Version classiqueVersion mobile

« Et les grands cris de l’Est »

 | 
Sophie Goetzmann

Préface

Maria Stavrinaki

Texte intégral

1Comment un monde historique fractionné, désintégré, éclaté peut-il se transformer en un cristal ? Cette question traverse, de façon plus ou moins explicite, le présent livre de Sophie Goetzmann. Divisée de façon régulière, la matière minérale du cristal forme un assemblage cohérent, un tout solidairement et solidement constitué. Bien qu’extraordinairement ferme, le cristal n’est pour autant ni impénétrable ni opaque comme la plupart des autres minéraux que l’on extrait de l’épaisseur terrestre : les rayons de lumière le traversent et l’animent, lui donnant légèreté, souplesse et vie. Changeant comme le flux du présent et la contingence de l’histoire, et cependant compact et uni comme l’éternité, le cristal constitue, par-delà ses connotations mystiques, une métaphore idéale de l’utopie des avant-gardes expressionnistes à travers l’Europe avant la Grande Guerre : assimiler la division, mais dans le but de la sublimer et de la transfigurer, en la transformant en totalité ; incorporer la « crise », mais pour en faire le premier moment, bien maîtrisé, de l’équilibre futur d’une société perçue comme « organisme ».

2Le livre de Sophie Goetzmann nous introduit à cette utopie-là, au sein de laquelle l’art a joué un rôle primordial, grâce à ce qu’une pensée longuement accoutumée aux dualismes a appris à considérer comme sa double nature : l’esprit et la matière, l’idée et le sensible. C’est comme armés d’un verre grossissant que nous suivons dès lors, page après page, artiste après artiste, thème après thème, la trame de cette utopie, ses contrastes et sa vocation rédemptrice. Dans les mots rétrospectifs de Robert Delaunay :

« L’homme moderne était sauvé. L’homme moderne s’est trouvé dans la nouvelle idée de l’Univers inobjectif, l’homme moderne, le phénomène humain à l’échelle de l’homme. C’est l’Homme actuel qui fait son Univers cosmique. […]. Après s’être regardé dans les glaces déformantes du physique, avoir été le comptable amorphe d’une comptabilité des molécules et des astres, avoir fait des statistiques, des lois, des décrets, des relois, des redécrets, et s’être amenuisé jusqu’à presque s’excuser d’être vivant, d’être un atome qui ne s’appartient plus, il s’était presque oublié, le pauvre. […] Là est le poème cosmique, visuel, positif – réel. Là est la naissance de notre époque splendide […]. » (Cité chap. v, note 123.)

3Si la subtilité du livre de Sophie Goetzmann œuvre à travers une réciprocité en miroir de son objet et de sa méthode, parvenant à nous faire voir un phénomène fractionné par le nombre et la singularité de ses acteurs dans un ensemble rigoureusement mené et ficelé de quatre micro-études, il serait cependant inexact de faire du cristal son modèle. Car ce livre échappe au désir toujours vain de faire de sa matière historique un bloc univoque. Sans doute est-ce l’un des mérites de notre époque de nous avoir autant délestés du fardeau des « paradigmes » et des hypothèses globales et univoques que de l’ennuyeux relativisme postmoderne où tout se vaut. Pourquoi faudrait-il donc taire les contradictions de l’histoire en leur imposant une interprétation globale et exclusive plutôt que de mettre en lumière ces contradictions mêmes, qui ont elles-mêmes leur propre cohérence ? Sur le fil et selon les cas, ce livre nous révèle les moments où tel événement brise la cohérence d’une structure, où les nécessités implosent par les contradictions qui les constituent : si la réception enthousiaste et légitimante de l’art de Delaunay par les expressionnistes allemands a pu être déterminée par des malentendus consécutifs aux particularités raciales et nationales, s’il est évident que les artistes agissent aussi selon des stratégies de marché, aucune de ces explications ne peut venir à bout de cette intensité historique singulière qu’est la réception de Robert Delaunay par des artistes aussi différents que Vassily Kandinsky, Franz Marc, Paul Klee, Ludwig Meidner, Lyonel Feininger ou l’architecte Bruno Taut.

4Plutôt que de se demander ce qui, de l’universel ou du particulier, était le plus « aigu » et le plus « vrai » au sein des avant-gardes, Sophie Goetzmann les examine tous deux attentivement comme des artefacts idéologiques dotés d’une capacité égale de produire l’histoire. Ne cédant ni à l’angélisme ni au soupçon, elle démontre que tous ces artistes étaient hantés par un art aussi universel que le cosmos et en même temps convaincus de leur particularité et, cela va presque de soi, de leur supériorité, raciales. Ces deux récits, également détachés des conditions matérielles de l’histoire, ont été également puissants tout au long de la modernité en France et en Allemagne. Enrichissant l’histoire par son remarquable travail d’archives et de relecture de sources peu exploitées, traversant les disciplines et les genres, le livre de Sophie Goetzmann se caractérise aussi par sa loyauté : envers le travail des autres historiens, qu’aucune lecture ou relecture ne saurait taire, et envers le passé lui-même. Car c’est lorsque nous sommes attentifs aux contradictions de l’histoire passée que nous nous donnons sans doute les meilleurs moyens de vivre notre propre histoire.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2021

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search