Version classiqueVersion mobile

Fukushima, dix ans après

 | 
Cécile Asanuma-Brice

La mise en place d’une politique de relogement

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Selon une estimation du ministère du Territoire, des Infrastructures et des Transports datée du 15 mai 2011, deux mois après les évènements, 126 372 personnes étaient réfugiées soit dans des structures publiques réquisitionnées ou simplement abandonnées (gymnases d’écoles, musées, etc.), soit dans des abris précaires. Un certain nombre d’entre elles occupaient une tente au premier étage de leur ancienne demeure ravagée qu’elles n’avaient pas souhaité quitter.

Le nombre de logements détruits, le plus souvent emportés par le tsunami ou brûlés par les incendies multiples engendrés par la triple catastrophe du 11 mars 2011 (tremblement de terre, tsunami et explosion de la centrale nucléaire Fukushima Dai ichi), avoisine 150 000 selon les 8 471 enquêteurs qui ont parcouru les dix départements concernés afin d’établir un bilan des dégâts. Déterminer l’ampleur du désastre fut une tâche difficile car certains propriétaires des bâtiments étaient décédés, portés disparus ou réfugiés dans des l...

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2021

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search