Version classiqueVersion mobile

Théorie critique de la propagande

 | 
Pierre-François Noppen
, 
Gérard Raulet

Current of Music : de la radio courante vers la possibilité qui court dans la radio

William Ross

Texte intégral

  • 1 Nous ne pouvons, dans le cadre de cet article, entrer dans l’explication philologique de la double (...)

1En prenant pour fil conducteur la physiognomonie de la radio développée dans Current of Music, ce texte a pour but d’exposer comment Theodor W. Adorno répond au paradoxe suivant : une perspective d’ensemble sur la société dans sa totalité ne nous est pas accessible ; or il est nécessaire de penser la société en sa totalité pour autant qu’elle informe tous les phénomènes sociaux. La chose apparaît d’autant plus nécessaire que la société, dans son effectivité, est traversée par des contradictions dont le caractère contradictoire est masqué précisément par l’apparente unité de la société. Ce n’est donc qu’en pensant la société dans sa totalité qu’on parviendrait à percer son apparente unité et à mettre à jour les contradictions qui la traversent. La solution adornienne à ce paradoxe prend la forme d’une pensée par modèles, qui cherche, en se plongeant dans les phénomènes particuliers, à faire ressortir comment ces derniers expriment des tendances dominantes et des catégories sociales en vigueur. Ces modèles ont pour but de présenter certains phénomènes problématiques qui sont l’expression d’une tension pratique et théorique ne tenant pas nécessairement à leur être propre, mais à la manière dont ils apparaissent en tant que phénomènes sociaux médiatisés par des rapports sociaux contradictoires. À ce titre, les modèles ont une double tâche : présenter l’effectivité contradictoire et la possibilité de surmonter cette contradiction. Cette double tâche, nous la nommons la double présentation1. Nous exposerons dans un premier temps ce qu’est cette double présentation et les raisons théoriques qui la motivent. Nous étudierons ensuite la physiognomonie de la radio afin d’exposer la structure d’une telle double présentation et d’en tirer les conclusions qui s’imposent.

Impossibilité de présenter la société de manière continue

  • 2 Theodor W. Adorno, Nachgelassene Schriften. Abteilung IV: Vorlesungen, t. XV : Einleitung in die So (...)
  • 3 Theodor W. Adorno, « Société I » [1966], in : Société : intégration, désintégration. Écrits sociolo (...)
  • 4 Les concepts de possibilités et de possibilités bloquées, tels qu’ils seront employés dans cet arti (...)

2Les écrits sociologiques d’Adorno se démarquent par le fait que, peu importe l’objet particulier dont ils traitent, ils ont pour caractéristique de contribuer à l’élaboration du concept de société. Cette élaboration, qui prend forme à tous les stades de sa pensée sociologique, est annoncée par la thèse dialectique selon laquelle « il n’y a rien sous le soleil, réellement rien, qui, étant médiatisé par l’intelligence humaine et par la pensée humaine, n’est pas en même temps médiatisé socialement2 ». Du même souffle, cependant, Adorno affirme l’impossibilité de donner une définition traditionnelle au concept de société. Par définition traditionnelle, nous entendons une définition qui vise à donner un contenu au concept par la voie de l’identification entre ce dernier et la réalité objective à laquelle il est censé se référer, et qui est censée nous livrer une differentia specifica. Adorno justifie l’impossibilité de fournir une telle définition de la manière suivante : « L’objet visé par le terme “société” n’est pas lui-même rationnellement continu3. » En un mot, ce qui est visé par cette affirmation est le fait que ce qu’est la société et ce qu’elle pourrait être au-delà de la domination semblent ne pas se communiquer. Autrement dit, la société est structurée d’une telle manière qu’elle est incapable de rendre compte des possibilités immanentes qui la composent, car ces possibilités sont bloquées par la société elle-même4.

  • 5 Theodor W. Adorno, « Société II » [publ. posthume], in : Société : intégration, désintégration. Écr (...)
  • 6 « Le seul fait qu’à la fin de chaque cycle de travail social, il reste tendanciellement un produit (...)

3Puisque la société est une réalité d’ordre historique, il ne suffit pas, pour la définir, de décrire ce qu’elle est dans ses institutions et ses pratiques existantes. Il s’agit au contraire de pouvoir rendre compte de ce qu’elle est en tant que processus tant dans son être devenu que dans son devenir5. Or, la société capitaliste résiste à une telle présentation de son processus : la société est le produit d’actions subjectives qui, pour diverses raisons, tend à échapper à toute conscience de sa production historique. La société apparaît alors comme une seconde nature, dans laquelle le caractère apparemment immédiat des interactions les plus élémentaires masque le fait qu’elles sont des constructions historiques. L’oubli de la contingence historique de certains phénomènes les transforme en faits « naturels » et ce qui apparaît comme naturel apparaît en même temps hors de la portée de correctifs historiques. De plus, dans le cadre de la société capitaliste, même l’activité réellement historique qu’est le travail – en ce que du nouveau est produit en elle6 – se présente au travailleur comme une nécessité naturelle dans laquelle le producteur est aliéné de sa production qui est, en retour, elle-même aliénée. Dans la mesure où tout se déroule selon l’apparence de lois naturelles, aucune réflexion supplémentaire n’est requise. C’est en ce sens que la société devient aveugle à son propre devenir et qu’elle résiste dès lors à la définition. Ce qui signifie, paradoxalement, que la société qui a l’apparence d’être naturelle se présente aux sujets qui la composent comme quelque chose d’étranger. C’est à cette résistance que s’attaque la philosophie sociale d’Adorno en visant la présentation de la société dans son devenir autre : un devenir qui prend acte de la possibilité du nouveau à partir de la non-continuité entre ce qu’est la société actuellement et ce qu’elle pourrait devenir au-delà des pratiques existantes.

4D’un point de vue épistémologique, cette résistance se traduit par un écart entre ce que la société est pour soi et ce qu’elle est en soi. Cet écart, tant qu’il persiste, compromet la possibilité de toute interprétation immédiate de la réalité sociale. Le pour soi fait écran à la possibilité de saisir de manière immédiate ce que la société est en soi. Cet écran est décrit comme suit par Adorno :

  • 7 Theodor W. Adorno, « Introduction à La Querelle du positivisme au sein de la sociologie allemande » (...)

« Subjective, la société l’est parce qu’elle renvoie aux hommes qui la forment, et ses principes d’organisation renvoient eux aussi à la conscience subjective et à sa forme d’abstraction la plus universelle, la logique, instance essentiellement intersubjective. Objective, la société l’est parce qu’en raison de la structure qui la porte, sa propre subjectivité ne lui est pas transparente, parce qu’elle n’a pas de sujet d’ensemble et qu’elle empêche, du fait de son agencement, l’instauration de celui-ci7. »

5Cette opacité empêche la possibilité, pour les sujets qui composent la société, de faire l’expérience de cette dernière comme le produit de leur propre production tout comme elle empêche leur propre subjectivation. Cet empêchement se traduit alors dans l’impossibilité de faire l’expérience de l’histoire, de ce « nouveau », qui gît de manière immanente au sein des relations sociales et qui exprime ce que la société est en soi. Dans ce contexte, l’objectivité sociale réifiée ne réfère pas à un donné neutre et inerte que l’on aurait à connaître à la manière d’un objet physique, mais nomme plus concrètement ce qui anime et informe la réalité souvent à l’insu des intentions conscientes et du savoir commun. L’objectivité sociale prend ainsi la forme d’une énigme : l’écart entre l’en-soi et le pour-soi de la société est donc un écart produit socialement devant être résolu socialement.

  • 8 À ce sujet, Adorno dira explicitement que la tâche de la sociologie est de rendre compte de ces pos (...)

6La théorie sociale d’Adorno peut ainsi être comprise comme étant dirigée contre l’écart entre le sujet producteur et l’objet produit à l’intérieur de la société afin de diagnostiquer le blocage historique dans lequel ce qui apparaît naturel empêche l’apparition du nouveau. Diagnostiquer ce qui est responsable de cet écart revient à présenter la contradiction au sein du phénomène qu’est la société, afin de pouvoir dans un deuxième temps présenter ce qui pourrait abolir cette contradiction8.

7Adorno n’essaie cependant pas d’établir une continuité théorique dans la présentation de la théorie sociale elle-même : il n’y a pas de point de contact garanti entre la contradiction et son abolition. La théorie ne peut prétendre surmonter une fois pour toutes la contradiction en ayant recours à une téléologie quelconque, qu’elle soit rationnelle ou naturelle. L’abolition effective de la contradiction comporte pour Adorno un élément d’imprévisibilité, parce qu’elle est sujette aux changements historiques. Dans cette situation, l’effort de la théorie gît dans la possibilité de dépeindre la société depuis la perspective d’une double présentation. Une telle double présentation vise, sous la forme d’une première présentation, à présenter ce qui est réel et effectif, mais qui se cache néanmoins derrière ses manifestations idéologiquement considérées comme naturelles, à savoir la logique interne de la société capitaliste tardive et la contingence de son essence. En second lieu, sous la forme de la seconde présentation, la double présentation vise à présenter ce qui devrait être ou ses traces minimales et négatives, qui doivent être présentées comme l’expression des possibilités immanentes du changement réprimées à l’intérieur de la société existante. Ces traces utopiques, cependant, n’anticipent pas une relève dialectique inévitable qui émergerait en continuité avec la totalité effective devant être niée. Ce qui justifie une telle séparation dans la présentation vient du fait que la théorie en tant que telle ne nous fournit pas le critère ou la cause efficiente d’une telle actualisation, mais également que les possibilités qu’elle présente peuvent entre-temps devenir historiquement obsolètes.

8En se déployant sous la forme de modèles, la pensée d’Adorno offre plusieurs possibilités d’exposition de cette double présentation. Dans le cadre de ce texte, nous prendrons la méthode physiognomonique développée dans Current of Music comme illustration de la double présentation. Cette tentative s’en tiendra à montrer comment la méthode physiognomonique prend acte, d’une part, de l’écart épistémique et de la situation de blocage de l’expérience au sein de la société contradictoire – la première présentation –, tout en cherchant à présenter, d’autre part, les traces de possibilités utopiques qui se dissimulent au sein du phénomène étudié de la radio – la seconde présentation.

La physiognomonie de la radio comme modèle

  • 9 La littérature couvrant la relation tendue entre Adorno et les différents membres du projet, si ce (...)
  • 10 Theodor W. Adorno, Current of Music. Éléments pour une théorie de la radio, traduit par Pierre Arno (...)
  • 11 Voir la « fable » proposée par Paul Lazarsfeld pour rendre compte du concept de recherche administr (...)
  • 12 Theodor W. Adorno, Current of Music. Éléments pour une théorie de la radio, traduit par Pierre Arno (...)
  • 13 Theodor W. Adorno, Current of Music. Éléments pour une théorie de la radio, traduit par Pierre Arno (...)

9Dans Current of Music, Adorno vise à redéfinir l’objet de la recherche sociale de la radio. Dès ses débuts au Princeton Radio Research Project9 (PRRP) en 1938, Adorno craint que cette recherche sociologique sur la radio se borne à être de la « recherche administrative bien intentionnée10 », selon l’expression de Lazarsfeld, qui dirige alors le projet. Une telle recherche trouverait sa légitimité dans le fait que sa visée serait de participer au progrès social, c’est-à-dire à l’accomplissement des Lumières, en mettant à contribution l’ensemble des institutions effectives11. Bien intentionnée est, pour Lazarsfeld, la recherche qui répond à une question pragmatique comme la suivante : « Comment pouvons-nous faire écouter de la musique de qualité à un nombre aussi grand que possible d’auditeurs12 ? » Cette question est selon Adorno déjà biaisée, en ce qu’elle tient pour acquis ce qu’est de la musique de qualité, identifiée à cette époque au canon culturel de la musique classique européenne (principalement celle du xixe siècle, en particulier les œuvres symphoniques), et prétend que le progrès social se trouve à même la reproduction de ce canon ; autrement dit, que le progrès se trouve dans la continuation de ce qui existe déjà. Elle tient également pour acquis que la radio permet de faire l’expérience de cette musique de manière adéquate, et donc qu’elle est le bon instrument pour démocratiser la musique, voire éduquer culturellement la population. D’une part, en questionnant les présupposés que contient cette question, Adorno en arrive à critiquer la forme de cette recherche bien intentionnée : elle reposerait sur un ensemble de prémisses communes à une conception problématique du progrès social partagée avec « la conception que l’industrie de la radio se fait de sa mission13 ». D’autre part, Adorno repère une contradiction dans l’objet même de cette recherche administrative : la radio, telle qu’elle existe dans les années 1930, ne permet pas de faire l’expérience de la musique classique en tant que telle, mais l’altérerait de façon à empêcher de saisir le contenu des pièces radiodiffusées. Privé d’une telle expérience, l’auditeur ne peut bénéficier des qualités culturelles et éducatives de la musique. La relation qui s’instaure entre l’objet musical et l’auditeur est une relation de consommation de marchandise, qui mine la possibilité du progrès social.

  • 14 « Ce qui m’irritait surtout c’était une sorte de cercle vicieux méthodologique : le fait que pour s (...)

10Afin de percer la fausse totalité de la mission sociale d’éducation culturelle et des intérêts socio-économiques de la radio – totalité reconduite par la recherche administrative14 –, Adorno affirme que la recherche sociale doit passer de la question du « quoi » de la radio à celle de son « comment ». Le « quoi » fait référence aux éléments relatifs au contenu de la radio. Il s’agit donc de l’expression et de la signification des matériaux radiodiffusés : quelle musique, quand et comment, introduite avec quel type de discours, etc. Le « quoi » est l’objet traditionnel des études empiriques qui explique les phénomènes relatifs au contenu selon une description « proximale », c’est-à-dire en ayant recours aux explications sociales courantes.

  • 15 Theodor W. Adorno, Current of Music. Éléments pour une théorie de la radio, traduit par Pierre Arno (...)
  • 16 Theodor W. Adorno, « Recherches expérimentales aux États-Unis » [1968], in : Modèles critiques. Int (...)
  • 17 Theodor W. Adorno, « L’actualité de la philosophie » [1931], in : L’actualité de la philosophie et (...)

11Le « comment » de la radio, quant à lui, prend les choses en deçà de leur objectivation comme contenu signifiant : il s’agit des « caractéristiques des phénomènes radiophoniques en tant que tels, à l’exclusion de tout contenu ou matériau particuliers. [Il s’agit de porter] l’attention sur la façon dont les voix ou les instruments de musique, quels qu’ils soient, sont présentés par la radio15 ». Le « comment » de la radio est alors à comprendre comme la recherche d’une description « décentrée » qui se configure selon les modalités attribuées par Adorno à la tâche de l’interprétation dans « L’actualité de la philosophie ». Selon ces modalités, la tâche est « d’interpréter les phénomènes, et non de repérer, d’ordonner et de classer des faits, ni même en faire un matériel d’information16 ». Contrairement à la recherche administrative qui vise à créer une correspondance entre les résultats de la recherche et la réalité qui y est décrite, l’interprétation, selon Adorno, ne peut coexister paisiblement avec ce qui est à interpréter. Le caractère énigmatique de la réalité, le fait que celle-ci est marquée par l’écart épistémique nommé plus haut, demande une interprétation qui prend la forme d’une résolution de l’énigme. Or cette résolution doit être comprise comme son abolition : « La résolution de l’énigme a pour fonction, en un éclair, de mettre en lumière la configuration de l’énigme et de l’abolir, non de persister derrière l’énigme et de lui ressembler17. » Ce qui est visé est la transformation de l’expérience de l’objet afin de proposer une transformation de son concept : par l’attention au détail qui ne cadre pas avec le concept reçu et qui est en tension avec lui, tenter d’articuler une nouvelle conception de l’objet qui prenne en compte ce détail, afin de délivrer l’objet de cette tension.

12Le « comment » est ainsi une manière d’articuler la double présentation. Il l’articule en étant un mode de questionnement qui, d’une part, sous le mode de la première présentation, révèle l’insuffisance et la contingence de l’unité descriptive et explicative du « quoi » en mettant en lumière les contradictions qui y sont à l’œuvre. D’autre part, le « comment » articule la double présentation sous le mode de la seconde présentation, car il vise à abolir cette insuffisance en proposant une nouvelle description interprétative mettant en lumière l’expression, sous forme de traces, d’un certain excédent à même le matériau qui pourrait abolir la contradiction. C’est cette distinction entre le « quoi » et le « comment » qui légitime le recours à la méthode physiognomonique.

  • 18 Theodor W. Adorno, Current of Music. Éléments pour une théorie de la radio, traduit par Pierre Arno (...)
  • 19 Theodor W. Adorno, Current of Music. Éléments pour une théorie de la radio, traduit par Pierre Arno (...)

13Traditionnellement, la physiognomonie renvoie aux écrits de Johann Caspar Lavater portant « sur les mouvements expressifs du visage humain [qui visent à fournir] des indications fiables sur la personnalité qui leur est sous-jacente18 ». Bien qu’elle soit scientifiquement discréditée, Adorno sauvegarde l’idée de la physiognomonie tout en l’autonomisant par rapport à son passé. Ce qu’il retient de la physiognomonie, c’est l’idée que les phénomènes relatifs à la radio forment une unité comparable à celle d’un visage19, c’est-à-dire que quelque chose se donne en eux de telle manière qu’ils deviennent l’expression d’un sens caché. Partons du fait suivant : avant toute expérience d’un contenu déterminé, Adorno constate que la radio nous parle. Elle possède une voix qui semble lui être propre, elle crée une intimité, le poste de radio est l’objet visible qui agit comme support d’une voix dont la source reste cachée. Voici comment Adorno justifie la physiognomonie en tant que modèle interprétatif qui ressortit au « comment », dans le sens où elle témoigne d’une reconnaissance de la disparité entre l’apparence et ce qui se tient derrière elle :

  • 20 Theodor W. Adorno, Current of Music. Éléments pour une théorie de la radio, traduit par Pierre Arno (...)

« La “voix de la radio”, tout comme la voix ou le visage humains, est “présente”. Elle suggère toujours en même temps que quelque chose se tient “derrière” elle. Nous ne savons pas vraiment ce qu’est ce “quelque chose”, mais il apparaît à même le phénomène radiophonique et semble être intimement lié à l’expérience qu’on en fait. Il en va ici de même que dans la physiognomonie du visage20. »

14La tâche théorique est ainsi de partir de l’expression de ce « quelque chose » qui agit comme un signe, et de le décrire minutieusement afin de trouver les concepts permettant de donner un contenu à cette expression.

Première présentation

  • 21 Theodor W. Adorno, Current of Music. Éléments pour une théorie de la radio, traduit par Pierre Arno (...)
  • 22 Theodor W. Adorno, Current of Music. Éléments pour une théorie de la radio, traduit par Pierre Arno (...)

15Cette source cachée convoque, selon Adorno, une « illusion de proximité21 » de la radio, la voix est présente, sa présence lui confère une autorité qui agit comme sa légitimité : on croit en ce qu’elle dit22. Cette autorité de la radio va du comique de la lecture de La guerre des mondes par H. G. Wells au tragique de la propagande de masse, qui s’insère dans la demeure de tout un chacun et brouille la distinction entre vies publique et privée. Ce brouillage n’appartient pas en propre à la radio, mais provient des transformations de l’organisation totale de la société capitaliste, alors en cours et aujourd’hui stabilisées, qui visaient à traduire le temps inutile en temps socialement utile en vampirisant de plus en plus la vie privée, afin d’arrimer tout temps libre au régime de la consommation. Cette dimension de la question est oblitérée par le « quoi » de la radio et légitime ainsi le passage à la question du « comment » de la radio, car une première contradiction peut déjà y être décelée : alors qu’il est possible, selon les modalités du « quoi » de la radio, de l’utiliser comme un outil d’émancipation – en l’utilisant comme le moyen d’une éducation culturelle –, la radio, selon les modalités du « comment », apparaît comme un outil d’asservissement. Cet asservissement n’est pas seulement causé par la propagande, mais peut se constater dans tous les phénomènes qui accompagnent la radio. C’est cet asservissement, qui est la contradiction au sein de la radio, que la physiognomonie a pour tâche de présenter afin de l’abolir.

La contradiction dans l’écoute

16Cet asservissement est présent même lors de la transmission à la radio d’œuvres musicales dites « de qualité », car la radiodiffusion crée une altération de la facture musicale des œuvres qui se résume par le phénomène de la « voix de la radio », qui rassemble l’ensemble des effets causés par la transmission électrique de la musique « de qualité ». Ce phénomène empêche de faire l’expérience de la musique et contraint l’auditeur à penser que la musique est une marchandise parmi d’autres. Pour Adorno, les effets de la « voix de la radio » affectent de manière frappante la radiodiffusion des symphonies. C’est sur cet exemple que nous nous concentrerons.

  • 23 Theodor W. Adorno, Current of Music. Éléments pour une théorie de la radio, traduit par Pierre Arno (...)
  • 24 Theodor W. Adorno, Nachgelassene Schriften. Abteilung I: Fragment gebliebene Schriften, t. III : Cu (...)
  • 25 Theodor W. Adorno, Current of Music. Éléments pour une théorie de la radio, traduit par Pierre Arno (...)
  • 26 Theodor W. Adorno, Current of Music. Éléments pour une théorie de la radio, traduit par Pierre Arno (...)
  • 27 La symphonie « ne va pas se manifester comme totalité, au sein de laquelle chaque partie doit sa si (...)

17Adorno démontre que la radiodiffusion d’une symphonie engendre les phénomènes suivants : la perte des contrastes entre fortissimo et pianissimo23 ; l’incapacité pour la musique de se spatialiser adéquatement afin de générer « la contraction symphonique du temps24 » ; à plein volume, la symphonie « semble exercer un pouvoir collectif sur l’individu25 » ; à bas volume, la symphonie prend l’apparence d’une musique de chambre, ce qui empêche de saisir sa structure propre26. Tous ces phénomènes empêchent de saisir la symphonie comme la totalité qu’elle est objectivement et qui tient à son intelligibilité en tant qu’œuvre. La « voix de la radio » a donc pour conséquence d’imposer une écoute atomisée27, qui empêche de faire l’expérience de l’objet radiodiffusé. Autrement dit, ce qui est donné à écouter n’est plus écoutable, tandis que cette façon d’écouter est représentée comme étant adéquate à l’œuvre.

  • 28 Theodor W. Adorno, Current of Music. Éléments pour une théorie de la radio, traduit par Pierre Arno (...)
  • 29 Theodor W. Adorno, Current of Music. Éléments pour une théorie de la radio, traduit par Pierre Arno (...)
  • 30 Theodor W. Adorno, Current of Music. Éléments pour une théorie de la radio, traduit par Pierre Arno (...)

18Adorno en arrive donc à questionner la relation qu’une telle radiodiffusion peut avoir avec les espérances pédagogiques liées à la « démocratisation » des œuvres ainsi que le revendique la recherche sociale administrée : « Est-il important qu’un auditeur ne connaisse que des symphonies présentant les caractéristiques spécifiques de la “voix de la radio”28 ? » En un mot : oui, c’est important. Selon Adorno, ce n’est pas le connaisseur de musique qui souffrira le plus des altérations que produit la « voix de la radio », bien qu’il soit peut-être le seul à pouvoir entendre ces altérations. Au contraire, c’est l’auditeur néophyte qui en subira le plus grand préjudice. « Les gens qui connaissent déjà la musique symphonique peuvent toujours comprendre l’unité symphonique quand ils écoutent la radio, car ils peuvent […] ajouter des relations qui ne sont pas exprimées par la “voix de la radio”29. » L’auditeur néophyte, quant à lui, ne peut se positionner de la même manière et ainsi la radio « échoue dans la tâche pédagogique qui découle de son rapport aux masses d’auditeurs nouveaux30 ».

L’origine sociale de la contradiction dans l’écoute

  • 31 Theodor W. Adorno, Current of Music. Éléments pour une théorie de la radio, traduit par Pierre Arno (...)

19Bien que les phénomènes provoquant une contradiction dans l’écoute puissent être dus à une insuffisance technique de la radio, Adorno conçoit que la cause réelle est à trouver au sein même des contradictions de la société capitaliste : « L’unité du phénomène radiophonique en lui-même […] n’est rien d’autre que l’unité de la société qui détermine tous ses traits31. » En s’appuyant sur une théorie de la société d’inspiration largement marxienne visant à rendre intelligible la totalité sociale effective à partir des catégories interprétatives des rapports de production et de leurs conséquences sur l’ensemble des rapports sociaux, Adorno formule quatre prémisses à partir desquelles il établit un parallèle avec la situation de la musique radiodiffusée. Ce parallèle révèle la contradiction sociale qu’une enquête sur le phénomène radio doit travailler à éliminer. Voici ces quatre prémisses :

  • 32 Theodor W. Adorno, Current of Music. Éléments pour une théorie de la radio, traduit par Pierre Arno (...)

« a) Nous vivons dans une société marchande – c’est-à-dire une société dans laquelle la production des biens vise le profit, et non pas d’abord la satisfaction des besoins et des volontés de l’homme […].
b) Il existe dans notre société marchande une tendance générale à la concentration prononcée du capital, qui [profite à] la production monopolistique massive de biens standardisés ; ceci vaut particulièrement pour les industries de la communication.
c) Plus les difficultés que rencontre la société contemporaine augmentent dès qu’elle cherche à garantir sa pérennité, plus se renforce la tendance générale au maintien, par tous les moyens possibles, des conditions existantes du pouvoir et des relations de propriété, contre les menaces que la société engendre elle-même […].
d) Étant donné que, dans notre société, les forces de production sont hautement développées, et que, dans le même temps, les relations de production entravent les forces productives, cette société est pétrie d’antagonismes. Ces antagonismes ne se limitent pas à la sphère économique, où ils sont universellement reconnus, mais régissent également la sphère culturelle, où ils sont moins aisément reconnaissables32. »

20Ces prémisses forment une sorte d’argument dont la conclusion est que la société contradictoire souffre d’une insuffisance qui pourrait être résorbée par ce qu’elle entrave, c’est-à-dire les forces productives tant économiques que culturelles. Ces contradictions sont maintenues en place de manière idéologique : en n’offrant que la fausse façade de la prétendue nécessité de ses propres catégories effectives, la société bloque l’expression des possibilités transformatrices, c’est-à-dire des possibilités dont l’actualisation détruirait l’apparente naturalité de la société. En présentant le parallèle qu’Adorno dresse entre ces prémisses et la situation de la musique radiodiffusée, il sera possible de comprendre comment la totalité sociale agit comme un bloc empêchant l’expression de ses possibilités immanentes.

  • 33 Cette thèse est amplement déployée dans Theodor W. Adorno, Le caractère fétiche dans la musique et (...)
  • 34 Thorstein Veblen, « Pecuniary Canons of Taste », in : The Theory of the Leisure Class, édité par Ma (...)

21Parallèlement à la prémisse (a) qui énonce le primat social de la forme marchandise, Adorno demande de reconnaître que la musique elle-même est devenue une marchandise et traitée comme telle33. Ceci a deux conséquences : premièrement, elle tombe dans un processus de fétichisation par lequel elle n’est qu’un moyen de reconduire les classes sociales existantes. La consommation musicale d’un canon culturel reconnu comme objectivement supérieur est le moyen, comme l’ont démontré Thorstein Veblen et Pierre Bourdieu34, d’une démarcation de classe. À ce titre, la musique est consommée à des fins ostentatoires qui appuient la reproduction des hiérarchies sociales.

  • 35 Theodor W. Adorno, Current of Music. Éléments pour une théorie de la radio, traduit par Pierre Arno (...)
  • 36 Walter Benjamin, « L’œuvre d’art à l’époque de sa reproduction mécanisée » [1936], in : Écrits fran (...)
  • 37 Theodor W. Adorno, Current of Music. Éléments pour une théorie de la radio, traduit par Pierre Arno (...)

22Fétiche, la musique le devient aussi par sa reproduction radiophonique. Adorno apporte ici un correctif à la thèse de la reproductibilité technique de Benjamin : pour Adorno, la musique n’a jamais possédé d’aura35, car elle est fondée sur l’idée de sa reproduction. Autrement dit, la musique ne possède pas d’original – ni la partition ni la performance ne tiennent lieu d’original –, son hic et nunc n’est donc jamais unique. Ce correctif vise cependant à sauvegarder l’élément progressiste de la thèse benjaminienne : tout ce qui, à l’époque de la reproductibilité technique de l’œuvre d’art, va dans le sens d’une conservation de l’aura se trompe, car c’est justement dans son déclin que se donne à lire l’expression des possibilités émancipatrices sous la forme de la liquidation de la tradition36. C’est par contraste avec cette liquidation que la radio fait problème, car voici qu’avec la radiodiffusion des concerts la musique se trouve sous le simulacre de l’aura qui s’articule avec la consommation ostentatoire : d’un coup, la « vraie » musique devient celle du concert auquel seule une caste de « happy few » peut accéder, alors que le reste de la population doit se satisfaire de l’ersatz reproduit à la radio. Cet ersatz produit socialement par la reproduction radiophonique de la musique possède également les qualités objectives d’un ersatz. L’atomisation de la symphonie en une série plus ou moins articulée de mélodies, par exemple, confirme le statut de marchandise que revêt maintenant la musique : elle est rendue disponible à une écoute distraite, marque d’une « écoute consumériste […] dont l’idéal est de dispenser le destinataire […] de tout effort – quand bien même un tel effort […] est la condition nécessaire d’une compréhension du sens de la musique37 ».

  • 38 Theodor W. Adorno, Current of Music. Éléments pour une théorie de la radio, traduit par Pierre Arno (...)
  • 39 Theodor W. Adorno, Current of Music. Éléments pour une théorie de la radio, traduit par Pierre Arno (...)

23Parallèlement à la prémisse (b) qui énonce la tendance à la standardisation des biens, Adorno remarque la grande similitude dans l’offre des différentes stations de radio quant au contenu de leur programmation. La radiodiffusion de concerts en direct est à l’époque la norme, et bien que l’offre soit toujours croissante elle est l’équivalent musical, nous dit Adorno, de cette « forme comique et paradoxale de compétition entre carburants ne différant que de nom38 ». Cette standardisation crée l’effet d’une pseudo-liberté qui camoufle l’absence de liberté réelle, mais crée également les conditions idéologiques de l’identification avec l’actualité. C’est ce que révèle le parallèle avec la prémisse (c) qui énonce le durcissement idéologique de la société : il n’est nul besoin de mettre des intentions malignes au compte des radiodiffuseurs pour exposer leur défense des intérêts de la totalité sociale. Par sa forme marchande standardisée, la radio « sert à empêcher les auditeurs de critiquer les réalités sociales39 ». Cet exemple donné par Adorno montre la force du mécanisme d’identification à la réalité :

  • 40 Cet exemple n’est ni une fable ni le fruit de l’imagination d’Adorno, elle ressort d’une analyse qu (...)

« L’illusion selon laquelle ce qu’il y a de meilleur convient très bien pour l’homme de la rue se propage. L’agriculteur ruiné est consolé par la croyance, distillée par la radio, selon laquelle Toscanini joue pour lui et pour lui seul, et qu’un ordre des choses qui lui permet d’entendre Toscanini compense les bas prix du marché pour les produits agricoles ; quand bien même il arrache ses plants de coton, la radio lui offre de la culture […]. À cet égard, la musique radiodiffusée présente une nouvelle fonction, qui n’est pas inhérente à la musique comprise comme art : une fonction consistant à créer la suffisance et l’autosatisfaction40. »

  • 41 Theodor W. Adorno, Current of Music. Éléments pour une théorie de la radio, traduit par Pierre Arno (...)

24La musique que la radio transmet est déjà configurée sur mesure pour un auditeur type qui est toujours déjà formé pour la recevoir. La capacité d’expression de la nouveauté, qui est pour Adorno l’une des capacités intrinsèques de l’art, est ici amputée par la radio ; alors qu’elle devrait permettre de faire l’expérience de cette nouveauté, elle se transforme en un outil de consolidation de l’idéologie dominante. De plus, cette tension se révèle être en corrélation directe avec une des contradictions les plus tenaces de la société capitaliste. C’est ce que relève le parallèle avec la prémisse (d), qui énonce que la contradiction entre les forces productives et les rapports de production affecte également la sphère culturelle. À ce sujet, Adorno en vient à faire ce constat : « Alors que la radio atteste d’une avance technique considérable, elle n’a initié aucune tendance à l’amélioration de la musique ou de l’écoute musicale41. »

25Ainsi, la radio ne peut se targuer d’être un instrument des Lumières, car elle détruit la possibilité de l’expérience objective des œuvres tout en les réifiant et en les fétichisant. Non seulement la radio, dans son état actuel, ne peut être mobilisée pour un tel programme culturel, mais bien plus, en tentant de le faire, elle se renverse en son contraire : elle devient un outil régressif de la domination sociale. Elle devient ainsi un cas typique des blocages créés par la société réifiée : loin de servir et d’accompagner l’émergence de quelque chose de nouveau et donc d’apparaître comme ce qui porte la possibilité de l’histoire, elle réprime cette possibilité et devient l’organe d’une effectivité qui se reproduit de manière toujours semblable.

Penser l’insuffisance : comment lier la première présentation à la seconde

26La première présentation a réussi à mettre en avant que la situation sociale dans laquelle se trouvait la radio était contradictoire, et que ce qui pourrait éliminer cette contradiction était bloqué par les catégories sociales effectives. Comme le dit Adorno, il ne suffit pas de présenter le « mécanisme » qui produit la société réifiée, il faut également travailler à éliminer l’apparence de naturalité de la société réifiée :

  • 42 Theodor W. Adorno, Current of Music. Éléments pour une théorie de la radio, traduit par Pierre Arno (...)

« Dans une étude sociale, il n’est jamais suffisant de séparer l’apparence et l’illusion de l’essentiel et du réel. Dans une société comme la nôtre, où le vernis – l’“apparence” – est aussi grossier, il est tout aussi important d’éliminer l’“illusion” que d’étudier le mécanisme qui la produit42. »

27Éliminer l’illusion signifie présenter le réel d’une manière telle qu’une expérience autre de l’objet devienne possible, qu’à l’apparence contradictoire effective fasse place un apparaître autre qui s’y substitue. Cet apparaître autre est l’objet de la physiognomonie, qui vise à travailler le phénomène contradictoire de « la voix de la radio » afin de dégager en lui l’expression – c’est-à-dire la trace – d’une possibilité qui n’a encore jamais été actualisée et qui, si elle s’actualisait, ouvrirait le phénomène à un avenir différent. Autrement dit, il s’agit de passer d’une expérience dans laquelle l’objet apparaît comme simplement donné de manière statique, dans laquelle l’objet semble entièrement donné dans son immédiateté « naturelle », vers une expérience de ce qui, dans l’objet, n’a pas encore été présenté, une expérience de ce qui s’exprime dans l’objet sous la forme de la nouveauté. Ce dont il est question, c’est de faire l’expérience de la possibilité de l’histoire.

  • 43 Theodor W. Adorno, Current of Music. Éléments pour une théorie de la radio, traduit par Pierre Arno (...)

« [La valeur scientifique de la physiognomonie] dépend de notre capacité à résoudre les rébus de l’expression de la “voix de la radio” en référence aux forces en mouvement sous-jacentes et aux conséquences qui en découleront. Dès lors, notre étude est préliminaire en un sens radical. La physiognomonie de la radio marque un carrefour : le point d’intersection, au sein du phénomène, entre le passé, les causes du phénomène, et le futur, en l’espèce ses conséquences à venir43. »

28C’est ainsi que la question de l’écart épistémique entre ce que la radio est en soi et ce qu’elle est pour soi, et la question des blocages au sein de la société réifiée se rencontrent : résoudre cet écart épistémique, c’est-à-dire transformer la conception de ce qu’est la radio, revient également à résoudre le blocage socialement produit qui fait en sorte que les phénomènes radiophoniques sont contradictoires, c’est-à-dire qu’ils transforment l’objet. Ou, comme le dit Adorno en décrivant son projet de philosophie interprétative :

  • 44 Theodor W. Adorno, « L’actualité de la philosophie » [1931], in : L’actualité de la philosophie et (...)

« La réponse forme avec l’énigme une rigoureuse antithèse ; elle a besoin d’être construite à partir des éléments de l’énigme et détruit l’énigme, qui n’est pas sensée, mais dépourvue de sens, aussitôt que la réponse, sans réplique, lui est délivrée […]. Ce n’est certes pas dans le concept qu’est abolie l’effectivité ; mais de la construction de la figure de l’effectif suit à coup sûr promptement l’exigence de sa transformation réelle44. »

29« L’exigence de sa transformation réelle » est une exigence que la théorie pose à la pratique : la seule possibilité de résorber la contradiction est de transformer la réalité. Évidemment, le contenu de ces possibilités, affectées par la radicale absence de téléologie, doit être présenté dans la pleine conscience des blocages effectifs qui affectent les catégories les plus universelles de la totalité sociale.

Seconde présentation

  • 45 La plupart des potentialités en attente dans la radio se trouvent présentées à la fin du chapitre 3 (...)

30Qu’en est-il de la possibilité d’un réel progrès social qui s’articulerait autour de la radio ? Adorno donne quelques exemples des possibilités immanentes à la radio à même d’en enrayer le caractère régressif45. Afin d’exposer la forme de la seconde présentation, nous examinerons une seule de ces possibilités.

31Adorno affirme que la déformation technique engendrée par la radiodiffusion des œuvres et les répercussions de cette déformation sur l’expérience musicale tomberaient si l’idéologie qui les maintient était abandonnée :

  • 46 Theodor W. Adorno, Current of Music. Éléments pour une théorie de la radio, traduit par Pierre Arno (...)

« [La déformation tient en] l’idéal de l’imitation du concert et l’idéal d’une expérience publique qui continuerait à présenter un caractère privé. Ces deux exemples reflètent des éléments intrinsèques de la société contemporaine […]. Si la radio renonçait à ces deux “idéaux”, certaines de ses caractéristiques techniques, les plus problématiques selon nous, seraient abandonnées46. »

  • 47 Theodor W. Adorno, Current of Music. Éléments pour une théorie de la radio, traduit par Pierre Arno (...)

32Ce qui est visé par un tel abandon, c’est de faire en sorte que la « voix de la radio » ne soit plus l’expression d’une « voix sociale » qu’elle diffuse et camoufle simultanément, mais que la « voix de la radio » soit l’expression des possibilités techniques qui existent dans la radio afin d’exploiter cette expression comme vecteur d’une transformation sociale. Dans ce cas, la radio sera « véritablement en adéquation avec ses potentialités47 ». Autrement dit, il faut que la radio cesse d’être un médium imitatif pour devenir un médium expressif.

33Devenir un médium expressif signifie que la technologie qui sert de support à la diffusion radiophonique, c’est-à-dire le courant électrique, doit elle-même devenir le matériau de son expression artistique, afin de ne plus se limiter à transmettre une œuvre qui existerait indépendamment de ce médium. Cette possibilité consiste à jouer de la musique électrique :

  • 48 Theodor W. Adorno, Current of Music. Éléments pour une théorie de la radio, traduit par Pierre Arno (...)

« Notons toutefois que, jusqu’ici, les instruments électriques ne semblent pas présenter de raies sonores [c’est-à-dire une déformation qui participe à la “voix de la radio”]. S’il était possible de “jouer du courant électrique” de la radio comme on joue du piano ou du violon, la rayure auditive disparaîtrait peut-être. Mais nous savons que, dans la situation actuelle, cette suggestion semble utopique48. »

34Quel est cependant le contenu utopique d’une telle possibilité ? Est-elle simplement utopique en un sens négatif parce que les idéaux en vigueur la bloquent et la condamnent à ne pas pouvoir se réaliser ? Ou bien est-elle utopique en un sens positif parce qu’une telle possibilité implique une transformation sociale plus grande ?

  • 49 Theodor W. Adorno, « Memorandum: Music in Radio » [1938, non publié], in : Paul F. Lazarsfeld Paper (...)
  • 50 Cf. David Jenemann, Adorno in America, Minneapolis, University of Minnesota Press, 2007, p. 103 sq.

35Considérons ce que dit Adorno dans un texte non publié à propos du thérémine, un des premiers instruments électriques représentant cette possibilité de « jouer du courant électrique » : « Un trait qui devrait être remarqué […] est que plus le thérémine s’émancipe des modèles instrumentaux, plus il s’approche du son d’une voix chantée – sans bien sûr essayer de simuler un quelconque vox humana effect49. » Par cette émancipation, le thérémine devient un instrument en tant que tel, on en joue comme on joue du violon. Or, dans le cas du thérémine, la caisse de résonance est le haut-parleur qui peut être mis à distance du lieu de la performance. Le poste de radio dans la maison de l’auditeur devient un organe de l’instrument lui-même, et non pas un organe de l’enregistrement d’une performance. Cette distinction harmonise le hic et nunc de la performance et sa radiodiffusion : elles sont une seule et même chose. La radio pourrait ainsi devenir son propre médium expressif50. En devenant un médium expressif, l’objet radio révèle que ce qui semblait simplement donné de manière immédiate avait encore quelque chose à dire, que le concept effectif était insuffisant, et que cette insuffisance peut être comblée par une possibilité immanente à la configuration sociale effective, c’est-à-dire le thérémine.

  • 51 Theodor W. Adorno, Current of Music. Éléments pour une théorie de la radio, traduit par Pierre Arno (...)

36Le thérémine est donc l’instrument qui d’une part joue du courant électrique et contourne l’enjeu de la reproduction, et qui d’autre part actualise une possibilité immanente à la radio elle-même, possibilité dont s’est privée la radio en vertu des critères périmés reproduits par les catégories sociales qui en entourent la compréhension, c’est-à-dire « l’idéal de l’imitation du concert et l’idéal d’une expérience publique qui continuerait à présenter un caractère privé51 ». Cette possibilité peut être considérée comme utopique, de manière négative : en étudiant l’ensemble des comportements sociaux relatifs à la production et la consommation radiophonique, il est aisé de comprendre que jouer du thérémine puisse ne pas du tout apparaître comme un choix viable face aux attentes marchandes des producteurs et aux attentes culturelles du goût socialement cultivé des auditeurs. Ainsi, la possibilité de « jouer du courant » à même la radio apparaît comme une simple possibilité qui ne s’actualisera jamais, une utopie. Cette possibilité est cependant aussi utopique en un sens positif : elle est l’expression de la possibilité d’une transformation radicale du présent.

37Jouer du thérémine à la radio peut également être compris comme une manière de transformer l’approche pédagogique de l’éducation culturelle. Dans les années 1930, jouer du thérémine signifie rompre avec le canon artistique considéré de manière statique qui était le point de départ de la pédagogie « progressiste » espérée par la recherche sociale administrative. Or ce point de départ est une « fiction » :

  • 52 Theodor W. Adorno, Current of Music. Éléments pour une théorie de la radio, traduit par Pierre Arno (...)

« On perpétue cette fiction selon laquelle, quelle que soit l’époque, c’est faire preuve d’un “progressisme” et d’un humanisme tout à fait appropriés que d’inciter les hommes à écouter des symphonies de Beethoven […]. Alors que dans certains cas la possibilité d’une relation vivante aux produits de la civilisation et à leur valeur propre est manifestement devenue problématique, c’est à peine si la pédagogie pose sérieusement la question de la possibilité, dans la situation actuelle, de la culture dans son ensemble et celle de sa valeur absolue52. »

  • 53 Theodor W. Adorno, Current of Music. Éléments pour une théorie de la radio, traduit par Pierre Arno (...)

38Une telle relation vivante n’est plus possible lorsque les produits de la civilisation ont perdu leur signification progressiste, car l’élément de nouveauté qui s’exprimait en eux est dorénavant rendu muet par le fait que ces produits sont reconnus comme bons en tant que tels, sans que soit rapportée leur propre relation à l’histoire. Qui plus est, cette fiction a pour résultat une exposition répétée aux mêmes œuvres canoniques qui prolonge le caractère autoritaire de la relation à la culture : « Bien qu’une symphonie [dans sa radiodiffusion] perde l’autorité que lui confère son unicité, elle accumule une nouvelle autorité, qu’elle doit à son ubiquité ainsi qu’au fait de pouvoir être entendue à tout moment53. » Adorno clarifie cette idée en précisant que la répétition des œuvres à la radio fait l’effet d’un « matraquage » qui prive les individus de la possibilité de faire un choix :

  • 54 Theodor W. Adorno, Current of Music. Éléments pour une théorie de la radio, traduit par Pierre Arno (...)

« En débattant de l’idée selon laquelle l’attitude adoptée face au swing [comme à toute musique radiodiffusée] dépend dans une large mesure du “matraquage” et de la publicité, nous en vînmes à l’hypothèse suivante : l’un des facteurs décisifs est le fait que les gens n’ont plus le choix et acceptent ce qu’on leur impose de manière autoritaire54. »

  • 55 Theodor W. Adorno, Current of Music. Éléments pour une théorie de la radio, traduit par Pierre Arno (...)
  • 56 Theodor W. Adorno, Current of Music. Éléments pour une théorie de la radio, traduit par Pierre Arno (...)
  • 57 Theodor W. Adorno, Current of Music. Éléments pour une théorie de la radio, traduit par Pierre Arno (...)

39Cette situation d’adaptation forcée à ce qui est effectif a pour effet une privation de l’expérience : l’individu « se les [ses expériences] laisse prescrire par l’appareil social surpuissant, devenu opaque, et précisément pour cette raison, il ne parvient plus du tout à construire son Moi, à devenir en fait une “personne”55 ». Cette privation de l’expérience a pour effet, en retour, un renoncement à la pensée autonome qui est vécue comme ce qui perturbe cette adaptation56. Comme l’adaptation devient le critère décisif, une situation contradictoire émerge : c’est celui qui accepte pleinement l’adaptation, et qui donc renonce à la pensée, qui apparaît comme la personne « avisée » : « Les mêmes hommes qui s’interdisent la pensée […] sont devenus “avisés” et ne s’en laissent plus compter. Cette contradiction nous semble circonscrire dans la phase actuelle la préoccupation véritablement centrale de toute éducation consciente57. » Pour Adorno, l’abolition de la contradiction requiert de pousser celui qui est « avisé » jusqu’à la rupture lui imposant de penser à nouveau :

  • 58 Theodor W. Adorno, Current of Music. Éléments pour une théorie de la radio, traduit par Pierre Arno (...)

« Il s’agit de pousser cet “être avisé” jusqu’à ce qu’il rompe la fixation qui le rattache à son champ d’action immédiat et se mue en pensée véritable. C’est quand ils y parviennent que les hommes “mutilés” sont le mieux capables de mettre fin à la mutilation. Leur insensibilité peut se changer en esprit de sacrifice pour le vrai, leur improvisation en ruse dans le combat qui les oppose aux organisations géantes, leur mutité en disposition à accomplir l’action décisive sans mots ni arguments. Il s’ensuit clairement que les efforts dans ce sens de la pédagogie ne coïncident en aucun cas avec ceux d’une éducation “culturelle” traditionnelle58. »

40Or, c’est justement ce qu’accomplit le thérémine dans les années 1930 : en tant que nouvel instrument de musique qui trouve sa possibilité d’expression sans recourir à aucune ruse imitative, en tant qu’instrument de musique pour lequel les compositions ne peuvent s’inscrire a priori dans le canon culturel qui fait autorité de manière problématique, le thérémine apporte, dans son expression même, la nouveauté. Nouveauté qui peut « rompre la fixation » rattachant l’« être avisé » « à son champ d’action immédiat », car une telle nouveauté signifie qu’il n’y a encore aucune catégorie, aucun concept disponible au sein de l’effectivité sociale, qui puisse immédiatement traduire ce qui s’exprime par la possibilité de « jouer du courant électrique ».

  • 59 Theodor W. Adorno, Current of Music. Éléments pour une théorie de la radio, traduit par Pierre Arno (...)

41Faire de la radio un instrument expressif et non un instrument imitatif ouvre ainsi la possibilité de changer le paradigme pédagogique : il faut s’éduquer à faire l’expérience de l’expérience elle-même, en étant confronté à la nouveauté, et non simplement s’éduquer à comprendre le passé dont le lot d’expériences s’est réifié et est devenu un obstacle à tout progressisme. C’est en ce sens qu’il est possible de saisir que la possibilité de jouer du thérémine à la radio incarne une possibilité utopique en un sens positif : l’actualisation de cette possibilité a des répercussions qui ne concernent pas seulement l’objet radio et les relations sociales contradictoires qui l’accompagnent, mais qui concernent également la possibilité de faire l’expérience de la nouveauté, et donc de l’histoire, tout en redéfinissant notre conception pédagogique de la culture pour la rendre progressiste. Cette possibilité utopique existe, mais, comme le souligne Adorno, elle n’est accompagnée d’aucune garantie d’actualisation : « Nous devons saisir les possibilités qui se dessinent dans la situation actuelle – certes de manière très faible et sur un mode négatif – et qui sont à la mesure d’une humanité véritablement émancipée59. »

42Ce n’est que lorsque la radio parlera de sa propre voix que son expression pourra coïncider avec la voix progressive de la société. Mais comme cette possibilité ne s’est encore jamais actualisée, et qu’entre-temps le thérémine a perdu la capacité d’incarner la nouveauté qu’il avait dans les années 1930, la seconde présentation qui portait l’espoir de l’abolition pratique des contradictions effectives doit être à nouveau reprise, signe du fait que la présentation de la société ne peut jamais s’appuyer sur une présentation close, mais doit toujours prendre en compte que la présentation des conséquences futures, étant elle-même sujette aux changements de l’histoire, peut périr.

Notes

1 Nous ne pouvons, dans le cadre de cet article, entrer dans l’explication philologique de la double présentation, qui trouve son contexte d’énonciation en comparaison avec la présentation dialectique telle qu’elle peut être trouvée chez Hegel ou chez Marx. Disons simplement en un mot que ce qui la différencie de ces précédentes est l’abandon de toute téléologie faisant de la possibilité de la réconciliation un troisième fixe.

2 Theodor W. Adorno, Nachgelassene Schriften. Abteilung IV: Vorlesungen, t. XV : Einleitung in die Soziologie (1968), édité par Christoph Gödde, Francfort-sur-le-Main, Suhrkamp, 1993, p. 32 (nous traduisons).

3 Theodor W. Adorno, « Société I » [1966], in : Société : intégration, désintégration. Écrits sociologiques, traduit par Pierre Arnoux et al., Paris, Payot, 2011, p. 24.

4 Les concepts de possibilités et de possibilités bloquées, tels qu’ils seront employés dans cet article, sont empruntés aux travaux de Iain Macdonald sur la philosophie modale d’Adorno. Cf., entre autres, Iain Macdonald, « Un utopisme modal ? Possibilité et actualité chez Hegel et Adorno », in : Pierre-François Noppen, Gérard Raulet et Iain Macdonald (dir.), Les normes et le possible. Héritage et perspectives de l’École de Francfort, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2013, p. 345-359 ; Iain Macdonald, « “What Is, Is More than It Is”: Adorno and Heidegger on the Priority of Possibility », International Journal of Philosophical Studies, vol. 19, no 1, 2011, p. 31-57.

5 Theodor W. Adorno, « Société II » [publ. posthume], in : Société : intégration, désintégration. Écrits sociologiques, traduit par Pierre Arnoux et al., Paris, Payot, 2011, p. 37.

6 « Le seul fait qu’à la fin de chaque cycle de travail social, il reste tendanciellement un produit social supérieur à celui qui était donné au début du cycle signifie qu’il y a un moment dynamique : ce “plus” et tout ce qu’il implique en termes de changements de possibilités, de besoins, et aussi de conflits, renvoie nécessairement à des modifications du statu quo – peu importe que les hommes eux-mêmes ou ceux qui les dominent les appellent ou non par leurs vœux » (Theodor W. Adorno, « Société II » [publ. posthume], in : Société : intégration, désintégration. Écrits sociologiques, traduit par Pierre Arnoux et al., Paris, Payot, 2011, p. 40).

7 Theodor W. Adorno, « Introduction à La Querelle du positivisme au sein de la sociologie allemande » [1969], in : Le conflit des sociologies. Théorie critique et sciences sociales, traduit par Pierre Arnoux et al., Paris, Payot, 2016, p. 254.

8 À ce sujet, Adorno dira explicitement que la tâche de la sociologie est de rendre compte de ces possibilités de transformation : « Si vous me demandiez ce que devrait être réellement la sociologie, je vous dirais qu’elle doit être une incursion dans la société, dans l’essentiel de la société. C’est une incursion dans ce qui est, mais une incursion critique, en ce sens qu’elle mesure ce qui “est le cas” […] à l’aune de ce que la société prétend être, afin de détecter dans cette contradiction le potentiel, les possibilités pour changer la constitution entière de la société » (Theodor W. Adorno, Nachgelassene Schriften. Abteilung IV: Vorlesungen, t. XV : Einleitung in die Soziologie (1968), édité par Christoph Gödde, Francfort-sur-le-Main, Suhrkamp, 1993, p. 31 ; nous traduisons).

9 La littérature couvrant la relation tendue entre Adorno et les différents membres du projet, si ce n’est le projet lui-même, est vaste. Pour un aperçu sur le sujet, il est possible de consulter Theodor W. Adorno, « Recherches expérimentales aux États-Unis » [1968], in : Modèles critiques. Interventions – Répliques, traduit par Marc Jimenez et Éliane Kaufholz, Paris, Payot, 1984, p. 230-260 ; Martin Jay, The Dialectical Imagination: A History of the Frankfurt School and the Institute of Social Research, 1923-1950, Boston, Little, Brown and Company, 1973, p. 188-193 ; Rolf Wiggershaus, L’École de Francfort. Histoire, développement, signification, traduit par Lilyane Deroche-Gurcel, Paris, Presses universitaires de France, 1993, p. 223-233 ; Stefan Müller-Doohm, Adorno. Une biographie, traduit par Bernard Lortholary, Paris, Gallimard, 2004, p. 243-256 ; David Jenemann, Adorno in America, Minneapolis, University of Minnesota Press, 2007, p. 47-104 ; Matthias Benzer, The Sociology of Theodor Adorno, Cambridge (UK), Cambridge University Press, 2011, p. 62 sqq. et 101 sqq. ; David E. Morrison, « Kultur and Culture: The Case of Theodor W. Adorno and Paul F. Lazarsfeld », Social Research, vol. 45, no 2, 1978, p. 331-355 ; Thomas Y. Levin et Michael von der Linn, « Elements of a Radio Theory: Adorno and the Princeton Radio Research Project », The Musical Quaterly, vol. 78, no 2, 1994, p. 316-324 ; et Detlev Claussen, « Intellectual Transfer: Theodor W. Adorno’s American Experience », New German Critique, no 97, 2006, p. 5-14.

10 Theodor W. Adorno, Current of Music. Éléments pour une théorie de la radio, traduit par Pierre Arnoux, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme / Québec, Les Presses de l’Université Laval, 2010, p. 184. L’expression provient de Paul Lazardsfeld, « Remarks on Administrative and Critical Communications Research », Studies in Philosophy and Social Science, vol. 9, 1941, p. 2-11.

11 Voir la « fable » proposée par Paul Lazarsfeld pour rendre compte du concept de recherche administrative : « Remarks on Administrative and Critical Communications Research », Studies in Philosophy and Social Science, vol. 9, 1941, p. 3-8.

12 Theodor W. Adorno, Current of Music. Éléments pour une théorie de la radio, traduit par Pierre Arnoux, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme / Québec, Les Presses de l’Université Laval, 2010, p. 184. Cette citation est une paraphrase de Paul Lazarsfeld (« Remarks on Administrative and Critical Communications Research », Studies in Philosophy and Social Science, vol. 9, 1941, p. 15).

13 Theodor W. Adorno, Current of Music. Éléments pour une théorie de la radio, traduit par Pierre Arnoux, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme / Québec, Les Presses de l’Université Laval, 2010, p. 184.

14 « Ce qui m’irritait surtout c’était une sorte de cercle vicieux méthodologique : le fait que pour saisir le phénomène de la réification culturelle selon les normes en cours de la sociologie empirique, il fallait se servir de méthodes elles-mêmes réifiées » (Theodor W. Adorno, « Recherches expérimentales aux États-Unis » [1968], in : Modèles critiques. Interventions – Répliques, traduit par Marc Jimenez et Éliane Kaufholz, Paris, Payot, 1984, p. 238 sq.).

15 Theodor W. Adorno, Current of Music. Éléments pour une théorie de la radio, traduit par Pierre Arnoux, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme / Québec, Les Presses de l’Université Laval, 2010, p. 63.

16 Theodor W. Adorno, « Recherches expérimentales aux États-Unis » [1968], in : Modèles critiques. Interventions – Répliques, traduit par Marc Jimenez et Éliane Kaufholz, Paris, Payot, 1984, p. 231.

17 Theodor W. Adorno, « L’actualité de la philosophie » [1931], in : L’actualité de la philosophie et autres essais, traduit par Pierre Arnoux et al., Paris, Éditions Rue d’Ulm, 2008, p. 18.

18 Theodor W. Adorno, Current of Music. Éléments pour une théorie de la radio, traduit par Pierre Arnoux, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme / Québec, Les Presses de l’Université Laval, 2010, p. 61.

19 Theodor W. Adorno, Current of Music. Éléments pour une théorie de la radio, traduit par Pierre Arnoux, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme / Québec, Les Presses de l’Université Laval, 2010, p. 62 sq.

20 Theodor W. Adorno, Current of Music. Éléments pour une théorie de la radio, traduit par Pierre Arnoux, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme / Québec, Les Presses de l’Université Laval, 2010, p. 70.

21 Theodor W. Adorno, Current of Music. Éléments pour une théorie de la radio, traduit par Pierre Arnoux, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme / Québec, Les Presses de l’Université Laval, 2010, p. 68.

22 Theodor W. Adorno, Current of Music. Éléments pour une théorie de la radio, traduit par Pierre Arnoux, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme / Québec, Les Presses de l’Université Laval, 2010, p. 68.

23 Theodor W. Adorno, Current of Music. Éléments pour une théorie de la radio, traduit par Pierre Arnoux, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme / Québec, Les Presses de l’Université Laval, 2010, p. 77.

24 Theodor W. Adorno, Nachgelassene Schriften. Abteilung I: Fragment gebliebene Schriften, t. III : Current of Music: Elements of a Radio Theory, édité par Robert Hullot-Kentor, Francfort-sur-le-Main, Suhrkamp, 2006, p. 518 sqq. (passage non traduit dans la version française).

25 Theodor W. Adorno, Current of Music. Éléments pour une théorie de la radio, traduit par Pierre Arnoux, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme / Québec, Les Presses de l’Université Laval, 2010, p. 78.

26 Theodor W. Adorno, Current of Music. Éléments pour une théorie de la radio, traduit par Pierre Arnoux, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme / Québec, Les Presses de l’Université Laval, 2010, p. 78.

27 La symphonie « ne va pas se manifester comme totalité, au sein de laquelle chaque partie doit sa signification propre à sa relation aux autres parties ; elle devient plutôt une succession rapide de “sections-atomes”, perçues plus ou moins isolément » (Theodor W. Adorno, Current of Music. Éléments pour une théorie de la radio, traduit par Pierre Arnoux, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme / Québec, Les Presses de l’Université Laval, 2010, p. 79).

28 Theodor W. Adorno, Current of Music. Éléments pour une théorie de la radio, traduit par Pierre Arnoux, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme / Québec, Les Presses de l’Université Laval, 2010, p. 76.

29 Theodor W. Adorno, Current of Music. Éléments pour une théorie de la radio, traduit par Pierre Arnoux, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme / Québec, Les Presses de l’Université Laval, 2010, p. 81.

30 Theodor W. Adorno, Current of Music. Éléments pour une théorie de la radio, traduit par Pierre Arnoux, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme / Québec, Les Presses de l’Université Laval, 2010, p. 82.

31 Theodor W. Adorno, Current of Music. Éléments pour une théorie de la radio, traduit par Pierre Arnoux, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme / Québec, Les Presses de l’Université Laval, 2010, p. 103.

32 Theodor W. Adorno, Current of Music. Éléments pour une théorie de la radio, traduit par Pierre Arnoux, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme / Québec, Les Presses de l’Université Laval, 2010, p. 186 sq. (traduction modifiée).

33 Cette thèse est amplement déployée dans Theodor W. Adorno, Le caractère fétiche dans la musique et la régression de l’écoute, traduit par Christophe David, Paris, Éditions Allia, 2010, p. 27-36.

34 Thorstein Veblen, « Pecuniary Canons of Taste », in : The Theory of the Leisure Class, édité par Martha Banta, Oxford, Oxford University Press, 2007, p. 78-110 ; Pierre Bourdieu, La distinction. Critique sociale du jugement, Paris, Éditions de Minuit, 1979.

35 Theodor W. Adorno, Current of Music. Éléments pour une théorie de la radio, traduit par Pierre Arnoux, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme / Québec, Les Presses de l’Université Laval, 2010, p. 125.

36 Walter Benjamin, « L’œuvre d’art à l’époque de sa reproduction mécanisée » [1936], in : Écrits français, édité par Jean-Maurice Monnoyer, Paris, Gallimard, 1991, p. 181.

37 Theodor W. Adorno, Current of Music. Éléments pour une théorie de la radio, traduit par Pierre Arnoux, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme / Québec, Les Presses de l’Université Laval, 2010, p. 187 sq.

38 Theodor W. Adorno, Current of Music. Éléments pour une théorie de la radio, traduit par Pierre Arnoux, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme / Québec, Les Presses de l’Université Laval, 2010, p. 193 (traduction modifiée).

39 Theodor W. Adorno, Current of Music. Éléments pour une théorie de la radio, traduit par Pierre Arnoux, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme / Québec, Les Presses de l’Université Laval, 2010, p. 189.

40 Cet exemple n’est ni une fable ni le fruit de l’imagination d’Adorno, elle ressort d’une analyse qu’il a faite, avec ses collègues du PRRP, du courrier des lecteurs de plusieurs stations radiophoniques américaines (Theodor W. Adorno, Current of Music. Éléments pour une théorie de la radio, traduit par Pierre Arnoux, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme / Québec, Les Presses de l’Université Laval, 2010, p. 189).

41 Theodor W. Adorno, Current of Music. Éléments pour une théorie de la radio, traduit par Pierre Arnoux, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme / Québec, Les Presses de l’Université Laval, 2010, p. 189.

42 Theodor W. Adorno, Current of Music. Éléments pour une théorie de la radio, traduit par Pierre Arnoux, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme / Québec, Les Presses de l’Université Laval, 2010, p. 72. Pour un présentation plus complète de la dialectique de l’apparence, se référer à Theodor W. Adorno, « L’idée d’histoire de la nature » [1932], in : L’actualité de la philosophie et autres essais, traduit par Pierre Arnoux et al., Paris, Éditions Rue d’Ulm, 2008, p. 52 sq.

43 Theodor W. Adorno, Current of Music. Éléments pour une théorie de la radio, traduit par Pierre Arnoux, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme / Québec, Les Presses de l’Université Laval, 2010, p. 97 (nous soulignons).

44 Theodor W. Adorno, « L’actualité de la philosophie » [1931], in : L’actualité de la philosophie et autres essais, traduit par Pierre Arnoux et al., Paris, Éditions Rue d’Ulm, 2008, p. 21 (traduction modifiée).

45 La plupart des potentialités en attente dans la radio se trouvent présentées à la fin du chapitre 3 de la « Physiognomonie de la radio ». Il est cependant important de noter que ces potentialités proviennent essentiellement non pas d’Adorno mais de Ernst Křenek, qui avance l’idée, dans son article « Bemerkungen zur Rundfunkmusik », que la radio puisse devenir l’outil d’un nouveau type d’écoute, différente de celle possible en salle de concert. Cette écoute comprendrait la possibilité de faire les cent pas, de fumer des cigarettes, de lire la partition au moment de l’écoute, etc. (Theodor W. Adorno, « Physiognomonie de la radio » [1940], in : Current of Music. Éléments pour une théorie de la radio, traduit par Pierre Arnoux, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme / Québec, Les Presses de l’Université Laval, 2010, p. 89 sqq. ; Ernst Křenek, « Bemerkungen zur Rundfunkmusik », Zeitschrift für Sozialforschung, vol. 7, no 1-2, 1938, p. 160 sq.).

46 Theodor W. Adorno, Current of Music. Éléments pour une théorie de la radio, traduit par Pierre Arnoux, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme / Québec, Les Presses de l’Université Laval, 2010, p. 101.

47 Theodor W. Adorno, Current of Music. Éléments pour une théorie de la radio, traduit par Pierre Arnoux, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme / Québec, Les Presses de l’Université Laval, 2010, p. 86.

48 Theodor W. Adorno, Current of Music. Éléments pour une théorie de la radio, traduit par Pierre Arnoux, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme / Québec, Les Presses de l’Université Laval, 2010, p. 160.

49 Theodor W. Adorno, « Memorandum: Music in Radio » [1938, non publié], in : Paul F. Lazarsfeld Papers 1930-1976, Columbia University, Rare Book and Manuscript Library, Serie I, Box 26, 161 p., p. 153. Cité par Robert Hullot-Kentor dans son introduction au livre d’Adorno Current of Music. Éléments pour une théorie de la radio (Éditions de la Maison des sciences de l’homme / Québec, Les Presses de l’Université Laval, 2010, p. 31).

50 Cf. David Jenemann, Adorno in America, Minneapolis, University of Minnesota Press, 2007, p. 103 sq.

51 Theodor W. Adorno, Current of Music. Éléments pour une théorie de la radio, traduit par Pierre Arnoux, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme / Québec, Les Presses de l’Université Laval, 2010, p. 101.

52 Theodor W. Adorno, Current of Music. Éléments pour une théorie de la radio, traduit par Pierre Arnoux, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme / Québec, Les Presses de l’Université Laval, 2010, p. 341 sq.

53 Theodor W. Adorno, Current of Music. Éléments pour une théorie de la radio, traduit par Pierre Arnoux, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme / Québec, Les Presses de l’Université Laval, 2010, p. 129.

54 Theodor W. Adorno, Current of Music. Éléments pour une théorie de la radio, traduit par Pierre Arnoux, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme / Québec, Les Presses de l’Université Laval, 2010, p. 313.

55 Theodor W. Adorno, Current of Music. Éléments pour une théorie de la radio, traduit par Pierre Arnoux, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme / Québec, Les Presses de l’Université Laval, 2010, p. 346.

56 Theodor W. Adorno, Current of Music. Éléments pour une théorie de la radio, traduit par Pierre Arnoux, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme / Québec, Les Presses de l’Université Laval, 2010, p. 347.

57 Theodor W. Adorno, Current of Music. Éléments pour une théorie de la radio, traduit par Pierre Arnoux, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme / Québec, Les Presses de l’Université Laval, 2010, p. 348.

58 Theodor W. Adorno, Current of Music. Éléments pour une théorie de la radio, traduit par Pierre Arnoux, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme / Québec, Les Presses de l’Université Laval, 2010, p. 348.

59 Theodor W. Adorno, Current of Music. Éléments pour une théorie de la radio, traduit par Pierre Arnoux, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme / Québec, Les Presses de l’Université Laval, 2010, p. 350.

Auteur

William Ross, doctorant à l’université de Montréal. Intérêts de recherche en philosophie sociale, Théorie critique et épistémologie esthétique. Thèse sur la philosophie sociale d’Adorno.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search