Version classiqueVersion mobile

L’invention de la social-démocratie allemande

 | 
Karim Fertikh

Conclusion générale

Texte intégral

1Ce livre partait d’un pari, celui de porter un regard neuf sur un programme dont les commentaires existants occupent déjà de nombreux rayonnages de bibliothèques. En braquant la focale sur un seul programme, en cherchant non seulement le sens univoque, « vrai », du texte, en décrivant des pratiques et des activités qui l’ont fait exister, en étant attentif aux personnes, à leurs milieux et à leurs tactiques, ce travail est parvenu à déplacer le regard. Là où la signification admise de Bad Godesberg en faisait une acceptation de l’ordre capitaliste et une renonciation au marxisme, cette étude a plutôt mis en évidence les logiques qui ont conduit à donner force à cette interprétation – qui n’était qu’une des significations possibles d’un texte bricolé et ouvert. Elle a donc souligné la façon dont des individus ont fabriqué un texte et ses significations. Partant d’un questionnement sur le réformisme, le raisonnement a en effet cheminé pour éclairer la transformation des rapports entre intellectuels et parti ; il a mis en lumière de grandes technologies partisanes (le programme comme genre « littéraire » doté de ses conventions d’écriture, les congrès, les commissions d’experts, etc.). En ce sens, Bad Godesberg est un événement datable, mais aussi l’effet de lame de fond des changements structurels du milieu partisan après 1945 et l’effet de très long terme de l’invention des technologies partisanes sur lesquelles reposent encore nos pratiques démocratiques actuelles. Sociologie du milieu partisan et sociohistoire des techniques démocratiques, cette étude a restauré le programme dans son historicité. Par là, elle a aussi voulu donner des clés pour analyser l’originalité du texte adopté en 1959.

2En suivant les situations où le programme a été fait et défait, -discuté et caviardé, où des significations sont entrées en conflit, cette histoire sociale d’un moment du socialisme a ajouté de l’incertitude là où les récits canoniques s’accordaient sur un sens univoque, militaire, à la marche des idées. L’épure souveraine de la rupture, de l’avant- et de l’après-« Bad Godesberg », a vacillé. Au ras du sol des pratiques – au sens où Jacques Revel parlait d’une histoire de l’État que l’on mènerait au ras du sol (Revel, 1989) –, là où les grandes cohérences des processus historiques de longue durée se dissolvent en tactiques incertaines et où le grand récit démiurgique de l’histoire des idées vient heurter de multiples arrangements hétéroclites, on ne peut trouver un plan d’ensemble qui aurait patronné le programme de Bad Godesberg. S’arranger entre savants et politiques, entre dirigeants et militants, s’arranger avec le passé – avec un passé incorporé dans des technologies, avec son propre passé militant : nombreuses sont les contraintes qui enserrent les activités de ceux qui contribuent à « faire le programme ». Lorsque l’on parle de « faire le programme », on fait référence aux multiples activités : l’écrire bien sûr, réunir ceux qui doivent s’acquitter de cette tâche, en parler ou le voter, le faire voter, le commenter, etc.

3Au terme de cette analyse, on peut douter que ceux qui ont fait Bad Godesberg aient vraiment « fait leur Bad Godesberg » dans le sens prêté actuellement à l’expression. Nul doute qu’ils entendaient moderniser leur parti : le terme est bien présent. Mais ne dénoncent-ils pas eux-mêmes ceux qui les accusent de dilapider l’héritage social-démocrate ? Et n’ont-ils pas voulu aussi faire un programme qui ouvre une voie, « notre voie », vers une organisation économique et sociale qui soit radicalement démocratique ? N’ont-ils pas écrit ou voté une critique des aliénations, des « nouvelles dépendances », qui prend à revers la concentration des richesses économiques et des pouvoirs, et entend les soumettre au contrôle démocratique ? Et certains d’entre eux n’ont-ils pas contesté jusque dans les années 1970 les « conséquences trop pragmatiques » tirées du programme qu’ils avaient rédigé ? Aussi le moindre des gains heuristiques de cette sociohistoire est de questionner les analyses basées sur ce « cynisme qui hante l’analyse sociologique, l’imputation de machiavélisme n’étant, après tout, qu’une présociologie, un vol présomptueux de lucidité » (Lehingue et Pudal, 1991, p. 164).

4Affirmer l’incertitude contre l’« illusion rétrospective de la fatalité » (Ricœur, 1983, p. 332) et décrire le tâtonnement inhérent à tout -ce processus ont conduit à travailler sur le destin de Bad Godesberg en prêtant une attention toute particulière au travail de production des interprétations du programme, à ce qui se passe lorsque des individus font usage du programme et définissent, par ces usages, ses significations –  jusqu’à ce que surnage et se réifie l’une d’entre ces interprétations, qui devient le sens incontesté, ou moins contesté, de Bad Godesberg. Timothy Tackett rappelait l’importance de la dynamique révolutionnaire pour que des hommes, réunis sans plan déterminé et sans idée précise sur leurs buts, fassent des États généraux une assemblée révolutionnaire (Tackett, 1997, p. 113). Les révolutionnaires deviennent révolutionnaires sans l’être ab initio. Ce qui vaut pour la révolution vaut donc aussi pour le réformisme. Ou peut-être vaudrait-il mieux dire que l’histoire sociale de Bad Godesberg a mis en évidence les multiples manières qu’il peut y avoir d’être réformiste ; l’enjeu est aussi toujours de savoir qui qualifie le réformisme, pour en faire quoi.

5Bien sûr, l’histoire sociale des idées dont la méthodologie est défendue dans cet ouvrage ne remet pas en cause le patient travail d’interprétation du programme qui est l’œuvre de l’histoire des idées plus classique. Il est vrai que nous avons inclus l’histoire des idées dans notre objet, que nous en avons fait l’un des champs de bataille de la définition de ce que Bad Godesberg veut dire. Cela est d’autant plus nécessaire que nombre des interventions des historiens ou de politistes sont le fait de personnes situées à la confluence du champ universitaire et du militantisme politique. Il faut bien garder à l’esprit cependant que l’histoire des idées dans sa forme classique a l’avantage, sur l’histoire sociale, de mettre de l’ordre dans les idéologies politiques, de fixer un sens. Lucien Febvre le rappelait dans un texte fondateur paru au début du siècle dernier :

« Dresser des généalogies intellectuelles ; s’inquiéter de la filiation des idées entre auteurs divers ; plus même : étudiant une institution donnée […], dégager l’idée ou les idées qu’elle représente et, remontant dans le passé, en chercher pour ainsi dire les titres de noblesse historiques et les “preuves” – rien de plus légitime ; rien, souvent, de plus intéressant. Mais du domaine des théories passer dans le domaine des faits ; tenter de prolonger sur l’un la piste amorcée sur l’autre, dans une impossible recherche de paternité, vouloir dénoncer des idées diffuses comme les génératrices d’une construction sociale – gageure à notre sens, et gageure impossible à tenir. » (Febvre, 1909, p. 191)

6À rebours d’un récit qui met les idées en dialogue avec des idées, d’un dialogue intemporel entre des auteurs, cette histoire sociale a œuvré à ne pas isoler la production des idées, à ne pas en faire une « activité continue et isolable » (Pocock 2009, p. 21). Elle est partie du « domaine des faits » pour éclairer la manière dont la théorie s’y encastrait comme ensemble d’activités pratiques poursuivant des intérêts situés et s’exprimant dans des langages contextualisés. Ce livre a proposé une histoire des idées en société en liant de manière systématique les coordonnées sociales de personnes à leurs actions, et en considérant de manière tout aussi systématique les prises de position comme autant d’actions, de manières de faire des choses. Avec un programme, on négocie la place des intellectuels dans le parti, on donne une assise symbolique à des organisations sociales telles les coopératives, ou à des pratiques telles celles promues par les organisations de loisir du parti. On lutte entre experts, on crée des sous-entreprises au sein du parti. On se réunit pour parler, on gagne sa place dans le parti. On participe à des formes intellectuelles de militantisme, on défend son droit collectif à jouer comme l’ont fait les organisations étudiantes et les Jusos en promouvant le « nouvel ordre » promis à Bad Godesberg. On crée des déviances, on exclut ou on justifie une alliance gouvernementale, etc. – bref, Bad Godesberg a été le programme de multiples situations sociales. En suivant pas à pas ce processus de fabrication du programme et de ses significations, cette étude a donc aussi bien voulu rappeler – contre un réel trop ordonné – la pluralité des socialismes, les cinquante nuances de rouge du réformisme.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search