Version classiqueVersion mobile

« Être rugby »

 | 
Anne Saouter

7. Confirmations et redéfinitions

Texte intégral

1Il est toujours dangereux de situer une étude dans l’éternité présumée du « présent ethnographique ». En l’occurrence, la période sur laquelle j’ai conduit mes enquêtes (les années 1990) a été celle d’une grande mutation – pour ne pas dire crise – dans les instances dirigeantes du rugby français, avec la question de la professionnalisation. La crise doit cependant être relativisée, car elle est contemporaine d’un renforcement de la place du rugby dans la sphère des grands sports-spectacles, même si sa popularité reste très inférieure à celle du football. La dernière décennie a été enfin celle de l’institutionnalisation du rugby féminin : élément qui pourrait sembler mineur si l’on ne connaissait pas l’importance de la « question du féminin » dans le monde du rugby.

2Ces différents éléments invitent donc à tenter un bilan des changements et des résistances qu’ils suscitent, ce qui revient à mettre à l’épreuve l’actualité des analyses présentées jusqu’ici. Serais-je tombée moi aussi, portée par le discours indigène des hommes du rugby, dans l’idéalisation – intellectuelle, sinon affective – d’un « âge d’or » de la pratique, au moins dans la définition d’un modèle intemporel dont la nécessité interne supposée serait illusoire ? Comme je tenterai de le montrer, il me semble que la connaissance de ce qui, plus qu’un présent, est peut-être déjà un proche passé, permet de mieux comprendre la situation actuelle et ses possibles contradictions.

Vers le meurtre des pères ?

Immutabilité et changement

C’est un territoire affectif, un paysage sentimental, où l’on s’étreint au joyeux rappel de la distribution des pains, où l’on s’embrasse non pas comme dans le « show-bise » mais entre père et fils. On y raconte les autres en parlant de soi. Quelque chose de profondément familier tisse un réseau de complicités, de fraternités, qui court les lignes. Sans la permanence de la mémoire, le rugby serait orphelin. Une mémoire du cœur qui explique que l’on s’y fâche et s’y réconcilie comme nulle part ailleurs. Il est le seul sport qui nourrit, à ce point d’obstination et de passion, les effets d’une hérédité. De génération en génération, de l’ailier au pilier, (...) on se passe le mot après le ballon. Le rugby est ainsi parlé qu’il entraîne dans un flot de mots le présent et le passé au seul rendez-vous d’un jeu rêvé (L’Équipe, 18 janvier 1996).

3Ce texte de Christian Montaignac, homme de lettres du rugby, écrit pour intervenir dans les débats provoqués par la professionnalisation du rugby, est assez révélateur de la mobilisation affective du milieu autour de ses valeurs cardinales : des valeurs qui ne sont guère favorables au changement. En effet, quand le joueur entre dans la structure sportive, il est confié par son père à ses pairs masculins, parenté parallèle avec laquelle il connaîtra une relation semblable à plusieurs égards à celle de l’autorité parentale. Le respect de cette autorité implique que l’individu reste dépendant affectivement et psychologiquement d’une figure de référence en la personne de l’aîné. L’adolescence se prolonge au sein d’une structure dont le modèle familial favorise l’état stationnaire, et l’on a déjà noté combien le paternalisme des anciens et le souci de régler toutes les affaires « en famille » conduisait à priver les joueurs d’une véritable autonomie.

4Les choses sont cependant en train de changer. Par exemple, ces dernières années, de plus en plus de joueurs portent plainte auprès des tribunaux, exigeant des indemnités et des pénalités pour l’agresseur. Cela va à l’encontre de l’opinion de nombreux dirigeants qui, outre la contestation de leur autorité, déplorent la conséquence obligée de cette attitude : le jugement du monde extérieur sur un aspect de l’intimité du rugby qu’ils préféreraient cacher. En effet, en même temps que le nombre des joueurs déposant plainte augmente (tout en restant faible en proportion du nombre total de blessés), les médias divulguent des comptes rendus de ces affaires de justice, rapportent précisément les faits, les témoignages, les conséquences envisageables. Ils révèlent ainsi une violence du rugby que les anciens se garderaient de mettre en avant : l’image de la grande famille unie risque d’être altérée. Citons à ce propos un dirigeant de club :

A mon avis le recours à la justice n’est pas une solution, car le rugby a toujours su prendre ses responsabilités tant du point de vue des sanctions que de celui des réparations. (...) Quand on va en justice, il y a toujours un grand perdant, c’est le rugby dont l’image de marque en prend un coup. Si vous croyez que les Anglais se gêneront pour rappeler à l’occasion qu’un tel a été condamné un jour... (Sud-Ouest, 22 novembre 1991).

5Mais en fait, qu’est-il reproché aux joueurs si ce n’est de se prendre personnellement en charge et de ne pas laisser les « grands » gérer les affaires sérieuses ?

6Il en va de même pour la question de la professionnalisation. Outre tous les nouveaux problèmes d’organisation, d’application d’une législation adaptée, d’intendance et de décision (par exemple sur la question de savoir quels joueurs peuvent devenir professionnels), la conversion du rugby en sport professionnel remet en cause sa structure institutionnelle et un statu quo fondé sur une hiérarchie tenue pour ancestrale. Le joueur professionnel menace désormais d’acquérir une indépendance qui lui confère le droit à une parole jusqu’ici illégitime. C’est d’ailleurs ce qui est en train de se passer depuis la création du syndicat des joueurs, dont un des représentants tient ces propos :

Nous voulons être associés aux grandes décisions qui concernent notre sport, nous souhaitons également être admis dans les commissions fédérales et dans la direction des clubs (Sud-Ouest, 7 octobre 1995).

7Plus loin dans ce même article, le journaliste ajoute que

[les joueurs] veulent une indépendance presque totale dans l’utilisation de leur image, par exemple pour des opérations publicitaires. D’autre part, au lieu d’une indexation de l’indemnité versée aux internationaux en partie sur les résultats, les joueurs préfèrent que des primes à la victoire s’ajoutent à une rémunération de base qui serait l’essentiel de leur revenu (Sud-Ouest, 7 octobre 1995).

8En guise de première contestation active, les joueurs de l’équipe de France, qui n’avaient pas réussi à être entendus par les membres de la ffr pour évoquer leur nouvel avenir, ne se sont pas rendus à une réception donnée en l’honneur de l’équipe néo-zélandaise venue en France disputer un match. Ils ont osé bafouer la tradition protocolaire et se sont attiré les foudres de leurs aînés. Un supporter, par presse interposée, leur a fait part de son avis sur leur réaction, jugée enfantine :

Quelle que soit la nature des griefs (parfois justifiés d’ailleurs) que vous avez envers la Fédé, vous ne vous êtes pas grandis en nous sortant un boycott de pacotille pour des motifs de boutiquiers. Vous vous êtes mis tout seuls à la faute professionnelle, ce qui est un comble pour des pseudo-amateurs (Midi Olympique, 13 novembre 1995).

  • 1 Aujourd’hui encore l’angoisse du « grand » bouleversement persiste : à la suite d’un désaccord sur (...)

9Chacun a donné son opinion sur une affaire dont personne ne connaissait véritablement les tenants et les aboutissants. Une véritable dramaturgie s’est peu à peu agencée avec ses phases paroxystiques au cours desquelles la rumeur colportait des nouvelles alarmistes : le Tournoi des Cinq Nations était menacé1, la Coupe d’Europe récemment mise en place également à cause du pouvoir de la télévision qui achète des droits de diffusion :

En s’ouvrant au professionnalisme, le rugby est désormais confronté au redoutable monde des affaires (Sud-Ouest, 10 avril 1996).

10Le président de la ffr devait démissionner, les joueurs de haut niveau allaient peu à peu être achetés par les riches clubs étrangers... Les vieilles rancunes envers le « grand frère », l’Angleterre, ont été ravivées. L’institution rugbystique anglaise a effectivement toujours eu un ascendant sur le rugby français quant aux grandes décisions telles que le respect total de l’amateurisme ou l’adoption du professionnalisme, l’établissement de nouvelles règles, le maintien ou non du Tournoi des Cinq Nations, etc.

11Au niveau national, des clans se sont formés autour de ceux qui étaient favorables à la professionnalisation et ceux qui y étaient foncièrement opposés. Les clubs de première division, dont les joueurs étaient directement concernés par le changement de statut, se sont regroupés en ligue pour revendiquer un droit de regard et d’intervention dans la nouvelle organisation qui allait nécessairement se mettre en place. Comme les joueurs, ils ont entamé un mouvement de dissidence en quittant sur ces mots une assemblée générale extraordinaire de la ffr chargée de se prononcer sur la réforme des statuts :

L’élite a accepté de travailler sous la tutelle de la Fédération. En contrepartie, elle a demandé à bénéficier des ressources nécessaires pour vivre. (...) Elle a demandé également un contrôle de gestion strict pour éviter les dérapages. (...) Or cette autonomie n’est pas soumise aujourd’hui au vote des clubs. Nous ne pouvons pas nous engager sans garanties. De ce fait, nous ne participerons pas au vote et nous quittons la salle (Sud-Ouest, 16 juin 1996).

  • 2 Ce terme ne fait pas, en l’occurrence, écho à celui qu’employait Victor W. Turner en l’associant a (...)

12Cette ligue nouvelle, en s’emparant d’une liberté de parole et d’action, a nourri au sein du pouvoir en place la peur d’un renversement de l’autorité hiérarchique, qui n’avait jusqu’à présent jamais été remise en cause avec autant de fermeté et de publicité. Cela a abouti à l’ébranlement du système des valeurs. La puissance diabolique prêtée à l’argent, en tant que source de conflits, étant donné la tournure que l’événement a pris et les conséquences qu’elle a entraînées (dissidence, contre-pouvoir, revendication, parole d’opposition, etc.), a provoqué une anxiété générale, révélant par là même une dysharmonie fonctionnelle au sein de la communauté du rugby. On aura compris que ce n’est pas simplement le changement de statut des joueurs qui a provoqué le désordre interne. C’est surtout l’éventualité redoutée de la création d’une contre-structure2. Le pouvoir fédéral a ainsi perdu de sa légitimité lors de sa confrontation au pouvoir étatique : une enquête a été menée, à la demande du ministère de la Jeunesse et des Sports, sur la gestion jugée suspecte des fonds de la ffr ; la campagne électorale de 1991 en faveur de la liste menée par l’ancien président aurait aussi bénéficié de « financements occultes », comme le titrait Sud-Ouest le 15 janvier 1996. Pour apaiser les angoisses, les pouvoirs du président ont été limités par la création d’un triumvirat. Mais celui-ci a eu du mal à fonctionner dans un système qui a toujours eu à sa direction un seul homme, véritable patriarche. Cette même année, un journaliste sportif, Richard Escot, écrit un livre, Rugby pro. Histoires secrètes, qui dénonce toutes les hypocrisies du rugby quant à la notion d’amateurisme, toujours défendue en paroles mais depuis longtemps galvaudée dans les actes. Il présente souvent les joueurs comme éternelles victimes du jeu des « grands ». La brèche était décidément ouverte pour se mêler des histoires de famille.

  • 3 Soixante-quatre ans après la reconnaissance du football professionnel en France.

13Après maints épisodes à rebondissements, le passage à la professionnalisation est officialisé3. La famille semble s’être recomposée autour de son président, toujours en place : « L’équilibre quasi stationnaire a été maintenu, au prix d’un accroissement de la tension interne du groupe » (Anzieu & Martin 1968 : 255). La réconciliation a d’ailleurs été facilitée par le « grand chelem » de l’équipe de France dans le Tournoi des Cinq Nations. L’année magique de 1997, après de semblables victoires en 1977 et en 1987, a prouvé que l’argent ne tuait pas le jeu. Deux autres grands chelems avaient été enlevés en 1968 et en 1981, mais la presse et les gens du rugby ont seulement fait référence aux années en 7, qui, avec celle de 1997, partageaient l’histoire en décennies « porte-bonheur ». La victoire, rendue presque inévitable par la magie du temps cyclique, a réconcilié le présent et le passé dans un milieu cultivant son histoire sur le mode légendaire. Le secrétaire général, un des membres représentatifs du triumvirat, en exprimant sa satisfaction dans le journal officiel de la Fédération, confirmait en fait ce retour salvateur aux sources :

  • 4 Souligné par moi-même.

Que tous les joueurs et leur encadrement soient félicités pour ces résultats qui honorent également tous ceux qui, à quelque niveau que ce soit, se dévouent pour la formation de notre discipline. Ils témoignent de la solidité de la base de la pyramide4 fédérale, indispensable pour relever les défis de demain (Rugby Magazine, mars 1997 : éditorial).

14Mais, au moindre écart, le démon de l’argent ressurgit. Les faiblesses des joueurs qui pouvaient jadis être tolérées sont plus difficilement acceptées aujourd’hui. Récemment une troisième mi-temps a dégénéré en bagarre générale entre des joueurs français et gallois, certains ont été sérieusement molestés et blessés. C’est la première fois que cela arrive (du moins c’est la première fois qu’une telle rixe fait la une des journaux). Cet incident n’a pas manqué d’être mis sur le compte des conséquences fâcheuses du professionnalisme. Mais dans le même temps, la justice interne du rugby a remarquablement réussi à empêcher qu’un scandale mette plus à nu le milieu du rugby. La loi du silence s’est rétablie :

En renvoyant à plus tard d’éventuelles sanctions contre les fauteurs de troubles, quels qu’ils soient, l’erc (European Rugby Cup) a choisi de ne pas prendre ses responsabilités. Cela ressemblera à une curieuse manière d’étouffer l’affaire, comme si une troisième mi-temps qui dérape en fait divers ne causait aucun tort au rugby (Le Monde, 24 septembre 1997).

15L’abandon officiel de l’amateurisme par le rugby français et les querelles intestines qu’il a entraînées ont fait clairement apparaître, par leur mise à l’épreuve, la nature des forces cohésives de la communauté sportive. Celles-ci se manifestent aussi régulièrement lors de conflits de moindre importance, mais appelant un traitement similaire. Quand par exemple un joueur quitte son club d’origine pour un autre dans de mauvaises conditions, les gens du rugby parlent de « divorce », de « traîtrise », on parle aussi de « faire un enfant dans le dos »... Le club d’accueil, s’il est soupçonné d’avoir influencé le joueur dans son choix, est accusé de ne pas avoir respecté un code de moralité censé lier les clubs défendant les mêmes valeurs. Dans certains cas le club va même se plaindre auprès de la ffr des manquements à ce code. En 1995, quand l’entraîneur de l’équipe de France a été invité à démissionner par la ffr, le journal Midi Olympique commentait ainsi la situation : « Comme dans nombre de divorces, on n’a guère pensé aux enfants de la famille. Les enfants, ce sont bien sûr les joueurs du XV de France (25 septembre 1995). Mais voici aussi comment il présentait le nouvel entraîneur : « Il a travaillé à l’âge de dix ans, quelques années après la mort de son père il a fait du rugby (...) son fils est né le jour de France-Angleterre en 1969. »

  • 5 Je me suis servie, pour cette partie, d’articles de presse. Mais dans nombre de mes entretiens per (...)

16Chaque faille semble ainsi être comblée par l’invocation d’un retour aux valeurs traditionnelles, et notamment à celle de la famille. Mais l’immixtion dans le monde du rugby d’un regard extérieur lors de ses conflits internes, en particulier celui lié au processus de professionnalisation, a obligé ses gens à se prononcer5 sur des sujets jusqu’alors confidentiels et à rompre, temporairement, la loi du silence. Au total, c’est donc une des composantes structurelles de la situation des hommes du rugby qui se trouve modifiée : les joueurs, devenus des professionnels, ne peuvent plus être tenus pour d’éternels mineurs. Des modifications tout aussi essentielles émergent également sur le plan des relations entre les sexes.

Les épouses : domination ou émancipation ?

  • 6 Un président de club me racontait en se plaignant qu’il avait reçu à son domicile des coups de fil (...)

17Les épouses de joueurs ont généralement déjà côtoyé dans leur enfance le milieu du rugby, et savent que le groupe masculin qu’il construit prévoit une très faible intégration des femmes. Par leur mariage, elles acceptent par conséquent leur exclusion de la sphère sportive : vivre avec un rugbyman, c’est accepter une clause tacite de désunion au sein du contrat officiel de l’union des époux. Les femmes connaissent l’existence des groupies, les jalousent un peu secrètement car, contrairement à elles, celles-ci participent aux fêtes de leur maris. En revanche, les épouses ont aussi leurs privilèges, puisque les groupies ne sont pas respectées, alors qu’elles le sont nécessairement selon les valeurs du rugby, et notamment celles qui concernent la famille6.

18Schématiquement, quel est le comportement d’une épouse vis-à-vis du rugby ? Soit elle se désintéresse de l’activité sportive de son mari et ne se rend jamais, ou presque, au stade pour le voir jouer ; soit au contraire elle aime le rugby, au moins celui que son mari pratique, et le supporte régulièrement des tribunes aux côtés des autres épouses. On remarque souvent, dans ce cas-là, que le groupe des femmes se structure et s’organise étrangement sur le modèle masculin.

L’équipe des femmes

19Mises à l’écart du groupe masculin dès le matin, et parfois même avant, certaines épouses se donnent rendez-vous avant les matchs pour déjeuner ensemble, puis elles se rendent dans les tribunes pour former un groupe de supportrices. Ensuite, à la fin des rencontres, elles se dirigent, toujours ensemble, vers les vestiaires. Elles discutent alors du match qu’elles viennent de voir, partagent leur joie, leur déception, se demandent si telle action a été bien menée, si elle aurait pu aboutir à un essai, etc. Ainsi, elles parlent de rugby, en s’accordant mutuellement un espace de parole légitime que leurs maris leur dénient, les renvoyant sempiternellement à leur ignorance « congénitale » (avec la limite d’une parole possible dans l’intimité du foyer conjugal). Lors des déplacements, quand l’équipe joue à l’extérieur, elles s’organisent aussi pour partir ensemble, ou pourquoi pas louer un autocar. Un journaliste, rendant hommage à l’ensemble des épouses d’une équipe qui étaient allées ensemble voir la finale à Paris, les décrit ainsi :

Elles en ont profité pour faire plus ample connaissance et échanger des avis sur les petites manies de ces messieurs, sur la façon de préparer un sac ou d’établir le menu du jour. Au point que c’est une véritable... équipe qui s’est constituée avec ses leaders (Sud-Ouest, 5 juin 1991).

20Une fois encore, les femmes sont ainsi clairement cantonnées dans la sphère conjugale, comme si elles ne pouvaient pas parler du même rugby que les hommes. Leur rapport au spectacle sportif et à ses enjeux ne semble pourtant pas si différent. Certaines me disaient par exemple avoir l’estomac tellement noué avant les matchs qu’elles ne pouvaient rien manger ; elles vivaient physiologiquement les angoisses du mari. Pour chaque match éliminatoire, une autre revêt les vêtements qu’elle portait le jour qui vit l’équipe de son mari remporter le premier match important pour le classement :

– Mon mari porte toujours le même slip et le même tee-shirt sous le maillot pour les matchs. Mais moi aussi je me suis toujours habillée pareil pour les matchs des phases finales. Je me speedais toute la semaine pour que les affaires soient propres... alors que je ne suis pas du tout superstitieuse. Là oui, c’était impressionnant. Je me suis habillée comme la première fois où ils ont gagné dans les premières phases finales. Au début, c’était inconscient, et après je me suis rendu compte que je m’habillais pareil.

21En suivant régulièrement une équipe pendant plusieurs années, j’ai pu constater un changement d’attitude chez une épouse après que son mari en fut devenu le capitaine. Elle aussi semblait devenir la capitaine du groupe des femmes, prenant des initiatives pour les rassembler, adoptant une attitude plus affirmée dans les tribunes (en criant par exemple), et même faisant la morale à l’une de ses compagnes, mais au bénéfice du groupe des hommes : « A chaque fois que son mari part jouer, elle pleure ! Je suis allée la voir pour la raisonner. En pleurant tous les dimanches, elle ne rend pas service à son mari, qui de toute façon jouera. Il faut qu’elle comprenne, et qu’elle prenne sur elle. » Cette épouse « exemplaire », observant la même distance que les hommes par rapport à la blessure, disait souvent avant les matchs sur le ton de la plaisanterie : « Je me demande bien ce qu’on va lui recoudre, aujourd’hui. »

  • 7 Un autre exemple de fétichisme figure dans une anecdote citée plus haut, qui rapporte que les femm (...)

22Dans certains clubs, pour les rares troisièmes mi-temps auxquelles elles sont conviées, les femmes se sont constitué un répertoire de chants, ou ont confectionné des tee-shirts portant le même motif. Ces versions féminines du chant et du maillot, du repas d’avant-match, des déplacements, des discussions sur le jeu, des angoisses ou du fétichisme7 sont autant de répliques fidèles au modèle masculin, qui explicitent clairement un désir d’intégration dans le monde du rugby. Mais cette intégration reste illusoire, car la solidarité féminine ne fait que maintenir les femmes dans un monde parallèle à celui des hommes. Elles se donnent entre elles le droit de faire ou de dire des choses (celles-là mêmes qui définissent le groupe masculin) que les hommes ne veulent pas partager avec elles, mais en aucun cas elles ne revendiquent, pour s’opposer à leur exclusion, un rôle qui leur serait propre et qui les intégrerait au rugby, ne serait-ce qu’en imposant leur parole ou leur présence aux hommes. S’il est une attitude spécifique qu’elle tiennent, c’est celle que les hommes attendent d’elles : la discrétion ou l’absence. D’elles-mêmes elles s’excluent des discussions des hommes, et surtout de la troisième mi-temps (mais il faut dire aussi que la violence symbolique qui leur est adressée à ces occasions a une force dissuasive). Elles justifient leur exclusion en reconnaissant que leurs maris ont besoin de rester entre eux, de faire la fête et de faire des choses qu’elles préfèrent certainement ne pas imaginer. Par leur attitude de retrait, elles participent à la reproduction d’un masculin auquel elles sont attachées affectivement en aimant le rugby, les valeurs qu’il défend, ses représentations de la virilité.

23La contestation qu’elles manifestent le plus fréquemment, on l’a vu, est le refus de laver le linge de rugby de leur mari, mais elle n’a guère de conséquence à l’extérieur de la sphère conjugale. Les épouses sont pourtant une source d’inquiétude pour les hommes, car ils redoutent le pouvoir de leur parole privée et, de fait, manipulatrice. Ce pouvoir est d’autant plus grand qu’il est associé à celui de la sexualité : « A la maison, en plus dans l’enclos de la chambre à coucher, on peut être surpris... », me confiait un joueur, persuadé que les femmes de ses coéquipiers n’étaient pas étrangères aux conflits qui divisaient son équipe. Elles usent de leur influence soit pour retenir leur mari à la maison, soit pour le dresser contre les autres, soit pour divulguer des informations qui devraient rester confidentielles : les sommes d’argent perçues par chacun, les infidélités de troisième mi-temps, etc. A tout moment elles sont soupçonnées d’en dire trop, car elles sont toujours tenues pour bavardes et cancanières. Quand j’avais des entretiens avec les femmes, les hommes étaient inquiets de ce qu’elles pouvaient bien me révéler dans de si longues conversations. Elles me racontaient ensuite, en savourant leur joie, que leur mari ne savait comment leur demander le contenu des entretiens. Un dirigeant de club, avec qui je concluais notre échange par la proposition de rencontrer son épouse, m’a dit : « Oui, pourquoi pas. Mais ne parlez pas trop quand même... »

24Que la femme soit suspectée de bavarder, de discuter de tout et de rien, n’est pas l’apanage stéréotypique de l’épouse du rugbyman. Le monde du rugby, extrêmement traditionnel dans son traitement du féminin, reprend à son compte un préjugé négatif sur la parole des femmes, partagé par beaucoup de cultures : « L’eau manquera plus tôt à la mer du Nord que les mots manqueront à une femme », dit par exemple un proverbe danois, et l’on pourrait multiplier les exemples. La linguiste Verena Aebischer a montré combien le bavardage, qui est censé être le propre de la femme, est un terme fréquemment utilisé sans définition précise, il a plutôt un contenu polysémique permettant d’exprimer tous les préjugés (aussi bien masculins que féminins) sur la parole des femmes :

Lorsque nous cherchons à savoir ce qu’est le bavardage féminin, et ce qui le rend si particulièrement répréhensible, nous nous trouvons devant un concept fuyant qui nous glisse d’entre les doigts par sa manière de s’adapter aux nécessités du moment. Tantôt c’est la volubilité qui dérange l’oreille sensible de l’observateur (...), ce flot de femmes-qui-parlent-sans-cesse. Tantôt le manque de contenu. Et tantôt les deux à la fois. La conversation tournerait alors non seulement en rond, mais tout simplement elle tournerait court. Tantôt aussi c’est la simple méchanceté qui gêne, ou alors cette incapacité qu’auraient les femmes de garder des secrets pour elles. Tantôt c’est cette source de rumeurs qui se répandent de bouche à oreille, tantôt ce « lieu » où les femmes se « montent la tête ». Une chose unit, cependant, ces différents contenus du bavardage. Tout le monde les attribue de préférence aux femmes. Ici et là, hier et aujourd’hui, le bavardage comme trait caractéristique des femmes prend dans la tête des gens une réalité palpable et inéluctable. Pour l’homme, il est une option parmi d’autres, alors que la femme ne semble pouvoir faire que cela (Aebischer & Forel 1992 : 194-195).

25Cela se vérifie tout à fait dans le monde du rugby. D’un côté les hommes parlent de « vrai » rugby, conversent pour entretenir des liens d’amitié qui les unissent, et leur parole reste « mesurée » ; de l’autre côté les femmes ne peuvent pas parler de rugby avec pertinence puisqu’elle n’y connaissent rien, elles parlent entre elles pour désunir les hommes, elles parlent trop ; la parole bénéfique des premiers s’oppose à la parole maléfique des secondes. On peut noter également que les différents usages de la parole non seulement sont déterminés par le genre mais aussi, à l’inverse, le conditionnent : quand une personne utilise le type de langage attribué à l’autre sexe, elle prend le risque de modifier la définition de sa propre identité sexuée.

Un passage au masculin ?

26Les rares femmes, ou « copines » de joueurs, qui suivent leur conjoint en troisième mi-temps, parce qu’elles ont franchi les limites qui leur étaient implicitement imposées, se conforment à des façons d’être et de dire considérées comme typiquement masculines qui leur permettent de s’intégrer, au moins partiellement, dans le groupe des hommes. L’une d’entre elles disait, pour résumer son attitude : « Il faut aimer la bringue, il ne faut pas être timide. » J’ai dû moi aussi, pendant mes enquêtes, répondre à certaines exigences d’intégration, en particulier savoir boire, c’est-à-dire boire beaucoup mais en « tenant bien » l’alcool. Une épouse qui fait justement attention à ne pas trop boire me disait : « Si tu montes sur la table pour danser, t’es mal vue, il faut savoir se tenir. » Trop boire est en effet intolérable :

– Quand ils me proposent de me payer un coup à boire et que je commande un Perrier, ils râlent. Mais il ne faut pas non plus être à l’autre extrême. On connaît une fille, « Perroquet », qui buvait jusqu’à vingt-cinq Ricard-menthe d’affilée. A force ils l’ont considérée comme une ivrognasse.

27Il faut être également capable de tout entendre : « L’autre fois, ils parlaient de morpions devant nous en rigolant. Ce n’est pas méchant, ils sont à l’aise. » « Il y a beaucoup d’histoires de cul. » Le fait de se comporter à l’instar des hommes rapproche d’eux. « Quand on est au comptoir, on est loin des autres femmes », me confiait une interlocutrice privilégiée, copine de joueur, qui m’accompagnait quelquefois pendant mes enquêtes. Cela revient aussi à une inversion symbolique des sexes : « Ils me disent qu’avec moi ils discutent comme avec un copain », me faisait remarquer une autre femme. « C’est vrai que c’est un mec ! » a lancé un jour un ancien joueur en voyant une femme boire plusieurs bières d’affilée. Quant à mon « parrain » du rugby, il m’avait conseillé pour la conduite de mes enquêtes en me disant : « Il va falloir vous intégrer comme un joueur. »

28Après une longue conversation assez technique avec un ancien joueur, celui-ci continuant à parler avec passion tout en me raccompagnant à mon véhicule, me dit pour conclure : « Vous comprenez, ce qui est dommage, c’est qu’on ne peut pas parler de rugby avec les femmes. » Je n’en étais donc pas une... Je n’étais surtout pas son épouse, car c’est bien cette dernière que les hommes préfèrent inculte en matière de rugby. La première femme devenue cadre technique du rugby témoigne elle aussi de cette élision de sa féminité :

Je dois reconnaître que je n’ai pas le droit à l’erreur, je réfléchis trois fois avant de parler ; aujourd’hui ils ont tellement l’habitude de me voir qu’ils ne font même plus attention à la femme (Midi Olympique, 13 novembre 1995).

29La métamorphose du genre va jusqu’à l’assimilation par ces femmes « masculinisées » d’un discours négatif sur les autres femmes : celles qui sont absentes sont traitées de cancanières, de cocues. A l’inverse, celles-ci considèrent celles-là comme proches des groupies puisqu’elles refusent d’adopter le même effacement qu’elles de la sphère masculine. Celles qui sont présentes à la troisième mi-temps se jugent aussi entre elles, car il s’agit en même temps de garder une certaine réserve et ne pas tomber dans le « trop » masculin. Une épouse de joueur, bien qu’elle fût elle-même souvent provocatrice en troisième mi-temps pour imposer sa présence aux hommes, se scandalisait à son tour de l’attitude d’autres femmes, trop grossières à son avis : « Un groupe de femmes avait demandé le micro pour chanter après les hommes. Elles avaient repris les mêmes airs mais avaient changé les paroles. C’était odieux, encore plus vulgaire. C’est laid une femme vulgaire. » Il est également inconvenant de s’approprier des symboles de l’autorité masculine comme fumer le cigare ou payer sa tournée : une femme doit garder une certaine élégance dans son attitude et ne doit pas sortir son porte-monnaie, elle est là aux frais de la communauté masculine.

30Certaines trouvent pourtant un réel plaisir à être comme les joueurs : « J’aimais cette ambiance, la provocation, et je ne pouvais pas l’exprimer en fac de droit. J’ai trouvé chez les rugbymen mes maîtres », m’a dit une épouse de joueur. Bien qu’elle soit considérée par le groupe masculin comme une « copine de fête », elle choque, elle dérange. Les joueurs plaignent leur coéquipier d’être mal marié. On m’a même dit (et d’autres femmes opinaient) qu’elle était un peu « spéciale », « disjonctée »...

31La nature du lien social du groupe de rugby est si fortement ancrée dans les consciences que ses contestataires, ou ceux qui ne se conforment pas aux normes, sont rapidement marginalisés. Et les femmes, ainsi que nous l’avons constaté, participent largement à cette socialisation masculine en usant des mêmes catégories que les hommes pour penser le féminin. Comme le montre encore cet exemple d’épouses qui m’ont avoué avoir été ennuyées par ma présence auprès de leurs maris : comme je n’étais pas une épouse, étais-je une groupie ? Elles m’ont finalement invitée à manger avec elles avant un match ; comme leurs maris, elles m’ont classée dans la catégorie « chercheur » et m’ont offert la possibilité de les rencontrer de nouveau, individuellement ou en groupe.

32Quand j’étais avec les femmes, je remarquais un changement d’attitude des hommes, soudain distants à mon égard : comme j’avais intégré provisoirement le groupe des épouses, je ne pouvais plus être du côté du comptoir, de la sociabilité masculine. Passant d’un groupe à l’autre, j’ai pu constater à quel point, dans la sphère du rugby, ils étaient exclusifs. Les quelques femmes qui participent aux fêtes des hommes (ou du moins à une partie de leur fête), ou qui sont proches d’eux par une fonction occupée au sein d’un club, pourraient faire le lien entre les deux groupes, en racontant aux autres femmes par exemple ce qu’elles voient et entendent. En étant simplement bavardes, comme cela leur est si souvent reproché. Or c’est le contraire qui se passe, elles respectent fidèlement la loi des hommes, qui est celle du silence. Elles adaptent leur parole aux exigences masculines ; autant en troisième mi-temps cette parole pouvait être exaltée, autant dans le quotidien elle est censurée. Certaines me disaient être mal à l’aise de savoir que telle femme était trompée par son mari ; mais en même temps elles ne se sentent pas le droit de dire quoi que ce soit : leur silence est le prix de leur – faible – intégration. La même chose est sous-entendue encore dans le portrait, écrit par un journaliste sportif dans un dossier consacré aux femmes dans le rugby, d’une secrétaire de club installée depuis quarante ans dans ses histoires secrètes :

Avec tout ce qu’elle sait, elle pourrait écrire un manuel du parfait secrétaire, avec la quantité de joueurs et de dirigeants qu’elle a vus arriver, grandir, partir, elle n’aurait aucun mal à signer un best-seller. (...) Mais là, le droit de réserve est le plus fort. Il y a des sujets tabous. C’est peut-être tant mieux pour nous, les hommes (Midol Mag, décembre 1996 : 37).

33Néanmoins, il est un événement qui va permettre de briser le silence, c’est la rupture du lien conjugal. En effet, après une séparation ou un divorce, la parole est libérée de tout interdit, comme en témoigne cette épouse désabusée :

– Quand j’étais avec Laurent, je savais beaucoup de choses sur ce qui se passait dans l’équipe, les tensions... Mais je ne pouvais rien dire quand j’entendais les femmes discuter et se tromper, je ne pouvais pas intervenir. Quand ça a été fini avec Laurent, j’ai pu parler... elles ne voulaient pas me croire.

34A l’inverse, c’est parfois la rupture du silence qui va provoquer la désunion. Un ancien joueur me racontait ainsi qu’un de ses collègues de travail, rugbyman lui-même, était en instance de divorce parce que sa femme avait appris toutes ses infidélités. Or il était persuadé que c’était mon interlocuteur qui avait tout révélé, alors qu’il le connaissait très peu et savait seulement qu’il avait joué au rugby. Comme par hasard, le suspect avait prématurément quitté le rugby parce qu’il n’admettait pas la rigidité du fonctionnement du milieu rugbystique, il était donc un « parjure » de la communauté masculine. Comme son collègue l’avait souvent vu s’entretenir avec des femmes, il avait immédiatement traduit son exclusion du rugby en un passage du côté du monde féminin : d’où le soupçon qu’il pouvait avoir eu part aux « cancans » à l’origine de ses déboires conjugaux. L’inversion du genre par l’usage, ou non, de la parole s’effectue donc dans les deux sens, du féminin au masculin, et vice versa.

35Tout comme le clivage strict de la sexualité entre hétérosexualité et homosexualité, la perception de l’identité sexuelle prévoit difficilement des intersections entre les deux ensembles de définissants sexuels : qui s’aventure à user de définissants de l’autre sexe prend le risque de devenir cet autre, mais un autre « raté ». Ce problème se pose avec une acuité particulière lorsqu’il est question du rugby féminin. Est-il concevable qu’un sport aussi emblématiquement « viril » puisse être joué par des femmes ? On va le voir, si son développement actuel contribue à renforcer les stéréotypes sur le masculin et le féminin, il se pourrait qu’à terme il soit le germe d’une véritable révolution symbolique.

Le rugby au féminin

Des vocations contrariées

36L’épouse qui paraissait le mieux assumer sa présence en troisième mi-temps, sans se soucier du regard des autres, m’a dit lors d’un entretien, pour expliquer sa différence d’avec les autres femmes : « J’ai toujours été très indépendante, je suis un garçon manqué. » Puisqu’elle ne se sent pas complètement femme, elle trouve dans la définition de sa personne une justification de son rapport privilégié au rugby. Elle me décrivait d’ailleurs les autres épouses, pour s’en démarquer, comme des femmes fidèlement soumises à la domination masculine. Sa présence parmi les hommes, et surtout le fait qu’elle se comporte comme eux, se justifie donc presque naturellement. Et si elle est un garçon manqué, pense-t-elle, c’est qu’elle a été attendue par sa mère comme un garçon, qui plus est comme un joueur :

– Quand ma mère m’attendait, elle a pris trente kilos et n’arrêtait pas de dire avec fierté : je porte mon pilier de Bègles ! Et puis mince, j’étais une fille... et la seconde aussi. Et c’est vrai qu’à l’âge de treize ans, je jouais au rugby avec les copains.

37Elle s’est donc travestie en garçon (ou plus précisément en rugbyman), et continue de le faire en troisième mi-temps, comme par fidélité au sexe désiré par sa mère pour son enfant. Et sa mère l’attendait comme un joueur parce qu’elle-même, quand elle était petite, avait été élevée comme un joueur : « Le père de ma mère était ingénieur et jouait au rugby à Paris. Il était marié à une femme très bourgeoise qui n’aimait pas ça. Il en a donc profité avec sa fille, qui avait une corpulence de joueur, et il l’amenait aux matchs. »

38Deux générations auront ainsi produit des femmes-qui-ressemblent- à-des-hommes pour que puisse se transmettre un rugby qui normalement suit les descendances masculines. Je crois en effet que ces femmes vivaient leur passion du rugby en pensant vraiment leur identité sexuelle dans l’ambivalence : femme par le sexe apparent, homme par le rugby. Mais cette fille n’aurait certainement pas eu besoin de faire appel à la catégorie « garçon manqué » si le rugby n’excluait pas aussi fortement les femmes.

39Quand j’abordais la question du rugby féminin avec des épouses de joueurs, la première réaction était souvent celle de la réprobation : « Le rugby n’est pas un sport pour les femmes. » Mais il semblait bien alors qu’elles ne faisaient que reproduire un discours masculin. Car lorsque je poursuivais la conversation en racontant ce que j’avais vu lors de matchs féminins (c’est-à-dire du rugby), certaines finissaient par reconnaître que le rugby pouvait être pratiqué par des femmes, quelques-unes même s’émancipaient du jugement sexiste et m’avouaient qu’elles aussi auraient bien aimé pratiquer ce sport. L’une d’elles avait joué avec des camarades des deux sexes quand elle était enfant, improvisant des matchs sur un bout de gazon, et dans l’élan de la confidence nostalgique, elle me dévoila une partie de sa personnalité frustrée, sa personnalité « rugby » :

– J’étais un vrai casse-cou, je n’avais peur de rien. Au rugby non plus, j’étais première ligne, j’encaissais les coups, et si on me mettais un coup volontaire, je le rendais. On m’appelait « Brutus ». J’avais le truc pour jouer...

40Et, pour justifier ce comportement singulier, elle poursuit :

  • 8 Elle s’identifie à un garçon parce qu’elle était intrépide et qu’elle montait aux arbres ; mais pl (...)

– Gamine, j’étais très garçon manqué. Quand ma mère me cherchait pour passer à table, elle ne me cherchait pas par terre mais dans les arbres8.

41Comme elle n’a plus fait de rugby, passé un certain âge, elle considère avoir résolu le problème de son ambiguïté. Elle va même jusqu’à porter sur sa jeunesse un jugement négatif : « Jusqu’à dix-huit ans, je n’ai jamais porté de jupe. Je me dis maintenant que j’étais très bête. » Et dans cette logique, elle trouve que les femmes qui jouent au rugby ne sont pas féminines, et affirme alors ne pas regretter une pratique qui l’aurait peut-être rendue comme elles :

– Je n’ai plus eu de regret quand j’ai vu une finale féminine, c’était horrible. Pas une était féminine. A la sortie des vestiaires, pas une avait un soupçon de maquillage, c’était jean-tee-shirt-baskets. Certaines étaient même vulgaires. Sur le terrain, c’était du tire-chignon, pas du rugby. Des insultes... c’était des mecs. Et puis les filles c’est plus vicieux. C’est plus choquant de voir une fille frapper une autre, ou l’insulter, qu’un mec.

Un sport impossible ?

42On remarque dans cet extrait d’entretien une volonté évidente de masculiniser les femmes qui jouent au rugby, et ce dans un sens péjoratif, puisque « ça ne leur va pas ». Elles en arrivent à perdre leur féminité en éliminant maquillage et coquetterie vestimentaire, et à prendre les défauts des hommes, en pire. Cette disqualification du rugby féminin, en tant que contrefaçon du masculin, se retrouve très fréquemment dans les propos des rugbymen eux-mêmes. En voici quelques exemples :

– C’est moche, c’est pas un sport pour les femmes. Il y a d’autres sports où elles peuvent faire ressortir leur féminité.
– C’est ridicule, c’est moche, c’est pas possible, c’est une insulte au rugby, ça n’a rien à voir. Nous quand on fait 110 kg, on est quand même pas mal. Mais une fille de 110 kg, c’est pas esthétique. Elles n’ont pas le même niveau de jeu, elles ne font pas trois passes [elles n’arrivent pas à faire circuler le ballon au-delà de trois passes entre partenaires].
– Je trouve ça assez inesthétique. A la limite, je ne vois pas pourquoi le rugby ne serait pas joué par des femmes, il y en a bien qui font du judo. Surtout qu’il y a une part de féminité dans le jeu, autour de l’instinct, des sensations qu’on peut éprouver... Non, quand je les vois... en plus elles sont moches.
– Je suis très partagé. D’un côté pourquoi pas, de l’autre ce n’est quand même pas leur sport. Je me demande pourquoi elles jouent au rugby. C’est pas beau, elles jouent comme les garçons. Ce n’est pas mon type.
– J’avais déjà vu un match, je trouvais que c’était pas ça. D’abord parce que c’était joué à un niveau trop faible, et elles avaient complètement perdu leur identité de filles. A la TV j’ai vu la finale du championnat de France féminin, avec des jolies filles, féminines, qui couraient, elles avaient un jeu aéré. Il n’y avait pas trop de gros culs, sinon je ne trouve pas que c’est un sport féminin.
– Pendant les troisièmes mi-temps elles nous imitent, elles font même des choses qu’on ne fait pas. L’autre fois, j’en ai vu qui pissaient contre le comptoir.
– J’ai un copain qui est allé en boîte où elles faisaient leur troisième mi-temps. Il a reçu un coup de poing par l’une d’elles qui était pilier. Elle l’a étalé par terre !
– Il y a deux ans, il y a eu une finale à Musard à Bègles. Les nanas sont restées après le match, elles se sont retrouvées toutes à poil sur le terrain.

Le rugby est un jeu viril. Une femme n’y est pas à sa place. Je préfère celles qui sont caressantes et peu viriles (vice-président de la ffr, Sud-Ouest, 10 mai 1992).

Des femmes ont décidé de prendre le risque de détruire leur image de marque en troquant le talon aiguille pour le crampon alu (Revue Drop, n°13, juin 1985).

43Le corps féminin ne semble pas pouvoir trouver sa place dans la pratique du rugby sans risquer de perdre toute esthétique, sinon toute féminité. Quand le discours est positif, on retrouve encore la même masculinisation de la femme :

  • 9 Souligné par moi-même.

Les meilleures joueuses nationales sont pourtant celles qui possèdent le plus de vertus sportives masculines. Telle la troisième ligne narbonnaise, cheveux courts9, qui brillait en minime avec les garçons et fit même illusion au point d’être retenue en sélection Languedoc (Sud-Ouest, 10 mai 1992).

44Lors d’un match de rugby féminin, un président de club disait à un autre : « J’aimerais que tu viennes voir les benjamines. J’en ai deux, elles promettent, elles font des passes magnifiques, des passes d’homme. »

  • 10 Joueur actuel, international, lui-même ancien capitaine de l’équipe de France.
  • 11 De Boniface.

45Un article de Midol Mag, pour vanter les qualités de jeu des femmes, leur attribue le nom d’homologues masculins. La capitaine de l’équipe de France devient ainsi « Annick, la Saint-André10 des filles », deux sœurs jumelles sont « les Boni11 du rugby féminin ». Et c’est à ces dernières que le journaliste demande : « Qui auriez-vous aimé être, si vous aviez été un homme ? »...

46Ailleurs, j’ai assisté à une discussion entre deux dirigeants, lors de la coupe d’Aquitaine féminine dont l’issue était la sélection de futures joueuses de l’équipe de France. L’un d’eux, en désaccord avec ce mode de sélection, disait à l’autre : « C’est pas normal que ça se décide sur un match ou deux, il suffit que le mec ne soit pas en forme ce jour-là et c’est foutu. » Et il continuait à employer le masculin alors que son interlocuteur lui répondait avec des « elles ».

  • 12 Notons que d’autres sportives peuvent souffrir des mêmes clichés, comme cette équipe de basketteus (...)

47Quand, dans certains articles de la presse sportive traitant du rugby féminin, les journalistes mettent en exergue le physique agréable des joueuses, l’état d’esprit est toujours le même : comme on présume une confusion possible des genres, il semble nécessaire de rétablir une cohérence, qui n’irait pas de soi, entre un corps qui joue au rugby et un corps féminin 12. C’est dans cette même optique que la rubrique consacrée au rugby féminin dans le magazine Quinze Mag est annoncée par un logo figurant une paire de chaussures roses à talons aiguilles.

48L’incompatibilité entre rugby et féminité s’exprime encore dans les rumeurs qui circulent selon lesquelles des joueuses auraient joué enceintes, l’une de sept mois... ! Elles ne sont donc vraiment pas des femmes puisqu’elles refusent même leur maternité, jouant malgré les risques qu’elles encourent dans leur état. Autre présupposé du même type, presque tous les rugbymen pensent qu’elles sont homosexuelles. Ou alors c’est carrément leur existence qui est niée : « Le rugby féminin ? Je ne peux pas en parler, ça n’existe pas ! » m’ont dit, plus ou moins dans les mêmes termes, plusieurs joueurs. Cette condamnation rejaillit sur les entraîneurs de rugby féminin, qui se trouvent par ricochet féminisés :

– Quand je jouais, j’ai eu mes heures de gloire, mais quand j’ai commencé à entraîner les filles, je me suis entendu dire : t’es une mauviette, t’es un minable...
– Au début, on était un peu moqués par les autres parce qu’on entraînait des femmes, ce sont des machos primaires.

49Dans les faits, les entraîneurs sont sans doute les mieux placés pour porter un jugement équilibré sur le rugby joué par les femmes. Et ce jugement est loin d’être aussi négatif que celui des joueurs. « Avec elles, je retrouve le vrai esprit rugby d’avant », me disait l’entraîneur d’une équipe féminine, et d’autres lui font écho :

– Avec elles je retrouve ma jeunesse. Moi j’allais aux entraînements à mobylette. Tu en as qui font deux cents kilomètres pour venir s’entraîner, elles sont vraiment motivées.
On a conquis un public qui avait abandonné le rugby (Midi Olympique, 22 février 1993).

50Pionnières et passionnées, les femmes incarneraient donc, mieux que les hommes, la pureté d’un âge d’or du rugby menacé par l’évolution des dernières années. C’est ce qu’écrit très explicitement un journaliste :

Annoncées par le poète comme l’avenir de l’homme, les femmes sont le présent du rugby. (...) Elles en deviennent même le garant : à une époque où les hommes perdent la tête devant le miroitement factice de l’argent, ce sont les femmes qui, avec leur sensibilité propre, rappellent les valeurs premières du rugby (Midol Mag, décembre 1996 : 32).

51La reconnaissance des vertus du rugby féminin n’est cependant pas toujours aussi désintéressée, si l’on en juge par ces extraits de presse :

Pour l’équipe Ferrasse, c’est aussi un moyen détourné de remplir les écoles de rugby en faisant une fleur au corps enseignant, dominé numériquement par les femmes (à propos de l’officialisation de l’intégration du rugby féminin au sein de la ffr, Sud-Ouest, 10 mai 1992).

Les filles sont là, il faut donc s’en occuper dans des structures solides. (...) Jean-Baptiste Lamothe va créer un fascicule de huit pages qui va être distribué dans toutes les écoles primaires, collèges, lycées et facultés. Ces joueuses de rugby sont de futures mamans, ajoute-t-il, sérieux et intéressé que la progéniture soit d’entrée acquise à l’ovale (Midi Olympique, 22 février 1993).

Le rugby féminin doit servir aussi pour la promotion du rugby en général. Les mères de famille qui ont peur d’inscrire leur enfant dans ce sport qu’elles jugent trop violent pourraient, grâce à cette pratique féminine, revenir sur leurs convictions (propos d’un entraîneur de Roquefort pour Ovalie, mars 1994).

52On notera que, dans ces derniers commentaires, les femmes réintègrent une position par rapport au masculin culturellement acceptable : elles retrouvent leur fonction procréatrice en accouchant de futurs rugbymen. Il n’en reste pas moins que c’est en investissant le jeu lui-même et, par voie de conséquence, l’institution qui l’organise qu’elles semblent gagner une reconnaissance nouvelle, dont les implications sur les représentations des sexes n’ont pas fini de déployer leurs effets.

A la conquête de l’institution

  • 13 Cf. Bozonnet 1996, ainsi que Madelenat et al. : 1991.

53Bien que le rugby féminin soit joué depuis les années 1960, avec ses propres équipes constituées (qui en 1971 créèrent l’Association française de rugby féminin), il a connu beaucoup de difficultés à intégrer les réseaux officiels de la pratique sportive. En 1970 par exemple, le ministre des Sports interdit les installations sportives au rugby féminin. Ce n’est qu’en 1989 qu’il est enfin reconnu par la FFR, qu’il organise lui aussi son Championnat de France, et rapidement en 1991, sa propre Coupe du monde. Son officialisation est un fait fort tardif par rapport au siècle d’existence de ce sport, mais il faut garder à l’esprit que la compétition sportive, en général, a très longtemps exclu les femmes. Sauf en des temps lointains. Les jeux grecs par exemple conviaient les femmes de Sparte « à lancer le poids et le javelot, mais c’était dans le but utilitaire d’affermir leur robustesse de génitrice »13. A cette vertu reproductrice s’est rapidement substituée une image essentiellement masculine de l’activité sportive. Pierre de Coubertin par exemple, initiateur des premiers Jeux olympiques modernes de 1896, a énormément œuvré pour donner la possibilité à « tous » les citoyens français de pratiquer un sport, mais il ne prévoyait pas les femmes dans son programme de démocratisation : « Le véritable héros olympique est à mes yeux l’adulte mâle individuel. (...) Une Olympiade femelle serait impratique, inintéressante, inesthétique et incorrecte » (cité par Le Targat & Lyleire 1988 : 25).

54Malgré l’intégration des femmes au monde de la compétition, le sexisme persiste, associé à d’indéracinables superstitions : le sport risque de « dénaturer » les femmes, soit en les masculinisant, soit en les stérilisant. La technique de saut appelée Fossbery a pendant un temps été interdite aux femmes : on avait peur que celles-ci, pendant la phase finale du saut, soient victimes d’une rétroversion de l’utérus. Pour la même raison sans doute, le saut à la perche, au cours duquel le corps est complètement à la verticale et à l’envers, n’a été reconnu officiellement dans les compétitions comme discipline féminine qu’en 1987 (cf. Davisse & Louveau 1998).

55Il apparaît que plus les femmes s’intègrent dans des sports mettant en valeur les définissants culturels de la masculinité (force physique, témérité, exploit spectaculaire), plus dans les esprits elles se masculinisent, au point d’en perdre leur fonction procréatrice. On a même vu qu’au rugby elles pouvaient dédaigner leur maternité...

56L’envie des femmes de jouer au rugby a dépassé l’obstacle que posent les clichés avec l’aide de certains hommes du rugby. Il fallait en effet compter sur eux pour apprendre une technique de jeu à laquelle elles n’avaient jamais eu accès. Depuis l’officialisation du rugby féminin et la possibilité pour les femmes de suivre des formations (d’entraîneur, de conseiller technique, d’arbitre...), le personnel d’encadrement se féminise lui aussi peu à peu. Une femme a été élue au comité directeur de la ffr en 1995 et a ainsi pu participer au banquet officiel d’après match du Tournoi des Cinq Nations en 1996 : c’était la première fois dans l’histoire du rugby qu’une femme était présente à ce genre de manifestation. Même les vestiaires masculins commencent à dévoiler leur intimité au sexe féminin. Le club d’Agen, depuis quelques années, compte une kinésithérapeute. Les raisons évoquées par cette jeune femme pour expliquer son choix d’exercer dans le rugby frappent l’attention par les catégories de classification du féminin, clairement masculines, auxquelles elle fait appel, notamment pour dire qui elle n’est pas : « Je ne suis pas une groupie qui aurait réalisé son rêve » (Midol Mag, décembre 1996).

  • 14 Les rugbywomen ont par exemple très peu d’indemnités journalières quand elles participent à la Cou (...)

57Ces nouvelles immixtions du féminin dans le rugby masculin n’augurent pas pour autant d’un avenir facile pour le rugby féminin qui reste encore marginalisé, comme en témoignent le budget réduit alloué par la ffr au fonctionnement des clubs féminins14 ou encore le peu d’articles qui leur sont consacrés dans la presse sportive. Ce n’est que depuis peu qu’une rubrique le concernant dans le journal Midi Olympique ne figure plus à côté de celle du rugby des enfants. On y relate la vie des clubs, les stages organisés, l’engouement grandissant des femmes pour le rugby, mais on y fait peu de commentaires de matchs, on évite de décrire les joueuses en pleine action de jeu, comme le font pourtant quantité d’articles pour le rugby masculin. Il est décidément difficile de penser le rugby féminin comme une véritable pratique du rugby.

58Son officialisation ne s’accompagne pas d’une complète légitimation au sein même de la structure qui est à l’origine de cette officialisation. La preuve la plus manifeste en est le trophée remis à l’équipe féminine championne de France, équivalent du Bouclier de Brennus : sur une plaque de bois est fixée une médaille gravée de l’image de deux joueurs masculins ; il eût été logique de figurer plutôt des femmes puisque ce trophée a été conçu pour elles. Les symboles ont du mal à se féminiser ! Il en est ainsi également des protections portées pendant le jeu. Outre les protège-tibias et les protège- dents qui s’adaptent indifféremment à n’importe quelle morphologie, il en est une spécifiquement féminine, les protège-seins (deux coques de plastique qui s’enfilent dans un soutien-gorge spécial). L’intention d’en produire est louable, mais elle cache pourtant une fois de plus une résistance à reconnaître le corps féminin dans le rugby... car il n’y a qu’une seule taille. Ce qui provoque évidemment quelque désagrément : « Comme j’ai des petits seins, ça se déplace toujours. Ma mère se moque de moi, quand je sors d’une mêlée et que je remets les coquilles en place. »

59Malgré tout, le nombre de licenciées augmente chaque année (il y en avait 1 103 en 1990, 3 853 en 1996). Selon un responsable de la ffr, c’est grâce aux rugbywomen que le nombre global de licenciés, hommes et femmes confondus, se stabilise : depuis quelques années le rugby connaît en effet un désengagement des jeunes, qui préfèrent d’autres pratiques sportives, notamment celles où le contact entre individus est absent ou moins violent. On peut s’étonner que les choix sportifs des femmes contredisent cette tendance générale. Est-ce la manifestation d’un engagement féministe ? Pour y voir plus clair, il nous faut à présent examiner de plus près les actrices du rugby féminin et leur donner la parole.

Du côté des joueuses

60Comme dans le cas des hommes, les femmes ont été largement influencées dans le choix de leur sport par l’environnement familial. Elles aussi sont allées voir, lorsqu’elles étaient enfants, jouer un proche, ou regardaient en famille des matchs de rugby à la télévision. Elles aussi faisaient déjà partie de la communauté rugbystique, étaient familières de ses codes, même si elles n’y étaient pas reconnues comme d’éventuelles futures pratiquantes. Quant aux autres, elles ont été sollicitées par des amies, ont essayé par curiosité, et peut-être par plaisir de transgresser un interdit coutumier implicite. Certaines me disaient de façon humoristique : « Je fais du rugby pour mon côté masculin. » Ou bien, nouvellement installées dans une région, elles ont investi le club de rugby comme lieu d’intégration, réputé pour son esprit convivial et festif. Un club qui vient de se créer dans la région bordelaise essaie d’ailleurs de recruter des joueuses en valorisant plus le facteur de l’intégration que les qualités sportives :

Que vous soyez lycéennes, étudiantes, employées ou femmes d’affaires, si vous désirez vous faire plaisir en jouant dans une équipe d’amies, si la célèbre troisième mi-temps vous fait envie, venez les rejoindre, elles vous accueilleront à bras ouverts (Sud-Ouest, 16 juillet 1997).

61Pour certaines, en effet, le rugby a été une famille d’adoption, comme pour cette jeune joueuse qu’on me présenta ainsi : « Elle n’a pas de famille, son copain boit... elle était très mal. Depuis qu’on l’a prise en charge, elle va beaucoup mieux. »

62Les unes comme les autres ont dû, de toute façon, faire preuve de ténacité face à un entourage en majorité peu enthousiaste, du moins au début. Les parents ont souvent peur de la blessure et focalisent leur attention sur ce seul aspect du rugby, les amis et les collègues de travail sont partagés entre l’étonnement amusé et l’incompréhension. Quant au mari, s’il a choisi d’épouser une rugbywoman, lui-même étant parfois joueur, c’est qu’il n’a pas d’a priori fortement défavorable sur le rugby féminin. En effet, ceux qui ont fait l’effort de se déplacer pour voir jouer les femmes sont en général agréablement surpris, réalisent qu’en fin de compte le rugby se conjugue bien au féminin, et deviennent parfois des supporters assidus.

63Mais le public reste clairsemé dans les tribunes. Quelques joueurs viennent dans le dessein de voir « des femmes-qui-ne-sont-plus-des femmes ». L’attitude est moqueuse, irrespectueuse : ils font des commentaires pendant le match pour les ridiculiser ; ils leur proposent à la fin de venir se doucher avec elles... Cela révèle le désir de conserver un préjugé sur le rugby féminin pour maintenir le rugby dans sa spécificité masculine. Par peur d’une désacralisation de leur pratique, ils se persuadent d’assister à une parodie de match chez les femmes. La forme parodique ne trouvant finalement pas sa justification dans la prestation sportive elle-même (quand elles ont un bon niveau, leur jeu est comparable, en qualité, à celui des hommes), ils vont donc la situer dans les physiques et les attitudes qu’ils masculinisent : elles arrivent à jouer au rugby parce qu’elles ont perdu leur féminité. C’est la seule équation qui semble acceptable et qui évite corrélativement de remettre en question la masculinité liée au rugby. Les ignorer en tant que femmes, c’est abolir leur pouvoir de dérèglement.

64Parmi les autres spectateurs du rugby féminin, j’ai souvent remarqué de petits groupes d’hommes âgés, fidèles de match en match. Le rugby les intéresse, qu’il soit joué par des hommes ou par des femmes importe peu, il crée surtout un espace de sociabilité, avant tout masculine puisqu’ils restent entre eux, et une occasion de sortie du dimanche. Sinon, il y a les amis, les maris et la famille (bien que les proches se déplacent moins pour le rugby féminin que pour le rugby masculin). Chez les enfants, on remarque quelques petites filles portant maillot, crampons, jouant avec un ballon ovale. Filles de joueuses ou petites sœurs, elles ont de fortes chances d’être la future génération des rugbywomen. L’ambiance est la même dans les tribunes et sur le terrain que pour les matchs masculins. Le rituel d’après match également. Contrairement aux clichés, beaucoup de joueuses sortent des vestiaires maquillées, et la mise très élégante.

65Cependant, on ne les débarrasse pas de leur sac, on ne les attend même pas, les hommes ont déjà pris d’assaut la buvette. Quand les femmes les ont rejoints, on parle de rugby, on échange des verres, la troisième mi-temps s’annonce. Là aussi se régleront les conflits qui ont pu naître pendant le match, partenaires et adversaires deviendront alliées par leur identité « rugby » commune. Là aussi on chantera beaucoup et l’esprit sera facétieux. Quelques hommes restent à la troisième mi-temps, maris, frères ou amis, ravis d’être là car bien intégrés. En effet, la communauté rugbystique féminine ne prévoit pas un traitement spécial du masculin, elle ne divise pas les hommes en catégories (si ce n’est mariés/célibataires). L’homme n’est pas, par principe, exclu du groupe des femmes. J’ai même assisté à des entraînements où le mari d’une joueuse participait aux exercices. Il était très mauvais en rugby, ce qui lui valait les railleries des joueuses, mais il était accepté dans le groupe avec sympathie. La situation inverse est impensable.

66En troisième mi-temps, un homme peut faire la fête avec les femmes sans devenir une groupie au masculin. Car les joueuses n’ont pas besoin de préserver une intimité pour commettre des transgressions, qu’elles ne commettront justement pas. Les enjeux de la double nature du toucher chez les hommes ne paraissent pas exister chez les femmes. La dimension érotique n’entraîne pas de gestion individuelle et collective car elle est simplement absente dans son éventualité même. Le toucher pendant le match n’a pas de caractère exceptionnel. Il l’est dans sa localisation, mais pas dans sa nature : les femmes en dehors du rugby, peuvent avoir des contacts amicaux sans que ceux-ci soient socialement dépréciés. Les expressions de l’amitié sont facilement plus tactiles chez les femmes que chez les hommes. C’est ici, à l’inverse, l’autre aspect du contact, celui qui est empreint d’agressivité, qui chez elles sera peut être à l’origine d’un sentiment contradictoire. En effet, la domination physique par la violence intrinsèque au jeu est beaucoup mieux vécue par les hommes parce qu’elle fait partie de leur habitus, tandis qu’elle est « contre nature » (en fait bien sûr « contre culture ») chez les femmes. Ainsi, à l’issue d’un match assez violent, une joueuse fortement déçue m’a dit :

– Elles s’imaginent qu’à chaque fois qu’on joue contre elles on veut les écraser. En plus elles ne nous ont jamais battues. Elles sont agressives sur le terrain, elles mettent des mauvais coups. C’est nul, si même nous les femmes on se met à faire ça...

67L’auteur masculin d’un coup de poing pendant un match et la victime peuvent transformer rapidement cet acte violent, exceptionnel dans sa forme mais intégré dans les manifestations possibles de la domination, en échange amical de verres et de parole. J’ai assisté à la même scène chez les femmes, mais il a fallu une bonne partie de la troisième mi-temps pour que les deux joueuses se réconcilient, avec l’aide des autres. Celle qui avait reçu le coup de poing était terriblement meurtrie psychologiquement d’avoir été la cible de la violence physique d’une femme. Le geste était difficilement tolérable, dans une équipe comme dans l’autre. Mais pour gérer ce genre de crise, il n’est nul besoin toutefois de faire de la troisième mi-temps un lieu clos et confidentiel. La « maison des hommes » n’a pas pour équivalent une « maison des femmes ».

68L’anecdote du coup de poing ne mériterait pas qu’on s’y attarde si elle ne constituait pas un exemple d’attitudes corporelles relevant d’un mimétisme du masculin. J’ai pu effectivement remarquer que les femmes, dès qu’elles sont sur le terrain, adoptent un langage parlé et corporel masculinisé (comme nous l’avons également noté chez les femmes qui participent aux troisièmes mi-temps masculines) ou simplement conservé dans sa version masculine. Ne serait-ce déjà qu’au niveau terminologique, elles n’ont pas féminisé le nom des postes (celui de talonneur par exemple n’est pas devenu celui de talonneuse). Celles à qui je faisais remarquer que leur trophée de championnat, mais aussi nombre de logos ou de fanions de leurs clubs, figuraient des silhouettes masculines et non féminines, étaient étonnées comme si elles le découvraient, ou bien elles y étaient simplement indifférentes : « Oui, c’est vrai, je n’y ai jamais fait vraiment attention... », me disait une joueuse alors qu’elle avait sur sa cheminée une reproduction du trophée. « Ah oui, c’est vrai, on n’avait pas fait attention..., déclarait une autre. Comme quoi le rugby féminin, c’est pas encore ça. Putain c’est vrai ! Je vais te leur coller des cheveux longs avec des bouts de laine ! »

69Je les ai entendues aussi s’interpeller sur le terrain en usant du genre masculin, pour des termes qui aurait pu être féminisés. Une joueuse est sortie au cours d’un match, blessée, traînant à bout de bras son soutien-gorge de protection qu’elle avait enlevé. Cet objet, en d’autre temps intimement féminin, perdait dans sa façon d’être traité toute symbolique féminine. Un arbitre me racontait qu’il avait sanctionné une joueuse qui s’était rebellée contre lui, en lui disant : « Tu me casses les couilles. » C’est à ce même arbitre qu’une joueuse faisait référence : « Il nous a dit pendant le match : “ Messieurs, refaites la mêlée ”... et après il était tout penaud : “ Pardon, mesdames ”. Mais nous, ça ne nous dérange pas, on ne fait même pas gaffe. »

70Et effectivement, tant qu’il s’agit de rugby, la confusion des genres (que les joueuses elles-mêmes entretiennent) ne traduit pas une dysharmonie dans la construction de la personne. C’est en dehors de la pratique que certaines semblent ressentir un malaise, comme le notait un photographe qui m’a accompagnée lors de plusieurs enquêtes de terrain :

– Ce qui m’a frappé, c’est une sorte de conflit interne entre ce qu’elles font, leur passion, et leur féminité, comme si elles avaient peur que ça n’aille pas ensemble. Mais c’est vrai qu’il y en a qu’a priori je n’aurais pas abordées et que j’ai finalement trouvées charmantes.

71C’est à lui d’ailleurs, meilleur interlocuteur que moi en l’occurrence, qu’une mère de joueuse, également épouse de l’entraîneur, est venue présenter sa fille : « Tu as vu comme elle est jolie ? Je suis sûre que tu ne la reconnais pas. Elle était pilier sur le terrain ! »

72Une joueuse me racontait avoir été troublée par les propos d’un jeune cadet rugbyman :

– Il me disait que le rugby était un sport d’hommes et pas de femmes : « Vous n’êtes pas féminines sur le terrain. L’autre fois je t’ai vue cracher et te moucher dans tes doigts, j’étais dégoûté. » Je comprends ce qu’il voulait dire. Au début, je mettais un mouchoir dans mes chaussettes, et puis au bout d’un moment... Je lui ai répondu que le principal était qu’on soit féminines en dehors du terrain. Je comprends, des fois moi aussi je me le dis, quand j’enlève mon bandeau [de protection pour les oreilles] à la fin du match, c’est pas très féminin, mais bon, c’est le sport qui veut ça.

73D’autres vont manifester ce conflit intérieur en rejetant la perte de féminité sur d’autres femmes, comme dans ces bribes de discussions : « Ce soir il y a un combat de catch féminin à Dax. Ça doit être joli des femmes qui font ça... ! » ou encore : « Dimanche, on a joué contre des grosses, elles étaient énormes, il y en avait une, on aurait dit un mec, elle n’avait rien de féminin. » Sinon, elles recourent à l’autodérision, autre moyen de se prémunir de ce qu’elles ne veulent pas être. Une joueuse par exemple, sélectionnée en équipe de France et devant se faire photographier pour la ffr, se plaignait qu’on lui demande pour l’occasion de porter une tenue typiquement féminine : « Ça fait chier, il faut amener une jupe, des collants et des chaussures à talon, ça va peser lourd dans mon sac. »

74Une autre, m’apprenant que dernièrement deux joueuses de son équipe s’étaient mariées et avaient invité leurs coéquipières à la cérémonie, fit cette remarque : « Ça nous a fait bizarre de se voir toutes super bien habillées, avec des petites robes... »

75Les clubs féminins participent eux-mêmes à cette vision parodique de leur rugby en se dotant de noms humoristiques : les Bornettes, les Buchettes, les Pachys d’Herm, les Coquelicots, les Gaz’l...

76En fait, il semble bien que ces divers discours, mettant en exergue leur féminité, soit directement, soit par antiphrase, répondent au désir de conjurer un effet de la pratique rugbystique, la masculinisation. Elles qui ont osé s’imposer à une communauté masculine en s’appropriant une pratique jusque-là réservée à l’autre sexe en subissent en même temps les conséquences : la domination masculine s’exerce à ce point qu’elles ont fini, pour réduire ses effets, par en incorporer pendant le jeu les marqueurs culturels. Ce que Pierre Bourdieu appelle très justement « biologisation du social ».

77Une anecdote, a priori sans grande signification, me semble illustrer ce dilemme dans la façon de vivre son corps sur le terrain et en dehors. Elle met encore en scène le photographe qui m’accompagnait. Comme nous étions arrivés bien en avance sur le lieu de la rencontre, nous avons croisé des joueuses qui étaient encore en tenue de ville. Quand elles l’ont vu préparer ses appareils photographiques, elles ont commencé à minauder, en disant qu’elles ne voulaient pas poser, qu’elles ne savaient pas si elles avaient envie d’être prises en photo... Comme il leur répondait qu’il désirait simplement les photographier pendant le match, elles se sont exclamées : « Ah bon ! Alors là on n’en a rien à foutre... »

78A aucun moment, il ne s’agit pour moi de déduire du comportement de ces femmes une impossibilité de jouer au rugby en restant féminines ; il apparaît plutôt que le rugby, doté de son histoire et de ses valeurs traditionnelles, a longtemps été un lieu de production de la masculinité. C’est pourquoi les femmes qui le pratiquent sont perçues par beaucoup de rugbymen comme des intruses qui, par leur simple présence, enlèvent au rugby sa signification capitale. Pour rétablir du sens, malgré ce désordre, ils ignorent donc ces femmes, ridiculisent leur rugby pour en faire finalement un non-rugby, ou les masculinisent. La résistance de la communauté masculine à la féminisation de « son » rugby relève bien d’une angoisse, que d’aucuns formulèrent ainsi : « Elles ne vont quand même pas nous piquer ça aussi ! »

79De fait, une rugbywoman de haut niveau, invitée lors d’un colloque international sur le rugby, a parlé de sa pratique comme une appropriation du pouvoir masculin, et a clairement exprimé la raison de la vindicte masculine :

  • 15 Colloque international « Rugbys du monde », organisé par la msha à Bordeaux les 10 et 11 octobre 1 (...)

Le rugby, depuis qu’il est pratiqué par des femmes, n’est plus un domaine auquel seuls les hommes peuvent se référer. Les spectatrices, en devenant actrices, sont dorénavant décideuses, de passives elles deviennent actives, le langage secret du rugby devient accessible. De sorte, les femmes gagnent en connaissance, la connaissance ou le savoir étant le pouvoir suprême, celui qui a le savoir devient puissant, il ne peut plus être dominé15.

Notes

1 Aujourd’hui encore l’angoisse du « grand » bouleversement persiste : à la suite d’un désaccord sur la répartition des droits de télévision entre les nations, l’Angleterre est menacée d’être exclue du comité des Cinq Nations, le Tournoi se disputerait donc sans les Anglais. L’Équipe du 19 janvier 1999 titre l’événement, qui n’est encore que rumeur : « L’Angleterre exclue pour mieux revenir ? »

2 Ce terme ne fait pas, en l’occurrence, écho à celui qu’employait Victor W. Turner en l’associant avec celui de « communitas », il doit plutôt être compris ici comme « structure de remplacement » définitive, et non cyclique ; on est loin du contexte du rituel.

3 Soixante-quatre ans après la reconnaissance du football professionnel en France.

4 Souligné par moi-même.

5 Je me suis servie, pour cette partie, d’articles de presse. Mais dans nombre de mes entretiens personnels, je constatais également cette peur liée au pouvoir « maléfique » de l’argent.

6 Un président de club me racontait en se plaignant qu’il avait reçu à son domicile des coups de fil de plusieurs épouses en colère, elles avaient appris que des femmes étaient entrées dans les vestiaires de leurs maris et les avaient regardés se doucher : « Tu te rends compte, il faut même que je gère ce genre de problème ! » Sa remarque est une illustration supplémentaire du rôle paternel que joue le dirigeant, mais elle confirme surtout qu’au rugby, que ce soit dans l’esprit des hommes ou des femmes, chacun a sa place : une groupie est une femme de la troisième mi-temps et ne doit pas entrer dans les vestiaires, d’autant que ce lieu ne tolère normalement aucune présence féminine (d’où la vive réaction des épouses qui, pour l’occasion, ont quitté l’attitude discrète habituelle).

7 Un autre exemple de fétichisme figure dans une anecdote citée plus haut, qui rapporte que les femmes, comme les hommes, ont touché le Bouclier de Brennus pendant des mariages ; ou encore qu’elles sont allées fouler la pelouse du Parc des Princes.

8 Elle s’identifie à un garçon parce qu’elle était intrépide et qu’elle montait aux arbres ; mais plus que le courage, qui selon elle lui donnait une qualité masculine, c’est dans l’acte lui-même de monter aux arbres, que d’un point de vue anthropologique, on peut deviner une identification, a priori inconsciente, au masculin. En bien des endroits en effet, grimper aux arbres et dénicher les oiseaux ou les œufs étaient une initiation traditionnelle des jeunes garçons (Daniel Fabre a ainsi décrit le parcours initiatique de la jeunesse masculine en Languedoc gouverné par les oiseaux : apprendre leurs chants, dénicher leur nids, etc. Cf. Fabre 1988 : 9-46). Même si celle-ci n’est plus ritualisée comme autrefois, la preuve en est qu’elle a gardé une certaine efficacité pour distinguer le masculin du féminin en étant toujours présente dans les consciences. On le décèle encore dans ce qu’écrit Albaret à propos des frères et sœurs Spanghero, les frères ayant composé une fratrie bien connue de rugbymen : « Et quand Annie rappelle qu’elle grimpait aux arbres comme ses frères pour y dénicher des pies ou y cueillir des cerises, on se rend compte que, dans le clan, il n’y a toujours eu que des Spanghero et non pas des garçons et des filles » (Albaret 1975 : 26).

9 Souligné par moi-même.

10 Joueur actuel, international, lui-même ancien capitaine de l’équipe de France.

11 De Boniface.

12 Notons que d’autres sportives peuvent souffrir des mêmes clichés, comme cette équipe de basketteuses veut s’en défendre : « Les joueuses se sont livrées, de bonne grâce, à une séance de photos, à destination des magazines féminins. Maquillage, poses étudiées, le message est clair : ce sont aussi des femmes » (Le Monde, 19 avril 1997). Il me semble néanmoins, si on devait établir des degrés, que le rugby est un des sports à être le plus sujet à la dévalorisation du féminin.

13 Cf. Bozonnet 1996, ainsi que Madelenat et al. : 1991.

14 Les rugbywomen ont par exemple très peu d’indemnités journalières quand elles participent à la Coupe du monde, en compensation de leurs journées de travail perdues, elles sont loin d’avoir le statut de joueuses professionnelles.

15 Colloque international « Rugbys du monde », organisé par la msha à Bordeaux les 10 et 11 octobre 1991.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search