Version classiqueVersion mobile

L’invention de la social-démocratie allemande

 | 
Karim Fertikh

Produire un texte programmatique : une sociologie politique du travail en commission

Texte intégral

« Erich Ollenhauer, le praticien fort de son expérience du travail politique, voulait adapter au présent le programme d’Heidelberg (de 1925) dans une langue sobre, compréhensible pour tous, de manière à prendre en compte les faits nouveaux. […]

À l’occasion du 15e anniversaire du vote du programme par le congrès de Bad Godesberg par 324 des 350 voix, Herbert Wehner a répondu à l’importante question du contexte historique :

“Ce programme n’est pas apparu par hasard.

Il a pris racine dans un siècle d’histoire du mouvement ouvrier. Il n’est pas une somme de calculs tactiques. Il n’a pas été pensé dans des salles d’étude. Ce programme aurait été impensable sans les expériences et les souffrances des socialistes au cours des deux guerres mondiales et sous les dictatures qui s’en sont ensuivies.” »

  • 1 Bonn, AdsD, Fritz Sänger, 59, lettre à Willi Eichler du 23 décembre 1966.
  • 2 « Stehen und fallen mit der roten Fahne ? », Der Spiegel, 23 août 1976.

1Qui est l’auteur du programme de Bad Godesberg ? Le 23 décembre 1966, Fritz Sänger, rédacteur du projet soumis au congrès de Bad Godesberg, écrit à Willi Eichler pour déplorer le fait qu’un journal ait fait de lui, Sänger, « le père du programme » dans un article à l’occasion de son 65e anniversaire. Selon Sänger, ce serait en effet à Willi Eichler que reviendrait cette paternité intellectuelle1. Depuis les années 1970, les participants au travail programmatique, les biographes et les journalistes multiplient les assignations auctoriales. Eichler est, bien sûr, considéré comme le « père du programme » (Meyer, 1991). Mais l’ouvrage que l’historien Hartmut Soell consacre à Fritz Erler (Soell, 1976) ouvre la voie à un conflit en promouvant la revalorisation du rôle de ce dernier dans la production de Bad Godesberg. Réactivant les considérations de Soell, la presse conteste l’importance du rôle d’Herbert Wehner, jusqu’alors considéré comme crucial dans la « modernisation » du SPD (Sozialdemokratische Partei Deutschlands [Parti social-démocrate d’Allemagne])2. Plus tard, Masaaki Yasuno entend, pour sa part, affirmer l’importance d’Erich Ollenhauer dans l’écriture du programme, qui aurait été négligée jusque-là (Yasuno, 2010). Les développements sur l’ordre étatique [staatliche Ordnung] font l’objet d’un conflit d’attribution entre historiens. Quel juriste, ainsi, y aurait eu le plus d’influence : Martin Draht (Wieczorek, 2010) ou Fritz Erler (Gosewinkel, 1991) ? Cela vaut également pour les développements économiques, attribués par les exégètes tantôt à Karl Schiller tantôt à Heinrich Deist (Barsig, 1979, p. 98). L’importance de Benedikt Kautsky est aussi souvent soulignée, mais n’en est pas moins contestée, par exemple par Fritz Sänger.

Tab. 17 - Les états d'un texte

Tab. 17 - Les états d'un texte

2Le jeu des assignations et des réhabilitations, auquel se livrent historiens, commentateurs et acteurs de la vie politique, est le résultat d’une illusion héroïque (Dobry, 1992, p. 79 et suiv.) où l’on cherche à mesurer l’« influence » d’un individu sur le texte programmatique. Ces interrogations sur le « rôle » (au sens de l’« importance »), sur l’évaluation de l’influence conduisent à des vues limitées sur la « contribution » au programme (Baxandall 1991, p. 107) et à d’« impossibles recherches de paternité » (Febvre, 1909, p. 191). Ce problème découle d’une conception individualiste de la production des idées politiques, tirée de l’idéologie issue de la production artistique.

3Pour autant, comprendre la fabrication d’un texte collectif impose de ne pas projeter sur ses rédacteurs les catégories propres à la critique artistique ayant à voir avec l’individualité créatrice. Cela implique plutôt de replacer l’ensemble des individus dans des dispositifs de production et dans une sociologie de l’organisation. Pour reprendre les mots de Karl Mannheim,

« la conception individualiste du problème du savoir donne ainsi de la pensée collective une image aussi fausse que si, dans une usine hautement spécialisée de 2 000 ouvriers, on imaginait la technique, le mode de travail et la productivité de telle manière que chacun de ces 2 000 ouvriers travaillerait dans une pièce isolée, procédant pour soi-même et au même moment aux mêmes opérations et fabriquant lui-même chaque pièce de A à Z. Cela va de soi, les ouvriers ne travaillent pas ainsi mais confectionnent collectivement l’objet produit » (Mannheim, 2006, p. 24).

4Pour comprendre la fabrication du programme, il faut donc partir du principe que le texte est le produit de multiples individus en interaction et considérer que ces personnes ont, certes, des ressources ou des intérêts différents mais que toutes ignorent la fin de l’histoire. Suivre ces interactions présente l’intérêt de souligner l’incertitude de l’action contre les certitudes rectilignes d’une histoire des idées classiques.

5Le programme connaît différents états au fil du temps, et sa fabrication est prise en charge par de multiples groupes dont la composition est différente à chaque fois, comme le tableau 17 l’indique.

6Ce chapitre propose donc une sociologie du travail en commission, en procédant à une sociologie des transformations d’un texte, c’est-à-dire une analyse des transformations sociologiquement explicables des différentes versions du programme de Bad Godesberg. Cette fabrication renseigne sur la distribution de l’autorité, et met donc en lumière les ressources qui fondent l’autorité partisane, puisque « contrôler le parti » revient à maîtriser les « capitaux [y] ayant cours » (Offerlé, 2012, p. 69). En ce sens, les commissions programmatiques sont des lieux où est négociée la valeur des différentes espèces de capitaux détenus par les acteurs.

La politique scientifique de la commission du SPD

7La commission de 1955 produit un projet, repris au congrès de Stuttgart de 1958 « pour discussion », suivant l’expression utilisée à l’époque, avant qu’il soit soumis l’année suivante à Bad Godesberg pour adoption. En dépit des transformations que le texte subit avant son adoption, il fournit, pour l’essentiel, l’architecture du programme qui sera adopté à Bad Godesberg. Des éléments présents dans le diagnostic social qui introduit le texte de 1958 ont été versés dans les développements du programme de 1959. Surtout, le cœur du raisonnement n’est pas modifié d’un texte à l’autre : « dignité » des personnes, organisation de l’ordre économique, lutte contre le pouvoir économique, combat contre les « nouvelles dépendances », éducation politique et démocratique des élèves, etc. sont autant de questions soulevées dans les deux textes. La lutte contre les aliénations, l’exploitation et les « dépendances », dont les sources seraient à chercher dans les nouvelles formes d’organisation de la production et de la consommation, reste le cœur de ce projet de création d’un nouvel ordre pour la société allemande.

8Le plan du projet soumis en 1958, comptant 47 pages, montre l’ampleur du travail intellectuel réalisé, et la précision atteinte. Ce sont différents groupes de travail qui ont posé les bases de chacun des grands chapitres. Cette organisation en comités thématiques, responsables chacun d’une section du programme, était d’ailleurs déjà celle instaurée par Bernstein, en 1921, pour la rédaction du programme de Görlitz.

Plan du projet de Stuttgart

1. L’image de notre temps

1.1. L’homme entre crainte et espoir

1.2. Menace sur la démocratie

1.3. Idéologie et réalité de la liberté économique

1.4. Le pouvoir économique est un pouvoir politique

1.5. Le salarié dans la société industrielle

1.6. La situation politique internationale

1.7. Capitalisme et communisme – et la liberté

1.8. La division de l’Allemagne : une lourde hypothèque

2. Les valeurs fondamentales du socialisme démocratique

3. La politique des droits et de l’État

4. Économie et société

4.1. Une politique économique active

4.2. Liberté et contrainte [Bindung]

4.3. Justice dans la répartition des revenus et du patrimoine

4.4. Les conditions d’une politique économique de liberté

5. Monde du travail et bien-être [Wohlfahrt]

6. La vie culturelle

6.1. L’influence sur les masses et l’initiative créatrice

6.2. Art et peuple

6.3.
Science et politique comme compagnons de route [Bundesgenossen]

6.4. La même chance à tous les dons

6.5. La formation de la deuxième chance [zweiter Bildungsweg]

6.6. Formation des adultes et la formation politique

6.7. Formation des enseignants et recherche pédagogique

6.8. La signification du loisir

6.9. Famille et égalité

6.10. Socialisme et église

7. Assurer la coopération pacifique des peuples

8. La seule voie

9Que dit précisément le programme des intellectuels ? Le projet de Stuttgart s’érige contre le pessimisme culturel, qui a gagné une société de plus en plus démunie face à l’impossibilité de voir advenir les idéaux de liberté et de justice sociale, de sécurité et de prospérité. La démocratie est menacée, précise le programme, par la concentration des pouvoirs aux mains de l’exécutif et, plus radicalement, par le contrôle croissant des détenteurs de capitaux sur les processus politiques. Les « nouvelles dépendances » désignent, pour mieux les dénoncer, les transformations qui accompagnent les contrôles « hétéronomes » qui s’exercent sur les individus en conséquence de la deuxième révolution industrielle. Pour le socialisme démocratique, l’économie de marché ne fonde pas un ordre social : le marché de concurrence libre n’existe pas, puisque la grande entreprise contrôle une économie de plus en plus concentrée. Et s’il est vrai d’après le texte que les petites entreprises accordent plus de place à la liberté et à la dignité des personnes, elles entreraient de plus en plus dans l’orbite des grandes entreprises. Aussi le programme propose-t-il d’offrir une protection à ces petites entreprises. Plus généralement, ce projet social-démocrate considère que l’économie a des effets sociaux et politiques qui obligent à la contrôler.

10Le socialisme démocratique apparaît dès lors comme une alternative à deux systèmes socio-politiques : dans la concurrence avec le communisme, la démocratie ne peut l’emporter que si elle est ordonnée par la liberté et la justice, ce que le capitalisme n’est pas en mesure d’assurer. Bref, entre le communisme et le capitalisme, le socialisme démocratique se pose comme un système alternatif tant au capitalisme qu’au socialisme.

11Le projet réaffirme l’importance des valeurs centrales du socialisme. On a souvent réduit l’axiomatique de Bad Godesberg (et donc de Stuttgart) à la reconnaissance de l’importance du christianisme dans le socialisme européen. Plus généralement, cependant, les socialistes démocratiques se battent pour la reconnaissance de la dignité des personnes appartenant à une communauté : ils visent à la fois la dignité personnelle et la solidarité. Cette dualité reflète une tension propre aux débats de ces années : l’opposition personne/groupe se superpose dans les catégories de pensée à une autre opposition, à connotation morale : égoïsme/solidarité. La dignité de la personne et son inscription dans l’existence collective s’affirment dans une exigence démocratique radicale, non cantonnée au seul domaine des institutions étatiques qui ne feraient de la démocratie qu’une démocratie formelle.

12C’est cette radicalité démocratique qui sert de fil rouge aux développements spécifiques : assurer la cogestion de l’État par les citoyens et garantir la propriété tant qu’elle garantit l’indépendance de l’individu (et n’a pas le pouvoir de détruire la liberté des autres) ; assurer la démocratisation de l’économie pour éviter que le pouvoir économique ne se mue en pouvoir politique ; fournir aux individus, par une politique sociale, les moyens économiques du développement de leur personnalité et protéger la vie de famille ; dénoncer l’influence des industries culturelles sur les masses et ordonner leur réorganisation démocratique ; garantir l’égalité entre femmes et hommes dans le cadre d’une famille dont les traits autoritaires doivent être atténués ; assurer la coexistence pacifique. « La seule voie », conclusive, est un rappel de l’histoire du socialisme, dont le but est la société sans privilèges de classe contre celle, actuelle, où « anciennes et nouvelles dépendances ne menacent plus depuis longtemps uniquement le salariat industriel ». C’est pourquoi le programme finit par en appeler à la construction d’une société sans classes, qui n’est pas, de son point de vue, une utopie irréalisable.

13Résumé de cette manière, le programme a une tonalité très différente de ce que serait une simple revendication d’abandon du marxisme. À côté d’un travail conceptuel précis, le texte de Stuttgart retrouve même les accents messianiques d’un Karl Marx appelant à l’instauration d’une société sans classes.

14Pour comprendre ce texte pétri de contradictions et la manière dont il les surmonte, il nous faut suivre son élaboration. Frédérique Matonti parle, pour caractériser les exigences qui sont celles des intellectuels appelés à définir la ligne partisane, de « bricoleurs », tiraillés entre la théorie pure, « préservée des compromissions », et la théorie purement « ajustée aux exigences partisanes » (Matonti, 1996, p. 95). La commission programmatique fournit un observatoire de ce type de « bricolage » – si l’on veut bien entendre par là la recherche d’un point d’équilibre entre construction d’une position partisane et conformité aux savoirs théoriques au nom desquels se justifie l’intervention des intellectuels. Il s’agit donc ici d’analyser les ajustements auxquels se livrent ces intellectuels au service du parti pour parvenir à rédiger un projet de programme.

Les fondements scientifiques du politique

15Des individus, pour beaucoup universitaires mais aussi professionnels de la politique (députés, permanents du parti), sont réunis au sein de la commission pour discuter du programme. Au sein de la première commission, le travail sur le programme est défini comme un travail scientifique, de manière conforme à l’ethos des universitaires recrutés, mais peut-être avant tout à leur fidélité à la tradition socialiste, à cette idée que « le savoir est le pouvoir ». Cela ne signifie pas que les dimensions, enjeux et clivages proprement politiques, soient exclus du travail programmatique, mais que ceux-ci s’expriment dans la documentation conservée aux archives sous la forme de débats scientifiques ou techniques. On n’y fait ainsi quasiment pas référence à la CDU (Christlich Demokratische Union Deutschlands [Union chrétienne-démocrate d’Allemagne]) ni même aux élections. Les clivages que l’on s’attend à observer, entre marxistes et antimarxistes, collectivistes et libéraux, aile droite et aile gauche, ne s’expriment pas de manière aussi nette – d’ailleurs les « ailes » du SPD se formalisent plus tardivement, dans les années 1970.

  • 3 Bonn, AdsD, Heinrich Deist, 39, compte rendu de la réunion du comité aux questions fondamentales du (...)

16Il n’est, du reste, fait mention dans les archives d’aucune procédure de vote pour trancher les éventuels différends. Charlotte Lütkens, dans le comité aux questions fondamentales, demande bien de noter les positions minoritaires3 – mais que signifient « positions minoritaires » lorsque certains procès-verbaux recensent des dizaines de prises de position sans pour autant arrêter de décision ? Les comptes rendus retracent, en effet, des discussions, des exposés, des prises de position – mais de vote, de motion, de position majoritaire ou minoritaire, point. Admettons a minima que le compte rendu de l’activité dépolitise la commission en ne mentionnant pas les techniques usuelles des délibérations partisanes (le vote sur des motions) ou en n’inscrivant pas son travail dans la compétition partisane. Cette compétition semble plutôt faire de la commission la scène de débats scientifiques, auxquels les universitaires prennent part de manière déterminante.

  • 4 Bonn, AdsD, comité directeur – programme/discussion partisane, 0 1591 B, réunion de la commission p (...)
  • 5 Bonn, AdsD, Heinrich Deist, 39, compte rendu de la réunion du comité aux questions fondamentales du (...)
  • 6 Bonn, AdsD, Walter Menzel, R42, compte rendu de la réunion du comité aux questions fondamentales du (...)

17Il est vrai que la volonté de formuler une philosophie socialiste « unifiée », comme celle qui a été rendue possible par la science marxiste des années 1920, est jugée difficile tant « la situation philosophique de base est incertaine ». L’idée d’un accord philosophique n’est cependant pas complètement abandonnée, et certains avancent qu’une « conception philosophiquement unifiée pourrait, vraisemblablement, être atteinte dans l’analyse4 » (non dans les revendications). « Avant, dit Charlotte Lütkens, il y avait une philosophie commune. » Cette remarque permet d’appréhender les oppositions qui ont pu prévaloir au sein des comités, et dont on trouve trace aussi bien dans les correspondances que dans les entretiens, en particulier entre des conceptions divergentes de la place de l’analyse marxiste de la société. Ces constats servent surtout à justifier l’inclusion d’une partie axiomatique, celle des « valeurs fondamentales » du socialisme, revendiquée par Willi Eichler, au nom d’une philosophie néokantienne à laquelle il a été formé dans sa jeunesse militante. Le découpage du programme est établi : une partie fondamentale (d’abord le diagnostic social puis les valeurs fondamentales du socialisme démocratique) dont découleraient ensuite les propositions sectorielles, qui sont aussi appelées l’« utopie réalisable5 » (Christian Gneuss). Si la commission semble clivée (la proclamation de « valeurs » est fortement critiquée pour son manque de scientificité6), la première réunion de la commission décide du plan et de placer en première position un diagnostic sur l’état de la société. Ainsi, la Zeitanalyse qui ouvre le programme et en constitue plus de la moitié des développements souligne l’importance de cette étude pour les scientifiques mais aussi la capacité de ces mêmes scientifiques à fixer le cadre de la discussion programmatique.

  • 7 Bonn, AdsD, comité directeur – Erich Ollenhauer, 387, lettre de Gerhard Weisser à Erich Ollenhauer (...)

18La définition de l’activité de la commission, quand bien même des désaccords philosophiques subsistent, est avant tout scientifique : il s’agit d’émettre des propositions qui soient scientifiquement recevables. Cela émerge des prises de position lors de la séance du 7 juin 1956, qui, consacrée au sens de l’activité programmatique et à la structuration du programme, pose (et impose) les bases de l’activité de la commission : « Ne pas donner dans la fatigue pour la science », dit Lore Henkel, pour qui la jeunesse veut une « scientificité inattaquable ». Gisberg Rittig fait des exigences morales (l’économie doit partir de l’homme) des vérités « scientifiquement déductibles ». Il faut refuser le « pessimisme scientifique », dit encore Weisser. Ailleurs, justifiant les progrès du travail de la commission auprès d’Erich Ollenhauer, Weisser indique que la commission avance dans la mise en place de « fondements scientifiques » au programme, « qui s’appuient sur les importants progrès récents de la théorie7 ».

19Cette volonté de rédiger un programme qui soit solide scientifiquement se laisse d’ailleurs lire dans la manière dont sont organisées les séances de travail : un ou deux exposés ouvrent les débats. Ces exposés sont presque exclusivement pris en charge par les universitaires et les chercheurs, et consacrés à des questions scientifiques (le matérialisme historique, la politique économique keynésienne, les études sur le totalitarisme, la recherche sur la démocratie et la réunification, les « missions socio-pédagogiques et socio-psychologiques dans le présent et dans le futur » ou le droit parental).

  • 8 Bonn, AdsD, comité directeur – secrétariat Willi Eichler, 0 1699, lettre de Gerhard Weisser à Willi (...)

20De manière générale, l’objectif est donc de fournir un cadrage scientifique aux problèmes traités. L’économiste Gerhard Weisser donne par ailleurs aux exposés l’ambition de favoriser une « atmosphère scientifique » qui est, pour lui, nécessaire à la construction du « fondement scientifique aux propositions économiques du programme8 ». Il utilise cet argument pour s’opposer à un arrêt du travail de la commission, que Weisser juge prématuré :

  • 9 Bonn, AdsD, comité directeur – secrétariat Willi Eichler, 0 1699, lettre de Gerhard Weisser à Willi (...)

« La série d’exposés que je me proposais de faire aurait créé une atmophère propice pour une discussion scientifique. Je suis certain que ton exposé, comme celui que tu avais fait à Berlin, respirera le nouvel esprit scientifique. S’il n’est qu’une œuvre individuelle, le projet ne pourra pas, lors du congrès, refléter les tensions qui traversent la société dans leur juste mesure9. »

  • 10 Entretien avec Claus Arndt du 13 juillet 2012.
  • 11 Bonn, AdsD, Otto Stammer, 35/63, compte rendu du comité à la politique constitutionnelle du 30 mai (...)

21Qu’« Abendroth domine les débats » du comité aux questions constitutionnelles, comme l’indique Claus Arndt10 ou qu’un autre membre de la commission, Horst Ehmke, « trouve que le comité fait trop d’histoires11 », sont autant d’indications d’une discussion programmatique où les échanges se font sur un mode scientifique.

  • 12 Bonn, AdsD, Heinrich Deist, 39, réunion du comité aux questions fondamentales, 9 septembre 1955.

22Enfin, cette définition scientifique du programme conduit à des affrontements entre les politiques purs (membres du comité directeur) et les scientifiques : on voit ici en action la division des rôles que les premiers chapitres du livre ont décrite. Les membres du comité directeur présents aux réunions demandent ainsi qu’on renonce à produire un diagnostic du présent [Zeitanalyse]. Les deux membres du présidium du SPD, Herbert Wehner et Waldemar von Knoeringen, considèrent qu’une telle analyse ne peut être fournie et formulent deux propositions de structuration alternatives du programme. Mais un front commun de chercheurs se constitue, avec à sa tête Gerhard Weisser et Wolfgang Abendroth, pour justifier de la nécessité de cette analyse. C’est leur position qui s’impose in fine12. Les ressources scientifiques dominent ainsi au sein de la commission.

Faire un texte pour un public savant

23À qui est adressé le programme ? Cette question est peut-être aussi importante que celle de savoir qui en est l’auteur, car les caractéristiques d’un texte ne sont pas indépendantes de ce que Wolfgang Iser appelle son « lecteur implicite » (Iser, 1970, p. 70). Or, le projet soumis en 1958 n’est pas produit par la section propagande du SPD ou par des militants de terrain, comme on l’a rappelé, mais par une commission composée essentiellement de scientifiques. Cela a une incidence sur ce que ceux-ci peuvent écrire. En l’occurrence, les membres de la commission cherchent à trouver un compromis scientifique défendable devant un public savant. Ce public expert apparaît bien comme le lecteur implicite, le destinataire du programme tel que se l’imaginent ses auteurs.

« Un programme n’est pas un texte de propagande13 »

  • 13 Propos d’Heinrich Deist (rapportés au style indirect libre, c’est-à-dire, en allemand au subjonctif (...)

24Le programme peut aussi être considéré comme un texte scientifique étant donné le public qu’il vise. On s’adresse, en effet, à des universitaires et à des experts, au jugement desquels les membres des commissions sont directement soumis en raison de leur propre multi-positionnalité (entre espaces partisans, administration des entreprises coopératives, espaces syndicaux, associatifs et Université). Cet espace de référence explique l’ampleur, près de 50 pages, du projet de programme. La complexité du texte se trouve justifiée au nom du contenu expert d’un texte visant à fournir des analyses, des argumentations et des faits.

  • 14 Bonn, AdsD, comité directeur – secrétariat Willi Eichler 01699, lettre de Gerhard Weisser à Willi E (...)
  • 15 Bonn, AdsD, Heinrich Deist, 44, compte rendu de la réunion du comité de politique économique des 23 (...)

25La position qu’occupent les membres des commissions dans les comités d’experts du parti permanents (qu’ils président parfois, comme Heinrich Deist pour le comité économique ou Ludwig Preller pour le comité de politique sociale) leur impose de justifier leur texte auprès de leurs pairs experts. En février 1958, alors que les travaux de rédaction du projet de Stuttgart avancent, Gerhard Weisser écrit à Willi Eichler afin de motiver le délai supplémentaire qu’il voudrait voir accordé à la commission afin de pouvoir défendre le programme devant les « experts de Bonn14 ». Garder la face vis-à-vis des pairs est, de fait, une préoccupation pour des acteurs qui n’ont de cesse de considérer la participation au travail dans les comités permanents du parti comme une obligation plus pressante que la participation aux travaux de la commission programmatique elle-même. Le programme doit donc passer l’épreuve de l’expertise. À partir de 1958, d’ailleurs, les comités permanents deviennent « responsables », chacun suivant son aire de compétence, du programme15.

26Les débats au sein de ces comités d’expertise du parti mettent en lumière la nécessité, pour les membres de la commission, de produire un texte qui soit justifiable devant les spécialistes. On voit, en effet, les comités d’experts permanents se constituer en espace de jugement sur le programme. Dans un dossier-circulaire, qui suit la soumission du texte au congrès de Stuttgart, le président du comité permanent pour la politique sociale du parti, Ludwig Preller, revient sur les développements consacrés à la politique sociale (intitulés dans le programme « Monde du travail et sécurité sociale ») dont il avait lui-même rédigé le pré-projet pour la session plénière du 1er avril 1958. Ce membre de la commission programmatique décline toute responsabilité dans la version finale du projet de Stuttgart, étant donné les corrections qui y ont été apportées de manière opaque et sans sa présence :

  • 16 Par exemple, le texte du programme contesté par Preller oublie la vie dans la dignité des personnes (...)
  • 17 Bonn, AdsD, Heinrich Deist, 44, copie d’une circulaire de Preller aux membres du comité pour la pol (...)

« Ce qui a été nommé “plénière” de la commission programmatique a, d’après mes documents, décidé d’une version de la partie de politique sociale qui diverge sur des points très importants de la version qui est désormais mise sous presse ! Des développements importants sont supprimés16, d’autres sont transformés dans leur énoncé et, ce faisant, dans le sens et conduisent ainsi à faire naître un sentiment d’incompréhension et, de bon droit, de stupéfaction chez les camarades. Les camarades verront que la commission de rédaction a travaillé de manière largement incompréhensible17. »

  • 18 Bonn, AdsD, Heinrich Deist, 44, compte rendu de la réunion du comité de politique économique des 23 (...)

27Ailleurs, c’est le même reproche d’imprécision que cherchent à formuler certains membres de la commission, comme Heinrich Deist, président du comité de politique économique, l’un des comités permanents d’appui à l’action du parti. On reproche au texte un usage relâché des termes de propriété collective, qui se substituerait à celui de propriété publique. Or, ces deux types de propriétés relèveraient de problématiques économiques différentes18. Les économistes voudraient aussi que soit discuté le concept d’optimum économique. Face à la critique, Deist fait valoir que le programme n’est pas un traité scientifique et qu’il ne saurait être accompagné d’un appareil critique :

« En ce qui concerne le premier point à l’ordre du jour, Heinrich Deist explique qu’on n’a pas tenté, dans le projet de programme fondamental, de donner une analyse scientifique exacte et complète de la situation sociale contemporaine. Il s’est néanmoins agi d’utiliser les résultats de la science dans l’analyse. Que la tentative ait réussi est une autre question. Les théories scientifiques n’ont été ni citées ni reproduites. »

28Le texte de Stuttgart, en effet, n’est pas censé être un objet de discussion universitaire, bien qu’il soit conçu pour résister au jugement savant. C’est à des spécialistes partisans que le programme s’adresse en priorité. Il doit donc servir de ligne directrice et de réserve d’arguments pour orienter le travail pratique des militants spécialisés. Ce n’est en tout cas pas un programme qui s’adresserait à « l’homme de la rue », comme le rappelle Deist qui distingue le programme fondamental d’un texte de propagande politique :

  • 19 Bonn, AdsD, Heinrich Deist, 44, compte rendu de la réunion du comité à la politique économique du 2 (...)

« Lorsque l’on dit que le projet n’est pas lisible pour l’homme de la rue, il ne s’agit pas d’un argument contre le programme. Ce programme est destiné en priorité aux permanents et aux membres intéressés du parti et doit fournir à ces personnes des faits, des arguments et des raisonnements politiques pour la confrontation intellectuelle. Un programme n’est pas un texte de propagande19. »

29En outre, le cadre temporel du programme fondamental explique aussi que la volonté ne peut être de rechercher un effet propagandiste immédiat. Un programme fondamental aurait l’horizon d’une génération et n’a pas vocation à répondre à des questions de court terme :

  • 20 Ibid.

« Si nous refusons, dit Deist, de dresser le catalogue des nationalisations, cela ne signifie pas que nous voulions en rester à la nationalisation du charbon. Il n’est pas raisonnable, à long terme, d’avoir un catalogue des nationalisations car il peut y avoir des rééquilibrages à opérer à court terme. Surtout, un catalogue fermé ne nous est pas utile. Il est mieux de dire clairement dans un programme d’action ou dans un programme électoral ce que nous voulons nationaliser dans les quatre prochaines années si nous sommes au gouvernement. Les programmes fondamentaux doivent rester valides pendant quelques décennies comme le programme de Gotha de 1875 à 1891, celui d’Erfurt jusqu’en 1921 ou 192520. »

30Les sociaux-démocrates sont appelés à penser le long terme, les décennies futures : ils ne sont pas prisonniers des échéances électorales de court terme.

  • 21 Bonn, AdsD, Walter Menzel, R42, lettre de Gerhard Weisser à Walter Menzel du 27 mai 1955.

31C’est à la propagande, qui est organisée au sein du parti en un bureau dédié, que l’espace de réception élargi est réservé. Mais, même là, les experts de la commission aimeraient garder une possibilité d’agir pour que la diffusion du programme touche un public élargi. Ainsi, Gerhard Weisser doute de la compétence de la section propagande et demande la participation de Fritz Heine, le responsable de ce secteur, aux réunions de la commission programmatique, de manière à ce qu’il soit au fait de sa signification et ne caricature pas le programme en l’inscrivant dans une opposition réductrice entre droite et gauche21. Le programme, donc, n’est assurément pas un texte de propagande même s’il peut lui servir de support.

La posture du professeur

32En raison de l’audience du programme, l’impératif social d’agir en intellectuel professionnel se double de l’impératif d’user d’outils scientifiques distinctifs. Nous avons déjà parlé de l’ancrage des intellectuels de la commission dans les sciences de la démocratie (la pédagogie, la science politique, l’économie collective), toutes disciplines qui servent de ressources, d’« outils disponibles » pour construire une vision du monde. Leurs conceptions portant sur la démocratisation de la société sont largement mobilisées lors de l’élaboration du programme.

  • 22 Amsterdam, IISG, Wolfgang Abendroth, 730, lettre du 3 mars 1958 (copie carbone).

33Par ailleurs, les ressources universitaires distinctives liées à la recherche de pointe sont également mobilisées dans la production du texte. Les théories de l’école de Francfort connaissent ainsi à l’époque une large diffusion dans les milieux académiques de la République fédérale. Lorenz Knorr rappelle que l’école de Francfort était très à la mode chez les étudiants. Abendroth avoue entretenir des contacts « dans la coulisse » avec eux. Horkheimer a, par ailleurs, été invité par Preller à l’Académie du travail de Francfort ou contacté par Weisser en raison de sa proximité avec sa réflexion pédagogique. Indiquant pouvoir mobiliser, contre l’idée du caractère potentiellement émancipateur de la concurrence pour le consommateur, « un nombre important de recherches empiriques », Wolfgang Abendroth fait ensuite référence à la Dialectique de la raison [Dialektik der Aufklärung], œuvre de l’école critique de Francfort considérée comme maîtresse22. Celle-ci a paru en 1947 dans une maison d’édition étrangère, Querido, à Amsterdam, et a été tirée à environ 2 000 exemplaires. S’y référer apparaît donc comme un signe d’appartenance à l’élite intellectuelle.

  • 23 Amsterdam, IISG, Wolfgang Abendroth, 730, lettre du 3 mars 1958 (copie carbone).

34Enfin, les universitaires ne se départissent pas, dans leur travail sur le texte, de leur posture de professeurs. Dans la lettre qu’il envoie à Willi Eichler pour demander d’apporter des modifications au texte soumis en mars 1958, Abendroth le commente en juriste ou en universitaire : il énumère ses critiques, signale les numéros de page des phrases qui lui semblent suspectes, cite et met des guillemets, demande le retrait de phrases ou d’adjectifs, comme le faisait peut-être le juge constitutionnel de Brême ou l’exégète de la Loi fondamentale. La plupart des remarques sont formulées sur le mode de l’objectivité juridique (tel mot « est à remplacer »), mais parfois, Abendroth s’oblige à des commentaires plus longs, en particulier sur des passages qu’il juge « faux » ou « inexacts », notamment l’idée que l’économie de marché favoriserait une plus grande liberté pour les consommateurs. En avril 1958, Abendroth évalue en professeur le dernier texte soumis à la commission programmatique. Le texte est souligné, parsemé de points d’interrogation et de points d’exclamation, de passages rayés et d’autres jugements professoraux comme les « bien »23.

35Jouer le jeu scientifique active donc des dispositions professorales qui font partie de l’identité professionnelle des universitaires : à la fois la posture évaluative du maître et la posture scientifique de l’exégète, du spécialiste en jurisprudence qui cite et demande, au nom de la science, d’apporter des corrections.

Oppositions théoriques et compromis scientifiques

36Ainsi, la commission veut délivrer un programme scientifiquement fondé, défendable devant les pairs. Cet accord sur l’enjeu scientifique du texte n’empêche pas l’existence d’oppositions théoriques et politiques entre ses rédacteurs même si les compromis politiques qui sont trouvés s’expriment aussi sous une forme neutralisée et scientisée. Le programme analyse un ensemble de contradictions socio-économiques qu’il entend dépasser pour construire un nouvel ordre social permettant le libre développement de l’individu.

Une synthèse scientifique

  • 24 Entretien avec Lorenz Knorr du 30 juillet 2012.

37Loin de vouloir répudier le marxisme, les intellectuels sociaux-démocrates, dont les rapports aux thèses de Karl Marx sont divers, entendent inscrire le programme dans la lignée du Manifeste du parti communiste qu’ils ont l’intention de mettre au goût du jour. Le projet qu’ils soumettent au congrès de Stuttgart est, bien sûr, un texte de compromis. Il fait étale des oppositions entre sensibilités traditionalistes et modernisatrices, des tensions entre le respect de la personnalité (Grete Henry-Hermann) et l’importance de la solidarité (Lorenz Knorr24) ou le conflit entre l’économiste nelsonien Gerhard Weisser et le marxiste (économiquement) orthodoxe Wolfgang Abendroth (Meyer, 1978, p. 109). Weisser défend l’idée d’une complexification du capitalisme et n’adhère pas à celle qui fait du développement social une nécessité historique. Il défend, au contraire, l’idée d’une responsabilité de l’action des individus dans le déroulement historique, conformément à une position nelsonienne (ou néokantienne) que le programme reprend dans sa proclamation des valeurs fondamentales du socialisme ; l’autre construit une théorie qui fait de la lutte des classes l’une des clés de compréhension de la société allemande de l’époque.

38Le projet réunit l’ensemble de ces éléments. Il ne marque pas la victoire d’un camp sur l’autre, mais est une synthèse : il articule dignité et solidarité, nouvelles dépendances et analyse de la domination de classe. Ce compromis s’est construit entre membres de la commission. Grâce au large soutien des intellectuels du parti, il permet de réaliser et de donner du crédit à une œuvre scientifique inscrite dans la continuité et le dépassement de l’œuvre de Karl Marx.

39Pour parvenir à un texte de compromis, les intellectuels sociaux-démocrates fabriquent des ponts entre les différentes positions théoriques. Dans un débat sur les questions fondamentales, Weisser indique que la question des classes ne doit pas oblitérer la question des « nouvelles dépendances », c’est-à-dire la dépendance croissante des individus à la colonisation bureaucratique et commerciale de l’existence humaine. Cependant, bien qu’il s’agisse là d’un des apports de Weisser, qui affiche ainsi une proximité avec la théorie critique de Francfort, il prend garde de l’adosser à des positions marxistes orthodoxes. Dans une discussion en commission, il précise cette articulation :

  • 25 Bonn, AdsD, Walter Menzel, R 42, compte rendu du comité aux questions fondamental du 6 juin 1955.

« Tu [à Wolfgang Abendroth] dis que l’on ne peut parler de ces nouvelles dépendances dans l’abstrait mais en relation avec la société de classes. Je partage cette opinion. Lorsque je parle des dépendances, je le fais toujours en lien avec la société de classes et lorsque je parle de la société de classes, je soulignerai toujours que celle-ci devient d’autant plus difficile à supporter à mesure que ces dépendances menacent la liberté25. »

40Du reste, l’expression de « nouvelles dépendances » est considérée comme la traduction sociologique du terme « aliénations » (SPD, 1959b, p. 305). Les universitaires, à l’inverse, s’unissent pour s’opposer à Waldemar von Knoeringen, vice-président du SPD lorsque, seul, il se demande si la division de la société en classes est une idée pertinente. Pour les universitaires, l’ambition est d’intégrer cette division dans un espace de contradictions sociales plus large, comprenant les nouvelles dépendances qui découlent de l’automatisation ou de la bureaucratisation.

41Le compromis scientifique devient ainsi un dépassement scientifique de Marx et Engels, basé sur la reconnaissance de leur apport. En ce sens, Bad Godesberg n’est pas envisagé, à ce stade, comme un programme de rupture avec le marxisme. Ses rédacteurs entendent plutôt renouveler le marxisme :

  • 26 Bonn, AdsD, Gerhard Weisser, K 24-346, brouillon d’une lettre de Gerhard Weisser à Wolfgang Abendro (...)

« En aucune manière, écrit ainsi Gerhard Weisser, je ne veux convaincre la social-démocratie qu’elle “pourrait [accomplir ses missions pratiques] sans Marx ou sans le marxisme”. Je dis seulement que Marx n’a rien dit sur beaucoup de problèmes centraux [illisible]. Son socialisme scientifique [illisible]. Cependant nous devons rendre, pour notre part, le socialisme plus scientifique. En quoi cela est-il utile ? [illisible] Mais loin de moi l’idée de “jeter Marx et son importante contribution par-dessus bord”. (Tout le monde sait que l’idée de “jeter le lest par-dessus bord” ne vient pas de moi)26. »

42Cette dernière remarque de Weisser épingle un membre du comité directeur, Carlo Schmid, qui a appelé après la défaite électorale de 1953 à abandonner la tradition socialiste. Les membres de la commission n’envisagent pas, pour leur part, de mettre la tradition au rebut.

  • 27 Bonn, AdsD, Walter Menzel, R 42.

43Le projet se revendique, en effet, de la tradition socialiste, et en particulier de Marx et Engels. Ces derniers ont, selon le projet soumis, permis l’éveil de la conscience de classe et le développement du mouvement ouvrier. Le texte actualise la pensée marxiste en la liant à la deuxième révolution industrielle. En effet, la deuxième révolution industrielle pose des problèmes dont Marx et Engels n’étaient pas conscients : l’automatisation, la répartition des revenus, le rapprochement entre le monde du travail employé et le monde du travail ouvrier (évolutions que l’on trouve mentionnées p. 12-13 du projet de programme présenté au congrès de Stuttgart). Les deux guerres mondiales, les progrès et peurs techniques (nucléaires), la rationalisation croissante de l’organisation sociale accompagnée de la concentration des entreprises créent un nouveau contexte dans lequel la destruction de la domination de classe ne définit plus, à elle seule, les buts du parti27.

44C’est pourquoi le projet défend la lutte contre les « nouvelles dépendances », ce synonyme sociologique de l’aliénation :

« Les nouvelles dépendances qui s’étendent à raison de l’approfondissement du caractère organisé de la vie sociale sont un problème central de notre société. Elles existent à côté de la division en classes de la société et il n’est pas certain qu’elles disparaissent même si nous réussissons à éliminer la domination de classe. Les frontières entre classes sociales se sont certes déplacées et les classes se sont complexifiées. Mais le fait fondamental de l’existence de la domination de classe, la concentration du capital productif entre les mains de groupes sociaux déterminés continue à exister. » (Projet de programme présenté au congrès de Stuttgart, p. 7)

45La vision traditionnelle de la social-démocratie, notamment sa volonté d’instaurer une société sans classes, est « adaptée » aux années 1950, mais le projet vise toujours l’introduction d’un ordre socio-économique différent du capitalisme libéral. Le projet redéploye la lutte des classes et la réflexion sur l’exploitation dans le cadre d’un compromis scientifique noué entre les tenants d’une approche centrée sur la dignité et la liberté des individus, à l’instar de Weisser, et les tenants d’une critique inscrite dans des rapports de domination, tel Abendroth.

46Ainsi ce projet ne ressemble pas à un projet « néolibéral » ; il n’abolit pas la spécificité de la pensée socialiste. Il n’est pas un programme de reconnaissance de l’économie de marché. L’économie de marché – y compris l’économie sociale de marché – n’est pas considérée comme un « ordre » économique. Le texte envisage l’économie comme un rapport de pouvoir, et le programme du parti entend empêcher les forces économiques d’acquérir un pouvoir politique ou d’entraver l’émancipation individuelle. Dans le chapitre « Le pouvoir économique est un pouvoir politique », économie de marché libérale et économie planifiée soviétique sont renvoyées dos à dos : elles sont deux formes de l’usurpation du pouvoir politique. Le programme veut, au contraire, démocratiser l’économie. Cette démocratisation du pouvoir économique repose sur des instruments issus de différentes traditions théoriques, avec pour objectif de promouvoir le pluralisme économique. En vue d’empêcher la concentration du pouvoir économique entre les mains de Konzern économiques, le programme, suivant les écrits de Weisser, promeut la petite et moyenne entreprise privée, les entreprises publiques tout comme les entreprises de l’économie coopérative. L’économie de marché serait en effet incapable d’assurer la dignité des personnes et de garantir le développement de leur personnalité, tout particulièrement en raison de l’emprise croissante de grandes entreprises managérialisées. Cette diversité des formes d’entreprises est opposée à la « libre concurrence ». Le projet indique que « celui qui laisse l’économie à elle-même en se réclamant de la “libre concurrence” en fait la proie de puissants groupes de pression. » Aussi, la socialisation des grandes entreprises, élément identitaire du marxisme économique, est considérée comme un instrument auquel aucun gouvernement ne saurait, d’après le projet, renoncer. L’intervention des syndicats dans la gestion des entreprises est, dans ce cadre, jugée nécessaire. Enfin, le programme fait siennes des propositions keynésiennes lorsqu’il s’agit des objectifs macroéconomiques à assigner à l’intervention de l’État : croissance, plein-emploi, répartition juste des revenus et des patrimoines. On voit donc que l’économie est soumise à des objectifs politiques, ceux de la réalisation d’un ordre social juste, permettant l’émancipation individuelle et garantissant la démocratie contre le pouvoir des grands groupes.

47Les discussions et les productions du groupe de travail sur les questions culturelles et pédagogiques insistent sur les nouvelles formes de la domination culturelle, et dénoncent la dépendance de l’individu aux industries culturelles et à la consommation de masse. La culture et les médias de masse déforment la réalité et incitent l’individu à la passivité. Aussi, le groupe de travail discute de mesures susceptibles de restaurer une société réellement humaine, en proposant la création de « zones de protection humaine » ou « îles du temps libre ». Le modèle s’appuie sur des expériences sociales-démocrates, dont celle des camps de jeunesse, les « Républiques d’enfants » des Faucons rouges, promues par Lorenz Knorr, envisagées comme des lieux en marge de la société capitaliste, et dont l’objectif était de donner à voir en pratique le fonctionnement d’une société démocratique (et socialiste) basée sur l’autogestion. Ces espaces de protection seraient sans bruit, sans circulation, sans publicité, dédiés aux familles, au jeu et au sport. Il faut rejeter, dira l’un des projets, une « organisation hétéronome du temps libre ». Le projet promeut, dans sa version finale, une planification urbaine raisonnable, permettant des activités familiales « au calme ». De même, une éducation démocratique, que ce soit en promouvant l’esprit critique ou une certaine production cinématographique, doit protéger l’autonomie des individus. Il y a là d’évidentes proximités avec la théorie critique de l’époque, articulant critique sociale et volonté d’émancipation individuelle. Dans les deux cas, la composition sociale de la commission éclaire les choix théoriques : l’importance des syndicats, de l’économie collective, la réflexion sur les « îles de temps libre » sont autant d’éléments qui sont apparus dans le chapitre précédent comme découlant des trajectoires biographiques des individus et de leurs insertions sociales.

Willi Eichler, funambule

48L’autorité scientifique – l’autorité des scientifiques au sein de la commission et la tonalité scientifique du programme – a été garantie par le rapporteur de la commission, Willi Eichler, qui n’est pas seulement le médiateur entre la commission et le comité directeur mais aussi un funambule qui assure la cohésion de la commission et cherche à en pérenniser l’existence face aux doutes émis par certains membres du comité directeur. En effet, les travaux de la commission font l’objet de critiques. Si elles ne sont pas formulées publiquement, elles figurent dans les échanges épistolaires. Ainsi, dans une lettre à Erich Ollenhauer, Gerhard Weisser indique :

  • 28 Bonn, AdsD, Erich Ollenhauer, 387, lettre de Gerhard Weisser à Erich Ollenhauer du 17 octobre 1957.

« Les quelques remarques impatientes de camarades importants qui ne sont venus qu’occasionnellement, une fois, à une séance, reposent sur une appréciation erronée du travail effectué28. »

49Dans ce cadre, Willi Eichler joue un rôle de médiateur entre les divers segments de l’entreprise partisane. La rédaction de comptes rendus de réunions sert à mettre en scène l’avancée du travail du groupe ou à répondre à des commentaires défavorables. De manière générale, les comptes rendus produits par Eichler visent explicitement à rappeler au comité directeur l’autonomie de la commission, et, en particulier, le fait que son instauration découle d’une décision du congrès de Berlin et qu’elle n’est donc pas à la solde de la direction du parti.

  • 29 Bonn, AdsD, comité directeur – secrétariat Willi Eichler, 01699, lettre de Willi Eichler à Gerhard (...)

50L’un des objectifs de Willi Eichler est de maintenir la cohésion de la commission et d’en faire l’instrument d’un compromis scientifique. Dans ce contexte de critique, le compromis garantit une maximisation de crédit scientifique au projet. L’absence de défections ou de protestations internes renforce la commission face aux risques de dissolution : l’absence de soutien institutionnel par le comité directeur ne peut être contrebalancée, écrit-il à Weisser, que « par une vaste union personnelle29 ». Eichler ne fait donc pas de la commission l’instrument de la victoire d’un camp idéologique sur un autre. Il est d’ailleurs difficile de le classer idéologiquement, ainsi que le notent les journalistes de Vorwärts :

  • 30 « Der Leiter der Programmarbeit. Willi Eichler, Mitglied des Vorstands der Sozialdemokratischen Par (...)

« Willi Eichler n’a pas écrit le projet seul ; lui-même serait le dernier à revendiquer ce mérite. Cependant, on doit d’abord au travail et à la persévérance de Willi Eichler le fait que les premier et second projets de programme aient vu le jour. Durant ce travail, Willi Eichler a été affublé, de manière parfois bien intentionnée et parfois méprisante, de superlatifs à la mode comme “idéologue en chef” ou “théoricien en chef” ; pour les uns, il était le “représentant de l’aile gauche”, pour les autres, un “marxiste orthodoxe”, et pour d’autres encore “un membre de l’aile droitière” ou que sais-je encore ? Son travail sur le projet de programme n’a pu réussir que parce qu’il n’a jamais été, n’est pas aujourd’hui et ne veut pas être ce qu’on l’accuse d’être et que l’on dit qu’il est30. »

  • 31 Bonn, AdsD, comité directeur – secrétariat Willi Eichler, 01699, lettre de Willi Eichler à Gerhard (...)

51On voit bien qu’Eichler apparaît, dans cet article, politiquement inclassable et, d’une certaine manière, les journalistes présentent cette inclassabilité comme un atout dans le succès de son entreprise. Outre un respect des sensibilités théoriques et politiques, Eichler travaille à maintenir l’implication des membres de la commission, y compris par des appels à la « loyauté ». Il indique ainsi à Gerhard Weisser qui, face à la demande de produire – trop rapidement à son goût – les résultats du travail de la commission dès 1958 : « Je considérerais, pour le dire ouvertement, déloyal de ta part si tu te retirais du travail à ce stade ou si tu incitais d’autres personnes à le faire31. » Parce que l’institution est faible, son action semble chercher à préserver ce capital collectif, en proposant un compromis général et en en appelant à la fidélité.

52En analysant ce travail de la commission, on a essayé de rendre compte des implications du travail intellectuel mené collectivement, à travers l’idée d’une domination des formes du débat intellectuel au sein de la commission. Ses auteurs écrivent un programme destiné à un public informé, voire expert, et non à « l’homme de la rue ». La qualité scientifique du travail est donc cruciale pour un lecteur implicite, qui n’est pas tant électeur que pair ou militant intéressé. Bien que la commission ait pu se maintenir et produire un projet, celui-ci sera encore largement transformé pour aboutir au programme de Bad Godesberg.

Les « agents efficients » de la consécration programmatique du texte

53Dans un article sur la politique du logement, Pierre Bourdieu et Rosine Christin parlent d’« agents efficients » pour désigner ceux qui « ont assez de poids pour orienter effectivement la politique du logement parce qu’ils détiennent telle ou telle propriété agissante dans le champ » (Bourdieu et Christin, 1990, p. 70). Rapporté au cas du programme du SPD, il s’agit de se pencher sur les agents qui ont permis d’aboutir à la transformation d’un texte de compromis en programme proposé par le comité directeur. Interroger l’efficience des agents revient donc à interroger leur capacité à transformer les compromis programmatiques en propositions officielles de programme.

54Or, les membres du comité directeur désertent les réunions de la commission programmatique. Carlo Schmid ou Erich Ollenhauer ne participent pas à la commission, alors qu’ils n’ont jamais exprimé le souhait de ne plus en faire partie. Cela vaut également pour Otto Brenner (le dirigeant d’IG Metall) ou Herbert Wehner qui n’est, en 1955 et 1956, présent qu’à deux des six réunions d’un des sous-comités, celui en charge des questions fondamentales. Il est vrai que Wehner est réputé être à la manœuvre en matière de politique étrangère : les travaux de ce sous-comité ne sont pas versés aux archives générales, et le secrétariat de Willi Eichler ni aucun des autres membres de la commission n’ont accès aux activités dudit comité. Fritz Erler ne participe pas davantage aux travaux de la commission.

55La faible participation des dirigeants du parti à la discussion sur le programme résulte, bien entendu, de la volonté de la commission de privilégier un travail d’ordre scientifique : elle se prive d’agents détenant des propriétés efficientes susceptibles de donner du poids à ses actions. Gerhard Weisser déplore l’absence de participation des membres du comité directeur à la fabrication du premier programme. Harmut Soell, l’auteur d’une biographie historique de Fritz Erler, fait état d’une autre lettre de Gerhard Weisser dans laquelle il déplore « que Wehner, Carlo Schmid et “d’autres camarades les plus investis à Bonn n’aient pas participé à la commission programmatique, parce qu’ils manquaient de temps ou parce qu’ils avaient pu être déçus par l’une des réunions” » (Soell, 1976, p. 323). Dans une lettre à Waldemar von Knoeringen, il ajoute qu’il manque un « pont » entre les intérêts, instrumentaux ou apologétiques, des dirigeants et la volonté de connaissance des scientifiques :

  • 32 Bonn, AdsD, Waldemar von Knoeringen, 122, lettre de Gerhard Weisser du 4 février 1958.

« Nos travaux visant l’interprétation des décisions socialistes fondamentales au sein de la commission programmatique n’ont jusqu’ici éveillé que peu l’intérêt des personnalités politiques importantes du parti. Cela tient à ce que l’on sent que nous avons besoin de nous exprimer sur notre représentation de l’homme, et que l’on reconnaît aussi que nous ne pouvons pas faire de propositions scientifiques sur la boîte à outils du politicien sans clarifier nos principes fondamentaux. Mais entre ces deux points de vue, on n’a pas encore construit de pont32. »

56Weisser insiste sur la nécessaire scientificité des débats, en visant ces personnalités importantes :

  • 33 Bonn, AdsD, Erich Ollenhauer, 387, lettre de Gerhard Weisser à Erich Ollenhauer, 17 octobre 1957.

« On ne peut mettre sur pied des affirmations essentielles sur la formation de la vie économique et sociale que si ceux qui n’ont pas participé aux consultations du comité aux questions fondamentales [de la commission programmatique] en venaient enfin à une discussion scientifique très profonde33. »

57Ces « personnalités politiques importantes » ne partagent pas la croyance en l’importance du jeu scientifique et de ses enjeux : les dirigeants dont il est question sont en décalage par rapport au travail intellectuel fourni par la commission. La distinction qui s’est opérée au sein du parti entre scientifiques de profession et professionnels de la politique conduit à ce que les intérêts et les langages de ces deux groupes divergent.

  • 34 Bonn, AdsD, comité directeur – secrétariat Willi Eichler, 0 1699 B, lettre de Fritz Erler à Erich O (...)

58La division du travail entre direction intellectuelle du parti et direction politique conduit les « personnalités politiques importantes » à se désengager du débat scientifique. Fritz Erler mentionne ainsi « le tas de papiers haut d’un demi-mètre » qu’il a eu à compulser avant de s’apercevoir qu’il ne lui « est pas possible, avec la meilleure volonté, de collaborer avec sérieux au travail de la commission34 ». Il doute également de la possibilité de parvenir à un fondement scientifique, même s’il estime la tentative louable (Erler, 1958, p. 4). Erler a, en réalité, un intérêt des plus limités pour les discussions de la première commission programmatique et qualifie cette commission, avec mépris, de « “conseil de professeurs” constitué par Willi Eichler responsable d’un “texte presque illisible” » (Soell, 1976, p. 323). Le « conseil des professeurs » est responsable, pour le second vice-président du SPD, Wehner, d’un texte, « nouveau peut-être, mais très doctrinaire » alors que « des discussions sur le programme, on en avait depuis des années au SPD » et qu’elles ne l’avaient « jamais intéressé que modérément » (Gaus et Wehner, 2006, p. 46).

59La commission manque, en conséquence, d’agents efficients pouvant faire d’un projet scientifique un projet de programme, et qui, pour pouvoir en revendiquer le statut, doit être porté par le comité directeur du parti et soumis pour adoption à un congrès. Or, le texte de la commission n’est soumis au parti que pour éclairer sa discussion. Il n’est pas envisagé comme un projet de programme sur lequel statuer, au contraire du travail des commissions programmatiques de Görlitz en 1921 ou d’Heidelberg en 1925 qui fournissent une version d’un programme sur lequel statuent les congrès. Dans la discussion, cependant, le texte de Stuttgart est rarement critiqué sur le fond. Il fait l’objet de critiques sur la forme : le texte serait trop complexe et, partant, illisible. Après le travail scientifique sur le programme s’ouvre une nouvelle phase de travail qui se présente comme stylistique.

La reprise en main politique d’un produit savant : sociologie d’une « transtylisation »

  • 35 Déclaration rédigée à partir de 1949 par l’Internationale socialiste, et adoptée à Francfort en 195 (...)
  • 36 Anträge und Entschliessungen des SPD-Parteitages 1958 Stuttgart 18.-23.5., Bonn, Vorstand der SPD, (...)

« Sur la discussion du programme fondamental, le congrès confie au comité directeur la mission de prendre rapidement en compte les motions et les propositions en faveur d’un nouveau programme fondamental et de les soumettre à la discussion. Le congrès se place expressément dans la filiation de la déclaration de principes de Francfort de l’Internationale socialiste35. Mission est donnée au comité directeur d’inclure dans le programme les principes fondamentaux d’une politique fiscale sociale-démocrate. Mission est donnée au comité directeur de mentionner lors du vote final du programme fondamental les principes constitutifs d’une politique agricole sociale-démocrate dans un chapitre “Agriculture et alimentation”. Le projet de programme fondamental est voté au plus tard en 1960. Mission est donnée au comité directeur et au conseil national de décider, au début de l’année 1959, si un congrès extraordinaire doit être convoqué en 195936. » (Motion adoptée par le congrès de Stuttgart, 1958)

60Par cette motion, le congrès de Stuttgart demande au comité directeur de soumettre au parti une proposition de programme en se basant sur le projet soumis par la commission, mais en respectant un certain nombre de conditions. Le congrès demande au comité directeur du parti de prendre en compte des « motions et des propositions » soumises par les fédérations et les sections du parti et qui, pour l’essentiel, plaident pour une simplification du texte. En recevant pour mission de proposer un programme au plus tard en 1960, le comité directeur peut aussi mettre un terme au travail de la commission programmatique. Inscrit jusque-là dans la lignée du Manifeste du parti communiste par les intellectuels du parti, cette motion du congrès de Stuttgart représente-t-elle alors le moment où le programme de Bad Godesberg devient réformiste ?

61Comme le souligne Jean-Numa Ducange, il est fréquent de faire reposer l’explication du réformisme sur les épaules de quelques « réformateurs » (Ducange, 2011). L’historienne Diane Parness, ainsi, fait découler le programme de l’« influence » des réformateurs, qu’elle appelle reformer ou pragmatist (Parness, 1991, p. 64-66). Trop plastique et, pour tout dire, essentialiste, cette explication est étayée par sa seule évidence tautologique. Construire un groupe de réformateurs pour les besoins d’une explication historique est un artefact trompeur. Dans la littérature sur le programme de Bad Godesberg, il n’y a d’ailleurs pas de consensus sur les pourtours d’un tel groupe, et ceux qui figurent sur la liste des historiens sont loin d’être unis par des liens réels. Diane Parness voulant montrer que les « réformateurs » sont « pragmatiques » inclut dans ce « groupe » l’ensemble des dirigeants fédéraux du parti, opposés aux dirigeants nationaux : les uns sont au pouvoir, les autres n’y sont pas – les uns seraient pragmatiques, les autres doctrinaires. Helmut Köser fait aussi de la « réforme » le résultat de l’action des réformateurs. À nouveau personnel, nouveau programme : ainsi pourrait-on résumer sa thèse. Il concède néanmoins que l’élite traditionnelle du parti ne cherche pas à « bloquer la réforme » (le programme), qui pourtant légitime, d’après lui, la nouvelle élite, ce qui obscurcit singulièrement l’explication (Köser, 1971, p. 254-256).

Tab. 18 - Comparaison quantitative des termes appartenant au vocabulaire marxiste présents dans le projet de programme proposé en 1958 et dans le programme adopté à Bad Godesberg

Tab. 18 - Comparaison quantitative des termes appartenant au vocabulaire marxiste présents dans le projet de programme proposé en 1958 et dans le programme adopté à Bad Godesberg
  • 37 Bonn, AdsD, comité directeur, 26-27 mai 1959 et 5-6 juillet 1959.

62On ne parvient pas, du reste, à trouver, dans les archives du parti, de trace du rôle crucial qu’auraient joué les principaux « réformateurs » dans la fabrication du programme de Bad Godesberg. Parmi les prétendus « réformateurs », Helmut Schmidt (membre du comité directeur depuis 1956) et Willy Brandt (élu au comité directeur en 1958 en remplacement de Franz Neumann, et ayant repris, la même année, la direction de la fédération de Berlin) sont les plus cités. Soulignons d’abord le fait qu’aucun des deux hommes politiques n’appartienne aux commissions programmatiques. Ensuite, tous deux ne semblent guère désireux de voir le processus aboutir. Les archives du comité directeur sont sur ce point sans ambiguïté : la réunion du 26-27 mai 1959 du comité directeur voit Helmut Schmidt asséner qu’un programme fondamental serait inutile et qu’une déclaration de principes suffirait. Lors de la réunion du 5-6 juillet 1959, Willy Brandt critique le moment choisi pour voter le programme fondamental : il doute que le programme puisse servir de vitrine pour le parti37. C’est le 21 juillet 1959 que le comité directeur, par la voix d’Erich Ollenhauer, s’oppose au report du programme fondamental. Une opposition aussi tardive au processus d’écriture du programme montre que ces « réformateurs » ne font pas figure de suspects crédibles au statut de spin doctors du programme « réformiste » de Bad Godesberg.

63Faire endosser l’explication du réformisme à des acteurs qui appellent à la réforme apparaît donc comme une tautologie héroïsante qui n’éclaire guère le déroulement de la production du programme. Elle est, en cela, équivalente aux obstacles substantialistes décrits par Gaston Bachelard. Le phlogistique, considéré au Moyen-Âge comme la substance active du feu, est doté, explique l’épistémologue, d’une « vertu calorifique », qui justifie la chaleur du feu. Il ajoute que « le caractère tautologique de l’attribution substantielle est ici particulièrement net. La plaisanterie de Molière sur la vertu dormitive de l’opium qui fait dormir n’empêche pas un auteur important, écrivant à la fin du xviiie siècle, de dire que la vertu calorifique de la chaleur a la vertu de réchauffer » (Bachelard, 1986, p. 112). Pour comprendre comment le réformisme fait son entrée à Bad Godesberg, le rôle héroïsant des grands hommes du parti paraît, de la même manière, limité dans l’optique d’une histoire sociale des idées, même si elle est le chemin le plus évident et le plus utilisé.

64Après le congrès de Stuttgart en 1958, une commission restreinte est chargée de produire un texte programmatique qui devra être adopté lors d’un congrès extraordinaire à l’automne 1959. À côté de Benedikt Kautsky, deux journalistes (un journaliste « généraliste », Fritz Sänger, un journaliste du social-démocrate Hamburger Echo, Heinrich Braune) et quatre membres du comité directeur (Erich Ollenhauer, Herbert Wehner, Heinrich Deist et Willi Eichler) appartiennent à cette commission. Le « conseil des professeurs », la commission universitaire de 1955, est donc dessaisi. À regarder le dispositif de la commission de 1955, celui de 1959 est centralisé : Fritz Sänger circule, texte en main, de Bonn à Vienne et à Hambourg, du siège du parti au domicile d’Heinrich Braune, et reprend son texte au fur et à mesure des rencontres et des réunions. Il produit les textes qui servent de support aux interactions programmatiques.

65La seconde commission opère une transformation d’abord quantitative du texte de Stuttgart. Le projet soumis à Bad Godesberg a le tiers de la taille du projet de Stuttgart. Bien sûr, cette réduction en altère la signification puisqu’« un texte […] ne peut être ni réduit ni agrandi sans subir d’autres modifications plus essentielles à sa textualité propre ; et ce pour des raisons qui tiennent évidemment à son essence non spatiale, immatérielle, c’est-à-dire à son idéalité spécifique » (Genette, 1992, p. 322). Certains marqueurs forts, comme le terme de « capitalisme », sont beaucoup moins usités. Comme le décrit le tableau 18, l’érosion n’est pas équivalente pour tous ces termes, mais l’on voit bien que certains d’entre eux (capitalisme, classe, domination, dépendance) subissent une diminution dans leur usage plus importante qu’une simple réduction proportionnelle. La société sans classes devient une « société sans privilèges de classe ». En revanche, la dénonciation de l’exploitation, la volonté d’ériger un « ordre » social, économique, nouveau, meilleur, etc. ou le marché, décrit de manière critique, perdent moins de place.

66Deux constats peuvent être faits à partir de cette description succincte. D’une part, ce sont des points de compromis au sein de la commission de 1955 qui subissent l’érosion différentielle la plus forte. Le projet de 1958 articulait une critique de la société de classes et des dépendances. Ce constat d’une société de classes générant de nouvelles formes de dépendance est moins présent. On pourrait supposer une cause uniquement idéologique, mettre en scène le fait que le SPD n’adhère pas à la vision d’une société de classes. Ce plus petit nombre d’occurrences doit surtout être imputé à la suppression du diagnostic social qui occupait la première partie du projet soumis par les intellectuels du parti. Le projet de 1959 est-il dès lors un projet de « droite », réformiste, contre un projet que certains historiens qualifient de programme « marxiste », ou bien est-il d’abord un projet plus politique qu’intellectuel ? Pour répondre à cette question, il convient de revenir aux fondements de l’activité de la commission restreinte formée en 1959.

67Pour comprendre les intentions qui ont présidé à la transtylisation et les contraintes dans lesquelles elle a été réalisée, il est nécessaire de se pencher sur la manière dont la deuxième commission travaille.

68Cette analyse pas à pas de la production du texte est possible grâce à un « allié », en ce sens où l’ethnographie désigne des individus qui introduisent l’enquêteur sur son terrain. Fritz Sänger est un allié de papier, quelqu’un qui veut, à travers les documents qu’il remet aux archives de la social-démocratie, aider le travail futur des historiens. En effet, Fritz Sänger, rapporteur de la commission de rédaction du projet à compter de mai 1959, remet aux archives l’ensemble des brouillons du programme de Bad Godesberg qu’il a conservés ainsi que ses notes personnelles. Ces memoranda retracent les réunions qu’il a eues dans le cadre de la rédaction du projet de programme. Tous ces documents permettent d’éclairer les étapes de la transformation du texte. Sänger adjoint d’ailleurs aux documents relatifs au programme de 1959 une introduction intitulée « Genèse du programme de Bad Godesberg ». Dans ce texte, il indique qu’il profite du transfert de ses documents aux archives pour retranscrire « littéralement » ses notes personnelles originellement sténographiées (par lui).

  • 38 Bonn, AdsD, Fritz Sänger, 59, lettre à Willy Peters du 21 septembre 1974.
  • 39 Bonn, AdsD, Fritz Sänger, 59, lettre de Wedigo de Vivanco à Fritz Sänger du 6 janvier 1976.

69Ce fonds est, en soi, une interprétation du programme. À la fin des années 1960 et dans les années 1970, Bad Godesberg devient en effet un enjeu politique et, partant, un enjeu mémoriel. Fritz Sänger est alors sollicité par des journalistes et historiens pour raconter l’histoire du programme. C’est à cette époque qu’il commence à classer ses documents qu’il envoie par exemple au politiste Helmut Köser. Ce dernier n’en fait pas usage dans son travail de doctorat, le premier consacré au programme de 1959 (Köser, 1971). C’est aussi à cette époque qu’on voit Sänger s’offusquer de toutes les « absurdités38 » que l’on dit et écrit sur le programme. Son objectif est donc de participer à l’assignation d’un sens à l’histoire. L’une des antiennes de ses courriers est aussi de dénoncer les attributions du texte à Benedikt Kautsky, devenu le symbole de la commission restreinte et avec qui il a eu maille à partir durant la rédaction du programme. Son hostilité vis-à-vis du fils du théoricien Karl Kautsky s’exprime aussi en marge d’une lettre adressée à un chercheur italien. Le doctorant l’interroge sur « l’influence de Benedikt Kautsky sur le programme » puis sur « l’influence du programme du SPÖ rédigé par Kautsky ». Sänger note à côté de la première question « 0 », et à côté de la seconde, « modèle critiquable39 ». L’ensemble de ses archives sert donc à redresser l’histoire telle qu’il la voit s’écrire à son époque.

70Les notes prises par Sänger indiquent que la reprise en main du texte, même si elle a des conséquences politiques, est mise en scène comme une révision purement stylistique.

« Pas de formulation intellectualisante40 » : l’exercice de style de la commission de 1959

  • 40 Bonn, AdsD, Fritz Sänger, 53, note de la réunion de Fritz Sänger avec Erich Ollenhauer du 8 mai 195 (...)

71La deuxième commission modifie les relations entre acteurs : les universitaires n’ont plus qu’un accès indirect au produit de la commission, hormis lors d’une réunion le 28 juillet 1959 où la commission plénière, celle de 1955, est conviée. Le lien avec le comité directeur est plus fort puisque plusieurs réunions sont organisées, entre juillet et septembre, et que, dans cette commission rassemblant sept personnes, beaucoup sont membres dirigeants du parti (Erich Ollenhauer, Heinrich Deist, Herbert Wehner et Willi Eichler). Ce sont cependant des journalistes, Sänger et Heinrich Braune, qui en sont les chevilles ouvrières. Fritz Sänger en est le seul salarié permanent. Confier le travail de réécriture du programme à des journalistes semble déjà indiquer une ambition d’ouverture, ne plus le voir dédié aux seuls experts mais le rendre accessible à un public élargi.

72En isolant les textes et les auteurs, certains historiens peuvent ne pas voir que c’est l’ensemble du processus qui produit le programme, et non son dernier auteur. Mörchen s’étonne ainsi que Fritz Sänger ait « souligné le fait que toutes les thèses incluses dans le programme se trouvaient “dans le projet de 1958, dans les travaux de la commission plénière qui ont été repris par le comité directeur ou des membres éminents du parti, même lorsque les formulations ont pu être modifiées” » (Mörchen, 1976, p. 277). D’autres font du projet de Stuttgart un texte marxiste, à l’opposé diamétral de ce que serait le programme de Bad Godesberg (Yasuno, 2010). Or, c’est faire peu de cas du capital scientifique détenu par la commission de 1955, et liquider à bon compte les déclarations de continuité de ceux qui participent à la rédaction de la version finale du projet.

73En ce sens, nous allons montrer que la dévaluation du travail intellectuel n’équivaut pas à sa démonétisation complète. En effet, dans les transactions qui suivent l’arrêt du travail de la commission programmatique de 1955, faire conserver au projet sa légitimité scientifique demeure un enjeu crucial. C’est la raison pour laquelle, même si les experts sont marginalisés, les modifications de leur texte sont toujours présentées comme formelles et stylistiques. Elles porteraient sur la langue en vue de la « moderniser » ou de la « simplifier ».

La marginalisation des experts

74Entre mai 1958 (Stuttgart) et mai 1959 (intronisation de la commission restreinte), les comités permanents du SPD se saisissent de la question du programme fondamental. Ils se fixent deux objectifs : simplifier et préciser. Mais avec la nomination de la commission de 1959, ces comités sont marginalisés.

  • 41 Bonn, AdsD, Heinrich Deist, 44, matériel accompagnant le compte rendu de la réunion des 23 et 24 ja (...)

75Le comité permanent pour la politique économique produit ainsi plusieurs textes qui sont retravaillés : on réduit la taille, on clarifie des points techniques. C’est un profilage plus politique que le comité va opérer, en renforçant la langue marxiste. Les économistes du parti pensent, à cet égard, que cela peut conduire à effacer la dimension trop académique du projet soumis. L’économiste du parti, Heinrich Deist, appelle les membres du comité à prendre comme modèle la langue du Manifeste du parti communiste. Dans les textes qu’il produit pour le comité permanent, il augmente par exemple les développements consacrés aux entreprises coopératives. Ces dernières ne sont pas génératrices d’injustice et, surtout, elles sont les pierres angulaires d’une société fondée sur la coopération des hommes libres41, référence à la société communiste marxiste. Il fait volontairement allusion à l’association des hommes libres, en soulignant ainsi ce que peut être la société sans aliénations que promeut « l’ordre socialiste de liberté ».

76Si les comités continuent de discuter sur le programme, leur capacité d’intervention est réduite, et ils sont rapidement court-circuités par la commission restreinte. Les membres du comité pour la politique sociale s’aperçoivent de la difficulté d’intervenir sur le texte et leur inquiétude grandit à l’été 1959. Son président, Ludwig Preller, n’est pas membre de la commission restreinte, au contraire de Deist, et n’a pas accès au texte. Un autre membre, Konrad Schayer, l’alerte : il a pu consulter le projet avant la réunion du 21 juillet du comité directeur mais n’a pas pu obtenir un exemplaire du texte pour Ludwig Preller. Celui-ci devra attendre la fin du mois avec la consultation de la commission de 1955 pour avoir accès au projet qui est, dit Schayer, alarmant, et il ajoute :

  • 42 Bonn, AdsD, Ludwig Preller, 44-93, lettre du 16 juillet 1959 à Walter Auerbach (copie).

« La (grande) commission programmatique se réunit le 28 juillet pour s’occuper de la nouvelle version du texte. Comme le comité directeur se sera entre-temps déjà décidé, ce que la commission pourra encore faire le 28 juillet n’est pas clair. Bien entendu, il nous reste la possibilité de déposer des motions au congrès42. »

77Ernst Schellenberg alerte également Preller sur le caractère « plus que léger » de la partie sociale.

  • 43 Bonn, AdsD, Fritz Sänger, 59, lettre à Walter Fabian du 31 janvier 1972.

78La marginalisation des comités permanents n’écorne pas le crédit scientifique accordé à ces spécialistes. Deist est, par exemple, membre du comité directeur et a légitimité à intervenir sur le contenu du chapitre consacré à l’économie. Au sein du comité directeur, à travers des courriers, dans des réunions, des interventions peuvent encore avoir lieu. Avant tout, la « (grande) commission programmatique » est garante du crédit scientifique du programme, et par sa composition, elle intimide la commission restreinte et, au premier chef, Fritz Sänger43. C’est la raison pour laquelle le programme de Bad Godesberg est continûment adossé au projet de Stuttgart. C’est un lien que l’une des historiennes du SPD et membre de la commission programmatique, Susanne Miller, revendique dans les travaux qu’elle consacre au SPD.

D’origine austro-hongroise, aisée, Susanne Miller (1915-2008) est, à l’instar de Willi Eichler, membre de la Ligue militante socialiste internationale (ISK) dans les années 1920. Ayant trouvé refuge en Angleterre dès la seconde moitié des années 1930, elle participe à la vie de la communauté socialiste exilée à Londres, aux côtés de Willi Eichler avec qui elle revient en Allemagne, à Cologne, après la Seconde Guerre mondiale. Après la dissolution de l’ISK, elle endosse des responsabilités locales et nationales au sein du SPD et est souvent présentée comme la secrétaire de Willi Eichler (qu’elle épouse en 1965). Elle participe aussi à la refondation de l’Académie philosophico-politique, qui organise le réseau des anciens membres de l’ISK autour de conférences organisées pour maintenir vivante la philosophie de Leonard Nelson. Au moment de Bad Godesberg, Miller est sténographe de la commission, et en accompagne les travaux. En 1960, elle reprend des études d’histoire et rédige une thèse de doctorat sur les évolutions des programmes de la social-démocratie allemande depuis le xixe siècle. C’est à ce titre qu’elle devient, en quelque sorte, une historienne organique du SPD et, en particulier, une spécialiste de Bad Godesberg auquel elle consacre de nombreux écrits.

79Bien des années après le vote du programme, l’historienne insiste sur la filiation entre le projet des universitaires et le programme de 1959 :

« Je voudrais plus insister sur la question de savoir comment il est explicable qu’un projet qui a été refusé de manière presque unanime [le projet de 1958] – du moins pour autant que l’on puisse retrouver les prises de position dans des documents – ait pu rencontrer un large assentiment dans sa version finale. J’insiste : les idées principales qui sont contenues dans le premier projet ont été maintenues dans sa version soumise au vote des délégués en 1959 » (Miller, 2005, p. 136‑137).

80En dépit des contradictions que certains historiens (Mörchen, Yasuno) relèvent entre le projet de Stuttgart et le programme de Bad Godesberg, les acteurs politiques n’ont de cesse de signaler une continuité entre les deux textes. La commission des universitaires siège encore le 28 juillet pour donner son avis. Cette commission incarne la préparation méticuleuse et intellectuelle du produit fini qui sera revendiquée au congrès : elle le recouvre d’une patine scientifique que tous les programmes statutaires du SPD ont revendiquée. Quoi d’étonnant, dès lors que le programme de Bad Godesberg soit affublé, dans l’almanach du SPD de 1959, d’une liste des membres de la « grande commission », en en faisant par là les signataires collectifs d’un programme du parti !

De « la précision tout allemande » à un « langage moderne »

  • 44 Bonn, AdsD, Fritz Sänger, 53, lettre du 22 juillet 1959.

81La légitimité scientifique reconnue à la première commission et le mandat donné par le congrès de Stuttgart limitent les possibilités d’intervention sur le texte. Les transformations susceptibles d’être apportées au texte de Stuttgart sont légitimées par une volonté de simplification, et donc un travail sur les mots et non sur le contenu. Willi Eichler intitule, d’ailleurs, la deuxième commission nommée en mai 1959, « commission de rédaction44 ». Cette nouvelle situation transforme les propriétés linguistiques saillantes du programme et produit une nouvelle définition du travail. Le sens de cette transformation est donné par le recours à deux spécialistes de l’écrit, les journalistes Sänger et Heinrich Braune.

82Ce travail de définition est visible dans les injonctions qui encadrent le travail de Fritz Sänger. Dans ses mémos, Sänger y a noté le contenu de ses réunions avec Erich Ollenhauer qui l’a nommé comme membre de cette commission. Erich Ollenhauer fait résulter le programme du travail des intellectuels qui auraient « fait leur travail », mais appelle à moderniser leur langue et à limiter la dimension théorique d’un programme qui doit être utilisable pour le travail pratique :

  • 45 Bonn, AdsD, Fritz Sänger, 53.

« Bonn, 8 mai 1959. Erich Ollenhauer m’a prié de le rencontrer pour une “discussion brève”. Il m’a immédiatement demandé de clarifier ma position : il fallait décider maintenant si je voulais retravailler le programme. Un projet modeste et réaliste doit être écrit. Je dois parler avec les praticiens, pas avec les théoriciens qui ont déjà “fait leur travail”. Le programme doit être utilisable pour du travail pratique même s’il doit rester un “programme fondamental”. [Erich Ollenhauer] insiste sur le fait que le programme doit, dans un premier temps, être écrit par un seul. Il m’avertit que je ne dois pas me “laisser détourner par les spécialistes”, je dois écouter Erler, Arndt, Schellenberg et d’autres mais je “ne dois rien me laisser dicter”. Il faut en finir maintenant avec “l’éternelle discussion philosophique”. Pas de formulation intellectualisante et hautes en couleurs. Une langue moderne45. »

83Ollenhauer distingue les théoriciens des spécialistes : les théoriciens sont des universitaires sans ancrage politique, les spécialistes (Erler, Arndt, Schellenberg) sont, eux, des experts reconnus dans le parti, dans les comités permanents ou au Bundestag, sans ancrage universitaire. La division entre experts spécialistes et experts théoriciens trace une ligne sociale entre ceux qui ne sont dotés que d’un capital scientifique et ceux dont la reconnaissance est liée à l’activité politique. En tout état de cause, le temps de cette commission n’est plus celui d’une discussion théorique mais bien celui d’un travail sur les mots.

  • 46 Bonn, AdsD, Fritz Sänger, 53, lettre du 22 juin 1959.

84Sänger doit parler avec les « praticiens », choisir une « langue moderne ». Sänger a ainsi la mission de produire un texte destiné au travail de mobilisation pratique et à un public plus large que celui des militants intéressés et des experts que les universitaires visaient dans leurs travaux. Le premier projet qu’il écrit, adressé aux autres membres de la commission, est introduit par une explication : il aurait cherché à rendre le texte « significativement plus court et compréhensible même pour ceux qui n’appartiennent pas au parti et sont peu familiers de sa terminologie46 ». Ollenhauer va jusqu’à décrire la nécessité de résister à la prise d’influence des experts :

  • 47 Bonn, AdsD, Fritz Sänger, 53.

« 15 septembre 1959. [Erich Ollenhauer] m’a prié de le rencontrer pour discuter. Il n’était pas satisfait par la prise d’influence des experts des différents domaines qui souhaitent des formulations qu’il a qualifiées de “chinois de parti”. Il m’a prié de résister lors des séances suivantes47. »

85Dans ce nouveau dispositif de production, les spécialistes, les experts et les théoriciens voient leur position réévaluée. Il ne faut pas se « laisser détourner par les spécialistes », il faut « terminer la discussion philosophique », « pas de formulation intellectualisante », résister à la prise d’influence des experts et à la théorisation. Le « chinois de parti », ces nouvelles formulations plus précises demandées par les experts des différents domaines ne peut être la langue employée par Sänger, dont la mission se justifie par la simplification, non par la précision. Ces mémos indiquent la remodalisation des interactions programmatiques : la discussion scientifique est achevée. Il faudrait désormais s’adresser à un public plus large, faire ressortir la fonction politique du programme. Fritz Sänger l’exprime encore en 1972 :

  • 48 Bonn, AdsD, Fritz Sänger, 59, copie d’une lettre à Walter Fabian du 31 janvier 1972.

« Tout ce que je te dis est étayé par des archives dans ma cave. […] [Erich Ollenhauer] a insisté pour que je fasse le projet en disant qu’il voulait éviter qu’on soumette des “formulations trop intellectualisantes et hautes en couleurs” et que la théorie sociologique et politologique ne recouvre les missions politiques48. »

86Ollenhauer mentionne des éléments formels, des remarques sur la langue du programme. Sänger toujours, dans les notes qu’il prend, explique que c’est par « souci de simplification » qu’il supprime des termes comme exploitation, privilège ou servitude. Il l’écrit d’ailleurs dans une lettre de justification à Heinrich Deist :

  • 49 Bonn, AdsD, Fritz Sänger, 53, copie d’une lettre à Heinrich Deist datée du 3 août 1959.

« J’ai – malheureusement ! – des raisons de croire que des expressions comme “servitude”, “exploitation” et même “privilèges” et d’autres expressions similaires ne produisent pas la moindre impression, et au contraire provoquent un sentiment de vague et diffuse contradiction dès que l’on s’essaie à vérifier la validité politique de ces thèses (ce à quoi nous voulons parvenir). J’ai aussi l’impression que nous devrions donner à la langue plus de rythme de manière à assouplir la rigueur de sa précision. C’est particulièrement nécessaire pour le chapitre sur l’ordre politique et celui sur la “vie culturelle” (en particulier pour le dernier)49. »

87Lors de la réunion du 28 juillet avec la commission programmatique de 1955, une note liminaire est ajoutée avant le texte du projet. Cette note ne surprendra pas notre lecteur : un programme statutaire, est-il écrit, n’est pas une encyclopédie. Fritz Sänger prévient et se prémunit contre l’érudition du « collège des professeurs d’Eichler ». En redéfinissant l’espace de réception du programme, cette annotation transforme l’horizon d’attente du texte et marque la réévaluation des ressources et des langages spécialisés :

« Remarques liminaires

Le programme statutaire doit être un instrument de la lutte politique. Il est un appel et non une conclusion. Il n’est donc pas le recueil encyclopédique des problèmes politiques, économiques, sociaux et culturels de notre temps. Il est une borne sur la voie de notre développement politique qui ne s’achèvera jamais.

Faites vos commentaires !

  • 50 Bonn, AdsD, Fritz Sänger, 54.

La discussion dans le parti a été d’une grande utilité et a concerné toutes les ramifications locales du parti. Cela a été fait avec “une précision allemande” en mobilisant tous les domaines périphériques imaginables et en approfondissant la réflexion jusqu’à ses fondements. Ceux-ci n’ont pas à être abordés pour la lutte politique50. »

88Le travail de la commission de 1955 est ainsi salué, mais l’horizon du programme se déplace, le dispositif change et la « précision tout allemande », encyclopédique, n’est plus ajustée au combat politique que poursuit ce nouveau projet. Les critères d’excellence des experts ne sont plus de mise. Il faut désormais parler une nouvelle langue et c’est à la produire, en opérant des coupes et en modifiant, que Sänger s’emploie.

Une « modernisation » sans bouleversement

  • 51 Entretien avec Claus Arndt du 13 juillet 2012.

89On ne trouve aucune trace de l’idée d’une révolution idéologique en préparation dans les archives consultées. À notre question sur le sujet, Claus Arndt nous répond qu’il n’avait « pas conscience que c’était un moment important. Nous ne savions pas. Je ne veux pas parler pour les autres51… » Ollenhauer indique dans une réunion du 2 septembre 1959 à Sänger (alors que le comité directeur vote de manière unanime le projet le 3 septembre) :

  • 52 Bonn, AdsD, Fritz Sänger, 53.

« Bonn, 2 septembre. Discussion privée avec [Erich Ollenhauer] à sa demande. Il n’est pas satisfait de la discussion au sein du comité directeur. Trop de questions spécifiques, trop d’idéologie. Il me prie de faire un effort supplémentaire de simplification et de clarification. La continuation directe des programmes antérieurs doit être reconnaissable de manière claire. Pas de “transformation”, mais une “modernisation”. Nous discutons de modifications particulières52. »

90Le mandat de la deuxième commission est donc plus formel qu’idéologique. D’ailleurs, dans les textes qu’il reçoit ou rassemble, Sänger traque non des idées mais des « formulations », des manières de dire. Le 2 octobre, Sänger brosse à Ollenhauer un aperçu du matériau qu’il s’est procuré ou qu’il a reçu :

  • 53 Ibid.

« Peu de choses qui soient utilisables pour le programme, en ce qui concerne les formulations, rien du tout, à l’exception de travaux importants, comme ceux d’Abendroth avant tout, de Gerhard Weisser aussi et de quelques autres53. »

  • 54 Wolfgang Abendroth, « Programm der Anpassung und der Resignation », Vorwärts, 42, 16 octobre 1959.

91Cette remarque est intéressante, même si elle concerne une phase ultérieure du travail, le congrès. Elle indique que les critères proprement politiques (Abendroth est extrêmement critique sur le programme54) sont subordonnés, dans la conception de Sänger, aux critères utilitaires, aux « formulations ». L’objectif affiché est donc celui d’une intervention sur la langue du programme, qu’il ne s’agit pas de « transformer », mais de moderniser.

Le bricolage à visée consensuelle du comité directeur

  • 55 Si la traduction officielle en français indique « notre chemin », le terme allemand Weg est désorma (...)

92Le projet de 1959 est un palimpseste qui s’écrit à partir du texte de 1958. Le projet du comité directeur suit ainsi la logique présente dans le programme de Stuttgart. Après son préambule, le programme de Bad Godesberg affirme les valeurs fondamentales du socialisme et les exigences fondamentales d’une société basée sur le principe de la dignité humaine. Cinq chapitres le suivent : l’ordre étatique, l’économie, l’ordre social, la vie culturelle et la communauté internationale. Une conclusion « Notre voie55 » ferme le projet. La structure est donc un copié-collé de Stuttgart, à l’exception d’« exigences fondamentales » qui viennent s’ajouter et des références théoriques explicites, y compris à Marx, qui sont supprimées.

93Son contenu ne rend pas le texte de 1958 méconnaissable. En effet, les deux projets décrivent le nouvel ordre social que l’on doit souhaiter. Dans le projet de 1959, les socialistes défendent les valeurs d’une société qui respecte la possibilité pour l’individu de vivre en liberté, « responsable pour tous ». Justice et liberté se conditionnent : les tensions du premier projet (liberté/solidarité) sont maintenues, de même que la volonté d’une action sur la société. L’objectif des « socialistes » reste la mise en place d’un ordre social respectueux de la solidarité et de l’épanouissement de l’individu. Les origines du socialisme dans l’éthique chrétienne, l’humanisme et la philosophie classique, présentes dans le texte de Stuttgart puis supprimées dans le brouillon du programme après mai 1958, sont rétablies après la réunion du 28 juillet 1959 avec la commission programmatique nommée en 1955. Il s’agit, du reste, d’une formule du programme d’action de 1954.

94Dans ses exigences, le projet appelle à l’instauration d’un ordre international juste et solidaire, et dénonce le totalitarisme : la démocratie doit être au principe de l’État et de la vie sociale et économique. Tous les pouvoirs doivent se soumettre au contrôle public : « Dans une société et une économie dominées par la volonté de profit, la démocratie, la sécurité sociale et la personnalité libre sont menacées. C’est pourquoi le socialisme vise un nouvel ordre économique et social. » Il s’agit là d’une attaque de l’économie de marché. Cette symétrie, certes atténuée dans le texte de 1959, était présente dans le projet de 1958. Par ailleurs, si le SPD reconnaît la loi fondamentale de la RFA, il appelle à surmonter la division de l’Allemagne. Un État démocratique, reposant sur la garantie des droits et la séparation des pouvoirs, est nécessairement aussi un État social et culturel. Il garantit l’existence individuelle, mais doit devenir une puissance au service des forces sociales. La défense nationale est nécessaire, mais l’arme nucléaire est moralement proscrite et la guerre n’est pas autorisée à des fins offensives. Démocratisation de l’économie, libre développement de la personnalité, lutte contre l’exploitation et les dépendances, cogestion, paix sont les axes autour desquels se déploient les différentes politiques sectorielles. Dans sa conclusion, le texte rappelle que, dans sa lutte contre les privilèges de la classe dominante, le socialisme a permis une émancipation du prolétaire ; cela se constate encore plus dans certaines social-démocraties nord-européennes où elle est au pouvoir (c’est là la contribution de Brandt). L’espoir du monde est donc un ordre reposant sur les valeurs fondamentales du socialisme et tous sont appelés à y prendre part, en Allemagne comme dans le reste du monde.

95La pâte du programme de Stuttgart est donc très visible. Matériellement, ce sont en effet les travaux de la commission dirigée par Eichler qui sont la base du travail de Sänger et de la commission restreinte. Les modifications répondent à un ensemble d’injonctions stylistiques, mais également à des rapports de force que nous allons expliciter ici.

Fritz Sänger, producteur cardinal

  • 56 Bonn, AdsD, Fritz Sänger, 53, notes personnelles du 30 mai 1959.

96Dans la configuration de la seconde commission programmatique, Fritz Sänger est, au sens de la sociologie de l’art, un de ces producteurs les plus importants : la fabrication du programme est une activité collective, mais elle repose plus particulièrement sur un nombre limité d’acteurs. Concernant la dernière période, parce que Sänger centralise matériellement la rédaction – ce qui n’était pas le cas lorsqu’il existait une multitude de sous-comités qui produisaient chacun leur section du programme –, il acquiert, dans le dispositif, une position cardinale (Becker, 2010 ; Matonti, 2005b). Le support matériel de l’interaction programmatique est le texte de 1958 que Sänger appelle la « brochure bleue56 ». C’est bien ce texte que Sänger mobilise et modifie, et c’est sur la base de ce texte que les premiers échanges ont lieu. Sur sa rencontre avec Benedikt Kautsky à Vienne, Sänger rapporte que Kautsky souligne, barre des passages sur cette « brochure bleue » que Kautsky décrit comme « absolument inutilisable » :

  • 57 Bonn, AdsD, Fritz Sänger, 53.

« 30 mai 1959 – Vienne, aéroport. […] [Benedikt Kautsky] a qualifié la brochure d’“absolument inutilisable”, “pour l’essentiel des ratiocinations théoriques”, mais pour quelques parties, il y aurait “quelque chose dedans”. Il raie des paragraphes (sans les lire, peut-être les a-t-il lus auparavant, ce qui est plutôt improbable), il en souligne d’autres57. »

97Sänger soumet le texte à différents types d’acteurs : Erich Ollenhauer, lors de discussions en tête-à-tête, Benedikt Kautsky, les membres de la commission restreinte (réunis le 3 juillet), Heinrich Deist et Heinrich Braune (membres de la commission restreinte), le conseil national du parti puis le comité directeur une première fois (les 20 et 26 juillet) et les membres de la commission programmatique de 1955 (réunis le 28 juillet).

  • 58 Gustav Heinemann (1899-1976) est membre du comité directeur en 1958. Il est une prise de guerre du (...)

98Des propositions sont transmises par écrit à Sänger. Ainsi, Willy Brandt, absent au cours du mois de juillet, demande à ce que soit intégré un passage portant sur les succès historiques de la social-démocratie. Cette demande conduit à une refonte de la conclusion. Gustav Heinemann58 intervient sur la reconnaissance des églises : celles-ci doivent être soutenues ; si le SPD n’est pas une religion de substitution, les églises ne doivent pas être des « partis de substitution », elles ne doivent pas intervenir dans la politique partisane.

99à la suite de ces interventions, le projet est lesté du capital politique nécessaire à son acceptation par le comité directeur. Les réunions avec les dirigeants, la participation d’Ollenhauer au travail de la commission de rédaction, la prise en compte des propositions de Willy Brandt, le vote unanime du projet par le comité directeur, etc. permettent à la commission d’accumuler suffisamment de crédit. Cela ne veut pas dire que le comité directeur ait une position nette sur le projet, puisque, en juillet, Sänger note que son intervention demeure « incompréhensible » et « négligeable ». Par ailleurs, le comité directeur du 3 septembre 1959 est présidé par Wehner, pourvant par là un soutien au programme par le groupe central gravitant autour d’Ollenhauer et par le représentant d’un groupe considéré comme plus à gauche représenté par Wehner. Ce projet n’a donc pas toutes les caractéristiques d’un projet de combat manifestant la victoire d’un camp idéologique sur un autre. Il a plutôt les allures d’un bricolage politico-scientifique.

Un bricolage et des rapports de force

100On ne peut que souscrire à la description de l’idéologie donnée par Marc Angenot qui fait des « grandes idéologies-doctrines » des « bricolages sur du déjà-là idéologique qu’elles refaçonnent en oubliant leurs “sources” ». « Bricolage » est à entendre au sens où les doctrines sont des « arrangements ad hoc de “choses” sélectionnées sous contrainte et qui n’étaient pas faites pour fonctionner ensemble – des bricolages empêtrés dans des traditions qu’on ne parvient pas à liquider d’un revers de main » (Angenot, 1992, p. 20-21).

101Tout d’abord, ce bricolage vient de ce que le projet de 1959 conserve une structuration et des formulations directement tirées du texte de 1958. L’analyse de la société contemporaine, la Zeitanalyse, a certes été intégralement supprimée dans une première version du texte, mais elle réapparaît sous la forme du poème dont il a été question au chapitre précédent. Ce poème est la marque de l’existence du diagnostic dans le texte de 1958, du sentiment de la nécessité de dresser un état des lieux des contradictions sociales que le socialisme démocratique entend dépasser. Les fragments du diagnostic social figurent, quant à eux, à présent dans les propositions d’action pour contextualiser les demandes du parti : le passage sur la concentration économique, qui se trouvait dans la Zeitanalyse, est placé dans le chapitre consacré à l’économie l’analyse des « nouvelles dépendances » y est aussi incluse. Le projet intègre donc les productions expertes et les réorganise sans produire de nouvelles propositions.

102Ensuite, le projet respecte également la motion du congrès de Stuttgart portant sur l’ajout, dans les développements économiques, d’un programme agricole et d’un programme fiscal. Plus généralement, il se conforme aux priorités politiques exprimées lors des congrès de 1956 et de 1958 : la deuxième révolution industrielle et l’arme atomique en sont les préoccupations centrales. Le congrès de Stuttgart avait fait jouer la Cantate de Göttingen de Günther Weisenborn, scénographie de l’opposition à la force nucléaire tactique proposée par Adenauer. À cette époque, le SPD veut apparaître à la pointe de ce mouvement antinucléaire mobilisant plusieurs segments de la société allemande (DGB [Deutscher Gewerkschaftsbund (Confédération allemande des syndicats)], synode des églises évangéliques, mouvements de l’opposition extraparlementaire). Ses cadres participent à l’organisation de Kampf dem Atomtod [Combattre la mort atomique] et aux manifestations organisées en 1958 contre la nucléarisation de l’Allemagne. Le programme porte dès son préambule ce combat antinucléaire au pinacle de ses revendications.

103Certains chapitres (réunification, politique culturelle) subissent peu de modifications d’une version à l’autre. D’autres, comme le chapitre économique, font l’objet de manipulations plus lourdes, mais sans altérer les problématiques qui guident le projet de 1958. Une lecture politique de l’économie est maintenue : l’économie, dès lors qu’elle revendique un pouvoir sur l’homme ou l’État, doit être contrôlée. La démocratisation de l’économie (pluralisme des formes d’entreprise, cogestion, contrôle public de l’économie avec ses divers instruments, dont la socialisation coopérative ou publique) continue à être affichée. Les observations sur la propriété sont prises dans le même mouvement réflexif que celui portant sur le pouvoir. Selon que la propriété confère ou non un pouvoir, plus ou moins légitime, sa protection sera plus ou moins assurée. La propriété des moyens de production sera protégée « pour autant qu’elle n’entrave pas la réalisation d’un ordre social juste ».

  • 59 Bonn, AdsD, Fritz Sänger, 53, 16 septembre 1959.
  • 60 Bonn, AdsD, Fritz Sänger 54.

104Enfin, les acteurs utilisent le flou pour produire un consensus large au sein du parti sur le texte. Fritz Sänger entend « éliminer les formulations controversées59 » et « lisser » le texte. Ce jeu du consensus engage un usage du flou dont un exemple est celui qui porte sur le statut du socialisme. Le socialisme est-il une variante du capitalisme, un ordre nouveau, un ordre social ou un mouvement politique ? Le flou permet de ne pas polariser le débat. Construire un consensus au sein du comité directeur nécessite de lisser le vocabulaire qui laisse apparaître les trames initiales du texte. Ainsi, capitalisme et communisme disparaissent du préambule. Contrairement au texte de 1958, l’ordre socialiste démocratique surmonte les contradictions de l’ordre existant mais n’est plus explicitement élaboré à partir de l’idée de dépassement du communisme et du capitalisme.
En d’autres endroits, l’ordre social meilleur que prône le projet reste le socialisme démocratique : « Ce nouvel ordre, cet ordre meilleur est le socialisme démocratique60 », est-il ainsi écrit dans la version révisée du 10 août. La version finale portera cette mention :

« Cette nouvelle et meilleure organisation [Ordnung] constitue l’objectif du socialisme démocratique. »

105Le socialisme démocratique apparaît ici comme l’idéologie défendue par un parti qui vise un meilleur ordre social sans être forcément un système socio-politique en soi. Il serait un mouvement social qui se donnerait pour objectif une réorganisation des rapports sociaux. Dans les débats du comité directeur, un des membres souligne en effet cette question de définition :

  • 61 Bonn, AdsD, Fritz Sänger 54. Souligné dans le texte.

« Nous parlons du socialisme démocratique. Qu’est-ce que c’est ? Un but ? Une attitude ? C’est un mouvement ! Le parti politique doit être en mouvement pour atteindre le socialisme démocratique (Erler)61. »

106En réalité, sur ce point central, le programme n’adopte pas une position univoque. Tantôt dans un programme, et fidèle aux idées des intellectuels, le socialisme est un ordre social, tantôt Sänger en fait un mouvement social.  Le programme ne tranche ainsi pas la question de savoir ce qu’est le socialisme, s’il est à l’instar du capitalisme et du communisme une forme d’organisation de la société ou s’il se veut avant tout l’idéologie d’un parti politique. Sa définition apparaît donc instable, et cette polysémie fera de la question du « nouvel ordre » promis par Bad Godesberg le point central des conflits d’interprétation des années 1970, comme nous le montrerons dans le dernier chapitre.

107D’autres éléments marquent la même hésitation : l’ex-nomination progressive de l’ordre capitaliste. Dans le programme, le communisme totalitaire reste un adversaire, nommé et accusé de se revendiquer de manière injuste des traditions du socialisme. En revanche, le capitalisme, mis sur le même plan que le communisme jusqu’aux dernières versions du mois d’août, n’est plus attaqué, dans la version soumise au congrès, que de manière oblique (le « profit privé », la concentration illégitime du pouvoir, etc.). Ainsi, dans la description des valeurs du socialisme, le dépassement de la société de classes capitaliste se voit remplacé par une euphémisation, la mention à la nécessaire soumission du pouvoir économique au contrôle public.

108Là encore, le programme maintient néanmoins son hésitation. Si l’ensemble des mentions au système capitaliste et à la société de classes capitaliste disparaissent, le programme fonde néanmoins la nécessité du socialisme sur l’échec du capitalisme à contrôler les forces qu’il a libérées : les forces anciennes de la société capitaliste pourraient en effet ne pas relever le défi du communisme en proposant « un nouvel ordre de liberté et d’autodétermination politiques et personnelles, de sécurité économique et de justice sociale ». C’est cela qui fait du socialisme « l’espoir du monde ». Le programme appelle donc à dépasser l’ordre (ou le désordre) capitaliste à travers l’instauration d’un nouvel ordre socialiste. En cela, il retient la dialectique usuelle d’un programme marxiste : il s’ouvre sur le constat des contradictions économiques et sociales – c’est l’objet du poème – pour se conclure sur ce que les intellectuels avaient appelé une « utopie réaliste » en faisant signe vers une nouvelle société.

Conclusion

109Au terme de cette analyse, les commissions programmatiques ne sont pas apparues comme les instruments de réalisation d’une « épure souveraine » (Offerlé, 2012, p. 71) du réformisme. Bad Godesberg n’est pas envisagé dès l’abord comme une rupture : le programme résulte d’une série d’ajustements réalisés entre un texte à tonalité scientifique, fabriqué essentiellement par des universitaires, et un projet politique endossé par les instances dirigeantes du parti. Ces dernières ne sont pas plus souveraines puisqu’elles sont régentées par des arrangements scientifiques dont elles veulent conserver l’effet légitimant et qui constitue la base pratique de l’ensemble du travail programmatique.

110Le texte porte les marques des différentes strates de sa prise en charge par de multiples groupes. Les interventions sont rarement systématiques dans l’ensemble du texte :

« L’ambiguïté, la polysémie, la non-téléologie, la non-finalité, les sauts subreptices, les doubles sens et les figures cachées, les stratifications de significations potentielles : ce ne sont pas à tout prendre des traits distinctifs de la littérature, ce sont les traits fondamentaux, mais non mis au jour ni reconnus comme tels, du discours social global, c’est-à-dire du produit global des différentes manières dont une société et ses “porte-parole” s’efforcent de connaître le monde et de le fixer en langages, arguments et récits. » (Angenot, 1992, p. 18)

  • 62 Bonn, AdsD, comité directeur – secrétariat Erich Ollenhauer, 387, lettre de Gerhard Weisser à Erich (...)

111In fine, il faut l’accord consensuel du comité directeur et, on l’anticipe, celui du congrès – c’est-à-dire que le programme « ne laisse reconnaître aucune rupture avec la ligne que le parti défend avec constance depuis 1945 et ne ferme aucune porte62 », comme le décrit Gerhard Weisser. L’ambition des promoteurs semble être de générer un accord large manifestant l’unité du SPD et non de révolutionner la doctrine socialiste.

Notes

1 Bonn, AdsD, Fritz Sänger, 59, lettre à Willi Eichler du 23 décembre 1966.

2 « Stehen und fallen mit der roten Fahne ? », Der Spiegel, 23 août 1976.

3 Bonn, AdsD, Heinrich Deist, 39, compte rendu de la réunion du comité aux questions fondamentales du 9 avril 1956.

4 Bonn, AdsD, comité directeur – programme/discussion partisane, 0 1591 B, réunion de la commission programmatique du 7 juin 1956, prise de parole introductive de Willi Eichler.

5 Bonn, AdsD, Heinrich Deist, 39, compte rendu de la réunion du comité aux questions fondamentales du 9 avril 1956.

6 Bonn, AdsD, Walter Menzel, R42, compte rendu de la réunion du comité aux questions fondamentales du 25 mai 1956 : exposé du Pr Gisbert Rittig.

7 Bonn, AdsD, comité directeur – Erich Ollenhauer, 387, lettre de Gerhard Weisser à Erich Ollenhauer du 17 octobre 1957.

8 Bonn, AdsD, comité directeur – secrétariat Willi Eichler, 0 1699, lettre de Gerhard Weisser à Willi Eichler du 24 février 1958.

9 Bonn, AdsD, comité directeur – secrétariat Willi Eichler, 0 1699, lettre de Gerhard Weisser à Willi Eichler du 24 février 1958.

10 Entretien avec Claus Arndt du 13 juillet 2012.

11 Bonn, AdsD, Otto Stammer, 35/63, compte rendu du comité à la politique constitutionnelle du 30 mai 1957.

12 Bonn, AdsD, Heinrich Deist, 39, réunion du comité aux questions fondamentales, 9 septembre 1955.

13 Propos d’Heinrich Deist (rapportés au style indirect libre, c’est-à-dire, en allemand au subjonctif) : « Ein Programm sei kein Propagandaschrift », Bonn, AdsD, Heinrich Deist, 44, compte rendu de la réunion du Comité à la politique économique du 23 janvier 1959.

14 Bonn, AdsD, comité directeur – secrétariat Willi Eichler 01699, lettre de Gerhard Weisser à Willi Eichler du 24 février 1958.

15 Bonn, AdsD, Heinrich Deist, 44, compte rendu de la réunion du comité de politique économique des 23 et 24 janvier 1959 (déclaration d’Heinrich Deist).

16 Par exemple, le texte du programme contesté par Preller oublie la vie dans la dignité des personnes âgées, traite la politique de la santé à côté de la politique sociale et non comme domaine de cette politique : il manque de précision et d’extension.

17 Bonn, AdsD, Heinrich Deist, 44, copie d’une circulaire de Preller aux membres du comité pour la politique sociale, 1er juin 1958.

18 Bonn, AdsD, Heinrich Deist, 44, compte rendu de la réunion du comité de politique économique des 23 et 24 janvier 1959.

19 Bonn, AdsD, Heinrich Deist, 44, compte rendu de la réunion du comité à la politique économique du 23 janvier 1959.

20 Ibid.

21 Bonn, AdsD, Walter Menzel, R42, lettre de Gerhard Weisser à Walter Menzel du 27 mai 1955.

22 Amsterdam, IISG, Wolfgang Abendroth, 730, lettre du 3 mars 1958 (copie carbone).

23 Amsterdam, IISG, Wolfgang Abendroth, 730, lettre du 3 mars 1958 (copie carbone).

24 Entretien avec Lorenz Knorr du 30 juillet 2012.

25 Bonn, AdsD, Walter Menzel, R 42, compte rendu du comité aux questions fondamental du 6 juin 1955.

26 Bonn, AdsD, Gerhard Weisser, K 24-346, brouillon d’une lettre de Gerhard Weisser à Wolfgang Abendroth, 1955-1956.

27 Bonn, AdsD, Walter Menzel, R 42.

28 Bonn, AdsD, Erich Ollenhauer, 387, lettre de Gerhard Weisser à Erich Ollenhauer du 17 octobre 1957.

29 Bonn, AdsD, comité directeur – secrétariat Willi Eichler, 01699, lettre de Willi Eichler à Gerhard Weisser du 8 février 1958.

30 « Der Leiter der Programmarbeit. Willi Eichler, Mitglied des Vorstands der Sozialdemokratischen Partei Deutschlands », Vorwärts, 12 novembre 1959, p. 2.

31 Bonn, AdsD, comité directeur – secrétariat Willi Eichler, 01699, lettre de Willi Eichler à Gerhard Weisser du 8 février 1958.

32 Bonn, AdsD, Waldemar von Knoeringen, 122, lettre de Gerhard Weisser du 4 février 1958.

33 Bonn, AdsD, Erich Ollenhauer, 387, lettre de Gerhard Weisser à Erich Ollenhauer, 17 octobre 1957.

34 Bonn, AdsD, comité directeur – secrétariat Willi Eichler, 0 1699 B, lettre de Fritz Erler à Erich Ollenhauer (copie carbone) du 3 mai 1956.

35 Déclaration rédigée à partir de 1949 par l’Internationale socialiste, et adoptée à Francfort en 1951, elle est une déclaration des buts des partis socialistes européens (en matière économique, culturelle, politique et internationale). Certains éléments en sont repris presque textuellement dans le programme, comme : « C’est à tort que les communistes se réclament de la tradition socialiste. En réalité, ils ont trahi le patrimoine de pensée socialiste. »

36 Anträge und Entschliessungen des SPD-Parteitages 1958 Stuttgart 18.-23.5., Bonn, Vorstand der SPD, 1958.

37 Bonn, AdsD, comité directeur, 26-27 mai 1959 et 5-6 juillet 1959.

38 Bonn, AdsD, Fritz Sänger, 59, lettre à Willy Peters du 21 septembre 1974.

39 Bonn, AdsD, Fritz Sänger, 59, lettre de Wedigo de Vivanco à Fritz Sänger du 6 janvier 1976.

40 Bonn, AdsD, Fritz Sänger, 53, note de la réunion de Fritz Sänger avec Erich Ollenhauer du 8 mai 1959.

41 Bonn, AdsD, Heinrich Deist, 44, matériel accompagnant le compte rendu de la réunion des 23 et 24 janvier 1959.

42 Bonn, AdsD, Ludwig Preller, 44-93, lettre du 16 juillet 1959 à Walter Auerbach (copie).

43 Bonn, AdsD, Fritz Sänger, 59, lettre à Walter Fabian du 31 janvier 1972.

44 Bonn, AdsD, Fritz Sänger, 53, lettre du 22 juillet 1959.

45 Bonn, AdsD, Fritz Sänger, 53.

46 Bonn, AdsD, Fritz Sänger, 53, lettre du 22 juin 1959.

47 Bonn, AdsD, Fritz Sänger, 53.

48 Bonn, AdsD, Fritz Sänger, 59, copie d’une lettre à Walter Fabian du 31 janvier 1972.

49 Bonn, AdsD, Fritz Sänger, 53, copie d’une lettre à Heinrich Deist datée du 3 août 1959.

50 Bonn, AdsD, Fritz Sänger, 54.

51 Entretien avec Claus Arndt du 13 juillet 2012.

52 Bonn, AdsD, Fritz Sänger, 53.

53 Ibid.

54 Wolfgang Abendroth, « Programm der Anpassung und der Resignation », Vorwärts, 42, 16 octobre 1959.

55 Si la traduction officielle en français indique « notre chemin », le terme allemand Weg est désormais souvent traduit en français par « voie » (cf.  « troisième voie », « voie vers le socialisme », etc.) dans le contexte politique.

56 Bonn, AdsD, Fritz Sänger, 53, notes personnelles du 30 mai 1959.

57 Bonn, AdsD, Fritz Sänger, 53.

58 Gustav Heinemann (1899-1976) est membre du comité directeur en 1958. Il est une prise de guerre du SPD : membre fondateur de la CDU et acteur influent de l’Église évangélique allemande, il est ministre fédéral de la Justice de 1949 à 1952 avant de donner sa démission en raison de son opposition au réarmement de la République fédérale et en réclamant son non-alignement sur l’OTAN. En 1957, il adhère au SPD et en est élu député au Bundestag. Il est également l’avocat de Viktor Agartz lors de son procès pour haute trahison (qu’il tente également de protéger contre son exclusion du SPD). Il est, en 1969, le premier président de la République issu des rangs du SPD.

59 Bonn, AdsD, Fritz Sänger, 53, 16 septembre 1959.

60 Bonn, AdsD, Fritz Sänger 54.

61 Bonn, AdsD, Fritz Sänger 54. Souligné dans le texte.

62 Bonn, AdsD, comité directeur – secrétariat Erich Ollenhauer, 387, lettre de Gerhard Weisser à Erich Ollenhauer du 22 septembre 1959 (nous soulignons).

Table des illustrations

Titre Tab. 17 - Les états d'un texte
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/25420/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Titre Tab. 18 - Comparaison quantitative des termes appartenant au vocabulaire marxiste présents dans le projet de programme proposé en 1958 et dans le programme adopté à Bad Godesberg
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/25420/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 194k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search