Version classiqueVersion mobile

L’invention de la social-démocratie allemande

 | 
Karim Fertikh

Introduction

Texte intégral

1Dans la série Baron noir, inspirée de la vie politique française, le héros incarné par Kad Merad s’agace du « p… de Bad Godesberg » défendu par sa concurrente socialiste. Que l’expression « Bad Godesberg » et celle de « faire son Bad Godesberg » – du nom d’un congrès où le SPD (Sozialdemokratische Partei Deutschlands [Parti social-démocrate allemand]) aurait, en 1959, répudié le marxisme – soient devenues idiomatiques dans le langage politique français suffit à montrer la place privilégiée que s’est vu accorder le programme dans l’Hexagone. Synonyme de renversement doctrinal, la référence a longtemps été promue en France par les tenants, au sein du Parti socialiste, d’une ligne idéologique moins étatiste et plus favorable au marché. Par-delà les frontières, le programme allemand est devenu un modèle en même temps que le symbole d’une modernisation doctrinale, et divers partis socialistes et sociaux-démocrates s’en sont revendiqués au point que certains observateurs et acteurs politiques vont jusqu’à voir dans le « Bad Godesberg » de la social-démocratie européenne l’une des causes de son affaissement.

La fin de la social-démocratie

2Le paysage politique de 2020 ressemble, pour la social-démocratie européenne, à un champ de ruines. Le diagnostic de la « fin » de la social-démocratie semble trouver une confirmation dans l’impressionnant déclin électoral de la plupart des partis socialistes et sociaux-démocrates, tout particulièrement en Europe ces dernières décennies. Ce reflux contraste avec la période de l’après-Seconde Guerre mondiale jusqu’aux années 1970, qui fait figure d’âge d’or. L’ère de la social-démocratie toucherait-elle à sa fin ?

3L’art de la divination politique est incertain, et nombreuses sont les prophéties qui, en la matière, ont été démenties. Le déclin politique de certains partis socialistes ou travaillistes n’est pas rectiligne. La mort de la social-démocratie a été, à de nombreuses reprises, annoncée depuis les années 1970 (Dahrendorf, 1980 ; Escalona, 2018, p. 2), mais celle qui était promise à une disparition imminente ne s’en est pourtant pas si mal sortie. Cependant, le jeu réglé des alternances entre socialistes (ou sociaux-démocrates) et chrétiens-démocrates tout comme les bastions inexpugnables des social-démocraties nord-européennes semblent aujourd’hui avoir fait long feu.

4Les chercheurs mobilisent plusieurs types d’explications pour éclairer ce déclin. L’une d’entre elles renvoie à la complexification du jeu politique. De nouvelles machines électorales (écologistes, « populistes ») entrent en concurrence avec les partis traditionnels ; la compétition apparaît plus rude. Toutefois, lorsqu’ils étudient les causes de l’épuisement de la social-démocratie, sociologues, politistes et historiens ont plutôt tendance à souligner des causes externes au jeu partisan : la crise du modèle économique des Trente Glorieuses, celle de l’État-providence classique sous l’effet de l’individualisme dit « post-moderne » (De Waele, Escalona et Vieira, 2017, p. 4 ; Giddens, 1994) et la critique de la bureaucratie nécessaire aux politiques redistributives (Dahrendorf, 1980). Ils dénoncent surtout des dynamiques propres aux social-démocraties : l’idéologie sociale-démocrate a perdu de sa spécificité (Honneth, 2017) avec le virage néolibéral que les partis de cette mouvance auraient opéré au plus tard dans les années 1990 (Cos, 2017 ; Escalona, 2017 ; Lavelle, 2016, Mouffe, 2016 [2005]).

5Cet affaiblissement de la spécificité des programmes socialistes sous l’effet de la poussée de cette « troisième voie » aurait ainsi conduit les partis socialistes ou sociaux-démocrates à abandonner leur projet émancipateur de réforme (et a fortiori de renversement) du capitalisme (Linden, 2017) et, du même coup, à éroder leur base électorale. La conversion de la social-démocratie à l’économie de marché, c’est-à-dire sa « modernisation » incarnée dans les « troisièmes voies » (Lavelle, 2016 ; Rioufreyt, 2016), aurait été si complète que les partis qui l’auraient portée semblent désormais avoir survécu à leur fonction historique.

6Parce qu’ils ont conduit à admettre la pérennité du capitalisme comme mode de régulation de l’économie, les aggiornamentos « néorévisionnistes » (Sassoon, 1997, p. 733) semblent avoir rendu, d’un point de vue idéologique, socialistes et sociaux-démocrates européens difficilement distinguables des partis libéraux. Pour nombre d’observateurs, le socialisme semble alors avoir aujourd’hui fait son temps.

7De ces aggiornamentos, le programme de Bad Godesberg du SPD, adopté en 1959 dans la ville éponyme située dans la banlieue de Bonn, apparaît comme fondateur. Référence incontournable et précédent invoqué par les réformateurs socialistes de tous les pays, le programme fondamental de 1959 a tout du suspect idéal dans une enquête étiologique sur les origines du néorévisionnisme. Dans une nébuleuse socialiste construite sur une base transnationale (De Graaf, 2018 ; De Graaf, 2019), la social-démocratie allemande a longtemps été la Mecque du marxisme, un « modèle » transnational pour les organisations se réclamant du socialisme démocratique. Le programme de rupture de Bad Godesberg apparaît dès lors comme un cas paradigmatique du basculement de la social-démocratie européenne (Bergounioux et Manin, 1989, p. 69). N’est-ce pas Michel Foucault qui, en 1979, en faisait le moment de ralliement de la pensée sociale-démocrate à une gouvernementalité « néolibérale » (Foucault, 2004, p. 90) ? Progressivement, Bad Godesberg est devenu, par antonomase, une manière de qualifier un revirement doctrinal fondamental, au-delà même de la seule social-démocratie.

8En un certain sens, Bad Godesberg apparaît comme le lieu de l’invention de la social-démocratie dans son acception moderne, celui d’un mouvement réformiste acceptant l’économie de marché qu’il entend corriger par une protection sociale développée. Aussi, plonger dans la préhistoire de la conversion néolibérale du socialisme européen permet d’analyser les ressorts sociaux des doctrines politiques et des « révolutions doctrinales ».

Une histoire sociale du réformisme

9Pourquoi le programme de Bad Godesberg est-il considéré comme une rupture dans l’histoire de l’idéologie socialiste ? L’histoire des idées et l’histoire politique classique dressent une liste à la Prévert de toutes les dimensions de cette rupture. Les sociaux-démocrates y approuveraient le capitalisme comme ordre économique incontournable. Cette adhésion au capitalisme ou à une forme d’économie mixte qui intégrerait la régulation marchande trace, un temps, une ligne de démarcation entre « sociaux-démocrates » et « socialistes » (alors même que les deux termes ne sont pas véritablement distincts dans les années 1950), qui seraient moins prompts à accepter le capitalisme. Avec ce programme, le SPD romprait ainsi « avec la théorie marxiste, reconnaît[rait] l’importance de l’héritage chrétien et abandonne[rait] toute idée de collectivisation » (Le Dorh, 2009, p. 123-124). Souvent le vocabulaire prend des accents religieux et devient téléologique : « Les sociaux-démocrates allemands abjurent le marxisme et se rallient de fait aux principes de l’économie sociale de marché de Ludwig Erhard, faisant alors du SPD un grand parti populaire et ouvrant ainsi l’accès au pouvoir à partir de 1969 » (Flandre, 2006, p. 42). D’une présentation à l’autre, les propriétés saillantes du programme sont interprétées de manière différente : par exemple, suivant les textes, la nationalisation est plus ou moins abandonnée. Dans le même ordre d’idée, certains considèrent que le programme de Bad Godesberg aurait avalisé l’adhésion de la République fédérale d’Allemagne (RFA) à l’Organisation du traité de l’Atlantique nord (OTAN) (Fritsch-Bournazel, 1997, p. 187), mais les textes les plus précis ne mentionnent pas cette organisation internationale. Pour d’autres, Bad Godesberg entérinerait la partition de l’Allemagne (Lachaise, 2004, p. 136-137). L’abandon de la lutte des classes (Walter, 2002, p. 152) vient compléter ce tableau. L’« abjuration » conduirait tout droit au pouvoir. En rejetant une idéologie de rupture avec le capitalisme, le SPD se mettrait en route pour le pouvoir politique : ce programme ferait du SPD un catch-all party, un parti attrape-tout (Kirchheimer, 1967, p. 67-71 ; Parness, 1991). Par suite, Bad Godesberg expliquerait que le SPD soit devenu un parti de gouvernement (Bouvier, 1990 ; Klotzbach, 1996, p. 21) dans le cadre du master narrative de la normalisation occidentale de la social-démocratie et de l’Allemagne (Angster, 2003 ; Goeldel, 2005 ; Winkler, 2005). Il ancrerait l’Allemagne à l’Ouest contribuant à détourner le pays de son Sonderweg et le normaliserait en permettant la mise en place d’une alternance réglée entre deux grands partis, le SPD et la CDU (Christlich Demokratische Union Deutschlands [Union chrétienne-démocrate d’Allemagne]), validant ainsi l’ordre démocratique et l’économie de marché.

10Dans tous les cas, la mise en récit donne au programme de Bad Godesberg la valeur d’un symbole et d’un mythe politiques : l’abjuration de 1959 a une fonction narrative, celle de dater une rupture sur la frise chronologique de l’histoire des idées socialistes. Indéniablement, Bad Godesberg est devenu, au fil de ses interprétations, une révolution doctrinale.

11Cependant, ce récit trop bien rodé d’une abjuration qui mènerait au pouvoir, n’est pas satisfaisant. On peut se demander, tout d’abord, si ce récit qui lie changement doctrinal et prise de pouvoir ne surestime pas le poids des idées dans la compétition électorale. Par ailleurs, établir ce lien reviendrait à enfermer l’histoire dans un récit téléologique où Bad Godesberg serait expliqué par la fin de l’histoire que ses auteurs ne pouvaient pourtant anticiper. Enfin, dans leur souci de mettre de l’ordre dans les reniements qu’ils imputent au SPD, de nombreux historiens commettent des erreurs de lecture sur ce programme de 1959 : ce dernier ne mentionne ainsi pas la question de l’OTAN, n’abandonne pas l’objectif de la réunification des deux Allemagne ou l’instrument des nationalisations. Quant à dire qu’il cesse de contester le capitalisme, ce n’est que l’une des options interprétatives ; d’autres existent et resteront en lice des décennies durant.

12Les historiens les plus consciencieux sentent la faiblesse d’un récit trop lisse pour être honnête. Chemin faisant, ils font apparaître des contradictions dans cette narration trop bien huilée, en particulier le fait que le programme ait bénéficié du soutien de l’élite traditionnelle du parti plus que de ses réformateurs (Köser, 1971, p. 254 ; Walter, 2002, p. 154-157 ; Yasuno, 2010) et que le texte, vague, aurait été « délivré sans être interprété » (Köser, 1971 ; Parness, 1991, p. 48). Si ce récit ne convainc pas entièrement, c’est avant tout parce que ceux qui ont œuvré à sa fabrication racontent, en 1959 et dans les décennies qui suivent, une tout autre histoire. Pour l’entendre, il faut, au moins pour un temps, mettre à distance les certitudes aveuglantes de l’histoire des idées classique.

13Par contraste avec l’historiographie dite classique, en effet, ce livre se veut une histoire sociale des idées, c’est-à-dire une analyse d’idées portées ou combattues par des hommes et des femmes, matérialisées dans des objets, associées à des pratiques de diffusion et de lecture. Cette approche refuse la mystique des idées qui mèneraient le monde et restaure les incertitudes et les tâtonnements dont sont faites les révolutions (Tackett, 1997), y compris doctrinales. Du reste, l’essentiel des travaux historiens fait du programme de 1959 autre chose qu’un événement historique : Bad Godesberg est, pour nombre de ces travaux, une injonction et une mesure. Il faudrait « faire son Bad Godesberg ». Ainsi, pour l’historien Michel Winock, le congrès de Toulouse du Parti socialiste français fut un « petit Bad Godesberg » et celui de l’Arche de la Défense en 1991, « un médiocre et timide reflet » (Winock, 2006, p. 248 et 463). Les travaux sur la social-démocratie présentent en effet souvent une dimension militante qu’une approche centrée sur les acteurs, leurs pratiques et la matérialité des idées permet d’éviter.

14Le fait qu’une histoire sociale des idées dont les lignes sont esquissées depuis quelques années (Hauchecorne et Matonti, 2017 ; Matonti, 2012 ; Pudal, 2006 ; Skornicki et Tournadre, 2015) puisse jeter une lumière nouvelle sur un programme politique abondamment commenté est un pari. D’autres travaux sur le réformisme et le marxisme ont bien sûr commencé à mettre en évidence la capacité de renouvellement de cette histoire sociale des idées (Ducange, 2011 ; Ducange, Burlaud et Aubert, 2018 ; Gouarné, 2013 ; Matonti, 2005a). Face à la profusion des travaux existants, cependant, prétendre raconter Bad Godesberg autrement peut, bien entendu, apparaître comme une gageure. Pour cette raison, cette ambition constitue un test pour cette nouvelle méthode d’investigation des idées politiques. Que peut nous dire de nouveau, sur un texte éculé, cette « nouvelle » histoire des idées ? Affirmons-le d’emblée : armée de ses outils sociologiques et de la méticulosité de ses descriptions des contextes d’énonciation, des idées politiques, de son attention aux professions, aux matérialités, aux intérêts, cette histoire des idées renouvelée peut modifier notre compréhension de ce programme canonisé de l’histoire des idées politiques.

Un grain de sable dans les rouages de l’histoire des idées politiques

15Pour nous introduire au doute méthodologique de l’histoire sociale des idées, accompagnons un personnage de l’histoire de Bad Godesberg : Fritz Sänger. Né en 1901, Fritz Sänger est l’un des principaux artisans du programme de 1959. Cet instituteur devenu journaliste est, en effet, le secrétaire de la commission qui soumet le projet de programme sur lequel statue le congrès extraordinaire du SPD à Bad Godesberg en novembre 1959. Autrement dit : entre mai et septembre 1959, Sänger rédige ce projet en consultant les multiples instances du parti. En 1974, après avoir été deux fois député au Bundestag, en 1961 et en 1965, il a quitté la vie politique active. Le programme de Bad Godesberg a alors quinze ans et une grande actualité. Celle-ci amène des journalistes à interroger Fritz Sänger sur la nature de la rupture de Bad Godesberg puisqu’il s’y était trouvé aux premières loges (en tant que principal rédacteur du projet). Face à cette demande, Fritz Sänger conteste que Bad Godesberg ait pu constituer une rupture dans l’histoire du SPD. Il l’écrit à Hermann Schueler, journaliste à Vorwärts (l’organe officiel du parti), qui lui a commandé un article pour célébrer les quinze ans du programme :

  • 1 Bonn, Archiv der sozialen Demokratie [AdsD], Fritz Sänger, 59, lettre de Fritz Sänger du 29 septemb (...)

« Vous trouverez ci-joint mon article. Je m’en suis tenu exactement à la ligne dont je vous disais qu’elle montrait la continuité des programmes du SPD et qu’elle ne pouvait traiter du “changement du parti à Bad Godesberg” parce qu’un tel changement n’a pas eu lieu et qu’il ne devait pas non plus avoir lieu, suivant la volonté exprimée alors dans les réunions du comité directeur et de la commission programmatique [du SPD]. Le mot “changement” a été utilisé plus tard par des camarades qui se sont toujours efforcés de lire sur les lèvres des adversaires des choses que le cerveau n’avait pas envisagées auparavant. Les adversaires voulaient un changement, nous voulions la continuation dans des formes qui soient actualisées1. »

  • 2 Bonn, AdsD, Fritz Sänger, 59, lettre de Fritz Sänger du 21 septembre 1974 à la rédaction Stern.

16Deux usages antagonistes du programme ressortent de cette lettre. Si Hermann Schueler commande un article qui expliquerait le « changement du parti à Bad Godesberg », pour Fritz Sänger « un tel changement n’a pas eu lieu ». Il fait même du « changement » une signification seconde imposée par « certains camarades » qui auraient fait dire au programme des choses que ses instigateurs n’avaient pas à l’esprit. Dans un autre courrier, le même Sänger écrit à la rédaction du Stern pour protester contre les « trop nombreuses inexactitudes » sur le programme. En particulier, il précise que, contrairement à ce qu’écrit Stern, « l’intention de “s’aligner sur les représentations politiques du camp conservateur” n’a jamais existé2 ». De manière cohérente avec ses textes de la décennie précédente, Fritz Sänger prend donc le contrepied de la problématique que les journalistes et aussi l’histoire des idées comme discipline universitaire semblent vouloir imposer. Dès lors, on voit bien combien le récit sans aspérités de l’histoire classique intègre mal un autre type de prise de position ; à prendre les dénégations de Sänger à la lettre, faire de Bad Godesberg une rupture reviendrait à contredire les intentions de ses auteurs. À suivre Sänger, ce serait plus tard, dans des interprétations secondes, que Bad Godesberg aurait fini par endosser sa signification contemporaine de rupture idéologique.

17En remontant dans le temps, on s’aperçoit aussi de la complexité de cette « abjuration » qui aurait eu lieu à Bad Godesberg. Quinze ans avant le combat, perdu, de Fritz Sänger pour inscrire Bad Godesberg dans une continuité avec l’histoire du SPD, le quotidien conservateur Frankfurter Allgemeine Zeitung titre le 13 novembre 1959 : « Le SPD reste fidèle à la tradition du mouvement ouvrier » pour décrire l’ouverture du congrès du parti qui se conclut le 15 novembre par l’adoption du programme. L’article résume le discours inaugural du président du SPD, Erich Ollenhauer (1901-1963), qui établit un lien entre le programme et l’histoire de la social-démocratie et, même, avec le marxisme. Bien sûr,

« le parti risquerait de se réduire à une secte s’il cherchait à faire du -programme de Marx et Engels le programme du parti de 1959. Ollenhauer s’est adressé à ceux qui, dans les rangs du parti, défendaient la pensée marxiste et a mis en garde contre les débats passionnés autour de la question de savoir si le SPD était ou non un parti marxiste ».

18Cependant, dans le même temps,

« Ollenhauer a qualifié le Manifeste communiste de document historique le plus important du mouvement ouvrier socialiste mais a rappelé à son auditoire que Marx et Engels eux-mêmes ont reconnu que cet écrit avait une valeur limitée, et indiqué que la révision de certains de ses développements était nécessaire. C’est en appliquant la méthode marxiste des sciences sociales et politiques (et non des dogmes) que les sociaux-démocrates, aujourd’hui socialistes démocratiques, sont parvenus à ce nouveau programme fondamental. Le SPD reste solidement ancré dans la tradition du mouvement ouvrier, a ainsi assuré Ollenhauer à ceux qui, dans la salle, critiquaient le programme. Le parti voit dans les ouvriers le noyau du mouvement combattant pour la liberté. »

19Dans cet article qui reprend le discours qu’il a tenu lors du congrès, Ollenhauer rejette, plus que le marxisme, les possibles déchirements idéologiques suscités par le marxisme. Il défend le programme en soulignant qu’il doit s’exprimer dans la langue de 1959 et en fonction des rapports sociaux qui y prévalent. Mais de « rupture », Ollenhauer ne parle pas : fidèle au mouvement ouvrier, au marxisme comme science, le programme veut établir le socialisme à travers la démocratie, menacée aussi bien par le pouvoir personnel d’Adenauer que par la concentration économique. D’abandon de « toute » collectivisation, il n’est pas non plus question : elle demeure, dit Ollenhauer, un instrument légitime de « contrôle public » de l’économie. En lieu et place d’une cérémonie de reniement, d’une « abjuration » ou de l’explicitation d’une rupture, Ollenhauer participe plutôt à une « maintenance de l’ordre symbolique » (Esler, 1987, p. 18) social-démocrate et enchâsse le programme qu’il a contribué à produire dans « la tradition du mouvement ouvrier ».

20Le hiatus entre l’interprétation du programme endossée par ces deux acteurs politiques et le sens qu’il a pris, entre l’événement et sa mémoire, appelle à questionner ce mythe politique qu’est devenu le programme de Bad Godesberg. Il ne s’agit pas de rétablir une signification « vraie » du programme, mais de mettre au jour la pluralité des logiques qui orientent ses usages (pour revendiquer une modernité, exclure un opposant, rassembler un camp, etc.) et la construction progressive d’une définition dominante de ce texte.

Une contribution sociologique à l’étude des programmes politiques

21À l’époque où nous écrivions notre thèse (Fertikh, 2012), il existait très peu de travaux sociologiques sur les programmes politiques. Au sein de la science politique française, la question des programmes avait été désinvestie à mesure que l’histoire des idées tombait en disgrâce. À l’étude désincarnée des grands corpus de textes politiques, les politistes ont opposé une approche sociologique des entreprises partisanes ainsi que l’analyse des engagements et des mobilisations, et ils ont souligné que l’offre politique ne se réduisait pas à une offre programmatique (Gaxie, 2003 ; Offerlé, 1985). L’étude sociologique des programmes est ainsi restée marginale en France, et ignorait le grand effort de rénovation qui avait profondément transformé l’analyse des partis politiques depuis les années 1980 (Le Bart, 2016, p. 66 ; Offerlé, 2012 ; Pudal, 1989 ; Sawicki, 2017).

22Restait dès lors, à l’exception de rares études pionnières (Andersson, 2010 ; Andrieu, 1984 ; Lehingue et Pudal, 1991), une recherche quantitative engagée par un consortium international de recherche en 1979 et dédiée à la comparaison internationale des programmes. Ce consortium donne, aujourd’hui encore, le la en matière de recherche sur ce sujet en se basant sur un modèle théorique ancien (American Political Science Association, 1950) qui fait des programmes le cœur d’une analyse de la transaction électorale basée sur le présupposé que les acteurs sont rationnels. Dans ces recherches considérées comme mainstream, des électeurs rationnels arbitrent entre des programmes qui expriment des offres politiques concurrentes (Budge, Bara et Weale, 2010 ; Budge, Robertson et Hearl, 2009). Les bénéfices de ces recherches comparatistes et quantitatives sont incontestables (Bué, Fertikh et Hauchecorne, 2016, p. 12-14 ; Fertikh, 2014a). Elles laissent néanmoins dans l’ombre le processus de production du programme, et sont contraintes de donner aux textes une signification claire (pour pouvoir les « coder » pour le traitement statistique) alors que les interprètes d’un texte politique en font et en défont constamment les significations, ne serait-ce que pour se délier des promesses qu’ils ont faites ou pour mieux les préciser.

23Cette étude du programme de Bad Godesberg se veut donc une expérience : elle propose une sociologie intensive portant sur un texte, de sa genèse à ses interprétations. Cette sociologie d’un seul programme contextualise ceux qui l’ont fabriqué et en ont fabriqué les significations : elle décrit l’organisation partisane avec sa division du travail, le moment historique du programme caractérisé par la montée des experts dans l’activité politique, en particulier en Allemagne (Metzler, 2005 ; Nützenadel, 2014 ; Raphael, 1996) et par la concurrence de la social-démocratie avec le marxisme communiste.

24À travers la focale sociohistorique, ce livre entend saisir les multiples activités qui produisent le programme : fabrication d’un texte structuré et reconnaissable comme programme, réunions, échanges épistolaires, débats par articles interposés, mise en branle de mécanismes formels – de rituels politiques, pour transformer un texte produit par des individus en un texte collectif, sous le sigle du parti –, diffusion du texte par des imprimés, travail d’interprétation (dans des discours, des articles, des cours), etc. Il s’agit donc d’appréhender des actions, des intentions, des contextes : toute une dimension illocutoire du programme, des choses que des individus ont voulu faire et ont faites avec des mots, afin in fine de mieux comprendre le destin du programme de Bad Godesberg comme mythe politique.

25L’enquête de sociohistoire, à la base des démonstrations qui suivent, repose, pour beaucoup, sur un travail d’archive. Elle a consisté, en premier lieu, à repérer une commission programmatique chargée, à compter de 1954, de produire un nouveau programme fondamental du SPD. Ce faisant, il s’est agi de s’intéresser aux personnes qui appartenaient à cette commission à travers leurs fonds privés ou à travers quelques rares entretiens avec ses membres « survivants ». C’est un ensemble d’interactions et un contexte d’actions qui ont pu être reconstitués grâce à ces fonds, pour observer un texte en train d’être fabriqué. Par la suite, l’étude a été prolongée en cherchant à faire apparaître les usages du programme. Les commentaires, politiques ou savants, publiés et, surtout, les articles de presse ont alors servi à objectiver la progressive constitution de la signification réformatrice du programme de 1959. Cela a permis d’explorer divers fonds d’archives pour construire un carton qui soit ajusté à l’objet d’étude : archives de la démocratie sociale (AdsD) à Bonn (legs individuels, archives du SPD, archives du DGB [Deutscher Gewerkschaftsbund (Confédération allemande des syndicats)]), archives fédérales allemandes à Berlin (legs individuels), archives de l’Institut d’histoire contemporaine (IfZG) à Munich (legs individuels), archives de l’Institut international d’histoire sociale (IISG) à Amsterdam (legs individuels).

26Le récit proposé ici se structure en cinq chapitres. Les deux premiers chapitres reconstituent le contexte partisan. Ils mettent en évidence la division du travail qui s’opère au sein du SPD après 1945. Avec l’émergence d’intellectuels experts distincts des dirigeants, la configuration intellectuelle rompt avec le modèle historique du théoricien-dirigeant qui imprégnait l’organisation sociale-démocrate d’avant 1933. Deux chapitres, ensuite, recensent au plus près les pratiques de fabrication du programme, des arrangements au siège du SPD au congrès de 1959. Enfin, le dernier chapitre retrace les vies de Bad Godesberg après l’adoption du programme. Il montre le rôle crucial des années 1970 qui ont fait de ce programme promettant une « nouvelle et meilleure société », un programme de rupture avec le marxisme et d’acceptation du capitalisme. Cette enquête sociohistorique a ainsi pour ambition de rompre avec l’histoire des idées classique, en articulant le monde des idées et le monde des choses, en ramenant les doctrines aux conditions sociales de possibilités, aux multiples opérations, aux acteurs et aux configurations dont les « idées » sont les produits.

Notes

1 Bonn, Archiv der sozialen Demokratie [AdsD], Fritz Sänger, 59, lettre de Fritz Sänger du 29 septembre 1974.

2 Bonn, AdsD, Fritz Sänger, 59, lettre de Fritz Sänger du 21 septembre 1974 à la rédaction Stern.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search