Version classiqueVersion mobile

« Être rugby »

 | 
Anne Saouter

2. Le jeu et ses hommes

Texte intégral

1Le plaisir pris à suivre un match de rugby suppose, comme pour tout autre sport, une connaissance minimale de ses règles. Mais, en l’espèce, celles-ci sont loin d’être simples et découragent parfois le spectateur non initié. Le plaisir suppose également, et cela est encore plus singulier, une grande tolérance au spectacle de la violence. Ces deux traits sont souvent relevés par les « illettrés » du rugby :

– Le rugby ? J’y comprends rien, ils sont toujours par terre.
– Ce n’est pas que je n’aime pas, mais je ne comprends pas les règles.
L’arbitre siffle tout le temps et le jeu s’arrête à chaque fois.
– C’est violent quand même, ces mêlées, quand ils se rentrent dedans...

  • 1 Bien que l’entrée progressive de l’argent dans ce sport déçoive profondément les puristes et provo (...)

2A l’inverse, du côté des passionnés, on met en exergue la complexité et la finesse des stratégies, ainsi que des valeurs morales1 élevées qui contrastent avec l’impression de brutalité sauvage donnée par le spectacle. Le rugbyman prend des allures de chevalier moderne, d’aventurier loyal et valeureux. De façon générale, il semble que le rugby ait besoin de s’ancrer sur des valeurs différentes de celles qu’on associe habituellement à une pratique sportive – développer des capacités physiques ou entretenir un corps sain. N’est-ce pas là une manière de justifier la violence impliquée par le jeu en lui prêtant des vertus formatrices qui concernent, en vérité, la vie tout entière de la personne et pas seulement son activité de joueur ? L’analyse du traitement de la violence et de ses implications sur les corps et les esprits des hommes du rugby permettra, d’une première manière, de mieux comprendre les valeurs et les comportements de ces sportifs pas comme les autres.

Des corps au combat

3Lors du match Toulouse-Brive de la Coupe d’Europe de 1998, de grosses plaques de polystyrène avaient été placées à la sortie des vestiaires. Quand les joueurs des deux équipes sont sortis en courant, pour pénétrer sur le terrain, ils ont fait voler en éclats ces portes factices. Cette théâtralisation d’une violence destructrice semble manifester qu’elle fait partie des attentes des spectateurs : tout a été fait pour que les rugbymen apparaissent comme de véritables fauves entrant dans l’arène. La suite du spectacle confirme-t-elle cette première impression ?

De la brutalité...

  • 2 « Paquet » en français.

4Au rugby, le contact physique est très fréquent et d’une intensité telle qu’il surprend la première fois qu’on assiste à un match. Les entrées en mêlée font s’entrechoquer huit corps massifs contre huit autres, un pack2 d’avants pesant entre six cent cinquante et plus de huit cents kilos – et les mêlées sont nombreuses pendant un match, trente à trente-cinq. Les plaquages, même s’ils sont exécutés dans les règles de l’art, c’est-à-dire sans danger, provoquent souvent égratignures et contusions. Sans oublier les chaussures à crampons négligemment appuyées sur un corps gisant sous un maul écroulé, action autorisée qui porte le nom de « rucking », du moins tant qu’est respectée la distinction entre « marcher » et « s’essuyer les chaussures » sur son adversaire pour dégager le ballon enfoui. Encore faut-il que cette distinction soit discernable, ce qui semble pour le moins difficile tant les interprétations sont variées, et souvent contradictoires, entre les traditions nationales. Le sang coule facilement des nez et des arcades sourcilières, les coups bleuissent les corps. A observer les joueurs qui sortent du terrain à la fin d’un match, on a du mal parfois à se dire qu’ils vont recommencer la semaine suivante : maillots déchirés, pansements rougis, têtes échevelées, yeux au beurre noir...

5Le « contact » imposé par le jeu ne va donc pas sans une réelle violence, et celle-ci est même admise au-delà de ce que la règle tolère : quelques spectateurs avouent de temps à autre, non sans jubilation, apprécier que des bagarres se déclenchent, histoire de pimenter le jeu. « Une pigne au bon moment, ça ne fait pas de mal, et ça remet chacun à sa place », me disait un vieux supporter. Les récits des anciens joueurs font eux aussi une large place à ces épisodes bien peu conformes à l’esprit sportif. La présence de l’arbitre, garant du respect des règles, tend bien entendu à exclure les formes les plus extrêmes de ces débordements. Mais, parfois, il les ignore volontairement, soit parce qu’elles ne présentent pas de risque de désordre majeur susceptible de dégénérer, soit parce qu’elles relèvent d’une autorégulation des deux équipes sur le mode conflit/coopération : c’est ainsi qu’on emploie l’expression « châtier quelqu’un », qui signifie asséner un plaquage brutal, mais réglementaire, ou un coup de poing discret, à un joueur qui s’est mal comporté précédemment.

6Pourtant, si l’on en croit les hommes du rugby, la violence du jeu ne serait pas aussi grande ni aussi dangereuse que la croyance profane l’imagine. Ils comparent toujours leur sport au football en affirmant que ce dernier occasionne des blessures plus graves et plus fréquentes. Mais la comparaison est-elle justifiée, sinon par réactivation d’une rivalité ancestrale ? Jusqu’à présent, le rugby était un sport amateur pour tous les joueurs, le nombre d’entraînements et de matchs joués était donc moins important pour les rugbymen que pour les footballeurs. La différence de fréquence de la pratique peut donc fausser les données statistiques dès le départ. De plus, quel type de blessure recense-t-on chez les uns et chez les autres ? Un œil au beurre noir peut être considéré comme une blessure au football et non pas au rugby.

... à l’épopée

7Il reste que, d’un point de vue extérieur, la référence à la violence est systématiquement incluse dans la terminologie du rugby. Mais elle prend la couleur de l’épopée. Journalistes et écrivains participent largement à cette mythologie en qualifiant le rugby de « guerre euphémisée », « tournoi chevaleresque », « guerre de tranchées », etc. Les auteurs du livre Le rugby illustré de A à Z résument cette tendance de façon humoristique dans la notice consacrée à la définition du journaliste :

Journaliste : en début de carrière, il tente de déchiffrer les règles. A l’âge adulte, il s’aperçoit que ce n’est guère utile. En fin de carrière il devient poète et narre les charges héroïques et triomphales d’une jeunesse en quête d’un Graal ovale qui symboliserait pour les uns la sueur des coqs gaulois, et pour d’autres la réminiscence d’un esprit de traditions oubliées (Harty & Riff 1995 : 27).

8« Les journalistes, ils n’y connaissent rien », me disait un joueur de façon plus lapidaire. Mais ce constat d’incompétence n’exclut pas la complicité. Ainsi, l’on se plaît à répéter que nombre de commentateurs sont parvenus à délier leur verve en s’immergeant, corps et âme, dans « l’ambiance rugby », n’hésitant pas à participer aux moments festifs d’après match avec les joueurs. Ce qui faisait dire à l’un d’entre eux : « Lui, il n’a jamais aussi bien écrit que quand il était bourré ! » Malgré l’ironie du propos, parler ainsi du journaliste est une façon de l’intégrer au monde du rugby, sinon par la pratique du sport, du moins en reconnaissant qu’il a franchi avec succès l’épreuve de la troisième mi-temps.

9Gens du rugby, journalistes, historiens ou romanciers ont pris un plaisir incontestable à l’usage de l’hyperbole pour peindre le milieu rugbystique. Un des premiers commentateurs français des matchs retransmis à la télévision, Roger Couderc, exerçait ainsi une verve de conteur qui enchanta un public quasi unanime : à la description du jeu s’ajoutaient des commentaires des plus pittoresques que seuls les initiés pouvaient trouver appropriés à la situation. Même les « mamies » étaient sous le charme et manifestaient une passion immodérée. Ainsi une grand-mère de soixante-treize ans lui adressa cette lettre, à la veille d’un match France-Angleterre :

  • 3 Qui d’ailleurs devait rejoindre Roger Couderc pour commenter les matchs. Tous deux formèrent un de (...)
  • 4 Coup d’arrêt porté avec le bras, à l’encontre des règles du jeu, à hauteur de la gorge.

Je viens de voir Angleterre-Pays de Galles à la télévision. J’ai bien regardé Sharp, le demi d’ouverture anglais. Il est très dangereux. Connaissant votre amour de l’équipe de France, je vous demande d’avertir notre Albaladejo3 qu’il se méfie bien de Sharp. Le mieux serait d’ailleurs qu’il lui colle d’entrée une bonne cravate4 (Lacouture 1993 : 68).

10Il faut dire que le destinataire de cette curieuse missive entretenait dans le public un sentiment protecteur à l’égard des joueurs par son expression « Allez les petits ! » qu’il avait l’habitude d’utiliser pour les encourager. La formule est d’ailleurs restée dans les mémoires, à tel point qu’elle est reprise comme une incantation avant les matchs, par les entraîneurs, les supporters et autres commentateurs.

La galerie des héros

11La rencontre avec une équipe étrangère est une source privilégiée d’inspiration fantasmagorique, la description de l’inconnu se déclinant sur le mode de la fascination ou de l’appréhension. Ainsi, les joueurs sud-africains étaient-ils appelés les « diables du rugby ». Les premières confrontations avec l’équipe néo-zélandaise des All Blacks sont particulièrement intéressantes. Leur tournée de 1924 dans l’hémisphère Nord révéla une équipe redoutable et posa les prémisses d’une réputation encore valable pour ses héritiers :

La tournée des All Blacks en 1924 s’est jouée en Grande-Bretagne, en France et au Canada. En ne prenant pas en compte leur excursion sans grande importance au Canada, ils jouèrent au total 30 matchs. Ils en gagnèrent aussi 30. Aucune autre équipe en tournée, de n’importe quel pays, n’avait atteint un tel record. L’équipe devint réputée sous le nom des « Invincibles » (traduit de Barrow 1985 : 47).

12Tout de noir vêtus, ils exécutaient – comme ils le font encore – avant chaque match, pour intimider l’adversaire tout en se galvanisant, le « haka », cri de guerre et danse rituelle des Maoris. Ce ballet gestuel devait être d’autant plus troublant qu’il était accompli par des hommes aux statures impressionnantes, pour la plupart « farmers » travaillant sous un climat difficile :

La presse de Fleet Street avait souvent exhalé sa plainte et son inquiétude. Comment, disait-elle, de jeunes universitaires anglais auraient-ils encore assez de courage et d’esprit de combat pour lutter à armes égales contre des fermiers aux mains trop grosses, aux épaules trop larges, insensibles aux coups et à la fatigue, capables de digérer un entraînement hors du commun ? (Lalanne 1969 : 45).

13Il paraîtrait même qu’un malheureux Anglais qui aurait essayé de plaquer un All Black se serait retrouvé paraplégique. Le All Black, lui, n’aurait rien senti...

14Même si les représentants de ce peuple lointain sont désormais mieux connus, ils restent porteurs d’une aura qui fait de toute rencontre avec eux un acte de bravoure. Il y a quelques années a surgi parmi eux un individu extraordinaire par sa taille et sa puissance, le Tonguien Jonah Lomu, qui peut effectivement résister au plaquage de plusieurs joueurs et continuer sa course avec une tenaille humaine à chaque jambe. Son portrait établi par un journaliste recourt au vocabulaire de la littérature fantastique :

La « bombe » du Pacifique, les All Blacks ont retrouvé leur rugby et déniché un ailier hors normes, auteur d’essais fantastiques (...) Comment l’arrêter ? Le mystère reste entier. En trois semaines le gigantesque ailier néozélandais est devenu le cauchemar de toutes les défenses et la star de la Coupe du monde (...) Jonah Lomu écrase les normes et hante les nuits blanches des ailiers appelés à l’affronter. Les Sud-Africains l’ont surnommé The Man Mountain (la montagne humaine). Ses adversaires échafaudent des tactiques sophistiquées pour tenter de le neutraliser, spéculent sur ses faiblesses défensives supposées. En vain (Sud-Ouest, 20 juin 1995).

15Le déferlement de commentaires télévisés et d’articles le concernant, détaillant son physique et ses mouvements comme pour essayer de comprendre d’où lui venait cette force surhumaine, montra combien la légende des All Blacks invincibles était persistante, malgré les défaites précédemment subies.

  • 5 Elle expliquerait d’ailleurs, selon certains dirigeants, la réticence des mères à laisser leurs fi (...)
  • 6 Lors d’une interview sur France Culture le 18 août 1997. La manifestation de la sagesse devant san (...)

16Cette rhétorique de l’épopée pourrait sembler tout à fait disproportionnée avec la juste réalité du jeu et des enjeux si l’on oubliait la présence constante du risque de blessure et de la douleur. Il n’est guère de match où le sang, coulant d’une arcade sourcilière, d’un cuir chevelu ou d’un nez violentés, ne viennent apporter la preuve de l’engagement total du joueur. Jean-Pierre Rives, célèbre capitaine de l’équipe de France surnommé « Casque d’or », jouant comme si de rien n’était, sa chevelure blonde et son maillot ensanglantés, est une image d’Épinal du rugby5. De nombreux récits mentionnent encore les hauts faits de rugbymen jouant leur match jusqu’au bout, en dépit d’une blessure qui aurait dû être, normalement, invalidante. Il est vrai que, longtemps, la règle a interdit à un joueur blessé de se faire remplacer. Celui-ci préférait donc supporter le handicap personnel dû à sa blessure, plutôt que d’affaiblir son équipe par son absence. Pierre Villepreux, ancien joueur de l’équipe de France, raconte par exemple avoir continué de jouer, lors d’un match contre les All Blacks en 1968, avec trois côtes cassées après un violent plaquage, tout en reconnaissant que « ce n’était pas très sérieux6 ». Dans un fascicule réalisé par le Groupe de recherches archéologiques et historiques de Gimont, dans le Gers, sur l’histoire du club de rugby de la ville, quelques portraits d’anciens joueurs illustrent ce courage héroïque :

Alphonse Senseby un jour eut la langue fendue sous une mêlée : il courut vers la touche et expliqua au docteur Angelé par signes (car il ne pouvait plus parler) qu’il fallait remettre dans la bouche le morceau de chair qui pendait et fermer le tout d’un sparadrap, ce qui fut fait. Et « Fonfon » de revenir sur le terrain pour aller illico « sécher » l’imprudent qui avait osé attaquer l’intégrité de sa personne ! Quant à Jeannot Laurine, ressentant une douleur vive au genou au moment d’un plaquage qui le projeta sur la touche, et pensant avoir reçu un coup de « chausson », il se fit justice immédiatement et continua de jouer en serrant les dents. Le lendemain une radiographie lui révéla qu’il avait dans la rotule une pointe de fer de plusieurs centimètres qui, la veille, traînait sur la touche, reste d’une réparation des balustrades.

17Pour remettre sur pied les joueurs blessés sur le terrain, le soigneur accourait alors avec pour simple remède une éponge baignant dans un seau d’eau, qu’il passait sur le front de la victime, qui se relevait aussitôt. Appelée « éponge magique » par les commentateurs de la télévision, elle fut parfois perçue comme telle par les enfants du rugby :

Quand j’étais petit et que je regardais les matchs à la télévision, je croyais vraiment que cette éponge avait des pouvoirs magiques. Elle avait l’air de les guérir de suite !

18Ainsi se dessine, comme pour rectifier le sens immédiat d’un spectacle souvent brutal, la légende héroïque du rugby. Et pourtant, ses héros sont bien loin d’avoir, comme on a déjà pu le constater, toutes les qualités de grâce et d’élégance que l’on attendrait de « dieux du stade ». Examinons à présent d’un peu plus près leurs caractères physiques et moraux.

Des hommes « hors du commun »

Éloge de l’embonpoint et d’autres stigmates

Petit j’étais déjà gros. Je vivais à Paris, l’instituteur qui était originaire de Narbonne voulait monter une équipe de rugby : avec moi il avait déjà un gros !

19En rappelant l’origine de sa carrière, ce joueur résume bien l’idée, souvent répétée dans le monde du rugby, de la tolérance particulière de ce dernier à la diversité des complexions et des carrures. Et l’on peut supposer, en effet, que le rugby lui a offert la possibilité d’intégrer un groupe qui valorisait son physique de « gros » tout en échappant au carcan de son rôle de « gros de la classe », souvent confronté aux railleries des camarades.

20Les corps souvent peu athlétiques des rugbymen – au moins pour ce qui concerne les avants – sont de plus façonnés par le jeu, mais aussi par une hygiène de vie qui se moque des règles élémentaires de la diététique sportive : alcool et nourriture riche font presque partie de l’entraînement physique.

Lucien Mias, capitaine de la première équipe de ce siècle à avoir gagné plusieurs matchs contre les Springboks en Afrique du Sud, consomma la moitié d’une bouteille de rhum avant le second et dernier test match, joué dans le stade d’Ellis Park à Johannesbourg en 1958 (traduit de Barrow 1985 : 2).

21Un ancien joueur me fit également part de ses souvenirs de personnages capables de boire et de manger sans mesure :

– Il y a des types qui devraient léguer leur corps à la médecine. Une fois, j’étais intronisé dans une confrérie vineuse avec Lansaman, un troisième ligne landais. Repas landais le samedi, on commence à treize heures par un apéro musclé, et le repas déroule ses fastes jusqu’à dix-huit heures trente avec tout un assortiment de foies gras et du vin qui débordait à profusion. Et je le voyais manger, avec un bon coup de fourchette et son paquet de Gauloises à côté. Le lendemain il jouait en nationale, c’était le meilleur sur le terrain ! Je me souviens aussi quand j’étais gamin, mon père m’envoyait à la gare chercher Sud-Ouest Dimanche. En face il y avait un bar, et j’ai vu un joueur qui allait jouer au stade municipal l’après-midi, c’était mon idole, il s’enfilait Martini sur Martini. Il les pleurait pas ! L’après-midi : grand match. C’est tout à fait mystérieux.

  • 7 Par référence à une célèbre marque de bière.

22Cette liberté diététique se lit sur les morphologies : les avants arborent souvent un ventre replet (qu’on qualifie ironiquement d’« abdos Kro7 » dans le langage populaire) et une corpulence passablement adipeuse. Mais dans la communauté rugbystique, ce physique n’est pas, comme on l’a dit, de l’ordre du stigmate. Sur un terrain de rugby, on trouve tous les types d’enveloppe corporelle : petits, grands, gros et maigres, mais aussi jeunes ou vieux, se côtoient avec une harmonie apparente, puisqu’ils sont capables de jouer ensemble. « Le rugby, c’est le seul sport où on peut faire vivre et réussir des types qui ont cinquante centimètres et cinquante kilos de différence », me dit un médecin sportif, lui-même ancien joueur. Les rugbymen, en opposition aux autres sportifs, n’ont donc pas de physique « standardisé », de culte de la forme « normée ».

23De même, le laid et le beau ne sont pas discriminatoires, comme le raconte cet ancien joueur, membre dirigeant de la FFR et chef d’entreprise :

– Quand j’avais dix-huit ans, j’ai eu la chance, ou la malchance je ne sais pas, d’avoir une paralysie faciale. D’un seul coup je me suis retrouvé défiguré, et les toubibs à l’époque n’avaient rien trouvé de mieux que de me faire des rayons : en un mois j’ai perdu mes cheveux. C’est à partir de là que, par exutoire, je me suis lancé à corps perdu dans le rugby. Parce que pendant que les copains allaient faire les beaux au bal, moi je ne pouvais pas, j’avais la gueule complètement de travers, je me faisais peur. J’ai trouvé un dérivatif dans le rugby, il fallait que je me défoule quelque part. Je n’avais pas un gabarit exceptionnel, mais j’avais la volonté. Pour moi, ça a été une école de courage... Après, dans mon entreprise familiale, j’ai eu pendant trente ans trois gars qui ont joué avec moi.

24Cet exemple illustre un phénomène assez général : ce sont souvent des « gros », c’est-à-dire ces anciens avants, que l’on retrouve aux postes de responsabilité au sein de la structure institutionnelle du rugby. Les dirigeants de la ffr ont longtemps été appelés les « gros pardessus » à cause de leur physique et de leur tenue vestimentaire, devenue un véritable signe d’appartenance au groupe dirigeant. Et il semble y avoir un lien, reconnu implicitement par le groupe, entre leur accession à ce statut et les qualités requises par le poste qu’ils occupaient sur le terrain : le jeu d’avants n’a-t-il pas tout particulièrement développé chez eux le sens des responsabilités, de la solidarité, de la soumission à la discipline, de la conformité à l’organisation du groupe ?

25Il est du moins certain que le marquage physique des joueurs est, dans une large mesure, l’effet du jeu lui-même. Les avants, par exemple, se reconnaissent à leur cou de taureau, lié à la poussée dans les mêlées. Comme l’écrit un joueur international dans sa biographie,

malgré toute l’habileté des tailleurs fédéraux, on ne peut éviter quelques surprises. Les coupes défaillantes frappent particulièrement parmi les avants dont la morphologie est, disons, atypique. Les coutures menacent de craquer aux épaules et dans le dos, le pantalon est parfois trop court ou trop étroit, son pli fluctuant (Cabannes 1993 : 12).

26Les corps portent également les stigmates de la brutalité du jeu : nez cassés, cicatrices, bosses ou bleus témoins d’un affrontement récent... Ces marques peuvent être revendiquées comme des traits positifs, au moins entre gens du rugby :

– Il était fier de ses oreilles en chou-fleur. Quand sa future épouse lui a demandé timidement quelle maladie lui avait rendu ainsi ses oreilles... il était très vexé (propos d’un ancien joueur).

27On voit bien ici la différence entre les valeurs du groupe et celles de l’extérieur. Dans sa propre sphère, le rugby permet peut-être une libération du corps telle que la définit David Le Breton :

Les indicateurs sociaux les plus significatifs d’une « libération » mesurée à l’aune du corps seraient bien l’intégration comme partenaires à part entière dans le champ de la communication (partenaires non marqués de stigmates) de la personne âgée, ou ayant un handicap, de la personne obèse ou porteuse de cicatrices (Le Breton 1990 : 144).

28Dans le même ordre d’idée, la blessure peut faire elle aussi l’objet d’une réappropriation positive. Dans une discussion entre joueurs, l’un d’eux lança, à propos d’un autre qui venait de se blesser, cette maxime assez énigmatique : « Si ça ne saigne pas, ce n’est pas du rugby. » Le sang versé serait donc un signe de prouesse, de courage ou d’engagement physique conforme à ce qu’il est permis d’attendre d’un « vrai » joueur, ou encore une conséquence normale du jeu. Un entretien accordé plus tard par un médecin sportif me dévoila toute sa signification :

– Au rugby, la blessure qui ne saigne pas inquiète, on ne sait pas d’où elle vient. Quand il y a du sang, on sait que c’est après un choc avec quelqu’un. On sait d’où vient la blessure, elle a une histoire.

29La blessure lie donc deux individus surtout parce qu’elle crée une histoire entre eux, une histoire de vie personnelle, de « lien de sang », incluse elle-même dans celle de la grande famille du rugby. Elle devient alors une marque corporelle qui, le temps passant, signalera toujours une histoire partagée, et identifiée, au sein de la communauté. En extrapolant par une analogie avec un autre groupe masculin, je citerai Giorgia Fiorio qui, dans son livre de photographies sur les légionnaires, fait le commentaire suivant : « Les liens génétiques du sang, à travers générations et générations (...) se transmettent dans les grandes familles. Le seul sang commun à la famille légionnaire est celui qui a été versé » (Fiorio 1996 : 90).

30De telles valeurs sont assurément assez éloignées des évaluations de la beauté (ou de la « normalité ») les plus communes. Dans une certaine mesure, il semble même que les rugbymen, selon un schéma très fréquent, transforment des stigmates potentiels en signes d’identité. Le succès de ce renversement reste toutefois, comme on va le voir, problématique.

Un sport « terrien »

31Offrant pendant les matchs le spectacle de leur brutalité et de leur corps souillé de sang, de sueur et de boue, les rugbymen peuvent devenir, dans l’imaginaire collectif, des êtres en rupture avec toutes les normes de la « civilisation des mœurs ». Ainsi n’est-il pas rare que, conformément à des critères bien ancrés de « distinction », on les imagine d’origine populaire. N’est-ce pas justement leur rapport au corps et à la terre (avec les mêlées, les mauls, les plaquages et les essais) qui provoque dans les esprits les associations corps/terrien/ paysan/manuel/rustre/populaire ? Pourtant, et c’est là une grande fierté des gens du rugby, toutes les classes sociales pratiquent ce sport. Son origine, du reste, est loin d’être populaire puisqu’il a concerné d’abord une élite universitaire, en Angleterre puis en France.

32Le cas français présente, à cet égard, une variante originale puisque le rugby s’est implanté dès les années 1920 dans des zones rurales (en particulier le Sud-Ouest) et a été effectivement pratiqué par un nombre relativement important de jeunes agriculteurs. Je reviendrai plus loin sur les légendes et les constructions identitaires que cette implantation territoriale a suscitées et me contenterai pour l’instant de noter que la dimension « terrienne » du rugby est en quelque sorte incorporée par les joueurs. L’un d’eux me disait par exemple être incapable de s’élever au-dessus du sol, et il ajouta :

– Ce qui m’a fait plaisir, c’est d’apprendre que Rives n’arrivait pas à grimper une corde avec la seule force de ses bras. Moi non plus, je n’y suis jamais arrivé, pourtant je pouvais faire beaucoup de choses : courir longtemps, avoir beaucoup de force. Au lycée, j’étais un des premiers pour soulever les poids, mais dès que j’étais à un mètre du sol, c’était fini.

33Les commentaires d’un médecin sportifinterrogé sur le jeu aérien vont dans le même sens :

– Le jeu aérien au rugby n’existe que depuis quelques années, comme la technique du up and under, le coup de pied en chandelle et la réception de la balle en sautant : elle n’était pas utilisée auparavant parce que les joueurs ne pouvaient pas le faire, physiquement ils en étaient incapables, parce qu’ils ne pouvaient pas sauter.

  • 8 Marquer un essai, c’est-à-dire déposer le ballon dans l’en-but adverse, ouvre le droit à deux poin (...)

34Dans le jeu, phase aérienne et phase terrienne, le haut et le bas, sont idéalement combinées par le marquage d’un essai et sa transformation8. Néanmoins, c’est toujours l’essai qui rapporte le plus de points. De même, quand deux équipes finissent un match sur un score nul et que l’une des deux doit être éliminée (comme dans une demifinale), c’est le nombre d’essais marqués par chaque équipe qui détermine laquelle est gagnante. Le ballon a donc plus de valeur quand il est en contact avec le sol que lorsqu’il est dans les airs. Et les joueurs eux-mêmes semblent valoir davantage par leur « poids » – au sens d’abord le plus littéral – et leur lien avec la terre.

35Mais la brutalité du jeu et les rumeurs entourant les écarts des troisièmes mi-temps nourrissent des représentations négatives qui contrastent avec la geste héroïque jusqu’ici évoquée.

L’ombre de la bête

36Le besoin de comprendre, ou du moins de classer l’Autre dans une catégorie familière, et donc sécurisante, donne presque immanquablement naissance à un corpus d’idées reçues, d’interprétations ou de clichés : « Les stéréotypes objectivent la nature humaine, la rendent immédiatement visible et jugeable » (Mosse 1997 : 11). L’intérêt de ce phénomène du stéréotype culturel réside, pour ce qui nous occupe, dans le choix des qualificatifs et des catégories de classification. Concernant le rugby, la majorité d’entre eux est empruntée au thème du « sauvage », ou de la virilité dans son acception la plus primaire : force, puissance, physique imposant, absence de délicatesse...

37Le rugby est un sport où le corps est valorisé, non dans une perspective esthétique comme chez les athlètes, mais dans une perspective fonctionnelle : il joue en son entier, avec et contre les autres corps. Cette facette du rugby, portée au regard de tous lors d’un match, conduit à penser : « Plus de corps donc moins d’esprit. » C’est du moins ce que laissent transparaître les commentaires : « Ils ont des allures un peu bestiales », « il paraît qu’ils mettent des coups de tête dans les portes des vestiaires », « ceux qui jouent devant ne doivent pas avoir grand-chose dans la tête », etc. Comme en outre, en dehors du terrain, les joueurs continuent d’avoir des comportements qui mettent en avant un corps « brut », parfois obscène, cela justifie encore leur qualification fréquente de « gros bourrins », « gros bœufs ». L’image de la puissance physique, d’abord attribut positif dans les représentations communes de la virilité, change ainsi de registre en se rapprochant de la catégorie de la bestialité.

  • 9 J.-M. Brohm, dans la revue Partisans, juillet-septembre 1968, n° 43, p.49, cité par Bernard 1976.

38Ce raisonnement provient évidemment d’une ancienne conception occidentale de la personne qui a opéré une dichotomie durable entre le corps et l’esprit. Au fil des siècles le corps en Occident est devenu l’enjeu d’une distinction sociale où s’affrontaient les notions du beau et du laid, de la sveltesse et de la grosseur, du sain et du malsain, du pur et de l’impur. Or, même si le corps, dans la société contemporaine, n’est plus censuré par la peur de manquer d’esprit, même si « de toutes parts, s’affirme la revendication du droit au corps, du droit à l’exercice physique, du droit à la culture du corps, du droit au bien-être, au bonheur physique, au développement du corps9 », ses fonctions organiques et ses souffrances sont souvent occultées au bénéfice d’une représentation idéale, esthétisée, celle d’une mécanique propre et pure. Le corps du rugbyman est justement du côté d’un naturel qui ne concorde pas avec cette image, au point d’inspirer encore le sentiment d’une dysharmonie entre corps et esprit.

39Le soupçon de bestialité trouve encore à se nourrir d’un autre lieu commun, largement véhiculé par les rugbymen eux-mêmes, l’imputation de cannibalisme. Une anecdote connue dans le monde du rugby raconte qu’un joueur se trouvant en mauvaise posture face à un adversaire malintentionné ne trouva pour se dégager que la solution de lui mordre l’oreille. Mais le coup de dent fut trop fort et l’organe tranché. Pour ne pas être surpris par l’arbitre, le joueur cannibale l’avala ! Cette histoire circule sous forme écrite et orale, à tous les temps, à toutes les personnes (j’ai même rencontré plusieurs individus qui seraient apparentés au joueur en question) : elle a le portrait-type d’une rumeur. Sans être mangée, une oreille fut récemment victime d’un coup de dent tranchant, cette fois-ci bien réel :

Le pilier de Bath [Angleterre], Kevin Yates, soupçonné d’avoir mordu à une oreille l’Australien Simon Fenn, samedi, lors de la rencontre de championnat qui opposait son club aux London Scottish, a été suspendu en attendant sa comparution devant une commission de discipline. Fenn a dû être transféré à l’hôpital de Bath, où il a fallu vingt-cinq points de suture pour remettre en état le lobe de son oreille gauche (Sud-Ouest, 14 janvier 1998).

40Dans une autre anecdote l’anthropophagie constitue une menace :

– J’étais tout jeune et jouais déjà à un haut niveau. On jouait à l’extérieur... C’était terrible, le public local était haineux. On a souffert pendant tout le match. A la fin, un coéquipier devait marquer une pénalité... S’il la marquait, notre équipe gagnait. Un joueur de l’équipe adverse l’a regardé et lui a dit : « Si tu la passes, on te mange le foie ! » On était tous terrorisés, il l’a ratée, et je crois que tant mieux. Ce jour-là, j’ai failli raccrocher les crampons.

41Ainsi, malgré les registres épiques ou burlesques dans lesquels les commentateurs ou les acteurs eux-mêmes prétendent se situer, le retournement positif des valeurs liées à la violence semble demeurer inaccompli. En même temps, comme on le verra bientôt de façon plus détaillée, des traits en eux-mêmes équivoques sont, en définitive, portés au crédit de l’affirmation d’une virilité définie dans son acception la plus traditionnelle. En fait, les apologistes du rugby disposent d’un second registre argumentatif qui prête moins à la controverse, celui de la camaraderie et de l’esprit d’équipe. Dérivé lui aussi de la réalité du jeu, et en particulier de la phase emblématique d’étroite coopération que constitue la mêlée, il fait partie, au moins autant que l’évocation du courage physique, de l’image de marque du rugby et comme lui imprègne profondément le vécu des joueurs au-delà des limites du stade.

Esprit d’équipe et sacrifice

42Sans tomber soi-même dans l’apologétique, on pourrait être tenté de dire que le rugby est le sport d’équipe par excellence, celui où la cohésion du groupe est la plus impérativement imposée par la marche du jeu. Il s’agit d’ailleurs du sport collectif dans lequel l’équipe est la plus nombreuse et les fonctions les plus fortement différenciées. Au point que la part des exploits individuels, si elle existe, tend toujours à être subordonnée aux mérites de l’équipe tout entière.

43Une des valeurs morales du rugby est en effet l’esprit de sacrifice qui paraît indispensable pour alimenter le sentiment de solidarité entre les joueurs. Il est présent chez tous les rugbymen, mais il est surtout réel pour ceux qui jouent à l’avant et qui forment la mêlée – le talonneur, les deux piliers, les deux deuxième ligne et les trois troisième ligne. On comprend sa signification quand on les voit engager sans hésitation, de toute leur force, leurs corps dans un affrontement sans merci. Tête baissée, échine courbée, enlacés les uns aux autres, ils poussent les joueurs adverses pour pouvoir « gagner le ballon » et le libérer de leurs pieds pour l’offrir à leurs coéquipiers qui l’attendent. Ce n’est pas l’envie qui leur manque de le prendre dans leur bras :

– Je me souviens d’un pilier qui, avant d’entrer sur le terrain, embrassait le ballon en lui disant : à dimanche prochain. Il savait que c’était le seul moment où il le toucherait.

44L’esprit de sacrifice réside dans l’acte même de donner le ballon à un coéquipier ; la circulation doit être continue jusqu’à l’étape ultime, l’essai. Les actions individuelles s’additionnent dans un mouvement collectif qui ne permet pas l’égoïsme ou la possessivité. Qui conserve trop longtemps le ballon dans ses bras met en péril le jeu construit par l’équipe entière :

– Le rugby est un sport d’équipe et si ça devient individuel c’est foutu. Quand on se voit beau, c’est qu’on commence à être moche.

45La passe, faisant appel au sentiment d’abnégation et de générosité au service du collectif, exige aussi une totale confiance entre les joueurs. Car elle se fait en arrière, le joueur porteur du ballon, dans la rapidité de l’action, doit donc lancer celui-ci vers un coéquipier qu’il voit à peine mais qui est censé être placé au bon endroit, au bon moment. Le jeu collectif s’organise, et se réorganise continuellement, et chaque joueur doit avoir une perception globale du jeu ; toute initiative individuelle qui oublie cette exigence risque de faire perdre le ballon à son équipe et de « tuer le jeu ». C’est ainsi que la métaphore de l’équipe comme corps collectif trouve toute sa pertinence ; chaque joueur constitue une partie de ce corps et ne peut s’individualiser sans menacer de le morceler ou de le priver d’une de ses fonctions ; et inversement, chacun se reconnaît dans cette agrégation aux autres :

– La principale caractéristique du rugby, c’est ce nécessaire altruisme. Sur un terrain, tout seul tu n’as rien. Tu as besoin de l’autre pour exister.

  • 10 Les frottements des oreilles en mêlée provoquent des poches de sang qui se transforment en kystes (...)
  • 11 En observant les oreilles, on peut même arriver à deviner à quel endroit de la mêlée l’individu a (...)

46Le sacrifice corporel perdure au-delà du match car, à la longue, le corps se meurtrit et se souvient de tout ce qu’on lui a fait subir... Aux jeunes, dans les écoles de rugby, les adultes disent avec un brin d’humour : « Attention, plus tard vous ferez de vilains vieux. » Qu’importe, c’est un avenir qui paraît lointain, et puis c’est l’amour du jeu qui compte sur l’instant. Il est pourtant vrai que le rugby fait de vilains vieux, l’arthrose cervicale, les genoux plusieurs fois opérés, les diverses fractures réveillent des douleurs ou handicapent l’ancien joueur, sans oublier les nombreuses cicatrices et nez cassés, les oreilles en chou-fleur10, qui sculptent les visages d’une façon tellement caractéristique qu’on y devine la marque du rugby11.

47Ont-ils des regrets ? Très rarement, ils ont passé de tels bons moments, diront-ils, et « le rugby c’est ça, on sait les risques qu’on prend, c’est le prix à payer ». Il y aurait pourtant parfois des moyens pour atténuer ce sacrifice du corps : mettre des protections sur les tibias, le sexe, les dents, les oreilles... Les joueurs en portent de plus en plus, mais cela reste néanmoins une pratique minoritaire. C’est que le corps muni de tous ces artifices n’est plus un corps libre :

– Avec le protège-dents, je n’arrive pas à parler, et comme je suis capitaine...
– Je n’entends rien avec le bandeau sur les oreilles !
– Je ne vais pas m’emmerder avec tous ces trucs.

48La perte, ou la diminution, d’un des sens compromet le corps dans sa totalité, alors qu’il paraît indispensable de se sentir à l’aise. La réticence face à ce qui pourrait faire disparaître certains stigmates révèle combien l’esthétique du corps est négligée. Il semble même qu’il y ait une contre-esthétique dont le canon principal serait la valorisation des « traces » laissées par le rugby (même si cet aspect du rapport du rugbyman à son corps a tendance à évoluer). Le corps se veut libre de toutes contraintes, esthétique ou phobique, la peur de la blessure limitant l’engagement dans le jeu. Un médecin me racontait avoir été très surpris par la forte résistance d’une équipe à se faire vacciner contre la grippe :

– Un jour, ils se sont tous trouvés diminués physiquement après avoir été victimes d’une épidémie de grippe. J’ai pu enfin les rassembler pour les vacciner, mais il en manquait un. Je l’ai retrouvé dans le vestiaire après un match. Alors qu’il venait de se recevoir plein de coups – il avait des bleus partout –, et qu’il ne manifestait rien assis sur son banc, quand je me suis approché de lui avec ma seringue, il a failli tomber dans les pommes !

49Toute la souffrance qu’il avait endurée pendant le match lui était supportable car elle avait été la conséquence d’un contact corporel propre au rugby, alors que la seringue faisait partie de ces intermédiaires, éléments étrangers au corps, qui, comme les protections, avaient une valeur fortement négative. Une chose semble du moins certaine : l’esprit d’équipe est inséparable d’un rapport au corps – au sien et à celui des autres – dont nous verrons bientôt toutes les implications. Je conclurai ce chapitre en examinant comment les traits du rugby relevés jusqu’ici nourrissent son image publique, en harmonie avec les valeurs revendiquées par ses différents acteurs.

Une référence valorisée

50Pour évaluer ce qu’il en est vraiment de l’image de marque du rugby dans l’opinion, il est possible de faire un test significatif en examinant brièvement la place qui lui est faite dans la publicité. Celle-ci, en effet, joue elle-même sur des stéréotypes, produisant ses propres effets de sens à partir d’images préconstituées qu’elle se contente de présupposer, sans avoir à les produire. Et il s’agit pour elle, dans presque tous les cas, de mettre au service du produit dont elle assure la promotion les significations positives des éléments auxquels il est associé de façon contextuelle ou métaphorique.

Le rugby dans la publicité

  • 12 Pendant toutes mes années d’enquête, j’ai systématiquement collecté les publicités qui utilisaient (...)

51D’après mes recherches personnelles12, et la consultation de l’ouvrage L’affiche de sport dans le monde (Laget & Laget 1996), il semblerait que le rugby ait peu été exploité par la publicité jusqu’à la fin des années 1980. A partir de cette époque, la pluralité et la diversité des annonces apparaissent bien significatives du succès social de ce sport.

52La première annonce publicitaire (figure 2) datant des années 1910 utilise de façon tout à fait humoristique le rugby sans la moindre idée de récupération, si ce n’est, à la limite, celle de l’esprit festif des joueurs. Les notions de combat ou de force physique sont adoucies. Les trois joueurs, deux partenaires et un adversaire, rivalisent dans la joie et la bonne humeur (certainement provoquées par l’alcool Bec-Kina) pour accueillir dans une ascension un ballon-bouteille.

53Les trois documents des années 1930 (figures 1, 3 et 4) isolent le joueur de son équipe, un ballon dans les bras et en pleine course : on peut penser qu’il va marquer un essai. C’est toujours la performance physique et individuelle (force, énergie, rapidité, efficacité) qui semble alors valoriser le produit.

54Une annonce des années 1970 pour la cuisinière Sauter (figure 5), exploite d’une part l’aspect traditionnel du rugby par une répartition sexuelle de l’espace, la femme dans la cuisine et les hommes arrivant de l’extérieur, ainsi que l’image de la famille unie : le père, la mère et les deux frères. D’autre part, le stéréotype de l’homme fort est présent : il est rustre, brutal – tout un potentiel de violence que la gazinière est capable de supporter – et il est tendre à la fois envers la cuisinière, épouse et maman (autant dire que le stéréotype touche aussi le sexe féminin).

  • 13 Ne pouvant être reproduite ici.

55Une autre publicité13, datant de la même époque, utilise également le stéréotype du rugbyman rustre qui, cette fois-ci, en dehors de l’espace féminin « civilisé », reste dans les vestiaires souillé de boue, offrant une image d’homme « sauvage » tenant à la main un objet qui prend désormais la place du ballon : une bouteille de Perrier. Accompagnée d’un texte humoristique : « (...) C’est moi qui ai passé le drop des trois points juste avant qu’Inchauspegarray ne perde une oreille et trois dents (...) », l’annonce publicitaire présente le produit Perrier comme une sorte de potion magique capable de métamorphoser l’individu avant son retour à la civilisation.

56Dans la publicité des années 1980 (figure 7), l’image de l’équipe entière apparaît, mais de manière statique. Sous forme de caricature, tous les physiques sont représentés et prouvent ainsi que Lee Cooper est capable d’habiller le grand comme le petit, le gros comme le maigre. C’est une marque qui s’adapte à toutes les situations, comme le signifie également la publicité de Brandt.

57Dans les annonces des années 1990, c’est surtout l’équipe en situation de jeu que la publicité met en images. De simples figurants, les joueurs deviennent acteurs et porteurs d’un message lié directement aux aptitudes requises par le rugby, plus que dans les premières publicités où les joueurs isolés, ballon en main, représentaient des qualités dont d’autres sportifs auraient pu être les garants. Les deux annonces vantant la SNCF sont particulièrement ciblées puisqu’elles s’adressent au public du Sud-Ouest. L’une (figure 8) symbolise la compétitivité des prix par la force d’opposition de la mêlée. L’autre (figure 9) a plusieurs niveaux de lecture selon la culture du récepteur. On voit, au premier coup d’œil, une comparaison imagée entre l’action de jeu des joueurs et le travail des ouvriers, ce qui est confirmé par la lecture de trois mots isolés dans des rectangles alignés comme des wagons : « solidarité », « esprit d’équipe », « performance ». Par ailleurs, celui qui sait que cabbg signifie Club Athlétique Bègles- Bordeaux-Gironde décèle une comparaison plus précise entre la sncf et un club particulier dont il a de fortes chances d’être supporter, ou du moins de connaître l’existence, en étant du Sud-Ouest. Celui qui connaît bien Bègles voit en outre dans cette publicité une référence historique, car beaucoup de cheminots ont habité effectivement cette ville. La construction de l’image publicitaire combine de la sorte deux éléments : le lien réel qui unit rugby béglais et sncf par une histoire commune, et le partage imaginaire des valeurs du progrès.

58Les banques, quant à elles (figures 10 et 11) adoptent un langage technique (« transformer l’essai ») ou une vision métaphysique du rugby (« le sens de votre vie ») censé favoriser l’adaptabilité à n’importe quelle situation.

59Schick (figure 13) intègre son produit dans le jeu même de rugby en l’associant directement au ballon (« pour transformer votre essai en cadeau ») et en faisant jouer le spectateur-récepteur (il y a une démarche à suivre pour recevoir le pin’s vanté). C’est l’aspect ludique du rugby qui sert de support publicitaire, mais il est situé dans le contexte du Tournoi des Cinq Nations. Or celui-ci est suivi massivement tous les ans à la télévision, y compris par les profanes (mobilisent-ils exceptionnellement leur attention pour satisfaire un désir pluriséculaire de voir l’équipe de France assaillir l’Angleterre, la perfide Albion ? Est-ce la mise en scène protocolaire des matchs, les hymnes chantés, l’importance de la couleur du maillot, qui réveillent les sentiments nationalistes... ?).

  • 14 Ne pouvant être reproduite ici.

60La publicité pour la montre TagHeuer14 associe la qualité de son produit à l’état d’esprit du rugby, qui en l’occurrence est celui de la précision et du courage de ceux qui s’imposent des limites extrêmes, avec un goût du risque prononcé : deux équipes s’affrontent sur un terrain situé au sommet d’une falaise surplombant la mer. La mêlée, formée non loin du précipice, laisse présager le pire. Heureusement la montre est adaptée à la situation, elle restera étanche jusqu’à deux cents mètres de fond.

61La Mondiale Assurance Vie (figure 12) se présente comme une société solide et efficace sachant faire les bons choix, au bon moment, tout comme le demi de mêlée du rugby qui doit rapidement décider d’une bonne option de jeu.

62Mennen et Cible (figures 14 et 15) proposent des produits de soins cutanés qui, testés par des rugbymen dont la peau est sujette à agression, prouvent a fortiori leur haute efficacité. Mais l’association signifie aussi que le soin personnel du corps ne rend pas l’homme suspect quant à sa virilité. J’emploie ici de préférence le terme de virilité plutôt que celui de masculinité, car c’est bien souvent la « normalité » sexuelle qui est remise en question dans le stéréotype de l’homme « trop » raffiné.

63Pour ce qui est de la dernière annonce (figure 6), c’est le registre de l’humour qui l’emporte. Le rugbyman a un faciès et une expression comminatoire qui augurent d’une réaction musclée si quelqu’un osait refuser l’occasion offerte par la compagnie. Mieux vaut être du bon côté, c’est-à-dire avec lui.

64Des publicités télévisées pour des lessives arborent souvent un maillot de rugby très sale impeccablement blanchi après lavage. Une autre, vantant une voiture, montre une jeune femme pénétrant dans le Parc des Princes, extirpant son mari de la mêlée pour l’obliger à la suivre (celui-ci obéissant comme un petit garçon) chez un vendeur d’automobiles.

65Un magasin d’habillement s’est fait faire une affiche sur laquelle figure un dos d’homme, très musclé, dénudé par deux mains de femme ôtant un maillot de rugby. La phrase d’accroche est : « Status, la mode qui habille les hommes qu’on déshabille ».

66En conclusion, on remarque que, contrairement aux premières publicités qui mettaient surtout en scène l’individu hors du groupe, les plus récentes exploitent surtout la notion de jeu collectif, figurant la plupart du temps une mêlée, ou au moins deux joueurs. Ce sont alors la combativité, la solidarité et la résistance qui structurent le message publicitaire. Quant au corps, il s’engage, souffre, se salit, peut même effrayer. On peut aussi le soigner (grâce aux produits de beauté, à la lessive pour la « seconde peau » qu’est le maillot, à la boisson miracle), le désirer et « l’apprivoiser » (ce qui est le rôle de la mère ou de l’épouse). Ce corps est aussi parfois associé à un esprit « rugby » qui garantit au produit une conformité aux valeurs qu’il est censé posséder.

67D’une manière générale, la publicité utilise l’image, à travers le corps du rugbyman, d’une masculinité socialement incontestée et porteuse de qualités qui lui sont culturellement associées : résistance, force, énergie. Le corps n’est pas valorisé dans une perspective esthétique (sauf pour la publicité Status), mais pour son efficacité, comme le produit est vanté pour sa compétitivité.

Une référence éthique et un modèle de sociabilité

68La publicité, comme on vient de le voir, associe entre autres choses au rugby des valeurs de solidarité et d’initiative inhérentes au jeu lui-même. L’idée existe également qu’il développe ces dispositions au-delà des frontières du jeu. Elles sont directement utilisées, ainsi que je l’ai déjà mentionné, au sein de la structure institutionnelle du rugby, mais elles peuvent aussi intéresser la société globale. A titre illustratif, on a pu lire dans un journal cette annonce concernant un poste d’agent commercial à pourvoir : « Cherche quelqu’un qui a l’esprit rugby. » De même la revue Action commerciale a publié un article intitulé « Réussite commerciale, la fabuleuse école du rugby » dont le contenu stéréotypé établit un parallèle entre rugby et monde du travail. En voici un extrait :

Entre les rugbymen et la vente, l’essai est transformé (...). En dehors des stades, le pack offensif des rugbymen français marque aussi des points dans la conquête des parts du marché (...) Mais un rugbyman gardera toujours l’esprit d’équipe. Un des « fondamentaux » du monde de l’Ovalie reste l’amitié, ce qui ne nuit pas aux affaires (n° 128, 1994).

69Le maillot de rugby, bariolé ou uni, porté le week-end ou au travail, est devenu un vêtement à la mode pour tous, pratiquants ou non. A la veille et au lendemain de rencontres rugbystiques importantes (matchs de championnat, rencontres internationales), il trône dans les vitrines des grands magasins, accompagné de quelques autres objets emblématiques : ballon, crampons ou photos d’équipe. Les catalogues de vente par correspondance participent aussi à cet engouement en consacrant quelques pages au « rugby shirt », vêtement proposé de la taille nourrisson à la taille adulte. L’appropriation d’un attribut matériel du groupe du rugby, le maillot, est l’instrument idéal qui intègre l’individu au groupe. Le maillot opère une translation symbolique de la communauté à la société par une sorte d’homologie. Alors que, pour les rugbymen, il est l’intermédiaire entre le corps privé et le corps collectif, il l’est, dans la société, entre le groupe restreint du rugby et le groupe élargi des non pratiquants. Cependant l’homologie a sa limite : dans le premier cas, le maillot a une valeur de souvenir, alors que dans le second cas il n’est tissé d’aucune histoire de rugby. Il est une imitation, son possesseur se déguise en rugbyman et pénètre de façon artificielle et fictive la communauté du rugby.

70Un autre phénomène de mode récent est l’utilisation commerciale de « l’ambiance rugby ». A l’occasion des matchs dont on augure qu’ils seront spectaculaires, on organise en préambule, à proximité du terrain, des repas où la bonne chère rappelle l’appétit légendaire des rugbymen et la boisson leur fameuse troisième mi-temps. Les commensaux sont ensuite invités à prendre place dans les tribunes pour assister à la rencontre. Ces « sorties rugby » s’adressent aux comités d’entreprise, aux patrons ou agents commerciaux qui désirent inviter leurs employés ou clients éventuels. Dans l’euphorie, des contrats sont peut-être conclus...

  • 15 Auparavant, la pause de la mi-temps, qui était consacrée exclusivement à la restauration, au chang (...)

71En dépit de l’image peu aristocratique qui, au moins en France, a été la sienne, il semble donc que le rugby renoue avec ses origines : dans le système éducatif anglais, n’était-il pas le versant corporel d’une formation à la fois intellectuelle et morale exigeante ? Cela voudrait dire qu’il ne faut pas se laisser tromper par la phraséologie archaïsante des commentateurs et que les valeurs qu’il promeut ont encore toute leur place dans notre société. Dans les faits, le rugby devient un sport de plus en plus prisé. Cela ne se traduit pas pour autant par une augmentation importante du nombre de ses pratiquants, mais plutôt par l’intérêt qu’il suscite dans les médias. Un match de rugby est désormais un spectacle sportif qui s’achète au prix fort et met en concurrence les chaînes de télévision qui rivalisent pour obtenir l’exclusivité de sa retransmission. Sensible à une telle manne financière, le monde du rugby s’adapte aux lois du marché. Par exemple, depuis 1997 la mi-temps a été allongée à dix minutes afin de permettre aux télévisions de diffuser les spots publicitaires15. Certaines équipes continuent de rester sur le terrain, d’autres rentrent dans les vestiaires ; dans les deux cas cependant, ce temps de pause pendant le match est vécu par beaucoup comme une rupture dans le processus collectif de concentration et de motivation.

72La principale conséquence de ce succès est la professionnalisation des joueurs, qui risque bien plus encore de modifier les pratiques et l’horizon des valeurs jusqu’ici revendiquées par le monde du rugby. Je reviendrai longuement sur les implications symboliques de ce changement. Mais tout d’abord, il convient de s’interroger sur la manière dont se construisent, au quotidien, les dispositions physiques et morales requises par le jeu. Comment le rugby produit-il ses hommes ? Telle est la question centrale à laquelle les prochains chapitres tenteront de répondre.

Notes

1 Bien que l’entrée progressive de l’argent dans ce sport déçoive profondément les puristes et provoque des débats très passionnés.

2 « Paquet » en français.

3 Qui d’ailleurs devait rejoindre Roger Couderc pour commenter les matchs. Tous deux formèrent un des couples célèbres du rugby.

4 Coup d’arrêt porté avec le bras, à l’encontre des règles du jeu, à hauteur de la gorge.

5 Elle expliquerait d’ailleurs, selon certains dirigeants, la réticence des mères à laisser leurs fils jouer à un jeu si dangereux.

6 Lors d’une interview sur France Culture le 18 août 1997. La manifestation de la sagesse devant sans doute l’emporter dans la bouche de l’entraîneur qu’il était devenu, donc responsable.

7 Par référence à une célèbre marque de bière.

8 Marquer un essai, c’est-à-dire déposer le ballon dans l’en-but adverse, ouvre le droit à deux points supplémentaires si un joueur envoie par un coup de pied la balle entre les poteaux, au-dessus de la barre transversale.

9 J.-M. Brohm, dans la revue Partisans, juillet-septembre 1968, n° 43, p.49, cité par Bernard 1976.

10 Les frottements des oreilles en mêlée provoquent des poches de sang qui se transforment en kystes et qui finissent par donner au cartilage et au lobe un aspect boursouflé, d’où l’analogie avec le légume.

11 En observant les oreilles, on peut même arriver à deviner à quel endroit de la mêlée l’individu a joué : si c’est l’oreille droite qui est abîmée, c’est qu’il a joué à gauche de la mêlée, si c’est la gauche, c’est le contraire, et si les deux sont abîmées, c’est qu’il a joué au milieu.

12 Pendant toutes mes années d’enquête, j’ai systématiquement collecté les publicités qui utilisaient le thème du rugby. J’ai parallèlement fait passer un « avis de recherche » dans le journal Midi Olympique et dans la revue Sport et Vie.

13 Ne pouvant être reproduite ici.

14 Ne pouvant être reproduite ici.

15 Auparavant, la pause de la mi-temps, qui était consacrée exclusivement à la restauration, au changement de camp et à l’écoute des consignes de l’entraîneur, ne durait que quelques minutes, comme c’est toujours le cas dans les rencontres de moindre importance.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search