Version classiqueVersion mobile

« Et les grands cris de l’Est »

 | 
Sophie Goetzmann

Seconde partie. Regards sur l’œuvre de Delaunay : Ludwig Meidner, Lyonel Feininger et Bruno Taut

Introduction de la seconde partie

Texte intégral

  • 1 « Notes historiques sur la peinture », s.d., dans Delaunay, Du cubisme à l’art abstrait (note 41, I (...)

1« Le nouveau métier […] a déjà transformé et vivifié des artistes artisans de différents pays. On compte une grosse influence en Allemagne », écrit Delaunay dans ses carnets, probablement après la guerre1. S’il pense sans doute ici à ses anciens amis du Blaue Reiter, particulièrement à August Macke et Franz Marc, il rencontre à Berlin un écho tout aussi favorable, et souvent oublié. À l’inverse de Munich, où il entretenait des échanges avec un groupe restreint et structuré autour d’un projet commun, il suscite dans la capitale allemande l’intérêt d’un public apparemment très vaste, caractéristique de l’éclectisme de Der Sturm. Si beaucoup de choses séparent le peintre Ludwig Meidner, généralement rattaché à un courant de l’expressionnisme berlinois proche de Die Brücke, l’artiste américain Lyonel Feininger, surtout connu pour ses activités au Bauhaus, et Bruno Taut, un architecte davantage proche du Werkbund et de la Gläserne Kette, tous trois ont néanmoins pour point commun d’avoir manifesté un intérêt, même superficiel, pour la peinture de Delaunay. Qu’ont-ils retenu de la masse de textes, débats et réactions autour de l’artiste ? Quelles œuvres les ont-elles – ou non – intéressés ? La réponse à ces questions permet d’envisager la réception berlinoise de Delaunay sous un angle plus positif, en redonnant à son premier public une légitimité parfois remise en question par une partie de la recherche.

  • 2 « Fragments, notes », vers 1923-1924, ibid., p. 104.
  • 3 Voir notamment Ralph Musielski, Bau-Gespräche. Architekturvisionen von Paul Scheerbart, Bruno Taut (...)
  • 4 Voir la recension complète de tous les textes publiés par Scheerbart établie par Mechthild Rausch d (...)
  • 5 Herwarth Walden, « Paul Scheerbart », Der Sturm, VI, no 17/18, décembre 1915, p. 98. « Neulich sagt (...)
  • 6 Der Kaiser von Utopia, découpé en plusieurs parties successivement publiées dans tous les numéros d (...)

2« Expressionnisme : individualisme exaspéré et destructeur », écrit Delaunay en 19232 : au lyrisme des avant-gardes artistiques françaises et italiennes, chantant les louanges de la modernité, s’opposerait la noirceur des jeunes artistes berlinois, qui entretiendraient avec cette modernité un rapport fondamentalement pessimiste. Beaucoup de personnalités très influentes sur la scène artistique de la capitale allemande partagent pourtant avec leurs homologues européens une fascination très comparable pour les innovations techniques les plus récentes. L’une des plus éminentes est sans doute l’utopiste Paul Scheerbart (1863-1915), auteur de plusieurs romans de science-fiction et journaliste dans de nombreuses revues. Dans la recherche allemande, il est le plus souvent cité dans des ouvrages sur l’architecture du début du xxe siècle, où l’on insiste presque exclusivement sur son intérêt pour le cristal et sur sa fascination pour des constructions en verre, réelles ou fantasmées3. Il est quasi absent de la recherche française sur les avant-gardes, entre autres parce que ses écrits n’ont pas été traduits. Avec plus d’une centaine d’articles et une vingtaine de romans publiés jusqu’à sa mort en 19154, Scheerbart occupe pourtant une place centrale dans l’art berlinois d’avant-guerre. Proche des revues d’avant-garde auxquelles il collabore régulièrement, il est même qualifié de « premier expressionniste » par Herwarth Walden5, dont il est un ami fidèle depuis 1903 ; sur une photographie parue dans le Berliner Tageblatt du 21 mai 1905, les deux hommes apparaissent ensemble au café de l’Ouest, avec d’autres convives (ill. 52). Scheerbart est l’un des piliers de la revue Der Sturm, notamment de sa rubrique littéraire : vingt-six de ses nouvelles y paraîtront jusqu’à sa disparition, plus un roman complet, découpé en vingt épisodes et publié en feuilleton dans le bimensuel6.

ill. 52 « Les “modernes” à leur table des habitués au Café des Westens à Berlin », de gauche à droite : Anna Scheerbart, Samuel Lubkinski, Salomo Friedlaender, Paul Scheerbart, Else Lasker-Schüler et Herwarth Walden, 1905, photographie parue dans Berliner Tageblatt, supplément Der Weltspiegel, 21 mai 1905

ill. 52 « Les “modernes” à leur table des habitués au Café des Westens à Berlin », de gauche à droite : Anna Scheerbart, Samuel Lubkinski, Salomo Friedlaender, Paul Scheerbart, Else Lasker-Schüler et Herwarth Walden, 1905, photographie parue dans Berliner Tageblatt, supplément Der Weltspiegel, 21 mai 1905

Source : Berlin, Staatsbibliothek, 2764651-8, http://zefys.staatsbibliothek-berlin.de

  • 7 Il demeurera néanmoins sceptique quant à l’urbanisation et à l’accroissement de la taille des métro (...)
  • 8 La Gläserne Kette, « chaîne de verre » en français, désigne une chaîne épistolaire lancée par Bruno (...)

3Installé à Berlin dès la fin des années 1880, où il gagne sa vie comme journaliste, l’écrivain est l’un de ces utopistes d’avant-guerre qui ont vu dans la modernité et le progrès une source possible de rapprochement et d’unification entre les hommes7 ; l’éclatement du premier conflit mondial anéantira ces velléités universalistes. L’auteur ne survivra d’ailleurs pas à la guerre : il décédera un an après le déclenchement des hostilités, d’un accident vasculaire cérébral. Si son œuvre a continué à susciter un vif intérêt jusqu’à la fin des années 1920, en particulier parmi les membres de la Gläserne Kette8, Scheerbart est ensuite tombé dans un relatif oubli ; aujourd’hui, on ne l’évoque presque plus que dans les ouvrages consacrés à ce groupe d’architectes. Son influence dépasse toutefois ce seul cadre : ses écrits, qui concentrent toutes les fascinations technico-scientifiques de l’époque, sont des sources décisives pour comprendre les œuvres de certains artistes berlinois du début du xxe siècle, dont Meidner, Feininger et Taut.

  • 9 Walter Benjamin, « Sur Scheerbart », dans Walter Benjamin, Gesammelte Schriften, dir. Rolf Tiedeman (...)
  • 10 Walter Benjamin, « Paul Scheerbart: Lesabéndio », dans id., Gesammelte Schriften, ibid., p. 618-620
  • 11 Ibid., p. 618. « Der Roman Lesabéndio ist die Frucht eines geistigen Lebens von großer Reinheit. »
  • 12 Au moment où nous achevions notre travail, nous avons découvert que le roman venait tout juste de p (...)

4Dans un article rédigé vers 1938 pour la Gazette des amis des livres, Walter Benjamin (1892-1940) a le premier saisi l’importance de l’écrivain utopiste, dont il fait presque le « frère jumeau de Fourier9 ». Louant la fraîcheur et la « sérénité doucement émerveillée » de son style, il déplore que ses livres n’aient guère « retenu l’attention du public », hélas davantage acquis au nationalisme qu’à la grande utopie de Scheerbart, « celle d’une humanité qui se serait mise au diapason de sa technique, qui s’en serait servie humainement ». Benjamin est surtout fasciné par l’ouvrage à ses yeux « le plus important » de Scheerbart : Lesabéndio : un roman astéroïdal, paru en 1913 et aujourd’hui totalement oublié. Il en célèbre le « sentiment très puissant », dépouillé des « scories de la sentimentalité », et lui consacre même un second article en allemand, assez similaire à celui paru en français10. « Fruit d’une vie spirituelle d’une grande pureté11 », Lesabéndio est en effet l’un des ouvrages les plus importants de son auteur, mais aussi l’un des romans de science-fiction les plus passionnants de l’Allemagne d’avant-guerre12.

  • 13 Lettre de Paul Scheerbart à Alfred Kubin du 9 août 1912 ; cité dans Mechthild Rausch, Paul Scheerba (...)
  • 14 Paul Scheerbart, Lesabéndio: ein asteroïden-Roman, mit vierzehn Zeichnungen von Alfred Kubin, Munic (...)
  • 15 Ibid., p. 163. « […], durch diesen Bau hinter das große Geheimnis der großen Lichtwolke zu gelangen (...)

5L’écriture de ce livre au scénario relativement complexe débuta au cours de l’année 190613 et s’acheva à l’aube de la guerre, avant sa parution en 191314. Le roman se situe dans l’espace, sur un astéroïde proche du Soleil et portant le nom de Pallas ; là vivent d’étranges extraterrestres sans identité de genre, et dont la caractéristique physique la plus significative est d’avoir, en guise d’appareil perceptif, des Teleskopaugen, des yeux téléscopiques grâce auxquels ils peuvent démultiplier leur champ de vision et observer avec précision les moindres détails. L’ouvrage relate les actions collectives entreprises par les Pallasiens pour avoir davantage de lumière dans leur atmosphère. La seule source de lumière sur Pallas est en effet un immense nuage, qui cache malheureusement les rayons du soleil et donne ainsi, le jour, une teinte violette au ciel. La nuit – qui, sur l’astéroïde, dure l’équivalent d’un mois terrestre –, les habitants recourent à de multiples « tours de lumière » pour s’éclairer ; la plupart d’entre elles sont en verre et illuminées de l’intérieur par l’électricité, diffusant autour d’elles une intense clarté. Grâce à la découverte d’un matériau de construction plus léger (le Kaddimohnstahl), les Pallasiens peuvent désormais rendre plus efficaces ces lanternes géantes en en construisant de beaucoup plus hautes ; c’est ainsi que l’idée vient au héros, Lesabéndio, d’ériger une gigantesque tour, non plus pour illuminer l’astéroïde, mais pour vaincre la nuit en perçant le nuage qui obstrue son ciel. Pour cette communauté extraterrestre, il s’agirait donc non seulement de jouir de plus de lumière, mais encore de voir plus loin : malgré leurs organes visuels performants, les Pallasiens sont incapables de percevoir ce qui se trouve au-dessus de leur astéroïde. La tour a vocation à pallier cette faiblesse optique, mais également à devenir un outil de connaissance, un instrument d’exploration céleste. Cette fonction scientifique justifie les efforts déployés, le but ultime de la construction étant de « percer le grand mystère du grand nuage de lumière15 ». Derrière ce nuage se trouve en réalité le « système occipital » de l’astéroïde (Kopfsystem), sorte de second morceau rocheux devant être relié à Pallas, et que les habitants s’efforcent de découvrir.

  • 16 Ibid., p. 220. « Und da sah man erst, wie magisch und geheimnisvoll der große Lichtturm mit seiner (...)
  • 17 Ibid., p. 241. « Und wo früher die Wolke war, sah man jetzt nur ein wogendes Lichtmeer. »
  • 18 Ibid., p. 247. « Darum blieb die Nacht hell. »
  • 19 Ibid., p. 243. « Er kann anfangs nichts hören und nichts sehen […]. Er […] wurde geblendet von den (...)
  • 20 Ibid. « Er bemerkt dann aber, daß er ganz neue Sehorgane bekommt, mit denen er das ganze Planetensy (...)
  • 21 Ibid., p. 251. « Doch es ist zu viel zu sehen. »
  • 22 Ibid., p. 276. « Und dann fühlte er einen Starrkrampf in seinen neuen Sehorganen […]. Lesa sah nich (...)
  • 23 Ibid., p. 278. « Der alte Stern Pallas erwacht zu ganz neuem Leben. »
  • 24 Ibid., p. 280. « Er bemerkte auch, daß er abermals neue Organe bekam – mit der Atmosphäre seines St (...)

6Tout le récit s’articule autour de l’érection de cette tour colossale, à laquelle chacun contribue ; à l’issue de plusieurs débats avec d’autres citoyens, il est décidé que l’édifice sera « une tour de fil de fer » (Eisendrahtturm), mais aussi une tour de lumière éclairée de l’intérieur par des ampoules phosphorescentes, pour lui conférer une dimension esthétique et consoler certains Pallasiens déçus par la finalité trop scientifique du bâtiment. Ainsi éclairée, la tour produit une luminosité dont l’effet est décrit comme « magique et mystérieux16 ». Au terme d’un long labeur, la construction est finalement achevée et le nuage fendu se dissipe, cédant la place à « une mer de lumière mouvante17 » ; ainsi vaincue, « la nuit rest[e] claire » sur Pallas18. Lesabéndio est alors envoyé seul dans l’énigmatique système occipital afin de l’explorer. Dans son aventure spatiale, le héros fait l’expérience d’une intense stimulation visuelle. Celle-ci commence par une perte totale des sens : « Dans un premier temps, il ne peut plus rien entendre ni voir », « aveuglé » par d’étranges « serpentins de lumière »19. Puis « il remarque qu’il acquiert de nouveaux organes visuels, grâce auxquels il voit l’ensemble du système planétaire et en particulier le soleil d’une tout autre façon qu’avant20 », avec une telle acuité qu’il y a même « trop à voir21 ». Le roman se clôt sur la réunion de Pallas avec son système occipital, par le biais de la tour ; cette réunification provoque un violent tremblement de terre, accompagné de divers jets de faisceaux lumineux. Pendant quelques minutes, tous les Pallasiens sont privés de la vue, à l’instar de Lesabéndio qui éprouve soudainement « une douleur paralysante dans ses nouveaux organes visuels » et « ne v[oit] plus22 ». Quand cesse le tumulte, les Pallasiens se réunissent dans la joie en annonçant que « la vieille étoile de Pallas a ressuscité23 », tandis que Lesabéndio s’est, lui, entièrement dissous dans l’astéroïde, jouissant d’une mystérieuse vision totale : « Il remarqua qu’il avait à nouveau acquis de nouveaux organes – petit à petit, il pouvait voir avec l’atmosphère de son étoile – de toutes parts, l’atmosphère lui faisait l’effet d’un télescope colossal24. »

  • 25 Bock, « De plain-pied avec le Temps » (note 9), p. 182.

7Ce récit – qui mêle, comme le relève Wolfgang Bock, « des éléments politiques, constructivistes et techniques-théosophiques25 » – est notamment resté célèbre pour être l’un des rares textes illustrés de Scheerbart : l’écrivain avait en effet fait appel à son ami Alfred Kubin, dessinateur autrichien proche du Blaue Reiter ainsi que d’artistes berlinois comme Feininger, pour intégrer quelques images dans l’ouvrage. Kubin livrera en tout quatorze planches, qui pour la plupart représentent la laborieuse édification de la tour géante par les Pallasiens (ill. 53 et 54), dont les corps souples et étranges semblent flotter dans l’espace. L’une de ces gravures, la dernière du livre, retient tout particulièrement notre attention : elle illustre l’achèvement de la « tour de fil de fer » et la percée du nuage obstruant la lumière, qui ouvre la voie à la réunion avec le système occipital (ill. 55). Sur la gauche de l’image, un Pallasien en oraison lève les bras au ciel, célébrant la victoire collective des habitants de l’astéroïde ; à l’arrière-plan, émergeant de blocs épars de cristal, crevant le ciel pour y former une trouée solaire et diffusant autour d’elle un dense réseau de faisceaux lumineux, se dresse, dans la nuit encore voilée de l’astéroïde, une flamboyante tour Eiffel.

ill. 53 Alfred Kubin, illustration pour le roman de Paul Scheerbart, Lesabéndio: ein asteroïden-Roman (Munich, Georg Müller), 1913

ill. 53 Alfred Kubin, illustration pour le roman de Paul Scheerbart, Lesabéndio: ein asteroïden-Roman (Munich, Georg Müller), 1913

© Eberhard Spangenberg Adagp, Paris, 2021 / Source : archive.org (Digitized by the Internet Archive in 2009 with funding from Brandeis University Libraries), https://archive.org/​details/​lesabndioeinas00sche/​page/​176

ill. 54 Alfred Kubin, illustration pour le roman de Paul Scheerbart, Lesabéndio: ein asteroïden-Roman (Munich, Georg Müller), 1913

ill. 54 Alfred Kubin, illustration pour le roman de Paul Scheerbart, Lesabéndio: ein asteroïden-Roman (Munich, Georg Müller), 1913

© Eberhard Spangenberg Adagp, Paris, 2021 / Source : archive.org (Digitized by the Internet Archive in 2009 with funding from Brandeis University Libraries), https://archive.org/​details/​lesabndioeinas00sche/​page/​n234

ill. 55 Alfred Kubin, illustration pour le roman de Paul Scheerbart, Lesabéndio: ein asteroïden-Roman (Munich, Georg Müller), 1913

ill. 55 Alfred Kubin, illustration pour le roman de Paul Scheerbart, Lesabéndio: ein asteroïden-Roman (Munich, Georg Müller), 1913

© Eberhard Spangenberg Adagp, Paris, 2021 / Source : archive.org (Digitized by the Internet Archive in 2009 with funding from Brandeis University Libraries), https://archive.org/​details/​lesabndioeinas00sche/​page/​n270

Notes de fin

1 « Notes historiques sur la peinture », s.d., dans Delaunay, Du cubisme à l’art abstrait (note 41, Introduction), p. 121.

2 « Fragments, notes », vers 1923-1924, ibid., p. 104.

3 Voir notamment Ralph Musielski, Bau-Gespräche. Architekturvisionen von Paul Scheerbart, Bruno Taut und der « Gläsernen Kette », Berlin, Reimer, 2003, ou Regine Prange, Das Kristalline als Kunstsymbol, Bruno Taut und Paul Klee, Hildesheim, Georg Olms, 1991.

4 Voir la recension complète de tous les textes publiés par Scheerbart établie par Mechthild Rausch dans Paul Scheerbart, Das graue Tuch und zehn Prozent Weiss: Ein Damenroman, Munich, text + kritik, 1986, p. 125-145.

5 Herwarth Walden, « Paul Scheerbart », Der Sturm, VI, no 17/18, décembre 1915, p. 98. « Neulich sagte mir jemand, Paul Scheerbart sei eigentlich der erste Expressionist gewesen. Sicher, denn das Leben machte auf ihn keinen Eindruck. »

6 Der Kaiser von Utopia, découpé en plusieurs parties successivement publiées dans tous les numéros de Der Sturm, du 8 décembre 1910 (I, no 41) au 29 avril 1911 (II, no 61). Sur Scheerbart et Der Sturm, voir Robert Hodonyi, Herwarth Waldens « Sturm » und die Architektur: eine Analyse zur Konvergenz der Künste in der Berliner Moderne, Bielefeld, Aisthesis, 2010, p. 192.

7 Il demeurera néanmoins sceptique quant à l’urbanisation et à l’accroissement de la taille des métropoles. Voir notamment Paul Scheerbart, « Die Entwicklung der Stadt », Die Gegenwart, vol. 77, no 25, 18 juin 1910, p. 497-498.

8 La Gläserne Kette, « chaîne de verre » en français, désigne une chaîne épistolaire lancée par Bruno Taut après la guerre, à partir de 1919, et incluant d’autres architectes comme Walter Gropius (1883-1969) ou Wassili Luckhardt (1889-1972).

9 Walter Benjamin, « Sur Scheerbart », dans Walter Benjamin, Gesammelte Schriften, dir. Rolf Tiedemann et Hermann Schweppenhäuser, vol. 2, Francfort-sur-le-Main, Suhrkamp, 1977, p. 630-632. Sur la fascination de Benjamin pour Scheerbart, voir Wolfgang Bock, « De plain-pied avec le Temps. La conception benjaminienne de l’habitat organique et cristallin, d’après Paul Scheerbart », dans Philippe Simay (dir.), Capitales de la modernité. Walter Benjamin et la ville, Paris/Tel-Aviv, Éditions de l’Éclat, coll. « Philosophie imaginaire », 2005, p. 169-199.

10 Walter Benjamin, « Paul Scheerbart: Lesabéndio », dans id., Gesammelte Schriften, ibid., p. 618-620.

11 Ibid., p. 618. « Der Roman Lesabéndio ist die Frucht eines geistigen Lebens von großer Reinheit. »

12 Au moment où nous achevions notre travail, nous avons découvert que le roman venait tout juste de paraître pour la première fois en traduction française : Paul Scheerbart, Lesabéndio, trad. Raphaël Koenig, Bruxelles, Vies parallèles, mai 2016. Cette traduction n’ayant pas encore été publiée lors de la rédaction de notre manuscrit, nous nous sommes appuyée sur notre propre traduction française pour toutes les citations.

13 Lettre de Paul Scheerbart à Alfred Kubin du 9 août 1912 ; cité dans Mechthild Rausch, Paul Scheerbart. 70 Trillionen Weltgrüsse, eine Biographie in Briefen, 1889-1915, Berlin, Argon, 1991, p. 439. « Jan. 1906 fing ich an mit L. Im Juli d.J. war ich noch lange nicht bis zur Häfte – da mußte ich aufhören, da ich kein Geld mehr hatte. Erst im Herbst 1909 konnte ich weiterarbeiten. »

14 Paul Scheerbart, Lesabéndio: ein asteroïden-Roman, mit vierzehn Zeichnungen von Alfred Kubin, Munich, Georg Müller, 1913.

15 Ibid., p. 163. « […], durch diesen Bau hinter das große Geheimnis der großen Lichtwolke zu gelangen. »

16 Ibid., p. 220. « Und da sah man erst, wie magisch und geheimnisvoll der große Lichtturm mit seiner hohen Laterne wirkte. »

17 Ibid., p. 241. « Und wo früher die Wolke war, sah man jetzt nur ein wogendes Lichtmeer. »

18 Ibid., p. 247. « Darum blieb die Nacht hell. »

19 Ibid., p. 243. « Er kann anfangs nichts hören und nichts sehen […]. Er […] wurde geblendet von den gelben Lichtschlangen. »

20 Ibid. « Er bemerkt dann aber, daß er ganz neue Sehorgane bekommt, mit denen er das ganze Planetensystem und besonders die Sonne ganz anders sieht als bisher. »

21 Ibid., p. 251. « Doch es ist zu viel zu sehen. »

22 Ibid., p. 276. « Und dann fühlte er einen Starrkrampf in seinen neuen Sehorganen […]. Lesa sah nichts mehr. »

23 Ibid., p. 278. « Der alte Stern Pallas erwacht zu ganz neuem Leben. »

24 Ibid., p. 280. « Er bemerkte auch, daß er abermals neue Organe bekam – mit der Atmosphäre seines Sterns konnte er allmählich sehen – die Atmosphäre wirkte auf allen Seiten für ihn wie ein kolossales Teleskop. »

25 Bock, « De plain-pied avec le Temps » (note 9), p. 182.

Table des illustrations

Titre ill. 52 « Les “modernes” à leur table des habitués au Café des Westens à Berlin », de gauche à droite : Anna Scheerbart, Samuel Lubkinski, Salomo Friedlaender, Paul Scheerbart, Else Lasker-Schüler et Herwarth Walden, 1905, photographie parue dans Berliner Tageblatt, supplément Der Weltspiegel, 21 mai 1905
Crédits Source : Berlin, Staatsbibliothek, 2764651-8, http://zefys.staatsbibliothek-berlin.de
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/25254/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 469k
Titre ill. 53 Alfred Kubin, illustration pour le roman de Paul Scheerbart, Lesabéndio: ein asteroïden-Roman (Munich, Georg Müller), 1913
Crédits © Eberhard Spangenberg Adagp, Paris, 2021 / Source : archive.org (Digitized by the Internet Archive in 2009 with funding from Brandeis University Libraries), https://archive.org/​details/​lesabndioeinas00sche/​page/​176
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/25254/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 850k
Titre ill. 54 Alfred Kubin, illustration pour le roman de Paul Scheerbart, Lesabéndio: ein asteroïden-Roman (Munich, Georg Müller), 1913
Crédits © Eberhard Spangenberg Adagp, Paris, 2021 / Source : archive.org (Digitized by the Internet Archive in 2009 with funding from Brandeis University Libraries), https://archive.org/​details/​lesabndioeinas00sche/​page/​n234
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/25254/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 763k
Titre ill. 55 Alfred Kubin, illustration pour le roman de Paul Scheerbart, Lesabéndio: ein asteroïden-Roman (Munich, Georg Müller), 1913
Crédits © Eberhard Spangenberg Adagp, Paris, 2021 / Source : archive.org (Digitized by the Internet Archive in 2009 with funding from Brandeis University Libraries), https://archive.org/​details/​lesabndioeinas00sche/​page/​n270
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/25254/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 737k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2021

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search