passer le concours, aspirent à des fonctions unisexes. La formation vise-t-elle à les convaincre du contraire ?

Tableau 4. Part de policiers ayant des motivations « pures et dures » par sexe.

Tableau 4. Part de policiers ayant des motivations « pures et dures » par sexe.

Source : Geneviève Pruvost, Philippe Coulangeon, lonela Roharik, 1982-2003 : enquête sociodémographique sur les conditions de vie et d’emploi de 5 221 policiers, ihesi-inhes, 2004.

La formation en école de police

  • 49 La formation se fait en alternance et comprend trois volets pédagogiques : des cours théoriques, d (...)
  • 50 Plusieurs études portant sur l’enseignement primaire et secondaire ont montré que la mixité, loin (...)

66Comme dans toutes les professions établies (Hughes 1996), la formation professionnelle49 constitue un moment de conversion, au sens religieux du terme. Il s’agit de procéder à une déculturation de l’individu pour lui insuffler une nouvelle identité – celle d’un « professionnel » extraordinaire, doté de pouvoirs dont il a le quasi-monopole. Dès l’oral du concours, la formation policière ritualise, à grand renfort de cérémonies et d’épreuves initiatiques, ce changement d’état. Une fois en école de police, les élèves sont mis au pas. Pour décrire ce mouvement d’uniformisation des corps et des esprits, il est tentant de s’inspirer du concept goffmanien d’« institution totalitaire », tout en gardant à l’esprit qu’il s’agit d’un lieu fermé où les élèves se rendent de leur plein gré. Les écoles de police sont en effet en partie conçues pour être « un lieu de résidence et de travail où un grand nombre d’individus, placés dans la même situation, coupés du monde extérieur pour une période relativement longue, mènent ensemble une vie recluse dont les modalités sont explicitement et minutieusement réglées » (Goffman 1968 : 41). De fait, les élèves des écoles de police en sortent « métamorphosés » (Van Maanen 1973) : leur « destin social » est modifié et ce « remodelage social » affecte même « les êtres humains les plus irréductiblement hétéroclites qu’une société puisse présenter » (Goffman 1968 : 181). Les différences de sexe font-elles cependant partie des distinctions sociales remodelées et nivelées ou sont-elles au contraire accentuées50 ? Le moment de la formation est présenté comme un moment heureux, d’insouciance juvénile. Mixité semble rimer avec égalité. Entretiens et observations rendent cependant compte de l’ambivalence des acteurs et des pratiques : les principes d’égalité et leur impossible application sont dans le même temps prônés. L’encadrement pédagogique et les élèves des deux sexes collaborent à la mise en place d’une expérience de mixité égalitaire, tout en vantant les normes de la virilité. Ces ambivalences produisent à la fois du genre (la virilisation des femmes) et du sexe (les femmes sont réduites à l’identité typique « naturelle » de leur sexe).

Discriminations au concours

67La formation commence dès la préparation du concours. Les femmes savent qu’elles seront sursélectionnées en tant que femmes. Elles font des choix « raisonnes et raisonnables » (Duru-Bellat 1990) en élaborant des stratégies (accumulation de diplômes, surentraînement sportif, préparation aux oraux) qui leur permettront de réussir l’ensemble de ces épreuves.

  • 51 79 % des femmes gardiens de la paix sont bachelières (contre 56 % des hommes), 26,6 % d’entre elle (...)
  • 52 C’est le cas de 16 % des femmes gardiens de la paix et 59 % des femmes officiers contre 8 % et 44  (...)
  • 53 46 % des femmes gardiens de la paix et 69 % des femmes officiers (contre 63 % et 31 % des hommes) (...)

68En effet, les femmes ne se lancent pas sans filet dans l’aventure des concours policiers. Elles multiplient les années d’études51, compensant par les diplômes le manque de légitimité que pourrait leur conférer leur qualité de femme dans un métier réputé masculin. Cette démarche, la plupart du temps réfléchie, répond tout à fait aux exigences du ministère de l’Intérieur qui a programmé cette sursélection en perpétuant la logique des quotas discriminatoires officiels jusqu’en 1992, puis officieux, après cette date. Il est de notoriété publique, dans la profession, que les femmes passent de facto un concours plus difficile que les hommes. Les épreuves sportives, mais aussi les épreuves orales (qui permettent d’identifier le sexe du candidat) étant des moyens de sélection certains, les femmes ont tout intérêt à mettre l’accent sur les épreuves écrites anonymes. Elles sont dès lors plus nombreuses à avoir fait du droit52. En s’orientant plus fréquemment que les hommes dans cette branche universitaire, les femmes s’assurent une certaine avance dans la préparation des concours policiers par rapport aux non juristes. Enfin, les femmes se concentrent davantage sur leurs études proprement dites que leurs homologues masculins qui ont plus fréquemment exercé un emploi avant de devenir policiers53. Les femmes policiers, tout grades confondus, possèdent donc moins d’expérience professionnelle antérieure que les hommes, et privilégient clairement les études.

  • 54 Pour ce grade, les chiffres sont très anciens et datent de 1984 (Bresse 1986).
  • 55 Le conflit porte très rarement sur le fait que les femmes puissent opter pour un grade inférieur à (...)

69Les femmes ne bénéficient pas seulement de la confiance sociale que leur confère leur haut niveau d’études. Elles sont issues d’un milieu social légèrement supérieur à celui de leurs collègues masculins, du moins au grade d’officier et de commissaire54 (au grade de gardien de la paix, elles sont globalement issues des mêmes milieux sociaux). Cette sursélection des femmes, loin d’être vécue comme une injustice ou une infraction au principe de la méritocratie par les intéressées elles-mêmes et par leurs proches55, permet en partie à ces dernières de compenser le handicap initial que représente leur qualité de femme dans un « métier d’homme » et de se sentir tout à fait à leur place, en dépit d’un rang social et/ou scolaire supérieur. Elles sont ainsi de plus en plus nombreuses à se porter candidates aux concours de police.

  • 56 Entre 1990 et 2003, le nombre de candidats s’est multiplié par 1,8 (on passe de 476 à 873) alors q (...)
  • 57 Avant la féminisation du concours d’officier de paix en 1984, le taux de candidatures est très fai (...)

70Le taux de candidatures féminines au concours externe augmente de fait en moyenne de deux points tous les ans : au grade de commissaire, on passe de 9 % de candidatures à 53 % entre 1975 et 200356. Au grade d’inspecteur, la courbe part de plus haut avec 21 % de candidatures féminines en 1975, pour monter progressivement jusqu’en 1995, date de création du corps des officiers, en remplacement des inspecteurs et des officiers de paix, se terminant par une baisse du taux de candidatures pour les deux sexes : en 2003, en chiffres absolus, il y a trois fois moins de candidats et deux fois moins de candidates que dix ans auparavant. Du point de vue du recrutement, la disparition de la figure de « l’inspecteur » et la création d’un corps unique de commandement en uniforme constituent ainsi un échec. Contre toute attente, cette crise des vocations au grade d’officier touche cependant plus particulièrement les hommes et la baisse des effectifs de candidats profite aux femmes. Le taux de candidatures féminines augmente de dix points à partir de 1995 pour atteindre 40 % en 2003. La militarisation de ce corps intermédiaire effraie moins les femmes. Ces chiffres viennent conforter l’analyse sur les images idéalisées du métier : les femmes qui ont réussi le concours sont davantage motivées que les hommes par la perspective d’exercer un métier d’ordre. La proportion de candidates au concours d’officier reste néanmoins inférieure à celle du concours de commissaire. C’est au grade de gardien de la paix que le taux de candidatures féminines est le plus bas et progresse le moins vite, en passant de 25 % à 33 % entre 198457 et 2003. Les hommes, proportionnellement, continuent d’être largement plus intéressés par ce corps de police que les femmes. Étant plus diplômées que les hommes, celles-ci préfèrent directement postuler au grade d’officier. Il n’en demeure pas moins qu’en chiffres absolus, par rapport au concours d’officier et de commissaire, le nombre de candidates au concours de gardien de la paix est de loin le plus élevé : 19 946 en 2000. C’est de fait le concours qui propose le plus de postes. C’est aussi le plus accessible.

  • 58 Marlaine Cacouault a montré que les professions qui se dévalorisaient sous l’effet de la féminisat (...)

71Ainsi, globalement, sur vingt ans, en dépit de fluctuations conjoncturelles selon les années et les grades, on peut noter une hausse constante du taux de candidatures féminines aux concours externes de police – une hausse très supérieure au taux de candidatures masculines, en baisse. C’est bien la preuve que le métier de policier n’est plus fondé sur l’évidence d’un monopole masculin. Assiste-t-on aux prémices d’une dévalorisation de la profession (les hommes voyant la police se féminiser trouvent d’autres enclaves viriles58) ou à une amorce de diversification des emplois féminins et masculins ? Il faudrait pouvoir enquêter directement en amont sur le choix professionnel des jeunes gens. Dans l’immédiat, on se contentera de signaler que les candidatures féminines sont très sérieuses. En témoigne la proportion de femmes candidates présentes à la première épreuve, plus élevée que celle des hommes, plus enclins à abandonner dès le début du concours.

72Cette hausse des candidatures féminines entraîne-t-elle une hausse proportionnelle des taux d’admission ? Entre le simple fait de déposer un dossier de candidature et celui d’être admis, les obstacles sont nombreux. Il ne suffit pas en effet de passer par « une procédure de sélection formellement démocratique » pour avoir la garantie au final « d’une chance égale à tous, à valeur égale, du point de vue des critères affichés » (Duprez & Pinet 200l a : 205).

73L’introduction des tests psychotechniques de préadmissibilité en 1996, visant à écarter les candidats jugés psychorigides, paranoïaques ou trop approximatifs avec le respect des règles, constitue-t-elle un premier barrage ? Cette étape n’est en effet pas « la plus transparente, puisqu’un certain mystère entoure le contenu de ces tests (corrigés de façon centralisée) » (ibid. : 125). Il a été ainsi prouvé que « 40 % des candidats d’origine maghrébine (contre 24 % des autres) ne franchissent pas cette étape à Marseille, comme 33 % (contre 20 %) à Lille » (ibid. : 126). Pour ce qui concerne les femmes, les chiffres montrent qu’il ne s’agit pas d’une ruse institutionnelle pour les écarter, puisqu’on trouve la même proportion de femmes candidates que de femmes préadmissibles.

74Pour ce qui concerne le taux d’admissibilité, on devrait théoriquement trouver la même proportion de femmes présentes à la première épreuve que de femmes admissibles. Les statistiques concernant les concours de l’Éducation nationale sont très claires : la part de femmes présentes à l’écrit aux concours d’agrégés, certifiés et professeurs des écoles est égale à celle des admissibles et des admis. Le sexe ne pèse donc d’aucun poids dans la sélection. On trouve d’autres résultats dans la police nationale. Les femmes commissaires ne maintiennent pas leur position à l’écrit. Entre 1987 et 2000, on a en moyenne 50 % de femmes commissaires présentes à la première épreuve et 40 % de femmes admissibles. Elles réussissent donc moins bien que les hommes. Le phénomène est constant sur toute la période. Au grade de gardien de la paix, le taux d’admissibilité des femmes est également inférieur au taux de présence à l’écrit de 1987 à 1990, puis il devient supérieur entre 1991 et 1993. Cette période correspond à la levée officielle des quotas. La gauche fait la démonstration de sa bonne volonté. Les taux d’admissibilité baissent à nouveau en 1994 et 1995 avec le retour de la droite.

75Il en est tout autrement pour les femmes officiers et ce, dès la création du grade en 1995. Ces dernières réussissent proportionnellement mieux les écrits que les hommes en étant, en moyenne, 40 % à être présentes à la première épreuve et 47 % à être admissibles en 2003. Comment expliquer que, d’un côté, les femmes commissaires et les femmes gardiens de la paix soient moins bonnes que les hommes à l’écrit, alors même qu’elles ont un niveau d’études supérieur, et que d’une autre côté, les femmes officiers, également surdiplômées, soient meilleures ? Faut-il supposer que les notes féminines, lors de la délibération des jurys d’admission, font l’objet d’une baisse concertée, en toute illégalité, ou qu’il existe une sélection inconsciente des écritures féminines par les membres du jury à l’écrit ? Faute d’explication officielle et de témoignages, on se bornera à signaler que la surqualification scolaire des femmes est un atout assez peu opératoire quand il s’agit de passer le concours le plus élevé (commissaire) et le plus bas (gardien de la paix) de la police nationale. Il est également tentant d’établir une corrélation avec le taux de candidatures propre à chaque concours : les concours de commissaire et de gardien de la paix, qui sont les plus sélectifs à l’écrit pour les femmes, ne connaissent pas la même crise de vocation que celle que traverse le concours d’officier.

  • 59 Cette différence massive doit cependant être mesurée à l’aune d’autres critères de distinction : l (...)

76Ce phénomène de sursélection lors des épreuves anonymes est en tout cas largement ignoré par les policiers des deux sexes qui ne mentionnent que les discriminations ouvertement pratiquées à l’occasion des épreuves sportives et des oraux – épreuves où l’intention du ministère de l’Intérieur, quoique officieuse, est très ouvertement discriminatoire. A l’oral, le sexe des candidats étant visible, il est possible pour les jurys de concours de limiter les réussites féminines. Cette opération est d’autant plus nécessaire que le taux de candidatures féminines s’accroît et peut laisser présager une prochaine parité des effectifs. La proportion de femmes admissibles augmentant plus vite que la proportion de femmes « admises » – dans tous les sens du terme – il a fallu mettre au point des épreuves d’admission particulièrement sélectives pour les femmes et brouiller « les effets de sélection » par des « critères non codés dans la définition juridique des épreuves » (Duprez & Pinet 2001 : 125). Tous les témoignages convergent : on pose aux femmes d’autres questions à l’oral qu’aux hommes et les épreuves qu’elles passent en sport sont assorties de barèmes draconiens. A tous les grades, le taux de sélection est toujours supérieur pour les femmes59.

77Dans cette entreprise de sape, l’oral de culture générale constitue une aubaine : c’est l’occasion pour le jury de mener un entretien biographique, résultats du test psychotechnique en main et fiches à l’appui, lui permettant de connaître la profession des parents, le niveau d’études, la situation matrimoniale. Le jeu est de déstabiliser le futur policier, à la manière d’un interrogatoire. Comme l’a montré Anne Boigeol à propos des magistrats (Boigeol 1993 : 499), les femmes sont assez peu performantes dans ce type d’épreuve. Les étudiantes, dont on a loué la grande capacité à respecter les consignes dans l’enseignement primaire et secondaire, manquent en général de latitude et de distance par rapport aux savoirs scolaires. A l’inverse, les garçons ont acquis une autonomie dans leur travail et une curiosité qui leur confèrent une assurance certaine lors de ces épreuves non conventionnelles. Ce premier handicap est redoublé par la faible préparation des femmes à l’affrontement verbal. Les femmes, moins rompues que les hommes à l’art de la joute oratoire en société, risquent ainsi davantage d’être déstabilisées.

78Elles sont en outre particulièrement exposées à l’acharnement du jury. « Ils cherchaient à nous désarçonner. Est-ce qu’elle va fondre en larmes ? J’ai vu une petite pleurer devant moi. C’était l’effondrement. Ils nous testaient : comment réagir face à une situation non maîtrisée. Et Dieu sait que dans mon boulot, c’est important », explique Mme Comipoi (commissaire principale, dfpn, 49 ans). Les candidates mentionnent tout particulièrement la misogynie de « la » femme du jury (quand il y en a une). Les hommes ne s’en plaignent pas, ils sont en général assez peu loquaces sur cette épreuve. De fait, le jury leur a posé des questions qui faisaient partie du jeu. Au mieux, on leur a demandé si leur conjointe supporterait le métier ou s’ils toléreront d’être éloignés d’elle en cas d’affectation lointaine. Il en va tout autrement pour les femmes : en plus des questions d’usage, elle ont été pour la plupart obligées de se prononcer sur le partage des tâches domestiques, le travail des femmes ou encore leurs maternités futures.

79Parmi les questions récurrentes, il y a celle sur la pertinence des femmes dans la police. Les réponses des candidates (du moins celles qui ont réussi) sont très attendues. C’est toujours la même ligne de défense qui est adoptée : tout est question de compétence individuelle : « À l’oral de commissaire, ils m’ont posé le problème des femmes dans la police, notamment, être une jeune femme et avoir des problèmes de commandement. J’ai dit que si j’étais professionnelle, c’était juste une question de compétence et pas de sexe » (Mlle Officomélec, élève commissaire, 26 ans). On demande également à certaines d’entre elles de se prononcer sur les femmes CRS ou sur la misogynie du public à leur encontre. Pour celles qui se risquent à porter un point de vue sur les rôles sexués, la norme, pour être admise, est de ne pas toucher à ce bastion et de ne pas remettre en question la suprématie masculine en matière de force physique, sans non plus verser dans l’imagerie du sexe faible. « J’ai une vision très pragmatique, explique une candidate commissaire. Si on est bon, on est bon. Homme ou femme. La seule chose qu’on ne maîtrise pas, c’est la force physique » (Mlle Adcomisse, commissaire, 33 ans). Il est en tout cas prohibitif de revendiquer un engagement féministe égalitariste.

Ils m’ont posé cette question : « Vous êtes chef de service, vous avez deux jeunes femmes dans votre secrétariat, il y en a une qui demande à travailler à temps partiel, vous répondez oui ? Elle a des enfants à élever. » Je réponds : « ok. Avis favorable. » Ils me disent : « Et si l’autre secrétaire vous demande la même chose ? » Comme j’ai accepté pour la première, c’est difficile de refuser à la deuxième. Donc oui. « Donc vous n’avez pas de secrétariat le mercredi. » « Tant pis, je leur dis. Je m’arrangerai avec elles, je sais taper à la machine. » Donc je peux faire des choses par moi-même. Ça ne leur a pas plu. Il aurait fallu refuser. Donc, j’ai été recalée (M. Comipal, commissaire principal, pj, 40 ans).

80Le test de la joute oratoire est enfin assorti d’une sélection qui ne figure sur aucun rapport : l’apparence physique. Il est implicitement attendu des candidates, du moins au grade de commissaire et d’officier, de ne pas surjouer la féminité (pas de bijoux, ni de maquillage outrancier), sans non plus que soient effacés les signes extérieurs de leur appartenance sexuée. Une prime est accordée à la beauté et aux femmes minces. Au grade d’officier et de commissaire, une partie des femmes recrutées correspond de fait aux canons en vigueur. Au grade de gardien de la paix, l’attention portée à la féminité est bien moindre : être dotée d’un gabarit de type masculin est un atout.

81Les épreuves sportives constituent un second type d’épreuve éliminatoire pour les femmes. Elles permettent de tester tant les performances sportives des femmes que leur résistance mentale (il ne faut pas abandonner une seule épreuve en cours de route).

Un garçon sans entraînement peut avoir le sport, mais pas une fille. La corde, c’est mission impossible, car le diamètre de la corde est fait pour une main de garçon. On n’a pas changé la corde. Ce n’est pas une corde normale. Quand tu es confrontée à ça, ça devient drôle. J’avais les mains qui glissaient. Il y a une fille qui chialait devant la corde. Elle avait trop de pression. Tu vois combien de points tu as gardés ou perdus tout de suite. 11 faut donc donner le maximum dès la première épreuve. Le sport, ce n’est quand même pas l’épreuve la plus importante pour sélectionner des commissaires, mais les moniteurs m’ont dit : « Il faut bien qu’il y ait une épreuve sélective dans la police sinon il n’y aurait que des femmes. » Les notes mises aux épreuves sportives sont discrétionnaires [...]. Nous, le sport, c’est éliminatoire. Un gars de la promo m’a dit que pour être flic, il faut être grand, costaud et masculin. Bref, il faut en avoir. [...] Il y en a beaucoup qui font 1,80 m, ce n’est pas un hasard. Les critères de taille ont été annulés, mais ça reste. Il y a une ads à l’accueil qui n’a pas pu passer le concours de gardien parce qu’elle était trop grosse. Pour le défilé du 14 Juillet, il faut faire un travail sur soi. On nous parle de positionnement du corps, on sélectionne et on privilégie les grands et les beaux. Tout le monde n’est pas sélectionné. On te dit que tu défiles mal. 11 y a une fille, je me demande si elle n’a pas été juste recrutée pour le défilé du 14 Juillet. C’est des bruits qui courent. Non, franchement, j’ai été impressionnée par la morphologie de certains garçons (Mlle Coméléa, élève commissaire, 23 ans).

82Avant la réforme de 2002, les barèmes imposés aux femmes sont si exigeants qu’il faut s’y préparer au moins un an à l’avance, à moins d’être sportive de haut niveau : « C’est simple : pour avoir dix sur vingt, il faut faire 1,27 m en hauteur pour les filles et pour les hommes, il faut sauter 1,30 m », explique Mlle Gardéleb (élève gardien de la paix, 32 ans).

83Certaines d’entre elles rusent en calculant qu’il est plus rentable de présenter un certificat médical justifiant qu’elles ne pouvaient pas passer l’épreuve, ce qui leur donne automatiquement la note la plus basse, plutôt que risquer une note éliminatoire. D’autres se blessent plus ou moins volontairement pendant les épreuves, avec la complicité de certains examinateurs.

J’ai eu zéro en sport. Je me suis entraînée pour le sport, mais je boitais. Je n’aurais pas réussi à avoir une note non éliminatoire. Si tu as zéro à cause d’une blessure, ça compte, mais ce n’est pas éliminatoire. C’est très physique. Je n’aurais pas pu tenir la distance. Le lancer de poids m’aurait mis dedans. Je ne suis pas vraiment sportive. Donc, je me suis déclarée blessée. [...] Je me doutais qu’il y avait des quotas officieux, étant donné les barèmes officiels de sport (Mlle Comélet, élève commissaire, 25 ans).

84Nombreuses sont celles qui ont trouvé cette sursélection inique au moment de passer le concours. Mais une fois qu’elles sont admises, l’indignation laisse place à la prudence et à l’individualisme. Au cours de la scolarité, elles incorporent le postulat d’infériorité physique des femmes. « J’étais pourtant la première à dire que je trouvais ça totalement injuste, les quotas... Maintenant, je suis un peu moins remontée. De l’intérieur, je comprends mieux. Je ne suis pas pour 50/50 » (Mlle Comélem, élève commissaire, 26 ans). L’acharnement des femmes à réussir coûte que coûte ces épreuves éliminatoires est converti positivement en preuve de leur ténacité : en entretiens, les élèves femmes se vantent d’avoir passé plusieurs fois les concours de police, signe d’une indéfectible vocation, les hommes mentionnent à peine ce contretemps.

85Loin de créer une solidarité féminine et un engagement collectif visant à réduire les discriminations dont elles ont été victimes pendant le passage du concours, l’intégration, quel que soit le grade, instaure une division entre les femmes d’exception, celles qui ont su s’imposer, et celles qui ont échoué. « Le concours est une manière d’imposer une forme de numerus clausus, un acte de clôture qui instaure entre le dernier élu et le premier exclu la discontinuité d’une frontière sociale », qui permet de distinguer « deux populations séparées », « pour la vie » (Bourdieu 1989 : 141). La mise au pas des élèves pendant leur formation est efficace : les élèves femmes retirent un bénéfice immédiat du processus de sursélection ; triées sur le volet, elles n’en apparaissent que plus exceptionnelles. Le handicap initial d’être femme dans un métier d’homme est, dans une certaine mesure, contrebalancé par leur excellence. Elles peuvent alors souscrire au modèle d’égalité républicaine que proposent les écoles de police.

Une formation républicaine

  • 60 Les témoignages divergents qui rompent clairement avec cette vision enchantée sont trop rares pour (...)

86La formation proprement dite, à l’inverse du concours, est présentée dans un premier temps comme un lieu de traitement relativement égalitaire. Plutôt que d’invalider a priori cette expérience largement partagée, on a cherché à en expliquer les fondements60. Qu’est-ce qui autorise les policiers hommes et femmes à considérer la formation comme assez peu discriminante ?

  • 61 Elles se divisent en écoles nationales de police (14 enp) et centres de formation de la police (12 (...)
  • 62 Selon les mots d’une élève.

87La première expérience d’indifférenciation tient à l’encadrement militaire qui uniformise les corps et les esprits. Quel que soit le grade, la scolarité se déroule tout d’abord dans un lieu clos, fermé au public par des murs, des barrières et des gardes qui contrôlent l’entrée et la sortie des élèves et des visiteurs. La situation et l’architecture des écoles de police renforcent l’effet d’isolement : certaines écoles de gardiens de la paix61 sont situées sur d’anciens sites de formation militaire. L’ensop (École nationale supérieure des officiers de police), qui forme les officiers, se trouve « dans un champ de betteraves »62, à la lisière d’un village de Seine-et-Marne, à Cannes-Écluse. L’école des commissaires (l’ensp, l’École nationale supérieure de police) est située dans la banlieue lyonnaise dans les restes d’un établissement religieux dans le village cossu de Saint-Cyr-au-Mont-d’Or. La salle d’honneur se trouve dans l’ancienne chapelle. Dans toutes les écoles, la présence en cours est obligatoire et toute absence doit être justifiée. Ce contrôle permet de signifier qu’on n’est pas dans une université où l’on est libre d’aller et venir, mais dans une formation exigeant soumission et dévouement. La clôture des lieux et l’obligation de présence ont pour effet de créer une barrière infranchissable avec les profanes. Les rites d’initiation sont néanmoins limités : le bizutage ne fait pas partie des mœurs policières. La professionnalisation très récente du métier explique probablement que cette ancienne tradition ne s’est pas perpétuée. Les femmes n’ont donc pas à pâtir d’un parrainage abusif. En cela, la police se distingue des grandes écoles (Larguèze 1995).

88La distribution de l’uniforme constitue un autre élément de distanciation avec les écoles civiles. Pendant les cours, l’uniforme est obligatoire au grade d’officier et de gardien de la paix (à l’exception des cours de sport). Les élèves sont soumis aux mêmes ordres ministériels que les titulaires concernant la tenue d’hiver et la tenue d’été, valables sur l’ensemble du territoire. La chemise doit être boutonnée, le calot porté sur la tête au dehors et ôté en cours. Les femmes ont droit à une jupe-culotte, mais dans les années 2000, rares sont celles qui la portent. L’uniforme joue par conséquent clairement une fonction d’asexuation des corps : l’effacement des signes vestimentaires de la féminité et de la masculinité crée un univers androgyne dans lequel il devient parfois difficile d’identifier le sexe des élèves. En tant qu’observatrice, je me trouvais la seule personne en civil, avec les agents d’entretien, en blouse.

89Pour les hommes qui, dans leur grande majorité, ont fait leur service militaire comme appelés du contingent, l’uniforme n’est en rien une découverte. Le choc vestimentaire est par conséquent moins fort que pour les femmes pour qui il s’agit, en règle générale, d’une première expérience. Il convient toutefois de ne pas radicaliser la différence des sexes sur ce point, au nom d’une socialisation militaire que les femmes n’auraient pas suivie. Tout d’abord, les jeunes femmes qui étaient adjointes de sécurité (ads) ont déjà porté l’uniforme. Et les jeunes hommes, pour connaître une socialisation militaire, ne sont pas moins sensibles que les femmes au fait de quitter aussi durablement leur statut civil. L’uniforme militaire était provisoire, l’uniforme policier rend compte d’un statut permanent, désormais indissociable de leur profession. C’est au grade d’officier que le port de l’uniforme en école de police est le plus problématique. Une partie des candidats ont en tête l’image de l’inspecteur en civil et découvrent avec déception, une fois admis, que depuis 1995 ils ont pour mission de commander les gardiens de la paix et qu’ils sont, à ce titre, soumis au port de la tenue.

90Durant la scolarité, le rapport à l’uniforme dépend en fait largement des motivations initiales de chacun. Et les femmes sont loin d’être les plus hostiles à ce travestissement. Les femmes gardiens de la paix insistent bien au contraire sur leur fierté de porter l’uniforme : « Quand j’ai eu ma tenue à l’école et l’étoile police, je me suis dit... J’y suis, je suis policière. Je me suis sentie grandir. J’avais un rôle à jouer dans la police. Face au regard des autres, j’avais une mission à accomplir, une exemplarité à donner. C’est du côté du symbole. 11 faut montrer l’exemple vis-à-vis des autres (Mlle Gardélec, élève lieutenant, 27 ans). La majorité des femmes trouvent un bénéfice immédiat au port de l’uniforme. Leur corps de femme devient plus invisible, plus anonyme.

91Il est ensuite demandé aux élèves d’avoir une coiffure correcte, comme à l’armée. Les règlements intérieurs, quoique distincts d’une école à l’autre, adoptent la même politique d’apparence générale.

Les élèves de sexe masculin veillent à ce que leurs cheveux soient coupés court : la coupe doit être classique, soignée et sans fantaisie ; les oreilles et la nuque doivent être dégagées. Le port de la barbe ou des moustaches peut être autorisé par écrit par le directeur sous réserve d’être soignées, sans fantaisie. Le port des favoris, des bijoux (à l’exception des alliances et chevalières), les tatouages apparents sont interdits.
Les élèves de sexe féminin adoptent une coiffure courte ou serrée, compatible avec le port de la coiffe et ne présentant aucun risque de sécurité personnelle lors de l’exécution de certaines missions. Un maquillage discret est toléré. Les ongles sont coupés court et non colorés. Le port des bijoux, à l’exception des alliances, bagues, chevalières et boucles d’oreilles discrètes et non pendantes, est interdit, de même que les tatouages apparents (Règlement intérieur d’une enp).

  • 63 Toutes les écoles de police exigent les cheveux attachés, toutes ne prônent en revanche pas le chi (...)

92C’est la contrainte du chignon63 qui pèse le plus aux femmes. Nombreuses sont celles qui se coupent les cheveux, abandonnent leurs cheveux décolorés et les quelques bijoux autorisés. Les corps se masculinisent insensiblement, par goût pour certaines, par pragmatisme pour d’autres.

93Pour les officiers et pour les gardiens de la paix, l’uniforme ne réforme pas seulement les apparences. Le port de la tenue est une discipline qui commence par l’appel quotidien à 7 h 50, en uniforme et en rang, puis par l’apprentissage de la marche au pas. Les élèves lieutenants comme les élèves gardiens de la paix apprennent à se mettre en rang par section dans la cour d’honneur par ordre de taille (les filles se retrouvent dès lors assez souvent en première position) et à présenter le garde-à-vous. Ce type d’exercice militaire permet d’acquérir un certain maintien corporel et une discipline. Ce redressement du corps est vécu comme une souffrance salutaire, permettant de se distinguer durablement du reste des citoyens. « Se tenir droit [...], effaçant les épaules et avançant la poitrine, est en lui-même un apprentissage. Maintenir une telle posture devient un gage de renforcement » (Vigarello 1978 : 122). Le message pédagogique est clair : l’autorité du policier repose sur la mise en scène de sa présence physique – de la posture martiale à la voix forte. A tour de rôle, les élèves sont obligés de prendre le commandement de la section et de déclamer, en plein air et par tous les temps, des ordres à la fois audibles et crédibles. A ce travail sur le corps s’ajoute le poids du rituel. Une fois par semaine, l’exercice du marcher au pas revêt un caractère officiel. Les gardiens de la paix et les officiers procèdent à la levée du drapeau français au milieu de la cour (« les couleurs »). Puis l’entraînement devient très intensif pour la cérémonie de sortie d’école, et encore plus poussé pour les sections choisies pour le défilé du 14 Juillet.

94Cet entraînement militaire joue une autre fonction : la posture est « aussi bien le témoignage d’un travail individuel sur le corps que celui d’une acquisition renforcée de principes d’ordre rigoureux et collectifs. Double puissance comme double maîtrise, elle est un des axes essentiels autour desquels se régentent les individus assemblés » (ibid. : 123). L’uniformisation des vêtements et des gestes renforce l’esprit de corps, décliné à tous les niveaux : il faut honorer son grade (en étant meilleur ou plus exemplaire que le grade du dessus ou du dessous), sa promotion (en étant meilleur ou plus exemplaire que la précédente), sa section (en étant meilleur ou plus exemplaire que les autres sections). Mme Obrigue, formatrice à l’enp Alpha, explique très clairement que leur sort est lié au sien et réciproquement : « Quand vous sortez pour la pause, n’oubliez pas que la fenêtre du directeur donne sur le perron, qu’il vous voit, qu’il vous observe. Si vous n’êtes pas à la hauteur, c’est moi qui me fais engueuler. Je suis responsable de votre comportement. On est une équipe, ne l’oubliez pas. Si vous ne m’aidez pas, j’en prends plein la gueule » (Mme Obrigue. en cours, enp Alpha).

  • 64 Selon les commissaires nommés à la direction, les règles prennent un tour plus ou moins militaire.

95La ritualisation militaire implique également un certain rapport à la hiérarchie : l’apprentissage réglé du pas militaire est censé illustrer « la soumission des élèves et l’investissement de leur motricité par la consigne du maître » (Vigarello 1978 : 125). Il faut saluer ses supérieurs hiérarchiques sous peine de punition. En apprenant à respecter leurs supérieurs et les symboles de la République, les élèves intériorisent leur position de subordination : ils ne sont qu’élèves. Plus on descend dans la hiérarchie policière, plus cette position est assortie de servitudes. Les élèves gardiens de la paix accomplissent des travaux d’intérêt général, comme effacer le tableau, laver la classe ou garder la barrière de l’école. Ces tâches sont distribuées à tour de rôle. Un tel roulement, calqué sur le modèle de l’armée, permet de rompre avec la division sexuelle du travail qui prévaut dans les familles. En matière de travail domestique, hommes et femmes sont logés à la même enseigne, y compris dans les écoles réputées les plus dures64.

96Dans ce cadre militaire, l’école des commissaires conserve une singularité. La scolarité se fait en civil. Les élèves sont néanmoins soumis à certains codes vestimentaires (il ne faut pas être habillée en jeans et en veste de cuir), plus stricts pour les hommes, tous en costume et en cravate, que pour les femmes qui ne sont pas soumises à l’obligation de porter le tailleur. Elles ont pour consigne de se vêtir « bourgeoisement ». Le seul moment où les commissaires partagent la socialisation militaire des officiers et des gardiens de la paix, c’est lors des entraînements pour le défilé du 14 Juillet. Les élèves commissaires sont partagés sur l’intérêt de cet apprentissage – d’autant qu’il leur faudra passer trois semaines complètes à la fin de l’année pour préparer le défilé de la Fête nationale. L’entraînement militaire n’est pas valorisé de la même manière que dans les autres écoles de police. En volume horaire, les commissaires passent cependant plus de temps à la préparation de cette cérémonie et du défilé du 14 Juillet qu’aux autres activités physiques et sportives pendant l’année.

97A tous les grades, quel que soit le degré de militarisation, la solennité qui règne en école de police, loin d’être un désavantage, semble profiter aux femmes car elle leur assure une certaine égalité de traitement. Cette militarisation de type républicain s’affiche en effet comme neutre : « Vous n’êtes ni hommes, ni femmes, ni fils ou filles de, vous êtes des matricules. » Les tâches sont distribuées de manière équitable comme à l’armée entre élèves de même rang : ce n’est pas aux filles de passer le balai dans la classe, il y a un ordre de passage. Le classement des corps par ordre de taille pour le garde-à-vous permet par ailleurs de rendre visible la petitesse de certains garçons par rapport à certaines filles. L’uniforme, au grade d’officier et de gardien de la paix, permet surtout de fabriquer un « corps » policier indifférencié, marchant à l’unisson : même formule, même pas cadencé, même salut militaire. Les voix et les postures typiquement féminines se transforment en un timbre et un maintien « masculin neutre » (Mosconi 1994). Les policiers finissent par incorporer la discipline policière, au sens propre, puisque les corps en uniforme se virilisent. Ces rituels (en dehors de la jupe imposée au défilé du 14 Juillet) ne prévoyant pas de distinction de sexe, les policiers considèrent que les femmes policiers bénéficient d’une scolarité égalitaire. Les différences physiques (âge, taille, poids, sexe) sont en apparence annulées au profit d’une communauté de statut (celui d’élève soumis à la hiérarchie) et de grade.

  • 65 Comme on le verra ultérieurement, certains hommes estiment que les filles, touchant le même salair (...)

98Un second élément, en plus de l’adoption de rituels militaires, concourt à créer un effet d’égalité : s’il est martelé aux policiers qu’ils n’appartiennent désormais plus au monde des civils, ce changement d’état n’est pas vécu sur le mode tyrannique. Les écoles de police s’inscrivent dans la continuité du système scolaire qu’une partie des élèves viennent à peine de quitter. Chaque promotion, au sein de chaque école, est ainsi divisée en « sections », autrement dit en classes et les effectifs féminins sont répartis à part égales dans chacune d’entre elles (en moyenne, trois quarts d’hommes, un quart de femmes). À l’école des commissaires et à l’école des officiers, on retrouve l’alternance entre « amphi » et « td ». L’égalité des chances apparaît d’autant plus respectée que les concours sont notoirement discriminatoires pour les femmes. En comparaison, l’évaluation des épreuves théoriques qui a cours en école de police apparaît plus juste : on retrouve le même type d’organisation qu’au bac, avec des épreuves nationales, une correction assurée par des formateurs extérieurs à l’école, un contrôle continu. Quant aux épreuves sportives, on n’a enregistré aucune plainte sur l’inéquité des barèmes distincts65. En self-défense et en gestes techniques et professionnels d’intervention (gtpi), chaque élève choisit pour l’examen son binôme. Les hommes se mettent en règle générale avec les hommes, les femmes avec les femmes. Mais les entraînements restent mixtes. Ces similitudes avec l’institution scolaire et l’organisation des compétitions sportives font que les élèves en école de police ne remettent pas plus en question l’égalité des sexes qu’ils ne le font au lycée et dans un stade. Sur ce point, les policiers ne se distinguent pas du reste de la société, pour qui, globalement, la mixité scolaire constitue en soi une garantie d’impartialité – comme s’il suffisait de réunir les deux sexes dans un même lieu pour que chacun soit évalué selon ses compétences. « En France, l’école républicaine apparaît comme le fondement et le miroir de la démocratie [...]. Les élèves – terme neutre – sont considérés comme des individus dépouillés de toute caractéristique sociale, l’origine ethnique ou le sexe compris » (Zaidman 1996 : 11).

  • 66 Les femmes formatrices restent minoritaires : on compte 20 % de femmes commissaires, 18 % de femme (...)

99La décontraction estudiantine qui règne en école de police, en dépit du cadre militaire, participe également de cette expérience de traitement égalitaire. En dehors de quelques écoles de police à la direction particulièrement sévère et à l’exception des premières promotions d’officiers, le moment de la scolarité reste marqué par une forme de collégialité : formateurs66 et élèves sont des adultes en passe d’être collègues. Au fur et à mesure qu’on approche de la fin de l’année, le commandement devient moins rigide, quelques farces potaches sont autorisées. A ce titre, les policiers présentent leurs écoles comme tout à fait ouvertes à la féminisation : les rituels militaires imposés sont bien moins contraignants qu’à l’armée (service militaire compris). « Dans la police, ils veulent ressembler à des militaires, mais ils n’en ont pas la rigueur. Ils aimeraient qu’on marche au pas, qu’on respecte le drapeau. Mais les mentalités ne sont pas comme ça. Dans la police, on est plus fonctionnaire, alors qu’un gendarme, c’est par vocation » (Mlle Gardéleb, élève gardien de la paix, 32 ans). En plus du laxisme en matière de discipline dénoncé par les plus rigoureux des élèves et des formateurs, le sérieux même de l’évaluation pédagogique est relativisé : comme la plupart des autres écoles professionnelles, une fois le concours réussi, tous les élèves, en fin d’école, à quelques exceptions près, sont titularisés et très rares sont les élèves exclus. Le classement de sortie est certes fondamental pour obtenir un bon poste, surtout au grade de commissaire (Ocqueteau 2003), mais il faut être classé parmi les premiers pour échapper à la sécurité publique ou à la région parisienne. La plupart des élèves travaillent donc assez modérément en dehors des cours (mis à part les quelques provinciaux qui souhaitent absolument rentrer dans leur région d’origine ou ceux qui visent un poste très spécifique).

  • 67 L’institution policière garde assez jalousement ce type d’information. On ne dispose que des stati (...)
  • 68 En dehors du premier cas, toutes ces anecdotes nous ont été rapportées par les intéressés eux-même (...)

100Cette décontraction s’assortit en outre d’une assez grande proximité avec les formateurs. Le suivi des élèves est très personnalisé. Les formateurs disposent de la « biographie » des élèves (une fiche précise sur les motivations pour le métier, la situation matrimoniale, la profession des parents, les loisirs sportifs et culturels et le niveau de diplôme de chacun) et veillent à ce que les élèves ne démissionnent pas67 : toute blessure contractée en dehors du temps de la scolarité peut conduire à l’annulation du concours. Tout comportement délictueux, en école ou en dehors du service, peut entraîner l’exclusion définitive. Moniteurs, formateurs et directeurs d’école s’arrangent donc assez régulièrement avec les élèves pour éviter d’en arriver à ces extrémités. En témoignent ces scènes observées ou racontées : tel élève doit signer son bail, il obtient de la direction la possibilité de manquer les cours une journée. Telle élève qui marque une véritable aversion idéologique pour la discipline militaire bénéficie d’une exemption discrète pour le défilé du 14 Juillet. Tel élève qui s’est blessé le week-end lors d’une compétition sportive a été ainsi protégé par le formateur : ce dernier a déclaré que cette blessure était arrivée pendant ses cours, pour que l’élève puisse bénéficier d’un arrêt de travail en bonne et due forme et d’un report de scolarité, si la blessure devait se révéler invalidante pour l’année en cours. Tel autre élève qui a été arrêté en état d’ivresse pendant le week-end par des policiers a finalement été relâché sans sanction pour ne pas mettre en péril son admission définitive en école de police (par un arrangement entre « collègues »). Telle autre élève qui conduisait un véhicule de police pendant son stage, à l’origine d’un accident de voiture, n’a pas été déclarée comme fautive par les policiers qui ont constaté les faits et qui ont du même coup incriminé le conducteur non policier, alors même qu’il était la victime68. D’après nos observations, les femmes ne semblent pas particulièrement exclues de ces arrangements officieux, ni outrageusement avantagées.

101L’ensemble des élèves a de fait changé d’état. Une fois le concours réussi, l’uniforme distribué, les cours commencés, les élèves sont dans le secret. Ils en savent déjà trop pour pouvoir être renvoyés à leur état civil originel. Les policiers préfèrent canaliser la déviance en interne. Dans un tel contexte, il importe donc assez peu aux policiers de s’ériger contre les discriminations dont ils ont été témoins ou victimes. La scolarité est contraignante, mais des accommodements sont possibles et la plupart des élèves en sont les bénéficiaires, à un moment ou un autre de leur scolarité. Ce type d’arrangements lie les policiers les uns aux autres.

  • 69 Ce terme est très employé dans la profession : « On appartient à la même famille – la famille poli (...)

102La forte croyance des policiers en l’égalité de la formation repose par conséquent sur deux types d’expérience de neutralisation des différences : une expérience républicaine (assurée par le protocole militaire et les rites d’évaluation scolaire), assortie d’une expérience collégiale qui renforce le sentiment d’appartenance des policiers à une même corporation – la « famille police »69. Quand les policiers qualifient leur formation d’égalitaire, ils font part d’une impression générale : la formation n’est pas un lieu où l’appartenance de sexe constitue un enjeu déterminant, comme ce sera le cas, par la suite, au cours de la carrière.

103Cet effet d’égalité repose néanmoins sur une condition, instaurant une sexuation nette : il demeure quelques lieux de formation réservés aux hommes. Parmi les vingt-six écoles de gardiens de la paix, douze ont pour particularité d’exclure des femmes. Il s’agit des cfp (centres de formation de la police), situés sur des sites de cantonnement et de formation des compagnies républicaines de sécurité. Les femmes n’y ont pas droit de cité en vertu d’une coutume qui n’est pas encore remise en cause au grade de gardien de la paix : la base des compagnies de crs est encore interdite aux femmes. Cette dérogation au principe d’égalité des sexes perturbe pourtant l’apprentissage de la mixité puisque les hommes qui sont formés dans les cfp découvrent leurs premières collègues féminines une fois en poste. Une telle situation pénalise par ailleurs très clairement les femmes qui bénéficient d’un éventail moins large de sites de formation, ce qui les oblige, plus fréquemment que les hommes, à suivre une formation éloignée de leur domicile. On retrouve un principe récurrent de l’égalité des sexes, telle qu’elle est entendue dans la police nationale : les principes généraux s’assortissent toujours d’exceptions, certes résiduelles (les cfp accueillent des effectifs restreints d’élèves), mais suffisamment bien ancrées dans les coutumes pour ne faire l’objet d’aucun débat interne.

L’apprentissage de la virilité

  • 70 Pour vérifier s’il y a des différences de notations entre les hommes et les femmes, on a comparé, (...)
  • 71 Elles ont plus précisément des notes inférieures aux hommes en sport, en ppf (parcours police prof (...)

104La virilisation physique, comportementale, idéologique des élèves hommes et femmes est prise en charge par l’ensemble du dispositif d’enseignement – à commencer par le respect des règles militaires, qui n’accordent pas seulement une prime à la discipline, mais à la force, au courage et à l’endurance, socles de la virilité (Dejours 1998 : 106-107 ; Molinier & Welzer-Lang 2000). C’est néanmoins en sport que l’injonction de virilité est la plus patente, sur un mode parfois assez extrême. Les rares constats d’inégalité de la formation, soulevés par les femmes, tournent en effet presque toujours autour des entraînements de sport. Les écarts entre hommes et femmes se maintiennent dans cette matière : les femmes sont globalement moins bien classées que les hommes70 et les élèves sont unanimes : ils incriminent le sport. Les notes de trois promotions de gardiens de la paix de l’enp Gamma confirment cet avis informel : les femmes sont en effet moins bonnes dans les cinq disciplines sportives que compte la formation (tir, armement, entraînement au « parcours police », gestes techniques et professionnels, self-défense)71. Il en est de même à l’ensop où, au moment de l’observation, les moniteurs recensaient treize femmes à avoir zéro (sur 15 zéros) aux épreuves de tir effectuées à la suite du « parcours police », physiquement très éprouvant.

  • 72 Georges L. Mossé a montré que la virilité occidentale avait pour caractéristique d’envisager le co (...)
  • 73 Aucune de nos enquêtées n’a avoué avoir pleuré, mais en revanche elles témoignent avoir vu d’autre (...)

105Ce sont de fait les normes physiques viriles, assorties de l’impératif pour les femmes d’approcher les performances masculines, qui sont exaltées lors de la formation72. Les hommes, accoutumés à les appliquer, ou tout au moins à les affronter, sont avantagés. Ils font plus souvent du sport continûment depuis leur enfance : à la fin du lycée, seulement une fille sur trois pratique une activité sportive contre 60 % de garçons (Davisse & Louveau 2005 : 143). Du point de vue de l’image de soi, les femmes, à l’exception des sportives de haut niveau, n’ont en outre pas été sommées d’atteindre cet idéal athlétique, au rebours des hommes, qui, s’ils ne s’y conforment pas, ont néanmoins été confrontés à un tel impératif dès l’enfance. Les hommes disposent d’un autre atout : ils pratiquent les sports valorisés en école de police (athlétisme, sport de combat) et ils ont poursuivi leur formation sportive à l’occasion du service militaire en se familiarisant notamment avec les armes. Ils peuvent par conséquent se contenter des cours offerts par la formation. Étant par ailleurs habitués dès l’enfance à contrôler leurs émotions (les larmes notamment), les hommes peuvent contenir plus facilement leurs sentiments de douleur et de peur, et faire la preuve qu’ils surmontent les affres de l’entraînement. A l’inverse, les femmes, moins inhibées par les dispositifs sociaux d’éducation sur le terrain de l’expression, sont davantage touchées par le risque – parce que c’est un risque (en terme de notation et de réputation) de manifester leur anxiété sur un mode très spectaculaire, d’autant qu’elles sont placées en situation d’entraînement mixte et soumises à l’impératif de se mettre à niveau : « J’ai vu des filles s’effondrer, parce qu’elles pleuraient à chaque séance de tir, parce qu’elles rataient. Le moniteur est assez ouvert. Ça ne s’est pas vraiment ébruité. Elles se mettent trop la pression » (Mlle Comélet, élève commissaire, 24 ans). Il s’agit bien évidemment d’une minorité, mais éminemment visible et honteuse73, illustrant, telle une prophétie autoréalisatrice (Merton), le stéréotype d’une fragilité féminine. Les femmes, en tant que groupe, quel que soit leur niveau sportif, doivent ainsi composer avec cette réputation, fondée sur quelques cas concrets de relâchement. Certaines femmes font de fait un calcul simple : étant donné leur condition physique initiale, elles estiment qu’elles ne rattraperont jamais leur retard et elles abandonnent l’espoir d’être bien notées en sport. Elles ont eu beau s’entraîner pour passer le concours, entre la performance ponctuelle d’une épreuve et la demande de résultats constants exigée par une année de formation, il y a un pas qui ne peut se franchir qu’à condition de maintenir le rythme des entraînements, alors que beaucoup privilégient les matières théoriques.

106Pour faire face à cette différence de socialisation, élèves et moniteurs ont élaboré une palette assez contrastée de dispositifs : le régime compensatoire (qui n’est pas sans effets pervers), la disqualification du féminin et l’adhésion des femmes à l’idéologie virile. L’appartenance de sexe est dans les deux premiers cas considérée comme incommensurable, dans le dernier, elle est minorée au profit d’un changement de genre.

  • 74 Ce point sera développé ultérieurement.

107La différence de force physique est ainsi tout d’abord compensée par le maintien de cotation et de barèmes sportifs distincts selon le sexe en vertu de l’égalité des chances. Ces mesures permettent, certes, d’ouvrir l’éventail de femmes susceptibles de se présenter aux concours de police et de ne pas creuser les écarts durant la formation, mais elles concourent dans le même temps à entériner le principe d’une plus grande faiblesse physique des femmes – d’autant que certains moniteurs surprotègent les femmes et que certaines d’entre elles s’engouffrent dans la brèche. On a par exemple constaté qu’en temps de pluie, les filles de l’enp Alpha se portaient bien plus souvent malades que les garçons quand il fallait faire un footing à huit heures du matin et qu’il s’agissait d’un accord tacite avec le moniteur. L’une d’entre elles est particulièrement coutumière du fait : elle explique un matin à son moniteur qu’elle a un début d’angine. Le moniteur l’autorise à partir réviser à la bibliothèque. Un autre jour, la même élève se porte volontaire pour aider une autre promotion qui prépare la cérémonie de sortie. Elle en profite pour échapper à un cours de boxe. Ce paternalisme, même s’il est ponctuel et minoritaire, n’en est pas moins récurrent d’une école à l’autre et n’est pas sans éveiller des soupçons de traitement de faveur (jusqu’à celui de promotion canapé74), attisant la colère de celles et ceux qui jouent le jeu d’une formation physiquement éprouvante.

  • 75 Les femmes commissaires sont dotées d’un Manurhin et toutes les enp ne disposent pas d’un Ruger.
  • 76 Pour le dire autrement, les femmes ne sont pas privées du « lien symbolique entre arme et phallus  (...)

108A ces éléments de différenciation informelle, relevant d’une interaction entre élèves et moniteurs, s’ajoutent des dispositifs institutionnels, imposés par la direction de la formation. La différence entre les sexes est ainsi renforcée par la dotation d’une arme spécifique pour les élèves femmes. En règle générale75, à l’entrée en école de police, les femmes se voient distribuer une arme plus petite, un Ruger à cinq coups, tandis que les hommes disposent d’un Manurhin à six coups. L’arme des femmes est censée être plus adaptée à leur main. Mais, effet pervers de cette adaptation technique, l’arme féminine se révèle beaucoup plus difficile à manier qu’une arme à six coups. 11 est en effet plus dur d’appuyer sur la gâchette (l’écart à franchir entre chaque coup est plus large quand il y a cinq coups que lorsqu’il y en a six). Les femmes sont dès lors obligées de tirer avec leurs deux doigts. Ce surcroît d’effort les fait vaciller et leur fait manquer plus fréquemment leur cible. Cette arme de petite taille présente un autre inconvénient : les femmes avec de gros doigts sont clairement désavantagées. Il s’ensuit qu’une partie des femmes demandent à changer d’arme dès la formation ou une fois en poste. Les résultats en tir des femmes pâtissent directement de cette situation : les hommes ont de meilleurs résultats, du moins d’après les notes de l’enp Gamma. Et les filles les plus faibles n’ont pas le sentiment de mériter leurs mauvaises notes. En témoigne cette séance de tir : une fille a du mal à actionner la gâchette. Le moniteur la menace d’être interdite de voie publique si elle ne se muscle pas la main. La fille lui rétorque qu’elle se muscle quotidiennement et que ce n’est pas sa faute si les armes féminines sont plus difficiles à manier que les armes masculines (notes de terrain, enp Alpha). S’illustre ici de manière exemplaire le principe anthropologique mis au jour par Paola Tabet sur le sous-équipement des femmes (Tabet 1979) : les femmes peuvent posséder des outils et des armes. Elles sont en revanche privées du pouvoir de posséder les outils et les armes les plus sophistiqués. Ainsi les élèves femmes sont-elles dotées d’une arme plus difficile à actionner et elles ne peuvent tirer que cinq fois76.

  • 77 La boxe française est féminisée à hauteur de 20 % (Mennesson 2004).

109Dans la même perspective différentialiste, les moniteurs encouragent vivement les hommes et les femmes à ne pas se mettre en binôme mixte en self-défense, du moins au moment de la notation car les entraînements sont théoriquement mixtes. Dans les faits, hommes et femmes tendent à se regrouper entre eux, obéissant à un double principe de précaution : il s’agit d’éviter les blessures, induites par les différences de corpulence et de force physique, mais aussi de permettre à chacun d’être mieux noté. Plus le binôme est de force égale, plus grandes sont les chances d’avoir une bonne note. Cette stricte séparation des sexes dans la notation des épreuves de self-défense, respectant les différences de gabarit, peut cependant se retourner contre les femmes « fortes » (judokas, karatékas, boxeuses) : « Quand j’ai mis ma ceinture marron, j’ai entendu des ricanements, les garçons ne voulaient pas être avec une fille et les filles ne voulaient pas être avec moi, sauf une, mais du coup, j’ai régressé. En self, je n’ai pas eu de binôme régulier », explique Mme Gardélef, judoka confirmée (élève gardien de la paix, 43 ans). Mlle Gardemer, sportive de haut niveau, semble soumise à un meilleur traitement, mais son cas est analogue au précédent en son principe : « Le sport de combat m’a donné une musculature supérieure à certaines femmes et j’ai eu tendance à être trop brute. Je me sentais plus à l’aise avec des hommes en boxe, ils me mettaient avec un homme. Par contre l’homme n’était pas noté, parce que je savais que je pouvais taper, on aurait pu faire mal » (Mlle Gardemer, gardien de la paix, sp, 25 ans). Il est significatif que Mme Gardélef n’ait jamais eu de binôme attitré et que le binôme provisoire de Mlle Gardemer n’ait pas été noté : la reconnaissance d’une possible égalité des sexes, en matière de force physique – a fortiori lorsqu’il s’agit de force de frappe, reste largement taboue. L’absence de compétition mixte en boxe française77 et la très récente admission des femmes en compétition de boxe anglaise témoignent de cette difficulté sociale à mettre en scène la violence féminine et son éventuelle supériorité sur celle des hommes de même poids et de même taille.

110Les entraînements mixtes permettent donc de marteler à même les corps l’infériorité physique des femmes. C’est en effet la leçon magistrale enseignée dans les cours de self-défense et de gtpi (gestes techniques et professionnels d’intervention). Les hommes, s’ils ne sont pas tous de la même force et de la même taille, sont au moins assurés de rester victorieux sur la quasi-totalité des femmes, souvent plus petites et moins fortes. Quant aux fortes femmes, le danger qu’elles représentent pour l’honneur viril est contourné par la mise au point d’une évaluation distincte : ces femmes ne constituent pas des adversaires susceptibles de faire baisser la moyenne des hommes.

  • 78 Certains moniteurs proposent cependant des cours de rattrapage, mais c’est laissé à leur libre ini (...)

111Autant d’éléments qui, cumulés et encouragés par des dispositifs à la fois institutionnels et informels, concourent à entretenir les filles dans le principe d’une infériorité physique de nature. Plus souvent que les hommes, elles ont le sentiment de ne pas avoir acquis suffisamment d’assurance physique pour faire face aux réalités du terrain. Les performances masculines demeurent la norme idéale à atteindre et il n’est pas projeté de réduire l’écart de niveau en établissant des groupes de niveau ou en proposant aux plus faibles des cours supplémentaires officiels78. C’est en ce sens que le régime compensatoire, censé avantager les femmes, perpétue le stéréotype d’une fragilité proprement féminine et maintient les écarts (Baillette 1999 : 29-30).

112Le régime compensatoire, en tant que tel, ne permet pas non plus de résoudre les pratiques ouvertement misogynes. Entre un système de notation respectant formellement l’égalité des chances et son application concrète, il y a une marge qui échappe au contrôle de la direction et aux possibilités de plaintes des élèves. Certains moniteurs créent en effet un climat pédagogique si hostile aux femmes que ces dernières ne bénéficient pas des conditions favorables à l’amélioration de leurs performances. Les moniteurs des écoles de police sont de fait dans une position de pouvoir : ils ne sont pas soumis aux mêmes contraintes que les entraîneurs sportifs de clubs, soucieux de conserver une clientèle qui peut partir dans un club concurrent. Les élèves sont « prisonniers » de leur école et ils ne choisissent pas leurs moniteurs.

  • 79 Les moniteurs hommes ne sont pas les seuls à dévaluer systématiquement les femmes. Certaines forma (...)

113Loin de mettre les femmes en confiance, certains moniteurs encouragent ainsi l’incompétence des femmes en les dévaluant systématiquement79.

J’avais vingt-quatre ans, il y avait une collègue qui avait été recrutée à dix-sept ans dans ma section. Elle en avait dix-huit pendant la formation. Les moniteurs la chambraient. Ils lui disaient qu’elle n’avait pas fini sa puberté. Donc ils ne lui donnaient pas de leçons de tir. Elle a eu des cours au final, mais ils lui mettaient des bâtons dans les roues. Quand on est une femme, on n’a pas le même équipement, on a un Ruger. La détente est plus dure. Nous, on nous a appris à tirer avec deux doigts car avec un doigt, on ne peut pas tirer. On a cinq cartouches et on a des crampes. Cette petite, ils l’avaient enquiquinée, elle n’avait pas assez de force pour tirer. Elle n’était pas majeure, qu’ils disaient. Les cours d’armement, c’était chiant. J’en avais une peur bleue. Quand on désossait une arme, les moniteurs nous donnaient systématiquement les armes les plus difficiles. Ce petit pôle de machos, c’était pénible (Mme Garlieutu, lieutenant, sp, 34 ans).

114Certains moniteurs encouragent également le déploiement de violence sous prétexte que les exercices de mise en situation doivent être au plus près des réalités du terrain. Les filles font souvent les frais de ces jeux de rôles appliqués à la lettre. « L’étranglement, le menottage au sol, on aura 60/60, mais pour le reste... De toute manière, on nous fait faire que du rentre-dedans et de la boxe... », explique une élève de l’enp Alpha. Cette réflexion fournit l’occasion à quelques filles de nous montrer les traces des menottes de l’exercice de la veille, en précisant que certains garçons ont fait exprès de les serrer au maximum. La mixité fournit effectivement l’occasion à certains hommes de réaffirmer leur supériorité physique. Il arrive qu’ils en profitent pour régler leurs comptes sur le tatami. Ils « tapent plus fort pour dire : tu vois, tu es une fille » (Mme Gardéléa, élève gardien de la paix, 38 ans). Mlle Gardemer (sportive de haut niveau en judo) est outrée par le laisser-aller qui règne en self-défense. « A l’école, quand certains collègues s’acharnaient sur une femme, je gueulais. J’étais dans le sport avec plein d’hommes et je n’étais pas confrontée à ce sexisme et je n’arrivais pas à comprendre ces réactions d’abrutis » (gardien de la paix, sp, 25 ans). Ces cours violents laissent des stigmates. Un orteil bleu, une balafre, une claudication – telles sont les traces visibles qu’on a pu observer en quelques mois à l’enp Alpha. Le secret médical interdit malheureusement de savoir si les filles sont davantage blessées que les hommes.

115Un dernier élément de misogynie organisée doit être mentionné, même s’il ne concerne qu’un très petit nombre d’élèves chaque année. Il s’agit du cas des femmes enceintes pendant la scolarité. Dans les textes, elles peuvent bénéficier d’un report de scolarité ou, si les dates le permettent, combiner leur scolarité et leur congé de maternité. Elles sont dans ce cas autorisées à passer des épreuves de rattrapage. En réalité, l’application concrète de ce règlement est laissée à la libre interprétation des moniteurs et au bon vouloir de la direction. À l’ensop, Mlle Offélem (élève lieutenant, 28 ans) qui a eu un enfant pendant la scolarité s’est ainsi trouvée privée de ce droit. Elle n’a pas pu passer l’épreuve de parcours police et un zéro lui a été mis d’office. Elle s’est plainte à la direction qui n’a pu que lui donner raison, étant donné les textes en vigueur, et elle a repassé l’épreuve. Elle a cependant, par mesure de rétorsion, été prévenue la veille pour le lendemain. Elle n’a guère eu le temps de s’entraîner et elle a donc eu une très mauvaise note – compromettant ses chances d’être bien classée. Ce cas, en apparence anecdotique, est tout à fait symptomatique : il est entendu que les femmes recrutées en école de police doivent éviter d’être enceintes. La norme reste celle d’un corps masculin qui ne connaît ni la déformation, ni l’épuisement de la grossesse. Celles qui rompent cet interdit coutumier doivent en payer le prix. Ce cas exemplaire prouve à nouveau que l’égalité républicaine s’arrête, en pratique, au seuil de la différence des corps.

  • 80 Ces plaintes concernent très majoritairement les écoles de gardiens de la paix et l’ensop.

116Toutes ces discriminations, si elles ne concernent pas la majorité des femmes policiers, sont suffisamment récurrentes, d’un entretien à l’autre80, pour qu’on puisse en conclure que la mixité ne garantit pas l’égalité des chances en matière sportive et policière. Les moniteurs, majoritairement des hommes, peuvent tout à fait fonder l’ensemble de leur cours sur les principes du régime compensatoire, tout en accordant le primat à la virilité masculine (en matière de comportement et de performances). C’est ce décalage qui cristallise les rancœurs féminines, moins sensibles aux notes qu’à l’attitude misogyne de certains formateurs et de l’institution dans son ensemble. Ainsi, les femmes moyennement sportives se démotivent et préfèrent essuyer les remontrances de leur moniteur ou être mal notées, plutôt que de prendre le risque de se blesser et d’être exclues définitivement. En bref, l’enseignement des matières sportives est conçu pour rappeler aux femmes qu’elles vont exercer un métier d’homme et entretenir la croyance d’une distance irrattrapable entre les sexes.

117Même si les femmes déplorent la violence de certains cours sportifs et la dureté de certains moniteurs, elles évitent cependant, autant que possible, de se plaindre publiquement. Elles ont bien conscience qu’elles jouent une partie de leur légitimité sur leur aptitude physique et sur leur endurance à la misogynie. Les femmes ne contestent pas les fondements de la virilité (courage, force). Elles participent bien au contraire à l’entreprise de stigmatisation de leurs comparses trop rondes, trop fragiles ou trop émotives, au motif qu’elles nuisent à la bonne image des femmes dans la profession. Elles considèrent ensuite que les attaques sexistes qu’elles subissent sont une épreuve de plus à surmonter : la misogynie est convertie en expérience formatrice. Leur résistance à la violence des hommes prend valeur de test. « Tout le monde a changé. Du point de vue du caractère. On a pris plus de maturité. [...] On parle avec plus d’assurance qu’avant. On essaie d’aider les gens, on est moins timide » (conversation informelle avec une élève, notes de terrain, enp Alpha). Au contact des hommes, elles se sont endurcies, elles ont pris de l’assurance, elles ont appris à se défendre, elles ont une meilleure répartie. Il leur a été demandé de prendre de la voix – de muer. En témoigne ce cours de gestes techniques et professionnels (gtpi) à l’enp Gamma : M. Monitoin entraîne ses élèves à sortir une arme du blouson d’un suspect. Il fait intervenir une fille assez timide dans le rôle du policier. Elle interpelle le suspect dans les règles, mais le moniteur n’est pas totalement satisfait. Il en profite pour attirer l’attention de toute la section sur un point : « Le ton de la voix... Je n’ai rien contre les filles (le moniteur prend une petite voix de fausset), mais c’est comme à la télé. Si le mec joue mal, on se dit : qu’est-ce que c’est que cet acteur ? Nous, c’est pareil, on est des acteurs, on est déguisés. Il faut bien jouer son rôle. Il faut se servir de la voix. Si vous lui dites de lever les mains d’une petite voix, il va vous dire : “Oh chef, tu m’emmerdes.” » Un élève homme confirme le propos du moniteur en ajoutant cette assertion : « Il vaut mieux être un peu viril que relax. » Une élève femme acquiesce : « Il faut être ferme. »

118Sportives ou non, les femmes s’emploient à déconstruire la qualification de « sexe faible » en mettant un point d’honneur à satisfaire à toutes les épreuves, à n’être jamais malades, au risque de se blesser. Les femmes savent que cette démonstration de bonne volonté est payante à tous niveaux : pour s’assurer une bonne note de comportement (plus couramment appelée « note de gueule » par les élèves), il vaut mieux passer pour vaillante. Un tel acharnement impressionne les moniteurs qui n’hésitent pas à dire que les filles ont de la « niaque » et qu’« elles en veulent plus que les garçons ». Dans cette entreprise de réhabilitation, les volontaristes sont largement aidées par les sportives de haut niveau qui font des compétitions au niveau national. Dans toutes les écoles de police où l’on est passé, sauf celle de commissaire, on nous a présenté « la championne » de telle ou telle discipline, qui fait la fierté de sa promotion. Même si ces femmes ne sont pas évaluées avec les hommes, comme on l’a vu, afin de ne pas mettre en péril la suprématie masculine, elles font néanmoins l’objet d’une attention toute particulière de la part des élèves et des enseignants qui n’hésitent pas à les utiliser comme assistantes. Ces femmes imposent le respect, elles sont érigées en emblème d’une égalité possible entre hommes et femmes sur le plan physique.

  • 81 Les jeunes femmes restent néanmoins plus enclines que les jeunes hommes à défendre une formation m (...)

119Ce qui s’accomplit du point de vue physique s’accomplit également du point de vue idéologique : la virilisation peut conduire à l’affirmation d’une position violente ou à la revendication de méthodes illégales. D’après Mme Gardéléa (élève gardien de la paix, 38 ans) et Mlle Gardéleb (élève gardien de la paix, 32 ans), le groupe partisan du « tout répressif » de leur section de l’enp Alpha compte un certain nombre de femmes qui aiment à dire, comme certaines de leurs collègues masculins : « Moi, je tape d’abord et je discute après. » Dominique Monjardet et Catherine Gorgeon l’ont bien montré : entre leur entrée à l’école de gardiens de la paix et leur sortie, les élèves femmes sont caractérisées par les plus grands changements d’opinion et notamment, leur revirement du côté de l’illégalisme (entre autres, dans l’usage de la force). En sortie d’école, « ce sont trois filles qui se “délégalisent” pour une qui se “légalise” » alors que les « évolutions opposées dans les catégories masculines mettent en jeu des effectifs comparables » (Monjardet & Gorgeon 1992 : 109). Ce brouillage des normes féminines témoigne du trouble introduit par la formation policière. Le groupe des femmes s’est diversifié, aussi bien du point de vue idéologique que du point de vue physique81. Toutes les femmes n’ont, certes, pas incorporé les mêmes principes virils et n’en font pas l’éloge avec la même intensité. Tout dépend du grade : les élèves gardiennes de la paix sont celles qui témoignent de la plus grande métamorphose. Tout dépend également de leur plus ou moins grande participation adolescente à la sociabilité virile. Ce qui est sûr, c’est qu’elles prennent soin de mettre à distance le spectre d’un « martyre » proprement féminin. Les femmes sont, dans leur ensemble, désavantagées par le maintien des normes viriles et masculines, mais si elles sont, entrées dans la police, c’est qu’elles aspirent à s’y conformer.

120En cela, les femmes, pour la plupart, rejoignent tout à fait le point de vue de leurs enseignants. Partant du principe que les filles ont un handicap physique, les moniteurs s’emploient à accélérer leur métamorphose en exigeant d’elles qu’elles adoptent un certain ethos viril (résistance, violence, obéissance). Ils obligent hommes et femmes à courir ensemble, à tirer ensemble, à se battre ensemble pour faire face à la violence indifférenciée qui les attend sur le terrain – une violence sans galanterie. Ils imposent également aux élèves de courir quelles que soient les conditions climatiques. Certains les obligent à s’entraîner alors même qu’ils sont blessés. Les élèves font alors des rechutes et ils n’ont pas le temps de guérir. D’autres se font un malin plaisir de terroriser tous les élèves, un à un, dans le seul but de les déconcentrer. C’est le cas d’un des moniteurs de tir de l’enp Alpha qui vient hurler dans leurs oreilles pendant qu’ils tirent avec le casque, pour les faire sursauter et les obliger à garder la tête froide. Lors du bilan de scolarité, les élèves, quel que soit le sexe, se sont plaints d’un tel sadisme. En mettant l’accent sur ces brimades collectives, plutôt que sur la seule misogynie, les élèves des deux sexes témoignent de leur adhésion à l’idéologie de la virilité : la souffrance imposée par les supérieurs hiérarchiques n’a pas seulement pour vocation de marquer leur position subordonnée, elle permet de développer l’esprit de corps. Unis dans l’effort, les élèves apprennent à endurer plus facilement la souffrance. Confrontés à l’adversité, les élèves élaborent des pratiques de solidarité qui leur permettent d’affirmer qu’homme et femmes sont « logés à la même enseigne ». Loin de diviser les sexes, la tyrannie pédagogique est érigée en preuve d’égalité, alors même qu’elle est davantage éprouvée par le groupe des femmes que par celui des hommes.

  • 82 L’« exceptionnelle force physique » de cette athlète a en effet donné lieu à des commentaires sur (...)

121Soumises à la fois à un traitement distinct (au nom de l’égalité des chances), sexiste (au nom d’une norme virile qui n’est jamais mieux illustrée que par les hommes) et à une commune mise à l’épreuve, les femmes formulent ainsi un bilan très variable sur la formation sportive, d’un entretien à l’autre. La majorité d’entre elles est cependant redevable à l’institution de leur avoir fourni l’occasion d’un tel entraînement physique et d’avoir acquis un certain nombre de principes, qui se résument de la manière suivante : pour les femmes, il n’est pas question d’aboutir à l’uniformisation des compétences physiques. La formation teste avant tout l’aptitude du futur policier à aller au-delà de ses propres limites physiques, quels que soient le sexe et le niveau initial. « Moi, je leur dis, que ce soit des filles ou des garçons, si vous n’avez pas de couilles, c’est foutu », proclame un moniteur de l’enp Alpha. Cette injonction à la virilisation des femmes et des hommes rend compte d’une dissociation entre sexe et genre : tous les hommes ne sont pas d’un niveau équivalent (on retrouve également des hiérarchies entre les sportifs de haut niveau et les « coureurs du dimanche ») et certaines femmes peuvent être meilleures en sport que les hommes. La supériorité physique des hommes est certes largement entretenue par des dispositifs formels et informels qui entretiennent les écarts entre les sexes, mais le côtoiement de sportives de haut niveau contribue à faire émerger un regard plus individualisé sur les corps, tout au moins à susciter une stupéfaction propice à la réflexion : ces athlètes sont-elles des « femmes », au sens policier du terme ? Dès lors, l’apprentissage de la virilité policière amorce une révolution du même type que celle réalisée par Martina Navratilova dans le monde du tennis des années 197082 qui a mis à mal « certains idéaux de morphologie féminine ». « A ce moment précis, nous entrons dans le type de crise épistémique favorable à une modification des catégories de genre » (Butler 2000 : 33-34).

La mise à l’épreuve des stages

  • 83 C’est le cas des élèves qui n’ont pas été policiers auxiliaires (pa) ou adjoints de sécurité (ads)
  • 84 C’est en ces termes que le stage est souvent présenté.
  • 85 Si on n’a pas suivi les élèves en stage, on a en revanche assisté à des débriefings de stage en éc (...)

122Dans cette entreprise de virilisation, formateurs et moniteurs sont aidés par les stages qui constituent un moment particulier dans la carrière : ils sont très attendus des élèves, avides de réalités pratiques. C’est le moment de la « rencontre » avec le monde policier et la rue (Van Maanen 1973 : 412). Ces stages ne correspondent cependant pas à une mise en situation réelle : les élèves font autant que possible leur stage dans leur ville d’origine, qui leur est familière, et ils ne prennent pas les mêmes risques que les titulaires qui s’emploient à montrer l’exemple, du moins en règle générale. N’étant que de passage, le stagiaire se trouve dans le même temps dans une situation de précarité qui ne se renouvellera pas dans la suite de sa carrière : craignant de ne pas être titularisé, le stagiaire tend du coup à garder le silence quand il se trouve en conflit avec les titulaires ou observateur de déviances internes. Il y va de sa titularisation. Cette précarité statutaire s’accompagne d’une mise à l’épreuve du principe théorique de contrôle de soi : pour la plupart des élèves83, ignorants de la difficulté concrète de l’exercice du « sale boulot » (Hughes 1996), il s’agit d’une première confrontation avec la mort et le risque physique. Dans ce cadre à la fois enchanté (le « rêve » d’aller sur le terrain se réalise enfin84) et périlleux (le stagiaire se trouve dans une double position d’infériorité en terme de statut et d’expérience), les femmes sont-elles traitées de la même manière que leurs homologues masculins ? On s’intéressera à deux types d’inter-actions extrêmes, celles avec le public et celles avec les titulaires, en distinguant celles qui peuvent faire l’objet d’un récit légitime, dans l’enceinte de l’école, et celles qui sont tues par les femmes85.

123Encouragés par leurs formateurs, les élèves hommes et femmes peuvent s’épancher librement sur leur dégoût à découvrir un cadavre et sur leur première expérience de grand danger (coup de feu, risque de lynchage, etc.) sans craindre de passer pour des pleutres. « J’ai vu un cadavre et j’ai vomi » s’avoue ainsi assez facilement. C’est même l’expression physique émotive la plus admise dans la profession, quel que soit le sexe et quel que soit le grade.

  • Un élève homme : J’ai fait un cadavre. Je serais resté cinq minutes de plus et j’aurais gerbe dehors.
  • La formatrice : C’est bien de l’avouer. J’ai vu tellement d’hommes policiers tomber. Il y avait combien de temps ?
  • L’élève homme : Une semaine. Il était dans son lit.
  • La formatrice : Vous l’avez transporté ?
  • L’élève homme : Non, de toute manière, je n’aurais pas pu.
  • La formatrice : C’est bien de le dire, mais de toute manière, quand on n’a pas le choix. Et encore... Une semaine, ça va. (Notes de terrain, débriefing, ENP Alpha.)

124Le premier cadavre est un événement dont les policiers se souviennent durablement et qu’ils n’hésitent pas à relater, surtout quand le stage constitue la première confrontation avec des morts. C’est le cas de M. Gardif qui doit affronter un suicide particulièrement morbide lors de ses trois premiers jours en tant que policier auxiliaire. C’était « un mec qui s’est jeté d’un pont et il a fallu ramasser les morceaux, j’en ai été malade pendant trois jours. L’officier aussi en était malade. On a tout mis dans des sacs en plastique. Je n’ai pas mangé pendant trois jours » (M. Gardif, gardien de la paix, sp, 30 ans). Ces récits prennent une dimension cathartique : suscitant l’effroi et la pitié, ils permettent aux élèves et aux formateurs de renforcer l’esprit de corps autour d’une expérience commune, de l’ordre du sacré, à laquelle les profanes n’ont pas accès : seuls les policiers, avec les pompiers, les médecins, les prêtres et les employés des pompes funèbres, sont de fait dans l’obligation professionnelle de toucher les morts. C’est aussi l’occasion de rappeler l’impératif de maîtrise de soi dans la profession – une maîtrise toute virile : « Nous, explique Mme Obrigue à ses élèves, on n’a personne pour nous aider. Pas de psychologue comme les infirmières. Nous on doit tout assumer. On doit être forts » (notes de terrain, enp Alpha).

125Les stagiaires commissaires et officiers sont d’autant plus sensibles à ce type d’événement et enclins à le raconter qu’ils savent que par la suite, ils ne seront pas exposés au traitement direct des cadavres. Ce sont les gardiens de la paix qui sont chargés de rechercher les morceaux manquants d’un corps démembré et de le transporter. Les officiers, en tant qu’officiers de police judiciaire (opj), sont pour leur part soumis à l’obligation d’assister à l’autopsie et de poser les scellés. Cette division du travail policier informe l’expérience des stagiaires : les élèves officiers et commissaires, à la différence des élèves gardiens de la paix, se trouvent pris dans l’obligation professionnelle de devoir mener l’enquête (appeler l’identité judiciaire, mener une perquisition, assister à l’autopsie). Ils doivent donc assez rapidement contrôler leur émotion pour enchaîner sur la recherche de preuves et d’indices. Cette capacité à rebondir constitue un véritable test : les élèves, a fortiori les femmes, sont attendues au tournant. Elles se doivent de faire bonne impression auprès de leurs futurs subordonnés et de leurs futurs collègues. Les élèves lieutenants et les commissaires ont ainsi tendance à insister davantage sur leur traitement très professionnel du cadavre. L’enthousiasme d’avoir « fait une belle affaire » prend le pas sur l’émotion première.

Le truc dur, je l’ai vu en brigade de nuit. On est intervenus sur une femme qui s’était fait violer, frapper chez elle. On aurait dit Eléphant Man. Avec en plus une tentative d’assassinat. C’était le gros truc. C’était génial. Elle était partie. Elle s’était réfugiée chez sa fille. L’OPJ voulait qu’on attende pour qu’on attrape le concubin qui était parti de la maison et qui allait probablement revenir. Juridiquement, c’était plus sûr. Avec un équipage, tu fais la surveillance de l’appart. Le dispositif s’est mis en place. Avec les mecs de la BAC départementale – les Rambos. À six heures du matin, le concubin s’est pointé. J’ai dit à la radio : il nous a repérés. Il faut qu’on intervienne. Tous les renforts sont arrivés et ils l’ont menotte. J’ai basculé sur l’IJ [identité judiciaire]. On a inspecté les lieux du crime. Il était soûl. Il n’avait rien rangé. Le constat était nickel. Ensuite, on a fait la garde à vue. On a enchaîné sur les auditions. C’était excellent. C’était une grosse affaire. Je me suis dit : on va sur un gros truc, une femme battue. Comment je vais réagir de voir des trucs aussi choquants ? J’ai réagi de façon professionnelle. Est-ce que je vais arriver à ne pas m’émouvoir ? Tu te dis : c’est leur vie. Tu es très en recul. Tu fais ton travail. C’est le plus gros truc que j’ai vu (Mme Comélem, élève commissaire, 26 ans).

126L’autre situation extrême digne d’être racontée publiquement, sans prendre le risque d’une interprétation disqualifiante, concerne la mise en danger des policiers. Ce type de récit permet de rappeler que les policiers risquent leur vie et que leur position de force dans l’espace social demeure fragile. Les policiers font partie des rares corps de métier, avec l’armée, qui cristallisent une partie de l’agressivité sociale et où l’on prend le risque d’être tué intentionnellement. Le fait d’avoir dû sortir son arme est extrêmement valorisé dans la profession. Les stagiaires qui ont la « chance » de participer à ce type d’intervention sont des héros. Deux élèves de l’enp Alpha ont ainsi été félicités pour avoir arrêté deux hommes armés lors d’un contrôle routier. La formatrice profite de cette occasion pour glisser un commentaire sur le frisson que procure la sortie de l’arme : « Vous avez pensé à la sortie de votre arme. Ça vous le fera à chaque fois, l’adrénaline. Quand vous remettez la main à l’étui et que vous êtes dégagé de la situation, là, je peux vous dire... » Il n’est pas honteux d’avouer ses poussées d’adrénaline, il peut même être très utile, d’un point de vue narratif, d’exagérer sa prise de risque pour mettre en évidence le retournement de situation – le moment où formateurs et élèves peuvent se rassurer sur la supériorité des forces de police contre l’adversité. Mais rares sont les stagiaires qui peuvent s’étendre sur ce type d’événement -pour la simple et bonne raison qu’ils ne sont pas si fréquents.

  • 86 37 % des hommes et 40 % des femmes policiers ont passé la plus grande partie de leur enfance à la (...)

127Il en est tout autrement quand les élèves font preuve d’une trop grande empathie sur le terrain à l’égard des victimes, allant jusqu’à la démonstration physique de leur sensibilité. Les policiers ne doivent pas pleurer sur le terrain. Les occasions de manifester son émotion sont pourtant nombreuses : en stage, la plupart des élèves découvrent l’envers du décor urbain86, avec son cortège de déviance, souillure, misère et détresse. Les femmes, étant plus largement socialisées que les hommes à l’extériorisation de ce type d’émotion, sont plus exposées à cette tentation. Les stagiaires femmes montrent de fait davantage que les hommes leurs larmes. « La première intervention, j’en ai pleuré pendant un an, j’avais dix-huit ans, je ne connaissais rien de la vie. C’était un petit vieux, tout menu, il s’était fait braquer à la sortie de la poste, il n’avait que ça pour vivre. J’ai pleuré, je ne m’en suis pas remise, je me suis dit que je n’y arriverais jamais. Les collègues, ils ne se sont pas souciés de moi, ils sont blasés, ils n’ont aucun sentiment », explique Mme Gardot (gardien de la paix, sp, 28 ans). Les femmes relatent également davantage les opérations d’autocontrôle auxquelles elles se livrent. « Une fois, sur un vol à l’arraché, j’ai eu envie de pleurer, je me suis retenue », raconte Mme Gardéléa (élève gardien de la paix, 38 ans). Les hommes se sont bien gardés de communiquer ce type de débordement ou d’opération d’autocontrôle.

128Les stages ne constituent pas seulement une première expérience du terrain, de sa dangerosité et de son caractère sordide. Ils permettent de faire connaissance avec ses pairs, de découvrir le manque de moyens, la mauvaise organisation, les problèmes de déontologie. Ces sujets sont très attendus des formateurs lors des débriefings en classe. Qu’en est-il du sexisme ? Le stage représente à cet égard une expérience radicale, par rapport à la formation : même s’il y est délivré un message de valorisation des qualités viriles, la scolarité demeure encadrée par un rituel républicain qui permet de reléguer au rang d’exception ou de « dinosaures » les enseignants notoirement misogynes. Les femmes se trouvent par ailleurs plus nombreuses en école de police que dans les services où elles sont disséminées. En bref, les femmes, mais aussi les hommes, s’aperçoivent, à leur retour de stage, que la formation est à bien des égards un milieu protégé. Il existe bel et bien un problème d’intégration des femmes. Quel canal trouve-t-il cependant pour s’énoncer en toute légitimité dans le cadre scolaire ?

129Lors des débriefings, cette situation est évoquée, mais elle n’occupe qu’une petite place, comparativement aux autres motifs de déception. Le devoir de réserve, la honte et la crainte d’être l’unique femme à avoir été mise à l’écart « en tant que femme » rendent en effet délicate la publicité d’un tel phénomène, surtout au grade de commissaire. Les élèves hésitent à témoigner, y compris en entretien. La formule la plus fréquente reste celle du témoignage indirect : « Moi, il ne m’est rien arrivé, mais par contre, à ma collègue... » Dans l’économie des récits, la situation propre aux femmes est en outre occultée par d’autres discriminations estimées plus importantes (le handicap du jeune âge par exemple, récurrent dans les récits des élèves commissaires). On ne peut donc pas quantifier le phénomène de harcèlement des stagiaires féminines. On peut en revanche affirmer que les jeunes femmes stagiaires se trouvent dans une situation de vulnérabilité plus élevée que leurs homologues masculins, dans la mesure où elles doivent faire face à un test d’intégration supplémentaire – celui de leur compétence dans la profession, en tant que femme. On classera les récits de mises à l’épreuve proprement sexistes suivant leur degré de publicité dans le théâtre des cours.

130Le premier élément évoqué concerne, contre toute attente, la misogynie des femmes titulaires. Ce phénomène suscite un assez grand étonnement de la part des stagiaires qui n’hésitent pas à formuler des diatribes assez sévères à l’encontre de leurs congénères. Ce constat de la misogynie des femmes policiers (qu’on retrouve à tous les grades) présente l’avantage, pour les élèves et les formateurs, de minorer l’opposition des hommes, plus prévisible. Comparativement, ces derniers, plus paternalistes, apparaissent plus aimables, tout au moins plus curieux à l’égard des nouvelles venues que les anciennes. Mlle Offélec explique ce décalage entre l’accueil réservé par les titulaires hommes et les titulaires femmes en invoquant la tradition galante. « Je me suis très bien entendue avec une femme lieutenant, mais la relation a été plus difficile avec les autres femmes. Elles ne s’intéressaient pas à ma scolarité. Je tentais de discuter pourtant. Un homme va plus facilement vers une femme. Bonjour, comment ça va. 11 te posera plus de questions qu’une femme. C’est humain » (Mlle Offélec, élève lieutenant, 27 ans, 2002). Si les femmes craignent davantage d’exercer un tel parrainage auprès des stagiaires femmes, du moins dans un premier temps, c’est aussi qu’elles prennent le risque de perdre leur position d’« exceptionnalité » et d’être assimilées au clan disqualifié des « bonnes femmes ». En ce sens, elles enseignent une règle importante de la profession : la faible rentabilité de la solidarité féminine dans ce métier d’homme.

131L’insistance des élèves sur la misogynie des femmes titulaires permet en tout cas, dans l’immédiat, d’apporter un contrepoint à la figure classique du « macho » et de confirmer la bonne marche du processus de féminisation de la profession. La misogynie des hommes est présentée comme résiduelle. Quand la misogynie est dénoncée avec vigueur, c’est en général pour préciser que l’épreuve a été surmontée. Les femmes, dans leur majorité, sont en effet enchantées de leur expérience de stage et considèrent que le sexisme est marginal et qu’il peut surtout être contourné. Les cas extrêmes de mauvais traitements physiques restent rares, tout au moins très secrets. Ils n’en sont pas moins significatifs du traitement accordé à la déviance interne. Le régime de dénonciation indirecte fonctionne tout d’abord à plein : une jeune stagiaire restée toute la nuit menottée a décliné notre invitation d’entretien. Ce sont d’autres filles de sa section qui ont évoqué son cas.

Quand on est arrivés au commissariat pour notre premier stage, on a eu un petit bizutage avec ma collègue. Ils l’ont attachée avec des menottes. [...] Ma collègue n’a trop rien dit. Avec moi, le premier qui a essayé n’a pas réussi, son honneur en a pris un coup. Pour ma collègue, ils s’y sont mis à trois. Elle est restée je ne sais combien de temps attachée. Ça s’est passé à l’accueil, dans une salle derrière. Si des gens étaient venus, ils auraient vu une fliquette attachée, moi j’étais en patrouille, je ne l’ai su que le lendemain, qu’elle était restée attachée. Le chef de brigade savait, c’est sûr, il était à dix mètres. Elle ajuste dit au major ce qui s’était passé, le major ne veut pas de problème. On l’ajuste fait moins tourner avec les personnes qui l’avaient attachée. Mais après, on était deux filles dans son équipe. Si ça se reproduisait, on ne laisserait pas passer. Ils voulaient nous passer sous la douche, ça ne s’est pas fait. Ils ont entendu qu’on n’allait pas se laisser faire. Les collègues masculins ont dit qu’ils nous soutiendraient. Si personne ne vient se plaindre et si tout le monde cautionne, il ne se passera rien. La parole d’une stagiaire contre un gardien de la force publique, c’est rien. Tout le monde dit que ma collègue aurait dû écrire (Mlle Gardéleb, élève gardien de la paix, 32 ans).

132Il n’est pas anodin que la claustration dont la stagiaire a été victime soit qualifiée de « bizutage ». Cet acte n’est toléré que parce qu’il apparaît, aux yeux des policiers titulaires, comme une farce de potache, sans conséquence aucune, puisque la victime est jugée comme totalement inoffensive : elle est issue du grade le plus bas, c’est une élève et elle n’a pas une musculature aussi imposante que l’autre femme stagiaire qui sera du coup épargnée. Le cumul de tous ces statuts inférieurs conforte les policiers agresseurs dans leur impunité. Ils savent qu’ils ne feront l’objet d’aucune poursuite de la part de la victime elle-même et de la formation. La loi du silence s’incorpore très vite. Il s’agit d’un non-événement, comme le signale Mlle Gardéleb, y compris pour les formateurs qui ont soutenu la victime, tout en lui conseillant de ne pas porter plainte à la direction de l’école et au chef de service du commissariat.

133Cette situation exceptionnelle est riche d’enseignements pour les stagiaires femmes de l’enp Alpha : les stagiaires en proie à des attaques sexistes ne peuvent attendre de la formation de l’institution que des sanctions soient prises. Au mieux, elles bénéficient de la compassion de leur formateur et de la solidarité des autres élèves en stage sur le site. Les stagiaires, pour être titularisés, ne doivent pas apparaître comme des sujets à problèmes. Il est par conséquent demandé aux femmes de s’accommoder localement de la situation et de patienter jusqu’à leur affectation définitive. En observant la manière dont certaines de leurs collègues ont été traitées, elles apprennent également collectivement qu’il ne s’agit pas seulement d’une question de « personnalité ». Il existe bel et bien des hommes pour qui les femmes, quelles qu’elles soient, n’ont pas leur place dans la police. Les élèves femmes se font alors un point d’honneur à ne pas se singulariser davantage en demeurant discrètes sur le sexisme subi. En tant que stagiaire, d’une part, et en tant que femme, d’autre part, c’est à elles de s’adapter et non l’inverse. Les élèves femmes apprennent également qu’il existe des degrés d’intégration variés dans les services. Elles découvrent que les principes d’égalité et de méritocratie, inculqués par l’institution scolaire depuis leur plus jeune âge et auxquels elles doivent, dans une certaine mesure, leur admission dans ce métier traditionnellement masculin, sont très diversement appliqués sur le terrain.

134Les stages constituent ainsi des réservoirs d’expérience et de lieux communs précieux pour les futurs policiers femmes et hommes. Les stagiaires enregistrent très rapidement les gestes et les paroles qu’il leur sera nécessaire d’adopter pour ne pas se démarquer sur le terrain. Les femmes sont d’autant plus soucieuses d’intérioriser ces codes qu’étant minoritaires, elles sont plus visibles et qu’elles risquent d’être doublement disqualifiées, en raison de leur inexpérience de néophyte et de leur appartenance de sexe.

Les effets de la vie en communauté

  • 87 L’internat n’est pas obligatoire, mais c’est l’option majoritairement choisie par les élèves.

135La formation des policiers ne passe pas seulement par les cours et les stages, mais aussi par la mise en place d’une sociabilité de type clanique, policière. Le week-end, la plupart des élèves rentrent chez eux, mais en semaine, ils se sont regroupés dans le site fermé de leur école, pour étudier, en cours et en bibliothèque. Ils mangent ensemble au mess midi et soir, et la majorité d’entre eux vit à l’internat87. Cette vie en communauté, tout à fait comparable à celle que l’on peut observer dans d’autres écoles professionnelles, comporte cependant une spécificité qui rejoint les principes d’éducation militaire : les élèves demeurent en résidence surveillée. Ils ne sont pas seulement évalués sur leurs performances scolaires, mais aussi sur leur faculté d’adaptation aux rituels imposés par la collectivité, tout au long de la journée. La fameuse note de comportement prend en effet en compte l’implication des élèves dans tous les domaines d’activité de l’école, y compris dans les activités extrascolaires (fêtes organisées par le bureau des élèves, participation aux associations sportives de l’école). C’est donc l’ensemble de leur intégration qui est observée et un continuum s’établit entre salle de cours, couloir et chambrée. Ce contrôle permet aux formateurs de rappeler aux futurs policiers que ce métier n’est pas un statut provisoire, mais permanent, qui ne s’interrompt pas quand le policier quitte son lieu de travail.

136L’étendue du contrôle hiérarchique n’empêche cependant pas les élèves de faire des « virées » en ville (il y a un droit de sortie illimité à la différence du service militaire qui exige des permissions) et de multiplier les événements festifs au sein de l’école. Isolés de leurs réseaux familiaux et amicaux antérieurs, exemptés des tâches domestiques quotidiennes par la vie d’internat, les élèves disposent d’un temps certain, entre leurs cours et leurs révisons, pour explorer l’ensemble des combinaisons que leur propose cet univers fermé. Ils utilisent en effet assez rarement le moment de la scolarité pour s’intégrer à la population de la ville dans laquelle leur école est située. La formation constitue un moment de repli clanique, entre élèves d’une même promotion. Cet « entre-soi » suscite la mise en place de réseaux de camaraderie et de relations sexuelles plus ou moins durables.

137Le terme de camaraderie est à prendre au sens fort de coreligionnaire. Formateurs et moniteurs entendent développer chez leurs élèves un sentiment d’appartenance solidaire à la « grande famille police » et travaillent à la mise en place d’une fidélité extrêmement ciblée : l’élève commissaire, officier et gardien de la paix doit être fidèle à sa section et plus largement à sa propre promotion – une promotion unique, identifiée par un numéro et un nom propre (généralement un policier mort en service), distincte de la promotion d’avant et de celle d’après, qui se chevauchent sur un même site. Tous les récits convergent : les élèves, dans leur très grande majorité, ont ignoré et parfois même clairement rejeté les élèves étrangers à leur promotion. Les élèves commissaires sont de loin les plus attachés à la constitution d’une promotion solidaire : ils sont peu nombreux et savent que parmi eux, quelques-uns auront des carrières très prestigieuses – autrement dit un pouvoir certain sur leur carrière et celles de leurs collègues (par le jeu de la cooptation). Les rapports sociaux de sexe prennent ainsi place dans le cadre d’une camaraderie bien circonscrite : avant d’être un homme et une femme, les élèves appartiennent à une promotion bien précise qui oriente leur sociabilité sur un groupe plus restreint que celui de l’ensemble des personnels réunis sur un même site de formation. Reste à savoir maintenant comment s’organisent les réseaux d’amitié et d’alliance au sein de chaque promotion. L’affirmation officielle d’une « camaraderie » corporatiste n’empêche en effet pas que se créent des divisions entre élèves.

  • 88 Des élèves de sexe masculin peuvent se retrouver entre eux sans pour autant obéir aux codes de la (...)

138L’importance du sexe est cependant assez difficile à évaluer : il faudrait pouvoir comparer des promotions présentant des distributions différentes (10 %, 30 %, 40 %), à grade égal sur un même site, pour pouvoir mesurer l’incidence du degré de mixité dans la constitution de groupes plus ou moins homosexués, mais aussi dans d’autres réseaux d’appartenance (Kanter 1977). La mise en place d’un tel dispositif constitue une recherche à part entière. Ce qu’on peut globalement affirmer d’après nos observations dans quatre écoles de police de grades différents (avec une proportion de femmes autour de 30 % dans chacune d’entre elles), c’est que les élèves ne se scindent pas en deux groupes distincts, d’un côté, les filles, de l’autre, les garçons. Il existe, certes, des groupes homosexués dans chacun des deux sexes, mais ce mode de partition ne permet pas, par exemple, d’établir des tablées systématiquement féminines ou uniquement masculines, midi et soir, tout au long de la semaine, encore moins de créer des groupes de filles et de garçons suffisamment solidaires pour échapper à la mixité dans l’ensemble des activités extrascolaires proposées. Les groupes masculins homosexués sont par ailleurs nécessairement majoritaires, puisque la proportion de filles, dans les lieux observés, était toujours inférieure à celle des hommes. Les hommes ont donc, bien davantage que leurs homologues féminins, la possibilité de rester « entre hommes » pendant leur formation. On retrouve par ailleurs en école de police la même tendance élective que dans le reste des institutions scolaires mixtes : le « meilleur copain » est très souvent du même sexe que l’élève. En bref, la sociabilité informelle des élèves en écoles de police ne se fonde ni sur une accentuation des processus de ségrégation spontanés dans les institutions scolaires, ni sur une inversion totale du stéréotype. Les élèves vivent leur formation dans la continuité des sociabilités établies antérieurement : les filles qui préféraient la compagnie des garçons continuent ainsi à s’intégrer aux groupes des garçons. Inversement, pour les hommes qui préféraient la compagnie des filles et qui n’étaient pas des adeptes de l’homosociabilité virile, la mixité est une aubaine. C’est donc moins par sexe que par genre que les élèves se regroupent, autrement dit par degré d’affiliation aux principes de la virilité ou de la féminité. Entre ces deux extrêmes, il faut compter des regroupements pour lesquels l’identité virile et féminine ne constitue pas un principe exclusif d’association amicale. Ces regroupements non genrés (mixtes ou non mixtes88) ont paru quantitativement les plus nombreux.

  • 89 Par commodité, les policiers emploient le terme d’interne/externe pour désigner les élèves qui son (...)

139D’autres critères de division se mettent en place. Depuis une dizaine d’années, la division entre élèves issus des concours interne et externe89 semble s’être atténuée, du moins pour ce qui concerne l’hostilité à l’égard de la féminisation policière. La différence d’âge et d’ancienneté dans la police ne correspond plus, en école de police, à une division entre « pro » (les jeunes, issus du concours externe) et « anti-femmes dans la police » (les anciens, issus du concours interne). D’une manière générale, les réseaux amicaux obéissent à d’autres logiques que les divisions statutaires initiales.

140A l’ensp, les regroupements sont politiques. Il y a très clairement des groupes de droite et des groupes de gauche. Ces divisions politiques sont suffisamment visibles et constitutives de l’identité de chaque élève pour entraîner des regroupements amicaux assez fermés, pendant les pauses entre les cours, au cours des repas et dans l’organisation de sorties extrascolaires. Comme presque aucun élève ne reste le week-end (l’école, située à Lyon, est très centrale) et qu’une partie d’entre eux a décidé de vivre en externat dans la région lyonnaise avec un conjoint ou la famille, le réseau de sociabilité parallèle entre élèves contraints de rester à l’internat est bien moins étendu que dans les autres écoles de police.

  • 90 On met de côté ici le cas des concours déconcentrés de la région parisienne qui recrutent essentie (...)

141À l’ensop et en école de gardiens de la paix, les regroupements politiques sont bien moins visibles. La proportion d’élèves est tout d’abord beaucoup plus grande (entre 300 et 400) qu’à l’ensp (autour de 80). La situation de l’ensop en très lointaine banlieue de la région parisienne oblige ensuite une parties des élèves issus de Bretagne et du sud de la France à rester à l’école le week-end. Une division s’établit alors entre ceux qui rentrent chez eux le week-end et ceux qui restent et s’organisent pour échapper à la morosité du lieu. En enp, tout dépend du degré de mixité régionale décidé par la direction de la formation. Rares sont les écoles qui ne recrutent que des élèves issus de villes de la même région90. D’autres logiques se mettent alors en place : des regroupements se font autour des appartenances régionales. Les élèves mettent au point un système de covoiturage pour retourner chez eux. Le régionalisme est accentué par les stages effectués dans sa région d’origine. Le sexe importe alors moins que l’appartenance géographique.

  • 91 Ces derniers « subviennent aux besoins matériels des étudiants tout en les soutenant moralement, e (...)

142En semaine, d’autres logiques viennent s’ajouter aux logiques régionales : une partition s’établit entre les élèves « fêtards » (ceux pour qui la formation constitue un moment de loisir et de détente) et les élèves « sérieux » (ceux pour qui la perspective d’être bien classés implique un travail continu et acharné). Les premiers se retrouvent entre eux et dérangent les seconds quand ils rentrent tardivement à l’internat (souvent mal insonorisé), ce qui n’est pas sans créer des dissensions. La division entre « fêtards » et « sérieux » tend à recouper une division matrimoniale : les élèves qui sont engagés dans une vie familiale (principalement des élèves issus du concours interne) sont plus enclins à privilégier l’externat (quand leur conjoint peut les suivre ou quand ils ont obtenu une dérogation pour bénéficier d’une école proche de leur domicile) ou une vie d’internat très studieuse. L’objectif affiché est de préserver son couple et ses enfants de la rupture introduite par la formation en travaillant pour l’examen final en semaine, dans la perspective de se consacrer entièrement à sa famille le week-end. Le groupe des « fêtards » compte dans ses rangs davantage de célibataires (principalement des élèves issus du concours externe), tout à fait séduits par les avantages de cette vie en communauté : les élèves, une fois en école de police, échappent au pacte qui jusque-là guidait plus ou moins leurs études et les obligeait à rendre plus ou moins des comptes à leurs parents91. Ayant réussi le concours, étant payés et désormais indépendants, ces étudiants d’un type particulier peuvent s’adonner entièrement à l’ensemble des loisirs que la vie estudiantine de l’école leur propose – d’autant que pour une partie d’entre eux, il s’agit d’un premier salaire et du premier logement hors du domicile parental.

143Les rapports sociaux de sexe ne jouent donc pas un rôle prépondérant dans l’organisation des réseaux de camaraderie. D’autres principes de regroupement se mettent en place, en fonction des appartenances régionales, des affiliations politiques et de la plus ou moins grande adhésion au système scolaire.

  • 92 Seulement un sixième des élèves gardiens de la paix vit sous le régime du concubinage ou du mariag (...)
  • 93 Tantôt les hommes se trouvent à un étage, les femmes à un autre, tantôt dans deux corps de bâtimen (...)
  • 94 Ce point sera étudié ultérieurement dans le détail dans la suite de la carrière.

144La vie en communauté fermée ne développe pas seulement la mise en place d’un réseau amical policier, mais aussi l’homogamie, favorisée en école de police par le jeune âge des élèves (la majorité d’entre eux a moins de 35 ans), leur statut de célibataire (majoritaire92) et la mixité de la vie d’internat, propice aux rencontres entre pairs (Bozon 1991 : 29-31). Les élèves des deux sexes vivent en effet dans un lieu fermé toute la semaine, en logeant sur le même site, parfois aux mêmes étages93. La promiscuité est susceptible d’entraîner l’extraconjugalité et/ou une rupture. Accomplissant le plus souvent leur scolarité en dehors de leur région d’origine, les élèves sont en outre séparés géographiquement de leur conjoint. Et les longs moments de retrouvailles, à l’occasion du stage, ne s’accomplissent pas sous les meilleurs auspices : les couples sont confrontés à la réalité du métier, notamment les horaires atypiques – sources de conflit. Les conjoints non policiers sont ainsi mis à rude épreuve pendant la formation. Les femmes sont particulièrement touchées par l’homogamie94 et rationalisent cette tendance de la manière suivante : elles estiment que seul un policier pourra comprendre leur nouveau rythme de vie, leur manque de disponibilité et leur nouveau réseau de sociabilité.

145L’homogamie institutionnalisée (sous la forme du « petit copain », du concubinage ou du mariage) ne constitue pas la seule forme d’union sexuelle dans les écoles de police. La vie en communauté facilite des rencontres sexuelles provisoires – des plus libres (flirt) aux plus contraintes (harcèlement sexuel). Plus largement, l’environnement scolaire est fortement « sexualisé ». Les élèves des deux sexes ne s’embarrassent pas de métaphores pour désigner le phénomène. « A l’école, c’est la baise qui compte », « L’école est un baisodrome » (conversations informelle, enp Alpha et Gamma). Ces pratiques, si elles ne diffèrent pas dans leur forme de certaines écoles professionnelles de même rang, dotées d’un internat mixte, doivent néanmoins être resituées dans un système de signification proprement policier. Un lien doit être établi entre sexualisation des relations, apprentissage de la virilité et construction clanique d’une « famille » professionnelle.

146La sexualisation des relations commence avec la hiérarchisation explicite des élèves femmes en fonction de leur beauté, tout à fait emblématique d’une homosociabilité virile : les jeunes femmes sont étiquetées dès leur arrivée en école. Comme au lycée, les filles sont assez rapidement classées en fonction de leur physique, puis de leur disponibilité sexuelle. La différence avec d’autres institutions scolaires, c’est que ces discours sont proférés avec une certaine complicité et une certaine liberté de parole publique, y compris pendant les cours, avec les enseignants. Les prises de parole des titulaires des élèves hommes, à l’occasion d’un compte rendu oral de leur dernier stage, illustrent magistralement cette tolérance.

147À un garçon, la formatrice demande s’il y a beaucoup de filles dans leur brigade. L’élève répond qu’il y en avait beaucoup, « quatre ». « Vous appelez ça beaucoup ? » répond la formatrice. Un autre élève s’exclame à haute voix « Et y en avait des pas dégueu’ ». La formatrice répond : « J’ai pas demandé leur physionomie » et détourne la conversation sur un autre sujet : « Il y avait combien d’ads ? » Quelques minutes après, un autre élève précise que parmi les « points positifs », il faut mentionner qu’il y avait de « jolies filles ». La formatrice, lassée, ne relève pas ce commentaire (notes de terrain, enp Alpha).

148Cet échange sur la beauté féminine rend compte d’une hiérarchie implicite. L’éloge des jolies femmes, en soi galant, constitue un moyen assez efficace de disqualification des compétences professionnelles des femmes : en insistant sur la beauté de leurs collègues de stage, les élèves leur dénient, en creux, toute autre qualité. La fréquence des « blagues lourdes, misogynes sur les blondes » (Mlle Comélet, élève commissaire, 24 ans) occupe la même fonction. Il est implicitement signifié que les jeunes femmes sont recrutées sur leur physique avenant plus que sur leurs qualités policières. Formulés le plus souvent de manière humoristique (sifflements, vannes), ces commentaires permettent aux hommes de rappeler aux femmes qu’elles sont entrées dans un bastion viril.

149Pour contrer ces procédures d’étiquetage, les élèves femmes ne sont pas démunies. Certaines d’entre elles n’hésitent pas à les remettre en place ou à rivaliser de vulgarité avec eux – au point parfois de les surpasser. En témoigne cette scène à l’enp Alpha : une élève gardien de la paix enlève son pull devant les garçons qui voient son dos nu (elle a un body). Sifflements. Elle rapporte l’événement en riant à une autre élève, mère de famille et déléguée de sa section qui réagit aussitôt en apostrophant ses voisins de derrière en rang : « C’est vous qui avez dit que le clito était plus difficile à laver que la tub’ [bite en verlan] ? ». L’apprentissage de la vulgarité passive (rires complices) et active (production de discours) fait partie de la formation des élèves des deux sexes. Celles qui n’y sont pas déjà disposées par leur socialisation familiale, scolaire ou professionnelle antérieure comprennent assez vite qu’elles doivent s’accoutumer à ce que les policiers, en entretien, nomment pudiquement « les plaisanteries de corps de garde ». Si elles manifestent une trop grande résistance à ce niveau de langue, elles encourent le risque de se distinguer du groupe majoritaire et d’être discriminées. Au grade de gardien de la paix, les élèves hommes et femmes hostiles au déploiement de vulgarité féminine ne constituent en effet pas un groupe suffisamment puissant pour contraindre l’ensemble des élèves à s’autocensurer.

150La relative liberté avec laquelle les commentaires humoristiques à forte connotation sexuelle sont énoncés dans l’espace des enp oblige du coup les femmes à poser leurs limites. La connivence qui s’établit autour des « blagues en dessous de la ceinture » (M. Encommandic, commandant, rg, 52 ans) perturbe en effet les lois d’une mixité ordonnée par les engagements amoureux ou par le professionnalisme. L’excitation potache crée des zones de trouble qui doivent être dissipées si les élèves femmes ne veulent pas qu’un malentendu s’instaure sur leurs intentions. « Je blague sur le sexe, je peux blaguer autant qu’eux. Mais ils ne me touchent pas. C’est important de poser cette base » (Mlle Gardemer, gardien de la paix, sp, 25 ans).

  • 95 Les élèves commissaires, soumis à une plus grande retenue, ont été assez choqués de la verdeur du (...)

151D’autres femmes profitent au contraire de cet environnement fortement sexualisé pour se livrer à des opérations de flirt successives. Le rapport de force est, de leur point de vue, en leur faveur : comme le signale Mlle Gardelec (élève gardien de la paix, 24 ans), étant donné le ratio homme/femme, « on a l’embarras du choix ». Comme au lycée, les couples se composent et se recomposent. Le récit de ces tribulations occupe une partie des conversations informelles des élèves, mais aussi des formateurs, témoins amusés de ces rondes plus ou moins discrètes. Le phénomène de surconsommation sexuelle est à ce point répandu qu’un directeur d’enp y a même consacré un chapitre humoristique dans une conférence adressée aux élèves commissaires sur la formation des gardiens de la paix : « Le printemps, c’est le pire. On en vient à distribuer des préservatifs. On en a distribué mille » (notes de terrain, ensp95). Ces commentaires, mis bout à bout, donnent l’image d’une sexualité libre, qui renvoie à la marge toute autre forme de sexualité. La symétrie en matière de surconsommation sexuelle n’est cependant pas totale : alors même qu’elle est tout à fait possible à ce stade de la carrière policière puisque la formation constitue un moment assez unique où la maternité et le travail domestique peuvent être mis entre parenthèses, rares sont cependant les élèves femmes qui, à l’égal des hommes, se situent très clairement du côté d’une accumulation affichée de conquêtes sexuelles, détachée d’un engagement sentimental (on n’en a aucune dans l’échantillon d’élèves interrogés). S’illustre ici une division sexuée importante : « En France, deux tiers des hommes sont d’accord avec l’idée selon laquelle “on peut avoir des rapports sexuels avec quelqu’un sans l’aimer”, alors que deux tiers des femmes la désapprouvent » (Bozon 2001 : 183).

  • 96 Ce surnom a été donné originellement pour désigner les catégories de « clients » « toujours prompt (...)

152Il va sans dire que la sexualité valorisée est hétérosexuelle. C’est la norme enseignée en cours. On s’appuiera sur un exemple symptomatique : dans l’enp Alpha, les jeux de rôles réalisés comportent deux figures principales – le « policiers » et le « mis en cause ». Pour désigner ce deuxième rôle, les enseignants emploient le terme de « crapaud96 » ou de « pédé ». On en arrive à la situation pédagogique suivante, tout à fait singulière, qui traduit l’extrême banalisation de cette classification : « Qui veut jouer le rôle du pédé ? » Un élève se désigne ou se trouve désigné par le moniteur pour jouer le « mauvais rôle » du plastron, celui qui sera soumis à la violence excessive d’élèves ou de formateurs malintentionnés, qui utilisent les cours comme des lieux de démonstration de leur supériorité physique (en serrant trop fort les menottes, en plaquant contre un mur, etc.). Il est très clair que le « pédé » doit être maîtrisé, parfois même humilié. La répétition de ces scènes permet de faire la démonstration manifeste que les orientations sexuelles sont hiérarchisées et que l’homosexualité est une déviance : un « vrai homme », autrement dit un « vrai policier », qu’il soit de sexe masculin ou féminin, est hétérosexuel.

153Toutes les homosexualités ne sont cependant pas à mettre sur le même plan : l’homosexualité efféminée (du type « la folle ») est beaucoup moins tolérée que l’homosexualité virile (impliquant résistance physique, entretien d’un corps musclé), qui sera respectée en tant que compétence professionnelle à part entière, sans que soit finalement questionnée l’absence d’engagement hétérosexuel. Dans un tel contexte, l’homosexualité féminine de type « butch » ne pose pas de problèmes immédiats à la communauté des hommes : ces femmes, en virilisant leur corps et leur discours, ne font qu’accentuer une transformation également exigée des femmes hétérosexuelles. Ainsi Mlle Gardela, lesbienne au physique très masculin (au point qu’on l’a prise dans un premier temps pour un homme), est présentée par ses collègues féminines comme particulièrement bien acceptée par les hommes, parce qu’elle peut « blaguer avec eux », parce qu’elle est « costaud », parce qu’elle ne fait pas de « chichis », parce qu’elle est tout simplement « un homme » (conversations informelle, enp Alpha). Mlle Gardela présente une version plus nuancée de sa bonne intégration : elle s’interdit soigneusement de fréquenter ouvertement d’autres lesbiennes de l’école pour éviter tout scandale. Elle en a fait précédemment l’amère expérience en tant qu’« emploi jeune » : lors de sa formation pour être adjointe de sécurité (ads), elle est tombée amoureuse d’une jeune femme avec qui elle s’est ostentatoirement affichée, et qui a été accusée de viol par une autre élève ads. Mlle Gardela, qui a pourtant été mise au-dessus de tout soupçon de complicité dans cette affaire, a été ostracisée par les formateurs et surtout par les élèves femmes.

154Cet exemple, qui témoigne de l’homophobie ambiante, doit cependant être confronté à un témoignage divergent qui permet de nuancer l’obligation de discrétion dans l’enceinte de l’école. Mlle Legardey (gardien de la paix, pj, 28 ans) présente en effet un portrait plus tolérant du lesbianisme pendant la scolarité, tolérance qu’elle impute à la forte proportion de femmes lesbiennes (sur les 40 femmes de son école, elle en compte 15). « C’était une année exceptionnelle. » Dans un premier temps, les lesbiennes sont restées très discrètes (« tout se passait dans les chambres à l’internat, c’était fermé »), mais au fur et à mesure de l’année, certains couples se sont déclarés comme tels, sans crainte des rumeurs. Cet exemple laisse penser que plus les lesbiennes sont en nombre, plus leur homosexualité est admise. Ce n’est pas le cas quand elles sont minoritaires. Mlle Gardela note en effet que pendant sa scolarité d’ads et de gardien de la paix, elle n’a recensé, à première vue, qu’une ou deux lesbiennes, en plus d’elle-même. La seule pratique sexuelle qui pouvait alors être exhibée sans crainte était hétérosexuelle. La norme des écoles de police, sur ce point, ne diffère pas de celle qui prévaut dans une grande partie des institutions scolaires.

155Cet environnement scolaire, très fortement sexualisé et hétérosexuel des enp n’est pas sans piège pour « la » sociologue, qui se trouve dans l’obligation professionnelle d’adopter une politique d’intégration rapide au groupe des élèves : si l’on fréquente trop les hommes, en tant que femme, il est très facile d’apparaître rapidement comme une proie facile et de se mettre du même coup à dos une partie des élèves. Inversement, à ne rester qu’avec des filles, on peut passer pour « bonne femme » ou lesbienne et éveiller également la suspicion. Les réputations se forgent vite. La place la plus durablement tenable reste celle d’une observatrice assimilée au groupe des filles « sérieuses » ou aux groupes mixtes qui ont neutralisé leurs relations au profit d’une camaraderie sans équivoque.

  • 97 On n’a pas recensé le cas inverse de formatrice avec des élèves hommes.

156En dehors de l’interdit de l’affichage homosexuel, une assez grande liberté combinatoire est ainsi autorisée au sein des écoles de police. L’encadrement et les enseignants se contentent de veiller à ce que le nombre de naissances soit limité pendant la scolarité ou encore à ce que les internats ne soient pas envahis par des membres extérieurs à l’école. Aucune limite pédagogique n’est assignée à l’émancipation (hétéro) sexuelle des élèves. Cette tolérance va très loin, puisqu’il est admis que les enseignants (en l’occurrence, les hommes et plus particulièrement les moniteurs de sport) peuvent nouer une relation avec leurs élèves femmes97. Le phénomène est à ce point répandu qu’il a été répertorié par une grande partie des enquêtés dans toutes les écoles de police. Cette participation de l’équipe enseignante aux jeux d’échange sexuels n’est pas regardée d’un œil favorable par les élèves hommes et femmes, qui ne manquent pas de signaler la dérive des relations pédagogiques, que ce soit sous la forme de promotion canapé ou de harcèlement sexuel (les hommes préférant citer la première option plutôt que la seconde). Mais les enseignants qui abusent de leur position d’autorité pour obtenir des faveurs sexuelles ne sont pas dénoncés et ils font encore moins l’objet d’un traitement disciplinaire. Ainsi à l’enp Alpha, un moniteur, notoirement connu pour ses actes de harcèlement, n’est pas inquiété par sa hiérarchie : il a pour habitude de faire des plaisanteries graveleuses continuelles. Quand c’est un élève homme qui se blesse, il ignore ses plaintes. Quand c’est une fille, il la porte dans ses bras – au point de leur « manquer de respect », selon la formule de la déléguée de la section (notes de terrain, enp Alpha). Les plaintes, émanant des élèves des deux sexes, ne dépassent cependant pas le cadre informel du bilan oral de scolarité.

157En école de police prévaut le même type de raisonnement que sur d’autres lieux de travail : le harcèlement sexuel est considéré comme une affaire individuelle entre adultes et non comme un phénomène structurel engageant la responsabilité de la hiérarchie. Cette absence de règlement officiel (ne serait-ce que par l’adoption d’une clause précise sur ce sujet dans le règlement intérieur de chaque école ou dans le code de déontologie policière) revient à une acceptation de fait, d’autant plus problématique qu’il s’agit d’une institution scolaire. Or les élèves, par rapport aux titulaires, se trouvent dans une position particulièrement démunie : les victimes peuvent-elles prendre le risque d’un conflit néfaste pour leur classement et leur titularisation ? A la différence d’un commissariat, qui offre de nombreuses possibilités de changement de postes, les élèves peuvent difficilement exiger de changer de section, de moniteurs, encore moins d’école. La hiérarchie désavoue rarement ses enseignants. Celles qui se lancent dans un conflit ouvert le payent chèrement. Mme Adencapella, issue du concours interne, s’est sentie autorisée à contrer son formateur. Elle a été sanctionnée toute l’année. « J’étais la plus âgée de mon groupe. Quand on a fait le tour de table, il fallait donner son âge. Il m’a dit : “Madame est la plus âgée. C’est un bon coup, elle a de l’expérience.” Je lui ai répondu que c’était d’une incorrection... Je lui ait dit que j’étais là pour travailler et ça a été la guerre. [...] J’avais une moyenne de 18, mais à cette fameuse note de gueule, il m’a sabrée » (Mme Adencapella, capitaine, 48 ans).

  • 98 Au cours de nos enquêtes, on n’a recensé aucun cas de harcèlement féminin d’un homme.

158Le silence de la formation sur ces abus n’est résolu qu’au détriment des élèves : promotion canapé et harcèlement sexuel constituent en effet les deux faces d’un même phénomène. Que les femmes soient surnotées (accusées de jouer de leur pouvoir de séduction pour s’assurer d’une meilleure notation) ou sous-notées (parce qu’elles ont refusé les avances de leur formateur), il s’agit dans les deux cas d’une même situation de vulnérabilité qui renvoie les femmes98 à une position d’infériorité sexuelle tout à fait répertoriée dans les imaginaires virils (la femme est potentiellement une femme-objet) et statutaire (un élève vaut moins qu’un titulaire). La différence avec d’autres institutions scolaires (qui ne sont jamais exemptes de ce type d’abus), c’est que le harcèlement est converti en expérience formatrice, à la fois par les femmes qui estiment que cela fait partie des contraintes d’exercer un métier d’homme et par les responsables de l’encadrement pédagogique qui partent du principe que c’est aux femmes de s’adapter à leur nouvel environnement.

  • 99 Le mouvement d’intériorisation des pulsions sexuelles (Elias 1973) et l’assignation de la sexualit (...)

159Cette sexualité invasive, aussi bien de la part des enseignants que des élèves, ne concerne cependant pas tous les grades. L’ensp est de loin l’école la plus pudique en la matière. Les élèves commissaires et l’équipe pédagogique sont soumis à une certaine tenue. La recherche d’une conjugalité installée (concubinage, mariage), plutôt que celle du flirt à répétition, reste un modèle de référence. Ce n’est pas le cas des officiers et des gardiens de la paix qui ne sont pas investis de la même obligation de représentation officielle, les écoles mixtes de gardiens de la paix étant celles où l’exhibition des pulsions sexuelles est la plus forte. Ce n’est pas un hasard : il s’agit du grade qui recrute le plus grand contingent d’élèves les moins diplômés, issus des classes populaires, autrement dit les plus socialisés par leur environnement familial et leur orientation scolaire à ce type d’expression désinhibée. On retrouve ici une nette division entre classes populaires et classes bourgeoises, entre école réservée aux non bacheliers et « grande école »99. Si l’on s’en tient à cette simple corrélation sociale, on se prive cependant d’analyser le rôle que peut jouer l’expression de cette sexualité débridée dans l’apprentissage de la virilité. Il s’agit de comprendre en effet pourquoi l’ensemble de la hiérarchie policière (composée de commissaires et d’officiers) ne censure pas la « sexualisation » des relations entre élèves gardiens de la paix.

160La mise en scène de la sexualisation des relations, quasi orgiaques, est à mettre en relation avec le primat de la force physique masculine. L’abondance des allusions ou commentaires sexuels, donnant l’impression d’une sexualité constante (l’internat devenant un gigantesque lupanar, des élèves aux moniteurs), renvoie à un fantasme d’accumulation proprement virile – cette « forme érectile de la sexualité » (Molinier 2000 : 26), soumise à l’obligation de multiplier les conquêtes féminines. Il est bien entendu impossible, dans l’état actuel des recherches sur la police, de faire la preuve que le nombre de rapports sexuels en école de gardiens de la paix est plus fréquent et plus intense que dans d’autres écoles professionnelles mixtes de même rang (il faudrait pouvoir procéder à des comptages minutieux au terme d’une longue enquête ethnographique). On s’intéressera donc davantage aux effets d’un tel discours sur les femmes : ces dernières, en se l’appropriant, font la démonstration qu’elles se sont bien virilisées et qu’elles ont pris en main la maîtrise de leur sexualité. En ce sens, la force physique et mentale qu’elles ont développée pendant la formation leur confère une assise certaine : les femmes peuvent être sexuelles en paroles et en actes, sans être pour autant massivement réduites au statut de femme-objet, livrée en pâture à une communauté d’hommes majoritaires. Cette reconnaissance de la maîtrise par les femmes de leur sexualité n’est pas sans effet pervers. Elle prend place dans un système viril qui valorise la dimension de la performance sur celle du consentement, inversant la chaîne des responsabilités. Les femmes victimes d’abus sexuels sont plus ou moins considérées comme des êtres inférieurs, indignes d’intégrer ce métier d’homme, puisqu’elles n’ont pu faire valoir leur force sur celle de leur agresseur. La boucle est bouclée : les élèves ne se plaignent pas de harcèlement sexuel.

161L’un des apports importants de cette enquête est de montrer qu’en dépit de différences repérables, les argumentaires masculins et féminins (du moins tels que les policiers se les remémorent une fois admis) restent globalement assez proches en terme d’idéalisation du métier : les femmes ne rêvent pas moins d’action que les hommes et elles n’ont pas une vocation plus altruiste. Les jeunes femmes retenues par les jurys de concours entrent très rarement dans l’institution pour défendre la cause des femmes victimes, pour exercer a priori un métier typiquement féminin ou pour promouvoir la parité dans la police nationale. Pour résumer, les femmes se présentent comme des jeunes femmes sûres de leur fait, ne doutant pas de leurs chances d’intégration, au nom de leur exceptionnalité et de leur familiarité avec certaines valeurs viriles. Cette idéalisation première du métier est cependant mise à mal par une première étape : le passage du concours. Les candidates sont très conscientes que leur sexe, loin d’être indifférent, importe au premier chef. Le jury se charge de leur rappeler que c’est un handicap. Mais la réussite au concours permet très temporairement d’effacer cette épreuve et de préserver in fine le principe d’une singularité héroïque. Le raisonnement est le suivant : « si je suis sélectionnée, alors que les femmes sont soumises à des quotas officiels et officieux, c’est véritablement que je suis apte. »

  • 100 Les lycées professionnels présentent en effet une autre image des rapports sociaux de sexe où les (...)

162Entre cette croyance et la découverte des arcanes du métier, il y a un écart certain. La formation constitue une deuxième étape décisive en ce qu’elle reconfigure les attentes et les normes. Les élèves, sitôt entrés à l’école, découvrent des rapports sociaux de sexe très différents de ceux qu’ils connaissaient jusqu’alors au lycée (du moins en filière générale et jusqu’à la seconde100) ou à l’université : militarisation, rituels, internat constituent une rupture pour une grande partie des filles, mais aussi pour les garçons qui ont fait leur service militaire et qui doivent composer avec une mixité à laquelle l’armée ne les avait pas accoutumés. Le caractère estudiantin et informel des relations scolaires et pédagogiques permet cependant d’assouplir les rigidités du protocole militaire, lequel protocole uniformisant permet d’atténuer en retour les effets discriminants d’une formation sportive fondée principalement sur l’acquisition d’une stature virile. Le caractère intermédiaire de cette formation (pas totalement militarisée, républicaine dans son protocole d’évaluation, néanmoins très éloignée du lycée et de l’université) conduit les élèves, a fortiori une fois qu’ils sont en poste, à considérer la scolarité comme un moment où les rapports sociaux de sexe sont relativement pacifiés. Les stages achèvent de les convaincre : c’est la troisième étape de leur conversion. Les élèves découvrent que l’intégration des femmes est très variable d’un lieu à l’autre. Comparativement, la formation leur paraît plus égalitaire et une nouvelle norme se met très rapidement en place.

163Quand la formation est par la suite jugée à l’aune de l’ensemble d’une carrière – quatrième étape, elle apparaît rétrospectivement comme un lieu de mixité harmonieuse, totalement idéalisé, l’expérience du stage paraît alors assez dérisoire par rapport à ce qui les attend une fois en poste. Ce qui heurtait la sensibilité égalitariste des néophytes n’émeut plus la femme ou l’homme policier aguerri, parce qu’ils se sont accoutumés à ce nouvel ordre des sexes et qu’ils ont tout simplement acquis de l’expérience dans le métier. En témoigne l’analyse comparée des entretiens d’élèves en école ou tout juste sortis d’école, avec les entretiens des policiers qui ont une certaine ancienneté : les policiers les plus anciens tendent à associer la période du stage avec celle de leur jeunesse perdue et ils ne mentionnent que d’une manière très vague ou très réservée la misogynie qu’ils ont observée ou vécue à cette étape de leur conversion.

164Ce principe d’altération des normes initiales montre bien que l’incorporation du métier policier passe avant tout par une désincorporation, qui ne permet pas, ou très rarement, de garder en mémoire un regard vierge. Ce principe vaut également pour les sociologues qui se familiarisent avec leur objet, en adoptent les codes et perdent de vue l’étrangeté des relations qu’ils observent. L’étude de la formation montre que cette désincorporation intervient très tôt et qu’elle est très efficace. Les policiers apprennent, dès la scolarité, à ne pas imposer un point de vue exogène, à ruser et à composer avec les normes en place, plutôt que de les prendre de front. Dès la formation, les femmes apprennent que l’égalité s’acquiert par ressemblance au genre viril.

Anmerkungen

1 Pour ce segment précis de la carrière policière, l’analyse sera ainsi à la fois qualitative et quantitative : l’enquête sociodémographique, construite à partir des récits recueillis entre 1999 et 2002, consolide les résultats obtenus par entretien. En retour, l’analyse qualitative permet de nuancer les résultats statistiques. Ces deux enquêtes ne se recouvrent cependant pas sur un point précis : les dix modalités du questionnaire (cf. tableau 1) constituent une synthèse des principaux arguments énoncés par les enquêtés. Un seul n’a pas été retenu. Il s’agit du hasard, volontairement négligé par l’enquête sociodémographique, pour obliger les policiers à se positionner soit du côté de la vocation, soit du côté d’une motivation socioéconomique.

2 Les vocationnels sont représentés à hauteur de 60 % et les réalistes, à hauteur de 40 %.

3 70 % d’entre elles contre 59 % parmi les hommes.

4 A partir de maintenant, toutes les statistiques qui seront citées sans source sont des statistiques issues de l’enquête sociodémographique (Pruvost. Coulangeon & Roharik 2004).

5 L’origine sociale des femmes et des hommes entrés pour le salaire et la sécurité de l’emploi est la même. 31 % d’entre elles contre 29 % d’entre eux sont filles d’ouvrier (proportion la plus forte comparativement aux femmes « vocationnelles »), 9 % contre 11 % d’hommes sont filles de cadre supérieur (proportion plus faible que les femmes entrées par vocation) et 43 % contre 41 % d’hommes sont filles de mère au foyer. Même si les femmes restent plus diplômées que les hommes, elles ont un niveau d’études moins élevé que celles entrées par vocation : 24 % des femmes « réalistes » n’ont que le bepc, cap ou bep contre 13 % parmi les « vocationnelles ». Elles ont fait moins d’études de droit (12 % contre 20 % parmi les « vocationnelles ») et plus d’études techniques et commerciales (28 %). On trouve également parmi les femmes « réalistes » une plus grande proportion de gardiens de la paix que d’officiers : tous sexes confondus. 43 % des gardiens de la paix sont motivés par le salaire et la sécurité de l’emploi contre 17 % des officiers. Cette surreprésentation n’est guère étonnante : ce corps de catégorie C, eu égard au niveau de diplôme exigé, est bien payé par rapport aux autres concours de même catégorie. Par conséquent, il draine une population particulièrement réceptive aux questions salariales et à la sécurité de l’emploi.

6 On ne citera que des exemples de femmes, mais ces arguments sont également repris par les hommes. Ce n’est pas tant en terme de contenu argumentaire qu’ils se distinguent qu’en terme de valeur. L’argument du hasard ne revêt pas en effet pas le même sens pour les deux sexes.

7 Dans l’échantillon, on a un seul cas de vocation placée sous le sceau du hasard. Il s’agit très significativement d’une femme.

8 Ce constat empirique est confirmé par l’enquête statistique : les policiers entrés par réalisme par rapport à ceux entrés par vocation sont plus âgés, tous sexes confondus.

9 Les résultats statistiques viennent corroborer cette hypothèse. L’enquête menée par Dominique Monjardet auprès d’une même cohorte de gardiens de la paix confirme les effets déformants du travail de mémoire. Dans cette enquête, le « hasard » constitue une modalité à part entière dans la question consacrée aux motivations initiales, au même titre que la sécurité de l’emploi et le salaire. En 1992, 2 % des gardiens de la paix hommes expliquent leur choix professionnel comme étant le résultat du hasard. En dix ans, cette proportion a été multipliée par sept pour les deux sexes.

10 Précisons que ce type de revirement concerne surtout les candidats au concours de gardien de la paix et d’enquêteur, supprimé en 1995, auquel on pouvait postuler sans avoir le baccalauréat et qui donnait accès à des fonctions proches de celles des inspecteurs. Tous ces éléments pèsent fortement dans la balance quand il devient urgent de trouver un emploi.

11 C’est le cas de 83 % des pères et 76 % des mères, pour les hommes, de 77 % des pères et de 80 % des mères pour les femmes. La différence entre policiers entrés par réalisme ou par vocation n’est pas significative sur ce point.

12 Il est de fait difficile de soutenir qu’on est prédestiné pour le métier et qu’on y est entré par hasard ou par accident.

13 Au grade d’officier. 55 % des femmes ont passé d’autres concours en plus de celui de la police, contre 29 % des hommes. Au grade de gardien de la paix, c’est le cas de 36 % des femmes contre 31 % des hommes.

14 Même si la fille choisit un métier typiquement féminin dans la police nationale, le choix de cette institution suffit à la situer malgré tout dans un secteur professionnel réputé masculin.

15 Les cas de mères au métier masculin sont très rares dans notre échantillon d’entretiens.

16 12 %.

17 Cette proportion augmente si on élargit le spectre de l’enquête familiale : 41 % des femmes et 37 % des hommes comptent au moins un policier parmi les membres de leur famille proche ou éloignée en dehors de leurs parents directs.

18 Au grade de gardien de la paix, il n’existe aucune différence entre les sexes concernant le niveau socioprofessionnel des parents.

19 36 % des femmes officiers ont une mère au foyer contre 43 % de leurs homologues masculins.

20 C’est le cas pour 28 % des femmes officiers contre 20 % pour les hommes.

21 Y compris quand il est absent (décédé ou divorcé). Parmi les cinquante-sept femmes qui ont la vocation dans notre corpus d’entretien, onze ont un père manquant.

22 Parmi ces vingt, il faut en retirer deux dont les parents ont été des opposants à leur vocation policière.

23 On a considéré que les filles uniques, les filles au frère défaillant et les filles au père manquant étaient des garçons manquants.

24 C’est également le cas dans les sports masculins et à l’armée (Mennesson 2005 ; Sorin 2003).

25 À l’entrée en école de police, les alliances se recomposent en faveur d’un renforcement de l’homogamie.

26 Par « division sexuelle du travail », on n’entend pas ici partage des tâches ménagères, mais distribution symbolique des métiers. On verra par la suite que les femmes policiers, une fois en poste, se heurtent à nouveau à la contrainte d’exercer des activités féminines.

27 16 % des pères de policiers sont défavorables/plutôt défavorables au choix policier de leur fils et 23 % d’entre eux à celui de leur fille. 23 % des mères de policiers sont défavorables/plutôt défavorables au choix policier de leur fils et 20 % au choix de leur fille.

28 « On peut considérer que l’imagination a sa place dans le contexte de l’interaction au même titre que la pensée raisonnée ou l’action impulsive [...]. Les fruits de l’imagination personnelle et "privée" s’immiscent dans l’interaction publique et même institutionnelle » (Strauss 1992 : 69).

29 C’est le cas d’un quart des policiers de notre échantillon.

30 Si on réduit les images idéalisées aux seules fictions, l’enquête sociodémographique montre que la même part d’enfants de policiers que d’enfants de non-policiers a choisi d’entrer dans le métier pour les « romans/film/série », soit 2 % et 3 %, avec une différence de sexe très minime d’un point. On remarque également que les enfants de policiers et de non-policiers (entre 25 et 28 %) regardent la même proportion de séries policières une fois par semaine et de romans policiers.

31 Quand ce n’était pas le cas, une question sur l’influence des fictions policières était posée, mais ne répondaient positivement et dans le détail que les policiers qui en avaient véritablement subi l’influence. Les autres passaient sur cette question.

32 A l’instar de l’étude de Sabine Chalvon-Demersay sur l’aura de la série Urgences auprès des médecins et des infirmiers (Chalvon-Demersay 1999 : 95), cette enquête sur l’aura de la profession inverse le point de vue des études de réception classiques qui mènent des observations ou des entretiens ciblés sur les œuvres lues ou vues.

33 Dans l’enquête Interface, il n’y a que cinq modalités (Hauser & Masingue 1982), dans l’enquête Cohorte, six (Monjardet & Gorgeon 1992-2003).

34 En guise de rappel, il y a ainsi 41 % d’hommes et 30 % de femmes réalistes, 31 % des hommes et 35 % des femmes qui cherchent l’aventure. 19 % des hommes et 22 % des femmes, 9 % des hommes animés d’intentions missionnaires et 14 % des femmes en quête d’ordre (tableau I).

35 On recense dans cette catégorie 35 % de femmes et 31 % d’hommes.

36 La comparaison est toutefois à prendre avec précaution dans la mesure où les modalités des deux questionnaires sont différentes.

37 24 % des hommes missionnaires n’ont ainsi inscrit qu’une modalité unique (relevant d’un choix missionnaire), alors qu’ils avaient deux choix, contre 12 % de femmes. 42 % des hommes missionnaires ont en outre opté pour un second choix également missionnaire contre 32 % des femmes (cf. tableau 2).

38 C’est aussi parmi eux qu’on trouve le moins de rigoristes purs et durs : 30 % des hommes et 22 % de femmes rigoristes ont fait deux choix relevant de la même catégorie ou un choix unique.

39 C’est le cas de 37 % d’entre elles. Pour les hommes, le second choix le plus fréquent est l’aventure (29 % d’entre eux).

40 Cette plus grande présence féminine est corroborée par les résultats de l’enquête Cohorte (Monjardet & Gorgeon 1992-2003) : les femmes gardiens de la paix interrogées en 1992, en début de formation, sont entrées dans la police surtout « parce qu’on contribue au maintien de l’ordre » (pour 39 % d’entre elles contre 27 % des hommes) C’est même leur première motivation, après celle d’être « utile » (alors que c’est la troisième pour les hommes). Cette motivation chute deux ans après pour se trouver en troisième position et retrouver la seconde place au bout de dix ans. Ces fluctuations rendent compte malgré tout d’une certaine constance : les femmes sont plus sensibles à l’ordre que les hommes.

41 La distribution par âge des réponses à la question des motivations est éloquente : plus les policiers sont jeunes, plus ils se placent sous le patronage de l’ordre et de la loi. 32 % des officiers et 26 % des gardiens de la paix de moins de 35 ans, contre 21 % des officiers et 24 % des gardiens de la paix de 36-45 ans et 19 % des officiers et 25 % des officiers de plus de 46 ans disent avoir voulu entrer dans la police pour faire respecter l’ordre et la loi. Toutes ces proportions constituent le récapitulatif des choix 1 et/ou 2.

42 51 % des « aventuriers » (contre 37 % des réalistes et 44 % dans la population totale) ont moins de 35 ans. La différence s’accroît si on s’intéresse aux moins de 26 ans qui se trouvent en majorité parmi les aventuriers : 7 % des hommes et 10 % des femmes de cette catégorie contre 4 % d’hommes, 5 % et 8 % de femmes parmi les « réalistes » et dans la population totale.

43 Un peu moins d’un officier sur deux est aventurier, soit 47 % des hommes et 48 % des femmes officiers contre seulement 29 % pour les gardiens de la paix des deux sexes.

44 Même si aujourd’hui, la réforme de 1995 a perturbé cette distinction, l’image de « l’inspecteur » perdure auprès des jeunes gens et reste prévalente dans les séries télévisées.

45 18 % contre 10 % parmi les réalistes et 14 % dans la population totale. 73 % d’entre eux sont bacheliers contre 52 % parmi les réalistes.

46 24 % d’entre elles ont un père ouvrier (contre 19 % pour les hommes) et 31 % ont un père employé (contre 29 % pour les hommes).

47 33 % d’entre elles contre 21 % parmi leurs homologues masculins, 21 % parmi les femmes et 18 % parmi les hommes gardiens de la paix inscrivent des motivations altruistes en premier choix.

48 42 % d’entre elles contre 38 % dans la population totale.

49 La formation se fait en alternance et comprend trois volets pédagogiques : des cours théoriques, des cours de sport, et trois stages sur le terrain pour les commissaires et gardiens de la paix, deux pour les officiers, intercalés dans la scolarité.

50 Plusieurs études portant sur l’enseignement primaire et secondaire ont montré que la mixité, loin de conduire à une société unisexe et à une égalité de réussite, peut renforcer les stéréotypes de sexe (Duru-Bellat 1994, 109 : 111-141 ; 110 : 75-100 ; Zaidman 1996 ; Maccoby 1990).

51 79 % des femmes gardiens de la paix sont bachelières (contre 56 % des hommes), 26,6 % d’entre elles ont un deug, autrement dit le niveau requis pour être lieutenant. 68 % des femmes officiers ont un niveau supérieur à bac plus deux (contre 27 % chez les hommes), ce qui les rapproche davantage des commissaires que des hommes de leur propre grade.

52 C’est le cas de 16 % des femmes gardiens de la paix et 59 % des femmes officiers contre 8 % et 44 % des hommes du même grade.

53 46 % des femmes gardiens de la paix et 69 % des femmes officiers (contre 63 % et 31 % des hommes) étaient étudiantes avant de passer le concours (se contentant de « petits jobs »).

54 Pour ce grade, les chiffres sont très anciens et datent de 1984 (Bresse 1986).

55 Le conflit porte très rarement sur le fait que les femmes puissent opter pour un grade inférieur à leur rang social et/ou leur niveau scolaire.

56 Entre 1990 et 2003, le nombre de candidats s’est multiplié par 1,8 (on passe de 476 à 873) alors qu’on recense, en dix ans, 2.7 fois plus de candidates féminines (on passe de 360 à 992).

57 Avant la féminisation du concours d’officier de paix en 1984, le taux de candidatures est très faible : entre 4 % en 1978, date de féminisation du concours de gardien de la paix, et 16 % en 1983.

58 Marlaine Cacouault a montré que les professions qui se dévalorisaient sous l’effet de la féminisation avaient déjà amorcé ce processus avant l’arrivée des femmes. On ne peut cependant appliquer ce raisonnement à la police : alors que l’enseignement primaire, la médecine générale et la justice, en se massifiant, ont perdu un certain prestige, la police n’a cessé, depuis le début des années 1980, de redorer son blason auprès d’une population sensible aux discours à la fois répressifs et préventifs sur l’insécurité (Cacouault 2001).

59 Cette différence massive doit cependant être mesurée à l’aune d’autres critères de distinction : la différence de sexe est-elle plus déterminante, dans l’admission, que la différence de diplômes ou la différence d’origine ethnique ? Pour mesurer l’effet propre du sexe, il faudrait pouvoir disposer des données inscrites dans les dossiers de candidature et déduites à partir des noms des candidats – enquête que D. Duprez et M. Pinet ont réalisée à Lille et à Marseille en 1999 au grade de gardien de la paix. À Lille, « la probabilité d’échouer plutôt que réussir est (toutes choses égales par ailleurs) est 2 fois plus forte pour une femme que pour un homme, elle est surtout 7,5 fois plus forte avec un diplôme inférieur au bac qu’avec un bac général et plus ». A Marseille, « les rapports de chances d’échec liés aux effets de diplômes (2,7 fois plus de chances d’échec avec un diplôme inférieur au bac qu’avec un bac général et plus) sont plus faibles que ceux qui opposent les femmes aux hommes ou surtout les candidats d’origine maghrébine aux autres (2,9 fois plus de chances que d’échec dans les deux cas. Ce qui signifie qu’à Marseille, le niveau de connaissances ne produit sur la réussite finale qu’un effet propre légèrement inférieur à celui qui s’attache aux propriétés du sexe et de l’origine » (Duprez & Pinet 2001 : 120).

60 Les témoignages divergents qui rompent clairement avec cette vision enchantée sont trop rares pour être représentatifs. C’est pourquoi un pan entier de cette analyse est consacré à l’expérience concrète du principe d’égalité. La relecture attentive des entretiens et des observations de terrain a cependant conduit à mettre en lumière toute une série d’éléments, relégués à la marge des récits : quelques femmes émettent des réserves, éparses, réunies dans une sous-partie ultérieure.

61 Elles se divisent en écoles nationales de police (14 enp) et centres de formation de la police (12 cfp).

62 Selon les mots d’une élève.

63 Toutes les écoles de police exigent les cheveux attachés, toutes ne prônent en revanche pas le chignon.

64 Selon les commissaires nommés à la direction, les règles prennent un tour plus ou moins militaire.

65 Comme on le verra ultérieurement, certains hommes estiment que les filles, touchant le même salaire qu’eux, devraient être soumises aux mêmes barèmes.

66 Les femmes formatrices restent minoritaires : on compte 20 % de femmes commissaires, 18 % de femmes officiers et 12 % de femmes gradées et gardiens de la paix à la direction de la formation.

67 L’institution policière garde assez jalousement ce type d’information. On ne dispose que des statistiques au grade d’inspecteur et officier de 1974 à 2000, sur les élèves formés sur le site de Cannes-Écluse (les quelques promotions formées à Toulouse avant 1995 ne sont pas comprises et elles ne sont pas sexuées).

68 En dehors du premier cas, toutes ces anecdotes nous ont été rapportées par les intéressés eux-mêmes. Par souci d’anonymat, on n’a pas décliné leur grade et leur âge.

69 Ce terme est très employé dans la profession : « On appartient à la même famille – la famille police. »

70 Pour vérifier s’il y a des différences de notations entre les hommes et les femmes, on a comparé, pour chaque grade sur plusieurs décennies, la part de femmes dans le premier tiers du classement final et leur part dans le dernier tiers. On est parti du principe que si le sexe ne pesait d’aucun poids, on devrait trouver chaque fois la même part de femmes dans chaque tiers. Pour avoir les rangs de sortie, on a dû faire face à de nombreuses difficultés. L’archivage de ce type de données est tout d’abord très aléatoire et la consultation de telles données (manuelle ou informatisée) heurte la culture policière, fondée sur la paranoïa d’une identification précise. A chaque note correspondent en effet un nom, un prénom et un matricule. On a cependant pu contourner localement ces interdits, pour quelques années. On s’est donc appuyé sur des données discontinues pour les officiers, des données locales de l’enp Alpha au grade de gardien de la paix. Il n’y a que pour les commissaires que l’on dispose de l’intégralité des classements.

71 Elles ont plus précisément des notes inférieures aux hommes en sport, en ppf (parcours police professionnel), en tir et en armement. Les résultats sont plus imprévisibles en gestes techniques et professionnels (gtpi) et en self-défense (elles sont tantôt meilleures, tantôt moins bonnes).

72 Georges L. Mossé a montré que la virilité occidentale avait pour caractéristique d’envisager le corps comme l’expression physique de qualités morales supérieures (Mossé 1986). La discipline physique enseignée en école de police illustre cette indissolubilité entre virilité, masculinité et entraînement sportif.

73 Aucune de nos enquêtées n’a avoué avoir pleuré, mais en revanche elles témoignent avoir vu d’autres femmes pleurer.

74 Ce point sera développé ultérieurement.

75 Les femmes commissaires sont dotées d’un Manurhin et toutes les enp ne disposent pas d’un Ruger.

76 Pour le dire autrement, les femmes ne sont pas privées du « lien symbolique entre arme et phallus » (Devreux 1999 : 64), elles en ont juste « une » plus petite.

77 La boxe française est féminisée à hauteur de 20 % (Mennesson 2004).

78 Certains moniteurs proposent cependant des cours de rattrapage, mais c’est laissé à leur libre initiative.

79 Les moniteurs hommes ne sont pas les seuls à dévaluer systématiquement les femmes. Certaines formatrices sont taxées de misogynie par les élèves. C’est le cas de Mme Brigadou, qui se justifie de la manière suivante : « Les filles doivent apprendre qu’on ne leur fera pas de cadeaux » (brigadier, dfpn, 40 ans).

80 Ces plaintes concernent très majoritairement les écoles de gardiens de la paix et l’ensop.

81 Les jeunes femmes restent néanmoins plus enclines que les jeunes hommes à défendre une formation moins virile : au grade de gardien de la paix, les hommes de moins de trente ans sont ainsi plus nombreux (60 %) à vouloir renforcer l’ensemble des matières sportives (sport, tir, armement, self-défense, gtpi) que leurs homologues féminines (50 %). Les jeunes femmes gardiens de la paix sont inversement deux fois plus nombreuses (30 %) que les hommes (17 %) à considérer qu’il faut renforcer la formation aux relations humaines et en psychologie. Le maintien de cet écart est finalement assez logique : les hommes, également mis à rude épreuve pendant la formation, conservent leur avance sur les femmes.

82 L’« exceptionnelle force physique » de cette athlète a en effet donné lieu à des commentaires sur un « éventuel déséquilibre hormonal », à un « éventuel reclassement parmi les athlètes hommes » (Butler 2000 : 31).

83 C’est le cas des élèves qui n’ont pas été policiers auxiliaires (pa) ou adjoints de sécurité (ads).

84 C’est en ces termes que le stage est souvent présenté.

85 Si on n’a pas suivi les élèves en stage, on a en revanche assisté à des débriefings de stage en école de police et on a par ailleurs systématiquement demandé aux policiers de nous raconter leurs stages en entretien.

86 37 % des hommes et 40 % des femmes policiers ont passé la plus grande partie de leur enfance à la campagne.

87 L’internat n’est pas obligatoire, mais c’est l’option majoritairement choisie par les élèves.

88 Des élèves de sexe masculin peuvent se retrouver entre eux sans pour autant obéir aux codes de la virilité et inversement, pour les élèves de sexe féminin, avec les codes de la féminité.

89 Par commodité, les policiers emploient le terme d’interne/externe pour désigner les élèves qui sont entrés par les deux concours du même nom.

90 On met de côté ici le cas des concours déconcentrés de la région parisienne qui recrutent essentiellement des Franciliens.

91 Ces derniers « subviennent aux besoins matériels des étudiants tout en les soutenant moralement, en échange, ces dentiers assurent la réussite sociale de la famille » (Ehrlich 1993 : 136).

92 Seulement un sixième des élèves gardiens de la paix vit sous le régime du concubinage ou du mariage. Ces statistiques ne valent que pour les gardiens de la paix, les seuls pour lesquels on dispose de chiffres sur cette question. 85 % des hommes et 82 % des femmes en 1999 sont célibataires, 15 % des hommes et 16 % des femmes vient en concubinage ou mariage.

93 Tantôt les hommes se trouvent à un étage, les femmes à un autre, tantôt dans deux corps de bâtiment distincts, tantôt les deux sexes sont totalement mélangés comme à l’ensop qui a adopté le mode d’organisation des cités universitaires.

94 Ce point sera étudié ultérieurement dans le détail dans la suite de la carrière.

95 Les élèves commissaires, soumis à une plus grande retenue, ont été assez choqués de la verdeur du directeur d’enp sur la distribution de préservatifs.

96 Ce surnom a été donné originellement pour désigner les catégories de « clients » « toujours prompts à opposer un “quoâ ? quoâ ?” aux sollicitations des policiers » (Jobard 2006 : 221).

97 On n’a pas recensé le cas inverse de formatrice avec des élèves hommes.

98 Au cours de nos enquêtes, on n’a recensé aucun cas de harcèlement féminin d’un homme.

99 Le mouvement d’intériorisation des pulsions sexuelles (Elias 1973) et l’assignation de la sexualité à la sphère de l’intimité (Ariès 1973) ne se sont pas uniformément réalisés dans l’ensemble du corps social.

100 Les lycées professionnels présentent en effet une autre image des rapports sociaux de sexe où les frontières entre filière féminines et masculines sont très hermétiques (Moreau 2000).

Endnoten

* Supérieur à 100 car il s’agit du récapitulatif des choix 1 et/ou 2, converties en question oui/non.

Abbildungsverzeichnis

Titel Tableau 1. Motivations initiales des policiers, par grade et par sexe.
Bildunterschrift Source : Geneviève Pruvost, Philippe Coulangeon, Ionela Roharik, 1982-2003. enquête sociodémographique sur les conditions de vie et d’emploi de 5 221 policiers, ihesi-inhes, 2004.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2567/img-1.jpg
Datei image/jpeg, 873k
Titel Tableau 2. Motivations préférentielles des policiers (cumul du premier et du second choix) par grade et par sexe.
Bildunterschrift Note **Source : Geneviève Pruvost, Philippe Coulangeon, Ionela Roharik, 1982-2003 : enquête sociodémographique sur les conditions de vie et d’emploi de 5 221 policiers, ihesi-inhes, 2004.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2567/img-2.jpg
Datei image/jpeg, 806k
Titel Tableau 3. Grade, âge et diplôme par motivation initiale et par sexe.
Bildunterschrift Source : Geneviève Pruvost, Philippe Coulangeon, lonela Roharik, 1982-2003 : enquête sociodémographique sur les conditions de vie et d’emploi de 5 221 policiers, ihesi-inhes, 2004.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2567/img-3.jpg
Datei image/jpeg, 936k
Titel Tableau 4. Part de policiers ayant des motivations « pures et dures » par sexe.
Bildunterschrift Source : Geneviève Pruvost, Philippe Coulangeon, lonela Roharik, 1982-2003 : enquête sociodémographique sur les conditions de vie et d’emploi de 5 221 policiers, ihesi-inhes, 2004.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2567/img-4.jpg
Datei image/jpeg, 466k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2007

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540

Diese digitale Publikation wurde durch automatische optische Zeichenerkennung erstellt.
Suche in OpenEdition Search

Sie werden weitergeleitet zur OpenEdition Search