Version classiqueVersion mobile

L’invention de la social-démocratie allemande

 | 
Karim Fertikh

« La vieille idée socialiste selon laquelle le savoir est un pouvoir »

Texte intégral

1Le programme de 1959 inaugure une transformation dans les rapports entre le SPD (Sozialdemokratische Partei Deutschlands [Parti social-démocrate d’Allemagne]) et les milieux intellectuels. Pour mesurer toute l’importance de ce renouvellement, il faut avoir à l’esprit la conception socialiste selon laquelle savoir et pouvoir sont consubstantiellement liés. C’est à ce lien inextricable que ce chapitre va se consacrer.

2Dès les années 1890, la social-démocratie, rayonnant à partir de ses centres de production savante indépendants de l’Université, ne conçoit pas de différence entre science et politique : la science est, de fait, produite par le parti car « le savoir est le pouvoir » (Stampfer, 1931, p. 20), comme l’explique Stampfer dans un manuel consacré aux concepts clés de la politique (sociale-démocrate). Le 28 février 1933, jour de l’incendie du Reichstag, ce théoricien du parti s’exprime à la une de l’organe officiel du parti :

« Lorsque j’étais encore jeune homme, je me considérais avec fierté social-démocrate. Mais je ne me considérais pas marxiste. Je pensais en effet que celui qui se considère comme marxiste, comme élève de ce géant qu’a été Karl Marx, celui-là doit en savoir infiniment plus en matières philosophique, historique et économique que les connaissances que je m’accordais.

Je suis encore d’avis aujourd’hui que pour être un vrai marxiste, il faut en savoir beaucoup.

Mais j’ai encore appris quelque chose :

Pour être un antimarxiste – pour cela, on n’a besoin de rien savoir du tout. »

3Ce rapport consubstantiel entre savoir et pouvoir, les deux faces du marxisme, et que d’autres théoriciens soulignent avec autant de force que lui, repose sur l’idée que la théorie est au service de la volonté et de l’action politiques. Certes, « la science ne plante pas un clou, mais elle fournit la théorie du plantage de clou », écrit-il encore (Stampfer, 1931, p. 16).

  • 1 Bonn, AdsD, comité directeur – secrétariat Willi Eichler, 0 942, préprojet du programme soumis à St (...)

4Ce modèle reste la référence dans les années 1950. Un des brouillons du programme de Bad Godesberg rappelle que « la vieille idée socialiste selon laquelle le “savoir est un pouvoir” s’est, par ailleurs, trouvée confirmée d’une manière complètement inattendue dans la société complexe et difficile à appréhender d’aujourd’hui1 ». Cette « vieille idée socialiste » doit cependant être mise au goût du jour. L’un des économistes les plus écoutés du parti, Gerhard Weisser, fait ainsi référence à cette exigence durant le congrès de Stuttgart en 1958. Le parti, rappelle-t-il, a toujours considéré que « le savoir est le pouvoir », mais le professeur d’université s’empresse d’ajouter que cette conception doit être révisée : la science ne fait pas que servir utilement le pouvoir, et le parti doit en respecter l’indépendance (SPD, 1958, p. 391).

  • 2 Bonn, AdsD, Otto Stammer, 035/62, lettre au comité directeur du SPD du 9 décembre 1957.

5Dans les années 1950-1960, cette question de redéfinition des rapports entre parti et Université génère une tension entre pouvoir intellectuel et pouvoir politique. On l’observe à de nombreuses reprises dans les années 1950, par exemple, lorsque Otto Stammer, professeur de sociologie à Berlin, met le comité directeur au pied du mur : la revue du parti, Die Neue Gesellschaft, devra ou bien démontrer sa rigueur scientifique, et donc être contrôlée par le comité éditorial qui, en 1957, est composé d’universitaires, ou bien devenir un organe politique et, dans l’hypothèse d’un contrôle politique sur le contenu, lui, en tant qu’universitaire, devra s’en retirer2. Le 4 mars 1959, le comité scientifique de la revue est dissous et fait place à un comité de rédaction plus politique. Cette question devenue emblématique des rapports entre science et politique surgit encore lors des discussions qui ont lieu à la toute fin des années 1950 sur la création d’un « bureau scientifique » du SPD composé de trois salariés et de collaborateurs (et dont les missions seront, in fine, prises en charge par la fondation Friedrich-Ebert à sa création). Ce bureau, indiquent les mémos adressés au président du parti,

  • 3 Bonn, AdsD, Erich Ollenhauer, 390.

« n’a pas le droit de réaliser de recherche scientifique autonome comme on la réalise dans les universités ou dans les autres centres de recherche. Il n’a pas le droit de préempter la décision politique sur la base des résultats de ses travaux ou de leur interprétation, ni non plus d’insister auprès des centres décisionnels du parti pour obtenir des décisions3 ».

6Dans la république de Bonn, la place de ceux qu’on commence à appeler experts (Lohmar, 1968) va croissante, et ceux-ci revendiquent une plus grande autonomie que les théoriciens du passé. Gerhard Weisser, professeur d’économie à Cologne, illustre cette catégorie, en défendant l’indépendance des scientifiques qui œuvrent au sein de la fondation du parti, la fondation Friedrich-Ebert, dont il est le premier président :

  • 4 Bonn, AdsD, Waldemar von Knoeringen, 122, lettre de Gerhard Weisser à Waldemar von Knoeringen du 4  (...)

« J’insisterai constamment sur l’autonomie de la fondation [Friedrich-Ebert] vis-à-vis du parti. […] Le parti ferait bien s’il reconnaissait cette autonomie de la fondation [Friedrich-Ebert]. Ce sont nos personnes qui garantissent que les formations de la fondation ne perdent pas des yeux le lien intime entre cette institution et les buts fondamentaux du socialisme de liberté, et de rendre plus manifeste le sens profond de ce socialisme de liberté (plus que cela ne se fait dans d’autres lieux)4. »

7C’est donc dans ce contexte de redéfinition des relations entre parti et science que la rédaction du programme de Bad Godesberg voit le jour.

Intellectuels et savoirs de parti dans les années 1920

8Si l’on compare la social-démocratie des années 1920 à celle des années 1950, on ne peut qu’être frappé par la perte d’autonomie intellectuelle du parti et sa dépendance plus grande vis-à-vis de l’Université en termes de production idéologique. Sur le long terme, cela est certainement l’une des causes de la normalisation du discours socialiste et de la perte de sa dimension révolutionnaire. Les formes partisanes et légitimes du savoir dans les années 1920 sont, en effet, le produit d’un système d’action social-démocrate, prenant appui sur des institutions culturelles et scientifiques multiples, allant des commissions de réflexion aux maisons d’édition, en passant par de nombreuses revues scientifiques qui gravitent dans l’orbite du parti. Ce système institutionnel permet au SPD de contrôler la production des connaissances, et permet d’insuffler l’idée que le marxisme n’est ni une idéologie ni une doctrine figée mais bien plutôt une méthode de recherche dont les résultats, fruits de travaux empiriques et théoriques, sont révisables. Dans ce contexte, les intellectuels du parti présentent les changements de programme comme un ajustement de la doctrine du parti aux évolutions des connaissances nouvellement produites par les sciences sociales partisanes.

Le projet socialiste comme projet de civilisation : le SPD des années 1920

9Les dirigeants et intellectuels de la social-démocratie conçoivent l’entreprise sociale-démocrate comme un mouvement culturel. Un théoricien de l’aile gauche du parti, Arthur Crispien, écrit ainsi :

  • 5 « Ohne Wissen, kein Wollen, keine Macht » [« Sans savoir, pas de volonté, pas de pouvoir »], tapusc (...)

« La social-démocratie n’est pas un simple parti politique visant à la résolution des questions du jour. Elle est le mouvement civilisationnel pour le socialisme à venir. Avec ce socialisme commence une nouvelle ère pour les peuples de tous les pays. Dans cette ère, ils appartiendront tous à une même société socialiste5. »

10Cette idée du SPD comme mouvement culturel, ou d’une lutte des classes prenant aussi les traits d’une lutte culturelle, est répandue parmi les nombreux membres des commissions programmatiques. Cette conception est partagée par tout le spectre des intellectuels sociaux-démocrates. Le révisionniste Paul Kampffmeyer fait de la description du SPD comme parti culturel l’objet d’un de ses articles : « La social-démocratie se développe au-delà de la base restreinte d’un parti de classe et de la lutte des classes pour devenir le parti de l’élévation planifiée de la culture humaine » (Kampffmeyer, 1903, p. 671). L’idée défendue est que le socialisme mène à un nouveau stade de développement et qu’il doit avoir un rôle dans l’élévation culturelle des travailleurs. La conception du programme est ajustée à cette représentation du parti comme organisation intervenant au-delà du « marché électoral » en faveur de l’éducation et de l’élévation morale et culturelle des ouvriers. De même, les théoriciens du journalisme partisan, comme Adolf Braun, donnent à ce journalisme une mission d’ordre culturel. Du reste, l’intervention des acteurs du parti en faveur de la moralité ouvrière est polymorphe : il passe de la dénonciation de l’alcoolisme, du cinéma de divertissement, de la littérature de caniveau à la promotion d’un roman socialiste (Zerges, 1982).

11Le programme est vu comme l’expression d’un mouvement culturel, non restreint à la seule concurrence au sein d’un même parti politique. Cela est illustré – au sens propre – par un commentaire du programme d’Heidelberg, Notre programme en mots et en images, paru chez Dietz en 1931 (Müller, 1931). Les brochures de commentaire, qui accompagnent et donnent une interprétation systématique des programmes, sont généralement publiées à moindre coût et ne comportent donc pas d’illustrations. Ce commentaire de 1931 au format A4 est, à l’inverse, richement illustré. L’objet, pour être exceptionnel, montre que les producteurs des programmes cherchaient à créer une adéquation entre le texte du programme et les organisations du mouvement ouvrier social--démocrate. Ce « programme illustré » de 1931 met, en effet, en relation les références théoriques et les organisations de la social-démocratie allemande. Les références bibliographiques sont, pour la plupart, issues du catalogue de la maison Dietz, le cœur de l’empire intellectuel du parti : Cunow et son manuel d’économie (Cunow, 1931), Le Capital de Karl Marx, la revue théorique du SPD, Die Neue Gesellschaft, ainsi que des revues spécialisées sur la politique locale (Die Gemeinde) ou de l’organe du parti (Vorwärts). Ces références vont de Goethe, Kant à Marx et Engels, offrant ainsi une synthèse de la culture classique propre au discours social--démocrate que l’on retrouve également dans Die Neue Zeit. Comme parti culturel, le SPD englobe et dépasse la culture allemande classique. Dans ce programme en mots et en images, les illustrations sont aussi des « références pratiques ». Les encadrés décrivent les organisations du monde ouvrier ; et ils sont pareils aux encadrés bibliographiques, indiquant par là la parenté entre le renvoi au contenu théorique d’un livre et la pratique politique (celle d’une coopérative d’achat ou d’une banque coopérative, d’un syndicat, d’une pièce de théâtre socialiste, d’une école du parti, des mouvements de masse). L’iconographique est le produit du travail d’artistes sociaux-démocrates, et elle est souvent tirée de revues sociales-démocrates comme la revue satirique Die Wahre Jakob. « Illustrer » le programme revient à insérer les assertions programmatiques dans l’espace des organisations sociales--démocrates afin de montrer qu’elles forment un tout cohérent.

12Cette unité entre la théorie et la pratique politique s’observe aussi au sein du personnel intellectuel du parti. Le SPD est une organisation qui produit des savants indépendamment des systèmes de consécration universitaires. Le système de reconnaissance interne est au principe de la sélection des membres des commissions programmatiques.

13En effet, le parti est organisé autour d’entreprises intellectuelles auxquelles les membres des commissions programmatiques collaborent. Ces individus contribuent, d’abord, aux revues théoriques sociales-démocrates. Plus de la moitié de l’ensemble des membres des commissions ont rédigé de nombreux articles pour les revues théoriques centrales (Die Neue Zeit, Die Gesellschaft ou la revue « révisionniste » Sozialistische Monatshefte). L’essentiel des membres des commissions a également produit des ouvrages ou des brochures. 19 de ces 44 rédacteurs ont publié un ou plusieurs ouvrages chez Dietz. Si l’on ajoute la maison d’édition de Vorwärts et les brochures ou discours publiés par le SPD (central ou local), une très large majorité des membres des commissions a fait paraître des textes dans des éditions sociales-démocrates.

14Ces théoriciens du socialisme considèrent leur production comme une contribution scientifique. Leurs travaux ne visent pas seulement à produire des programmes en vue des élections, ils développent des connaissances sur l’économie et la société qui permettent de changer le monde. En 1910, dans Le capital financier, Rudolf Hilferding montre ainsi la constitution du capital financier impersonnel comme dominant le système économique. Des enquêtes statistiques sur les conditions de vie sociale sont menées, et sont à la base de nombreux développements des programmes des années 1920. L’autodidacte Cunow, dont la carrière intellectuelle commence dans la presse du parti, devient reconnu non seulement pour ses recherches portant sur la Révolution française, mais aussi sur l’Empire inca. Il travaille, en particulier, sur l’analyse des stades de développement des sociétés et sur les références ethnologiques mobilisées par Engels dans Origines de la famille. La trajectoire de Cunow illustre la construction partisane d’un savoir et d’un savant sans prédispositions particulières pour la recherche, qui acquiert une reconnaissance partisane suffisante pour se voir proposer un poste de professeur extraordinaire en 1919, alors qu’il ne dispose pas de titres universitaires.

15Deux grands types d’intellectuels se dégagent : les théoriciens généralistes et les spécialistes. Les grands noms de la social-démocratie (Bernstein, Cunow, Hilferding, Kampffmeyer, Kautsky) se distinguent en concevant des théories sociales générales où le marxisme est actualisé et adapté à la société contemporaine. D’autres membres des commissions sont, eux, -spécialistes de certains problèmes publics (politique communale, la politique d’éducation, les femmes, etc.). Ainsi Wilhelm Keil est reconnu comme le spécialiste des questions financières depuis sa contribution à la réforme fiscale de 1919 et Marie Juchacz intervient dans les commissions programmatiques sur des thématiques liées aux femmes, sur lesquelles elle s’est peu à peu spécialisée par sa participation à des revues et à son engagement au sein des associations caritatives du parti.

Des programmes comme vitrines scientifiques

16Un programme est considéré, dans les années 1920, comme la vitrine du savoir sur la société. Les révisions des programmes sont dès lors justifiées par des faits nouveaux que cette science sociale permet de faire émerger.

17Les références à Marx et au marxisme, fleurissant sous de nombreux labels, ont la forme d’une revendication de scientificité (science de la société, science marxiste, marxisme). Le lien du savoir scientifique aux programmes est, lui, constant. Pour l’un des principaux théoriciens de l’USPD (Unabhängige Sozialdemokratische Partei Deutschlands [Parti social-démocrate indépendant]), et membre de la commission programmatique de 1924-1925, Crispien, le marxisme est en soi une science – le socialisme repose sur un solide socle scientifique fourni par le marxisme : « Cette connaissance [de la société fournie par l’analyse marxiste] est à l’origine de la lutte de la social-démocratie et des syndicats libres contre les tendances à la paupérisation capitalistes, pour les réformes sociales, contre le capitalisme, pour le socialisme » (Crispien, 1931, p. 3). Dans un discours consacré au programme de l’USPD, Crispien indique que les principes au fondement de l’USPD ne sont pas le produit d’une imagination trop fertile ou de « belles promesses » destinées à gagner toutes les classes sociales au parti : il s’agit de « résultats historiques acquis grâce à des méthodes scientifiques » ou aux « méthodes de recherche scientifique » empruntées à Marx (Crispien, 1920, p. 19 et 54). Plus généralement, Crispien mobilise les connaissances produites par le mouvement socialiste pour justifier les programmes politiques. Il termine son discours en indiquant qu’il a utilisé les programmes socialistes dans la stricte mesure où les idées qu’ils contenaient continuaient à avoir de la valeur. De ces résultats scientifiques, conclut-il, « se déduisent les idées fondamentales suivantes pour un nouveau programme de l’USPD » (p. 54). Crispien enfonce le clou : « Seul celui qui est scientifiquement formé connaît l’ampleur des problèmes, leur complexité et leur origine. Lui seul est en mesure d’agir de manière ordonnée et consciente de ses buts, et donc d’agir correctement » (p. 16). Dans le même sens, l’anthropologue du parti, Cunow, considère toutes les disciplines des sciences sociales comme appartenant à une seule et même « science de la société » :

« Le socialisme marxiste n’est pas une éthique particulière. Il ne fait donc pas reposer ses conceptions et ses revendications – s’il veut être fidèle à ses maîtres – sur l’éthique ; il ne les fait pas découler de postulats éthiques particuliers. Il est une forme déterminée de science de la société qui conçoit l’ensemble des phénomènes de la vie sociale, y compris la manière dont on se les représente, la représentation des intentions ou encore les tentatives effectuées comme découlant de conditions historiques particulières, comme l’effet d’un conditionnement de nature historique. » (Cunow, 1921a, p. 295)

Tab. 15 - Des intellectuels de parti

Tab. 15 - Des intellectuels de parti

18Tous ces auteurs s’accordent pour parler de « recherche » marxiste, recherche qui peut conduire à faire évoluer la vision établie de la société. Le marxisme, pour eux, n’est pas un dogme, mais une manière de décrire la société. En ce sens, leur rapport aux textes marxistes n’est pas empreint d’un respect religieux. Les programmes eux-mêmes ne font qu’arrêter un moment de l’état des savoirs scientifiques sur la société (dont découlent des propositions politiques). Ils sont cependant toujours discutables et révisables pour rendre justice aux avancées de la science.

19La vie du parti est d’ailleurs émaillée de débats scientifiques et politiques. La fameuse querelle du révisionnisme du début du xxe siècle porte, ainsi, sur des évolutions contradictoires par rapport au pronostic marxien. Berstein constatait des évolutions qui ne correspondaient pas aux observations de Marx (la « prolétarisation » de la société). Il mettait ainsi en question l’imminence de l’effondrement de la société capitaliste. Si ses travaux ont fédéré un ensemble d’acteurs plaidant pour une réforme de la ligne du parti, elles ont néanmoins fait l’objet de discussions sur l’interprétation de la statistique et sur la construction des catégories et ont été jugées dignes d’intérêt scientifique en étant publiées, dans un premier temps, dans la revue théorique du parti. Kautsky définit son opposition à Bernstein comme une fidélité à la méthode de la recherche marxiste, et non « une fidélité bornée aux résultats auxquels Marx et Engels sont arrivés ; cela serait le contraire du marxisme. [Il] considère bien plus Die Neue Zeit comme l’organe de la critique, et plus précisément de la critique réflexive » (SPD, 1901, p. 142).

20Rassemblés sous forme de brochure et tirés à des milliers d’exemplaires, les commentaires des programmes font eux aussi systématiquement référence aux fondements scientifiques de ces textes. Ces commentaires démontrent la nécessité de la révision des programmes en se fondant sur les évolutions de la société ou sur celles du savoir scientifique disponible. Pour justifier l’adoption du programme de Görlitz (1921), les théoriciens du parti soulignent ainsi les grands changements occasionnés à la suite de la Première Guerre mondiale et de la révolution de 1918. Ces changements rendraient le programme d’Erfurt (1891), scientifiquement exact quand il a été voté, caduc. Pour étayer ce constat, Cunow indique que le projet de programme soumis par la commission n’a pas intégré de propositions scientifiquement contestées (Cunow, 1921b, p. 16) et que, pour ce qui concerne l’étude des dynamiques sociales, il en est resté aux constats posés par le programme de 1891 lorsque ceux-ci étaient encore valides. Stampfer, dans la brochure qu’il produit sur le programme de 1921, rappelle l’importance du travail de Kautsky en 1891 lors de l’écriture du programme d’Erfurt. Il justifie néanmoins le programme de 1921 en indiquant :

« Les revendications concrètes du programme d’Erfurt ont été en partie dépassées, en partie réalisées. La conception théorique du parti, sa volonté de rester en phase avec les exigences scientifiques était l’un des points les plus forts du parti depuis toujours, et encore aujourd’hui cette exigence est beaucoup trop forte pour que le parti se contente d’une action purement empirique, de points de repère tâtonnant dans les faits, sans se donner un fondement programmatique et scientifique satisfaisant. » (Stampfer, 1922, p. 5)

21Kampffmeyer opère une justification du programme d’Heidelberg en 1925 en décrivant des « faits », des « faits visibles » et rendus concrets par des données chiffrées (Kampffmeyer, 1925, p. 5-16). Significative de ce mode de légitimation du programme, dans lequel n’entre pas (explicitement) la configuration de la concurrence interpartisane, est l’opposition exprimée par Karl Kautsky à la révision du programme de 1925 alors même que le SPD se trouve en exil. Le 14 janvier 1934, dans le n° 31 de Neuer Vorwärts, successeur pragois de Vorwärts berlinois et organe officiel du SPD en exil, Karl Kautsky s’oppose à l’écriture d’un nouveau programme. Rien ne se serait produit qui justifiât la révision du programme (fondamental) de Heidelberg voté en 1925.

« Un programme peut apparaître dépassé lorsque de nouvelles connaissances sociales apparaissent avec lesquelles il n’est plus compatible : lorsque nous progressons vers un niveau de savoir supérieur. » (Kautsky, 1968, p. 332)

22Or, entre 1925 et 1933, rien ne s’est produit qui a remis en cause les fondements et les revendications du programme de 1925 : les convictions sociales-démocrates et le programme seraient l’aboutissement du travail intellectuel de tout un monde culturel depuis des siècles. « Ils sont en particulier le résultat du travail intellectuel des nouveaux socialistes depuis plus d’un siècle ; ce travail intellectuel trouve son expression la plus aboutie dans le marxisme qui a maintenant bientôt quatre-vingt-dix ans d’existence » (Kautsky, 1968, p. 338). La transformation de la compétition politique, par l’exclusion formelle du SPD et l’instauration d’un système à parti unique en Allemagne, ne semblerait ainsi pas exiger une réécriture du programme prenant en compte les nouvelles règles du jeu politique. Poursuivant ainsi, Karl Kautsky met en garde contre la recherche d’une « formule magique » permettant la reconquête de la jeunesse : un programme n’est pas destiné à gagner des soutiens mais à mener à un « niveau de conscience supérieur » – ce qui nécessite de reprendre l’étude de la société et des conditions économiques nouvelles.

23Le programme et ses révisions sont donc liés à un registre de légitimation scientifique, qui s’exprime tout à la fois dans la construction du programme que dans les manières de justifier les assertions programmatiques. Cette forme de légitimation scientifique du programme perdure après 1945. Cependant, la transformation du recrutement des membres des commissions marque aussi un allongement de la chaîne de légitimation par un recours aux institutions universitaires qui captent la légitimité scientifique.

Le recrutement universitaire de spécialistes de la démocratie après 1945

24Le national-socialisme a désintégré le système de la science marxiste sur lequel reposait la légitimité des programmes sociaux-démocrates dans les années 1920. Après 1945, les cadres du parti tentent de reconstruire le Kulturpartei de Weimar, un parti dont le domaine d’action excède les seules opérations électorales (Zimmermann, 2008, p. 56) : la reprise systématique des désignations weimariennes, à commencer par celles des journaux, ou des revues, puis celles du parti ou de ses instances, en donne un premier indice. Cependant, le système intégré de production des savoirs utiles au parti ne se reconstitue pas. Les universitaires font leur entrée dans le parti, et, avec eux, un savoir hétéronome ainsi que l’allongement de la chaîne de légitimation de l’action politique.

25Les milieux universitaires qui servent de viviers aux commissions programmatiques de 1955 et 1959 sont porteurs d’un vocabulaire, de concepts, de manières de problématiser qui leur sont spécifiques. Les étudier permet alors de comprendre le sens du texte produit par ces commissions. Nous suivons, ici, la démarche de John Pocock. Pour lui, les idiomes, les langages politiques émergent des contextes d’action qui seuls permettent de rendre compte des significations des textes (Pocock, 2009, p. 25). L’objectif est alors de décrire les types d’universitaires et d’intellectuels engagés, leurs disciplines et de montrer comment se déploie une nouvelle articulation entre savoir et pouvoir au sein du SPD.

Une scientifisation de la politique

26La transformation du SPD s’inscrit dans le mouvement de scientifisation de la politique à l’œuvre au sein de la république de Bonn (Metzler, 2005) : cette seconde république est une véritable république de conseils (scientifiques). Si les lieux universitaires et les centres de recherche syndicaux deviennent des viviers de recrutement des rédacteurs du programme, cela ne signifie pas pour autant que les espaces proprement partisans de consécration cessent d’exister.

27Ainsi, à la suite d’une décision prise au congrès de Düsseldorf (SPD, 1948, p. 235), et dès 1948, le parti met en place des comités d’expertise permanents. Il s’agit d’une institutionnalisation de pratiques qui semblent exister de manière informelle depuis 1946. Ces comités permanents, dont le congrès ne fixe ni le nombre ni le contenu, sont en 1958 au nombre de 22 (SPD, 1959a, p. 242-255). On peut supposer qu’une telle organisation nationale n’existait pas avant 1921, puisqu’un article paru dans Vorwärts le 20 mai 1921 en plébiscite la création. Toujours est-il que ces comités experts, de même que le bureau scientifique précédemment mentionné, ou la constitution de la fondation Friedrich-Ebert, inscrivent le SPD dans la dynamique générale de scientifisation du politique.

  • 6 Berlin, Bundesarchiv, Viktor Agartz, NY 4104/37.

28Les membres de la commission programmatique réunie à partir de 1955 participent massivement à ces comités. Les trois quarts d’entre eux appartiennent à au moins un de ces 22 comités permanents et, bien souvent, les président. Ces comités sont, par ailleurs, peuplés majoritairement d’universitaires (titulaires d’un doctorat ou professeurs). Ils représentent trois quarts des membres du comité en charge des affaires scientifiques et deux tiers de ceux du comité chargés des affaires juridiques, financières et économiques. Ce dernier, symptomatiquement dans une République qui fait des affaires économiques l’affaire des experts et des scientifiques, était en 1950 exclusivement composé d’universitaires6. Ils sont encore représentés à hauteur de 50 % dans les comités cruciaux pour le parti, comme celui qui s’occupe de la question de la réunification des deux Allemagne. Ces comités servent de réserves de compétences pour le comité directeur. La commission programmatique de 1955 n’est, en ce sens, pas une exception, mais est à l’image de la poursuite d’une division du travail ordinaire au sein du SPD.

29Le milieu partisan reste riche en associations et lieux de recherche auxquels ces acteurs collaborent et assurent leur reconnaissance comme spécialistes. Les institutions partisanes de formation, en revanche, mettent du temps à se reconstituer après 1945. L’école centrale du parti, institution cruciale sous la république de Weimar, n’est recréée, à Bergneustadt, qu’en 1956. La bibliothèque centrale et les archives ne se reconstituent en « dur » qu’à la toute fin des années 1960. La première pierre du bâtiment des archives, qui est aussi le bâtiment de la fondation Friedrich-Ebert à Bonn, n’est posée qu’en 1967 et l’institution ouvre ses portes en 1969 (Zimmermann, 2008, p. 69).

30En revanche, la participation aux revues sociales-démocrates demeure une constante. Geist und Tat voit le jour en décembre 1946. Durant les dix premières années de cette revue, un tiers des futurs membres de la commission programmatique y ont contribué. Même si elle a été fondée en 1954, peu avant la convocation de la commission programmatique (et ne peut donc servir de mesure à une reconnaissance permettant l’accès à cette commission), la revue théorique du parti, Die Neue Gesellschaft, contient aussi de nombreuses contributions de membres de la commission.

31Autour de Geist und Tat et de son rédacteur en chef, Willi Eichler, s’activent les réseaux de l’ISK, la Ligue socialiste militante internationale qu’Eichler avait longtemps dirigée avant d’intégrer le SPD. Une intense activité intellectuelle se déploie autour de cette revue, de sa maison d’édition, des journées d’étude annuelles à Göttingen, de l’Académie philosophique et politique [philosophische-politische Akademie] refondée en 1949 ainsi que de la publication progressive des œuvres complètes de Nelson, philosophe fondateur du groupe dans les années 1910. Dissoute comme organisation politique, la ligue n’en est pas morte pour autant : ses réseaux se voient réhabilités comme réseaux de sociabilité intellectuelle. Cette réactivation du nelsonisme, une forme de moralisme kantien, est la véritable pierre angulaire du « socialisme éthique », c’est-à-dire d’un socialisme qui repose non seulement sur des prédictions scientifiques mais aussi sur des valeurs, et qui est l’une des caractéristiques attribuées à Bad Godesberg.

32Les réseaux militants syndicaux et associatifs restent, bien sûr, aussi des viviers de recrutement pour les commissions programmatiques. La participation à la direction des syndicats de l’enseignement ou d’étudiants apparaît être la caractéristique d’acteurs qui se dédient en particulier aux réflexions pédagogiques et culturelles (Willi Henkel et Grete Henry-Hermann pour les syndicats enseignants, Ulrich Lohmar et Claus Arndt pour les étudiants).

Willi Henkel (1897-1988) est un instituteur qui participe à des mouvements pédagogiques réformateurs à Berlin puis Hanovre sous Weimar, époque à laquelle il est membre du SPD (vers 1922). Il est aussi le dirigeant local de l’association de jeunesse Rote Falken. En 1933, il est rayé des cadres. Après-guerre, il réintègre l’administration et forme les enseignants. Il préside le groupe de travail des instituteurs sociaux-démocrates [Arbeitsgemeinschaft Sozialdemokratischer Lehrer] de 1946 à 1955.

Christian Gneuss (né en 1924), assistant scientifique à la Freie Universität de Berlin à cette époque, préside la Sozialistische Hoch-schul-gemeinschaft – association de réflexion sur l’organisation du système de l’enseignement supérieur fondée en 1953. Otto Brenner est nommé dans la commission au titre de dirigeant d’IG Metall. Walter Menzel dirige, à partir de 1957, le Comité (interassociatif) de travail Kampf dem Atomtod [Combattre la mort atomique] dans le cadre d’une mobilisation nationale de grande ampleur.

33Cependant, les espaces associatifs sont aussi des lieux d’innovation théorique comme le montre la trajectoire de Lorenz Knorr.

Secrétaire fédéral de la Jeunesse socialiste [Sozialistische Jugend], Lorenz Knorr est un promoteur des Républiques des enfants, modèle éducatif visant le transfert de la responsabilité à des enfants organisés démocratiquement et le développement de la personnalité par l’organisation rationnelle de l’espace, du temps et de l’esprit de communauté (Knorr, 1955). Au sein de ce mouvement, Lorenz Knorr met en place un conseil scientifique de la Jeunesse socialiste, au sein duquel il côtoie des acteurs membres du comité des affaires culturelles du SPD pour la culture. Il publie également, en collaboration avec certains d’entre eux, des articles sur la communauté socialiste et sur les techniques pédagogiques, en particulier dans Geist und Tat.

34Dans un entretien que nous réalisons avec lui en juillet 2012, Knorr insiste sur la dimension théorique de son travail au sein des associations de jeunesse socialiste :

« Lorenz Knorr : Les choses étaient les suivantes. J’ai été à la présidence des jeunesses socialistes et responsable de la pédagogie. Et nous faisions face sans arrêt à des problèmes où nous nous disions que la discussion politique ne suffisait pas et qu’il fallait discuter les choses scientifiquement. Là, j’ai proposé de fonder un conseil scientifique avec plusieurs scientifiques, professeurs qui ont travaillé avec nous et j’ai convoqué un cercle d’environ dix personnes, dix professeurs et docteurs ; ils m’ont choisi comme manager, comme président, quasiment, de ce conseil et ils ont essayé de donner au travail politique de la pédagogie une meilleure base.

Karim Fertikh : Et pouvez-vous décrire cette base ? Quelle nouveauté pour cette base ? Pourquoi était-ce important qu’il y ait des scientifiques qui contribuent à cette discussion ?

L. K. : En ce qui concerne la politique, nous voulions en savoir plus sur les disciplines et sur la science de manière à ce que la politique ne soit pas une pure représentation des intérêts mais pour que tout tienne sur une base solide, et nous voulions fonder la pédagogie de telle manière que chacun d’entre nous a eu à s’occuper d’un scientifique déterminé. Moi-même, j’ai eu à m’occuper de Kurt Löwenstein, un pédagogue social-démocrate de la république de Weimar. […] Je me suis orienté vers Kurt Löwenstein, L’enfant comme porteur de la société future, mais aussi vers Nelson. […]

K. F. : Et Leonard Nelson est aussi lié au nom de Willi Eichler… Y avait-il un lien avec Willi Eichler ?

L. K. : Oui, bien… J’étais membre du comité auprès du comité directeur dont Willi Eichler était président. Et j’ai souvent participé aux journées de Geist und Tat – Geist und Tat était une revue fondée par Willi Eichler. Une fois, j’y ai même fait un exposé, comme jeune… J’ai aussi écrit une réponse à un article de Carlo Schmid dans Geist und Tat. Carlo Schmid réduisait le socialisme à une somme d’ajustements en finalité et dans l’article, j’ai écrit que le socialisme était plus que cela. Et j’ai été invité comme co-exposant de Carlo Schmid. Pour dire que le socialisme était plus qu’une somme d’ajustements mais qu’il avait à voir avec l’homme nouveau, l’homme qui a surmonté l’égoïsme, l’homme qui vit aussi pour la communauté, l’homme qui n’est plus l’égoïste de l’époque capitaliste mais qui essaie de transmettre, de réaliser dans le présent les vertus qu’il veut voir exister dans le socialisme dans le futur. Donc, anticiper un morceau de l’avenir. »

35Lorenz Knorr fait office de pédagogue. La science vient nourrir une pratique politique qui vise à « anticiper » l’avenir : les institutions socialistes incarnent l’avenir et participent à la formation de l’« homme nouveau ». Nourri par la réflexion théorique et la collaboration avec des universitaires, le lien entre science et pratique n’est pas rompu après 1945, mais s’incarne dans la mobilisation d’universitaires requis pour la rénovation des pratiques pédagogiques du mouvement de jeunesse socialiste.

36De la même manière, le centre de recherche syndical, le Wirtschafts-wissenschaftliches Institut (Institut de science économique, qui devient Institut de science économique et sociale en conservant l’acronyme WWI) joue un rôle central dans le recrutement des membres de ses commissions. Cet institut est traversé dès les années 1950 par un processus d’autonomisation et d’universitarisation. En 1955, plus de la moitié de ses 55 collaborateurs sont considérés comme des scientifiques (Markmann, Spieker et Langenbrinck, 1986). Dans la deuxième moitié des années 1950, la marque de cette « scientificisation » de son travail est la production d’indicateurs de conjoncture pour lesquels son deuxième directeur, Bruno Gleitze, devient connu (Gleitze, 1960). Cela montre qu’il y a un processus d’académisation du travail scientifique à l’œuvre, y compris à l’intérieur des institutions du mouvement ouvrier.

Universitaires sociaux-démocrates et promotion de la démocratie

37L’Université constitue un foyer de recrutement des nouveaux experts du parti. Les sciences mobilisées par la commission sont spécifiques, elles sont liées à la refondation démocratique de l’Allemagne. Ce sont donc pour l’essentiel des universitaires engagés, grâce à leur militantisme et leur pratique professionnelle, que le SPD va s’adjoindre pour réfléchir à l’état du monde et à l’avenir que le parti entend proposer au travers de ses programmes.

38Pour ne prendre que l’exemple le plus saillant, les économistes du parti ne sont pas « ordolibéraux » ; au contraire, ils participent de l’« économie collective », courant du reste négligé par l’histoire des idées, qui s’intéresse plus volontiers à la pensée économique dominante – ordo-libérale ou keynésienne en Allemagne (Engelhard, 2014 ; Fertikh, 2014a). La trajectoire des « économistes » les plus haut placés du parti, c’est-à-dire ceux à qui revient la détermination de la « ligne » économique en raison des compétences qui leur sont reconnues par le comité directeur, est un indice de cette incursion dans un milieu économiste en marge de l’économie classique. Après 1945, c’est à Erik Nölting que revient ce titre d’économiste du parti (ainsi est-il désigné dans la presse).

Erik Nölting (1892-1953) est docteur de l’université de Francfort en 1919. Il est enseignant de science de l’État et de science économique à l’université de Detmold et à celle d’Hanovre avant de devenir professeur de l’Akademie der Arbeit [Académie du travail, une institution syndicale] de Francfort (1923-1933). Après 1945, il est député puis ministre de l’Économie Rhénanie du Nord (économie) jusque 1950 (il est député du Land et au Bundestag jusqu’en 1953). À partir de 1950, il enseigne à la Sozialakademie de Dortmund.

39À la mort de Nölting en 1953, Heinrich Deist (1902-1964) lui succède. Le second n’est pas plus que le premier un défenseur de la théorie économique classique. L’« économiste » du SPD a été membre du NSDAP. Cependant, ce juriste social-démocrate, conseiller (et gendre) du ministre de l’Intérieur de Prusse sous Weimar, a d’abord été frappé d’une interdiction d’exercer en 1933. Il adhère en 1938 au NSDAP, ce qu’il défend comme une mesure de protection de ses activités de résistance. Auditeur des comptes, il reprend des études d’économie qu’il achève par un doctorat en 1943. En 1945, il réintègre le SPD et devient en 1953 député au Bundestag. Entre-temps, il a surtout œuvré au sein d’institutions syndicales, puisque, collaborateur d’Hans Böckler (président et fondateur du DGB), il a siégé dans les conseils d’administration de grandes entreprises au titre du collège syndical jusqu’au début des années 1950. Cette spécificité se retrouve chez les autres économistes du parti et, mutatis mutandis, dans les autres disciplines. Le tableau 16 donne des informations sur les 15 professeurs d’université membres de la commission nommée en 1955 pour préparer le futur programme fondamental du SPD.

40Les domaines de spécialité des membres de la commission sont majoritairement des disciplines d’institutionnalisation récente ou des disciplines périphériques dans l’Université. La plupart de ces disciplines sont politiques, en ce sens qu’elles ont pour objet le pouvoir : le citoyen, l’économie (sociale) et la constitution.

41À côté des disciplines gravitant autour des politiques sociales et de l’économie collective (traitant des questions de coopératives ou de politique sociale et représentée, notamment, par Weisser et Preller), la sociologie – discipline marginale à l’époque, avec seulement 11 chaires ordinaires en RFA en 1955 (Klingemann, 2009) –, la science politique (Lütkens, Abendroth, Stammer) et la pédagogie (Borinski, Henry-Hermann, Helmut von Bracken) se taillent la part du lion. Abendroth et Borinski ont, par ailleurs, bénéficié d’un programme de rééducation britannique, de la Wilton Park Academy, dont l’objectif était de former le peuple allemand à la démocratie. Cette même volonté s’est vue attribuée à la science politique telle qu’elle a été recréée après 1945. Ce constat vaut également pour la pédagogie qui se dote, pour l’ensemble des sociaux-démocrates considérés ici, d’une vision favorable à une réforme démo-cratique de l’éducation et de l’éduqué (Jelich et Haussmann, 2000).

Tab. 16 - Des universitaires au service du parti

Tab. 16 - Des universitaires au service du parti

42Les représentants des disciplines plus centrales – Martin Draht, Hermann Brill et Wolfgang Abendroth pour le droit et Gisbert Rittig, Gerhard Weisser et Karl Schiller pour l’économie – s’inscrivent eux-mêmes dans ce mouvement de refondation de la démocratie et de l’économie allemandes. Cette dimension militante est aussi vraie pour les praticiens, comme Fritz Bauer qui siège à leurs côtés au sein de la commission. Fritz Bauer (1903-1968) est procureur général de Brunschwig, puis de Hesse, fonction qui lui permet d’ouvrir plusieurs procès à retentissement historique contre les dignitaires et exécutants nazis, comme le procès d’Auschwitz en 1963. Ces juristes participent à l’interprétation et à la critique des lois fondamentales de la République fédérale.

43Du côté de l’économie, le SPD promeut des économistes qu’on appellerait aujourd’hui « hétérodoxes ». L’instauration de la République fédérale sonne bien, y compris au sein du SPD, ce qu’Alexander Nützenadel nomme « l’heure des économistes ». Nützenadel souligne l’autonomisation universitaire de l’économie par rapport à la Staatswissenschaft [science de l’État] ainsi que l’institutionnalisation, après 1945, d’un conseil économique au gouvernement (Nützenadel, 2014). Néanmoins, pour centrales que soient les analyses d’Alexander Nützenadel sur le poids croissant de l’économie disciplinaire (ordolibéralisme, keynésianisme) en Allemagne après-guerre, elles restent centrées sur les rapports entre les experts en économie et la direction politique et administrative de l’État. Au sein du SPD, l’économie a une coloration différente, et fait état d’un intérêt plus marqué pour les coopératives ou les entreprises publiques. L’un des membres de la commission de 1955, Karl Schiller est l’un des fondateurs de l’Académie pour l’économie collective [Akademie für Gemeinwirtschaft] en 1948, mise en place autour de sociaux-démocrates et de syndicalistes et dont il crée la maquette pédagogique (Borries-Pusback, 2002). L’Akademie für Gemeinwirtschaft de Hambourg est construite sur le modèle de l’Adakemie der Arbeit weimarienne (au sein de laquelle de nombreux intellectuels sociaux-démocrates ont enseigné). Son plan de formation se concentre sur les formes coopératives d’entreprise, et dépasse donc largement les questions macro-économiques keynésiennes.

  • 7 Viktor Agartz indique qu’il a abandonné ses mandats dans les conseils d’administration de sociétés (...)

44D’ailleurs, quelques-uns des économistes les plus centraux veulent faire de l’étude des entreprises publiques et coopératives un courant économique organisé. Ils participent ainsi à la direction de la Société (allemande) pour la promotion de l’économie publique (GöW). Cette société est une institution de mise en réseau d’universitaires travaillant sur l’économie des entreprises publiques et l’économie collective, c’est-à-dire les entreprises coopératives. Preller, Gleitze (chercheur au sein de l’institut de recherche du DGB), Weisser appartiennent à son conseil scientifique et, pour les deux derniers nommés, à son conseil d’administration. Sur les quatre axes de recherche de cette société, deux sont dirigés par des rédacteurs du programme : Weisser est à la tête du cercle de travail sur la terminologie (c’est-à-dire la définition de ce qui appartient à l’économie publique), Gleitze de la recherche quantitative. Cette société est nationale, mais travaille à la connexion internationale de la recherche en matière d’entreprises du secteur non capitaliste – Weisser publie ainsi un article dans la revue du Centre international de recherche et d’information sur l’économie collective (CIRIEC) rattaché à l’université de Liège (Weisser, 1963) et il est membre de son directoire. Il organise dans le cadre du groupe de travail sur la terminologie plusieurs colloques entre 1953 et 1957, qui donnent lieu à la publication d’un annuaire recensant toutes les entreprises publiques et coopé-ratives dans plusieurs pays. Beaucoup de ces économistes émargent à ces institutions de l’économie collective, et donc vivent de ce secteur d’activité7.

45L’un des enjeux de ces groupes de réflexion est la définition de l’économie collective libre, c’est-à-dire à travers des formes d’entreprises coopératives et publiques distinctes du bureaucratisme autoritaire soviétique et respectueuses du développement de la personnalité des travailleurs.

46Ces remarques sont importantes à prendre en compte si l’on veut saisir la spécificité d’une conception de l’économie qui repose sur l’existence d’un contrôle public ou coopératif, et qui est l’un des axes développés par le programme de Bad Godesberg. Ces universitaires produisent des instruments permettant de penser un « nouvel ordre économique » au cœur du projet des économistes du parti, dont l’objectif est de mettre la production économique au service du Gemeinwohl [bien commun]. Le responsable du parti chargé de l’économie, Heinrich Deist, indique ainsi, pour poser les objectifs de la politique économique du parti :

« Comme Karl Marx l’écrivait : “Ce n’est pas la conscience de l’homme qui définit son être, mais au contraire son être social qui définit sa conscience.” Cela me semble être un point important de la politique sociale-démocrate : les moyens de l’émancipation humaine, en particulier les moyens de la libération des couches laborieuses, ne peuvent venir que de la transformation de leur environnement, que de la transformation de la société et de l’économie. » (Deist, 1958, p. 7)

47Cette transformation conduit à un nouvel ordre économique, « l’ordre économique socialiste de liberté », celui auquel le programme de Bad Godesberg appellera.

48Dans les milieux universitaires, ces membres de la commission sont reconnus. Viktor Agartz (du WWI) est ainsi admis, en 1947, au sein de la Royal Economic Society. Dans son autobiographie, il souligne qu’il est le seul Allemand au sein de cette société savante en 1947 (Agartz, 1983, p. 73) – Gerhard Weisser deviendra membre de la Royal Society par la suite. En plus de diriger le centre de recherche syndical, le WWI, Agartz assume également une charge de cours à l’université de Cologne. Abendroth siège aux conseils d’administration des associations nationales de science politique et de droit public. Cela fait de lui le correspondant de multiples acteurs de la science politique sur la scène internationale. Il est également introduit au sein de l’Institut für Sozialforschung de Francfort (dirigé par Max Horkheimer, avec lequel il entretient une correspondance ainsi qu’avec Adorno). Son activité universitaire fait de lui l’un des représentants les plus importants de la science politique allemande, au cœur de ce qui est nommé « école de Marbourg » – qui désigne un courant de la science politique allemande, qui s’objective surtout après 1968. Les noms d’Abendroth, Weisser et Stammer deviennent d’ailleurs si prestigieux qu’ils sont donnés à des prix, à une chaire universitaire à Cologne ou à des instituts (l’Otto-Stammer-Zentrum de l’université libre de Berlin, le Gerhard-Weisser-Institut – qui est une fondation para-universitaire).

49Cependant, leur ancrage reste spécifique : il s’agit de milieux de gauche, qui ne sont pas liés directement aux courants les plus reconnus ou orthodoxes, notamment l’économie classique pour les économistes. Ainsi, Weisser commet des faux-pas relationnels avec des économistes libéraux. On le voit tenter d’organiser la signature de vœux collectifs pour les soixante-dix ans de [Ludwig] Heyde (économiste à Cologne, à l’instar de Weisser) dans un cadre universitaire. Il s’attire cette réponse du Pr G. Albrecht qui, après avoir indiqué préférer une formule de vœux individuels, écrit, sarcastique :

  • 8 Bonn, AdsD, Weisser, K24-346 : 4 novembre 1958.

« Il est dommage qu’un certain nombre de ceux que vous avez nommés dans votre liste ne puissent se joindre à ces vœux collectifs car ils ne sont plus, depuis longtemps, en vie ! En recevant votre lettre, je venais de terminer un article d’hommage pour mon vieil ami von Zwiedineck-Südenhorst [1871-4 août 1957, professeur d’économie à Munich] dont vous apprendrez la mort, au plus tard, par le premier numéro des Jahrbücher für Nationalökonomie und Statistik de 19588. »

50Sans surinterpréter ce quiproquo, il nous semble néanmoins révélateur d’une bonne insertion de Weisser dans les réseaux de l’économie collective, quoique relativement moins réussie dans les réseaux de la Nationalökonomie.

51De même, en matière de pédagogie, les courants représentés sont ceux favorables à une formation à la citoyenneté et à la démocratie. Certains membres de la commission ont participé à la fondation d’institutions de formation (en collaboration avec le gouvernement du Land : l’université pédagogique de Brême ; en collaboration avec le DGB : le Centre du livre scolaire) et à la circulation internationale des idées pédagogiques allemandes, notamment aux États-Unis.

52Dans cette collaboration instaurée entre parti et Université, ce sont donc des disciplines plutôt militantes qui sont enseignées, mais par des professeurs qui, de par la chaire universitaire et les multiples positions qu’ils occupent, jouissent d’une reconnaissance certaine, bien qu’ils soient par ailleurs engagés dans des espaces de réflexion spécifiques (économie collective, pédagogie démocratique, etc.).

Le turning point de Bad Godesberg : un programme sans « diagnostic social »

53Nous sommes habitués à penser les programmes comme des objets familiers, comme des catalogues de mesures, classés par grands thèmes et proposés par des partis politiques ou des candidats à l’occasion d’une compétition électorale. Cette définition est le produit d’une formalisation historique de la relation partisane et de la transaction. Nous ne reviendrons pas ici sur la formation de cette technologie partisane, déjà esquissée par ailleurs (Andrieu, 1984 ; Fertikh, 2014b ; Fertikh, Hauchecorne et Bué, 2016). Ainsi le programme est un genre de littérature politique, bardé de normes d’écritures et de commissions, de congrès et de procédures formelles d’adoption, toutes faites pour transformer l’œuvre d’auteurs individuels en œuvre collective, engageant un parti. Le programme fait donc partie d’une infrastructure immatérielle ; sa forme est héritée et appropriée.

54En Allemagne, le dictionnaire Brockhaus de 1846 ne retient pas « programme [Programm] » en son sens moderne. Pour ce dictionnaire de référence, les programmes sont des textes d’invitation à des festivités, notamment dans un contexte universitaire. En 1886, le Brockhaus renvoie toujours à des célébrations universitaires, musicales ou théâtrales. Par extension, le terme concerne les déclarations de politique générale d’un gouvernement entrant en fonction ou celles d’un parti. Le dictionnaire Grimm, en 1889, ne fait, lui, pas référence au programme comme à un texte lié à une organisation partisane ou à une élection : il est une manière de faire connaître, de rendre public. Alors que 80 composés de « parti [Partei] » sont recensés, les auteurs du dictionnaire ne retiennent pas Parteiprogramm (Grimm et Grimm, 1889).

55Cependant, à compter de cette période, le terme commence à renvoyer aux organisations partisanes. Le Manifeste du parti communiste, dans son édition originale allemande de 1848, ne mentionnait ainsi pas le mot, mais il apparaît dans la (première) préface de Karl Marx et Friedrich Engels en 1872. Au-delà du mot, la chose devient, à la fin du siècle, un objet d’intérêt en Allemagne. D’abord, on voit apparaître les premiers recueils de programmes, qui servent comme en France des fins politiques. Il s’agit de définir la compétition politique légitime, en l’orientant vers une lutte idéologique, et en lui faisant quitter le terrain clientélaire auquel elle a émargé historiquement.

56Le premier travail colligeant les programmes des partis politiques allemands est ainsi produit en 1893 par le social-démocrate Adolf Braun, journaliste du parti (et membre des commissions programmatiques de 1921 et 1925). Il s’adresse aussi bien aux électeurs – le sous-titre du livre est d’ailleurs Un livre indispensable pour tous les électeurs – qu’aux praticiens de la politique qui « doivent désormais compter avec les partis existants » et le recueil doit leur permettre de « prendre le contenu des programmes comme point d’attaque dans la lutte politique ». Pour Braun, « l’absence de texte colligeant les programmes n’indique pas que notre vie politique ait atteint un haut niveau de développement » (Braun, 1893, p. 5).

57Le travail de Braun souligne l’idéologisation de la lutte politique, le déplacement de la compétition du terrain, clientélaire, des biens matériels vers celui des biens symboliques. Signe de la période de bascule dans laquelle il vit, Braun ne parvient pas à trouver un texte qui puisse s’apparenter à un programme pour de nombreuses organisations politiques, allant du Reichspartei aux partis des minorités nationales. Après ce livre pionnier qui marque l’idéologisation de la compétition politique, les partis eux-mêmes se mettent à éditer des recueils programmatiques afin de faire exister, par le livre, leur positionnement idéologique.

58Dès le début du xxe siècle, les historiens des idées prennent le relais. Ils font ce travail de recueil systématique de textes programmatiques pour servir des intérêts plus académiques, tels ceux de décrire l’évolution de grands courants de pensée dont les historiens se feront les observateurs, les commentateurs et les producteurs en même temps que d’inventer l’histoire des idées politiques comme discipline académique. Le travail le plus systématique est d’ailleurs réalisé en 1907 par Felix Salomon et poursuivi par Wilhelm Mommsen dans les années 1930 et servira de manuel pour les cours d’histoire des idées, notamment à l’université de Marbourg où ces historiens fondent, pour l’Allemagne, ce nouveau courant disciplinaire qu’est l’histoire des idées (Mommsen et Franz, 1931 ; Salomon, 1907).

59Dans les textes du manuel, du reste, le lecteur voit les programmes progressivement prendre leur forme moderne. Le foisonnement des formes de textes (lettres, articles, textes de forme littéraire, textes théoriques, manifestes, etc.) qui caractérise les premières éditions du recueil de Felix Salomon cède la place, dans les années 1920, à des programmes « en bonne et due forme », adossés qu’ils sont à des commissions programmatiques, à des partis (et non plus des textes endossés par des signatures individuelles parfois nombreuses). La forme des programmes se stabilise et ils deviennent des catalogues ordonnés de mesures. Sous Weimar, les textes des différentes organisations politiques apparaissent similaires dans leur structuration, aussi éloignées soient-elles au plan politique.

60Signe de ce caractère conventionnel du programme, la forme se décline suivant ses usages. Au sein du SPD coexistent des programmes fondamentaux [Grunsatzprogramm], des programmes de parti [Parteiprogramm], des programmes d’action [Aktionsprogramm], des programmes électoraux ou de gouvernement [Wahl-, Regierungsprogramm]. Le programme de 1959 est un programme fondamental, c’est-à-dire qu’il fait partie des statuts du parti : il est en quelque sorte la proclamation des objectifs ultimes de l’organisation, et est à ce titre joint de manière systématique aux cartes d’adhérents.

61Si l’on peut dire que le programme est un genre, c’est parce qu’il est régi par un ensemble de conventions d’écriture le rendant reconnaissable pour son public. C’est pourquoi ce travail sur Bad Godesberg doit aussi prendre en compte la manière dont les producteurs du programme respectent ces conventions. La principale d’entre elles date du programme d’Erfurt en 1891 : le programme est construit autour d’une partie théorique, la Zeitanalyse, qui est un diagnostic social, et un plan d’action sectoriel. Cette convention d’écriture est rompue en 1959, et cette rupture a fait de Bad Godesberg un scandale d’ordre quasi littéraire. Un débat sur la forme du texte agite les rangs des intellectuels sociaux-démocrates en 1959. Il marque surtout un questionnement sur la subordination de la science au sein du SPD dans les années 1950.

L’héritage

  • 9 Bonn, AdsD, Arthur Crispien, ACAA2.
  • 10 Par exemple : brouillon de Vorländer, Amsterdam, IISG, Fonds Bernstein, N5 ; projet de Crispien (19 (...)

62Rédiger un programme, c’est hériter d’une forme. Il est vrai que, dans les années 1920, les rédacteurs des programmes fondamentaux de 1921 et 1925 ont aussi largement contribué à en inventer la forme. Molkenbuhr (membre des commissions programmatiques de 1875, 1891, 1921, 1925), Kaustky (1891, 1925), Bernstein (1891, 1921) ont rédigé les programmes sociaux-démocrates du passé et nombreux sont ceux parmi les membres des commissions des années 1920 qui ont participé au conflit « révisionniste » pour la réécriture du programme d’Erfurt de 1891. Ce dernier programme est d’ailleurs explicitement cité dans le programme de 1921 qui se présente comme un « renouvellement ». Par ailleurs, près de la moitié des membres de la commission de 1925 a appartenu à la commission de 1921. D’autres comme Crispien ont participé aux commissions de rédaction des programmes de l’USPD. Crispien a été formé au sein de l’école du parti9, et connaît ainsi les programmes historiques. Dans les archives des membres de ces commissions, de nombreux documents attestent de cette maîtrise : dans les brouillons des nouveaux programmes, on cite les anciens, on les compare entre eux10. De même, en 1934, le Manifeste du Sopade (Parti social-démocrate en exil), dit Manifeste de Prague, a été largement rédigé par Kautsky et Stampfer. Il reprend la forme et les formulations du Manifeste de 1848 – ne serait-ce que par sa désignation ou dans l’appel :

« Travailleurs allemands, vous n’avez que les chaînes de votre servitude à perdre et le monde de la liberté et du socialisme à gagner ! Travailleurs allemands, unissez-vous dans le combat révolutionnaire pour l’anéantissement de la dictature nazie ! »

63Les programmes du passé constituent donc un horizon de référence pour les commissions.

  • 11 Programme du Parti des travailleurs socialistes de France de Jules Guesde, rédigé par Marx, Engels (...)
  • 12 Bonn, AdsD, Walter Menzel, R42.

64La commission programmatique de 1955 organise la transmission de cet héritage par l’envoi de « matériel » qui doit être « étudié » par ses membres. Ce matériel est constitué par l’ensemble des programmes du SPD, à commencer par le Manifeste, le programme de Gotha de 1875, le programme d’Erfurt, le programme de 1925 ou encore celui du Parti social-démocrate autrichien de 1958, mais aussi le programme du Havre11 dans sa traduction allemande. Une lettre de Gneuss, de mars 1955, accompagne un autre envoi des programmes antérieurs du SPD et sert de documents de travail à la commission : Erfurt, Görlitz, Heidelberg, Manifeste de Prague, orientations programmatiques [Programmatische Richtlinien] des organisations socialistes allemandes de Londres12.

65L’écriture du nouveau programme fondamental est, par ailleurs, l’occasion de la réédition des textes programmatiques du SPD, par exemple par les Jungsozialisten [Jeunes socialistes] ou par des directions locales, comme par la section SPD de Düsseldorf. Ce dernier volume est composé de textes « sociaux-démocrates », de Ferdinand Lassalle au programme d’Heidelberg. Publié en 1958, le livre est préfacé par le rapporteur de la commission programmatique. Willi Eichler y indique que

« pour la discussion de ce projet [le projet soumis en 1958], connaître les conceptions qui ont guidé les programmateurs antérieurs de la social--démocratie nous semble être particulièrement utile, puisqu’ils se sont objectivement toujours trouvés confrontés aux mêmes questions » (SPD, 1958, p. 5).

  • 13 Amsterdam, IISG, Wolfgang Abendroth, 730.
  • 14 Bonn, AdsD, Otto Stammer, 035/7 : cours d’Otto Stammer (Übung : Demokratischer Sozialismus und Marx (...)
  • 15 Bonn, AdsD, Walter Menzel, R42.

66On trouve un exemplaire de ce type de publication dans le fonds Abendroth13, qui commente les programmes du SPD dans ses travaux (Abendroth, 1978), comme Stammer le fait dans ses cours14 ou Deist dans des commentaires internes15.

67Ces textes font l’objet de discussions lors de réunions de la commission programmatique. Les programmes antérieurs sont cités à partir des documents déposés aux archives, en notes marginales, mais aussi décomposés suivant la structure théorie/revendications qui est celle qui guide leur rédaction. Walter Menzel, dans une circulaire du 6 mai 1955 adressée aux membres de la commission relative aux questions économiques (qui regroupent certains membres de la commission programmatique, mais n’est pas la commission elle-même), indique :

  • 16 Bonn, AdsD, Walter Menzel, R42.

« Qui lit attentivement les comptes rendus des congrès du parti, surtout celui du congrès de Görlitz [1921] me donnera raison lorsque je prétends que nous n’arriverons pas, dans le programme partisan que nous soumettrons dans l’un des prochains congrès, à une situation comparable à celle de Görlitz par exemple16. »

68La connaissance de ces textes est donc indéniable comme la capacité à s’y référer.

69Les efforts de lecture de Fritz Sänger, qui se joint au travail sur le programme sur le tard, en 1959, attestent l’importance de la maîtrise de la littérature sociale-démocrate. Fritz Sänger, qui travaille à la « correction » du programme déposé en 1958 à Stuttgart, ne dispose initialement pas d’une « compétence exégétique » (Tozy, 1999, p. 235) comparable à celle des intellectuels du parti.

70De fait, dans l’entretien qu’il a avec le président du parti, Erich Ollenhauer, au sujet de son éventuelle participation au travail de correction du projet, Sänger commence par souligner son incompétence scientifique. Il indique « ne pas disposer des bases scientifiques », en dépit des formations reçues dans le cadre de formations politiques (dans les années 1920). Il dit encore à Erich Ollenhauer :

  • 17 Bonn, AdsD, Fritz Sänger, 53.

« Je ne possède aucune base scientifique. Les obligations quotidiennes m’ont toujours ramené au travail politique et syndical. Aussi n’ai-je rien pu dire ou écrire d’important sur la théorie du mouvement ouvrier17. »

  • 18 Y sont conservés le programme d’Heidelberg, le Manifeste communiste dans une édition moscovite de 1 (...)

71Pour acquérir la compétence exégétique attendue d’un rédacteur de programme socialiste, Sänger investit les quelques mois dont il dispose pour compulser la littérature programmatique qui remplit ses cartons d’archive18. Cette appropriation lui permet de motiver (de fonder en raison programmatique) ses décisions de correction. Dans une lettre à un autre membre de la commission de 1959, Sänger note ainsi :

  • 19 Bonn, AdsD, Fritz Sänger, lettre à Benedikt Kautsky, 22 juin 1959, 53.

« De manière à mieux comprendre le contexte général, j’ai lu – autant qu’ils m’étaient accessibles et lisibles dans des délais brefs – d’anciens commentaires du programme d’Erfurt et d’Heidelberg. Ils m’ont conforté dans ma conviction de laisser de côté beaucoup, sinon l’essentiel, des réflexions des commissions du parti [Sänger fait référence à la commission programmatique et aux commissions thématiques installées auprès du comité directeur]. Il s’agissait en effet de commentaires et non d’énoncés programmatiques. Cela vaut en particulier pour la partie consacrée à l’ordre étatique où des conceptions de nature presque explicitement théoriques sont discutées mais où ne sont pas faits de déclarations ou de constats précis19. »

72Sänger cherche donc à faire reconnaître sa compétence par la référence aux programmes du canon social-démocrate. Il légitime, peut-être à ses propres yeux d’abord, les manipulations qu’il fait du programme par ce travail sur la littérature sociale-démocrate.

Un scandale formel

  • 20 Amsterdam, IISG, Eduard Bernstein, N 1 : structuration des comités de la commission programmatique (...)

73Les programmes du SPD ont, depuis le xixe siècle, une prétention scientifique : ils commencent toujours par une analyse de la société [Zeitanalyse], appelée également « principes fondamentaux », « fondements philosophiques » ou « fondements théoriques »20. Dans un pur mouvement dialectique, cette analyse de la société décrit scientifiquement l’état du monde que le socialisme entend dépasser. Le projet qui avait été, dans un premier temps, produit par les intellectuels du parti respectait cet héritage : un diagnostic posé sur la société de la deuxième révolution industrielle précédait un plan d’action sectorisé. Or, le programme de Bad Godesberg renonce à cette structuration. En ce sens, il heurte l’horizon d’attente de ses lecteurs avertis.

74Le programme proposé au congrès du parti du 13 au 15 novembre 1959 par le comité directeur comporte un élément original dans la conception usuelle des programmes sociaux-démocrates : une préface [Vorwort] qui introduit le programme, et qui, dans sa version définitive, ne comportera plus de titre. C’est ce texte qui remplace le diagnostic social conséquent produit par les intellectuels du parti entre 1955 et 1958.

  • 21 Bonn, AdsD, comité directeur, secrétariat Willi Eichler, 0 1697 B.
  • 22 En date du 11 août 1959, Sänger a une réunion à Hambourg, chez Braune (rédacteur en chef du Hamburg (...)

75Nombreux sont ceux qui critiqueront cet écart entre le texte et la tradition qui fait autorité et dont le respect est attendu par le lecteur. Le jugement que le président du puissant syndicat de la métallurgie (IG Metall) et officiellement membre de la commission, Otto Brenner, porte sur cette ouverture du programme de Bad Godesberg, dans une lettre adressée à Willi Eichler le 19 août 1959, apparaît comme une critique sur le fond – avec lequel Brenner se déclare en désaccord – mais aussi sur la forme de ce préambule : « On peut être de diverses opinions sur le caractère approprié ou non du pathos du préambule. Si l’on devait néanmoins être décidé à le conserver […]21 », alors un certain nombre de corrections devrait être apporté. Cette remarque est significative, car Otto Brenner s’autorise cette critique au sentimentalisme déplacé du texte alors que, dans sa lettre, il se borne à formuler des critiques à l’encontre des dimensions économiques et syndicales sur lesquelles il possède une grande expertise. Rédigé dans sa première version par le journaliste Heinrich Braune, ce préambule fait l’objet de la même réticence de la part de Sänger, qui veut réduire le caractère émotionnel22. L’émotion, le pathos s’inscrivent donc en faux contre la scientificité incarnée par le patrimoine des textes programmatiques du passé.

76C’est au nom de la préservation de l’héritage scientifique et programmatique que Gerhard Weisser, un des économistes les plus influents du parti, proteste, lui aussi, contre la suppression du diagnostic que la commission de 1955 avait rédigé. La stratégie de protestation de Weisser est très spécifique puisqu’il appuie sa critique sur un texte que lui aurait remis le refondateur du SPD, Kurt Schumacher. Pour donner à ce plan une valeur historique, Gerhard Weisser a l’idée de le transmettre à Rudolf Rothe (1897-1969), responsable des archives du parti depuis 1947. Il s’agit là d’une manière de protester contre le programme sur le point d’être adopté mais aussi de renforcer l’autorité de la tradition par la création d’un document historique (dont la véracité ne peut d’ailleurs pas être établie). En 1978, Weisser exprime encore son ressentiment à l’égard de la suppression du diagnostic social et en demande les raisons à Fritz Sänger :

« Votre commission de rédaction a supprimé sans le remplacer notre proposition de développements pour l’analyse de la société [Zeitanalyse] entre le congrès de Stuttgart et le congrès de Bad Godesberg. Je n’ai jamais pu m’expliquer, même à l’époque, cette suppression sans remplacement.

Je n’ai pu que me dire que votre commission trouvait le projet de Stuttgart trop long et a considéré l’analyse superflue. Je me suis donné pour principe de ne pas faire d’opposition dans un congrès : les congrès sont toujours passionnés. Mais la chose avait pour moi, à l’époque, une signification certaine et cette signification n’a fait que grandir.

  • 23 Bonn, AdsD, Fritz Sänger, 59, lettre de Gerhard Weisser à Fritz Sänger du 1er août 1978.

À l’époque cela a signifié pour moi l’échec d’une action dont Kurt Schumacher m’avait fait sentir l’importance. […] Il m’a fait pour ainsi dire promettre que je devais tout faire pour que ne manque pas au programme le développement historico-théorique et analytique que les programmes ont contenu depuis cent ans23. »

77On voit comment l’héritage des programmes sert de ressource pour fixer le canon du programme contemporain. D’une certaine manière, le fait de maintenir une ouverture (basée sur l’énonciation des contradictions fondamentales de la société allemande) est malgré tout la trace de cet héritage.

  • 24 « Reise in die Vergangenheit », Der Spiegel, 21, 18 mars 1960.

78Le préambule du programme est de facture littéraire, voire poétique – la presse indique qu’il est récité dans certaines réunions sociales-démocrates24. Ce texte, mis en forme de manière spécifique (par un jeu sur les paragraphes, l’italique et l’espacement), vient remplacer un autre texte, beaucoup plus conséquent : celui du diagnostic du présent produit par les intellectuels du parti entre 1955 et 1958. La suppression de ce diagnostic génère l’incompréhension et l’opposition de la part des intellectuels du parti, membres de la commission.

Illustration 2 − Le préambule du programme de Bad Godesberg (voir infra p. 220)

Illustration 2 − Le préambule du programme de Bad Godesberg (voir infra p. 220)

79Les commentaires portant sur cette préface montrent l’étonnement que le texte suscite en raison de sa forme et de sa liberté de ton. Des membres importants du parti et des intellectuels de premier plan la contestent (Heinrich Deist, Gerhard Weisser). Même pour ceux qui l’acceptent de manière résignée parfois – comme le dirigeant du syndicat IG Metall, Otto Brenner –, la préface fait l’objet de qualifications qui indiquent la stupeur face à un texte qui surprend l’horizon d’attente de ses lecteurs. Ainsi, Wolfgang Abendroth écrit :

« Willi Eichler et Adolf Arndt ont joué les rôles les plus importants ; dans le comité programmatique, pour la partie économique, c’était Heinrich Deist. Ils se sont fait concurrence dans l’expression de formulations purement “éthiques”, dépourvues de tout contenu concret. L’introduction au “programme de Bad Godesberg” fait partie des énoncés politiques les plus étranges qu’il m’ait été donné de lire de toute ma vie ; on la doit aussi à Willi Eichler. Il jouait alors au sein du SPD son dernier rôle de premier plan, sans compter que, comme vieux cadre de l’ISK, il croyait lui-même dans ses thèses. » (Abendroth, 1976, p. 249)

80Ce préambule émotionnel et le scandale qu’il suscite marquent quelque chose comme le dérèglement des rapports entre science et politique. En effet, les intellectuels de la commission programmatique considèrent que la partie la plus noble du travail est la partie théorique, c’est-à-dire la Zeitanalyse. Dans le programme alternatif qu’il soumet au vote du congrès, le politiste Wolfgang Abendroth ouvre classiquement son programme sur une analyse de « la situation sociale dans le monde organisé de manière capitaliste » (Abendroth, 1959). La commission de 1955 consacre une part importante de ses travaux à rédiger une analyse des rapports sociaux et économiques en Allemagne et « l’image de notre temps [das Bild unser Zeit] ». Lors d’une des réunions du groupe de travail consacré aux « questions fondamentales », le 4 juin 1955, Gerhard Weisser rappelle l’importance du diagnostic social, de la Zeitanalyse. Pour lui et le groupe de travail, la Zeitanalyse est donc la partie centrale du programme fondamental :

  • 25 Bonn, AdsD, Heinrich Deist, 39.

« “Deux parties sont-elles nécessaires ?” demande ainsi Weisser. Lors d’une conversation, Kurt Schumacher a indiqué être d’accord avec moi sur le fait qu’un programme devait clarifier nos échelles de valeurs d’un point de vue axiomatique. Pour cela, il serait nécessaire d’abord de réaliser une Zeitanalyse puis de traiter des principes moraux et culturels. Je me prononcerais donc, comme Eichler le propose, pour que nous nous attelions à cette Zeitanalyse et aux nécessités que cette situation présente génère. […] La Zeitanalyse nous permettra de constater que la mission des socialistes à notre époque [Zeit] n’est pas achevée. La première partie du programme serait donc la Zeitanalyse armée d’une problématique socialiste. La deuxième doit constituer une formulation claire de nos positions […]25. »

81Ainsi, le projet soumis par les intellectuels contenait ce diagnostic social, qui représentait le quart du texte soumis en 1958 (10 pages dans un ensemble de 42 pages). Le remplacement d’un texte d’analyse scientifique par un préambule littéraire marque la transformation des rapports entre science et politique, que le chapitre suivant tentera d’expliciter.

Conclusion

82Les rapports entre science et pouvoir se restructurent donc après 1945. Les spécialistes de la démocratie (ou mieux : de la démocratisation) détrônent désormais le lien organique qui prévalait dans le SPD weimarien entre les détenteurs du pouvoir politique et les détenteurs du pouvoir intellectuel. Cette « vieille idée socialiste que le savoir est aussi un pouvoir » a perdu de sa force. Cela est également patent dans la forme du programme, mais aussi dans le fait que le pouvoir des intellectuels ne suffit plus à garantir l’existence d’une analyse de la société en bonne et due forme : le diagnostic social, la Zeitanalyse du passé, passe dans le programme par pertes et profits en dépit de la contestation des intellectuels. Le changement formel montre donc que le rapport entre science et parti s’est bel et bien déréglé ou restructuré, sous l’effet de la transformation du milieu du Parti social-démocrate. Pour rendre compte des implications de cette restructuration et de ce qu’elle fait au programme, il faut désormais entrer dans la fabrique du programme.

Notes

1 Bonn, AdsD, comité directeur – secrétariat Willi Eichler, 0 942, préprojet du programme soumis à Stuttgart (1958).

2 Bonn, AdsD, Otto Stammer, 035/62, lettre au comité directeur du SPD du 9 décembre 1957.

3 Bonn, AdsD, Erich Ollenhauer, 390.

4 Bonn, AdsD, Waldemar von Knoeringen, 122, lettre de Gerhard Weisser à Waldemar von Knoeringen du 4 février 1958.

5 « Ohne Wissen, kein Wollen, keine Macht » [« Sans savoir, pas de volonté, pas de pouvoir »], tapuscrit, [vers 1920 ?], Bonn, AdsD, Arthur Crispien, ACAA2 (souligné par Crispien).

6 Berlin, Bundesarchiv, Viktor Agartz, NY 4104/37.

7 Viktor Agartz indique qu’il a abandonné ses mandats dans les conseils d’administration de sociétés anonymes pour leur préférer des sièges dans des entreprises de l’économie collective en ne dépassant pas la limite de dix sièges (juin 1958). En 1956, en conséquence de son éviction du WWI, une lettre lui demande d’abandonner deux mandats : celui de la banque pour la reconstruction de Francfort [Kreditanstalt für Wiedraufbau] et de la banque d’économie coopérative de Düsseldorf [Bank für Gemeinwirtschaft]. Berlin, Bundesarchiv, Viktor Agartz, NY 4104/4. Erik Nölting, l’économiste du SPD, est également membre du conseil d’administration d’entreprises publiques.

8 Bonn, AdsD, Weisser, K24-346 : 4 novembre 1958.

9 Bonn, AdsD, Arthur Crispien, ACAA2.

10 Par exemple : brouillon de Vorländer, Amsterdam, IISG, Fonds Bernstein, N5 ; projet de Crispien (1925) qui signale les modifications effectuées par rapport aux programmes de 1891 et de 1921, Amsterdam, IISG, Kautsky-Familie, 1903 ; analyse de Ströbel (1925) : Amsterdam, IISG, Kautsky-Familie, 1902.

11 Programme du Parti des travailleurs socialistes de France de Jules Guesde, rédigé par Marx, Engels et Guesde à Londres et adopté en novembre 1880 au Havre (appelé « programme minimum »).

12 Bonn, AdsD, Walter Menzel, R42.

13 Amsterdam, IISG, Wolfgang Abendroth, 730.

14 Bonn, AdsD, Otto Stammer, 035/7 : cours d’Otto Stammer (Übung : Demokratischer Sozialismus und Marxismus, semestre d’hiver 1960).

15 Bonn, AdsD, Walter Menzel, R42.

16 Bonn, AdsD, Walter Menzel, R42.

17 Bonn, AdsD, Fritz Sänger, 53.

18 Y sont conservés le programme d’Heidelberg, le Manifeste communiste dans une édition moscovite de 1945, les textes programmatiques publiés en 1946 par le SPD (Erfurt, textes de Lassalle), les « fondements d’une politique sociale-démocrate » de Kurt Schumacher (1946), le programme d’action de 1954, le projet de 1958, les programmes des partis sociaux-démocrates suisses et autrichiens, le Manifeste de Prague de 1934, etc. : Bonn, AdsD, Fritz Sänger, 324.

19 Bonn, AdsD, Fritz Sänger, lettre à Benedikt Kautsky, 22 juin 1959, 53.

20 Amsterdam, IISG, Eduard Bernstein, N 1 : structuration des comités de la commission programmatique de 1920-1921.

21 Bonn, AdsD, comité directeur, secrétariat Willi Eichler, 0 1697 B.

22 En date du 11 août 1959, Sänger a une réunion à Hambourg, chez Braune (rédacteur en chef du Hamburger Morgenpost et membre de la commission de 1959). Il commente cette réunion ainsi : « Poursuite de notre consultation d’hier, surtout sur le préambule. Le pathos a été à plusieurs reprises diminué, langue plus moderne dans plusieurs cas. Nous ne voulons pas que Deist et Eichler s’en occupent avant que le comité directeur la reçoive. » Bonn, AdsD, Fritz Sänger, 53.

23 Bonn, AdsD, Fritz Sänger, 59, lettre de Gerhard Weisser à Fritz Sänger du 1er août 1978.

24 « Reise in die Vergangenheit », Der Spiegel, 21, 18 mars 1960.

25 Bonn, AdsD, Heinrich Deist, 39.

Table des illustrations

Titre Tab. 15 - Des intellectuels de parti
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/25415/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 559k
Titre Tab. 16 - Des universitaires au service du parti
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/25415/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 680k
Titre Illustration 2 − Le préambule du programme de Bad Godesberg (voir infra p. 220)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/25415/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 206k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search