Version classiqueVersion mobile

Profession : policier. Sexe : féminin

 | 
Geneviève Pruvost

Introduction

Texte intégral

  • 1 Les femmes « doivent se contenter d’outils plus rudimentaires et souvent moins spécialisés que ceu (...)
  • 2 C’est pourquoi ont été exclus de cette étude les membres de la police nationale qui n’ont ni le ti (...)

1L’un des fondements de la division sexuelle du travail est de réserver aux seuls hommes, à de rares exceptions près, le maniement des outils les plus sophistiqués1. Or parmi ces outils, les armes constituent un cas particulier. Elles font l’objet d’une interdiction redoublée, qui s’est longtemps traduite par un verrouillage de l’armée et de la police, institutions spécialisées dans l’usage de la contrainte physique (Weber 1995), longtemps réservées aux hommes. A ce titre, la féminisation de la police constitue un événement dont il importe de mesurer la portée, en allant au-delà du simple comptage des effectifs féminins, et en déportant l’investigation sur l’accès concret des femmes policiers2 aux « pleins pouvoirs de police ». Ont-elles le droit d’user en ultime recours d’une « force coercitive non négociable » (Monjardet 1991 : 231) ?

2Voilà en effet ce qui distingue la police des autres métiers d’arme et des autres professionnels de l’urgence. Les policiers, que leur mission soit préventive et/ou répressive, doivent pouvoir « imposer, par la force si besoin, une solution provisoire à des problèmes survenant de façon inattendue sans avoir à souffrir ni à se soumettre à quelque opposition que ce soit » (Bittner 2001 : 285). Même si une grande partie des policiers ne fait pas un usage quotidien de la force, y compris ceux qui sont spécialisés dans son application, ces derniers, dans la société civile, et eux seuls, sont « outillé[s], habilité[s] et requis pour faire face à toute situation critique où l’usage de la force est potentiellement nécessaire » (ibid. : 299). Jusqu’à quel point les femmes partagent-elles ce monopole ? Ont-elles accès à tous les services de police ?

3Le rappel des étapes historiques du processus de féminisation de la police nationale depuis les années 1930 est fondamental pour comprendre le chemin parcouru (Pruvost 2001 : 89-109) : en 1935, la police municipale parisienne, sous la pression des féministes réformistes, recrute les deux premières femmes agents de police pour veiller sur la population féminine et les enfants errant dans les rues. Elles sont affectées très rapidement à la brigade des mineurs au titre d’« assistantes de police » sans pouvoir accéder à d’autres brigades ni étendre leur niveau de compétence. Cette expérience locale, également expérimentée dans la ville de Grenoble, ne prendra une dimension nationale qu’en 1968 – date de l’ouverture aux femmes du concours d’officier de police adjoint (équivalent d’inspecteur). Dans les années 1970 s’ouvriront, un à un, tous les grades policiers, d’une manière assez originale, puisque la hiérarchie médiane et supérieure est féminisée avant le bas de l’échelle policière. Sont ainsi accessibles aux femmes les concours d’enquêteur et d’inspecteur en 1972, 1e concours de commissaire en 1974, celui de gardien de la paix en 1978 et celui d’officier de paix en 1983. Autre élément singulier, la féminisation de la police (comme celle de l’armée) obéit à des quotas restrictifs fixés au niveau ministériel, visant à limiter la progression continue des effectifs féminins. Sous la pression du Conseil de l’Europe, les quotas restrictifs sont interdits en 1992, mais de manière officieuse, les quotas demeurent, que ce soit sous la forme de limites de taille ou de barèmes sportifs discriminants. La proportion de femmes policiers (titulaires dans la police active) est de 14 % en 2005. Cette intégration contrôlée appelle trois commentaires : depuis 1968, les femmes policiers suivent la même formation et disposent du même équipement de base que les hommes (pistolet, menottes, matraque) ; depuis le début des années 1980, elles ne sont plus cantonnées au grade d’inspecteur dans des métiers typiquement féminins, elles ne l’ont jamais été au grade de commissaire et de gardien de la paix ; elles sont proportionnellement plus nombreuses dans les corps de commandement que dans les corps d’exécution.

  • 3 En France, on compte une seule thèse, un seul rapport et un seul ouvrage scientifique datant de pl (...)

4En accédant aux pleins pouvoirs de police au cours du xxe siècle, les femmes se trouvent ainsi pour la première fois, officiellement, légalement, et en temps de paix, autorisées à être gardiennes de la cité. C’est un fait anthropologique inédit, négligé par les recherches françaises3, dont il convient de comprendre les ressorts, mais aussi les limites. Deux restrictions majeures touchent le processus de féminisation : rares sont les femmes admises dans les brigades spécialisées dans l’usage de la force la plus spectaculaire et la plus sophistiquée. Et le principe d’un recrutement à minorité féminine est admis par les deux sexes, comme indispensable au bon fonctionnement de la profession. Il s’agira d’établir une cartographie aussi précise que possible de ce qui est permis et interdit aux femmes policiers, aussi bien du point de vue de la carrière que du travail policier en situation. La négociation quotidienne de la présence féminine constitue une dimension fondamentale de cette recherche qui vise à restituer la variété des interactions entre les sexes et entre chaque groupe de sexe.

5Quand une femme policier entre en scène, les « dilemmes et contradictions de statuts » (Hughes 1996) pour les policiers, mais aussi pour le public, sont, de fait, constants. On se retrouve dans le même type de configuration que celle décrite par Everett Hughes à propos des femmes médecins noires, tantôt perçues comme médecin, tantôt comme noires, tantôt comme femmes, jetant le trouble parmi les patients et leurs collègues, accoutumés à considérer que le médecin canonique est un homme blanc (ibid.). De la même manière, le policier est un homme, avant tout un homme. En témoigne le récit d’une femme officier dotée d’un prénom épicène : Dominique demande sa mutation dans un commissariat de Sécurité publique où elle n’est connue de personne. Le chef de service et les officiers, au vu du prénom, attendent un homme. Il est prévu que ce nouvel élément intègre l’unité de recherche et d’investigation (uir). A l’arrivée, la déception est grande et des commentaires désobligeants sont formulés à haute voix. Dominique est surveillée de près. On tente de lui confier principalement les affaires concernant les mineurs, elle résiste. Elle traite le même type d’affaires que les autres. Voici comment son intégration est rétrospectivement vue par deux de ses collègues, retrouvés au hasard de mes enquêtes. Le premier estime que Dominique n’était pas exactement un officier comme les autres, qu’elle ne voulait jamais aller sur le terrain et qu’elle s’occupait surtout des mineurs. Un autre collègue précise au contraire qu’elle était très sérieuse, qu’elle fut son meilleur co-équipier, qu’elle accomplissait le même travail que lui, confirmant la thèse de Dominique. Ces témoignages divergents sont très révélateurs. Dans un cas, la femme n’est envisagée que sous le prisme du stéréotype : la femme n’a d’utilité que pour les affaires de mineurs et elle n’est pas très active. L’observation du travail réel n’a rien changé aux attentes initiales - en dépit des contre-épreuves apportées. Dans l’autre cas, l’opinion première a été révisée au profit d’une identification principalement professionnelle, permettant de revisiter les stéréotypes de sexe. Pour résumer, pour une partie de ses collègues, Dominique est restée une officier femme, pour une autre partie, elle est devenue une femme officier.

  • 4 « Le stéréotype pouvant être défini comme un ensemble restreint et figé de caractéristiques appauv (...)

6Étudier les femmes policiers en situation, c’est par conséquent travailler sur des « interactions à structure multiple », mettant en jeu plusieurs statuts au cours de l’interaction, activant telle ou telle dimension de l’identité (Strauss 1992 : 78). Il importe alors de comprendre pourquoi tel étiquetage l’emporte sur tel autre dans telle situation, mais aussi quelles sont les attentes normatives que suscitent les femmes policiers - à savoir les « identités sociales virtuelles » assignées par anticipation. Contrairement aux stéréotypes qui demeurent relativement indépendants de la réalité empirique4, ces attentes ne sont pas figées. C’est tout l’intérêt de procéder à des observations in situ. Au contact de « l’identité sociale réelle » effectivement rencontrée, les stéréotypes se reconfigurent (Goffman 1975 : 12). On ne classera donc pas les situations en fonction des tâches policière (maintien de l’ordre, accueil, règlement de conflit conjugal, filature, etc.), mais des contradictions et des dilemmes qu’elles suscitent. Comment s’accomplit le travail de réduction des situations problématiques ? Dans un tel questionnement, la division sexuelle du travail ne constitue pas un principe à illustrer, mais à faire émerger en situation. Elle n’est pas toujours l’élément le plus pertinent pour expliquer l’organisation du travail policier, et se révèle en effet tantôt centrale, tantôt périphérique.

  • 5 Danielle Kergoat a forgé le terme de « rapports sociaux de sexe » pour traduire de manière plus ex (...)

7C’est pourquoi une analyse en termes de « rapports sociaux de sexe5 » sera ici déployée, impliquant de placer au centre de l’analyse les interrelations entre hommes et femmes (mais aussi entre femmes), puis de croiser ces rapports sociaux de sexe avec d’autres rapports sociaux, déterminés par exemple par l’appartenance de grade, de classe et d’âge, afin d’en mesurer à la fois l’effet propre et l’effet relatif. Lorsque des hommes (policiers ou non-policiers) se trouvent en présence de femmes (policiers ou non-policiers), l’appartenance de sexe ne constitue pas nécessairement un statut déterminant pour rendre compte du cadrage de la situation, parce que d’autres statuts prévalent au même moment. Pour reprendre l’exemple précédent, Dominique, au cours d’une perquisition, se présente avant tout comme un officier de police judiciaire et cette présentation de soi est immédiatement adoptée par ses collègues, soucieux d’efficacité, mais aussi par les parents de la personne recherchée, tétanisés par l’intrusion policière à leur domicile.

  • 6 On emploiera désormais le terme de « viril » (et non de « masculin ») pour désigner les stéréotype (...)

8L’effacement ou le brouillage du sexe de la femme policier peut également résulter d’une dissociation entre le sexe de l’état civil (Tahon 2004) et le sexe social (le genre). Une telle perturbation a lieu quand hommes et femmes n’adoptent pas les comportements correspondant clairement aux stéréotypes afférents à leur groupe de sexe. La féminisation de la police le démontre : les attributs virils et féminins circulent d’un territoire à l’autre (selon qu’on est dans sa famille, sur son lieu de travail, dans la rue) et d’une temporalité à une autre (selon les périodes historiques, mais aussi biographiques, en fonction de l’âge), au point de n’être plus des attributs figés, mais des éléments d’identification dont l’orientation et l’intensité dépendent des rapports sociaux dans lesquels ils s’inscrivent. Les femmes policiers vêtues d’un uniforme masculin constituent des figures hybrides exemplaires. L’identification du sexe, à partir des seules différences anatomiques visibles, est quelquefois indécidable. Comment classer de façon binaire, quand un visage est caché sous un calot, d’où ne dépassent que des cheveux courts, et qu’un pistolet-mitrailleur porté en bandoulière, sur un gilet pare-balles, dissimule la protubérance des seins ? La dénomination « femme policier » porte la trace grammaticale de cet accord improbable. Les policiers des deux sexes rejettent couramment la féminisation de leurs titres et de leurs grades, préférant opter pour une juxtaposition des marques viriles et féminines, signe que l’un ne va pas sans l’autre, avec toutes les gammes possibles de l’hybridation sociale, déclinant les genres au pluriel et les plaçant sur un continuum allant du plus ou moins viril au plus ou moins féminin6. Ces perpétuelles reconfigurations ne sont pas proprement policières. Elles s’intensifient sous l’effet de la prolifération des mondes sociaux, au point de représenter, selon Anselm Strauss, un trait singulier des sociétés de masse de la période contemporaine (Strauss 1992 : 171). « Ce qui se dessine, c’est une pluralité de modes de vie, de conceptions, de configurations, c’est-à-dire des combinatoires inédites de formes identitaires que les recherches empiriques commencent à éclairer et qui manifestent une crise des formes antérieures » (Dubar 2000 : 92-93).

9L’observation de la pluralité des mondes sociaux et des intersections identitaires ne constitue cependant pas le prisme unique de cette analyse, qui se démarque d’une conception relativiste des rapports sociaux : les changements identitaires ritualisés, institutionnalisés, la dépendance des individus à l’histoire et à la mémoire de leur groupe imposent des limites fortes aux négociations (Strauss 1992 ; Dubar 2000). La plus grande circulation des identités n’abolit pas en l’occurrence les catégories de sexe et de genre, soumises à deux contraintes sociales dont l’efficacité n’est pas démentie : la bicatégorisation et la hiérarchisation. La dualité des sexes (homme et femme) et des genres (viril et féminin) fait l’objet d’une réitération soutenue qui continue d’organiser les rapports sociaux de sexe : l’état civil, le mariage, les manifestations sportives, les vestiaires, pour ne prendre que ces exemples, entérinent et entretiennent cette binarité (Butler 1993 : 16-17). Binarité qui est loin d’être symétrique : la « valence différentielle des sexes », qui, en tant que différence de valeur, « ne comporte rien de hiérarchique » en soi (Héritier 2002 : 9), reste interprétée en un sens « hiérarchisé. Hiérarchisé, alors qu’on devrait logiquement s’attendre à ce que les deux pôles soient équidistants d’un moyen terme qui serait positif. Mais le moyen terme n’est pas positif et il manque souvent » (ibid : 206).

  • 7 « 11 prendra sans doute encore des siècles sinon des millénaires avant de concerner toute l’humani (...)

10La généralisation de la contraception et le partage des tâches concernant la petite enfance sont, certes, des ressources pour dissoudre cette hiérarchie - du moins à terme7 mais ces redistributions doivent s’accompagner du partage corrélatif du socle matériel sur lequel se fonde traditionnellement la domination masculine, à savoir le quasi-monopole des armes, des sciences dures, du pouvoir politique, religieux et financier. Dans un tel cadre, la féminisation du bras armé de l’État pourrait participer au « déclin des conditions de possibilité matérielles d’exercice » de la suprématie masculine (Lagrave 2002 : 468), tout en laissant intacte la hiérarchie entre les genres (ibid.). C’est ce qu’on a pu observer dans le cas policier : les femmes accomplissent un travail de mise à distance de la figure de l’assistante sociale et de conversion aux valeurs policières viriles dominantes. C’est le mode d’intégration et d’ascension le plus rentable dans cette profession aux horaires atypiques, sommée d’accomplir des tâches physiquement et symboliquement dégradantes et/ou risquées, comme l’exercice de contrainte physique (avec ou sans violence), la fouille des vivants et des morts, le côtoiement d’une grande misère humaine, autant de tâches que l’on peut qualifier à l’instar d’Everett Hughes de « sale boulot » (Hughes 1996). Ce mouvement de virilisation professionnelle des femmes est en soi un premier résultat, car il rend compte d’une mobilité de genre, qui n’est pas si fréquente, ni à ce point légitime dans le monde social.

11N’appréhender la féminisation de la police que sous le jour univoque de la virilisation est cependant réducteur. Des rééquilibrages se mettent progressivement en place, autorisant hommes et femmes à se frayer une troisième voie, médiane, entre les métiers d’élite (réservés à quelques hommes et à de rares femmes d’exception) et le sacrifice de la carrière, qui n’est en rien le lot des seules femmes, tant la mobilité géographique, imposée à tout policier qui veut progresser, entre en concurrence avec des logiques familiales de plus en plus revendiquées comme prioritaires. La féminisation de la police a permis que les « clans » se diversifient, que les logiques viriles ne soient plus les seules visibles, que s’inventent des zones d’asexuation et d’asexualisation qui permettent de rendre supportable cette mixité très singulière (à minorité féminine) dans la durée de la carrière.

12Pour rendre compte de la diversité des rapports sociaux de sexe dans la police, une comparaison entre hommes et femmes, en matière de motivations initiales, de formation et de carrière sera menée. La formation républicaine des écoles de police, la promotion interne et la tradition de mobilité constituent en effet des dispositifs centraux, pour s’approprier les règles et le sens de la hiérarchie, propres à la profession, permettant aux femmes qui jouent le jeu de la virilisation (partielle ou presque totale) de se faire une place. Toutefois, l’institution policière ne joue pas seule. Le soutien actif des pères (majoritairement non policiers), mais surtout le choix d’un conjoint faisant partie de la même « maison » sont des atouts qui encouragent des vocations très proches de celles des hommes, et permettent de réussir dans la carrière. Ainsi rares sont les femmes qui entrent dans la police pour exercer un métier policier typiquement féminin. La plupart d’entre elles tendent à aligner leurs projets de carrière sur ceux de leurs homologues masculins de même grade et de même ancienneté, en dépit des obstacles rencontrés (chapitre I).

13Les rapports sociaux de sexe seront ensuite étudiés à partir de situations professionnelles précises. Il s’agit de recenser les règles professionnelles, les discours et les pratiques qui mettent à distance les différences de sexe et de genre, au profit d’autres distinctions (le grade, l’ancienneté, l’impératif d’agir dans l’urgence et la prudence) ou d’une commune virilisation. Seront alors dégagés les éléments de sexuation qui résistent au travail de neutralisation ou d’adhésion au genre viril. La division sexuelle du travail policier n’obéit pas au modèle le plus récurrent ; elle le perturbe en grande partie puisque la hiérarchie entre commandement et exécution reconfigure une division sexuelle « traditionnelle ». Aussi est-il plus facile, pour une femme, d’être acceptée à un poste de commandement que de travailler à des échelons inférieurs. Les brigades d’élite, spécialisées dans l’usage de la violence, restent certes discriminantes, en soumettant les femmes à l’obligation d’excellence, mais les brigades les plus polyvalentes – les polices secours, celles qui usent le plus quotidiennement de la contrainte physique dans les situations les plus variées – sont en revanche très féminisées. Dans tous les cas de figure, en croisant lecture sociologique et lecture anthropologique, on a mis en évidence les effets de la règle incontournable qui interdit aux femmes policiers d’agir seules ou en présence d’autres femmes. Les femmes ont donc accès aux pleins pouvoirs de police, mais en présence au moins d’un homme (chapitres II et III).

14Les coulisses de la profession, parce qu’elles sont le théâtre d’activités de relâchement, indispensables à l’économie des émotions policières, rendent visibles, à l’extrême, les deux mouvements qui caractérisent l’organisation de la mixité dans la police nationale : d’un côté, la possibilité réelle qu’ont les femmes de neutraliser les effets que leur sexe inspire au sexe opposé (que ce soit par le biais d’une virilisation mentale et/ou physique ou par la mise en œuvre d’autres tactiques) et, d’un autre côté, la menace, également réelle, de la réinstauration d’une suprématie masculine dans sa version la plus archaïque, qui peut ébranler les dispositifs locaux, inventés par les policiers des deux sexes, pour travailler sur un pied d’égalité. C’est ce hiatus que cet ouvrage tente d’explorer (chapitre iv).

Sources

15Comme mes diverses approches méthodologiques et la spécificité de l’enquête sur les policiers ont été préalablement éclairées dans un article pour la revue Terrain (Pruvost 2007), cette présentation des sources sera succincte.

  • 8 Le temps d’un DEA et d’une thèse.
  • 9 Un autre ouvrage en préparation sera consacré à cette dimension historique.

16Cette recherche sur l’exercice du métier policier s’inscrit tout d’abord dans la longue durée (sept ans8) et s’appuie sur des approches variées (entretien, observation, questionnaire), afin d’obtenir, par croisement et par voie de saturation, des résultats tangibles. La quasi-absence des recherches françaises sur la féminisation de la police n’a en effet pas permis de s’appuyer sur un socle de connaissances historiques, sociologiques et ethnologiques conséquent. Ce premier obstacle a été redoublé par un second : étant fermé, le terrain policier exige de nombreuses autorisations officielles et une certaine familiarité avec les mœurs de la profession. Dans l’ordre chronologique, on a ainsi tout d’abord procédé à une enquête documentaire à partir d’archives policières, ministérielles, législatives, médiatiques et féministes des années 1930 à nos jours, afin de retracer d’un point de vue sociohistorique l’ensemble du processus de féminisation de la police. Cette recherche historique a permis d’accumuler un certain nombre de connaissances générales sur l’histoire même de l’institution policière et ses rouages administratifs – savoir indispensable si on veut faire l’économie d’une explication de l’organisation policière, de ses sigles et de l’évolution de ses brigades à chaque présentation avec les policiers en poste9.

  • 10 Pour les policiers issus de l’immigration, on n’a pas cherché à trouver des consonances proches de (...)

17J’ai dans le même temps mené 128 récits biographiques (39 hommes et 79 femmes de tous grades) entre 1999 et 2003. Il s’agit d’entretiens semi-directifs, orientés sur le lien entre vie professionnelle et vie familiale, commençant par la question suivante : « Vos parents étaient-ils dans la police ? » Menés à huis clos sur le lieu de travail, ces entretiens sont d’un type particulier, puisqu’il fut impossible de les enregistrer en vertu du devoir de réserve. Cet obstacle s’est révélé un avantage : les notes prises en entretien étaient immédiatement retravaillées de sorte à restituer la plupart des phrases complètes. Aucun temps n’a été consacré à la retranscription. Afin de garantir le plus sûrement possible l’anonymat des policiers interrogés, et d’éviter le recours à des prénoms d’emprunt (entreprise démesurée : il aurait fallu en trouver 128, en veillant à ce que les prénoms d’emprunt ne recouvrent pas les prénoms d’origine), la fabrication de noms propres, à partir des premières lettres du grade (du type « gard » pour les gardiens de la paix, « brig » pour les brigadiers, « lieut » pour les lieutenants, etc.) et de suffixes variés (du type « ag », « uc », « ella », etc.), est apparue comme la solution la plus adéquate. La volonté de brouiller toute possibilité d’identification l’a emporté sur le souci d’esthétique sonore : tous les noms policiers forgés ont ainsi une consonance inhabituelle (du type « Mme Gardag », « Mme Comandor »)10. La création de noms codés, totalement exogènes, ne constitue toutefois pas une précaution suffisante : certains éléments singuliers de la trajectoire des policiers interrogés ont été également occultés ou transformés.

  • 11 Également par souci d’anonymat, ces lieux d’observation et les conditions de l’enquête seront très (...)

18Le recueil de récits de carrière a été complété par la mise en place d’observations11 dans deux écoles de gardiens de la paix, l’une en région parisienne, l’autre en province (l’« enp Alpha », l’« enp Gamma »), à l’École nationale des officiers de police (ensop) et à l’École des commissaires (ensp). On a également procédé à l’observation pendant cinq semaines d’un commissariat de Sécurité publique, plus particulièrement en police secours, de taille moyenne en lointaine banlieue parisienne (le « commissariat Oméga »). Puis ont été observés durant trois semaines deux métiers de police judiciaire (la section économique et financière et la brigade de répression du banditisme) dans une antenne de police judiciaire de l’Ile-de-France (la « pj Delta »).

  • 12 Il n’était au départ pas prévu que les résultats de cette enquête sociodémographique sur les condi (...)
  • 13 « On a fait le choix d’un échantillon probabiliste de 10 000 policiers avec tirage aléatoire au se (...)
  • 14 5 221 ont été exploités.
  • 15 Ayant interrogé la totalité des effectifs d’une centaine de services (comprenant chacun à leur têt (...)

19Ces données qualitatives ont été confrontées aux résultats d’une enquête sociodémographique sur les conditions de travail que j’ai dirigée par ailleurs12 dans le cadre du programme de recherche de l’Institut des hautes études de sécurité intérieure, réalisée dans la perspective de réactualiser et d’enrichir par de nouveaux questionnements les données d’une enquête du même type menée en 1982 (Hauser & Masingue 1982). Sur 10 000 questionnaire diffusés de manière aléatoire à des policiers de tout grade dans une centaine de services13, 5 336 ont été retournés14. L’éventail des réponses est apparu représentatif, aussi bien du point de vue du sexe que de la distribution des effectifs par direction policière et du grade, à l’exception prévisible des commissaires qu’il aurait fallu interroger en plus grand nombre dès le départ15. Ces données ont donné lieu à la remise d’un rapport pour l’inhes (ex-ihesi) (Pruvost, Coulangeon & Roharik 2004).

20Ces enquêtes qualitatives et quantitatives, si diverses soient-elles, ont été animées par un même principe comparatif : pour pouvoir dégager une éventuelle spécificité du groupe des femmes, on a rejeté « l’idée qu’il faut étudier des sphères séparées [...], L’information au sujet des femmes est nécessairement information sur les hommes » (Scott 1988 : 129). On n’a par ailleurs pas posé la différence de sexe comme le prisme unique par lequel les interactions observées pouvaient être interprétées. Partant d’une démarche inductive (Glaser & Strauss 1967), une lecture asexuée – celle-là même prônée par les policiers hommes et femmes, qui insistent en première instance sur l’égalité de traitement dont ils font l’objet – a été adoptée, dans un premier temps, pour faire apparaître, dans un second temps, des différences claires entre les sexes, entre genre féminin et genre viril. Cette démarche a des effets sur l’ordre d’exposition de ces recherches : le groupe des policiers est appréhendé en termes de grade et d’âge, par exemple, laissant penser que le sujet de la féminisation est perdu de vue, alors même qu’il s’agit d’une mise au point préalable, permettant de faire émerger des différences de sexe et de genre.

Notes

1 Les femmes « doivent se contenter d’outils plus rudimentaires et souvent moins spécialisés que ceux employés par les hommes qui exercent ces mêmes activités dans la même société » (Tabet : 13).

2 C’est pourquoi ont été exclus de cette étude les membres de la police nationale qui n’ont ni le titre ni les attributs de policier, à savoir le personnel administratif et les adjoints de sécurité (ads, « emploi jeunes »), respectivement féminisés à hauteur de 76 % (soit 11 659 femmes) et de 42,4 % (soit 4 415 femmes) en 2005.

3 En France, on compte une seule thèse, un seul rapport et un seul ouvrage scientifique datant de plus de dix ans (Delhomez 1982 ; Masingue. Pallut & Tiévant 1988 ; Marchai 1993). Dans les pays anglo-saxons, le sujet est en revanche abondamment traité depuis les années 1970. Cette différence tient tout d’abord au double retard français en matière d’études sur la police (il faut attendre 1981 pour que la police s’ouvre aux chercheurs, alors qu’aux États-Unis, en Grande-Bretagne et au Canada, criminologues et sociologues étudient la police depuis les années 1970) et en matière d’études sur les femmes et sur les genres (Lagrave 1990 : 27-39).

4 « Le stéréotype pouvant être défini comme un ensemble restreint et figé de caractéristiques appauvries que l’évocation d’une situation ou d’un personnage appelle de manière purement mécanique. Le stéréotype, parce qu’il est déjà connu, ne peut contribuer à une élucidation de la réalité. II fonctionne même à l’opposé : il limite le processus de compréhension en lui faisant emprunter les "ornières usées des associations habituelles" pour reprendre l’expression d’Adorno. Il rend donc impossible d’intégrer le changement et de rendre compte de l’inattendu, de la surprise. Il ne permet pas de suivre ou d’anticiper un changement dans les définitions. Il a une part inerte. Sa mise en évidence n’est jamais une surprise, ni pour le public, ni pour le chercheur, puisque la catégorie était déjà connue » (Chalvon-Demersay 2004 : 321).

5 Danielle Kergoat a forgé le terme de « rapports sociaux de sexe » pour traduire de manière plus explicite le terme anglo-saxon polysémique de « gender ». Elle souhaitait, ce faisant, proposer une expression lisible qui n’occulte pas la co-présence du groupe des hommes et des femmes et le fait qu’il s’agit bien là de rapports sociaux, d’une construction sociale et non d’un fait de nature (Kergoat 1992 : 12). Il s’agit de « penser l’ensemble des rapports sociaux dans leur simultanéité » : si « tout rapport social est sexué », les « rapports sociaux de sexe sont traversés par les autres rapports sociaux » (ibid.). Autrement dit, les rapports sociaux de sexe sont observables dans tous les rapports sociaux, et inversement, tous les rapports sociaux sont inclus dans les rapports sociaux de sexe. Il est par conséquent erroné d’étudier les rapports sociaux de sexe de manière isolée. « Une femme ne se pense pas comme femme, elle se pense aussi dans un réseau de rapports sociaux : comme travailleuse [...], comme jeune ou vieille, comme éventuellement mère ou immigrée » (ibid.).

6 On emploiera désormais le terme de « viril » (et non de « masculin ») pour désigner les stéréotypes généralement imputés au sexe masculin. Comme il n’existe pas en français d’adjectif équivalent à « viril » pour ce qui concerne les femmes, on conserva le terme de « féminin ». Pour ce qui concerne les substantifs, il n’y a plus d’ambiguïté : à la « virilité » s’oppose la « féminité ».

7 « 11 prendra sans doute encore des siècles sinon des millénaires avant de concerner toute l’humanité » (Héritier 2002 : 205).

8 Le temps d’un DEA et d’une thèse.

9 Un autre ouvrage en préparation sera consacré à cette dimension historique.

10 Pour les policiers issus de l’immigration, on n’a pas cherché à trouver des consonances proches des noms de leur pays d’origine afin, là encore, de respecter le contrat d’anonymat - surtout dans les hauts grades où ce type de profil est rare.

11 Également par souci d’anonymat, ces lieux d’observation et les conditions de l’enquête seront très brièvement décrits.

12 Il n’était au départ pas prévu que les résultats de cette enquête sociodémographique sur les conditions de vie et d’emploi des policiers de tout grade et des deux sexes soient mobilisés dans cette recherche, fondée sur des données qualitatives, mais les retards pris de part et d’autre ont finalement permis que les données du questionnaire puissent être mises en regard avec les entretiens.

13 « On a fait le choix d’un échantillon probabiliste de 10 000 policiers avec tirage aléatoire au sein des 140 000 policiers. Mais afin de respecter l’anonymat des agents et pour des raisons de diffusion et de réception du questionnaire, il nous a paru souhaitable de prendre comme unité de tirage la circonscription ou le service de police - et non les individus. Nous avons choisi deux critères principaux de représentativité : la structure des services policiers et la taille des circonscriptions ou des services de police, en veillant à la représentativité de l’ensemble des directions de police et, à l’intérieur de chaque direction, à la représentativité des différentes tailles de circonscriptions ou de services. Pour des questions d’organisation matérielle, on a établi deux échantillons distincts : le premier à la dapn sur la police nationale (hors Paris) et le second, à la préfecture de Police sur la police parisienne » (Pruvost, Coulangeon & Roharik 2004 : °). Plus d’une centaine de services ont été ainsi intégralement interrogés.

14 5 221 ont été exploités.

15 Ayant interrogé la totalité des effectifs d’une centaine de services (comprenant chacun à leur tête un commissaire, parfois deux), on ne pouvait tabler que sur un effectif théorique d’une centaine de commissaires (à raison de 100 % de taux de réponse). On savait d’avance qu’un tel effectif serait impossible à atteindre. Plus de la moitié d’entre eux a pourtant répondu (72 sur les 130 chefs de service visés), ce qui permet de faire des statistiques générales sur le corps, mais interdit toute statistique sexuée. Les commissaires constituent un corps à part exigeant une enquête spécifique (Ocqueteau 2003). C’est pourquoi les analyses statistiques ne prendront en compte que le grade de gardien de la paix et le grade d’officier.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search