Version classiqueVersion mobile

Théorie critique de la propagande

 | 
Pierre-François Noppen
, 
Gérard Raulet

Manipulation de masse et propagande fasciste chez Adorno et Horkheimer

Esquisse d’une théorie psychanalytique du jugement

Agnès Grivaux

Texte intégral

  • 1 Voir par exemple « La théorie freudienne et le modèle de la propagande fasciste », in : Theodor W. (...)
  • 2 Cf. Peter E. Gordon, « The Authoritarian Personality Revisited: Reading Adorno in the Age of Trump  (...)
  • 3 Cf. Wilhelm Reich, Massenpsychologie des Faschismus. Zur Sexualökonomie der politischen Reaktion un (...)
  • 4 Cf. Erich Fromm, « Die psychoanalytische Charakterologie und ihre Bedeutung für die Sozialpsycholog (...)
  • 5 La première édition de ce texte date de 1933. Il s’agit pour Reich, à l’aide de la psychologie de m (...)
  • 6 Ce point a été clairement exposé et commenté dans Katia Genel, Autorité et émancipation. Horkheimer (...)
  • 7 Voir à ce sujet les différents travaux autour de la personnalité et du caractère autoritaire réalis (...)

1L’actualité politique récente, à laquelle s’ajoutent de nouvelles traductions de certains textes de Theodor W. Adorno et de Max Horkheimer sur la propagande fasciste1, a contribué à susciter un regain d’intérêt pour la théorisation de la manipulation et de la propagande de masse dans la première Théorie critique2. Ce regain d’intérêt a conduit à réévaluer l’importance du dialogue avec la psychologie des masses3, la psychanalyse freudienne et la psychologie sociale, dans le cadre d’une analyse de la propagande. La perspective d’Adorno et de Horkheimer, établie essentiellement pendant la période d’exil aux États-Unis, accorde en effet un rôle décisif à ce dialogue. Inspirée par les études d’Erich Fromm durant les années 1930 autour du caractère autoritaire4, inscrite dans un débat avec les travaux de Wilhelm Reich sur la Psychologie de masse du fascisme5, cette perspective fait de la psychanalyse un vecteur de compréhension majeur de la manipulation fasciste et antidémocratique6. Elle éclaire par là la fascination pour l’autorité et le fascisme, en mettant au jour ses facteurs pulsionnels, libidinaux et existentiels. L’individu sensible à la propagande fasciste ou antidémocratique présente une personnalité de type autoritaire, soumise à de nombreux préjugés et marquée par un rapport rigide aux conventions, qui lui sont imposées par le biais d’une forte pression sociale. Ce rapport contraint à des conventions répressives conduit à une adhésion à la fois aveugle aux autorités instituées et mêlée de frustration. Il est sous-tendu par des tendances sadomasochistes et agressives non réprimées, qui ne sont autorisées à s’exprimer que lorsqu’elles visent à punir ceux qui ont au préalable été identifiés comme susceptibles de transgresser ces conventions répressives7.

2Nous voudrions toutefois montrer que la singularité de la théorie de la propagande d’Adorno et de Horkheimer ne réside pas seulement dans cet usage important de la psychanalyse, mais aussi dans la manière dont elle décale la fonction ordinairement attribuée à cette discipline. Dans le cadre de l’analyse de la propagande fasciste, la psychanalyse ne permet pas seulement d’identifier les pulsions souterraines interpellées et instrumentalisées par les médias et les agitateurs fascistes. Elle transforme surtout, par l’accent mis sur l’étude de l’antisémitisme et des préjugés induits et manipulés par cette propagande, la compréhension que l’on peut avoir de l’essence du jugement rationnel. En effet, le préjugé, en tant qu’il semble travaillé par certaines pulsions inconscientes qu’il vise à satisfaire, révèle un phénomène singulier : un certain usage du jugement peut devenir le vecteur privilégié de pulsions inconscientes. L’étude de la propagande semble donc participer d’une réflexion plus générale sur l’immanence de la raison et de la déraison à un niveau social.

3Quelles conséquences une théorie critique de la société doit-elle tirer de cette théorie psychanalytique du jugement constituée au contact de la propagande fasciste ? Adorno et Horkheimer soulignent d’emblée un écueil possible suscité par le recours à la psychanalyse dans l’analyse de la manipulation de masse : le risque de psychologisme. Comment saisir les facteurs inconscients qui y sont à l’œuvre, ainsi que leurs conséquences politiques, sans pour autant réduire cette manipulation à un phénomène d’ordre psychologique et libidinal ? Nous souhaiterions avancer l’hypothèse selon laquelle c’est justement en constituant une théorie de la propagande que l’approche psychanalytique du jugement peut être intégrée à la théorie critique de la société sans conduire au psychologisme. Certes, les préjugés sont engagés dans la satisfaction de pulsions inconscientes, dont il est impossible de ne plus tenir compte dans la théorie sociale. Leur analyse psychanalytique appelle toutefois, en même temps qu’une théorie du jugement, une théorie de la propagande comme fabrication consciente et politiquement planifiée de ce jugement.

  • 8 Cette relativisation des responsabilités politiques pourrait en effet être induite par l’usage irré (...)

4Nous souhaitons ainsi montrer qu’une telle approche de la référence psychanalytique dans la théorie de la propagande présente un double enjeu. Il s’agit, d’une part, de montrer le lien étroit qu’entretiennent les recherches sur la propagande fasciste d’Adorno et de Horkheimer avec l’analyse plus générale de la déraison sociale, ici mise à l’épreuve par le biais de l’étude d’une de ses manifestations empiriques, celle des préjugés de masse. D’autre part, l’enjeu est d’insister sur l’importance décisive de la théorie de la propagande dans l’analyse concrète de cette déraison sociale que font Adorno et Horkheimer : sans elle, l’usage de la psychanalyse dans l’examen de la déraison sociale exposerait la théorie critique au double risque du psychologisme et de la relativisation des responsabilités politiques8.

Préjugés individuels et déraison sociale

  • 9 Ces études sont rassemblées dans les Gesammelte Schriften, t. VIII : Soziologische Schriften I, édi (...)

5Adorno et Horkheimer consacrent plusieurs études significatives au rôle que peut jouer la psychanalyse dans la compréhension de la propagande fasciste et dans celle des préjugés et de l’antisémitisme. Ils lancent, à partir des années 1930, un vaste programme de recherches sur l’autorité et la famille qui nourrit la rédaction des Studies in Prejudice et notamment des Studies in the Authoritarian Personality. Plusieurs études spécifiques rédigées par Adorno leur succèdent, comme « Anti-Semitism and Fascist Propaganda » (1946), « Freudian Theory and the Pattern of Fascist Propaganda » (1951), ainsi que « The Psychological Techniques of Martin Luther Thomas’ Radio Addresses » (1943)9.

  • 10 « La dialectique de la raison se renverse objectivement et devient folie. Cette folie caractérise é (...)
  • 11 Cette question est légèrement différente de celle qui se pose lorsqu’on étudie le dialogue initié p (...)

6L’intérêt qu’Adorno et Horkheimer portent à la question des préjugés et de leur lien avec la propagande et la manipulation fasciste semble toutefois largement déborder le cadre de ces études particulières, ce qui donne à la psychanalyse un rôle de prime abord surprenant. Dès La dialectique de la raison, la question de la propagande est en effet intégrée à la compréhension plus globale de la déraison sociale, qui englobe à la fois le processus général d’autodestruction de l’Aufklärung et des phénomènes projectifs de masse à l’œuvre dans le fascisme10. La question est alors de savoir comment penser ensemble le passage global de la raison dans la déraison et l’extension de la paranoïa à toute une société, apparemment attisée par des dispositifs de propagande de masse. Doit-on rapprocher ici déraison et folie ? La question est reconduite au moment d’interpréter la prégnance au niveau social de phénomènes psychologiques qui sont d’ordinaire, au niveau individuel, l’apanage de la psychose – mécanismes de projection paranoïaque identifiant un groupe à persécuter, croyances et préjugés délirants, dépersonnalisation schizophrénique11. Peut-on les mettre en rapport avec la déraison structurelle qui se fait jour dans les années 1930 ?

7L’approche déployée dans La dialectique de la raison paraît ainsi instituer un rapport immanent entre raison et déraison, rationalisation sociale spécifique et déploiement conjoint d’un irrationalisme virulent, au niveau tant psychologique que social. Elle semble de ce fait devoir se confronter à un dispositif conceptuel, celui de la psychanalyse freudienne, qui remet également en cause la séparation traditionnelle et étanche entre raison et déraison, tout en articulant de manière complexe folie et déraison, psychisme et vie sociale. N’y aurait-il pas un lien entre la déraison de l’Aufklärung et l’émergence de mécanismes psychotiques à l’échelle collective, que seule l’articulation de la théorie sociale et de la psychanalyse permettrait de mettre au jour et d’étayer ?

  • 12 Cf. Theodor W. Adorno, « Vorurteil und Charakter » [1952], in : Gesammelte Schriften, t. IX-1 : Soz (...)

8Dans le cadre de ce questionnement, les préjugés deviennent un objet d’étude décisif : ils manifestent justement une certaine forme de conjonction du jugement et des pulsions, une certaine déraison qui tente d’épouser les traits du raisonnement dans le but d’induire une adhésion pseudo-rationnelle à l’irrationnel12. Dès lors, ils semblent permettre de faire la jonction entre des phénomènes individuels proches de la psychose et une déraison structurelle, étendue à l’échelle sociale. En effet, les préjugés sont bien des croyances individuelles, dont la particularité consiste à assouvir certaines tendances pulsionnelles qu’il est possible de reconstituer. Mais ils sont aussi des phénomènes collectifs, dont on peut faire la typologie et que l’on peut étudier sociologiquement, qui dépendent étroitement de la raison dominante et qui sont partagés par des groupes d’individus spécifiques. De ce fait, ils manifestent de quelle manière l’exercice du jugement, qui est à la base de la rationalité elle-même, peut se trouver travaillé de l’intérieur par les pulsions, jusqu’à s’autodétruire. Ils permettent également de manifester que des phénomènes individuels peuvent également changer d’échelle et devenir des phénomènes sociaux et collectifs.

9Toutefois, seule l’approche psychanalytique du préjugé semble pouvoir parvenir à constituer cette articulation de façon rigoureuse. Elle permet en effet de suggérer qu’il n’est pas seulement question, avec les préjugés, de motions inconscientes venant inquiéter de l’extérieur l’apparente rationalité de la vie sociale. Elle indique aussi, à partir des préjugés, comment le jugement rationnel lui-même, marqué par la domination sociale, se trouve lié à un certain régime pulsionnel. Elle peut alors rattacher le passage de la raison dans la déraison à l’émergence de phénomènes sociaux relevant habituellement du psychisme individuel et apparentés à la psychose.

10L’étude du préjugé révélerait ainsi la fonction singulière de la psychanalyse pour l’analyse de la propagande fasciste : elle doit, par l’élaboration d’une théorie du jugement, constituer une médiation entre déraison sociale, préjugés individuels et délire collectif.

Esquisse d’une théorie psychanalytique du jugement

  • 13 À ce titre, voir Theodor W. Adorno, « Opinion – illusion – société » [1960], in : Modèles critiques (...)

11Les études explicitement dédiées aux préjugés, qui considèrent les préjugés comme cette forme d’adhésion à l’irrationnel qui doit passer par le jugement pour se déployer, esquissent donc ce que l’on pourrait appeler une théorie psychanalytique du jugement. Notons d’emblée que cette théorie est indissociable de la théorie sociale et de la théorie de la connaissance. En effet, pour Adorno et Horkheimer, l’identification des contenus propres aux préjugés dépend des contenus constitués par ces deux théories, et toute définition du préjugé donnée indépendamment d’elles ne peut être faite qu’à un niveau formel. Le préjugé, qui permet bien de révéler certaines dimensions propres au jugement, d’ordinaire maintenues à l’état latent, doit donc être analysé par leur prisme13.

  • 14 Rolf Tiedemann signale à ce propos, dans la note éditoriale consacrée à ce texte, qu’il s’agit d’un (...)
  • 15 Adorno donne dans ce texte des exemples de préjugés antisémites développés dans les Studies in the (...)

12Du point de vue de la théorie de la connaissance, l’analyse psychanalytique du préjugé renvoie aux dimensions latentes propres au jugement travaillées depuis La dialectique de la raison. Ces dernières font l’objet d’une réélaboration détaillée dans un texte tardif et fort instructif, « Opinion, illusion, société14 ». La notion de préjugé y est englobée dans celle d’opinion15, et Adorno affirme à son propos :

  • 16 Theodor W. Adorno, « Opinion – illusion – société » [1960], in : Modèles critiques. Interventions – (...)

« L’affirmation d’une opinion, le simple fait de déclarer “c’est ainsi”, contient en puissance sa fixation, sa réification, avant même que n’interviennent les mécanismes psychologiques qui ensorcellent l’opinion, la fétichisent. La forme logique du jugement, qu’il soit juste ou faux, contient en soi quelque chose de dominateur, d’autoritaire, qui se reflète dans le fait d’insister sur une opinion comme sur un bien propre. Le simple fait d’avoir une opinion, de porter un jugement, est déjà en quelque sorte une fermeture à toute expérience, et a quelque chose de délirant, tandis que, par ailleurs, seul celui qui est apte à juger a du bon sens : c’est là peut-être la contradiction la plus profonde et irréductible dans l’opinion16. »

13Adorno établit ici, à partir du préjugé, une dimension fondamentale propre à tout jugement : si l’opinion porte un jugement, même juste, elle se trouve d’ores et déjà prise dans une configuration irrationnelle parce qu’elle ponctue inconsciemment son jugement d’un « c’est ainsi ». Ce qui signifie que l’adhésion à l’irrationnel opérée par le préjugé est tout autant liée à l’irrationnel qu’au jugement lui-même. Ce point avait déjà été évoqué dans La dialectique de la raison :

  • 17 Max Horkheimer et Theodor W. Adorno, La dialectique de la Raison. Fragments philosophiques, traduit (...)

« Comme le penser malade, le penser objectivant implique l’arbitraire de la finalité subjective qui est étrangère à la chose elle-même, elle oublie cette chose et lui inflige de ce fait la violence qu’elle devra subir plus tard dans la pratique […]. Dans cet abîme d’incertitude que doit franchir tout acte d’objectivation, se niche la paranoïa17. »

  • 18 « Au lieu de s’examiner lui-même pour dresser le protocole de son propre désir de pouvoir, il attri (...)

14Le fait que le préjugé hérite de ce trait propre au jugement témoigne alors du fait que sa compréhension ne peut faire l’économie de sa forme. Si l’acte de juger est toujours déjà un coup de force pour Adorno et Horkheimer, il semble que la spécificité du préjugé consiste à le redoubler : il vise souvent à dénoncer des forces ou des puissances imaginaires qu’il désirerait posséder18, de telle sorte qu’il établit un coup de force tant au niveau de la forme que du contenu du jugement.

15Cette approche du préjugé, initiée à partir de la théorie de la connaissance et consistant à déceler les points d’articulation existant entre ces mécanismes inconscients et le jugement conscient, établit alors un dialogue implicite avec la théorie freudienne du jugement, qui aborde en effet la question décisive du rapport entre jugement et pouvoir.

  • 19 Voir Sigmund Freud, « La négation » [1925], in : Œuvres complètes. Psychanalyse, t. XVII : 1923-192 (...)

16Cette théorie freudienne du jugement se trouve développée dans le texte célèbre sur la dénégation (Verneinung). Freud y développe deux thèses décisives sur le jugement : d’une part, qu’il est possible de refouler par l’intermédiaire de cette activité consciente et rationnelle par excellence qu’est le jugement, et, plus précisément, par l’intermédiaire d’un certain usage de la négation dans le jugement19. D’autre part, que même le jugement affirmatif, qu’il soit de l’ordre d’un jugement d’attribution ou d’un jugement d’existence, n’est pas exempt de la prise du désir sur la pensée, surtout lorsqu’il s’agit de déterminer certains de ses objets.

17Freud affirme ainsi dans « La négation » :

  • 20 Sigmund Freud, « La négation » [1925], in : Œuvres complètes. Psychanalyse, t. XVII : 1923-1925, éd (...)

« L’étude du jugement nous donne accès, peut-être pour la première fois, à la compréhension de l’apparition d’une fonction intellectuelle à partir du jeu des motions pulsionnelles primaires […]. L’affirmation – comme substitut de l’unification – appartient à l’Éros20. »

  • 21 Sigmund Freud, « La négation » [1925], in : Œuvres complètes. Psychanalyse, t. XVII : 1923-1925, éd (...)
  • 22 Sigmund Freud, « La négation » [1925], in : Œuvres complètes. Psychanalyse, t. XVII : 1923-1925, éd (...)

18La psychanalyse est ainsi décisive pour saisir le rapport du préjugé aux besoins qui le travaillent : elle permet de rappeler que l’origine de la fonction intellectuelle du jugement n’est pas séparée du « jeu des motions pulsionnelles primaires21 ». Plus encore, elle semble permettre d’éclairer ces motions pulsionnelles elles-mêmes. Freud précise en effet ce qu’il en est dans le cas du jugement affirmatif : qu’il soit attributif ou qu’il affirme l’existence d’un objet, il permet d’évaluer la possibilité de la prise du désir sur tel ou tel objet22.

19Du point de vue de la théorie sociale, les préjugés sont analysés par le biais d’une analyse des différents jugements et propositions soumis à l’accord ou au désaccord des personnes participant aux études empiriques.

20Ces analyses convoquent également la psychanalyse : dans le sillage des réflexions freudiennes, les Studies in the Authoritarian Personality montrent, en effet, comment le préjugé se laisse avant tout aborder à partir de la fonction qu’il remplit relativement aux besoins et aux désirs de l’individu. Les jugements sédimentés qu’il présuppose visent à satisfaire certains besoins subjectifs. Or les études empiriques, soutenues par un usage de la psychanalyse, permettent d’avoir un aperçu de ces besoins plus approfondi et précis que celui que donnait La dialectique de la raison. Cette dernière n’indiquait en effet que succinctement, dans les fragments sur l’industrie de la culture et sur les éléments de l’antisémitisme, certains besoins sous-jacents aux préjugés à l’œuvre dans la société capitaliste, avant qu’elle ne chute pour laisser place au fascisme.

  • 23 Voir Theodor W. Adorno, « Anti-Semitism and Fascist Propaganda » [1946], in : Gesammelte Schriften, (...)
  • 24 Cf. Theodor W. Adorno, Études sur la personnalité autoritaire, traduit par Hélène Frappat, Paris, É (...)
  • 25 Cf. Theodor W. Adorno, Études sur la personnalité autoritaire, traduit par Hélène Frappat, Paris, É (...)

21Dans l’étude « Antisémitisme et propagande fasciste », qui date de 1946, Adorno montre que ces besoins subjectifs sont de nature essentiellement narcissique23 ; dans les Études sur la personnalité autoritaire, il est également montré que ces besoins subjectifs narcissiques sont largement tributaires, dans leur fonctionnement, d’une structure de la personnalité de type autoritaire24. Cela signifie que ces besoins narcissiques ne peuvent être satisfaits qu’à la condition que l’individu ait au préalable accepté leur répression, leur adaptation et leur soumission au contrôle social et à l’instance du surmoi. Ils sont ainsi sous-tendus par des tendances sadomasochistes, qui jouissent de la soumission tout en étant ambivalents par rapport à cette jouissance25. C’est ce qui rend possible leur paradoxale satisfaction dans la forme de jugement déformée qu’est le préjugé : la forme du jugement conscient est appréhendée comme socialement acceptable, et le contenu conscient et inconscient de ce jugement, même s’il est inacceptable, peut toutefois être autorisé du moment qu’une figure d’autorité intervient.

22C’est en cela qu’une étude sur le préjugé ne peut être rigoureuse qu’à condition de déployer une théorie psychanalytique du jugement : l’enjeu n’est pas simplement d’identifier des besoins inconscients spécifiques à l’œuvre dans les préjugés, mais de comprendre que ces besoins inconscients sont indissociables d’un vecteur, celui du jugement, qui assure indirectement leur satisfaction. En outre, seule cette théorie permet d’intégrer précisément besoins inconscients et jugement, au sein de la structure plus générale de la personnalité autoritaire, marquée par le contrôle social et la répression et issue des apories insolubles de la rationalité dominante.

23Mais c’est à ce niveau qu’une difficulté apparaît : certes, la constitution d’une théorie de la propagande par l’intermédiaire d’une thématisation psychanalytique de ce jugement singulier qu’est le préjugé semble nécessaire. Pourtant, la formation de la personnalité autoritaire paraît renvoyer en dernière instance au contrôle social et à la répression, c’est-à-dire à la totalité sociale. Il est ainsi affirmé dans l’introduction des Studies in the Authoritarian Personality :

  • 26 Theodor W. Adorno, Études sur la personnalité autoritaire, traduit par Hélène Frappat, Paris, Éditi (...)

« Loin d’être une donnée initiale qui demeure fixe et agit sur le monde environnant, la personnalité se développe sous l’influence de l’environnement social et ne peut jamais être isolée de la totalité sociale à l’intérieur de laquelle elle se manifeste26. »

24Dans quelle mesure une telle élaboration psychanalytique du préjugé ne conduit-elle pas la théorie à psychologiser la propagande qui les produit et, dans le cas de la propagande fasciste susceptible d’exploiter des mécanismes de projection paranoïaque, à évacuer la question de la responsabilité politique ?

Appareils de propagande de masse et planification fasciste consciente

25Adorno et Horkheimer sont particulièrement conscients de cette difficulté. Dans son texte « La théorie freudienne et le modèle de la propagande fasciste », Adorno affirme ainsi :

  • 27 Theodor W. Adorno, « La théorie freudienne et le modèle de la propagande fasciste » [1951], in : Le (...)

« Le fascisme en tant que tel ne relève pas de la psychologie et […] toute tentative pour comprendre ses racines et son rôle historique en termes de psychologie demeure au niveau des idéologies, telles que celle des “forces irrationnelles”, que promeut le fascisme lui-même. Bien que l’agitateur fasciste s’appuie assurément sur certaines tendances déjà présentes chez ceux auxquels il s’adresse, il le fait à titre de mandataire de puissants intérêts économiques et politiques. La cause du fascisme ne réside pas, en vérité, dans des dispositions psychologiques ; le fascisme circonscrit bien plutôt un domaine psychologique qui peut être exploité avec succès par les forces qui le promeuvent pour des raisons d’intérêt propre, qui n’ont rien de psychologique27. »

  • 28 L’approche idéologique du préjugé peut aller jusqu’à rapporter les tendances qu’il exprime à une ba (...)
  • 29 Rappelons ici que l’agitateur ou le démagogue fasciste ne se confond ni ne s’identifie forcément au (...)
  • 30 Concernant la mise au jour d’une intrication des intérêts politiques, idéologiques et psychologique (...)

26Dans ce cadre, la théorie de la propagande, si elle se veut critique et non idéologique28, ne peut faire l’économie d’une analyse de la propagande comme fabrique des préjugés au service de « puissants intérêts économiques et politiques ». Pour procéder à une telle analyse, deux démonstrations sont nécessaires : il faut d’une part montrer qu’il existe un rapport entre les stratégies conscientes de l’agitateur fasciste29 et les tendances inconscientes identifiées lors de l’analyse des préjugés ; d’autre part, il faut identifier le lien qui réunit les actions du propagandiste et les groupes politiques dominants30. L’enjeu est de parvenir à médiatiser la théorie psychanalytique du jugement avec la critique du fascisme, sans sacrifier un de ces deux pôles. La théorie de la propagande est dans cette perspective décisive : elle maintient les apports issus de l’éclairage psychanalytique, tout en montrant dans quelle mesure les tendances psychologiques font l’objet d’une stratégie consciente de manipulation, au service de la domination politique.

  • 31 Adorno étudie ces deux types de propagandistes sans les confondre, mais en notant toutefois leur fo (...)

27Dans « The Psychological Technique of Martin Luther Thomas’ Radio Addresses » (La technique psychologique des allocutions radiophoniques de Martin Luther Thomas), dont la rédaction s’achève en 1943, ainsi que dans « Antisemitism and Fascist Propaganda » (Antisémitisme et propagande fasciste), Adorno défend la thèse suivante : les agitateurs fascistes, allemands ou américains31, déploient des techniques de manipulation psychologique telles que le passage collectif à la folie et à l’irrationalité, nécessaire au déploiement de la politique fasciste, est rationnellement planifié et organisé.

  • 32 Voir Theodor W. Adorno, « The Psychological Technique of Martin Luther Thomas’ Radio Addresses » [1 (...)
  • 33 Voir Theodor W. Adorno, « Antisémitisme et propagande fasciste » [1946], in : Société : intégration (...)
  • 34 Voir notamment Ludwig Binswanger, Sur la fuite des idées, traduit par Michel Dupuis, Grenoble, J. M (...)

28Adorno fait par exemple état d’une stratégie d’organisation de fuite des idées (flight of ideas)32. Cette technique consiste à donner au discours une apparence de rationalité par l’usage d’exemples illustrant des thèses et par la présence de connecteurs entre les différents arguments. Ces connecteurs sont toutefois purement associatifs et non logiques, empêchant toute validation rationnelle. Ils sont pourtant efficaces, car ils valident et valorisent certaines opinions préconçues, ou reconstituent des rituels lourds de réminiscences religieuses ou mythiques33. Ils vont enfin dans le sens d’une incitation à des mécanismes psychologiques régressifs : la fuite des idées fait l’objet de nombreuses études psychiatriques et psychanalytiques ; elle est souvent associée aux psychoses34.

29L’agitateur fasciste constitue ainsi une médiation concrète qui ne constitue pas seulement un aspect parmi d’autres du phénomène fasciste, mais l’un de ses rouages les plus importants et les plus révélateurs. Il fait en effet adhérer l’individu à l’autodestruction de la raison en la lui faisant mimer à son échelle : le jugement n’est plus que le vecteur symbolique d’un désir de pouvoir et d’emprise, même s’il maintient une apparence de rationalité au niveau formel.

30Mais Adorno précise également que cette stimulation consciente de certains mécanismes inconscients, qui valorise la transgression de tabous, remplit une fonction essentielle débordant le cadre psychologique : par l’établissement d’un lien libidinal entre les individus et l’agitateur, une mobilisation de masse est rendue possible, quand bien même elle se trouverait mise au service d’intérêts économiques et politiques puissants pourtant contraires aux intérêts rationnels de ces masses.

  • 35 Voir à ce propos Manfred Gangl, Politische Ökonomie und Kritische Theorie. Ein Beitrag zur theoreti (...)
  • 36 Theodor W. Adorno, « Réflexions sur la théorie des classes » [1942], in : Société : intégration, dé (...)
  • 37 Theodor W. Adorno, « Réflexions sur la théorie des classes » [1942], in : Société : intégration, dé (...)

31Dans ses textes d’analyse de la propagande, Adorno caractérise seulement succinctement les groupes qui imposent leurs propres intérêts économiques et politiques par l’intermédiaire de la propagande. Il est vrai que ces groupes, qui rassemblent les tenants de la politique fasciste, ont donné lieu à des analyses et des débats antérieurs au sein de l’Institut de recherches sociales. Ces analyses renvoient à la théorie des classes, à l’hypothèse du racket et au débat plus général autour du capitalisme d’État et du capitalisme monopolistique, conduisant à la confrontation entre Franz Neumann et Friedrich Pollock35. Si l’on se réfère au texte d’Adorno où des hypothèses concernant ces groupes d’intérêt sont clairement exposées, on voit que le fascisme est étroitement lié à la domination des monopoles36 et correspond au moment où la domination pure émerge de la dialectique des classes37.

  • 38 Cf. Theodor W. Adorno, Études sur la personnalité autoritaire, traduit par Hélène Frappat, Paris, É (...)

32Ainsi qu’Adorno l’établit à de nombreuses reprises dans ses Études sur la personnalité autoritaire, le fascisme, malgré cette domination pure, ne peut pourtant se passer d’organes de propagande très efficaces parce qu’il ne peut se passer d’une mobilisation de masse, et ce pour une raison paradoxale : du fait qu’il est totalement dépourvu d’idées et orienté par des intérêts politiques extrêmement restreints et mortifères, il ne pourrait survivre sans le soutien des masses qui ont pourtant tout à y perdre38. Or, étant donné qu’il ne peut conquérir ce soutien par des voies rationnelles, il lui faut flatter certains besoins inconscients et promettre de les satisfaire.

33On voit alors mieux dans quelle mesure une théorie de la propagande ne peut faire l’économie d’une étude psychologique des préjugés, et en quoi les Études sur la personnalité autoritaire sont indispensables à l’élaboration de cette théorie. Adorno présente ainsi le problème pris en charge par ces études :

  • 39 Theodor W. Adorno, Études sur la personnalité autoritaire, traduit par Hélène Frappat, Paris, Éditi (...)

« La présente recherche, de par sa limitation aux aspects psychologiques du fascisme jusqu’à présent largement négligés, ne s’intéresse pas à la production de la propagande. Elle concentre plutôt son attention sur le consommateur, l’individu auquel la propagande s’adresse. De cette manière elle se propose de prendre en compte non seulement la structure psychologique de l’individu, mais également la situation objective totale dans laquelle il vit. Elle part du présupposé que les gens en général ont tendance à accepter les programmes politiques et sociaux dont ils croient qu’ils serviront leurs intérêts économiques39. »

  • 40 Cf. Max Horkheimer et Theodor W. Adorno, La dialectique de la Raison. Fragments philosophiques, tra (...)

34Sans organes de propagande efficaces au service d’une stratégie politique, sans manipulation de besoins inconscients d’emprise sous prétexte de réponse à des exigences rationnelles, sans préformation de pseudo-jugements à la façon dont l’industrie de la culture pré-schématise les perceptions40, les préjugés ne pourraient pas être un phénomène de masse décisif au développement d’une politique fasciste et ne pourraient pas faire l’objet de mesures, d’échelles et de quantifications.

35La théorie de la propagande joue donc chez Adorno et Horkheimer un rôle fondamental : elle éclaire le rapport entre des préjugés pouvant induire des mécanismes paranoïaques de grande échelle, des dispositifs de manipulation de masse et des intérêts politiques destructeurs. Sans cette théorie, il serait impossible de ne pas favoriser un de ces pôles au détriment des autres, soit que l’on tombe dans une vision psychologiste du politique, soit que l’on déploie une approche politique si objectiviste qu’elle finisse par rendre incompréhensible le fascisme lui-même, en tant qu’il requiert l’adhésion psychologique des masses pour exister.

Conclusion : quelle théorie critique de la propagande ?

36On voit ainsi dans quelle mesure la théorie critique de la propagande développée par Adorno et Horkheimer dans les années 1940 et 1950 gagne à être appréhendée par le rôle qu’elle attribue à la psychanalyse. En lui conférant la fonction de constituer une théorie du jugement, qui saisit la façon dont des besoins inconscients profonds prennent pour vecteur symbolique le jugement, le lien entre préjugé, manipulation de masse et fascisme, peut être constitué sans risque de psychologisation et sans levée des responsabilités politiques. La psychanalyse montre pourtant aussi en quel sens ce lien est une déliaison, l’expression d’une médiation entre des extrêmes : paranoïa et fascisme se nourrissent l’un de l’autre tout en étant profondément hétérogènes.

37En ce sens, l’éclairage psychanalytique du jugement est d’autant plus décisif dans la compréhension de la propagande qu’il permet d’en souligner la portée : la théorie de la propagande vise à établir une médiation entre la psychologie sociale et la critique politique, en insistant sur le fait que c’est parce que le fascisme ne peut proposer d’autre rationalité que celle de la domination pure qu’il n’a d’autre choix que de s’adresser à certains besoins inconscients souvent régressifs des individus, et réprimés par l’organisation sociale.

38Cela esquisse en creux ce qu’Adorno et Horkheimer appréhendent comme une possible politique rationnelle : une politique qui s’adresserait à la conscience des individus sans avoir besoin de manipuler leurs tendances inconscientes, c’est-à-dire une politique qui serait à la fois structurée rationnellement, associée à des idées, et qui ne donnerait plus prise à la manipulation des besoins inconscients des individus. On peut d’ailleurs supposer que ces besoins ne nécessiteraient plus d’être manipulés, parce qu’ils n’auraient pas été réprimés ni frustrés par cette politique, et ne seraient de ce fait plus déplacés, avec des conséquences souvent catastrophiques, dans le champ politique. Est alors suggérée l’idée qu’il n’est de politique rationnelle que dans les conditions d’une satisfaction des besoins fondamentaux de l’ensemble des individus composant la société.

Notes

1 Voir par exemple « La théorie freudienne et le modèle de la propagande fasciste », in : Theodor W. Adorno, Le conflit des sociologies. Théorie critique et sciences sociales, traduit par Pierre Arnoux et al., Paris, Payot, 2016, p. 13-41, et « Antisémitisme et propagande fasciste », in : Theodor W. Adorno, Société : intégration, désintégration. Écrits sociologiques, traduit par Pierre Arnoux et al., Paris, Payot, 2011, p. 299-311.

2 Cf. Peter E. Gordon, « The Authoritarian Personality Revisited: Reading Adorno in the Age of Trump », Boundary 2, vol. 44, no 2, 2017, p. 31-56.

3 Cf. Wilhelm Reich, Massenpsychologie des Faschismus. Zur Sexualökonomie der politischen Reaktion und zur proletarischen Sexualpolitik, Copenhague, Verlag für Sexualpolitik, 1933.

4 Cf. Erich Fromm, « Die psychoanalytische Charakterologie und ihre Bedeutung für die Sozialpsychologie », Zeitschrift für Sozialforschung, vol. 1, no 3, 1932, p. 253-277 [rééd. : Munich, Deutscher Taschenbuch Verlag, 1980].

5 La première édition de ce texte date de 1933. Il s’agit pour Reich, à l’aide de la psychologie de masse, d’étudier la raison expliquant que les structures propres à la personnalité du chef puissent coïncider avec les structures psychiques de larges couches de la population.

6 Ce point a été clairement exposé et commenté dans Katia Genel, Autorité et émancipation. Horkheimer et la Théorie critique, Paris, Payot, 2013 ; Julia Christ et Katia Genel, « Devenir de l’analyse freudienne de la masse dans l’École de Francfort – peut-il y avoir une spontanéité de l’esprit sans complexe d’Œdipe ? », in : Michel Gad Wolkowicz et al. (dir.), La psychologie de masse, aujourd’hui, Sèvres, Les éditions des Rosiers, 2012, p. 205-219 ; Michèle Cohen-Halimi, « Qu’est-ce qu’un potentiel fasciste ? », Prismes. Théorie critique, vol. 1, 2018, p. 165-188 ; et enfin Wolfgang Bock, Dialektische Psychologie. Adornos Rezeption der Psychoanalyse, Wiesbaden, Springer / VS Verlag für Sozialwissenschaften, 2018 (voir notamment le chapitre 5 de la deuxième partie, p. 223-243).

7 Voir à ce sujet les différents travaux autour de la personnalité et du caractère autoritaire réalisés à l’Institut de recherches sociales (notamment Theodor W. Adorno, « Studies in the Authoritarian Personality » [1950], in : Gesammelte Schriften, t. IX-1 : Soziologische Schriften II, édité par Susan Buck-Morss et Rolf Tiedemann, Francfort-sur-le-Main, Suhrkamp, 1975, p. 143-508), et la partie sociopsychologique des études sur l’autorité et la famille rédigée par Erich Fromm (in : Max Horkheimer et al. [dir.], Studien über Autorität und Familie. Forschungsberichte aus dem Institut für Sozialforschung, Lunebourg, zu Klampen, 1987).

8 Cette relativisation des responsabilités politiques pourrait en effet être induite par l’usage irréfléchi de la catégorie de folie ou de psychose à l’échelle collective. Cet usage implique non seulement un risque de psychologisme, mais aussi l’épineuse question du rapport de la folie à la responsabilité morale. Dans le cadre des meurtres de masses commis durant la Seconde Guerre mondiale, une telle relativisation serait absolument inacceptable. Adorno et Horkheimer sont d’ailleurs parfaitement conscients de ce risque, que nous exposons dans la deuxième partie de cet article : « This, however, corroborates the assumption that Fascism as such is not a psychological issue and that any attempt to understand its roots and its historical role in psychological terms still remains on the level of ideologies such as the one of “irrational forces” promoted by Fascism itself » (Theodor W. Adorno, « Freudian Theory and the Pattern of Fascist Propaganda » [1951], in : Gesammelte Schriften, t. VIII : Soziologische Schriften I, édité par Rolf Tiedemann, Francfort-sur-le-Main, Suhrkamp, 1972, p. 430).

9 Ces études sont rassemblées dans les Gesammelte Schriften, t. VIII : Soziologische Schriften I, édité par Rolf Tiedemann, Francfort-sur-le-Main, Suhrkamp, 1972, p. 397-433, et t. IX-1 : Soziologische Schriften II, édité par Susan Buck-Morss et Rolf Tiedemann, Francfort-sur-le-Main, Suhrkamp, 1975, p. 7-141.

10 « La dialectique de la raison se renverse objectivement et devient folie. Cette folie caractérise également la réalité politique » (Max Horkheimer et Theodor W. Adorno, La dialectique de la Raison. Fragments philosophiques, traduit par Éliane Kaufholz, Paris, Gallimard, 1974, p. 212).

11 Cette question est légèrement différente de celle qui se pose lorsqu’on étudie le dialogue initié par Adorno et Horkheimer avec le texte de Freud Psychologie des masses et analyse du moi. Il ne s’agit pas seulement d’identifier comment un phénomène psychologique peut, d’une certaine façon, « passer au collectif », mais de chercher à élucider pourquoi ce sont des phénomènes psychologiques ordinairement associés à la psychose qui acquièrent ici une portée collective. Au sujet du débat d’Adorno et de Horkheimer avec l’analyse freudienne des masses et de leur transformation du modèle freudien, nous renvoyons à l’article déjà cité de Julia Christ et de Katia Genel, « Devenir de l’analyse freudienne de la masse dans l’École de Francfort – peut-il y avoir une spontanéité de l’esprit sans complexe d’Œdipe ? » (in : Michel Gad Wolkowicz et al. [dir.], Sèvres, Les éditions des Rosiers, 2012, p. 205-219 ; cf. plus spécifiquement p. 206-211).

12 Cf. Theodor W. Adorno, « Vorurteil und Charakter » [1952], in : Gesammelte Schriften, t. IX-1 : Soziologische Schriften II, édité par Susan Buck-Morss et Rolf Tiedemann, Francfort-sur-le-Main, Suhrkamp, 1975, p. 361 : « Ces études montrent ainsi les conditions psychiques inconscientes au sein desquelles les masses peuvent être gagnées à une politique qui est opposée à leurs propres intérêts rationnels » (je traduis).

13 À ce titre, voir Theodor W. Adorno, « Opinion – illusion – société » [1960], in : Modèles critiques. Interventions – Répliques, traduit par Marc Jimenez et Éliane Kaufholz, Paris, Payot, 1984, p. 124 : « Il est impossible d’indiquer abstraitement ce qui est préjugé et ce qui est absence de préjugé ; on ne peut en décider que dans le rapport aussi bien à la connaissance qu’à la réalité, rapport dans lequel se pose la question même. »

14 Rolf Tiedemann signale à ce propos, dans la note éditoriale consacrée à ce texte, qu’il s’agit d’un exposé présenté en octobre 1960 puis publié en décembre 1961, qui a été revu et augmenté. Adorno accordait ainsi lui-même une importance particulière à cet écrit. On peut supposer qu’elle tient à la clarification de la notion de préjugé et de son soubassement psychanalytique, décisive pour la thématisation rigoureuse de la déraison sociale.

15 Adorno donne dans ce texte des exemples de préjugés antisémites développés dans les Studies in the Authoritarian Personality, en les caractérisant comme opinions. Il discute d’ailleurs la subsomption classique du préjugé sous la catégorie d’opinion pathique, c’est-à-dire d’opinion déformée par l’affect.

16 Theodor W. Adorno, « Opinion – illusion – société » [1960], in : Modèles critiques. Interventions – Répliques, traduit par Marc Jimenez et Éliane Kaufholz, Paris, Payot, 1984, p. 116.

17 Max Horkheimer et Theodor W. Adorno, La dialectique de la Raison. Fragments philosophiques, traduit par Éliane Kaufholz, Paris, Gallimard, 1974, p. 201.

18 « Au lieu de s’examiner lui-même pour dresser le protocole de son propre désir de pouvoir, il attribue les Protocoles des sages de Sion à d’autres » (Max Horkheimer et Theodor W. Adorno, La dialectique de la Raison. Fragments philosophiques, traduit par Éliane Kaufholz, Paris, Gallimard, 1974, p. 198 ; traduction modifiée).

19 Voir Sigmund Freud, « La négation » [1925], in : Œuvres complètes. Psychanalyse, t. XVII : 1923-1925, édité par André Bourguignon et Pierre Cotet, traduit par Janine Altounian et al., Paris, Presses universitaires de France, 1992, p. 168 : « À l’aide de la négation c’est seulement l’une des conséquences du processus de refoulement qui est abolie, à savoir que son contenu représentatif ne parvient pas à la conscience. Il en résulte une manière d’admission intellectuelle du refoulé tandis que persiste ce qui est essentiel dans le refoulement. »

20 Sigmund Freud, « La négation » [1925], in : Œuvres complètes. Psychanalyse, t. XVII : 1923-1925, édité par André Bourguignon et Pierre Cotet, traduit par Janine Altounian et al., Paris, Presses universitaires de France, 1992, p. 170.

21 Sigmund Freud, « La négation » [1925], in : Œuvres complètes. Psychanalyse, t. XVII : 1923-1925, édité par André Bourguignon et Pierre Cotet, traduit par Janine Altounian et al., Paris, Presses universitaires de France, 1992, p. 170.

22 Sigmund Freud, « La négation » [1925], in : Œuvres complètes. Psychanalyse, t. XVII : 1923-1925, édité par André Bourguignon et Pierre Cotet, traduit par Janine Altounian et al., Paris, Presses universitaires de France, 1992, p. 169.

23 Voir Theodor W. Adorno, « Anti-Semitism and Fascist Propaganda » [1946], in : Gesammelte Schriften, t. VIII : Soziologische Schriften I, édité par Rolf Tiedemann, Francfort-sur-le-Main, Suhrkamp, 1972, p. 397 sqq. Pour une analyse plus détaillée de ces besoins subjectifs, nous renvoyons au deuxième chapitre de l’ouvrage de Katia Genel, Autorité et émancipation. Horkheimer et la Théorie critique (Paris, Payot, 2013, p. 103-198), ainsi qu’à l’article de Julia Christ et de Katia Genel, « Devenir de l’analyse freudienne de la masse dans l’École de Francfort – peut-il y avoir une spontanéité de l’esprit sans complexe d’Œdipe ? » (in : Michel Gad Wolkowicz et al. [dir.], La psychologie de masse, aujourd’hui, Sèvres, Les éditions des Rosiers, 2012, p. 205-219).

24 Cf. Theodor W. Adorno, Études sur la personnalité autoritaire, traduit par Hélène Frappat, Paris, Éditions Allia, 2017, p. 394-400.

25 Cf. Theodor W. Adorno, Études sur la personnalité autoritaire, traduit par Hélène Frappat, Paris, Éditions Allia, 2017, p. 394 sqq.

26 Theodor W. Adorno, Études sur la personnalité autoritaire, traduit par Hélène Frappat, Paris, Éditions Allia, 2017, p. 14.

27 Theodor W. Adorno, « La théorie freudienne et le modèle de la propagande fasciste » [1951], in : Le conflit des sociologies. Théorie critique et sciences sociales, traduit par Pierre Arnoux et al., Paris, Payot, 2016, p. 38 (traduction modifiée).

28 L’approche idéologique du préjugé peut aller jusqu’à rapporter les tendances qu’il exprime à une base « naturelle » voire raciale : « La conception de la structure de la personnalité est le meilleur moyen de se prévenir contre l’inclination à attribuer les tendances persistantes de l’individu à un élément “inné”, ou “fondamental” ou “racial” en lui » (Theodor W. Adorno, Études sur la personnalité autoritaire, traduit par Hélène Frappat, Paris, Éditions Allia, 2017, p. 15).

29 Rappelons ici que l’agitateur ou le démagogue fasciste ne se confond ni ne s’identifie forcément au meneur fasciste. Certains agitateurs fascistes qu’étudie Adorno sont au service de leaders fascistes ou sont mandataires de groupes d’intérêt. Le fait est pour Adorno qu’au niveau psychologique, l’image qui prime doit être celle du meneur, que l’individu ait affaire à un meneur ou à un agitateur, pour que la propagande soit efficace.

30 Concernant la mise au jour d’une intrication des intérêts politiques, idéologiques et psychologiques dans l’analyse du fascisme, nous renvoyons à l’analyse détaillée que propose Michèle Cohen-Halimi dans « Qu’est-ce qu’un potentiel fasciste ? » (Prismes. Théorie critique, vol. 1, 2018, p. 165-188).

31 Adorno étudie ces deux types de propagandistes sans les confondre, mais en notant toutefois leur forte parenté : les agitateurs américains comme Martin Luther Thomas prennent exemple sur Hitler pour parfaire leurs techniques de propagande. Cf. Theodor W. Adorno, « The Psychological Technique of Martin Luther Thomas’ Radio Addresses » [1943], in : Gesammelte Schriften, t. IX-1 : Soziologische Schriften II, édité par Susan Buck-Morss et Rolf Tiedemann, Francfort-sur-le-Main, Suhrkamp, 1975, p. 13.

32 Voir Theodor W. Adorno, « The Psychological Technique of Martin Luther Thomas’ Radio Addresses » [1943], in : Gesammelte Schriften, t. IX-1 : Soziologische Schriften II, édité par Susan Buck-Morss et Rolf Tiedemann, Francfort-sur-le-Main, Suhrkamp, 1975, p. 42-47.

33 Voir Theodor W. Adorno, « Antisémitisme et propagande fasciste » [1946], in : Société : intégration, désintégration. Écrits sociologiques, traduit par Pierre Arnoux et al., Paris, Payot, 2011, p. 306-310.

34 Voir notamment Ludwig Binswanger, Sur la fuite des idées, traduit par Michel Dupuis, Grenoble, J. Millon, 2000 ; Emil Kraepelin, La folie maniaco-dépressive, traduit par Marc Géraud, Bordeaux, Mollat, 2008.

35 Voir à ce propos Manfred Gangl, Politische Ökonomie und Kritische Theorie. Ein Beitrag zur theoretischen Entwicklung der Frankfurter Schule, Francfort-sur-le-Main / New York, Campus, 1987, p. 201-243. Pour une analyse détaillée de ces questions dans le cadre d’une réflexion sur la personnalité autoritaire, se reporter au troisième chapitre de Katia Genel, Autorité et émancipation. Horkheimer et la Théorie critique, Paris, Payot, 2013, p. 221-316.

36 Theodor W. Adorno, « Réflexions sur la théorie des classes » [1942], in : Société : intégration, désintégration. Écrits sociologiques, traduit par Pierre Arnoux et al., Paris, Payot, 2011, p. 60.

37 Theodor W. Adorno, « Réflexions sur la théorie des classes » [1942], in : Société : intégration, désintégration. Écrits sociologiques, traduit par Pierre Arnoux et al., Paris, Payot, 2011, p. 68.

38 Cf. Theodor W. Adorno, Études sur la personnalité autoritaire, traduit par Hélène Frappat, Paris, Éditions Allia, 2017, p. 21 : « Le fascisme, s’il veut avoir du succès en tant que mouvement politique, doit avoir une base de masse. Il doit assurer non seulement la soumission par la peur mais la coopération active de la grande majorité du peuple. Dans la mesure où, par nature, il favorise le plus petit nombre aux frais du plus grand nombre, il lui est impossible de démontrer qu’il parviendra à améliorer la situation de la majorité en servant ses intérêts réels. Il doit par conséquent faire surtout appel, non pas à l’intérêt personnel rationnel, mais aux besoins émotionnels – souvent aux désirs et peurs les plus primitifs et irrationnels. »

39 Theodor W. Adorno, Études sur la personnalité autoritaire, traduit par Hélène Frappat, Paris, Éditions Allia, 2017, p. 17.

40 Cf. Max Horkheimer et Theodor W. Adorno, La dialectique de la Raison. Fragments philosophiques, traduit par Éliane Kaufholz, Paris, Gallimard, 1974, p. 133 : « Le premier service que l’industrie apporte au client est de tout schématiser pour lui. »

Auteur

Agnès Grivaux, maîtresse de conférences à l’université de Nantes. Publications sur la Théorie critique, la philosophie allemande et la psychanalyse. Thèse de doctorat en philosophie : Raison, délire et critique. Psychanalyse et critique de la raison chez Adorno et Horkheimer, soutenue le 11 juin 2018 à l’ENS Paris, en cotutelle avec l’université Goethe de Francfort, sous la direction de Marc Crépon, Axel Honneth et Gérard Raulet (à paraître).

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search