Version classiqueVersion mobile

La culture des sentiments

 | 
Dominique Pasquier

5. Publics et communautés sociales

Texte intégral

43. « Une petite goutte d’eau face à l’océan »

  • 1 Sur les conversations à propos de la télévision sur le lieu de travail voir Boullier 1986. Il mont (...)
  • 2 Les filles en parlent plus que les garçons (70 % contre 50 %), les préadolescents plus que les ado (...)
  • 3 La marque Panini produit ainsi des images à collectionner et à coller dans un album vendu à part d (...)

1La famille constitue le premier cercle de sociabilité télévisuelle. La télévision est ensuite l’objet d’échanges dans une multitude d’autres communautés sociales, à l’école, sur le lieu de travail, dans le voisinage, dans les lieux de loisirs ou de vacances1. Dans la sociabilité juvénile, ce marché des interactions est particulièrement actif : 61 % des répondants au questionnaire disent discuter des séries pour adolescents avec leurs amis et d’autres enquêtes indiquent que la télévision vient en tête des sujets de conversation à l’école2. Elle est aussi l’objet de nombreuses pratiques collectives : jeux de rôles, échanges d’objets, de vêtements, de jouets, d’images3. De ce point de vue, toutes les pratiques qui se sont développées autour d’Hélène et les garçons n’ont rien d’exceptionnel.

2Le phénomène n’est pas non plus récent ou particulier à la télévision, même s’il est indéniablement plus fort dans son cas puisqu’elle est l’objet d’une consommation simultanée. David Riesman dans La foule solitaire fait du constat de la prééminence du groupe dans la relation aux objets culturels une de ses critiques fondamentales contre l’ère de l’extradétermination. Les orientations d’un enfant ne sont plus déterminées par le but mais par les autres : il doit mettre ses goûts émotionnels et ses choix de consommation au service de la société des pairs, se privant ainsi de son droit à l’individualité et à l’autonomie. Selon Riesman, les négociations entre enfants autour des médias sont des facteurs de conformisme des interprétations (Riesman 1964). Une autre enquête réalisée par M. et J. Riley au début des années 1950 sur l’utilisation par les enfants des personnages tirés de la radio, de la télévision et des bandes dessinées montre que le degré d’insertion d’un enfant dans un groupe de pairs conditionne largement ses choix de personnage. Les enfants peer oriented opèrent une sélection en fonction de ce qui sera utile à la vie de leur groupe d’insertion : ils choisissent des héros susceptibles de se prêter facilement à des jeux de rôle, des héros qu’ils peuvent banaliser, essayer, échanger. Au contraire les enfants qui sont peu ou pas insérés dans un groupe recherchent des personnages qui sortent de l’ordinaire (des super héros munis de pouvoirs magiques), qu’ils ne cherchent pas à mettre en relation avec leur vie quotidienne, mais qu’ils utilisent sur le mode de l’évasion et du rêve solitaire (Riley et Riley 1951).

3D’autres travaux, cette fois sur la télévision, montrent que la pression du groupe des pairs agit à la fois sur les choix de consommation et sur les interprétations. Dominique Mehl constate que les lycéens qu’elle a étudiés à Chelles ont un usage du magnétoscope directement lié à une anticipation des émissions qui entrent dans le cadre du calendrier des discussions communes. Les lycéens enregistrent des films de cinéma dont ils ont plutôt un usage individuel et patrimonial, mais ils regardent toujours en direct les émissions dont ils savent qu’ils auront à parler avec leurs amis le lendemain (Mehl 1994). David Buckingham, dans un travail sur des discussions d’enfants âgés de sept à douze ans à propos de programmes de télévision, souligne qu’à l’intérieur de chaque groupe d’enfants s’opère tout un travail d’ajustement des interprétations qui permet d’élucider les critères qui sont retenus comme pertinents pour effectuer les classements au sein du groupe (Buckingham 1993).

  • 4 22 séries « collège » différentes ont été diffusées sur les chaînes françaises entre 1990 et 1995.

4Les différents terrains et méthodes sur lesquels repose cette recherche, et notamment le questionnaire, permettent d’apporter un certain nombre d’éléments sur la manière dont fonctionne concrètement ce marché des interactions télévisuelles, et de resituer les dynamiques sociales propres à Hélène et les garçons dans un contexte plus général4. Les séries pour adolescents ont constitué une sorte de « culture club » pour reprendre les termes de François Jost (1997) : tous les soirs après l’école, c’est la vie avec ceux de l’école qui se poursuit. Leur réception est prise dans des interactions qui commandent les modes d’attention et d’investissement qui sont accordés aux différents programmes (le principe d’accountability étudié par les ethnométhodologues). Elle est structurée par un travail de présentation de soi et subordonnée à un jeu social de la figuration de soi : en parlant d’une série on fait apparaître quel type de personne on est et quelle position on occupe dans l’espace social.

5On aborde là une dimension fondamentale de la relation à la télévision : c’est une expérience socialement normée et organisée. Pour l’étudier, il faut s’intéresser aux positions spectatorielles qui sont affichées sur la scène sociale, qu’elles correspondent ou non à la réalité des pratiques et des goûts. Toutes ces positions ont pour objectif d’organiser une expérience sociale commune qui se construit dans le cadre des interactions avec autrui. Il reste maintenant à comprendre selon quelles modalités s’organise cette expérience.

Les usages des séries dans la sociabilité juvénile

  • 5 A l’inverse, des séries alors diffusées sur le câble comme Friends ou Angela, 15 ans, étaient des (...)

6Le marché des interactions ne fonctionne pas avec la même intensité autour de tous les programmes, sans qu’on puisse pour autant réduire ce phénomène à de simples considérations d’audience. Une série peut avoir de bons scores à l’Audimat et ne pas générer de dynamique sociale. Ce fut le cas par exemple de Seconde B, une série lancée par les chaînes publiques pour contrer le succès d’Hélène et les garçons. Seconde B réunissait un million et demi de téléspectateurs à chaque épisode mais n’a jamais réussi à s’imposer comme un support actif dans la sociabilité juvénile. Sans doute d’ailleurs en partie à cause de son caractère trop ouvertement pédagogique : les séries à messages suscitent des interprétations moins polymorphes et moins actives. A l’inverse, certaines séries dont les résultats d’audience sont moyens peuvent susciter un fort volume d’interactions. Simplement elles seront discutées dans des lieux plus restreints et avec des participants précis. Le prince de Bel-Air n’a par exemple pas été un immense succès d’audience mais a tenu une place très importante dans la sociabilité juvénile populaire, inspirant des styles vestimentaires et des pratiques imitatives5. Enfin, bien sûr, d’autres séries égalisent les deux performances : elles ont à la fois une forte audience et une forte dynamique sociale. Dans cette catégorie entrent Beverly Hills et Hélène et les garçons.

7Comme le montrent aussi les résultats du questionnaire, toutes les séries ne sont pas investies de la même manière dans les différents groupes sociaux. La sociabilité féminine s’organise autour de séries sentimentales, Beverly Hills, Hélène et les garçons, Premiers baisers. La sociabilité masculine, elle, s’organise autour de séries centrées sur l’action et dont les personnages principaux sont des héros masculins : Parker Lewis, Le prince de Bel-Air, Sauvés par le gong. Ce clivage est net à tous les niveaux, qu’il s’agisse de citer la série, de dire qu’on la regarde ou surtout de la classer en série préférée. C’est aussi qu’il s’agit d’une déclaration de choix et que ce choix engage une identité sexuelle. En marquant leur adhésion à l’univers des sentiments, les filles marquent leur adhésion à une communauté d’échange féminine. Et les garçons se positionnent dans une communauté masculine par des séries qui échappent au registre sentimental.

8De même, les séries agissent comme marqueurs d’identité générationnelle. Les plus jeunes des répondants privilégient des séries dont les héros sont des collégiens plutôt que des étudiants. Les plus âgés, au contraire, portent leurs choix vers des séries mettant en scène des personnages plus mûrs et surtout plus complexes. Une série comme Premiers baisers, fondée sur des trames narratives simplistes et des personnages très caricaturaux, est par exemple toujours un choix d’enfant jeune. Elle est exclue de la sociabilité des plus grands qui la jugent puérile, et donc impropre à s’intégrer dans leurs réseaux d’échanges.

  • 6 Michel Souchon, dans un travail pionnier sur la réception de la télévision, montrait que les adole (...)

9Enfin, l’utilité sociale d’une série diffère selon les milieux sociaux. Les répondants d’origine aisée n’ont pas le même terrain d’interactions que ceux d’origine défavorisée. Les premiers s’intéressent à Beverly Hills et Parker Lewis, les seconds à Sauvés par le gong et au Prince de Bel-Air. Là encore, ces choix résultent à la fois d’une relation aux contenus proposés (Beverly Hills raconte des histoires d’enfants de « riches », et Le prince de Bel-Air celle d’un jeune rappeur noir désargenté) et d’une relation à la mise en forme de ces contenus (Parker Lewis recourt à des effets techniques très sophistiqués alors que Sauvés par le gong est une série plus classique et très simple à suivre6).

10L’intégration des séries dans la sociabilité juvénile procède donc de façon différenciée. Pour qu’une série fonctionne comme support d’échange il faut qu’elle offre aux différents participants un certain nombre de garanties, qu’elle soit en adéquation avec l’identité que le groupe souhaite se donner et en phase avec les caractéristiques des individus qui vont l’utiliser. Or, non seulement les jeunes savent très bien – et de façon tout à fait consensuelle – quelles séries peuvent être utiles à leur vie collective, mais ils savent aussi quelles séries sont utilisées par d’autres groupes que le leur. Les enjeux sont clairs.

  • 7 Ce questionnaire a été passé dans des collèges et des lycées : les répondants ont donc entre 10 an (...)

11Les réponses à la question sur le personnage préféré montrent ainsi que les jeunes interrogés manient parfaitement bien la rhétorique de mise à distance et de présentation de soi à travers leurs discours sur la télévision7. Le sexe apparaît sur ce point être une variable particulièrement clivante. Il y a de profondes différences entre les réponses des filles et celles des garçons : non seulement les uns et les autres ne choisissent pas les mêmes personnages, mais ils ont aussi une argumentation pour justifier leurs choix qui repose sur des registres opposés. Pour un répondant masculin, la simple réponse à la question suppose de mettre en place tout un ensemble de défenses susceptibles de minimiser les liens émotionnels qu’il pourrait entretenir avec un personnage de fiction.

  • 8 Ce qui leur laisse peu de choix au sein de l’ensemble des séries : les trois personnages qui répon (...)

12Les choix et les argumentations des garçons interrogés présentent trois grandes caractéristiques. Tout d’abord leur personnage préféré est presque toujours un personnage masculin qui n’est pas en couple de façon régulière8. Seuls les plus jeunes des répondants dérogent à cette règle. Ces personnages seront aussi choisis dans des séries qui traitent de la vie sentimentale de façon accessoire. Ils ne sont pas aimés parce qu’ils sont beaux mais parce qu’ils sont transgressifs. C’est là la deuxième caractéristique des réponses masculines : un personnage n’est jamais choisi au nom de considérations physiques. On l’aime pour ce qu’il fait et non pour ce qu’il est. Les héros préférés des garçons sont des bons vivants, malins plus qu’intelligents, rebelles à l’ordre scolaire et à l’autorité. Ce qui plaît chez eux c’est leur capacité à se sortir de situations qui ne sont pas à leur avantage. Ce ne sont pas des personnages de gagnants et pourtant leur audace finit toujours par payer. C’est la revanche de la débrouillardise sur l’héritage social. Ils sont très proches finalement des héros de la culture populaire tels que les décrit Richard Hoggart (Hoggart 1970). Ce que les répondants disent apprécier par-dessus tout chez leur personnage préféré est l’humour. Cette qualité qui apparaît peu dans les critères évoqués par les filles vient en tête de leur argumentation. Si les garçons disent aimer les personnages qui les font rire par leur désinvolture, c’est aussi que ces derniers risquent moins que d’autres de les faire passer pour des téléspectateurs trop investis dans une fiction. Le rire est une émotion moins compromettante que les larmes et il est socialement possible pour un garçon de s’intéresser à des histoires d’amour si elles sont placées sous le signe de l’humour et non de sentiments plus graves.

  • 9 Marie-José Chombart de Lauwe, dans un travail sur les personnages des médias préférés par les enfa (...)
  • 10 En réponse à la question « Quel est le personnage que tu aimes le moins ? »

13Les réponses des filles à la question du personnage préféré sont très différentes. On constate déjà qu’elles n’hésitent pas à choisir un personnage masculin (c’est le cas de 54 % d’entre elles) alors que les garçons se gardaient bien de choisir un personnage féminin9. Les 11 % de garçons qui l’ont fait sont presque tous des 10/12 ans : ils ne savent pas encore que la préférence pour un personnage féminin est vécue par les autres garçons comme un choix socialement dangereux. Elle peut en effet signifier qu’entre dans la relation à la fiction une part de séduction. Car les filles ne cachent pas que leur choix de personnage est motivé par des considérations physiques : un personnage plaît parce qu’il est séduisant. La chose vaut pour les personnages féminins aussi, qui sont choisis par 33 % des répondantes (les autres, dont beaucoup de plus de quinze ans, disent n’avoir pas de série préférée ou pas de personnage préféré). L’apparence, le charme, la beauté, les vêtements, voilà donc ce qui motive en premier lieu les choix féminins. Toutefois un personnage n’est jamais aimé uniquement pour son physique : la gentillesse et le dévouement aux autres font la différence entre les personnages beaux et généreux (qui sont les personnages préférés) et les personnages beaux mais durs ou égoïstes (qui sont les personnages les moins aimés10). On constate aussi qu’en avançant en âge les filles s’intéressent de plus en plus à des personnages qui ont des problèmes. Hélène ou Nicolas (Hélène et les garçons), qui sont beaux et gentils mais à qui il n’arrive jamais rien, plaisent aux plus petites. Les adolescentes de quinze ans les trouvent ennuyeux et leur préfèrent Dylan (Beverly Hills). Elles disent aimer deux choses chez ce dernier : son aspect physique et le fait qu’il ait une histoire familiale difficile (mère disparue, père en prison). Le personnage incarne donc une véritable figure romantique : beau et souffrant. C’est aussi un personnage perçu comme ayant plus de maturité que les autres, on dit de lui qu’il est beau et non qu’il est mignon. De plus, c’est un personnage qui lutte contre de nombreux problèmes, dont l’alcoolisme. Il aurait besoin d’être aidé par une femme. Face à Dylan, beaucoup d’adolescentes sentent vibrer la fibre maternelle.

  • 11 La question posée était : « Est-ce que ce que tu vois dans ces séries ressemble à ce que tu connai (...)

14En grandissant, les filles interrogées ont tendance à se rapprocher des positions masculines : elles continuent à regarder les séries sentimentales mais en manifestant plus de distance critique. Elles dénoncent les intrigues qui se répètent, les histoires qui se finissent toujours bien, celles dont on peut prévoir le déroulement à l’avance. Elles se mettent aussi à préférer les personnages révoltés aux personnages doux. En revanche, à aucun moment elles ne renoncent à déclarer être attirées physiquement par certains personnages masculins ou admirer la beauté d’un personnage féminin. Afficher un lien fort avec une fiction ou une relation forte avec un personnage n’est donc pas vécu par une fille comme un facteur de fragilisation de l’identité. Ce qui devient menaçant ce sont les séries ou les personnages trop simplistes, ceux que les petits préfèrent et vis-à-vis desquels les adolescentes plus âgées doivent prendre des distances sous peine d’être ridiculisées dans la société de leurs pairs. Il y a des choix qui s’opèrent alors, qui conduisent à préférer les séries américaines aux séries françaises – comme les garçons le font dès le départ. En effet, les résultats du questionnaire montrent, comme d’autres enquêtes, qu’on reconnaît aux séries étrangères une certaine latitude dans le traitement de la réalité sociale dont il n’est pas fait crédit aux séries françaises11.

15Ainsi, face aux personnages et à leur pouvoir de séduction, il y a certaines positions liées au sexe qui sont irréductibles, et d’autres qui évoluent avec l’âge. Les filles se permettent de faire une promenade amoureuse dans la fiction. Elles se sentent attirées par certains personnages et reconnaissent éprouver des émotions amoureuses en les voyant et en suivant leurs aventures. Une partie des répondantes qui ont dit préférer le personnage de Dylan ont dit aussi détester Brenda, celle qui dans Beverly Hills est en couple avec Dylan. En un mot leur rivale. Tous ces liens émotionnels avec la fiction sont soigneusement occultés par les garçons. Ils apprennent vite, vers dix ou onze ans, et plus tôt d’ailleurs s’ils sont d’un milieu social élevé, que dans la société de leurs pairs des liens trop forts avec une série constituent une menace pour l’identité masculine. Car l’identification à un personnage, et la manifestation des affects sont des processus à forte connotation féminine. Ils apprennent aussi que les séries qui traitent des sentiments, et surtout bien sûr du sentiment amoureux, sont les plus dangereuses pour eux, car elles sont fortement investies dans la sociabilité féminine. Mais ils parviennent toutefois à cerner des territoires où un certain plaisir peut être tiré de la fiction sans porter à conséquence : des héros solitaires qui s’affrontent au monde adulte et des intrigues qui parlent de ce que l’on fait et non de ce que l’on éprouve.

16Dans le questionnaire, les personnages d’Hélène et les garçons ont rarement été choisis comme personnages préférés, sauf dans la classe d’âge la plus jeune (10/12 ans). Cela n’a rien d’étonnant : la série étant adorée par les enfants du primaire, il y a, comme on le verra, de véritables risques à dire qu’on l’apprécie quand on est entré au collège. De plus, une série qui ne parle que d’amour met d’emblée les répondants masculins dans une position d’extériorité : vis-à-vis des autres garçons, c’est un choix qu’ils ne peuvent pas se permettre de faire. Enfin, les répondants des deux sexes n’étaient pas sans connaître l’hostilité des enseignants à son égard, ce qui a certainement contribué à raréfier le nombre de leurs choix dans la série.

  • 12 Je remercie Rodolphe Camelo de m’avoir gardé et donné ces rédactions.

17En revanche, le matériau que j’ai pu recueillir sur d’autres terrains montre bien qu’une série autant centrée sur les relations amoureuses, et donc socialement destinée aux filles, suscite une très forte hostilité chez les garçons. Cela ne veut pas dire qu’ils ne la regardent pas, encore qu’ils soient proportionnellement moins nombreux que les filles à le faire (le public des 4/18 ans est composé d’un tiers de garçons pour deux tiers de filles). Mais ils apprennent très tôt qu’avouer regarder Hélène et les garçons expose au ridicule dans la société des pairs. On en a un bon exemple avec la rédaction proposée en mars 1994 par une institutrice de cm1/cm2 dans un établissement de la banlieue nord de Paris, dont le sujet était la question suivante : « Regardez-vous Hélène et les garçons ? Dites en quelques lignes pourquoi vous aimez ou vous détestez ce feuilleton12. » La formulation de la question, qui ne laissait guère de choix entre la critique et la louange, a certainement contribué à durcir les réactions des enfants. Mais les textes obtenus sont quand même très intéressants. Tout d’abord, on constate qu’aucun élève n’a répondu en disant qu’il ne connaissait pas la série et ne l’avait jamais regardée. Sur une classe de trente, trente avaient déjà vu la série, y compris et surtout ce garçon qui écrit : « Je déteste ! Même sans regarder je déteste ! Par exemple une tasse de café tombe par terre. “Oh non !” Et puis les faux rires. Ou bien les chansons vraiment nulles à en mourir ! Et puis c’est tout le temps pareil. »

18On constate aussi que les positions, systématiquement critiques, des garçons puisent toutes au même fonds argumentatif : Hélène est une série qui traite de l’amour, c’est donc une série pour les filles.

19On a une idée des réticences sur ce point à travers ces quelques extraits, tous issus de rédactions rédigées par des élèves masculins :

C’est de la crotte puisque c’est pour les filles, cm1.
Je n’aime pas les feuilletons d’amoureux, cm1.
C’est pour les filles et ça parle d’amour. cm2.
Je déteste ce feuilleton car c’est trop sexuel, moi je regarde Code Quantum. Les acteurs sont trop sur l’amour c’est trop sexuel. Ma sœur et ma mère le regardent, c’est pour les filles, cm1.
Je n’aime pas Hélène et les garçons parce qu’ils se font des bisous dans la bouche toutes les dix secondes, et aussi quand Christian et Johanna s’aiment, Johanna part pour le Texas et Christian drague des autres filles. cm1.
Ça montre des mauvais exemples pour plus tard. Je n’aime pas parce qu’ils s’embrassent.cm2.
C’est à chaque fois pareil ils n’arrêtent pas de s’embrasser. cm2.
Je n’aime pas parce qu’ils se font des bizous partout. cm2.
Je déteste parce que toutes les cinq minutes il y a un baiser, et je trouve ça dégoûtant. cm2.
Moi, je n’aime pas parce que les filles ne font que donner des rendez-vous aux garçons. Et puis le Cri Cri d’amour de Johanna elle ne fait que pousser sa batterie pour l’embrasser. En plus ils mentent et se disputent, ils s’embrassent toutes les minutes, bref, le feuilleton débile parfait. Moi, je n’ai jamais regardé mais j’en entends parler, cm1.
Je n’aime pas Hélène et les garçons et je ne les regarde pas car vu leurs extraits de feuilleton ils ne font que s’embrasser et ils se prennent pour les centres du monde. Il faut que ça cesse ! Ils me gâchent le plaisir de regarder. cm1.

20Certaines filles de la même classe ont elles aussi dénoncé les baisers dans la série. Mais elles l’ont fait de manière très différente en se plaignant du caractère répétitif de ces scènes, ou du manque de naturel des comédiens en train de s’embrasser. Bref, les baisers peuvent agacer aussi une fille mais c’est en tant qu’artifice narratif et non en tant que symbole de la vie sexuelle.

21Il faut donc étudier des garçons plus jeunes pour savoir comment Hélène et les garçons trouve sa place dans un univers masculin. Les observations dans les familles montrent que la sensibilité aux baisers n’est pas moindre que celle des filles du même âge. Devant un couple qui s’embrasse, un garçon de six-sept ans a une réaction gênée mais il est fasciné. Son problème est plutôt que d’autres (dont un chercheur) le voient en train de regarder une scène de ce type. Ce qui le conduit à témoigner haut et fort de son désaccord avec ce qui se passe à l’écran (« Encore ! » « Et ça recommence ! » « Et hop encore un baiser ! » « Ça y est ils vont encore faire l’amour ! » « Mais ils n’arrêtent pas... ») En même temps il ne se lèvera jamais pendant une scène de baiser alors que la chose arrive pour d’autres types de scènes (notamment les discussions entre filles dans leur chambre dont il peut visiblement se passer plus facilement). De même lorsqu’une actrice porte dans un épisode une jupe courte ou une robe décolletée, il va s’exclamer : « Ce qu’elle est moche ! » Il n’en pense bien sûr pas un mot. Bref, pour un garçon, Hélène et les garçons serait sans doute une série agréable à regarder si cela pouvait se faire sans témoin, et en se gardant bien ensuite de dire qu’il l’a vue.

22Tous ces exemples montrent bien à quel point le contexte social où s’exprime la position de téléspectateur joue sur la relation aux programmes. L’expérience télévisuelle est une occasion sociale, parmi d’autres, qui permet de marquer son appartenance. Mais cette expérience sociale de la télévision suppose aussi un travail coopératif pour organiser une expérience commune. Pour se définir comme partie d’un public – ou comme partie d’un non-public – il faut mettre en scène un certain type de discours et un certain nombre de comportements.

23Hélène et les garçons est un bon exemple pour analyser ce travail performatif. En général, les programmes cultes touchent des publics plus ciblés. Là, au contraire, on a une série qui a été regardée par des enfants de tous les âges, de la maternelle à l’université, dans tous les milieux sociaux et par un bon nombre de garçons même s’ils étaient moins présents que les filles. Mais cette expérience spectatorielle commune ne peut évidemment pas être mise en scène de la même façon sur la scène sociale. On peut avoir vu la même chose tout en se définissant comme des publics tout à fait différents. La même série peut donner naissance à des communautés sociales très dissemblables, même si celles-ci se définissent par un objet commun qui les constitue en public. Les travaux de Roger Chartier sur l’histoire des pratiques de lecture ont d’ailleurs bien montré que le même phénomène existait pour le livre : l’œuvre a la capacité de créer plusieurs sortes de publics, dont aucun ne saurait se réduire à un social « prédécoupé » (Chartier 1996 et 1998).

24Les différents matériaux que j’ai pu recueillir permettent d’analyser concrètement le travail d’ajustement qui est opéré pour que le « moi » du téléspectateur se transforme en un « nous », un être ensemble face à la télévision. Chaque communauté a ses règles, ses codes, ses modes d’engagement, ses mises en scène de la distance. Chaque communauté repose aussi sur le sentiment d’appartenir à un collectif.

La double communauté des fans

« Mes copines sont que des filles qui t’aiment sinon ce ne sont pas mes amies. »

25Première communauté : la communauté des fans. C’est bien sûr la communauté qui se met socialement en scène de la manière la plus visible. La fan est quelqu’un qui se montre comme fan. Tout d’abord vis-à-vis de son idole : le début de la plupart des lettres est consacré aux preuves d’amour que la correspondante donne à Hélène. Des listes de tous ordres – les noms de tous les comédiens de la série, les titres de toutes les chansons d’Hélène, toutes les paroles d’une des chansons –, des montages de photos et d’images tirées de la série (« la preuve est derrière », écrit Amandine qui a collé au verso de sa lettre dix-sept autocollants d’Hélène), des pages entières de « Je t’aime » recopiés patiemment sur des feuilles de classeur à grands carreaux, des dessins représentant Hélène, son chien Mousse, ou encore Hélène avec Nicolas, sans oublier toutes ces lettres écrites sur le papier à lettres Hélène et les garçons avec une impression de fond d’Hélène en pleine page (« j’espère que cela ne te fait pas bizarre que j’écrive sur ton portrait » ; « ma sœur dit que je dois écrire de l’autre côté mais je ne veux pas parce que cela va tout gâcher avec ton joli visage »). La nécessité de prouver explique aussi pourquoi les enfants joignent à leur lettre des posters et des photos de la série, quitte à se dépouiller d’une partie de leur collection (« j’espère que cela te fait plaisir », écrit Sabrina qui a envoyé trois posters et une dizaine de cartes postales de la série, « comme ça tu sais que je pense à toi »). Et puis il y a bien sûr les objets dérivés qui ont été de plus en plus nombreux à mesure que le succès de la série grandissait. Aurélie, 14 ans, dans la Meuse explique :

Je suis une fan de grand niveau, 5 cassettes vidéo de 4 heures sur Hélène et les garçons mais pas avec des épisodes, avec les autres émissions où tu es passée, et je fais aussi un classeur de 4,5 kg sur cette série splendide qui émerveille tout le monde. Dans ma chambre il y a 70 posters, je ne te mens pas. Je suis contente d’avoir trouvé encore quelques nouveautés de toi (parfum, gel douche, shampoing, casquettes, jogging, draps, cahiers). J’ai mis quelques gouttes de ton parfum sur cette lettre pour que tu voies que je l’ai vraiment. Avec tout ce que j’ai sur toi tu peux croire que je t’aime beaucoup.

26Argent de poche, Noël, anniversaires, tout est consacré à la série (« J’ai acheté ton parfum il m’a coûté cher, il a coûté 110 F »).

45. « Je t’aime »

27La fan porte aussi ostensiblement les couleurs de celle qu’elle aime (« je me suis acheté une tenue de toi où tu es en photo sur le pull cela te fait de la publicité »). Il suffit d’entrer dans les chambres des fans pour le comprendre : elles sont couvertes de posters du sol au plafond en passant par les portes. On entre là dans un univers absolu, exclusif.

28J’ai 120 posters de toi et des autres d’Hélène, même que ma mère m’a obligée à enlever ceux qui étaient sur ma porte, quel dommage ! ! ma mère dit qu’on m’a mis du papier peint pour rien ! Sache que je suis l’une de tes plus grandes fans. Ma chambre tout le monde la surnomme « La caverne d’Hélène » et c’est vrai, il n’y a que des photos de toi (Emilie, petite ville, Oise).

29Du soir au matin, la fan vit avec Hélène : elle dort dans des draps « Hélène », s’habille et se coiffe comme Hélène, fait son travail scolaire dans des cahiers « Hélène », joue à Hélène et les garçons pendant les récréations, regarde la série en rentrant avant d’écouter des chansons d’Hélène seule dans sa chambre en pleurant d’émotion et en parlant avec ses posters. Ce comportement peut aller très loin chez certaines, comme ces deux sœurs de 10 et 11 ans qui écrivent de l’Ariège :

Je crois que nous sommes vos plus grandes fans, la preuve : on regarde chaque épisode au moins trois fois, on achète tous les journaux qui parlent de vous, on retranscrit le scénario de chaque épisode, on l’apprend et on le joue avec d’autres amies (chacun a son rôle). Les posters remplissent notre chambre, on connaît toutes les chansons, on a tous les habits d’Hélène, on connaît tout ce qu’il y a de publiquement connu sur vous, on rêve de vous, on a fondé un fan club, on est allé au concert et on en a pleuré pendant deux semaines. On a pris des tas de photos et on photographie le générique et au moins dix à douze scènes de chaque épisode ! Bref, on est frappées, cinglées, givrées de vous ! ! ! ! Lea appellera ses enfants Nicolas et Bénédicte et Chloé les siens Adeline et Laly. On va faire Beaux-arts et on fait tout pour vous ressembler.

30La fan est enfin, et surtout, quelqu’un qui est entourée. L’intégration dans un réseau d’échange et de discussion est indispensable. Isolée, une fan serait condamnée à redevenir une simple téléspectatrice, éventuellement plus assidue que d’autres. La fan, elle, fait beaucoup plus. Elle participe à des jeux de rôle, elle répercute les informations qu’elle a lues dans l’espoir d’en apprendre d’autres en retour, elle échange des images en double pour finir son album Panini, elle se tient informée des derniers objets qui sont entrés en circulation. Pour tout cela il faut des partenaires. Ces partenaires elle les trouve à l’école bien sûr, mais aussi dans le voisinage ou sur les lieux de vacances. Les lettres écrites pendant le mois d’août 1994 montrent bien que, même en camping sans possibilité de suivre les épisodes télévisuels, les liens avec la série peuvent fonctionner uniquement sur la base d’échanges avec d’autres enfants.

46. « On m’a mis du papier pour rien »

31Cette dimension collective existe dès le départ. On ne devient pas fan toute seule devant son poste. Il faut des intermédiaires, généralement une autre fan dans l’entourage proche, qui va s’employer à convertir la nouvelle initiée en lui révélant des informations sur la vraie vie des personnages.

Chère Hélène. Je m’appelle Linda et j’ai 11 ans. Je ne t’aimais pas beaucoup avant qu’une de mes copines m’ait aidée à mieux te connaître et grâce à elle maintenant je t’aime beaucoup. C’est Stéphanie qui m’a aidée à mieux te connaître et elle est très sympathique, tu verras car elle aussi t’a écrit.

32Sur ce point, les témoignages issus du courrier sont tout à fait concordants : on devient fan en parlant d’Hélène avec d’autres enfants qui l’aiment déjà et non en regardant la télévision (« j’ai une copine qui est fan de toi, c’est elle qui m’a donné des détails sur toi. Avant je te connaissais que par la télévision »). Le processus s’inscrit dans une dynamique collective. Ou plutôt dans une succession de collectifs qui s’emboîtent les uns dans les autres, comme des poupées russes.

33Premier collectif : la meilleure amie. Elle peut avoir acquis ce statut de meilleure amie parce qu’elle était fan elle aussi ou bien avoir été convertie. En tout cas, ces tandems sont très soudés et il y est fréquemment fait allusion dans les lettres.

34Salut, je suis avec ma meilleure amie Virginie, moi c’est Angélique. Pourrais-tu nous envoyer deux photos dédicacées (une pour moi, une pour Virginie). Nous sommes très heureuses de t’écrire cette lettre et consacrons beaucoup de temps pour toi car nous t’adorons. N’oublie surtout pas deux photos dédicacées pas une seule car sinon nous ne pourrons te voir toutes les deux. Et puis ce serait bien si tu les signais de ta main propre. P.S. ne fais pas attention aux erreurs et à l’écriture c’est une horreur, Bye (Angélique et Virginie, village, Pas-de-Calais).

35Avec la meilleure amie on partage. On partage des objets :

Ma meilleure amie Florence m’a prêté le livre « Je m’appelle Hélène » et la cassette vidéo, et moi je lui ai prêté le disque laser, et le cd deux titres.

47. Sylvani et les autres... « Je ne t’en dis pas plus, ça ne va pas rentrer »

36On partage des informations :

Tous les jours je regarde Hélène et les garçons à 18 h 25 c’est vraiment bien, quelquefois je le loupe car je suis de sortie, alors je demande à ma copine Amandine ce qui s’est passé.

37On partage enfin l’amour pour Hélène :

Salut Hélène, je m’appelle Delphine et j’ai 11 ans. Je vais te présenter une amie qui s’appelle Élodie et qui va avoir 10 ans. Hélène, tous les jours nous suivons les nouveaux épisodes et Élodie et moi on te trouve géniale. Élodie te demande si dans la vie tu es vraiment amoureuse de Nicolas. Tu n’es pas obligée de répondre à cette question.

38Ce collectif-là est serein car il se fonde sur une mise en commun. Entraide et non rivalité.

39Deuxième forme de collectif : les collectifs de jeu. Un peu plus larges, en général quatre à cinq amies comme le nombre des personnages féminins de la série, ces collectifs fonctionnent surtout autour des jeux de rôle. Ils sont féminins dans le cas d’Hélène et les garçons (« les garçons on se les imagine », écrit Belinda), mais pendant ce temps d’autres jeux de rôles, cette fois masculins, se déroulent à l’école autour des mangas ou des dessins animés de superhéros.

40Il s’agit de reproduire et non d’inventer. Et même de reproduire le plus fidèlement possible : le choix des attributions de personnages aux différentes partenaires est guidé par des préoccupations de vraisemblance, chaque enfant interprétant le rôle auquel elle pense correspondre le plus physiquement et moralement (« Je m’appelle Laly car je trouve que je te ressemble, même coupe de cheveux, même caractère »). Il s’agit de se mettre à la place d’un personnage, et de s’y mettre durablement puisque dans la plupart des cas, les rôles sont attribués une fois pour toute (« A l’école, quand on joue à ton feuilleton, je m’appelle toujours Hélène et ma copine Cindy c’est Johanna »). Fidélité aussi aux intrigues déjà vues à l’écran (« Tous les jours on rejoue l’épisode de la veille »). Le jeu de rôle a pour but de faire éprouver plus intimement les émotions vécues en tant que téléspectatrice. Parfois, la mise en place des attributions dans les jeux de rôle suscite quelques tensions (« Dans mon école toutes les petites de cd jouent à Hélène et les garçons et même qu’elles se disputent pour être Hélène »).

41Si l’on en croit les lettres, les jeux de rôle ont très souvent lieu à l’école, dans la cour de récréation, sans doute parce que se trouvent naturellement réunies là les différentes partenaires nécessaires à l’exercice. « Moi et ma meilleure amie on regarde tous les jours Hélène et les garçons. A l’école, mes autres copines t’aiment bien aussi et on se joue les épisodes ensemble. Ma meilleure amie vient chez moi et on t’imite à chanter pendant que le cd roule. » Mais certaines lettres font aussi allusion à d’autres scènes de jeu, comme les colonies de vacances :

Salut Hélène, J’espère que tu vas bien. Vois-tu je suis une de tes fans vivant en Martinique. A chaque fois que je dis que je suis une fan folle de toi tout le monde se moque de moi. Mais moi je m’en fous du moment où j’aime tout ce que tu fais cela ne me fait rien. Vois-tu je ne suis pas obligée d’avoir des posters de toi du plafond jusqu’au parquet pour montrer que tu es ma chanteuse et actrice préférée. Cela ne veut pas dire que je n’ai pas de posters de toi. Vois-tu chaque année je pars dans une sorte de colonie et dans la chambre où j’étais il y avait 4 filles qui étaient folles de toi et des acteurs d’Hélène et les garçons. Dernièrement une copine qui était dans la même chambre que moi m’a dit qu’elle t’avait écrit et que tu lui avais répondu. Vois-tu dans la série il y a 5 actrices sans compter Johanna. Donc la première fille elle s’appelait Amandine et on lui avait donné comme nom Manuella. La deuxième fille s’appelait Emilie c’est elle qui t’a écrit il y a quelques semaines, son nom à elle était Lynda. La troisième fille s’appelait Éva elle était le portrait craché de Laly alors nous lui avons donné le nom de Laly. La quatrième s’appelait Jenny et elle était le portrait craché de Bénédicte version rousse. Alors nous lui avons donné le nom de Bénédicte. Et la dernière c’est moi, jeune fille de 12 ans. Cancer, agréable comme copine et très jolie comme toi. Mon nom est Danae et donc le seul nom qui restait était celui d’Hélène. J’ai été très heureuse de porter ton nom pendant trois semaines. Maintenant à chaque fois que l’on s’écrit on s’appelle par notre nom d’acteur.

42D’autres enfants ont aussi constitué des minigroupes de chanteuses en reprenant les thématiques des chansons d’Hélène :

Chère Hélène, Je m’appelle Saya et j’ai 12 ans. Tu es ma star préférée. Avec trois copines Karima, Sabrina et Meta nous avons fait un groupe qui s’appelle les Funny Girls. Dans ce groupe nous avons inventé des chansons en l’honneur de la série Hélène et les garçons que nous adorons. Si ta bande et toi voulez écouter de merveilleuses chansons voir la cassette. Salut ! (le dossier envoyé fait une trentaine de pages avec des fiches descriptives de chacune, les paroles des cinq chansons et une cassette enregistrée.)

43Entre fans il n’y a toutefois pas que de la coopération, il peut y avoir aussi de la concurrence. C’est le cas avec les enfants qui sont fans elles aussi mais sans faire partie du même groupe de jeu, ce qui arrive souvent au sein de l’institution scolaire. Il s’engage alors une véritable compétition. L’enjeu ? Obtenir d’Hélène quelque chose que les autres n’ont pas. En d’autres termes, la preuve d’un lien privilégié. Les lettres se font insistantes et l’on sent qu’il y a derrière ces demandes bien des rivalités. Anne-Sophie demande des photos dédicacées de tous les acteurs de la série (dont elle a recopié patiemment les noms de famille) y compris des seconds rôles que l’on n’aperçoit que rarement : « Merci de m’envoyer tout le plus vite possible car je fais un concours avec les copines de mon école pour savoir qui en aura le plus. »

44Sabrina explique à Hélène qu’elle a « dit à ses copines que j’allais t’écrire et elles ne m’ont pas cru alors pour qu’elles le croient, je voudrais que tu m’envoies une grande photo de toi ». Et comme l’explique Allison « Si tu m’écris je voudrais que tu me signes ton autographe parce que mes copines ne voudront pas me croire ». Jessica pense la même chose : « Si tu me réponds envoies moi un indice, une photo dédicacée pour que je prouve à mes copines que je t’ai écrit et que tu m’as répondu. Je voudrais les rendre jalouses. »

45Il y a celles qui font des paris (jouer dans la série, avoir une lettre personnelle d’Hélène), paris qu’elles essayent de gagner en suppliant Hélène de les aider, et il y a celles qui ont dépassé ce stade et prétendent avoir déjà obtenu des choses que d’autres fans de leur entourage n’osent même pas imaginer obtenir un jour. Ces fausses informations suscitent une vive émotion. Dans de très nombreuses lettres, on trouve une référence à des rumeurs, qui ont circulé à l’école ou dans le voisinage. Hélène aurait ainsi rendu visite à certaines de ses fans.

46Émilie a pu rentrer dans les coulisses au concert, et elle a eu de la chance, il paraît que tu es venue chez elle à (village). Est-ce que c’est vrai ? (Aurélie, 11 ans.)

47Ma copine Amélie te connaît, elle a de la chance, tu es allée chez elle la voir. Bon, il paraît que tu es allée faire des photos chez une copine à moi, elle a sept chevaux et deux petites sœurs, une qui s’appelle Claire et qui a six ans l’autre s’appelle Caroline et a neuf ans, quant à mon amie elle a mon âge (Le. 12) et s’appelle Mélanie. Ses parents ont divorcé il n’y a pas longtemps, quant aux miens ils se sont séparés quand j’avais un an ! » (petite ville, Essonne).

48Hélène assisterait à certains anniversaires :

Je voudrais bien faire comme une copine t’avoir à mon anniversaire ce serait mon plus grand rêve mais je sais que c’est impossible (Ginette, 12 ans, Suisse).
Je t’écris pour que tu viennes à mon anniversaire. Ma copine Sarah m’a dit que c’était payant mais je te donnerai tous mes sous pour que tu viennes. Je sais que tu es très occupée mais je t’en supplie viens quand même. J’ai promis à toutes mes copines que tu viendrais. Et si tu viens, viens avec les autres s’ils peuvent. Et si tu ne peux pas venir, dis à quelqu’un du groupe de venir (Marion, ville moyenne, Gironde).

49Sans compter toutes sortes d’informations plus ou moins fantaisistes qui avaient visiblement pour but de rendre leurs auteurs intéressantes aux yeux des membres des communautés concurrentes :

Un jour j’ai fait croire à une copine que tu étais ma petite, petite cousine et le pire c’est qu’elle m’a crue. Si seulement c’était vrai ! (Audrey, agglomération urbaine, Moselle).
Je voudrais savoir si le restaurant Clappers t’appartient, une de nos amies nous a dit qu’il t’appartenait, on ne sait pas si elle ment (Sandra, 11 ans).
On m’a dit qu’après son spectacle Hélène recevait ses fans dans sa loge. On m’a dit aussi que si on restait plus longtemps Hélène invitait à un tête à tête privé et qu’on pouvait dîner avec elle. Je voudrais savoir si la dernière information est exacte car cela me ferait très plaisir de lui parler et de partager sa table (Megane, 14 ans).
Je voudrais te poser une autre question : est-ce que c’est vrai que vous allez tourner un épisode devant l’église de St-Saturnin ? (Laura, 10 ans.)

50Il y a donc des alliées et des concurrentes. Il y a aussi des ennemis. Au sein des écoles primaires les détracteurs d’Hélène sont toujours des garçons, et toujours des garçons qui se moquent de la série parce qu’elle parle d’amour. Des classes entières ont été ainsi divisées en deux, entre d’un côté celles qui disaient adorer la série et de l’autre ceux qui disaient la détester. Les garçons sont culturellement ennemis des fans d’Hélène, qu’ils aiment ou non la série, qu’ils la regardent ou pas. C’est une position de principe et les filles le comprennent bien comme cela : « Mon frère se moque tout le temps de moi quand je parle de toi, mais il faut le comprendre c’est un garçon », écrit Audrey, 10 ans.

51Avec l’entrée au collège, le nombre et la pression des opposants s’accroissent. Hélène n’est plus seulement considérée comme une série pour les filles, mais aussi comme une série pour les petits. Les fans sont donc confrontées à un nouvel obstacle : si elles continuent à dire qu’elles aiment la série, elles sont cataloguées comme puériles dans leur entourage scolaire, non seulement par les garçons, mais cette fois aussi par des filles. Symptômatiquement toutes les lettres faisant état de ce problème sont écrites par des filles ayant entre 12 et 15 ans : elles ont quitté le primaire où il était permis d’aimer Hélène sans passer pour infantile, et ne sont pas encore entrées au lycée où il est presque impossible de se déclarer fan si ce n’est sur le mode parodique.

52Mes copines me prennent pour une gamine parce que je vous aime (Myriam, 14 ans, petite ville, Val-d’Oise).

48. « Ils se sont moqués de toi à la radio ! »

53Il y a dans ma cour des garçons et des filles qui disent que votre série c’est pour les gamins. Moi je leur dis non, car mes parents la regardent, ma tante la regarde et dans cette série ils nous montrent ce qu’il ne faut pas faire ex. la drogue, se disputer. Alors je défends votre série car je ne voudrais pas que ça s’arrête (Mélanie, 14 ans, petite ville, Calvados).

54Au collège tout le monde me dit qu’Hélène et les garçons ça fait bébé. Moi je trouve que c’est une belle série pour les ados. Quand quelqu’un te critique au collège, je prends ta défense (Aurélie, 12 ans, village, Charente-Maritime).

55Je vous admire vraiment et pourtant j’ai 13 ans. Au collège quand on dit je regarde Hélène et les garçons on nous répond il n’y a que les bébés qui regardent ça, mais un jour je me suis aperçue que ceux qui disaient cela ne le manqueraient pour rien au monde !

56Tous mes amis te trouvent bête, que tu chantes mal, qu’Hélène et les garçons c’est bêbête ? Et ils se moquent de moi quand je leur dis que je t’adore, que tu es intelligente, belle, que tu chantes merveilleusement bien et qu’Hélène et les garçons c’est génial. J’ai déjà perdu une très bonne amie, mais je voulais te dire : Moi je t’aime et même si je perds des amis, je t’aimerai toujours (Aimée, 12 ans, petite ville, Essonne).

« Comme tes milliers de fans... »

57Il y a les fans de l’entourage avec qui l’on discute et l’on joue, mais il y a aussi les autres fans, celles qu’on ne connaît pas directement mais dont on connaît l’existence par la presse ou des émissions de radio et de télévision. Toutes les petites fans savent ainsi qu’Hélène a reçu des milliers de lettres, qu’elle ne peut sortir dans la rue sans être suivie par des dizaines d’enfants qui veulent un autographe, et que ses concerts font salle pleine. Bref, elles savent qu’elles ne sont pas uniques (« je sais bien que cette lettre n’a pas beaucoup d’importance pour toi, plein d’autres enfants – car j’ai 11 ans – disent la même chose que moi, je le sais bien, mais mon rêve serait que ce soit toi qui me répondes »). A distance, d’autres fans collectionnent les mêmes objets, prononcent les mêmes mots, jouent aux mêmes jeux. « Nous sommes deux à t’écrire mais beaucoup à t’aimer », disent Amandine et Sabrina dans leur lettre à Hélène.

58Microcommunautés, macrocommunauté. On retrouve là le mécanisme de communautés en deux temps étudié par Daniel Dayan et Elihu Katz. Comme pour les grandes cérémonies télévisées, la série constitue « une expérience collective à domicile », à travers une « multitude de microcélébrations orientées au même moment vers le même centre symbolique » et qui « font du foyer une expérience sociale » (Dayan et Katz 1996). En réalité, la participation à la communauté imaginée des autres fans est tout aussi importante que l’appartenance à ces communautés humaines réelles que l’on vient d’évoquer. C’est le nombre de ses admiratrices qui consacre Hélène dans sa supériorité. Et qui du même coup conforte les fans dans le sentiment de la justesse de leur choix ; Alberoni dirait que ces fans épousent le désir de la multitude. Il y a quelque chose de rassurant à faire corps ainsi, et lorsque Hélène est attaquée par la presse (ce fut le cas à la suite de l’article de Voici) ou maltraitée par les responsables de la télévision (un changement d’horaire de la série par exemple), les fans écrivent au nom de l’immensité de leur groupe. Elles sont là pour la défendre, et plus nombreuses elles sont, mieux c’est (« je t’ai écrit cette lettre pour que tu saches que j’existe et que je suis une de tes fans parmi beaucoup d’autres filles de mon âge ») (Agnès, 10 ans). « Chère Hélène, j’espère que tu vas bien. Tu ne me connais pas mais tu vas avoir une fan de plus. »

49. « Entre 12 h et 14 h ou à partir de 17 h jusqu’à 21 h »

59En même temps, le nombre inquiète. Des milliers, des millions, les fans hésitent (« combien as-tu en gros de fans ? » demande Floriane, 10 ans). Tout d’abord, cette masse risque de noyer les individualités et d’empêcher Hélène de traiter chaque correspondante comme elle le souhaite, c’est-à-dire comme une personne unique en son genre et digne d’un intérêt particulier. Anaïs parle de sa lettre comme d’« une aiguille dans une meule de foin » et Aurélie comme d’« une goutte d’eau face à l’océan de lettres » qu’Hélène reçoit, toutes deux exprimant chacune à sa manière ce que de très nombreuses fans disent redouter : être perdues dans la masse.

60Je sais que tu reçois des lettres tous les jours et tu dois en mettre à la poubelle, mais j’espère que tu ne mettras pas la mienne à la poubelle parce que je voudrais que tu m’écrives avec ta vraie écriture et ton vrai stylo, que à moi. Je sais, il y en a plein qui t’écrivent ça, mais moi c’est la première fois que je t’écris et j’espère que toi aussi tu m’écriras. Je rêve que tu viennes chez moi et que tu me serres dans tes bras ce serait super. J’ai une sœur et trois frères 20 ans, 17 ans, et 9 ans, et une sœur qui a 17 ans. Peut-être que tu tomberas amoureuse de l’un de mes frères, ce serait super ! (Harmony, 11 ans, village, Seine-Maritime.)

61En réalité, la plupart du temps, les fans sont résignées : la star est très sollicitée, elle ne peut faire face à la demande et peut-être même est-elle lasse d’entendre sans arrêt les mêmes mots. Il ne faut donc pas se faire d’illusion, elle ne lira sans doute pas la lettre.

62J’espère que quand tu vas voir ma lettre comme des milliers d’autres sur la table, tu ne vas pas la jeter.

63Bonjour Hélène comment vas-tu ? Tu ne sais pas qui je suis mais je t’écris. Je pense que tu reçois des millions et des millions de lettres chaque jour alors j’espère que tu prendras le temps d’ouvrir et de lire cette lettre.

64Je te laisse, tu as sûrement d’autres lettres à lire.

65Je pense que tu as beaucoup de lettres mais si tu veux me répondre.

66Ma chère Laly, j’espère que tu liras ma lettre car j’ai beaucoup hésité avant de me décider à l’écrire. Je me disais : « Ça ne sert à rien, de toute façon elle ne la lira même pas ! Et puis elle reçoit tellement de lettres dans une seule journée qu’elle n’aura pas le temps de lire la mienne ! » Finalement je me suis dit qui ne tente rien n’a rien. Alors stp ne me déçois pas ! (Signé avec son frère 8 ans et sa sœur 11 ans, Lucie, 14 ans, village, Nord.)

67Laly, Juste ces quelques lignes afin de te montrer mon admiration. Je sais bien que tu reçois chaque jour un nombre incroyable de courrier et ma lettre passera sûrement inaperçue parmi toutes les autres. Tu dois la trouver bien banale et d’un commun dont rien n’approche, mais ce doit être l’intimidation. Je viens comme un chacun te réclamer une photo dédicacée, si tu trouves un instant à me consacrer (Julie, 17 ans, ville moyenne, Val-de-Marne).

68Certaines fois, la tristesse et la déception l’emportent.

Salut Laly, J’espère que c’est toi-même qui lis cette lettre. C’est sans doute la dernière fois que je t’écris. Je lis tout ce qui te concerne. J’ai compris que tu croules sous les lettres de tes fans et qu’il est impossible de leur rendre à tous ce qu’ils te donnent, mais imagine-toi tous ces enfants qui te regardent chaque soir devant leur écran. Ils t’admirent, ils te trouvent belle, pleine de talent... TU es leur idole ! Malheureusement ils pensent que tu peux répondre à toutes leurs lettres, leur donner des conseils, les aider dans leurs petits problèmes... (si je peux dire ça c’est que j’étais dans ce cas). Ça me rend triste de savoir que je passe mon temps à penser à toi. C’est terrible d’avoir une idole. On lui écrit en espérant qu’elle pensera, un instant dans sa vie, à vous. En tout cas tu es une fille formidable vouée à un avenir très prometteur. Si tu as quelque chose à ajouter à cette lettre ou bien tout simplement quelque chose à me dire, utilise l’enveloppe timbrée. Sinon, tu n’as qu’à récupérer le timbre. Même si tu m’oublies très vite, moi je ne t’oublierai pas. Bisous (Christine, petite ville, Bas-Rhin).

69D’autres fois enfin, un ultime effort est fait pour se démarquer des autres en affirmant une personnalité hors du commun, ou plutôt de ce qu’on croit être le commun des lettres.

Cher Sébastien, je m’appelle Yann et je sais que tu reçois des milliers de lettres et que parfois tu dois en avoir assez de répondre à toutes ces filles qui te disent que tu es très beau, qu’elles aimeraient te rencontrer et t’offrir des cadeaux. Moi en ce qui me concerne je n’ai rien à t’offrir en dehors de mon amitié.
Salut Hélène, Non je ne suis pas un mec et je ne t’envoies pas une déclaration d’amour. Je m’appelle Cécile et j’ai 14 ans. Hélène, moi je ne suis pas comme toutes tes fans, je n’ai jamais eu l’occasion de te voir en concert et d’ailleurs je n’irai jamais parce que mes parents ne veulent pas, je veux seulement que tu répondes une fois au moins à cette lettre, je m’appelle Carine et j’ai 11 ans. Je te donnerai mon adresse à la fin de cette lettre. Je voudrais aussi te dire que je voudrais que tu me traites autrement que comme une fanne (sic) qui veut aller à ton concert et qui veut te toucher la main rien qu’une fois et repartir contente. Non, moi je voudrais que tu me traites comme une enfant désespérée qui attend une réponse. Tant que je n’ai pas de tes nouvelles je serai triste (village, Loire).
Ce n’est pas une lettre comme ceux que te font les autres fans car moi je t’adore (Cécile, ville moyenne, Dordogne).

70Quels que soient le ton et les attentes, les fans ont toujours conscience de faire partie d’un groupe dont elles ne connaissent pas les membres et qui pourtant est présent, comme obstacle ou comme soutien, dans leur relation à l’idole. Qu’est-ce qu’écrivent les autres fans ?

Hélène c’est la première fois que je t’écris, je ne sais pas comment les autres milliers de fans commencent. J’aime bien tes chansons, elles sont douces et belles. C’est comme ça qu’ils commencent ? (Nadège.)

71Est-ce qu’Hélène a des préférences épistolaires ?

J’espère que tu me répondras même si j’ai 15 ans et que tu réponds en priorité aux plus jeunes, il parait que leurs lettres sont plus touchantes (Élodie).

72Que faut-il faire pour se distinguer des autres ?

Je suis ta meilleure fan
Je suis fan de toi à 101 %
Je t’aime plus que les autres j’en suis sûre
Moi je suis pas comme les autres.

73La fan est prête à avoir des caries : « Je ne fais que manger des bonbons Hélène et les garçons, enfin des chewing-gums, j’ai maintenant deux caries » (Jennifer, 13 ans, petite ville, Var), ou des mauvaises notes : « Je connais tes chansons par cœur, je les sais même mieux que mes leçons d’histoire, ma sœur les connaît par cœur aussi » (petite ville, Côte-d’Or). « Je vous regarde tellement que j’ai redoublé ma sixième » (Céline, village, Côtes-d’Armor). Bref, aucun sacrifice n’est trop grand.

Communautés critiques et communautés parodiques

74Le public d’Hélène et les garçons n’est pas, tant s’en faut, uniquement constitué de jeunes fans. C’est même un des paradoxes les plus intéressants de la série : elle a drainé chez les adolescents tout un public très critique, mais néanmoins fidèle devant son poste. En quelque sorte des téléspectateurs malgré eux. On est là dans un cas de figure très différent de celui des jeunes garçons du primaire qui refusent de regarder – ou de dire qu’ils regardent – de peur de compromettre leur identité masculine. Ou de celui des collégiennes qui découvrent que la série risque de les faire passer pour infantiles auprès de leur entourage. Ces téléspectateurs critiques ne se cachent pas : ils avouent regarder Hélène et les garçons. Mais cet aveu se fait au prix de tout un travail rhétorique visant à montrer que leur manière de regarder est bien différente de celle du public des petites fans : ils regardent la série en la trouvant insipide, débile et même parfois insupportable. C’est même pour toutes ces raisons qu’ils ne veulent pas rater un épisode.

  • 13 Voir aussi les travaux de Ien Ang sur les téléspectatrices de Dallas qui avouent l’ambiguïté de le (...)

75En réalité, leur attitude est moins paradoxale qu’il n’y paraît. Une telle rhétorique a son utilité. Tout d’abord, elle permet de regarder la série : en affichant une position très critique, ces adolescents marquent bien les différences entre eux et le public prétendument mystifié des enfants du primaire. Ils regardent la même chose, certes, mais avec un regard qui est diamétralement opposé. Ensuite, c’est une manière de se solidariser avec d’autres, qui portent le même regard critique : une sorte de nous qui se constitue contre le il de l’écran, comme l’analysait Tamar Liebes à propos des téléspectateurs de Dallas qui étaient fascinés par le personnage de jr tout en le rejetant (Liebes 1994)13. On a là un collectif qui se structure autour des mêmes rejets : ensemble on se moque du personnage d’Hélène, ensemble on trouve ridicule les rires préenregistrés, ensemble on fait des plaisanteries sur les histoires à répétition dans la cafétéria. La position de téléspectateur critique n’est viable qu’au sein d’une communauté. Ces extraits d’un journal lycéen rédigé par une élève de seconde de la banlieue ouest donnent le ton :

Ce mois-ci j’ai choisi de vous parler des séries télé qui nous envahissent peu à peu et dont on peut estimer le niveau intellectuel à environ zéro. Ces petites séries qui regorgent d’histoires de cœur et de mecs et de nanas au physique décourageant, sans oublier les inévitables rires enregistrés, font notre bonheur à tous. Mais bien sûr vous ne regardez jamais de telles c..... (ça fait ringard devant les copains !) Menteurs ! On vous connaît, dès que vous arrivez chez vous, vous vous vautrez dans le canapé et vous vous branchez sur « Hélène et compagnie »... Mais n’ayez crainte, votre réputation est sauve : vous n’êtes pas tout seul !... Je vous propose donc une sélection des séries qui « marchent » bien en ce moment. Surtout retenez ce slogan : Watch more tv !
Hélène et les garçons : 18 h 20 tf1. Notre note : 11/20.
Cette série est la plus regardée de toutes et surtout elle s’est emparée d’un public très diversifié : les petites (genre public du club Dorothée), les ados comme nous, et accrochez-vous, même les Mamy s’y mettent ! Bref c’est la série du moment. De plus vous pouvez trouver plusieurs revues sur la série (avec posters, reportages et vignettes à collectionner !) C’est dingue !...
– Le sujet : Hélène et sa bande poursuivent des études de sociologie à la Fac et vivent chaque jour des péripéties et histoires d’amour (mais tout finit toujours bien... je rigole ! en bande-son)
– Les personnages principaux
Hélène : l’héroïne, blonde, cheveux longs, la « moraliste »
Johanna : la Texane un peu garçon manqué, « la dynamique »
Laly : partage la chambre d’Hélène et Johanna, elle est douce et calme, elle sort avec le beau Sébastien
Bénédicte : la fiancée de José – blonde plutôt jolie
Nicolas : il sort avec Hélène – le sentimental et très fidèle
Christian : le Cri cri d’amour au caractère orageux
Sébastien : le beau mec par excellence et très gentil. Une affaire les filles !

76Interrogés sur Hélène et les garçons, les étudiants tiennent des propos similaires. Un étudiant de 22 ans explique : « C’est une idiotie de plus mais qui prend moins la tête que les autres. C’est un bon sujet de conversation. »

77Cette étudiante de 19 ans dit :

Tout le monde déteste mais tout le monde regarde, surtout quand on fait des baby-sitting, c’est comme Casimir, ça crée des liens subculture. Mais Casimir, c’était mieux ! La seule excuse valable pour regarder c’est qu’en rentrant des cours on est crevés. On se laisse porter par le flot, on ne réfléchit pas. C’est parfait pendant les révisions d’examens, c’est tellement niais. On en parle beaucoup mais au 3e ou 4e degré pour se moquer et ridiculiser les personnages, quelquefois on s’amuse à faire des rires comme dans le feuilleton, peut-être aussi pour détourner du fait qu’on regarde quand même...

78Au-delà de la critique, la parodie. La communauté parodique a recruté ses membres chez les étudiants des universités les plus sélectives ou des grandes écoles, et compte bon nombre d’étudiants masculins. Elle concerne donc des téléspectateurs suffisamment âgés et dotés en capital culturel pour bien se distinguer du public des petites fans du primaire. Et c’est bien parce qu’ils sont différents qu’ils peuvent entrer dans le jeu parodique.

79Ce qui est parodié n’est pas la série elle-même mais ses fans. Ou plutôt l’idée qu’on se fait des fans d’Hélène dans les milieux étudiants : des fans naïves et crédules, qui prendraient les personnages et les histoires au pied de la lettre. De ce fait, la communauté parodique est profondément dépendante de l’existence attestée d’une communauté de fans véritables, qui soit suffisamment nombreuse et visible pour que la parodie fasse sens comme pratique distinctive. Prenons-en pour preuve le fait que les lectures parodiques ont cessé d’exister dès que la dynamique sociale autour d’Hélène et les garçons est devenue moins importante et que l’audience de la série s’est mise à décliner.

80Ces étudiants ne cherchent pas à se moquer des contenus de la série comme le font les membres des communautés critiques. Ils ne cherchent pas non plus à la dénigrer. Ils jouent à endosser le temps du jeu la personnalité de celles qui sont supposées regarder la série avec les yeux de l’adoration sans réserve et de l’identification sans retenue. Séverine, 21 ans, étudiante à Assas, explique :

Je suis archi fan, je suis complètement accro, ça m’arrive de sécher des td pour ne pas rater un épisode. C’est trop génial. Hier tu ne sais pas le truc atroce qui est arrivé à Johanna ? Elle avait perdu dans la salle de gym la bague que Christian lui avait offerte pour son anniversaire et c’est Nathalie qui l’avait prise. T’imagines ? C’était atroce, heureusement Bénédicte a réussi à la récupérer. Quelle suspense... Non vraiment je pourrais même pas faire une critique, tout est bien, c’est super, je dirai même c’est profond.

81Les faux fans se comportent le plus possible comme les vrais. Ils se font raconter par des amis les épisodes qu’ils ont manques (« on s’arrange pour qu’il y en ait toujours une qui puisse regarder »), explique Séverine qui suit la série avec deux autres amies de la même année de droit qu’elle. Ils discutent des intrigues, ils cherchent à avoir des informations inédites sur les comédiens pour pouvoir les raconter aux autres faux fans : on m’a aussi souvent demandé lors de ces interviews d’étudiants, si j’avais rencontré Hélène et comment elle était aussi souvent que lors des interviews d’enfants dans leur famille. Ils disent trouver la série exceptionnellement réussie. On retrouve là le même principe de double communauté. Un petit groupe local de (faux) admirateurs, au sein duquel se font les échanges d’informations et les discussions, et une communauté imaginée constituée des autres étudiants dont on sait pertinemment qu’ils jouent à la même chose, sans doute en même temps (les intercours, le restau u). Toutefois, les faux fans ne vont pas jusqu’à écrire à Hélène ou collectionner des objets (bien qu’on m’ait à plusieurs reprises demandé d’obtenir une photo dédicacée « pour accrocher au dessus de mon lit » et qu’une étudiante ait offert un album Panini Hélène à l’une de ses amies pour son anniversaire – cette dernière ne l’a d’ailleurs jamais rempli car « elle n’a pas eu le temps d’acheter les images »). Ils n’envisageraient pas non plus une seconde d’assister à un des concerts d’Hélène. Il n’y a donc aucun contact physique avec les vraies fans (une étudiante a confié avoir regardé des épisodes avec sa cousine de 7 ans chez leur grand-mère l’été et s’être sentie gênée « ça ne faisait pas pareil que de regarder après la fac ») et surtout pas de désir d’entrer en contact avec Hélène. C’est une grande différence. Enfin, il y a toujours un moment dans les interviews où la vérité est dite (« non il faut quand même reconnaître que c’est supérieurement débile »), moins comme une confidence qu’histoire d’être sûr que l’interviewer ne s’est pas mépris sur les positions réelles de son interlocuteur. Ces dernières ne sont d’ailleurs pas si claires : certes les étudiants jouent à aimer Hélène et en ce sens ce ne sont pas de vrais fans. Mais en même temps, ils regardent assidûment la série et passent un temps non négligeable à en parler sans qu’on puisse être sûr que le plaisir qu’ils en tirent soit uniquement au second degré. Ils le confessent eux-mêmes, au bout de quelques épisodes ils sont pris par le jeu et détestent sincèrement rater le programme. « J’arrive chez moi, je mets Hélène et les garçons c’est la détente totale, je me vide la tête après les cours, j’adore. Je me marre d’avance en pensant à ce qu’on va se raconter le lendemain. »

82A l’Institut d’études politiques de Paris, un étudiant de dernière année a même fondé une association d’élèves, le gap (= Glande, Antiparisianisme et Pastis), qui a fait sa campagne électorale de 1993 pour l’élection au Bureau des élèves, sur le thème « Hélène et les garçons c’est génial ». Le responsable de l’initiative explique :

  • 14 Une fiction destinée à remplir les obligations de quotas d’œuvre d’expression française qui venaie (...)
  • 15 Revue pour adolescentes qui traite des premières expériences sexuelles.

L’idée m’est venue en regardant Voisin voisine14. On passait des nuits blanches au foyer, à quatre ou cinq dans la chambre à regarder Voisin voisine ou Tendresse et passion. On était morts de rire. J’ai découvert Hélène ensuite et vraiment ça battait des records. Au début on a juste fait des posters avec des extraits d’Hélène et de Voisin voisine, puis après on a commencé à diffuser des tracts avec des résumés d’épisodes. Les gens venaient nous demander : qu’est-ce qui s’est passé hier ? Alors on a commencé à faire des résumés écrits qu’on affichait tous les jours. Ça répondait à une demande. Pendant la période électorale on avait une table avec des exemplaires de Bravo Girl !15 et une pétition à signer pour le retour de Johanna dans la série. On passait aussi des chansons d’Hélène sur la péniche (le hall de Sciences-Po) ça marchait très bien, à la fin tout le monde connaissait les paroles, on se marrait. Quand on parle d’Hélène à Sciences-Po, pas besoin de dire que c’est nul, on ne critique pas, il suffit de mettre un poster, tout le monde comprend. On n’a pas besoin d’avoir l’attitude « c’est nul, c’est nul », tout le monde le sait. On était huit sur la liste électorale du gap, on regardait tous les épisodes en prenant des notes pour faire les résumés. A la fin, on était plusieurs à être vraiment accros, c’était dingue. En tout cas ça a marché, on a eu 9 % des voix grâce à Hélène.

50. Panneau du GAP (Glande, Antiparisianisme et Pastis) à l’Institut d’Études Politiques

83Le programme électoral du gap comportait plusieurs revendications :

  • 16 Jean-François Porry est le pseudonyme de Jean-Luc Azoulay, l’un des deux producteurs dab Producti (...)

Bravo Girl ! la revue culte de la génération gap en accès direct à la bibliothèque ;
Promotion d’Hélène et les garçons selon trois axes :
1) traduction de la série en anglais (Râaâ ! ! ! Johanna en vo ! ! !) et diffusion au labo de langues,
2) remise en service de tv Sciences-Po de 17 h 55 à 18 h 25, du lundi au vendredi,
3) un nouveau nom pour Boutmy : l’amphi Jean-François Porry d’après le génie des temps modernes16 ;
Rachat par Arte des 3 842 épisodes de Voisin voisine la série culte de la génération gap, pour remplacer avantageusement les moutons asthmatiques de fin de programme.

84Les tracts diffusés par le gap sont en réalité un mélange de fausse « fanitude » (les épisodes sont racontés comme s’ils contenaient un suspense extraordinaire et les intrigues portées au pinacle, « quel fou rire ! » « la bonne blague ! ») et de critique prudente : en terminant chaque résumé d’épisode par la phrase « La niaiserie ne vaut que si elle est partagée par tous », le gap prend des précautions et avertit les lecteurs du statut qu’il faut donner à la campagne : un canular dans une institution qui les pratique peu.

Chaque jour pour tous ceux, hélas trop nombreux qui ont conf à 16 h 45 ou 18 h 30, le gap résume l’épisode de la veille d’Hélène et les garçons. Si nous avons un élu (laissez-nous rêver, quoi !) et donc un panneau, nous nous engageons à poursuivre la rédaction quotidienne de ces comptes rendus (franchement vous préférez quoi : des comptes rendus de Commission paritaire comme tous les autres panneaux, ou des comptes rendus d’Hélène ?) La niaiserie ne vaut que si elle est partagée par tous.

51. Deuxième panneau du GAP

85Il est aussi symptomatique que dans ses campagnes, le gap ait associé Hélène et les garçons à Voisin Voisine, l’une des séries les plus médiocres qu’ait jamais produites la télévision française, et à Bravo Girl ! un magazine pour les adolescentes de milieux très populaires. Il s’agissait en quelque sorte d’envoyer le même message par trois moyens différents : « Voici des produits culturels qui ne vous sont pas destinés, amusez-vous à faire comme s’ils l’étaient. » Ce message, qui pratique l’élitisme à l’envers, est moins une bravade culturelle qu’un jeu de travestissement social : une sorte de snobisme exacerbé, moins à l’égard des fans que de la communauté critique qui croit utile de dénoncer la série pour pouvoir la regarder.

86La lecture de la télévision fonctionne donc toujours sur un mode communautaire. Les lectures fans et les lectures parodiques sont les seules à officialiser cette communauté, mais les lectures ordinaires n’y échappent pas, même s’il s’agit de communautés moins institutionnalisées et plus mouvantes en fonction de sous-groupes consolidés sur la base d’une classe d’âge, d’une appartenance sexuelle ou d’un milieu social, ces trois variables agissant ensemble la plupart du temps pour redéfinir des sous-groupes localement constitués. Ces collectifs sont interdépendants, même si chacun entretient sa cohérence propre, et se fonde sur un accord quant aux principes qui doivent guider la lecture. Les collectifs de lecture se constituent dans un espace social où s’exercent des rapports de force. Tout public est face à d’autres publics, dont il connaît l’existence et par rapport auxquels il a à se justifier. Une grande partie du travail performatif pour marquer son appartenance à un type de public s’effectue en fonction de la manière dont les autres publics se mettent en scène socialement.

87On remarquera aussi que la lecture dite fan, c’est-à-dire la lecture sans distance qui est attribuée aux fans, est centrale dans le positionnement des lectures les unes par rapport aux autres. C’est une position qui semble n’être en réalité occupée par personne, et pourtant :

  • elle fonde les tentatives des fans d’entrer dans une relation particulière avec l’idole (« je sais que la plupart de tes fans t’aiment pour ton personnage, moi pas ; il y a des fans qui croient que... ») ;
  • elle fonde les lectures parodiques : parodier c’est jouer au fan pathologique, celui qui ne pourrait pas vivre sans son programme, et qui vit à l’intérieur de celui-ci comme s’il formait un univers réel ;
  • elle fonde même les lectures ordinaires puisqu’elle est affectée à des sous-catégories (les filles, les petits) dont on va chercher à se démarquer dans la présentation de soi comme téléspectateur sur la scène sociale.

88Le fan c’est toujours l’autre. On aboutit à la construction de communautés de lecture sur la base de l’existence supposée d’une lecture déviante et d’une relation aberrante à la télévision. N’est-ce pas après tout le discours sous-jacent à la critique cultivée contre le petit écran ? L’idée que les programmes soient dangereux pour ceux qui les regardent repose implicitement sur un principe de dénonciation des dangers d’une dérive dans le monde fictionnel. Que celle-ci ne se produise en réalité que fort exceptionnellement importe peu : en la dénonçant tout locuteur marque le fait qu’il n’y participe pas. Elle a donc des usages stratégiques forts.

Notes

1 Sur les conversations à propos de la télévision sur le lieu de travail voir Boullier 1986. Il montre dans cette étude que les conversations sur la télévision permettent d’introduire sur le lieu professionnel des éléments sur la vie privée et d’entrer en interaction sur des sujets autrement difficiles à aborder entre collègues. Voir aussi Brown 1994, sur les discussions de voisinage autour des soap opéras.

2 Les filles en parlent plus que les garçons (70 % contre 50 %), les préadolescents plus que les adolescents (71 % des 10/12 ans contre 51 % des plus de 15 ans) et les jeunes de milieu défavorisé nettement plus que les autres (80 % des enquêtés en zep contre 45 % dans les autres zones).

3 La marque Panini produit ainsi des images à collectionner et à coller dans un album vendu à part dès qu’une série de télévision ou un film de cinéma atteint un certain niveau d’audience auprès des enfants. Ces images sont vendues chez les libraires qui proposent aussi de petites figurines. Chaque paquet contient cinq images, prises au hasard parmi la centaine d’images nécessaires pour compléter l’album. Un paquet coûte entre 5 et 10 F selon les collections (Batman a atteint le prix de 12 F le paquet). Assez vite, l’enfant va tomber sur des images qu’il a déjà et donc devra trouver d’autres enfants qui font la même collection pour échanger ses images en double. Si l’on en croit les témoignages des deux libraires interviewés à ce sujet, 1) les filles et les garçons n’ont aucune collection commune ; 2) la mode d’une collection démarre très soudainement et prend de l’ampleur très rapidement. En l’espace de quelques jours le nombre des collectionneurs est multiplié par dix et continue ensuite de s’accroître pendant au moins un mois et demi ; 3) le déclin des collections est lui aussi très rapide et presque toujours compensé par le démarrage d’une nouvelle collection ; 4) les collectionneurs sont tous des enfants du primaire, les collégiens ayant des collections plus sophistiquées d’images achetées dans des magasins de location de cassettes vidéo ou de bandes dessinées (notamment toutes les collections d’images de super héros américains et de personnages de mangas qui peuvent atteindre des prix beaucoup plus élevés que les images Panini, jusqu’à 200 F l’image si elle possède un indice de rareté particulier).
Les collections d’images sont plus répandues en milieu citadin, où tous les libraires les proposent. En milieu rural ou périurbain, les libraires ne proposent qu’un nombre réduit de collections (en général celles qui marchent le mieux) et les collections, si j’en crois mes propres observations lors de différents déplacements en province, démarrent plusieurs mois après celles de Paris. Elles ne semblent pas d’ailleurs connaître autant de succès.

4 22 séries « collège » différentes ont été diffusées sur les chaînes françaises entre 1990 et 1995.

5 A l’inverse, des séries alors diffusées sur le câble comme Friends ou Angela, 15 ans, étaient des séries cultes chez les étudiants de Sciences-Po où j’enseignais. Elles ont touché ensuite un public plus large lorsqu’elles furent programmées sur des chaînes généralistes hertziennes.

6 Michel Souchon, dans un travail pionnier sur la réception de la télévision, montrait que les adolescents d’origine populaire avaient plus de mal que les autres à s’orienter dans des trames narratives trop complexes. (Souchon 1969, surtout le dernier chapitre.)

7 Ce questionnaire a été passé dans des collèges et des lycées : les répondants ont donc entre 10 ans pour les plus jeunes et 20 ans pour les plus âgés.

8 Ce qui leur laisse peu de choix au sein de l’ensemble des séries : les trois personnages qui répondent à cette définition sont Zack de Sauvés par le gong, Will du Prince de Bel-Air et Parker Lewis de la série du même nom.

9 Marie-José Chombart de Lauwe, dans un travail sur les personnages des médias préférés par les enfants, constatait déjà cette prééminence des choix de personnages masculins. Mais elle l’attribuait à un problème d’offre : si les enfants préfèrent des personnages masculins c’est parce que les personnages féminins importants sont très peu nombreux. Cette hypothèse ne peut pas fonctionner à propos des séries pour adolescents qui comptent un grand nombre de personnages féminins principaux. (Chombart de Lauwe 1969.)

10 En réponse à la question « Quel est le personnage que tu aimes le moins ? »

11 La question posée était : « Est-ce que ce que tu vois dans ces séries ressemble à ce que tu connais autour de toi ? » Plusieurs travaux (voir notamment Hjort 1986) ont permis de mettre en évidence que les attentes de réalisme étaient moins fortes à l’égard des fictions étrangères que des fictions nationales.

12 Je remercie Rodolphe Camelo de m’avoir gardé et donné ces rédactions.

13 Voir aussi les travaux de Ien Ang sur les téléspectatrices de Dallas qui avouent l’ambiguïté de leur propre attitude (« je suis féministe et j’adore Dallas », « je suis de gauche et j’adore Dallas »). (Ang 1985.)

14 Une fiction destinée à remplir les obligations de quotas d’œuvre d’expression française qui venaient d’être imposés aux chaînes et produite avec de tous petits budgets, un seul décor et des comédiens débutants, diffusée sur la Cinq toutes les nuits à une heure du matin.

15 Revue pour adolescentes qui traite des premières expériences sexuelles.

16 Jean-François Porry est le pseudonyme de Jean-Luc Azoulay, l’un des deux producteurs dab Productions et qui est le concepteur de la série.

Table des illustrations

Légende 43. « Une petite goutte d’eau face à l’océan »
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2505/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 154k
Légende 44. Album Panini
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2505/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 554k
Légende 45. « Je t’aime »
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2505/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 410k
Légende 46. « On m’a mis du papier pour rien »
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2505/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 445k
Légende 47. Sylvani et les autres... « Je ne t’en dis pas plus, ça ne va pas rentrer »
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2505/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 131k
Légende 48. « Ils se sont moqués de toi à la radio ! »
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2505/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 229k
Légende 49. « Entre 12 h et 14 h ou à partir de 17 h jusqu’à 21 h »
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2505/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Légende 50. Panneau du GAP (Glande, Antiparisianisme et Pastis) à l’Institut d’Études Politiques
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2505/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 423k
Légende 51. Deuxième panneau du GAP
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2505/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 488k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search