Version classiqueVersion mobile

« Être rugby »

 | 
Anne Saouter

4. Toucher et sociabilité

Texte intégral

1Nous avons vu jusqu’ici se construire le groupe des rugbymen autour des deux valeurs cardinales qu’ils affichent : courage physique et esprit d’équipe. Ces deux traits, directement liés aux exigences du jeu, ont manifesté leurs prolongements sociaux et leurs liens avec une image de la virilité. Expliquent-ils également des traits plus spécifiques des comportements des rugbymen, et en particulier l’importance qu’ils accordent à ce qu’il est convenu d’appeler la troisième (ou la quatrième) mi-temps ? Celle-ci constitue, avec le secret entretenu autour des vestiaires, un moment de l’intimité de la vie du rugby que les pratiques conjuguées du silence et de l’allusion entourent d’un voile de mystère. Un voile qui pourrait aussi dissimuler le scandale, tout en le rendant fascinant. Pour tenter de comprendre les enjeux de ce moment essentiel, je partirai d’une double hypothèse, développée dans les deux chapitres qui suivent : celle d’un lien entre les comportements des joueurs sur le terrain et dans cet espace festif ; celle de la présence d’un certain nombre de constantes régissant les pratiques des « hommes entre eux » dans des contextes de formation ou d’affirmation de leur identité sexuée. Il convient donc, pour commencer, de revenir sur les modèles de la virilité, ou de la masculinité qui ont cours dans le monde du rugby, et aussi dans la société ambiante.

Le masculin en question ?

  • 1 G. Lipovetsky cité par C. Louveau (1996 : 27-28).
  • 2 Calvin Klein a d’ailleurs créé il y a quelques années un parfum masculin et féminin à la fois, One(...)

2Dans le contexte de notre société, de façon générale, les définitions du masculin et du féminin sont plus floues qu’auparavant. L’accession des femmes à des professions ou à des activités physiques historiquement masculines, la modification des répartitions des tâches domestiques, matérielles et éducatives, le phénomène de mode « ouverte où chacun peut emprunter l’un ou l’autre de ses attributs à l’autre sexe, sans renoncer pour autant à ceux qui, traditionnellement, lui sont attachés »1, la culture juvénile aspirant parfois à une androgynie2, et enfin les revendications homosexuelles apparaissant plus légitimes qu’hier laisseraient facilement penser que la différence entre les sexes se serait aujourd’hui détachée des schémas traditionnels.

3Ce tableau mérite cependant d’être nuancé. Catherine Louveau (1996), dans un article sur l’évolution récente des modèles masculin et féminin, fait également état d’une continuité sémantique des clichés. Malgré l’apparition de modèles « innovants » où les rôles et attributs culturellement sexués tendent à se fondre ou à devenir interchangeables (notamment dans la publicité), des indices de différenciation des sexes persistent ou se redéfinissent. Sans exclure les changements ou acquis intervenus ces dernières décennies, il semble bien que les définitions de la masculinité et de la féminité, dans leur dimension sociale, n’aient pas rompu avec leurs origines. George L. Mosse (1997), dans son ouvrage sur l’étude historique de la masculinité en Occident, vérifie la force du stéréotype de l’idéal traditionnel masculin. Selon cet auteur, ce modèle est apparu dans la seconde moitié du xviiie siècle comme symbole capable de concrétiser des notions abstraites, au moment où la société moderne était désorientée par les bouleversements qu’elle connaissait. Fondé sur la volonté de puissance, d’honneur et de courage, il a finalement peu changé. Certes, écrit Mosse, » la culture jeune entraîne dans son évolution l’idéal traditionnel, et il existe déjà quelques signes prouvant qu’elle finira par infléchir les anciennes valeurs. La bataille est encore en cours ; la question n’est pas de savoir si la virilité sera renversée, mais jusqu’où elle pliera (...). Quels que soient les bouleversements que nous réserve l’avenir, on ne peut négliger l’importance d’un phénomène historique qui a été et reste une force abstraite (un idéal) et concrète, “ un placard affiché pour être lu ”, pour reprendre une image dix-neuviémiste sur la virilité. Or le contenu de cette affiche a peu changé dans le cours de sa longue vie. Aujourd’hui même, où elle semble plus en péril que jamais, elle continue à informer la vision du monde d’une majorité de gens en Occident » (Mosse 1997 : 194).

  • 3 Nous avons cependant constaté une rigidité certaine de la structure institutionnelle.

4Cela explique sans doute que le rugby, avec les vertus masculines qu’il défend, conserve dans la société d’aujourd’hui un statut de référence, bien plus que l’armée par exemple, institution qui prône aussi une éducation des hommes conforme à la masculinité traditionnelle. Car il opère dans le ludique, et évolue dans un contexte apparemment non contraignant. Quel que soit son physique et sa place dans la hiérarchie sociale, chacun peut prétendre jouer au rugby et accéder à cette masculinité. Et malgré la complexité de ses règles, les joueurs paraissent bénéficier d’une liberté importante dans le mouvement (ne serait-ce qu’en utilisant toutes les parties du corps dans le jeu) comme dans l’extériorisation de l’humeur – un coup de poing donné par énervement n’est pas toujours sanctionné. Dans sa fonction attendue de formation à la masculinité, le rugby plaît parce qu’il ne présente pas a priori3 la rigueur, idéologiquement désuète, de l’armée.

5Mais cette liberté accordée au corps et la prédominance de la force physique peuvent également contribuer à générer une répulsion pour le rugby chez l’homme qui n’y observe qu’une pratique primaire de la violence et s’imagine le rugbyman comme un « sauvage » des temps modernes. Or la persistance de ce cliché, a priori péjoratif, provient surtout de l’intérieur de la communauté rugbystique. Ce sont effectivement les productions écrites et orales de certains de ses membres ou encore son acceptation passive qui favorisent l’entretien du stéréotype du sauvage moderne. J’ai présenté plus haut une première hypothèse explicative à cet égard : cette attitude serait motivée par la volonté de conserver une barrière d’ignorance entre « nous » et « les autres ». Il semble également que le rugby préserve l’image d’une masculinité traditionnelle pour ancrer ce postulat de façon définitive.

6Mais ne s’agit-il pas, en même temps, de prévenir ainsi une autre interprétation du jeu ? J’ai indiqué, en commençant cette étude, que les rugbymen se savaient soupçonnés d’une homosexualité plus ou moins « refoulée ». La même idée existe dans la rumeur qui entoure le rugby et a pu, de façon allusive, faire l’objet d’élaborations littéraires dont le monde des joueurs a eu une connaissance directe ou indirecte. Le texte qui semble avoir suscité le plus d’échos se trouve dans Les météores, de Michel Tournier, qui prête à l’un des héros, Alexandre, cette description d’une mêlée :

Mes jambes maigres et infatigables de vieux cerf allant bon train, je me suis retrouvé à l’orée du bois de Vincennes, après avoir traversé la place de la Porte-Dorée. Le stade Léo-Lagrange était encore animé malgré le jour déclinant. De frais et musculeux jeunes gens se livraient à un rite curieux dont le sens évidemment nuptial ne m’a pas échappé. Ils se rassemblaient en grappe, et aussitôt chacun enfonçait sa tête entre les fesses de celui qui le précédait et cela de toutes ses forces, agrippé des deux bras à ses voisins, tellement que ce nid de mâles ondulait et chancelait sous la poussée d’une cohue de cuisses arc-boutées. Finalement un gros œuf pondu au cœur du nid roula entre les jambes des mâles qui se dispersèrent pour se le disputer. Ce bois de Vincennes se présentait ainsi d’emblée comme un hallier d’amour (Tournier 1986 : 108).

7Un deuxième extrait, de la plume de Jean-Luc Henning (1995 : 198-199) montre également un intérêt particulier pour la mêlée, et surtout pour les fesses qui la composent :

Il y a dans le sport une exaltation du muscle qui profite naturellement à la fesse. Dans la lutte gréco-romaine, par exemple, le cul se développe un peu comme un accordéon : il se tord, s’ouvre, s’écarte, dans une véritable chorégraphie fessière. Mais le grand sport de la fesse, celui sans lequel elle ne serait rien, c’est bien sûr le rugby. La fesse du rugby, c’est la fesse qui a de la carrure, la fesse-baraque, la fesse-bourrique, c’est la fesse de la mêlée. Spécialement la fesse des troisième ligne, puisque ce sont celles qu’on voit le mieux. Qu’est-ce qu’une mêlée, sinon une cohorte de culs emboîtés qui forment une sorte de tortue de deux tonnes, de rosace infernale ou de roi de rats des culs ? Gigantesque monstre fessier, incohérent et vivant, qui se déplace brusquement, par à-coups, pour finalement exploser dans l’atmosphère et se reconstituer ainsi trente-cinq fois par match.

8Ces regards hétérodoxes sur le rugby pourraient-ils altérer le principe de l’idéal masculin cher aux gens du rugby, un message qu’ils réussissent effectivement à faire passer dans l’imagerie collective ? Ne sont-ils que l’expression de fantasmes homosexuels ou bien rendent-ils compte d’une autre réalité du rugby ? Il est en effet un point très rarement signalé à propos du rugby, et qui est pourtant une de ses spécificités, celui de la sensualité de son jeu, une sensualité de surcroît partagée entre hommes. Le corps dans le rugby joue dans tous les sens, avec tous ses sens, touche et est touché en permanence. Jouer avec et contre l’autre, c’est aussi le découvrir et le saisir intimement. La mise en avant d’un modèle traditionnel du masculin ne serait-elle pas une sorte de diversion, quasi inconsciente, permettant d’occulter cet aspect manifeste du jeu ? N’est-ce pas la crainte et le refus d’être perçu comme favorisant l’homosexualité (ou en tout cas ne favorisant pas nettement l’application de l’idéal masculin décrit plus haut) qui rend aveugle à cette face obscure du jeu de rugby ? Une anecdote, très démonstrative à cet égard, concerne un joueur qui, un jour, fit part à la presse de la puissance de suggestion du fameux passage de Michel Tournier décrivant une mêlée. Très rapidement, le milieu rugbystique se persuada que ce joueur, pilier sur le terrain, était l’auteur de la comparaison entre la mêlée et le ventre maternel. Il fut stigmatisé comme un « intellectuel » qui s’essayait tant bien que mal à une interprétation personnelle et fantasmée du jeu de rugby.

9L’ambiguïté, induite par la manifestation conjointe de la violence physique et de l’intimité corporelle dans un même sport, semble donc difficile à assumer. Il faut dire que le cliché de la brute épaisse au cœur tendre envers les femmes est culturellement acceptable dans la conscience collective, voire apprécié secrètement, alors que celui de l’homme viril, » sauvage », entretenant en même temps des rapports sensuels avec des partenaires du même sexe atteint les franges de l’acceptable et encourt la disqualification. Par sa virilité ostentatoire, le rugbyman jouerait-il à faire l’« homme », par peur qu’on ne le considère comme déviant ? Pour tenter de répondre à cette question, je vais maintenant m’attacher à décrire le jeu dans les différents rapports au corps qu’il impose : à son propre corps, à celui des coéquipiers masculins, et enfin à celui des femmes, à qui l’attitude « virilisante » est finalement adressée.

Sport de contact et jeux charnels

  • 4 J’emploie ici l’expression d’Edward T. Hall qui a mené une étude comparative sur les façons dont l (...)

10Le contact physique est presque permanent au rugby. Il est requis par les règles du jeu, il est surtout indispensable : le ballon ne peut être gagné sans un long corps à corps préalable. Le rugby n’a évidemment pas l’exclusivité de ce comportement proxémique4 particulier, il en est de même pour les nombreux sports de combat ou de défense, tels la boxe, la lutte, le judo, etc. Il est néanmoins une nuance déterminante pour une analyse de la singularité du rugby : la double nature de ce contact.

La double nature du contact

11Dans les sports où deux individus s’affrontent et où chacun tente de désarmer l’autre, de le bloquer au sol, de le faire sortir des limites du tapis ou de le mettre K.O. c’est-à-dire physiquement hors combat, le conflit structure exclusivement la situation de face à face entre un gagnant et un perdant potentiels. Il disparaît à l’issue du combat. Mais au cours de celui-ci, les deux assaillants sont l’un et l’autre simultanément en posture à la fois défensive et offensive. Le contact corporel est par conséquent nécessairement agressif en ce sens qu’il vise à diminuer, maîtriser, voire exploiter (« vampiriser ») la force de l’adversaire.

  • 5 Mêlées désordonnées.

12Au rugby, l’affrontement des deux équipes implique un contact de même nature : le plaquage cloue le joueur porteur du ballon au sol pour l’obliger à le lâcher, les mauls 5et les mêlées font du contact une relation agonistique. En revanche, un autre type de contact n’oppose plus, mais réunit. Il n’est pas le fait des adversaires, mais des partenaires. La formation de mêlées ou de mauls révèle cette ambivalence : tout en luttant contre les adversaires, les corps se touchent, s’entrechoquent et s’emboîtent pour unir plus fortement les partenaires. Le contact au rugby ne cherche donc pas seulement la négation du corps de l’autre, il rend positif le corps du même, du coéquipier.

13Aucun autre sport à ma connaissance, dans la culture occidentale, ne connaît ces deux types de contact. Ou alors le toucher non agressif se résume par exemple à des tapes dans les mains après un panier marqué au basket ou à des accolades, des empilements après un but au football. Mais cette proximité des corps entre partenaires n’est qu’occasionnelle et non obligatoire, alors qu’elle est partie intégrante du jeu de rugby. Il y a certes l’exemple du football américain où le contact entre partenaires existe également, mais les joueurs portent une telle carapace de protection qu’on peut la considérer comme une barrière entre les corps.

14C’est en cela que le rugby présente un intérêt particulier, car la pratique corporelle qu’il impose dépasse les limites d’un tabou, celui du toucher, et ce d’autant plus qu’il a lieu entre des hommes. Dans notre société, les relations masculines se caractérisent en effet par une distance corporelle progressivement intégrée dans le comportement. Autant, pendant l’enfance, le toucher entre garçons est considéré comme normal dans le jeu, autant à partir de l’adolescence il est jugé socialement déviant. Sauf s’il reste dans les limites d’une décence bien évidemment arbitraire : tape sur l’épaule, accolade, serrement de mains, baisers dans le cadre de la famille. A l’inverse, deux jeunes filles qui manifestent leur affection par des relations de proximité corporelle n’encourront pas nécessairement un regard réprobateur. A l’âge adulte, le toucher entre individus masculins dérange beaucoup plus qu’entre individus féminins. Il est d’ailleurs intéressant de noter cette même différence d’appréciation, poussée à l’extrême, dans la pornographie. Des scènes d’intimité de couple homosexuel féminin, jamais masculin, sont régulièrement intégrées dans les scénarios des films qui s’adressent à un public hétérosexuel.

15Au rugby le corps, dans l’échange entre partenaires, doit perdre sa dimension érotique pour ne devenir qu’un corps « instrument » au profit du collectif. Les joueurs n’hésitent pas, pour former une mêlée, à mettre leur tête entre les cuisses de deux coéquipiers et à passer leur bras entre celles d’un autre pour s’accrocher à la ceinture de son short, quitte à toucher son sexe. Situation inimaginable en d’autres occasions, mais qui pendant un match demande à être assumée avec naturel : le corps joue en son entier et il n’est pas de distinction morale entre le « haut » et le « bas », entre la tête et les parties génitales. Une gêne de la part d’un joueur serait nuisible au déroulement du jeu lui-même.

16Cette dimension de la pratique des corps est d’ailleurs peu à peu intégrée par les joueurs, jusqu’à devenir inconsciente. Un rugbyman à qui je faisais remarquer que la joie des joueurs, après un essai marqué ou une belle action, se manifestait souvent entre eux par une tape discrète sur les fesses, niait ce geste en me soupçonnant d’avoir des arrière-pensées. Je le revis peu de temps après, à la fin d’un match qu’il venait de disputer : « Je pensais à toi : un fait exprès, aujourd’hui, on n’a pas arrêté de me mettre la main aux fesses, ça m’énervait. C’est bien la première fois ! » La chose s’était assurément déjà produite mais, par ma remarque, j’avais stimulé chez lui une réceptivité, provisoire sans doute, à une signification rigoureusement « topographique » et érotisée du corps : les fesses appartenant au « bas », à l’intime, redevenaient taboues.

17L’opération mentale qui consiste à percevoir son corps comme une réalité purement fonctionnelle et non plus distribuée en zones plus ou moins érogènes, ou sexuellement marquées, se produit également, parfois avec difficulté, chez les personnes consultant un médecin ou un gynécologue : l’examen médical n’est acceptable que si, du côté du patient comme du spécialiste, la dimension érotique est neutralisée. Cette désérotisation suppose la mise en œuvre d’un certain nombre de procédures tendant, en particulier, à renforcer tous les éléments d’une claire définition de la situation. Il peut être intéressant de se demander comment ce résultat est atteint dans le cas du rugby.

Un corps intégral

18A première vue, le problème que l’on vient de poser est facile à résoudre : le contexte du jeu, comme son caractère public, semblent suffire à éviter tout « mélange des genres ». Il n’en reste pas moins que, dans le vécu immédiat de la mêlée, en particulier, l’aspect fonctionnel du rapport au corps de l’autre doit passer avant toute autre considération, sans la moindre hésitation ni la moindre gêne. Curieusement, il semble que la stratégie implicite de neutralisation passe ici par une appréhension globale du corps conjointe à une stricte identification entre lui et la personne. On va toucher indifféremment le sexe ou l’épaule du partenaire ; mais on touche une personne, un coéquipier dont on reconnaît l’identité. Ainsi, j’ai souvent été étonnée, en regardant des matchs avec des joueurs, de constater qu’ils étaient capables de nommer ceux qui étaient sur le terrain, en pleine action de jeu, alors que ne m’apparaissaient qu’un bout de bras ou de cuisse, une chevelure... que je ne percevais finalement que des corps morcelés. Eux identifiaient la personne. Ils avaient un regard global sur un corps à partir d’une de ses composantes ou de sa gestuelle (on se souvient par exemple d’un joueur par sa façon personnelle de tenir le ballon, de faire des passes...). Quand je leur demandais comment ils pouvaient reconnaître les joueurs, j’avais droit à des haussements d’épaules qui m’abandonnaient à mon ignorance.

19Je me suis expliqué par la suite cette faculté « surnaturelle » par l’existence chez les rugbymen d’une singulière « mémoire du corps ». C’est une mémoire qui s’est développée dans la pratique du rugby, par le toucher des corps avec qui on a joué mais aussi par une approche du corps de l’autre sans restriction sensitive : on le sent, on le touche, on le voit comme une totalité pertinente dans la seule optique du jeu. Même si on ne l’a pas côtoyé directement, on est capable de l’identifier grâce à cette vision non hiérarchisée de ses différentes parties : une fesse signifie autant qu’un visage. Le corps n’est pas séparé de la personne, il conserve son identité. Il va même pouvoir révéler le caractère de l’individu, ainsi que l’exprime la réflexion de ce talonneur : « Quand on passe quatre-vingts minutes joue contre joue, avec un adversaire, on le sent vite s’il est fourbe. »

20En second lieu, cette perception globale et fonctionnelle est favorisée par le mode même de la présence des corps dans le jeu. Au rugby en effet, les manifestations corporelles – pets, rots, crachats –, qui dans un autre contexte social seraient jugées choquantes, sont admises sur le terrain et même banalisées. L’anecdote qui suit témoigne à merveille de cette unité préservée de toutes les fonctions corporelles :

– Un dimanche, on s’était tous mis d’accord avec les copains pour manger des gousses d’ail avant le match. Sous la mêlée, c’était une horreur, on s’est tous mis à roter, ceux d’en face étaient asphyxiés ! Mais la fois d’après, ils ont fait la même chose...

21De façon plus générale, le corps du rugbyman semble sollicité dans sa totalité, et non simplement pour ses qualités athlétiques. Le corps sportif se construit d’ordinaire dans une sorte d’abstraction de tout ce qui ne relève pas directement des compétences mises en œuvre dans l’activité choisie : il est muscle, adresse, souffle, endurance dans l’effort. Le poids, par exemple, n’est pertinent (en principe, au moins) que dans les sports de combat. Au rugby, comme on l’a vu, il joue un rôle décisif pour les avants. De même, des qualités comme la prise de risque et la résistance à la douleur consécutive aux coups, aux chutes, à l’écrasement par les autres mobilisent des aptitudes corporelle et psychologiques qui n’ont rien de spécifique au registre sportif. Et il faut encore surmonter bien des répulsions que l’éducation fortifie dès l’enfance : ne pas reculer devant le contact tactile (et olfactif) avec la sueur des autres, accepter de tomber dans la boue et d’en maculer ses mains et son visage... On peut faire l’hypothèse que cet engagement physique total impose une sorte de distance par rapport à ses propres sensations et réactions affectives qui s’étend sans problème au cas particulier des enjeux érotiques du contact. La question demeure cependant de savoir comment un tel corps est produit et comment il se manifeste en dehors du terrain. Et c’est précisément à ce niveau qu’un détour par la troisième mi-temps pourra nous apporter quelques lumières.

Des corps libérés

22Le corps du rugbyman, qui « déborde » vers le dehors de tous ses orifices, qui existe pleinement, sans retenue, n’est pas sans rappeler le corps grotesque du carnaval au Moyen Âge décrit par Mikhaïl Bakhtine, corps justement libre avant d’être « aliéné », selon lui, par la culture bourgeoise :

Le corps carnavalesque n’est pas démarqué du restant du monde, n’est pas enfermé, achevé, ni tout prêt, mais il se dépasse lui-même, franchit ses propres limites. L’accent est mis sur les parties du corps où celui-ci est, soit ouvert au monde extérieur, soit lui-même dans le monde, c’est-à-dire aux orifices, aux protubérances, à toutes les ramifications et excroissances : bouches bées, organes génitaux, seins, phallus, gros ventre, nez (Bakhtine 1970 : 35).

23Sans nécessairement suivre Mikhaïl Bakhtine dans ses considérations socio-historiques, on peut du moins trouver dans son œuvre une réflexion utile sur les conditions de la production d’un corps libéré : corps qui doit s’émanciper des canons de l’esthétique et redevenir un « corps biologique » par une sorte d’exaltation festive de ses fonctions physiologiques, au premier chef l’alimentation et la sexualité, c’est-à-dire les fonctions qui l’ouvrent sur l’extérieur. Essayons d’appliquer cette hypothèse au monde du rugby.

Du stigmate comme instrument de liberté

24On a déjà noté que le corps du rugbyman est assez éloigné de celui de l’athlète. Cet écart immédiatement perceptible au seul niveau de l’esthétique doit être pensé dans toutes ses implications. Le physique des rugbymen, en effet, est largement modelé par les exigences du jeu et ses conséquences inévitables, qu’il s’agisse des vertus de l’embonpoint, de la musculature liée à la mêlée ou des cicatrices et autres marques indélébiles. Cela suppose un choix de la part des personnes, celui de « donner leur corps au rugby », avec toutes les conséquences prévisibles sur le plan de l’esthétique comme sur celui de la santé. Ainsi, un nouvel espace de valeurs se constitue, au moins à l’intérieur du milieu, qui tend à se substituer aux modes ordinaires d’évaluation ou à les neutraliser. Symétriquement, on peut supposer que, d’un point de vue subjectif, se met en place une expérience singulière du corps propre, celle d’un « corps pour le rugby » ayant son propre espace de reconnaissance et de liberté. Un corps qui n’est peut-être pas tout à fait celui qui se construit dans d’autres expériences et qu’il faut, en quelque sorte, apprendre à revêtir pour qu’il soit pleinement le sien à l’occasion des matchs. Telle est la fonction des rites de vestiaires et, aussi, de certaines des pratiques de la troisième mi-temps.

25En même temps, il est bien évident que l’on ne change pas réellement de corps : dans sa réalité matérielle, celle qui se donne à percevoir de l’extérieur, le « corps pour le rugby » du joueur est tout simplement le sien, avec tous les écarts que l’on a signalés par rapport aux canons usuels de l’esthétique. Et c’est bien pourquoi un groupe de rugbymen est facilement identifiable en dehors même des contextes sportifs. Bien plus, on a parfois l’impression que cette distance par rapport aux normes corporelles est un trait distinctif du monde du rugby en général : les corps porteurs de stigmates et les corps grotesques se retrouvent aussi dans le public. Il y a évidemment les anciens rugbymen devenus spectateurs, mais aussi les vieux, les handicapés, les obèses, les bossus... J’ai toujours été surprise de voir la présence dans la sphère du rugby de corps qui ailleurs auraient été remarqués à cause de leur non-conformité au corps « étalon » socialement valorisé, et qui avaient là non seulement leur place mais aussi une reconnaissance. Albert Ferrasse, ancien président de la FFR, a par exemple créé une fondation pour aider les handicapés du rugby, anciens joueurs gravement blessés. Ils continuent ainsi d’appartenir à la « famille du rugby » et sont accueillis parmi les spectateurs pendant les matchs. Le monde du rugby, du fait de son rapport particulier au corps, est d’une grande tolérance face à tous les corps, ainsi qu’à diverses autres différences, notamment celles liées au désordre psychique. En effet, très fréquemment les clubs de rugby ont leur « fou » attitré qui s’est intégré en devenant mascotte du club ou en rendant de menus services, comme porter le sac de maillots, les ballons... Il peut même devenir une « star » et gagner une pleine reconnaissance sociale, tel ce supporter de Bègles qui se peinturlure aux couleurs du club pour défiler avec son drapeau autour du terrain avant un match, et aussi sur son vélo dans les rues de Bègles, même les jours où il n’y a pas de match... Par son dévouement passionné, il a été pleinement reconnu : sa photographie illustre la pochette d’une vidéocassette vendue par la boutique du club. Un autre avait le privilège de rentrer dans les vestiaires de son équipe fétiche avant les matchs. Sa folie ne perturbait pas la motivation des joueurs, peut-être bien au contraire qu’elle portait chance :

– Il y avait un mec qui nous suivait, qui portait les maillots, il était un peu barjot. Il nous faisait un autel dans les vestiaires avant les matchs : un petit bureau d’écolier avec des bougies, un poème posé dessus.

26On retrouve souvent l’image atténuée du fou, de l’« original », au sein même des équipes de rugby, à travers le joueur burlesque qui fait rire les autres par ses facéties, sa naïveté ou son étourderie :

– On l’appelle « Sandalette » parce qu’il a toujours des sandales aux pieds. Il est tête en l’air, toujours dans les nuages. Une fois, en pleine nuit, après une troisième mi-temps, il s’est retrouvé sous un pont en train de trinquer avec des clochards. C’est tout lui... Et depuis, à chaque fois qu’on a un simplet dans le club, on l’appelle Sandalette.

27On notera, dans cette dernière anecdote, que l’exemple donné de la singularité du personnage se traduit par une indifférence à toute barrière sociale ou hygiénique : trinquer sous un pont avec des clochards, c’est de toute évidence s’impliquer physiquement dans des relations qui, pour la majorité de la population, seraient accompagnées de crainte ou de dégoût. Le « simplet », loin de se comporter de façon atypique, met en jeu une compétence qui est un produit de sa formation « rugby ».

Corps et alimentation

28Le corps grotesque, qui ne censure aucune de ses manifestations, est aussi un corps qui se nourrit. L’alimentation, chez les sportifs, est un domaine qui suscite beaucoup d’attention et de contrôle : calcul des apports protéiques, vitaminiques, etc. Une nourriture saine et équilibrée permet de compenser la dépense énergétique exigée par l’effort. Les rugbymen, comme les autres sportifs, ont une importante activité physique (en moyenne deux entraînements par semaine, un match par week-end, musculation, footing...), le plus souvent en plein air. Quelles que soient les intempéries, ils sont dehors, brûlant souvent des calories pour lutter contre le froid... Rien d’étonnant alors à ce qu’ils aient particulièrement besoin de bien se nourrir. Mais, comme on l’a vu, leur réputation va au-delà de celle de bons mangeurs. Les évocations écrites et orales de leurs prouesses alimentaires sont légion :

– Les avants se forment d’abord à la « bouffe » et au champ, au cassoulet et haricots couenne (extrait d’entretien in Pociello 1983).
– Ce sont des mecs avec qui on ne peut pas faire de diététique. Des mecs qui font 1, 97 m et 112 kg, ils vont bouffer trois entrecôtes en suivant (propos d’un médecin).
– Punaise, pleure-t-il, depuis que les toubibs s’en occupent, on ne mange plus que des endives, et un peu de salade, quelquefois du riz. Autrement dit, té ! on joue à jeun... (Lalanne 1969 : 18.)

29Si le rugbyman est un gros mangeur, il est aussi un grand buveur, particulièrement après les matchs. Là encore, la quantité est de rigueur et les langues se délient pour narrer des histoires rocambolesques :

– Un étudiant qui faisait une thèse sur la diététique sportive était venu nous voir au club. On l’a invité, pour discuter, à boire un Ricard, puis deux, puis trois... Il est reparti bourré (dirigeant).

En ce temps-là, le Sultan Sébédio était tout-puissant dans la cité de Carcassonne. (...) International en 1913, il l’était encore en 1923 et qui sait combien de sélections il eût obtenues sans cette saloperie de guerre et sans cette soif perpétuelle qui finit par lui ronger le ventre. C’est qu’il ne craignait personne le Sultan, ni sur un terrain, ni devant un comptoir. (...) Un litre de Cinzano n’était pas pour lui faire peur et quand il voulait punir un adversaire de sa mauvaise tenue, il le conviait à passer à son vestiaire à la fin du match.
« Dis donc, disait-il de sa voix sépulcrale, c’est toi qui m’as balancé tout à l’heure ce coup de godasse dans les côtes, petit morpion ?
– Je ne l’ai pas fait exprès, m’sieur Sébédio (...)
– Attends, ne pars pas comme ça, nous allons boire à ma santé. »
L’autre avait des vapeurs d’allégresse de s’en tirer à si bon compte, mais sa joie était généralement brève. Le Sultan amenait deux verres à bière et un litre de cognac (...). Le glouglou de la bouteille avait d’affreuses résonances chez l’infortuné rival qui gémissait (Garcia 1961 : 63-64).

30Selon un médecin sportif, des chercheurs américains seraient venus dans le Sud-Ouest de la France pour étudier le « cas rugbyman » :

– Il y a des types, tout à fait sérieux, qui sont venus des États-Unis pour faire une étude dans le Sud-Ouest. Ils sont tout à fait étonnés du peu d’accidents cardiaques qu’il y a, en tenant compte de ce qu’ils bouffent et de ce qu’ils boivent. Il faut savoir qu’ils sont sportifs, ils sont en condition ; ils supportent douze Ricard d’affilée.

  • 6 La revue XV Magazine a même réalisé un « Guide de la convivialité du rugby : 1993/94 », qui rassem (...)

31Qu’en est-il en vérité ? Le rugbyman possède-t-il un corps à ce point hors du commun que sa tenue à table rappelle celle des héros de Rabelais ? Il est vrai qu’ayant participé à des repas et à des fêtes avec des rugbymen, j’ai eu l’occasion de constater chez eux une capacité étonnante d’ingestion. Est-elle pour autant à nulle autre pareille ? Sinon, d’où viendrait leur réputation ? En réalité, l’originalité n’est pas à situer du côté de l’abondance. Le rugbyman a plutôt un rapport ludique à la nourriture et à la boisson, notamment en troisième mi-temps6. En témoignent, avec affliction, de nombreux restaurateurs : « Ça dégénère trop souvent, ils balancent la bouffe par terre, s’arrosent avec l’alcool, urinent dans les pichets... » L’entrée de certains restaurants est désormais interdite aux équipes de rugby. Beaucoup de chauffeurs d’autobus qui doivent transporter les joueurs pour un match à l’extérieur leur interdisent aussi, au retour, de prolonger leur troisième mi-temps dévastatrice dans leur véhicule. Quelques-uns arrivent quand même à dissimuler une bouteille de Ricard sous le manteau...

32Prétextes à faire la fête, la nourriture et les boissons sont des facteurs de convivialité entre les joueurs : du corps sportif au corps sustenté, c’est toujours le corps communautaire qui est valorisé. Après avoir souffert ensemble, on se restaure dans l’allégresse.

Ce n’est pas en mangeant trois feuilles de salade arrosées d’un verre d’eau que l’on fera un rugbyman. A ce régime, le rugby serait trop triste. Pour entrer sur le terrain de rugby, il faut être heureux de vivre car on sait qu’on va souffrir (J.P. Rives cité par Braesch & Bride 1980 : 77).

33Faire bonne chère est aussi une façon agréable de fortifier la chair. Le corps du rugbyman doit être paré contre le contact, souvent violent, et rien de tel pour cela qu’une enveloppe charnelle imposante, voire adipeuse. Rien de ce qui est mangé ne peut nuire, surtout si les aliments évoquent par eux-mêmes la consistance : cassoulet, confit, frites, steak, » croupionade » (plat très gras préparé à base de croupions de volaille)...

Le bon aliment a quelque chose à déposer dans l’organisme, quelque chose d’utile et de nécessaire dans l’approvisionnement du corps en énergie ou dans la construction et la consolidation de la masse musculaire ou de la charpente osseuse. (...) Tout ce qui est assimilé, c’est tout ce qui sert à quelque chose.

34Ce bref extrait de l’étude de l’anthropologue Christine Durif- Bruckert (1994 : 139) au sujet des savoirs ordinaires sur les fonctions physiologiques pourrait être inspiré de propos de rugbymen. Le principe de nutrition est simple, sous forme d’équation directe entre ce qui est assimilé et ce qui est transformé : le gras et le riche feront une chair épaisse et un corps solide. Celui-ci sera d’ailleurs soumis à l’épreuve de la « pesée », et laissera le public juger de sa valeur : les revues sportives et les commentateurs des matchs télévisés donnent souvent le poids des joueurs, ainsi que celui, cumulé, des avants.

35Pour les rugbymen, en comparaison avec les autres sportifs, le plaisir est primordial dans l’alimentation. L’entreprise de façonnage du corps peut alors s’effectuer correctement. Ne serait-ce pas d’ailleurs ce façonnage, réalisé par l’ingurgitation d’une chair abondante, qui inspire les surnoms des joueurs à l’allure généreuse tels que « poulet », » bœuf »... C’est parfois à un véritable « gavage » que certains joueurs se soumettent :

– Quand j’étais jeune, j’avais un copain qui n’arrêtait pas de manger. C’est incroyable ce qu’il avait pu grossir ! Il me disait : « Maintenant je ne sens rien, je peux recevoir des coups. » Ce n’était pas comme moi qui étais gringalet.
– Si j’avais plus mangé quand j’étais jeune, je serais plus gros, plus costaud, je pourrais jouer en troisième ligne. Tandis que maintenant, il me manque de l’étoffe.
– A cent kilos, je garde tout juste le matelas nécessaire pour amortir les chocs, les gras trop maigres sont souvent blessés (L. Mias cité par Cabannes 1993 : 19).

36Ce genre de propos trouve son écho dans la presse, qui contribue à faire de l’aliment un opérateur de jeu essentiel pour le rugby :

Les autorités sanitaires néo-zélandaises ont adressé une mise en garde à la population sur les dangers que présente la consommation de taro, plante tropicale décrite par Jonah Lomu, l’ailier vedette des All Blacks, comme son arme secrète. Lomu, originaire des îles Tonga, avait affirmé qu’il devait son exceptionnelle stature et son impressionnante masse physique à une alimentation à base de racines de taro (Sud-Ouest, 4 décembre 1995).

37Il est évident qu’il faut manger pour s’épaissir, mais tout est question de mesure. De fait, dans le rugby actuel de haut niveau, la silhouette des joueurs se rapproche de plus en plus de celle des autres athlètes. La condition physique doit être telle que les surplus de graisse ne peuvent plus faire impression, et les règles de la diététique ont réussi à prouver leurs bienfaits. Même si elle est loin de faire l’unanimité, la remise en cause de la suralimentation est sans doute d’autant plus nécessaire que celle-ci s’accompagne souvent d’excès éthyliques.

38Les exemples donnés jusqu’ici de circulation continue entre le « haut » et le « bas », le « dedans » et le « dehors » du corps du rugbyman et du corps social semblent donc valider notre hypothèse : le monde du rugby réhabilite bien les fonctions organiques, le temps d’une fête dénuée de toute réserve ordonnée par la bienséance. Mais nous n’avons pas encore abordé le point le plus sensible : qu’en est-il de la place faite aux manifestations de la sexualité dans la construction d’un corps libéré ?

Facétie et parodie : le tabou désamorcé

39A côté des anomalies de leur comportement alimentaire, ce sont surtout les manifestations d’obscénité des rugbymen qui nourrissent la rumeur de scandale qui entoure la troisième mi-temps. Dans la ligne de ce qui précède, on peut essayer à présent d’en rendre compte en la mettant en relation avec la construction de ce que j’ai appelé le « corps pour le rugby ». Cela impose, dans un premier temps, de revenir aux liens entre les attitudes corporelles sur le terrain et dans le club-house.

Un contact prolongé

40Pendant la troisième mi-temps, le comportement proxémique reste en partie le même que pendant le match et le toucher entre les individus permet de prolonger la séquence qui vient de se dérouler : désormais dépourvu de toute dangerosité, le contact est vécu joyeusement à travers des accolades, des embrassades, des tapes dans les mains, dans le dos, des bousculades figurant des plaquages, des semblants de mêlée, etc. Le talonneur et les deux piliers, la « première ligne » qui a le plus directement affronté l’adversaire physiquement sur le terrain, demeurent la partie la plus soudée du corps communautaire : il leur est semble-t-il plus difficile de se fragmenter pour se réindividualiser, retrouver leur corporéité personnelle. Ils illustrent sans doute le mieux cette continuité entre le temps sportif et le temps festif dans la proximité des corps en restant solidaires, accolés les uns aux autres. Et, comme le souligne un ancien joueur, cela est vrai entre partenaires comme entre adversaires :

Les avants sont les premiers à se rapprocher, ils ont déjà fait connaissance sur le terrain en se frictionnant les côtes, ils ont des choses à se dire (Cabannes 1993 : 96).

41Lors d’une enquête de terrain, j’ai suivi une équipe de rugby, après un match, dans une boîte de nuit. Je n’ai pu obtenir d’entretien individuel avec le talonneur car il avait constamment ses deux piliers assis à ses côtés. La première ligne est en fait tellement soudée que cette solidarité se prolonge au-delà des trois mi-temps, dès que lui est donnée l’occasion de se reformer dans un contexte « rugby », c’est-à- dire quand plusieurs joueurs sont présents, quand la métaphore de l’équipe est sous-jacente à la situation :

– Quand on part en tournée, on dort tous à l’hôtel, deux par chambre. C’est tout un problème pour séparer le talonneur et ses deux piliers. Avec les remplaçants, s’ils sont en nombre pair, ça s’arrange, sinon... ils sont inséparables ! Dans le bus, pareil (dirigeant).
– Je me souviens d’un mariage où on avait été tous invités. Nous étions placés à table, avec nos noms inscrits sur des cartons. Le talonneur et ses deux piliers avait changé les cartons de place pour se retrouver assis côte à côte (ancien joueur).

42Quelques anciens joueurs de première ligne auraient créé une confrérie, la « Conjuration des béliers », qui « compte agrandir la famille en convoquant tous les première ligne internationaux. Elle rêve d’un regroupement mondial d’ici cinq ans » (Sud-Ouest, 1er avril 1996). La date de parution de cette information laisse douter de sa véracité, mais elle se base sur un fait patent.

43Même si cette sympathie physique est moins importante chez les autres joueurs, il reste notable que le toucher est pour chacun un élément d’une relation particulière. La fin du match n’a pas provoqué une rupture immédiate et totale du lien charnel, jusqu’alors indispensable. On prolonge donc le contact pendant la fête. Le toucher, dans ses diverses expressions, reste ainsi le sens le plus sollicité, pendant et après le match. Cela revient, comme on l’a vu, à normaliser ou à banaliser le contact entre hommes. En même temps, c’est peut-être par le toucher que se fondent les amitiés les plus solides. On peut alors penser au rituel du kyvai – les chatouilles – chez les indiens Guayaki, décrit par Pierre Clastres :

Deux par deux, les bras de chacun encerclant le torse de l’autre, les guerriers laissent courir leurs doigts sous les aisselles, sur les côtes du partenaire. C’est une sorte de concours ; rira bien qui rira le dernier. Il s’agit de résister le plus longtemps possible, de supporter cette torture à quoi l’on n’est pas habitué : les chatouilles. En même temps que le refus de l’attouchement (du moins entre hommes), apparaissait la fonction du kyvai : fonder l’amitié entre deux hommes ou la renforcer (Clastres 1972 : 169).

  • 7 Reportage télévisé diffusé sur Arte, 1995.

44Et dans la mesure où la proximité physique concerne aussi bien des joueurs des deux équipes, tout à l’heure adversaires, on peut aussi penser à l’exemple des Vukak de Colombie7 qui se rassemblent le soir dans une hutte commune de leur village, au plancher souple et surélevé et, formant une sorte de ronde, serrés les uns contre les autres, sautent dans un mouvement collectif ondulatoire ; le but est de libérer, par l’intermédiaire du contact, toutes les tensions, accumulées antérieurement, qui pourraient nuire au groupe.

45Mais la proximité physique n’est pas le seul moyen auquel recourent les rugbymen pour éprouver leur appartenance commune et conquérir leur pleine liberté corporelle. Continuons notre inventaire de leurs pratiques festives en allant vers le moins avouable.

La nudité

46Innombrables sont les récits de joueurs dénudant, au cours des repas festifs, leur torse ou leur postérieur sous le regard amusé ou indifférent de l’assistance masculine. Certains se spécialisent. On sait qu’à un moment de la soirée ils montreront une partie de leur anatomie. Ces scènes font écho à l’image elle aussi souvent évoquée hors de la sphère des joueurs des douches collectives des vestiaires, qui seraient, selon la rumeur, l’occasion de comportements à verser au dossier de l’imputation d’homosexualité : « Je l’ai souvent entendu dire que, dans les douches, ils font semblant de se la mettre, ou ils s’attrapent les couilles à pleines mains. »

47Conformément à l’hypothèse développée jusqu’ici, la nudité assumée sans honte et des attouchements brutaux plus que caressants seraient encore des attitudes visant à une totale désinhibition du contact entre hommes. La nudité doit basculer dans le domaine de l’ordinaire : ce qui était touché pendant le match était désérotisé, ce qui est dévoilé sous la douche ou en troisième mi-temps est banalisé. Le corps continue d’être un tout, il n’est pas encore fragmenté entre ce que l’on peut montrer et ce que l’on doit cacher. Mais ce qui est vrai dans un contexte ne l’est plus forcément dans un autre. En dehors du huis clos de la fête, la nudité en public est de nouveau négativement connotée, elle redevient impudeur, provocation, irrespect envers autrui. Si ce changement de contexte se présente, il se trouve fréquemment un joueur pour tenir le rôle de modérateur et intervenir. Ce qu’illustre parfaitement ce joueur béglais : en 1991, année de leur victoire en Championnat de France, les Béglais, qui avaient largement entamé leur troisième mi-temps à Paris, ont continué à fêter leur exploit dans le train les ramenant à Bordeaux. Le bar a évidemment été pris d’assaut, et « l’ambiance troisième mi-temps » vite recréée, les joueurs s’accommodant très bien de ce club-house ambulant. A leur arrivée à Bordeaux, où une foule innombrable les attendait pour les ovationner, l’un d’eux est descendu sur le quai dans la tenue d’Adam. Un de ses camarades, plus lucide, a alors pudiquement dissimulé sa nudité sous une couverture. Il arrive cependant que des rugbymen paradent nus dans des lieux publics et que leur bravade passe à la postérité. Ainsi un ancien joueur relatant ses souvenirs de jeunesse, écrit :

  • 8 Paris Université Club.

Le soir la folie s’empara du puc8 et le puc s’empara de Lourdes (...) A l’heure de reprendre le train de Paris, il m’a semblé que sur le chemin de la gare j’étais parmi les rares à être encore habillés. Les agents de police détournaient courtoisement la tête ; ils étaient d’ailleurs les seuls. J’ai même surpris chez deux religieuses qui passaient, un sourire très furtif à la vue d’un des joueurs debout sur le toit du kiosque à journaux de la gare, entièrement nu et posant pour la postérité dans une pose qui aurait peut-être inspiré Rodin (Mulligan 1965 : 73-74).

48Plus récemment, on fit entrer dans les annales la prouesse d’étudiants bordelais :

(...) Nous nous permettrons de saluer la dernière performance rassurante de l’équipe du Bordeaux Étudiants-Club dont quelques joueurs, nus comme des vers comme il se doit, ont eu la bonne idée de jeter le bouclier de champion de France honneur dans les eaux de la Garonne, » en guise d’offrande païenne au fleuve nourricier » (Verdet 1996 : 13).

49Ces deux exemples, qui sont loin d’être les seuls, illustrent un fait collectif. On n’a pas seulement affaire à des individus qui se détachent du groupe en se personnalisant, mais encore à une équipe de joueurs. Ils sont toujours dans une logique de groupe, ce qu’ils font ensemble perpétue leur union. A noter que ce genre d’exploit est souvent nocturne. Car la nuit est le moment le plus propice aux prouesses juvéniles les plus diverses, les dénominateurs communs étant l’alcool, la nourriture, le jeu scatologique et le sexe. Ce n’est pas un hasard non plus si les anecdotes sur les joueurs dénudés concernent souvent des étudiants. Ceux-ci, en effet, sont psychologiquement et physiologiquement entrés dans l’âge adulte, mais ils sont encore à l’école. Ils sont dans une position d’entre-deux qui se retrouve même dans leur statut social : alors qu’ils ne travaillent pas, ils ne sont pas recensés parmi les chômeurs. Derrière ce mode de classement se cache un implicite, la représentation de l’étudiant comme un être à part, au statut peu défini, mais à la jeunesse prolongée. C’est seulement quand il aura fini ses études qu’il quittera définitivement ce temps de marge. Le fait d’être étudiant et rugbyman à la fois produit ainsi parfois des êtres quelque peu hors des normes sociales, qui s’octroient encore plus de liberté que les autres rugbymen.

La scatologie

50Parallèlement à la présence du corps naturel par l’exposition de sa nudité, l’absence d’intimité concerne également, et de façon plus libre que dans le jeu, ses fonctions organiques : miction et défécation font partie du déroulement festif.

– Un soir de troisième mi-temps où on était particulièrement bien... je me souviens d’un qui voulait chier et qui est allé s’accroupir à une terrasse de restaurant. Il chiait devant les gens qui bouffaient ! Comme ça n’allait pas assez vite, un autre lui a mis le doigt dans le trou du cul pour l’aider.
– Quand ils se revoyaient les lendemains de fête, ils prenaient du plaisir à se raconter ce qu’ils avaient fait. Comme par exemple d’avoir chié sur les rambardes devant l’hôtel Aquitania (femme de joueur).
– Il y en a un qui m’a raconté qu’un joueur voulait des tapas dans un bar, et il n’y en avait plus. Il a chié et il a mangé sa merde ! J’étais enceinte, j’ai failli vomir, il n’arrêtait pas de me raconter des histoires de merde (femme de joueur).

51Sous l’effet de l’alcool et de l’euphorie, le pari devient vite un prétexte à se lancer les défis les plus saugrenus et les plus répugnants. Le gage est réalisé tout de suite ou est remis à plus tard, ce qui rend le parieur encore plus audacieux s’il en accepte toujours la teneur car, entre la troisième mi-temps et le moment imposé, quelques heures de lucidité se seront écoulées. Tel semble être le mécanisme qui a rendu possible cette scène presque incroyable dont Daniel Fabre a recueilli le récit :

Ça, c’était mon père qui le racontait. C’était des joueurs de rugby, de Lézignan je crois : les Wysser ils s’appelaient, surnommés les Paparous, des bêtes quoi ! Je ne sais pas à quelle occasion ils avaient fait le pari de bouffer du cassoulet pendant que leurs copains chieraient sur la table. Ils se sont mis dans une vieille baraque où le plafond était crevé et les autres chiaient de là-haut. Ils se sont relayés tout le temps du repas et ils chiaient sur la table. Eh ben, ils l’ont mangé leur cassoulet, ils ont gagné ! Ils bouffaient les fayots au milieu des resquits (éclats) de merde (Fabre 1986 : 20).

52Bien entendu, ce genre d’anecdote n’implique pas de généralisation à toutes les troisièmes mi-temps. Mais il demeure exemplaire de la réalité d’un corps qui absorbe et « déborde » en se riant des interdits et des bonnes manières. Même de façon symbolique, cette dimension est toujours présente : dans les nombreux chants grivois, ou dans des gestes de simulation, comme par exemple, celui d’enfoncer son doigt dans l’anus d’un autre à travers la toile de son pantalon. Dans le jeu du « baptême », un joueur trempe son sexe dans un verre d’alcool qu’il fait ensuite circuler entre ses coéquipiers. Le liquide ainsi « sacralisé » pour avoir servi à baptiser une partie intime de l’un d’entre eux circule pour être bu, même si personne n’accepte d’y goûter. (On notera au passage que cette parodie de rite religieux n’est pas contradictoire avec le fait que, l’après-midi, avant d’entrer sur le terrain, quelques joueurs se sont signés.) Le but du jeu peut être également de proposer un verre ou un pichet empli d’urine et de tromper la vigilance d’un camarade.

53Ce genre de scène, en général, se passe tard dans la nuit, quand l’ivresse, la fatigue et l’excitation conduisent la troisième mi-temps à un moment paroxystique. Si l’on s’en tient à la clé interprétative proposée jusqu’ici, on peut cependant noter que, loin de constituer des initiatives arbitraires ou purement individuelles, ces pratiques sont en harmonie avec les impératifs du corps libéré : comme la répulsion face à la souillure était dominée par les jeux avec la nourriture, elle l’est ici par le contact avec les excréments. En même temps, le corps naturel, nu et ne dissimulant pas ses fonctions organiques, est un corps libre, encore plus déshinibé que lorsqu’il s’ébattait sur le terrain. Baisser son pantalon ou ouvrir sa chemise est une façon de conjurer l’effet du tabou du toucher entre hommes : la nudité offerte à la vue de l’autre est l’analogue du « droit de contact » qui lui est reconnu, mais elle ne cherche pas à déclencher une réaction libidinale chez les autres, bien au contraire. Un joueur qui m’avait parlé de cette nudité, systématique chez certains en troisième mi-temps, et à qui j’avais demandé s’il y avait ensuite un jeu de toucher provoqué par l’attitude exhibitionniste, a vivement réagi : « A la limite j’aurais trouvé ça déplacé, et tout le monde aussi. Je pense que c’est plus pour montrer une virilité : c’est nous les beaux mecs. »

54La fonction de la nudité semble donc pouvoir être plus complexe que ce qu’on a suggéré jusqu’ici. Pour en comprendre l’enjeu, il convient peut-être de replacer la troisième mi-temps dans l’ensemble que constitue un jour de match.

Du collectif à l’individuel

55Ultime étape du jour de match, du simple fait de sa position, la troisième mi-temps cumule des fonctions contradictoires : dernière affirmation – parfois paroxystique – du corps collectif de l’équipe, elle est aussi le moment où il faut s’en déprendre. Dans les faits, le groupe se dissout peu à peu, les joueurs quittant l’assemblée un à un ou par deux ou trois. Il est clair qu’une fois la soirée achevée, les individualités retrouveront leurs attributs personnels, leur souveraineté. Mais, selon certains, c’est la troisième mi-temps elle-même qui prépare, ou anticipe cette séparation :

– Après avoir été un groupe soudé, la troisième mi-temps nous permet de redevenir des individualités. Ensuite on peut retourner chez nous.

56En quatrième de couverture de son livre, un autre joueur écrit ces quelques mots qui vont dans le même sens :

La troisième mi-temps, celle où l’on panse ses blessures, où l’on refait le match, celle du retour à la vie normale, celle de la réadaptation, où l’on renoue avec ses racines, avec le quotidien banal (Baudot 1995).

  • 9 Il est intéressant à ce propos de remarquer la résistance du groupe à une trop grande valorisation (...)

57Ces propos explicitent ce qu’est la troisième mi-temps : le passage d’un état à un autre, de celui de joueur à celui d’individu. Le joueur se situe tout entier du côté du collectif ; l’individu, lui, tout en restant au sein de la communauté du rugby, va prendre graduellement ses distances. Il prépare son retour à la sphère privée, conjugale ou familiale. Cela s’accomplit peut-être, d’une première manière, à travers les pratiques festives qui individualisent chaque joueur. Exploits burlesques9 ou talents de société deviennent autant d’emblèmes mémorables :

– Il y en a qui chantent, d’autres qui dansent, d’autres qui font des imitations, ou des numéros qu’on connaît par cœur. De mon temps il y en avait un qui imitait Adamo. Il y avait aussi un pilier gauche qui imitait les abeilles. Il y en a un qui pendant trente ans a fait Ray Charles (ancien joueur).

58Cela concerne aussi les quantités d’alcool ou de nourriture ingurgitées. Dans ce registre des exploits, plusieurs générations de joueurs rapportent même qu’un rugbyman était capable de se faire lui-même une fellation !

59En même temps, le groupe, qui effectivement s’effrite à mesure que le temps passe, manifeste de façon parfois théâtrale la douleur de la séparation, en essayant par exemple de retenir le joueur sur le départ par un chantage plus ou moins affectif et culpabilisant – « Pour une fois que tu sors tu nous quittes déjà ! » « T’es plus libre ? t’as la corde au cou ? » –, en lui offrant un dernier verre, qui n’en finit pas d’être l’avant-dernier, ou encore en lui faisant peur sur ce qui l’attend – « Tu vas retrouver la patronne ? » « Tu vas rencontrer le sanglier dans le maïs ? » Cette diabolisation plus ou moins humoristique de l’épouse attendant de pied ferme son fêtard de mari constitue une version « adulte » d’une scène possible entre un petit garçon venant de faire une bêtise et sa maman. La peur du reproche, de la réprimande suscite alors d’autant plus l’envie de braver l’interdit, en l’occurrence de ne pas assurer son rôle de père ou de mari et rester avec les copains. Dans les annales du rugby, on trouve même quelques conseils prodigués par les anciens pour déjouer la vigilance de l’épouse. Tel un adversaire que l’on va essayer de contourner par la feinte, l’épouse inspirera diverses tactiques pour réintégrer un lieu stratégique, le lit conjugal :

L’important (...) n’est pas tant de savoir baisser son pantalon pour faire rire l’assemblée, mais de savoir réintégrer au petit jour la chambre de la femme ou de la copine officielle, sans se faire remarquer. Deux avants avaient des méthodes infaillibles en la matière. Le premier, sans cœur, se déshabillait sans bruit dans la cuisine, avant de se glisser dans la chambre du petit qu’il réveillait brutalement. Entendant les hurlements du bambin, la maman se précipitait et découvrait son homme occupé à le bercer tendrement. Alors c’était lui qui attaquait : « Heureusement que je suis là pour le consoler, ça fait au moins deux heures que j’essaie de le faire rendormir, pendant que toi tu dors à poings fermés. » Pour les couples sans enfants, voici encore une tactique d’avant. Il s’agit de se déshabiller, dans le couloir cette fois, et d’effectuer toute l’approche jusqu’au lit en marche arrière. Si jamais la compagne s’éveille, que découvre-t-elle ? Un homme de dos qui s’éloigne et lui lance : « Mais rendors-toi chérie, je ne fais que me lever pour aller aux toilettes » (Verdet 1996 : 13).

60J’aurai à revenir sur le sens de cette mise en scène de l’épouse, érigée en obstacle à la communion virile des joueurs. Retenons pour l’instant que, tout au long de la soirée, le corps du joueur, qui appartenait encore au corps collectif de l’équipe, recouvre peu à peu son identité. Alors que dans les vestiaires, avant le match, les différents rituels qui se servaient du contact avaient pour but de « prendre » le corps de l’autre, se joindre à lui, pour s’intégrer dans le collectif, pendant la troisième mi-temps, le contact amical « rend » le corps individuel. Le fait de s’embrasser sur la bouche ou celui de simuler un coït entre joueurs peuvent ainsi être perçus comme des actions symboliques visant à la réintégration psychique de la distinction topographique du corps entre le haut et le bas, zones érogènes et zones sensibles reprennent normalement leur place. Car le toucher est le sens le plus approprié pour réussir l’individuation, ainsi que le note le philosophe Bernard Andrieu dans son étude sur l’histoire du corps au xxe siècle : « Le corps propre ne peut se constituer en tant que tel originairement que dans le toucher, insertion des sensations... en bref par la localisation des sensations en tant que sensations » (Andrieu 1993 : 234). Les fesses effleurées dans l’indifférence pendant le match redeviennent intimes – il n’est pas question de les toucher lorsqu’on les dénude. Par ailleurs, les avants, se réappropriant leur enveloppe charnelle, reprennent conscience de leur corps déformé, ou non conforme au canon habituel de la beauté. Leur attitude paillarde est un moyen de jouer de, et avec, leur physique disgracieux, trouvant ainsi une légitimité et une possibilité d’accéder aux plaisirs sexuels, ou simplement sensuels. Les corps individuels se recomposent en transformant ce qu’ils ont vécu en symbiose avec les autres corps en expérience personnalisée.

61Ainsi, au terme de ce chapitre, on peut dresser un premier bilan des débordements traditionnels de la troisième mi-temps : ils permettent d’obtenir un corps libéré en harmonie avec les attentes du « corps pour le rugby » requis par le jeu. A cette première fonction s’ajoute, au moins pour certains joueurs, celle d’une sorte de rite de sortie permettant de recouvrer son statut d’individu. Est-ce à dire que, même si ces pratiques visent à la neutraliser, toute dimension érotique est absente des pratiques corporelles qui ont été citées ? Les aspects explicitement sexuels de la fête n’ont pas encore été abordés, alors que nous savons qu’ils existent – souvenons-nous du personnage de la groupie. Mais le groupe – très majoritairement masculin – a été jusqu’à présent étudié en tant que groupe d’hommes, sous l’angle des seules relations entre les joueurs. La situation dans laquelle il se trouve n’est-elle pas favorable à des jeux avec le féminin en son sein même, comme on peut l’observer dans d’autres circonstances analogues ? Pour y voir plus clair sur ce point, il convient à présent d’examiner sous un nouvel angle les jeux sexuels de la troisième mi-temps en se demandant jusqu’à quel point ils corroborent le soupçon d’homosexualité que la rumeur entretient autour des rugbymen.

Notes

1 G. Lipovetsky cité par C. Louveau (1996 : 27-28).

2 Calvin Klein a d’ailleurs créé il y a quelques années un parfum masculin et féminin à la fois, One ; la photographie publicitaire montre deux jeunes gens dont l’apparence physique et vestimentaire offre l’image troublante de genres identiques.

3 Nous avons cependant constaté une rigidité certaine de la structure institutionnelle.

4 J’emploie ici l’expression d’Edward T. Hall qui a mené une étude comparative sur les façons dont les individus gèrent leur espace selon la culture à laquelle ils appartiennent. Il a notamment déterminé les distances intime, personnelle, sociale et publique.

5 Mêlées désordonnées.

6 La revue XV Magazine a même réalisé un « Guide de la convivialité du rugby : 1993/94 », qui rassemble plusieurs centaines d’adresses de restaurants, d’hôtels et de commerces.

7 Reportage télévisé diffusé sur Arte, 1995.

8 Paris Université Club.

9 Il est intéressant à ce propos de remarquer la résistance du groupe à une trop grande valorisation de l’exploit sportif personnel. Un joueur qui aux dépens du collectif a un jeu trop personnel est traité d’égoïste par ses coéquipiers ; depuis quelques années, la télévision, avec le partenariat d’une banque, propose aux téléspectateurs d’élire, par Minitel interposé, le « talent d’or », c’est-à-dire le joueur qui a développé le plus de qualités sportives sur le terrain, auquel est remis un trophée à l’issue du march. Cet essai médiatique d’individualisation de l’exploit sportif et de morcellement du corps communautaire ne rencontre pas l’adhésion des joueurs. Ceux qui sont choisis, après les formules de politesse et d’usage, remettent le trophée à l’équipe entière en disant qu’ils n’étaient pas tout seuls, qu’ils n’auraient rien pu faire sans les autres... Ils saluent même généralement l’esprit sportif de l’équipe adverse.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search