Version classiqueVersion mobile

L’invention de la social-démocratie allemande

 | 
Karim Fertikh

Par la volonté du parti

Texte intégral

1Le congrès de Bad Godesberg porte le 15 novembre 1959 au bas de son programme la signature collective du parti. En passant de l’arcana imperii des décisions prises au siège du parti à la publicité des réunions des sections et des fédérations du SPD (Sozialdemokratische Partei Deutschlands [Parti social-démocrate allemand]), des échanges de presse, des débats pour l’élection des délégués ou des délibérations au congrès, le programme ne fait donc pas que franchir une nouvelle étape dans son processus de production, il subit une opération de consécration qui fait d’un texte bricolé le programme statutaire du parti. Ce chapitre interroge donc les opérations sociales nécessaires à cette consécration.

2La production théorique partisane a des ressorts analogues à ceux observés dans le monde de l’art par la sociologie beckerienne (Matonti, 2005a, p. 163). Howard Becker rappelle en effet que « les œuvres d’art ne représentent pas la production d’acteurs isolés, d’“artistes” qui possèdent un don exceptionnel. Elles constituent bien plutôt la production commune de toutes les personnes qui coopèrent suivant les conventions caractéristiques du monde de l’art afin de donner naissance à des œuvres de cette nature » (Becker, 2010, p. 59). On comprend que la production programmatique se rapproche, cum grano salis, de ces logiques : le personnel de renfort, dont Becker rappelle la capacité d’intervention sur l’œuvre elle-même dans le cadre de la division artistique du travail, est donc essentiel.

3Le congrès produit le texte autant qu’il le consacre. En effet, il est un espace de production d’un texte comme programme  – ses 300 délégués élus et 40 membres de droit (les membres du comité directeur et de la commission de contrôle en charge de la vérification des mandats et du traitement des éventuels conflits) adoptent le programme – mais il est aussi un lieu de production d’un programme comme texte : les délégués peuvent modeler le texte sur lequel ils ont autorité, à condition de le faire dans les règles. Les délégués du congrès de Bad Godesberg modifient un tiers du texte qui leur a été soumis. 35 % des paragraphes de la version initiale sont transformés, 28 % le sont avec un changement de sens significatif. Certaines formulations sont éliminées, telle une métaphore hasardeuse qui décrivait les blocs capitalistes et soviétiques comme « armés jusqu’aux dents ». On renonce à écrire que le socialisme n’est pas un ersatz de religion (serait-il, alors, une vraie religion ?), pour dire qu’il n’entend pas jouer le rôle d’une religion. Sur le fond, les changements sont importants : le texte se « gauchise » encore. On renforce l’interdiction de la production d’armes nucléaires, le SPD protège les objecteurs de conscience et défend une politique reposant sur la nécessaire réunification des deux Allemagne. Si le texte de Sänger approuvait les religions, le nouveau texte ne fait plus que les respecter tout en rappelant désormais l’indépendance de l’État vis-à-vis de l’Église. En matière économique, on diminue la protection dont peuvent jouir les petites entreprises, et on subordonne leur protection à l’instauration d’un ordre économique juste ou, encore, on réaffirme fermement la nécessaire planification économique. Comment ces transformations sont-elles possibles ? Comment s’organise-t-on, au cours d’un congrès, pour amender le texte du comité directeur ?

4Formes historiques, les congrès font exister l’organisation partisane par la prévisibilité de la tenue de réunions et la régularité de leur organisation et de leur déroulement (Klinghard, 2013). Il convient donc de comprendre la manière dont ces réunions politiques fonctionnent pour faire exister le parti, c’est-à-dire de comprendre les modèles régulateurs des pratiques du groupe (Lefebvre et Roger, 2009 ; Offerlé, 1979). Les développements qui suivent reposent sur le travail pionnier de Paula Cossart, qui met en évidence le lien entre l’émergence des réunions politiques en France et le modèle républicain de participation du peuple à la formation d’une opinion publique rationnelle (Cossart, 2010), le rapprochant du modèle régulateur des congrès sociaux-démocrates. Conçu comme une sociologie des congrès partisans, ce chapitre montre d’abord la manière dont le congrès et l’ensemble des débats qui s’y déroulent mettent en scène un parti en délibération. Au-delà de la délibération, le chapitre étudie les modalités de production du vote au sein de ce type de réunion.

Le manifeste d’un parti démocratique

5Dans son discours inaugural du congrès de Bad Godesberg, le vice-président du parti, Waldemar von Knoeringen, fait de la démocratie un des fondements du programme, du congrès et de sa préparation :

« Ce jour a été préparé depuis des années. Regardons la masse de travail réalisée depuis la formulation du premier projet jusqu’aux discussions entre les milliers de membres dans les groupes, les sections et les fédérations, cet intérêt profond, cette lutte intellectuelle pour trouver la voie vers un but commun, nous avons le droit de dire : l’esprit dans lequel nous avons travaillé, la manière dont cela a été fait, cela est, par soi seul, un élément du programme et une profession de foi démocratique. (Applaudissements.) C’est dans cet esprit que nous voulons ces jours prochains achever notre œuvre. » (SPD, 1959b, p. 32)

6Ce registre démocratique, insistant sur la participation de tous les membres du parti à l’élaboration du programme, assoit la légitimité du programme. La base constituée de « milliers de membres dans les groupes, les sections et les fédérations » donnerait forme à une volonté collective. Le congrès associerait les masses militantes à la formulation d’un « but commun ». En effet, le congrès est une manière de mettre en scène un idéal de démocratie, « faire en sorte que l’expression de chacun concoure à l’expression d’un vœu dont on puisse dire qu’il est celui de tous ou, à tout le moins, celui de la majorité, et non celui d’une faction » (Urfalino, 2013, p. 44). La parole, cependant, y reste contrôlée.

Une démocratie en acte

7Les porte-parole du parti placent un idéal de démocratie partisane au fondement même de leur légitimité à parler au nom du SPD, ce qui correspond, en définitive, bien à ce que l’on attend d’un congrès. Nous tenterons ici de mettre au jour la représentation de la démocratie partisane qui sert à la description indigène du congrès de 1959 en en restituant ses singularités historiques.

Démonstration de force et délibération

8Lors du congrès de Gotha de 1875, les présidents de séance s’adressent aussi bien à des délégués qu’à des badauds, voire à des opposants, suivant le format de réunions contradictoires dont on trouve encore trace à la fin du xixe siècle. Dans le courant du xxe siècle, l’importance du nombre croît, comme dans le cas français analysé par Paula Cossart. Hors des salles de réunion, le public « extérieur » rend visible le parti. Les congrès deviennent alors l’occasion d’une démonstration de force du parti, à travers les manifestations collectives, les comités d’accueil (illustration 3) les grands rassemblements ou les diverses festivités partisanes qui accompagnent l’événement.

Illustration 3 – Accueil du comité directeur en gare de Kiel (1927). Bonn, AdsD, FOTB002302

Illustration 3 – Accueil du comité directeur en gare de Kiel (1927). Bonn, AdsD, FOTB002302
  • 1 Cf. Neuer Deutscher Wochenschau.

9Dans les années 1950, de tels rassemblements continuent à mettre en rapport les congrès et l’espace public, la rue, où le parti se manifeste collectivement. Élu président du SPD lors du congrès de Dortmund de 1952, Erich Ollenhauer parle ainsi devant un rassemblement de rue : son élection est consacrée par cette prise de parole public1. Un rassemblement clôt, de même, le congrès de Berlin en 1954. Stuttgart en 1958 s’ouvre sur un rassemblement pour la paix : le journal du parti, Vorwärts, chiffre à 12 000 le nombre des participants à ce rassemblement. Sur les photographies, des enfants sont souvent présents au pied de la tribune, manière de donner à voir un parti tourné vers l’avenir. Grâce à ses congrès, le SPD démontre sa force, sa capacité de mobilisation en occupant la rue.

  • 2 http://www.tagesschau.de/jahresrueckblick/meldung227088.html, consulté le 12 janvier 2012.
  • 3 Bonn, AdsD, Willi Eichler, 169.

10À Bad Godesberg, à l’inverse, ce public extérieur est absent. Les images montrent une salle de travail et un auditoire concentrés2. Il n’y a pas de photographies à l’extérieur du congrès (hormis celle du parking) et pas de rassemblement de rue, ni dans les traces iconographiques ni dans les événements planifiés3. Sans rassemblement visible, Bad Godesberg apparaît dès lors comme un hapax dans ces manifestations de force. La ville, peut-être, y est-elle peu propice ? Dirigée par un chrétien-démocrate, la ville a sans doute été choisie davantage pour sa proximité avec le siège du SPD et avec la capitale fédérale que pour l’implantation du socialisme démocratique. Surtout, la manifestation de masse compte moins que la mise en scène de la raison partisane : le congrès de 1959 met en scène le parti en délibération. On cherche à façonner du congrès l’image d’un lieu de travail, de réflexion et de discussion.

11Par ailleurs, Bad Godesberg a une vocation purement programmatique. Contrairement à ce qui se faisait dans les années 1920, le congrès « extraordinaire » de 1959 n’a que le programme à l’ordre du jour, comme Willi Eichler l’appelait de ses vœux, dans Vorwärts en août 1958. Le théoricien du parti insistait sur la nécessité de détacher la discussion programmatique des questions pratiques traitées par un congrès ordinaire (approbation du rapport d’activités de la direction, des comptes, renouvellement des instances, etc.). Cette discussion a ainsi été rendue autonome des enjeux de renouvellement des instances dirigeantes et du contexte électoral du congrès de 1960, qui se chargerait de préparer les élections de 1961. Elle l’est d’autant plus que la direction a été renouvelée et élargie en 1958 et que, prenant acte de sa faiblesse, Ollenhauer – qui est l’un promoteurs du programme les plus assidus – cède la place de chef de l’opposition en renonçant à briguer le titre de chancelier. À l’été 1959, en effet, au moment même où la rédaction du programme entre dans sa dernière phase, Erich Ollenhauer fait savoir qu’il ne conduira pas la campagne en vue des élections législatives de 1961. Bad Godesberg est donc délié des enjeux de pouvoir les plus visibles.

12Moins qu’autour d’un rapport de force, le congrès est ordonné autour d’un principe de délibération : il est une mise en scène de la raison partisane en marche. Les discours font apparaître le congrès comme l’aboutissement d’une longue mobilisation réflexive du parti autour de la fabrication de son programme, et donc de la détermination de la place idéologique du collectif. Cette délibération ferait du programme, comme le dit Knoeringen, une « profession de foi démocratique en acte ». La  discussion du nombre – la délibération de tous – aurait fécondé, selon Willi Eichler, la vie intellectuelle du parti et lui aurait donné un but et un contenu. Pour Fritz Erler, la discussion partisane serait l’arme politique la plus efficace du parti :

« La capacité de faire accepter les arguments du parti avec confiance ne peut pas être suscitée uniquement au moment d’une campagne électorale. Cette capacité est générée des mois avant la campagne. […] Cela suppose de défendre nos positions de manière systématique. Le Parti social-démocrate n’a pas la puissance médiatique dont la CDU dispose grâce à son lien à l’appareil d’État et à ses abondantes sources de financement. Le parti ne peut rétablir l’équilibre que grâce à la force de son organisation. La discussion menée par les presque 700 000 sociaux-démocrates dans leurs rencontres avec leurs amis, collègues et proches est l’arme la plus importante dont -dispose le parti. »

13Plus loin, il continue :

« Les questions les plus importantes du programme ne peuvent naturellement être tranchées qu’après une discussion approfondie du parti dans son entier. C’est la raison pour laquelle il est prévu que le projet du futur programme statutaire soit soumis au congrès de Stuttgart pour être discuté deux années durant au sein de l’organisation et être voté si possible lors du prochain congrès ordinaire avec les modifications et compléments souhaités. » (Erler, 1958, p. 4 et 6)

  • 4 « Eine Offensive der Freiheit », Berliner Morgenpost, 17 novembre 1959, p. 2.

14La presse reprend aussi ces catégories d’analyse : « Car l’attitude du SPD est – et le congrès l’a montré de manière satisfaisante – totalement démocratique. Il n’y avait aucune frontière à la liberté de discussion et, dans les votes décisifs, aucune unanimité n’était attendue4. »

  • 5 Bonn, AdsD, comité directeur – secrétariat Willi Eichler, 0 1699 A, lettre d’Heinrich Deist à Duden (...)
  • 6 Bonn, AdsD, Erich Ollenhauer, 388, communiqué.

15à l’issue du congrès, Erich Ollenhauer salue ainsi cette discussion, au cours de laquelle avec clarté et précision tous les points de vue ont pu être représentés et entendus (SPD, 1959b, p. 327). Il avait rappelé, en ouverture, que la discussion du programme constituait la « preuve convaincante » que « la social-démocratie allemande à Berlin et dans la République fédérale ne constitu[ait] pas seulement une unité de manière formelle et organisationnelle mais qu’elle [était] le fruit d’une union spiri-tuelle et politique. (Applaudissements.) » (SPD, 1959b, p. 52). Quant à Heinrich Deist, il fait de cette discussion « le plus beau succès de ce projet5 ». Dans un communiqué de presse à l’automne 1959, Erich Ollenhauer dit de la même manière que « la discussion a été fructueuse » car « beaucoup y ont participé »6.

16Le façonnage délibératif du congrès réduit les oppositions, en donnant du crédit au mythe d’un parti qui « s’exprime ». La discussion est centrale dans le dispositif de justification du programme : qu’elle ait eu lieu est central pour asseoir l’autorité du texte. Les délégués, y compris ceux hostiles au texte soumis, reconnaissent, au nom de cette délibération de tous, l’autorité du programme, et participent, de fait, à la légitimation du programme par ce crédit accordé au résultat des procédures : pour eux, la direction n’a pas abusé de sa position pour imposer « son » programme, mais a laissé aux divers points de vue l’occasion de s’exprimer. Ainsi, Peter von Oertzen, un des quelques délégués qui votent contre l’adoption du texte, souligne cette légitimité émanant de la délibération partisane :

« La discussion sur les principes existe dans le parti depuis des années, la discussion programmatique en tant que telle depuis avril 1958. La liberté de discussion dans le parti a été, depuis cette époque (et il faut le dire contre les interprétations malveillantes ou pleines de préjugés), garantie de manière satisfaisante. Que le comité directeur et la commission programmatique aient bénéficié, dans la défense de leurs points de vue, d’avantages importants, découle de la nature même d’une grande organisation administrée de manière bureaucratique. Nous n’avons donc aucune raison sérieuse de crier au “viol des militants”. » (von Oertzen, 1969 [1959], p. 150)

17On retrouve ce discours sur l’importance de la discussion dans la correspondance, et aussi, au congrès, à la tribune : l’existence d’une discussion fait du programme un programme légitime.

L’unanimisme partisan comme norme

18La délibération se couple à une culture de l’unanimité, un unanimisme partisan qui imprègne de part en part le congrès : la direction a la volonté de faire s’exprimer le parti d’une seule voix, volonté sans doute renforcée par la présence massive de la presse dans les murs du congrès. Alors que le SPD utilise fréquemment le vote à bulletin secret, la procédure de l’adoption du programme se fait cette fois-ci en levant sa carte de délégué à l’appel du président de séance. Aussi le soutien devient une démonstration visible.

19Pour les sociaux-démocrates, l’unanimité est, en effet, un enjeu permanent de la mise en scène de l’unité. Seul candidat en lice pour le poste (même lors de la succession de Schumacher en 1952), le président du parti, obtient des résultats souvent proches de l’unanimité, -hormis à Stuttgart en 1958, en raison d’un renouvellement de la structure de la direction et de tensions entre grands candidats, et, en particulier, l’élection « surprise » d’Herbert Wehner comme vice-président du SPD. Un score très élevé est l’enjeu principal d’une élection de ce type : le formalisme majoritaire (« la moitié des voix + 1 » suffit à être élu) n’est donc pas suffisant aux yeux d’une organisation qui mesure son unité à l’aune des résultats des congrès. L’unanimité est la norme sociale.

20À Bad Godesberg, le porte-parole du comité directeur, Franz Barsig, indique, à ce propos, que le comité directeur cherche à obtenir le soutien le plus large possible au programme pour en maximiser l’effet politique : « Car [le comité directeur] était d’accord sur une appréciation : si le programme en venait à être adopté à une faible majorité, alors il manquerait son effet. Oui, et on allait plus loin en signalant : à partir de 30 voix contre, cela deviendrait difficile » (Barsig, 1979, p. 99).

21Cette unité est d’autant plus nécessaire que Bad Godesberg se déroule sous le regard de la presse qui endosse le rôle de civilisatrice de la controverse politique. Les journalistes accrédités s’élèveraient à 300, soit un nombre d’accréditations équivalent au nombre de délégués élus, et le comité directeur a prévu un encadrement spécifique de la presse (réunion préparatoire, accompagnement par un attaché de presse). Lors du congrès, des mises en garde sont répétées sur la nécessité de ne pas donner l’impression de divisions qui pourraient, par le truchement de la presse, être transformées en armes aux mains des adversaires. La presse devient donc outil de diffusion et outil de domestication (le regard extérieur civilise) du congrès. D’autant plus que la couverture médiatique ne se fait guère oublier pendant le congrès grâce aux journaux que les délégués lisent, grâce à la caméra qui filme l’ensemble des interventions, et même des revues de presse : Stefan Thomas, le représentant du SPD en RDA, fait ainsi une description à la tribune de ce que la presse est-allemande dit du congrès à ses délégués (SPD, 1959b, p. 302).

22En affirmant que le programme est le produit de tous, qu’il pose les « buts communs » du parti, on se met en position de faire exister son unité : ce programme « ne saurait être donné comme le résumé des aspirations du parti », mais peut être considéré comme le moyen d’affirmer l’existence du parti comme un tout ayant une volonté collective, de le (re)constituer comme unité (Offerlé, 1979, p. 421).

Réunion de cadres du parti et mythe de la base

23L’un des éléments nécessaires à la production du programme est la construction de l’accord du parti, dans le cadre d’une convention sociale : celle de la « démocratie intrapartisane ». Il faut faire parler la « base ». Si cette base-là est un mythe, tels les états généraux de l’agriculture décrits par Charles Suaud, ceux qui l’invoquent réunissent à tout le moins « les conditions de production de [son] expression » (Suaud, 1984, p. 61). La fabrication du programme est prise dans ce réseau de relations, à la fois réelles et idéelles (la représentation du parti comme « démocratique », par exemple), entre le comité directeur, les délégués et la « base » invoquée. Ces relations, inégalitaires, font exister la communauté imaginée du SPD.

Mobiliser la base

24Les groupes ne se mobilisent jamais seuls : ils sont mobilisés par des porte-parole, des entrepreneurs de mobilisation aux caractéristiques souvent très distinctes des membres plus typiques du groupe. Dans le cadre du programme de Bad Godesberg, donner à voir le groupe mobilisé apparaît important en raison du registre démocratique à faire valoir pour légitimer le programme. Comment donner à voir la base ? Comment produire l’impression d’un parti en discussion ?

25La discussion programmatique se greffe sur des sociabilités partisanes usuelles : les motions, la presse (Vorwärts) et ses réunions sont trois éléments qui sont mis en avant pour insister sur la dynamique participative de l’écriture du programme. L’usage de ces sociabilités dans le cadre des stratégies légitimatrices rappelle aussi l’inégalité de la relation programmatique et le travail d’encadrement qui est opéré.

Le programme des militants

26Helmut Mörchen rappelle les chiffres donnés pour mesurer l’« enthousiasme » du parti : les milliers de pages de propositions parvenues à la direction, les 350 réunions locales auxquelles auraient participé Deist et Eichler entre 1958 et 1959 (Mörchen, 1976, p. 276). Ces chiffres donnent à voir l’ampleur de la discussion partisane qui s’organise autour de trois types d’institutions : les réunions politiques, les motions remontant des sections et des fédérations du parti et la discussion dans la presse partisane.

27Les producteurs cardinaux du programme – ceux qui, à Bonn, sont impliqués dans la production du projet officiel – circulent et font circuler avec eux le projet de programme au cours de réunions militantes. Nous ne disposons pas de comptes rendus de ces réunions ou de documents permettant d’accéder à leur déroulement. Néanmoins, des traces administratives permettent de comprendre que l’un de leurs usages servait à démontrer la mobilisation partisane.

  • 7 Bonn, AdsD, comité directeur – secrétariat Willi Eichler, 0 1696 A.

28Le chiffre de 350 réunions avancé par Helmut Mörchen est exagéré et révèle l’importance que l’on accorde à une légitimation de la « discussion du parti ». La participation aux réunions fait, dans cette logique, l’objet d’un comptage précis et d’une synthèse que l’on retrouve dans les archives officielles de Willi Eichler. Celui-ci indique sur la liste qu’il établit (sans doute pour justifier de son activité) avoir participé à 54 réunions politiques entre février 1958 et juin 1959. Il estime également le nombre de participants à 8 494 au total. C’est dans de grandes villes comme Bielefeld (200 participants) ou Hambourg (280) qu’on obtient la participation la plus forte7.

29La manière dont il produit le tableau dans ce document, sans mention de ce qui est dit, de la « qualité » de la délibération, des caractéristiques de l’assistance (par exemple, des signes de leurs propriétés sociales) mais à partir d’indicateurs de participation, semble indiquer que l’une des justifications au moins de cette « délibération », est d’en démontrer l’importance par le nombre. Les réunions politiques sont bien le point d’appui d’une mise en scène de la démocratie partisane de masse.

  • 8 Bonn, AdsD, comité directeur – secrétariat Willi Eichler, 0 1705 A.

30Cependant, d’autres traces laissées par ces réunions permettent de se faire une idée qualitative sur ce qu’il peut s’y passer. En effet, certains les utilisent comme des sondages internes, c’est-à-dire comme des moyens de mesurer l’état d’esprit des militants. Hermann Bortfeldt fournit ainsi à Willi Eichler une liste des réunions auxquelles il a pu participer et il note également le sentiment d’accord ou de désaccord qui s’en dégage. Il ajoute une remarque générale : « Seule une minorité juge que le programme n’est pas nécessaire8. » Cette remarque montre que la « base » a à fournir des arguments aux dirigeants, puisque Willi Eichler doit parer, encore à l’été 1959, aux tentatives d’Helmut Schmidt ou de Willy Brandt de faire cesser la discussion programmatique. Au-delà de cette mise en scène, les réunions sont aussi conçues comme des moments de diffusion de la parole du centre, ajustées aux conceptions de la démocratie partisane, rayonnant à partir du cœur du parti, telles les théorisations de membres du comité directeur comme Erler ou Lohmar.

31Des « milliers de pages » relatant les prises de position des sections du SPD et dont Helmut Mörchen mentionne l’existence sont essentiellement des documents de synthèse. Les prises de position recensées sont, pour la plupart, axées sur la première version du programme, celle soumise à Stuttgart, texte de référence jusqu’au 30 juin 1959, continuant à être diffusé – des encarts publicitaires pour le projet de Stuttgart paraissent encore dans Vorwärts en mars 1959 en indiquant son prix de vente, 0,40 DM.

  • 9 Bonn, AdsD, comité directeur – secrétariat Erich Ollenhauer, 2/PVAH000002, lettre du 22 juin 1959 d (...)

32Plus de 70 prises de position sont dénombrées dans les synthèses des archives de Willi Eichler. L’essentiel concerne le programme de 1958 que sept fédérations ont commenté ainsi que 38 sections locales [Ortsvereine] (sur 8 000 sections existantes), 16 groupes de travail divers, cinq personnes. Le programme de 1959 ne reçoit de commentaires que d’une fédération, demandant de numéroter les paragraphes, de trois sections et de 11 personnes à titre individuel. Les recommandations sont résumées en un tableau lapidaire. L’essentiel des prises de position porte sur la forme qui apparaît comme une redite de celles du congrès de Stuttgart : les fédérations et de nombreuses sections jugent le programme de Stuttgart « trop long », voire « interminable ». Dans la même veine, certaines sections demandent de le reformuler sous forme de série de points. D’autres, plus impressionnées, demandent que l’on veille bien à fournir un commentaire du programme pour ceux qui auraient des difficultés à le comprendre. Les demandes recensées et résumées ont sur le fond souvent trait à la structure de classe de la société, que l’on demande d’accentuer, ou portent sur des propositions de socialisation que l’on demande de préciser (fédérations de Hambourg et Franken). De plus, Berlin demande la séparation de l’Église et de l’État. Enfin, un petit nombre de sections rejette le projet de Stuttgart (qui est, jusqu’en septembre 1959, le seul sur lequel les militants détiennent des informations) : Nymphenburg, car il ne comporte pas de description de la société future ; une émanation locale du Groupe de travail des jeunes socialistes (Jusos) refuse « un projet qui justifie les conditions sociales existantes » ; Bonn rejette le programme fondamental pour demander un programme électoral. En avril et en juin 1959, les jeunes socialistes de Marbourg et le congrès de la fédération berlinoise demandent encore le report du congrès9.

33À partir du 10 janvier 1958, la discussion s’organise, enfin, dans des tribunes libres de Vorwärts. Ces tribunes accréditent la dimension participative de la production du programme. Une telle rubrique est l’occasion de prises de position programmatiques mais il est utile de signaler qu’elles ne sont programmatiques qu’au sens large du terme : entre 1958 et 1959, l’essentiel des tribunes prend position sur des points « au programme » sans nécessairement faire référence aux programmes proposés (hormis à proximité immédiate du congrès). De manière générale, ces tribunes libres montrent la capacité du comité directeur et des acteurs cardinaux à imposer leurs débats. Il est ainsi demandé aux lecteurs de traiter prioritairement les questions de socialisation et de rapport entre socialisme et Église – les tribunes se focalisent, de fait, sur le christianisme au printemps 1959. Les militants, dont les courriers sont sélectionnés, et les journalistes qui les sélectionnent, privilégient donc des textes qui prennent position par rapport au point de vue des dirigeants du parti.

  • 10 Bonn, AdsD, comité directeur, 30 octobre 1959.

34Les tribunes libres et la presse du parti en général subissent une mise au pas à l’approche du congrès de Bad Godesberg. La revue féministe Gleichheit [Égalité], dirigée par Herta Gotthelf, est rappelée à l’ordre. De même, le comité scientifique de Die Neue Gesellschaft est supprimé en mars 1959. Dans cette entreprise de contrôle de la parole publique, le comité directeur recadre les tribunes libres [freie Tribüne] de Vorwärts. Heinrich Deist et Willi Eichler critiquent les comptes rendus « inexacts » sur le projet de programme fondamental. Ils font convoquer Jesco von Puttkammer, ancien journaliste de la presse indépendante, rédacteur en chef du journal à partir de juillet 1958. Dans un procès qu’il intente aux tribunes libres, Willi Eichler s’en prend aux forces critiques les plus connues au sein du parti, notamment à la tribune rédigée par Abendroth qui voit dans le programme « des choses qui n’y sont pas ». Il s’en servirait, en outre, de manière polémique. Le comité directeur décide alors que les tribunes libres continueront à être publiées, mais il convient d’annoncer clairement que ces tribunes sont des prises de position qui n’engagent que leurs auteurs. On ne doit pas les confondre avec l’opinion officielle du parti. La rédaction doit en outre mieux sélectionner les courriers qu’elle fait paraître et se réserver le droit de considérer une discussion comme close10.

35Entre réunions pédagogiques, motions (qui ne sont pas prises en compte) et tribunes libres sous contrôle, il semblerait bien que l’objectif central de cette discussion générale soit une mise en scène de la délibération.

Intellectuels et militants

  • 11 Lettre d’Erhard Eppler du 2 mai 2012.

36Comment parler des rapports des militants au congrès de 1959 ? En 2012, il ne reste que quelques délégués vivants du congrès de Bad Godesberg. Claus Arndt, qui y était invité, n’a pas pu répondre à nos questions sur ce point (tous les congrès se ressemblent) et, dans notre échange épistolaire avec Erhard Eppler, celui-ci a indiqué n’avoir été qu’un jeune délégué à Bad Godesberg et qu’il n’avait que peu à en dire11. Nous utilisons donc des sources éparses, traces de l’organisation du congrès et de son déroulement au niveau des fédérations, en prêtant attention aux « anecdotes » révélatrices de l’ordre social du congrès. Dans le rapport du programme, deux conceptions du militantisme s’affrontent : celui des milieux intellectuels (qui prennent en charge la discussion du texte et en font un objet de militantisme) et celui des milieux moins dotés en capital culturel qui considèrent le programme comme un objet pour le militantisme.

37Ainsi, un témoignage, celui d’Heinrich Dorsch de la section d’Erlangen, met en évidence un clivage entre militantisme savant et militantisme ordinaire dans le rapport au programme. À Erlangen, le programme n’a pas fait l’objet de débats : la section doit en effet se préoccuper de problèmes locaux. Heinrich Dorsch, le vice-président de la section d’Erlangen, est délégué au congrès :

« Si je me souviens bien, écrit Heinrich Dorsch, le projet de programme n’a pas été discuté de manière détaillée ou critique. Pour des discussions d’une certaine durée, nous n’avions pas le temps aussi parce que, au printemps, notre camarade Michael Poeschke, maire d’Erlangen, est mort soudainement. Il a laissé le parti complètement impréparé à sa succession et aux élections qui s’en sont suivies. » (Dorsch, 1990, p. 201)

38Heinrich Dorsch indique que quelques chapitres du programme ont été discutés par le groupe de travail des universitaires sociaux-démocrates d’Erlangen et qu’aucun autre groupe de travail en dehors de ce cercle spécialisé n’a émergé. La discussion ne mobilise donc dans la ville universitaire d’Erlangen que des acteurs prédisposés à prendre part aux discussions intellectuelles.

39Les spécialistes du travail intellectuel, à même de comprendre les problématiques et de concevoir des motions, semblent donc particulièrement intéressés à l’idée de mener une discussion programmatique en phase avec leurs sociabilités savantes. Le premier programme (celui de Stuttgart) occasionne une discussion dans les cénacles de l’université, à en croire ce que l’on peut lire dans Vorwärts : des groupes d’étudiants ou de diplômés mentionnent les soirées de discussion sur le programme. Ces sections dominées par des personnes disposant d’un haut niveau d’études et les étudiants semblent les plus intéressés par cette discussion programmatique, c’est-à-dire par cette forme particulière de militantisme « intellectuel ». Un indice peut nous en convaincre : les amendements proposés en septembre le sont par une vingtaine de sections seulement. Cinq sections proposent des projets alternatifs à celui du comité directeur. Parmi elles, deux au moins sont menées par des universitaires. Marbourg propose un texte écrit par Abendroth, et Tübingen produit un projet alternatif qu’il défend dans une tribune libre rédigée par le pasteur Friedrich Mildenberg, qui à cette époque prépare son doctorat au sein de l’université de la ville. Dans les archives du parti, apparaissent encore des groupes de travail des plus intellectuels (enseignants, groupes de travail pour la politique culturelle) qui proposent des révisions du programme, basées sur des projets alternatifs.

  • 12 Bonn, AdsD, comité directeur – secrétariat Willi Eichler, 168, recommandations sur le programme fon (...)

40À l’inverse, des militants peu dotés en capital culturel se sentent distants voire ressentent une hostilité face au texte programmatique de Stuttgart. Le 13 mars 1959, un militant décrit le rapport pratique qu’il entretient avec le texte, considéré comme un objet : son incapacité à le lire et à s’imaginer aller vers les autres travailleurs avec ce programme aussi incompréhensible que long. La tribune que ce militant signe s’intitule significativement « Nous ne sommes pas tous des universitaires ». Le programme y est saisi dans sa dimension pratique et militante de matériel de propagande. Ce n’est pas un cas isolé puisque certaines sections adressent au comité directeur des demandes d’édition du programme au format de poche. De même, dans ses commentaires relatifs au programme, la section de Marktbreit, village au bord du Main, déclare que le programme est « d’un trop haut niveau » ou que le programme « ne doit pas parler seulement à quelques milliers de diplômés »12.

41On voit donc émerger deux usages socialement marqués de ces textes programmatiques : un usage dans le cadre de sociabilités intellectuelles et un usage dans le cadre d’un militantisme non intellectuel où l’objet, même à 40 centimes, est vu comme l’incarnation du parti pour le militant qui ira au-devant des travailleurs. Une différence d’usage du programme se fait jour entre ceux qui défendent – dans leurs tribunes – le « chinois de parti », en s’appuyant sur l’idée d’une nécessaire complexité du texte pour décrire le monde, et ceux qui destinent le texte à une fin pratique d’agitation politique.

Dominer un congrès

42Bad Godesberg est un moment préparé et encadré par la hiérarchie partisane qui cherche à en contrôler les effets politiques – notamment en donnant à voir la force et l’unité du parti.

43Le congrès est un univers sonore : des bruits de tasses ou de verres qui s’entrechoquent, mêlés à ceux des discussions, du discours à la tribune et aux applaudissements. Les orateurs n’ont pas la même maîtrise de l’élocution : de voix hésitantes au ton pédagogique des professeurs d’université ; celle « artiste » de Carlo Schmid qui multiplie les envolées lyriques et les effets vocaux (en faisant traîner les voyelles) ; il y a aussi la lecture de textes rédigés au préalable, qui témoigne aussi bien d’une volonté de contrôle du discours (pour Ollenhauer) que d’un manque d’habitude dans la prise de parole. Le poing frappe le pupitre, comme Wissel, pour attirer l’attention sur le drapeau rouge, situé à la droite de l’orateur et symbole de la social-démocratie ou pour insister, comme Deist, sur l’absence de conflit à propos de la nationalisation (tous au sein au SPD s’accordent sur son importance).

44Fréquemment, le discours est un texte écrit oralisé (on entend le bruit des pages ; les orateurs se corrigent ; on les observe lire leurs notes – le discours d’Ollenhauer est par ailleurs transmis par écrit, au mot près, à la presse avant le congrès). Si Ollenhauer passe pour un bureaucrate, c’est sans doute en raison de ses discours lus et qui sont, de fait, des produits collectifs élaborés par les dirigeants du SPD. Cela ne l’empêche pas de se donner à voir, en faisant de grands gestes, en raison de la taille de la salle. « Une rhétorique du livre au ton monocorde », permise par « les technologies de la voix captée » est appuyée par la gesticulation des « opéras parlés » des orateurs (Courtine, 1990). Le congrès et son protocole sont, par ailleurs, marqués par de fortes inégalités dans l’accès à la parole et à l’autorité.

« Notre programme n’est pas un document scientifique » (Erich Ollenhauer)

45D’abord, les scientifiques qui ont participé à la production du programme sont mis à l’écart du parachèvement du travail programmatique. Les membres de la commission programmatique sont invités au congrès, sans que cela leur donne un mandat de délégué ou une voix consultative. Le comité directeur prépare à l’avance la liste de ses invités qui aura valeur symbolique : les présidents des comités permanents, des dirigeants syndicaux, des sociaux-démocrates historiques – dont les derniers membres vivants des commissions antérieures : Rudolf Wissel, Wilhelm Keil, Paul Löbe, ce dernier étant présent comme membre de la commission de contrôle –, le président de l’Internationale socialiste et de certains partis étrangers. Les membres des commissions programmatiques ont le même statut d’invités : assis dans la salle et non à la tribune, ces membres sont présents sans avoir ni le droit de prendre la parole ni le droit de voter.
En définitive, s’ils ne sont pas délégués ou membres du comité directeur, ils ne peuvent pas intervenir à la tribune. Leur mission au service du parti s’arrête là.

46Ludwig Preller, membre de la commission et président du comité d’experts sur la politique sociale, ne comprend ainsi que tardivement que son invitation au congrès ne lui permettra pas de prendre la parole à la tribune. L’invitation apparaît dès lors comme une opération de neutralisation politique pour ces participants. Franz Barsig indique, par ailleurs, qu’Abendroth n’est pas parvenu à être élu par sa section de Francfort-sur-le-Main et ne peut donc défendre sa contre-proposition lors du congrès (Barsig, 1979, p. 99-100). Il parvient cependant à faire en sorte que son programme soit présenté par la section de Marbourg où il enseigne et où il jouit d’une reconnaissance certaine.

47Le travail désormais ne serait plus scientifique mais politique, ce qu’Ollenhauer rappelle en distinguant bien cette réunion d’un débat scientifique :

« Notre programme n’est pas un document scientifique. Il est et doit être le programme politique d’un parti politique. Notre congrès n’est pas un colloque scientifique et pas un congrès de scientifiques. Il est un congrès de politiques. » (SPD, 1959b, p. 52)

48Le congrès marque une redéfinition de la situation du programme, et l’intervention des scientifiques, revendiquée par Willi Eichler encore en mai 1959 dans Vorwärts, devient seconde. Gerhard Weisser note ainsi :

  • 13 Bonn, AdsD, Gerhard Weisser, K 78, lettre à Gerstenmaier du 20 juin 1960.

« J’ai écrit l’exposé avec lequel le comité de politique économique du comité directeur a commencé son activité en février 1946 en la présence de Schumacher. J’y ai ensuite toujours été associé. La même chose vaut pour plusieurs de mes collègues scientifiques socialistes. Aussi ai-je très longtemps tenu pour évident qu’un socialiste ferait un exposé de fond, scientifiquement utile lors du congrès au cours duquel un programme statutaire serait voté. Ce n’est qu’à l’approche du congrès que les raisons pour lesquelles le présidium du parti entendait tenir éloignée toute discussion scientifique compliquée me sont apparues plus claires. Cette volonté résultait du constat qu’un groupe politique avait plus de chances d’être uni sur une base émotionnelle que par les tentatives de donner une interprétation théorique à une conviction commune13. »

49Le projet endosse la légitimité scientifique, rappelle la contribution des scientifiques, mais la discussion se déplace désormais et revient à l’ordre partisan où elle y est redéfinie comme discussion politique. Le processus de production du programme exige une redéfinition de la la situation : le congrès de Bad Godesberg n’est pas un « colloque scientifique ».

Parler sur scène et agir en coulisse

50Les dirigeants du parti maîtrisent la parole lors du congrès. La parole est distribuée en fonction des motions à défendre et des demandes de prise de parole, mais les membres du comité peuvent intervenir de manière beaucoup plus étendue. Cela occasionne une asymétrie dans la prise de parole en faveur de la direction du parti : les rapporteurs, qui défendent le projet du comité directeur puis donnent les recommandations de vote du comité, n’ont pas à respecter une limite de temps lors de leur présentation, alors que les délégués ne peuvent dépasser dix minutes – la fin du temps de parole alloué étant signalée par le son d’une cloche. Les rapporteurs disposent par ailleurs d’un droit de suite et de conclusion (ils sont autorisés à répondre hors de leur tour de parole ; ils peuvent être épaulés par d’autres membres du comité directeur en cas de besoin). En outre, le rapporteur rappelle dans sa présentation la position du comité directeur sur les motions : il est en droit de demander de les rejeter, de les transmettre à la commission de rédaction qui siège en parallèle du congrès ou de les transmettre comme matériel d’information, ce qui n’oblige pas la commission de rédaction à en tenir compte dans le texte final.

51La production du consentement passe encore par un travail de mobilisation dans la « coulisse » du congrès : ce dernier ne se déroule pas seulement dans les travées de la salle polyvalente. Tout d’abord, le comité directeur mobilise les fonctionnaires du parti pour susciter l’adhésion au texte. Dans ce cadre, Franz Barsig parle des « massages de l’âme » prodigués après le congrès, de manière à convertir les délégués :

« On savait aussi que 200 des 340 délégués prendraient part pour la première fois à un congrès et cela est toujours pour un comité directeur un facteur de risques. C’est pourquoi, le soir avant le congrès, dans beaucoup de bistros et de bars de Bonn et de Bad Godesberg dans lesquels les associations fédérales ou de section se réunissaient, on prodiguait des massages de l’âme en quantité très significative. » (Barsig, 1979, p. 100)

52Ce type de compte rendu renseigne sur les pratiques au sein des congrès et sur les supports de la domination, travaillant à se greffer sur les sociabilités ordinaires des associations sociales-démocrates et cherchant à activer les dispositions à la fidélité partisane par ces « massages de l’âme ». Encore une fois, là où un travail sur les idées politiques renvoie à un travail de conviction, ces comptes rendus montrent un travail de construction du vote par des mobilisations interpersonnelles très concrètes. Le comité directeur n’agit donc pas uniquement dans l’enceinte du congrès, mais au-delà pour conquérir des soutiens.

Bad Godesberg : réunion des cadres du parti

53Le congrès de 1959 est un lieu de concentration de capital politique autorisant la consécration politique du programme. Les délégués du congrès sont les élus de 20 fédérations, dont le découpage ne correspond pas à la République fédérale contemporaine, mais à une géographie historique du SPD, qui rappelle parfois celle d’anciens États de la fédération (Brunschwig, Lippe, Palatinat, Oldenburg/Weser-Ems, etc.). Ces découpages reproduisent les divisions interétatiques historiques, transposées dans la constitution fédérale du IIe Empire allemand en 1871 et de la république de Weimar. La répartition des délégués est fonction du nombre de militants. Les conditions précises de leur élection ne sont pas connues : statutairement, le vote a dû avoir lieu lors de congrès dans les fédérations. D’après ce que nous a rapporté Claus Arndt, les délégués ne se voient pas forcément confier un mandat de vote particulier. Le lien est davantage représentatif qu’impératif, même si les délégués peuvent porter des motions qui ont été préparées dans leurs sections d’origine. Deux tiers des 340 délégués élus (participants au congrès ayant le droit de vote) ont des mandats électifs ou des postes de direction du parti (tableau 19). Ces délégués appartiennent donc majoritairement à l’élite partisane. Si on laisse de côté les 40 délégués ex officio, les 300 délégués élus sont à 53 % détenteurs de fonctions de direction du parti ou de mandats électifs (municipaux ou parlementaires). Cette proportion varie d’une fédération à l’autre, en partie en raison des différences d’ancrage du SPD dans chacune d’entre elles. Par ailleurs, la trajectoire de ces acteurs n’est pas achevée et les proportions de cadres augmentent si l’on observe la carrière des délégués sur le long terme, c’est-à-dire au-delà de 1959. Le congrès, en ce sens, mandate ceux qui ont déjà des mandats et des fonctions au sein du parti, et ne constitue pas une assemblée exceptionnelle. C’est aussi cela qui lui donne la capacité de déléguer du capital politique collectif au texte du programme.

Tab. 19 - Un congrès de cadres politiques

Tab. 19 - Un congrès de cadres politiques

54Au-delà de cette composition notabiliaire de la représentation partisane, les prises de position au congrès prolongent, au niveau central, la lutte menée localement. Des fédérations apparaissent clivées en raison des groupes qui les représentent qui ont des prises de position assez divergentes. Si l’opposition au texte final est faible, elle s’observe néanmoins dans des fédérations (Basse-Rhénanie, Hanovre, Berlin) connues pour leurs divisions, susceptibles donc d’idéologiser la lutte intrapartisane pour mettre en scène l’existence de camps opposés. Berlin, qui connaît un changement conflictuel de direction en 1958 avec l’entrée en fonction de Willy Brandt à sa tête, délègue entre autres son vote à l’ancien dirigeant (Franz Neumann), qui émet un vote hostile au programme.

55Le congrès détient, en tant qu’institution, un fort capital politique, celui des délégués qui s’ajoute à celui que lui confère la « discussion partisane », dont il est d’une manière fictive l’aboutissement. Ce capital politique autorise à parler au nom du parti et à fixer des « buts communs » au parti. Dans ce cadre néanmoins, reste la question de la modification du texte dans son contenu, puisque cette transformation est importante.

Fabriquer une majorité pour fabriquer le texte

56Les motions – c’est-à-dire les textes imprimés proposés par des délégués et rassemblés dans des dossiers remis aux délégués – sont la base du travail d’une commission de rédaction élue durant le congrès à partir d’une liste établie par le comité directeur. Fritz Sänger en est le secrétaire. Cette commission est dépolitisée, présentée comme n’ayant qu’un rôle technique (SPD, 1959b, p. 108‑109). Par leur vote, les délégués peuvent bien sûr supprimer ou ajouter un élément au projet. Ils peuvent aussi demander que la commission de rédaction prenne en compte les formulations contenues dans une motion. La motion est alors transmise comme « matériel ».

57La commission de rédaction du congrès n’ayant laissé aucune archive, le travail de pisteur que nous avons mené jusqu’ici s’arrête à la fabrication et au vote des motions. C’est la question de la fabrication des majorités qui est ainsi posée et qui oblige à regarder le congrès comme un système de transactions impliquant plus que les seuls délégués : les délégués restent sous l’emprise du milieu partisan.

Le poids du niveau local dans l’organisation du congrès

58Certaines propositions du comité directeur sont acceptées, d’autres sont rejetées ; lorsqu’elles sont acceptées, les voix contre sont toujours d’un nombre inégal : il n’y a pas d’opposition structurée, constante. En revanche, l’organisation du congrès fait des logiques locales les bases premières de la mobilisation mais en raison des ressources à mobiliser, le regroupement de délégués issus de plusieurs fédérations, en particulier en amont du congrès, apparaît, lui, plus difficile.

L’expression des sociabilités locales

59Le congrès est organisé en fonction de logiques géographiques. Il est donc difficile de constituer des coalitions qui dépassent la prise de position locale. C’est, par exemple, en citant les noms de délégués géographiquement proches (et non « idéologiquement ») qu’Heinrich Dorsch se souvient du congrès (Dorsch, 1990). Les délégués discutent du texte avec ceux qui sont physiquement près d’eux. Werner Stein parle ainsi de « notre table » pour signaler une information qu’il n’a pas eue sur un vote (SPD, 1959b, p. 323).

60Cela génère une densité importante d’échanges et de « bavardages » qui viennent, avec le bruit des couverts et des tasses, se superposer à la forme officielle du congrès. Les rappels à l’ordre montrent l’importance des relations « informelles » dans l’espace. Les présidents de séance demandent de mener les conversations « privées » en dehors de la salle du congrès (p. 117, p. 192, p. 223, p. 235), prient les délégués de se concentrer. Certains orateurs vont jusqu’à s’excuser d’abuser encore du temps des délégués pressés de quitter la salle de congrès. Dans le compte rendu officiel du congrès, la mention Unruhe (« brouhaha », employé par les sténographes de manière conventionnelle) renvoie à ces bavardages dans une salle où les relations privées s’expriment. Les acteurs discutent et soumettent le congrès à une logique ou à un système de transaction parallèle à la logique formelle. Les enregistrements du congrès laissent, de fait, entendre un important bruit de fond.

61L’interconnaissance locale impose sa logique à une rencontre artificielle, générée par – et organisée suivant – des règles bureaucratiques formelles dont l’objet est de donner à voir un parti. L’enracinement du congrès dans les sociabilités ordinaires se laisse lire dans les surnoms que le compte rendu officiel attribue aux délégués (Willi pour Wilhelm, Lisa pour Luise, suppression des deuxièmes prénoms dans les prénoms composés) : les délégués ont des noms conformes au milieu d’interconnaissance. Les sociabilités à l’extérieur de la salle sont également fréquentes (repas, café, cabaret) – sans compter l’important va-et-vient entre la salle de réunion et d’autres espaces dans et à l’extérieur de la salle polyvalente. Franz Barsig indique d’ailleurs que ce sont les sections et les associations locales qui se réunissent dans des bars après les séances (Barsig, 1979, p. 100).

Mobiliser le congrès

62Pour la plupart des délégués, il est difficile d’organiser une mobilisation qui déborde des cadres géographiques ou des cadres de sociabilité préexistants, ou en d’autres termes, de donner une dimension nationale à une position politique. La bureaucratie partisane, à l’inverse, dispose de ressources pour faire de ses positions des positions nationales : capacité de faire circuler le texte par des lettres-circulaires (grâce aux coordonnées des délégués) avant le congrès, d’organiser des tournées dans les fédérations, d’envoyer des agents à la rencontre des délégués en dehors du congrès, d’octroyer du temps et des places, d’imprimer des textes. Ce dernier point est important car multigraphier une motion est nécessaire pour la faire circuler largement entre les 340 délégués. Ceci explique que la plupart des motions des fédérations ou des sections sont préparées avant le congrès. Ainsi, les 258 motions déposées avant le congrès sont endossées par une seule fédération ou une seule section, ce qui montre l’absence de travail de coordination en amont.

63Les orateurs prennent d’ailleurs la parole au nom de leurs groupes, laissant transparaître une conception collective du mandat et un travail collectif sur les motions et les prises de parole. Un délégué de la section de Dortmund, demandant une modification, rejetée, des procédures de vote, indique que sa section avait modifié sa motion pour la rendre acceptable par le comité directeur : « Ainsi nous avons cru, dans la section de Dortmund, que les adoucissements relatifs que nous avons réalisés dans notre motion allaient être acceptés par le comité directeur. Nous ne voulions pas ralentir le processus et les débats » (SPD, 1959b, p. 238). Les amendements sont eux aussi endossés par des sections ou des fédérations, et sont sous-tendus par une logique qui n’est pas individuelle, qui fait de l’orateur le représentant d’un lieu – « Nous, à Darmstadt », « les délégués de la Hesse du Sud », « J’ai la mission de justifier la motion 165 de la section de Brunschwig », etc. : toutes ces mentions de lieu ne se retrouvent jamais dans les discours de la direction du parti. Il n’est pas rare, dans les récits, que l’on fasse d’une section un acteur collectif (« l’esprit oppositionnel de la Hesse du Sud », par exemple).

64Bad Godesberg se caractérise, à l’inverse, par la faible unité de l’opposition idéologique au texte. Il y a un travail idéologique, à gauche, qui est réalisé en vue d’amender le texte, mais aussi pour structurer un courant d’opinion au sein d’un parti qui n’en compte alors pas. Ce faisant, dans un texte paru en 1960 (von Oertzen, 1969), le porte-parole d’une gauche qu’il essaie de faire exister, Peter von Oertzen, déplore l’absence d’union des « opposants » autour d’un projet commun. Pour lui, le vote marquant du congrès aurait été celui portant sur la question de la socialisation. Le tiers des délégués qui auraient exigé des précisions sur les secteurs à nationaliser formeraient, selon lui, l’opposition de gauche. Ce sont eux que von Oertzen essaie, au sortir du congrès, de rassembler en un « courant d’idées » et qu’il appelle à s’organiser.

65Ces « opposants », dont parle von Oertzen, ne constituent pas, de fait, un sous-ensemble susceptible de se mobiliser collectivement lors du congrès. Un certain nombre de députés et de militants connus sont considérés comme représentant une aile gauche au sein du parti en cette fin des années 1950 : Abendroth, Blachstein, Birkelbach, von Oertzen et le vice-président du SPD, Herbert Wehner. Ils sont unis par des liens ou publient dans la même revue Sozialistische Politik (revue de gauche fondée en 1954 et à laquelle participent d’anciens sociaux-démocrates, des trotskistes et certains sociaux-démocrates classés à gauche).

66Cependant, ces acteurs n’ont pas engagé, avant le congrès, un rapport de force avec le comité directeur. Diffusé par le groupe de travail des jeunes socialistes [Jusos], le projet d’Abendroth Aufgaben und Ziele der deustchen Sozialdemokratie [Missions et buts de la social-démocratie allemande] aurait, certes, pu être un texte collectif porté par la gauche du parti (Abendroth, 1959). Abendroth envoie son texte à Peter Blachstein, député de Hambourg, en avril 1959, et rappelle que c’est Blachstein qui lui a demandé de rédiger une contre-proposition. Abendroth attend de la préparation d’une motion de gauche qu’elle permette la mobilisation de personnes se reconnaissant dans l’aile gauche du parti. En cela, le travail collectif engagerait un bras de fer en vue de la modification du programme :

« Un tel travail collectif qui serait soumis à l’opinion publique du parti pourrait contribuer à éliminer les passages les plus réactionnaires du projet de programme officiel comme les Autrichiens l’ont fait pour le projet de Benedikt Kautsky. »

67Mais de manière plus structurelle, ce travail permettrait de poser les bases d’une sous-entreprise de gauche au sein du SPD :

  • 14 Bonn, AdsD, Peter Blachstein, 18, lettre du 4 avril 1959 de Wolfgang Abendroth.

« En outre, ce projet pourrait être le point de départ d’une plate-forme mieux définie pour la gauche et pour le travail de formation militante dans le parti. Ce travail pédagogique reposerait ainsi sur des bases pédagogiques et scientifiques plus systématiques. Ce texte pourrait remplacer, dans une certaine mesure, la formation militante qui avait été rendue possible autrefois par le programme d’Erfurt de Karl Kautsky14. »

68Abendroth entend donc jouer un rôle de théoricien de la gauche, et fournir une base théorique à la construction de l’aile gauche du parti : il agit comme un entrepreneur de ce courant. Il envoie aussi son projet à d’autres représentants de la gauche du parti, comme Otto Brenner, le président d’IG Metall, et Herbert Wehner.

69Cette entreprise de regroupement échoue : le texte d’Abendroth n’a pas été porté collectivement par un réseau national. Les représentants de la gauche du SPD ne se sont pas organisés nationalement, ils ne travaillent pas à faire connaître leur position, à la diffuser lors des réunions, et à recenser et à mobiliser leurs soutiens potentiels.

70Le projet rédigé par Abendroth a ainsi été porté par une seule section, celle de Marbourg. En effet, les acteurs dominants du SPD auxquels Abendroth adresse son texte n’ont pas voulu être suspectés de fractionnisme dans un contexte où les évictions se multiplient. La loyauté à la direction sur un texte aussi important devient cruciale. Ainsi, la crainte de constituer la cible d’une exclusion amène Peter von Oertzen à préciser lors du congrès :

« Si ce programme, sous cette forme, avec ces fondements politiques devait être adopté – et il n’y a pas à douter qu’il le soit –, eh bien alors […] il va être difficile pour une partie des délégués et pour une partie des camarades dans le parti de défendre ce programme de tout leur cœur et avec toute leur conviction [brouhaha]. Je sais, cela peut vous échapper. Mais cela ne remet en rien en question le lien indéfectible qui unit au parti ceux qui, peut-être, à la fin ne pourront pas donner leur assentiment au programme. Ces délibérations n’ont pas affecté dans un sens négatif notre fidélité et notre lien au parti [contradiction] – Oui, c’est vrai : c’est une évidence. […] Nous continuerons à exprimer avec force notre opinion au sein de ce parti. » (SPD, 1959b, p. 307)

71Blachstein, lorsqu’il demande à Abendroth de rédiger un projet, limite d’ailleurs son ambition au secteur économique : il n’était pas question d’un projet général, difficile à cosigner ou à soutenir sans donner immédiatement l’impression d’une opposition frontale à la direction du SPD.

  • 15 Bonn, AdsD, Peter Blachstein, 4, agendas.
  • 16 La direction de l’Union des étudiants socialistes, les SDS, notamment, appelle l’attention du comit (...)

72En outre, l’arrivée de Wehner à la vice-présidence du SPD dérègle les anticipations des tenants d’une ligne oppositionnelle. Wehner fait, en effet, figure de leader de l’aile gauche du SPD et son élection à la vice-présidence du parti en 1958 est décrite comme une victoire de cette gauche sociale-démocrate. Blachstein, qui commande un contre-projet à Abendroth, est un proche de Wehner : il passe quelques jours de vacances avec lui, en compagnie de Birkelbach, en août 195915. Or, le soutien de Wehner au programme empêche sans doute la transformation de l’enjeu programmatique en clivage politique. Blachstein, s’il vote contre le programme, n’intervient qu’une seule fois lors du congrès pour demander aux délégués de faire en sorte que le programme soit rendu acceptable par le plus grand nombre. Plus encore, ni lui ni les autres ténors de la gauche ne réalisent de travail de mobilisation en amont, en participant au congrès ou à des réunions politiques autour du programme. Dans ses souvenirs du congrès, Heinrich Dorsch, délégué d’Erlangen qui votera contre le texte final, indique n’avoir pas eu connaissance de l’existence de contacts entre les militants de la gauche du SPD. Cette absence d’efforts de regroupement a, enfin, conduit à un éclatement des stratégies. Von Oertzen dépose, avant le congrès, son propre projet alors que Marbourg défend celui d’Abendroth, qui mobilise ses réseaux universitaires16. On comprend dès lors que von Oertzen déplore les divergences de vues et l’insuffisance de ce travail militant visant à fédérer une position de gauche.

Négocier l’unanimité

73Bien sûr, le congrès lui-même reste un moment de mobilisation : les applaudissements, les cris, la visibilité des prises de position (on vote en montrant une carte de délégué) manifestent les positions des agents sur le programme. Il représente aussi un moment de transactions entre le comité directeur et les délégués.

74Le comité directeur, en raison de sa volonté de parvenir à l’unanimité, accepte rarement la rapport de force avec des minorités importantes, ne serait-ce qu’en raison de la forte présence journalistique au sein du congrès. C’est particulièrement le cas pour 13 motions qui sont déposées durant le congrès et signées par des délégués issus de plusieurs sections ou fédérations. Ces 13 motions portent chacune entre 30 et 40 signatures, provenant de toutes les fédérations représentées. Cela signifie que ceux qui ont porté ces motions sont parvenus à réaliser un véritable travail de mobilisation. Face à cela, le comité directeur n’a qu’une stratégie : les faire remonter à la commission de rédaction, et donc les accepter. Le comité directeur cherche ainsi à éviter la constitution d’une minorité importante hostile au programme lors du vote final. En effet, une minorité consistante donnerait l’impression d’une division, que les délégués mettraient en évidence par des applaudissements ou en demandant un décompte des voix (ce qui est arrivé une fois lors du congrès). Cela nuirait à la mise en scène de l’unité, qui guide l’exercice de la direction du parti.

75Il est donc rare que le comité directeur aille à l’épreuve de force. Les quelques amendements, adoptés contre l’avis du comité directeur, sont souvent véniels (« les amendes doivent être prononcées par des juges indépendants »). Deux points très symboliques font néanmoins l’objet d’un conflit et d’un bras de fer ouverts, tranchant avec la culture de l’unanimité. Dans les deux cas, il s’agit de points centraux pour la gauche du parti : l’affirmation du soutien à l’entreprise privée et au rôle de l’Église.

76La gauche du parti, à travers la fédération de Hesse du Sud, accepte que la petite entreprise privée soit soutenue, mais à une condition : l’entreprise privée ne pourrait être soutenue que dans les « seules » situations où cela n’entraverait pas l’instauration d’un ordre social juste. Bien que ce soit déjà mentionné dans le texte, les délégués de Hesse du Sud veulent renforcer la soumission des entreprises privées à l’impératif de l’émancipation individuelle et au contrôle politique. Le rapporteur pour le comité directeur indique que cela n’ajoute rien au projet, et s’oppose donc à cette motion 160. L’enjeu de la confrontation est donc essentiellement symbolique, et pour la gauche et pour le comité directeur. Il y a fort à parier que c’était là, pour la gauche du parti, l’occasion de tester son influence, et de se compter : les 100 délégués qui votent en faveur de la motion sont, à partir de ce moment, considérés comme la jauge de cette gauche du parti.

77Concernant l’Église, les choses tournent plus mal pour le comité directeur. Adolf Arndt, qui rapporte sur ce sujet, demande que le SPD accepte le statut particulier des Églises, et même, qu’il fasse plus que respecter leur rôle. L’Église est, pour le parti, un enjeu important. Il s’agit d’émanciper les Églises protestantes et catholiques de l’influence exclusive de la CDU (Christlich Demokratische Union Deutschlands [Union chrétienne--démocrate d’Allemagne]). Le comité directeur est, à cette époque, impliqué dans des négociations avec des groupes ecclésiastiques. Adolf Arndt, Willi Eichler et Gustav Heinemann organisent des réunions et des discussions avec des prélats. Leur objectif est donc d’afficher une position ouverte du parti vis-à-vis de l’Église et de désamorcer les arguments qui leur sont souvent opposés dans ce type de réunions. Ni les fédérations ni les sections ne sont impliquées dans un tel travail de rapprochement. La bataille tourne rapidement au désavantage de la direction qui doit se contenter de respecter les religions sans plus les soutenir positivement.

Le congrès des experts

78Il est difficile pour les délégués des fédérations de structurer une mobilisation nationale en raison des faibles ressources dont ils disposent pour regrouper des soutiens sur une base nationale. Les ressources nécessaires pour élargir les soutiens et tenter de parvenir à une position commune sont d’abord matérielles : papier, téléphone, listes de noms et la capacité à structurer un texte de motion. La plupart du temps, les délégués ne disposent pas de tels moyens.

  • 17 Bonn, AdsD, comité directeur – secrétariat Willi Eichler, 0 1699 A.

79En revanche, les experts du parti en sont pourvus. Plus prédisposés à croire à l’importance du programme, ces experts considèrent que la précision des développements du programme ou l’ampleur des mesures préconisées pour les domaines qui les concernent sont de véritables enjeux. Beaucoup d’intellectuels du parti ne sont pas enthousiasmés par le projet du comité directeur. On trouve dans la correspondance d’Eichler les traces d’une opposition nette des spécialistes du parti au projet soumis : l’économiste Fritz Baade, de l’Institut d’économie mondiale de Kiel, considère que l’adoption éventuelle de ce « programme propagandiste » serait une « malchance historique ». Gerhard Weisser fait connaître à plusieurs reprises ses réticences. Le 2 novembre 1959, Otto Brenner, le président d’IG Metall, indique, par courrier express, qu’il est hostile au projet17, après avoir fait entendre ses réserves sur le texte dès le mois d’août. Wolfgang Abendroth soumet un projet alternatif. Viktor Agartz (ancien spécialiste économique du SPD et du DGB [Deutscher Gewerkschaftsbund (Confédération allemande des syndicats)] alors qu’il en est déjà exclu à cette date, fait néanmoins entendre également son opposition au programme. Les spécialistes de politique sociale sont eux aussi extrêmement insatisfaits. Ces derniers se mobilisent.

80Comme nous l’avons expliqué précédemment, il serait faux de penser que le texte adopté et le texte soumis se superposent. Nous avons signalé de multiples écarts. Le programme devient plus traditionnel en matière d’économie ou de religion, il prend une tonalité pacifiste plus affirmée ou affiche de manière plus ferme l’ambition de la réunification des deux Allemagne. L’une des divergences les plus importantes porte sur la transformation des parties économiques et sociales du programme qui sont imposées par le comité de politique sociale, à travers deux motions : la motion 148 et la motion 262. La première est soumise par la section de Hanovre avant le congrès, la seconde par 40 délégués issus de 11 fédérations du parti durant le congrès.

  • 18 Né en 1925, membre du SPD à partir de 1945, Helmut Rohde est journaliste à la Deutsche Presseagentu (...)
  • 19 Walter Auerbach (1905-1975) est membre du comité de politique sociale auprès du comité directeur à (...)

81Les conseillers en politique sociale du comité directeur sont, en effet, insatisfaits tant du texte que de l’absence de prise en compte de leurs mises en garde. Schellenberg, Preller, Auerbach et Rohde18 estiment avoir encaissé une importante défaite symbolique : « plus que légers », les développements de politique sociale sont aussi considérés comme insuffisants sur le fond. Ils suivent, en outre, les développements économiques qui, eux, incluraient la question des syndicats et de la cogestion comme moyen de démocratiser l’économie. Les syndicats ne ressortiraient plus du domaine de compétence des experts des politiques sociales. Lors du congrès, Walter Auerbach19 décrit ce conflit territorial qui se cristallise autour des syndicats et la trop faible importance accordée aux politiques sociales :

« Camarades ! Vous avez la motion 262 sous les yeux […] Je n’aurais pas pris la peine de la justifier à nouveau si une revue de politique sociale et l’aimable éditorialiste d’un grand quotidien ne s’étaient pas, juste aujourd’hui, inquiétés de la taille limitée du chapitre de politique sociale. C’est précisément l’objectif de cette motion d’empêcher ce type de fausse impression. Les questions de politique sociale sont traitées dans de nombreux paragraphes qui, pour l’heure, sont sous le titre “l’économie”. Il est très difficile de décider auquel des deux chapitres, économie ou ordre social, les syndicats appartiennent. » (SPD, 1959b, p. 171)

  • 20 Bonn, AdsD, Ludwig Preller, 93, lettre de Ludwig Preller, 6 novembre 1959.

82Les experts se mobilisent donc. De nombreux courriers sont échangés, des circulaires expédiées, les listes de soutiens potentiels dressées. Car c’est en amont du congrès que les experts se coalisent et enrôlent leurs soutiens. Hanovre – dont Auerbach et Rohde sont délégués – prend la tête de l’offensive. Les conseillers travaillent ensemble sur un texte de motion visant à modifier le programme. Puis ils produisent une liste de délégués « intéressés par les politiques sociales » auxquels Hanovre envoie le document au nom du comité de politique sociale qui donne son soutien à la proposition20. Dans une lettre du 4 novembre 1959, Auerbach invite les délégués à signer sa contre-proposition en matière de politique sociale, car celle du projet serait insuffisante. Le courrier les invite en outre à participer à une réunion organisée à l’heure du déjeuner le 13 novembre, durant le congrès de Bad Godesberg. Les moments de commensalité prennent donc, on le voit, une dimension politique, et le temps du congrès est mis à profit pour poursuivre les mobilisations qui l’ont précédé.

83Les participants à ce déjeuner rédigent une motion commune (la motion 262). Elle rappelle l’objectif premier de la motion 148 (la fusion des parties « économie » et « société » du projet) et intègre un ensemble de modifications demandées par des motions déposées par plusieurs sections. Cette motion oppose donc un bras de fer durant le congrès : alors que la motion 148 est « locale », la motion 262 est nationale, agrégeant des soutiens issus de multiples fédérations du parti. Cette motion réclame une importante réécriture du programme : ajouts techniques et modification de la structure d’ensemble du programme. Autant de choses auxquelles le comité directeur s’était refusé durant la phase préparatoire du programme. Le comité directeur n’avait en effet, jusqu’au congrès, pas pris la mesure des mises en garde des conseillers sociaux.

84Conformément à la culture unanimiste, face à cette fronde organisée, le comité directeur va céder en quelque sorte devant le risque d’une « mise en minorité » ou d’une faible majorité. Les rapporteurs demandent aux délégués d’adopter les deux motions, ce que le congrès fait à l’unanimité moins une voix. Par ailleurs, le comité directeur enrôle Walter Auerbach, celui qui les a portées, dans la commission de rédaction, et celui-ci deviendra, par la suite, et en raison de ce succès, un conseiller reconnu. Le président du comité de politique sociale, Ludwig Preller, remettra sa démission pour acter ce changement dans la hiérarchie du prestige.

85Les conseillers sociaux sont donc parvenus à imposer à la direction du parti une revalorisation symbolique de leur expertise. Les motions 148 et 262 renforcent la place des politiques sociales dans l’architecture du programme. Ce faisant, ces experts réaffirment leur force politique et leur importance symbolique. La fusion du chapitre économique et du chapitre « ordre social » en un seul chapitre « ordre économique et social » règle la question de la souveraineté (économique ou sociale) sur les syndicats ou sur la fixation des salaires.

86On voit, en résumé, qu’une mobilisation réussie ne repose pas uniquement sur une délibération et un échange d’arguments durant le congrès : tout un travail en amont et en dehors du congrès est réalisé pour transformer l’autorité du comité de politique sociale en motions adoptées. Cette autorité tout comme l’appui de la section d’Hanovre, la capacité à établir une liste de soutiens en faveur de l’initiative du comité, ou la capacité des conseillers sociaux à faire front commun, sont des ressources que la connaissance des rouages des congrès permet de mobiliser avec succès pour obtenir des modifications substantielles du texte initial.

Conclusion

87L’adoption du programme donne au texte sa forme finale : elle en fait un programme, en le revêtant du sigle du parti et en le dotant de la force de l’engagement collectif. C’est une consécration et un achèvement du processus de production. Bad Godesberg veut montrer dans sa dramaturgie délibérative et unanimiste la mobilisation d’un parti autour d’une ligne partagée. Si le congrès valide le programme, c’est également le moment où l’on intervient sur le texte : en plus d’en changer la nature, on en change le contenu. Pour le dire à la manière d’Howard Becker, « au vrai, il n’est pas excessif de dire que c’est le monde de l’art plutôt que l’artiste lui-même qui réalise l’œuvre. Les choses s’éclairent si l’on part de l’idée qu’une œuvre d’art doit sa forme définitive aux choix successifs, importants ou minimes, que l’artiste et d’autres effectuent, jusqu’au dernier moment » (Becker, 2010, p. 209). Les délégués interviennent sur le texte soumis par les producteurs cardinaux du programme selon les modes de coopération propres au parti, à ses institutions et à ses règles de sociabilité. Officialisé, le programme devient un texte de référence, mobilisé pour agir politiquement : pour exclure des militants et des organisations, pour rendre compte de l’action des dirigeants du parti, pour justifier ou critiquer cette action, pour styliser l’histoire de la social-démocratie, etc. Ces usages en font, dans les années 1970, le moment d’une rupture historique dans la trajectoire idéelle de la social-démocratie.

Notes

1 Cf. Neuer Deutscher Wochenschau.

2 http://www.tagesschau.de/jahresrueckblick/meldung227088.html, consulté le 12 janvier 2012.

3 Bonn, AdsD, Willi Eichler, 169.

4 « Eine Offensive der Freiheit », Berliner Morgenpost, 17 novembre 1959, p. 2.

5 Bonn, AdsD, comité directeur – secrétariat Willi Eichler, 0 1699 A, lettre d’Heinrich Deist à Duden (double à Willi Eichler), 19 octobre 1959.

6 Bonn, AdsD, Erich Ollenhauer, 388, communiqué.

7 Bonn, AdsD, comité directeur – secrétariat Willi Eichler, 0 1696 A.

8 Bonn, AdsD, comité directeur – secrétariat Willi Eichler, 0 1705 A.

9 Bonn, AdsD, comité directeur – secrétariat Erich Ollenhauer, 2/PVAH000002, lettre du 22 juin 1959 de la fédération de Berlin et 2/PVAH000003, lettre du 24 avril 1959 des Jusos de Marbourg.

10 Bonn, AdsD, comité directeur, 30 octobre 1959.

11 Lettre d’Erhard Eppler du 2 mai 2012.

12 Bonn, AdsD, comité directeur – secrétariat Willi Eichler, 168, recommandations sur le programme fondamental.

13 Bonn, AdsD, Gerhard Weisser, K 78, lettre à Gerstenmaier du 20 juin 1960.

14 Bonn, AdsD, Peter Blachstein, 18, lettre du 4 avril 1959 de Wolfgang Abendroth.

15 Bonn, AdsD, Peter Blachstein, 4, agendas.

16 La direction de l’Union des étudiants socialistes, les SDS, notamment, appelle l’attention du comité directeur sur le projet d’Abendroth : Bonn, AdsD, Willi Eichler, 168, recommandations des fédérations, des sections et des groupes de travail.

17 Bonn, AdsD, comité directeur – secrétariat Willi Eichler, 0 1699 A.

18 Né en 1925, membre du SPD à partir de 1945, Helmut Rohde est journaliste à la Deutsche Presseagentur de 1947 à 1950 puis attaché de presse au ministère du Travail et des Affaires sociales de Basse-Saxe (où Auerbach est également employé) de 1953 à 1957. Il a étudié de 1950 à 1953 à la Hochschule für Arbeit, Politik und Wirtschaft de Hambourg. En 1957, il est élu au Bundestag (jusqu’en 1987) et du Landtag de Basse-Saxe (1957-1961). En 1969, il devient secrétaire d’État parlementaire du ministère du Travail où Auerbach est secrétaire d’État (fonctionnaire). Il devient ministre de l’Éducation entre 1974 et 1978.

19 Walter Auerbach (1905-1975) est membre du comité de politique sociale auprès du comité directeur à compter de 1947 et jusqu’en 1972. Depuis 1948, il est secrétaire d’État (c’est-à-dire haut fonctionnaire « politique ») au sein du ministère du Travail et des Affaires sociales de Saxe inférieure, après avoir occupé des postes administratifs dans des organismes sociaux. Entre 1969 et 1972, il est secrétaire d’État (haut fonctionnaire « politique ») auprès du ministre fédéral du Travail et de l’Ordre social. Il est durant les années 1950 membre de conseils ministériels au niveau fédéral et au sein des organismes syndicaux. Il échoue dans les années 1950 à obtenir un poste universitaire.

20 Bonn, AdsD, Ludwig Preller, 93, lettre de Ludwig Preller, 6 novembre 1959.

Table des illustrations

Titre Illustration 3 – Accueil du comité directeur en gare de Kiel (1927). Bonn, AdsD, FOTB002302
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/25425/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 129k
Titre Tab. 19 - Un congrès de cadres politiques
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/25425/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 173k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search