Version classiqueVersion mobile

Profession : policier. Sexe : féminin

 | 
Geneviève Pruvost

Remerciements

Texte intégral

1Je voudrais adresser tous mes remerciements à celles et ceux qui m’ont apporté leur aide pendant toutes ces années de recherche, à commencer par Dominique Monjardet qui fut un lecteur attentif, un précieux repère dans la compréhension du métier policier et qui nous a malheureusement quittés le 24 mars 2006. Je lui dédie cet ouvrage.

2Je voudrais remercier avec une attention toute particulière ma directrice de thèse, Rose-Marie Lagrave, dont les encouragements, l’enthousiasme et la rigueur intellectuelle m’ont nourrie durant ce long travail. Je lui dois beaucoup.

3Je tiens également à remercier chaleureusement Fabien Jobard qui a accepté de relire ce manuscrit avec une acuité salutaire, et Sabine Chalvon-Demersay, à l’origine de ce projet éditorial, dont la relecture fut si stimulante.

4Je suis également très reconnaissante à l’égard de Philippe Coulangeon et Ionela Roharik qui ont bien voulu partager avec moi, néophyte, l’aventure d’une enquête sociodémographique sur les policiers et me faire profiter de leurs lumières statistiques.

5J’en profite pour remercier ici toutes les femmes et tous les hommes policiers qui m’ont aidée dès le début de cette enquête à me repérer dans le labyrinthe de leur administration, qui ont accepté de se prêter au jeu de l’entretien et de l’observation - que je ne peux pas nommer, mais sans qui ce travail n’aurait pas été possible.

6Je ne saurais oublier Coline Cardi et Delphine Naudier, pour leurs encouragements, leur vivacité, leur constance et leur relecture amicale.

7J’ai une pensée très émue pour le dévouement de mon amie Marie-B. Léger qui a pris sur elle de photocopier à l’université de Montréal des centaines de pages de recherches américaines et canadiennes sur l’institution policière, introuvables en France.

8Mes remerciements les plus aimants s’adressent à Guillaume Bridet, compagnon de toutes ces années, aide de tous les instants, d’une patience et d’une fougue à toute épreuve, et à notre fils Célestin, merveilleux lutin, persuadé que je suis « dans » la police parce que je travaille « sur » la police.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search