Version classiqueVersion mobile

Fukushima, dix ans après

 | 
Cécile Asanuma-Brice

Catastrophe naturelle et désastre nucléaire : une gestion impossible

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

La panique

Le 11 mars 2011, à 14h46, un tremblement de terre d’une force inédite se produisit donc au large des côtes nord-est du Tôhoku, sur l’île principale de Honshû. Son épicentre était situé dans le Pacifique à 130 kilomètres de la ville de Sendai. Une magnitude de 9,1 fut enregistrée en mer à une profondeur de 32 kilomètres au niveau de la zone de subduction de la plaque du Pacifique. L’archipel japonais se trouve sur ce que l’on appelle la ceinture de feu du Pacifique, à la jonction de trois plaques tectoniques (pacifique, eurasienne, des Philippines), ce qui l’expose à des séismes fréquents, engendrant parfois des tsunamis. Dans le cas présent, une faille de 400 à 500 kilomètres de long et 34 kilomètres d’épaisseur effectua un déplacement de 10 mètres de hauteur, dégageant plus de 100 ans de pression accumulée (le dernier tremblement de terre de cette ampleur remontait à 1896). Cette poussée eut pour résultat le déplacement de l’île principale de l’archipel japonais de 2,4 mè...

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2021

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search