Version classiqueVersion mobile

L’invention de la social-démocratie allemande

 | 
Karim Fertikh

Postérités de Bad Godesberg

Texte intégral

1Ce chapitre s’intitule « postérités ». Nous pourrions l’intituler « actualités », car il s’agit d’y montrer la manière dont le programme de 1959 acquiert sa signification contemporaine et, dans le même temps, le statut qui en fait l’un des textes les plus importants – et sans doute le plus important – de la social-démocratie européenne de la seconde moitié du xxe siècle.

2Il est temps de revenir sur le paradoxe que nous notions dans l’introduction du volume : le programme de Bad Godesberg est considéré comme un programme de rupture, alors que certains de ses architectes cherchent bien plutôt à l’inscrire en continuité avec une tradition. Au fur et à mesure de la rédaction de ce livre, ce texte qui, selon ses rédacteurs, ne devait « fermer aucune porte », est aussi apparu ambigu et composite, loin de l’image que l’on se ferait d’une rupture nette avec une doctrine. Ni le texte ni les intentions des auteurs telles qu’on peut les reconstruire à partir des archives ne dessinent la ligne claire d’un changement doctrinal.

  • 1 « Eine Offensive der Freiheit », Berliner Morgenpost, 17 novembre 1959, p. 2.

3En 1959, la question de savoir ce que le programme veut dire reste, au fond, sans réponse. D’abord parce que le programme de Bad Godesberg est un agglomérat, écrit et réécrit suivant des logiques sectorielles ou politiques disparates, et que le travail d’uniformisation du texte n’a pas arasé l’ensemble hétéroclite des contributions au programme. Ensuite et surtout, parce que ceux qui en parlent, en 1959 et jusque dans les années 1970, donnent des interprétations éclatées de ce programme. Le Berliner Morgenpost note, en 1959, que « dire quelque chose de valable sur le nouveau programme du SPD (Sozialdemokratische Partei Deutschlands [Parti social-démocrate allemand]) est extraordinairement compliqué1 », tendu que le programme est entre diverses grilles d’analyse. Plus tard, en 1962, Willi Eichler ouvre son commentaire au programme en indiquant que le programme a laissé de nombreuses questions ouvertes. Le texte ne serait pas parvenu à évacuer les « incompréhensions » et les « ambiguïtés » (Eichler, 1962, p. 3). Étrange prélude, on l’admettra, pour la rupture nette qui aurait soi-disant été opérée à Bad Godesberg. En 1976, un livre sur Bad Godesberg, écrit par des universitaires engagés au sein du parti, indique encore : « Pris isolément et interprété littéralement, le programme de Bad Godesberg offre un large spectre de variantes interprétatives » (Narr, Scheer et Spöri, 1976, p. 72). Historienne ayant participé au travail des commissions programmatiques dans les années 1950, la spécialiste reconnue du SPD qu’est Susanne Miller pose que, lors de son adoption, « le programme est délivré sans être interprété » (Parness, 1991). Sur Marx, qui devient au fil des années le grand enjeu de l’interprétation du programme, l’historienne avancera encore : « L’abandon du marxisme est, à prendre les choses avec précision, muet : les mots Marx ou marxisme n’apparaissent pas dans le programme » (Miller, 2007, p. 72). D’autres historiens ont aussi noté cette absence. « Le programme est plus important pour ses silences (pas de référence à Marx ou aux nationalisations [sic]) et pour le changement symbolique qui l’accompagne que pour ce qu’il dit » (Sassoon, 1997, p. 251). Là encore, il s’agit d’une bien étrange rupture qui, du reste, ne semble même pas revendiquée en 1959. Bien des années plus tard, certains, comme l’opposant de la première heure Peter von Oertzen, iront jusqu’à dire que la « rupture godesbergienne » s’est faite contre la volonté des promoteurs du programme :

« Les conséquences trop pragmatiques qui ont été tirées du programme – contre la volonté de ses auteurs – y ont contribué. Le SPD a vu par là se réduire son emprise sur la vie intellectuelle de notre société. » (Oertzen, 1996, p. 28-29)

4Dans la décennie qui suit l’adoption du programme, le spectre des interprétations – de la rupture à la continuité – est large. Plusieurs réceptions du programme ont pu coexister, s’affronter ou se succéder jusqu’à ce que Bad Godesberg en vienne à marquer une scansion dans l’histoire du réformisme et fasse son entrée dans les encyclopédies et les manuels d’histoire des idées comme synonyme de rupture doctrinale. Telle est aujourd’hui, en effet, la définition incontestée de ce document devenu historique.

5L’encyclopédie de référence Brockhaus synthétise ainsi Bad Godesberg, en notant que le SPD s’y

  • 2 Entrée « Bad Godesberg, Godesberger Grundsatzprogramm », Brockhaus Enzyklopädie, Mannheim/Leipzig, (...)

« reconnaît, en abandonnant les positions marxistes (entre autres : lutte des classes, socialisation des industries clés, économie planifiée), dans le socialisme démocratique et, en particulier, en des réformes sociales (par exemple : la codécision). Le SPD ne se considère plus seulement comme représentant des travailleurs (comme parti ouvrier) mais aussi surtout comme parti du peuple [Volkspartei] qui recherche à concilier les différents intérêts du peuple sur la base de la liberté, de la justice et de la solidarité (“valeurs fondamentales du socialisme”)2 ».

6À l’instar des travaux de Brigitte Gaïti analysant « les métamorphoses du discours [de Bayeux par le général De Gaulle en 1946 sur les institutions politiques] jusqu’à sa renaissance comme prophétie institutionnelle » (Gaïti, 1998, p. 49), ce travail s’appuie sur cette ouverture du programme pour tenter de déceler les moments où des interprétations ont été élaborées et, surtout, pour dresser la liste des personnes et des groupes qui trouvaient un intérêt dans l’interprétation de ce texte. Ainsi c’est la fabrication des significations données à ce programme (Burke, 2005), de sa carrière (Ollion, 2010) et donc du positionnement de l’entreprise politique qui sont interrogés ici. La question de la contribution de Bad Godesberg à la redéfinition du socialisme et celle de son rôle dans le tournant réformiste pris par le socialisme européen seraient mal à propos si on ne s’intéressait qu’au texte lui-même. Comme le souligne Marie Ymonet, de telles questions sont « indécidables en droit » mais « régulièrement tranchées dans les faits […] ; elles sont donc l’occasion de débats indéfinis et ces débats sont un lieu stratégique d’une grande importance où s’expriment, s’affrontent et se tranchent les rivalités » (Ymonet, 1984, p. 4).

7Plus ou moins intenses, toujours situés et stratégiques (au sens où les lecteurs du texte font de Bad Godesberg quelque chose), ce sont donc les usages que l’on fait d’un texte qui permettent de dégager le sens qu’on lui attribue le plus communément. Du point de vue défendu ici, le sens n’est pas donné une fois pour toute. Des conflits d’interprétation sont à l’œuvre. Afin de les faire émerger, on adopte une démarche inspirée de celle élaborée par le critique littéraire Stanley Fish pour qui le texte doit « perdre sa place au centre de l’autorité interprétative au profit du lecteur dont les stratégies interprétatives produisent le texte » (Fish, 2003, p. 13). Des « communautés interprétatives », des groupes d’individus qui défendent des positions particulières sur la signification de Bad Godesberg, s’affrontent pour avoir autorité sur le texte et arrêter une signification qui peut servir leurs intérêts. Cependant, ces communautés n’évoluent pas en vase clos, contrairement à la salle de classe de Stanley Fish où il s’agissait de penser la manière dont un groupe d’étudiants construit une interprétation d’un texte littéraire – ces communautés d’interprètes étant considérées comme des isolats (Baker, 2006, p. 33). Dans le cadre d’un programme, les interprètes sont en relation ou en concurrence, dans des espaces qui sont en communication les uns avec les autres, de la salle de cours d’une université aux salles où se tiennent des réunions politiques, des organisations étudiantes aux plateaux de télévision. Il s’agit donc d’envisager Bad Godesberg comme un observatoire de ce travail de définition du socialisme et du réformisme, comme une manière de voir un cortège d’exégètes s’engager dans des luttes de signification, au sein de leurs amphithéâtres de science politique ou d’écoles de formation militantes. Et comprendre comment ils ont réussi à faire du programme de 1959 une pièce maîtresse de l’histoire du socialisme européen fin-de-siècle
– un événement majeur dans la marche du réformisme. Ce dernier chapitre se consacre aussi à la fabrication d’un texte au sens de l’histoire des idées politiques, à l’entrée de Bad Godesberg dans les manuels de théorie politique et leur récit des doctrines politiques.

La fabrique d’un mythe politique

8Avant toute chose, faisons le point sur la diffusion du programme. Matériellement, c’est un texte largement distribué : 800 exemplaires (d’un tirage spécial) sont envoyés aux délégués et aux invités d’honneur du congrès. Le 12 décembre 1959, le comité directeur ordonne la « popularisation » du programme. Il est alors traduit en français et en anglais dès 1960. Au total, le service de propagande du parti, habitué aux tirages de masse, estime l’avoir diffusé en 1959-1960 à un million d’exemplaires dans trois langues, allemand, français et anglais (SPD, 1959a). Il est essentiellement distribué à l’ensemble des plus de 700 000 adhérents, en tout cas aux sections chargées de les diffuser en les ajoutant au Mitgliedsbuch, à la « carte » du parti (comme cela était déjà l’usage dans les années 1920). Cette diffusion matérielle n’est pas encore un indice de sa réception ou de l’usage du texte. Le programme se trouve également mentionné, au fil du temps, dans des livres, y compris les commentaires officiels du programme, des débats en congrès, des courriers, dans des interviews ou dans des articles de presse. Or, on voudrait avancer ici l’idée que ce n’est que longtemps après son adoption que Bad Godesberg acquiert sa signification contemporaine, à la faveur d’une intense lutte pour son interprétation que l’on se livre de la fin des années 1960 au milieu des années 1970.

D’un document confidentiel à un symbole de la modernisation du SPD : une périodisation

9Quand Bad Godesberg devient-il « Bad Godesberg », le symbole de la modernisation de la social-démocratie allemande ? Pour périodiser les usages de Bad Godesberg, nous utiliserons, en première approche, les références dans la presse allemande. L’analyse couvre la période 1959-2012. On s’appuie sur les archives numérisées disponibles de deux hebdomadaires politiques allemands : Der Spiegel (libéral de gauche) et Die Zeit (considéré comme libéral). Ces deux journaux sont ici mobilisés pour décrire des tendances, sans qu’ils soient considérés comme « représentatifs » de l’ensemble des journaux allemands. Pour contrôler d’éventuels biais, cependant, les évolutions de la référence au programme ont également été mesurées à partir d’autres périodiques issus de la base de données Factiva exploités sur la période disponible (1998-2012) ainsi qu’à partir de la base constituée par les articles du Frankfurter Allgemeine Zeitung (1994-2012). Les évolutions de ces bases sont parallèles à celles des références du Spiegel et du Zeit, qu’elles ne contredisent donc pas (Fertikh, 2012). Pour les années 1960, nous avons également traité manuellement, de manière non systématique, la presse de l’époque, ainsi que les revues de presse du SPD. Le graphique 1 synthétise les références au programme de 1959 dans Die Zeit et Der Spiegel. On y distingue trois périodes : la faible mobilisation initiale (de 1959 à la seconde moitié des années 1960), la mobilisation intense autour du mouvement 1968 où Bad Godesberg devient un enjeu de lutte entre les courants du SPD, l’usage mythifié des années 1980 à nos jours où Bad Godesberg est alors synonyme de rupture.

Graphique 1 - Références au programme de Bad Godesberg dans Der Spiegel et Die Zeit entre 1959 et 2012 (n = 615 références)

Graphique 1 - Références au programme de Bad Godesberg dans Der Spiegel et Die Zeit entre 1959 et 2012 (n = 615 références)

Graphique 2 - Références aux programmes de Bad Godesberg (1959) et de Berlin (1989) dans Der Spiegel et Die Zeit (1989-2012, n = 295 références)

Graphique 2 - Références aux programmes de Bad Godesberg (1959) et de Berlin (1989) dans Der Spiegel et Die Zeit (1989-2012, n = 295 références)

10Les premières années après le vote du programme, les journalistes s’y réfèrent peu. 13 mentions y sont faites dans la foulée du vote en 1960 puis seulement trois en 1961, en lien avec l’exclusion d’une association étudiante et l’entrée en dissidence d’un député. D’autres historiens et commentateurs dressent ce même constat. Susanne Miller et Heinrich Potthof – tous deux membres de la commission – soulignent que, avant le mouvement étudiant de 1968, « on ne parlait presque plus des questions fondamentales et Bad Godesberg était au mieux cité mais pas interprété » (Potthoff et Miller, 2002, p. 224). Le mouvement étudiant a, il est vrai, remis les questions théoriques au centre des préoccupations. En s’appuyant sur la lecture de quelques grands mensuels et hebdomadaires politiques et syndicaux (Der Monat, mensuel intellectuel anticommuniste, Der Spiegel et Die Gewerkschaftliche Monatshefte), Horst Heimann insiste sur l’absence d’impact du programme dans l’opinion publique et l’opinion partisane en 1959 (Heimann, 1984, p. 31‑32). En passant, l’historien Peter Lösche note lui aussi que « le fameux programme de Bad Godesberg symbole de la modernisation du SPD, n’intéressait presque personne au milieu des années 1960, alors que dans les années 1970, tout le monde s’y référait hormis quelques gauchistes » (Lösche, 1998, p. 539).

  • 3 « Sie kommen! », Der Spiegel, 3 avril 1963.
  • 4 « Bourgeois socialism », Times, 8 juin 1962.

11Dans la première moitié des années 1960, le programme de Bad Godesberg est souvent ignoré (graphique 1). Il est vrai que le service de presse du parti stylise le programme en insistant sur trois points : le respect des églises, l’acceptation de la défense nationale et une ouverture économique plus grande. Cependant, les journalistes ne mentionnent que rarement le programme lorsqu’ils essaient de rendre compte de la nouvelle stratégie du SPD. Ainsi, l’analyse journalistique des élections fédérales de 1961 ou d’élections locales dans la première moitié des années 1960 confirment que le programme n’est pas un texte considéré comme important. La défaite de 1961 n’est pas une défaite « en dépit » de Bad Godesberg. L’élément qui la caractérise est la personnalisation autour de Willy Brandt, et même lorsqu’il est question du programme électoral du SPD, les articles ne mentionnent pas le programme de Bad Godesberg. À cette époque, les journalistes n’établissent aucun lien entre les victoires électorales locales du SPD et l’évolution programmatique. C’est plutôt l’implantation municipale du parti que les journalistes utilisent comme ressort explicatif d’une ligne moins radicale3. Dans un article général de 1962 traitant du socialisme bon teint, du bourgeois socialism du SPD, le Times ne mentionne pas le programme4.

  • 5 Sozialdemokratischer Pressedienst, 15 décembre 1994.

12Dans les années 1960, Bad Godesberg aurait donc pu connaître le destin de tant d’autres textes politiques qui, à l’image du programme de Berlin adopté en 1989 en substitution du programme de 1959, est considéré par ses auteurs comme un « document confidentiel » tant il est peu cité5 (graphique 2). Cependant, à partir de 1966 et surtout 1969, dans Die Zeit d’abord puis dans Der Spiegel, le programme est plus massivement mobilisé. Plus précisément, un tiers des articles consacrés au programme, au cours des cinquante années qui suivent son vote, l’ont été sur les sept ans qui séparent 1969 de 1976. Dans les deux hebdomadaires considérés, le nombre de références ne descend sur cette période jamais au-dessous de 20 par an et atteint son pic historique en 1972, avec 39 mentions. Il semble donc que sa canonisation soit liée au contexte de mobilisations sociales en mai 68.

13La question est donc de comprendre ce qui sauve le programme de 1959 de l’oubli, destin ordinaire de ce type de texte politique, et en quoi le mouvement étudiant aurait à voir avec la canonisation du programme.

« Le programme qui est devenu concept6 »

  • 6 « Das Programm, das zum Begriff wurde », Die Zeit, 23 novembre 1984.
  • 7 Bonn, AdsD, Willi Eichler, 170, revue de presse.
  • 8 Fritz Erler, « Tradition et progrès », Neue Presse, 10 décembre 1959 ; Willi Eichler, « En harmonie (...)
  • 9 Décembre 1959, pp. 3-5.

14Bad Godesberg n’est pas d’emblée synonyme de rupture doctrinale. En 1959, les interprétations sont diverses, mais se cristallisent autour du schème continuité/rupture7 sans que le second l’emporte. C’est un cadrage journalistique ordinaire que de rechercher la « nouveauté » d’un événement. Les journaux proches du SPD ou de la CDU (Christlich Demokratische Union Deutschlands [Union chrétienne--démocrate d’Allemagne]) insistent sur la tradition8. La politisch-soziale Korrespondanz (proche de la CDU) précise, sous le titre « La volonté de pouvoir9 », que le programme reste marxiste et donne la parole au chancelier qui parle de « nouvelle façade ». Die Debatte (SPD) qualifie de « grande tradition » le discours d’Erich Ollenhauer au congrès, en première page de sa présentation du programme. Les titres des autres articles sont empreints d’une tension entre tradition et progrès, entre histoire et futur. Certains journalistes formulent, bien sûr, l’idée que le programme constitue une rupture, mais celle-ci a souvent une tonalité critique :
la radio bavaroise [Bayerische Rundfunk] déclare que le SPD peut adopter le programme de Ludwig Erhard et la Pravda cite le ministre de l’Économie Konrad Adenauer déclarant que « tout ce qui est bien dans le programme vient de moi ». Il y a donc une tension dans ces présentations du programme.

15C’est à la fin des années 1960 que l’usage se stabilise, sans doute en lien avec le changement de direction du SPD lié à la mort d’Erich Ollenhauer (1963) et à l’arrivée à la présidence de Willy Brandt (1964). Ce dernier mobilise Bad Godesberg pour mettre en avant l’image d’un SPD moderne qu’il incarne par ailleurs. En 1966, le SPD entre en coalition avec la CDU, puis en 1969 avec le FDP (Parti libéral allemand). Le programme est alors cité par des acteurs confrontés à la nécessité de commenter des résultats électoraux, les coalitions politiques de 1966 et de 1969 et de justifier des changements dans la ligne stratégique du parti. Les journalistes cherchent dans le programme de 1959 une justification au cours réformiste pris par le parti. Le programme aurait « rapproché » idéologiquement les sociaux-démocrates des chrétiens-démocrates et des libéraux. Il marquerait le début d’une transformation du SPD en Volkspartei, parti de toutes les couches sociales (et non plus en parti dont la base électorale serait restreinte aux ouvriers). Il devient donc clair, à partir de la fin des années 1960, qu’il y a un « avant » et un « après » Bad Godesberg.

  • 10 « Das Programm, das zum Begriff wurde », Die Zeit, 23 novembre 1984.

16Cette lecture se consolide progressivement pour devenir évidente dans les années 1980. Bad Godesberg devient un ordonnateur symbolique du temps politique. En 1984, Die Zeit considère le programme comme un « concept » qui fait du SPD un Volkspartei moderne et réformateur, tout en reconnaissant la polysémie du programme désormais accepté par tous les sociaux-démocrates10. Michael Schmidt-Klingenberg consacre un article aux cent quarante ans du SPD et l’accompagne d’une frise chronologique sur laquelle Bad Godesberg représente une césure. Le congrès de 1959 est placé au centre de la frise et sépare deux graphiques représentant les suffrages obtenus par le SPD aux élections sous Weimar, à gauche,
et après 1945, à droite. Il établit donc une césure entre un avant et un après, entre la courbe descendante des suffrages recueillis par le parti avant 1933 et la courbe ascendante après 1949. Le journaliste fait aussi du programme de Bad Godesberg le moment charnière où le SPD devient un Volkspartei.

  • 11 Manfred Wörner (1934-1994) est un juriste, conseiller du Parlement de Bade-Wurtemberg et député de (...)
  • 12 « Programm-Neurose », Der Spiegel, 13 octobre 1969.

17Progressivement, Bad Godesberg se détache de son contexte social-démocrate. Dès la fin des années 1960, tous les partis peuvent « faire leur Bad Godesberg ». Dans la presse allemande, Bad Godesberg finit par devenir une référence pour la CDU défaite électoralement en 1969 : celle-ci ne devrait-elle pas elle aussi « faire son Bad Godesberg » ? Bad Godesberg devient une manière de décrire une rupture avec la tradition. L’un des idéologues de la CDU, Manfred Wörner11, prescrit à la CDU de faire son propre programme de Bad Godesberg. Il précise que Bad Godesberg a été, pour le SPD, un moment où « le lest a été lâché », mais ajoute que le SPD s’est en même temps trouvé dépourvu de toute idéologie de base12. Dans les décennies qui suivent, au-delà de la CDU, le « concept » est appliqué à l’ensemble des autres partis, de Die Grünen à Die Linke, voire au FDP. Le programme circule comme un mythe et fonctionne comme un instrument performatif de classement, presque synonyme de modernité politique.

  • 13 Interview avec Oskar Lafontaine, « Nur wer sich ändert, bleibt sich treu », Berliner Zeitung, 15 ma (...)

18Cette autonomisation conduit à des revendications sur le programme. En Allemagne, il a ainsi été considéré par Die Linke (constitué en 2003) comme une arme contre le SPD au nom de la « vraie » social-démocratie que Die Linke entendait incarner. Après son départ du parti pour fonder cette organisation, Oskar Lafontaine, dissident et ancien président du SPD, a invité un journaliste à « regarder attentivement le programme de Bad Godesberg qui [était] censé marquer, en 1959, un certain virage à droite du SPD. Ce programme est en réalité, en bien des points, si radical que l’on pourrait dire que c’est un programme de Die Linke13 ». Le 25 mai 2008, alors qu’un journaliste du Spiegel lui demande si Die Linke est prête à faire son Bad Godesberg, Lafontaine réplique que c’est au SPD, d’abord, de relire le programme :

19Au-delà des frontières allemandes, Bad Godesberg commence également à faire référence. À la fin des années 1980, il est mobilisé dans la presse anglo-saxonne (base de données LexisNexis) pour appeler à une réforme du Labour britannique : sur les 82 références au programme de Bad Godesberg dans la presse anglo-saxonne, la moitié concerne le Labour britannique. L’expression est devenue la marque d’une modernité politique, constamment appropriée puis redéfinie. Bad Godesberg permet d’évoquer autant les références marxistes ou de gauche, la clause 4 (concernant les nationalisations) pour le Labour que le refus de la dévolution pour les Tories. Cette redéfinition est particulièrement marquée à la fin des années 1990 : la « troisième voie » au Royaume-Uni, l’affirmation du nouveau centre gauche [Neue Mitte] en Allemagne sont des moments de réinvestissement d’une référence qui permet une unification symbolique des social-démocraties européennes. Le Parti socialiste en France est la cible de cette injonction : « faire son Bad Godesberg ».

20Les articles du Monde consacrés au SPD, en 1959 et 1960, font écho à l’ambiguïté du texte. Ils se demandent s’il est une « évolution » ou une « révolution », mais sont prompts à faire du congrès de Bad Godesberg la marque d’une rupture, en particulier en soulignant l’abandon de la nationalisation des moyens de production et les positions en matière de politique étrangère ouverte à la mise en place d’une défense nationale. Dans les années 1960, Le Monde fait de Bad Godesberg un programme qui rapproche le SPD des positions de la CDU, et le met en lien avec le conformisme politique de Willy Brandt qui devient le leader du parti. Un programme « modéré », « réformiste », qui « abjure le marxisme » ou à tout le moins « un marxisme vulgaire » : les journalistes du Monde font généralement du programme allemand une rupture, même si, en 1973 encore, un article rappelle, par exemple, que l’aile gauche du SPD appelle le gouvernement fédéral à appliquer le programme de Bad Godesberg et à nationaliser les Konzerns de la pétrochimie (8 décembre 1973).

21C’est dans les années 1970 aussi que journalistes et tribunes commencent à mettre Bad Godesberg en relation avec les évolutions souhaitables en France. La référence au programme a été introduite dans le champ politique français dans ces années par les tenants de la Deuxième gauche (Léo Hamon, Michel Rocard, Alain Bergounioux, Bernard Manin, etc.), avec l’ambition de prendre symboliquement appui sur un modèle social-démocrate basé sur l’économie mixte, et donc l’acceptation de l’économie de marché. Pour le socialisme français, Bad Godesberg devient alors une exhortation à la réforme. Sur les un peu moins de 100 références recensées dans les archives du Monde numérisées (1987-2018), plus de 50 % s’appliquent à ce parti, et la quasi-totalité de 2000 à 2018. Ce n’est pas seulement que le parti fait « son Bad Godesberg » à époque régulière, mais également que les journalistes comme les commentateurs lui font reproche d’avoir encore à « faire son Bad Godesberg ». Avec les débâcles électorales après 2014, néanmoins, des voix s’élèvent pour dire que le parti aurait tellement bien fait son Bad Godesberg qu’il ne resterait plus grand-chose, in fine, ni à abjurer ni à défendre…

22Le mythe s’établit progressivement et se diffuse ainsi jusqu’à ce que Bad Godesberg désigne par antonomase l’abandon d’une tradition politique. Au-delà de cette simple description, il reste encore à investiguer les ressorts sociaux de cette construction du mythe.

Fil rouge

23Le SPD, autant que le Parti communiste français, est un parti dont l’histoire est mobilisée, racontée et enseignée. Ouvrages, références, objets et formations donnent aux militants une « mémoire historique » (Lavabre, 1994 ; Lavau, 1978). Dans un contexte où des changements de doctrine se font jour – avec en 1960, la reconnaissance du système d’alliance militaire occidental et, en 1966, la première Grande Coalition –, le vice-président du parti Herbert Wehner appelle en 1966 à ce que l’on se préoccupe plus du « fil rouge » de la mémoire socialiste (Gaus et Wehner, 2006, p. 28) : au mouvement ouvrier allemand, à Karl Marx, à Ferdinand Lassalle ou à la Résistance. Wehner se félicite de l’organisation, en 1963, du centenaire du SPD qui permet de renouer ce fil de la mémoire. De fait, en 1963, le parti multiplie les festivités, les livres et ses cadres participent à des émissions spéciales à la radio.

24Ce « fil rouge » est présent à Bad Godesberg en 1959, ce qui explique la dualité d’un discours qui lie tradition et progrès. Autant dire que le congrès de 1959 n’est pas une cérémonie de répudiation du passé, l’affirmation sans ambiguïté d’une rupture : il est un arrangement plus complexe entre affirmation d’une modernisation et respect de l’héritage social-démocrate.

L’enjeu du rapport à la tradition

25La direction du parti et les défenseurs du projet de programme ne parlent pas de rupture. À Bad Godesberg en 1959, la rupture avec la tradition s’énonce comme un reproche, voire un procès en dilapidation d’héritage. Le fait de lire le programme ou bien comme une modernisation à accomplir, ou bien comme une trahison de la doctrine et de l’héritage socialistes, sera une antienne sur Bad Godesberg. La référence à la tradition dramatise les enjeux du congrès : étant entendu que l’enjeu n’est pas simplement le texte, mais la continuité ou non de la tradition et de l’histoire de la social-démocratie.

  • 14 « Eine Offensive der Freiheit », Berliner Morgenpost, 17 novembre 1959, p. 2 ; « Auf dem Weg zur Vo (...)

26Ce sont les adversaires du programme qui reprochent la faible considération pour la tradition. Leurs propos sont largement repris et répercutés dans la presse : « de Marx à Deist » [« von Marx zu Deist »], l’expression de von Oertzen, accueillie par des dénégations au congrès, est l’une de ces formules bien trouvées et souvent relayées14. Ainsi le pacifisme, qui serait abandonné par un parti prêt à voter en faveur d’une défense nationale, ne serait pas qu’une position : il serait une tradition de la social-démocratie (SPD, 1959b). Il va de soi que le parti au pouvoir en Allemagne de l’Est, le SED (Parti socialiste unitaire), assène lui aussi l’idée de trahison à l’égard du mouvement ouvrier, les brochures du parti -d’Allemagne de l’Est s’intéressent moins d’ailleurs à la doctrine économique ou politique qu’à la position diplomatique et militaire du SPD (Comité central du SED, 1960).

  • 15 Le terme de « tradition » est porté 39 fois dans le compte rendu du congrès (367 pages), le mot « h (...)

27À l’inverse, lors du congrès, la direction ne revendique pas un rejet de cette « tradition », terme récurrent dans ses discours au congrès15 : les références théoriques, les symboles pratiques, l’histoire du parti faite d’événements et d’hommes. Ainsi Heinrich Deist en défendant les développements économiques du projet invoque l’ensemble des théoriciens du SPD depuis Wilhelm Liebknecht et Karl Kautsky et rejette avec force l’idée que le programme « jette le lest par-dessus bord », y compris dans les domaines où l’on attendrait des dirigeants du parti qu’ils assument leur distance avec la doctrine socialiste traditionnelle. Ainsi, Heinrich Deist réfute l’idée que le programme abandonnerait la propriété collective :

« Personne, proteste l’économiste en chef du SPD, n’a l’intention de jeter la propriété collective par-dessus bord comme un lest superflu. Nous ne sommes pas non plus d’avis qu’il s’agit là d’un problème marginal qui pourrait être traité en passant. Nous sommes cependant d’avis que le problème du pouvoir économique doit être mis au centre. Mais en général, la propriété collective a, aussi et justement aujourd’hui, un rôle important à jouer. De là, la première phrase, claire, sans fard : la propriété collective est un moyen légitime du contrôle public. » (SPD, 1959b, p. 218)

28Deist et Eichler cherchent, dans leurs discours au congrès, à intégrer, en la complexifiant, la tradition théorique partisane. Rappelons à ce propos que le congrès s’ouvre sur une riposte en règle contre l’idée que le projet soumis par le comité directeur rompe avec la tradition. C’est la voix officielle du parti, Erich Ollenhauer, qui orchestre cette riposte :

« Il a été dit par exemple que ce programme niait la tradition de la social-démocratie allemande et du mouvement ouvrier allemand. Camarades ! ce reproche est faux. Naturellement le nouveau programme se distingue, dans son contenu et dans sa langue, de ses prédécesseurs. Mais nous ne pouvons pas nous faire comprendre dans la langue de décennies passées et le contenu du programme doit être en relation avec l’état contemporain des rapports sociaux. Le SPD est et reste un parti du socialisme démocratique. (Applaudissements.) Il reste solidement enraciné dans les traditions du mouvement ouvrier, dans sa lutte pour le droit et la liberté. » (SPD, 1959b, p. 54)

29La langue du parti aurait donc été modernisée, mais le SPD resterait fidèle à ses traditions. « Pas de rupture avec la tradition » est, d’ailleurs, le titre choisi par le Hamburger Abendblatt pour commenter le projet de programme le 11 septembre 1959, et « le SPD reste fidèle à la tradition du mouvement ouvrier », celui du Frankfurter Allgemeine Zeitung le 14 novembre 1959. Nous avons déjà eu l’occasion de signaler que la presse sociale-démocrate avait elle aussi suivi cette ligne. Dans son discours de clôture, Ollenhauer s’oppose encore à l’idée d’un renoncement ou d’une compromission avec l’idéologie dominante que certains opposants (au programme) soulignent (SPD, 1959b, p. 328).

30Même si l’ensemble de ces ruptures avec la tradition – jusque et y compris l’idée que le SPD s’est aligné avec l’idéologie dominante –, fait partie de la doxa sur Bad Godesberg et qu’on les trouve mentionnées dans certains journaux, ce qui se joue lors du congrès est complexe : une modernisation, certes, mais accompagnée d’un travail de maintenance identitaire.

Des héritiers du Capital

31Contre le Parti communiste est-allemand, le programme de Bad Godesberg lance indubitablement une troisième voie, celle d’un socialisme démocratique, qui veut aussi démocratiser le fonctionnement de l’économie. Ce socialisme démocratique démarque le SPD du totalitarisme. Ses propagandistes cherchent à éviter par tous les moyens d’être associés au parti unique de Berlin, alors que la propagande chrétienne-démocrate déploie l’idée que « tous les chemins du marxisme mènent à Moscou ». Cette situation de concurrence explique la ligne de crête sur laquelle les dirigeants du SPD se tiennent. D’un côté, les dirigeants du parti dressent avec Bad Godesberg une frontière entre le socialisme démocratique qu’ils défendent et le totalitarisme ; de l’autre, ils cherchent à ne pas rompre le fil rouge de la mémoire socialiste et à ne pas abandonner Marx aux communistes. Bad Godesberg, en ce sens, est aussi un programme de guerre froide.

La concurrence entre héritiers du Capital

  • 16 Bonn, AdsD, Franz Barsig, classeur I : projet d’article de Fritz Erler pour Neue Presse (Francfort) (...)
  • 17 « Neues SPD-Programm noch Geheimsache », Hamburger Abendblatt, 4 septembre 1959, p. 15.
  • 18 20 novembre 1959.
  • 19 Bonn, AdsD, comité directeur – secrétariat Erich Ollenhauer, 0 1591, compte rendu, commission sur l (...)

32« Modernisation [Modernisierung] sans transformation [Um-wand-lung] », pour Ollenhauer et Sänger ; un parti entre « tradition et progrès16 » ; « un “programme moderne”, avec lequel le SPD pourra se présenter aux élections de 1961 et [avec lequel] il tentera d’être un parti poursuivant les traditions du parti ouvrier sans chercher à atteindre ses buts dans une lutte des classes au sens marxiste17 ». En une du Vorwärts, son rédacteur en chef Jesco von Puttkammer rappelle aussi que le SPD se conforme dans le programme à sa tradition : le programme serait, d’après lui, impensable si on oubliait son lien avec la tradition socialiste18. Pour le dire avec les mots de la commission sur la discussion partisane, qui a travaillé à la modernisation du parti dans les années 1950 : ne pas mettre en scène de reniement19. Dans cette modernisation sans transformation idéologique que devait incarner Bad Godesberg se joue l’héritage du mouvement ouvrier au sein duquel les dirigeants sociaux-démocrates ont été formés. Suivant le beau mot de Marie Ymonet, appliqué à la génération guesdiste des socialistes français, les dirigeants du SPD se considèrent aussi comme les héritiers du Capital.

33L’un des éléments qui expliquent cette volonté de suivre le fil rouge de la tradition est sans doute la concurrence que se livrent, à cette époque, le SPD et le Parti socialiste unifié d’Allemagne, le SED, parti unique en RDA, autour de l’héritage du mouvement ouvrier. 1959 n’est ainsi pas seulement l’année du congrès de Bad Godesberg. Elle est aussi, pour le SPD, l’année d’une victoire symbolique sur le SED : Dietz Verlag, la maison d’édition historique du SPD, dont le nom et le catalogue sont utilisés par le SED (puisque celui-ci unifie le KPD [Kommunistische Partei Deutschlands (Parti communiste d’Allemagne)] et le SPD de la zone d’occupation soviétique), est restituée au SPD après de longs conflits juridiques et administratifs, que rapporte le dirigeant de Dietz, Gustav Schmidt-Küster (1902-1988), l’un des acteurs centraux de l’édition sociale-démocrate d’après-guerre (Schmidt-Küster, 1963).

34L’année de sa mort, en 1963, Erich Ollenhauer est d’une grande clarté dans le texte qu’il consacre à Dietz sur les enjeux de la restitution des droits et des collections à la maison d’édition (quasi) organiquement liée au SPD :

« Voilà la position de l’homme [Dietz] que nous commémorons et dont nous voulons maintenir le nom vivant grâce à la maison d’édition qui gardera son nom, nom que nous ne laissons pas usurper et que nous ne laissons pas diffamé par ceux [le SED] qui se réclament, à tort, de lui, du socialisme et de Marx et Engels. » (Ollenhauer, 1963, p. 15).

35L’enjeu de la restitution de la marque Dietz est symbolique : faire reconnaître l’appartenance de la maison d’édition à la social-démocratie. C’est aussi en ce sens d’appropriation patrimoniale que la direction du SPD intervient dans le procès en interdiction du KPD en 1956 pour revendiquer une lecture non bolchévique de Marx.

36Ollenhauer se revendique du reste de Marx durant le congrès, dans un discours que lui ont écrit deux des architectes principaux du programme, Sänger et Eichler. Les interventions sur le discours d’Ollenhauer montrent que l’intention des auteurs est de complexifier le rapport à Marx et de ne pas laisser la direction s’enfermer dans une opposition entre orthodoxie marxiste et abandon du marxisme :

  • 20 Bonn, AdsD, Ollenhauer, 389, texte du discours d’inauguration du congrès de Bad Godesberg écrit par (...)

« À la critique, écrit Eichler, du prétendu abandon des traditions s’ajoute aussi la critique du prétendu abandon du [corrigé à la main] : de l’attitude par rapport au marxisme20. »

37L’idée d’en faire un « dogme » politique est rejetée alors que les auteurs ne mettent pas en doute l’utilité scientifique du marxisme :

« La demande de faire du programme politique de Karl Marx et de Friedrich Engels le contenu du programme fondamental de la social-démocratie de 1959 est antimarxiste au possible. (Applaudissements.) Si nous suivions cette conception, le résultat serait certain : nous deviendrions dans un bref délai une secte sans influence politique dans le combat politique de notre temps. [...] Nous voudrions nous en tenir à la claire définition qui nous a été donnée par Kurt Schumacher après 1945 avec cette phrase simple : “Le marxisme est une méthode de connaissance sociologique et politique et pas une construction d’assertions dogmatiques”. (Applaudissements.) » (SPD, 1959b, p. 54‑55)

38Et lorsque Peter von Oertzen fait un discours dans lequel il dénonce l’abandon de Marx et des traditions socialistes, Eichler ajoute en note : « Pas seulement Marx ! » Ce « pas seulement Marx », cette idée d’une pluralité théorique du socialisme, incluant Marx et le marxisme mais allant au-delà, représente l’un des apports d’une conférence qui s’est tenue du 21 au 23 août 1947 à Ziegenhain entre intellectuels du parti. À son sujet, Eichler écrit, dans le Rheinische Zeitung, qu’elle ne vise pas « à liquider, mais à compléter, à approfondir “le marxisme”. Il s’agit de continuer à appliquer la méthode marxiste de recherche sociologique » au capitalisme. Par la suite, Eichler s’appuie sur cette conférence pour indiquer la nécessité de pluraliser les sources (marxiste, chrétienne, humaniste) du socialisme. C’est cette référence au pluralisme des sources du socialisme que l’on trouve formulée dans une note rédigée pour Ollenhauer :

  • 21 Bonn, AdsD, comité directeur – secrétariat Erich Ollenhauer, 1953/1954, 0 1591.

« S’il est resté dans l’opinion l’idée que nous sommes un parti marxiste, nous ne devrions pas mettre en scène une grande répudiation mais faire quelque chose qui revivifierait et renforcerait l’impression donnée autrefois par les déclarations de Schumacher et Ziegenhain21. »

  • 22 Vorwärts, 7 février 1958, p. 2.

39Bad Godesberg n’est donc pas cette grande cérémonie de répudiation. Voté à la même époque, le programme du Parti social-démocrate autrichien (SPÖ) de 1958 n’est pas plus que le programme de 1959 interprété comme un abandon de la tradition. Le programme reposerait sur les traditions « marxistes, mieux : austromarxistes », et à ceux qui cherchent à en faire une lecture sensationnaliste, le Wiener Arbeiter-Zeitung, rappelle le Vorwärts, a répondu par l’intermédiaire de son rédacteur en chef « à leur grande déception, aux questions : “Mais, alors, vous êtes les anciens combattants de la lutte des classes ? Êtes-vous encore marxistes ?” La réponse à ces deux questions est : “Oui, nous sommes toujours des socialistes. Et nous le resterons”22 ».

40Plus tard, en 1968, Eichler montre encore à quel point les commissions programmatiques qu’il a dirigées n’ont « fermé aucune porte ». Il rappelle que Marx fait partie des outils intellectuels légitimes :

  • 23 Bonn, AdsD, Willi Eichler, 149, lettre de Willi Eichler à Wolfgang Ludwig (section de Cologne) du 2 (...)

« Il me semble cependant que l’opinion selon laquelle le SPD aurait pris ses distances par rapport à Marx est de plus en plus répandue. Le souci qu’il y a dans un tel constat est toujours le même : que nous ayons eu à rompre avec la superstition de la nécessité historique ne signifie pas que nous avons rejeté l’analyse Marxiste [sic]. L’analyse Marxiste [sic] est aujourd’hui largement un des éléments de l’analyse scientifique. […] On pourrait dire tout autant de quelqu’un qui ne se réclamerait pas explicitement de Marx pour faire l’analyse du capitalisme qu’il aurait pris ses distances par rapport à Marx23. »

41La « rupture avec la nécessité historique », dont parle Eichler, est l’un des dogmes du nelsonisme. Nelson, le fondateur de ce groupe, défendait, contre l’idée d’une nécessité dans l’histoire, l’héroïsme et la responsabilité de l’individu. Cela n’empêchait pas le groupe, de fait, de se revendiquer marxiste.

  • 24 Willi Eichler, « Karl Marx. Forscher und Revolutionär. Bilder und Dokumente aus seinen Leben und We (...)
  • 25 WEAA000148 : lettre de remerciement de Wolfgang Ludwig (Cologne), 19 août 1968.

42Le 2 mai 1968, après plusieurs mois de préparation, Willi Eichler (en collaboration avec l’historien de la commission programmatique Georg Eckert et Susanne Miller) donne un cahier au Vorwärts (22 pages A3) dans lequel Marx est décrit comme un « révolutionnaire et chercheur », pour reprendre le titre même de l’article24. La même année, le SPD participe aux manifestations de Trèves où le parti a transformé la maison de naissance de Karl Marx en musée et achète 500 exemplaires de l’ouvrage que la ville a subventionné pour en permettre la publication. Eichler donne une conférence à l’occasion de ces festivités25. Marx, encore, est un patrimoine partisan.

Les fantômes du passé

43Passé et tradition sont incarnés par des personnes qui hantent les travées du congrès de Bad Godesberg. Au premier rang de ces incarnations, il faut citer le président du SPD, Erich Ollenhauer. Herbert Wehner, vice-président du parti, qui rappelle le rôle de garant de la tradition que jouait celui qui avait été permanent du SPD dès les années 1920 et qui avait accompagné l’exil de la direction du parti à Prague puis à Londres :

« Ollenhauer incarnait la continuité, mais cela conduisait également à des blocages. Erich Ollenhauer était l’homme de confiance pour ceux qui s’inquiétaient et pensaient qu’on allait peut-être trop loin, que c’était peut-être une adaptation à ce que l’on se devait de dépasser, ou peut-être un renoncement à ce que l’on défendait. Ollenhauer était l’incarnation de la loyauté. Il a patiemment essayé de faire comprendre à ceux qui se tournaient vers lui que l’on devait faire ce qui était nécessaire. On peut le lire dans son discours au congrès de Bad Godesberg. » (Gaus et Wehner, 2006, p. 46-47)

  • 26 Bonn, AdsD, Erich Ollenhauer, 389.
  • 27 Bonn, AdsD, TONH000100, archive sonore du congrès de Bad Godesberg.
  • 28 Vorwärts, 20 novembre 1959, p. 20. En légende de sa photographie est indiqué : « Rudolf Wissel : un (...)

44Ollenhauer n’est pas le seul à rendre visible le passé du parti. Les grands théoriciens du parti assistent au congrès, en particulier lorsque l’on parvient à les faire venir par quelque subterfuge : Benedikt Kautsky représente ainsi son père Karl. Dans le texte d’Ollenhauer, rédigé par Willi Eichler et prononcé en introduction aux débats, il est le seul membre des commissions nommément cité et son nom, dans le texte, est tapé en lettres espacées26. Ollenhauer, dans son discours, insiste sur ce nom comme pour le mettre en évidence27. Le nom du théoricien est un héritage : « Le Dr Benedikt Kautsky, qui nous est connu de tous comme le théoricien du parti autrichien et – comment pourrait-il en être autrement, son nom oblige – coauteur décisif du nouveau programme autrichien » (SPD, 1959b, p. 35). Dans sa démonstration où est cité Karl Kautsky « qui ne saurait être soupçonné d’avoir trahi les principes socialistes », Heinrich Deist rappelle encore qu’il est « le père du camarade Benedikt Kautsky qui est assis parmi nous » (SPD, 1959b, p. 215). À côté de Karl Kaustky représenté par son fils, on trouve Rudolf Wissel. Ce dernier, qui a participé à de multiples commissions programmatiques (commission de socialisation de 1919, commission de Görlitz en 1921), endosse bien son rôle. Le vieil homme à la longue barbe blanche, semblable ainsi à Karl Kautsky ou Eduard Bernstein, monte à la tribune pour défendre le texte proposé par le comité directeur sur la question de la socialisation des moyens de production. Wissel défend l’idée, incluse dans le programme, que la socialisation est un moyen parmi d’autres pour parvenir à l’ordre socialiste. Pour ce faire, il convoque les débats de la commission de socialisation de 1919 (SPD, 1959b, p. 176‑177). Sa photographie figure en première page du compte rendu de Vorwärts28. La présentation aux participants de Paul Löbe (l’ancien président du Reichstag), d’Anna Nemitz (en robe noire et col dentelle) ou de Rudolf Wissel fait de ceux-ci d’ailleurs des incarnations de l’histoire : ils « appartiennent déjà aux traditions du Parti social-démocrate », dit Waldemar von Knoeringen (SPD, 1959b, p. 35). Saluer Rudolf Wissel serait en passe de devenir « une formule rituelle dans nos comptes rendus de congrès » (SPD, 1959b, p. 36). Dans le Vorwärts du 12 novembre paraît un article intitulé « De Leipzig à Bad Godesberg », de la fondation du parti en 1863 à Leipzig au congrès de 1959. Cet article est illustré par de nombreuses photographies sur lequelles figurent des théoriciens de la social-démocratie du début du xxe siècle, dont Kautsky, Bernstein ou Hilferding.

Bad Godesberg, musée des antiquités partisanes

45Bad Godesberg est aussi un bric-à-brac d’objets qui renvoie le SPD à son histoire séculaire. Le drapeau rouge de la social-démocratie flotte à la tribune. Waldemar von Knoeringen attire l’attention de l’auditoire, délégués et journalistes, sur cet emblème sur lequel les mots Freiheit, Gleichheit, Brüderlichkeit [liberté, égalité, fraternité] sont inscrits en lettres d’or. Ce drapeau rouge, signale von Knoeringen, est historique, il porte la mémoire de la fondation de l’Association générale des travailleurs allemands (ADAV) en 1863. Il a vécu toute l’histoire du parti, y compris les années d’exil, avant de revoir la lumière du jour avec la refondation du parti pour venir couvrir, en 1952, le cercueil de celui qui fut son refondateur après 1945, Kurt Schumacher. Wissel charge le drapeau de nouveaux souvenirs en indiquant aussi qu’il couvrait le cercueil de Lassalle en 1864. Il se souvient de l’avoir vu flotter lors d’autres congrès. Ce « drapeau rouge, ajoute Knoeringen, n’est pas seulement le symbole de notre tradition ; il est aussi l’expression de notre croyance en la force et en l’avenir du Parti. Le drapeau nous suivra dans un monde où l’exploitation, l’oppression et l’inhumanité auront été bannis et dans lequel la dignité humaine et la liberté de la personnalité formeront les bases du nouvel ordre » (SPD, 1959b, p. 36). Son histoire est un capital collectif qui distingue le SPD des autres organisations politiques :

« Camarades ! je veux dire encore une chose : où y a-t-il un parti dans ce pays qui peut présenter quelque chose de semblable ? Soyons fiers de ce parti ! » (SPD, 1959b, p. 45)

  • 29 Archives du comité directeur, septembre 1959.
  • 30 Bonn, AdsD, Carlo Schmid, 1408.

46En plus du congrès, une exposition sur l’histoire du parti (illustration 4)29 est organisée, commençant avec Karl Marx – puisque, « au commencement de toute programmatique sociale-démocrate, il y a le Manifeste de 1848 » (SPD 1959b, p. 36). La visite de l’exposition, située dans une salle adjacente à celle du congrès, est incontournable pour les dirigeants du parti et pour les délégués. Carlo Schmid conserve un numéro spécial de revue consacré au programme enrichi de photographies du congrès et de cette exposition30.

Illustration 4 – Le musée de Bad Godesberg. Bonn, AdsD, 6/FOTA016003 © DPA

Illustration 4 – Le musée de Bad Godesberg. Bonn, AdsD, 6/FOTA016003 © DPA
  • 31 Die Debatte, novembre 1959, p. 7.

47L’exposition s’intitule Am Anfang war die Tat [Au commencement était l’action]. Elle est consacrée au mouvement socialiste et social-démocrate : manuscrits autographes de Marx (un original est exposé) et de Lassalle, textes des programmes du parti, photographies des dirigeants du parti, comme Kurt Schumacher, textes de presse et divers documents imprimés sont affichés sur une dizaine de panneaux dans un couloir de la Stadthalle. Dans Die Debatte (journal proche du parti), un journaliste s’exalte, dans un article intitulé « Une exposition sans poussière », d’avoir pu feuilleter des écrits illégaux, d’avoir vu le Manifeste comme « premier document dans l’exposition » ou les exemplaires des journaux sociaux-démocrates du xixe siècle31.

  • 32 Bonn, AdsD, Fritz Sänger, 53, 13 novembre 1959.

48L’objectif de l’exposition est de mettre en scène la continuité du parti. Sänger, lorsqu’il défend l’exposition au conseil national du parti le 12 novembre 1959, veut prouver que le SPD se modernise pour affirmer des buts inaltérés dans une langue renouvelée. « Une exposition à l’occasion du congrès relie bien le développement du parti de 1848 (Manifeste communiste), 1863 (Lassalle) et des programmes suivants qui se sont toujours développés à partir de la réalité changeante32. »

Commenter le programme

  • 33 Le texte de Sänger a été soumis à Erich Ollenhauer et à Herbert Wehner avant sa publication : Bonn, (...)
  • 34 Nous mobilisons aussi les écrits et discours de Willi Eichler sur le programme fondamental : Bonn, (...)

49C’est un exercice classique pour des partis défendant une ligne idéologique que de fournir un commentaire officiel de leur programme. Ce commentaire sert des fins d’explication et de formation. Or, les commentaires du programme, publiés par la maison d’édition Dietz par les deux rapporteurs des commissions programmatiques, Fritz Sänger (Sänger, 1960) – dont le texte est avalisé par Ollenhauer et Wehner avant sa publication33 – et Willi Eichler (Eichler, 1962)34, marquent eux aussi cette continuité avec la tradition sociale-démocrate. Ils inscrivent le programme dans l’histoire d’un parti, fidèle à ses buts mais qui modernise ses moyens pour les atteindre et sa langue.

Illustration 5 – Karl Marx et Friedrich Engels dans le commentaire de Fritz Sänger

Illustration 5 – Karl Marx et Friedrich Engels dans le commentaire de Fritz Sänger

50Dans leurs deux ouvrages, textes et images lient passé et présent, et font de Bad Godesberg une étape sur la voie sociale-démocrate. Sänger mobilise une riche iconographie (illustrations 5 et 6) pour rendre visibles les rappels historiques dont le texte est émaillé.

Illustration 6 – Karl Kautsky et Eduard Bernstein dans le commentaire de Fritz Sänger

Illustration 6 – Karl Kautsky et Eduard Bernstein dans le commentaire de Fritz Sänger

51Que révèle ce lien texte-images – entre programme et tradition ? Le programme donnerait l’image d’une social-démocratie en évolution continue, forte de cent ans d’histoire. Sänger justifie la rédaction du programme de 1959 en reprenant l’explication donnée en 1925 dans le commentaire du programme d’Heidelberg dont Karl Kautsky avait coordonné la préparation :

« “Si le parti donne à son programme cette nouvelle forme, ce n’est pas qu’il veuille dire qu’il cesse d’être ce qu’il a été jusqu’à présent. Il reste dans son essence, dans ses principes et dans ses buts le même depuis deux générations : le parti du peuple du travail combattant pour son émancipation politique et économique complète”. »

52Puis continue :

« Tout comme le programme d’Heidelberg se tient sur les épaules du -programme d’Erfurt de 1891 (34 années s’étaient écoulées tout comme entre 1925 et 1959), le programme godesbergien s’inscrit dans la lignée de celui d’Heidelberg. Cette phrase citée pourrait être incluse dans le programme de Bad Godesberg avec un changement minime : non plus deux mais trois générations sont passées. Cette phrase a aujourd’hui la même validité qu’alors. » (Sänger, 1960, p. 15)

53S’exprimant sur la continuité des buts de la social-démocratie, Fritz Sänger insiste sur le fait que la même philosophie imprègne les programmes sociaux-démocrates depuis le Manifeste de 1848. Le texte de 1959 avait, souligne-t-il cependant, à analyser son temps et à parler dans la langue de son époque :

« Le programme d’un parti politique doit parler aux gens qui vivent à une époque donnée. Sa langue et ses concepts doivent parler à son univers de représentations et être reconnaissables pour les valeurs et systèmes de valeurs partagés », écrit l’ancien journaliste (Sänger, 1960, p. 18).

54Dans ce commentaire, la tradition est donc modernisée, le langage du programme doit être en phase avec son époque. C’est le même type de démonstration que l’on retrouve dans le commentaire d’Eichler : le SPD poursuit les mêmes buts, définis autour de trois valeurs pérennes dans l’histoire partisane, la liberté, l’égalité (ou la justice) et la solidarité. Les moyens pour les faire valoir ont changé, mais la social-démocratie reste ainsi inchangée et fidèle à elle-même.

55Une antienne de l’argumentation sociale-démocrate inscrit le programme dans la continuité imaginaire du Manifeste. Ollenhauer le rappelle lors du congrès : en 1872, Engels n’a-t-il pas indiqué que le Manifeste valait encore comme document historique, mais qu’il ne saurait être écrit de la même manière à cette époque en raison des changements historiques que la société allemande a entre-temps connus (SPD, 1959b, p. 51) ? Ces références érudites au passé sont liées au militantisme marxiste. Ce texte de 1872 qu’Ollenhauer mobilise, comme d’autres après lui, est une trouvaille que Sänger avait faite dans une édition soviétique du Manifeste en langue allemande. Il en apprend l’existence lors d’une discussion avec le vice-président de l’agence de presse soviétique TASS. Il déplore dans un courrier à un journaliste de Vorwärts que cela n’ait pas été enseigné dans les écoles du parti :

« Si Marx et Engels déjà en 1872, presque vingt-cinq ans après la publication du Manifeste communiste suggérèrent que “ce passage [la deuxième partie] devrait aujourd’hui être écrit de manière très différente” et qu’ils crurent encore devoir signaler “l’immense développement de la grande industrie dans les vingt-cinq dernières années”, que diraient-ils aujourd’hui et quelles conclusions en tireraient-ils !

En tout cas, j’ai pensé qu’ils n’avaient pas produit une doctrine et qu’ils étaient ouverts à des révisions si tant est qu’elles soient fondées historiquement. Malheureusement, je n’ai jamais entendu parler de cette thèse de manière approfondie, ni rien lu sur elle : ni à la Hochschule [à l’école de science politique de Berlin, où il a étudié dans les années 1920], ni plus tard dans les formations [militantes]. Il m’a semblé qu’il y avait là quelque chose qui devait être tu ou traité de telle manière qu’on dût le considérer “non valide”.

  • 35 Bonn, AdsD, Fritz Sänger, 59, lettre de Fritz Sänger du 29 septembre 1974 à Hermann Schueler.

Ce n’est que lors de ma visite à Moscou [dans le cadre de la conclusion d’un contrat d’échange de dépêches avec l’agence TASS en novembre 1957] que j’ai eu l’occasion d’entendre parler de ce passage dans une conversation avec le vice-président de l’agence Wiscnewskim. Il a évoqué ce passage et a souligné que Marx et Engels sont toujours interprétés de manière unilatérale, que cela restera ainsi, et que cela était et restera la raison pour laquelle le mouvement ouvrier allemand est et restera si figé, le mouvement social-démocrate pas moins que le mouvement communiste35. »

56Willi Eichler, lorsqu’il use de la justification de l’inscription dans la pensée humaniste et chrétienne du programme – et c’est là l’un des grands signes que les exégètes utilisent pour faire du programme une rupture avec le marxisme –, se revendique encore d’Engels : celui-ci a affirmé explicitement dans « une brochure sur le “Développement du socialisme de la science à l’utopie” : les socialistes allemands sont fiers que nous venions avant tout de Saint-Simon, de Fourier et d’Owen, mais aussi de Kant, de Fichte et d’Hegel » (SPD, 1959b, p. 121). Les sources du socialisme, d’où procède le socialisme, marxiste ou non, ne seraient pas uniquement à rechercher dans le socialisme « utopique », mais aussi dans l’humanisme ou la philosophie classique.

  • 36 Discours rédigé par Fritz Sänger pour Erich Ollenhauer (sans date, 1960) : Bonn, AdsD, Erich Ollenh (...)

57Dans ce contexte, le programme n’est donc pas présenté comme un acte de rupture ou de défiance vis-à-vis du passé, moins encore comme un refus d’hériter. Ce renouveau se construit en exhibant un bric-à-brac historique, les fantômes du passé, les références marxistes, les antiquités du parti : « le programme confirme notre histoire et nous légitime pour poursuivre notre travail dans cette même direction36 ». D’ailleurs, Bad Godesberg est suivi en 1963 par les festivités du centenaire du parti – celui de la fondation de l’ADAV de Ferdinand Lassalle. Festivités et publications tissent le fil de la mémoire partisane. Les publications d’Eichler ou de Carlo Schmid (1963) font remonter l’histoire du parti à Marx. Schmid lui consacre aussi la quasi-totalité de son texte de célébration. Les années 1960 montrent peu de signes d’un abandon de cette référence en raison de l’intense travail théorique mené à la fin de la décennie par le « mouvement 68 ».

58Ces références à Marx, Engels ou Kautsky situent bien les promoteurs de Bad Godesberg dans un univers politique où ces auteurs sont encore d’actualité, ont encore autorité. Contre l’idée naïve d’une rupture héroïque avec le marxisme, il vaut mieux sans doute parler de détachement des partis réformistes et y voir une suite de déplacements aboutissant à un résultat qu’ils n’avaient, comme Sänger ou von Oertzen l’indiquent à partir des années 1970, pas anticipé.

La bataille des idées

59Comment le programme de 1959 devient-il Bad Godesberg, le mythe politique ? C’est sans doute la diversité des usages de ce texte qui en assure la postérité. D’une part, rapidement après l’adoption du programme, des universitaires allemands livrent une interprétation critique de ce texte, ils en font un programme « néolibéral » d’adaptation à l’ordre dominant. Usages doxiques s’il en est, il faut, de fait, tenir compte des usages savants de Bad Godesberg, puisque ce sont précisément les spécialistes de l’histoire du mouvement ouvrier qui mettent Bad Godesberg en théorie et le fabriquent comme date charnière de la social-démocratie. La montée en théorie du programme est donc aussi le produit d’investissements universitaires.

60D’autre part, la notoriété du programme s’explique aussi par son intense mobilisation croisée au sein du SPD par deux courants (« droite » et « gauche ») qui se construisent de manière antagoniste vers la fin des années 1960 et qui se revendiquent du programme pour exprimer leur opposition.

61Bad Godesberg n’est, en effet, pas seulement un texte à interpréter. Ce programme n’est pas un texte littéraire : en donner le sens, c’est définir une ligne pour le parti et donc définir des usages conformes ou déviants. On comprend que savoir si Bad Godesberg est ou non empreint d’une doctrine marxiste ou s’il est ou non compatible avec le marxisme est une question éminemment politique, qui ne peut être tranchée que par celles et ceux qui ont un intérêt à livrer une telle bataille.

Un conflit collégial : le Bad Godesberg des universitaires allemands

62Le procès en « néolibéralisme » du programme de Bad Godesberg naît dans les milieux universitaires. L’émergence au sein de l’Université d’une « nouvelle gauche » critique de l’opportunisme social-démocrate est un effet des tentatives de mise au pas, par le parti, des associations étudiantes.

63Dans les années 1950 et 1960, le SPD procède à une série d’exclusions, nombreuses et parfois collectives, au nom d’une clarification des rapports avec la RDA. Ces exclusions touchent tout particulièrement les milieux universitaires. Il s’agit, pour le parti, de contrôler ses organisations satellites pour éviter qu’elles ne brouillent la clarté de la frontière que le parti trace entre le « socialisme démocratique » qu’il défend et le « totalitarisme communiste ».

64Cette phase de turbulences crée les conditions de possibilité d’une dénonciation universitaire du programme.

De l’exclusion des clercs à la critique universitaire de gauche (1959-1961)

  • 37 Bonn, AdsD, Otto Stammer, 035/04, liste des membres de la société de soutien au SDS (1961).

65En 1961, le SPD exclut l’Union des étudiants socialistes [Sozialistischer deutscher Stundentenbund, SDS]. Avec de nombreux autres universitaires, Wolfgang Abendroth appuie le syndicat étudiant en fondant une société de soutien pour pallier l’arrêt des subventions décidé par le parti. Ce soutien aux étudiants sociaux-démocrates est important dans le milieu universitaire. À Berlin, l’association de soutien regroupe 200 membres, dont 39 professeurs ordinaires37. Elle défend au nom des « libertés académiques » la liberté d’opinion de l’association socialiste des étudiants. Une pétition signée en 1960 par 16 professeurs de haut rang (dont un recteur, un directeur d’institut et un doyen de faculté) indique l’importance de cette autonomie de l’Université face au parti :

  • 38 Bonn, AdsD, Otto Stammer, 035/03, pétition du 6 décembre 1960.

« Les enseignants du supérieur soussignés ont vu avec inquiétude les mesures que le SPD a décidées contre le SDS. Ils ne s’identifient pas avec toutes les prises de position politiques du SDS. Ils partagent néanmoins l’opinion que l’éducation à la construction d’une volonté politique est une importante mission des établissements d’enseignement supérieur dans un État démocratique. Elle ne peut être réalisée que si les partis politiques proches des groupes étudiants leur laissent la marge de liberté la plus importante possible. Ils prient donc le comité directeur du SPD dans l’intérêt de la liberté académique et de l’éducation démocratique des étudiants de revoir sa position vis-à-vis du SDS38. »

  • 39 Bonn, AdsD, Herbert Wehner, HWAA0000722, lettre de Gerhard Weisser à Herbert Wehner, 1961.
  • 40 « Geist und Macht », Der Spiegel, 13 décembre 1961.

66Parmi ces signataires, on trouve quatre membres des 16 professeurs de la commission de 1955 : Otto Stammer, Gert von Eynern, Fritz Borinski et Wolfgang Abendroth. De nombreux universitaires proches de la direction interviennent, en outre, pour demander au parti d’être plus clément (Gerhard Weisser39, Otto Stammer, Fritz Baade40).

67Ces multiples pressions n’aboutissent pas : le comité directeur est décidé à aller à l’affrontement et à exclure tous ceux qui entretiennent des relations jugées suspectes avec la RDA. Le reproche le plus important adressé à l’association étudiante est d’avoir organisé des manifestations aux côtés d’organisations est-allemandes.

68En novembre 1961, les instances du parti déclarent incompatible -l’appartenance conjointe au SPD et au SDS ou à sa société de soutien (Albrecht, 1994 ; voir aussi sur le contexte : Dubois, 2014 ; Gilcher-Holtey, 2015). Rapidement après cette date, le SPD prononce l’exclusion de l’ensemble des militants qui ne se décident pas pour l’une de ces deux associations. Figure de proue du monde intellectuel allemand de l’époque, celui qui avait été le juriste en chef du parti, Wolfgang Abendroth, fait alors l’objet d’une procédure d’exclusion. En réaction, ces exclusions entraînent des défections dans les rangs universitaires. Hans-Paul Bahrdt (Bahrdt, 1969), Ossip K. Flechtheim (Flechtheim, 1969) ainsi que deux universitaires délégués au congrès de 1959 (les Pr. Joachim von Heydorn et Helga Einsele) quittent le SPD. Fer de lance de cette rébellion, Ossip K. Flechtheim (1909-1998) est un ancien membre du KPD qui adhère au SPD après son retour d’émigration aux États-Unis où il travaillait à l’Institut délocalisé de l’école de Francfort au sein de l’université de Columbia. En 1952, il devient professeur ordinaire de science politique à la Freie Universität Berlin en 1959. Il sera l’un des acteurs de la constitution de la nouvelle gauche universitaire, critique vis-à-vis du SPD. C’est une « rupture entre les universitaires et le parti » que certains craignent (Wehner, 1969).

69L’exclusion du SDS est une question de volonté de contrôle dont la genèse est antérieure au programme de Bad Godesberg. Le comité directeur mobilise le texte dans un second temps pour donner une aura de légitimité à ses mesures coercitives. Parce que le programme énonce une ligne politique, le comité directeur entreprend de construire des déviances par rapport à cette ligne. Le programme doit être considéré comme un instrument d’autorité plus qu’une « cause » de dissensions. Le SDS nuisait à l’image publique du SPD à travers sa participation à des actions en RDA. En outre, le comité directeur craint qu’il serve de base à la constitution d’un courant interne au SPD ou au fractionnisme (Wehner, 1969). Le comité directeur demande à l’association étudiante d’adopter le programme de Bad Godesberg formalisant ainsi une demande de soumission à son autorité. En demandant à la direction de l’Union des étudiants socialistes de reconnaître pour sienne la ligne du SPD, le comité directeur du SPD exige, en réalité, que le SDS reconnaisse la « supériorité de ceux qui sont les porteurs » (Weber, 2015, p. 110) de cette ligne politique. Le 2 octobre 1960, la conférence des délégués de l’association étudiante tente une formule de compromis : « Le SDS n’entreprendra aucune action qui puisse s’opposer aux valeurs proclamées dans le programme fondamental du SPD. » Cette concession jugée insuffisante, les procédures d’exclusion commencent.

  • 41 Cette proposition est envoyée à Erich Ollenhauer en « gage de loyauté » avant sa diffusion : Bonn, (...)

70Le programme est mobilisé de la même manière pour justifier l’exclusion d’Abendroth. Après avoir participé au débat public sur le projet par sa contre-proposition du 14 avril 195941, Wolfgang Abendroth mesure le caractère statutaire et donc contraignant du programme. Il prend donc position en sa faveur. Il en a une acceptation distante (il « salue » le programme politiquement, en en déplorant la qualité scientifique) et semi-publique (courrier au président du parti). En un mot, il limite ses prises de position à ce qui est politiquement acceptable, c’est-à-dire le contenu politique du programme :

  • 42 Amsterdam, ISSG, Wolfgang Abendroth, 735, lettre à Erich Ollenhauer du 23 novembre 1961.

« Que je ne considère pas le programme de Bad Godesberg comme un document scientifique mais comme une simple déclaration [Bekenntnis] politique, combinée à une série d’exigences politiques, économiques et culturelles, que je salue, je l’ai déjà fait savoir à de multiples occasions. Qu’en ce sens, je le soutienne complètement (et que, au plus, je trouve personnellement souhaitable que s’y ajoutent d’autres revendications dont aucune ne le contredit), je l’ai aussi souvent souligné42. »

  • 43 Bonn, AdsD, Carlo Schmid, 1408, « Der Pr. Abendroth und das Grundsatzprogramm ».

71Pour fonder l’autorité de ses décisions, le comité directeur doit faire d’Abendroth un opposant au programme et faire du juriste un déviant. La fabrication d’une déviance suppose la constitution d’actes administratifs qui puissent « faire foi », c’est-à-dire attester devant les commissions du parti (puis devant les tribunaux) de propos qu’il aurait tenus qui seraient incompatibles avec le programme. Le comité directeur commande alors un dossier à charge que l’on trouve, dans des archives personnelles et non dans celles de l’organisation, sous le titre : « Le professeur Abendroth et le programme fondamental43 ». Ce dossier construit la position de Wolfgang Abendroth sur le programme afin de justifier la procédure d’exclusion que le comité est bien décidé à mettre en branle. Autrement dit, le Wolfgang Abendroth du « Pr Abendroth et le programme de Bad Godesberg » critique le programme pour être exclu.

72Ce dossier, dont l’auteur n’est pas connu, compte près de 300 pages et est étudié dans certaines universités dès cette époque. Il se compose de quatre parties : une analyse, 200 pages d’extraits de critiques d’Abendroth (l’« esprit bureaucratique de l’appareil administratif et de ses représentants intellectuels et professoraux » qui formulent le programme et l’abandon de l’analyse scientifique de l’état de la société), 15 pages de bibliographie et un index.

  • 44 Amsterdam, IISG, Wolfgang Abendroth, 735, dossier de la défense, p. 7-8 (1962).

73En réponse à ce procès en déviance et aussi par crainte des conséquences professionnelles que son exclusion pourrait occasionner, Wolfgang Abendroth tente de faire valoir sa loyauté au programme. Une fois son exclusion prononcée, il intente un procès en diffamation contre Herbert Wehner, Erich Ollenhauer et Franz Barsig (le chargé de presse du parti). Wolfgang Abendroth se défend d’avoir critiqué le programme, en dénonçant certaines accusations comme fausses, et en soulignant un point juridique : ses critiques du programme datent toutes d’avant le congrès, c’est-à-dire qu’elles ont été émises dans le cadre de discussions collectives et ne sont donc pas une critique de la ligne du parti. Ses commentaires notés en marge du dossier de la défense du SPD – « C’était avant le congrès ! », « Congrès Godesberg : 13-15 novembre 1959 » – font de ses prises de position non pas une critique du programme (s’il les avait formulées après le 15 novembre 1959) mais des interventions dans le cadre d’un simple débat (puisqu’il les a formulées avant l’adoption du texte). Au contraire, insiste le politiste, dans le dossier qu’il constitue avec son avocat, il aurait bel et bien accepté le programme une fois celui-ci voté44.

74L’exclusion « au nom de Bad Godesberg » et l’exit de cette gauche socialiste, universitaire, disposant de compétences exégétiques reconnues autant que de canaux de diffusion de sa parole en dehors du parti, posent les conditions socio-politiques d’un relâchement des contraintes expressives qui pesaient sur la gauche critique tant que ses représentants étaient membres du parti. C’est ainsi que Bad Godesberg fait son entrée dans l’histoire des idées, et y fait une entrée comme programme néolibéral.

Un programme « néolibéral »

75Dans Aufstieg und Krise der Sozialdemokratie [Ascension et crise de la social-démocratie] réédité huit fois entre 1964 et 1984, Wolfgang Abendroth fait du programme un symptôme de l’adaptation du SPD à l’ordre capitaliste existant. Le parti aurait perdu sa vocation critique et révolutionnaire. Dans le cadre de cette « tendance à l’adaptation aux rapports de pouvoirs existants », le programme de 1959 a pour effet de « mettre aux archives les anciens buts socialistes et le développement conscient de la conscience de classe face au pouvoir de l’oligarchie capitaliste. Pour la direction du parti, cette mise aux archives est définitive » (Abendroth, 1978, p. 74). En refusant de se donner pour objectif la socialisation des moyens de production, le programme « achève le processus d’adaptation. Avant les élections fédérales de 1961, le SPD abandonne des conceptions de politique étrangère et de politique sociale qu’il défendait jusqu’alors » (Abendroth, 1978, p. 75), ajoute Abendroth en faisant référence à l’approbation par le SPD de l’appartenance de la RFA au système d’alliance atlantique. De manière nette, le politiste de Marbourg indique que le SPD a « abandonné les traditions socialistes démocratiques du mouvement ouvrier » (Abendroth, 1978, p. 76).

  • 45 Bonn, AdsD, Otto Stammer, 035/62, plans de cours.

76Wolfgang Abendroth est un auteur reconnu : cité par Kirchheimer lorsque celui-ci considère que le SPD, par son programme de 1959, cesse de représenter une opposition et une alternative au système capitaliste (Kirchheimer, 1967, p. 88), ses textes font aussi l’objet d’enseignements, par exemple par Otto Stammer, c’est-à-dire par les grands spécialistes de la sociologie des partis de l’époque. Dans un cours intitulé « Socialisme démocratique et marxisme45 » à la Freie Universität de Berlin, Otto Stammer accorde au fil des années 1960 de plus en plus de place aux perspectives critiques sur la social-démocratie telle qu’elle existe à son époque. Si, au début des années 1960, Stammer présente des textes ordonnés chronologiquement de Kautsky au programme de Bad Godesberg, dès 1964, le programme de Bad Godesberg n’est plus la fin de l’histoire. Stammer se met à faire droit aux conceptions critiques du SPD, celles d’Abendroth, d’Habermas et de la « nouvelle gauche » ainsi qu’aux perspectives est-allemandes, assassines pour le programme de 1959.

77En 1965 paraît un autre classique de l’histoire du SPD : le SPD après Hitler [Die SPD nach Hitler] de Theo Pirker (1922-1995).

Sociologue, Theo Pirker est la victime collatérale de la tombée en disgrâce d’un autre théoricien du SPD et du syndicat unitaire allemand, le DGB, Viktor Agartz. Il en est le collaborateur au sein du centre de recherche du DGB jusqu’à son exclusion et son licenciement en 1956. Pirker devient, en 1972, professeur de sociologie à la Freie Universität de Berlin.

78Refusant la « neutralité », et dénonçant une mission politique que le SPD attribuerait à ses amis de la gauche et à lui-même (Pirker, 1965, p. 13), Die SPD nach Hitler souligne l’ambition du SPD (d’après le programme de Bad Godesberg) de se construire une nouvelle réputation, qui, selon l’ouvrage, ne serait guère plus qu’une « réclame publicitaire ». Fondée sur l’amnésie, cette nouvelle légende du SPD est celle d’un parti opportuniste et sans ligne, qui se soumet à toutes les exigences du jour. Theo Pirker parle de « la nouvelle légende du parti que Bad Godesberg devait fonder et légitimer », faite de mensonges sur sa stratégie et d’une acceptation du « néolibéralisme », mot qu’il est le premier à associer au programme de Bad Godesberg. Pirker poursuit : « Le programme de Bad Godesberg n’a pas d’intérêt dans son contenu – dans son contenu, il signifie l’abandon de tous les buts du mouvement ouvrier –, mais n’a d’intérêt que parce qu’il marque l’acceptation de la légende officielle de la République fédérale. »

« [Le SPD] était décidé dans les rapports sociaux établis et dans l’idéologie établie à conquérir le pouvoir dans l’ordre établi. L’acceptation programmatique et pragmatique du système social établi apparaissait comme la condition pour se présenter sur le marché électoral avec des chances de succès. Politiquement et méthodiquement, cette légende autorise toutes les manœuvres, toutes les formes de réclame pseudo-politique, toutes les coalitions et toutes les combinaisons. Dans ce livre, on décrit la position et la contribution du SPD dans cet ordre que nous ne pouvons désigner autrement que démocratie autoritaire. » (Pirker, 1965, p. 285).

79Les auteurs de la nouvelle gauche allemande produisent donc une légende noire, néolibérale, où Bad Godesberg serait l’abjuration opportuniste des buts et de la tradition socialiste.

80Parmi les historiens sociaux-démocrates, certains répliquent à cette légende noire du programme de Bad Godesberg. Ils réfutent l’idée d’adaptation à l’ordre capitaliste, d’Anpassung. En 1973, Susanne Miller décrit ce qu’il s’est passé à Bad Godesberg comme une réorientation. Elle inscrit le programme dans la « réforme » d’ensemble du parti. Pour donner des clés de lecture, elle propose un commentaire linéaire de certains éléments du programme. Dans l’ensemble, elle précise que « le programme a garanti d’importantes marges de manœuvre au parti », mais « la transformation de la politique du parti n’a pas été fixée immédiatement par ces principes fondamentaux » (Miller, 1973 ; Potthof et Miller, 2002, p. 215). Il « a contribué à transformer l’image du parti dans l’opinion publique et a créé les conditions pour atteindre le but que le parti voulait atteindre : devenir un “Volkspartei” qui puisse être élu par différentes couches de la population » (Potthof et Miller, 2002, p. 212). Susanne Miller s’emploie à dessiner un changement du parti auquel aurait contribué le programme. De même, l’Académie philosophico--politique, l’organisation qui réhabilite scientifiquement la Ligue socialiste militante internationale (ISK) dont Willi Eichler avait été le dirigeant durant les années 1920, développe une conception éthique du socialisme selon laquelle Bad Godesberg s’inscrirait dans la lignée de Leonard Nelson, le philosophe qui a fondé cette ligue. S’il existe un jeu d’intercitations entre Miller et Abendroth, une reconnaissance entre universitaires, l’opposition entre les schèmes d’interprétation est grande. Wolfgang Abendroth dénonce ainsi toutes « les tentatives pour adapter l’histoire du mouvement ouvrier aux conceptions actuelles de la direction du parti et de justifier ainsi toutes les ruptures » (Abendroth, 1978, p. 7). Il faut y lire là une attaque contre les historiens sociaux-démocrates, rendue possible par les transformations des relations entre Université et SPD à l’aube de la décennie 1960.

Les courants de la social-démocratie et le « nouvel ordre » anticapitaliste

81Les significations du programme se définissent par une série de coups échangés entre exégètes. Cette suite de coups ferme progressivement l’éventail des significations admissibles. Ils ont toujours une dimension stratégique, qu’il s’agisse de savoir si Abendroth est ou non favorable au programme ou si Bad Godesberg est ou non compatible avec le marxisme. Le grand enjeu des années 1970 n’est autre que celui de la définition de la nature du « nouvel ordre social » que promet le programme de 1959.

Mouvement étudiant et courants partisans

82L’investissement des agents dans la définition du programme, dans la fixation de sa signification, est proportionnel à la montée d’un militantisme universitaire. Un renouvellement militant important a lieu à la fin des années 1960 (le nombre de militants double entre 1969 et 1973).

83La montée en puissance d’un militantisme étudiant met la discussion idéologique au cœur des préoccupations militantes. Annekatrin Gebauer souligne qu’ils sont deux fois plus nombreux que les ouvriers à adhérer. Elle ajoute que presque aucune trace du « milieu traditionnel » du SPD (ouvriers) n’est décelable chez les députés élus de ce qui deviendra l’aile gauche, alors que les quatre cinquièmes sont diplômés des universités et des établissements d’enseignement supérieur (Gebauer, 2005, p. 107).

84C’est à cette époque que le parti se structure en courants. La gauche du parti s’organise, dès 1969, autour du cercle de Francfort auquel 20 députés du Bundestag participent. Elle bénéficie surtout du soutien en 1969 des Jeunes socialistes [Jusos]. Les Jusos regroupent statutairement les adhérents de moins de trente-cinq ans et représentent le tiers de -l’effectif du parti en 1973.

85En réaction, en 1972, une aile droite du parti se structure autour d’Helmut Schmidt sous le nom de « cercle de Bad Godesberg » puis de « cercle de Seeheim ». L’accélération de la structuration du cercle de Seeheim date du congrès du SPD à Hanovre en 1973, lorsque les délégués de la gauche du parti réussissent à empêcher la réélection de certains membres du comité directeur. Ce congrès marque l’affaiblissement des positions des cadres traditionnels du parti.

  • 46 « Schon ausgepunktet », Der Spiegel, 1er mars 1971.

86Bad Godesberg devient emblématique de l’opposition politique vive entre ces deux groupes en voie de structuration au sein du parti. Le programme devient un instrument du rappel à l’ordre contre les revendications de la minorité de gauche, alors en forte croissance et menaçante pour la majorité. Contre la rhétorique révolutionnaire de la gauche, le chancelier Willy Brandt rappelle qu’« il n’y a pas de retour à l’avant-Bad Godesberg » (Bauer, 1970). En 1971, le comité directeur rappelle encore une fois aux Jusos que l’adhésion à Bad Godesberg est impérative46. En 1971, le comité directeur du SPD décide de rappeler aux Jusos que le « Godesberger Volkspartei-Programm » – le programme de Bad Godesberg devenant pour l’occasion « programme du parti du peuple entier » – est important. Ne pas le respecter est donc une déviance qui peut mener à l’exclusion. De telles exclusions n’auront cependant pas lieu sur cette base à cette époque en raison de tensions internes au comité directeur.

  • 47 « Ich könnte mir die Antwort ersparen », Der Spiegel, 2 avril 1973.

87La mémoire des coups encaissés antérieurement et des sanctions récurrentes contre le « fractionnisme » de certains groupes contribue certainement à amener l’aile gauche du parti à endosser le programme de Bad Godesberg. Revendiquer Bad Godesberg revient pour les membres de l’aile gauche à souligner leur appartenance au parti. Il est vrai que ce groupe se constitue autour de la volonté de renouveler le marxisme et de revendiquer une « “autre” société » (Gilcher Holtey, 2018, p. 11 et 61). Pour décrire cette « “autre” société », les membres de l’aile gauche vont se servir du programme de 1959. C’est ce qui explique l’ambiguïté qui existe à cette époque : lorsque, en riposte contre les Jusos, Willy Brandt souligne que, pour le présidium du SPD, le programme de Bad Godesberg et l’adhésion à ce texte ne sont pas ouverts à la discussion, le journaliste du Spiegel qui réalise l’interview note pour sa part que la droite et la gauche du parti luttent depuis longtemps « en se réclamant toutes deux de Bad Godesberg47 ».

La bataille de la péricope : qu’est « l’ordre nouveau » promis par le programme ?

  • 48 « Strampeln muß man », Der Spiegel, 11 mai 1970.
  • 49 « Schwein geschlachtet », Der Spiegel, 15 décembre 1969.

88L’« ordre nouveau » annoncé par le programme est la péricope du programme mise en avant par cette « gauche » du parti. Norbert Gansel (1940), vice-président des Jeunes socialistes, exige en 1970 que l’on ne considère pas le programme de Bad Godesberg comme accompli en raison du fait que le chancelier est social-démocrate : « Le nouvel ordre social et le socialisme démocratique promis par le programme doivent encore être réalisés48. » Après l’arrivée de Willy Brandt au pouvoir, de telles prises de position des Jusos sont courantes. Enseignant à l’université technique d’Hanovre et membre de la présidence des Jeunesses socialistes [Jusos], Thomas von der Vring (né en 1937) déplore qu’« il n’y ait rien à attendre de ce gouvernement dans la réalisation d’un ordre socialiste dans le sens de Bad Godesberg49 ».

89Un manuel de formation des Jusos imprimé à 2 000 exemplaires par la commission de formation des groupes des Jusos dans les établissements d’enseignement supérieur montre l’importance de ce militantisme intellectuel et de l’interprétation du programme dans les stratégies de légitimation. Dans ce manuel, l’« ordre meilleur » promis par Bad Godesberg est, malgré quelques critiques, encore une fois mis en avant. Promoteur d’une « démocratie totale », Gert Börnsen (1943), président fédéral des Jusos et membre de la direction du SPD du Schlesvig-Holstein, s’oppose à « l’adaptation de la droite sociale-démocrate » qui aurait orienté le parti depuis soixante ans. Bad Godesberg est un élément de cette orientation. Il ajoute néanmoins : « La caractéristique d’un Volkspartei démocratique est la lutte permanente à l’intérieur du parti entre les groupes et courants de droite et de gauche pour la définition des moyens les plus efficaces sur la voie d’un “ordre nouveau et meilleur” (Bad Godesberg) » (Juso-Hochschulgruppen Schulungskommission, 1974, p. 86).

  • 50 Ce sont sans doute les thèses de Hambourg sur les tendances du capitalisme à la concentration dans (...)

90En 1973, Peter von Oertzen, devenu président de la Fédération de Basse-Saxe depuis le congrès de Bad Godesberg, opère cette même jonction entre les « thèses de 1971 » des Jusos50 et Bad Godesberg. Il est en effet écrit :

« Le nouvel ordre social du socialisme démocratique ne peut être atteint sans transformation de l’ordre social présent. Cela ne signifie cependant pas le renversement complet des institutions sociales existantes. Ni la propriété privée, ni la fonction entrepreneuriale, ni non plus les mécanismes de marché ne doivent être purement abolis (même les Jeunes socialistes, très calomniés, ne le veulent pas ; qu’on lise leurs “thèses sur l’économie politique et la stratégie” votées lors du congrès d’Hanovre en décembre 1971). Cependant, le programme de Bad Godesberg dit aussi clairement : “L’intérêt de l’ensemble doit prévaloir sur l’intérêt particulier. Dans une économie et une société dominées par le souci de profit et le goût de la puissance, la démocratie, la sécurité sociale et le libre épanouissement de la personnalité se trouvent menacés.” Et : “La propriété privée des moyens de production a droit à la protection et au soutien dans la mesure où elle n’entrave pas la construction d’un ordre social juste”. » (von Oertzen, 1991)

  • 51 « Unglaublich schnell », Der Spiegel, 13 mars 1970.

91Ces thèses de 1971 sont défendues comme l’expression d’une voie vers le socialisme prôné par Bad Godesberg. Le comité directeur envisage de les condamner dans une brochure. Mais une réunion au siège du parti, rapporte le Spiegel, se transforme en discussion générale. Certains considèrent que les positions des Jusos sont « une mauvaise voie vers les buts posés par Bad Godesberg » alors que, à la gauche du parti, Jochen Steffen (1922-1987), ancien président des Jusos et député au Landtag de Schlesvig-Holstein, défend l’idée que « le programme fondamental autorise une pluralité de voies vers “le nouvel et meilleur ordre de la société” visé par le SPD selon Bad Godesberg51 ».

92En opposition à cet usage, une sous-entreprise de « droite », mobilisant un militantisme théorique, s’approprie le programme et en revendique un usage monopolistique.

  • 52 « Ohne uns läuft nichts », Der Spiegel, 14 novembre 1977.

93Appuyés par la fondation Friedrich-Ebert, les réseaux de la droite sociale-démocrate veulent faire du programme un texte incompatible avec le marxisme, mieux : un texte qui abjure le marxisme. Leur action vise à fragiliser symboliquement une gauche structurée – et devenant par là même dangereuse – et à légitimer leur propre structuration au nom de Bad Godesberg et de l’intérêt du parti. « Bad Godesberg » devient alors un élément de légitimation de l’action de la droite du parti, ce cercle de Seeheim. « Nous bloquons tout ce que nous croyons que cela peut mettre en danger la position de Bad Godesberg52 », dit une initiatrice du regroupement de la droite.

94Se présentant comme un défenseur constant de Bad Godesberg contre la gauche des Jusos, un des fondateurs du cercle de Seeheim, Egon Franke, établit une distance entre le programme de 1959 et le socialisme : « Je me bats pour un social-démocratisme [Sozialdemokratismus] débarrassé du Lumpen parce que tout le discours sur le socialisme ne fait qu’effrayer les nouveaux venus. » Dans ces luttes, la labellisation (« social-démocratisme » contre « socialisme ») devient un enjeu de définition du « bon usage » du parti associé par Egon Franke à un usage déclassant (« débarrassé du Lumpen »).

Egon Franke (1913-1995, député de 1951 à 1988) est membre du SPD depuis 1929. D’origine ouvrière (charpentier), il fait carrière au sein des Jeunesses ouvrières et est permanent du SPD en 1932. Sous le nazisme, il est résistant, soumis à la répression (camp, bataillon disciplinaire). En 1950, il est président de la fédération de Basse-Saxe (membre du comité directeur de 1947 à 1952 puis membre du présidium du parti à partir de 1964). Il anime une organisation informelle qui encadre une partie du travail parlementaire du parti [Kanalarbeiter]. Or, sa position politique est fragilisée par la structuration d’une aile gauche du parti. En 1970, il est évincé de la présidence de la fédération de Basse-Saxe par la gauche du parti au profit de Peter von Oertzen. Ministre en 1969 (jusqu’en 1982), Egon Franke perd aussi l’appui de députés du Landtag qui soutiennent un renouvellement de la direction. En 1973, la gauche du parti réussit à faire barrage à sa reconduction au sein du comité directeur (et donc du présidium du SPD), en même temps qu’à un ensemble d’autres (futurs) fondateurs du Seeheim. En trois ans, il perd donc ses positions au sein du parti, même s’il conserve son ministère et son siège de député.

95Le cercle de Seeheim s’oppose aussi bien politiquement que socialement à la gauche en rappelant la différence entre le parti et l’Université : « Nous ne sommes pas une institution d’enseignement », dénonce ainsi Helmut Schmidt dans son ouvrage Sur les bases du programme de Bad Godesberg (1973). Le SPD ne serait pas une « institution d’enseignement de la futurologie » (science représentée notamment par Ossip K. Flechtheim à Berlin), mais un parti qui obtient la confiance de ses électeurs à échéances régulières (Schmidt, 1973, p. 10). Il faudrait donc distinguer ce que l’on veut à long terme de ce que l’on peut obtenir sur le moment, et donc ne pas effrayer les électeurs avec des propositions d’étatisation et de socialisation (Schmidt, 1973, p. 17).

  • 53 Voir aussi : « Glück ist utopisch », Der Spiegel, 5 mai 1975.

96Nombre de brochures, d’ouvrages et d’articles portant sur Bad Godesberg, le militantisme théorique à gauche oblige à un réarmement de la discussion théorique à droite et à la mobilisation d’universitaires. Des étudiants et des universitaires construisent l’interprétation antimarxiste du programme. Autour d’un assistant scientifique à la fondation Friedrich-Ebert, Thilo Sarrazin (né en 1945, docteur en économie), trois étudiants (dont deux docteurs en économie) appellent à en finir avec Marx pour lui préférer Karl Popper et le pluralisme social (Lührs et al., 1976, p. 166)53. Horst Heimann, né en 1933, est alors doctorant et membre d’une association étudiante distincte des Jusos. En 1977, il sera lui aussi recruté comme enseignant par la fondation Friedrich-Ebert. Il écrit, en 1975, un ouvrage qui s’interroge sur la compatibilité des théories défendues par certains Jusos avec le programme de 1959 (Heimann, 1975).

  • 54 Alexander Schwan (1931-1989) est assistant à l’université de Fribourg (1959-1965), et, à partir de (...)
  • 55 Voir aussi : « Eine schwere Hypotheke », Der Spiegel, 21 octobre 1974.

97Dans cette même veine, deux universitaires de la Freie Universität de Berlin, Alexander et Gesine Schwan54, soutiennent l’hostilité aux appropriations de gauche du programme. Ils montrent que les théories des Jusos, qu’ils associent au marxisme, sont incompatibles avec le programme de 1959, qui rejetterait les idéologies dans le camp totalitaire (Schwan et Schwan, 1974). Dans Sozialdemokratie und Marxismus, la social-démocratie est assimilée à Bad Godesberg et les Jusos au marxisme. Or, le marxisme serait incompatible avec le pluralisme théorique prôné par Bad Godesberg55. Là où Bad Godesberg voulait « ne fermer aucune porte », la droite du parti en fait l’emblème de la renonciation au marxisme. Il s’agit d’une interprétation ajustée aux besoins de la lutte politique du moment, le programme de 1959 devenant une ressource utile dans la lutte intrapartisane des années 1970. Ainsi, tout comme Egon Franke, ces deux universitaires inventent une social-démocratie qui serait distincte du marxisme.

98La défense et l’appropriation de Bad Godesberg par la droite sont au fondement de la création du cercle de Seeheim et unifie divers groupes locaux. En 1975, le Seeheim publie Bad Godesberg et le présent, avec la collaboration, notamment d’Alexander Schwan. C’est un texte qui est discuté dans des conférences depuis 1973. Dans ce texte, les Jusos sont désignés comme l’adversaire principal, on déplore que leurs thèses de 1971 marquent un retour à un « avant-Bad Godesberg ». « Bad Godesberg et le présent » dénonce leur interprétation du texte – décrit comme « méconnu » – et, en particulier, la possibilité de voir dans le « nouvel ordre » promis par Bad Godesberg un dépassement du capitalisme : les « membres dirigeants de la commission fédérale des Jeunes socialistes arrachent quelques phrases […] du texte et du contexte sémantique pour donner tant bien que mal l’impression d’une acceptation du programme » (Collectif, 1975, p. 28). Le programme, symbole d’une social-démocratie moderne, devient donc l’emblème de l’abandon du marxisme. Les revendications croisées sont le signe d’une lutte pour l’appropriation du monopole sur le sens de l’action partisane entre les courants.

99Le cercle de Seeheim s’approprie le texte et lui donne certaines de ses caractéristiques dominantes, en faisant de la question du rejet du marxisme une question centrale.

Conclusion

100Un programme n’a de « fonction » que s’il a une utilité pour des individus qui en font usage : sa fonction se fait dans le temps, et ces usages produisent des significations. Les interprétations du texte ne sont pas gratuites : elles servent des intérêts, des stratégies, labellisent des adversaires, dénoncent des opportunistes, demandent des exclusions, etc. De Herbert Wehner en 1959, qui assure que l’exclusion du SDS n’équivaut pas à une exclusion des marxistes, au politiste Alexander Schwan en 1973 qui fait du programme un texte en porte-à-faux avec toutes les formes du marxisme, le programme a fait l’objet de lectures plurielles et, fondamentalement, contradictoires.

101En ce sens, Bad Godesberg peut être comparé au Veda décrit par Max Weber : « Cet ensemble de textes, le Veda, ne recèle aucun contenu dogmatique dont la reconnaissance soit exigée comme une condition de la conservation de la qualité d’Hindou » (Kalinowski, 2003). C’est à force de conflits entre Nouvelle Gauche et SPD, et entre les ailes du SPD, que le programme prend ses contours les plus nets, et qu’il se fige en dogmes au service d’intérêts situés.

102L’importance de Bad Godesberg est aussi liée à la période historique – le programme est adopté à la veille des mouvements étudiants dans les années 1960 et d’un militantisme enclin à la controverse théorique. On a souligné le rôle joué par les universitaires dans la définition du socialisme et, par extension, la contribution performative de l’histoire des idées à l’établissement des significations de ses objets. L’histoire des idées ne fait pas que produire un savoir neutre sur le monde politique, elle fournit aussi très souvent des savoirs apologétiques ou critiques. Certains universitaires (Abendroth, Pirker, Schwan, etc.) ont, en raison de leur position à la croisée des mondes politique et savant, un pouvoir d’imposition de définition. Ce pouvoir est très certainement à l’œuvre lorsque Bad Godesberg est construit comme programme néolibéral, et quand d’autres universitaires en font un programme antimarxiste, ou encore quand on en fait une injonction à la réforme du socialisme. Introduite par des intellectuels rocardiens (Fertikh, 2018), la référence à Bad Godesberg a longtemps été une demande de mise à distance d’une rhétorique marxiste et étatiste, rabattant ainsi le texte sur l’une de ses interprétations possibles.

103Au terme de cette histoire, Bad Godesberg est donc devenu « Bad Godesberg ». La signification qui se cristallise dans les années 1970 sera rarement mise en cause. D’une certaine manière, c’est sans doute aussi à la conflictualité des usages, militants et universitaires, du texte que le programme doit son destin et son entrée au canon des grands textes du socialisme.

Notes

1 « Eine Offensive der Freiheit », Berliner Morgenpost, 17 novembre 1959, p. 2.

2 Entrée « Bad Godesberg, Godesberger Grundsatzprogramm », Brockhaus Enzyklopädie, Mannheim/Leipzig, 21e éd., 2005.

3 « Sie kommen! », Der Spiegel, 3 avril 1963.

4 « Bourgeois socialism », Times, 8 juin 1962.

5 Sozialdemokratischer Pressedienst, 15 décembre 1994.

6 « Das Programm, das zum Begriff wurde », Die Zeit, 23 novembre 1984.

7 Bonn, AdsD, Willi Eichler, 170, revue de presse.

8 Fritz Erler, « Tradition et progrès », Neue Presse, 10 décembre 1959 ; Willi Eichler, « En harmonie avec une grande tradition », Der Sozialist, 1er octobre 1959 ; Otto Stolz, « Marx à Bad Godesberg. Du vieux socialisme dans le nouveau programme du SPD », Die politische Meinung (CDU), décembre 1959, pp. 42-49.

9 Décembre 1959, pp. 3-5.

10 « Das Programm, das zum Begriff wurde », Die Zeit, 23 novembre 1984.

11 Manfred Wörner (1934-1994) est un juriste, conseiller du Parlement de Bade-Wurtemberg et député de la CDU de 1965 à 1988. À partir de 1969, il est vice-président du groupe parlementaire CDU-CSU.

12 « Programm-Neurose », Der Spiegel, 13 octobre 1969.

13 Interview avec Oskar Lafontaine, « Nur wer sich ändert, bleibt sich treu », Berliner Zeitung, 15 mai 2010.

14 « Eine Offensive der Freiheit », Berliner Morgenpost, 17 novembre 1959, p. 2 ; « Auf dem Weg zur Volkspartei », Hamburger Abendblatt, 16 novembre 1959, p. 2.

15 Le terme de « tradition » est porté 39 fois dans le compte rendu du congrès (367 pages), le mot « histoire » est mentionné 44 fois sous forme de nom et 46 fois sous forme d’adjectif (geschichtlich et historisch). En revanche, le terme Wandlung, transformation, n’est explicitement appliqué qu’au domaine des relations avec les églises.

16 Bonn, AdsD, Franz Barsig, classeur I : projet d’article de Fritz Erler pour Neue Presse (Francfort), 10 décembre 1959 : « Le parti est ancré dans le travail du parti ouvrier et moderne car il adapte les moyens aux buts. »

17 « Neues SPD-Programm noch Geheimsache », Hamburger Abendblatt, 4 septembre 1959, p. 15.

18 20 novembre 1959.

19 Bonn, AdsD, comité directeur – secrétariat Erich Ollenhauer, 0 1591, compte rendu, commission sur la discussion partisane (1954).

20 Bonn, AdsD, Ollenhauer, 389, texte du discours d’inauguration du congrès de Bad Godesberg écrit par Willi Eichler.

21 Bonn, AdsD, comité directeur – secrétariat Erich Ollenhauer, 1953/1954, 0 1591.

22 Vorwärts, 7 février 1958, p. 2.

23 Bonn, AdsD, Willi Eichler, 149, lettre de Willi Eichler à Wolfgang Ludwig (section de Cologne) du 28 août 1968.

24 Willi Eichler, « Karl Marx. Forscher und Revolutionär. Bilder und Dokumente aus seinen Leben und Werk. 1818 – 1883 – 1968 », Vorwärts, 2 mai 1968.

25 WEAA000148 : lettre de remerciement de Wolfgang Ludwig (Cologne), 19 août 1968.

26 Bonn, AdsD, Erich Ollenhauer, 389.

27 Bonn, AdsD, TONH000100, archive sonore du congrès de Bad Godesberg.

28 Vorwärts, 20 novembre 1959, p. 20. En légende de sa photographie est indiqué : « Rudolf Wissel : une longue tradition ».

29 Archives du comité directeur, septembre 1959.

30 Bonn, AdsD, Carlo Schmid, 1408.

31 Die Debatte, novembre 1959, p. 7.

32 Bonn, AdsD, Fritz Sänger, 53, 13 novembre 1959.

33 Le texte de Sänger a été soumis à Erich Ollenhauer et à Herbert Wehner avant sa publication : Bonn, AdsD, comité directeur – secrétariat Ollenhauer, 2/PVAH000015, lettre du 7 avril 1960 de Fritz Sänger.

34 Nous mobilisons aussi les écrits et discours de Willi Eichler sur le programme fondamental : Bonn, AdsD, PV Willi Eichler, 1960-1961, 1962, 1963. Le commentaire de Fritz Sänger est lui relu avant sa publication par Erich Ollenhauer et Herbert Wehner : Bonn, AdsD, comité directeur – secrétariat Erich Ollenhauer, 938.

35 Bonn, AdsD, Fritz Sänger, 59, lettre de Fritz Sänger du 29 septembre 1974 à Hermann Schueler.

36 Discours rédigé par Fritz Sänger pour Erich Ollenhauer (sans date, 1960) : Bonn, AdsD, Erich Ollenhauer, 389.

37 Bonn, AdsD, Otto Stammer, 035/04, liste des membres de la société de soutien au SDS (1961).

38 Bonn, AdsD, Otto Stammer, 035/03, pétition du 6 décembre 1960.

39 Bonn, AdsD, Herbert Wehner, HWAA0000722, lettre de Gerhard Weisser à Herbert Wehner, 1961.

40 « Geist und Macht », Der Spiegel, 13 décembre 1961.

41 Cette proposition est envoyée à Erich Ollenhauer en « gage de loyauté » avant sa diffusion : Bonn, AdsD, Erich Ollenhauer, lettre de Wolfgang Abendroth à Erich Ollenhauer du 14 avril 1959.

42 Amsterdam, ISSG, Wolfgang Abendroth, 735, lettre à Erich Ollenhauer du 23 novembre 1961.

43 Bonn, AdsD, Carlo Schmid, 1408, « Der Pr. Abendroth und das Grundsatzprogramm ».

44 Amsterdam, IISG, Wolfgang Abendroth, 735, dossier de la défense, p. 7-8 (1962).

45 Bonn, AdsD, Otto Stammer, 035/62, plans de cours.

46 « Schon ausgepunktet », Der Spiegel, 1er mars 1971.

47 « Ich könnte mir die Antwort ersparen », Der Spiegel, 2 avril 1973.

48 « Strampeln muß man », Der Spiegel, 11 mai 1970.

49 « Schwein geschlachtet », Der Spiegel, 15 décembre 1969.

50 Ce sont sans doute les thèses de Hambourg sur les tendances du capitalisme à la concentration dans un système monopoliste, fonction de l’État comme instrument de domination, thèses en partie adoptées par le congrès Jusos de Hanovre en 1971.

51 « Unglaublich schnell », Der Spiegel, 13 mars 1970.

52 « Ohne uns läuft nichts », Der Spiegel, 14 novembre 1977.

53 Voir aussi : « Glück ist utopisch », Der Spiegel, 5 mai 1975.

54 Alexander Schwan (1931-1989) est assistant à l’université de Fribourg (1959-1965), et, à partir de 1965, professeur de science politique, puis à la Freie Universität de Berlin. Il est membre du SPD de 1967 à 1978 puis adhère à la CDU. Gesine Schwan (1943) est assistante (1971-1977) puis professeure de science politique à la Freie Universität. Elle adhère en 1972 au SPD où elle s’oppose, au sein du Seeheim, aux « néomarxistes » des Jusos (http://www.gesine-schwan.de/zur-person/lebenslauf).

55 Voir aussi : « Eine schwere Hypotheke », Der Spiegel, 21 octobre 1974.

Table des illustrations

Titre Graphique 1 - Références au programme de Bad Godesberg dans Der Spiegel et Die Zeit entre 1959 et 2012 (n = 615 références)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/25430/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 129k
Titre Graphique 2 - Références aux programmes de Bad Godesberg (1959) et de Berlin (1989) dans Der Spiegel et Die Zeit (1989-2012, n = 295 références)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/25430/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 87k
Titre Illustration 4 – Le musée de Bad Godesberg. Bonn, AdsD, 6/FOTA016003 © DPA
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/25430/img-3.png
Fichier image/png, 484k
Titre Illustration 5 – Karl Marx et Friedrich Engels dans le commentaire de Fritz Sänger
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/25430/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 339k
Titre Illustration 6 – Karl Kautsky et Eduard Bernstein dans le commentaire de Fritz Sänger
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/25430/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 723k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search