Version classiqueVersion mobile

Fukushima, dix ans après

 | 
Cécile Asanuma-Brice

Les conséquences sanitaires de la catastrophe

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Des morts liées à l'explosion de la centrale, les « genpatsu kanrenshi1 »

Durant les trois ans et demi qui suivirent l’accident de Fukushima, le nombre de décès relatifs à l’explosion de la centrale nucléaire TEPCO ne cessa de croître. Une comptabilité macabre fut établie, mais les morts directement liées à la centrale2 et celles consécutives à la catastrophe naturelle3 étaient difficilement différenciables. Un article du journal Nikkei en date du 20 février 2014 indiquait : « Dans le département de Fukushima où la vie en refuge due au grand tremblement de terre de l’est du Japon et à l’accident de la centrale nucléaire Dai ichi continue, le nombre de personnes mortes après être tombées malades, « les morts du désastre », montent à 1 656 personnes4. » Le journal poursuivait : « Alors qu’aujourd’hui 20 février 2014, 136 000 personnes sont encore réfugiées à l’intérieur ou à l’extérieur du département de Fukushima, le préfet explique : “En plus du changement radical de leur vie, le man...

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2021

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search