Version classiqueVersion mobile

Rap, techno, électro

 | 
Morgan Jouvenet

Remerciements

Texte intégral

1Ce livre est le résultat d’une enquête de sociologie des professionnels des musiques rap et électroniques qui a duré plusieurs années. Il s’appuie principalement sur le texte de la thèse que j’ai soutenue en décembre 2003 à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS). Je tiens donc, avant de commencer, à remercier tous ceux qui ont accompagné mon parcours de doctorant.

2Ma gratitude va tout d’abord à Pierre-Michel Menger. Ses conseils, les directions qu’il m’a suggérées m’ont été très utiles pour mener à bien les objectifs fixés pour la thèse. Ce fut une relation de travail agréable et amicale, rythmée avec à-propos par les encouragements et les mises en garde. Je dois avouer également une dette importante à l’égard de son séminaire de l’EHESS, que j’ai suivi pendant cinq ans. Les problématiques et les outils qui y ont été exposés ont constitué des repères importants pour l’enquête présentée ici. Je suis donc très heureux de voir débuter ce livre par sa préface.

3J’ai également une pensée obligée pour l’équipe des chercheurs du Laboratoire de sciences sociales de l’École normale supérieure (aujourd’hui en cours d’intégration dans le Centre Maurice Halbwachs), dont j’ai apprécié, en tant que doctorant, la qualité des séminaires et l’accessibilité. Je pense plus précisément à ceux avec qui j’ai discuté de mes recherches en cours, dans des cadres plus ou moins formels : Christian Baudelot, Stéphane Beaud, Éric Fassin. Frédérique Matonti. notamment. Ma reconnaissance infinie à l’égard de ce laboratoire est également liée à l’allocation de recherche que son conseil pédagogique m’a attribuée à l’issue de mon DEA, qui a orienté de manière décisive mon parcours. Remontant plus loin dans le temps, je n’oublie pas non plus les encouragements donnés par Pierre-Henry Frangne puis Gérard Zureddu, en des lieux bien éloignés de l’EHESS ou l’ENS. Jean-Louis Fabiani. Olivier Galland, Bruno Péquignot et Denis Segrestin ont bien voulu répondre à l’invitation de Pierre-Michel Menger et se joindre à lui pour juger de la qualité et de l’intérêt de ma thèse : je les remercie pour leur soutien et les commentaires dont ils m’ont fait part à l’occasion de sa soutenance publique. J’ai suivi ailleurs d’autres séminaires assez assidûment : ceux qu’ont respectivement animés Antoine Hennion au Centre de sociologie de l’innovation (CSI) et Gérard Mauger à l’Institut de recherche sur les sociétés contemporaines (iresco) ont aussi contribué à enrichir ma réflexion au début et à la fin de mon parcours de doctorant.

4Mon expérience de l’enseignement a également nourri mon travail de recherche en m’obligeant à adopter, avec les étudiants, de nouveaux points de vue sur ma discipline. J’ai eu la chance en effet d’enseigner la sociologie pendant deux ans. à l’université du Littoral-Côte-d’Opale (ULCO), bénéficiant à Dunkerque de la gentillesse et de la bienveillance de mes collègues Claudette Lafaye et Hervé Flanquart.

5Les entretiens que j’ai effectués au cours de mon enquête constituent le cœur du matériau empirique utilisé dans les pages qui suivent, et je remercie chaleureusement toutes les personnes qui ont bien voulu répondre à mes questions sur le monde du rap et des musiques électroniques. Ils sont inégalement (et anonymement) cités dans le livre, mais tous m’ont fourni des indications (et parfois des documents) qui ont contribué à son contenu. Parmi eux. Kamel Haddu a tenu un rôle à part, et je salue bien amicalement ce camarade grenadier voltigeur du 41e RI.

6Je ne peux mentionner ici tous les amis (Boris, Dominique L., François. Isabelle. Jeff, Manu, Thomas R., Vincent et toute l’équipe du vendredi soir...) avec lesquels les échanges ont, d’une manière ou d’une autre, contribué à façonner mon travail. Pierre-Yves Baudot, Thomas Boutoux, Daniel Mouchard et Olivier Roueff auront en outre été de précieux lecteurs de versions préliminaires de ce livre. Merci à eux pour cette aide. Je veux aussi saluer des compères travaillant sur le rap (Karim Hammou et Anthony Pecqueux) et la techno (Lionel Pourteau), notamment parce que nous avons eu quelques discussions fructueuses. Certains des inévitables manques de cet ouvrage seront sûrement comblés par leurs propres publications. Il me serait difficile d’oublier d’adresser un clin d’œil cordial aux membres du Centre de recherches innovation socio-technique et organisations industrielles (CRISTO), laboratoire grenoblois dirigé par Dominique Vinck, qui m’a accueilli en post-doctorat quelques mois après la fin de ma thèse - pour y réaliser une enquête a priori très différente. Mais l’écriture de ce livre a aussi bénéficié de la confiance et de la sympathie que j’ai trouvées en côtoyant ses chercheurs et doctorants.

7Il est évident, enfin, que cet ouvrage n’aurait tout simplement pas existé sous cette forme sans Christine Langlois, qui a bien voulu lui taire un accueil enthousiaste dans sa collection. Je tiens donc à la remercier personnellement. Et ce d’autant plus que son œil d’éditrice a grandement influencé les dernières améliorations que j’ai été en mesure d’apporter au texte. Elle a en outre permis de faire bénéficier ce travail de clarification de la lecture attentive de Denis Laborde et d’un autre rapporteur resté anonyme. Les échanges que j’ai eus avec ces trois lecteurs de mon texte ont donc été les derniers d’une fertile série avant sa publication. Espérons que celle-ci en suscitera une nouvelle, au moins aussi longue !

8P.S. Merci aux cousins Laure et Nicolas, dont la généreuse hospitalité m’a permis de lire dans un calme rare les épreuves de ce livre.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search