Version classiqueVersion mobile

Théorie critique de la propagande

 | 
Pierre-François Noppen
, 
Gérard Raulet

La théorie de la propagande dans son contexte

Les réflexions de la Théorie critique sur le fascisme pendant l’exil

Gérard Raulet

Texte intégral

  • 1 Siegfried Kracauer, Totalitäre Propaganda, édité par Bernd Stiegler, Francfort-sur-le-Main, Suhrkam (...)
  • 2 « Von Kracauer ist buchstäblich kein Satz außer den Hitlerzitaten erhalten geblieben » (Theodor W. (...)
  • 3 Lettre du 20 août 1938 à Adorno (Theodor W. Adorno, Briefe und Briefwechsel, t. VII : Theodor W. Ad (...)

1Theodor W. Adorno avait sans doute le sentiment d’être à l’origine de l’inscription du travail de Kracauer sur la propagande dans le programme de l’Institut. Il s’était en effet engagé dès 1936 à arranger un entretien avec Max Horkheimer, pour le convaincre d’accueillir favorablement le projet de Kracauer1. C’est ce qui va le conduire à rendre à ce dernier le service d’éditer son brouillon d’une façon aussi expéditive que cavalière. Le jugeant à la fois trop long et plutôt mauvais, il n’en envisagea la publication dans la Zeitschrift für Sozialforschung que sous une forme condensée et à la condition d’une réécriture. Les deux versions sont finalement si différentes qu’il est pratiquement impossible de les comparer. Le 8 juin 1938, il écrira à Walter Benjamin : « Il ne reste littéralement pas une phrase de Kracauer, en dehors des citations de Hitler2. » Kracauer refusa la version « abrégée », en réalité réécrite de fond en comble3. C’est, parmi d’autres, un dossier caractéristique des difficiles tractations interpersonnelles, liées bien entendu à des contraintes financières et institutionnelles réelles, qui ont marqué les péripéties de l’exil. Kracauer note avec amertume : « Depuis que je ne suis plus à la Frankfurter Zeitung, mais seulement un émigrant, les gens de l’Institut ne me témoignent qu’une grande animosité » (p. 313). Adorno, dont l’avis sur le manuscrit – daté du 5 mai 1938, avant même que le travail complet n’eût été livré – est aux deux tiers au moins négatif, consacre en même temps le dernier tiers à en défendre l’intérêt et à louer l’auteur. Il y a certes de la condescendance dans la façon dont il met en exergue que cette publication permettrait à un exilé de recouvrer plus ou moins la reconnaissance dont il jouissait auparavant, mais l’argument semble pourtant sincère. La façon dont Adorno propose de s’y employer mérite néanmoins beaucoup d’attention. Comme pour toute évaluation, on a ici affaire à l’exposition d’une stratégie discursive et d’une stratégie dans le champ.

   

2La manifestation la plus massive de cette stratégie est le changement dans le titre, le remplacement de l’adjectif « totalitaire » par « autoritaire ». Cette substitution n’est pas seulement rhétorique, mais conceptuelle ; elle constitue un véritable coup de force, car tout le manuscrit de Kracauer repose sur la notion de « propagande totale » (titre retenu par l’esquisse de juillet 1937). Or, les deux concepts totalitaire et autoritaire recouvrent un différend central dans la Théorie critique en exil.

  • 4 Une exigence exprimée du reste sans détour par Horkheimer dans une lettre du 22 octobre 1936 adress (...)
  • 5 Max Horkheimer, Gesammelte Schriften, t. XV : Briefwechsel 1913-1936, édité par Gunzelin Schmid Noe (...)
  • 6 Theodor W. Adorno, Briefe und Briefwechsel, t. VII : Theodor W. Adorno / Siegfried Kracauer, Briefw (...)
  • 7 Même si Horkheimer utilise lui-même la notion d’État totalitaire dans sa contribution « Autorité et (...)
  • 8 Franz Neumann, Béhémoth. Structure et pratique du national-socialisme, 1933-1944, traduit par Gille (...)

3De toute évidence, Adorno n’a consenti à la publication du travail de Kracauer qu’à la condition de le couler dans le moule des positions de l’aile dominante de la Théorie critique en exil4. C’est ce qu’attendait Horkheimer lorsqu’il avait confié à Adorno le soin d’encadrer la rédaction de l’étude de Kracauer5, et c’est ce que confirme la lettre du 9 novembre 1936 dans laquelle ce dernier accepte de discuter son texte « avec Horkheimer, Pollock et toi [Adorno], mais personne d’autre6 ». Il s’agissait non seulement de l’inscrire dans la lignée de la recherche sur la personnalité autoritaire, mais aussi d’en faire quasiment un document du groupe fédéré autour de Horkheimer, contre la conception du totalitarisme défendue par Franz Neumann7. Selon celui-ci, l’économie sur laquelle s’appuie le national-socialisme – l’« économie monopoliste totalitaire », comme il l’appelle dans la deuxième partie de son Béhémoth – ne constitue pas un État ; le totalitarisme est un régime politique reposant bien plutôt sur la décomposition de l’État. L’introduction de cette deuxième partie est consacrée à une réfutation des interprétations qui nient la nature capitaliste du fascisme et à une critique de la notion de capitalisme d’État, défendue notamment par Friedrich Pollock8. Arrivé de Londres en 1936 après y avoir obtenu son doctorat sous la direction de Harold Laski, Neumann était une nouvelle recrue au sein de l’Institut. Ses références intellectuelles venaient d’autres horizons.

  • 9 Si nous nous limiterons dans le présent essai aux textes que Kracauer a effectivement utilisés, la (...)
  • 10 Theodor W. Adorno, Briefe und Briefwechsel, t. VII : Theodor W. Adorno / Siegfried Kracauer, Briefw (...)
  • 11 « eine naiv ökonomistische Auffassung […], die den Marxismus im gegenwärtigen Stadium hemmt » (Sieg (...)

4À la lecture de l’évaluation du manuscrit, on est frappé par l’insistance avec laquelle Adorno parle de « notre groupe », de « nos catégories », de la « position d’outsider de l’auteur [Kracauer] » (p. 262). Kracauer avait au contraire assuré à Horkheimer le 20 avril 1937 que « [son] travail ne sera[it] pas un corps étranger dans la revue », car lui-même y serait abondamment cité. Et de fait, trente-trois notes de lecture – de loin le nombre le plus important – sont consacrées à l’essai « Égoïsme et progrès vers la liberté9 ». Or, à ce propos justement, Adorno reproche à Kracauer de n’avoir rien compris aux positions de Horkheimer. Il remarque également que les faiblesses du manuscrit, en ce qui concerne l’explication économique, tiennent avant tout au fait qu’« il n’existe pas encore de théorie du capitalisme monopoliste susceptible de fonder l’analyse du fascisme » (p. 264). Bien qu’Adorno ait écrit à Kracauer qu’il avait révisé le manuscrit (abrégé par lui) avec Leo Löwenthal et Franz Neumann10, tous ces indices convergent vers une référence implicite à la théorie du capitalisme d’État de Pollock et à la primauté du politique sur l’économique. Adorno estime même que la faiblesse du texte de Kracauer sur le plan économique est en quelque sorte un mal pour un bien, puisqu’elle évite de s’en tenir à une version dépassée du marxisme – un économisme qui constituerait plutôt un handicap11. Kracauer se déclare sur ce point, dès les premières pages de son manuscrit, en accord avec Horkheimer :

  • 12 Il se confirme à la page suivante que cette objection est dirigée contre Rosenberg (Der Faschismus (...)

« Qu’est-ce que le fascisme ? “Le fascisme, lisons-nous dans l’essai par ailleurs fort instructif d’Historikus [Arthur Rosenberg] Problèmes du socialisme, n’est rien d’autre qu’une forme moderne, affublée d’un masque populaire, de la contre-révolution capitaliste bourgeoise.” Or, ceci est un raccourci dont l’insuffisance se révèle par le fait qu’il ne permet d’expliquer ni l’émergence ni le développement du mouvement fasciste12. »

  • 13 « ein Interesse, das sich jedenfalls mit wesentlichen gesellschaftlichen Interessen nicht deckt » ( (...)

5Le problème que pose la propagande totalitaire de Hitler est résumé en une phrase par Kracauer : elle exprime « un intérêt qui, en tout état de cause, ne recouvre pas des intérêts sociaux essentiels13 ». Certes, les intérêts capitalistes restent à la manœuvre (p. 33), mais ce n’est pas dans leur dimension et leur vocabulaire que s’exerce la propagande ; elle déploie une dynamique propre dans le règne de l’apparence, dynamique qui prend la forme d’une fuite en avant et cherche à gommer la présence des intérêts, comme le développe la section G du manuscrit consacrée à la « pseudo-réalité ». La propagande, dit Kracauer dès le début de son étude, « doit viser à ce que les hommes ne soient pas subjugués par les faits, mais par un “torrent de paroles” ; à ce que la superstructure idéelle déconnectée par ses soins des intérêts qui la fondent agisse dans la façon dont elle l’utilise comme le fondement lui-même sur lequel reposent les intérêts ; à ce que l’illusion apparaisse comme la réalité, l’apparence comme l’être lui-même » (p. 39). Elle vise la conquête des masses par la « transformation de la structure psychophysique des hommes » (p. 40) – une formule sibylline autour de laquelle va se cristalliser, en profondeur, la différence radicale entre la démarche de Kracauer et les prémisses théoriques des « Horkheimeriens ».

  • 14 Max Horkheimer, « Autoritärer Staat » [1940-1942], in : Gesammelte Schriften, t. V : „Dialektik der (...)
  • 15 Pour un aperçu de ces débats, cf. Martin Jay, L’imagination dialectique. Histoire de l’École de Fra (...)
  • 16 Adorno reprend la formule dans le chapeau du texte révisé par lui (Siegfried Kracauer, Totalitäre P (...)
  • 17 Max Horkheimer, « Egoismus und Freiheitsbewegung » [1936], in : Gesammelte Schriften, t. IV : Schri (...)

6Pour le groupe qui a pris l’ascendant au sein de l’Institut en exil, le capitalisme d’État correspond à ce que Horkheimer entend par l’« État autoritaire14 » : une forme nouvelle de domination. Les fronts théoriques au sein de l’Institut ne sont, à l’examen, pas toujours aussi clairs que certains interprètes le disent, mais on peut retenir que pour Horkheimer la quintessence de l’État autoritaire est l’État qui a pris entièrement les commandes du capitalisme. Le point essentiel est le suivant : alors que Arkadij R. Gurland et Neumann cherchent à étudier la dynamique économique, Horkheimer et ses partisans envisagent la domination comme une forme de rationalité qui résulte de cet « idéal-type ». Pour Gurland et Neumann, en revanche, il n’y a pas lieu d’admettre un changement de paradigme (primauté du politique) ; il s’agit toujours d’une économie monopoliste, à cela près qu’elle est dirigée15. À première vue, Kracauer est plutôt du côté de ceux qui parlent d’une nouvelle forme de domination. Parler de l’« établissement d’une forme de domination » (Aufrichtung einer Herrschaftsform, p. 40) va tout à fait dans le sens de Horkheimer. La dynamique de la propagande que décrit Kracauer16 remplace la dynamique économique. Neumann ne la néglige certes pas. Mais tandis qu’il fait peu de cas de la dimension psychologique, celle-ci est, au contraire, pour la ligne horkheimerienne au sein de l’Institut, le nœud de l’explication de la « rationalité » à l’œuvre dans l’État autoritaire. Sur ce point, Kracauer fait au moins extérieurement acte d’allégeance à Horkheimer, en se référant dès les premières pages de son manuscrit à la contribution de ce dernier aux Études sur l’autorité et la famille (p. 12 sq.). Comme cette contribution, le texte le plus cité de Horkheimer dans l’étude (auquel Kracauer a également consacré le plus grand nombre de notes de lecture – 33 en tout, comme nous l’avons dit), « Egoismus und Freiheitsbewegung », repose sur la thèse que le mouvement d’émancipation bourgeoise a été porté par une intériorisation des pulsions qui a conduit l’individu à tenir ses intérêts pour réalisés, ou du moins représentés, dans les intérêts de la collectivité. À la domination féodale reposant sur la contrainte a succédé une intériorisation de l’autorité. En réalité, si Kracauer fait sienne cette conception horkheimerienne de l’intériorisation de la domination, elle demeure concurrencée chez lui par une autre approche : l’étude des mécanismes idéologiques l’emporte largement sur l’approche de psychologie sociale. Au demeurant, l’essai de Horkheimer contient également une analyse du mécanisme par lequel le dirigeant bourgeois doit d’autant plus imposer sa personnalité, et user d’armes psychologiques comme l’empathie feinte, lorsqu’il n’est pas en mesure de répondre réellement aux attentes des masses17 ; ces développements étaient tout à fait de nature à inspirer Kracauer sans l’obliger à vraiment changer d’approche.

  • 18 Cf. Siegfried Kracauer, Totalitäre Propaganda, édité par Bernd Stiegler, Francfort-sur-le-Main, Suh (...)
  • 19 Siegfried Kracauer, Totalitäre Propaganda, édité par Bernd Stiegler, Francfort-sur-le-Main, Suhrkam (...)
  • 20 Cf. Gérard Raulet, « Aufzeichnungen und Entwürfe », in : Gunnar Hindrichs (dir.), Max Horkheimer / (...)
  • 21 Siegfried Kracauer, Totalitäre Propaganda, édité par Bernd Stiegler, Francfort-sur-le-Main, Suhrkam (...)
  • 22 Une tournure à la Max Weber dont il aurait pourtant dû goûter la justesse du point de vue d’une thé (...)
  • 23 Le terme de mensonge est l’un des plus fréquents dans l’ouvrage ; on le trouve bien entendu dans le (...)

7Dans le chapeau dont Adorno fait précéder la version abrégée qu’il édite, toute une série de thèmes, voire de concepts, anticipe les notes et fragments de la Dialektik der Aufklärung – au point qu’on ne peut exclure qu’Adorno et Horkheimer, en dépit de toutes les réserves qu’ils ont émises, aient tiré profit de l’étude de Kracauer. À côté du vocabulaire marxiste traditionnel – idéologie, dépassement illusoire des conflits de classe – Adorno caractérise la propagande par le cynisme (p. 267) et la « reproduction de la bêtise ». Cette expression revient significativement à plusieurs reprises, comme une sorte de leitmotiv18, ce qui n’est pas le cas dans le manuscrit de Kracauer. Les termes de mensonge et de cynisme, en revanche, se trouvent bien dans les schémas esquissés par Kracauer pendant l’été 1937. C’est donc à juste titre qu’Adorno a repris des formulations de ces schémas (par exemple sur la terreur et la peur19) ; mais il est néanmoins flagrant que les catégories qu’il met en avant coïncident symptomatiquement avec celles qu’utilisera la Dialektik der Aufklärung. La catégorie de « physionomie » appliquée au leader appartient elle aussi à la conceptualité de la Dialektik der Aufklärung. Ce qu’Adorno et Horkheimer circonscrivent sous l’appellation de bêtise ne peut vraiment être compris qu’à partir d’une analyse des notes et fragments de la Dialektik der Aufklärung. Il en va de même pour le cynisme, qui est sans aucun doute, comme je l’ai montré20, l’option critique assumée de ces textes. Dans le manuscrit de Kracauer le cynisme est associé au nihilisme (p. 53), et joue un rôle comparable pour désigner ce que Horkheimer caractérise déjà dans « Egoismus und Freiheitsbewegung » comme l’abolition délibérée de toutes les références morales et humanistes21. On est même en droit de supposer que la façon dont Kracauer décrit le cynisme de la propagande a inspiré la stratégie d’écriture de la Dialektik der Aufklärung : « Pénétrée de sa force, elle joue consciemment l’absurdité contre le common sense, l’insaisissable contre l’évidence » (p. 59). De la même façon, dans les notes et fragments de leur Dialectique de la raison, Adorno et Horkheimer cherchent à retourner les armes de la barbarie contre la barbarie elle-même, en usant de ce que Kracauer appelle un « effet de miroir » (Spiegelreflex), c’est-à-dire en s’appropriant la projection au moyen de laquelle la propagande totalitaire attribue à l’adversaire ses propres machinations. À l’appui de cette hypothèse, on peut remarquer que la section V de la version abrégée d’Adorno reprend l’argument de Kracauer, jusqu’à un certain point assez fidèlement, tout en simplifiant et en élaguant considérablement ; il met au centre le mensonge éhonté mais abandonne le développement sur l’artiste politicien (Staatskünstler), sur l’esthétisation des masses et sur l’« esthétisme du virtuose de la propagande22 ». Il le réduit à la comparaison du propagandiste virtuose avec un illusionniste qui expliquerait les tours qu’il réalise : aucun spectateur ne voudrait le croire. La propagande élimine ainsi la possibilité même de la vérité – une notion qui n’aura plus de sens dans la Dialektik der Aufklärung23.

  • 24 Elles introduisent la notion de « structure psychophysique » : « Pour parvenir à dynamiser la super (...)
  • 25 On aura relevé : « autoritaire » – ce qui est cohérent dans le contexte de la référence à Fromm. Il (...)
  • 26 « Offener Terror zeigt den Abbau der Zivilisationsschichten und die Bejahung der elementaren konspi (...)
  • 27 « Revoltiert im Nationalsozialismus und Faschismus die mißachtete Natur? » (Siegfried Kracauer, Tot (...)
  • 28 Pulsion de destruction, car il se montre à l’époque très réticent à l’égard de l’hypothèse de l’ins (...)
  • 29 Cf. Siegfried Kracauer, Totalitäre Propaganda, édité par Bernd Stiegler, Francfort-sur-le-Main, Suh (...)
  • 30 « der nihilistische Machtwille » (Siegfried Kracauer, Totalitäre Propaganda, édité par Bernd Stiegl (...)
  • 31 Max Horkheimer, « Egoismus und Freiheitsbewegung » [1936], in : Gesammelte Schriften, t. IV : Schri (...)

8Adorno met le cynisme en relation avec le mécanisme de la projection (l’effet de miroir de Kracauer), que la Dialektik der Aufklärung applique notamment à l’antisémitisme. Ce mécanisme induit l’explication psychanalytique de l’angoisse et de la terreur. Le chapeau d’Adorno reprend sur ce point le schéma de juillet 1937 (cf. p. 250), ce qui donne à penser que Kracauer a vraiment fait un effort pour inscrire la conceptualité de son travail dans la lignée des Études sur l’autorité et la famille. Les quatre lignes introductives de cette partie du schéma confirment cette impression24, de même que la référence de Kracauer à l’« intéressante étude de Fromm sur les fonctions sociopsychologiques d’un régime autoritaire25 » dans son manuscrit (p. 74). C’est l’endroit où il mentionne, en référence à Erich Fromm, le sadomasochisme. Kracauer ajoute entre crochets, à la fin de la section correspondante de son schéma (p. 251), qu’il faudra intégrer l’interprétation horkheimerienne de la terreur – ce qu’il fait du reste dans son manuscrit en évoquant « la profession de cruauté, l’aveu de ressentir du plaisir dans la cruauté » (p. 71) – une citation tirée de l’essai de Horkheimer « Egoismus und Freiheitsbewegung ». La notion de régression, utilisée dans la section précédente en un sens strictement temporel – au sens d’un retour à des références dépassées –, est dans le schéma de 1937 teintée de psychologie (angoisse, hystérie) et même de considérations sur le retour de la nature refoulée26 qui rappellent celles que Horkheimer commence à l’époque à développer dans ses essais (entre autres à la fin de « Egoismus und Freiheitsbewegung »), et qui trouveront leur aboutissement dans la Dialektik der Aufklärung et dans Eclipse of Reason. Kracauer, dans son manuscrit, cite abondamment l’essai « Egoismus und Freiheitsbewegung » (p. 44 et 54) et introduit la question que posera Horkheimer dans Eclipse of Reason : « Est-ce la nature méprisée qui se rebelle dans le national-socialisme et le fascisme27 ? » Le thème de la régression est toutefois essentiellement développé comme un mécanisme idéologique consistant à nier l’histoire, à discréditer le progrès et la raison, beaucoup plus que comme un mécanisme psychologique. La conceptualité psychanalytique n’est dans le manuscrit de Kracauer, dans le meilleur des cas, qu’une teinture. Chez Horkheimer, à la fin de « Egoismus und Freiheitsbewegung », on a au contraire affaire à une véritable relecture de la théorie freudienne de la civilisation et à une réflexion critique sur le destin de la pulsion de destruction28. La lecture de la page où Kracauer cite la réflexion de Horkheimer sur « la profession de cruauté, l’aveu de ressentir du plaisir dans la cruauté », confirme que l’enjeu n’est pas pour lui de développer une théorie psychologique de la terreur et de la régression. Il en revient très vite aux mécanismes idéologiques : « La deuxième tâche assignée à la terreur consiste à donner du poids aux montages et aux procédures élaborés par la propagande totalitaire afin qu’ils fassent l’effet de réalités » (p. 72). Kracauer en tire la conséquence que la terreur n’est pas seulement un instrument de la propagande, mais qu’elle est elle-même propagande (p. 74). Sur le terrain « psychologique » – si l’on peut dire –, Kracauer mobilise dès le début de son manuscrit une notion de volonté de puissance (Wille zur Macht ou Machtwille)29 dont le lien avec le Herrenmensch et la relation aux valeurs – la puissance étant elle-même la seule valeur – sont manifestement d’inspiration nietzschéenne, comme le suggère aussi plus loin l’usage de la notion de nihilisme30, et même des références explicites à Nietzsche. La plus significative pour notre propos est celle qui suit la citation des analyses de Fromm sur le sadisme : Kracauer enchaîne par une citation de la Généalogie de la morale (p. 75). Non seulement Horkheimer lui a tendu la perche en parlant lui-même, dans un passage de son essai « Egoismus und Freiheitsbewegung » que cite Kracauer, d’un « profond ressentiment érotique » (cf. p. 76), mais il se réfère lui-même expressément à Nietzsche et au nihilisme à propos de la cruauté31. Là encore, l’essai de Horkheimer contenait des accroches qui permettaient à Kracauer de le lire et de s’y référer dans sa propre optique, en croyant sans doute être « dans la ligne ». C’est certainement cela qu’Adorno fustige lorsqu’il accuse Kracauer de ne rien avoir compris à la pensée de Horkheimer.

   

9La « ligne de front » qui sépare Kracauer de la doxa dominante dans l’Institut en exil étant ainsi tracée, il convient dans un second temps de voir plus précisément comment l’approche de Kracauer et celle de l’Institut se situent par rapport aux recherches sur la propagande, dont elles ont au reste fortement marqué le développement.

10De quelle façon la propagande gagne-t-elle les masses à la cause du régime totalitaire ? Telle est la question que pose Kracauer dans la deuxième partie de son étude (B. Der Charakter der totalitären Propaganda). C’est le véritable thème de son étude et c’est la question par excellence des théories de la propagande. C’est aussi la question qui restera au centre de tous les travaux d’Adorno. Pour ce dernier, dans « Freudian Theory and the Pattern of Fascist Propaganda », la question est de savoir comment les propagandistes nazis ont réussi, aussi peu cultivés aient-ils pu être, à manipuler des foules :

  • 32 Theodor W. Adorno, « Freudian Theory and the Pattern of Fascist Propaganda » [1951], in : Gesammelt (...)

« If we are entitled to assume a correspondence of fascist propagandist stimuli to the mechanisms elaborated in Freud’s Group Psychology we have to ask ourselves the almost inevitable question how did the fascist agitators, crude and semi-educated as they were, obtain knowledge of these mechanisms32. »

11Une question que Kracauer, qui cite abondamment Goebbels, ne pose pas, ou plutôt qu’il ne pose qu’implicitement en citant cet expert des techniques de communication de masse.

  • 33 La porosité entre ces deux derniers domaines est confirmée par les échanges entre Adorno et Kracaue (...)

12Le lien entre les travaux sur l’antisémitisme, la théorie de l’industrie culturelle et celle de la propagande33 repose en apparence chez Adorno sur la réduction du message à un cliché, et sur la nature de stimulus de ce dernier.

  • 34 Theodor W. Adorno, « Monographien zur Qualitativen Analyse der Diskussionen », in : Gesammelte Schr (...)

« On sait quel rôle joue dans la pensée totalitaire le cliché, la généralisation figée et par conséquent fausse. L’analyse n’a pas cessé d’y être confrontée. L’antisémitisme, qui transpose à tout un groupe une série de stéréotypes connotés négativement sans tenir compte de la personne, n’est pas concevable en dehors du procédé de la fausse généralisation34. »

  • 35 Theodor W. Adorno, « Propaganda », in : Max Horkheimer et Theodor W. Adorno, Dialektik der Aufkläru (...)
  • 36 « systematische Erzeugung der Massen » (Siegfried Kracauer, Totalitäre Propaganda, édité par Bernd (...)
  • 37 C’est actuellement le modèle dominant en raison de l’influence massive des « réseaux sociaux » qui (...)
  • 38 Appelé Bureau of Applied Social Research à partir de 1940.
  • 39 Paul Lazarsfeld, Bernard Berelson et Hazel Gaudet, The People’s Choice: How the Voter Makes Up His (...)

13Cette conception de la dépendance par rapport au modèle stimulus-réponse s’est établie dans la recherche sur la propagande dès la Première Guerre mondiale, avec l’ouvrage de Wilfred Trotter Instincts of the Herd in Peace and War (1916). Freud en a critiqué le biologisme dans Massenpsychologie und Ich-Analyse (1921). L’ironie veut qu’Adorno, qui adresse à Benjamin le reproche d’en rester à ce modèle, conçoive apparemment lui aussi la propagande en termes de stimulus-réponse, puisqu’il ne développe pas une théorie de la réception accordant une importance à l’activité du récepteur. La propagande « manipule » les individus, comme le dit La dialectique de la raison35. Et, dans la version qu’il donne du texte de Kracauer, Adorno souscrit à l’idée que le dépassement illusoire des conflits de classe que produit la propagande substitue la masse à la classe. Il dit expressément que la masse est le produit de la propagande, et non son présupposé (p. 267). Kracauer parle lui-même de « production systématique des masses36 ». Adorno semble en rester à la conception de la propagande comme effet direct et massif dominant la psychologie des masses, alors que la nouvelle sociologie américaine part de l’hypothèse d’un récepteur actif et va dans le sens d’effets limités (limited effects model of mass media influence37). Le débat entre la conception des effets immédiats et massifs, d’une part, le paradigme des effets limités, de l’autre, a opposé les chercheurs de l’Institut de recherches sociales et leurs partenaires américains lors des recherches sur la radio menées par l’Office for Radio Research38 créé en 1937 et dirigé par Paul Lazarsfeld. Dans The People’s Choice39, en 1944, l’équipe américaine (Bernard Berelson, Hazel Gaudet, Paul Lazarsfeld) conclura, contrairement aux hypothèses de départ, que la radio a peu d’effets sur les intentions de vote des sujets, et que les effets d’une campagne passent davantage par les relations interpersonnelles. Conclusion que ne partagent pas les « Francfortois ».

14En réalité, les accents doivent être placés correctement. D’abord, Adorno a reconnu au récepteur une capacité de réaction autonome, dans une certaine mesure. Dans un essai qui ne fut publié qu’après sa mort, Adorno admettra que l’hypothèse d’un effet direct et massif avait été « trop simpliste », ainsi que l’avait montré une enquête de l’Institut sur la couverture par la presse du mariage de la princesse Beatrix des Pays-Bas avec le jeune diplomate Claus von Amsberg :

  • 40 Theodor W. Adorno, « Freizeit », in : Gesammelte Schriften, t. X-2 : Kulturkritik und Gesellschaft  (...)

« On voit se profiler les symptômes d’une conscience dédoublée. D’un côté l’événement est apprécié comme un de ces instants présents que la vie réserve aux hommes quels qu’ils soient ; il serait censé être, selon un cliché en vogue dans la nouvelle langue allemande, “unique”. Jusque-là la réaction des spectateurs correspond au schéma connu qui, par le traitement de l’information, transforme l’actualité en général, et politique de préférence, en un bien de consommation. Dans notre canevas pour les entretiens, nous avions complété, afin de les contrôler, les questions portant sur les réactions immédiates par des questions visant à déterminer quelle importance politique les interviewés accordaient à cet événement monté en épingle. On vit alors que beaucoup d’entre eux – inutile de s’appesantir sur leur représentativité – adoptaient subitement une attitude tout à fait réaliste et portaient un jugement critique sur l’importance politique et sociale de ce même événement dont le reportage télévisé les avait tenus en haleine40. »

  • 41 Theodor W. Adorno, « Wissenschaftliche Erfahrungen in Amerika », in : Gesammelte Schriften, t. X-2  (...)
  • 42 Cf. Thymian Bussemer, Propaganda. Konzepte und Theorien, Wiesbaden, Springer / VS Verlag für Sozial (...)

15Un autre témoignage d’Adorno, « Wissenschaftliche Erfahrungen in Amerika » (Expériences scientifiques acquises en Amérique), va tout à fait dans le même sens41. Ensuite, ce qu’Adorno critique dans le schéma stimulus-réponse, c’est son caractère mécanique42, voire biologique, contre lequel il invoque que la masse n’existe pas en tant que telle, mais parce que les conditions économiques et sociales ont déshumanisé les individus. Si la Théorie critique – et Adorno en particulier – utilise le terme de masse, elle ne réduit cependant pas la question de la propagande au paradigme de la masse et à la « psychologie des masses », mais rompt expressément avec la psychologie de Le Bon, pour laquelle l’intolérance, l’autoritarisme et le conservatisme sont le propre des masses (Psychologie des foules, § 4). La Théorie critique envisage certes une opinion publique massifiée, mais, suivant Freud, même si elle annihile leur individualité, la masse est néanmoins pour elle un ensemble d’individus liés par un sentiment commun. La masse n’existe pas a priori. L’approche psychanalytique implique par définition une psychologie individuelle appliquée aux phénomènes sociaux, et non une psychologie d’entités collectives. C’est la conception que Marcuse met encore en œuvre dans ses travaux pour l’Office of Strategic Services (OSS) – son mémorandum sur la « Nouvelle mentalité allemande » et sa contribution à l’étude de l’Office of War Information, German Popular Psychology And Its Implications for Propaganda Policy, en 1943 :

  • 43 Herbert Marcuse, Feindanalysen. Über die Deutschen, édité par Peter-Erwin Jansen, Lunebourg, zu Kla (...)

« L’État national-socialiste est un “État de masses”, mais les masses ne sont des masses que dans la mesure où elles se composent d’individus atomisés. C’est parce que ces derniers ont été privés de tout ce qui transcendait leur individualité vers une communauté d’intérêts authentique, et parce que rien ne subsiste hormis leur intérêt égoïste abstrait et bestial, qui est le même chez tous les hommes, qu’ils sont à ce point exposés à la manipulation et à l’unification par le haut43. »

  • 44 « Si la théorie critique consistait pour l’essentiel à formuler les sentiments et les conceptions d (...)

16C’est pourquoi, à la différence d’une « psychologie sociale » qui se concevrait comme la science des contenus de conscience des différents acteurs sociaux, ce sont les phénomènes de manipulation psychologiques transformant les individus en masse (et non les assignant à des positions de classes) qui constituent le véritable objet d’étude de la Théorie critique, et ce, même avant la Dialektik der Aufklärung44.

  • 45 « die von den totalitären Bewegungen angesprochene Masse [ist] nicht nur ein Mittel der Propaganda, (...)
  • 46 Publié en 1936 dans la Zeitschrift für Sozialforschung.

17Kracauer adopte en la matière une position assez différente. La masse intervient comme médium et courroie de transmission de la propagande : « La masse à laquelle s’adressent les mouvements totalitaires n’est pas seulement un moyen de la propagande, elle est elle-même propagande45. » Certes, la propagande contribue aussi à la transformation des individus en masse, mais pour que la propagande agisse il faut que les individus soient déjà transformés en masse. L’existence de masse apparaît comme une donnée sociologique ; le prolétariat, dit Kracauer, est de facto une masse, même lorsque ses membres n’interviennent pas sous forme de masse ; il s’agit là du résultat de l’évolution socio-économique (p. 79). Une évolution à laquelle on ne peut échapper et que l’on peut seulement dialectiser, car c’est aussi en tant que masse que le prolétariat devenu conscient peut entreprendre son émancipation (p. 80). À partir de références à Mussolini, Goebbels, Ortega y Gasset (La révolte des masses, 1929), et surtout à Benjamin (« L’œuvre d’art à l’époque de sa reproductibilité technique »46) – plus importante ici que la référence renouvelée à Horkheimer, qui semble de pure forme – Kracauer développe une psychologie des masses assez éclectique, comparant avec Hitler la masse à une femme sujette à l’hystérie et parlant avec Goebbels de suggestion et d’hypnotisme. Les références à Horkheimer – toujours à « Egoismus und Freiheitsbewegung » – ne portent pas sur les fondements psychologiques, mais seulement sur la puissance des symboles.

  • 47 Siegfried Kracauer, Totalitäre Propaganda, édité par Bernd Stiegler, Francfort-sur-le-Main, Suhrkam (...)
  • 48 « Pour les dictatures totalitaires tout tient au maintien de la structure psychophysique dans laque (...)
  • 49 Cf. Katia Genel, Autorité et émancipation. Horkheimer et la Théorie critique, Paris, Payot, 2013, p (...)
  • 50 Plus qu’euphémisme, comme le dit Katia Genel dans Autorité et émancipation. Horkheimer et la Théori (...)

18Le travail d’analyse de discours à partir des sources primaires – les propos des dirigeants nationaux-socialistes – auquel se livre Kracauer relève dans une certaine mesure de la sociologie, comme le confirment ensuite dans la section F les réflexions sur la crise sociale et économique, de même que l’exposé dans lequel Kracauer présente son projet et qui aborde de part en part la propagande comme une réponse à la crise économique et sociale47. L’argumentation psychologique n’y joue strictement aucun rôle. Dans l’étude elle-même, il est seulement question, de façon vague, du terrain propice que la crise constitue pour l’influence de la propagande sur « la structure psychophysique des hommes » (p. 116). Certes, la contribution de Horkheimer aux Études sur l’autorité et la famille est citée à propos de la capacité de résistance face à cette influence, mais Kracauer n’argumente pas sur ce terrain ; il développe des considérations sur la mentalité des classes moyennes, et c’est aux réflexions sur la conscience de classe que fait Heinrich Regius (le pseudonyme de Horkheimer) dans Dämmerung qu’il recourt (p. 121 sq.). S’il est sans cesse question de la « constitution psychophysique » réceptive à la propagande, ou, à l’inverse, créée par elle48, on n’apprend pas grand-chose à son propos. On est loin des analyses de la personnalité autoritaire. Dès l’étude sur les ouvriers et les employés menée entre 1929 et 1931, c’est la dimension psychique qui permettait de rendre compte de la différence entre les statuts socio-économiques et les positions politiques49. Dans les Études sur l’autorité et la famille, la psychanalyse investit ce terrain sous l’impulsion de Fromm. C’est la raison pour laquelle, comme nous allons le voir, la psychanalyse est au cœur de la réflexion sur la propagande. En somme, le fil rouge qui relie véritablement les travaux sur l’antisémitisme, la théorie de l’industrie culturelle et celle de la propagande, c’est la théorie de la personnalité autoritaire, moule50 de la personnalité antisémite ou fasciste, ou des deux à la fois.

19Dans son essai « Zur Bekämpfung des Antisemitismus heute » (Combattre l’antisémitisme aujourd’hui), écrit en 1962, Adorno tirera en ces termes la leçon de toutes les enquêtes lancées pendant l’exil :

  • 51 Theodor W. Adorno, « Zur Bekämpfung des Antisemitismus heute » [1962], in : Gesammelte Schriften, t (...)

« L’antisémitisme est un média de masse au sens où il prend appui sur des tendances, des inclinations, des conflits, des pulsions inconscients, les amplifie et les manipule au lieu de les faire accéder à la conscience et de les éclairer […]. L’antisémitisme, pourrait-on dire, est quelque chose comme l’ontologie de la réclame51. »

20Il est important que cette définition de la propagande comme « tromperie de masse » (Massenbetrug) se soit imposée dans le cadre des enquêtes sur l’antisémitisme. Comme ces dernières prolongent l’étude de la personnalité autoritaire que l’Institut a mise en œuvre dès avant la guerre, la continuité de la Théorie critique de la propagande est ainsi établie.

21Adorno réaffirmera cette conception dans un article en anglais du début des années 1950, « Freudian Theory and the Pattern of Fascist Propaganda », qui se réfère expressément à Massenpsychologie und Ich-Analyse et commence, comme le fait Freud lui-même, par une discussion de Le Bon. Cet article consiste en une application de la théorie freudienne au national-socialisme. Le ressort de la propagande fasciste est l’identification, la construction d’une figure de leader sur laquelle est projeté l’idéal du moi.

  • 52 Theodor W. Adorno, « Freudian Theory and the Pattern of Fascist Propaganda » [1951], in : Gesammelt (...)

« The fascist community of the people corresponds exactly to Freud’s definition of a group as being “a number of individuals who have substituted one and the same object for their ego ideal and have consequently identified themselves with one another in their ego”. The leader image, in turn, borrows as it were its primal father-like omnipotence from collective strength52. »

22Kracauer, quant à lui, parle bien d’idéal de la personnalité dans ses réflexions sur l’identification de masse (p. 253), mais rien ne permet de penser qu’il se fonde sur la théorie freudienne de l’idéal du moi et du moi idéal.

  • 53 « Das spricht den sado-masochistischen Typ an » (Siegfried Kracauer, Totalitäre Propaganda, édité p (...)
  • 54 Le phénomène de « déclassement » est un des ressorts essentiels de l’argumentation de Kracauer (cf.(...)
  • 55 « L’avènement d’un nouveau type de despotisme qui vient non de la famille autoritaire, mais de sa d (...)
  • 56 Max Horkheimer, « Idee, Aktivität und Programm des Instituts für Sozialforschung » [1938], in : Ges (...)
  • 57 « Ferner ist auch das Risiko der Preisgabe einer traditionalen Seelenstruktur zu groß (s. Horkheime (...)

23L’État autoritaire, dans la conception de Horkheimer partagée par Adorno, est indissociable de la personnalité autoritaire. L’approche psychanalytique permet notamment de saisir le phénomène d’identification qui lie la masse et son leader et qu’Adorno qualifie dans son résumé de relation spéculaire (Spiegelreflex, p. 267). La référence d’Adorno à Horkheimer dans son évaluation du manuscrit de Kracauer concerne par ailleurs le sadomasochisme, qui sera la clé de la barbarie dans la Dialektik der Aufklärung et qu’il accuse Kracauer de ne pas avoir compris (p. 262). Kracauer s’y réfère très laconiquement dans l’esquisse de juillet 1937, « Cela concerne le type sadomasochiste53 », dans un contexte qui n’est cependant pas psychanalytique – fût-ce sous la forme de la théorie de la civilisation – mais strictement sociologique : il s’agit du destin des classes sociales et des couches réceptives à la propagande nazie54. Or, ce point est absolument essentiel. Alors que c’est, pour Wilhelm Reich ou Benjamin, la famille patriarcale ou patricentrique qui véhicule les structures d’autorité assurant la reproduction de la domination en général et de la domination capitaliste en particulier, Horkheimer amorce un virage décisif dans la section « Famille » de son introduction aux Études sur l’autorité et la famille. Il crédite la famille d’une capacité de résistance et même d’émancipation qui n’a rien à voir avec le rôle conservateur que Freud lui reconnaît dans le Malaise. La famille structurée prépare à la réalité ; c’est sa décomposition dans le monde contemporain qui affecte la structure psychique de l’individu et, en affaiblissant l’autorité, livre le moi à une régression qui le rend vulnérable à l’identification autoritaire55. Ici s’amorce la théorie du moi faible qui restera fondamentale dans l’approche du fascisme, par exemple chez Alexander et Margarete Mitscherlich. Dans un résumé de l’enjeu des Études sur l’autorité et la famille, Horkheimer écrit en 1938, deux ans après leur parution : « Dans le fascisme lui-même, [la famille] a été d’un côté affaiblie, et d’un autre côté réactivée artificiellement56. » Chez Kracauer, dans la section D de l’esquisse de juillet 1937, on trouve à nouveau une référence laconique à Horkheimer qui semble aller dans ce sens : « En outre, le risque que constitue le sacrifice d’une structure psychique traditionnelle est trop important (voir Horkheimer)57. » La phrase est soulignée et Kracauer met cette idée en relation avec sa propre appréhension de la décomposition sociale, le culte de la dispersion (Zerstreuungskult).

  • 58 Max Horkheimer, « Raison et conservation de soi », in : Éclipse de la raison. Suivi de : Raison et (...)
  • 59 Au demeurant tout à fait présent dans Das Unbehagen in der Kultur.
  • 60 Cf. Katia Genel, Autorité et émancipation. Horkheimer et la Théorie critique, Paris, Payot, 2013, p (...)

24Il est hors de doute que Kracauer a pris au sérieux les thèses de Horkheimer. La référence à l’essai « Egoismus und Freiheitsbewegung » est attestée par les liasses de notes qu’il a prises et qui sont presque aussi abondantes que celles sur Rosenberg et sur Silone, qu’Adorno reproche à Kracauer d’avoir beaucoup trop utilisés. Kracauer souscrit au diagnostic du « déclin de l’individu » qu’on trouve ensuite dans toute une série de textes de Horkheimer et qui constitue, à l’orée des années 1940, non seulement le pivot de l’analyse de l’autorité, mais aussi la clé de la destruction de la raison. Selon « Raison et conservation de soi » (1942) : « La destruction de la raison et celle de l’individu forment un tout58. » Si le déclin de l’individu et le déclin de la raison sont coextensifs, la barbarie peut dès lors être identifiée du point de vue psychanalytique, de façon très précise, comme défaillance et régression du moi fort. La théorie du moi faible et l’importance du sadomasochisme étaient déjà présentes dans la contribution de Fromm au projet de recherche sur l’autorité et la famille. On en perçoit l’écho dans la façon dont Adorno parle de la peur – ou de l’angoisse (p. 267) – et qui n’est pas sans rappeler le rôle que lui attribue Fromm dans Escape from Freedom (1941). Toutefois, comme le dit très justement Katia Genel, Fromm s’engage, avec ce thème de la peur de la liberté et de l’angoisse de l’impuissance59, dans un type d’interprétation existentielle, tandis que Horkheimer continue de situer sa réflexion dans la continuité de la théorie freudienne des pulsions et de son évolution, y compris la pulsion de mort60. On est en droit de se demander si le reproche de ne pas comprendre la portée des réflexions de Horkheimer que fait Adorno à Kracauer n’est pas lié à la rupture entre Horkheimer et Fromm – ou est-ce trop tôt en 1936-1937 ? La contribution de Fromm aux Études sur l’autorité et la famille en 1936 constitue en tout cas sa dernière collaboration active à un projet collectif ; il n’écrira plus ensuite qu’un seul article dans la Zeitschrift für Sozialforschung : « Zum Gefühl der Ohnmacht » (Sur le sentiment d’impuissance, 1937).

25La dimension psychanalytique mise en œuvre dans le cadre du projet sur la personnalité autoritaire, et ensuite dans le projet sur l’antisémitisme, constituait en tout cas une rupture nette avec le pseudo-libéralisme – de pure façade – qui avait été celui de la propagande américaine lors de la Première Guerre mondiale au sein du Committee on Public Information dirigé par George Creel. Ce dernier se justifiait en ces termes :

  • 61 George Creel, « Public Opinion in War Time », Annals of the American Academy of Political and Socia (...)

« I do not believe that public opinion has its rise in the emotions […]. I feel that public opinion has its source in the minds of people, that it has its base in reason […]. I may be wrong; but since mine is the responsibility, mine is the decision, and it is upon that decision that every policy of the committee has been based […]. We have never made any appeal to the emotions61. »

  • 62 Theodor W. Adorno, « Anti-Semitism and Fascist Propaganda » [1946], in : Gesammelte Schriften, t. V (...)
  • 63 Cf. leur rapport « A Scale for the Measurement of Anti-Semitism », The Journal of Psychology: Inter (...)

26Adorno exposera ses options psychanalytiques dans l’essai « Anti-Semitism and Fascist Propaganda62 », une communication qu’il présenta à San Francisco lors d’un congrès de psychiatrie en juin 1944, et qu’il publia en 1946 dans le collectif dirigé par le psychanalyste Ernst Simmel, Anti-Semitism. A Social Disease. Adorno déploya beaucoup d’efforts diplomatiques pour que se constitue à Berkeley le Public Opinion Study Group, qui apporta au projet de l’Institut les compétences de psychanalystes confirmés – R. Nevitt Sanford, Else Frenkel-Brunswik et Daniel J. Levinson –, lesquels furent les chevilles ouvrières de la technique sociologique des échelles63 à laquelle Adorno emboîta le pas avec l’« échelle F » (pour « fascisme »). Adorno aurait volontiers poussé plus loin l’analyse vers la psychologie juive elle-même, reprenant l’impulsion iconoclaste de Horkheimer et n’excluant pas qu’elle ait sa part de responsabilité dans l’antisémitisme, comme il l’expose à Horkheimer dans un mémorandum d’octobre 1944. Cette thèse transparaît très clairement dans les « Éléments de l’antisémitisme » de la Dialektik der Aufklärung.

27Adorno assume complètement l’approche psychologique parce que toute approche strictement sociologique s’est révélée insuffisante depuis les Études sur l’autorité et la famille. Toutefois, il s’est défendu contre l’accusation de psychologisme :

  • 64 Theodor W. Adorno, « Wissenschaftliche Erfahrungen in Amerika », in : Gesammelte Schriften, t. X-2  (...)

« Le chapitre “Éléments de l’antisémitisme” de la Dialectique de la raison, que Horkheimer et moi rédigeâmes en commun, au sens le plus strict du terme, c’est-à-dire que nous le dictâmes ensemble, fut décisif pour ma contribution aux enquêtes réalisées plus tard avec le Berkeley Public Opinion Study Group. Elles trouvèrent leur expression littéraire dans La personnalité autoritaire. Ce renvoi à la Dialectique de la raison, qui à ce jour n’est pas encore traduite en anglais, ne me paraît pas superflu car l’ouvrage est de nature à prévenir un contresens auquel La personnalité autoritaire s’est d’emblée exposée et pour lequel elle porte une part de responsabilité en raison de la façon dont elle met les accents : les auteurs, en donnant l’impression d’avoir voulu fonder l’antisémitisme, ainsi que le fascisme, de façon uniquement subjective, commettraient l’erreur de penser que ce phénomène politique et économique est au premier chef de nature psychologique. Tout ce que j’ai dit à propos de la conception des enquêtes musicales du Princeton Project devrait suffire à prouver que ce n’était en rien le cas. Du point de vue théorique les “Éléments de l’antisémitisme” ont replacé le préjugé racial dans le cadre d’une théorie critique de la société partant de l’objectivité64. »

28Bien entendu, cette revendication d’objectivité prend une forme bien différente de la recherche empirique américaine dans le cadre de laquelle elle était censée être mise en œuvre. C’est cela qui a valu à la démarche d’Adorno d’être qualifiée de subjective. Contrairement à ce que pourrait donner à penser la prégnance du paradigme de l’effet massif direct et du modèle stimulus-réponse, Adorno ne conçoit pas du tout la propagande comme un processus top-down. Il subvertit dialectiquement l’opposition entre récepteur actif et récepteur passif, comme cela devient clair dans l’essai « Freudian Theory and the Pattern of Fascist Propaganda » :

  • 65 Theodor W. Adorno, « Freudian Theory and the Pattern of Fascist Propaganda » [1951], in : Gesammelt (...)

« Just as little as people believe in the depth of their hearts that the Jews are the devil, do they completely believe in the leader. They do not really identify themselves with him but act this identification, perform their own enthusiasm, and thus participate in their leader’s performance. It is through this performance that they strike a balance between their continuously mobilized instinctual urges and the historical stage of enlightenment they have reached, and which cannot be revoked arbitrarily. It is probably the suspicion of this fictitiousness of their own “group psychology” which makes fascist crowds so merciless and unapproachable. If they would stop to reason for a second, the whole performance would go to pieces, and they would be left to panic65. »

  • 66 Theodor W. Adorno, « Freudian Theory and the Pattern of Fascist Propaganda » [1951], in : Gesammelt (...)

29Du coup, le manipulateur et le manipulé sont tous les deux, dans une même mesure, manipulés par leur psychisme en même temps qu’ils le manipulent. Ils le / se mettent en scène – ils instrumentalisent leur irrationnel ; dans les termes d’Adorno : « to make rational use of his irrationality66 ». Cette dialectique n’était évidemment pas compatible avec la conception purement empirique de Lazarsfeld, et on a reproché à la démarche d’Adorno de se soustraire à toute falsification ; partant de l’identité entre ce qu’attend le récepteur et ce qui lui est fourni, Adorno exige en effet de l’enquêteur qu’il demande à l’interviewé de justifier ses goûts et le pousse en quelque sorte dans ses derniers retranchements, pour confirmer l’hypothèse de sa dépendance. C’est à l’occasion de la poursuite de la recherche par le « Project on Anti-Semitism and Labor » dans de grandes villes industrielles, entre juin et novembre 1944, qu’Adorno put affiner sa conception des rapports entre la recherche de terrain et son exploitation qualitative, contre la pratique « américaine » incarnée par Paul Lazarsfeld, responsable en titre du projet. En requérant à la fois « souplesse » (flexibility) et proximité aux faits, il la qualifiera dans The Authoritarian Personality de « phenomenology based on theoretical formulations and illustrated by quotations from the interviews ».

  • 67 « Zum Theoretischen ist zu sagen einmal, daß Kracauer kein geschulter Marxist ist und infolgedessen (...)

30L’aspect « objectif » des analyses d’Adorno tient moins, contrairement à ce que peut donner à penser sa référence insistante au marxisme – ici à l’égard de Kracauer comme ailleurs à l’égard de Benjamin67 –, au recours à une explication économique qu’à la primauté accordée aux moyens technologiques de la domination. Ils représentent en partie ce qu’il faut entendre par « rationalité », à côté des transformations du psychisme (dont la rationalité est de nature irrationnelle – un paradoxe apparent qui n’étonnera pas les lecteurs de Weber, dont l’influence semble à cet égard importante). La propagande doit être comprise, dès lors qu’on ne la crédite pas d’une bienveillante neutralité libérale, sur le modèle de l’industrie culturelle. Elle correspond à une évolution objective des forces productives qui consacre l’importance des médias – une conception qu’Adorno a du reste sans doute reprise de Benjamin. Adorno assimile la théorie de l’industrie culturelle à celle de la propagande. La propagande est un façonnement de l’opinion publique au moyen d’instruments nouveaux.

  • 68 Siegfried Kracauer, Totalitäre Propaganda, édité par Bernd Stiegler, Francfort-sur-le-Main, Suhrkam (...)

31Sur ce point précis, et malgré tous les défauts pointés par Adorno, il s’impose justement de reconnaître que la façon dont Kracauer pose le problème de la propagande est novatrice : ce n’est pas le contenu qui compte dans la propagande, mais le moyen. La propagande se définit comme médium, et non comme message68. L’essayisme qu’Adorno taxait de naïveté, en particulier son usage de thèmes ou de catégories nietzschéens, prend ici son sens : la propagande est un moyen de puissance dans lequel les valeurs ne sont pas déterminantes, elle est un « procès-sujet » se nourrissant de sa propre dynamique vitale.

Notes

1 Siegfried Kracauer, Totalitäre Propaganda, édité par Bernd Stiegler, Francfort-sur-le-Main, Suhrkamp, 2013, p. 317. Les références à cet ouvrage seront indiquées par un simple numéro de page entre parenthèses. Les traductions sont de moi.

2 « Von Kracauer ist buchstäblich kein Satz außer den Hitlerzitaten erhalten geblieben » (Theodor W. Adorno, Briefe und Briefwechsel, t. I : Theodor W. Adorno / Walter Benjamin, Briefwechsel 1928-1940, édité par Henri Lonitz, Francfort-sur-le-Main, Suhrkamp, 1994, p. 332, je traduis).

3 Lettre du 20 août 1938 à Adorno (Theodor W. Adorno, Briefe und Briefwechsel, t. VII : Theodor W. Adorno / Siegfried Kracauer, Briefwechsel 1923-1966, édité par Wolfgang Schopf, Francfort-sur-le-Main, Suhrkamp, 2008, p. 395 sq.).

4 Une exigence exprimée du reste sans détour par Horkheimer dans une lettre du 22 octobre 1936 adressée à Adorno (Max Horkheimer, Gesammelte Schriften, t. XV : Briefwechsel 1913-1936, édité par Gunzelin Schmid Noerr, Francfort-sur-le-Main, S. Fischer, 1995, p. 689).

5 Max Horkheimer, Gesammelte Schriften, t. XV : Briefwechsel 1913-1936, édité par Gunzelin Schmid Noerr, Francfort-sur-le-Main, S. Fischer, 1995, p. 689.

6 Theodor W. Adorno, Briefe und Briefwechsel, t. VII : Theodor W. Adorno / Siegfried Kracauer, Briefwechsel 1923-1966, édité par Wolfgang Schopf, Francfort-sur-le-Main, Suhrkamp, 2008, p. 325 (je traduis).

7 Même si Horkheimer utilise lui-même la notion d’État totalitaire dans sa contribution « Autorité et famille », en 1936 (Gesammelte Schriften, t. III : Schriften 1931-1936, édité par Alfred Schmidt, Francfort-sur-le-Main, S. Fischer, 1988, p. 379).

8 Franz Neumann, Béhémoth. Structure et pratique du national-socialisme, 1933-1944, traduit par Gilles Dauvé, avec la collaboration de Jean-Louis Boireau, Paris, Payot, 1987, p. 213-219.

9 Si nous nous limiterons dans le présent essai aux textes que Kracauer a effectivement utilisés, la confrontation avec les conceptions de la Théorie critique sur l’antisémitisme et la propagande fasciste devrait évidemment être complétée non seulement en tenant compte des positions d’Adorno, comme nous le faisons, mais également en recourant aux nombreux écrits de Horkheimer sur la psychanalyse et la psychologie du fascisme. Voir notamment les textes des années 1940 (Gesammelte Schriften, t. V : „Dialektik der Aufklärung“ und Schriften 1940-1950, édité par Gunzelin Schmid Noerr, Francfort-sur-le-Main, S. Fischer, 1987).

10 Theodor W. Adorno, Briefe und Briefwechsel, t. VII : Theodor W. Adorno / Siegfried Kracauer, Briefwechsel 1923-1966, édité par Wolfgang Schopf, Francfort-sur-le-Main, Suhrkamp, 2008, p. 392 sq.

11 « eine naiv ökonomistische Auffassung […], die den Marxismus im gegenwärtigen Stadium hemmt » (Siegfried Kracauer, Totalitäre Propaganda, édité par Bernd Stiegler, Francfort-sur-le-Main, Suhrkamp, 2013, p. 264).

12 Il se confirme à la page suivante que cette objection est dirigée contre Rosenberg (Der Faschismus als Massenbewegung) ; Kracauer s’appuie plus loin, contre Rosenberg, sur Ignazio Silone (voir p. 21) ; ce sont ces pages, très dépendantes de Silone, qui ont, entre autres, motivé le jugement négatif d’Adorno. Avec beaucoup d’insistance, la première section (A. Genèse de la propagande totalitaire) est consacrée à contester la thèse selon laquelle le fascisme serait une émanation du capitalisme (cf. p. 23), mais Kracauer y admet que « les intérêts capitalistes prennent l’idée nationale en remorque » et que les idées qui mobilisent les masses s’enracinent dans des intérêts dont elles sont les travestissements idéologiques (Siegfried Kracauer, Totalitäre Propaganda, édité par Bernd Stiegler, Francfort-sur-le-Main, Suhrkamp, 2013, p. 33).

13 « ein Interesse, das sich jedenfalls mit wesentlichen gesellschaftlichen Interessen nicht deckt » (Siegfried Kracauer, Totalitäre Propaganda, édité par Bernd Stiegler, Francfort-sur-le-Main, Suhrkamp, 2013, p. 36).

14 Max Horkheimer, « Autoritärer Staat » [1940-1942], in : Gesammelte Schriften, t. V : „Dialektik der Aufklärung“ und Schriften 1940-1950, édité par Gunzelin Schmid Noerr, Francfort-sur-le-Main, S. Fischer, 1987. Le titre initial devait du reste être « Staatskapitalismus ».

15 Pour un aperçu de ces débats, cf. Martin Jay, L’imagination dialectique. Histoire de l’École de Francfort et de l’Institut de recherches sociales, traduit par E. E. Moreno et Alain Spiquel, Paris, Payot, 1977, p. 189-194.

16 Adorno reprend la formule dans le chapeau du texte révisé par lui (Siegfried Kracauer, Totalitäre Propaganda, édité par Bernd Stiegler, Francfort-sur-le-Main, Suhrkamp, 2013, p. 267).

17 Max Horkheimer, « Egoismus und Freiheitsbewegung » [1936], in : Gesammelte Schriften, t. IV : Schriften 1936-1941, édité par Alfred Schmidt, Francfort-sur-le-Main, S. Fischer, 1988, p. 25 sq. et 72.

18 Cf. Siegfried Kracauer, Totalitäre Propaganda, édité par Bernd Stiegler, Francfort-sur-le-Main, Suhrkamp, 2013, p. 266, 268 et 274.

19 Siegfried Kracauer, Totalitäre Propaganda, édité par Bernd Stiegler, Francfort-sur-le-Main, Suhrkamp, 2013, p. 242.

20 Cf. Gérard Raulet, « Aufzeichnungen und Entwürfe », in : Gunnar Hindrichs (dir.), Max Horkheimer / Theodor W. Adorno: „Dialektik der Aufklärung“, Berlin, De Gruyter, 2017, p. 97-113.

21 Siegfried Kracauer, Totalitäre Propaganda, édité par Bernd Stiegler, Francfort-sur-le-Main, Suhrkamp, 2013, p. 54. Cf. Max Horkheimer, « Egoismus und Freiheitsbewegung » [1936], in : Gesammelte Schriften, t. IV : Schriften 1936-1941, édité par Alfred Schmidt, Francfort-sur-le-Main, S. Fischer, 1988, p. 17.

22 Une tournure à la Max Weber dont il aurait pourtant dû goûter la justesse du point de vue d’une théorie de la rationalité.

23 Le terme de mensonge est l’un des plus fréquents dans l’ouvrage ; on le trouve bien entendu dans le fragment intitulé « Propagande ». J’ai montré, dans l’essai cité précédemment (note 20), que Horkheimer et Adorno se placent dans la perspective de la considération intempestive de Nietzsche sur « Vérité et mensonge au sens extra-moral ». Vérité et mensonge deviennent impossibles à distinguer.

24 Elles introduisent la notion de « structure psychophysique » : « Pour parvenir à dynamiser la superstructure dans le sens qu’on a décrit, la propagande doit transformer la structure psychophysique des hommes, voire même leur psychisme » (Siegfried Kracauer, Totalitäre Propaganda, édité par Bernd Stiegler, Francfort-sur-le-Main, Suhrkamp, 2013, p. 250).

25 On aura relevé : « autoritaire » – ce qui est cohérent dans le contexte de la référence à Fromm. Il faudrait s’intéresser de façon systématique aux variations terminologiques totalitaire / autoritaire.

26 « Offener Terror zeigt den Abbau der Zivilisationsschichten und die Bejahung der elementaren konspirierenden Natur an der Ausbeutung als eines „Naturprinzips“ » (Siegfried Kracauer, Totalitäre Propaganda, édité par Bernd Stiegler, Francfort-sur-le-Main, Suhrkamp, 2013, p. 250).

27 « Revoltiert im Nationalsozialismus und Faschismus die mißachtete Natur? » (Siegfried Kracauer, Totalitäre Propaganda, édité par Bernd Stiegler, Francfort-sur-le-Main, Suhrkamp, 2013, p. 45). Cf. Max Horkheimer, « Zur Kritik der instrumentellen Vernunft » [1946], in : Gesammelte Schriften, t. VI : „Zur Kritik der instrumentellen Vernunft“ und Notizen 1949-1969, édité par Alfred Schmidt, Francfort-sur-le-Main, S. Fischer, 1991, p. 105-135.

28 Pulsion de destruction, car il se montre à l’époque très réticent à l’égard de l’hypothèse de l’instinct de mort. Cf. Max Horkheimer, « Egoismus und Freiheitsbewegung » [1936], in : Gesammelte Schriften, t. IV : Schriften 1936-1941, édité par Alfred Schmidt, Francfort-sur-le-Main, S. Fischer, 1988, p. 80 sq.

29 Cf. Siegfried Kracauer, Totalitäre Propaganda, édité par Bernd Stiegler, Francfort-sur-le-Main, Suhrkamp, 2013, p. 24-29.

30 « der nihilistische Machtwille » (Siegfried Kracauer, Totalitäre Propaganda, édité par Bernd Stiegler, Francfort-sur-le-Main, Suhrkamp, 2013, p. 33 – entre autres occurrences).

31 Max Horkheimer, « Egoismus und Freiheitsbewegung » [1936], in : Gesammelte Schriften, t. IV : Schriften 1936-1941, édité par Alfred Schmidt, Francfort-sur-le-Main, S. Fischer, 1988, p. 75.

32 Theodor W. Adorno, « Freudian Theory and the Pattern of Fascist Propaganda » [1951], in : Gesammelte Schriften, t. VIII : Soziologische Schriften I, édité par Rolf Tiedemann, Francfort-sur-le-Main, Suhrkamp, 1972, p. 426.

33 La porosité entre ces deux derniers domaines est confirmée par les échanges entre Adorno et Kracauer en 1936, lors desquels il est tantôt question de propagande, tantôt de réclame, et tantôt des deux à la fois. Voir la postface de Bernd Stiegler à Totalitäre Propaganda (Francfort-sur-le-Main, Suhrkamp, 2013, p. 319).

34 Theodor W. Adorno, « Monographien zur Qualitativen Analyse der Diskussionen », in : Gesammelte Schriften, t. IX-1 : Soziologische Schriften II, édité par Rolf Tiedemann, Francfort-sur-le-Main, Suhrkamp, 1975, p. 219 sq. (je traduis).

35 Theodor W. Adorno, « Propaganda », in : Max Horkheimer et Theodor W. Adorno, Dialektik der Aufklärung. Philosophische Fraagmente, Francfort-sur-le-Main, S. Fischer, 1994 [1969], p. 272 sq.

36 « systematische Erzeugung der Massen » (Siegfried Kracauer, Totalitäre Propaganda, édité par Bernd Stiegler, Francfort-sur-le-Main, Suhrkamp, 2013, p. 252).

37 C’est actuellement le modèle dominant en raison de l’influence massive des « réseaux sociaux » qui se substituent aux groupes de socialisation.

38 Appelé Bureau of Applied Social Research à partir de 1940.

39 Paul Lazarsfeld, Bernard Berelson et Hazel Gaudet, The People’s Choice: How the Voter Makes Up His Mind in a Presidential Campaign, New York, Duell, Sloan and Pearce, 1944.

40 Theodor W. Adorno, « Freizeit », in : Gesammelte Schriften, t. X-2 : Kulturkritik und Gesellschaft II, édité par Rolf Tiedemann, Francfort-sur-le-Main, Suhrkamp, 1997, p. 654 (je traduis).

41 Theodor W. Adorno, « Wissenschaftliche Erfahrungen in Amerika », in : Gesammelte Schriften, t. X-2 : Kulturkritik und Gesellschaft II, édité par Rolf Tiedemann, Francfort-sur-le-Main, Suhrkamp, 1997, p. 704 et 708.

42 Cf. Thymian Bussemer, Propaganda. Konzepte und Theorien, Wiesbaden, Springer / VS Verlag für Sozialwissenschaften, 2005, p. 275.

43 Herbert Marcuse, Feindanalysen. Über die Deutschen, édité par Peter-Erwin Jansen, Lunebourg, zu Klampen, 1998, p. 103 (je traduis).

44 « Si la théorie critique consistait pour l’essentiel à formuler les sentiments et les conceptions d’une classe en fonction d’une situation donnée, elle ne présenterait aucune différence structurelle avec la science spécialisée : il s’agirait de décrire les contenus psychiques qui caractérisent les groupes sociaux déterminés, de faire de la psychologie sociale » (Max Horkheimer, Théorie traditionnelle et Théorie critique, traduit par Claude Maillard et Sibylle Muller, Paris, Gallimard, 1974, p. 46).

45 « die von den totalitären Bewegungen angesprochene Masse [ist] nicht nur ein Mittel der Propaganda, sondern selber Propaganda » (Siegfried Kracauer, Totalitäre Propaganda, édité par Bernd Stiegler, Francfort-sur-le-Main, Suhrkamp, 2013, p. 101).

46 Publié en 1936 dans la Zeitschrift für Sozialforschung.

47 Siegfried Kracauer, Totalitäre Propaganda, édité par Bernd Stiegler, Francfort-sur-le-Main, Suhrkamp, 2013, p. 231-237.

48 « Pour les dictatures totalitaires tout tient au maintien de la structure psychophysique dans laquelle la pseudo-réalité agit comme réalité » (Siegfried Kracauer, Totalitäre Propaganda, édité par Bernd Stiegler, Francfort-sur-le-Main, Suhrkamp, 2013, p. 140).

49 Cf. Katia Genel, Autorité et émancipation. Horkheimer et la Théorie critique, Paris, Payot, 2013, p. 114 sq.

50 Plus qu’euphémisme, comme le dit Katia Genel dans Autorité et émancipation. Horkheimer et la Théorie critique (Paris, Payot, 2013, p. 169).

51 Theodor W. Adorno, « Zur Bekämpfung des Antisemitismus heute » [1962], in : Gesammelte Schriften, t. XX-1 : Vermischte Schriften I, édité par Rolf Tiedemann, Francfort-sur-le-Main, Suhrkamp, 1986, p. 366 (je traduis).

52 Theodor W. Adorno, « Freudian Theory and the Pattern of Fascist Propaganda » [1951], in : Gesammelte Schriften, t. VIII : Soziologische Schriften I, édité par Rolf Tiedemann, Francfort-sur-le-Main, Suhrkamp, 1972, p. 419.

53 « Das spricht den sado-masochistischen Typ an » (Siegfried Kracauer, Totalitäre Propaganda, édité par Bernd Stiegler, Francfort-sur-le-Main, Suhrkamp, 2013, p. 255).

54 Le phénomène de « déclassement » est un des ressorts essentiels de l’argumentation de Kracauer (cf. entre autres Siegfried Kracauer, Totalitäre Propaganda, édité par Bernd Stiegler, Francfort-sur-le-Main, Suhrkamp, 2013, p. 15).

55 « L’avènement d’un nouveau type de despotisme qui vient non de la famille autoritaire, mais de sa dissolution sous l’effet de la rationalisation et de la domination rationnelle » (Katia Genel, Autorité et émancipation. Horkheimer et la Théorie critique, Paris, Payot, 2013, p. 126). « Raison et conservation de soi » est en 1942 le texte de Horkheimer où ce tournant sera proclamé (cf. Katia Genel, Autorité et émancipation, ouvr. cité, p. 152 sq.). Il est confirmé en 1949 par « Authoritarianism and Family today » (cf. Katia Genel, Autorité et émancipation, ouvr. cité, p. 163 sq.).

56 Max Horkheimer, « Idee, Aktivität und Programm des Instituts für Sozialforschung » [1938], in : Gesammelte Schriften, t. XII : Nachgelassene Schriften 1931-1949, édité par Gunzelin Schmid Noerr, Francfort-sur-le-Main, S. Fischer, 1985, p. 154.

57 « Ferner ist auch das Risiko der Preisgabe einer traditionalen Seelenstruktur zu groß (s. Horkheimer) » (Siegfried Kracauer, Totalitäre Propaganda, édité par Bernd Stiegler, Francfort-sur-le-Main, Suhrkamp, 2013, p. 254).

58 Max Horkheimer, « Raison et conservation de soi », in : Éclipse de la raison. Suivi de : Raison et conservation de soi, Paris, Payot, 1974, p. 217.

59 Au demeurant tout à fait présent dans Das Unbehagen in der Kultur.

60 Cf. Katia Genel, Autorité et émancipation. Horkheimer et la Théorie critique, Paris, Payot, 2013, p. 150 sq. et 158 sq. (où je suis du reste cité).

61 George Creel, « Public Opinion in War Time », Annals of the American Academy of Political and Social Science, vol. 78, no 1, 1918, p. 185.

62 Theodor W. Adorno, « Anti-Semitism and Fascist Propaganda » [1946], in : Gesammelte Schriften, t. VIII : Soziologische Schriften I, édité par Rolf Tiedemann, Francfort-sur-le-Main, Suhrkamp, 1972, p. 397-407.

63 Cf. leur rapport « A Scale for the Measurement of Anti-Semitism », The Journal of Psychology: Interdisciplinary and Applied, vol. 17, no 2, 1944, p. 339-370.

64 Theodor W. Adorno, « Wissenschaftliche Erfahrungen in Amerika », in : Gesammelte Schriften, t. X-2 : Kulturkritik und Gesellschaft II, édité par Rolf Tiedemann, Francfort-sur-le-Main, Suhrkamp, 1997, p. 721 sq. (je traduis).

65 Theodor W. Adorno, « Freudian Theory and the Pattern of Fascist Propaganda » [1951], in : Gesammelte Schriften, t. VIII : Soziologische Schriften I, édité par Rolf Tiedemann, Francfort-sur-le-Main, Suhrkamp, 1972, p. 432.

66 Theodor W. Adorno, « Freudian Theory and the Pattern of Fascist Propaganda » [1951], in : Gesammelte Schriften, t. VIII : Soziologische Schriften I, édité par Rolf Tiedemann, Francfort-sur-le-Main, Suhrkamp, 1972, p. 427.

67 « Zum Theoretischen ist zu sagen einmal, daß Kracauer kein geschulter Marxist ist und infolgedessen die Beziehung des Fascismus und der fascistischen Propaganda zur gegenwärtigen Phase des Kapitalismus in mehr oder vagen Analogien konstruiert und gelegentlich eine Abneigung gegen die marxistische Methode verrät, die aus individualistischen Reservaten entspringt » (Siegfried Kracauer, Totalitäre Propaganda, édité par Bernd Stiegler, Francfort-sur-le-Main, Suhrkamp, 2013, p. 262).

68 Siegfried Kracauer, Totalitäre Propaganda, édité par Bernd Stiegler, Francfort-sur-le-Main, Suhrkamp, 2013, p. 31.

Auteur

Gérard Raulet, professeur émérite d’histoire des idées allemandes à l’université Paris-Sorbonne. Publications en philosophie politique, sur la Théorie critique et l’anthropologie philosophique. Récents ouvrages : Geschichte der politischen Ideengeschichte, en collaboration avec Marcus Llanque (Baden-Baden, 2018) ; Das befristete Dasein der Gebildeten. Benjamin und die französische Intelligenz (Konstanz University Press, 2019).

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search