Version classiqueVersion mobile

La culture des sentiments

 | 
Dominique Pasquier

Conclusion. Bang/bang ou Kiss/kiss ?

Texte intégral

  • 1 C’est ce qui ressort d’une étude réalisée en Australie auprès de jeunes enfants devant réagir à de (...)

1Bang/bang ou kiss/kiss ? Tout film américain peut entrer dans l’une de ces deux catégories, pensaient les Mélanésiens étudiés dans l’après-guerre par une anthropologue, Hortense Powdermaker (Powdermaker 1950). Le bang/bang a été l’objet de beaucoup de travaux, le kiss/kiss jamais ou presque. La focalisation sur la violence a contribué à reléguer dans l’ombre toute une dimension de la relation à la télévision. La question de la violence est importante à poser, mais elle ne doit certainement pas revêtir le caractère d’exclusivité qu’elle a si souvent. La télévision charrie beaucoup d’autres émotions. Des émotions intimes, fortes, auxquelles les jeunes téléspectateurs sont particulièrement sensibles à un moment de leur vie où ils sont en train de découvrir toute une nouvelle gamme de sentiments et d’affects. Et les scènes d’amour peuvent être tout aussi troublantes que les scènes de violence1. Pourquoi cette « autre » dimension émotionnelle de la télévision a-t-elle été peu explorée ? On peut invoquer plusieurs raisons.

2Tout d’abord, il est évident qu’elle échappe en grande partie au regard adulte : les scènes d’amour ne font pas faire des cauchemars qui réveillent les parents la nuit... Mais la sociologie des médias a dépassé, depuis plus de deux décennies déjà, le cadre restrictif d’une réflexion sur les effets imitatifs à court terme. Elle s’intéresse désormais à des processus cumulatifs, cognitifs et à long terme (Pasquier 1994). L’impact des messages télévisuels sur la socialisation amoureuse entrerait tout à fait dans cette perspective, et pourtant il n’y a pratiquement aucune recherche sur la question.

3On peut aussi penser que les difficultés sont d’ordre méthodologique. Les enfants se prêtent plus facilement aux enquêtes sur la violence car ils ont fortement intériorisé le discours adulte sur les dangers des médias – ce qui ne veut pas dire qu’ils y croient. Dans l’enquête sur les jeunes et l’écran, les terrains qualitatifs sur les questions de régulation familiale ont montré que, interrogé par un chercheur, un enfant, même très jeune, mobilise immédiatement les catégories de jugement qu’il suppose qu’on attend de lui : il ne manquera pas de souligner les dangers des jeux vidéo pour la santé, les frayeurs que peuvent occasionner les films trop violents, ou l’importance de la lecture par rapport à celle de la consommation des écrans. Bref, il maîtrise très bien ce qu’on dit dans la presse et à l’école, et parfois autour de lui s’il est né dans un milieu social où la télévision est mal acceptée. Dans les pratiques, bien sûr, on est souvent loin de ces discours raisonnables.

4Si les enfants se montrent extrêmement coopératifs quand il s’agit de parler des dangers de la violence médiatisée, il est en revanche beaucoup plus difficile d’obtenir qu’ils évoquent le plaisir qu’ils ont à éprouver des émotions d’ordre sentimental en regardant la télévision. Surtout quand ils sont de sexe masculin puisque comme on l’a vu, les jeunes garçons ont un discours de dénégation systématique à propos de la séduction physique des personnages – alors qu’à l’inverse, ils parlent volontiers de leur goût pour les films très violents ou les films d’horreur. Mais ce biais d’enquête n’est pas insurmontable, puisque du point de vue sociologique, les positions sociales affichées sont tout aussi intéressantes à étudier que la réalité des pratiques.

  • 2 Bandura, un théoricien de l’apprentissage social par imitation, a été un des fondateurs de cette é (...)
  • 3 D’autres travaux sur la violence comme ceux de Gerbner (théorie de l’incubation) ont tenté d’intég (...)

5En fait, la focalisation sur les dimensions négatives des expériences émotionnelles liées à la télévision est sans doute surtout un effet de l’agenda imposé par le débat public. Les effets de la violence médiatisée ont toujours été la question centrale posée à la recherche sur les médias et les jeunes. Et cela n’a pas commencé avec la télévision. Tour à tour, la presse, le cinéma et la radio ont été avant elle l’objet des mêmes inquiétudes : dès qu’un nouveau média apparaît, les mêmes questions se reposent, inlassablement. Elles n’ont pourtant jamais trouvé de réponse convaincante, si ce n’est dans un cadre expérimental : les travaux menés en psychologie montrent qu’un enfant exposé, dans un laboratoire, à un programme violent va développer ensuite un comportement plus violent qu’un autre enfant qui n’a pas été exposé au même programme2. Mais peut-on analyser les effets de la télévision sans tenir compte des contextes sociaux dans lesquels elle est regardée et discutée ? C’est faire l’impasse sur un ensemble de médiations pourtant décisives, c’est oublier que la constitution des publics est indissociable des communautés sociales dans lesquelles ils s’organisent. On ne voit pas pourquoi la thématique de la violence échapperait à ce processus3. La recherche sur les effets de la violence médiatisée sur les jeunes n’est jamais parvenue à établir de liens de causalité et à constituer les médias en variable indépendante. Et pourtant, malgré la faible avancée des résultats sur la question, le nombre des recherches n’a pas diminué.

  • 4 Hodge et Tripp en Australie ont été les premiers à reprendre la question des effets en amont en s’ (...)

6C’est aussi que le débat public qui pousse à interpréter la violence sociale par la violence médiatisée est nourri par des enjeux politiques et financiers. Et ces enjeux sont souvent spécifiquement américains. Dans la communauté académique internationale, les recherches américaines se distinguent par leur opiniâtreté à poursuivre une entreprise positiviste de plus en plus sophistiquée mais toujours aussi peu concluante. Pourtant il y a eu depuis les années 1980 d’autres travaux anglo-saxons qui ont rediscuté le problème sur des bases nouvelles et beaucoup plus stimulantes puisqu’ils intègrent la notion d’expérience et non plus seulement celle d’effets. Ces travaux sont soit australiens soit anglais, ce qui n’est pas un hasard4. Les recherches américaines sur les effets de la violence médiatisée ont largement contribué à enliser les débats académiques, en voulant à tout prix imputer aux seuls médias des responsabilités qui relèvent également de bien d’autres facteurs sociaux. Une telle option aura finalement freiné les apports que la recherche pouvait offrir à la connaissance des relations de l’enfant à la télévision. On est dans un cas de figure où la demande sociale et politique a guidé les perspectives scientifiques au lieu de s’en enrichir.

7L’histoire des recherches financées par le Payne Fund dans les années 1930 aux Etats-Unis est de ce point de vue tout à fait symptômatique. Ces travaux portaient sur le cinéma qui inquiétait alors autant que la télévision aujourd’hui. L’idée des commanditaires était de montrer que les films exerçaient un effet négatif sur les jeunes spectateurs : agressivité, détérioration des performances scolaires, mauvaise santé, etc. Dix universitaires de haut niveau furent recrutés avec chacun la charge d’un chantier spécifique : effets des films sur la violence, le sommeil, le travail scolaire, etc. A terme on attendait du projet de recherche qu’il permette de déboucher sur une réglementation plus stricte des contenus des films. Les résultats publiés sous forme de monographies – pour la plupart en 1933 – furent tout autres. Notamment sur le point le plus sensible du projet, à savoir la violence. Blumer et Hauser constatent que les films semblent exercer un effet positif sur les jeunes délinquants cinéphiles en leur proposant des modèles de punition des crimes, contrairement à ce qu’ils connaissent dans leur entourage direct (Blumer et Hauser 1933). Dans un autre travail, May et Shuttleworth concluent à l’absence de corrélation négative entre la fréquentation du cinéma et les pratiques de lecture. Tous ces résultats allaient évidemment à l’encontre des attentes des commanditaires du projet, ce qui les conduisit, comme le montre un travail récent sur les archives de la Fondation Payne, à publier une synthèse occultant une partie des résultats obtenus -synthèse qui fut la seule à être reprise par la presse (Jowett et als 1996). Les études du Payne Fund n’ont donc pas eu à l’époque l’impact qu’elles auraient dû avoir ; elles n’ont pas non plus été reprises par les premiers travaux sur la réception de la télévision qu’elles avaient pourtant préfigurés cinquante ans auparavant. L’oubli dans lequel sont tombés ces résultats illustre parfaitement bien le caractère non cumulatif des recherches sur les médias et les enfants.

8Or, il était un point sur lequel s’accordent toutes les recherches du Payne Fund et qui n’avait été ni programmé par les commanditaires, ni attendu par les chercheurs : l’influence des films dans la socialisation sentimentale des enfants. Aucune des monographies n’abordait cette question au départ, mais elle apparut importante aussi bien pour Holaday et Stoddard, chargés d’un dossier sur l’impact des messages sur l’hygiène et qui découvrent que les enfants réagissent fort peu aux messages sur le brossage des dents alors qu’ils sont extraordinairement sensibles à toutes les scènes d’émotion (Holaday et Stoddard 1933), que pour Dysinger et Ruckmick, deux psychologues qui cherchent à mesurer avec des électrodes les réactions émotionnelles de peur et qui constatent que les scènes d’amour déclenchent des réactions bien plus importantes (Dysinger et Ruckmick 1933) ou enfin Cressey qui conclut que les seuls stéréotypes qui exercent une influence forte sur les délinquants cinéphiles sont ceux qui touchent à l’amour, à la beauté ou à la vie sexuelle (Cressey 1932). La recherche menée par Herbert Blumer va encore plus loin dans cette direction (Blumer 1933). Son enquête se fonde sur des interviews d’enfants et des dissertations rédigées par des lycéens et des étudiants sur le thème de leurs souvenirs personnels liés à des films. L’amour et les relations hommes/femmes sont au cœur des descriptions recueillies. Il s’agit d’ailleurs visiblement moins d’un apprentissage des sentiments que des gestes et des comportements physiques, c’est-à-dire des manières de manifester l’émotion amoureuse et d’extérioriser le désir de séduction. C’est au cinéma que le jeune spectateur peut apprendre s’il faut ou non fermer les yeux quand on s’embrasse sur la bouche, de quelle manière un homme doit prendre une femme par l’épaule, comment une femme peut se rendre désirable par ses cheveux, sa bouche, ses yeux... Ou plutôt, c’est au cinéma qu’il va aller chercher des recettes possibles. L’ouvrage est centré autour de l’idée que les modèles proposés sont « essayés » (trying out imitation). L’adolescent qui copie les manières ou le physique d’un acteur sans obtenir les effets escomptés (i.e. sans obtenir le même pouvoir de séduction) passe à une autre tentative. Les expériences futures sont conditionnées par le succès des expériences passées. Les rédactions recueillies par Blumer montrent que l’imitation des gestes, des coiffures ou des vêtements des stars de cinéma n’est pas le symptôme d’une confusion entre la réalité et la fiction mais la recherche d’une optimisation de la présentation de soi sur la scène sexuelle à un âge où la question prend une importance grandissante. Les plus petits jouent aux cow-boys et aux Indiens comme dans les westerns, mais les adolescents imitent Rudolf Valentino ou Louise Brooks. Le cinéma est un répertoire de rôles. Et comme les autres médias il n’est certainement pas seulement, ou pas d’abord, un répertoire de rôles violents.

9Il faut aussi en rabattre sur la problématique de la mystification, qui est d’ailleurs profondément liée à la problématique de la violence. Les programmes télévisuels sont pris pour ce qu’ils sont : des programmes faits pour la télévision. Les enfants peuvent donner une grande place à une série dans leur vie, tout en sachant quand même toujours que ce n’est qu’une série. Cela ne les empêche pas de jouer avec les personnages, de s’imaginer dans les situations racontées par les intrigues, de se laisser aller à de longues rêveries sur les liens qu’ils pourraient peut-être avoir avec un comédien ou une actrice. L’expérience télévisuelle de l’enfant est très complexe. D’un côté, c’est certain, il puise dans la télévision des ressources pour penser le monde qui l’entoure. Surtout le monde adulte d’ailleurs, qui est celui sur lequel il se pose le plus de questions. Comme le rappelle Meyrowitz, la télévision met l’enfant en présence d’expériences sociales qu’il n’aurait pas connues, ou du moins pas connues si tôt, sans elle : au sein de son propre foyer il est confronté à des modes éducatifs différents, à d’autres styles de vie, aux coulisses des rôles parentaux. Tout cela c’est surtout dans la fiction, et la fiction destinée aux adultes, qu’il le puise. La plupart des exemples utilisés par Meyrowitz pour étayer son analyse sont pris dans des comédies de situation, ce qui n’est pas un hasard. (Meyrowtiz 1985.)

10A leur manière, les séries « collège » étudiées ici ont donc joué le même rôle, en proposant aux jeunes téléspectateurs une réflexion sur les relations entre les sexes. Or, il apparaît clairement qu’il n’est pas besoin qu’une série se donne des objectifs pédagogiques pour parvenir à cette fin. On a là des séries purement distractives, et même souvent faciles, fondées sur des personnages simples et des histoires aux morales tranchées. Mais après tout, comme l’analyse bien Brooks à propos du mélodrame, le recours à des extrêmes moraux est un moyen de rendre le monde plus lisible (Brooks 1976 ; Drotner 1991). De ces séries simples, les jeunes téléspectateurs ont eu des usages sociaux fort complexes. Elles les ont fait réfléchir sur eux-mêmes, sur leurs amis, sur leurs parents. Elles ont été l’occasion de rediscuter des enjeux du couple, de la définition des rôles féminins et masculins, des limites de la liberté sexuelle. Sans jamais que tout cela soit vécu comme un programme de réflexion organisé. C’était là, à voir ensemble, et surtout à discuter ensemble. Sans jamais non plus que cela ne porte à conséquence. C’était utile à ce moment-là, pas après, pas avant. Tout se passe dans le fond comme si les programmes de télévision trouvaient une autre dimension dans le tissu social, une dimension plus riche, plus variée, plus sophistiquée. Le cas d’Hélène et les garçons est de ce point de vue exemplaire dans la mesure où il montre que, sur la scène sociale, les différences de position d’un même spectateur peuvent aller jusqu’à l’antagonisme : on peut regarder en famille et chercher à ridiculiser ceux qui regardent le lendemain à l’école, incarner un personnage dans un jeu de rôle entre amies, et écrire à Hélène que c’est elle, en tant que personne, qui intéresse et non son personnage. On peut réfléchir et se moquer, aimer et détester, croire et rire de ses croyances. C’est ce qui se passe en dehors de l’écran qui est important. Car c’est là que s’effectue le travail sur les normes.

  • 5 Gilles Lipovetzky fait l’hypothèse que la survalorisation de la beauté féminine permet de contreba (...)

11Or, s’il est une question qui se pose en revanche à propos de la télévision, c’est bien celle de la normativité. Même si les jeunes téléspectateurs ont compris que les personnages d’Hélène et les garçons ne sont que des personnages, il n’empêche que ces mêmes personnages délivrent un certain nombre de messages qui ne sont pas anodins. Les normes télévisuelles ne sont pas déclinées à l’impératif comme elles le sont souvent dans la presse féminine5. Elles sont plutôt proposées comme autant de suggestions positives : Hélène incarne un modèle de « bonne » féminité fondé à la fois sur des caractéristiques physiques (une beauté qui n’est pas tapageuse mais qui demande une grande ascèse corporelle) et des propositions morales (l’accomplissement féminin dans le couple et la famille). Pour les petites fans ce modèle est un programme de vie. Elles se proposent d’accomplir un trajet personnel vers cette personne constituée en un idéal partagé de subjectivité féminine, s’inquiétant de ne pas répondre aux normes de beauté suggérées (et surtout à la première d’entre elles, la minceur) et en même temps préoccupées de réussir dans leurs relations avec le sexe opposé cette équation difficile entre le dévouement féminin et le maintien des acquis de l’autonomie féminine. Il ne fait pas de doute qu’une série comme Hélène identifie de manière particulière et spécifique certains problèmes (en l’occurrence comment ajuster le comportement féminin sans bouleverser les relations de couple) et propose des solutions à ces problèmes (notamment un repli sur des positions moins revendicatives et plus maternelles à l’égard des hommes). Il ne fait pas de doute non plus que ces propositions ont des conséquences sur la manière dont les petites correspondantes envisagent leur propre corps et leur propre vie.

12Toutefois plusieurs éléments conduisent à modérer l’impact de ce processus d’identification. Tout d’abord il paraît être peu durable. L’arrêt brutal des courriers lors de la déprogrammation de la série à l’antenne, et le faible intérêt qu’a suscité sa rediffusion ensuite, laisse penser que, même si sur le moment l’identification peut être très grande, elle constitue toutefois un phénomène très éphémère. Les petites filles qui aimaient Hélène au point de la constituer en modèle de vie sont aujourd’hui amoureuses de Leonardo di Caprio, après avoir entre temps adulé les Spice Girls. Or ces autres héros médiatiques sont loin de proposer le même registre normatif que les personnages d’Hélène et les garçons. A ceci près qu’ils parlent eux aussi d’amour dans leurs chansons ou dans leurs films, comme d’ailleurs en ont toujours parlé la plupart des chansons et des films. Mais à chaque fois différemment, serait-ce dans des nuances – qui ont toutes leur importance. Finalement, les médias envoient sans doute aux enfants un message universel, « l’amour est la seule chose importante dans la vie », en multipliant les manières d’incarner sa réalisation. Certains héros sont plus que d’autres portés par le désir collectif, mais même ceux-là sont des héros fragiles. Ils sont juste un moment dans une vie, une des perspectives possibles pour atteindre un idéal. Il faut donc écarter l’hypothèse que des suggestions médiatiques particulières, en tant que systèmes cohérents de normes physiques et morales, puissent avoir un caractère définitif : elles sont elles-mêmes trop mises en concurrence les unes avec les autres. Elles peuvent avoir un impact fort sur le moment, mais cet impact est fugitif.

  • 6 Ce travail n’a pas encore été publié.

13En revanche, la question reste posée de savoir quelles nouvelles images de la beauté, de la vie amoureuse ou de la réussite sociale l’ensemble de ces messages mis bout à bout créent chez les jeunes, et surtout comment ils vont parvenir à les raccorder à ce qu’ils connaissent dans leur entourage et aux possibilités qui leur sont offertes. Un travail récent de Tamar Liebes sur les désirs professionnels futurs d’adolescentes israéliennes débouche sur trois conclusions intéressantes de ce point de vue : elle note dans les propos recueillis une revalorisation des métiers fondés sur les qualités traditionnellement attribuées aux femmes (institutrice, infirmière), un déclin de l’image des professions libérales, vécues comme antinomiques avec la vie de famille (surtout chez les adolescentes dont la mère exerce une profession libérale), et enfin, et surtout, une attraction très forte vers tous les métiers liés à la visibilité par les médias (chanteuse, comédienne, animatrice de télévision)6. Les adolescentes ont sans doute intégré certaines leçons sur la complexité des doubles positions féminines sur le marché du travail et dans la cellule domestique, mais elles les ont déportées vers un idéal de la beauté médiatisée et de la réussite fulgurante qui ne peut être atteint, sauf pour un très petit nombre. Il faudrait s’interroger sur la présence forte des stars audiovisuelles dans la perception des valeurs sociales qu’ont les enfants, plus que sur les affects que suscite tel ou tel héros du moment.

14Par ailleurs, les normes suggérées par la télévision ne sont pas déconnectées des médiations sociales qui vont s’engager à leur sujet. Les différents matériaux d’enquête analysés ici montrent bien que l’inscription dans un public signifie toujours une inscription dans une, voire souvent plusieurs, communautés sociales au sein desquelles les échanges affectent directement l’expérience individuelle du programme. Les modèles sont toujours discutés. Même quand ils sont très prégnants. Et même quand l’entourage familial offre plutôt une perspective concordante comme cela a été le cas pour les petites fans des milieux populaires dont les mères ou les tantes ont encouragé le culte. Celles-là vont être confrontées en grandissant à la dissolution progressive de leur réseau de fans, à une remise en question de plus en plus pressante dans leur entourage scolaire féminin, et au ridicule qu’il y a face à des adolescents masculins à aimer encore une série aussi marquée socialement du sceau de la sentimentalité des petites filles. Il leur sera bien difficile de rester fidèles lorsqu’elles seront trop isolées sur le marché des interactions. Tant il est vrai que la télévision ne constitue pas un monde en soi, mais un instrument qui participe, avec beaucoup d’autres, à la nécessité sociale de fabriquer des conventions communes.

Notes

1 C’est ce qui ressort d’une étude réalisée en Australie auprès de jeunes enfants devant réagir à des scènes de violence et à des scènes de baiser. « Les baisers ça fait partie de la vie, alors que les scènes de meurtre non, c’est juste à la télévision », disent-ils. Mais ils disent aussi ne pas aimer les baisers qui durent trop longtemps car ils se sentent alors gênés de regarder. Voir chapitre 5 de A.B.A. 1994.

2 Bandura, un théoricien de l’apprentissage social par imitation, a été un des fondateurs de cette école (Bandura 1961 et 1963 ; Berkowitz et Rawlings 1963 ; Huesmann 1986).

3 D’autres travaux sur la violence comme ceux de Gerbner (théorie de l’incubation) ont tenté d’intégrer une dimension sociale dans leur perspective, mais comme l’a montré Hirsch, les résultats présentent comme des rapports de causalité des corrélations qui entrent dans un faisceau d’autres corrélations (Hirsch 1980). Par ailleurs on peut s’interroger sur la validité des découpages de contenu qui sont opérés pour coder la « réalité télévisuelle », dans la mesure où ils aboutissent à nier tout principe d’unité narrative (Livingstone 1990) et prennent pour acquis que les perceptions des éléments factuels dans les fictions télévisuelles sont de même nature que celles qui sont mises en œuvre dans la réalité.

4 Hodge et Tripp en Australie ont été les premiers à reprendre la question des effets en amont en s’intéressant aux capacités des enfants à identifier les spécificités du programme télévisuel, ouvrant ainsi la voie à des travaux très importants sur la media literacy (Hodge et Tripp 1986). En Angleterre, David Buckingham s’est intéressé à l’analyse des éléments effrayants mais tels qu’ils sont identifiés par les jeunes téléspectateurs eux-mêmes (et non tels que les supposent les adultes) et aux stratégies qu’emploient les enfants pour surmonter leur émotions de peur (Buckingham 1996). On doit aussi rappeler le travail fondateur, toujours en Angleterre, de Hilde Himmelweit (1957).

5 Gilles Lipovetzky fait l’hypothèse que la survalorisation de la beauté féminine permet de contrebalancer le processus contemporain de déstabilisation des rôles de sexe : « La prison esthétique a succédé à la prison domestique » (Lipowetsky 1997 : 137). Mais son analyse se fonde uniquement sur la presse magazine féminine. Or il est probable que la discussion autour des normes se fait de façon plus complexe à la radio, au cinéma ou à la télévision que dans la presse féminine (cette dernière a après tout pour objectif de vendre des espaces publicitaires aux industries de la beauté et non des produits de très grande consommation comme c’est le cas de la télévision).

6 Ce travail n’a pas encore été publié.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search