Version classiqueVersion mobile

« Être rugby »

 | 
Anne Saouter

1. Le match, les prémices

Texte intégral

1Pour entreprendre cette recherche, mon premier travail, mené en solitaire, a consisté à regarder les matchs de rugby à la télévision, à me familiariser avec la presse sportive et à lire quelques ouvrages théoriques. Ce n’est qu’ensuite que j’ai pu commencer l’observation et me rendre utilement sur le lieu de l’action, le stade. Sans entrer encore dans l’analyse du jeu, je présenterai ici les grands traits d’une journée de rencontre sportive en décrivant plus particulièrement l’atmosphère des tribunes et les comportements des spectateurs. Cette première approche permettra déjà d’identifier quelques traits des rapports entre les hommes et les femmes du rugby qui sont au centre de ma problématique.

Un après-midi au stade

  • 1 Groupe de musiciens, surtout composé de cuivres, proposant un répertoire de chansons traditionnell (...)

2La première étape pour le néophyte désireux d’assister à un match de rugby est de se rendre au stade où la rencontre sportive a lieu. Le parcours est relativement facile quand il est jalonné de panneaux indicateurs, sinon la quête des espaces verts dure jusqu’à ce qu’apparaissent enfin les repères tant espérés : ces immenses poteaux aux allures de H géants s’élançant dans les airs. Plus on s’en approche, plus les indices annonçant la fin du parcours se multiplient : nombre de voitures et d’autobus parqués, attroupement devant une billetterie, brouhaha du public déjà installé dans les tribunes, voix diffusée par haut-parleur annonçant la formation des équipes ou les sponsors du club. Plus l’enjeu de la rencontre est important, plus ces indices augmentent en intensité. Les voitures des supporters, garées autour du stade, sont transformées en autant d’autels du « culte sportif » : des fanions, écharpes, peluches (un radis pour Bègles, un dauphin pour Bourgoin, un aigle pour Nice, une colombe pour Colomiers...), rubans, etc., ornent rétroviseurs et antennes de radio ou trônent sur les plages arrière. Le degré de « supportérisme » se devine aisément à la multiplication des objets, témoins de l’investissement affectif du propriétaire du véhicule. L’abondance semble combler l’écart entre celui qui joue et celui qui regarde : entre eux le processus d’identification se fait par le biais de la possession et de l’exposition des substituts de la personne du joueur, du « héros ». Quand le supporter est lui-même joueur en d’autres occasions, l’écart avec celui qui est sur le terrain est moindre, et par conséquent l’ostentation également. En même temps, tous ces objets ressemblent à des offrandes, intercesseurs magiques qui favoriseront la victoire de l’équipe supportée. Plus on lui « donne » et plus on fait de bruit autour (plus on « se donne ») avec des cornes de brume, des « bandas1 », des sifflets, des chants, et plus elle a de chance de gagner.

3Les couleurs des clubs exposées sur tous les supports, y compris les tenues vestimentaires et les corps, informent avec une redondance outrancière de la provenance des deux équipes. Cette parade des supporters (les « rouges » contre les « bleus », les « jaune et noir » contre les « verts »...) préfigure l’affrontement sportif. Entre terrain et tribune, des signes d’appartenance commune favoriseront ensuite l’échange verbal, visuel ou même musical quand des bandas ponctuent les matchs de motifs emblématiques, notamment lors de moments paroxystiques tels un tir sur pénalité ou une poussée en mêlée près de la ligne d’essai. Les experts connaissent déjà le code des couleurs : les Toulousains sont rouge et noir, les Béglais bleu et blanc... Mais le code peut changer quand les maillots des équipes antagonistes ont des couleurs ou des motifs trop ressemblants. Dans ce cas, l’équipe qui reçoit revêt pour l’occasion un autre maillot : l’équipe invitée, ayant déjà le désavantage de ne pas jouer en terrain connu, ne sera pas en plus dépossédée de son élément identificatoire principal, le maillot, la couleur. Ce genre de détail fait partie d’un savoir du rugby qui s’apprend fortuitement, et dont la maîtrise désigne le véritable initié.

4Une fois l’entrée du stade franchie, la répartition des divers protagonistes s’organise. Certains rejoignent leur place réservée dans les tribunes, d’autres restent debout autour du terrain, quelques personnes en chaise roulante (certaines sont d’anciens joueurs) se dirigent vers un endroit accessible. La présence des hommes, mais aussi des femmes et de quelques enfants laisse penser que le déplacement d’intérêt sportif est également l’occasion d’une sortie en famille. Le commentateur du match (celui qui annoncera le nom des joueurs, le nombre de points marqués, la sortie des blessés...) est installé derrière son micro, les journalistes et photographes aux points stratégiques, les soigneurs et entraîneurs sur les bancs de touche... Il ne manque plus que ceux qui vont électriser tout ce monde-là : les joueurs.

  • 2 Ce terme est également employé pour d’autres sports, ainsi que pour des premières parties de conce (...)

5Patience, ils se mettent en tenue dans les coulisses. On peut percevoir, en s’approchant de l’accès aux vestiaires, des bruits de crampons et une forte odeur d’huile camphrée. Prémices du spectacle, comme le son discordant des instruments de musique avant un concert, ces signes fugaces ôtent toute incertitude, ils sont bien là. Mais avant que les équipes « vedettes » n’entrent sur le terrain, on assistera à un premier match, le « lever de rideau2 », joué par des équipes de niveau de compétition inférieur (cadets, juniors, réserve...).

  • 3 Zone située derrière la ligne des poteaux et dans laquelle se marquent les essais.

6Pendant la deuxième mi-temps de ce premier match, les joueurs de la rencontre principale, jusqu’alors terrés dans leurs vestiaires, font une première apparition pour aller s’échauffer discrètement à la limite des en-but3, ou sur un autre terrain si les infrastructures le permettent. Les avants, les « gros », s’exercent ensemble, les arrières de façon plus individuelle. Puis ils repartent pour les vestiaires. Ce n’est pas encore le moment de les accueillir avec applaudissements et vacarme, ils sont encore « hors spectacle ». Leur véritable entrée en scène aura lieu lorsque les premiers protagonistes auront définitivement quitté le terrain, après avoir « chauffé » le public. Enfin, trois longs coups de sifflet marquent la fin du lever de rideau, le terrain se libère en quelques minutes, le temps pour les spectateurs assis de se dégourdir les jambes, pour les derniers arrivants de grossir encore le public. Tout est prêt, le présentateur annonce au micro l’arrivée des joueurs, poste après poste, sur l’aire de jeu. Les capitaines des deux équipes entrent en premier, immédiatement suivis par leurs coéquipiers. Chaque groupe de supporters ovationne ses héros, leur signifie son admiration, son soutien mais aussi son attente : on espère d’eux un beau match.

7Sur le terrain, les visages sont fermés, les expressions sont dures, les regards perdus vers un ailleurs qui semble terrible... Certains ont des bandeaux, d’autres des genouillères, quelques-uns de la vaseline sur les oreilles, il arrive même qu’un joueur porte un plâtre sur le nez... Le coup d’envoi est sifflé par l’arbitre, la seconde rencontre peut commencer. Mais avant d’entrer dans la description du jeu, continuons notre exploration des lieux et observons leur investissement.

Espaces et modes de fréquentation

  • 4 Les niveaux étant : première division, deuxième division, troisième division, séries régionales (h (...)

8L’importance des infrastructures d’un stade est, en règle générale, proportionnelle à celle du club de rugby. Quand celui-ci est situé au sommet de la hiérarchie sportive4, il attire logiquement beaucoup de public et ses installations doivent être capables de l’accueillir. La répartition des spectateurs s’en trouve d’autant plus stratifiée : des places « présidentielles » aux « populaires », on se retrouve confortablement assis à l’ombre ou debout en plein soleil. Christian Bromberger, à propos du football, s’est particulièrement intéressé aux supporters, à leur investissement affectif et financier, au choix des emplacements dans les tribunes, pour comprendre quels sont les mécanismes, les significations et les modalités spécifiques de l’adhésion de ces passionnés à l’objet du spectacle (Bromberger 1995b).

  • 5 Avec le phénomène de la professionnalisation du rugby et celui, concomitant, de la spectacularisat (...)
  • 6 Qui s’appellera désormais Tournoi des Six Nations, l’Italie étant la sixième nation intégrée dans (...)

9Comme le rugby ne suscite pas un supportérisme aussi développé, je ne pense pas que j’aurais pu mener, en me focalisant sur ce groupe d’acteurs, une étude aussi riche en observations et en analyses que la sienne. Bien évidemment, le rugby a ses supporters, mais ils sont moins organisés, moins « corporatistes » (il n’y a qu’une vingtaine de clubs de supporters en France), et surtout moins actifs dans les tribunes5. A l’occasion des grandes rencontres telles celles du Tournoi des Cinq Nations6 ou la finale du Championnat de France à Paris, on doit pouvoir trouver des analogies quant aux réseaux d’organisation pour l’achat des places, le transport (location d’autobus ou réservation de trains), la fabrication de banderoles, etc. Mais il demeure un point important qui sépare les deux groupes de supporters : le rugby ignore jusqu’ici le « hooliganisme » et toute forme de violence systématique dans les tribunes et à la sortie des stades. Des policiers interrogés un dimanche de match à Bègles ont confirmé ce fait pour Bordeaux et sa périphérie :

– Quand on est de service au stade de Bordeaux pour un match de football, il nous arrive de rester jusqu’à deux heures du matin ! Alors que le match s’est terminé à vingt-deux heures : on attend que les supporters aient vidé les lieux, sinon ils se tapent dessus. On n’a jamais vu ça au rugby.

10Un reportage télévisé, à l’occasion d’une rencontre internationale de rugby, faisait témoigner il y a quelques années des propriétaires de bars situés aux alentours du Parc des Princes à Paris. Ceux-ci disaient fermer leurs établissements les soirs de match de football à cause du vandalisme et de la violence des supporters, alors qu’ils les laissent ouverts les soirs de match de rugby. Mais je ne me risquerai pas ici à fournir une analyse sur les différences d’attitude entre les deux groupes de supporters par manque d’informations et d’éléments comparatifs. D’autant plus que je me suis intéressée davantage aux acteurs, les joueurs, qu’aux spectateurs. Il m’a paru ainsi plus intéressant de diviser le groupe élargi du rugby en catégories d’individus selon les critères suivants : classes d’âge, sexe, statut (d’épouse, de mère, de fils, d’ancien...), rôle et fonction pour tenir compte ensuite des lieux qu’ils occupent dans le stade et hors du stade.

Le public et son espace

11Pour commencer, on constate, comme dans tous les publics sportifs (du moins ceux assistant à une rencontre sportive masculine), un nombre plus important d’hommes que de femmes. En revanche, chez les hommes comme chez les femmes, toutes les classes d’âge sont représentées. Et les personnes viennent en couple, en famille, seul(e)s ou avec des ami(e)s.

  • 7 Barre horizontale entourant le terrain et à hauteur de main.

12Un groupe de femmes se démarque nettement : plutôt jeunes, elles restent ensemble, suivent avec plus ou moins d’intérêt le match et observent une certaine discrétion, qui contraste avec l’enthousiasme bruyant de la plupart des autres supporters. Ce sont les épouses, ou petites amies, des joueurs. Dans les tribunes, leurs places sont généralement réservées par le club. Sinon, on finit toujours par les distinguer, soit le long de la main courante7, soit encore assises ensemble sur un coin d’herbe, surveillant leurs enfants qui s’amusent pendant que pères ou maris jouent à leur jeu d’adulte, soit à proximité du terrain avec poussettes et landaus. Leur présence, en tant qu’épouses, est reconnue et légitimée au sein du groupe masculin : elles sont saluées par les dirigeants de club, les vétérans, les joueurs blessés qui restent sur la touche ; leurs enfants ont également droit à une petite attention : parmi eux, certains sont sûrement de futurs rugbymen...

13Parmi les femmes plus âgées, on devine des mères de joueurs. Elles ne sont pas regroupées, comme le sont le plus souvent les épouses. Certaines, à l’amusement de leur voisins, débordent en vociférations et insultes envers l’arbitre ou les joueurs de l’équipe adverse. Il en est même qui sont connues pour avoir asséné un coup de parapluie à un joueur qui avait osé agresser leur fils !

  • 8 Local se situant généralement à proximité du terrain, muni d’un comptoir, et où débute la troisièm (...)

14Les épouses et les mères ont donc des attitudes différentes : les anciennes sont beaucoup plus à l’aise dans l’univers masculin, avec une liberté apparente de parole et de comportement, tandis que les épouses semblent adopter une tenue plus réservée. A la fin du match, on retrouve ces dernières devant l’entrée des vestiaires. Elles se tiennent à une certaine distance et voient entrer des individus masculins (entraîneurs, dirigeants ou journalistes) qui vont rejoindre leurs maris. Quant à elles, elles n’y entrent pas mais attendent patiemment, solidaires, discutant de choses et d’autres ou commentant le match. Puis, une à une, elles repartent avec leur mari enfin sorti de cet antre secret. Mais les retrouvailles sont brèves, car il est un autre lieu qui de nouveau engendre la séparation : le club-house8. Certaines s’éclipsent discrètement, emportant le sac de sport et la tenue du rugbyman, pour le laisser jouer un autre acte pour lequel le maillot n’est plus utile, la troisième mi-temps.

15La classe d’âge des très jeunes femmes et adolescentes est aussi présente au stade. Membres d’une famille de rugbyman ou simplement férues de rugby, elles mettent souvent en valeur leur féminité par la coquetterie de leur tenue, peut-être dans l’espoir d’un flirt. Plus elles sont jeunes, plus elles partagent des activités annexes au rugby (vendre des billets de loterie, des programmes...) ou des jeux avec des garçons de leur âge : la distinction sexuelle est alors moins importante car moins marquée culturellement.

16La population masculine se compose également de groupes distincts.

  • 9 Fédération Française de Rugby.
  • 10 Des supportrices béglaises se sont par exemple fabriqué au crochet des miniradis, symbole de leur (...)

17La classe d’âge des anciens est largement représentée : ils sont parents de joueurs, souvent eux-mêmes anciens joueurs, supporters de longue date, etc. En tout cas, ils sont les plus passionnés, car ils sont toujours fidèles au rendez-vous, même s’ils se plaignent généralement de ne plus voir de jeu « comme avant » (la nostalgie est toujours le moyen d’évoquer sa jeunesse). Parmi eux figure la catégorie des dirigeants de club (président, secrétaire et trésorier) qui, comme les épouses, forment un groupe homogène. Ils sont facilement reconnaissables, du moins pour un œil avisé, à leurs attributs vestimentaires. Pour les plus anciens, ce sont des pardessus, parfois accompagnés d’une casquette. Sinon, une cravate aux insignes d’un comité régional ou de la ffr9, ou un blazer orné d’un écusson offrent un signe distinctif. Les dirigeants se démarquent de toute façon par rapport aux autres personnalités masculines, à la mise plus décontractée, par une certaine élégance, voire une rigueur, vestimentaire ; pardessus et cravate s’arborant de toute évidence comme des symboles de l’accession à une classe d’âge expérimentée et responsable. Autant le vêtement de « parade » du supporter peut être ostentatoire et imaginatif10, autant celui des officiels est discret et strictement codé : d’un côté il y a ceux dont l’appartenance au monde du rugby reste à prouver (on va donc multiplier les signes), de l’autre ceux qui sont définitivement reconnus dans le milieu.

18Sur le plan du langage, lui aussi codé, il est intéressant de tendre l’oreille vers les anciens. Car les écouter dans les tribunes donne l’occasion de s’initier à un langage « rugby » aux expressions hautes en couleur :

– Celui-là il a de sacrées cuisses, comme du temps où les cochons avaient des jambons de vingt kilos.
– C’est un faux maigre.
– Il a de la « sanquette » ce joueur.
– Ça y est, la boîte à gifles est ouverte.
– Il va sortir avec la tête sous le bras.

19Parmi le groupe des vieux, les anciens joueurs portent le nom de « vétérans ». Ils ont une manière ludique de vivre le rugby, comme en témoignent leurs commentaires dans les tribunes, mais cela se perçoit surtout dans leur propre pratique du jeu. Les vétérans, dernière catégorie de joueurs dans la hiérarchie des âges, jouent un rugby sans enjeu où seul l’amusement compte (et la troisième mi-temps qui suit...). Le langage corrobore, avec ses teintes humoristiques, l’aspect parodique du rugby des anciens : leur équipe s’appelle par exemple « les Radis-riants » (de Bègles), « les Ruines de Caillac » (de Gradignan), ou « les Cayoks » (du bassin d’Arcachon). Leurs surnoms de joueurs ne manquent pas non plus de dérision : Zaza, Kiki, Coco... Un vétéran me disait que les jeunes de son club les appelaient, lui et ses coéquipiers, les « vieilles ».

20Pendant leurs matchs, même s’ils manifestent un indéniable plaisir à manier le ballon ovale comme dans leur jeunesse, ils ne cherchent pas à cacher les stigmates de leur vieillesse : l’un montre sa ceinture de soutien abdominale, l’autre dit qu’il n’entend rien sans son appareil auditif... Les mêlées ne sont plus poussées afin de ménager les corps meurtris par d’anciennes blessures. En Australie, diton, les plus fragiles se signalent en portant des shorts rouges pour ne pas être plaqués.

21On retrouve cette distanciation par rapport au rugby dans les tribunes, lorsque cette fois-ci ils assistent à une partie « sérieuse ». Non qu’ils ne soient fortement intéressés par les résultats de leur équipe favorite et par le jeu, mais ils sont devenus capables d’en rire, ou simplement d’en parler : lorsque j’ai demandé à de jeunes joueurs de m’expliquer les règles du jeu et les décisions de l’arbitre pendant un match, on m’a répondu : « Nous on ne peut pas, on est trop absorbés par le match, va voir les vieux, c’est autre chose, eux sont capables de regarder et de parler en même temps. »

  • 11 En empruntant ces termes à A.R. Radcliff-Brown, je fais référence à ce qu’il qualifie de « parenté (...)

22Les jeunes ont une sorte de « relation à plaisanterie11 » avec les anciens. Tout en les respectant, ils se moquent d’eux gentiment, en faisant référence à leur vieillesse et à leur incapacité physique, ou intellectuelle, de jouer au rugby ou de le comprendre. Et les vétérans jouent le jeu et font les pitres pour amuser les jeunes. Avant que n’apparaisse cette relation à plaisanterie entre les deux groupes que le rapport à la pratique désormais distingue, la relation s’instituait plutôt sur le modèle maître-élève. On constate en effet très fréquemment la présence d’un joueur plus âgé que les autres dans une équipe. Celui-ci est apprécié pour sa faculté de calmer la fougue mal maîtrisée des plus jeunes. Un vétéran, qui ne jouait donc plus officiellement, a même continué de rassurer par son âge, le temps d’un match, une équipe de jeunes joueurs qui désiraient sa présence dans les tribunes : « Ce sont les joueurs qui sont venus me chercher avant le match de Tulle pour que je leur porte chance. Je ne pensais pas que cela marcherait encore trente ans après... » (Sud-Ouest, 27/04/92).

23Il a joué la fonction de « gri-gri », son ancienneté rappelait la belle époque à laquelle le club en question était bien classé : « Il était vice-président et responsable du club en 1963, la fameuse année où les Bourguignons avaient défrayé la chronique en faisant tomber le champion en titre » (Sud-Ouest, 27/04/92).

  • 12 La Fédération française de rugby, ainsi que les comités et clubs, a archivé très peu de documents (...)

24Que la figure des anciens soit associée à la mémoire n’a rien de surprenant, ils sont en effet les porteurs d’une histoire du rugby qui ne s’écrit guère, et qui par conséquent se transmet sur le mode de l’oralité. La formation du club, le recrutement des joueurs, les matchs joués, les titres gagnés ou perdus sont autant de sources intarissables d’anecdotes qu’on se plaît à raconter encore et encore comme une histoire de famille12. Elles sont toujours prétexte pour chacun à réalimenter son sentiment d’appartenance au groupe. Surtout qu’on y évoque parfois un père ou un grand-père ayant joué dans le club : quand la généalogie du club, basée sur le lien sportif, redouble une filiation de sang, l’intégration et la légitimation du joueur concerné sont acquises d’emblée. On remarque, en revanche, que les souvenirs de la carrière du joueur sont souvent collectés et répertoriés par sa mère (ou quelquefois son épouse) sous la forme d’une revue de presse. Il semblerait donc que la femme soit plutôt du côté de la mémoire écrite et privée, tandis que l’homme est du côté de la mémoire orale et collective. Cette répartition sexuelle de la détention d’un savoir historique est une illustration parmi tant d’autres du fonctionnement du monde du rugby : comme on le verra, les places et les rôles diffèrent fortement selon les sexes bien au-delà de la sphère du jeu.

25Pour terminer l’inventaire du public masculin, on notera encore la présence de jeunes gens, aux mines de « lendemain de fête », qui profitent d’être là pour s’aérer, avant peut-être de se laisser entraîner vers une nouvelle fête avec les joueurs. Est également présente la génération des jeunes pères : joueurs, anciens joueurs ou amoureux de rugby, parfois accompagnés de leurs fils auxquels ils transmettent leur savoir sportif en expliquant les règles du jeu au fur et à mesure de son déroulement. Les explications paternelles sont entrecoupées de cris de joie ou de colère, de bras levés ou de trépignements, gestuelle que l’enfant reprend avec fidélité.

26Les enfants, s’ils ne sont pas avec leurs parents, jouent avec une certaine liberté autour du terrain, où des espaces de jeu sont parfois aménagés. Quelques-uns font des acrobaties sur la main courante, longent la ligne de touche dans l’espoir de renvoyer un ballon qui sortirait de l’aire de jeu... Leur présence, quelquefois turbulente et indisciplinée – ils s’approchent trop des limites du terrain –, ne paraît pas déranger les adultes. Eux aussi ont leur place dans le spectacle.

27Entre l’espace strictement sportif – le terrain – et l’espace public, toutes les classes d’âge se côtoient dans une entente mutuelle apparente. Un point d’accord les lie assurément : jeunes, vieux, passionnés ou spectateurs occasionnels trouvent toujours matière à contester l’application des règles du rugby, parfois les règles elles-mêmes. Et c’est immanquablement l’arbitre qui fait les frais de cette contestation. Le répertoire des invectives ne manque pas de variété, même si l’insulte récurrente, dénuée de toute originalité, est celle qui met en doute sa virilité.

Le terrain

28Le terrain de rugby accueille les joueurs pour deux mi-temps de quarante minutes, pendant lesquelles ils s’affrontent avec acharnement pour atteindre la « terre promise » (l’en-but), transformer des pénalités ou passer des drops. Pendant le match, le terrain est évidemment le lieu exclusif des joueurs et des arbitres, de champ et de touche. On y voit parfois un coq, mascotte lancée par un supporter, qui s’aventure de façon gauche et apeurée sur le gazon : pour quelques instants, une touche humoristique désacralise le lieu de l’action. Parfois même un chien vient gambader sur un terrain et courir après le ballon en croyant que les joueurs qu’il a vus gesticuler participent à son jeu. Mais les intermèdes de ce genre, les « imprévus du spectacle », ne paraissent pas déranger outre mesure. Quand le match commence, il arrive que, malgré les recommandations des arbitres ou des forces de l’ordre, des supporters assis autour du terrain « débordent » sur l’aire de jeu, qui du bras, qui de la jambe, créant ainsi une sorte d’espace flou entre celui du public et celui des joueurs. Une véritable proximité se vit entre acteurs et spectateurs. Proximité qui fait partie de la définition du terrain de rugby, ainsi que l’affirme, lors d’une interview, le responsable de la sécurité du Parc des Princes à Paris :

Le concessionnaire doit, avant chaque rencontre de rugby, mettre le stade en configuration rugby. Or, pour nous, la configuration rugby n’est pas simplement le tracé des lignes. C’est tout un environnement. Aujourd’hui d’ailleurs, quand nous demandons au Parc des Princes un stade en « conformation rugby », cela signifie débarrassé de tous les filets, protections, tribunes réservées, cheminements différents pour les supporters, qui sont prévus pour les matchs de football (Rugby Magazine, n° 967, mars 1997 : 17).

29A la fin des matchs, en effet, il est d’usage que le public envahisse le terrain pour aller ovationner et tenter de toucher les héros de la partie. Mais ceux-ci ne resteront avec leurs admirateurs que peu de temps : ils ont hâte de passer par les vestiaires pour se laver et se changer, avant de retrouver au club-house les plus fidèles de leurs supporters. Ayant adopté le point de vue d’un spectateur quelconque, je laisse donc de côté la description de cette étape transitoire pour rejoindre les joueurs sur les lieux de la troisième mi-temps.

La troisième mi-temps

30Le club-house, dont le nom évoque l’origine britannique du rugby, est un espace privé destiné d’abord aux joueurs mais, à la différence des vestiaires, il est en même temps ouvert aux familiers du club – supporters acharnés, anciens joueurs, etc. Son décor, comme celui d’une « maison des hommes », est constitué par les objets sacrés de la tribu : coupes, maillots, coupures de journaux, photographies, fanions... Tous les clubs n’ont pas leur propre club-house, un bar ou un café-restaurant tenu par un joueur ou un passionné de rugby peuvent en tenir lieu. L’ambiance est toujours chaleureuse et familière, on boit beaucoup, on chante, on rit, on pleure... On oublie toute la tension accumulée pendant le match en s’imprégnant de l’idée que le rugby n’est plus un combat, passé les quatre-vingts minutes de jeu. Les joueurs des deux équipes trinquent ensemble, quelques victimes de coups de poing ou de pied malintentionnés oublient volontairement qu’ils boivent avec leur agresseur : tout sentiment de rivalité doit être neutralisé. Les bagarres sont rares et, s’il s’en déclenche une, elle est en principe vite arrêtée par des membres du groupe restés vigilants.

31Verre après verre, la parole fuse en tous sens. Les échanges oraux vont des récits interminables de matchs aux évocations de fêtes mémorables.

32Des chants issus du répertoire des carabins ou de la marine, ou encore des chants traditionnels basques sont entonnés en chœur. Les femmes sont encore moins nombreuses que dans les tribunes. Peu de celles qui se trouvaient à la sortie des vestiaires sont encore présentes. Elles se sont évanouies entre-temps, emmenant les enfants et parfois les sacs des sportifs. Les maris, eux, sont toujours là.

33Une frontière floue divise le club-house en deux parties : l’abord immédiat du comptoir où il n’y a pratiquement que des hommes, et le reste de la salle où quelques rares épouses et autres femmes se font discrètes. Une répartition sexuelle se dessine de nouveau très nettement.

– Le club-house est coupé en deux, d’un côté les hommes, de l’autre les femmes. Je sais que si je vais lui parler, il va à peine me répondre, il est avec ses copains (épouse de joueur).

34Le comptoir est le lieu de sociabilité masculine par excellence et s’en approcher revient à en accepter le jeu : avoir un verre à la main, entrer en conversation avec le premier venu et se soumettre au rite de la tournée. Ce mode de sociabilité autour de la consommation d’alcool n’a rien de particulier au rugby. On le retrouve aussi bien dans d’autres groupes masculins, comme celui que décrit Annie- Hélène Dufour (1989 : 82-83) dans son étude sur les cafés en Provence :

Payer (ou rendre) la tournée, pour le patron comme pour les clients, est un geste quasi institutionnel qui célèbre et conforte le sentiment d’appartenance au groupe informel que représentent les habitués d’un même café. C’est un moyen aussi, en manifestant sa largesse, d’inviter l’étranger au comptoir et réciproquement l’occasion pour lui, en montre de civilité, c’est-à- dire en rendant sa tournée, de s’agréger à cette micro-société. Tout cela, sans que l’engagement des uns et des autres revête un caractère définitif mais celui d’un pacte provisoire à renouveler périodiquement.

35La troisième mi-temps diffère néanmoins de cette atmosphère du café par sa confidentialité et ses caractéristiques récurrentes : même décor, même protagonistes et même thème dominant des conversations, le rugby.

36La soirée avançant, les quelques femmes disparaissent peu à peu sous l’œil indifférent ou plutôt soulagé des maris.

– Les femmes sont acceptées, mais c’est mieux sans elles. C’est pas facile pour elles de supporter.
– A chaque fois qu’il y a des femmes, il y a des problèmes, des embrouilles.
– Elles nous surveillent.
– Ma femme, je n’ai pas envie qu’elle boive et qu’elle fasse n’importe quoi.
– Pas de femmes en troisième mi-temps, c’est mieux sans elles !

  • 13 Comme pour les termes « troisième mi-temps » et « club-house », je ne sais pas dans quel contexte (...)

37Des groupes d’hommes, notamment des joueurs, mais aussi quelques dirigeants et supporters, se forment alors. Certains vont se coucher, d’autres restent au club-house, d’autres encore vont finir la soirée dans des bars ou des boîtes de nuit. La troisième mi-temps se prolonge alors en une « quatrième mi-temps » comme le disent certains avec ironie. A nouveau, des femmes apparaissent. Ce sont les « groupies13 » des rugbymen, celles avec qui est partagée une sexualité facile et impudique. Les épouses savent que ces femmes partagent une part de l’intimité de leur mari le temps d’agapes nocturnes, mais leur silence traduit une certaine résignation :

– Je ne veux pas savoir.
– Ce sont de grands enfants...
– Ils ne sont pas tous comme ça.

38Et puis on préfère certainement croire que les histoires qui circulent, sous forme de rumeurs, concernent les maris des autres.

39Selon la relation qu’elles entretiennent avec les rugbymen, les femmes ont donc des places bien différentes dans la « famille rugby » ; des places qu’elles semblent d’ailleurs prendre d’elles-mêmes. Le groupe des hommes et des femmes du rugby apparaît à ce point structuré que des interdits semblent implicitement posés et acceptés par tous. Il nous reste à comprendre la logique de cette distribution des rôles.

40Cette première approche du monde du rugby nous a permis d’en découvrir les principaux acteurs. Quelques-uns des traits relevés auraient aussi bien pu concerner n’importe quel spectacle sportif, d’autres au contraire semblent plus caractéristiques du rugby et de lui seul. Il convient à présent d’examiner dans quelle mesure ces derniers traits peuvent être compris à partir des exigences du jeu et de la manière dont il produit une culture de groupe bien particulière.

Notes

1 Groupe de musiciens, surtout composé de cuivres, proposant un répertoire de chansons traditionnelles.

2 Ce terme est également employé pour d’autres sports, ainsi que pour des premières parties de concert.

3 Zone située derrière la ligne des poteaux et dans laquelle se marquent les essais.

4 Les niveaux étant : première division, deuxième division, troisième division, séries régionales (honneur, promotion d’honneur, première série, deuxième série, troisième et quatrième série).

5 Avec le phénomène de la professionnalisation du rugby et celui, concomitant, de la spectacularisation de la prestation sportive, on observe néanmoins aujourd’hui une attitude plus ostentatoire des supporters.

6 Qui s’appellera désormais Tournoi des Six Nations, l’Italie étant la sixième nation intégrée dans la compétition.

7 Barre horizontale entourant le terrain et à hauteur de main.

8 Local se situant généralement à proximité du terrain, muni d’un comptoir, et où débute la troisième mi-temps.

9 Fédération Française de Rugby.

10 Des supportrices béglaises se sont par exemple fabriqué au crochet des miniradis, symbole de leur équipe de rugby, et les ont montés en boucles d’oreilles.

11 En empruntant ces termes à A.R. Radcliff-Brown, je fais référence à ce qu’il qualifie de « parenté à plaisanterie » entre générations différentes, entre grands-parents et petits-enfants par exemple. Néanmoins, la relation qu’il décrit alors est asymétrique puisque l’un des partenaires taquine l’autre sans obtenir de réponse, ou presque, de celui-ci. Dans le contexte social du rugby, la relation à plaisanterie équivaut plutôt au « plaisir de la sociabilité » (ainsi que l’a écrit J.G. Kennedy, cité par Spradley & Mann 1979: 171).

12 La Fédération française de rugby, ainsi que les comités et clubs, a archivé très peu de documents qui permettraient de retracer précisément leur histoire. Je pense de toute façon que le rugby, malgré son siècle d’âge, n’est pas propice à l’écriture d’une histoire classique, parce que justement les notions de passé et de présent n’ont pas de définition strictement étanche, l’avant- et l’après-match sont intimement liés dans une histoire qui se vit sur le mode de la continuité. L’histoire qui importe au rugby se raconte sous la forme d’épisodes épiques ou de petites histoires, d’histoires de vie tout simplement.

13 Comme pour les termes « troisième mi-temps » et « club-house », je ne sais pas dans quel contexte socio-historique celui de « groupie » est apparu. Mais son usage, actuellement, est aussi courant que celui des autres.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search