Version classiqueVersion mobile

« Et les grands cris de l’Est »

 | 
Sophie Goetzmann

Première partie. Delaunay à Berlin, 1912-1914

Introduction de la première partie

Texte intégral

« Vous avez écrit en parlant de mon art qu’il est européen. Moi, j’ai ajouté que je voulais l’Universel. »
Robert Delaunay, Lettre à Franz Marc, début d’avril 1913

1Toute histoire du regard passe par une définition préalable de l’objet regardé, et tout public n’existe qu’en fonction de l’œuvre qui le rassemble. Dès lors, étudier la réception de Robert Delaunay à Berlin par les artistes requiert en premier lieu de mettre au jour ce qui, précisément, a pu être reçu ou entendu ; cela suppose d’identifier les toiles elles-mêmes, mais aussi d’analyser les discours éventuellement accessibles au public, qu’il s’agisse de la médiation entreprise par l’artiste ou des premières réactions lisibles dans la presse. La venue du peintre français outre-Rhin est également rendue possible par des intermédiaires ayant importé et éventuellement adapté son œuvre à la scène artistique allemande ; le biais des intercesseurs allemands de Delaunay – ceux qui se sont les premiers intéressés à son travail et ont organisé ses expositions outre-Rhin – doit aussi être pris en compte, car il est susceptible d’avoir influé sur le mode de présentation de l’artiste.

2La présence de Delaunay dans la capitale allemande avant la guerre est, en fait, de courte durée. Discrètement remarqué lors d’une première exposition collective à la galerie Der Sturm en mars 1912, Delaunay est à Berlin surtout en 1913, année au cours de laquelle il expose à deux reprises. En dépit de ce cadre chronologique restreint, le peintre parvient à s’imposer à Berlin comme l’un des principaux artistes internationaux : près de quarante de ses œuvres sont montrées au public durant cette seule année, une trentaine de textes paraissent à son sujet dans la presse, tandis que ses toiles sont abondamment commentées dans les correspondances ou journaux intimes des artistes. Les documents rassemblés et réunis par Karl-Heinz Meißner dans le catalogue de l’exposition Delaunay und Deutschland de 1987, que nous avons ici complétés, donnent un bon aperçu de la place prise par le peintre français, en seulement deux ans, en Allemagne à l’aube de la guerre.

3Nous avons divisé notre première partie en deux chapitres, correspondant à deux temps de présence de Delaunay à Berlin : son exposition individuelle à la galerie Der Sturm en janvier 1913 et sa participation, à l’automne de la même année, à l’Erster deutscher Herbstsalon organisé par Herwarth Walden. Chacun de ces deux chapitres se subdivise en quatre parties, obéissant à un ordre chronologique et thématique, et construites en fonction d’une méthodologie propre, avec un parti pris volontaire d’ouverture. Avant d’identifier précisément les œuvres montrées à Berlin en recoupant plusieurs archives et sources, nous avons toujours commencé par appréhender les expositions de Delaunay en évoquant les stratégies, rivalités ou amitiés qui en sont parfois à l’origine. Nous avons enfin consacré deux parties distinctes à des analyses de textes. La première porte sur les discours de médiation mis en œuvre par l’artiste avec le concours de ses amis poètes : Guillaume Apollinaire au début de 1913, puis Blaise Cendrars. La seconde se penche sur la réception critique des expositions berlinoises de Delaunay dans la presse allemande, à travers des articles rédigés par des journalistes, critiques d’art ou écrivains de l’époque.

4Il va sans dire que les artistes qui nous intéressent dans le cadre de cette étude n’ont pas nécessairement lu ou vu l’intégralité du conséquent corpus d’archives, de correspondances, de textes et d’œuvres que nous convoquons ici. Néanmoins, exhumer les savoirs alors accessibles sur le peintre français nous permettra d’envisager ensuite la particularité et la sélectivité de leurs regards sur son œuvre.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2021

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search